Archives par étiquette : Histoire contemporaine

La Tunisie, dix ans après… Quels changements ? Entretien

10 ans après, les Tunisiens ne sont pas d’accord sur la qualification de ce qui a eu lieu en Tunisie entre le 17 décembre 2010 et le 14 janvier 2011. Pour l’historienne que vous êtes, est-ce une révolution ? Un soulèvement ou bien, finalement, un complot fomenté depuis l’étranger ?

En historienne, je répondrai qu’il s’est passé plusieurs choses à la fois. On n’y voit pas bien clair, à ce jour. J’ai appris à tenir compte de la parole des acteurs. A ceux qui disent c’est une révolution, un soulèvement ou un complot, je demande de développer les raisons et les preuves. Je peux juste affirmer que ce qui s’est déclenché en 2011 est visible et sensible par tout le monde et que le mouvement que cela a provoqué ne s’est pas arrêté à ce jour. Quelle que soit la qualification, ce qui s’est produit et dont l’impact est perceptible dix ans après, marque encore l’histoire du pays. 

Est-ce qu’il y a une différence entre protectorat et colonisation et le mot protectorat est-il inoffensif ?

Protectorat est un mot d’acteurs. Je le traite en tant que terme choisi par les administrateurs coloniaux. Je n’efface pas les mots de l’histoire. Le mot colonisation est plus générique et comprend plusieurs formules. Le protectorat est une forme de colonisation. Les acteurs de l’époque voulaient signifier qu’ils comptaient instaurer un système différent de celui de l’Algérie. Les mots ont une portée historique. Il faut les remettre dans leur contexte. La polémique qui en a découlé s’inscrit dans l’actualité[1], elle revient à la relation franco-tunisienne, objet de controverse. Partout dans le monde, on assiste à une remise en cause de la colonisation ; elle a pour origine un sentiment d’inégalité mal vécu par les pays qui ont été colonisés. Les pays colonisateurs ont bénéficié d’une grande avancée historique en exploitant des richesses des pays occupés ; ils sont les dominants d’aujourd’hui. Le débat est suscité par un rapport d’inégalité perçu comme tel. La polémique tunisienne est née suite à la visite du président Saïed en France en juin 2020 : rappelons qu’elle porte sur les discours officiels de deux Chefs d’Etat qui se parlent, chacun avec ses références et, probablement, avec ses intérêts. Ils jouaient une scène soumise à des codes protocolaires. La polémique autour de cet échange constitue une réaction saine dans une démocratie où la liberté d’opinion et la liberté d’expression sont garanties.

Dans le progrès sociopolitique tunisien, qu’est-ce qui est irréversible ? Le concept de l’Etat-nation a-t-il été assimilé ?  Les acquis de la femme sont-ils irréversibles ? Est ce que l’emploi du dialecte tunisien comme support de communication l’est encore, quand on constate la tendance aujourd’hui de parler dialecte oriental et arabe littéraire ?

Pour une historienne, il n’y a pas d’irréversibilité, ni de progrès linéaire. Mais une évolution dans le temps, avec des vitesses et des formes multiples. L’Etat-nation qui a 150 ans et qui a fait la Tunisie contemporaine, est-il irréversible ? Je ne sais pas. Il est marquant et poursuit son chemin historique. La Tunisie fait partie du monde qui l’entoure. Elle ne peut jouer seule sa partition. La Tunisie a lutté pour son indépendance dans le cadre d’un mouvement global de lutte contre l’occupant. Elle fait partie d’une soixantaine de pays ayant acquis leur indépendance entre les années 1950-60 et construit des Etats-nations.

N’y a-t-il pas des spécificités tunisiennes comme les droits des femmes ?

Il y a, effectivement, une histoire intellectuelle et politique propre à la Tunisie, lancée depuis le 19ème siècle et dans laquelle la question de la femme est un thème politique important. Ibn Abi Dhiaf (1804-1874), Thaâlbi (1876-1944) ont abordé la condition de la femme. J’ajoute que la femme était alors considérée en tant qu’épouse ou mère, membre d’une famille « arabo-islamique ». On pensait qu’il fallait l’éduquer pour qu’à son tour, elle sache prendre soin de ses enfants. Ce n’était pas une démarche d’émancipation de la femme afin d’en faire un sujet politique. Celui qui a commencé à considérer la femme comme individu, c’est Tahar Haddad (1899-1935).

Bourguiba s’est approprié le dialecte tunisien pour en faire un outil de communication politique. La « dareja » a été utilisée de manière didactique pour communiquer avec les Tunisiens et pour exposer sa vision moderniste et le projet qu’il avait pour le pays.  Qu’en est-il à présent ?    

Le leadership passe par la parole. L’intelligence politique de Bourguiba a consisté à utiliser la radio pour faire du dialecte un médium politique fort. Comme un virtuose, il a utilisé la radio et les meetings politiques pour communiquer avec les Tunisiens. Il a contribué à faire du dialecte tunisien une langue politique. Aujourd’hui, on a la radio et plusieurs médias de masse. Il est impensable de toucher les gens sans passer par la dareja. Rached Ghannouchi ne parle pas. C’est un négociateur politique de l’ombre. Et quand il parle, c’est en arabe littéraire. Hichem Mechichi parle comme un communiqué. Kaïs Saïed parle comme un vieux livre. Ils ne peuvent acquérir un statut de leader s’ils ne s’adressent pas à la foule et ne savent pas parler son langage. On ne peut faire de la politique sans savoir parler. Savoir parler est une compétence politique.

Qu’est ce qui est immuable et qu’est ce qui est changeant dans la personnalité tunisienne (Echakhssya Ettounissya). « Nous sommes une nation » avait énoncé Feu Ali Belhouane. Le sommes-nous ?

Tout est changeant, mais il y a des paliers de changement, avec des continuités et des ruptures. La formule « 3000 ans d’histoire » a été construite en son temps. Je pense qu’une autre construction est en cours. Des leaders, des intellectuels, des artistes édifient des récits mais les gens doivent y croire. C’est l’adhésion populaire qui donne sa force aux constructions. Laquelle adhésion peut faiblir à un moment donné, il faut qu’il y ait des leaders pour raviver l’appartenance, relancer le lien social. Les élites ont une responsabilité dans ce processus. A chaque époque, les élites sont responsables du progrès de leur pays.

Sommes-nous dans cette dynamique ?

Nous vivons une période historique qui relance la question de la Tunisie comme entité. La preuve, on dit : la révolution tunisienne. Je pense que nous sommes dans un moment de redéfinition. Des gens ont besoin d’y croire. Les politiques d’aujourd’hui ne savent pas faire adhérer les gens. « Nous sommes une nation » [Nahnou Oumma] d’Ali Belhouane (1909-1958, un des leaders des manifestations d’avril 1938) était un projet. Le fait est que nous sommes en faillite politique, parce que nos gouvernants ne savent pas concevoir un projet d’avenir, ils parlent alors du passé. La faillite est double : de la parole politique et du projet. Il faut se départir de l’idée que le progrès est ailleurs. Le progrès est ici, à notre portée. Les gestes artistiques, les actes scientifiques, investir dans la connaissance sont des opérations qui nous projettent vers l’avenir. Apprenons à connaître notre pays en tenant compte de ses différents apports historiques. La souveraineté n’est pas synonyme de fermeture. Il nous manque la conscience que nous sommes capables de « faire », croyant que le progrès vient d’ailleurs. Il faut se débarrasser de ce préjugé.

Pour ce faire, il faut une locomotive qui pousse vers l’avant ?

Les élites politiques tunisiennes ne sont pas au diapason. Elles sont en retard. Voire même à côté. Ce n’est pas grave, il n’y pas que les élites politiques dans un pays. D’autres ont le devoir d’agir.

Les politiques détiennent le pouvoir décisionnel, comment s’en passer ?

Ils sont en train d’être dépassés. La preuve : qu’ont-ils fait pour contrer l’épidémie Covid-19 ? Le pouvoir s’avère incompétent. La compétence politique est de gérer l’intérêt général. La crise découle de l’incompétence des politiques à gérer l’intérêt public. Il aurait fallu laisser parler les médecins, écouter leur point de vue[2].

C’est aussi une question de moyens. Il fallait vacciner massivement. La Tunisie n’a ni les moyens ni le pouvoir diplomatique pour acquérir des doses de vaccins suffisantes. Vous ne trouvez pas ? 

L’Europe a voté pour la vente et non la gratuité des brevets des vaccins. Cette histoire me révolte. C’est un acte d’égoïsme immonde, de courte vue. Les Européens vont être punis par là où ils ont péché. Ils ont beau fermer leurs frontières, le virus circule. Les « big-pharma » n’auraient pas dû avoir le dernier mot.

Les laboratoires ne sont-ils pas plus puissants que les Etats ? Ils ont dicté leurs règles.

C’est une solution cupide et morbide. A l’issue de l’épidémie, on peut s’attendre à la manifestation d’une crise de portée morale. Israël n’a vacciné que les Israéliens. L’Europe a décidé par le vote de passer en priorité. C’est un tournant significatif. Même le pape a protesté. A croire que c’est le seul homme de gauche de la planète… Le Covid a mis à nu les contradictions et les égoïsmes de ces pays. Nos élites politiques n’ont pas été à la hauteur non plus. Pourquoi n’ont-elles pas contesté auprès de l’ONU ? Ces politiques n’ont pas su réagir. Il aurait fallu faire confiance à nos médecins, les laisser parler et donner au corps médical la responsabilité de gérer. Je demande que les médecins s’expriment d’une façon collective sur la situation et présentent leurs solutions. Par la suite, je demanderai des comptes aux politiques. Nous sommes confrontés à une crise globale dont les implications sont concrètes, il faut que l’on agisse sur le concret. La Santé publique, c’est du réel. L’inaction est criminelle. Les gens sont en train de mourir. L’incompétence en temps de guerre est criminelle. La désobéissance envers les mesures que l’on voit poindre est un signe : cela veut dire que la société tunisienne n’est pas inerte. Pourquoi fermer les marchés hebdomadaires en plein air et laisser ouverts les points de vente de la grande distribution?

Vous considérez que l’Etat a failli, mais il y a un fait majeur dont il faut tenir compte, le manque de moyens.

L’administration peut être concrète et pragmatique. Le problème relève de la Santé publique. Pourquoi les personnes des endroits reculés, meurent-elles ? Il fallait créer des hôpitaux, ouvrir des lits, fournir des masques, renforcer les équipements, donner les moyens aux médecins, augmenter les soignants. Il fallait réorganiser autrement l’appareil de Santé publique avec les moyens que nous avons. Il fallait recruter davantage de personnel et payer les gens. Plus de 9.000 morts, pour une population de 11 millions, c’est énorme ! La crise sanitaire nous a permis de juger les politiques. L’épidémie les a mis à nu. J’espère qu’aucun des responsables ne sera reconduit. La Covid est une expérience humaine qui montre que notre classe politique n’est pas apte à gérer la chose publique.

Vous comptez beaucoup sur la maturité de l’électeur tunisien, vraisemblablement ?

L’électeur est une espèce en train de naître, depuis 2011. Après les expériences de 2011, 2014, 2018, 2019, les électeurs et électrices sont plus avertis, plus informés. Nous devons devenir plus exigeants, plus demandeurs. Il faut demander des comptes. Je ne réélirai pas un responsable qui a failli. Nous sommes en train d’apprendre que nous pouvons élire des gens qui se révèlent incompétents. Aux prochaines élections, nous avons l’occasion de rectifier le tir. 

Intègres et compétents. L’intégrité à elle seule ne suffit pas, la compétence seule ne suffit pas. 

Il faut conjuguer les deux. La classe politique est redevable à la société. Les responsables doivent apprendre à rendre des comptes. Il ne suffit pas de contrôler les élections. A présent, des lanceurs d’alerte, des associations nous informent au quotidien des défaillances de la classe politique. C’est un apprentissage. Si on s’inscrit dans la temporalité, on s’inscrit dans les process. Le corps social évolue en voyant la réalité du pouvoir. Nous avons appris qu’un homme politique intègre et non compétent ne peut pas être un bon responsable. Nous devons en tirer les leçons. Ce sentiment de citoyenneté, nous devons le vivre d’une manière active, vivante, utile et pragmatique. J’estime être une citoyenne tunisienne, je dois le prouver. Il faut le dire, en tant qu’universitaire, en tant que journaliste, nous avons des possibilités qui n’existent pas dans les pays voisins… La liberté, l’égalité, les valeurs fondamentales sont à défendre au quotidien. Il n’y a plus de possibilité de retour en arrière. Le temps a un effet de métabolisation des acquis.

L’Etat est en faillite, tous les indicateurs sont au rouge. L’Etat n’a pas d’argent. C’est un fait.

La vérité, c’est que l’argent est volé. Vous n’allez pas me faire croire que le pays n’a pas d’argent. Lutter contre la corruption, contre les détournements des fonds publics et l’évasion fiscale ne doit pas être un leurre, comme c’est le cas aujourd’hui. Nous avons un problème de gouvernance très sérieux et nous le payons en vies humaines. J’en veux à l’administration et à l’Etat de ne pas résoudre de manière pragmatique les problèmes. La politique, ce n’est pas autre chose. C’est travailler pour l’intérêt public. Les politiciens se sont habitués à ce que la politique soit quelque chose d’abstrait. La Covid a mis à nu les ridicules d’une certaine gouvernance. Si on avait travaillé sérieusement depuis dix ans, à lutter contre ce qu’on appelle « el fassad » qui englobe tout, nous ne serions pas dans cet état. Il fallait changer les lois et non multiplier les structures de soi-disant lutte contre la corruption. Il fallait réformer des secteurs majeurs comme l’éducation, dans ses méthodes comme dans ses contenus et programmes, par exemple en introduisant les humanités et les arts dès le cycle primaire. L’enseignement est un chantier fondamental, pourquoi n’avons-nous rien fait depuis dix ans ?

Il ne faut pas perdre de vue que c’est un secteur très syndiqué, à la moindre réforme, l’opposition s’organise promptement. Vous le savez en tant qu’enseignante. 

Le corporatisme est un autre problème qui mine le fonctionnement du pays. Le corporatisme est une maladie de conservateurs. Ils ne veulent pas prendre le risque de changer, même pour servir leurs propres intérêts. C’est l’effet collatéral de l’autoritarisme sur notre mental érigé en système, de Bourguiba à Ben Ali. Or, les individus doivent se prendre en charge et essayer de contribuer au changement. Nos vies pourront alors changer.

Il faudra que l’effort soit collectif. Est-il collectif ?

L’effort est émietté par la politique. Il est aussi affaibli par les règles économiques imposées. Dans un contexte de mondialisation, la marge de manœuvre est limitée. La bureaucratie tunisienne héritée de l’autoritarisme représente un fléau avec sa volonté de tout contrôler. Tout se fait via les licences et les autorisations accordées de manière arbitraire et opaque. Le système a créé une caste étouffante, castratrice et corporatiste, qui ne tolère pas le changement. Il faudra que ce beau monde soit hors-piste pour pouvoir commencer à changer « le système ». Par ailleurs, un régime politique ne peut être réformé sans que le pouvoir judiciaire joue pleinement son rôle d’arbitre. Non seulement ce n’est pas le cas mais la haute magistrature est accusée de plusieurs maux. Le principe de la séparation des pouvoirs n’est pas respecté. Or, c’est le fondement du changement politique. Les juges sont aux abonnés absents. Ils se sont accommodés avec les pratiques autoritaristes. La police n’a pas été réformée non plus. Il faut l’obliger à respecter les règles. Ces corps résistent aux changements. Je crois aux institutions, encore faut-il qu’elles soient réformées et obéissent à des lois. La démocratie ne peut pas être mise en place sans institutions œuvrant pour l’intérêt du citoyen et l’intérêt général et non celui des personnes, fussent-elles Président de la République ou Chef de gouvernement. Cela s’appelle l’Etat de droit. Le changement est inéluctable. Autant l’accompagner au lieu de s’y opposer en s’accrochant aux privilèges. Qui a réduit son salaire ? Qui s’est contenté d’une voiture ?

Les hommes politiques doivent faire preuve d’exemplarité. Or, c’est tout le contraire qui est en train de se passer.

Les gouvernants auraient pu envoyer des signaux dans un pays en faillite. Il ne s’agit pas de manœuvres populistes mais de donner l’exemple. Se départir d’un privilège pour le bien commun et le faire savoir construit la confiance. Les Tunisiens ont besoin de voir des gestes concrets. Les bains de foules, les discours, les inaugurations ne servent à rien dans un monde en crise. Pourquoi à chaque fin de mois, les retraités font-ils la queue pendant des heures ? Depuis un an que l’épidémie s’est déclarée, personne n’a trouvé une solution pour que les personnes âgées ne se déplacent pas ? Cela aurait été un bon geste politique.

A la lumière de votre analyse, pensez-vous que le pays soit inscrit dans une dynamique qui avance progressivement, parfois de manière souterraine, ou alors stagne-t-il ou est-il en recul ?

Je vois des niches de progrès et d’action. Même si les avancées sont bloquées par une bureaucratie incompétente et paralysante. Si l’administration regorge de compétences, son mode de fonctionnement est paralysant. Je crois aux forces vives, les jeunes, surtout. Ils sont obligés d’agir malgré les obstacles, de contourner la bureaucratie. Je pense à ceux qui nous informent de manière formelle ou qui opèrent dans les réseaux informels. L’information est nécessaire à une démocratie. Je pense à la société civile, aux solidarités spontanées. Cette solidarité qu’on retrouve dans les quartiers, entre voisins et notamment envers les plus vulnérables, il faut l’institutionnaliser en gestes politiques. Il faut trouver les moyens d’agir autrement. La société a des droits sur ses gouvernants. Je pense aussi que dans chaque entité, chaque administration, des gens honnêtes font leur travail et résistent. Il faut qu’ils continuent. Ces niches sont en train de pousser vers l’avant. Ce travail finira par porter ses fruits. En tant qu’enseignante, je crois également à la transmission du savoir.

Si vous convertissez ce que vous dites à l’échelle nationale et dans le domaine politique, comment vous voyez la chose ?

Sur le plan politique, il y a une poignée de députés corrects, quelques ministres et certains acteurs dans l’administration. Cela agrège des dynamiques positives. Je vois autour de moi des personnes qui font des efforts, qui se donnent du mal. Pourquoi désespérer du pays avec autant de bonnes volontés ? Le terrain est ouvert. Ce que je peux faire, à mon niveau en Tunisie, des universitaires d’autres pays ne sont pas aussi libres de le faire. Je jouis malgré tout d’une certaine liberté académique. C’est verrouillé plutôt en haut lieu. Mais sur le terrain, il y a des marges de manœuvre. La politique est toxique en Tunisie. Détournons nos regards vers d’autres espaces d’action. Croyons en ce que nous faisons, vous, moi et les autres. Favorisons et développons les connexions collectives entre personnes qui travaillent pour l’intérêt général. En tant que Tunisiens et Tunisiennes, nous avons beaucoup à faire. Je refuse d’accorder aux politiques le monopole de l’agir. Agissons en tant que citoyens. En face, l’inertie des politiques s’explique par leur volonté de garder leurs privilèges. Ils partiront un jour. Nous sommes inscrits dans une dialectique de changement. Ne pas changer est un aveu d’impuissance. Les plus malheureux, ce sont ceux qui n’acceptent pas le changement. Moi j’ai envie d’être heureuse. Et je sais que j’ai changé depuis 2011.

Entretien mené par Hella Lahbib, le 10 avril 2021

Publié dans La Presse de Tunisie, lundi 19 mars 2021, page 5.

[1] Le 10 juin 2020, l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) a rejeté une motion demandant officiellement à la France de présenter des excuses pour les crimes commis « pendant et après la colonisation ».

[2] Le Conseil National de l’Ordre des Médecins publie le 19 avril 2021 un appel à respecter la parole médicale en réaction aux déclarations du ministre de la santé du 16 avril relatives au droit des médecins d’intervenir dans les médias ou sur les réseaux sociaux, à propos de la pandémie,

Je vote dimanche

Comme partout, la situation en Tunisie est très compliquée et rien n’est clair.  Nos deux candidats du 2ème tour sont différents, assez simplets, incomplets, sans profondeur. Le débat télévisé de vendredi soir https://www.youtube.com/watch?v=vGf35QHvYUg n’a pas influencé mon choix. Chaque profil pose de vrais problèmes de conscience et de perception aux pauvres votantEs que nous sommes. Aucun ne dégage un charisme et ils ne rassurent ni sur l’avenir du pays ni sur la fonction. Les deux finalistes disent peut-être/surtout la pauvreté du choix que nous avons réussi à construire en 9 ans. C’est tout ce que l’on a devant nous, dans l’isoloir.

J’irai voter demain parce qu’aller aux urnes est un acquis à préserver. J’ai commencé trop tard à voter dans la vie pour bouder ce geste que j’accomplis pour la huitième fois depuis 2011. Tellement de gens sont morts pour cette liberté que je ne me permets pas de faire la fine bouche devant un choix effectivement limité, pauvre, sans jus.

L’image des candidats

L’image du premier candidat (Kaïs Saïed) est rattachée aux islamistes par de multiples fils développés en motifs d’appartenance. Son frère, entre autres, est un islamiste notoire. SI le parti Ennahdha n’appelle pas à voter pour lui (les bases suivraient-elles une consigne ?), il a exprimé sous plusieurs formes son « soutien ». De toutes les représentations qui émanent de KS, la plus persistante est qu’il est loin des magouilles d’argent (ni train de vie ni campagne électorale à l’américaine). Il répond à une image d’intégrité qui manque dans la société tunisienne où les exemples d’enrichissement se sont multipliés. L’arrivisme est devenu tellement prégnant dans les familles, les quartiers, les institutions, les partis que ce personnage apparaît comme sorti d’un conte moral, d’un temps révolu. Cette réputation est sûrement exagérée, gonflée par le besoin de pureté qu’elle représente. Même si c’est une légende, le personnage fournit un symbole auquel on peut croire, un espoir qu’on peut brandir face à un réel sauvagement compétitif.

Que peut faire un futur Président de la République à part nommer des conseillers, obtenir des privilèges, proposer des lois ou représenter l’Etat à l’intérieur et à l’extérieur ?  Si on s’en tient aux textes, sécurité et diplomatie sont ses prérogatives mais on sait la résilience des corps de l’Etat et de l’administration et on vit les habitudes de rétention de l’information. KS n’a aucun parti derrière lui donc pas d’outil politique à manipuler ni de poids au Parlement. Il est tenu par la Constitution plus qu’il ne peut agir dessus. Il défend des idées vagues sur la décentralisation et le pouvoir local avec des références juridico-politiques qui parlent aux jeunes. Symboliquement, il fait écho à des couches de la population (souvent diplômées) qui pensent avoir été broyées par le processus transitoire depuis 2011, se morfondent dans des situations subalternes et expriment une hostilité au pouvoir et à ses représentants (« intellectuels » compris) qui confine à la haine sociale parfois.

Le second (Nabil Karoui) est porté par un parti (Qalb Tounès). Affairiste des médias et de la publicité, il est galvanisé par la volonté de puissance et les défis de conquête de position. Il fait carrière avec une chaîne de télévision Nessma Tv qui mise sur le marché maghrébin. Depuis 3 ans, il fait sa « rédemption » en donnant aux pauvres qu’il a découverts en sillonnant le pays. Après avoir fondé une association de bienfaisance, NK quitte puis recycle le parti Nida Tounès porté par Béji Caïd Essebsi, d’où son inimitié avec le chef de gouvernement actuel (Youssef Chahed) qui, une fois nommé en 2016, se cabre contre son mentor et son fils, héritier. De son côté, NK pense qu’il peut passer aux manettes du pouvoir politique après avoir « fabriqué » BCE et travaillé au fameux « consensus » -entre lui et Rached  Ghannouchi- qui gère le pays depuis 2013. BCE est mort le 25 juillet après avoir laissé son fils (aujourd’hui en France) décomposer la coalition électorale qui avait permis de rééquilibrer l’exercice du pouvoir en Tunisie (on dit aussi « éviter la guerre civile ») après 2013. NK fait cavalier seul dans cette aventure d’un autre type pour parvenir à la primature, après son passage par le parti présidentiel. Avec son sens commercial, il récupère un parti en juin 2019 et entraîne des forces constructrices de l’économie entrepreneuriale qui, comme lui, crèvent de relancer des affaires empêchées par l’instabilité politique. Tous pensent que la « Révolution » est terminée ou, tout au moins, à stopper car le « chaos » ne permet pas d’établir des contrats ni d’attirer des capitaux. Emprisonné juste avant le déclenchement de la campagne électorale et relâché quatre jours avant le 2ème tour, il est érigé par le système médiatico-politique (et pas seulement sa télé) comme victime d’injustice.

Côté électorat

En face, électeurs et électrices voient et vivent des signes de décomposition depuis 2011 : notre classe politique « scissipariste » n’a entrepris aucun travail véritable face aux problèmes sociaux, aux inégalités et aux grands choix économiques. La dégradation matérielle et économique (inflation des prix, transport, santé, enseignement, administration, environnement…) a atteint les partis politiques qui n’ont pas coalisé des réflexions ni dessiné des directions de travail, encore moins établi des programmes. L’Etat n’a pas cessé de s’affaiblir avec la valse des gouvernements inefficaces et vite essoufflés : 9 formations en 9 ans et des centaines de ministres tournants. La corruption a gagné en surface, s’est « démocratisée » tout en devenant un leitmotiv honteux et menaçant la « cohésion » des nantis, intermédiaires et profiteurs (médias, douanes, hommes d’affaires, juges, avocats…). Aucune réforme de fond n’a pu naître (les députés de l’Assemblée des Représentants du Peuple y ont bien veillé) et cela se voit partout et particulièrement dans les mondes judiciaire et médiatique où se concentrent les nœuds mortifères de la nouvelle « gouvernance ». Fric et influences ont accentué et alimenté les poisons de la justice et des médias, principaux artisans du paysage électoral 2019 avec ses imbroglios, ses rebondissements et ses tensions, en plus de quelques surprises (dues en partie à la mort de BCE). 

Ces élections nous font vivre une période épique, un tourbillon de rapports de forces, un apprentissage de la politique violent et accéléré, pas satisfaisant en tous cas.  Nous allons vers une législature difficile mais ce n’est qu’une nouvelle gageure, après celle de 2014/ 2019, responsable des blocages des lois et des réformes (l’absence de Cour Constitutionnelle est un des résultats de cette tactique d’obstacles). 

J’irai voter car un Président de la République ne peut pas grand’ chose, surtout dans ce désordre. Il peut cependant être une conscience, empêcher des choses, arbitrer et veiller, en principe, à la Constitution. Si KS est élu, le magnat des médias n’aura pas profité des instruments de la domination mais son parti peut travailler au sein de l’ARP et au gouvernement. A la lumière des débats et des faits, les écartés depuis 2011 peuvent se projeter en KS, alors qu’ils se sont sentis exclus par un « ancien régime » qui a eu le temps de faire un retour recyclé partout dans la politique et l’économie. N’est-ce pas le mouvement dialectique de l’histoire ?

Pour ce pari sur cinq ans, il faut accepter d’affronter les risques politiques liés à la crainte des islamistes qui sont au Parlement, affaiblis en nombre (52 sièges sur 217) mais plus incrustés dans d’autres rouages. La bagarre politique doit continuer, avec celle de la morale.

Quelque soit le résultat, et à partir de lundi, nous serons dans une autre psychologie collective et, j’espère, moins d’hystérie. Plus de TunisienNEs auront pensé et senti la politique de près et certainEs travailleront à perpétuer calmement quelques leçons apprises au cours de cette transe estivale, le premier des enseignements étant l’indigence du choix des candidats.

Nous avons à construire l’avenir du pays avec plus de règles, plus de morale et à nous habituer/obliger à appliquer la loi. Nos juges sont douteux et nos médias nous polluent la vue et la vie. Ces domaines, comme d’autres, peuvent tirer des améliorations de cette immense leçon de choses politiques que nous sommes en train de vivre en accéléré, sans rien dominer.

C’est vrai que les transitions politiques sont fatigantes, surtout par les magouilles qu’elles libèrent comme des bactéries après le dégel. Mais cela a l’avantage de faire bouger les lignes, de faire émerger des gens à une allure effrénée, de détrôner quelques privilégiés. On apprend à toucher nos limites et on doit accepter de savoir qu’elles sont dures à cuire et qu’elles sont aussi en chacun de nous. Il faut juste supporter le mouvement incessant, le ballottement de nos perceptions, l’incertitude de nos jugements. Le plus dur est d’accepter que rien ne soit acquis ni limpide tout en dégageant un cap pour continuer à décider sans se décourager, pour entreprendre des petites choses, le seul niveau d’action possible. 

Voter est une épreuve psychologique et éthique qui vient après des décennies d’inertie politique mais je vois tellement de gens supporter cet inconfort et travailler, chacun à sa manière et avec ses moyens, sans rien demander en échange. Alors je ne me sens pas trop seule.

Hammam-Lif, le 12 octobre 2019

Paru sur Le Quotidien d’Oran, lundi 14 octobre 2019

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5282365

 

Tunisienne saluant le cortège

Funérailles de Béji Caïd Essebsi : un embrayeur de civisme ?

La cérémonie des obsèques de Béji Caïd Essebsi (BCE) vaut plusieurs documentaires sur la Tunisie. Elle exprime un mélange d’ingrédients de toutes sortes, comme si le pays rebattait ses cartes, jouant sur plusieurs registres, ré-agençant ses ressources, faisant bouger des lignes plus ou moins visibles.

Un moment de concrétion 

« Concrétion » désigne un processus chimique et biologique qui aboutit à créer de nouveaux corps, des couches rocheuses sur les surfaces ou parois. La mort de Béji Caïd Essebsi, depuis son hospitalisation du 27 juin, fait penser à ce phénomène physique, sur le plan politique comme dans la manière dont la population tunisienne l’a vécue.

Politiquement, le pays a eu quelques semaines pour mettre au point une réponse à la vacance du pouvoir, malgré le manque inquiétant de Cour constitutionnelle. Les médias ont pu examiner les divers aspects de la menace de vide pesant sur le pays, dès le premier malaise du président de la République. Les commentaires ont essentiellement porté sur sa non signature de l’amendement de la loi électorale visant à exclure des concurrents imprévus à la course à la présidentielle et aux législatives. Au-delà des débats juridiques, entre rumeurs et examen de la première conséquence subie par la non-élection de la Cour constitutionnelle, juristes et journalistes ont discuté à loisir les textes régissant les cas où le président de la République est empêché d’exercer.

La rapidité avec laquelle s’est déroulée la relève (annonce officielle du décès, prestation de serment de Mohamed Ennaceur) est en partie le fruit de cette première expérience traversée par le personnel politique et médiatique et l’entourage du président.

Du point de vue de la population, les funérailles révèlent des réactions inattendues envers un président de la République au legs contradictoire : la division du parti Nida Tounès fondé par BCE en 2012 pour se présenter aux élections de 2014 est l’œuvre de son fils Hafedh, intronisé directeur exécutif. Le nouveau venu essayant de rafler la mise du chef de parti prétendu honoraire a suscité départs en masse et réduction du nombre de députés. L’hérédité n’est plus acceptée dans le jeu politique tunisien depuis 2011 et on a attendu vainement de BCE qu’il arrête les manœuvres destructrices du fils. L’homme a été critiqué pour la loi sur la Réconciliation nationale proposée en mars 2015, votée en version Réconciliation administrative en octobre 2017. Le parcours peu glorieux de ce texte voisine avec deux initiatives non moins contestées : le rapport sur l’état des libertés et de l’égalité établi par une commission ad hoc (dite Colibe) nommée en août 2017 et l’amendement de la loi 52 concernant la consommation des stupéfiants, en avril 2017.

L’élan occasionné par sa mort transcende le poids d’un bilan paradoxal : par la présence ou le suivi médiatique, la journée du 27 juillet 2019 accapare la population, faisant converger les regards sur une cérémonie funéraire de près de 6 heures. Hommages, observations ou critiques étaient spontanés, en dehors de tout encadrement et préparation.

Un civisme polycentré

Sa mort, survenue le 25 juillet, a ravivé le souvenir de Mohamed Brahmi assassiné le même jour en 2013, moins de 6 mois après Chokri Belaïd, tous deux enterrés dans le choc et la douleur. Mourir le jour du 62e anniversaire de la proclamation de la République a réactivé le lien, déjà vif, entre Béji Caïd Essebsi et Habib Bourguiba. Beaucoup ont rappelé les obsèques bâclées de ce dernier (8 avril 2000) et la déception de ne pas lui avoir rendu hommage.  

Brandissant un drapeau, criant « Vive la Tunisie », « Vive la République », « que Dieu ait ton âme Béji », en silence, applaudissant ou entonnant des vers de l’hymne national tout en appelant « Allah Akbar »… la foule amassée le long de la vingtaine de kilomètres séparant le Palais présidentiel de Carthage du cimetière du Jellaz à Tunis a révélé des réactions personnelles, libres de toute affiliation partisane. Les gens sont venus seuls, en groupe, en famille, avec des enfants ou entre amis pour exprimer, sous le soleil tapant, chacun à sa manière, un attachement au personnage ou à ce qu’il représente. Le nombre de femmes, de tout âge et condition, était remarquable. Même si le projet de loi sur l’égalité dans l’héritage extrait du rapport de la Colibe et déposé en février 2019 n’a pas été discuté par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), cette assistance a témoigné, une fois de plus, de la participation féminine à une vie publique, toujours squattée par les hommes.

Ce nonagénaire, symbole d’un vieux régime qui n’en finit pas de durer n’a pas manqué d’attirer des jeunes à son enterrement. La marionnette télévisée de BCE, les sketchs qui imitent sa voix ou le mettent en scènehttps://www.youtube.com/watch?v=-UkWSb29oCg&feature=share et les affaires judiciaires qui l’ont mis en cause de son vivant ont dû jouer dans cette popularité d’un jour, renforcée par le sentiment de vivre une première historique.

L’invention d’une tradition républicaine

L’événement a nourri l’institution de la Présidence de la République d’une expérience nouvelle. Cinquième président d’une république fondée en 1957, BCE est le premier issu d’un suffrage universel organisé par une instance indépendante et non sous l’égide du ministère de l’intérieur. Dans la Tunisie post-2011, il succède à un président par intérim (Fouad M’bazaâ, 13 janvier 2011-13 décembre 2011) et à un président provisoire élu indirectement par voie parlementaire (Moncef Marzouki, 13 décembre 2011-31 décembre 2014). Sa mort en exercice rompt avec les présidences à vie que voulaient imposer les régimes de Bourguiba (1957-1987) et de Ben Ali (1987-2011), démis par la force.

Organiser les premières funérailles nationales d’un chef d’État en exercice n’est pas une mince affaire. L’Armée de terre, l’Armée de l’air et la Marine nationale ont dû travailler d’arrache-pied avec le ministère de l’intérieur et le cabinet présidentiel afin de mettre au point les listes, le timing, l’itinéraire du cortège et les moments de cette journée particulière. En dépit de quelques détails, aucun incident n’a entaché l’émotion et la solennité qui ont prévalu pendant des heures.

L’étiquette militaire était banalisée dans les saluts des civils au cortège et -de façon plus cocasse- dans les notes jouées par l’orchestre militaire dans le mausolée Sidi Belhassen Chédli où a eu lieu la prière du mort (salat el janaza). Celle-ci s’est faite à côté d’invités qui n’y ont pas pris part. Le mélange entre tradition religieuse locale (non unanime) et protocole martial (parfois dépassé par les formes) ramène à des symboles fondamentaux alors que l’enchevêtrement entre privé et public, confinant au désordre (les femmes étaient présentes aux condoléances officielles) jure avec les canons de toute orthodoxie.

De fait, la participation libre et spontanée des Tunisiennes et des Tunisiens a donné sens et couleurs à la circonstance. Les moments historiques se fabriquent au-delà des volontés et des calculs. Les funérailles de BCE ont fait converger participations officielle et citoyenne. Ce moment de rapprochement (éphémère ?) entre un État et la population, s’est joué autour du triptyque société/politique/religion. L’événement impactera-t-il durablement la vie politique tunisienne, accélérée depuis 2011 ? On apprend que le calendrier électoral est avancé au 15 septembre 2019 et que le scrutin présidentiel précédera les législatives (6 octobre 2019).

Hammam-Lif, le 29 juillet 2019

Publié dans Le Quotidien d’Oran, 1er août 2019

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5279693

 

L’Histoire officielle : résonances tunisiennes

Après avoir été vu au cours de la session 2017 des Journées Cinématographiques de Carthage et à la Cinémathèque tunisienne en septembre 2018, le film argentin L’Histoire officielle de Luis Puenzo a été projeté dans le cadre du ciné-club de la Faculté des Arts, des Lettres et des Humanités de La Manouba. Le public était chaque fois au rendez-vous et le débat qui a suivi la projection du mercredi 24 octobre 2018 à La Manouba dévoile des résonances avec le présent tunisien. La fabrication du film comme son contenu suggèrent des associations de situations et ouvrent à une lecture comparée des « transitions » tunisienne et argentine.

Tourné en 1983 et sorti en 1985, juste à la fin de la dictature militaire argentine, le film raconte l’histoire d’une famille bourgeoise de Buenos Aires qui a adopté, cinq ans auparavant, une fille prénommée Gaby. On suit la mère depuis un rassemblement officiel à son domicile en passant par sa salle de cours. Alicia enseigne l’histoire à des étudiants qui l’interpellent par des débats sur l’écriture de l’histoire, la provoquent par des insolences et vont jusqu’à la déstabiliser par leurs affirmations. Dans son métier comme dans sa vie privée, des échanges et des événements vont instiller progressivement en elle des doutes puis un besoin de vérité. Son mari jouit d’une situation confortable. Loin de ressentir les anxiétés de sa femme, il connaîtra une autre évolution intime au fur et à mesure que le régime politique marque des signes d’effondrement. La palette des croisements entre histoires individuelle et collective est peinte à travers une série de personnages : les couples d’amis bien installés, Anita l’amie opposante qui revient après l’exil, les parents modestes -et qui le restent- du mari, le professeur de littérature qui protège les étudiants contestataires, la grand’mère qui enquête sur la disparition de sa fille… Evoluant au milieu de la toile, Anita accède progressivement à des bouts de réalité ; elle prend conscience de la torture, des disparitions, des viols et du sort réservé aux enfants de disparus.

La force dramatique du film réside dans le parti pris de décrire le cheminement d’une subjectivité qui comprend petit à petit comment son histoire est tissée par des faits dont elle n’a pas capté jusque là la signification. La fille adoptée par Alicia et Roberto est-elle celle d’une mère disparue ? La question surgit de la situation politique et agit sur l’intimité du couple jusqu’à la rupture. Les faits se déroulent dans un contexte de « dégel » : des articles de journaux et des manifestations réclament la vérité sur les disparitions et les tortures, des opposants reviennent d’exil, des enquêtes se mettent en place pour retrouver les traces des desaparecidos (les disparus). Malgré les dérobades de son mari, Alicia ne recule pas devant la douleur que lui coûte la recherche de la vérité. Celle-ci prend une dimension d’absolu : «  si je ne sais pas qui est Gaby, c’est comme si rien n’était vrai » déclare-t-elle. Dans son enquête auprès de l’hôpital où sa fille est née comme dans ses cours d’histoire, elle vit un autre rapport avec les archives et les informations qu’elles peuvent recéler, les objets sauvegardés et les circonstances de leur conservation. Le chemin de la vérité est long et tourmenté. En plus de dérouler avec finesse la façon dont on peut découvrir/interpréter des faits, le film parle de la masse de gens qui ignorent et/ou ne comprennent pas ce qui se passe. Prendre le point de vue de ceux-ci fait sortir du face-à-face infernal et vengeur de la victime et du bourreau comme il permet d’échapper du prisme judiciaire. Il y a bien des coupables, des victimes, des complices (comme le mari ou le prêtre), des militants conscients mais il n’y a pas qu’eux. Et ceux qui ne savent pas peuvent – aussi – payer cher le prix de savoir.

Sans angélisme, le film dénonce la violence sans qu’on la voie en direct ; on la sent partout et on en saisit l’impact sur les relations et les événements. Avec le même talent d’évocation, le film revient sur la quête de liberté comme revendication qui s’installe dans la vie des gens. Elle s’affirme dans des attitudes critiques ou de dérision, elle se donne les moyens de s’exprimer dans des manifestations ou des débats. Le film évite le moralisme et la démonstration pédagogique : il relate subtilement la décomposition d’une famille qui se brise avec les méandres d’une histoire politique qui tangue. Combinant des scènes de fiction avec des extraits de documentaires (les manifestations, les recherches des familles dans les archives…), le récit donne la mesure d’une actualité oppressante.

Un mot venu dans le débat autour du film L’histoire officielle  est plein d’à propos :  la réceptivité. On a vu la réceptivité de l’enseignante à son public, celle de la mère adoptive face à l’attente de la grand’mère. La réceptivité du public tunisien à ce film distingué trois fois entre 1985 et 1986 dans des festivals internationaux est due à sa restauration en 2013. Cette nouvelle vie aura permis d’en savoir davantage sur l’Argentine, pays de Maradona et de Messi, du tango et du pape François et de vibrer avec l’histoire des grand’mères de la place de mai qui luttent contre l’oubli, les dérives et l’opacité des pouvoirs.

Hammam-Lif, le 25 octobre 2018

Publié dans La Presse de Tunisie, 28 octobre 2018, page 9. 

Tunis, capitale coloniale

En avril 1881, 30 000 soldats sont envoyés par Jules Ferry en Tunisie, au prétexte de mettre fin à une incursion des Kroumirs en Algérie. Trois semaines plus tard, Sadok Bey est contraint de signer, au palais Kassar Saïd (banlieue de Tunis), le traité du Protectorat (dit du Bardo) du 12 mai 1881. La colonisation française, ainsi officialisée et complétée par la convention de La Marsa signée le 8 juin 1883, accentue le cosmopolitisme de la ville de Tunis et son ouverture vers la mer, en créant un espace d’administration, de peuplement, d’exploitation économique et de loisirs en direction du port. Après l’achèvement des travaux de ce dernier en 1893, la promenade de la Marine est rebaptisée « avenue Jules Ferry », balisée par le bâtiment consulaire construit en 1860 et investi, avec le protectorat, comme siège de la Résidence Générale à Tunis.

Une dynamique démographique

L’établissement du protectorat accélère aussi l’immigration dans une ville portuaire cernée par des vergers agricoles qui attirait déjà des habitants de l’intérieur du pays, des Maghrébins, des Maltais, des Grecs, des Espagnols et surtout des Italiens (de Sicile et d’autres régions). Ces derniers, actifs dans tous les secteurs (agriculture, pêche, industrie et services) importent toutes sortes de pratiques qui entrent dans la cuisine, le bâtiment, les métiers textiles et les façons de parler.La population européenne est la première à prospérer à la faveur des quartiers qui se construisent dans l’aire urbaine ouverte par la colonisation en direction du nord, du sud et de l’ouest de la « ville arabe ». Des milliers de Français, répondant à l’appel de fonctionnaires et au besoin d’assurer la force publique, viennent s’ajouter aux quelque 3 000 Français déjà installés dans le pays. Leur nombre ne parvient pas à dépasser celui des Italiens avant le milieu des années 1930.Les deux principaux afflux nord méditerranéens se concurrencent à coups de traités bilatéraux (1896, 1945) et de décrets pour l’octroi de la nationalité française (1921, 1923). L’équilibre entre les deux populations est atteint vers 1936 grâce à la naturalisation de milliers de volontaires progressivement attirés par le statut.

La migration maghrébine à Tunis est liée au travail, aux affinités religieuses (sur la route de la Mecque ou pour des études à la mosquée Université de la Zitouna), parfois à des besoins de refuge. Algériens, Tripolitains et Marocains sont disséminés dans le tissu de la ville selon les raisons de leur émigration et leur statut social. Les Algériens, citadins ou ruraux, se concentrent autour du quartier de Bab el Jazira, entretiennent des commerces. D’autres sont notaires, écrivains publics, enseignants, et certains occupent les rangs du mouvement nationaliste.Les flux de Tripolitains ou de Marocains, moins nombreux, grossissent les emplois urbains subalternes ou domestiques de la ville. La composante maghrébine du sous-prolétariat urbain peuple les quartiers les plus pauvres et se retrouve dans les organisations syndicales qui se forment au cours du XXème siècle.

Les mouvements de population de l’arrière-pays augmentent à la fin de la Première Guerre mondiale. Après un mode d’émigration individuel, les habitants de Djerba, du Sud ou du Nord s’installent par familles entières à Tunis à la recherche d’opportunités pour l’entreprise, le commerce ou les études qui augmentent à partir des années 1930.

De 110 000 habitants environ à la fin du XIX ème siècle (les statistiques flottent à ce sujet) à 500 000 habitants en 1956, la ville de Tunis connaît un dynamisme démographique et économique qui modifie la face et l’équilibre de la ville dans la première moitié du XXème siècle. Les recensements montrent une forte augmentation de la population européenne entre 1881 et 1930 qui atteint en 1936 le nombre de 98.877 dans l’enceinte tunisoise et de 115.653 dans l’ensemble de l’agglomération. Entre 1936 et 1956, les statistiques établissent une hausse plus vigoureuse de la catégorie « population musulmane » qui s’étend des quartiers de la « vieille ville » vers les nouveaux faubourgs et la ville moderne, en expansion depuis 1881.

D’un pôle urbain à un espace polycentré

La ville se déploie sur des quartiers, des faubourgs et des banlieues au Nord, au Sud et à l’Ouest. L’axe européen commence par le Nord, en direction du chenal qui mène à la mer. La cathédrale Saint Vincent de Paul qui fait face à la Résidence Générale, un ensemble de commerces, de restaurants, d’hôtels et de cafés structurent l’extension de la « ville européenne ». De l’autre côté de la Porte de la mer (Bab B’har) où le Consulat britannique a élu domicile depuis 1850, la « ville arabe » est investie par une population de Maltais, de Tunisiens musulmans et juifs, d’Italiens socialement bigarrée. Entre demeures bourgeoises, logements modestes, oukala-s (logements autour d’une cour centrale où les locataires se partagent la cuisine et les toilettes)  et fondouk-s de passage, ateliers d’artisans et ruelles commerçantes, la médina de Tunis, s’organisait depuis longtemps autour de la mosquée de la Zitouna et de la citadelle de la Kasbah. Flanquée de deux faubourgs ou r’bat (Bab souika et Bab al jazira), et circonscrite par une série de portes, vestiges des anciens remparts pour la plupart détruits, elle a été érigée en municipalité en 1858.

Quoique complémentaires, ancienne et nouvelle aires urbaines, évoluent avec dissymétrie. Les travaux d’infrastructure et d’adduction d’égouts et d’eau courante  aboutissent à un début de réseau en 1891 dans la partie moderne de la ville où la spéculation foncière attisée par la loi immobilière de 1888 fouette le traçage des rues et boulevards, stimule le bâtiment public et la construction privée. L’éclairage électrique s’étend à la ville européenne vers 1900.

L’administration française partage ses institutions entre les nouveaux quartiers (Hôtel de la Monnaie, Hôtel de ville, avenue de Carthage), les édifices de la médina (Dar Hussayn est le siège du commandement de l’armée, la caserne des janissaires d’El Attarine est transformée en bibliothèque, la Kasbah abrite le secrétariat général du gouvernement tunisien) et les boulevards tracés sur l’emplacement des remparts (les directions générales et les ministères de Bab Benat).

L’architecture dite coloniale se développe à la faveur de la construction des immeubles, villas et édifices publics qui allient le style, le décor et les matériaux locaux avec les innovations techniques comme l’acier ou le béton.Dans la médina, on restaure (le minaret de la Zitouna en 1892) et des décrets (1920 et 1921) tentent de sauvegarder le bâti sans améliorer l’infrastructure et les conditions de vie. La densité de population augmente dans un tissu urbain peu retouché. En 1956, la population s’y élève à 120 000 environ dans un espace restreint qui se vide des couches les plus aisées, attirées vers les faubourgs plus accessibles grâce aux travaux de voirie et à la construction du réseau du tramway (le quartier du Bardo est relié à partir de 1908). Des zones d’habitation à bon marché (HBM) fixent à partir de 1920 les classes moyennes dans les quartiers de Franceville, Mutuelleville, Taoufik.

En 1931, le plan d’aménagement de la ville européenne tente de mettre de l’ordre dans une poussée urbaine constante. L’assainissement du quartier juif de la hara entre 1936 et 1939 et l’achèvement de la synagogue en 1937 participent au désenclavement de la population juive pauvre. Les juifs aisés eux sont intégrés à la bourgeoisie européenne industrielle et commerçante installée dans les quartiers résidentiels (Lafayette, Le Belvédère) et dans les banlieues (La Goulette, la Marsa, Hammam-Lif…) reliées par chemin de fer.

Parallèlement aux activités industrielles (alimentaires, matériaux de construction) et d’affaires, Tunis devient une ville de loisirs : les espaces verts aèrent le quartier du Passage, l’esplanade de Gambetta Park et le jardin d’essai du Belvédère (où un Casino est inauguré en 1910). Le théâtre municipal est inauguré en 1902, le théâtre italien Politeama Rossini voit le jour en 1903 tandis que le cinéma fait son apparition quelques mois après la première projection des Frères Lumière  à Lyon : La Dépêche Tunisienne se fait l’écho d’une projection fin octobre 1896. L’Omnia Pathé, première salle de cinéma tunisoise est inaugurée en 1908. Le public des théâtres, music-halls, concerts, bals, cinémas, d’abord européen va se mélanger au fil du temps.

A côté de l’enrichissement de la trame urbaine, l’extension de la ville pousse vers une ceinture de taudis et de « gourbivilles » où s’entassent les populations des zones rurales du pays. Mellassine, Ras Et-tabia, Jbel Lahmar, La Cagna, Jbel Jelloud, faubourgs liés à l’activité industrielle qui se développe, s’étendent après la Deuxième Guerre mondiale qui a éprouvé la ville : le port et la compagnie fermière des Chemins de fer Tunisiens notamment ont subi des dégâts et un programme de reconstruction est lancé.

Espace citadin et politique

Le bouleversement urbain du Tunis colonial n’est pas uniquement lié au développement du train, du tramway, du télégraphe, de l’éclairage au gaz qui entraînent l’extension de l’espace, la poussée des banlieues et une proximité entre les différentes catégories de populations. La présence européenne joue un rôle moteur mais voisinage et partage des activités transforment à leur tour les relations et les mentalités urbaines.

L’impact des deux guerres mondiales, les transports, la vie de bureau, le travail en usine, la fréquentation des spectacles, les rythmes scolaires favorisent les mélanges d’habitudes et introduisent de nouvelles façons d’occuper la ville et de l’investir. Les jours fériés, le ramadan ou l’horaire estival de la « séance unique » pour les fonctionnaires instaurent un rapport au temps partagé par tous les Tunisois. Aussi, la géographie urbaine en mutation se double-t-elle d’une série de transformations dans les comportements individuels et les rapports collectifs qui changent la conception et le vécu de l’espace citadin.

Des mutations se font sentir après la Première Guerre mondiale avec la diffusion d’espaces de sociabilité et de loisirs citadins qui vont être les lieux d’expression de la politique. Le phénomène est engagé avec la diffusion de l’imprimé qui entraîne l’essor de la presse, en langue arabe et française principalement. Avec le journal, la physionomie des cafés se transforme. Le café européen (café bar et brasserie, ou débit de boissons rattaché à un hôtel) modifie l’occupation des lieux : les chaises remplacent les nattes des cafés maures. Le café draine en outre, une autre culture, celle du journal et une sociabilité qui facilite les réunions associatives. Une législation naît dans le but de surveiller ces lieux de rencontre et d’activité politique.

Les cafés sont concentrés entre l’avenue de France et l’entrée de la médina (on en compte sept en 1924). Ils pratiquent une mixité qu’on ne voit pas dans les cafés de la médina et des faubourgs. Cependant, depuis les incidents autour de l’immatriculation du cimetière du Djellaz (1911) et le boycott des tramways (1912)-deux révoltes urbaines réprimées dans le sang- qui marquent les Tunisois, le café devient partout le lieu où on lit le journal en groupe, où on échange les nouvelles et les idées, notamment politiques. Le cinéma et le sport deviennent aussi des lieux où s’exprime le politique.

A côté du réseau du centre ville, des salles de cinéma s’implantent en banlieue à partir de 1910 et dans les quartiers de Bab Souika, Bab Menara et Al Jazira à partir de 1924. Plus petites que celles de la ville européenne, ces salles programment des films arabes et hindous que la censure pointe parfois car il arrive que les spectateurs y expriment des opinions anticoloniales. Le sport, lieu de promiscuité, d’échange et d’adversité se politise également avec la multiplication des associations sportives. La naissance des deux grandes équipes tunisoises de football, le Club Africain (1920, Bab Jedid) et l’Espérance sportive de Tunis (1919, Bab Souika) marque la structuration de l’espace urbain par le sport, vecteur d’affirmation politique.

La politisation de ces activités citadines se remarque d’autant plus que Tunis, centre de l’administration coloniale et siège du contrôle civil de la région, n’héberge pas le Bey, co-signataire des lois et traités avec la Résidence Générale. Le garant et symbole de souveraineté de la Régence de Tunis réside en effet en banlieue : le pouvoir beylical vit, reçoit au Bardo, à Hammam-Lif, à La Marsa… Dans ces demeures excentrées, il se joue une existence jamais niée par les textes, mais marginalisée dans l’espace et dans la prise de décision.

Au contraire, les Français s’approprient l’espace comme lors des défilés du 14 juillet ou celui du Congrès Eucharistique de Carthage de 1930. En 1925, pour célébrer son centenaire, la statue du Cardinal Lavigerie, archevêque d’Alger et de Carthage, est érigée sur le parvis de la Place de la Bourse, à l’entrée des souks, provoquant des manifestations d’étudiants de la Zitouna. Ces actes répétés de théâtralisation de la présence française en Tunisie finissent en effet par engendrer des répliques nationalistes. Le premier parti nationaliste le Destour est fondé en 1920, puis le Neo-Destour dirigé par Bourguiba en 1934.

Les manifestations du 9 avril 1938 devant le Palais de justice sur le Boulevard Bab Benat et sur l’avenue Jules Ferry, face à la Résidence générale, apparaissent comme une protestation contre l’appropriation coloniale de l’espace que les habitants du Tunis, assiégé puis occupé à partir de 1881, n’ont pas exprimé en leur temps.

Ainsi, toute capitale qu’elle est depuis des siècles, Tunis voit son espace se politiser face à la colonisation française, une dimension qui vient s’ajouter à son dynamisme économique et à son aura historique.

Sélection bibliographique

Leïla Ammar, 2007, La rue à Tunis, réalités, permanences et transformations : de l’espace urbain à l’espace public, 1835-1935, Thèse en architecture, Université Paris VIII, Seine Saint Denis.

Habib Belaïd, 1998, « Aperçu sur le cinéma en Tunisie à l’époque coloniale », Rawafid n° 4, Revue publiée par l’Institut Supérieur d’Histoire du mouvement national, Université de La Manouba.

Morgan Corriou, 2011, Un nouveau loisir en situation coloniale : Le cinéma dans la Tunisie du protectorat (1896-1956), Thèse de doctorat, Université Paris-Diderot 7 (à paraître).

Christophe Giudice, 2006, La construction de Tunis, « ville européenne » et ses acteurs de 1860 à 1945, Thèse de doctorat, Université de Paris Panthéon-Sorbonne.

Paul Sebag, 1998, Tunis, Histoire d’une ville, Paris, L’Harmattan, 685 p.

Article publié dans le magazine Les Collections de l’Histoire n° 70, janvier-mars 2016, pp.76-80.

La photographie « Architecture. Avenue de paris. Tunis » est de Hamideddine BOUALI

Le fil historiographique

Introduction de l’ouvrage Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine, Tunis, Université de La Manouba, 2015, 158 p.  (II)

 Le recueil des neuf textes édités dans cet ouvrage commence par le discours d’habilitation à diriger des recherches, prononcé en juin 2002. Le texte « Un terrain d’histoire culturelle : la Tunisie » qui en est issu traduit l’effort intrinsèque à l’exercice de l’habilitation : celui de définir un champ de recherche et d’intérêt. Le délimiter comme : Histoire culturelle et histoire des intellectuels en Tunisie aux XIXe et XXe siècles, m’a aidée à sauter de plain-pied dans le biais historiographique. A partir des questions classiques de périodisation et de sources, j’ai commencé à tourner autour des pistes qui peuvent clarifier les conditions matérielles et intellectuelles de l’écriture de l’histoire contemporaine de la Tunisie, certains des lieux dans lesquels elle est formulée (les revues, les manuels, le bilinguisme…) et les profils intellectuels qui l’accompagnent, à une époque où l’engagement nationaliste devient une donne structurante.

Il me reste à aller plus loin, notamment dans le sillon historiographique….pour comprendre le processus de construction de la Tunisie comme entité historique et nationale.

A la suite de ce texte programmatique, l’article « De l’intérieur d’un lointain : l’histoire contemporaine de la Tunisie » est né à l’occasion d’un débat autour des « orientalismes » et des « aires culturelles » en vogue dans les années 2000. Le colloque Savoirs du lointain, fruit d’une coopération entre l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC), m’a permis de faire le point sur les outils méthodologiques et les références disciplinaires des études et de l’enseignement historiques en Tunisie.

Comme toute culture, la Tunisienne est hantée par un besoin de passé dont l’usage est intéressant à étudier et le cadre national constitue un lieu propice pour saisir des liens éloquents entre histoire culturelle et histoire des intellectuels en Tunisie.

L’article « Relire les biographies de Bourguiba : Vie d’un homme ou naissance d’une nation ? » a consisté à appliquer le « deuxième degré » historiographique à une histoire qui semblait à première vue saturée d’études. L’histoire tunisienne, notamment académique n’est pas riche en biographies et celle de Bourguiba, apparemment bien servie, a ses silences. Le point de vue historiographique m’a permis de mettre en évidence le lien entre le récit national que Bourguiba faisait écrire, les biographies écrites sur lui et le poids du contexte général sur l’exercice d’une discipline que l’on sait, partout, influencée par le politique.

Au-delà des plus célèbres modèles du genre, il est bon de lire cette somme comme un indicateur des limites et enjeux de l’écriture historique sous le ciel de la Tunisie bourguibienne. On peut aussi apprécier ces récits de vie comme ayant été une façon de conjurer l’absence de liberté, ou encore d’écrire « l’histoire du temps présent ». En soupesant la captation, par les biographes, de la narration faite par Bourguiba de sa propre vie, on peut considérer ces histoires non « autorisées » comme des incursions masquées, des audaces calculées, des projets qui contournent l’écrou imposé par l’histoire officielle et « l’auto-mythification » bourguibienne.

Cette étape allait m’orienter vers le genre des manuels dans l’intervalle colonial, période d’incubation des bases de l’Etat-nation, des organes construits pour sa défense et des moyens de sa formulation intellectuelle, notamment entre histoire et géographie. Dans « Écrire, enseigner l’histoire de la Tunisie : séquence coloniale et circulation des savoirs », j’ai dégagé les phases de l’élaboration d’un modèle de pédagogie du savoir historique autour de la nation. A côté des manuels en langue arabe, la séquence coloniale voit le bilinguisme français-arabe s’imposer sur la scène culturelle et politique. Ce trait de l’histoire contemporaine de la Tunisie va certes vivre l’oscillation inverse après l’indépendance, mais le bilinguisme marque le champ intellectuel, médiatique et politique tunisien, en passant par la littérature historienne, tout au long du XXème siècle.

En même temps que l’histoire savante continue à se penser dans un large cadre arabe et musulman, l’histoire telle qu’elle est formulée par les pédagogues et enseignée dans les classes primaires et secondaires de l’enseignement musulman développe cette conception nouvelle et cultive l’amour d’une patrie tunisienne, État-nation aux frontières linéaires précisément tracées.

L’article « Revues et générations en Tunisie au XXème siècle : Transitions et ruptures » est construit autour de la revue, source décalée et espace interactif qui  permet de saisir les connexions profondes entre culture et politique. L’écriture de l’histoire, celle de l’action ou des idées, s’inscrit elle aussi dans la longue durée des hommes, des institutions et des dispositifs concrets qui les portent. Les revues constituent des caisses de résonance et des goutte-à-goutte nourriciers des différentes catégories intellectuelles. Depuis la fin du XIXème siècle, les revues, en arabe et en français, témoignent des liens qui existent entre les modes d’expression et d’intervention, et qui évoluent en fonction des générations.

Le milieu tunisien des revues apparaît comme un espace de rencontre éloigné des contingences immédiates, un lieu souterrain de respiration de la vie intellectuelle. C’est dans ces institutions que se construisent les différents groupes intellectuels, qu’ils s’expriment et s’articulent entre eux, qu’ils se livrent aussi à une course à la notoriété.

A l’entrée par les revues, s’ajoute une autre clé d’analyse importante, celles des générations. A condition de sortir la notion de son sens purement démographique, on peut déceler à travers la « génération » les continuités et discontinuités qui régissent l’histoire intellectuelle et politique de la Tunisie contemporaine. La clé générationnelle libère, entre autres, de la prégnance de la fracture coloniale/post –coloniale :  en liant les segments pré et post –indépendance, on peut doser les effets de l’alliage qui caractérise, à chaque moment, les articulations entre mémoire généalogique, contexte politique et métabolisation intellectuelle. La césure zaytounien /sadikien a opéré suffisamment longtemps pour être, aujourd’hui, enfouie dans l’écriture historienne. Elle constitue un des nœuds qui structurent le discours politique et historique, un nœud solidifié à travers le bilinguisme qui marque les générations intellectuelles tunisiennes du XXème siècle.

Entre les projets éducatifs et de société formulés dans les tribunes, s’est déroulée en arrière-plan une « querelle des Anciens et des Modernes », englobée par des événements politiques qui ont occupé  le devant de la scène et les esprits.

Etre historien en Tunisie

En avançant vers une histoire sociale et culturelle des historiens, j’ai rencontré l’exemple de M’hamed Belkhûja, un historien érudit et fonctionnaire de l’administration du protectorat, connaissant l’arabe et le français : « M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale ». Entre chroniqueur et journaliste, M’hamed Belkhûja a largement contribué à deux périodiques : al-ruznama at-tounisiyya (almanach) et la revue Al majalla az-zaytouniyya (rubrique : histoire). Tombé dans l’oubli et accusé de collaboration avec le pouvoir colonial, cet historien signe un mélange entre deux traditions académiques qui se chevauchent en son temps et à travers lui. Son cas témoigne de passerelles entre deux magistères intellectuels et politiques, moins étanches qu’il n’y paraît.

Bien que l’on puisse considérer qu’il a joué un rôle important dans la constitution du métier d’historien en Tunisie, Belkhûja fait partie d’une génération de Tunisiens qui n’a pas eu accès à une formation universitaire sanctionnée par un diplôme…À [sa] mort, en l’absence de normes fixées et de codes partagés, les historiens tunisiens ne constituent pas encore une communauté homogène. Ils partagent un goût pour l’étude du passé et une curiosité pour les chroniques anciennes qui prolongent une tradition depuis longtemps ancrée chez les lettrés tunisiens, mais leurs travaux ne répondent pas aux critères de scientificité exigés par un monde académique international que représentent encore exclusivement les pays occidentaux.

La profession d’historien bricolée au cours de la période coloniale se structure avec et au sein des institutions de la Tunisie indépendante, à commencer par l’université nationale née en 1960. Deux articles « Profession historien en Tunisie : l’histoire contemporaine, entre institutions et recherche » et « L’entrée de l’histoire du mouvement national tunisien à l’université » sont consacrés aux facettes de ce qui est devenu un métier dans la période post -indépendance. Mon expérience, celle d’une diplômée en histoire, engagée comme chercheur dans une institution destinée à faire « l’histoire du mouvement national » est au centre de cet essai d’introspection professionnelle. En considérant sur la durée centres de documentation et d’archives, ouvrages et périodiques, on voit comment se construit un dispositif de connaissance qui vise à mettre les bases d’une culture historique officielle, servie par des formations en histoire et ses disciplines « auxiliaires ». Comme il m’a été donné de travailler au sein d’une institution publique –aujourd’hui intégrée au panorama universitaire- j’ai assisté à travers les colloques du Programme National de Recherche sur l’Histoire du Mouvement National des années 1980 à l’entrée en scène du témoin, interrogé et donc reconnu par l’historien. La démarche a été ensuite systématisée par une institution privée (CEROMDI puis FTERSI), dirigée par Abdejellil Temimi, un universitaire qui a investi l’exercice du témoignage en invitant le personnel politique, des militants et toutes sortes d’acteurs de la scène politique, économique ou culturelle de l’histoire récente à délivrer et enregistrer leurs mémoires et souvenirs.

La proximité du témoin et de l’historien, intégrée par l’étude du « mouvement national » agit comme un facteur qui stimule l’activité scientifique : cette commodité de l’histoire contemporaine infuse les colloques, traverse les publications et influence les thèses d’une façon qui contribue, à son tour, à renflouer la promotion de la mémoire. Les discours convergent vers l’exhumation d’une mémoire, notamment du côté politique, après une longue période de silence des acteurs dont certains ont exercé des fonctions officielles alors que d’autres, quoique éloignés des feux de la rampe, ont des témoignages importants à transmettre.

Le fil historiographique que j’ai essayé de reconstitué rejoint l’ensemble de l’histoire des sciences humaines et sociales en Tunisie. D’où l’idée d’ajouter en guise de postface à ce recueil d’articles les réponses à un questionnaire « Les connaissances humanistes aujourd’hui », conduit et publié en 2011 par Mirella Cassarino, une collègue de l’Université de Catane. Cet entretien me semble résumer les grandes lignes d’une histoire encore à faire. Pour que la lecture historiographique s’élargisse au-delà de la compréhension de la logique et des procédures du métier d’historien en Tunisie, il est nécessaire de creuser l’histoire des autres sciences humaines et sociales appliquées à la Tunisie, du point de vue de leurs contenus, de leurs institutions et de leurs apports à la culture, à l’histoire du savoir et à la connaissance actuelle de la Tunisie contemporaine.

Hammam-Lif, le 1er octobre 2014.

SOMMAIRE

Introduction : Rassembler, rééditer, redonner à lire

Un terrain d’histoire culturelle : la Tunisie, Correspondances n° 71, Tunis, IRMC,Tunis juillet-août 2002,                                                                                              pp.3-9.
De l’intérieur d’un lointain : l’histoire contemporaine de la Tunisie, Savoirs du
lointain et sciences sociales
, Paris, Bouchène, 2004,          pp. 17-25.
Relire les biographies de Bourguiba. Vie d’un homme ou naissance d’une nation ?, Alfa, Biographies et récits de vie, Tunis, IRMC, 2005,                   pp. 107-118.
Écrire, enseigner l’histoire de la Tunisie : séquence coloniale et circulation des
savoirs, De l’Atlas à l’Orient musulman, Contributions en hommage à Daniel Rivet, Paris, Karthala, 2010,                                                                             pp. 141-153.
Revues et générations en Tunisie au XXème siècle : Transitions et ruptures, Générations engagées et mouvements nationaux : le XXème siècle au Maghreb, Aïssa Kadri & Ouarda
Siari Tangour (dir), CRASC, Oran, sept 2012,                             pp.183-205.
M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale, Revue
d’Histoire des Sciences Humaines
,
 Paris, 2011, n°24,             pp. 17-34.
Profession historien en Tunisie : l’histoire contemporaine, entre institutions et
recherche, Études sur l’État, la culture et la société dans l’espace arabo-musulman.
Mélanges offerts au Professeur Abdejellil Temim
i
,

Tunis, CERES, 2013, Tome II,                                                      pp.197-223.
L’entrée de l’histoire du mouvement national tunisien à l’université,Penser le national au Maghreb et ailleurs,Fatma Ben Slimane et Hichem Abdessamad (dir), Tunis, Arabesques éditions/Laboratoire Diraset, 2012,                                        pp. 265-280.
Les connaissances humanistes aujourd’hui. Réponses au Questionnaire, Le forme et le
storia
, n° IV, Catane, 2011,                                                       pp. 397-404.

Réécrire l’histoire de la Tunisie ou du mouvement national : un refrain classique

On entend souvent les Tunisiens réclamer une réécriture de l’histoire, notamment celle du mouvement national. La présidence de la République a organisé deux conférences-débats qui ont donné la parole à deux historiens, signe positif dans le tourbillon politicien qui assombrit l’horizon. Hichem Jaït a distingué, au cours d’une conférence sur le thème La mémoire et l’histoire nationale (1er avril 2012), les deux aspects de l’étude du passé que sont la mémoire et l’histoire. Le débat qui a suivi n’a pas manqué d’aborder un des leitmotivs de l’opinion intellectuelle : la revendication d’une réécriture de l’histoire tunisienne et notamment de l’histoire contemporaine récente. Il en a été de même après la conférence de Abdejellil Temimi, programmée le 1er septembre 2012 pour commémorer le 64ème anniversaire de la mort de Moncef Bey. Là aussi, certains intervenants ont réclamé la création d’une commission pour réécrire l’histoire du mouvement national.

Deux précédents

Il est bon de rappeler que si le sentiment est légitime, le refrain est classique. Pour l’histoire du mouvement national proprement dite, je peux témoigner en tant que professionnelle, d’avoir vécu deux moments où la demande d’écrire ou de réécrire cette histoire -qui n’est après tout qu’une partie de l’histoire contemporaine de la Tunisie- a été faite. Il suffirait de revenir aux médias de l’époque pour se rendre compte de ce phénomène qui prouve, une fois de plus, que la mémoire humaine est très courte. Le premier moment a eu lieu sous Bourguiba dont on sait qu’il a répandu à loisir les expressions « Mouvement national » et « Combattant suprême ». Tout en ayant orchestré une histoire officielle qui a occulté des acteurs importants (Abdelaziz Thaâlbi, Moncef Bey, Ferhat Hached, Salah Ben Youssef et bien d’autres), il ordonne en 1979 la création d’un enseignement et d’une recherche universitaires pour donner une autre impulsion à l’Histoire du Mouvement National. Cette forme institutionnalisée de la volonté du Prince a été confiée à une commission comprenant des historiens de métier, tunisiens et français, et d’autres spécialistes en sciences sociales. La mission d’écrire scientifiquement l’histoire du mouvement national -dont j’ai rattrapé le cours au tout début, en tant que chercheuse débutante- répondait alors à la volonté d’élargir les méthodes pour sortir d’une histoire politique plate. Evitant de parler des phases les plus récentes et de heurter la susceptibilité du pouvoir, cette histoire a abordé les questions de contexte, différentes formes de résistance à la colonisation, des personnalités autres que celles de Bourguiba.

Continuer la lecture

Fin de l’acte I de la transition : que retiendra l’histoire ?

Que retiendra l’histoire de l’inauguration de l’Assemblée Nationale Constituante du mardi 22 novembre 2011 ? Pour des millions de Tunisiens, c’est un grand jour assurément. Des centaines de citoyens se sont rassemblés sur la place du Bardo. Des journalistes sont arrivés de plusieurs pays. Des hommes et des femmes arborant des banderoles, des pancartes, des tee-shirts et des casquettes donnent un air de fête à cette nouvelle naissance, une atmosphère de mobilisation et d’accompagnement des élus aussi.

Postée devant la télévision à partir de 10 heures, j’enregistre le retard de la cérémonie, une habitude difficile à tuer, même après une Révolution. La chaîne nationale diffuse des images hors sujet, heureusement que les envoyés d’une chaîne privée[1] et des correspondants de radios donnent le pouls à l’intérieur de la coupole et à l’extérieur. A voir l’effervescence, on se réjouit que l’événement soit dans la rue, que la politique ne soit pas acheminée par les seuls canaux cathodiques, qu’elle se mêle à la vie de la cité. Les policiers sont là, et on commence à s’habituer à l’idée qu’ils ne frapperont pas. Une radio annonce l’agression de la députée[2] qui a fait des déclarations désobligeantes envers les mères célibataires mais on ne tarde pas à la voir quelques minutes après, se frayer un chemin, rayonnante, dans les couloirs. On se doute que cette Assemblée aujourd’hui au complet ne sera pas toujours aussi grouillante. Au fait, comment vont faire les députés tout au long de l’année future ? Comment vont-ils travailler ? Quelles dispositions ont été prises pour qu’ils effectuent leur mission ? Logeront-ils dans la capitale ? Et les journalistes ? Seront-ils toujours présents ? Aurons-nous un suivi de cette activité constituante ? Pourquoi n’instituerions-nous pas une chaîne parlementaire ? On n’a pas l’habitude de se poser ce genre de questions, d’émettre ce genre de souhaits. Cette Assemblée va-t-elle nous rapprocher de la politique et des problèmes du pays ? La suite nous dira si nous abordons vraiment une ère politique nouvelle. Les historiens apprécieront ce redémarrage après la parenthèse de la Constitution suspendue.

Tout le monde est sur son trente et un, l’élégance qui règne est digne des jours de fête. On voit des femmes en cheveux et d’autres à la tête couverte, les hommes sont bien coiffés, trois portent jebba et chéchia, un quatrième une casquette. Le parterre mêle des têtes connues et d’autres nouvellement découvertes à la télé, beaucoup d’inconnues aussi. Les personnalités politiques de la transition et du gouvernement provisoire sont placées à part ; elles forment une assemblée nettement plus masculine que celle qui entre en fonction, où la proportion féminine est d’un quart environ. L’histoire retiendra au moins la féminisation du paysage des élus et leur répartition sur une mosaïque de douze partis. Cela suffira-t-il à raviver le personnel politique ? Cette représentation plus colorée insufflera-t-elle plus d’humanité dans l’écriture de la Constitution ?

La mobilité des caméras donne au protocole un air moins compassé que d’ordinaire. L’hymne national puis la Fatiha précèdent le discours du Président de la République qui coule, sobre, solennel, pas trop long. Aucun officiel «étranger» n’assiste, la cérémonie s’affiche très nationale. Mais on sait que des caméras du monde entier se chargent de donner le retentissement qu’elle mérite à la première expérience aboutie des premières élections démocratiques dans un pays arabe et musulman. La liesse et la fierté de l’événement se veulent réservées aux Tunisiens, du moment que le monde les regarde. L’histoire nous racontera-t-elle les dessous de ce cérémonial bienséant ?

Après l’entracte et le départ des « invités », les 217 députés entament leurs travaux. Le doyen des élus (81 ans) est assisté des deux plus jeunes (23 ans), un garçon et une fille, une parité bienvenue qui a de plus l’avantage d’abaisser la moyenne d’âge de l’assistance. Le serment coranique résonne par la voix profonde du président mais le cabotinage et les maladresses de ce dernier finiront par embuer la distinction que chacun aurait souhaité donner à la cérémonie. Malgré les rappels de la hiérarchie partisane et de divers députés, cette direction est de mauvais augure : le président ne parvient pas à dominer sa fonction, refuse de la céder et introduit une tension dans les premiers pas de ce dispositif qui se met en marche sous les yeux de tous. Diriger est décidément très difficile. Pourquoi n’y renonce-t-on pas ? L’histoire retiendra-t-elle qu’il en coûtera à cet honoré d’un jour de perdre le poste qui lui était promis, de conduire le groupe parlementaire de son parti ?

Un happening introduit la question ô combien sensible des martyrs de la Révolution. Il ne vient à l’idée de personne que cette initiative est librement proposée par un député. Le geste est beau mais ce rappel nécessaire est hélas gâché par son amateurisme. La lecture des noms est hésitante, sans ordre ni suite logique et quand on apprend, dans la confusion, que les martyrs de Sidi Bouzid ont été oubliés, on se rappelle que cette liste aurait pu, si elle avait été pensée, inclure d’autres noms encore, notamment les 56 morts du bassin minier de Gafsa de 2008. Les historiens se pencheront-ils sur la façon dont cette liste a été préparée ? L’histoire fera-t-elle l’inventaire des victimes du régime de Ben Ali ?

Pour l’heure, l’attention reste suspendue et si des erreurs s’égrènent, on les met sur le compte de l’apprentissage, de l’impréparation. Le plus jeune assesseur se déclare, on rectifie le tir, il vient à la tribune remplacer celui qui a assuré la cérémonie d’ouverture. Improvisations regrettables mais l’atmosphère reste bon enfant. La prochaine ouverture de session sera-t-elle mieux organisée ? Les députés applaudissent un peu trop souvent. Cela sent l’ancien régime, les préposés à la claque peuplant toutes les réunions. Mais enfin la parole circule entre les sièges, des députés protestent contre la couverture d’un magazine distribué en leur absence[3], des avis orientent la séance, des suggestions fusent pour atténuer les impairs de la présidence. Tout le monde parle de peuple, de martyr, de nation…Ce sont, certes, de beaux mots mais ne sont-ils pas incorporés dans cette assemblée ? A quoi sert-il de les répéter quand on les incarne ? Il suffit de passer à l’action. Si les historiens se penchent sur ces usages rhétoriques, quel enseignement peuvent-ils tirer des applaudissements et du langage convenu dans l’enceinte de cette Constituante en herbe ? Pourvu qu’elle se penche sur les mots qui vont tracer l’avenir constitutionnel.

Des scènes nous font espérer quelques changements : transmettre en direct des opérations de candidature et de vote, même sans le son, donne le sentiment qu’on est partie prenante dans l’histoire en train de s’écrire. Une lueur de vie s’allume dans ce lieu de parole et de mise en texte : des gestes et des actes émergent, des gens s’affairent. L’histoire retiendra-t-elle le discours senti de la candidate non accréditée par la coalition tripartite[4] ? Soulignera-t-elle la leçon d’application démocratique que représente cet acte voué, non pas à gagner le fauteuil de la présidence, garanti par les tractations antérieures, mais à introduire une liberté de plus : celle d’imposer la visibilité des moins forts ? L’hémicycle est le lieu d’une scénographie démocratique balbutiante. Patience.

Dehors, la pauvreté et le chômage persistent, l’insécurité augmente. Si des procès s’élargissent à d’autres responsabilités que celles des familles Ben Ali et Trabelsi, les sit-in et agressions sont en hausse. Les prix flambent et les forces de l’ordre, surprises par les menaces de juger ceux qui ont jadis tiré, doivent s’habituer à défendre des citoyens demandeurs de compte. Les Tunisiens en métamorphose et en alerte attendent des signes de ce nouveau personnel politique après le chèque électoral, signé par la moitié d’entre eux. Des hommes et des femmes sortis de l’ombre et des prisons, de l’exil même prennent place pour une translation étatique chargée de porter le pays vers un fonctionnement plus démocratique. Que retiendra l’histoire de ces arrivants sur la scène ? Seront-ils des figurants ou des acteurs à part entière de cette transition ?

La dictature qui a fait bâtir la coupole du Bardo et l’a peuplée d’une fiction parlementaire a élaboré une rhétorique démocratique coupée du réel. Elle a doublé le manège du morcellement de l’espace politique potentiel, empêchant les énergies capables de s’atteler à la chose publique, de participer au jeu. Le ring de la Constituante abrite aujourd’hui une performance dont on attend une remise en ordre des règles, des opérations concrètes et plus seulement des résolutions verbales et des marchandages de coulisses. Si le match se déroule autour des seules prévisions de la coalition, game is over : le jeu ne tardera pas à se transformer en pugilat et le pays deviendra l’otage d’une violence qu’aucun communiqué consensuel ne peut cacher et qu’aucune rétractation ne peut guérir.

La Constituante de 1959 est née d’une coalition autour du plus fort, d’une légitimité construite sur des années de prison et de combat contre l’ennemi puis de règles soi-disant majoritaires. Elle a donné des réformes sociales sans empêcher les ré-écritures déviatrices et la confiscation du pouvoir au sommet. Celle qui entre en fonction saura-t-elle échapper à cette grammaire dictatoriale ? Accouchera-t-elle d’une forme de vie politique pacifiante, responsable, défendant les faibles pour préserver l’ensemble ? L’histoire dira son mot mais le présent presse et l’inquiétude gronde, à l’extérieur de l’hémicycle en fête.

    Hammam-Lif, 30 novembre 2011

Cet article a paru dans la version papier de La Presse de Tunisie du 5 décembre 2011.


[1] La chaîne privée Nessma TV.

[2] Souad Abderrahim, députée du parti Ennahdha.

[3] Les députés d’Al Aridha acha’biyya (Pétition populaire) protestent contre des articles sur Hechmi Hamdi publiés dans la dernière livraison de Maghreb Magazine.

[4] Maya Jribi, députée du Parti Démocratique Progressiste (PDP).

La transition et l’électrification médiatique de la politique

Ben Ali éconduit, la vie politique et les médias ont vu sauter la chape qui les contenait conjointement. Après la merveilleuse victoire des médias sociaux sur la communication quadrillée par l’Etat, on assiste à l’électrification médiatique de la vie politique tunisienne. Qu’on interprète le phénomène comme un facteur de désordre ou comme un terrain de surenchère, le survoltage de l’opinion est une émotion supplémentaire en cette phase transitoire. Un retour historique sur le rôle des médias dans l’élaboration de la vie et des idées politiques met en perspective les péripéties actuelles. La vitesse des événements trouble la vision d’autant que la vie politique tunisienne reste soumise à des pratiques difficiles à supprimer d’un revers rapide. Le pouvoir de la rumeur entretient les soupçons de retour à la censure, et les Tunisiens sevrés de propagande, la voient encore partout. C’est que les deux mondes, politique et médiatique, au sang mêlé ne peuvent pas exister l’un sans l’autre, encore moins se transformer séparément. L’explosion de la parole a bouleversé les rapports ankylosés entre les deux, remettant en question leur fonctionnement, éprouvant leur crédibilité. La crise de confiance transforme cette relation passionnelle en guerre larvée. Le gouvernement (qui en est à sa quatrième formation) et les partis (cent à ce jour) réclament des médias (142 publications, 14 radios, 5 chaînes de télévision) qu’ils soient au service de la transition tandis que les médias, nouveaux et anciens, s’érigent en défenseurs ou attaquants d’un jeu qui est en réalité commun. La disparité des messages se heurte au manque de hiérarchisation de l’information, installant une ambiance de guérilla entre médias sociaux et traditionnels et institutions gouvernementales. Malgré des efforts certains, instances politiques et médias dévoilent des incohérences qui couvrent en partie les manipulations et entretiennent l’instabilité de l’opinion. Avant l’effondrement du régime, le contrôle sécuritaire avait gelé la vie politique comme il avait paralysé journaux, radios, chaînes de télévision, canaux pétrifiés, nivelés et formatés. Dans le tourbillon de la chute apparaissent des tensions inédites entre médias et politique, sommés de répondre aux impératifs de changement de leurs moyens, de leurs méthodes et de leur finalité. C’est beaucoup à la fois, trop, avec les mêmes hommes de surcroît.
L’ensemble du pays a basculé suite à l’action de médias sociaux efficacement connectés à des faits de haute teneur puis aux canaux d’information classiques. Une liaison vertueuse entre colère, désespoir, répression et résistance a débouché, en moins d’un mois, sur un événement qui a médusé les Tunisiens et le monde. Cet enchaînement heureux est encore perçu, six mois après, comme un miracle qui a impulsé une accélération exceptionnelle du temps, une frénésie dans les événements et les prises de position. Depuis janvier, le pays vit à cent à l’heure après des décennies d’une vie publique lénifiée, à la fois atomisée et de plus en plus centralisée par un Etat qui a assis une administration solide avec les moyens et la technologie de son temps. Politique et médias ont toujours croisé leurs armes et leurs objectifs ; un rapide survol de leur liaison permet d’éclairer certains nœuds de l’histoire contemporaine de la Tunisie lisible, entre autres, à travers celle des médias. Bourguiba a commencé sa carrière politique par le journalisme à la fin des années 1920, les journaux étant entrés dans la vie tunisienne avec les premières réformes de l’Etat hussaynite de la seconde moitié du XIXème siècle. Les premiers postes de TSF entrent au compte-gouttes dans la vie civile après la Première Guerre mondiale, et l’usage de la radio se répand avant le déclenchement de la seconde (Radio Tunis naît en 1938). Le nationalisme tunisien se développe grâce à ces deux médias qui ont porté l’essentiel des transformations sociales et culturelles de la première moitié du XXème siècle. A l’indépendance, l’élite mais aussi une partie des classes moyennes, démographiquement minoritaires mais instruites, ont investi la politique et construit les bases du nouvel Etat sur ces deux vecteurs essentiels. Par ailleurs, l’usage de l’image ayant commencé à poindre depuis le début du siècle, en ville et à travers la jeunesse, la photographie et le cinéma entrent, à leur tour, dans les habitudes de consommation, dans la vie privée comme dans la sphère publique. Aussi les retrouve-t-on mobilisés pour accompagner l’activité et les réalisations de la nouvelle classe politique arrivée au pouvoir après 1956. Le développement de la publicité commerçante, la multiplication de l’illustration dans l’édition, la production des Actualités Tunisiennes (1959) sont des exemples de l’action culturelle et politique de cette nouvelle ère, que l’on voit ainsi inscrite dans le courant global de la « société du spectacle ». Si l’Etat tunisien l’avait pu, tous ces vecteurs, évidemment nationalisés dès l’indépendance (en 1958 naît la Société Anonyme Tunisienne pour la Promotion et l’Expansion Cinématographique –SATPEC-), c.a.d mis au service de l’appareil politique en gestation, auraient complété les autres instruments de gouvernement et les autres monopoles qu’il cherchait à instaurer. Or, la technologie est une marchandise, un facteur économique qui obéit à une logique mondiale, une donne qui s’impose à l’Etat. Le libéralisme du XXème siècle a accouché des canaux de communication tout en les portant et en les développant dans le monde entier. Le capitalisme s’est renforcé à travers la circulation médiatique, insidieuse et spectaculaire, fabricatrice de comportements, incubatrice d’idées et porteuse de mutations mentales et matérielles. Le marché tunisien branché sur les innovations technologiques voit entrer la télévision dans les années 1960, un média domestique qui a rapidement supplanté le cinéma par son efficacité sur le plan de la propagande politique. A côté de la presse écrite et de la radio, le règne de Bourguiba consacre l’information télévisée comme moyen privilégié de brosser la vitrine du pouvoir et les Tunisiens se souviennent encore des discours sur l’histoire du mouvement national qui mobilisaient les foules devant les appareils de télévision et les transistors, comme on se souvient des films des baignades, promenades et directives présidentielles, une production répétitive à souhait que l’arrivée de Ben Ali allait facilement balayer en guise de gage de changement. Même si le culte de la personnalité est prolongé et la censure renforcée, l’introduction de l’informatique et l’économie mondiale du savoir et de l’information introduisent, des formes de communication qui servent l’illusion de rompre avec le passé. Les médias vont servir Ben Ali, les nouvelles technologies sculptent en même temps, le soubassement d’un rapport nouveau entre l’Etat et l’individu en Tunisie, une architecture souterraine qui a fini par avoir raison de la censure tentaculaire du régime. La revendication de liberté, conséquence de ce nouveau rapport et le besoin de démocratie, aspiration de plus en plus pressante chez les individus restent superbement ignorés par la technologie étatique. En effet, Internet, installé et développé avec les années 1990, et les télécommunications bouleversent, comme partout, les logiques économiques, les temporalités et les instruments du pouvoir politique comme ils transforment la vie des gens ordinaires, la relation avec l’extérieur du pays, les habitudes et les formes de l’échange. En même temps que s’accélèrent les besoins et les effets de la médiatisation du pouvoir, se développe chez les individus une autre conception de l’information, d’autres exigences envers la politique. Une des explications du 14 janvier se trouve certainement dans ce lent divorce, dans la fracture silencieuse et profonde que le régime de Ben Ali a creusé entre une information procédurière, hautaine et policière et l’impérieux besoin de savoir des Tunisiens passés à l’ère numérique. La jeunesse cyberdissidente qui a relayé les événements de décembre 2010-janvier 2011 a comblé avec bonheur et succès ce manque de liberté. En lézardant le béton de la censure, elle a créé un moment de concorde révolutionnaire autour de l’immolation de Bouazizi, orchestrant les suites de l’insurrection et leur révélation au reste du monde.
Ce moment de jonction fructueuse a relié les différents modes de communication (presse, radio, télévision, téléphonie cellulaire, internet). Il a connecté le pays au monde extérieur à la barbe de ses gouvernants, brisant le carcan étatique, créant un prodige dans la vie politique des Tunisiens, peut-être le premier si l’événement du 14 janvier parvient à rivaliser avec la geste de l’indépendance dans leur mémoire future. Le journalisme a porté le nationalisme, la radio et la télévision ont servi la puissance de l’Etat national, les médias sociaux instaureront-ils la démocratie en Tunisie ? Pour le moment, une des questions immédiates que pose cette fièvre médiatique se situe dans cette guérilla entre des médias divergents dont les usagers se livrent à une recomposition du paysage et des luttes politiciennes, comme ils cherchent à redéfinir leurs pouvoirs réciproques. La génération digitale d’aujourd’hui et le journalisme d’antan, les réseaux sociaux et les médias traditionnels entrés dans la danse de la transition politique opéreront-ils les transformations intrinsèques qui leur permettront de se rapprocher sans renoncer à leurs différences ? Cette lutte d’audiences créera-t-elle des expressions prolongeant les effets vertueux du moment révolutionnaire, produira-t-elle une synergie qui rompe avec la mise dos à dos des Tunisiens et du pouvoir ? Un rapport nouveau du Tunisien au politique va-t-il naître de cette nervosité médiatique qui allie simultanéité et besoin de savoir, consumérisme et volonté d’agir sur le réel, individualisme et désir collectif ? La fébrilité média-politicienne actuelle débouchera-t- elle sur les symptômes d’une vie politique plus démocratique que ces gesticulations de façade ? La transition politique à court et moyen terme s’écrit dans le cheminement conjugué entre médias et politique, où la guerre des audiences doit contribuer à construire la confiance de chacun d’aller vers le futur.

Kmar Bendana
Tunis, le 20 juillet 2011

N.b. : cet article a été publié dans l’édition papier du 22 juillet 2011 de La Presse de Tunisie.