Archives par étiquette : Etat

Les droits fondamentaux en Tunisie : une histoire à éclaircir

 

Le texte qui suit est la synthèse d’un article publié dans un ouvrage collectif : Indissociables droits et libertés » ou de l’invisibilité des libertés individuelles et des droits économiques, sociaux et culturels, Wahid Ferchichi, dir., Tunis, Association de Défense des Libertés Individuelles (ADLI)/ Fondation Heinrich Böll, 2020, 360 p. 

Cet article se propose de suivre les formes par lesquelles les droits humains se sont incarnés au cours des deux derniers siècles en Tunisie, en cernant les conditions de ces apparitions et les limites des représentations. La démarche consiste à reprendre les séquences essentielles de l’histoire contemporaine de la Tunisie en empruntant une hypothèse centrale : l’avènement des droits universalistes et leur ancrage en Tunisie sont à inscrire dans l’évolution historique du pays et plus particulièrement dans l’élaboration de la culture politique locale. Les formes que prennent ces droits, les textes qui en sont issus, les actions qu’ils suscitent ou les institutions auxquelles ils donnent naissance répondent aux besoins et reflètent les possibilités de chaque moment considéré.

Le fil conducteur de l’article suit la trame des moments qui jalonnent l’histoire politique de la Tunisie, pendant la période contemporaine. Celle-ci est le produit d’interactions entre les contextes, les diverses forces qui sculptent les luttes et conflits sociaux et politiques comme les configurations qui en résultent. Pour décrypter ces croisements,  on tentera de relier les étapes des acquis de la société avec ses impasses et ses ouvertures, en désignant les principaux acteurs et en identifiant les voies de passage. Car si on découpe le XXème siècle tunisien en vagues d’installation (qui sont parfois des phases d’assimilation et/ou d’acclimatation) d’un ensemble de droits, on peut estimer que la Tunisie entre aujourd’hui dans un cycle où de nouveaux besoins éprouvés par des citoyen.ne.s deviennent visibles.

I/ Le nationalisme, creuset d’appropriation des droits civiques

L’Etat tunisien connaît une série de réformes décisives au milieu du XIXème siècle ; les deux plus significatives sont l’abolition de l’esclavage (1846) https://journals.openedition.org/cdlm/43 et le Pacte Fondamental (1857). Ces actes institutionnels font avancer un droit qui émerge lentement dans les consciences politiques de l’époque : l’égalité. Le premier texte déclare émanciper la minorité noire, le second constitue un palier dans la reconnaissance de l’égalité des droits, du côté religieux. Quoiqu’imposé par les consuls européens, en partie pour faciliter l’accès à la propriété de la terre, ‘ahd el aman marque le passage à un exercice juridique sécularisé qui se détache du système précédent en distinguant le politique du religieux. Ce régime accorde aux individus une existence publique, prélude à l’apparition de la catégorie « nationalité » https://journals.openedition.org/lectures/19575

La constitution de 1861 instaure une organisation de l’Etat autour de la séparation des pouvoirs. Suspendue en 1864, elle coiffe symboliquement un dispositif d’écrits officiels tunisiens dont découle un « esprit public » qui va nourrir et inspirer les générations intellectuelles et politiques suivantes. Les revendications des libertés publiques fondamentales reviennent à ce référentiel constitutionnel et les futurs intellectuels, notamment ceux qui se positionnent face au phénomène colonial, y puisent leurs repères et leurs programmes.

Entre modernisation politique et constitutionnalisme, le lexique de la pensée politique tunisienne se construit en réaction au colonialisme en pointant les aspirations aux droits publics fondamentaux des citoyens : sécurité, propriété, impôt, vote… En attendant d’établir un dictionnaire historique du langage politique en Tunisie, on peut résumer les caractéristiques de la période en posant que le « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » formulé par Wilson à la fin de la Première Guerre mondiale fait son chemin dans la culture politique des élites de la première moitié du XXème siècle. 

II/ Naissance des « droits de l’Homme » et décolonisations

La séparation entre principes universalistes et solidarités locales est sensible dans le monde du travail où se construit un espace de revendications et où s’élabore une culture politique active. L’Union Générale Tunisienne du travail (UGTT) https://fr.wikipedia.org/wiki/Union_g%C3%A9n%C3%A9rale_tunisienne_du_travail née le 20 janvier 1946 rassemble plusieurs forces sur la base de revendications sociales « autochtones ». La Confédération Internationale des Syndicats Libres (CISL) née en 1949 soutient l’organisation tunisienne, consacrant sa rupture avec la Fédération Mondiale des syndicats (FSM) et élargissant ses connexions avec des valeurs ouvrières trans-nationales. Discours des valeurs et références universalistes sont mis au service d’un idéal de solidarité syndicale internationale.

Causes nationale et syndicale mobilisent ainsi les forces politiques agissantes, cristallisent les valeurs morales de solidarité et sculptent des comportements d’entraide soudant les populations engagées. Entretemps, la Déclaration Universelle des Droits humains née en 1948 promeut une orientation nouvelle par rapport aux conceptions de la Société Des Nations. La décolonisation tunisienne alors en gestation et le refus de la domination capitaliste, motivations immédiates, inspirent les énergies mobilisées et donnent un sens aux actions collectives sur place.

Les droits individuels en élaboration dans les instances internationales semblent loin, en ce temps où l’autonomisation des luttes nationale et syndicale avance sur le terrain, dans la forme et le fond.  Les conflits et croisements de ces deux fronts façonnent un espace public, au sein duquel l’usage concret des droits politiques réactive les principes de liberté, d’égalité et de dignité à l’épreuve de la réalité pressante.

III/Avancées et ambiguïtés des discours et pratiques après l’indépendance

Le Code du statut personnel (13 août 1956) http://www.legislation.tn/sites/default/files/codes/Statutpersonnel.pdf est déterminant dans l’atteinte apportée à l’ordre social. Le texte interdit la répudiation et instaure la clause du consentement au mariage. Ces dispositions imposent juridiquement les droits de la femme au sein de la famille. Les femmes obtiennent le droit de vote à l’occasion des élections municipales de 1957. Si on ajoute le droit à l’enseignement gratuit et obligatoire instauré par la réforme de l’éducation (1958) et la légalisation de l’avortement (1973) qui complète l’autorisation de la contraception (1961), on s’aperçoit que la traduction des droits fondamentaux en faveur des femmes constitue un chantier efficacement investi. Ce principe égalitaire est remis sur le tapis au moment de la rédaction de la Constitution de 2014. L’article 21 tranche pour l’ « égalité » entre les citoyens et les citoyennes. La culture politique tunisienne charrie depuis le XIXème siècle, envers les femmes (alors invisibles) et les minorités (défendues par les consuls étrangers) un décrochement qui se traduit par un inachèvement : l’inégalité successorale en est une des conséquences qui persiste à ce jour.     

Malgré la civilité auto-proclamée de l’Etat tunisien indépendant, le nationalisme séculier et égalitaire se débat dans le flou des textes. L’article premier de la constitution de 1959 cultive l’ambiguïté de l’appartenance à l’Islam et au monde arabe. Il est conservé dans la version de 2014, même si  l’article 2 martèle le caractère civil de l’Etat. Ce point symbolise le poids du marquage religieux sur lequel butent les discours et pratiques officiels du régime politique tunisien. Même si la chariâ est réfutée comme source du droit, le spectre identitaire plane dans les esprits et nourrit les réserves face aux droits humains universels.

La Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme est fondée en mai 1976 pour faire respecter les principes universalistes d’une justice politique. Les combats de l’Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche et le Développement (AFTURD, janvier 1989) et de l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD, août 1989) font face à un « féminisme d’Etat » (UNFT, 1957) qui s’enorgueillit de ses acquis historiques et distinctifs dans la région. L’avènement de Ben Ali ne change pas le paysage. Il emboîte le pas à la politique modernisatrice de Bourguiba, tout en restant dans les limites des normes patriarcales.

Cet article pose l’hypothèse que la strate de la lutte anti-coloniale qui suit la Deuxième Guerre mondiale façonne un espace public qui remet en selle et actionne les principes et valeurs «appris » au cours des années 1920/1930 et restés sans résultat tangible. La liberté de presse, d’opinion, de représentation ou de vote dans une société colonisée renforce, dans le silence, l’absence de symétrie des droits civiques et sociaux qui existe entre colonisés et colonisateurs.

Les péripéties politiques dans les années 1950 ramènent à une vision plus internationale des droits collectifs dans la mesure où plusieurs contextes coloniaux bougent, en Afrique et en Asie et se posent en sujets. L’argumentaire et la rhétorique nationalistes tunisiens activent le mot d’ordre d’indépendance, tout en rappelant l’appartenance religieuse et la proximité arabe. Les références à portée universelle se déclinent dans un registre qui conçoit le progrès politique comme un acquis global et commun à accorder à des sociétés privées de self-government

IV/ Une culture des droits de l’Homme contrecarrée et confisquée

Sous le régime de Ben Ali, l’espace politique tunisien, reste étroitement surveillé tout en se dotant d’autres lieux où la culture des droits de l’Homme peut circuler. La dégradation des libertés fondamentales, recouverte par une récupération officielle des droits de l’Homme, politise les échanges entre pouvoir et opposition. Les sections de la LTDH s’apparentent à des cellules de partis politiques d’opposition. Malgré les mesures de contrôle, le dynamisme des associations féministes (ATFD, AFTURD…) comble les insuffisances du féminisme d’Etat en créant de nouveaux espaces de lutte et en multipliant les efforts d’étude et d’information. Même si le pouvoir récupère officiellement des solutions de terrain, les déficiences du patriarcat demeurent sensibles.

La portée des activités associatives construites sur la culture des droits de l’Homme reste limitée. L’idéal mobilisateur des droits humains est circonscrit aux forces agissantes. Le modèle autoritaire dominant, des initiatives tentent, ici et là, d’étendre les valeurs humanistes au-delà du cercle des militants. Des membres dirigeants pensent à les introduire par le biais de l’école (dans les cours d’éducation civique) pour agir sur la culture politique des générations montantes.

Néanmoins, les canaux de socialisation existants ne réussissent pas à introduire la culture des droits humains dans les mentalités ni à imprégner les pratiques sociales. Dans une atmosphère de parti unique et de contrôle généralisé, le pouvoir de Ben Ali joue plusieurs partitions (y compris en instrumentalisant une image de l’islam) dans le but de contrecarrer cette culture politique d’opposition. Il exploite, entre autres, la fibre du handicap pour lustrer son image de défenseur des minorités et peaufiner un humanitarisme de façade.

L’accaparement autoritaire de la culture des droits de l’Homme sous le régime de Ben Ali est cependant entaché par le développement de niches au sein desquelles cheminent des expériences militantes dont le but consiste à tracer des pistes pour ouvrir des brèches, toucher les populations, notamment les jeunes et à travers l’enseignement.

V/ Des exigences sociales nouvelles

Avant 2011, sur le plan législatif, la Tunisie se dote de nombreux textes apportant des garanties de protection des enfants et des handicapés. Dans le domaine des études juridiques et dans le champ scientifique ou de l’expertise, des enquêtes et des recherches pointent les formes de vulnérabilité de la société tunisienne. Des traits de l’organisation sociale, jusque là peu pris en compte, sont abordés par les sciences humaines et sociales, mais le combat pour faire évoluer les normes juridiques prend du temps et les textes de loi empruntent un chemin sinueux.

En 2014, la Constitution entérine le terme de « droits humains » désormais en vigueur et consacre son deuxième chapitre aux droits et libertés, en y mêlant les droits individuels et collectifs. La Commission des Libertés individuelles et de l’Egalité (COLIBE, créée le 13 août 2017) https://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_des_libert%C3%A9s_individuelles_et_de_l%27%C3%A9galit%C3%A9 entreprend de creuser en direction des droits de la personne (ou droits-libertés).

Les dynamiques féministes du XXème siècle en Tunisie débouchent sur les orientations de l’enseignement en direction des questions de genre.  Sur la durée, la scolarisation et l’émancipation des femmes engendrent des vagues féministes, vecteurs de transformation sociale et posant des jalons institutionnels notables : la question de la parité avance à l’occasion des élections de 2011, de 2014 et de 2018 et la constitutionnalisation des droits des femmes est entérinée par le texte de 2014. Ces nouvelles mesures politiques ne suffisent cependant pas à renforcer l’impact du référentiel des droits de l’homme et des libertés individuelles au sein de la société tunisienne.

Ce survol historique de deux siècles mérite d’être approfondi par des enquêtes pour mieux définir la genèse de la « culture politique tunisienne » à l’époque contemporaine. La composante identitaire (arabe et musulmane) en est un trait constitutif, sans être toujours apparente ni conjuguée de la même façon face aux influences et aux courants d’idées qui la traversent et la modèlent. Le moment actuel se caractérise par une réactivation des tensions entre les aspirations universalistes et les arguments défendant la « spécificité arabo-musulmane » de la société tunisienne. Le référentiel des droits humains, tout en étant affirmé par la Constitution de 2014, participe de ces tensions, dans les débats comme dans les actions entreprises.

Conclusion 

La transformation des normes est séparée des mutations mentales. Les temporalités des énoncés et des perceptions sont distinctes. Les « droits de l’Homme » charriés par divers circuits et acteurs depuis le XIXème siècle dessinent des strates d’appropriation non linéaires qui émergent par à-coups dans la culture politique tunisienne. Les moments dans les processus de prise de conscience, de la conquête des droits, de leurs applications et de leurs limites montrent que le triangle Etat/Société/Individu est mouvant à travers le temps, provoquant des brèches.

La place secondaire des droits individuels dans le texte constitutionnel de 2014 traduit les décalages qui séparent habituellement le travail idéel (militant, parfois perçu comme élitiste) avec le vécu de  la population, truffé de situations de privilèges et de discriminations. La dégradation des conditions économiques depuis 2011 et la non réponse aux aspirations à la justice sociale explique que l’on affirme, avec répétition, la primauté de l’économique et du social sur le « culturel » et l’ « individuel ». La perception par le bas répandue dans l’opinion reflète une crise de confiance de la société envers l’Etat et explique, en grande partie, que persiste dans les esprits la dichotomie distinguant les « droits économiques et sociaux », considérés comme prioritaires et préalables des « droits culturels et individuels » relégués, comme de coutume, dans le registre des avantages pour privilégiés.  

                                                                                Hammam-Lif, le  25 octobre 2020

 

Retour sur la situation tunisienne au cours d’une année tournant, 2019.

Compte rendu de Aziz Krichen, L’autre chemin, Tunis, Script Editions, 2019, 263 p

Dans la vague des écrits de l’après 2011, Aziz Krichen a contribué par deux volumes qui condensent ses réflexions sur la situation tunisienne. Après avoir quitté le poste de conseiller auprès du président Moncef Marzouki (janvier 2012-mai 2014), il a produit dans La promesse du printemps (Script Editions, 2016 & Editions de la Sorbonne, 2018) un bilan qui restitue la chronologie des principales étapes de la « révolution » tunisienne en replaçant le pays dans son environnement géo-stratégique. L’expérience révolutionnaire s’éclaire ainsi de nombreux facteurs explicatifs qui, sans rien enlever à la séquence enchantée, tracent les contours d’un contexte bouleversé,  instable mais non moins ouvert à des possibles.

Une posture nourrie de plusieurs rôles

Le deuxième ouvrage post 2011 rassemble huit textes écrits entre 2016 et 2018 donnés pour lecture à des proches, discutés et repris début 2019. L’ensemble porte la marque des résultats des élections municipales (mai 2018) qui voient émerger des listes indépendantes en tête des suffrages. La tendance des statistiques des votes corrobore, aux yeux de l’auteur, une lente transformation du paysage politique via le choix des électeurs (malgré une forte abstention) sur les représentants des autorités locales. Pour l’économiste et sociologue, ce phénomène d’opinion enjoint d’entreprendre un travail politique capable de changer le pays en profondeur en propageant des idées nouvelles et une autre façon de regarder l’évolution du pays, son système économique, les positions des groupes sociaux qui le composent, son intégration régionale et ses relations avec les principales forces mondiales en action. La plume militante est sensible, dans le façonnement des idées comme dans la manière de les exposer. Rappelons que A. Krichen a fait partie du mouvement Perspectives fondé à Paris en 1962 et tirant son nom de la brochure Perspectives tunisiennes pour une Tunisie meilleure. Le groupe d’étudiants animant cette association s’est plongé à l’époque dans une radiographie de la Tunisie en vue d’élaborer des propositions destinées à la développer autrement. Le ton de L’autre chemin fait penser à cette veine militante et critique des années 1960 constituée en parti d’opposition et qui s’est mobilisée pendant plusieurs années afin de produire une littérature d’analyse pour participer à une meilleure connaissance du pays. L’étudiant faisant partie de l’équipe rédactrice de ces rapports est devenu expert des questions économiques, une technicité qui l’a armé pour intégrer en 2012 le cabinet du président de la république afin d’observer et d’agir pendant plus de deux années, en témoin privilégié.

Si le tableau d’ensemble respire le désenchantement, il n’en contient pas moins des éléments d’analyse qui portent à la réflexion et articulent le régime économique et social tunisien aux différents paramètres permettant de dégager des actions concrètes et une vision pour l’avenir. La problématique de « l’ancien et du nouveau » en gestation traverse les huit chapitres de l’ouvrage dont la visée est de participer à reconstruire la Tunisie sur la base d’une appréciation avertie de ses structures, de ses pratiques, de ses ressources, tout en s’adressant à ses élites dirigeantes.

L’expert considère que l’économie est au centre de tout, car elle détermine le système de domination de la Tunisie, à l’extérieur comme à l’intérieur. La ventilation des huit textes illustre cette approche économiste structurante. Le premier et le plus long de ces articles (19-75) est écrit en octobre 2018, comme pour synthétiser le tableau en revenant sur les politiques économiques depuis 1956 et en proposant des solutions. Le chapitre inaugure l’enchaînement choisi en décortiquant l’évolution des composantes du régime économique tunisien, les groupes sociaux qui le travaillent et les dysfonctionnements qui le caractérisent, principalement le suremploi, les bas salaires et la corruption. Une série d’encadrés traduit en fiches synthétiques des questions pragmatiques : comment démanteler l’économie rentière et mafieuse ? Comment affranchir la paysannerie ? Comment libérer les entreprises ? Comment intégrer l’économie formelle ? Assurer l’égalité hommes/femmes ? Comment insérer la jeunesse ?… Ces mesures découlant des développements interprétatifs sont ainsi résumées et soumises au débat public. 

Dans la même lecture économiste, le troisième texte « Question paysanne et révolution démocratique » (101-116), articulé autour de l’affaire de l’oasis de Jemna https://themaghribpodcast.podbean.com/e/loasis-de-jemna-en-tunisie-entre-dissidence-et-negociation/ située dans le gouvernorat de Kébili, s’attarde sur la question de la terre et sur les statuts de la propriété qui déterminent les mauvaises conditions de vie et de travail des paysans. La palmeraie du sud-ouest tunisien illustre le rôle néfaste et bloquant de l’Etat qui, après la période coloniale, s’est emparé du tiers des terres cultivables, soumettant les « domaines de l’Etat » à une gestion bureaucratique qui exclue les intérêts de la population locale et empêche le secteur agricole de s’épanouir sainement.

Lectures géo-stratégiques

Le deuxième texte «  Monde arabe. La nouvelle donne stratégique » (77-100) insère la Tunisie dans le panorama géo-politique où  des soulèvements populaires font face depuis longtemps à des régimes autoritaires. Ces dynamiques complexes mélangent plusieurs formes de refus des populations face aux tentatives des principales puissances agissantes de maîtriser les équilibres du grand arc sud méditerranéen. Le moment 2011 est une brèche qui précipite la dégradation de l’hégémonie américaine sur la région « arabe » en introduisant une nouvelle compétition des forces stratégiques entre le Machrek et le Maghreb (Russie, Turquie, pétromonarchies du Golfe).

« La révolution tunisienne au regard de Gramsci » (117-129) résume l’axe principal de lecture et d’interprétation de l’auteur face à un pays qui s’apparente à l’Italie que Gramsci décrit dans les années 1920 : un pays « retardataire, à la périphérie du capitalisme central ». Le texte a été prononcé au cours d’une rencontre commémorant à Tunis en mars 2017 le 80ème anniversaire de la mort d’Antonio Gramsci, à  l’invitation de l’économiste, Baccar Gherib, auteur de Penser la transition avec Gramsci. Tunisie (2011-2014), Éditions Diwen, Tunis, 2017. A. Krichen déroule dans cette intervention les principaux emprunts qu’il a pu faire à la pensée politique de Gramsci, initiatrice des notions de bloc historique, d’hégémonie culturelle, de front de classes, de révolution active et passive que l’auteur a pu mobiliser pour décrypter la situation tunisienne.

Le cinquième texte « 1968 comme insurrection mondiale de la jeunesse » (131-174) revient, à l’occasion du cinquantenaire de cette année notoire (Soixante-huit en Tunisie. Le mythe et le patrimoine, Hichem Abdessamad, dir., Tunis, éditions Nachaz, 2019, 238 p./ فتحي باحاج يحيى&هشام عبد الصمد ،ربيع تونس الأول،2019، 140ص), sur la chronologie des différentes manifestations étudiantes dans le monde. Après un bref rappel de son propre vécu au sein du scénario tunisien, l’auteur résume l’essentiel des marques d’un soulèvement généralisé et quasi-contagieux des jeunesses universitaires de Pologne au Mexique et au Liban, en passant par Le Caire, Chicago, Alger, Tunis et Dakar tout en laissant une empreinte durable et visible en France. A.K. conclut à une balise datant une mutation importante dans la triade économico-idéologique installée depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale : « le capitalisme libéral de l’Ouest, le collectivisme communiste de l’Est et le développementalisme socialisant du sud » (139).

Les trois derniers textes : « Clivages identitaires et luttes de pouvoir » (149-174), « Quand les masques tombent » (175-198), « Décomposition et recomposition de la scène politique » (199-260) commentent de près la conjoncture interne entre 2015 et 2017 avec les circonvolutions de l’affrontement entre les deux grands partis en présence (Nida Tounès et Ennahdha) partageant les mêmes choix ultra-libéraux. L’auteur compare les résultats des élections de 2011, 2014 et 2018 (avec tableaux et encadrés à l’appui) pour éclairer le paysage politique en recomposition. Il constate une série de dérèglements et l’inadaptation de la classe dirigeante actuelle, malgré le dépassement de la bipolarisation « islamiste »/ »moderniste ». A.K. revient sur les initiatives  des partis entre 2005 et 2007 qui ont servi de base aux avancées enregistrées sur le plan des libertés publiques à travers la Constitution de 2014 et les textes de loi de 2017. Il juge cet acquis insuffisant face aux besoins de la société et aux problèmes du chômage, de l’informel et de la corruption qui la rongent. Il propose un scénario pour l’année 2019 (199-256) apte à dépasser les contradictions internes des partis et leurs affrontements stérilisants à la tête de l’Etat. Sa conclusion datée de septembre 2019 (à la veille des élections anticipées) revient sur les interférences externes, le caractère subordonné de l’économie tunisienne et la domination de l’oligarchie rentière et mafieuse qui sont les obstacles les plus déterminants.

L’auteur conclut avec les mêmes accents d’espérance de son précédent ouvrage et reprend l’idée d’un processus révolutionnaire au long cours, toujours inachevé : « Le mouvement mis en branle en décembre 2010 va se poursuivre, puisqu’il n’a pas achevé sa trajectoire » (260). Il espère en un remplacement des élites sur fond de décomposition du régime, une relève qui veillerait à défendre la Tunisie contre les appétits extérieurs, les plans des « parrains étrangers » et leurs agents locaux.

Témoin engagé et économiste à large vue, A. K. plaide pour une « troisième voie » tout en tablant sur une temporalité à venir : « l’ancien tarde à mourir, le nouveau tarde à s’affirmer » (211), l’image empruntée à Gramsci revient souvent pour qualifier les crises. Le temps est certes un facteur actif, dans la durée comme à travers les rythmes des phénomènes. Cependant, la scène tunisienne a montré l’importance des impondérables comme la mort prématurée du président de la République Béji Caïd Essebsi (25 juillet 2019) et l’élection au suffrage universel d’une personnalité inattendue : Kaïs Saïed est élu en octobre 2019, avec le score inhabituel de 72,71%. Ces bifurcations ont entraîné des dynamiques, sans atténuer les mouvements imprimant l’actualité tunisienne, montrant au moins par cette accélération, qu’il y a, comme le reconnaît l’auteur, un « avant » et un « après » 2011.

9 septembre 2020

Publié dans IBLA n°226, 2020, pp. 292-296

Les élites tunisiennes : épaisseur historique et voies de changement

Depuis 2011, on (re)parle beaucoup des élites en Tunisie. On pose la question de leur utilité, on se demande si elles sont en train de changer, on compare anciennes et nouvelles, on les incrimine dans le blocage de la « transition », on les accuse de trahison comme on se demande pourquoi elles sont si peu présentes dans la vie publique et politique. Ces réactions font partie des convulsions parolières, première marque d’un changement qui fait bouger les connexions sociales et leurs perceptions. Le débridement de l’opinion se traduit par un déchaînement accru envers des élites dont la définition est floue et la composition pour le moins perturbée. Chacun pense aux siennes car les cartes se sont brouillées. La concurrence entre élites est attisée par l’éruption d’autres besoins et pratiques et les profils qu’ils nécessitent.

Au-delà de leur idéalisation ou de leur diabolisation, les élites sont un indicateur des dispositifs de pouvoir(s)qui régissent la hiérarchisation d’une société et ses transformations. Leur remplacement signe les mutations induites par le passage du temps. La lecture qui suit esquisse quelques critères de leur évolution en Tunisie depuis le XXème siècle.

Elites et pouvoir(s)

            Avec l’instauration du protectorat, la Tunisie beylicale voit se croiser deux lignes de fabrication d’élites. Sous le parallélisme apparent, l’entrelacement de réseaux donne naissance à de nouveaux visages dans les groupes dominants. Les tactiques d’allégeance et les méthodes d’accès à la propriété bougent ; la situation coloniale conjugue des alliances matrimoniales et des conduites de carrière qui modifient les relations sociales, font virer les « notables » locaux ou régionaux, engendrent des lignées d’administrateurs de l’Etat et de fonctions… L’école franco-arabe introduit, à côté du système traditionnel zaytounien, un mode de reproduction qui attire progressivement des recrues tunisiennes. La minorité qui opte et parvient à faire des études avancées est enrôlée -au compte gouttes- dans une oligarchie de professions modernes (médecins, avocats, magistrats, enseignants…) qui complexifient les structurations familiales,agissent sur les échanges économiques, influencent les modes de vie et, par suite, les aspirations sociales et politiques. Le déclenchement de la lutte de libération nationale est l’une des conséquences de l’évolution de la conscience des élites tunisiennes de l’époque qui revendiquent le droit de participer au devenir du pays occupé. La compétition entre élites coloniales et nationales débouche -avec l’indépendance et le départ des premières- sur un appel d’air. Exaltation et nécessité stimulent la fabrique des forces vives : il faut remplacer les partants et assurer la suite. Entre héritage et renouvellement, des élites se constituent dans les domaines juridiques, scolaires, techniques, économiques, administratifs, culturels, sportifs… en lien avec une politique publique centralisatrice car les besoins du pays sont immenses. Alors que des élites sont favorisées, d’autres seront dégradées : dans l‘armée, dans le milieu zaytounien ou dans l’agriculture, on assiste à un ostracisme, une déchéance ou un déclin des meilleurs représentants, autant de formes de dé-légitimation d’élites.

L’avoir, une constante

Les mécanismes par lesquels se constituent et évoluent les élites s’adossent sur les patrimoines matériel, moral et symbolique qui font croître et changer les élites politiques, économiques, intellectuelles, sportives, syndicales, artistiques… Le soubassement économique inhérent à toute catégorie est en rapport avec son efficience et son poids politiques.

Au cours du XXème siècle tunisien, la production des richesses influe sur les voies de la propriété : l’entrée de la banque, l’introduction de normes changent la structuration de l’économie tunisienne ainsi que la place des élites artisanales, commerçantes et agricoles. L’urbanisation et la scolarisation, cibles des principales réformes sous le protectorat, commandent le tracé des ascensions sociales et du renouvellement des catégories dominantes.

Le dirigisme d’Etat qui prend les rênes à l’indépendance endosse l’infrastructure des transports, des villes et des équipements sociaux. L’université nationale accueille les pépinières issues de l’enseignement primaire et secondaire généralisés. Elites politico-administratives, d’affaires et universitaires sont principalement au service de l’Etat, premier pourvoyeur d’emploi ; en retour, elles influent sur l’Etat, sa marche et ses décisions.

            La phase de libéralisation des années 1970 modifie la composition et l’équilibre des ressources des élites tunisiennes. La privatisation jugule la main-d’oeuvre non absorbée par le secteur public. Les effets de la perte du monopole étatique se font sentir sur la configuration des élites, au niveau central et à l’échelle régionale. La concurrence qui s’installe entre secteurs public et privé n’empêche pas les dirigeants de partager les normes de rentabilité et de productivité, au détriment de paramètres sociaux régulateurs.

Depuis, l’ouverture aux marchés mondiaux est l’une des clés de la répartition et du fonctionnement des élites tunisiennes. Les accords, les ressources, les choix de la Tunisie sont liés à des agendas relayés, appliqués et défendus par une technocratie sommée de se mettre au diapason. Cela engendre des disparités nouvelles. A titre d’exemple, la marchandisation internationale du savoir génère un écosystème tunisien des diplômes qui augmente la part des élites « extraverties ». La dichotomie entre élites « de toutes parts » et celles issues de la massification scolaire, cantonnées à l’intérieur du pays, se fait visible et coûteuse. Un des aspects de la crise des élites réside dans les processus de reproduction interne qui favorisent les anciennes et compromettent l’accès des nouvelles.

Elites et représentation : lien problématique

            A côté de la question des inégalités produites au sein des élites, la représentation de celles-ci est l’un des noeuds à disséquer si l’on veut comprendre la séquence 2010/2011. « Révolution sans leaders » certes mais non sans élites, présentes et fondues dans le mouvement général, sans identité ni programme, mais remplies de frustrations. Depuis longtemps, les élites tunisiennes éprouvaient un déficit de représentation, ressentaient leur invisibilité et un manque de reconnaissance. Le pays n’a pas cessé d’en fabriquer et toutes sortes d’élites sont nées, en dehors du parti-Etat (PSD puis RCD) -de plus en plus hégémonique- dans le monde syndical comme dans des niches de l’économie, de la culture, de la science ou de l’art. La politique de cooptation des « compétences » par l’Etat, l’hyper-concentration des possibilités de promotion, l’absolutisme oppressant des réseaux des familles gouvernantes ont alimenté exclusions et renoncements. Les départs à l’étranger, par voie officielle (coopération) ou à travers des circuits personnels, se développent à la faveur de la mondialisation. Le centralisme n’empêche pas l’infiltration d’un fonctionnement informel dans tous les secteurs de la vie sociale et économique, accentuant l’écart entre élites nationale et transnationale. L’élite aujourd’hui « émergente » a poussé sur le terreau d’une circulation des biens et des ressources, à la fois transformée et pas/peu contrôlée. Internet a indéniablement contribué à multiplier les voies d’accès aux positions d’élite. Cet accès vaut-il insertion ?

La question qui se pose avec acuité aujourd’hui est celle de la responsabilité. « Représenter » et « rendre des comptes » constituent un impératif réciproque, indissociable du projet démocratique à l’épreuve. Les élites tunisiennes sont-elles capables d’assumer le passage ? Les réponses de certaines corporations des professions libérales (avocats, médecins, pharmaciens…) devant le devoir fiscal laissent planer des doutes, tout comme les attitudes timorées de magistrats face aux affaires de corruption ou d’assassinat politique.

Transitions en cours

Pour l’heure, une « société civile » en alerte continue à oeuvrer dans plusieurs directions. Il faut espérer que ces actions éparses aident à remembrer l’atomisation des élites et à construire des espaces d’autorité et de pression capables de contrebalancer un pouvoir affaibli… par manque de responsabilité de ses représentants.

Dans un climat de crise et controverses, les élites tunisiennes continuent de changer de composition et de chercher leur place. En plus de la jeunesse qui clame avec impatience son droit de fendre les cloisons de l’élite constituée, deux catégories incitent à trouver une définition plus fidèle au contexte tunisien actuel : les femmes et les artistes. On a longtemps analysé la participation des femmes à la construction des élites à travers les situations familiales et les alliances matrimoniales. Elles sont désormais actrices de plain-pied, dirigeantes et cadres, dans le monde de l’entrepreunariat, dans des compétences porteuses de changement (enseignement, santé, gestion, sport, magistrature…), comme dans la représentation politique et dans des positions de pensée, de réflexion ou de création.

Autre nouvel entrant dans le cercle indéfini des élites : les artistes eux aussi souvent oubliés dans l’analyse des catégories sociales influentes. Alors que la culture sert à construire l’hégémonie des élites, les artistes tunisiens sont plutôt reconnus après leur mort. Depuis 2011, ils deviennent plus visibles et plus assurés dans leurs revendications comme dans leurs projets. Ils promettent d’être décisifs dans la société tunisienne en devenir et parmi les élites en recomposition.

Enfin si polémiques et débats autour des « élites » augmentent n’est-ce pas parce que la sphère des médias, un des champs de l’élite, et qui s’en fait l’écho, se détermine par rapport à cette catégorie et s’en nourrit ? Même s’il est difficile de voir clair dans ces imbrications anciennes et nouvelles, continuons à questionner cet état de fait et à poser un regard critique sur les élites tunisiennes, passées et présentes.

Publié dans La Presse de Tunisie, Supplément spécial 20 mars « Elite (s) et pouvoir politique« ,  mardi 20 mars 2018, page III.

Les années Ben Ali vues par une historienne

Streets of La Goulette. Northern Tunisia, Mediterranean Sea, Northern Africa, by Mstyslav Chernov (CC BY-SA 3.0)

Streets of La Goulette. Northern Tunisia, Mediterranean Sea, Northern Africa, by Mstyslav Chernov (CC BY-SA 3.0)

Ecrire en historienne sur les années Ben Ali reste un défi de communication sur une période jusque là sans archives constituées ni sources contradictoires. Ma spécialité est l’histoire contemporaine de la Tunisie, une appellation couvrant une période qui va du Protectorat (1881) à nos jours. Peut-on parler d’ « histoire immédiate » pour les années 1987-2011 ? Il faudrait préciser le contenu de la formule dans le contexte tunisien, tout comme il est hasardeux d’utiliser celle d’« histoire du temps présent » inventée dans les années 1980 en France. Je préfère annoncer que je m’exprime en tant que témoin, sinon engagé (le mot a un sens précis) tout au moins comme une tunisienne intéressée par la vie publique, de formation historienne, ne prétendant à aucune vérité, en ajoutant une remarque de taille : je me demande si j’aurais accepté de parler des années Zine El Abidine Ben Ali (ZABA) si la « Révolution Tunisienne » n’avait pas eu lieu…

Sur la période Ben Ali, des travaux existent, encore non vérifiés. Ils servent de base à ce papier construit autour d’une interrogation familière aux historiens : la question de la rupture ou de la continuité, une distinction non étanche qui servira à structurer certains faits. Peut-on considérer le régime politique de Ben Ali comme une rupture ou une continuité par rapport à celui de Bourguiba ? En m’arrêtant au système politique, je me demande si la prise et l’exercice du pouvoir sous ZABA sont un prolongement ou bien s’il s’agit d’un changement politique.

I/ Ce que l’on peut classer du côté des continuités              

-Le personnage de ZABA : En 1987, l’homme qui prend le pouvoir « par surprise » vient de l’appareil de l’Etat. Il est un produit de l’ascenseur social tunisien, qui s’est diversifié depuis l’indépendance, au point d’ouvrir la voie à des cadres peu instruits comme lui. Il gravit avec discrétion les étapes d’un cursus militaire où il fait son chemin, de général à premier ministre, par le renseignement. L’homme du sérail parvient à mobiliser des forces armées et des complices qui lui permettent de réagir, de justesse, au projet de le démettre de ses fonctions, prévu pour le 9 novembre 1987.

-Le scénario du « coup d’Etat » s’appuie sur la convocation de sept médecins au chevet de Bourguiba. L’un d’entre eux (le cardiologue Mohamed Gueddiche) ne connaît pas le président. Après hésitation -de la part du psychiatre Ezzedine Gueddiche-, ces représentants de l’autorité médicale signent un certificat d’incapacitation. Une question en suspens : le coup d’Etat prévu par les islamistes pour le 8 novembre avait-il été éventé ? A-t-il pesé dans la décision d’intervenir dans la nuit du 6 au 7 novembre 1987 ?

-ZABA commence par des gestes de « décompression » politique. Il autorise des titres de presse comme Le Phare, Le Maghreb ou Réalités. Un journal islamiste, Al Fajr et un autre du Parti Communiste Ouvrier de Tunisie (PCOT), Al badîl naissent. En 1988, la présidence à vie instaurée par Bourguiba en 1975 est supprimée et le régime renoue avec Amnesty International, signe les Conventions internationales contre la torture…

-La stratégie du « Changement » (quand la majuscule entre-t-elle dans la graphie du mot ?) se concentre sur le remplacement du personnel politique. Il s’agit d’évincer petit à petit les anciens cadres du Parti Socialiste Destourien (PSD), de coopter des figures de l’opposition dont une grande partie se trouve dans les rangs du Mouvement des Démocrates Socialistes (MDS) et au sein de la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme (LTDH) créée en 1977. La « négociation » avec les islamistes cesse avec les élections de 1989, truquées. Le personnel administrativo-politique entre dans une rotation rapide : plus de 100 ministres sont nommés entre 1987 et 1997. On cible des « technocrates » sans couleur politique déclarée ou annoncée car on veut apparemment s’assurer du potentiel d’obéissance des nouvelles recrues envers la décision politique, dont le centre est le palais présidentiel. Une bureaucratie s’y développe : on passe de Abderrahim Zouari et Abdallah Kallel à un trio qui va faire long feu : Abdallah Kallel, Abdelaziz Ben Dhia et Abdelwahab Abdallah dirigent un corps de 200 agents environ.

-ZABA joue avec l’image de l’Islam, dont la visibilité augmente dans les pratiques sociales. Prenant le contrepied de la réputation d’un Bourguiba considéré come « laïc », Ben Ali met en scène une imagerie destinée à faire croire qu’il est le garant de la religion musulmane (appel à la prière dans les médias audio-visuels, introduction du dispositif de la ro’ya pour les fêtes musulmanes, il effectue une omra en mars 1988…). Cette opération de communication politique amène à se poser la question de la définition de la politique. Si la politique se réduit à la communication, peut-on traiter ce changement dans la communication politique comme une rupture à part entière ? La presse écrite et la radio qui structurent le régime Bourguiba cèdent la place à l’image (télévision, cinéma puis Internet) qui se développe sous ZABA, sans compter l’arrivée de la téléphonie mobile. Si la communication politique est déterminante, quelle part prend la technologie dans le changement ?

Les mêmes lieux de la politique (l’exécutif, le palais présidentiel, les médias, le parlement comme fiction active et contrôlable) sont réinvestis et les mêmes thèmes (féminisme, modernisation) sont réactivés. Les anciens hommes sont écartés et le système recrute un personnel qui, au fur et à mesure de son remplacement, se concentre autour de la nomenklatura du palais présidentiel.

L’héritage féministe est probablement l’acquis de Bourguiba le mieux exploité par ZABA. Cette continuité de la politique étatique est aiguillée par l’apport des associations féministes. Pendant 23 ans, et malgré un moment d’hésitation (tentation de « compromis » avec les islamistes ?), le féminisme bourguibien est renforcé et alimenté par de nouvelles mesures, souvent suscitées par le féminisme contestataire : l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD) et de l’Association  des Femmes Tunisiennes pour la Recherche et le Développement (AFTURD) sont reconnues en 1989.

-Le légalisme par en haut : Bourguiba a fabriqué des lois sur mesure. ZABA systématise l’usage. Des exemples attestent de cette fabrique légaliste : la loi de 1992 sur les associations à caractère général est destinée à contrecarrer la portée des actions de la LTDH. Les élections (1989, 1994, 1999, 2004, 2009) suscitent des aménagements successifs pour adapter la stratégie de Ben Ali contre la concurrence. La réforme de la loi électorale de 1994 consiste à distribuer un quota de 19 sièges aux partis de l’opposition (6 sont autorisés). Parmi les 8 amendements de la constitution (7 sous Bourguiba), la loi de 1997 formate les candidatures et les modalités de référendum. La loi de 2002 institue le bi-caméralisme en créant une Chambre des Conseillers… Le dispositif légaliste est destiné à donner l’illusion du pluralisme. Les lois ajustent des réaménagements pour faire croire à un présidentialisme contrebalancé par des structures d’équilibre. La propagande à l’étranger est activement entretenue pour construire une vision « irénique » de la vie politique tunisienne.

Ainsi, dès les années 1990 et sur fond de guerre du Golfe, le régime de ZABA s’inscrit dans la continuité du régime bourguibien dont il réinvestit l’essentiel des rouages : le parti-Etat, le juridisme apparent, le système sécuritaire, un personnel navigant « technocratique »… avec des ruptures qui sont de l’ordre de la communication politique (changement de nom du parti, prétendue défense de l’Islam), plutôt que dans la politique (à moins de réduire la politique à cela). A coup de continuités, le système parvient à des réaménagements procéduraux par glissements progressifs, sans ouvrir le jeu politique. Les changements les plus conséquents sont induits par l’ordre hyper-libéral qui impose ses contraintes, notamment économiques, avec un tournant notable vers 2000.

II /Où l’on peut parler plutôt de rupture

-La question des droits de l’homme est une entrée nouvelle, un débat peu présent sous Bourguiba. Le discours et les pratiques des droits de l’homme qui pointent vers 1975 dans les organisations internationales se propagent en Tunisie sous ZABA. Il serait intéressant de repérer les étapes de l’introduction en Tunisie de cette philosophie politique, par exemple en pistant les médias. Chaque époque sécrète un vocabulaire et des pratiques et la Tunisie est poreuse aux courants internationaux ! On peut considérer la LTDH comme une des caisses de résonance donnant le pouls du régime tout au long des 23 ans de ZABA. La LTDH lui dispute en effet son image à l’international.

-Pour le fonctionnement du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD), on peut parler d’accentuation : le parti-Etat règne sur la vie politique, administrative et économique depuis 1956. Davantage que sous Bourguiba, le fonctionnement du RCD se cale sur celui de la bureaucratie étatique, dans les organes centraux et dans les régions. En 2011, 8000 cellules du RCD quadrillent le territoire + 2000 cellules professionnelles ; on estime à 2 millions l’assiette des adhérents de base, soit entre le 1/5 et le ¼ de la population. Même s’il s’agit en grande partie d’adhésion « molle », les chiffres montrent une extension d’un mode de gestion bureaucratisé qui oriente les politiques publiques, induit une ambiance de surveillance et des habitudes de clientélisme, dans les relations interpersonnelles et professionnelles, et jusque dans les mentalités.

Chaque Tunisien/Tunisienne a des histoires à raconter sur son secteur, sa ville ou sa région sur les manoeuvres et les procédures pour enserrer les rouages, composer les assemblées professionnelles, distribuer de façon discrétionnaire les postes, les responsabilités et les fonctions. Ce qui frappe après coup, c’est la dynamique ascendante maintenue tout au long de deux décennies. L’accentuation du pouvoir du RCD sur les programmes de travail de l’Etat au niveau central et régional (on peut parler de déconcentration et non de décentralisation) est d’une efficacité digne d’être passée au crible de l’enquête ethnographique. A titre d’exemple, le programme dit de redistribution sociale (le fonds de « solidarité nationale 26-26 ») créé par ZABA en 1993 et géré par un organisme relevant directement de la Présidence fonctionne pendant 17 ans. Mieux encore, ce mode de financement imaginé et mis en place pour constituer une veine budgétaire supplémentaire à la disposition de la Présidence de la République devient un instrument de gestion fiscale parallèle, doublant les besoins et les nécessités de l’Etat. A côté de cette fiscalité officieuse qui ruinait et invalidait la gestion officielle, on assiste à un renforcement de l’appareil qui l’applique et d’une structuration des pouvoirs locaux à partir de cette « lizma » moderne.

-Autre point d’accentuation : la politique libérale imposée au régime, de l’extérieur. Sous Bourguiba, le langage politique a pu un moment faire croire à des choix « socialistes ». Certes un socialisme d’Etat était projeté. Il n’a pas pu se réaliser sur le terrain pour qu’on puisse juger de son efficacité. On a parlé de « socialisme » à propos d’une option bureaucratique et imposée. Par opposition, le tournant de Hédi Nouira après 1972, s’est nommé « libéral ». On peut parler aussi de tâtonnement et d’errance après les années de construction de l’après-indépendance (1956-1962). Même en posant l’hypothèse que le « libéralisme » de Nouira constitue la première période d’ouverture (j’estime pour ma part que la Tunisie a toujours été ouverte à toutes sortes d’influences), on peut dire que sous ZABA, le caractère ultra libéral de la gestion économique ne pouvait être ni choisi ni évité.

Peut-être alors faut-il parler d’une emprise de plus en plus déclarée des impératifs internationaux et des recettes de « bonne gouvernance » imposés aux pays qui n’ont pas les moyens de peser sur le choix des politiques. Ces contraintes vont aboutir à des transformations, au niveau économique et social, que l’Etat tunisien ne pouvait pas maîtriser.

-Une continuité de taille, la bipolarité constante : l’obsession islamiste qui a occupé les dernières années de Bourguiba est de plus en plus marquée. En 1988, le Mouvement de tendance Islamique (MTI) devient Ennahdha, tout comme le Parti Socialiste Destourien (PSD) devient le Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD).  La concomitance de ces changements d’appellation en dit long sur les liens étroits entre les deux tendances, qui se poursuivent aujourd’hui. Exacerbée, la bipolarité s’exprime dans les tensions qui opposent depuis 2011 les clans « modernistes » et « islamistes » (une distinction à déconstruire). La continuité va aller en se crispant puisque les islamistes sont durement réprimés par le régime de ZABA. De la part des USA et de la Communauté européenne, et à la suite du 11 septembre 2001, les islamistes font l’objet d’un « deal » : les luttes locales contre eux sont soutenues. L’attitude « occidentale » envers eux évolue par la suite. ZABA et sa nomenklatura ne s’en apercevront pas.

Ainsi, entre conditionnement extérieur subi et crispation contre l’islamisme politique – en croissance partout depuis les années 1980-, le régime de ZABA est pris dans une roue qui lui a caché les ruptures en action, celles de l’économie et celles de la société tunisiennes.

III/ Des ruptures inaperçues par un corps administrativo-politique dépassé

La dynamique sociale échappe de plus en plus à l’administration politique. Malgré la réputation de « miracle économique » et de pays obéissant aux injonctions d’ajustement structurel et autres mises en garde des instances financières internationales, l’oligarchie benalienne se replie sur une gestion qui redistribue les bénéfices à des réseaux tournant autour de l’entourage présidentiel. L’inattention à l’ampleur des mutations et des demandes sociales contribue à fragiliser le système.

L’actualité immédiate suggère de revenir à deux organisations anciennement présentes dans le champ politique, l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens (UGTT) et l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA). Chacune d’elles révèle des tensions, des contradictions internes et des compromis avec le pouvoir dont la gestion éclaire -en partie- l’effondrement rapide du régime de décembre 2010/janvier 2011.

-Les relations entre le pouvoir et l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens (UGTT) sous ZABA sont encore plus tendues que sous Bourguiba qui entretenait déjà une relation ambigüe avec l’organisation syndicale (la crise du 26 janvier 1978 est la plus profonde et la plus sanglante). La cooptation de la centrale par le haut du pouvoir se structure à partir du Congrès extraordinaire de Sousse (1989) au cours duquel Ismaïl Sahbani devient Secrétaire général. L’UGTT est liée au pouvoir par le financement : l’Etat reverse les cotisations, finance certaines activités et subventionne la Sécurité Sociale. Les relations UGTT/Etat sont d’autant plus ardues que les revendications par la base sont souvent contrecarrées. Le rythme des négociations s’en ressent et les augmentations sont accordées au gré d’un rapport de force grignoté par le haut. La relation ambigüe pouvoir/ UGTT est loin de constituer un contre-pouvoir.

L’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) a aussi une histoire mêlée au processus de l’indépendance nationale. Suite au « libéralisme » de la période Nouira, l’organisation patronale, principalement constituée par les petites et moyennes entreprises se transforme à la suite des mutations économiques de la période Ben Ali. Les grands patrons deviennent les meneurs et le milieu des affaires, l’entourage et la famille de Ben Ali (Ben Ali, Trabelsi, L’taïef, Chiboub, Mabrouk, Zarrouk…) finissent par piloter l’organisation. Le rôle de Hédi Jilani à la tête de l’UTICA est significatif des interférences d’appareil : élu au comité central du RCD en 1989, puis à la Chambre des Députés, il dirige l’UTICA jusqu’en 2011.

-Les transformations du côté de la société, qui subit les conséquences du libéralisme envahissant, dans tous les registres, individuels et collectifs, sont d’une autre ampleur. Alors que les besoins et les attentes des Tunisiens changent, les moyens et les politiques ne suivent pas. Derrière la prospérité capitaliste d’une minorité (le capital off shore augmente), individus, cellule familiale et corps professionnels développent des situations nouvelles, inaperçues par les gestionnaires du système, préoccupés de durer, dans l’ordre et par la surveillance et la répression. Les mutations se complexifient dans les années 1990 où la vague ultra-libérale s’accélère dans le monde. Les inégalités entre les régions s’accentuent, les disparités sociales se creusent et la fracture générationnelle s’approfondit. Les comportements et la qualité des relations sociales s’en ressentent. La spirale d’enrichissement de la bourgeoisie ne redistribue pas suffisamment vers le reste de la population. Les problèmes économiques et sociaux se manifestent dans les mobilisations répétées, les événements du bassin minier en 2008 en sont un des points culminants, même s’ils sont étouffés. Le chômage grandissant, notamment des diplômés, devient une plaie ouverte qui touche l’ensemble du corps social.

En guise de conclusion

Les transformations de la société et les difficultés économiques vont avoir raison du régime en 2011, pris de vitesse par un crescendo émeutier et un processus de transmission de l’information incontrôlé. Une crise de plus qui va être fatale au système politique dont j’ai esquissé quelques traits. Il faudrait éclairer ses points aveugles : le Ministère de l’Intérieur (une boîte noire de 70.000 fonctionnaires environ), le Ministère de la Défense (un ministère discret à la « gouvernance » contrôlée), la Banque Centrale (le cordon ombilical financier, historique depuis l’indépendance), les ministères de l’Economie et des Finances (qui traduisent les impératifs mondiaux dans la réalité locale), le système judiciaire (qui règle les conflits des possédants), l’appareil diplomatique (la vitrine externe du régime)…Il y aurait une quantité d’études à faire pour comprendre les fonctionnements de ces organes (les corps constitués de l’Etat dans une temporalité comparée et avec une sociologie historique des acteurs) et reconstituer les logiques du système politique de ZABA.

Ce survol schématique montre que des études restent à faire pour mieux appréhender la machine à gouverner, les hommes qui l’ont portée et les méthodes appliquées. Pour cela, rassembler et ouvrir à l’exploitation les archives, au moins publiques, serait un premier pas…

Hammam-Lif, le 10 janvier 2016

Conférence prononcée au Club Bochra El Khayr, Tunis, 18 décembre 2015.
Publiée par Le Quotidien d’Oran, 11 janvier 2016, page 20.

Rude semaine dans la transition

Après trois jours d’un couvre-feu (limité à huit gouvernorats et mal respecté dit-on), le pays se « calme » alors qu’on déplore un mort (à Sousse, avec deux balles dans la tête !), des ravages et des menaces contre les agriculteurs, les restaurateurs et marchands d’alcool, les artistes. Le sentiment d’insécurité, exprimé depuis des mois, a rencontré des événements qui lui ont donné raison. Flottant sur une réalité et une légitimité fragiles, notre gouvernement ne semble pas mesurer la dégradation de la confiance qui s’ajoute à un état général déjà très difficile. Le pays est mis, une fois de plus, à rude épreuve, face à l’autisme désordonné d’une direction éclatée, dont la seule cohérence est de nier la gravité des faits. Les discours électoralistes entretiennent la division dans les têtes et les cœurs, dispensant nos responsables de vaquer au travail ingrat, obscur et provisoire de gérer les affaires. Attitude incontrôlée et mécanique héritée de nos mœurs politiques. L’autorité actuelle n’émet de signaux rassurants que pour elle-même ; aucun désir de démocratie, de culture démocratique tout court ne transparaît de son action. L’appareil pléthorique en hommes et sans boussole actionne un hégémonisme primaire, étend ses nominations et érige des querelles idéologiques en moyens d’exploiter la fracture sociale, voire de l’accentuer.

Diviser la société

Le corps social se défend comme il peut : les actes de désobéissance, plus ou moins déclarés et visibles, sapent la crédibilité de l’Etat. Flou et manque de cohérence ne peuvent qu’encourager des crescendo progressifs, dont la semaine qui vient de s’achever, avec un couvre-feu le mardi 12 juin, proclamé 8 mois après les élections. Malgré ce coup sévère porté à la légitimité électorale, le gouvernement renvoie dos à dos les « extrémismes », sans réaliser que les violences non sanctionnées pendant des semaines, ont causé l’escalade. La panique de la société laisse les gouvernants indifférents, braqués sur les mêmes réflexes de justification et d’accusation des autres. Nos politiciens, usés par la dictature et le manque d’expérience souffrent d’un mal qui déborde sur l’opinion : la haine. Les militants des années 1970/1980 aujourd’hui en scène, ont emporté cette haine dans leurs exils et leurs emprisonnements ; elle a nourri leurs soliloques, elle rejaillit aujourd’hui, comme une revanche de vaincus, incapables de la dépasser. La haine de Ben Ali ne les unit plus, ils sont en train la convertir en politique et de la retourner contre la société.

Continuer la lecture