Archives par étiquette : histoire culturelle

Le français dans un Maghreb plurilingue

 

Quel rapport entretenez-vous, vous-même, en tant qu’historienne et intellectuelle tunisienne, avec la langue française ?

Je suis née en 1952, 4 ans avant l’indépendance et lorsque je suis entrée à l’école, elle était encore sous fonctionnement colonial. J’ai donc un rapport d’apprentissage avec le français depuis le début de ma scolarisation. Mais l’arabe est aussi présent dans ma formation puisque je suis allée à l’école coranique, que c’était la langue familiale, etc.

Je suis historienne et aujourd’hui, ma langue de travail pour la recherche et l’écriture, est le français, avec qui j’ai, disons, un rapport privilégié. Pour l’enseignement, l’oralité, les conférences, etc. je travaille aussi en arabe et en anglais.

Mon rapport au français n’est donc pas exclusif, il est d’abord intimement mêlé à l’arabe ; l’anglais s’est ajouté par la suite  et j’ai recours à ces deux autres langues aussi  pour lire et parler. Je ne suis pas un cas isolé mais je ne suis pas non plus représentative du rapport à la langue française au Maghreb. Le mien s’explique parce que j’appartiens à ma génération et parce que je suis une femme[1].

Générationnellement, on comprend mais en quoi le fait d’être une femme entre-t-il en jeu ?

En schématisant, on peut dire qu’au Maghreb, les filles parlent mieux et plus couramment le français que les garçons. Pourquoi ? Simplement parce que si l’usage du français, pour ma génération, est le fruit de l’enseignement, pour les plus jeunes, il est davantage le fruit des médias. L’apprentissage de la langue passe surtout par les journaux et les écrans aujourd’hui. Or, les filles regardent davantage les films sentimentaux ou les séries, et lisent les magazines relatifs à la mode, la psychologie, la sexualité, etc.. Une grande partie des films, magazines, podcasts, vidéos sont en français, la France restant un grand pourvoyeur de cette culture et productrice d’industries, de commerces, de circuits de formation dans ces sphères … Cette consommation sert aussi de vecteur linguistique.

Au-delà, quel rapport entretient la jeunesse maghrébine, et notamment celle présente dans les mouvements de contestation, avec la langue française ? Est-elle l’un des outils de la contestation ?

Oui, c’est l’un des outils, une petite fenêtre. Mais la darija est devenue la souche, le français n’est plus le point de départ exclusif. Désormais, les mots du crû alimentent le langage de la contestation. Si on regarde les slogans, on voit qu’ils sont inspirés et nourris de la langue quotidienne des gens, qu’ils partent du vécu, et sont ensuite traduits. Les réseaux sociaux participent à leur dissémination.

C’est l’un des aspects à mon sens très important : cette jeunesse contestataire a aussi inventé un alphabet, une sorte d’écriture utilisée dans les sms, les textos, sur les réseaux sociaux, mélangeant les chiffres et les lettres et empruntant aux différentes langues, le français, la darija, voire l’anglais. On est passé à une étape nouvelle avec cette transcription par écrit qui dit encore plus le mélange dans son évolution. Ce travail d’inscription en lettres d’un nouvel alphabet s’apparente selon moi à un travail linguistique, une création[2]

Aujourd’hui, cette langue réinventée est plus qu’un outil de contestation, c’est un outil d’affirmation qui relève plutôt de la construction. Ça avance doucement et ça gagne au-delà du champ politique : L’étranger de Camus est désormais traduit en dialectal[3], c’est nouveau.

De qui le français est-il aujourd’hui la langue dans les pays du Maghreb, en termes de catégories socioculturelles ?

Le français reste un marqueur de distinction sociale et une langue apparentée à l’élite. Sauf que l’élite n’est plus monolithique, ça a changé. Aujourd’hui, il existe deux pôles internationalisés au sein de l’élite maghrébine : l’un est anglophone, tourné vers l’Europe et l’Occident ; l’autre arabophone et anglophone répond à l’attraction des pays du Golfe, notamment. Donc si la charge sociale et symbolique du français demeure celui-ci n’est plus la seule langue de l’élite internationalisée. Le français n’est plus hégémonique.

Par ailleurs, même si, bien entendu, le français a été introduit au Maghreb par l’école et l’administration coloniales, aujourd’hui, ce n’est plus seulement la langue du colonisateur[4]. Les Maghrébins sont des attrape-tout ! Il y a une capacité d’adaptation et de transformation de la langue qui fait que le français a pris une coloration maghrébine dans les différents pays où il est pratiqué. S’y ajoute aussi le fait que le français est la langue de la diaspora, qui représente un segment de maintien et de communication de la langue française. Qu’ils l’apprennent ou pas, les Maghrébins continuent de parler le français avec la diaspora. Du coup cette langue, déjà transformée de l’intérieur par la diaspora, bouge, se mélange, prend d’autres intonations…

Est-ce que l’usage du français fait débat au Maghreb ? Est-ce un enjeu politique ?

Oui, la langue française a encore une charge historique et on lui fait parfois porter beaucoup de choses… Il y a une instrumentalisation politique qui, selon moi, a tendance à hystériser la question. En tant qu’historienne, je sais que rien n’est figé, tout bouge, et petit à petit, je constate que le temps fait son œuvre dans ce domaine aussi, malgré une instrumentalisation réelle quoique variable, selon les formations politiques[5].

Ce qui se passe sur les réseaux sociaux, je l’ai dit, montre une coexistence évolutive des langues. A mon sens le travail politique sur la question de la langue devrait consister à apaiser cette coexistence riche et diversifiée (diglossie + bi/trilinguisme). Je suis pour le multilinguisme, toute langue est une richesse. Je considère qu’on a besoin d’un vrai travail de transmission, on n’a pas le droit de dilapider notre héritage. Le monde actuel est plurilingue[6] et le Maghreb contemporain qui est trilingue – avec en plus le Tamazigh, notamment au Maroc et en Algérie -, est une région historiquement favorisée. C’est une force pour l’avenir, une ressource qui ne doit pas être un lieu de conflit, au contraire.

Les jeunes maghrébins, celles et ceux qui sont instruits sont trilingues et savent que c’est une denrée d’exportation. Ils partent et leur trilinguisme est apprécié à l’export. Ils l’ont très bien compris.

Entretien  avec Emmanuel Riondé paru dans Le Courrier de l’Atlas n° 168, mai 2022, pp. 30-31.

[1] Kmar Bendana, Sylvie Mazzella, « La langue française dans l’enseignement public tunisien, entre héritage colonial et ‘économie du savoir’ mondialisée », L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale, Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, Tunis, 2007, pp. 197-203, ⟨halshs-00608174⟩

[2] https://nawaat.org/2017/08/27/larabe-dialectal-tunisien-sachemine-vers-la-creolisation/

[3] Dhia Bousselmi, El Gherib, Tunis, Pop Libris, 2018. L’auteur a aussi traduit Le Petit Prince de Saint Exupéry et les mémoires d’Abul Qacim Chebbi.

[4] Ilaria Vitali, « Samia Kassab-Charfi (dir.), Altérité et mutations dans la langue. Pour une stylistique des littératures francophones », Studi Francesi, 165 (LV | III) | 2011, 683-684. https://journals.openedition.org/studifrancesi/5160

[5] Plusieurs directions de débat se dessinent en Tunisie : https://nawaat.org/2019/10/29/derja-tunisienne-vs-arabe-classique-un-enjeu-persistant-video/

[6] La littérature tunisienne contemporaine est plurilingue, cf. Samia Kassab-Charfi & Adel Kheder, Un siècle de littérature en Tunisie. 1900-2017, Paris : Honoré Champion, coll. « Poétiques et esthétiques xx-xxie siècles », 2019, 550 p.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Fontaine

Jean Fontaine et la revue Ibla

Jean Fontaine (1936-2021) prend la direction de la revue Ibla quarante ans après sa création. La revue Ibla est une « idée » née en 1937 dans la tête d’André Demeerseman https://bazhum.muzhp.pl/media/files/Nurt_SVD/Nurt_SVD-r2016-t50-n1_(139)/Nurt_SVD-r2016-t50-n1_(139)-s332-337/Nurt_SVD-r2016-t50-n1_(139)-s332-337.pdf (1901-1993) [1]. L’idée dure jusqu’à nos jours, Ibla publiant en ce mois de juin 2021 son 227ème numéro consacré à la crise Covid-19.

La plus ancienne revue tunisienne vivante https://journals.openedition.org/remmm/6353 a été lancée grâce à la veine savante des Pères blancs https://www.cairn.info/revue-histoire-monde-et-cultures-religieuses1-2008-4-page-3.html#no5 (dits Missionnaires d’Afrique)http://www.peresblancs.org/ qui ont agrégé en cours de route des intellectuels tunisiens ouverts aux échanges et à la connaissance partagée de la société tunisienne. Les entrées et thèmes ont été nombreux : les langues de la vie quotidienne et culturelle  (arabe classique, darija, français et arabe médian), les contes, légendes et proverbes, le vocabulaire politique, les journaux et les revues, la littérature (poésie et prose), l’éducation, la famille, la jeunesse…

 Arrivé à Tunis en 1956, Jean Fontaine entre dans la revue Ibla, comme ses semblables, en tant qu’auteur d’articles, à travers un travail assidu autour de la bibliothèque et en référençant les ouvrages et périodiques se rapportant essentiellement à la Tunisie et au monde arabe et musulman. Les échanges de publications ont en effet afflué, de plus en plus nombreux et en plusieurs langues, grâce au travail de consignation et à l’effort d’analyse que la revue a tissés au fil des années avec les centres de recherche, les bibliothèques et les revues culturelles et scientifiques au Maghreb, au Machrek, en Europe et ailleurs.

En 1977, Jean Fontaine succède à Jean-Gabriel Magnin (1910-1977) à la tête de la revue. Titulaire d’un doctorat sur Tawfik al Hakim, il publie son premier ouvrage pour rendre compte de la littérature tunisienne parue entre 1956 et 1976[2]. Son principal terrain de travail consiste désormais à arpenter la production des écrivaines et des écrivains de Tunisie tout en s’intéressant à d’autres plumes (de Libye, d’Egypte, de Syrie et d’ailleurs). Cet examen patient et obstiné construit une vision analytique et globale d’une production peu considérée, en Tunisie comme dans le monde arabe, dans le temps long comme dans sa dimension comparée. L’attention persévérante de Jean Fontaine à la créativité littéraire tunisienne a généré un capital de connaissance digne aujourd’hui d’être poursuivi et exploité dans une perspective qui rattache la dynamique locale aux mouvements littéraires environnants.

Le deuxième apport de Jean Fontaine à la revue Ibla réside dans le lot de recensions et comptes-rendus publiés dans chaque livraison. Dans cette activité critique de la revue centrée sur la Tunisie à partir de 1968, il commence par suivre le mouvement des revues (1968-1972). Le point de vue bibliographique tunisien est systématisé à partir de 1969 et le résultat accumulé constitue une ressource documentaire précieuse pour les recherches en littérature et en sciences humaines et sociales.

Jean Fontaine a rédigé dans le cadre de ces rubriques documentaires plus de 4.000 fiches de description critique qu’il a léguées à la Bibliothèque nationale de Tunis. Ce geste indique la volonté de son auteur d’ancrer les traces de son travail dans une institution locale, publique et durable. Ce legs vient renforcer une posture prise par Jean Fontaine tout le long de son pilotage de la revue : on observe en effet une « tunisification » progressive du comité de lecture de la revue. De 1977 à 2007, il a pressenti, proposé, contacté les membres du comité qui se sont adjoints au noyau éditorial où la proportion des Pères blancs a baissé au fil des années. Malgré les réticences du Ministère de l’Intérieur à le remplacer comme directeur de rédaction d’Ibla, Jean Fontaine a accompagné, soutenu et aidé les responsables impliqués dans la direction de la revue[3]. A partir de 2000, Il s’éloigne physiquement de la fabrique des numéros à paraître, sans cesser d’écrire des notes de lecture et en restant mêlé aux finitions des tapuscrits avant l’imprimerie. 

Jean Fontaine rédige sa dernière recension pour Ibla en février 2021 sur un essai littéraire : Les insulés d’Antoine Hatzenberger (Riveneuve, 2020, 155 p). Dans ce court texte, il déclare vouloir rester « rationnel » pour une revue « sérieuse » et glisse un détail biographique : il était à l’île de Groix en Bretagne, en 1954, au moment où Bourguiba y était.

En introduisant les numéros commémorant les anniversaires de la revue qu’il a conçus et dirigés (Cinquante ans d’IBLA, La Tunisie scrute son histoire, n° 159, 1987 ; Le soixantième anniversaire, n° 179, 1997)[4] Jean Fontaine réaffirme la contribution d’IBLA à la conservation du patrimoine culturel tunisien. La revue lui doit beaucoup dans sa facture, sa qualité d’instrument de référence, sa réputation de sérieux comme dans sa longévité.     

Cette version reprend le texte lu au cours de la messe faite en hommage à Jean Fontaine (2 décembre 1936- 1er mai 2021) à la Cathédrale de Tunis (30 juin 2021).

Paru dans le numéro spécial de la revue IBLA n° 228, 2021/2, pp. 237-240. Une version en langue arabe du texte est dans le même numéro, pp. 39-42.

Photo prise par Ons Kammoun en avril 2021. 

[1] La phrase « IBLA est une idée en marche » est une citation d’André Demeerseman.

[2] Vingt ans de littérature tunisienne 1956-1976, Tunis, Maison Tunisienne d’Edition, 1977, 160 p.

[3] Citons, entre autres, Sadok Boubaker, Sami Bergaoui, Imed Melliti, Faouzi Bédoui, Myriam Achour…

[4] Il complète le travail d’André Louis (1973) par les Tables analytiques de la revue IBLA de 1937 à 1996, IBLA, 1997, 256 p.

Repères chronologiques  : Jean Fontaine & IBLA (Institut et revue)

1868 : Le Cardinal Lavigerie, évêque d’Alger fonde la Société des Missionnaires d’Afrique ou Pères blancs (car habillés d’une gandoura, d’un burnous et chéchia blancs)

1875 : Lavigerie obtient la garde de la chapelle Saint-Louis de Carthage. La première communauté de pères blancs s’y installe.

1922 : André Demeerseman (1901-1993) s’installe en Tunisie. Il a 21 ans. Après des études de philosophie en France, il décide de devenir père blanc en 1920, effectue son noviciat à Alger.

1926 : Une maison d’étude et de recherche est fondée par les Pères Blancs à Tunis. Elle est installée en 1928 rue des Glacières. On y dispense des cours d’arabe, d’islamologie et de linguistique pour la formation des pères blancs.

1928 : André Demeerseman est ordonné prêtre à Tunis, « pour l’étude de l’arabe et les réalités de l’islam ». Il commence par constituer une série Cahiers et documents Tunisiens, à partir d’enquêtes et études de terrain (dialecte, us et coutumes, contes et proverbes…). 

1930 : En mai, le Congrès Eucharistique de Carthage rassemble des milliers de catholiques. A. D. dénonce une manifestation qui glorifie l’Eglise catholique et la colonisation et provoque l’opinion musulmane.

1932 : La maison d’étude déménage rue Jama’ el Houa, Place du Leader (ex Place aux Moutons), dans le voisinage de la maison-musée de Habib Bourguiba (qui y a vécu).

1934 : A. D crée le Cercle des amitiés tunisiennes, regroupant des intellectuels tunisiens (Abdejellil Ben Ali, Béchir Fourti, Larbi Kabadi, Mohamed Nakhli…)autour decauseries et rencontres sur des thèmes divers.

1936 : Naissance de Jean Fontaine le 2 décembre, à Saint-André-Lez-Lille, dansle Nord de la France, au sein d’une famille nombreuse. 

1937 : A.Demeerseman fonde la revue IBLA. Elle atteindra vers les années 1950/1960 le tirage de 2000 exemplaires. A.D produira 125 articles, 14 éditoriaux et 95 recensions.

1952 : Les manifestations nationalistes de janvier au Cap Bon (Tazerka) sont brutalement réprimées. A. Demeerseman prend position contre la violence des « ratissage ». Il rédige à l’occasion un éditorial de la revue IBLA (n°56) en deux langues arabe/français

1953 : Jean Fontaine obtient un baccalauréat, section mathématiques

1955 : Jean Fontaine commence son noviciat de père blanc à Alger.

1956 : Jean Fontaine suit des cours de théologie à Thibar (Tunisie)

1958 : Jean Fontaine exerce comme instituteur à Alger

1959- 1964 : Jean Fontaine fait des études de théologie et d’arabe en Tunisie.

1962 : Jean Fontaine est ordonné prêtre à Comines (France)

1964 : Signature du Modus Vivendi entre Le Vatican et la Tunisie. La cathédrale Saint Louis de Carthage est remise à l’Etat tunisien. La statue du Cardinal Lavigerie est déplacée. Le séminaire de Thibar est transformé en collège agricole. 

1965 : Fondation de l’Institut pontifical d’études arabes et d’islamologie (PISAÏ) à Rome.

1968 : Jean Fontaine obtient une licence d’arabe à l’Université de Tunis et devient conservateur de la bibliothèque de l’IBLA

1977 : Il soutient son doctorat d’Etat (thèse sur Tewfik Al Hakim) à Aix-en-Provence.

1977 : Jean Fontaine prend la direction de la revue IBLA jusqu’à 1999. En plus des articles, il rédigera plus de 4000 recensions, compte rendus et de notes de lectures dont il déclare ‘en 2021) faire don à la Bibliothèque Nationale de Tunisie.

2010 : 5 janvier, un incendie ravage la bibliothèque et endommage une partie de ses collections : environ 35.000 ouvrages et plus de 600 périodiques. Jean Fontaine coordonne les opérations d’aide, de sauvetage et de réparation des locaux et des collections.

2014 : La bibliothèque rouvre ses portes aux lecteurs en mai 2014, après un long chantier de reconstruction du bâtiment et de restauration de ses fonds. 

2021 : Jean Fontaine décède le 1er mai. Il est enterré à Carthage le 5 mai. La revue IBLA, semestrielle et dont le comité de rédaction se composé de 10 universitaires tunisiens (5 femmes et 5 hommes) publie son numéro 227 en juin et consacre la livraison 228 (décembre 2021) à la mémoire de Jean Fontaine. 

Science en situation, Réflexions autour de la recherche tunisienne

L’impératif de freiner et de contrôler la contamination d’un virus mondial est sans autre solution, pour l’instant, que d’obliger chacun à rester chez soi. Chercheure en quarantaine, j’ai eu le temps de réfléchir à ma profession qui a le privilège, en plus de faciliter l’accès aux idées et la circulation entre les frontières, de bénéficier du numérique comme de la communication à distance. Mon immobilité et la connectivité à grande vitesse m’ont permis de prêter attention aux enjeux et aux moyens de la science en train de se faire (ou pas), en ce temps où la recherche est sollicitée, attendue et plus visible dans l’espace public tunisien.

Au cours de ces semaines de confinement, textes, interventions, déclarations, interviews de scientifiques de tous bords se sont multipliés, mettant en évidence différents aspects de la morphologie géo-politique de la recherche. Entrer dans le fonctionnement de ce monde dans une situation exceptionnelle et commune permet de décortiquer le métier de chercheur.

Le dur et le mou

Ces semaines de combat contre le coronavirus ont donné la parole à des chercheur-e-s de disciplines pouvant traiter de la médecine et de la santé, dans le passé et le présent. Les historiens sont sollicités pour retourner sur l’histoire des épidémies et on s’aperçoit qu’en Tunisie, articles et entretiens révèlent un domaine peu labouré – malgré l’existence de quelques thèses et articles –, et renseignent essentiellement sur la période contemporaine. L’histoire de l’épidémiologie tunisienne est représentée par les figures de Charles Nicolle et Ernest Conseil qui ont fait avancer en leur temps l’infrastructure locale et la recherche internationale. Malgré les retombées historiques de cette connexion, on vit en Tunisie, plus qu’ailleurs, la dichotomie entre les sciences dites « dures », « exactes » et celles qui, attribuées à l’homme et la société (comme si les autres ne l’étaient pas) sont accompagnées des épithètes « molles » ou « douces ». L’actualité sanitaire donne l’occasion de voir à quel point le champ médical est étendu et qu’il agrège aux savoirs généralistes des domaines pointus et étroitement reliés aux contextes.

L’information journalière nous initie à distinguer les spécialités et les institutions mobilisées pour comprendre, diagnostiquer, traiter et prévoir. On apprend que l’Institut Pasteur est concentré sur les vaccins et la sérologie, tandis que les laboratoires des hôpitaux Charles Nicolle ou de l’hôpital militaire analysent la nature du virus. Les médias, plus à l’aise dans les commentaires économiques découlant de la crise liée au coronavirus, vulgarisent la carte sanitaire qui devient aussi quotidienne que la carte météorologique. La digitalisation, enfin possible du système de soins, ajoute aux retombées pédagogiques et citoyennes de la pandémie. Chiffres et statistiques communiqués au grand public gardent toutefois une certaine opacité. Le sociologue Mohamed Ali Ben Zina commente régulièrement sur Facebook les courbes et pourcentages du ministère de la Santé. Ces leçons de méthode appliquée éclairent au jour le jour la lecture des chiffres, montrant l’utilité de relier les enseignements dans nos cursus universitaires encore trop cloisonnés.

La perception de la science reste dichotomique et le sentiment de la menace dévoile, de façon sensible, le besoin vital de faire converger les savoirs et de croiser les compétences pour tirer le meilleur profit des avancées scientifiques.

Pouvoir médical et frontières

D’autres observations amènent à saisir les représentations hiérarchiques qui révèlent, dans le contexte tunisien, la nature des barrières mentales traduisant les cadres politiques et matériels du métier de chercheur. Même si on est averti sur les conditions d’exercice et les logiques internes de ce monde professionnel, l’expérience de confinement met en évidence, une fois de plus, les différences entre les hommes et les femmes. Marta Luceño Moreno a développé, à partir de son vécu, une réflexion sensible sur la condition de chercheure (‘L’autre épidémie, les inégalités de genre’, Vivre au temps du Covid-19, pp. 69-73). Les témoignages des médecins tunisiens expatriés font ressentir la disparité des salaires et les déséquilibres entre recrutements nationaux et internationaux. Ils interpellent sur les effets des migrations des compétences comme sur l’attractivité des emplois d’expertise, résultant des choix des financements. L’assignation à résidence généralisée redonne des couleurs locales à une profession mondialisée qui sécrète aussi des inégalités.

Un déclic rappelle une autre disparité : dans la vague de mortalité ascendante et la polémique sur l’hydroxy-chloroquine, la distinction entre les médecins praticiens, mis en demeure de guérir chaque patient, et les médecins chercheurs qui, sans oublier la finalité de soigner, ont la latitude d’exercer des raisonnements plus froids, apparaît avec netteté.

Au-delà des considérations éthiques, le critère de « puissance » souvent accolé aux capacités de recherche scientifique n’est pas obligatoirement pertinent dans l’urgence, ni efficient face au danger immédiat. Dans le cas tunisien, l’autorité de l’OMS dévoile ses paradoxes et le grand public saisit, avec les directives tâtonnantes face au virus, l’importance du temps dans les protocoles de recherche et la maîtrise des connaissances.

Dans la lutte contre l’épidémie, la directrice générale de l’observatoire national des maladies nouvelles et émergentes (ONMNE), les équipes de l’Institut Pasteur et de l’hôpital Abderrahmane Mami sont des figures de proue qui relèguent les politiciens au second plan. Alors que le secteur privé prospère depuis 2008 à travers la Fondation Nationale de la Caisse Assurance Maladie (CNAM), le secteur public est perçu comme la locomotive contre le Sars-CoV-2 et l’entité capable de combattre les disparités régionales et sociales devant la maladie.

Cela laisse espérer que le « pouvoir médical » tunisien puisse s’emparer de l’opportunité de rectifier la ventilation des dépenses publiques et le laxisme observé par l’État face à l’hémorragie des diplômés de la faculté de médecine qui émigrent en masse par manque de recrutements et faute d’investissements matériels et humains pour la santé.

Troubles dans les repères

La position – même privilégiée – de chercheur s’inscrit dans une « géographie physique et mentale de la science ». Celle-ci est comme suspendue dans l’épisode pandémique. La configuration plus ou moins consciente qui régit nos manières de faire intériorisées dans les échanges d’idées, les citations et/ou des lectures plus ou moins partagées est brouillée par l’urgence du moment. Les priorités sont bouleversées et déplacées. L’information scientifique circule, certes, entre les spécialistes de la santé (la recherche « ouverte » stimule les échanges et les initiatives) mais dans l’état actuel, il s’agit de transposer les analyses macroscopiques de l’épidémie en mesures et instructions. La lutte contre la contamination mortelle oblige chaque écosystème local à relier la production des connaissances aux applications utiles sur place. Comme en temps de guerre, les sciences et les techniques sont mobilisées pour traduire les connaissances en directives et avertissements pragmatiques.

Les bilans et courbes rapprochent tour à tour la Tunisie de Taïwan, du Vietnam, de la Thaïlande, de la Mauritanie, de la Jordanie ou du Liban. La crise mondiale montre que nos besoins immédiats comme nos ressources nous rapprochent d’autres contextes que ceux auxquels nous avons l’habitude de nous référer. Les chiffres en provenance de France, d’Italie ou des États-Unis, que les médias reprennent à l’envi, sont plus anxiogènes qu’éclairants. Alors que les analyses des économistes qui se font ré-entendre reprennent les mêmes modèles, le voisinage des pays du Maghreb se révèle plus approprié pour les comparaisons et les cas de pays asiatiques ou africains, plus adaptés pour calibrer les réactions et les mesures.

L’actualité contraint à reconsidérer les critères de proximité, à jauger nos besoins essentiels pour mieux exploiter les ressources disponibles et construire des données. Ce qui ramène aux manières de travailler dans la recherche en sciences humaines et sociales. Ces semaines nous ont confinés dans le temps du traitement de l’urgence et du témoignage. Alors qu’un cinéaste a entamé le tournage d’un film, que des sketchs et sit-coms se sont emparés de thèmes autour de l’épidémie, je me demande comment nos façons de faire de la recherche vont s’inspirer de cette expérience imposée à tou-te-s. L’observation critique peut-elle trouver des opportunités dans la crise du Covid-19 pour des questions pertinentes ouvrant sur des données ou des outils nouveaux ? Les chercheurs confinés parviendront-ils à renforcer les capacités scientifiques à mieux traiter les questions d’environnement, d’inégalités ou d’éthique que la pandémie aura révélées, simultanément et partout ?

Chaque terrain et chaque moment sont porteurs d’un potentiel de connaissances. L’expérience inédite et commune de la pandémie donnera-t-elle à la science la capacité d’être utile et partagée par le plus grand nombre ? La crise du Covid-19 changera-t-elle le regard des chercheur-e-s et/ou leurs manières de circuler, entre les terrains, les méthodes et les références ? En plus de la mise au point du vaccin, il faut espérer que la recherche soit apte à activer les prédispositions de la science – qui a aussi ses vulnérabilités – à évoluer dans son propre fonctionnement.

Le 18 mai 2020

Texte publié dans Vivre au temps du Covid-19, Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie, Tunis, IRMC/Nirvana, 2020, pp. 95-100.

Le fil historiographique

Introduction de l’ouvrage Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine, Tunis, Université de La Manouba, 2015, 158 p.  (II)

 Le recueil des neuf textes édités dans cet ouvrage commence par le discours d’habilitation à diriger des recherches, prononcé en juin 2002. Le texte « Un terrain d’histoire culturelle : la Tunisie » qui en est issu traduit l’effort intrinsèque à l’exercice de l’habilitation : celui de définir un champ de recherche et d’intérêt. Le délimiter comme : Histoire culturelle et histoire des intellectuels en Tunisie aux XIXe et XXe siècles, m’a aidée à sauter de plain-pied dans le biais historiographique. A partir des questions classiques de périodisation et de sources, j’ai commencé à tourner autour des pistes qui peuvent clarifier les conditions matérielles et intellectuelles de l’écriture de l’histoire contemporaine de la Tunisie, certains des lieux dans lesquels elle est formulée (les revues, les manuels, le bilinguisme…) et les profils intellectuels qui l’accompagnent, à une époque où l’engagement nationaliste devient une donne structurante.

Il me reste à aller plus loin, notamment dans le sillon historiographique….pour comprendre le processus de construction de la Tunisie comme entité historique et nationale.

A la suite de ce texte programmatique, l’article « De l’intérieur d’un lointain : l’histoire contemporaine de la Tunisie » est né à l’occasion d’un débat autour des « orientalismes » et des « aires culturelles » en vogue dans les années 2000. Le colloque Savoirs du lointain, fruit d’une coopération entre l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC), m’a permis de faire le point sur les outils méthodologiques et les références disciplinaires des études et de l’enseignement historiques en Tunisie.

Comme toute culture, la Tunisienne est hantée par un besoin de passé dont l’usage est intéressant à étudier et le cadre national constitue un lieu propice pour saisir des liens éloquents entre histoire culturelle et histoire des intellectuels en Tunisie.

L’article « Relire les biographies de Bourguiba : Vie d’un homme ou naissance d’une nation ? » a consisté à appliquer le « deuxième degré » historiographique à une histoire qui semblait à première vue saturée d’études. L’histoire tunisienne, notamment académique n’est pas riche en biographies et celle de Bourguiba, apparemment bien servie, a ses silences. Le point de vue historiographique m’a permis de mettre en évidence le lien entre le récit national que Bourguiba faisait écrire, les biographies écrites sur lui et le poids du contexte général sur l’exercice d’une discipline que l’on sait, partout, influencée par le politique.

Au-delà des plus célèbres modèles du genre, il est bon de lire cette somme comme un indicateur des limites et enjeux de l’écriture historique sous le ciel de la Tunisie bourguibienne. On peut aussi apprécier ces récits de vie comme ayant été une façon de conjurer l’absence de liberté, ou encore d’écrire « l’histoire du temps présent ». En soupesant la captation, par les biographes, de la narration faite par Bourguiba de sa propre vie, on peut considérer ces histoires non « autorisées » comme des incursions masquées, des audaces calculées, des projets qui contournent l’écrou imposé par l’histoire officielle et « l’auto-mythification » bourguibienne.

Cette étape allait m’orienter vers le genre des manuels dans l’intervalle colonial, période d’incubation des bases de l’Etat-nation, des organes construits pour sa défense et des moyens de sa formulation intellectuelle, notamment entre histoire et géographie. Dans « Écrire, enseigner l’histoire de la Tunisie : séquence coloniale et circulation des savoirs », j’ai dégagé les phases de l’élaboration d’un modèle de pédagogie du savoir historique autour de la nation. A côté des manuels en langue arabe, la séquence coloniale voit le bilinguisme français-arabe s’imposer sur la scène culturelle et politique. Ce trait de l’histoire contemporaine de la Tunisie va certes vivre l’oscillation inverse après l’indépendance, mais le bilinguisme marque le champ intellectuel, médiatique et politique tunisien, en passant par la littérature historienne, tout au long du XXème siècle.

En même temps que l’histoire savante continue à se penser dans un large cadre arabe et musulman, l’histoire telle qu’elle est formulée par les pédagogues et enseignée dans les classes primaires et secondaires de l’enseignement musulman développe cette conception nouvelle et cultive l’amour d’une patrie tunisienne, État-nation aux frontières linéaires précisément tracées.

L’article « Revues et générations en Tunisie au XXème siècle : Transitions et ruptures » est construit autour de la revue, source décalée et espace interactif qui  permet de saisir les connexions profondes entre culture et politique. L’écriture de l’histoire, celle de l’action ou des idées, s’inscrit elle aussi dans la longue durée des hommes, des institutions et des dispositifs concrets qui les portent. Les revues constituent des caisses de résonance et des goutte-à-goutte nourriciers des différentes catégories intellectuelles. Depuis la fin du XIXème siècle, les revues, en arabe et en français, témoignent des liens qui existent entre les modes d’expression et d’intervention, et qui évoluent en fonction des générations.

Le milieu tunisien des revues apparaît comme un espace de rencontre éloigné des contingences immédiates, un lieu souterrain de respiration de la vie intellectuelle. C’est dans ces institutions que se construisent les différents groupes intellectuels, qu’ils s’expriment et s’articulent entre eux, qu’ils se livrent aussi à une course à la notoriété.

A l’entrée par les revues, s’ajoute une autre clé d’analyse importante, celles des générations. A condition de sortir la notion de son sens purement démographique, on peut déceler à travers la « génération » les continuités et discontinuités qui régissent l’histoire intellectuelle et politique de la Tunisie contemporaine. La clé générationnelle libère, entre autres, de la prégnance de la fracture coloniale/post –coloniale :  en liant les segments pré et post –indépendance, on peut doser les effets de l’alliage qui caractérise, à chaque moment, les articulations entre mémoire généalogique, contexte politique et métabolisation intellectuelle. La césure zaytounien /sadikien a opéré suffisamment longtemps pour être, aujourd’hui, enfouie dans l’écriture historienne. Elle constitue un des nœuds qui structurent le discours politique et historique, un nœud solidifié à travers le bilinguisme qui marque les générations intellectuelles tunisiennes du XXème siècle.

Entre les projets éducatifs et de société formulés dans les tribunes, s’est déroulée en arrière-plan une « querelle des Anciens et des Modernes », englobée par des événements politiques qui ont occupé  le devant de la scène et les esprits.

Etre historien en Tunisie

En avançant vers une histoire sociale et culturelle des historiens, j’ai rencontré l’exemple de M’hamed Belkhûja, un historien érudit et fonctionnaire de l’administration du protectorat, connaissant l’arabe et le français : « M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale ». Entre chroniqueur et journaliste, M’hamed Belkhûja a largement contribué à deux périodiques : al-ruznama at-tounisiyya (almanach) et la revue Al majalla az-zaytouniyya (rubrique : histoire). Tombé dans l’oubli et accusé de collaboration avec le pouvoir colonial, cet historien signe un mélange entre deux traditions académiques qui se chevauchent en son temps et à travers lui. Son cas témoigne de passerelles entre deux magistères intellectuels et politiques, moins étanches qu’il n’y paraît.

Bien que l’on puisse considérer qu’il a joué un rôle important dans la constitution du métier d’historien en Tunisie, Belkhûja fait partie d’une génération de Tunisiens qui n’a pas eu accès à une formation universitaire sanctionnée par un diplôme…À [sa] mort, en l’absence de normes fixées et de codes partagés, les historiens tunisiens ne constituent pas encore une communauté homogène. Ils partagent un goût pour l’étude du passé et une curiosité pour les chroniques anciennes qui prolongent une tradition depuis longtemps ancrée chez les lettrés tunisiens, mais leurs travaux ne répondent pas aux critères de scientificité exigés par un monde académique international que représentent encore exclusivement les pays occidentaux.

La profession d’historien bricolée au cours de la période coloniale se structure avec et au sein des institutions de la Tunisie indépendante, à commencer par l’université nationale née en 1960. Deux articles « Profession historien en Tunisie : l’histoire contemporaine, entre institutions et recherche » et « L’entrée de l’histoire du mouvement national tunisien à l’université » sont consacrés aux facettes de ce qui est devenu un métier dans la période post -indépendance. Mon expérience, celle d’une diplômée en histoire, engagée comme chercheur dans une institution destinée à faire « l’histoire du mouvement national » est au centre de cet essai d’introspection professionnelle. En considérant sur la durée centres de documentation et d’archives, ouvrages et périodiques, on voit comment se construit un dispositif de connaissance qui vise à mettre les bases d’une culture historique officielle, servie par des formations en histoire et ses disciplines « auxiliaires ». Comme il m’a été donné de travailler au sein d’une institution publique –aujourd’hui intégrée au panorama universitaire- j’ai assisté à travers les colloques du Programme National de Recherche sur l’Histoire du Mouvement National des années 1980 à l’entrée en scène du témoin, interrogé et donc reconnu par l’historien. La démarche a été ensuite systématisée par une institution privée (CEROMDI puis FTERSI), dirigée par Abdejellil Temimi, un universitaire qui a investi l’exercice du témoignage en invitant le personnel politique, des militants et toutes sortes d’acteurs de la scène politique, économique ou culturelle de l’histoire récente à délivrer et enregistrer leurs mémoires et souvenirs.

La proximité du témoin et de l’historien, intégrée par l’étude du « mouvement national » agit comme un facteur qui stimule l’activité scientifique : cette commodité de l’histoire contemporaine infuse les colloques, traverse les publications et influence les thèses d’une façon qui contribue, à son tour, à renflouer la promotion de la mémoire. Les discours convergent vers l’exhumation d’une mémoire, notamment du côté politique, après une longue période de silence des acteurs dont certains ont exercé des fonctions officielles alors que d’autres, quoique éloignés des feux de la rampe, ont des témoignages importants à transmettre.

Le fil historiographique que j’ai essayé de reconstitué rejoint l’ensemble de l’histoire des sciences humaines et sociales en Tunisie. D’où l’idée d’ajouter en guise de postface à ce recueil d’articles les réponses à un questionnaire « Les connaissances humanistes aujourd’hui », conduit et publié en 2011 par Mirella Cassarino, une collègue de l’Université de Catane. Cet entretien me semble résumer les grandes lignes d’une histoire encore à faire. Pour que la lecture historiographique s’élargisse au-delà de la compréhension de la logique et des procédures du métier d’historien en Tunisie, il est nécessaire de creuser l’histoire des autres sciences humaines et sociales appliquées à la Tunisie, du point de vue de leurs contenus, de leurs institutions et de leurs apports à la culture, à l’histoire du savoir et à la connaissance actuelle de la Tunisie contemporaine.

Hammam-Lif, le 1er octobre 2014.

SOMMAIRE

Introduction : Rassembler, rééditer, redonner à lire

Un terrain d’histoire culturelle : la Tunisie, Correspondances n° 71, Tunis, IRMC,Tunis juillet-août 2002,                                                                                              pp.3-9.
De l’intérieur d’un lointain : l’histoire contemporaine de la Tunisie, Savoirs du
lointain et sciences sociales
, Paris, Bouchène, 2004,          pp. 17-25.
Relire les biographies de Bourguiba. Vie d’un homme ou naissance d’une nation ?, Alfa, Biographies et récits de vie, Tunis, IRMC, 2005,                   pp. 107-118.
Écrire, enseigner l’histoire de la Tunisie : séquence coloniale et circulation des
savoirs, De l’Atlas à l’Orient musulman, Contributions en hommage à Daniel Rivet, Paris, Karthala, 2010,                                                                             pp. 141-153.
Revues et générations en Tunisie au XXème siècle : Transitions et ruptures, Générations engagées et mouvements nationaux : le XXème siècle au Maghreb, Aïssa Kadri & Ouarda
Siari Tangour (dir), CRASC, Oran, sept 2012,                             pp.183-205.
M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale, Revue
d’Histoire des Sciences Humaines
,
 Paris, 2011, n°24,             pp. 17-34.
Profession historien en Tunisie : l’histoire contemporaine, entre institutions et
recherche, Études sur l’État, la culture et la société dans l’espace arabo-musulman.
Mélanges offerts au Professeur Abdejellil Temim
i
,

Tunis, CERES, 2013, Tome II,                                                      pp.197-223.
L’entrée de l’histoire du mouvement national tunisien à l’université,Penser le national au Maghreb et ailleurs,Fatma Ben Slimane et Hichem Abdessamad (dir), Tunis, Arabesques éditions/Laboratoire Diraset, 2012,                                        pp. 265-280.
Les connaissances humanistes aujourd’hui. Réponses au Questionnaire, Le forme et le
storia
, n° IV, Catane, 2011,                                                       pp. 397-404.

Rassembler, rééditer, redonner à lire

Introduction à Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine, Tunis, Université de La Manouba, 2015, 158 p.  (I)

Les neuf textes (huit articles et un entretien) qui forment ce volume ont été publiés dans des revues ou ouvrages collectifs, au cours de la décennie 2002-2012. Sont-ils lus ? Je me suis toujours posé la question et n’en ai aucune idée jusqu’à ce jour. La principale raison qui m’a poussée à les éditer en recueil est qu’ils répondent à des considérations historiographiques, qui sont ici une clé d’entrée dans l’histoire de la Tunisie contemporaine. Les circonstances dans lesquelles j’ai eu à prononcer les interventions orales à l’origine de ces textes sont diverses. Après les avoir partagées avec les commanditaires et les auditoires des rencontres (versions intermédiaires puis forme écrite livrée à la publication), je vois ces textes sinon comme un ensemble parfaitement homogène, du moins comme les traces d’une quête qui m’a occupée pendant une dizaine d’années.

Entre oral et écrit

En relisant ces articles pour l’édition, il m’est difficile de percevoir une autre continuité que celle des occasions collectives de réfléchir et de débattre à partir de mes centres d’intérêt, dans le cadre offert par les colloques et séminaires. Le souvenir et l’apport de manifestations qui m’ont motivée pour écrire se sont évaporés avec le temps. Dépassés dès qu’ils sont couchés sur papier, les écrits s’éteignent petit à petit, entrent dans l’oubli pour permettre à l’auteur de passer à autre chose. L’excitation de répondre à la sollicitation suivante efface la précédente. Les versions évoluent entre l’inspiration de la commande, l’accueil fait à la communication orale puis la mise par écrit : triangle ordinaire où la stimulation de s’adresser à un auditoire spécialisé refroidit avec le temps. Sans compter qu’on ne sait pas qui va lire, la vie du livre étant assez morne en général et celle du livre académique encore plus terne. Entre la fièvre de la prestation orale et le doute sur l’utilité de prolonger le moment parlé par une trace écrite, il arrive qu’on renonce à l’effort de la rédaction. Scepticisme envers l’impact de l’écrit ou paresse face à la difficulté ? Le manque d’occasions de débattre renforce ces travers et si l’université est une île relativement protégée, elle reste régie par des cloisons et un manque de vitalité critique, peu de curiosité transversale l’anime et l’académisme est mû surtout par l’avancement administratif.

Quand on passe outre le doute décourageant, il faut réactiver la présence des arguments, polir les hypothèses sans le dard des questions et la provocation des critiques. Difficile de remplir le soliloque de l’écriture, dans la surdité aux hésitations et flottements qui accompagnent la recherche. Les commandes insistantes m’ont amenée cependant à transposer des dizaines d’interventions orales en textes que je réédite ici pour souligner les pointillés qu’ils tracent, pour ranimer leur faible visibilité, pour tenter de relancer leur effet en espérant d’autres lecteurs et des réactions.

Je dois avertir que cette réédition ne revient pas sur les versions ; je n’ai pas entrepris de mettre à jour les références ni de reprendre les bibliographies. Même si je m’aperçois à la relecture qu’on ne pense jamais seul et qu’on écrit, sans le savoir, pour soi et pour les autres, je n’ai pas tenté de compléter ce qui manque et qui ne peut qu’augmenter, à mesure que les années passent. La volatilisation des idées est inévitable, et si on n’est pas capable d’écrire dans la foulée de la prestation orale, on doit accepter que la latence entraîne des répétitions et parfois des retours en arrière. Chaque intervention dans une conférence, un séminaire ou un colloque nécessite de plonger en profondeur, de reprendre des segments de raisonnements, parfois jusqu’à des passages entiers, difficiles à synthétiser. Les redites se distribuent en chevilles de discours, qu’on renonce à supprimer, pour que chaque article conserve son autonomie de sens. Le lecteur doit se préparer aux désagréments de l’enfilade des textes proposés dans ce recueil.

En dépit de ces inconvénients, d’avoir planifié cette réédition me permet de mesurer les effets de cette volatilité et de la comprendre suffisamment pour en avertir le lecteur.

Un échantillon

Ces textes parus sur un intervalle de dix ans constituent un échantillon qui peut aider à comprendre l’évolution de la discipline historique dans l’université tunisienne. Non pas qu’il n’y ait pas d’autres études, ni assez de connaissances, mais j’ai le sentiment (et sentiment n’est pas toujours raison) que l’assemblage de ces articles renseigne sur deux niveaux de la production historienne, sa visibilité et le chemin que j’ai pris pour y entrer.

Il est difficile de quantifier l’accumulation des travaux historiens sur la Tunisie contemporaine et ce manque de visibilité a plus d’un inconvénient pour tout arrivant dans le domaine, chercheur, journaliste ou curieux. Du côté de la discipline historique -cela reste à vérifier dans d’autres sciences humaines et sociales-, le travail scientifique sur la Tunisie est soumis à une logique de production, de diffusion et d’exploitation axée sur le court terme et la commande immédiate. Phénomène naturel qui appelle à dégager des moments dans l’accumulation puis à mettre en relation la production universitaire, elle-même variée et divisée, avec celle qui est fabriquée dans d’autres sphères, médiatique, politique, littéraire et artistique, productrices de culture historique. Pour mettre en perspective la production académique en matière d’histoire, il faut remonter aux cadres institutionnels, juridiques et matériels qui la déterminent. A travers cette réédition, j’espère donner à lire un échantillon dans un agencement qui permet d’apprécier les conditions d’écriture d’une production académique limitée à l’histoire contemporaine de la Tunisie.

Je me suis longtemps exercée à décrypter l’historiographie académique, selon la disponibilité des travaux.  Entre enseignement et recherche, les lectures m’ont fait découvrir des barrières et des grilles pas toujours lisibles. Ce qui a attiré mon attention sur la manière et les canaux à travers lesquels le savoir historique circule entre le monde académique et les sphères politique, médiatique et sociale. C’est une banalité mais il m’a fallu le temps de la tâter. La posture historiographique s’est imposée comme un palier de déchiffrement nécessaire pour comprendre les ressorts de la discipline et ses liens avec le contexte où elle se déploie. J’ai emprunté cette lecture de « second degré » en grande partie à cause du sentiment que cette production repose sur des non dits (je m’étonne encore de la difficulté à adopter la locution « Tunisie coloniale » et encore plus celle de « Tunisie colonisée »), et souvent pour répondre à de personnes (étudiants débutants ou en dehors du monde universitaire) curieuses de lier les acquis du savoir historique avec les conditions de son écriture. J’ai mis un certain temps à inclure l’histoire politique de la Tunisie contemporaine dans une histoire culturelle, le cadre académique étant peu familier avec la démarche et ses implications réflexives et collectives. Mon parcours professionnel inscrit au sein d’une institution vouée à une part de cette histoire contemporaine (« histoire du mouvement national ») a été le terrain obligé d’une posture réflexive sur les tenants et les formes prises par une production universitaire où j’étais partie prenante…et observante.

SOMMAIRE

Introduction : Rassembler, rééditer, redonner à lire

Un terrain d’histoire culturelle : la Tunisie, Correspondances n° 71, Tunis, IRMC,Tunis juillet-août 2002,                                                                                                     pp.3-9.
De l’intérieur d’un lointain : l’histoire contemporaine de la Tunisie, Savoirs du
lointain et sciences sociales
, Paris, Bouchène, 2004,                 pp. 17-25.
Relire les biographies de Bourguiba. Vie d’un homme ou naissance d’une nation ?, Alfa, Biographies et récits de vie, Tunis, IRMC, 2005,                          pp. 107-118.
Écrire, enseigner l’histoire de la Tunisie : séquence coloniale et circulation des
savoirs, De l’Atlas à l’Orient musulman, Contributions en hommage à Daniel Rivet, Paris, Karthala, 2010,                                                                                  pp. 141-153.
Revues et générations en Tunisie au XXème siècle : Transitions et ruptures, Générations engagées et mouvements nationaux : le XXème siècle au Maghreb, Aïssa Kadri & Ouarda
Siari Tangour (dir), CRASC, Oran, sept 2012,                              pp.183-205.
M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale, Revue
d’Histoire des Sciences Humaines
,
 Paris, 2011, n°24,              pp. 17-34.
Profession historien en Tunisie : l’histoire contemporaine, entre institutions et
recherche, Études sur l’État, la culture et la société dans l’espace arabo-musulman.
Mélanges offerts au Professeur Abdejellil Temim
i
, Tunis, CERES, 2013, Tome II, pp.197 -223.
L’entrée de l’histoire du mouvement national tunisien à l’université, Penser le national au Maghreb et ailleurs, Fatma Ben Slimane et Hichem Abdessamad (dir), Tunis, Arabesques éditions/Laboratoire Diraset, 2012,                                                        pp. 265-280.
Les connaissances humanistes aujourd’hui. Réponses au Questionnaire, Le forme et le
storia
, n° IV, Catane, 2011,                                                                       pp. 397-404.