Archives par étiquette : décolonisation

Juin. Le maréchal africain, Un portrait

Guillaume Denglos, Juin. Le maréchal africain, Paris, Belin/Ministère des armées, 2018, 462p.

 Voici une biographie d’un personnage honni de l’histoire coloniale. Officier de l’armée française en Afrique du Nord, Alphonse Juin (1888-1967) est une recrue exemplaire (major de promotion à Saint Cyr en 1912, il devance Charles De Gaulle) et quelques victoires militaires sont attachées à son nom (la campagne de Tunisie, 1943 ; la victoire du Garigliano, 1944…). La mémoire de ce dernier maréchal d’Empire traîne cependant des actes lourds de conséquences sur l’histoire des pays colonisés puisqu’il est notamment le représentant officiel de la France pour deux dépositions de monarques : celles de Moncef Bey en Tunisie (13 mai 1943) et de Mohamed V au Maroc (20 août 1953). Charles-André Julien, Charles de Gaulle, François Mauriac ont laissé des portraits peu flatteurs d’un officier méritant mais qui n’a pas su comprendre le cours de l’histoire. Sa correspondance avec le général Salan de l’OAS achève de le disqualifier tandis que l’histoire marocaine est peu amène avec cet adversaire de la décolonisation qui a malmené une personnalité glorieuse. Après deux biographies (1968, 1988) de facture plutôt hagiographique et un volume de Mémoires publié en 1960, l’image du Maréchal Juin reste négative, desservie par ses sympathies vichyssoises, sa défense d’une colonisation têtue d’une Afrique du Nord secouée par des marques de rejet et par sa radicalisation contre l’indépendance de l’Algérie.

Un soldat français des colonies

Le travail de Guillaume Denglos revient à travers la vie d’Alphonse Juin sur l’histoire coloniale franco-marocaine dont les prolongements tunisien et algérien apportent des clés de compréhension supplémentaires. L’ouvrage issu d’une thèse soutenue en 2014 à l’Université de Paris I sous la direction de Pierre Vermeren[1], s’appuie sur une série d’archives dispersées en France (Archives nationales ; archives diplomatiques de la Courneuve, ouvertes en 2009 ; Centre des Archives Diplomatiques de Nantes ; Archives su Service Historique de l’Armée de Vincennes ; Institut National de l’audiovisuel), au Maroc (archives du Maroc de Rabat, fondations Allal El Fassi, Abderrahim Bouabid…) et  en Espagne (archives générales de l’administration d’Alcala de Hénarès).

 Grâce à l’apport de fonds inédits (ex : les papiers de Léon Marchal, ancien délégué à la Résidence Générale de France à Rabat, décrits page 441), des entretiens oraux et une lecture alerte de souvenirs et mémoires (les officiers supérieurs écrivent beaucoup après la retraite), cette biographie croise des documents jusque là peu connus (des séries non exploitées ou récemment classées, les fonds privés de Georges Bidault, Vincent Auriol, Hubert Lyautey, Christian Fouchet…) pour faire la part de l’homme, du soldat et de l’administrateur politique dans le monde colonial maghrébin, au cours de la première moitié du XXème siècle. Les douze chapitres dessinent un portrait nuancé d’un personnage, ni héros ni salaud, sans en gommer la riche carrière militaire, le patriotisme ni les contradictions, à la confluence des réseaux politico-militaires qui se tissent entre la France, le Maghreb et les Etats-Unis, à la faveur des deux guerres mondiales.

L’auteur commence par revenir sur l’enfance algérienne, dans un quartier populaire constantinois, d’un fils de gendarme qui gravit les marches de la méritocratie républicaine en passant par le service de l’armée (chapitre 1). Après son succès à Saint Cyr, Alphonse Juin intègre le régiment de tirailleurs de Blida puis découvre le Maroc avec les débuts militaires du protectorat français (chapitre 2). La Grande Guerre lui offre l’occasion de se distinguer : blessé à deux reprises et quatre fois décoré, il refuse d’être l’aide de camp de Lyautey, qui l’a remarqué, pour la passion de conduire le 1er régiment de tirailleurs marocains (chapitre 3). Après le métier de soldat, il apprend celui d’administrateur en effectuant un stage auprès de Lucien Saint (1867-1938) en Tunisie, au moment de la crise d’avril 1922 qui oppose le Bey Mohamed Naceur à la Résidence Générale de France (chapitre 4). Après sa participation en 1925/1926 à l’offensive française contre la rébellion rifaine dirigée par Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi (1882-1963) depuis 1921, il se rallie à Lyautey, pourtant démis par Charles Pétain qui a mené les opérations[2].

Le mariage de Juin avec la fille d’un riche propriétaire de Constantine, Cécile Bonnefoy, en décembre 1928 le propulse socialement, dans des milieux de la droite conservatrice (chapitre 5). Il fait l’apprentissage de la vie politico-militaire française en colonie. Sa proximité de Juin avec Lyautey (avec qui il échange une correspondance suivie de 1928 à 1933, sans partager sa vision), tout comme son passage au cabinet militaire de Lucien Saint (1929-1933) forgent sa conception coloniale et renforcent son image d’homme à poigne (chapitre 6).

La deuxième guerre mondiale va révéler le patriotisme anti-allemand de ce « soldat africain » en même temps que ses penchants pétainistes (chapitres 7 & 8), avant un ralliement tardif à de Gaulle en 1943. Ces épisodes seront au centre des interprétations concurrentes et des querelles mémorielles qui surviendront dans les années 1950 et qui s’aiguiseront avec le mouvement de décolonisation.

Le chapitre 10 (pp.137-151) raconte, sans entrer dans la complexité de la crise, la campagne de Tunisie et la déposition de Moncef Bey qui sera prononcée par Juin. Une nouvelle fois, celui-ci se distingue par son efficacité de chef militaire qui connaît son apogée avec la victoire menée à la tête du Corps expéditionnaire français (CEF) en Italie (chapitre 11). La fin de la guerre le consolide dans une réputation de fermeté qui lui vaut d’être préféré au général Leclerc pour devenir Résident Général de France au Maroc. Cinq militaires obtiennent ce poste au cours des 44 ans du protectorat. A l’instar de son mentor Lyautey (1854-1934)[3] et succédant à Charles Noguès (1876-1971)[4], Juin occupe la fonction entre mai 1947 et septembre 1951[5] sans bénéficier de l’aura du premier ni du relatif oubli du second par les Marocains. Un bras de fer s’engage dès le début entre le sultan Mohamed Ben Youssef et Juin dont l’objectif est officiellement de transformer le protectorat en Etat associé au sein de l’Union française afin de pérenniser le lien de sujétion du Maroc envers la France. Les plans de « réforme » qu’il propose pour le pays l’auraient amené vers une situation de co-souveraineté, d’où le refus par le sultan.

Juin et le Maghreb

Les 7 chapitres suivants (pp. 203-338) forment le cœur du travail de Guillaume Denglos, axé autour de la période où Alphonse Juin règne en proconsul sur le Maroc. Il jette sur l’histoire du protectorat marocain des éclairages divers qui permettant de comprendre les relations complexes entre la France et les élites, les soldats et les populations sur le territoire marocain. Ces acteurs impliqués dans l’expérience coloniale ne peuvent pas être réduits à la vision métropolitaine qui commence à flotter sérieusement face à la tournure des événements dans l’ensemble du monde colonial, au Maghreb, en Afrique comme en Asie.

Fait maréchal en 1952 et nommé à l’Académie française en 1953, Juin coopère avec Mendès France pour mettre en place un accord avec la Tunisie. La chute de Dien Bien Phu en 1954 confirme le choix de Juin de se concentrer sur l’Afrique du Nord en soutenant l’idée que l’Algérie, aussi française que l’Alsace et la Lorraine constituait, dans le contexte de guerre froide, un élément clé de l’Alliance atlantique en protégeant le flanc sud de l’Europe.

Le départ du sultan Ben Arafa et le retour de celui que les Marocains vont adouber en tant que Mohammed V signent la « défaite » politique de cet officier légaliste, dépassé par la  vague d’émancipation qui traverse le monde et en particulier le Maghreb en feu (titre de son ouvrage écrit en 1957). Après avoir été « l’enfant terrible de la 4ème République » (chapitre 20), le commandant à l’OTAN se voit progressivement marginalisé dans l’élaboration du jeu politico-militaire français (chapitre 21). Maintenant son objectif d’ordre dans un contexte politique qui a changé de nature -l’indépendance émerge dans l’horizon d’attente des nationalistes maghrébins-, il s’oppose à la politique algérienne de Charles de Gaulle. Quand l’indépendance de ce pays qui a façonné sa vie advient, le maréchal juin est à la retraite depuis le 6 avril 1962…

Cette série d’éclairages sur la personnalité et la carrière d’Alphonse Juin dépasse l’histoire d’un individu, fût-il un acteur important de l’organisation militaire et politique française. Les péripéties qu’il traverse dévoilent les dessous des projections, des tractations, des manipulations et des erreurs qui jalonnent l’histoire de la colonisation du Maroc et permettent de suivre les processus qui finissent par déboucher sur son indépendance. Sortant du seul point de vue métropolitain. Guillaume Denglos reconstitue le contexte général de la colonisation puis de la décolonisation en décortiquant les crises et en dessinant les étapes de la perte d’influence de la France. Tout en montrant l’apparition des dissensions internes dans la classe politique française, il contribue à relier les différentes histoires « nationales » concernées, celles de France, d’Algérie, du Maroc, de la Tunisie et de l’Espagne (à propos de la guerre du Rif). Ce faisant, il ouvre une série de chantiers pour les chercheurs désirant sortir des limites d’une histoire politique « classique » qui considère, entre autres, les appareils militaires comme des structures parallèles et/ou opaques. Le corpus documentaire mobilisé dans l’ouvrage permet de comprendre le rôle des armées et des militaires dans les politiques impériales et montre les possibilités d’étudier l’empreinte de l’organisation et de la culture militaire françaises sur les armées maghrébines de l’après-indépendance.

Ce sont là quelques-unes des pistes d’un ouvrage fouillé, agréable à lire et qui traite avec sagacité le conflit mémoire/histoire qui habite aujourd’hui l’histoire contemporaine.  

12 avril 2019

Paru dans la revue IBLA n° 223, 2019-1, pp. 102-106.


[1] Guillaume Denglos, Juin l’Africain : le Maréchal d’Empire (1887-1967), Paris I, Panthéon-Sorbonne, trois volumes de 1179 pages : deux de texte (608 pages) + un d’annexes (574 pages).

[2] Film Abdelkrim et la guerre du Rif, 2010, par Daniel Cling publié sur la chaîne Arte

[3] Daniel Rivet, Lyautey et l’institution du  Protectorat français au Maroc 1912-1925, Paris, L’Harmattan, 1988, 3 tomes.

[4] Noguès sera résident de 1939 à 1943. William A. Hoisington Jr, L’héritage de Lyautey : Noguès et la politique française du Maroc, 1936-1943, Paris, L’Harmattan, 1995.

[5] Le général de Gaulle quitte le pouvoir en janvier 1946

Lien

Ce billet est une présentation de l’article « Sur les traces de Frantz Fanon à Tunis« , paru dans la revue mensuelle Algérie Littérature / Action (n° 163-164, septembre-octobre 2012)

Frantz Fanon

Frantz Fanon, by Pacha J. Willka, licence cc-by-sa 3.0

En ces temps où la violence s’exprime de plus en plus fort en Tunisie, beaucoup d’auteurs et d’écrits sont à lire et/ou à relire. La résonance de ceux de Frantz Fanon est double : parce qu’il a vécu à Tunis et parce que la situation coloniale a nourri  son œuvre propagée à travers les lectures américaines sur fond des mouvements Black Power dans les années 1960.

Expulsé d’Algérie en 1956, Frantz Fanon (1925-1961) se réfugie en Tunisie où le Front de Libération Nationale a ses quartiers officiels. Il y vit près de cinq ans, exerce en tant que médecin dans les hôpitaux Er-Razi puis Charles Nicolle, crée le centre de neuro -psychiatrie de jour, enseigne la psychopathologie sociale à l’Institut de sociologie, travaille à la rédaction de la partie française du journal Al Moujahid, participe à former les cadres du FLN. C’est à Tunis qu’il endosse le rôle d’agent de liaison du Gouvernement Provisoire de la République Algérienne (officiellement né en 1958) et sculpte le panafricanisme qui va accompagner le mouvement de libération nationale. A Tunis, il dicte son dernier ouvrage Les damnés de la terre, traduit en arabe à Beyrouth en 1966.

Quand il meurt des suites d’une leucémie à l’hôpital de Bethesda (Baltimore, Maryland, USA), il est porteur d’un passeport tunisien, sous le nom d’Omar Frantz Fanon. La pièce est aujourd’hui déposée dans les archives de l’Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine (IMEC) à l’Abbaye d’Ardenne.

Continuer la lecture