Archives par étiquette : femmes

Une dessinatrice politique engagée

La satire comme langage politique

Marta Luceno Moreno & Nadia Khiari, Conversation avec une dessinatrice politique engagée. Préface de  Marc Vanesse, Presses Universitaires de Liège, Petite collection MSH, « Quand les savoirs rencontrent la vie quotidienne », 2020, 95 p.

Marta Luceno Moreno et Nadia Khiari se rencontrent la première fois à l’Université de Liège, en septembre 2013. La dessinatrice de Willis from Tunis vient en récipiendaire du doctorat honoris causa attribué pour ses dessins de presse humoristiques commentant la vie politique tunisienne, tout d’un coup déverrouillée par décision de Zine El Abidine Ben Ali, le 13 janvier 2011. Le départ inattendu du président tunisien le lendemain installe une ère d’expression que le régime des réseaux sociaux a contribué à transformer. Ce nouveau moyen de communication donne à la caricaturiste l’occasion d’occuper et de participer à l’espace public grâce à la réception enjouée et curieuse de ses dessins impertinents.

Un chat satiriquement politique

Quand les deux femmes se revoient en 2019 à Tunis, Marta Luceno Moreno est installée comme post-doctorante à l’Institut de Recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC). Elle est familiarisée avec la vie politique et culturelle tunisienne et obtient d’engager une longue conversation avec la dessinatrice. Celle-ci, consacrée par des prix dans le monde des cartoonistes a continué à suivre les événements locaux à travers son félin emblématique qu’elle comptait garder jusqu’aux élections de 2011 et qui a duré plus de huit ans.

L’ouvrage, articulé autour de 7 chapitres, a la légèreté des entretiens dont il est issu tout en renseignant, avec doigté, exemples concrets et profondeur, sur de nombreuses facettes de la situation tunisienne post-2011 (la liberté d’expression en premier) et sur les multiples aspects de l’exercice du dessin satirique par une femme dans un pays où l’éducation artistique est limitée et le dessin politique sans support consacré.  

Le climat politique est bouleversé depuis 2011 mais il a perdu son euphorie créative des premiers mois, a connu des assassinats et une poussée de la violence terroriste. Nadia Khiari parle de ces années en citoyenne, en pédagogue, en artiste, en journaliste et en femme. Née au dessin de presse avec l’opportunité révolutionnaire, elle déclare avoir évolué avec les événements. Les angles d’attaque qu’elle donne à son chat égrènent la nature des difficultés que le pays traverse. Tout en mesurant le poids du contrôle des esprits et des dangers de la haine virtuelle qui circule sur Internet, la caricaturiste continue à répondre au besoin d’humour et de blagues qui peut contrebalancer la bêtise, le racisme et les préjugés sociaux.  

Malgré un passé de presse satirique, notamment au cours de la période coloniale, le paysage journalistique tunisien ne fait pas de place à ce genre de périodiques, contrairement à l’Algérie. Nadia Khiari dessine sur sa page facebook, participe à des publications étrangères, et édite pour son propre compte deux ouvrages (Willis from Tunis. Chroniques de la Révolution, 2011 ; Willis from Tunis 2, 2012). Ayant reçu une formation d’histoire de l’art à Aix-en Provence, elle déplore le manque d’initiation à cette discipline en Tunisie et prend du plaisir à animer des ateliers pour former les jeunes à décoder des images.

Une signature de femme

Commentant l’actualité nationale dans Siné Mensuel, Nadia Khiari introduit ainsi le regard d’une femme arabe et africaine dans un hebdomadaire européen et masculin. En Tunisie, elle féminise un territoire occupé principalement par des hommes (Lotfi Ben Sassi, Chédli Belkhamsa, Imed Ben Halima, Taoufik Omrane, Z …) tout en se soulevant contre l’idée de servir « d’idiote utile » ou de « femme arabe de service » (p. 56). Sa participation à un journal satirique exclusivement féminin, Siné Madame, la réjouit.

L’attentat de Charlie Hebdo de janvier 2015 remet à l’ordre du jour les risques du métier comme il questionne sur les limites de la caricature anti-religieuse. Nadia Khiari se dit favorable à un débat car le sujet concerne la société mais ne doit pas être un facteur de propagation de haine. L’artiste a eu maille à partir avec des salafistes (attaque de l’exposition d’art contemporain au palais d’El Abdellia de La Marsa en juin 2012) et prend position à de nombreuses occasions contre les attaques intégristes à l’université ou pour la défense d’intellectuels et artistes (doyen de la faculté des lettres de La Manouba, Jabeur Mejri, Weld el XV…). Comme dessinatrice politique, elle se trouve aux premières loges dans les moments les plus chauds.

Elle considère que la religion a servi surtout à détourner des problèmes réels de la société (la corruption, l’argent sale, la misère économique, l’incompétence politique…), le véritable verrou étant du côté du conservatisme social. Le sexisme de la société et des médias pèse aussi sur la profession : la caricaturiste est souvent interpellée sur sa situation familiale (alors que les hommes ne le sont pas généralement) et son féminisme est parfois mis en cause (quand elle obtient le prix « Couilles au cul » de 2015). Les stéréotypes sont de tous les bords et elle essaye de faire dire à ses dessins son refus d’instrumentaliser le voile, de représenter LA femme arabe ou de se faire assigner à une identité sexuelle.  

Agréable à lire, l’ouvrage reproduit neuf dessins (pages 21, 28, 30, 50, 60,74, 82, 91, 93) qui restituent l’espièglerie du chat défendant les libertés individuelles et dénonçant les discriminations raciales, sexuelles et économiques qui habitent les rapports sociaux. Les ateliers que Nadia Khiari organise à la prison de Mornaghia ou celle des femmes accentuent sa révolte contre l’inconstitutionnalité des textes de loi (52 sur la consommation de cannabis, 226 ou 230 pour homosexualité) qui pénalisent essentiellement la jeunesse.

Après les assassinats de civils et militaires qui ont secoué le pays, le danger terroriste préparé par la période Ben Ali est indirectement alimenté par les médias qui contribuent à propager la peur et entretenir la menace. En Europe, le racisme se banalise répandant une stigmatisation des étrangers.

En Tunisie, même si la loi contre les violences faites aux femmes de 2017http://www.legislation.tn/sites/default/files/news/tf2017581.pdf est promulguée, Nadia Khiari regrette que le rapport de la Commission des Libertés individuelles et de l’Egalité (COLIBEhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_des_libert%C3%A9s_individuelles_et_de_l’%C3%A9galit%C3%A9, nommée par Béji Caïd Essebsi) soit resté, depuis 2018, sans application pour l’héritage (inégal entre frères et sœurs) et sans positionnement contre la peine de mort.

La conversation se termine autour des libertés sexuelles et religieuses qui sont au centre des tabous actuels et qui donnent à Willis from Tunis des raisons de s’exprimer et de durer.

Juillet 2020

Paru dans  La Lettre de l’IRMC n°28, 2020, pp. 21-22

La femme et le drapeau

Le 8 mars de cette deuxième année de transition a suscité une actualité particulière. 14 mois après une Révolution qui a donné au drapeau tunisien une visibilité internationale et redoré le blason de la femme non officielle, le pays pétrit ces deux symboles dans la confusion. Une lecture à chaud de la façon dont ils se conjuguent dans l’espace public donne la mesure des bouleversements qui traversent le champ politique comme la sphère sociale. Ce qui frappe avant tout c’est la violence avec laquelle le monopole de l’Etat en cours de recomposition essaie de contrer le mouvement de revendication et d’espoir qui persiste dans l’air, qui anime encore les esprits et dirige des volontés. On a le sentiment d’une lutte inégale, avec des moyens apparents mais aussi des manœuvres cachées derrière des habitudes anciennes dont le pays peine à se débarrasser.
A l’assaut du drapeau noir

Les manifestations autour du drapeau de la faculté de La Manouba ont nourri les célébrations de la fête internationale de la femme d’un happening plein d’enseignements. Une femme a créé, en direct, un événement qui va certainement marquer la symbolique de cette transition : le 7 mars, devant la grille de la faculté, une étudiante grimpe le mur pour monter à l’assaut de l’étendard noir érigé à la place du drapeau national. Sous les yeux et les cris d’une foule suspendue à la scène, elle affronte la violence physique de l’auteur de cette profanation provocatrice. Etudiante à la faculté, Khaoula Rchidi a agi par colère et pour mettre un terme à l’impuissance de l’attroupement. La jeune femme a fait vivre à ses camarades un acte de résistance spontané et ses déclarations ultérieures n’en tirent aucun orgueil, juste le sentiment d’avoir accompli un devoir. Elle raconte son bref échange avec l’arracheur du drapeau qui la met à terre puis la menace d’un bâton. L’image des deux silhouettes s’affrontant circule. Elle rappelle le combat de David contre Goliath, dont on connaît le dénouement : « ils le mirent en fuite, avec la permission de Dieu… Dieu accorda à David la royauté et la sagesse ; il lui enseigna ce qu’il voulut ». Que cette lutte spontanée et finalement victorieuse se passe aux portes de l’université porte plus d’un espoir, pour les femmes, pour le drapeau et pour le savoir.
Malgré la défaite infligée à Jalout alias Goliath, une limite symbolique est atteinte. Le geste bouleverse l’opinion et les cris d’alarme pleuvent, jusqu’à secouer la somnolence de l’Assemblée Nationale Constituante qui se colore, enfin, de rouge et blanc. La Présidence de la République et le Premier Ministère se fendent de communiqués dignes d’institutions de l’opposition alors que ce sont les instances d’un Etat enfin légitime et doté de pouvoirs. Deux rassemblements devant l’ANC et devant le Ministère de l’enseignement supérieur ont protesté contre un acte qui augmente l’inquiétude et la tension dans le pays car il représente un dérapage inadmissible. On apprend que le groupe devant la faculté se divise en multipliant les déclarations : toute lutte est devenue médiatique dans la Tunisie de l’après 14 janvier. On ne peut s’empêcher de penser que l’image de cette victoire du drapeau rouge et blanc sur la bannière noire met en scène une division de plus, inutile et nocive.

Une violence entretenue ?

Les troupes et attaques de La Manouba rappellent un autre site assailli,  avec les mêmes desseins faussement démocratiques : l’esplanade en face de la télévision nationale. Depuis quelques jours, un sit-in de drapeaux noirs et de tentes luxueuses se dresse devant le temple de l’information dite mauve, une maison qui se débat depuis des mois dans une transition difficile. Si le froid et la pluie semblent les avoir chassés, rien ne garantit qu’ils ne reviendront pas. Pourquoi les responsables laissent-ils cette pression supplémentaire troubler une institution gangrenée qui a plutôt besoin d’un minimum d’autonomie pour secouer sa léthargie et guérir ses tares ? Comme à la faculté de La Manouba, le mouvement exige au « nom du peuple » (echa’ab yourid)  et les forces de l’ordre fantomatiques ici et là prétendent défendre une jeunesse libre de s’exprimer. Des communiqués officiels, instrumentalisant la rhétorique révolutionnaire mâtinée de principes droitsdel’hommistes, entretiennent une zizanie dangereuse, à l’aide de méthodes éculées.
Le pays attend que ses gouvernants ne se conduisent plus en déclamateurs ou rédacteurs de communiqués et démentis. Les élections sont un mandat populaire pour agir dans le sens du bien commun. 217 députés sont sortis des urnes pour rédiger une constitution et garantir la marche vers les prochaines élections. Personne n’a demandé à la jeune Khaoula Rchidi de défendre la dignité du drapeau ; elle a agi sous l’appel du devoir. Personne n’a poussé le député Brahim Gassas à demander des comptes vue la gravité de ces incidents ; il a parlé en tant que représentant de sa région. Personne n’a incité les députés à brandir le drapeau de la Tunisie ; c’est un message envers les électeurs. Devant le franchissement des limites, à chacun selon ses moyens ; ceux du gouvernement sont immenses, forces de sécurité comprises. A quoi celles-ci sont elles employées ? Que fait le gouvernement ? Le monopole de la force appartient à l’Etat : il est au service de quelle cause ? Il est temps que l’autorité profite à la sécurité du citoyen, au respect du savoir et à la paix sociale afin que le pays avance.

Elus, administrateurs et responsables sont censés travailler à l’intérêt de tous. Leur tâche est d’instaurer la confiance en cette phase critique de notre passage vers un avenir qui nous fasse oublier les malheurs de la désinformation et de la manipulation qui ont couvert mafieuserie et prédation et bloqué, jusque là, tout chemin vers l’air libre de la démocratie.

Hammam-Lif, le 12 mars 2012

Paru sur La Presse de Tunisie, 12 mars 2012.

D’un film à l’autre : épisodes de la transition

Il y a plus d’une raison de rapprocher deux « affaires » qui ont concerné deux films (Laïcité inch’allah et Persepolis) ayant fait sensation au cours de cette transition. Le film de Nadia El Fani intitulé d’abord Ni Dieu ni maître est à l’origine d’un premier épisode. Il est programmé un dimanche de mai par l’association Lam echaml (=Unissons nous) dans le cadre des débats autour du thème : « Touche pas à mon artiste ». La projection est perturbée par une foule agressive, qui pour empêcher la séance, n’hésite pas à s’attaquer aux spectateurs, aux responsables et au bâtiment. Même si le film est projeté et discuté, les suites sont graves : on s’aperçoit que certains attaquants avaient de fausses barbes, que la police a tardé à intervenir. On enregistre surtout que les protestations pacifiques des organisateurs dans les médias, les manifestations de rue et le communiqué du Ministère de la culture condamnent certes l’agression mais ne parviennent pas à maintenir l’existence de la salle de cinéma Afric’art, saccagée. Le propriétaire refuse de renouveler le bail, privant ainsi la ville de Tunis de la seule salle de cinéma d’art et essai existant à Tunis depuis des années. De son côté, pour apaiser la tension, la réalisatrice remplace l’ancien titre du film jugé provocateur par son sous-titre : Laïcité Inch’allah.

La deuxième « affaire » concerne la projection de la version dialectale de Persépolis, le 7 octobre par Nessma TV. Pour une chaîne à vocation et à public maghrébins, la programmation d’un film à succès projeté en version originale à Tunis à sa sortie en 2007, un film depuis deux semaines à l’affiche de la salle Alhambra de La Marsa, et le soir du même vendredi dans la salle Mad’Art de Carthage, découle d’une logique éditoriale cohérente. La projection de ce dessin animé de Marjane Satrapi (https://www.youtube.com/watch?v=xqkXJsfu3VU) racontant la fabrique de la dictature iranienne vue par une enfant est suivie d’un débat animé par quatre intellectuelles reconnues pour leurs travaux sur la littérature, la philosophie et l’histoire des idées. Avant la fin de l’émission, les réactions sur Internet se déchaînent : une avalanche d’attaques verbales et d’appels haineux sont suivis le lendemain par une marche vindicative en direction des locaux de la chaîne. Les forces de l’ordre interviennent à temps, empêchent les agresseurs d’avancer et d’attaquer, les pourchassent et en arrêtent une partie. Le directeur de la chaîne dénonce l’agression le jour même dans les médias, puis, deux jours après, présente des excuses pour avoir offensé involontairement les sentiments religieux des spectateurs. La campagne d’opinion continue, monte, dégénère jusqu’à l’attaque de son domicile et de sa famille.

Dans les deux épisodes, le passage à la violence et à l’agression est immédiat et hélas efficace perturbant l’ordre public et l’opinion. Comment celle-ci peut-elle changer et dégénérer si vite à chaque fois ? Comment se déchaîne-t-elle en brutalité ? Dans cette période transitoire, la sécurité est une affaire délicate, fragile. On note que si les policiers ont eu la première fois un comportement douteux, ils ont fait leur métier, au cours de la seconde intervention. Aussi doit-on s’arrêter davantage sur la violence qui a accompagné ces deux « affaires » qui ont secoué le pays, entraîné des comportements brutaux et divisé la population. Cette fureur agressive est nourrie de plusieurs phénomènes et il faut en chercher l’explication dans le fond et dans la forme de ces événements culturels et dans leur portée symbolique. Dans les deux cas, on a affaire à des œuvres cinématographiques dans lesquelles les femmes sont auteurs et critiques, créatrices et interprètes. Dans ces deux événements, la forme comme le fond semblent insoutenables, inacceptables, générant ainsi une violence.

Analysons le contenu : la première impression est que l’on se retrouve devant des répliques de l’affaire des caricatures partie du Danemark en 2006, laquelle rappelle la fetwa condamnant Salman Rushdie en 1989 pour son roman Les versets sataniques. Malgré le rapprochement évident avec ces affaires dont l’épicentre européen suscite de loin des réactions dans les pays arabes, que nous disent aujourd’hui ces affaires entièrement locales ? En supposant que tous les protestataires ont vu les films, les déclarations dénotent une réaction épidermique face à l’évocation de Dieu, à travers un titre ou la figuration imaginée de l’idée que s’en fait un enfant. L’évocation semble insupportable, touchant paraît-il à un sacré, alors que le propos de chaque film montre au contraire une vision humaine, une façon de voir profane. Face à ce contresens érigé en malentendu inquisitoire, les spectateurs tunisiens seraient-ils cinématographiquement moins avertis, ou plus susceptibles que leurs voisins algériens et marocains ? Drapés dans une bigoterie de bon aloi, et armés de bien-pensance hargneuse, les agresseurs sont passés à la violence en Tunisie, propageant haine et ignorance, une fois de plus.

Signalons que le mouvement se nourrit de commentaires colportés et que l’interprétation hostile éclate et gonfle en colère avant la projection ou juste le lendemain d’une émission. Cette hyper-réactivité attire l’attention sur un autre détail. Dans le premier film comme dans le second, les femmes sont au premier plan, au centre, au coeur même. Elles sont maîtresses des propos et de la scène, elles occupent l’espace par la parole et par la pensée. Elles sont artistes et médiatrices. Serait-ce là le point inconscient qui suscite autant de violence ? Alors que beaucoup de choses doivent changer, serait-on là devant une limite du supportable ? Dans cette transition toute fraîche, le pouvoir de l’image et la place de la femme déboussolent, activent un possible déjà là mais encore difficile à admettre. L’intolérable, celui qui mène à la violence, serait-il autant dans la facture de ces œuvres que dans leur contenu ? Ces affaires autour de films et de femmes sont-elles en train de nous mettre à l’épreuve de nos limites ?

Dans une phase où tous les coups sont permis par électoralisme, lâcheté ou affairisme, ces deux manifestations culturelles qui exacerbent les passions apportent leur part d’enseignement : elles nous mettent devant deux limites symboliques fortes, deux frontières subliminales aussi difficiles à franchir que le fait de passer de la dictature à la démocratie. A moins que ce ne soit le même chemin…

Hammam-Lif le 21 octobre 2011
Ce texte a paru dans La Presse de Tunisie du 25 octobre 2011, page 11.

À écouter également :