Archives par étiquette : Hadhra

La ‘Hadhra’ d’Hammam-Lif

 C’était bon d’être parmi le public du théâtre de plein air d’Hammam-Lif, le jeudi 31 juillet 2014. Pour l’ouverture de la 35ème session du Festival de Boukornine (qui a obtenu le label « international » après 2011), on a programmé une représentation d’El Hadhra de Fadhel Jaziri. Ce spectacle, remis sur le tapis depuis plus de 20 ans, a donné une version colorée, pleine de lumière et d’énergie à 1500 spectateurs -d’après les organisateurs – qui ne demandaient qu’à entendre, chanter et danser sur des airs devenus, pour la plupart, des tubes.

Au-delà de la reprise, un hymne à la joie

Fadhel Jaziri a commencé depuis 1991 à sortir le patrimoine musical religieux tunisien de son usage confiné et de sa gangue répétitive. Accompagné de Samir Agrebi au départ, ils ont redonné éclat et vie (à travers les méga-spectacles Nouba et Hadhra) à quantité de chants soufis, connus aujourd’hui par toutes les couches de la population, psalmodiés en toute circonstance et à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Ce succès aurait pu créer uniquement des ritournelles. Les refrains d’El Hadhra sont de toutes les fêtes, à la radio et dans les variétés télévisées ; des orchestres adaptent des remake d’occasion. Au fil des ans, les hadhra-s de Fadhel Jaziri suivent leur chemin, introduisent des instruments, essayent des rythmes et mélangent des voix qui donnent, à chaque étape, un souffle montrant une envie d’aller au-delà de la répétition. La version donnée à Hammam-Lif s’est adaptée aux lieux sans lésiner sur les arrangements, les envolées, les effets scéniques et les touches qui font de chaque représentation un unicum. A côté du drapeau palestinien marquant l’histoire tragique en train de se dérouler à Gaza, les apparitions d’une femme solennelle, en transes, dynamique ou nourricière animent l’assemblée masculine de chanteurs et instrumentistes. Autre fil conducteur d’élégance et de légèreté, le derwiche en costume blanc, chemla et chéchia (Saber el Hammi) dont la danse tonifie la scène. Le travail sur les costumes (le lin des bden fait oublier l’austérité du vêtement) et sur les couleurs (jebba-s en soie, voile ou lin, rouge, rose, noir, écru et blanc) ajoute au plaisir des yeux. Cet aspect de la scénographie esthétise des savoir-faire anciens (tissu, bois, vannerie…) dont la vie ne se limite pas à se reproduire à l’identique.

Styles, voix et instruments

Le spectacle enfile les genres classiques, joue sur les habillages en injectant, à petites doses, variantes et nouveautés. Au son des bendir-s, un sanjâq flamboyant introduit une psalmodie de la fatihâ, façon Jamaâ az-zaytouna. Suivent des airs soufi-s familiers qui emmènent vers le jazz ou le reggae, touchent jusqu’aux accents de chants grégoriens et aux airs d’opéra. En jebba rouge, Samir Rsaïssi, chef de chœur et d’orchestre, veille aux transitions de rythme, arbore son violon de temps à autre et chante, pour le bonheur de l’assistance enflammée, l’incontournable Ya Belhassen Chédli. De l’autre côté de la scène, en seroual et farmla clairs, le saxophone (Riadh Sghaïer) règne sur la durée du spectacle, il en est le fil rouge sonore et le point d’équilibre discret, comme la tenue d’intérieur du musicien. Sans priver le public des classiques qui le font vibrer (rays lab’har par Hédi Dounia ou ‘ala Allah dilali par Karim Chouaïeb), Fadhel Jaziri ose la contemporanéité (moins que dans la version Carthage 2010) avec la complainte Ellayl zahi (Emna Jaziri) ou le chant Saïda Manoubia en mode rock (Ali Jaziri, guitare électrique). Le spectacle se termine avec wassilatouna illa Allah après la lecture du poème du marocain Ibn ‘Achir (un classique de l’enseignement zaytounien), récité à l’ancienne. Tout au long de la soirée, Dieu, ses vertus, ses prophètes et ses saints sont chantés sous tous les modes, leur grandeur est signifiée par la mesure et les voix, leur éternité réside dans les envoûtements créés par l’invocation de ses noms. La transe, stylisée sur scène, est réelle sur les gradins, dansée comme on danse aujourd’hui, partout dans les fêtes, sous des rafales de youyous, les applaudissements en cadence et les téléphones mobiles enregistreurs.

Un vent de joie a soufflé pendant deux heures dans le petit théâtre à flanc de montagne. Cela fait du bien en ces temps moroses et lourds. Des échappées comme celle de la Hadhra réconcilient les Tunisien/nes avec eux-mêmes et avec des ancêtres qui n’ont pas laissé que des reliques. Aux anciens ont succédé des musiciens, des chanteurs, des artisans, des artistes et des techniciens qui poursuivent la route et continuent à donner aux gens l’envie de vivre, de croire et d’aimer le beau. La culture n’est-ce-pas cette chaîne de création et de survie qui relie les hommes et les femmes à travers les âges ? La Hadhra d’Hammam-Lif 2014 a fonctionné de façon saisissante comme un message d’évasion et de relais dans un présent menacé. Message reçu si l’on en croit le public sorti comme dopé,  à la fin de ce premier spectacle d’une saison qui s’annonce riche.

Hammam-Lif, le 1er août 2014

Publié sur le magazine REALITES n° 1494,  Tunis, 14-20 août 2014, pp 52-53