Archives par étiquette : Enseignement supérieur

Science en situation, Réflexions autour de la recherche tunisienne

L’impératif de freiner et de contrôler la contamination d’un virus mondial est sans autre solution, pour l’instant, que d’obliger chacun à rester chez soi. Chercheure en quarantaine, j’ai eu le temps de réfléchir à ma profession qui a le privilège, en plus de faciliter l’accès aux idées et la circulation entre les frontières, de bénéficier du numérique comme de la communication à distance. Mon immobilité et la connectivité à grande vitesse m’ont permis de prêter attention aux enjeux et aux moyens de la science en train de se faire (ou pas), en ce temps où la recherche est sollicitée, attendue et plus visible dans l’espace public tunisien.

Au cours de ces semaines de confinement, textes, interventions, déclarations, interviews de scientifiques de tous bords se sont multipliés, mettant en évidence différents aspects de la morphologie géo-politique de la recherche. Entrer dans le fonctionnement de ce monde dans une situation exceptionnelle et commune permet de décortiquer le métier de chercheur.

Le dur et le mou

Ces semaines de combat contre le coronavirus ont donné la parole à des chercheur-e-s de disciplines pouvant traiter de la médecine et de la santé, dans le passé et le présent. Les historiens sont sollicités pour retourner sur l’histoire des épidémies et on s’aperçoit qu’en Tunisie, articles et entretiens révèlent un domaine peu labouré – malgré l’existence de quelques thèses et articles –, et renseignent essentiellement sur la période contemporaine. L’histoire de l’épidémiologie tunisienne est représentée par les figures de Charles Nicolle et Ernest Conseil qui ont fait avancer en leur temps l’infrastructure locale et la recherche internationale. Malgré les retombées historiques de cette connexion, on vit en Tunisie, plus qu’ailleurs, la dichotomie entre les sciences dites « dures », « exactes » et celles qui, attribuées à l’homme et la société (comme si les autres ne l’étaient pas) sont accompagnées des épithètes « molles » ou « douces ». L’actualité sanitaire donne l’occasion de voir à quel point le champ médical est étendu et qu’il agrège aux savoirs généralistes des domaines pointus et étroitement reliés aux contextes.

L’information journalière nous initie à distinguer les spécialités et les institutions mobilisées pour comprendre, diagnostiquer, traiter et prévoir. On apprend que l’Institut Pasteur est concentré sur les vaccins et la sérologie, tandis que les laboratoires des hôpitaux Charles Nicolle ou de l’hôpital militaire analysent la nature du virus. Les médias, plus à l’aise dans les commentaires économiques découlant de la crise liée au coronavirus, vulgarisent la carte sanitaire qui devient aussi quotidienne que la carte météorologique. La digitalisation, enfin possible du système de soins, ajoute aux retombées pédagogiques et citoyennes de la pandémie. Chiffres et statistiques communiqués au grand public gardent toutefois une certaine opacité. Le sociologue Mohamed Ali Ben Zina commente régulièrement sur Facebook les courbes et pourcentages du ministère de la Santé. Ces leçons de méthode appliquée éclairent au jour le jour la lecture des chiffres, montrant l’utilité de relier les enseignements dans nos cursus universitaires encore trop cloisonnés.

La perception de la science reste dichotomique et le sentiment de la menace dévoile, de façon sensible, le besoin vital de faire converger les savoirs et de croiser les compétences pour tirer le meilleur profit des avancées scientifiques.

Pouvoir médical et frontières

D’autres observations amènent à saisir les représentations hiérarchiques qui révèlent, dans le contexte tunisien, la nature des barrières mentales traduisant les cadres politiques et matériels du métier de chercheur. Même si on est averti sur les conditions d’exercice et les logiques internes de ce monde professionnel, l’expérience de confinement met en évidence, une fois de plus, les différences entre les hommes et les femmes. Marta Luceño Moreno a développé, à partir de son vécu, une réflexion sensible sur la condition de chercheure (‘L’autre épidémie, les inégalités de degenre, pp. 69-73). Les témoignages des médecins tunisiens expatriés font ressentir la disparité des salaires et les déséquilibres entre recrutements nationaux et internationaux. Ils interpellent sur les effets des migrations des compétences comme sur l’attractivité des emplois d’expertise, résultant des choix des financements. L’assignation à résidence généralisée redonne des couleurs locales à une profession mondialisée qui sécrète aussi des inégalités.

Un déclic rappelle une autre disparité : dans la vague de mortalité ascendante et la polémique sur l’hydroxy-chloroquine, la distinction entre les médecins praticiens, mis en demeure de guérir chaque patient, et les médecins chercheurs qui, sans oublier la finalité de soigner, ont la latitude d’exercer des raisonnements plus froids, apparaît avec netteté.

Au-delà des considérations éthiques, le critère de « puissance » souvent accolé aux capacités de recherche scientifique n’est pas obligatoirement pertinent dans l’urgence, ni efficient face au danger immédiat. Dans le cas tunisien, l’autorité de l’OMS dévoile ses paradoxes et le grand public saisit, avec les directives tâtonnantes face au virus, l’importance du temps dans les protocoles de recherche et la maîtrise des connaissances.

Dans la lutte contre l’épidémie, la directrice générale de l’observatoire national des maladies nouvelles et émergentes (ONMNE), les équipes de l’Institut Pasteur et de l’hôpital Abderrahmane Mami sont des figures de proue qui relèguent les politiciens au second plan. Alors que le secteur privé prospère depuis 2008 à travers la Fondation Nationale de la Caisse Assurance Maladie (CNAM), le secteur public est perçu comme la locomotive contre le Sars-CoV-2 et l’entité capable de combattre les disparités régionales et sociales devant la maladie.

Cela laisse espérer que le « pouvoir médical » tunisien puisse s’emparer de l’opportunité de rectifier la ventilation des dépenses publiques et le laxisme observé par l’État face à l’hémorragie des diplômés de la faculté de médecine qui émigrent en masse par manque de recrutements et faute d’investissements matériels et humains pour la santé.

Troubles dans les repères

La position – même privilégiée – de chercheur s’inscrit dans une « géographie physique et mentale de la science ». Celle-ci est comme suspendue dans l’épisode pandémique. La configuration plus ou moins consciente qui régit nos manières de faire intériorisées dans les échanges d’idées, les citations et/ou des lectures plus ou moins partagées est brouillée par l’urgence du moment. Les priorités sont bouleversées et déplacées. L’information scientifique circule, certes, entre les spécialistes de la santé (la recherche « ouverte » stimule les échanges et les initiatives) mais dans l’état actuel, il s’agit de transposer les analyses macroscopiques de l’épidémie en mesures et instructions. La lutte contre la contamination mortelle oblige chaque écosystème local à relier la production des connaissances aux applications utiles sur place. Comme en temps de guerre, les sciences et les techniques sont mobilisées pour traduire les connaissances en directives et avertissements pragmatiques.

Les bilans et courbes rapprochent tour à tour la Tunisie de Taïwan, du Vietnam, de la Thaïlande, de la Mauritanie, de la Jordanie ou du Liban. La crise mondiale montre que nos besoins immédiats comme nos ressources nous rapprochent d’autres contextes que ceux auxquels nous avons l’habitude de nous référer. Les chiffres en provenance de France, d’Italie ou des États-Unis, que les médias reprennent à l’envi, sont plus anxiogènes qu’éclairants. Alors que les analyses des économistes qui se font ré-entendre reprennent les mêmes modèles, le voisinage des pays du Maghreb se révèle plus approprié pour les comparaisons et les cas de pays asiatiques ou africains, plus adaptés pour calibrer les réactions et les mesures.

L’actualité contraint à reconsidérer les critères de proximité, à jauger nos besoins essentiels pour mieux exploiter les ressources disponibles et construire des données. Ce qui ramène aux manières de travailler dans la recherche en sciences humaines et sociales. Ces semaines nous ont confinés dans le temps du traitement de l’urgence et du témoignage. Alors qu’un cinéaste a entamé le tournage d’un film, que des sketchs et sit-coms se sont emparés de thèmes autour de l’épidémie, je me demande comment nos façons de faire de la recherche vont s’inspirer de cette expérience imposée à tou-te-s. L’observation critique peut-elle trouver des opportunités dans la crise du Covid-19 pour des questions pertinentes ouvrant sur des données ou des outils nouveaux ? Les chercheurs confinés parviendront-ils à renforcer les capacités scientifiques à mieux traiter les questions d’environnement, d’inégalités ou d’éthique que la pandémie aura révélées, simultanément et partout ?

Chaque terrain et chaque moment sont porteurs d’un potentiel de connaissances. L’expérience inédite et commune de la pandémie donnera-t-elle à la science la capacité d’être utile et partagée par le plus grand nombre ? La crise du Covid-19 changera-t-elle le regard des chercheur-e-s et/ou leurs manières de circuler, entre les terrains, les méthodes et les références ? En plus de la mise au point du vaccin, il faut espérer que la recherche soit apte à activer les prédispositions de la science – qui a aussi ses vulnérabilités – à évoluer dans son propre fonctionnement.

Le 18 mai 2020

Texte publié dans Vivre au temps du Covid-19, Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie, Tunis, IRMC/Nirvana, 2020, pp. 95-100.

Aux origines de l’enseignement supérieur tunisien

L’histoire de l’université tunisienne ne commence pas avec l’université nationale. Celle-ci est le fruit d’une volonté politique et d’un texte de loi qui ont donné une impulsion fondamentale au tissu actuel. Cependant, le décret du 31 mars 1960 qui suit la réforme générale de l’enseignement (représentée par les deux décrets du 29 mars 1956 et 1er octobre 1958) portant l’organisation de l’Université de Tunis (Faculté des Sciences Mathématiques, physiques et Naturelles, Faculté des Lettres et Sciences humaines, Faculté de droit, de sciences politiques et économiques, Faculté de médecine et de pharmacie, École Normale Supérieure à laquelle est rattachée le Centre National d’Études et de Formation Pédagogiques et une Cité universitaire)  n’arrive pas sur un désert institutionnel. C’est de cet existant qu’il sera question dans le présent papier qui s’efforcera de faire un tableau de l’archipel d’institutions que la réforme de l’indépendance reprend en main pour fonder une université nationale. Car, dans l’esprit du décret de mars 1960, et dans le sillage de la réforme de 1958, il s’agit de tunisifier le dernier étage de l’édifice éducatif après avoir construit la réforme des cycles primaire et secondaire. Cette nationalisation passe par l’unification du diplôme d’entrée autour du baccalauréat, un diplôme dont l’importance sociale et politique transparaît autour des années 1950. Cette mesure-pivot accompagne l’aspiration du pôle ZaytounaKhaldouniyya et la création d’une université fédérant facultés et instituts.

Un archipel colonial bi-polaire

Pendant la période coloniale en Tunisie, il n’y a pas l’équivalent de l’Université d’Alger créée en 1909, haut lieu de la science française, du reste très peu ouvert aux Algériens. Le tableau de ce qui peut s’apparenter à un enseignement supérieur dans la Tunisie coloniale est éclaté, composé d’une gamme d’établissements qu’on peut ranger dans un schéma bipolaire. Il y a d’un côté le système zaytounien essayant depuis 1875 d’accéder à un enseignement plus ouvert, plus poussé et qui, au cours de la période coloniale, enregistre plusieurs tentatives pour assurer la validité de ses diplômes (mounadhara en 1892 et tatwi’ en 1898 pour le cycle moyen) et pour aller vers un enseignement plus « scientifique» : le tahçil al ‘ûlûm, conçu comme équivalent du baccalauréat en 1933 est un exemple.

Continuer la lecture