Archives par étiquette : Femmes ; Féminisme ; Etat

Parole de deux féministes tunisiennes

Neïla Jrad, La ligne d’espérance, Edilivre, 2016, 217 p.

Jalila Hafsia est une figure active et connue de la scène culturelle tunisienne. Elle a signé une chronique durable dans le journal francophone le plus lu, La Presse de Tunisie. Elle a été l’âme et la cheville ouvrière de trois clubs : celui du Belvédère (ex-club Aziza Othmana, transformé en mess des officiers), celui de Tahar Haddad, dans la médina de Tunis (qui continue d’être un lieu de rencontres intellectuelles et artistiques) et celui de Carthage, rattaché à la municipalité du même nom (nommé Espace Sophonisbe).

Neïla Jrad enseignante de lettres, auteur d’un ouvrage sur les luttes des femmes (La mémoire de l’oubli, 1980) et militante féministe a fréquenté dans les années 1970 le Club Tahar Haddad dirigé par Jalila Hafsia. Elle appartient à la mouvance qui a enrichi le féminisme tunisien d’une composante qui l’a fait sortir de son côté patriarcal et octroyé vers une pratique ancrée dans la vie d’une génération de femmes instruites, désireuses de mettre leur liberté en actes et de profiter de leur indépendance.

Née en 1927, Jalila Hafsia est a priori proche de personnalités qui ont joué un rôle de premier plan dans le sillage de Bourguiba : Radhia Haddad, Fethia Mzali… et d’autres qui ont occupé des postes officiels et de représentation. Neïla Jrad a l’âge d’être sa fille et se rapproche plutôt de ses congénères de l’Association tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD) et de l’Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche sur le développement (AFTURD), légalisées en 1989.

Les divergences d’itinéraire n’excluent pas des proximités entre les deux féministes. Il aura cependant fallu le passage du temps et probablement les événements qui ont bouleversé la situation tunisienne pour parvenir à une rencontre incarnée dans un ouvrage. Neïla Jrad raconte qu’elle reprend contact avec Jalila Hafsia qu’elle n’avait pas revue depuis 20 ans, grâce à la lecture des trois premiers tomes de son journal Instants de vie. L’envie d’aller la remercier et la décision commune d’entamer une série d‘entretiens sont probablement le fruit d’une quête partagée, dans un moment politique particulier. Les entretiens se déroulent en effet entre mars et novembre 2013 et il est probable que le contexte (l’assassinat de Chokri Belaïd est évoqué p.177) ait favorisé l’intercompréhension entre deux femmes revenant sur l’histoire du pays en passant par des anecdotes et des détails qui font mesurer au lecteur l’évolution des mœurs, des mentalités, des réflexes ou des décisions politiques en Tunisie.

Les huit parties de l’ouvrage (dont on regrette la mauvaise fabrication éditoriale, les innombrables fautes et un appareil de notes peu maitrisé) déroulent la personnalité de Jalila Hafsia, ses besoins de mener une vie libre, quelques confidences, la teneur de son action culturelle, rappelant ce que l’on peut trouver dans les 6 tomes des Instants de vie, écrits à partir de 1967, le premier tome étant publié en 2009. La conversation effectuée sur huit étapes alterne entre des moments de partage intime et l’exposition des traits d’une Tunisie politique, sociale et culturelle observée, avec le recul de l’âge, par deux femmes aux formes d’engagement différentes mais animées d’un idéal de culture convergent et d’un besoin de comprendre le présent.

Au-delà de la différence générationnelle, on décèle des points d’entente autour de la « cause des femmes » et de leur place dans le monde aujourd’hui. L’exercice d’entretiens auquel elles se livrent révèle une vision féminine de la politique à travers l’action culturelle. L’ «autodidacte» (JH se définit ainsi) et l’enseignante se rencontrent dans une représentation du journalisme et de l’écriture quand ils sont exercés par des femmes. De même qu’elles se croisent dans une vision du rapport entre hommes et femmes, qui tente de s’affranchir des assignations sexuelles, en décortiquant le couple, l’amitié, la passion amoureuse, le flirt…

Les détails sur la vie personnelle de Jalila Hafsia renseignent sur une Tunisie faite de nuances, y compris dans la « bourgeoisie », diverse et variée. JH décrit son milieu comme rigide et peu dépensier. Mariée tôt avec un cousin, elle en divorce assez vite par ennui et parce qu’à 17 ans, elle aspire à une autre vie. Son père et son grand’père maternel (Abdejellil Zaouche, 1873-1947, intellectuel et « jeune tunisien », ex-caïd de Sousse et ministre du bey) la soutiennent dans ce premier divorce. Elle passe 14 ans avec un deuxième mari qu’elle finit par quitter par envie de liberté. En voyage au Moyen Orient en 1965 avec Wassila Bourguiba et sa coiffeuse, elle note la simplicité de la cour royale d’Arabie Saoudite et la fluidité des relations inter-religieuses à Jérusalem. Elle effectue une « omra » (chapitre 5) au sein de la délégation présidentielle, sans mari, sans que cela pose problème aux autorités des Lieux Saints. Son troisième mariage sera bref ; elle divorce en accord avec son mari.

Au sein du pouvoir politique, les relations ne sont pas uniformes non plus. Face à sa direction des trois clubs, les attitudes diffèrent selon les époques et les responsables. La proximité avec Bourguiba la protège (il débarque sans crier gare pour la commémoration de Tahar Haddad le jour de l’inauguration du siège de Dar Lasram), des ministres sympathisent avec son projet (Chédli Klibi l’appuie pleinement ; Ahmed Tlili l’aide à installer le téléphone chez elle) mais des hostilités se font sentir au sein du Parti destourien (Mohamed Sayah notamment) au point d’activer la fermeture du local de la Place Pasteur. Abdelwahab Abdallah (ministre de l’Information sous ZABA) sera un farouche opposant à son club et le sabotera même auprès de Ben Ali, à cause de la notoriété des gens qui le fréquentent (liste des intellectuels passés par le club, pp. 73-75). L’épisode du plagiat de son roman (Cendres à l’aube, 1974, pp. 116-113) sera une leçon humaine (elle y gagne des amis comme le docteur Ben M’barek qui prend sa défense et Sophie El Goulli) et politique (elle comprend que les attaques sont exacerbées par la misogynie).

Pour Jalila Hafsia, le monde des femmes n’est pas homogène ni toujours solidaire : les militantes de l’Union Nationale des Femmes de Tunisie (UNFT) ne l’apprécient pas et elle le leur rend bien ; certaines femmes protestent quand elle écrit des articles sur les conditions d’emploi des domestiques ou des ouvrières ; les femmes « démocrates » (les guillemets sont dans le texte) ne lui portent ni intérêt ni appui… Le journalisme lui permet d’entrer dans la sociologie du monde féminin : des enquêtes dans les différents milieux et professions la rapprochent des femmes de ménage, des ouvrières, des ouvreuses de cinéma, des écrivaines (de Tunisie et d’ailleurs), des paysannes… Elle « découvre » la culture des femmes scientifiques et ingénieurs et s’étonne de constater que les femmes travaillant dans les banques « ne rêvent pas » (p. 87)…Tout en regrettant de ne pas avoir abordé clairement la violence contre les femmes, elle juge celles-ci plus mesquines que les hommes.

Des nombreux hommes qu’elle a fréquentés (Salah Garmadi, Zouhaïr Essafi, Pierre Olivier, Michel Foucault, Mohamed Yaâlaoui, Claude-Michel Cluny…), Jalila Hafsia dit qu’ils l’ont « ennoblie ». Elle a été marquée par Bourguiba qu’elle a accompagné dans des voyages, à cause de l’importance qu’il donne à la culture mais elle déplore sa faim du pouvoir et la triste fin qu’il a connue, en partie à cause de son entourage.

 Cette longue conversation entre deux féministes tunisiennes de deux générations ne manque pas d’accents de vérité. Elle représente un document précieux qui déroule des situations analysées avec une perspicacité favorisée par la différence d’âge et de point de vue . On y lit une liberté de ton qui ouvre sur des notations originales (« le Parti Destourien était organisé exactement comme le Parti Communiste », p. 195) et une vision des rapports entre les sexes que l’on sent en plein bouleversement.

15 mai 2019

Compte rendu paru dans IBLA n° 223, 2019, pp. 91-94

Tunisie : la forteresse de l’inégalité

Le 13 septembre 2017, le ministre tunisien de la Justice a annulé la circulaire interdisant aux Tunisiennes d’épouser un non musulman. Le 13 août déjà, une polémique avait pris de l’ampleur à la suite du discours de Beji Caid Essebsi – le premier président de la République à avoir été élu démocratiquement au suffrage universel en 2014. Ce dernier a en effet appelé à supprimer cette circulaire, un texte selon lui incompatible avec la Constitution de janvier 2014. Ce débat de société départage aujourd’hui les opinions au-delà des clivages partisans ; il a résonné hors des frontières tunisiennes, notamment en Algérie, au Maroc, en Égypte, en Jordanie ou encore en Turquie.

Un mois après l’annulation de la circulaire, comment analyser et comprendre ce débat ?

Une « spécificité musulmane » imposée aux femmes

Les partis islamistes tunisiens sont certes embarrassés par la perspective mais ils prônent officiellement une séparation du politique et du religieux. Ils ont ratifié la Constitution dont l’article 2 déclare que la Tunisie est un « État civil, fondé sur la citoyenneté… et la primauté du droit ».Tôt ou tard, ils doivent entériner le principe de l’égalité matrimoniale entre les hommes et les femmes, quitte à accroître les divisions en leur sein.

Les islamistes ne sont ni les seuls ni les plus virulents opposants à la mesure qui libère les Tunisiennes dans le choix de leur époux. Contre toute attente, les femmes ne sont pas unanimement favorables à la levée de cette circulaire, beaucoup ayant intériorisé les inégalités. Ces débats montrent bien l’ampleur de l’assimilation des codes discriminants, nourrissant un imaginaire collectif où les mentalités se cristallisent autour de la « spécificité musulmane ». Elles font appel à la loi de la tradition et, refusant les signes de changement de la condition féminine, assignent la femme à un rôle de citoyenne de seconde zone.

Avec le temps, la vision patriarcale devient pourtant incompatible avec les réalités économiques et sociales et le rôle croissant des femmes dans toutes les sphères, y compris politiques. Les luttes féministes tunisiennes s’étalant sur plusieurs décennies ont fourni plus d’une étude sur les conséquences négatives de la discrimination sexuelle (les sœurs héritent la moitié de la part des frères) et sur la nécessité de revisiter le régime des lois régissant la vie sociale. Pour le mariage, les femmes sont lésées par l’arbitraire administratif qui fait écho à des tabous et ancre les comportements discriminatoires dans le quotidien.

Une discrimination administrative

Alors que les « mariages mixtes » augmentent dans la société tunisienne, une série de mesures administratives s’immiscent à partir de 1962 dans la pratique juridique, en défaveur de la femme. En cette année où l’appellation de mufti, sorte de ministère du culte créé en 1957, adjoint la mention « de la République », une circulaire du 17 mars 1962 du secrétariat d’État à l’Intérieur enjoint les officiers d’état-civil de ne pas célébrer le mariage d’une Tunisienne musulmane avec un non-musulman.

Plusieurs textes administratifs émanant des ministères de l’Intérieur et du premier ministère suivent (19 octobre 1973 ; 21 août 1974 ; 30 mars 1987 ; 14 mai 1988), celle du 5 novembre 1973 étant émise par le Ministère de la Justice. Ils sont pourtant incompatibles avec les lois antérieures : aucune disposition du code du statut personnel de 1956 ni de la loi réglementant l’état-civil de 1957 n’empêche le mariage de la Tunisienne avec un non musulman ; ainsi qu’avec la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discriminations à l’égard des femmes (CEDAW) ratifiée par la Tunisie depuis 1967 (avec levée des réserves en 2011).

La formalité est certes relativement facile et on ne connaît pas de refus de certificat de conversion de la part des autorités tunisiennes, mais beaucoup de couples refusent de passer par cette démarche prénuptiale, considérant qu’elle est humiliante, hypocrite ou abusive. Beaucoup de Tunisiennes se marient hors du pays le contrat n’étant pas alors reconnu par la loi nationale.

Cela entraîne des conséquences, notamment sur les enfants qui ne peuvent devenir Tunisiens que s’ils en font la demande à leur majorité. Dans le cas d’épousailles avec des Libanais, des Égyptiens ou des Palestiniens, le flou a pu parfois être maintenu mais la règle est que les prétendants au mariage avec une Tunisienne doivent parcourir un chemin spécial, les obligeant à montrer des signes de leur conversion à l’Islam (par la chahada par exemple, profession de foi) et à attendre un certificat du mufti les déclarant musulmans.

Le poids de la Constitution de 2014

Or, depuis 2011, une série d’incidents et de mobilisations trahissent une situation devenue d’autant plus intenable que l’arsenal juridique est hétéroclite, inadapté et truffé d’incohérences.

Certains textes datent de la période coloniale, d’autres sont entravés par des pratiques instaurées par l’administration, comme c’est le cas du mariage de la Tunisienne, libre selon la loi, mais soumise à une obligation qui n’est pas imposée au Tunisien. Ainsi, sur la foi d’une circulaire ministérielle et dans le but de « sauvegarder l’originalité islamique de la famille tunisienne », le pouvoir a réglementé, contre la loi, l’obligation faite aux Tunisiennes de se conduire en « musulmanes ».

La Constitution de janvier 2014 comporte pourtant plusieurs dispositions qui rendent obsolète cette inégalité. En plus de l’article 2 qui affirme le caractère civil de l’État, trois articles (6, 21 et 46) rendent l’inégalité des hommes et des femmes devant le mariage inadmissible par la loi. Ainsi l’article 6 stipule : « l’État… garantit la liberté de croyance et de conscience… » ; l’article 21 déclare que « les citoyens et citoyennes sont égaux en droits en devoirs… et devant la loi sans discrimination » ; l’article 46 proclame que « l’État s’engage à protéger les droits acquis de la femme et œuvre à les renforcer et à les développer ».

Rétablir le droit

Dans les mutations profondes que traverse la Tunisie, la famille est un des lieux les plus significatifs. La levée de cette circulaire est un pas pour assainir la fabrique du droit en rétablissant la hiérarchie des textes, bafouée dans le cas du mariage de la Tunisienne. La démocratie tunisienne en construction a besoin de faire le ménage dans ses pratiques qui reflètent souvent l’assignation des pays musulmans à une spécificité ciblant le statut de la femme.

Conservatisme, patriarcat et inégalité ne peuvent cependant pas tomber d’un coup. Ainsi, deux mariages de Tunisiennes avec des non-musulmans n’ont pas pu être célébrés fin septembre dans les mairies de La Marsa et de Sidi Bou Saïd, preuve que les barrières bureaucratiques restent fortes. Le débat se poursuit. La lutte pour l’égalité de l’héritage entre les hommes et les femmes – un autre tabou puissant – sera plus longue mais l’espace public tunisien bruit d’un enjeu social et politique qui dépasse les acteurs visibles sur la scène.

Publié sur le site Conversation 

http://theconversation.com/tunisie-la-forteresse-de-linegalite-85070

<img src= »https://counter.theconversation.com/content/85070/count.gif?distributor=republish-lightbox-advanced » alt= »The Conversation » width= »1″ height= »1″ />