Archives par étiquette : moment révolutionnaire

Nar, s’immoler aujourd’hui en Algérie

Le film Nar (Feu), de Meriem Achour Bouakkaz (2019), a été au centre de la première activité de la manifestation intitulée 20 ans, 20 films, 20 pays initiée par l’Université de La Manouba pour son 20ème anniversaire. Le ciné-club de la Faculté des Lettres des Arts et des Humanités a programmé une série de films pour accompagner cet anniversaire doublé de deux autres (les 60 ans de l’université tunisienne et les 10 ans de la Révolution). L’ordre alphabétique a fait de l’Algérie le premier pays visité tandis le sujet du film projeté mercredi 29 janvier 2020 (les immolations en Algérie) a permis de relier une foule de sujets, de rapprocher des pays, de raccorder des questions sociales, humaines et politiques qui se posent aujourd’hui.

http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/56927_1#

Tourné (en 2018 ?) avant le déclenchement des marches hebdomadaires le 22 février 2019, ce documentaire de 52 minutes fait parler un animateur culturel, un rescapé, une mère et un frère de victimes, deux étudiants, un mécanicien et un agent de sécurité, des multiples significations du feu (= nar). Comme une signature d’époque, le film démarre par une vidéo sur une immolation en direct (près de Jijel, en avril 2012) suivie par la répression des mobilisations qu’elle a déclenchées. Il se termine par une citation de l’écrivain et journaliste algérien Mostafa Benfodil : « Puisse l’Algérie renaître de la cendre de ses enfants ».  Le feu est ainsi abordé à travers différents vécus, dans les lieux et les décors qui marquent ces histoires autant qu’ils font sortir les expériences vers une compréhension plus large. Chaque témoignage est inscrit par la cinéaste dans une toile qui nous fait entrer, à travers un montage sensible, au cœur de l’Algérie, au cœur de l’actualité sociale maghrébine comme au cœur de la psychologie humaine.

L’histoire en train de se faire

Des images paisibles des rues et des cafés fuse une musique, celle de La Casa d’El Mouradia, ce chant de stade qui a porté les rassemblements algériens de 2019.

Le spectateur est introduit dans l’histoire en train de se faire, dans les vies des gens, dans leurs têtes, dans les mots qu’ils utilisent pour parler de leurs existences, dans les actes qu’ils entreprennent. En s’attardant sur les souvenirs, les sentiments, les regards, les douleurs et les pensées de Fouad, Seïf, Tayeb, Anis, Saïd, Lakhdhar et Saïda, la cinéaste nous dévoile les sens ambivalents du feu, les raisons qui y mènent et les jugements qu’on en tire.

Fouad évoque ses souvenirs des faits de Village Moussa d’avril 2012 ; il intègre l’immolation de Hamza à son expérience auprès des jeunes de la région qui, en l’absence de culture, ne peuvent ni vivre pleinement ni partager leurs talents. Le graphiste Saïd, rescapé, date son geste du 14 janvier 2011, en détaille les phases puis déroule une réflexion sur ce qu’il en a appris, après avoir été sauvé, grâce à la solidarité mobilisée. Le récit de Taïeb, frère du marchand d’olives mort de ses blessures, souligne le parallélisme avec la condition du tunisien Mohamed Bouazizi, marchand ambulant, en butte aux injustices administratives. Taïeb trouve son réconfort dans sa passion de la nature et des vestiges historiques. Lakhdhar a tenté de s’immoler dans une banque avec sa fille handicapée ; ayant obtenu un logement, il a repris confiance dans son appartenance à l’Algérie, tout en reconnaissant la responsabilité de chacun dans la situation générale. Les deux étudiants (Seïf et Anis) déclarent apprendre des choses dans ces cafés, un « lieu sacré » où des heures passent à échanger sur la vie, regarder les matchs, jouer sur des téléphones, sortir de chez soi, dans une sociabilité exclusivement masculine. Saïda, la seule femme du film, est une mère qui ne parvient pas à oublier le geste suicidaire de son fils, en principe interdit par l’Islam ; elle cherche la paix en fabriquant son pain, en faisant du crochet, en entretenant ses plantes et sa maison, aux côtés de son frère. 

Brûler

Les images nous rappellent l’omniprésence du pétrole dans les bouteilles et les objets en plastique, les moteurs de voitures, les bonbonnes, les cigarettes, les réchauds, les pompes à essence. Cette ressource s’avère mortifère, meurtrière dans un environnement vécu comme une prison. Seuls les stades constituent, pour les hommes, un espace public d’expression et de défoulement individuel et collectif. Alors que des richesses s’étalent à longueur de plaines, de plages et de montagnes, des bateaux de fortune emportent des harraga-s, qui mettent en œuvre une autre façon de brûler et de fuir l’insupportable. Les immolations sont des gestes individuels portés à la visibilité pour extérioriser une douleur de vivre, pour dire une « vérité » mais le prix de ce « point de non retour » coûte aux jeunes sans rien rapporter à la communauté.

Vécus et gestes racontent une réalité algérienne sombre qui rappelle des conditions économiques et sociales d’autres pays, y compris dans les conséquences tragiques du fléau de la corruption et du clientélisme. Ces réponses désespérées et spectaculaires sidèrent les entourages et restent sans explication. Médias et statistiques ne savent pas appréhender le phénomène. S’auto-immoler n’est pourtant pas la seule réaction possible pour la jeunesse d’une Algérie où les victoires du football procurent de la joie, où des chantiers voisinent avec des ruines antiques, où les côtes maritimes offrent des ressources, où des terres vierges invitent à l’exploitation, où la solidarité existe, où la volonté de vivre n’est pas complètement éteinte.

Les prémices du hirak algérien sont réunies dans ces témoignages de survivants et de proches. Les immolations se poursuivant par centaines, voir Nar a plus d’une portée : celle d’approcher par le bas les soulèvements -que la Tunisie a inaugurés le 17 décembre 2010- et de donner à comprendre ces décisions de s’embraser pour interpeller contre l’injustice, briser le mépris et dénoncer le manque de liberté.

Le 31 janvier 2020

Pour ne pas oublier les Révolutions

Histoires minuscules des révolutions arabes, Wassyla Tamzamli (Dir.), éd. Chèvre feuille étoilée, 2012

Wassila Tamzali (ed.), Histoires minuscules des Révolutions arabes, Montpellier, Editions Chèvre feuille étoilée, 2012, 359 p.

« La Révolution n’est (déjà !) plus ce qu’elle a été. Mais il ne faut pas l’oublier » : tel pourrait être le titre des quarante-trois textes que Wassila Tamzali a commencé à rassembler avant que la « Tunisie vote » et sorti en mars 2012. L’ ouvrage promène le lecteur dans les univers d’écrivains et d’auteurs dont la subjectivité fixe un temps suspendu, celui des « Révolutions arabes ». Depuis cette percée dans le ciel politique des pays arabes, de l’eau a coulé sous les ponts, des nuages planent aujourd’hui. Une des phrases –clés de ce recueil est un vers de Hölderlin rappelé par Hejer Charf : « Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve » (p. 272). Une maison d’édition discrète, une éditrice sensible et exigeante ont donné voix à vingt-six femmes et seize hommes, pour que l’on se souvienne qu’« une beauté terrible est née » (un vers de Yeats choisi comme titre de la préface). Un troisième fil poétique parcourt ce recueil : la notion de « vies minuscules ». Elle est empruntée à André Michon («être minuscule, c’est être dépassé par quelque chose qui vous transcende» (p.33) et s’applique à « ces Révolutions [parce qu’elles] sont arrivées par la grâce de héros minuscules… » (préface, p. 10).

Chacun des 42 auteurs nous raconte une ou plusieurs scènes, restitue un personnage, rapporte des paroles, commente un proverbe, évoque des bruits ou des odeurs de ce temps passé, pas mort mais plus tout à fait vivant. De Tunis, d’Alger, de Tanger, du Caire, de Beyrouth, de Damas, de Paris, de Berlin ou d’ailleurs, ils ont vibré et chacun a vu, vécu des choses entre l’ordinaire et l’extraordinaire, entre lucidité et espoir. Ces voyages intérieurs face à l’histoire avec sa grande H, ces pensées intimes devant les promesses et les désenchantements, la sensualité qui ressort des descriptions extraient le lecteur de la solitude, l’aident à rejoindre ces hommes et ces femmes dont la chair et l’imaginaire ont inscrit en eux cette « béance » inattendue, inédite, maintenant advenue.

Continuer la lecture