Archives par étiquette : santé publique

Lire ou relire « La fêlure » de Mohamed Lahbib Chebbi

Lahbib Chebbi, La fêlure. Mémoires d’un cheikh. Roman, Tunis, Editions Salammbô, 1985, 255 p.

Lire ou relire aujourd’hui La fêlure. Mémoires d’un cheikh, un roman tunisien de 1985, n’est pas dénué d’intérêt. Les résonances sont multiples. L’ouvrage n’a pas suscité l’engouement connu par La Peste, d’Albert Camus au cours de l’année 2020, dès le déferlement de la première vague du Covid-19 à travers le monde. On a cependant noté dans la presse tunisienne des rappels du roman édité en 1985 à Tunis aux éditions Salammbô, réédité par la maison Cartaginoiseries Editions en 2010 (préface par Mohamed Kerrou). Sa lecture ou sa relecture valent le détour.

Un personnage/auteur bouleversé

Un des charmes de l’ouvrage réside dans les divers plis (psychologique, sociologique, politique, philosophique…) à travers lesquels se déroule le récit d’un lettré tunisien qui raconte l’épidémie de choléra qui frappe Tunis en 1867. L’auteur, Mohamed Lahbib Chebbi (1944-1988), anthropologue, nous introduit dans un monde urbain en plein bouleversement, à l’image du cheikh qui rédige une « chronique » entre juin et juillet 1867 accompagnant son constat des effets d’une épidémie sur Tunis parallèle à la découverte d’un bouton dans sa tête (p. 41). Le choc provoque un désordre intérieur épousant la panique qui saisit en même temps l’ensemble de la ville et de ses habitants.

Si le thème littéraire de la brisure psychologique est classique, il est ici doublé d’artifices d’écriture qui l’enracinent dans l’histoire de la Tunisie et la topographie de Tunis avec des traits de la vie culturelle et politique locale : un traducteur Mokhtar Tounsi déclare dans la préface (datée de 1978) avoir trouvé un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Tunis, écrit dans deux registres de la langue arabe (dialectal et littéraire), dans une calligraphie maghrébine. La préface annonce une suite de réflexions qui relativise l’exigence abstraite de vérité que pourrait éprouver le lecteur. Car les temps et le ton ne sont pas à l’administration d’une vérité mais, au contraire, à la description des doutes et des incertitudes qui s’installent à commencer par la personnalité de celui qui parle/écrit. Sur le plan de la forme, les caractères d’imprimerie oscillent entre des passages en standard et en italiques qui font alterner les points de vue et les voix, entre 1857 (date du mémoire publié en annexe, pp.252-255), 1867 (le récit) et la « libre traduction » de 1978. Des feuillets sont dits manquants, d’autres illisibles : ces notations accréditent l’idée d’un manuscrit ardu à déchiffrer, donnant à penser qu’il est composé dans la fièvre et fruit du désordre des pensées et des sentiments qui submergent le chroniqueur.

Je suis un des chouyoukhs les plus écoutés de la capitale. Non pas pour une quelconque originalité. J’ai tout simplement emmagasiné une somme de connaissances sur la vie du Prophète, les explications du Coran et les données juridiques classiques. Je suis très respecté et on se tait à mon passage, enfin c’est ce que je crois. (p.75)

Le cheikh sent la « ville s’installer dans les chiffres » du décompte quotidien des morts et commence à douter de sa condition de « musulman ». L’épidémie de choléra trouble en effet sa tranquillité de cheikh (il utilise le pluriel de chouyoukhs), remet en question ses liens avec ses étudiants, sa conception du savoir ainsi que ses rapports avec ses collègues (Anouar, Salah, Sadok…) proches, comme lui, du pouvoir. Comme dans un roman initiatique, le personnage principal s’ouvre à une série de nouveaux constats.

L’épidémie est une épreuve désarçonnante : que peuvent la parole et la prière des chouyoukhs alors que la mort fauche quotidiennement les vies ? Que faut-il faire ? Suffit-il d’appliquer la quarantaine ? A l’épreuve des faits, les explications religieuses s’avèrent faibles, insuffisantes. De nombreuses pensées se greffent sur ces bilans critiques. Le cheikh découvre que l’extase n’est pas que dans la parole, que l’ivresse ne vient pas seulement des mots de la culture musulmane mais également du vin. Il lui arrive de confondre taverne et mosquée. Il réalise qu’il existe une autre façon de considérer l’histoire en train de se dérouler. La révolte de ‘Ali Ben Ghedhahem (1864), en arrière-plan du récit, doit être racontée « autrement » : Amor El Mejri lui soumet un manuscrit relatant l’événement (pp. 80-87). Le texte s’attache aux normes de l’époque espérant se placer sous les auspices d’Ibn Khaldoun mais le cheikh n’apprécie pas la chronique qui vise plus à « introniser » son auteur qu’à décrire les faits. Il est pris de doute envers le stéréotype du savant comme envers l’art historique, allant jusqu’à déclarer : « c’est le présent qui m’intéresse… pas les faits d’armes » (p. 72).

Des repères qui bougent

De jour en jour, le cheikh nous transporte dans l’espace d’une ville qui lui est familière dans ses quartiers : la médina, les souks, la hara (pp. 87-91), Bab B’har, les faubourgs, le quartier franc…comme dans ses marges : le cimetière El Jellaz. Ses déambulations font défiler les personnages qui assurent l’activité matérielle du Tunis de la deuxième moitié du XIXème siècle (le meddeb, le propriétaire du bain, le fournier, le serveur, le conteur, les prostituées, le courtier juif, les portefaix…) comme ceux qui en assurent l’administration (le mouharrek, le président de la municipalité, Monsieur Pierre, membre du conseil sanitaire…). On suit les transformations de la vie économique de la Régence (les chaouachis se transforment en barbiers) qui recomposent la place et le rôle des différents habitants de la ville de Tunis à cette époque :  les Musulmans, les Juifs, les Italiens, les Français, les Maltais… Le cheikh prend conscience de l’apport de la science des médecins juifs tout en exprimant sa méfiance comme il relève des signes annonçant la future occupation d’un pays en proie à des désordres divers et abandonné par ses gouvernants (le bey fuit la capitale, p.87).

Le style du roman et son rythme traduisent la panique qui s’empare de l’auteur, à mesure que l’épidémie se propage. Pour combattre sa tristesse, il fréquente la taverne, rend visite à la chanteuse Zahoua, pour échapper au réel, à la recherche d’autres liens. Il est de plus en plus focalisé sur des formes de l’invisible : les symptômes accompagnant le choléra, les souvenirs de l’enfance comme les pensées noires sur les morts. Le nombre de ces derniers ne cesse d’augmenter semant un sentiment de captivité, un état mental qui vient creuser la crise existentielle vécue par le cheikh, abandonné par sa femme et ses enfants (p.124) et voyant « son mal s’installer majestueusement en voisin de ses idées » (p.184).

Une métaphore évidente émerge : la colonisation française qui se profile et dont le roman décline les signes annonciateurs, à travers le symbole des remparts, la spéculation monétaire, l’impuissance d’une certaine parole, la résistance à l’innovation, la crise de la culture religieuse, le « sommeil de l’habitude ». En écho au délire du cheikh, la ville de Tunis est la proie de pensées lugubres, se plaint de sa décomposition. L’imaginaire urbain est tout de même traversé par des réactions nouvelles ; des habitants sentent le besoin d’intervenir sur les conditions de vie : reconstruire les maisons écroulées, réparer les murs délabrés, installer une certaine hygiène.   

Entre anthropologie historique et références poétiques et littéraires, La fêlure nous restitue une atmosphère manifestement nourrie d’une connaissance des sources et d’une intimité avec l’histoire de la ville de Tunis. Leur agencement en récit renforce l’intérêt d’une telle lecture en cette période épidémique. A cent cinquante ans de distance, le lecteur peut noter les invariants humains et les phénomènes tangibles qui accompagnent les crises sanitaires, tout en entrant dans une histoire de la Tunisie du XIXème siècle, rendue par l’anthropologue-romancier avec finesse et sensibilité. 

29 avril 2021

Publié dans IBLA n° 227, juin 2021, pp. 173-176. 

Se souvenir de 2011

Dès les premières alarmes tunisiennes face à la pandémie, le souvenir de 2011 est remonté. À observer la façon dont le Covid-19 se vit dans le contexte politique, économique, social et culturel tunisien, on note que cette crise globale et transversale, que peu de spécialistes (et encore moins de politiques) ont vu venir, a fait tache d’huile à une vitesse qui fait penser, une fois de plus, aux canaux de transmission de l’information et de l’émotion comparés à ceux de la propagation du virus. Les capacités humaines, économiques et technologiques qui commandent nos cadres de vie, de pensée et de pouvoir sont de nouveau mises à nu avec deux différences de taille entre les deux périodes : la Tunisie est fondue dans le reste du monde et le discours sur l’exceptionnalité, comme celui de l’ingérence étrangère, sont hors de propos.

Parallèles

Même si en 2011, la Tunisie vit le premier d’une série de soulèvements alors que la vague pandémique de 2020 l’inscrit dans une suite déjà longue de pays atteints par le virus, le déclic de mars 2020 rappelle l’interruption de la vie ordinaire entre fin décembre 2010 et janvier 2011 : une pause forcée progressive. Couvre-feu à l’appui, l’arrêt obligatoire du quotidien est renforcé par les injonctions à rester chez soi. En 2011, le pouvoir a sous-estimé le danger qui le menaçait, même si des signes ont été notés après coup. Face à l’épidémie, l’administration sanitaire a pu lancer des alertes et décider de mesures protectrices pendant que le pays se débattait dans les négociations du nouvel exécutif avec les partis en place.

On se souvient que 2011 – qui a vu passer trois gouvernements provisoires avant les élections d’octobre – a instauré une gestion par décrets. Le gouvernement de 2020 recourt au même procédé, ligoté cette fois par l’article 70 de la Constitution de 2014. L’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) accorde, le 4 avril, l’autorisation au chef du gouvernement de légiférer par ordonnance pendant deux mois.

Dans les deux situations, la peur, le doute, les incertitudes se répandent parmi une population qui s’avère mal identifiée par les services sociaux et échappe aux statistiques officielles. Le ministère des Affaires sociales est obligé de revenir sur des listes de familles nécessiteuses faussées et on s’aperçoit que la loi de l’identifiant uniquehttp://fr.tunisie.gov.tn/service/534/6-recherche-de-l-identifiant-unique-des-affili%C3%A9s-de-la-cnss.htm votée depuis mars 2018 n’a pas été mise en application par crainte de la traçabilité.

En 2011 comme en 2020, du point de vue de la précarité et de l’action, face à la violence et dans les initiatives, les femmes sont au premier plan. Contre le fatalisme de la dictature, contre la maladie et la mort, elles sont dans l’espace public et le privé, dans la stratégie et la solidarité de proximité, dans la réponse aux besoins immédiats.

Poussées

Sur le moyen terme, on enregistre des avancées imprévues. Les écoles d’ingénieurs fabriquent des masques à visière et des sur-blouses pour le corps médical, des formules pour des produits de nettoyage et des appareils respiratoires. Les aides à acheminer d’urgence imposent une numérisation express bloquée depuis des années ; la langue des signes se développe pour transmettre les communiqués journaliers de santé. Le plan Ebola d’août 2014 est d’une grande utilité pour mettre en place les premières mesures. Grande nouveauté : une interview télévisée dévoile les dessous d’un marché des masques que le ministre du Commerce commandite à un député-chef d’entreprise textile. Le gouvernement crie à la perte de temps mais l’opinion impose le contrôle d’une commission qui dénonce l’irrégularité de la tractation et l’annule.

La critique des bévues de la gestion gouvernementale flageolante reprend bon train. La liberté de ton acquise depuis 2011 retrouve un mordant estompé avec le temps. L’urgence et la vitesse des faits fouettent l’action publique et aiguisent le regard citoyen, après des années d’une vie politique empêtrée dans des tractations partisanes, rouillée par des trafics d’influence et bloquée par des luttes de lobbies.

Face au coronavirus, les réseaux sociaux contiennent partiellement les médias. L’information, au départ mouvante, mimétique et peu assurée, se structure de jour en jour. L’épidémiologie contemporaine, internationale et mondialisée, parvient à infuser une veille scientifique transmise via des médecins. Les radiographies locales du virus parviennent parfois à contrecarrer les vagues de fake news qui contribuent à la panique et à alimenter un certain complotisme.

La précarité s’est aussi amplifiée et les différences régionales, dévoilées depuis 2011, mettent en exergue la vitalité des circuits du commerce parallèle. Médicaments, céréales, masques et même emploi font l’objet de trafics impliquant parfois des édiles régionaux. 

Tourisme et culture : les modèles en question

Le tourisme, qui peinait à reprendre depuis 2010, connaît un arrêt dont on se demande s’il va achever le modèle de tourisme de masse que le pays cultive depuis les années 1970. Frileux et apeurés, les hôteliers ne se bousculent pas pour aider à organiser la quarantaine des Tunisien-ne-s de retour de l’étranger. Le secteur culturel traverse, de son côté, une crise existentielle après l’explosion quantitative et qualitative post-2011. Les arts vivants sont menacés et le fonds institué par le ministère de la Culture ne peut pallier l’absence du statut d’artiste et de technicien. Les festivals s’adaptent en s’appuyant sur le numérique et en se concentrant sur l’impact local. Les grandes manifestations (Festival International de Carthagehttps://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_international_de_Carthage à l’été et Journées cinématographiques de Carthagehttps://fr.wikipedia.org/wiki/Journ%C3%A9es_cin%C3%A9matographiques_de_Carthage à l’automne) annoncent des formules nationales et ramassées, pour économiser la devise et anticiper l’absence de participations étrangères. Le sport est, comme partout, mis en stand by, même si des dirigeants avisés tentent de se retrancher dans le numérique et les jeux vidéos, propulsés tout d’un coup comme une sinécure commerciale.

Le confinement impose un « ramadan pas comme les autres » (24 avril) convertissant la sociabilité habituelle des soirées (prière des trawih, fréquentation des cafés, visites et concerts) sans brimer la frénésie consumériste. La première phase du « dé-confinement ciblé » (4-24 mai) donne la priorité à l’administration et aux petits commerces, mais la perspective de l’aïd laisse prévoir un relâchement déjà sensible dans la circulation, les marchés et les plages. Les feuilletons de ramadan, avec des fins de tournage qui déchirent un milieu très concurrentiel, comme les meetings virtuels, pullulent sur les écrans. Les possibilités de débats et de création défiant les contraintes de circulation et du marché (ex : la sit-com « El khayata », « La couturière ») parviendront-ils à changer les pratiques de production et de consommation culturelle ? Les webinars sur les choix économiques, la souveraineté alimentaire ou les conceptions de la culture apporteront-ils des solutions ?

1 032 cas, 46 décès, 727 rétablis et 5 départements épargnés. Les médecins déclarent trois journées sans nouvelle atteinte. L’éclaircie sanitaire se dessine peut-être mais qu’en est-il des courbes économiques et sociales qui attendent un pays qui ne parvient pas, depuis dix ans, à pallier les insuffisances révélées par le soulèvement de 2011 ni à colmater les lézardes que dévoile le cours des événements ?

12 mai 2020

Photographie par Saïf Fradj

Texte publié dans Vivre au temps du Covid-19, Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie, Tunis, IRMC/Nirvana, 2020, pp. 85-94

COVID-19 : Vue de Tunisie

Comme beaucoup de gens, j’ai mis du temps pour assimiler ce qui nous arrive et pour prendre conscience de l’ampleur humaine de l’expérience de l’épidémie du Corona. Vue de Tunisie, la crise bouscule l’actualité politique et suscite une série de débats qui, touchant à des questions politiques fondamentales (information, communication, santé publique), secouent une « transition » enlisée depuis des années dans des contradictions et des impasses.

Internet : pile et face

Le web permet de décréter la pandémie mondiale et de généraliser son nom : COVID-19 (et non plus virus chinois ou de Wuhan, Coronavirus). La Tunisie déclare son premier cas le 2 mars et renforce le 9 mars les mesures publiques prises en février. L’unification de l’information sur le site Covid-19.Tn, l’ouverture d’une plate-forme de dons 18/18 ou encore le « téléthon » organisé par des journalistes le 20 mars (fête de l’Indépendance, passée inaperçue) montrent une mobilisation qui relègue au second plan la façade médiatico-politique cachant l’impréparation du pays. L’Assemblée des Représentants du Peuple, la Présidence de la République, le gouvernement –entré en fonction le 27 février[1]– révèlent leur errance. A côté du Conseil de sécurité nationale, une cellule de crise du Ministère de la santé -en alerte depuis janvier face à la propagation, encore lointaine, du virus- intensifie les communiqués et les actions. Le pouvoir central s’organise et les bilans quotidiens font pressentir les dangers de la fracture régionale et sociale en train de s’exprimer. Avec l’instauration du couvre-feu (19 mars) puis du confinement, (22 mars) on apprend que les Algériens ne « vendrediront » pas pour la première fois depuis plus d’un an et que le Maroc -qui a connu son premier cas le même jour qu’en Tunisie- a décrété l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 20 avril. La carte journalière de l’université Johns Hopkins indique l’apparition de contaminés en Libye. Le 5 avril, sur les 2908 cas des 5 pays du Maghreb (dont 245 décès et 163 guérisons), la Tunisie a déclaré 596 atteints et 22 décès.

Ici comme partout, les mesures de confinement tracent la limite entre ceux qui restent productifs par le télétravail, ceux qui peuvent s’arrêter sans grande perte économique, ceux qui risquent de perdre emploi et salaire et ceux qui sont contraints de travailler à l’extérieur. Je ne parle pas de la population des prisons et des réfugiés qui n’ont le choix de rien. Universitaire à la retraite, je fais partie des privilégiés qui profitent d’Internet et participent à ses effets.

Les réseaux sociaux prennent des airs de Ramadan ou de fêtes, exhibant prouesses culinaires et conseils domestiques et hygiénistes. Nermine Sfar qui danse chaque soir en streaming avec ses admirateurs et les live musicaux, les projections de films et les vidéos éducatives et artistiques prouvent qu’Internet peut être complément de vie, support de culture et vecteur de solidarité.

Dans le milieu de l’enseignement, la « continuité pédagogique » à travers le web divise les rangs, tant que l’année scolaire et universitaire n’était pas menacée. La prolongation du confinement pousse les enseignantEs à bricoler des formules de cours et d’accompagnement diverses, laissant espérer que l’enseignement à distance amène à transformer les méthodes pédagogiques figées, à activer structures et équipements et à aplanir les inégalités des apprenantEs et des enseignantEs face à la technologie.

La santé au centre de la politique

L’exposition de touTEs aux risques du COVID-19 et l’aptitude inégale de chacunE devant la maladie et la mort sont le dénominateur universel de cette crise sanitaire. Si le personnel médical tunisien s’est montré jusque-là efficace dans les décisions de prévention, on attend la formation d’un conseil scientifique nécessaire aux dimensions de la grave crise sociale et économique en cours[2]. Les femmes sont en première ligne du personnel médical et para–médical[3], reflet du système social et des tendances de la spécialisation des diplômes. La réponse sanitaire tunisienne transcende la division public/privé qui mine depuis trois décennies les acquis d’une santé publique qui a augmenté l’espérance de vie, vacciné contre la tuberculose, banalisé l’avortement, diffusé à travers les dispensaires et la radio une culture médicale péri et néo-natale. Les pouvoirs publics sollicitent la conscience citoyenne, surveillent l’application des mesures avec des moyens visiblement peu adaptés[4]. Les déficits de santé publique éclatent au grand jour alors que la Tunisie dispense une médecine qualifiée (soins du corps, procréation médicalement assistée…) pour les voisins maghrébins, d’Europe ou du Sud du Sahara. Le secteur économiquement prospère participe à cliver les bénéficiaires des soins : les cliniques privées se multiplient aux dépens d’un hôpital public en recul[5], les praticiens manquent dans les régions et le nombre des diplômés de la santé qui quittent le pays augmente, faute de recrutements. La médecine libérale se développe de manière rentable mais elle est incapable d’assurer les soins de proximité pour la population. 

L’impératif sanitaire a fouetté le paysage médiatique plombé par des querelles politiciennes : les médecins épidémiologistes, urgentistes, anesthésistes, réanimateurs, biologistes, radiologues, rhumatologues, internistes, les statisticiens (et non les sondeurs d’opinion), les psychologues expliquent, conseillent, orientent les décisions. Nous voulons entendre économistes, démographes, nutritionnistes, urbanistes, agronomes, architectes, géographes et l’ensemble des sciences humaines contemporaines nous éclairer.

Si la crise a mis en évidence la nécessité d’un journalisme scientifique dans la chaîne d’information, la visibilisation forcée du corps médical pourrait inspirer les gestionnaires du pays à s’entourer davantage des compétences scientifiques et des connaissances de terrain afin de traiter la chose publique avec la conscience, aujourd’hui évidente, que l’intérêt général est constitutif de chaque intérêt individuel.

6 avril 2020

Photographie : Saïf Fradj, Sousse, 31 mars 2020, page 6 

Publié dans Le Quotidien d;Oran, 8 avril 2020,

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5288659

[1] Après plus de quatre mois d’intérim du gouvernement Youssef Chahed et le rejet du gouvernement Habib Jemli en novembre 2019.

[2] Deux appels ont été publiés. Cf. Nawaat, 30 mars 2020  http://nawaat.org/portail/2020/03/30/lettre-ouverte-au-president-de-la-republique-appel-a-la-constitution-dun-conseil-scientifique-national/ et Leaders, 5 avril 2020  https://www.leaders.com.tn/article/29583-h-kazdaghli-et-h-mellakh-pour-un-haut-comite-scientifique-consultatif-dans-la-lutte-contre-le-covid-19

[3] Cf. le portrait de Nissaf Ben Aleya https://www.leaders.com.tn/article/29596-nissaf-ben-alaya-un-parcours-d-excellence

[4] L’arrivée des aides de l’Etat pose des problèmes logistiques majeurs.

[5] La mort de 12 nourrissons dans une maternité à Tunis en mars 2019 a choqué l’opinion.