Archives par étiquette : Femmes ; Féminisme ; Etat

Mariage Habib et Wassila Bourguiba

Wassila Ben Ammar : Une Tunisienne en politique

Compte rendu  de Noureddine Dougui, Wassila Bourguiba, la main invisible, Tunis, Sud Editions, 2020, 346 p.

 

La lecture de l’ouvrage Wassila Bourguiba, la main invisible  de Noureddine Dougui est à la fois engageante et utile aux chercheurs, aux historiens et au-delà. Une qualité de l’ouvrage saute rapidement aux yeux, il est écrit dans une langue claire et fluide et peut atteindre un large public francophone.

Un nationalisme au féminin

Cette biographie d’une femme qui a joué un rôle politique déterminant dans la Tunisie contemporaine a le mérite d’échapper à la binarité des jugements sur Bourguiba qui stérilisent le champ de la recherche, malgré des ouvrages et articles ayant apporté du neuf en leur temps sans qu’on soit en mesure de restituer à ce personnage toutes ses dimensions. Le point de vue narratif est centré sur une Tunisienne de la moyenne bourgeoisie, peu instruite mais dotée d’une intuition qui va lui permettre de côtoyer des hommes, de traverser des situations, d’exercer une habileté à juger les gens, d’intervenir dans des conflits et de s’imposer comme une personnalité politique légitime et efficiente.

Dix-sept chapitres, un prologue et un épilogue déroulent un récit qui remonte à l’origine de la famille Ben Ammar au XVIIIème siècle et atterrit sur la personnalité du père M’hamed Ben Ammar (1885-1934), oukil (avocat devant les anciens tribunaux) doublé d’un petit propriétaire proche des Jeunes Tunisiens puis du Vieux Destour, principales forces politiques structurées dans les premières décennies du XXème siècle. Aînée d’une famille de trois enfants, Wassila (1912-1999) a une scolarité courte (en raison de la tuberculose) mais se montre capable d’agir en responsable de famille à la mort de son père. Elle se lance à partir de 1932 dans un militantisme nationaliste féminin avec réunions, campagnes de dons, manifestations. Tout en refusant de mettre le voile, elle se résigne à un mariage de raison avec Ali Ben Chédli en 1938.

La rencontre avec Bourguiba a lieu à Hammam-Lif en 1943. L’attachement amoureux du couple est mêlé d’une ferveur patriotique exaltée par le ralliement des zaytouniens, des syndicalistes, des communistes et de membres de la famille beylicale. Le départ de Bourguiba au Caire (1945-1949) pour internationaliser la question tunisienne n’affaiblit pas leur relation : elle le rejoint pour 3 semaines en novembre 1948. L’imbrication entre vie publique et privée est l’un des axes explicatifs de cette biographie féminine qui croise une émancipation personnelle (la relation hors mariage du couple est inhabituelle) avec le tracé d’un parcours politique semé de rivalités, de conflits et d’intérêts contradictoires recouverts par le projet anticolonialiste. Wassila soutient Habib Bourguiba contre ses rivaux (Salah Ben Youssef, Tahar Ben Ammar, Mongi Slim…), inaugure un rôle de représentation parallèle auprès de l’ONU à Paris en 1952, se mêle secrètement aux négociations dont Bourguiba est exclu en 1954. Elle se construit une expérience de renseignement et de médiation.

Une certaine façon de faire de la « politique de sérail »

Le mariage des deux amants est célébré le 12 avril 1962 (voir la photo de couverture), après 19 ans de liaison et un an après la guerre de Bizerte (19-23 juillet 1961) et l’assassinat de Salah Ben Youssef (12 août 1961). Sa « dot », les palais de Carthage et de Skanès sous la conduite de l’architecte Clément Cacoub, signe le début d’un train de vie et d’une façon d’exercer le pouvoir qui attisent l’opposition et achèvent le verrouillage des libertés d’expression et de réunion (le Parti communiste tunisien est interdit en 1963). Wassila se constitue un clan de fidèles (Tahar Belkhoja, Driss Guiga, Mohamed Masmoudi…), un carnet d’adresses international agrémenté de connexions avec des femmes influentes dans d’autres « cours » (Affet, dernière épouse de Fayçal d’Arabie, Lalla ‘Abla, mère de Hassan II, Jihane Sadate…). Elle soutient le magistère pluriel d’Ahmed Ben Salah, issu des rangs de l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens dont elle ménage le dirigeant Habib Achour et son poids régulateur dans l’équilibre politique, cherchant à se faire une place. La crise post -coopératives de 1969 laisse apparaître les opposants à ses intrigues : Ahmed Ben Salah, Bahi Ladgham, Mohamed Sayah et Ahmed Mestiri. Hédi Nouira nommé premier ministre en 1970, elle s’appuie sur Mohamed Masmoudi dont l’entregent international lui est précieux. L’épisode tumultueux de l’union avortée avec la Libye (janvier 1974) rapproche tactiquement ce dernier de l’UGTT mais les péripéties qui aboutissent au Jeudi Noir (26 janvier 1978) rétablissent l’autorité de Hédi Nouira contre l’épouse du président. Ce dernier étant sujet à des crises de santé et des absences répétées, la présidence à vie vient à point nommé en 1975 contrecarrer les incertitudes de son entourage et l’attaque de Gafsa de 1980 permet à Wassila Bourguiba de regagner un peu d’ascendant.  

Dans la diplomatie, Wassila Bourguiba déploie un savoir-faire qui pèse sur le tracé des frontières avec l’Algérie, les relations avec la Libye et surtout la protection de la cause palestinienne dont elle se fait le soutien fidèle et actif, entretenant des liens directs avec Yasser Arafet et Abou Yadh. L’hébergement de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) en Tunisie est son œuvre. Ses dernières nominations (Mohamed M’zali et Driss Guiga) ne lui évitent pas de voir son influence décliner à partir de 1982, alors qu’elle a participé à falsifier les élections de 1981. La situation tunisienne et internationale échappe à ses plans et sa capacité de vision ; les émeutes du pain de janvier 1984 sont un épisode lamentable de son interventionnisme contre-productif. Elle quitte le palais et le pays en 1986, pour rentrer en 1988 sans accepter de revoir Bourguiba.

Questions pour l’histoire

L’ouvrage paraît à un moment où la politique et le rôle des femmes dans l’histoire et la société tunisiennes font l’objet de débats, de recompositions, voire d’instrumentalisations. Tranchant avec les polémiques, il apporte du matériau pour l’histoire. Il dégage des pistes vers des sources à explorer : la correspondance intégrale de Wassila et Habib Bourguiba, la documentation juridique autour de l’affaire du Plateau Continental entre la Tunisie et la Libye, les traces des relations diplomatiques avec la Libye de Kadhafi, l’Algérie de Boumediène et de Chédli Benjedid, les archives du magazine Jeune Afrique dont on aimerait connaître les dessous et les préparatifs des reportages comme les auteurs des interviews. Noureddine Dougui regrette le silence des témoins qui n’ont pas voulu lui répondre. Il faut espérer que le temps délie le secret des acteurs d’un « harem politique » contemporain auquel ont accédé des journalistes étrangers, des ambassadeurs de régimes démocratiques, des hommes d’affaires et entrepreneurs de toutes provenances, une multitude d’observateurs et de bénéficiaires. D’autres archives peuvent éclairer cette psycho-histoire du pouvoir qui lève de nombreuses zones d’ombre et bat en brèche la légende du zaïm omniscient, éclairé et « libérateur de la femme tunisienne ». Ayant signifié à Wassila son divorce alors qu’elle était à l’étranger (août 1986), Bourguiba entache lui-même sa réputation de féministe, tout patriarche qu’il fut. Inspiratrice de la politique présidentielle, Wassila Bourguiba a contribué à faire de l’appareil judiciaire, des nominations, des décisions et des textes de loi les vecteurs concrets de l’autoritarisme du régime. Les personnels d’ambassade, la Conservation foncière, les fonctionnaires de police, de douane et autres agents de l’Etat ont construit autour et avec elle des pratiques de gestion des affaires publiques qui ont pu être perpétuées par les suivants. Une sociologie du personnel politique qui l’a côtoyée, souvent obéie et parfois combattue (quels noms ? quels moyens ? quels résultats ?) apporterait à cette percée dans les cercles du pouvoir une épaisseur supplémentaire.

Wassila Bourguiba est une femme de son temps, avec un bagage spécifique, une beauté et intelligence qui lui ont servi d’armes politiques. A cheval entre les séquences coloniale et post-coloniale, son itinéraire est enchâssé dans l’Etat qu’elle a contribué à sculpter. On peut reconnaître à l’ouvrage et à son auteur de donner à apprécier les intrications multiples entre le public et le privé qui caractérisent l’histoire contemporaine de la Tunisie à travers une femme ancrée dans son monde qui aura réussi à pousser les limites de sa condition.

23 septembre 2020

Publié dans IBLA 226, 2020, pp. 288-292 

 

Plaider pour changer le monde. La figure de Gisèle Halimi

Le concert des hommages rendus à Gisèle Halimi (Tunis, 27 juillet 1927 – Paris, 28 juillet 2020) a unanimement souligné l’ampleur des causes auxquelles l’avocate franco-tunisienne a consacré sa vie.

En tant qu’avocate, députée, écrivaine, elle s’est emparée d’affaires qu’elle a su gagner grâce à sa façon de plaider, tout en contribuant à faire bouger, sur un temps long, un ordre politique et sexuel qu’elle a vécu dans sa chair.

Cette femme figure d’un XXe siècle en ébullition a croisé des situations qui ont laissé une trace écrite et orale, et creusé des sillages en France, au Maghreb et jusqu’en Palestine.

Devenir avocate dans la Tunisie colonisée

L’enfance et l’adolescence de Gisèle Halimi née Taïeb se déroulent dans une famille juive tunisienne, traditionnelle et conservatrice. Son caractère et ses révoltes sont sculptés par les rapports de classe et de sexe structurant une société colonisée qui lui ouvre, grâce à la nationalité française de son père, les portes de l’école. Sa situation familiale structure ses aspirations d’émancipation et sa culture se façonne avec les luttes de terrain.

La Kahéna, héroïne judéo-berbère du VIIe siècle opposée à l’occupation ommeyyade, lui inspire un « roman » (2006) à partir des informations disponibles.

Gisèle Halimi évoque dans ses mémoires l’antisémitisme de son institutrice et raconte des épisodes devenus mémorables : elle se souvient, entre autres, de la mobilisation nationaliste du 9 avril 1938.

Kaïs Saïed, candidat au second tour des élections présidentielles tunisiennes d’octobre 2019, a rappelé que son père emmenait à vélo la jeune adolescente au lycée, pour la protéger de la police allemande occupant le pays (17 novembre 1942-13 mai 1943). Grâce à une bourse et l’argent gagné par des cours particuliers, la bachelière de 17 ans poursuit à la Sorbonne des études de droit et de philosophie et fait l’expérience du racisme métropolitain.

Elle obtient son diplôme d’avocate en 1947 et s’inscrit en 1949 au barreau de Tunis, dominé par les avocats français.

Elle vit la flambée de violence et de répression qui sévit en 1952 en tant que stagiaire des tribunaux militaires assignée à la défense de nationalistes tunisiens, dont Habib Bourguiba Président de la république tunisienne entre 1957 et 1987.

Avocate au procès d’El Alia (près de Philippeville/Skikda) du nom des massacres survenus en 1955 entre indépendantistes du FLN puis, en représailles, par l’armée française dans région du Constantinois en Algérie, elle prend conscience des pratiques de torture et des usages d’extraction d’aveu justifiant des condamnations à mort.

Carrière hexagonale

Elle part en France en 1956, juste avant l’indépendance et la promulgation du Code du Statut personnel qui participe à donner à la jeune République tunisienne la réputation de pionnière sur la place des femmes dans la famille et la société.

Témoin tout en étant objet de discriminations, elle s’engage aux côtés du Front de Libération Nationale (FLN) algérien et défend, en 1958, une trentaine de militants algériens auprès du Tribunal militaire d’Alger puis, en 1960, Djamila Boupacha, accusée d’avoir posé une bombe, torturée et violée dans les geôles françaises.

L’avocate obtient du peintre Picasso un portrait pour la campagne qu’elle organise pour sa libération à la faveur des accords d’Evian de 1962. Ce portrait fera la couverture de l’ouvrage que Gisèle Halimi signera avec Simone de Beauvoir pour dénoncer la torture exercée au cours de la Guerre d’Algérie. 

De France, Gisèle Halimi poursuit ses prises de position contre la torture et entreprend de nombreuses démarches pour obtenir la grâce d’insurgés et militants condamnés à mort.

Agir et écrire pour les droits des femmes

Après Mai 1968 (qui n’a pas changé les rapports de sexe), le combat politique de l’avocate emprunte une autre monture : celui du droit des femmes à disposer de leur corps et de la liberté de procréer.

Elle s’associe avec Simone de Beauvoir et Jean‑Paul Sartre pour fonder en 1971 « Choisir la cause des femmes » et signe, avec de nombreuses célébrités, le « Manifeste des 343 salopes qui ont avorté ».

Malgré le risque de sanctions, elle se met courageusement dans le camp de l’inculpée du procès de Bobigny (1972) : « J’ai avorté, j’ai commis ce délit » pour essayer de frapper la conscience des juges et leur expliquer la nécessité de sortir ce geste médical de la clandestinité.

Elle obtient la relaxe de Marie-Claire Chevalier, une jeune fille de 17 ans qui avoue avoir avorté après son viol. Tout en soignant sa technique et sa rhétorique de défense, elle continue à déborder de l’enceinte des tribunaux et, sans outrepasser les règles strictes de l’avocature, à sensibiliser l’ensemble de la société en publiant en 1973 La Cause des femmes. La loi légalisant l’interruption volontaire de grossesse (dite loi Weil) est votée en 1975 et devient remboursable par la sécurité sociale quand Gisèle Halimi devient députée de l’Isère en 1982.

Au cours du procès d’Aix-en-Provence de 1978, elle défend deux touristes belges violées par trois hommes à Marseille. Elle médiatise à bon escient le procès poursuivant sa stratégie pour changer le regard de la société envers une atteinte à la dignité humaine et pour faire évoluer la loi française. Celle-ci déclare en effet en 1980 le viol comme un crime passible de prison.

Le féminisme tunisien a, de son côté, avancé à la force du droit, à coups d’enquêtes, de plaidoiries et de rédaction de textes.

Plusieurs militantes tunisiennes à l’instar de l’avocate- députée Bochra Bel Haj Hamidahttps://www.jeuneafrique.com/mag/538816/societe/dix-choses-a-savoir-sur-bochra-belhaj-hmida-figure-du-feminisme-tunisien/ et des juristes Sana Ben Achour, Hafidha Chekir ou Monia Ben Jémia, notamment appartenant à la vague contestataire des années 1980, ont été marquées par l’efficacité de cette femme politique qui, en tant que députée française, se prononce pour l’abolition de la peine de mort (1981) et la dépénalisation de l’homosexualité (1982). Ces mots d’ordre sont aujourd’hui à l’ordre du jour des revendications des organisations comme l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD).

Anticolonialiste jusqu’au bout

Originaire d’un pays colonisé, elle s’est forgé une sensibilité envers les opprimés du système mondial. Comme pour l’avortement, le viol et la torture, l’engagement de Gisèle Halimi pour les pays occupés dénote d’un souffle et d’une continuité.

Membre du tribunal international des crimes de guerre Bertrand Russell, elle est observatrice de la guerre du Vietnam en 1967. Plus tard, en qualité d’ambassadrice déléguée permanente de la France auprès de l’Unesco (1985-1986), et de présidente du comité des conventions et des recommandations de l’Unesco (1985-1987), elle participe à faire avancer la parité Hommes/Femmes au sein de ces organisations internationales.

Dans la foulée des luttes sociales en France (1988-1998), elle participe à fonder l’Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne (Attac) en 1998 et s’investit dans la rédaction des statuts pour élaborer une vision qui essaye de contrecarrer les inégalités du système néo-libéral.

Au nom du même idéal de liberté, elle défend la cause palestinienne à travers plusieurs tribunes, notamment en 2010 et en 2014, condamnant l’intervention armée d’Israël. Pour ne pas être complice du silence envers « un peuple aux mains nues », l’avocate s’associe au tribunal Bertrand Russel pour la Palestine en 2009 et adhère au comité de défense du militant palestinien Marwan Barghouthi.

Maître Gisèle Halimi quitte un monde en plein bouleversement, notamment dans les rapports entre les sexes. Ses expériences de juive féministe internationaliste et « intersectionnaliste » avant la lettre, comme ses actions, ont fait évoluer la présence et la visibilité des femmes dans l’espace public.

Orfèvre passionnée de la communication politique, elle mérite que l’un ou plusieurs de ses quinze ouvrages soient traduits en arabe pour combler un vide aussi étonnant que stérilisant, afin que les générations partagent  ce qu’elle a fait pour l’évolution des rapports complexes entre droit et justice aux XXe et XXIe siècles et en faveur de la lente marche vers l’égalité entre les hommes et les femmes.

Hammam-Lif, le 30 juillet 2020

Publié par The Conversation 

https://theconversation.com/gisele-halimi-plaider-pour-changer-le-monde-143696

Parole de deux féministes tunisiennes

Neïla Jrad, La ligne d’espérance, Edilivre, 2016, 217 p.

Jalila Hafsia est une figure active et connue de la scène culturelle tunisienne. Elle a signé une chronique durable dans le journal francophone le plus lu, La Presse de Tunisie. Elle a été l’âme et la cheville ouvrière de trois clubs : celui du Belvédère (ex-club Aziza Othmana, transformé en mess des officiers), celui de Tahar Haddad, dans la médina de Tunis (qui continue d’être un lieu de rencontres intellectuelles et artistiques) et celui de Carthage, rattaché à la municipalité du même nom (nommé Espace Sophonisbe).

Neïla Jrad enseignante de lettres, auteur d’un ouvrage sur les luttes des femmes (La mémoire de l’oubli, 1980) et militante féministe a fréquenté dans les années 1970 le Club Tahar Haddad dirigé par Jalila Hafsia. Elle appartient à la mouvance qui a enrichi le féminisme tunisien d’une composante qui l’a fait sortir de son côté patriarcal et octroyé vers une pratique ancrée dans la vie d’une génération de femmes instruites, désireuses de mettre leur liberté en actes et de profiter de leur indépendance.

Née en 1927, Jalila Hafsia est a priori proche de personnalités qui ont joué un rôle de premier plan dans le sillage de Bourguiba : Radhia Haddad, Fethia Mzali… et d’autres qui ont occupé des postes officiels et de représentation. Neïla Jrad a l’âge d’être sa fille et se rapproche plutôt de ses congénères de l’Association tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD) et de l’Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche sur le développement (AFTURD), légalisées en 1989.

Les divergences d’itinéraire n’excluent pas des proximités entre les deux féministes. Il aura cependant fallu le passage du temps et probablement les événements qui ont bouleversé la situation tunisienne pour parvenir à une rencontre incarnée dans un ouvrage. Neïla Jrad raconte qu’elle reprend contact avec Jalila Hafsia qu’elle n’avait pas revue depuis 20 ans, grâce à la lecture des trois premiers tomes de son journal Instants de vie. L’envie d’aller la remercier et la décision commune d’entamer une série d‘entretiens sont probablement le fruit d’une quête partagée, dans un moment politique particulier. Les entretiens se déroulent en effet entre mars et novembre 2013 et il est probable que le contexte (l’assassinat de Chokri Belaïd est évoqué p.177) ait favorisé l’intercompréhension entre deux femmes revenant sur l’histoire du pays en passant par des anecdotes et des détails qui font mesurer au lecteur l’évolution des mœurs, des mentalités, des réflexes ou des décisions politiques en Tunisie.

Les huit parties de l’ouvrage (dont on regrette la mauvaise fabrication éditoriale, les innombrables fautes et un appareil de notes peu maitrisé) déroulent la personnalité de Jalila Hafsia, ses besoins de mener une vie libre, quelques confidences, la teneur de son action culturelle, rappelant ce que l’on peut trouver dans les 6 tomes des Instants de vie, écrits à partir de 1967, le premier tome étant publié en 2009. La conversation effectuée sur huit étapes alterne entre des moments de partage intime et l’exposition des traits d’une Tunisie politique, sociale et culturelle observée, avec le recul de l’âge, par deux femmes aux formes d’engagement différentes mais animées d’un idéal de culture convergent et d’un besoin de comprendre le présent.

Au-delà de la différence générationnelle, on décèle des points d’entente autour de la « cause des femmes » et de leur place dans le monde aujourd’hui. L’exercice d’entretiens auquel elles se livrent révèle une vision féminine de la politique à travers l’action culturelle. L’ «autodidacte» (JH se définit ainsi) et l’enseignante se rencontrent dans une représentation du journalisme et de l’écriture quand ils sont exercés par des femmes. De même qu’elles se croisent dans une vision du rapport entre hommes et femmes, qui tente de s’affranchir des assignations sexuelles, en décortiquant le couple, l’amitié, la passion amoureuse, le flirt…

Les détails sur la vie personnelle de Jalila Hafsia renseignent sur une Tunisie faite de nuances, y compris dans la « bourgeoisie », diverse et variée. JH décrit son milieu comme rigide et peu dépensier. Mariée tôt avec un cousin, elle en divorce assez vite par ennui et parce qu’à 17 ans, elle aspire à une autre vie. Son père et son grand’père maternel (Abdejellil Zaouche, 1873-1947, intellectuel et « jeune tunisien », ex-caïd de Sousse et ministre du bey) la soutiennent dans ce premier divorce. Elle passe 14 ans avec un deuxième mari qu’elle finit par quitter par envie de liberté. En voyage au Moyen Orient en 1965 avec Wassila Bourguiba et sa coiffeuse, elle note la simplicité de la cour royale d’Arabie Saoudite et la fluidité des relations inter-religieuses à Jérusalem. Elle effectue une « omra » (chapitre 5) au sein de la délégation présidentielle, sans mari, sans que cela pose problème aux autorités des Lieux Saints. Son troisième mariage sera bref ; elle divorce en accord avec son mari.

Au sein du pouvoir politique, les relations ne sont pas uniformes non plus. Face à sa direction des trois clubs, les attitudes diffèrent selon les époques et les responsables. La proximité avec Bourguiba la protège (il débarque sans crier gare pour la commémoration de Tahar Haddad le jour de l’inauguration du siège de Dar Lasram), des ministres sympathisent avec son projet (Chédli Klibi l’appuie pleinement ; Ahmed Tlili l’aide à installer le téléphone chez elle) mais des hostilités se font sentir au sein du Parti destourien (Mohamed Sayah notamment) au point d’activer la fermeture du local de la Place Pasteur. Abdelwahab Abdallah (ministre de l’Information sous ZABA) sera un farouche opposant à son club et le sabotera même auprès de Ben Ali, à cause de la notoriété des gens qui le fréquentent (liste des intellectuels passés par le club, pp. 73-75). L’épisode du plagiat de son roman (Cendres à l’aube, 1974, pp. 116-113) sera une leçon humaine (elle y gagne des amis comme le docteur Ben M’barek qui prend sa défense et Sophie El Goulli) et politique (elle comprend que les attaques sont exacerbées par la misogynie).

Pour Jalila Hafsia, le monde des femmes n’est pas homogène ni toujours solidaire : les militantes de l’Union Nationale des Femmes de Tunisie (UNFT) ne l’apprécient pas et elle le leur rend bien ; certaines femmes protestent quand elle écrit des articles sur les conditions d’emploi des domestiques ou des ouvrières ; les femmes « démocrates » (les guillemets sont dans le texte) ne lui portent ni intérêt ni appui… Le journalisme lui permet d’entrer dans la sociologie du monde féminin : des enquêtes dans les différents milieux et professions la rapprochent des femmes de ménage, des ouvrières, des ouvreuses de cinéma, des écrivaines (de Tunisie et d’ailleurs), des paysannes… Elle « découvre » la culture des femmes scientifiques et ingénieurs et s’étonne de constater que les femmes travaillant dans les banques « ne rêvent pas » (p. 87)…Tout en regrettant de ne pas avoir abordé clairement la violence contre les femmes, elle juge celles-ci plus mesquines que les hommes.

Des nombreux hommes qu’elle a fréquentés (Salah Garmadi, Zouhaïr Essafi, Pierre Olivier, Michel Foucault, Mohamed Yaâlaoui, Claude-Michel Cluny…), Jalila Hafsia dit qu’ils l’ont « ennoblie ». Elle a été marquée par Bourguiba qu’elle a accompagné dans des voyages, à cause de l’importance qu’il donne à la culture mais elle déplore sa faim du pouvoir et la triste fin qu’il a connue, en partie à cause de son entourage.

 Cette longue conversation entre deux féministes tunisiennes de deux générations ne manque pas d’accents de vérité. Elle représente un document précieux qui déroule des situations analysées avec une perspicacité favorisée par la différence d’âge et de point de vue . On y lit une liberté de ton qui ouvre sur des notations originales (« le Parti Destourien était organisé exactement comme le Parti Communiste », p. 195) et une vision des rapports entre les sexes que l’on sent en plein bouleversement.

15 mai 2019

Compte rendu paru dans IBLA n° 223, 2019, pp. 91-94

Tunisie : la forteresse de l’inégalité

Le 13 septembre 2017, le ministre tunisien de la Justice a annulé la circulaire interdisant aux Tunisiennes d’épouser un non musulman. Le 13 août déjà, une polémique avait pris de l’ampleur à la suite du discours de Beji Caid Essebsi – le premier président de la République à avoir été élu démocratiquement au suffrage universel en 2014. Ce dernier a en effet appelé à supprimer cette circulaire, un texte selon lui incompatible avec la Constitution de janvier 2014. Ce débat de société départage aujourd’hui les opinions au-delà des clivages partisans ; il a résonné hors des frontières tunisiennes, notamment en Algérie, au Maroc, en Égypte, en Jordanie ou encore en Turquie.

Un mois après l’annulation de la circulaire, comment analyser et comprendre ce débat ?

Une « spécificité musulmane » imposée aux femmes

Les partis islamistes tunisiens sont certes embarrassés par la perspective mais ils prônent officiellement une séparation du politique et du religieux. Ils ont ratifié la Constitution dont l’article 2 déclare que la Tunisie est un « État civil, fondé sur la citoyenneté… et la primauté du droit ».Tôt ou tard, ils doivent entériner le principe de l’égalité matrimoniale entre les hommes et les femmes, quitte à accroître les divisions en leur sein.

Les islamistes ne sont ni les seuls ni les plus virulents opposants à la mesure qui libère les Tunisiennes dans le choix de leur époux. Contre toute attente, les femmes ne sont pas unanimement favorables à la levée de cette circulaire, beaucoup ayant intériorisé les inégalités. Ces débats montrent bien l’ampleur de l’assimilation des codes discriminants, nourrissant un imaginaire collectif où les mentalités se cristallisent autour de la « spécificité musulmane ». Elles font appel à la loi de la tradition et, refusant les signes de changement de la condition féminine, assignent la femme à un rôle de citoyenne de seconde zone.

Avec le temps, la vision patriarcale devient pourtant incompatible avec les réalités économiques et sociales et le rôle croissant des femmes dans toutes les sphères, y compris politiques. Les luttes féministes tunisiennes s’étalant sur plusieurs décennies ont fourni plus d’une étude sur les conséquences négatives de la discrimination sexuelle (les sœurs héritent la moitié de la part des frères) et sur la nécessité de revisiter le régime des lois régissant la vie sociale. Pour le mariage, les femmes sont lésées par l’arbitraire administratif qui fait écho à des tabous et ancre les comportements discriminatoires dans le quotidien.

Une discrimination administrative

Alors que les « mariages mixtes » augmentent dans la société tunisienne, une série de mesures administratives s’immiscent à partir de 1962 dans la pratique juridique, en défaveur de la femme. En cette année où l’appellation de mufti, sorte de ministère du culte créé en 1957, adjoint la mention « de la République », une circulaire du 17 mars 1962 du secrétariat d’État à l’Intérieur enjoint les officiers d’état-civil de ne pas célébrer le mariage d’une Tunisienne musulmane avec un non-musulman.

Plusieurs textes administratifs émanant des ministères de l’Intérieur et du premier ministère suivent (19 octobre 1973 ; 21 août 1974 ; 30 mars 1987 ; 14 mai 1988), celle du 5 novembre 1973 étant émise par le Ministère de la Justice. Ils sont pourtant incompatibles avec les lois antérieures : aucune disposition du code du statut personnel de 1956 ni de la loi réglementant l’état-civil de 1957 n’empêche le mariage de la Tunisienne avec un non musulman ; ainsi qu’avec la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discriminations à l’égard des femmes (CEDAW) ratifiée par la Tunisie depuis 1967 (avec levée des réserves en 2011).

La formalité est certes relativement facile et on ne connaît pas de refus de certificat de conversion de la part des autorités tunisiennes, mais beaucoup de couples refusent de passer par cette démarche prénuptiale, considérant qu’elle est humiliante, hypocrite ou abusive. Beaucoup de Tunisiennes se marient hors du pays le contrat n’étant pas alors reconnu par la loi nationale.

Cela entraîne des conséquences, notamment sur les enfants qui ne peuvent devenir Tunisiens que s’ils en font la demande à leur majorité. Dans le cas d’épousailles avec des Libanais, des Égyptiens ou des Palestiniens, le flou a pu parfois être maintenu mais la règle est que les prétendants au mariage avec une Tunisienne doivent parcourir un chemin spécial, les obligeant à montrer des signes de leur conversion à l’Islam (par la chahada par exemple, profession de foi) et à attendre un certificat du mufti les déclarant musulmans.

Le poids de la Constitution de 2014

Or, depuis 2011, une série d’incidents et de mobilisations trahissent une situation devenue d’autant plus intenable que l’arsenal juridique est hétéroclite, inadapté et truffé d’incohérences.

Certains textes datent de la période coloniale, d’autres sont entravés par des pratiques instaurées par l’administration, comme c’est le cas du mariage de la Tunisienne, libre selon la loi, mais soumise à une obligation qui n’est pas imposée au Tunisien. Ainsi, sur la foi d’une circulaire ministérielle et dans le but de « sauvegarder l’originalité islamique de la famille tunisienne », le pouvoir a réglementé, contre la loi, l’obligation faite aux Tunisiennes de se conduire en « musulmanes ».

La Constitution de janvier 2014 comporte pourtant plusieurs dispositions qui rendent obsolète cette inégalité. En plus de l’article 2 qui affirme le caractère civil de l’État, trois articles (6, 21 et 46) rendent l’inégalité des hommes et des femmes devant le mariage inadmissible par la loi. Ainsi l’article 6 stipule : « l’État… garantit la liberté de croyance et de conscience… » ; l’article 21 déclare que « les citoyens et citoyennes sont égaux en droits en devoirs… et devant la loi sans discrimination » ; l’article 46 proclame que « l’État s’engage à protéger les droits acquis de la femme et œuvre à les renforcer et à les développer ».

Rétablir le droit

Dans les mutations profondes que traverse la Tunisie, la famille est un des lieux les plus significatifs. La levée de cette circulaire est un pas pour assainir la fabrique du droit en rétablissant la hiérarchie des textes, bafouée dans le cas du mariage de la Tunisienne. La démocratie tunisienne en construction a besoin de faire le ménage dans ses pratiques qui reflètent souvent l’assignation des pays musulmans à une spécificité ciblant le statut de la femme.

Conservatisme, patriarcat et inégalité ne peuvent cependant pas tomber d’un coup. Ainsi, deux mariages de Tunisiennes avec des non-musulmans n’ont pas pu être célébrés fin septembre dans les mairies de La Marsa et de Sidi Bou Saïd, preuve que les barrières bureaucratiques restent fortes. Le débat se poursuit. La lutte pour l’égalité de l’héritage entre les hommes et les femmes – un autre tabou puissant – sera plus longue mais l’espace public tunisien bruit d’un enjeu social et politique qui dépasse les acteurs visibles sur la scène.

Publié sur le site Conversation 

http://theconversation.com/tunisie-la-forteresse-de-linegalite-85070

<img src= »https://counter.theconversation.com/content/85070/count.gif?distributor=republish-lightbox-advanced » alt= »The Conversation » width= »1″ height= »1″ />