Archives par étiquette : Destour

De Thâalbi à Bourguiba

Thaâlbi, Bourguiba et Sfar en 1937

Thaâlbi, Bourguiba et Sfar en 1937

Parmi les phénomènes observés au cours de cette transition, le retour de l’image et de la mémoire de Bourguiba est un des plus frappants. J’ai pointé cette tendance dans un article paru sur La Presse de Tunisie du 12 avril 2011 : « Le retour de Bourguiba : Réveil du politique ou effet de mémoire ? ». Deux ans après, ce culte enfle sur la scène médiatique et politique tunisienne, mêlant effets de mémoire et enjeux politiciens.

Ben Ali a fait des funérailles de Bourguiba (mort le 6 avril 20o0) une corvée protocolaire, aux dimensions des seules caméras autorisées à reproduire des obsèques officielles, compassées et expéditives. Des millions de Tunisiens même accommodés du règne de Ben Ali n’ont pas digéré qu’on les empêche de donner libre cours à un deuil qui aurait pu être une première communion, après le coup d’état de novembre 1987, vécu passivement.

Treize ans après, cette manœuvre et la déception qu’elle a causée continuent à « façonner» la présence de Bourguiba dans le discours politique et médiatique. Et si les funérailles de Chokri Belaïd (assassiné le 6 février 2013) ont donné lieu à une grande émotion, l’atmosphère chargée a capté cette disparition comme un combustible de plus dans la flamme mémorielle. A un moment où le pays peine à trouver une direction, la confusion des sentiments  règne sur les esprits. L’élimination de cet opposant à Bourguiba et le deuil qu’il a suscité attisent les antagonismes sur fond de querelles de leadership.

L’article ci-dessous remonte à un moment de l’histoire de la Tunisie contemporaine, où la genèse du nationalisme a été le cadre d’un apprentissage de la politique. La bataille de leadership entre Thaâlbi et Bourguiba s’inscrit dans ce contexte.

Le texte a été publié il y a un an dans le mensuel Maghreb Magazine n°7 d’avril 2012 qui a consacré un dossier à Bourguiba. Continuer la lecture