Archives par étiquette : Tunis ; Urbanisme ;

Lire ou relire « La fêlure » de Mohamed Lahbib Chebbi

Lahbib Chebbi, La fêlure. Mémoires d’un cheikh. Roman, Tunis, Editions Salammbô, 1985, 255 p.

Lire ou relire aujourd’hui La fêlure. Mémoires d’un cheikh, un roman tunisien de 1985, n’est pas dénué d’intérêt. Les résonances sont multiples. L’ouvrage n’a pas suscité l’engouement connu par La Peste, d’Albert Camus au cours de l’année 2020, dès le déferlement de la première vague du Covid-19 à travers le monde. On a cependant noté dans la presse tunisienne des rappels du roman édité en 1985 à Tunis aux éditions Salammbô, réédité par la maison Cartaginoiseries Editions en 2010 (préface par Mohamed Kerrou). Sa lecture ou sa relecture valent le détour.

Un personnage/auteur bouleversé

Un des charmes de l’ouvrage réside dans les divers plis (psychologique, sociologique, politique, philosophique…) à travers lesquels se déroule le récit d’un lettré tunisien qui raconte l’épidémie de choléra qui frappe Tunis en 1867. L’auteur, Mohamed Lahbib Chebbi (1944-1988), anthropologue, nous introduit dans un monde urbain en plein bouleversement, à l’image du cheikh qui rédige une « chronique » entre juin et juillet 1867 accompagnant son constat des effets d’une épidémie sur Tunis parallèle à la découverte d’un bouton dans sa tête (p. 41). Le choc provoque un désordre intérieur épousant la panique qui saisit en même temps l’ensemble de la ville et de ses habitants.

Si le thème littéraire de la brisure psychologique est classique, il est ici doublé d’artifices d’écriture qui l’enracinent dans l’histoire de la Tunisie et la topographie de Tunis avec des traits de la vie culturelle et politique locale : un traducteur Mokhtar Tounsi déclare dans la préface (datée de 1978) avoir trouvé un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Tunis, écrit dans deux registres de la langue arabe (dialectal et littéraire), dans une calligraphie maghrébine. La préface annonce une suite de réflexions qui relativise l’exigence abstraite de vérité que pourrait éprouver le lecteur. Car les temps et le ton ne sont pas à l’administration d’une vérité mais, au contraire, à la description des doutes et des incertitudes qui s’installent à commencer par la personnalité de celui qui parle/écrit. Sur le plan de la forme, les caractères d’imprimerie oscillent entre des passages en standard et en italiques qui font alterner les points de vue et les voix, entre 1857 (date du mémoire publié en annexe, pp.252-255), 1867 (le récit) et la « libre traduction » de 1978. Des feuillets sont dits manquants, d’autres illisibles : ces notations accréditent l’idée d’un manuscrit ardu à déchiffrer, donnant à penser qu’il est composé dans la fièvre et fruit du désordre des pensées et des sentiments qui submergent le chroniqueur.

Je suis un des chouyoukhs les plus écoutés de la capitale. Non pas pour une quelconque originalité. J’ai tout simplement emmagasiné une somme de connaissances sur la vie du Prophète, les explications du Coran et les données juridiques classiques. Je suis très respecté et on se tait à mon passage, enfin c’est ce que je crois. (p.75)

Le cheikh sent la « ville s’installer dans les chiffres » du décompte quotidien des morts et commence à douter de sa condition de « musulman ». L’épidémie de choléra trouble en effet sa tranquillité de cheikh (il utilise le pluriel de chouyoukhs), remet en question ses liens avec ses étudiants, sa conception du savoir ainsi que ses rapports avec ses collègues (Anouar, Salah, Sadok…) proches, comme lui, du pouvoir. Comme dans un roman initiatique, le personnage principal s’ouvre à une série de nouveaux constats.

L’épidémie est une épreuve désarçonnante : que peuvent la parole et la prière des chouyoukhs alors que la mort fauche quotidiennement les vies ? Que faut-il faire ? Suffit-il d’appliquer la quarantaine ? A l’épreuve des faits, les explications religieuses s’avèrent faibles, insuffisantes. De nombreuses pensées se greffent sur ces bilans critiques. Le cheikh découvre que l’extase n’est pas que dans la parole, que l’ivresse ne vient pas seulement des mots de la culture musulmane mais également du vin. Il lui arrive de confondre taverne et mosquée. Il réalise qu’il existe une autre façon de considérer l’histoire en train de se dérouler. La révolte de ‘Ali Ben Ghedhahem (1864), en arrière-plan du récit, doit être racontée « autrement » : Amor El Mejri lui soumet un manuscrit relatant l’événement (pp. 80-87). Le texte s’attache aux normes de l’époque espérant se placer sous les auspices d’Ibn Khaldoun mais le cheikh n’apprécie pas la chronique qui vise plus à « introniser » son auteur qu’à décrire les faits. Il est pris de doute envers le stéréotype du savant comme envers l’art historique, allant jusqu’à déclarer : « c’est le présent qui m’intéresse… pas les faits d’armes » (p. 72).

Des repères qui bougent

De jour en jour, le cheikh nous transporte dans l’espace d’une ville qui lui est familière dans ses quartiers : la médina, les souks, la hara (pp. 87-91), Bab B’har, les faubourgs, le quartier franc…comme dans ses marges : le cimetière El Jellaz. Ses déambulations font défiler les personnages qui assurent l’activité matérielle du Tunis de la deuxième moitié du XIXème siècle (le meddeb, le propriétaire du bain, le fournier, le serveur, le conteur, les prostituées, le courtier juif, les portefaix…) comme ceux qui en assurent l’administration (le mouharrek, le président de la municipalité, Monsieur Pierre, membre du conseil sanitaire…). On suit les transformations de la vie économique de la Régence (les chaouachis se transforment en barbiers) qui recomposent la place et le rôle des différents habitants de la ville de Tunis à cette époque :  les Musulmans, les Juifs, les Italiens, les Français, les Maltais… Le cheikh prend conscience de l’apport de la science des médecins juifs tout en exprimant sa méfiance comme il relève des signes annonçant la future occupation d’un pays en proie à des désordres divers et abandonné par ses gouvernants (le bey fuit la capitale, p.87).

Le style du roman et son rythme traduisent la panique qui s’empare de l’auteur, à mesure que l’épidémie se propage. Pour combattre sa tristesse, il fréquente la taverne, rend visite à la chanteuse Zahoua, pour échapper au réel, à la recherche d’autres liens. Il est de plus en plus focalisé sur des formes de l’invisible : les symptômes accompagnant le choléra, les souvenirs de l’enfance comme les pensées noires sur les morts. Le nombre de ces derniers ne cesse d’augmenter semant un sentiment de captivité, un état mental qui vient creuser la crise existentielle vécue par le cheikh, abandonné par sa femme et ses enfants (p.124) et voyant « son mal s’installer majestueusement en voisin de ses idées » (p.184).

Une métaphore évidente émerge : la colonisation française qui se profile et dont le roman décline les signes annonciateurs, à travers le symbole des remparts, la spéculation monétaire, l’impuissance d’une certaine parole, la résistance à l’innovation, la crise de la culture religieuse, le « sommeil de l’habitude ». En écho au délire du cheikh, la ville de Tunis est la proie de pensées lugubres, se plaint de sa décomposition. L’imaginaire urbain est tout de même traversé par des réactions nouvelles ; des habitants sentent le besoin d’intervenir sur les conditions de vie : reconstruire les maisons écroulées, réparer les murs délabrés, installer une certaine hygiène.   

Entre anthropologie historique et références poétiques et littéraires, La fêlure nous restitue une atmosphère manifestement nourrie d’une connaissance des sources et d’une intimité avec l’histoire de la ville de Tunis. Leur agencement en récit renforce l’intérêt d’une telle lecture en cette période épidémique. A cent cinquante ans de distance, le lecteur peut noter les invariants humains et les phénomènes tangibles qui accompagnent les crises sanitaires, tout en entrant dans une histoire de la Tunisie du XIXème siècle, rendue par l’anthropologue-romancier avec finesse et sensibilité. 

29 avril 2021

Publié dans IBLA n° 227, juin 2021, pp. 173-176. 

Tunis, capitale coloniale

En avril 1881, 30 000 soldats sont envoyés par Jules Ferry en Tunisie, au prétexte de mettre fin à une incursion des Kroumirs en Algérie. Trois semaines plus tard, Sadok Bey est contraint de signer, au palais Kassar Saïd (banlieue de Tunis), le traité du Protectorat (dit du Bardo) du 12 mai 1881. La colonisation française, ainsi officialisée et complétée par la convention de La Marsa signée le 8 juin 1883, accentue le cosmopolitisme de la ville de Tunis et son ouverture vers la mer, en créant un espace d’administration, de peuplement, d’exploitation économique et de loisirs en direction du port. Après l’achèvement des travaux de ce dernier en 1893, la promenade de la Marine est rebaptisée « avenue Jules Ferry », balisée par le bâtiment consulaire construit en 1860 et investi, avec le protectorat, comme siège de la Résidence Générale à Tunis.

Une dynamique démographique

L’établissement du protectorat accélère aussi l’immigration dans une ville portuaire cernée par des vergers agricoles qui attirait déjà des habitants de l’intérieur du pays, des Maghrébins, des Maltais, des Grecs, des Espagnols et surtout des Italiens (de Sicile et d’autres régions). Ces derniers, actifs dans tous les secteurs (agriculture, pêche, industrie et services) importent toutes sortes de pratiques qui entrent dans la cuisine, le bâtiment, les métiers textiles et les façons de parler.La population européenne est la première à prospérer à la faveur des quartiers qui se construisent dans l’aire urbaine ouverte par la colonisation en direction du nord, du sud et de l’ouest de la « ville arabe ». Des milliers de Français, répondant à l’appel de fonctionnaires et au besoin d’assurer la force publique, viennent s’ajouter aux quelque 3 000 Français déjà installés dans le pays. Leur nombre ne parvient pas à dépasser celui des Italiens avant le milieu des années 1930.Les deux principaux afflux nord méditerranéens se concurrencent à coups de traités bilatéraux (1896, 1945) et de décrets pour l’octroi de la nationalité française (1921, 1923). L’équilibre entre les deux populations est atteint vers 1936 grâce à la naturalisation de milliers de volontaires progressivement attirés par le statut.

La migration maghrébine à Tunis est liée au travail, aux affinités religieuses (sur la route de la Mecque ou pour des études à la mosquée Université de la Zitouna), parfois à des besoins de refuge. Algériens, Tripolitains et Marocains sont disséminés dans le tissu de la ville selon les raisons de leur émigration et leur statut social. Les Algériens, citadins ou ruraux, se concentrent autour du quartier de Bab el Jazira, entretiennent des commerces. D’autres sont notaires, écrivains publics, enseignants, et certains occupent les rangs du mouvement nationaliste.Les flux de Tripolitains ou de Marocains, moins nombreux, grossissent les emplois urbains subalternes ou domestiques de la ville. La composante maghrébine du sous-prolétariat urbain peuple les quartiers les plus pauvres et se retrouve dans les organisations syndicales qui se forment au cours du XXème siècle.

Les mouvements de population de l’arrière-pays augmentent à la fin de la Première Guerre mondiale. Après un mode d’émigration individuel, les habitants de Djerba, du Sud ou du Nord s’installent par familles entières à Tunis à la recherche d’opportunités pour l’entreprise, le commerce ou les études qui augmentent à partir des années 1930.

De 110 000 habitants environ à la fin du XIX ème siècle (les statistiques flottent à ce sujet) à 500 000 habitants en 1956, la ville de Tunis connaît un dynamisme démographique et économique qui modifie la face et l’équilibre de la ville dans la première moitié du XXème siècle. Les recensements montrent une forte augmentation de la population européenne entre 1881 et 1930 qui atteint en 1936 le nombre de 98.877 dans l’enceinte tunisoise et de 115.653 dans l’ensemble de l’agglomération. Entre 1936 et 1956, les statistiques établissent une hausse plus vigoureuse de la catégorie « population musulmane » qui s’étend des quartiers de la « vieille ville » vers les nouveaux faubourgs et la ville moderne, en expansion depuis 1881.

D’un pôle urbain à un espace polycentré

La ville se déploie sur des quartiers, des faubourgs et des banlieues au Nord, au Sud et à l’Ouest. L’axe européen commence par le Nord, en direction du chenal qui mène à la mer. La cathédrale Saint Vincent de Paul qui fait face à la Résidence Générale, un ensemble de commerces, de restaurants, d’hôtels et de cafés structurent l’extension de la « ville européenne ». De l’autre côté de la Porte de la mer (Bab B’har) où le Consulat britannique a élu domicile depuis 1850, la « ville arabe » est investie par une population de Maltais, de Tunisiens musulmans et juifs, d’Italiens socialement bigarrée. Entre demeures bourgeoises, logements modestes, oukala-s (logements autour d’une cour centrale où les locataires se partagent la cuisine et les toilettes)  et fondouk-s de passage, ateliers d’artisans et ruelles commerçantes, la médina de Tunis, s’organisait depuis longtemps autour de la mosquée de la Zitouna et de la citadelle de la Kasbah. Flanquée de deux faubourgs ou r’bat (Bab souika et Bab al jazira), et circonscrite par une série de portes, vestiges des anciens remparts pour la plupart détruits, elle a été érigée en municipalité en 1858.

Quoique complémentaires, ancienne et nouvelle aires urbaines, évoluent avec dissymétrie. Les travaux d’infrastructure et d’adduction d’égouts et d’eau courante  aboutissent à un début de réseau en 1891 dans la partie moderne de la ville où la spéculation foncière attisée par la loi immobilière de 1888 fouette le traçage des rues et boulevards, stimule le bâtiment public et la construction privée. L’éclairage électrique s’étend à la ville européenne vers 1900.

L’administration française partage ses institutions entre les nouveaux quartiers (Hôtel de la Monnaie, Hôtel de ville, avenue de Carthage), les édifices de la médina (Dar Hussayn est le siège du commandement de l’armée, la caserne des janissaires d’El Attarine est transformée en bibliothèque, la Kasbah abrite le secrétariat général du gouvernement tunisien) et les boulevards tracés sur l’emplacement des remparts (les directions générales et les ministères de Bab Benat).

L’architecture dite coloniale se développe à la faveur de la construction des immeubles, villas et édifices publics qui allient le style, le décor et les matériaux locaux avec les innovations techniques comme l’acier ou le béton.Dans la médina, on restaure (le minaret de la Zitouna en 1892) et des décrets (1920 et 1921) tentent de sauvegarder le bâti sans améliorer l’infrastructure et les conditions de vie. La densité de population augmente dans un tissu urbain peu retouché. En 1956, la population s’y élève à 120 000 environ dans un espace restreint qui se vide des couches les plus aisées, attirées vers les faubourgs plus accessibles grâce aux travaux de voirie et à la construction du réseau du tramway (le quartier du Bardo est relié à partir de 1908). Des zones d’habitation à bon marché (HBM) fixent à partir de 1920 les classes moyennes dans les quartiers de Franceville, Mutuelleville, Taoufik.

En 1931, le plan d’aménagement de la ville européenne tente de mettre de l’ordre dans une poussée urbaine constante. L’assainissement du quartier juif de la hara entre 1936 et 1939 et l’achèvement de la synagogue en 1937 participent au désenclavement de la population juive pauvre. Les juifs aisés eux sont intégrés à la bourgeoisie européenne industrielle et commerçante installée dans les quartiers résidentiels (Lafayette, Le Belvédère) et dans les banlieues (La Goulette, la Marsa, Hammam-Lif…) reliées par chemin de fer.

Parallèlement aux activités industrielles (alimentaires, matériaux de construction) et d’affaires, Tunis devient une ville de loisirs : les espaces verts aèrent le quartier du Passage, l’esplanade de Gambetta Park et le jardin d’essai du Belvédère (où un Casino est inauguré en 1910). Le théâtre municipal est inauguré en 1902, le théâtre italien Politeama Rossini voit le jour en 1903 tandis que le cinéma fait son apparition quelques mois après la première projection des Frères Lumière  à Lyon : La Dépêche Tunisienne se fait l’écho d’une projection fin octobre 1896. L’Omnia Pathé, première salle de cinéma tunisoise est inaugurée en 1908. Le public des théâtres, music-halls, concerts, bals, cinémas, d’abord européen va se mélanger au fil du temps.

A côté de l’enrichissement de la trame urbaine, l’extension de la ville pousse vers une ceinture de taudis et de « gourbivilles » où s’entassent les populations des zones rurales du pays. Mellassine, Ras Et-tabia, Jbel Lahmar, La Cagna, Jbel Jelloud, faubourgs liés à l’activité industrielle qui se développe, s’étendent après la Deuxième Guerre mondiale qui a éprouvé la ville : le port et la compagnie fermière des Chemins de fer Tunisiens notamment ont subi des dégâts et un programme de reconstruction est lancé.

Espace citadin et politique

Le bouleversement urbain du Tunis colonial n’est pas uniquement lié au développement du train, du tramway, du télégraphe, de l’éclairage au gaz qui entraînent l’extension de l’espace, la poussée des banlieues et une proximité entre les différentes catégories de populations. La présence européenne joue un rôle moteur mais voisinage et partage des activités transforment à leur tour les relations et les mentalités urbaines.

L’impact des deux guerres mondiales, les transports, la vie de bureau, le travail en usine, la fréquentation des spectacles, les rythmes scolaires favorisent les mélanges d’habitudes et introduisent de nouvelles façons d’occuper la ville et de l’investir. Les jours fériés, le ramadan ou l’horaire estival de la « séance unique » pour les fonctionnaires instaurent un rapport au temps partagé par tous les Tunisois. Aussi, la géographie urbaine en mutation se double-t-elle d’une série de transformations dans les comportements individuels et les rapports collectifs qui changent la conception et le vécu de l’espace citadin.

Des mutations se font sentir après la Première Guerre mondiale avec la diffusion d’espaces de sociabilité et de loisirs citadins qui vont être les lieux d’expression de la politique. Le phénomène est engagé avec la diffusion de l’imprimé qui entraîne l’essor de la presse, en langue arabe et française principalement. Avec le journal, la physionomie des cafés se transforme. Le café européen (café bar et brasserie, ou débit de boissons rattaché à un hôtel) modifie l’occupation des lieux : les chaises remplacent les nattes des cafés maures. Le café draine en outre, une autre culture, celle du journal et une sociabilité qui facilite les réunions associatives. Une législation naît dans le but de surveiller ces lieux de rencontre et d’activité politique.

Les cafés sont concentrés entre l’avenue de France et l’entrée de la médina (on en compte sept en 1924). Ils pratiquent une mixité qu’on ne voit pas dans les cafés de la médina et des faubourgs. Cependant, depuis les incidents autour de l’immatriculation du cimetière du Djellaz (1911) et le boycott des tramways (1912)-deux révoltes urbaines réprimées dans le sang- qui marquent les Tunisois, le café devient partout le lieu où on lit le journal en groupe, où on échange les nouvelles et les idées, notamment politiques. Le cinéma et le sport deviennent aussi des lieux où s’exprime le politique.

A côté du réseau du centre ville, des salles de cinéma s’implantent en banlieue à partir de 1910 et dans les quartiers de Bab Souika, Bab Menara et Al Jazira à partir de 1924. Plus petites que celles de la ville européenne, ces salles programment des films arabes et hindous que la censure pointe parfois car il arrive que les spectateurs y expriment des opinions anticoloniales. Le sport, lieu de promiscuité, d’échange et d’adversité se politise également avec la multiplication des associations sportives. La naissance des deux grandes équipes tunisoises de football, le Club Africain (1920, Bab Jedid) et l’Espérance sportive de Tunis (1919, Bab Souika) marque la structuration de l’espace urbain par le sport, vecteur d’affirmation politique.

La politisation de ces activités citadines se remarque d’autant plus que Tunis, centre de l’administration coloniale et siège du contrôle civil de la région, n’héberge pas le Bey, co-signataire des lois et traités avec la Résidence Générale. Le garant et symbole de souveraineté de la Régence de Tunis réside en effet en banlieue : le pouvoir beylical vit, reçoit au Bardo, à Hammam-Lif, à La Marsa… Dans ces demeures excentrées, il se joue une existence jamais niée par les textes, mais marginalisée dans l’espace et dans la prise de décision.

Au contraire, les Français s’approprient l’espace comme lors des défilés du 14 juillet ou celui du Congrès Eucharistique de Carthage de 1930. En 1925, pour célébrer son centenaire, la statue du Cardinal Lavigerie, archevêque d’Alger et de Carthage, est érigée sur le parvis de la Place de la Bourse, à l’entrée des souks, provoquant des manifestations d’étudiants de la Zitouna. Ces actes répétés de théâtralisation de la présence française en Tunisie finissent en effet par engendrer des répliques nationalistes. Le premier parti nationaliste le Destour est fondé en 1920, puis le Neo-Destour dirigé par Bourguiba en 1934.

Les manifestations du 9 avril 1938 devant le Palais de justice sur le Boulevard Bab Benat et sur l’avenue Jules Ferry, face à la Résidence générale, apparaissent comme une protestation contre l’appropriation coloniale de l’espace que les habitants du Tunis, assiégé puis occupé à partir de 1881, n’ont pas exprimé en leur temps.

Ainsi, toute capitale qu’elle est depuis des siècles, Tunis voit son espace se politiser face à la colonisation française, une dimension qui vient s’ajouter à son dynamisme économique et à son aura historique.

Sélection bibliographique

Leïla Ammar, 2007, La rue à Tunis, réalités, permanences et transformations : de l’espace urbain à l’espace public, 1835-1935, Thèse en architecture, Université Paris VIII, Seine Saint Denis.

Habib Belaïd, 1998, « Aperçu sur le cinéma en Tunisie à l’époque coloniale », Rawafid n° 4, Revue publiée par l’Institut Supérieur d’Histoire du mouvement national, Université de La Manouba.

Morgan Corriou, 2011, Un nouveau loisir en situation coloniale : Le cinéma dans la Tunisie du protectorat (1896-1956), Thèse de doctorat, Université Paris-Diderot 7 (à paraître).

Christophe Giudice, 2006, La construction de Tunis, « ville européenne » et ses acteurs de 1860 à 1945, Thèse de doctorat, Université de Paris Panthéon-Sorbonne.

Paul Sebag, 1998, Tunis, Histoire d’une ville, Paris, L’Harmattan, 685 p.

Article publié dans le magazine Les Collections de l’Histoire n° 70, janvier-mars 2016, pp.76-80.

La photographie « Architecture. Avenue de paris. Tunis » est de Hamideddine BOUALI