Archives par étiquette : commémoration

Commémoration et symboles nationaux entre griffes de la politique et riposte citoyenne

Drapeau tunisien

Drapeau tunisien

Dans le maëlstrom politiquement surchauffé de cette « transition », des mémoires sont maltraitées, subissent des violences. Je dis bien des « mémoires » dans leurs multiples facettes et non «l’histoire » car celle-ci est en train de s’écrire. A chaque type de mémoire, une forme d’agression. Les attaques contre les mausolées et marabouts (plus d’une centaine en quelques semaines) ciblent la mémoire religieuse à travers le culte des saints. Sur un autre plan, le fait de minorer les fêtes officielles est vécu comme une atteinte symbolique à la mémoire nationale. Dans les deux cas de figure, les Tunisiens ne sont pas passifs. Ils réagissent et réclament aux autorités de respecter et de faire respecter ces mémoires. L’objectif de ce papier est de s’arrêter sur un indice de changement dans le rapport entre gouvernants et gouvernés, à travers le langage de la commémoration et des symboles nationaux.

Célébration officielle et cycle mémoriel

Les dernières célébrations officielles du 20 mars (date de signature du protocole de l’indépendance en 1956 ), du 9 avril ( date de manifestations réclamant un Parlement tunisien en 1938 devenue fête des martyrs ) ou du 25 juillet (proclamation de la République en 1957) ont suscité des réactions protestant contre la froideur des commémorations. Cela peut étonner a priori sachant que la mémoire nationale est nourrie, entre autres, par l’histoire officielle des décades précédentes. Or, si le culte mémoriel entretenu par Bourguiba et par Ben Ali a marginalisé les mémoires d’autres participants à l’histoire contemporaine, il ne les a pas fait disparaître. Depuis le 14 janvier 2011, des voix étouffées sont remontées à la surface nourrissant une nouvelle vague de déclarations de militants, de témoignages de familles, de réclamations de droits. Des émissions à la télévision et à la radio autour d’événements-clés (ex : assassinat de Ferhat Hached, conflit Bourguiba/Ben Youssef, complot de 1962 …) rappellent les évictions et permettent de rétablir une partie des faits oubliés. Dans le domaine de l’écrit, des articles ont paru dans la presse (dont certains signés par des historiens en titre) et quelques ouvrages (surtout des mémoires politiques) ont apporté des éclairages, en attendant que ces salves de révélations évoluent vers l’étude approfondie, soient recoupées avec d’autres données historiques. Il faut beaucoup de temps et un travail de corrélations croisées pour que les informations entrent dans les livres d’histoire puis se répercutent dans les manuels, afin de faire parvenir aux jeunes générations une version plus affinée de l’histoire récente du pays. Continuer la lecture