Archives par étiquette : Chokri Belaïd

Une journée mémorable

Wassim Ghozlani

Ce vendredi 8 février 2013, la Tunisie a vécu une journée mémorable. Je l’ai suivie à la télévision et à travers la radio.  Quatre chaînes (Nessma Tv, les deux chaînes nationales et en partie At-Tounissiyya) ont transmis en direct les images des obsèques nationales de Chokri Belaïd, secrétaire général du parti Ejjeb’ha ach’abiyya (Front populaire), assassiné en sortant de chez lui, le 6 février. Heureusement que nous avons ces reportages « faits maison » avec du son en direct car j’apprends qu’Al Jazeera a collé des images de l’enterrement avec un rassemblement pro–Ennahdha devant l’ANC et une bande son avec des slogans … contre le RCD !!! C’est la première fois que je réalise l’ampleur de la manipulation et du culot de cette chaîne, plusieurs fois dénoncée depuis le 14 janvier 2011 et aujourd’hui objet de méfiance, à cause de ces pratiques.

Voici mes impressions personnelles en cette fin de journée exceptionnelle.
Des hommes et des femmes sont venus de partout depuis le matin. En ce jour de grève générale, un million quatre cent mille personnes selon le Ministère de l’Intérieur ont accompagné le cortège des funérailles. Des jeunes, des vieux et des enfants, des fleurs et des drapeaux, des pleurs et des youyous, des slogans anti gouvernement (en nommant Ennahdha et Ghannouchi) et des versets du Coran, l’hymne national et le chant de l’Internationale en arabe, des phrases signées Chokri Belaïd et des photos de lui, souriant. Son cercueil recouvert des drapeaux national et syndical, de sa toge d’avocat, de branches de palmier et de fleurs quitte la maison paternelle vers dix heures du matin. Le cortège fait une halte par la Maison de la Culture de Jbel Jloud, la banlieue déshéritée où est né Chokri Belaïd. On assiste à une courte cérémonie solennelle où le gouvernement dont la présence n’a pas été souhaitée par la famille est remplacé par de nombreuses personnalités syndicales, politiques et culturelles. Basma Khalfaoui, l’épouse de Chokri Belaïd appelle au calme et à la discipline au micro ; elle est drapée des couleurs nationales puis elle arborera sa robe d’avocate. Dehors, le dessin de la moustache et du grain de beauté du défunt sont tagués sur le mur par un dessinateur des Zwawla. Le cercueil ressort, il est posé dans un véhicule militaire où prennent place sa fille Nayrouz, son épouse, sa soeur  et Maya J’ribi, secrétaire générale du parti Al Joumhouri à côté des soldats. Continuer la lecture