Archives de catégorie : Tunisie

Le français dans un Maghreb plurilingue

 

Quel rapport entretenez-vous, vous-même, en tant qu’historienne et intellectuelle tunisienne, avec la langue française ?

Je suis née en 1952, 4 ans avant l’indépendance et lorsque je suis entrée à l’école, elle était encore sous fonctionnement colonial. J’ai donc un rapport d’apprentissage avec le français depuis le début de ma scolarisation. Mais l’arabe est aussi présent dans ma formation puisque je suis allée à l’école coranique, que c’était la langue familiale, etc.

Je suis historienne et aujourd’hui, ma langue de travail pour la recherche et l’écriture, est le français, avec qui j’ai, disons, un rapport privilégié. Pour l’enseignement, l’oralité, les conférences, etc. je travaille aussi en arabe et en anglais.

Mon rapport au français n’est donc pas exclusif, il est d’abord intimement mêlé à l’arabe ; l’anglais s’est ajouté par la suite  et j’ai recours à ces deux autres langues aussi  pour lire et parler. Je ne suis pas un cas isolé mais je ne suis pas non plus représentative du rapport à la langue française au Maghreb. Le mien s’explique parce que j’appartiens à ma génération et parce que je suis une femme[1].

Générationnellement, on comprend mais en quoi le fait d’être une femme entre-t-il en jeu ?

En schématisant, on peut dire qu’au Maghreb, les filles parlent mieux et plus couramment le français que les garçons. Pourquoi ? Simplement parce que si l’usage du français, pour ma génération, est le fruit de l’enseignement, pour les plus jeunes, il est davantage le fruit des médias. L’apprentissage de la langue passe surtout par les journaux et les écrans aujourd’hui. Or, les filles regardent davantage les films sentimentaux ou les séries, et lisent les magazines relatifs à la mode, la psychologie, la sexualité, etc.. Une grande partie des films, magazines, podcasts, vidéos sont en français, la France restant un grand pourvoyeur de cette culture et productrice d’industries, de commerces, de circuits de formation dans ces sphères … Cette consommation sert aussi de vecteur linguistique.

Au-delà, quel rapport entretient la jeunesse maghrébine, et notamment celle présente dans les mouvements de contestation, avec la langue française ? Est-elle l’un des outils de la contestation ?

Oui, c’est l’un des outils, une petite fenêtre. Mais la darija est devenue la souche, le français n’est plus le point de départ exclusif. Désormais, les mots du crû alimentent le langage de la contestation. Si on regarde les slogans, on voit qu’ils sont inspirés et nourris de la langue quotidienne des gens, qu’ils partent du vécu, et sont ensuite traduits. Les réseaux sociaux participent à leur dissémination.

C’est l’un des aspects à mon sens très important : cette jeunesse contestataire a aussi inventé un alphabet, une sorte d’écriture utilisée dans les sms, les textos, sur les réseaux sociaux, mélangeant les chiffres et les lettres et empruntant aux différentes langues, le français, la darija, voire l’anglais. On est passé à une étape nouvelle avec cette transcription par écrit qui dit encore plus le mélange dans son évolution. Ce travail d’inscription en lettres d’un nouvel alphabet s’apparente selon moi à un travail linguistique, une création[2]

Aujourd’hui, cette langue réinventée est plus qu’un outil de contestation, c’est un outil d’affirmation qui relève plutôt de la construction. Ça avance doucement et ça gagne au-delà du champ politique : L’étranger de Camus est désormais traduit en dialectal[3], c’est nouveau.

De qui le français est-il aujourd’hui la langue dans les pays du Maghreb, en termes de catégories socioculturelles ?

Le français reste un marqueur de distinction sociale et une langue apparentée à l’élite. Sauf que l’élite n’est plus monolithique, ça a changé. Aujourd’hui, il existe deux pôles internationalisés au sein de l’élite maghrébine : l’un est anglophone, tourné vers l’Europe et l’Occident ; l’autre arabophone et anglophone répond à l’attraction des pays du Golfe, notamment. Donc si la charge sociale et symbolique du français demeure celui-ci n’est plus la seule langue de l’élite internationalisée. Le français n’est plus hégémonique.

Par ailleurs, même si, bien entendu, le français a été introduit au Maghreb par l’école et l’administration coloniales, aujourd’hui, ce n’est plus seulement la langue du colonisateur[4]. Les Maghrébins sont des attrape-tout ! Il y a une capacité d’adaptation et de transformation de la langue qui fait que le français a pris une coloration maghrébine dans les différents pays où il est pratiqué. S’y ajoute aussi le fait que le français est la langue de la diaspora, qui représente un segment de maintien et de communication de la langue française. Qu’ils l’apprennent ou pas, les Maghrébins continuent de parler le français avec la diaspora. Du coup cette langue, déjà transformée de l’intérieur par la diaspora, bouge, se mélange, prend d’autres intonations…

Est-ce que l’usage du français fait débat au Maghreb ? Est-ce un enjeu politique ?

Oui, la langue française a encore une charge historique et on lui fait parfois porter beaucoup de choses… Il y a une instrumentalisation politique qui, selon moi, a tendance à hystériser la question. En tant qu’historienne, je sais que rien n’est figé, tout bouge, et petit à petit, je constate que le temps fait son œuvre dans ce domaine aussi, malgré une instrumentalisation réelle quoique variable, selon les formations politiques[5].

Ce qui se passe sur les réseaux sociaux, je l’ai dit, montre une coexistence évolutive des langues. A mon sens le travail politique sur la question de la langue devrait consister à apaiser cette coexistence riche et diversifiée (diglossie + bi/trilinguisme). Je suis pour le multilinguisme, toute langue est une richesse. Je considère qu’on a besoin d’un vrai travail de transmission, on n’a pas le droit de dilapider notre héritage. Le monde actuel est plurilingue[6] et le Maghreb contemporain qui est trilingue – avec en plus le Tamazigh, notamment au Maroc et en Algérie -, est une région historiquement favorisée. C’est une force pour l’avenir, une ressource qui ne doit pas être un lieu de conflit, au contraire.

Les jeunes maghrébins, celles et ceux qui sont instruits sont trilingues et savent que c’est une denrée d’exportation. Ils partent et leur trilinguisme est apprécié à l’export. Ils l’ont très bien compris.

Entretien  avec Emmanuel Riondé paru dans Le Courrier de l’Atlas n° 168, mai 2022, pp. 30-31.

[1] Kmar Bendana, Sylvie Mazzella, « La langue française dans l’enseignement public tunisien, entre héritage colonial et ‘économie du savoir’ mondialisée », L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale, Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, Tunis, 2007, pp. 197-203, ⟨halshs-00608174⟩

[2] https://nawaat.org/2017/08/27/larabe-dialectal-tunisien-sachemine-vers-la-creolisation/

[3] Dhia Bousselmi, El Gherib, Tunis, Pop Libris, 2018. L’auteur a aussi traduit Le Petit Prince de Saint Exupéry et les mémoires d’Abul Qacim Chebbi.

[4] Ilaria Vitali, « Samia Kassab-Charfi (dir.), Altérité et mutations dans la langue. Pour une stylistique des littératures francophones », Studi Francesi, 165 (LV | III) | 2011, 683-684. https://journals.openedition.org/studifrancesi/5160

[5] Plusieurs directions de débat se dessinent en Tunisie : https://nawaat.org/2019/10/29/derja-tunisienne-vs-arabe-classique-un-enjeu-persistant-video/

[6] La littérature tunisienne contemporaine est plurilingue, cf. Samia Kassab-Charfi & Adel Kheder, Un siècle de littérature en Tunisie. 1900-2017, Paris : Honoré Champion, coll. « Poétiques et esthétiques xx-xxie siècles », 2019, 550 p.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Fontaine

Jean Fontaine et la revue Ibla

Jean Fontaine (1936-2021) prend la direction de la revue Ibla quarante ans après sa création. La revue Ibla est une « idée » née en 1937 dans la tête d’André Demeerseman https://bazhum.muzhp.pl/media/files/Nurt_SVD/Nurt_SVD-r2016-t50-n1_(139)/Nurt_SVD-r2016-t50-n1_(139)-s332-337/Nurt_SVD-r2016-t50-n1_(139)-s332-337.pdf (1901-1993) [1]. L’idée dure jusqu’à nos jours, Ibla publiant en ce mois de juin 2021 son 227ème numéro consacré à la crise Covid-19.

La plus ancienne revue tunisienne vivante https://journals.openedition.org/remmm/6353 a été lancée grâce à la veine savante des Pères blancs https://www.cairn.info/revue-histoire-monde-et-cultures-religieuses1-2008-4-page-3.html#no5 (dits Missionnaires d’Afrique)http://www.peresblancs.org/ qui ont agrégé en cours de route des intellectuels tunisiens ouverts aux échanges et à la connaissance partagée de la société tunisienne. Les entrées et thèmes ont été nombreux : les langues de la vie quotidienne et culturelle  (arabe classique, darija, français et arabe médian), les contes, légendes et proverbes, le vocabulaire politique, les journaux et les revues, la littérature (poésie et prose), l’éducation, la famille, la jeunesse…

 Arrivé à Tunis en 1956, Jean Fontaine entre dans la revue Ibla, comme ses semblables, en tant qu’auteur d’articles, à travers un travail assidu autour de la bibliothèque et en référençant les ouvrages et périodiques se rapportant essentiellement à la Tunisie et au monde arabe et musulman. Les échanges de publications ont en effet afflué, de plus en plus nombreux et en plusieurs langues, grâce au travail de consignation et à l’effort d’analyse que la revue a tissés au fil des années avec les centres de recherche, les bibliothèques et les revues culturelles et scientifiques au Maghreb, au Machrek, en Europe et ailleurs.

En 1977, Jean Fontaine succède à Jean-Gabriel Magnin (1910-1977) à la tête de la revue. Titulaire d’un doctorat sur Tawfik al Hakim, il publie son premier ouvrage pour rendre compte de la littérature tunisienne parue entre 1956 et 1976[2]. Son principal terrain de travail consiste désormais à arpenter la production des écrivaines et des écrivains de Tunisie tout en s’intéressant à d’autres plumes (de Libye, d’Egypte, de Syrie et d’ailleurs). Cet examen patient et obstiné construit une vision analytique et globale d’une production peu considérée, en Tunisie comme dans le monde arabe, dans le temps long comme dans sa dimension comparée. L’attention persévérante de Jean Fontaine à la créativité littéraire tunisienne a généré un capital de connaissance digne aujourd’hui d’être poursuivi et exploité dans une perspective qui rattache la dynamique locale aux mouvements littéraires environnants.

Le deuxième apport de Jean Fontaine à la revue Ibla réside dans le lot de recensions et comptes-rendus publiés dans chaque livraison. Dans cette activité critique de la revue centrée sur la Tunisie à partir de 1968, il commence par suivre le mouvement des revues (1968-1972). Le point de vue bibliographique tunisien est systématisé à partir de 1969 et le résultat accumulé constitue une ressource documentaire précieuse pour les recherches en littérature et en sciences humaines et sociales.

Jean Fontaine a rédigé dans le cadre de ces rubriques documentaires plus de 4.000 fiches de description critique qu’il a léguées à la Bibliothèque nationale de Tunis. Ce geste indique la volonté de son auteur d’ancrer les traces de son travail dans une institution locale, publique et durable. Ce legs vient renforcer une posture prise par Jean Fontaine tout le long de son pilotage de la revue : on observe en effet une « tunisification » progressive du comité de lecture de la revue. De 1977 à 2007, il a pressenti, proposé, contacté les membres du comité qui se sont adjoints au noyau éditorial où la proportion des Pères blancs a baissé au fil des années. Malgré les réticences du Ministère de l’Intérieur à le remplacer comme directeur de rédaction d’Ibla, Jean Fontaine a accompagné, soutenu et aidé les responsables impliqués dans la direction de la revue[3]. A partir de 2000, Il s’éloigne physiquement de la fabrique des numéros à paraître, sans cesser d’écrire des notes de lecture et en restant mêlé aux finitions des tapuscrits avant l’imprimerie. 

Jean Fontaine rédige sa dernière recension pour Ibla en février 2021 sur un essai littéraire : Les insulés d’Antoine Hatzenberger (Riveneuve, 2020, 155 p). Dans ce court texte, il déclare vouloir rester « rationnel » pour une revue « sérieuse » et glisse un détail biographique : il était à l’île de Groix en Bretagne, en 1954, au moment où Bourguiba y était.

En introduisant les numéros commémorant les anniversaires de la revue qu’il a conçus et dirigés (Cinquante ans d’IBLA, La Tunisie scrute son histoire, n° 159, 1987 ; Le soixantième anniversaire, n° 179, 1997)[4] Jean Fontaine réaffirme la contribution d’IBLA à la conservation du patrimoine culturel tunisien. La revue lui doit beaucoup dans sa facture, sa qualité d’instrument de référence, sa réputation de sérieux comme dans sa longévité.     

Cette version reprend le texte lu au cours de la messe faite en hommage à Jean Fontaine (2 décembre 1936- 1er mai 2021) à la Cathédrale de Tunis (30 juin 2021).

Paru dans le numéro spécial de la revue IBLA n° 228, 2021/2, pp. 237-240. Une version en langue arabe du texte est dans le même numéro, pp. 39-42.

Photo prise par Ons Kammoun en avril 2021. 

[1] La phrase « IBLA est une idée en marche » est une citation d’André Demeerseman.

[2] Vingt ans de littérature tunisienne 1956-1976, Tunis, Maison Tunisienne d’Edition, 1977, 160 p.

[3] Citons, entre autres, Sadok Boubaker, Sami Bergaoui, Imed Melliti, Faouzi Bédoui, Myriam Achour…

[4] Il complète le travail d’André Louis (1973) par les Tables analytiques de la revue IBLA de 1937 à 1996, IBLA, 1997, 256 p.

Repères chronologiques  : Jean Fontaine & IBLA (Institut et revue)

1868 : Le Cardinal Lavigerie, évêque d’Alger fonde la Société des Missionnaires d’Afrique ou Pères blancs (car habillés d’une gandoura, d’un burnous et chéchia blancs)

1875 : Lavigerie obtient la garde de la chapelle Saint-Louis de Carthage. La première communauté de pères blancs s’y installe.

1922 : André Demeerseman (1901-1993) s’installe en Tunisie. Il a 21 ans. Après des études de philosophie en France, il décide de devenir père blanc en 1920, effectue son noviciat à Alger.

1926 : Une maison d’étude et de recherche est fondée par les Pères Blancs à Tunis. Elle est installée en 1928 rue des Glacières. On y dispense des cours d’arabe, d’islamologie et de linguistique pour la formation des pères blancs.

1928 : André Demeerseman est ordonné prêtre à Tunis, « pour l’étude de l’arabe et les réalités de l’islam ». Il commence par constituer une série Cahiers et documents Tunisiens, à partir d’enquêtes et études de terrain (dialecte, us et coutumes, contes et proverbes…). 

1930 : En mai, le Congrès Eucharistique de Carthage rassemble des milliers de catholiques. A. D. dénonce une manifestation qui glorifie l’Eglise catholique et la colonisation et provoque l’opinion musulmane.

1932 : La maison d’étude déménage rue Jama’ el Houa, Place du Leader (ex Place aux Moutons), dans le voisinage de la maison-musée de Habib Bourguiba (qui y a vécu).

1934 : A. D crée le Cercle des amitiés tunisiennes, regroupant des intellectuels tunisiens (Abdejellil Ben Ali, Béchir Fourti, Larbi Kabadi, Mohamed Nakhli…)autour decauseries et rencontres sur des thèmes divers.

1936 : Naissance de Jean Fontaine le 2 décembre, à Saint-André-Lez-Lille, dansle Nord de la France, au sein d’une famille nombreuse. 

1937 : A.Demeerseman fonde la revue IBLA. Elle atteindra vers les années 1950/1960 le tirage de 2000 exemplaires. A.D produira 125 articles, 14 éditoriaux et 95 recensions.

1952 : Les manifestations nationalistes de janvier au Cap Bon (Tazerka) sont brutalement réprimées. A. Demeerseman prend position contre la violence des « ratissage ». Il rédige à l’occasion un éditorial de la revue IBLA (n°56) en deux langues arabe/français

1953 : Jean Fontaine obtient un baccalauréat, section mathématiques

1955 : Jean Fontaine commence son noviciat de père blanc à Alger.

1956 : Jean Fontaine suit des cours de théologie à Thibar (Tunisie)

1958 : Jean Fontaine exerce comme instituteur à Alger

1959- 1964 : Jean Fontaine fait des études de théologie et d’arabe en Tunisie.

1962 : Jean Fontaine est ordonné prêtre à Comines (France)

1964 : Signature du Modus Vivendi entre Le Vatican et la Tunisie. La cathédrale Saint Louis de Carthage est remise à l’Etat tunisien. La statue du Cardinal Lavigerie est déplacée. Le séminaire de Thibar est transformé en collège agricole. 

1965 : Fondation de l’Institut pontifical d’études arabes et d’islamologie (PISAÏ) à Rome.

1968 : Jean Fontaine obtient une licence d’arabe à l’Université de Tunis et devient conservateur de la bibliothèque de l’IBLA

1977 : Il soutient son doctorat d’Etat (thèse sur Tewfik Al Hakim) à Aix-en-Provence.

1977 : Jean Fontaine prend la direction de la revue IBLA jusqu’à 1999. En plus des articles, il rédigera plus de 4000 recensions, compte rendus et de notes de lectures dont il déclare ‘en 2021) faire don à la Bibliothèque Nationale de Tunisie.

2010 : 5 janvier, un incendie ravage la bibliothèque et endommage une partie de ses collections : environ 35.000 ouvrages et plus de 600 périodiques. Jean Fontaine coordonne les opérations d’aide, de sauvetage et de réparation des locaux et des collections.

2014 : La bibliothèque rouvre ses portes aux lecteurs en mai 2014, après un long chantier de reconstruction du bâtiment et de restauration de ses fonds. 

2021 : Jean Fontaine décède le 1er mai. Il est enterré à Carthage le 5 mai. La revue IBLA, semestrielle et dont le comité de rédaction se composé de 10 universitaires tunisiens (5 femmes et 5 hommes) publie son numéro 227 en juin et consacre la livraison 228 (décembre 2021) à la mémoire de Jean Fontaine. 

Episodes de la scène politique tunisienne

Depuis le 25 juillet 2021, la Tunisie est gérée par décrets présidentiels. Enfourchant la brèche de l’article 80 de la Constitution, avec l’appui de l’armée (de ses renseignements généraux et de sa justice) et conforté par sa légitimité électorale (72,71 % des 3 892 085 votants – 1/3 de la population- aux présidentielles de 2019), Kaïs Saïed est l’unique dispensateur et interprète de la loi. Ni institutions, ni canaux d’information, ni partis politiques (231  aujourd’hui), ni centrale syndicale, ni magistrature n’ont pu prémunir le pays d’entrer dans un état d’exception à durée indéterminée[1].

Des instances de régulation contrariées

Investissant le désordre informationnel, des vidéos et déclarations « fuitent » de multiples irrégularités passées inaperçues. On apprend qu’une série de dérives suivent les élections d’octobre 2011, les seules à peu près correctes (?)[2]. Depuis, trois rendez-vous électoraux ont fait émerger une Assemblée Nationale Constituante (ANC, 2011-2014) et deux Assemblées de Représentants du Peuple (ARP, 2014-2019 ; 2019-juillet 2021). L’appareil judiciaire, soumis aux aléas politiques sous Bourguiba et Ben Ali, a reculé en efficience et en équité. La police reste arc-boutée sur ses pratiques et privilèges, divisée entre islamistes et autres, organisée en syndicats et affublée d’un appareil secret parallèle (jihaz sirri). Les coalitions partisanes se font et défont au gré des conflits claniques, de la répartition des positions de pouvoir, en s’appuyant sur les profits immédiats et les circuits prédateurs. La “transition démocratique” a bifurqué à partir d’octobre 2011 ; les islamistes -groupe le plus nombreux quoique sans majorité- ont infiltré les rouages administratifs, les filières et les procédés de nomination. L’accompagnement du processus sur des rails légaux et juridiques a été entravé, à commencer par l’appareil judiciaire.

Le verrou de la censure ayant sauté, le pays a pu accéder à un régime d’expression diversifié, (une cinquantaine de radios et une quinzaine de chaînes télévisées) une liberté nouvelle, notamment “grâce” aux réseaux sociaux. Cette libération a cependant été bridée par des règles archaïques, tout en aspirant des capitaux occultes aux prises avec une bureaucratie rétive aux changements (notamment à la digitalisation). Les médias fleurissent sur une politique-spectacle plus que sur de l’information équilibrée, soumis à une déontologie variable et sans lois organisatrices (à part les décrets 115 et 116 de novembre 2011). Le Parlement (dont l’apport essentiel est l’écriture de la Constitution par l’ANC[3]) a surtout fonctionné pour faire passer accords financiers, aides et prêts internationaux et pour assurer les avantages et immunités des parlementaires, contribuant ainsi à alourdir la Dette du pays. L’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) a constitué un terrain d’affrontements partisans stériles et permis aux islamistes (le groupe le plus constant et le plus organisé) de se réserver un espace pour dominer l’exécutif, tenir tête à la Présidence de la République et quadriller les instances judiciaires. Cette activité parlementaire a rempli la vie politique du pays, nourri les échos médiatiques (des commentaires plutôt que des analyses ou des mises en perspective) et fourni les apparences d’une démocratie formelle en train de se faire… Ni la fiscalité, ni l’éducation, ni la santé, ni l’emploi, ni les libertés individuelles, ni l’agriculture, ni la propriété foncière, ni le transport, ni l’extraction des sols, ni l’énergie, ni l’environnement n’ont connu le moindre texte législatif leur permettant d’évoluer. Les responsables politiques ont dansé une valse de façade (pour les plus “naïfs” car d’autres ont carrément exploité leurs postes pour des intérêts divers) et si la société civile, boostée par l’élan de 2011, les libertés entrouvertes et l’espoir de contribuer au changement, n’avait pas investi des niches (production et diffusion culturelles, défense des droits et libertés, expériences civiques, initiatives technologiques et audaces économiques), la situation serait plus difficile.

La présidence de la République, tous vents dehors

Le deuxième tour des élections anticipées d’octobre 2019 dégage deux outsiders : Nabil Karoui fondateur de la chaîne Nessma TV face à Kaïs Saïed, un professeur de droit constitutionnel médiatisé après 2011. Le rejet de la classe politique, le désordre médiatique, l’incurie économique et un « scrutin de liste à la proportionnelle aux plus forts restes » s’avérant inadapté depuis 2014 expliquent en partie cette issue. Le processus transitionnel livré aux rapports de forces apparus en 2011 est progressivement entaché d’irrégularités avec violences et assassinats, à partir de 2013. Les instances de régulation nées après 2011 (HAÏCA[4], ISIE[5], INLUCC[6], IVD[7] …) sont noyautées et empêchées ; les démissions ont été sous-estimées et de nombreux rapports et déclarations n’ont pas bénéficié de l’attention nécessaire. Kaïs Saïed est un aboutissement (imprévu ?) de manipulations politiciennes et de mécanismes électoraux ayant triché avec les règles des dispositifs démocratiques (les élections ne sont qu’un maillon) et avec les plans (plus ou moins opaques) des bailleurs de fond (Fonds Monétaire International[8], Banque Mondiale, Union Européenne, et autres “prêteurs” du Golfe, de Turquie). L’image de Kaïs Saïed réputé intègre, musulman pratiquant et conservateur (à propos de l’égalité H/F dans l’héritage[9], l’application de la peine de mort…) lui a valu d’être élu par une opinion fatiguée des exactions éhontées et renforcée par une proportion exceptionnelle de jeunes votants. Au sein de cet électorat, la pensée identitaire nourrie de la misère économique et sociale est combinée avec une répulsion envers des élites perçues comme déloyales, prédatrices et seules bénéficiaires de la « révolution ». La réputation de Monsieur propre de KS est son atout principal : son inexpérience, ses erreurs d’appréciation (le choix souvent malheureux de ses collaborateurs interpelle[10]), ses propos menaçants, sa rhétorique vindicative, sa méfiance envers les acteurs de la décennie 2011-2020 et sa rigidité relationnelle augmentent les blocages et l’instabilité, découragent les investissements, empêchent les médiations tout en vidant les “entremises étrangères” de leur efficience. Même l’UGTT[11] est écartée de toute initiative de concertation. Kaïs Saïed exhorte à répétition la magistrature à jouer son rôle mais ses imprécations tardent à faire bouger la citadelle judiciaire. La délibération est un ingrédient de la construction démocratique et K S n’est manifestement pas à l’aise avec cette nécessité. 

Le corps judiciaire, quoique vicié, détient pourtant des clés pour délier quelques nœuds de la crise. Des « affaires » empoisonnant la sécurité nationale sont instruites. Certaines ont été livrées à la justice militaire mais des voix se sont élevées contre cette incursion dangereuse. Inertie et opacité règnent depuis longtemps sur le secteur judiciaire, livré à des pressions politiques identifiées ; la mise en résidence surveillée de Noureddine B’hiri (dirigeant d’Ennadha et ex-ministre de la justice) le 31 décembre 2021 est une mesure sévère mais la situation politique se crispe depuis, entre autres parce que l’arrestation n’a pas respecté les formes légales. Depuis 2011, le droit est mal appliqué (la Constitution a été enfreinte à plusieurs reprises, avant et après le 25 juillet 2021), les lois sont inadaptées (certaines datent de la période coloniale). L’impunité régnante entretient le sentiment d’injustice (el hogra) fortement exprimé depuis 2011, la vague incessante des protestations sociales le confirme. Cette offensive anti-judiciaire sert l’image d’un Président justicier, soucieux du bien public et à faire accepter des décisions arbitraires que la crise du Covid-19 avait largement favorisées. Les réformes demandent du temps, mais comment faire avancer quelques dossiers, en dépit de la corruption et de la peur paralysant les tribunaux ? En l’absence de ces avancées, le pays reste régi par les prérogatives présidentielles[12] et une communication unilatérale, augmentant les risques d’un état d’exception. 

Gouvernance économique à la dérive

Les dirigeants politiques (les islamistes et leurs alliés tournants) ont écrasé des opportunités et gaspillé des occasions depuis 2011, et davantage après 2014…sous prétexte de passer par le Parlement. Celui-ci est devenu un théâtre pour agir sur la loi (ou ne pas agir) et une vitrine, parfois violente, cachant des tractations et des conflits d’intérêts. De quoi dégoûter les TunisienNEs d’une instance régulatrice et indispensable à la démocratie mais mal investie et détournée au profit des coalitions. La déviation de la fonction parlementaire entretient la “popularité” de KS qui a osé geler la machine, avec personnel et salaires : une large opinion lui est reconnaissante d’avoir suspendu une institution qui n’a pas servi le “peuple”, ni réussi à se faire respecter (des contrebandiers sont devenus députés) ni su aménager les voies d’une action législatrice dans le cadre d’une division régulée des pouvoirs. La Cour Constitutionnelle qui aurait dû être créée en 2015 devient juridiquement non viable après 5 ans de blocage et le texte constitutionnel ne prévoit aucun moyen de se réformer de l’intérieur, ni d’assurer un équilibre des pouvoirs. Le “coup de force” du 25 juillet était un moyen de sortir de l’impasse ! Ce qui est arrivé depuis[13] est d’autant plus confus que les institutions militaires et policières sont sous la menace des réseaux mafieux et terroristes.

La situation économique tunisienne résulte d’une gouvernance aveugle, incompétente ou mensongère ayant couvert un pillage systématique des richesses du pays, un gaspillage des opportunités et un contre-emploi, voire des détournements, des aides accordées. Des cartels de contrebande ont étendu leurs tentacules jusque dans les rouages de l’Etat.

Des sommes d’argent mirobolantes ont circulé (par la Banque Centrale, à travers des ONG comme en dehors des circuits légaux) et compromis quantité de projets qui auraient pu faire avancer le pays. Les ressources ont été dilapidées, gelées, dévoyées ou empêchées : les prix sont quasi multipliés par deux en 10 ans, l’infrastructure matérielle n’a pas été renouvelée (à part des tronçons de route et des ponts), la spéculation fait rage, les hôpitaux, les transports et les écoles abandonnés, les ports accueillent des containers de tonnes de déchets italiens « importés » alors que le pays croule sous les ordures non traitées et le plastique envahissant. Les inégalités se sont accrues et aucun des maux du pays (chômage, commerce informel, exploitation inadéquate des terres, déséquilibre régional, maltraitance de la nature et du patrimoine…) n’a connu le moindre début de politique publique. Les islamistes ont investi les rouages administratifs au profit de leurs réseaux et avec des complices en haut lieu (des coalitions électorales mouvantes depuis 2011 comme Qalb Tounès et I’tilaf al karama et des sous-marins opportunistes). Tenant les commandes, ils ont mis à genoux les moyens publics, embauchant par milliers dans des entreprises « fictives », paralysant les bonnes volontés comme les compétences disponibles. 

Le tableau actuel recouvre un bras de fer avec la magistrature qui peine à modifier ses pratiques après dix ans d’usages. Un décret présidentiel vient de supprimer les indemnités des 45 membres du Haut Conseil de la Magistrature, élu en 2016. Les observateurs ont du mal à démêler les fils d’une pelote emmêlant la corruption, le clientélisme d’un système économique rentier de soixante ans, la fragilisation d’un Etat aux institutions vieilles et inadaptées et les habitudes de gestion, d’ordre et de profit. Après le duel Parlement/Président de la République, la confrontation avec la magistrature dévoile une autre phase de lutte entre les trois têtes du pouvoir (Exécutif/législatif/judiciaire). L’épisode révèle, en même temps, les desseins d’un islam politique dont les rangs se divisent. Pendant onze ans, les normes de gestion et la soumission aux diktats libéraux ont empêché le pays d’opérer la redistribution qui lui aurait permis de se ressourcer et d’affronter les problèmes économiques et sociaux qui le rongent. Les gestionnaires de la dernière décennie n’ont même pas rééquilibré la fiscalité : des catégories (professions libérales, hôtellerie…) échappent à des impôts “réalistes”, sans parler du secteur informel qui atteindrait 50% de la production du pays. Les contraintes matérielles et morales sont ignorées et les ressources sont détournées, comme du temps de Ben Ali et des Trabelsi (plus rapidement parfois). Les jeunes générations privées de libertés (et de visas !) souffrent de l’absence d’opportunités pour travailler, investir et/ou innover dans les divers domaines : aux empêchements des libertés s’ajoute l’arrêt de l’ascenseur social. 

Les “élus” (et leurs promus) depuis onze ans ont pactisé avec des “donateurs” mal intentionnés et peu désireux de voir advenir un régime démocratique ; ils ont œuvré avec des mafias et des organisations financières prédatrices qui ont proliféré dans un climat d’insécurité (terrorisme, situation en Libye, insécurité du côté du Sahara, non-Maghreb, verrouillage de la Méditerranée du Nord…) et une gestion « courtermiste » aveugle aux besoins locaux et aux impératifs d’un développement humain minimum.

En ce mois de janvier 2022, le tableau est difficile à décoder, encore plus à dénouer. Le pays reste vivant, malgré tout. Onze ans ont instauré un autre climat, élucidé des erreurs,  clarifié des exigences et débroussaillé des voies d’ajustement. Les TunisienNEs apprennent à devenir des citoyenNES et une « dictature » n’est pas facile à instaurer, tout au moins ouvertement. L’armée est discrètement aux commandes mais ce corps prudent et habitué à l’ombre ne peut se risquer à se montrer davantage, alors qu’un président légitimement élu, parle et incarne la tête l’Etat. Ce dernier vient d’imaginer les moyens de « consulter » l’opinion par Internet. On se demande comment cette plate-forme virtuelle (istichara) autour d’une trentaine de questions peut aider à extraire une économie politique adaptée aux besoins d’un pays traversant une crise économique et politique aigüe. Récolter et exploiter des réponses autour du développement local/régional, de la santé, du numérique, du mode de gouvernement… et autres interrogations vitales peut-il remplacer un parlement, évoluer en organisation partisane et construire un programme politique ? L’opacité des méthodes de gouvernance, les dispositions arbitraires et les solutions technologiques suffiront-elles à tracer les lignes stratégiques aptes à mettre le pays sur un chemin salubre ?

Le référendum du 25 juillet 2022 et les élections législatives du 17 décembre 2022 constituent, à ce jour, des rendez-vous incertains.

Hammam-Lif, le 20 janvier 2022

Publié dans Le Quotidien d’Oran, 23 janvier 2022, p. 6,

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5309202 

NOTES

[1] La Tunisie en lévitation.  Un état d’exception à durée indéterminée, texte prononcé au Forum des Humanités Africaines, Bamako, 28-30 sept 2021.

[2] Kamel Jendoubi, La Tunisie vote. Récit d’un acteur engagé, Tunis, Nirvana, 2022, 239 p.

[3] La 4ème mouture est promulguée le 27 janvier 2014 ; son écriture a duré de février 2012 à janvier 2014.

[4] La Haute Autorité indépendante de la communication audiovisuelle (الهيئة العليا المستقلة للاتصال السمعي البصري) est fondée le 3 mai 2013 par le décret-loi n° 116 du 2 novembre 2011.   

[5] L’Instance supérieure indépendante pour les élections (الهيئة العليا المستقلة للانتخابات) est créée le 18 avril 2011 pour organiser l’élection d’une assemblée nationale constituante tenue le 23 octobre 2011.

[6] L’Instance Nationale de Lutte Contre la Corruption الفساد لمكافحة الوطنية الهيئة est créée par le décret-loi du 14 novembre 2011. Elle s’est substituée à la Commission d’Investigation sur les Affaires de Corruption et de Malversation, qui a élaboré un rapport sur l’ensemble de sa mission (novembre 2011).

[7] L’Instance Vérité et Dignité (هيئة الحقيقة والكرامة ) est créée par la loi organique du 24 décembre 2013.

[8] En 2021, la Tunisie négocie son 4ème emprunt : https://orientxxi.info/magazine/tunisie-un-moment-cesariste-sans-cesar,4906

[9] Discours du Palais de Carthage, 13 août 2020.

[10] Les 2 premiers ministres Elyès Fakhfakh (27 février-2 septembre 2020) et Hichem Mechichi (2 septembre 2020-25 juillet 2021) ont été choisis par lui ; huit conseillers de la Présidence ont démissionné.

[11] Le Secrétaire Général Noureddine Taboubi est reçu le 15 janvier 2022 par le Président de la République après plusieurs mois de rupture de dialogue. Le prochain congrès électif de l’Union Générale Tunisienne du Travail est annoncé pour février 2022.

[12] Le décret du 17 janvier 2022 soumet les greffiers aux présidents des tribunaux ! Le décret du 19 janvier 2022 supprime les indemnités des 45 membres du Haut Conseil de la Magistrature élu en 2016.

[13] Décret n° 117, 22 septembre 2021; nomination du gouvernement Najla Bouden, 11 novembre 2021; décisions du 13 décembre 2021.

De la guerre des mémoires. Entretien Hassan Arfaoui & Kmar Bendana

Cet entretien conduit par Hassan Arfaoui est paru dans le magazine Réalités n° 1411,  janvier 2013.

Le rapport à l’Histoire en Tunisie n’est pas un rapport apaisé car on a l’impression que l’on cherche à l’embrigader dans la propagande politique. En tant qu’historienne, comment appréciez-vous les querelles en cours qui portent sur des personnages, tel que Salah Ben Youssef, et des périodes historiques ? Sommes-nous en plein révisionnisme historique ?

Il est très clair que nous vivons une période de tension. Deux ans après janvier 2011, alors que jusqu’à présent la tension portait beaucoup plus sur les problèmes d’organisation de l’État ou du droit, nous en venons maintenant à une querelle sur le passé.

Que se passe-t-il aujourd’hui ? Pourquoi fait-on appel au passé ? Pour moi, cet appel au passé est une posture politique dangereuse. Car il s’agit d’un discours qui fait appel au passé d’une façon guerrière. Comment ? Eh bien, en posant les mauvaises questions du passé, en invoquant ses anciennes querelles.

Pour dire les choses plus simplement, je trouve qu’on invoque aujourd’hui l’Histoire pour faire de la politique de façon belliqueuse ; cela constitue une pente dangereuse vers laquelle nous ne devons pas glisser, car elle peut conduire à généraliser la violence. La mémoire est quelque chose de très affectif qui peut être porteur de beaucoup de choses négatives pour une société comme le désir de vengeance, le ressentiment, etc. Je trouve que non seulement ce n’est pas du tout sain mais qu’en plus, on n’est pas de bonne foi quand on évoque des choses qui font mal à la mémoire des gens.

Avant de vous laisser poursuivre, Quelle différence faites-vous entre passé, mémoire et histoire ?

Je trouve que l’Histoire, la mémoire et le passé relèvent de trois niveaux différents dont la liaison est à la fois complexe et variable. Nous sommes en train de vivre un usage politique, politicien même, du passé et de la mémoire. Dans quel but ? Eh bien parce que l’Histoire n’étant pas complètement écrite, pas complètement connue, parce qu’il y a des «trous» dans notre histoire, on utilise ces lacunes dans la connaissance de notre histoire pour essayer de faire un usage politique, voire revanchard, du passé et de la mémoire. Et c’est peut-être là que les historiens ont un rôle à jouer, parce que leur rôle se situe dans la durée, dans la réflexion et dans l’incitation à relire l’Histoire. Je ne dis pas «réécrire», je dis plutôt « relire » l’Histoire. Avec ce qui se passe actuellement de malsain envers la mémoire et le passé de la Tunisie, il faut que les historiens relisent l’Histoire du pays d’une manière beaucoup plus approfondie, beaucoup plus rationnelle et donc beaucoup plus pacificatrice pour la société.

Le parti Ennahdha, qui n’existait pas en tant que tel pendant la période de la colonisation ni au lendemain immédiat de l’indépendance, essaie apparemment, à travers la querelle à propos de Salah Ben Youssef, de se donner une place dans l’Histoire du mouvement national. S’agit-il d’une attitude normale ou a-t- on affaire à un révisionnisme dangereux qui vise la réécriture l’Histoire comme l’ont prôné toutes les dictatures ?

Je pense qu’il y a en effet une intention de vouloir utiliser cette histoire récente, contemporaine de la Tunisie. Le parti Ennahdha est un parti qui a trente ans. Il est né à la fin du règne de Bourguiba, sous la forme d’un petit mouvement étudiant tout d’abord, puis il s’est développé peu à peu sous la forme d’un parti politique. Si l’on cherche à lui trouver des origines avant cette existence, c’est purement par idéologie. Donc ceux qui l’ont créé et fait évoluer sont des hommes des années 1970. En tant qu’historien, on peut effectivement étudier l’organisation de ce parti, son évolution idéologique, les hommes qui en ont fait partie. Mais les acteurs, eux, ne peuvent pas faire d’histoire puisqu’ils sont enracinés dans l’Histoire ; c’est l’historien qui peut, lui, les regarder. Mais eux, en tant qu’acteurs positionnés dans le feu de l’action, quand ils veulent invoquer une antériorité ou des références, ils font un travail d’idéologues, ce qui n’a rien à voir avec l’Histoire. C’est totalitaire de vouloir réécrire l’Histoire, c’est inhérent au totalitarisme de croire qu’on peut la réécrire. En revanche, c’est une attitude saine de l’esprit de vouloir relire l’Histoire. Pourquoi ? Parce que tous les dix ou quinze ou vingt ans, on se renouvelle grâce à la découverte de nouveaux éléments qui modifient la lecture de l’Histoire. Aujourd’hui, je pense que l’on peut faire l’Histoire du parti Ennahdha, car il est maintenant suffisamment vieux, et je pense que des historiens se pencheront sur la question. Mais que les acteurs eux-mêmes écrivent l’Histoire est une confusion des rôles inadmissible et s’ils se lancent dans ce révisionnisme, comme vous dites, je pense que c’est grave.

Un autre élément caractéristique du rapport de ce parti à l’Histoire, c’est de taire, donc fabriquer de l’oubli, par exemple sur la responsabilité de ce mouvement dans la tentative de coup d’État ou les actions terroristes des années 1980 ou à Bab Souika en 1991. S’agit-il d’une sorte d’appropriation de l’Histoire ?

Tout parti politique en ascension essaie de s’approprier l’Histoire et fabrique du refoulement. On refoule ce dont on a honte, ce qui est inavouable. Ces actions terroristes de leurs débuts, aujourd’hui, sont inavouables. Ce sont des actes honteux sur le plan moral comme sur le pan politique. Ils sont donc sur la ligne ordinaire des partis politiques en ascension. Et puisqu’ils arrivent maintenant au pouvoir, ils veulent gommer ce qui fait honte à leur propre histoire. Là encore, je considère que c’est une tentation à laquelle nous ne devons pas céder en tant qu’historiens.

Regardez ce qu’a fait Bourguiba. Il a essayé de taire l’apport d’Abdelaziz Thâalbi avant lui, qui était quand même le père du nationalisme tunisien. Et finalement, maintenant, on commence à admettre l’importance de Thâalbi en tant que père fondateur du nationalisme tunisien. Bourguiba a également essayé de taire les actions de Ben Youssef ; mais l’Histoire revient toujours à la surface et l’Histoire de Salah Ben Youssef sera, de toutes les façons, faite elle aussi.

Bourguiba a aussi essayé de taire l’apport des communistes en Tunisie, ou encore l’apport des syndicalistes, en essayant de les récupérer. Tout cela, Bourguiba a essayé de le faire lui-même dans son ascension politique. Toutes ces choses-là, avec le temps, sont en train d’émerger, petit à petit, comme des forces qui ont contribué à l’indépendance de la Tunisie.

Ce que fait Ennahdha aujourd’hui, dans un esprit d’ascension et de conquête politique, c’est essayer de faire croire qu’ils sont un mouvement « pur », mais l’Histoire n’est pas dupe… L’Histoire, en tant que réflexion sur le passé et relation fidèle des faits, retiendra aussi les actes qui ont été commis aux débuts de l’ascension de ce mouvement.

Abordons maintenant la culture historique tunisienne. L’élite qui avait pour mission de construire l’État-nation aux lendemains de l’indépendance avait-elle un rapport clair, conscient à l’Histoire ?

Cette question est intéressante, car elle permet de comprendre le rôle de l’Histoire dans la société. Il me semble que la culture historique de la génération de l’indépendance était très nourrie de l’Histoire mondiale ou, en tout cas, de l’Histoire européenne. Mais elle avait une manière particulière de comprendre le monde arabe et musulman. Cette double appartenance de la première génération de l’indépendance, ce bilinguisme si vous voulez, cette biculturalité a nourri la culture historique ou historienne de cette élite et Bourguiba en est l’un des symboles les plus forts. Mais il n’y avait pas que lui : Bourguiba n’était pas exceptionnel, il était de sa génération et je pense que cette culture historique a été enracinée dans une connaissance à la fois de l’Europe, du monde occidental, mais également du monde oriental. Il est important pour la culture historique d’être « ouverte ».

En tant qu’enseignante et chercheuse, je plaide pour que la mémoire historique ne soit pas seulement nationale, ne soit pas refermée sur elle-même, mais soit ouverte sur le monde.

Il me semble que la culture politique se nourrit de la conscience historique.

Aujourd’hui, je crois qu’il y a une crise de la conscience historique, une crise de la culture politique même, parce qu’avec la mondialisation, il existe une tentation de se refermer sur soi-même et sur une sorte d’histoire immémoriale de la Tunisie. Et je pense que ce serait une erreur de croire qu’il n’existe que la Tunisie ou bien que la Tunisie est « fermée ». Aujourd’hui, il faudrait au contraire que les Tunisiens sachent que la Tunisie est un vieux pays, mais dans un monde vieux lui aussi. La richesse de notre pays vient de ce mélange à l’Histoire du monde.

La notion de patrie est étrangère à la « culture » des partis islamistes, puisque leur horizon est l’ensemble de la umma islamique…

Oui, mais cela, ce n’est pas de l’Histoire, c’est de l’idéologie. Vouloir se rattacher au monde islamique, c’est de l’idéologie pure ; personne n’a parlé de rupture avec le monde islamique ! Ce qu’il y a d’intéressant, c’est comment la Tunisie, arabe et islamique, a évolué avec le temps, parce que le monde arabe et islamique a évolué lui aussi. À tel point qu’il n’y a pas de monde arabe et musulman, c’est un fantasme, une utopie, un mythe… Pourquoi voulez-vous qu’un Malaisien ressemble à un Soudanais ? Et est-ce qu’un Pakistanais ressemble à un Marocain ? Ils se rejoignent, mais ils ne se ressemblent pas. Et c’est cela le travail d’un historien, de voir comment un Pakistanais est devenu Pakistanais ?

C’est une confusion qui est très dangereuse que de croire que le temps ne change pas les choses. Le monde islamique a changé depuis sa naissance, il s’est mélangé à beaucoup d’autres mondes. Tout d’abord au monde persan, puis au monde indien, puis au monde africain… puis maintenant, avec la mondialisation. L’Islam est mondialisé aujourd’hui, il n’est pas territorialement fixe et n’est pas historiquement figé non plus.

À propos de fantasme, les mouvements islamistes veulent faire revenir les sociétés dites musulmanes à l’âge « pur » du salaf du VIIème siècle…

C’est un carburant pour avoir des combattants tout d’abord et puis c’est un carburant pour obtenir des voix quand on souhaite passer par la voie des urnes. Mais encore une fois, c’est de la démagogie, cela n’a rien à voir avec le travail politique. Le travail politique, ce n’est pas de convaincre les gens qu’on va rejoindre le passé ; le vrai travail politique, c’est de convaincre les gens qu’avec ce passé, on peut construire l’avenir. Cette espèce de discours obscurantiste, qui consiste à croire que le passé nous unit, est suicidaire ; ce n’est pas du tout un discours de construction de l’avenir. Les politiques, à mon avis, doivent construire l’avenir avec des idées d’avenir et non avec des idées sur le passé, un passé fantasmé qui plus est. C’est même antipolitique de faire cela. D’après moi, cela s’apparente plutôt à du délire et à un délire qui n’a absolument rien à voir avec la connaissance du passé. D’où l’importance du travail des historiens qui permettra de nous aider à mieux connaître notre histoire ; et plus nous connaîtrons notre histoire, moins nous aurons de gens tentés de l’utiliser comme un fantasme ou comme un mythe.                                                                                                                

Indépendamment des historiens et des politiques, si l’on va dans la société, dans la culture historique diffuse au sein du corps social, on a l’impression qu’on n’a pas de mémoire historique commune. Il y a des gens qui veulent se rattacher à Carthage, d’autres au VIIème siècle de l’Islam, etc. Il existe une sorte de mémoire historique sous forme de «gruyère», avec des visions antagoniques qui peuvent aboutir, disons, à une espèce de guerre des mémoires. Qu’en pensez-vous ?

Je pense que le plus important est d’avoir une conception d’un avenir commun, ce qui n’empêche pas chacun de venir d’où il vient. Les antagonismes se construisent et je crois qu’il y a un réel danger à construire des antagonismes. Il faut savoir que la Tunisie a été construite sur plusieurs strates qui se sont ajoutées et enrichies les unes les autres ; il n’y a pas de raison pour qu’elles deviennent antagoniques.

Je trouve que les politiciens, qui utilisent le passé pour diviser les gens, utilisent un carburant qui est dangereux pour la société, mais aussi pour eux-mêmes. Car on est toujours inclus dans les combats et tout le monde aurait à y perdre. Je pense donc que c’est très dangereux de le faire, mais je pense aussi que si on le fait, c’est qu’on n’a pas autre chose à faire. C’est un signe à la fois de ressentiment, presque de haine, et puis d’impuissance à construire l’avenir. Quand on n’est pas impuissant, on ne ressasse pas les antagonismes, ni les difficultés et on n’éveille pas les « démons ». Le ressentiment est un moteur de l’Histoire, mais c’est un moteur de l’Histoire qu’il faut essayer d’apaiser.

Le marché identitaire est florissant en politique actuellement, puisque tous les partis s’obligent à parler de fidélité à l’identité arabo-musulmane… Mais il y a comme une espèce de honte à parler de l’identité tunisienne, y compris chez les partis qui se disent modernistes ou laïcs. Quel est le regard que porte l’historienne sur cette question de l’identité ?

Je trouve que l’expression de « marché identitaire » est bonne, c’est réellement un marché. Il y a des marchandages… je dirais même qu’on peut parler de surenchère en ce domaine. Je n’aime pas le mot « identité » parce qu’il est porteur de guerres, c’est un mot guerrier. Pour moi, c’est davantage un objet d’étude et je préfère dire comment chacun considère son identité. Je trouve que nous avons perdu du temps à parler de cela, nous n’aurions même pas dû en parler pendant tous ces mois écoulés, mais je pense que c’était volontaire. Il ne faut pas parler de son identité, on la vit !

Quel est le rôle de l’Histoire, en tant que science du passé, dans la fabrication du présent et de l’avenir d’une société et, en l’occurrence, de la société tunisienne ?

L’Histoire a plusieurs rôles. Elle a une portée civique. Les manuels historiques doivent être ouverts pour former des générations futures qui seront elles-mêmes ouvertes. Elle a aussi une portée politique, nous en avons parlé et une portée idéologique aussi. Mais je crois surtout que l’Histoire est une science, une science humaine et qu’elle doit donc être humaniste. C’est-à-dire qu’elle doit être ouverte sur le savoir, sur l’autre, sur le différent et c’est ce point de vue là que j’entends défendre. On ne peut pas empêcher ou nier les autres usages, mais je trouve que le plus dangereux est son usage idéologique au service d’une force au pouvoir. Je crois qu’il faut se méfier de l’Histoire que veut écrire un homme ou une organisation au pouvoir, car cela devient alors de l’Histoire officielle et, de ce point de vue-là, en tant qu’historienne, je m’en méfierai toujours, quelle que soit l’origine de ceux qui veulent fabriquer cette histoire officielle.

Entretien Hassan Arfaoui & Kmar Bendana

Paru dans REALITES n° 1411, 10-16 janvier 2013, pp. 13-15

https://www.facebook.com/photo?fbid=323881511061212&set=pcb.323881674394529

 

Commémorer par décret

Le Président Kaïs Saïed a émis le 7 décembre 2021 un décret-loi[1] instituant le 17 décembre jour de commémoration de la Révolution tunisienne. Ce décret présidentiel remplace celui du 26 mars 2011, signé par le Président de la République par intérim de l’époque (Fouad M’bazaâ) sur proposition du Premier Ministre (Béji Caïd Essebsi) et fixant le 14 janvier comme fête de la Révolution[2]. Les deux textes sont émis dans des situations d’exception.

Deux scènes spectaculaires

La Révolution tunisienne fait irruption dans l’actualité le 17 décembre 2010, suite à l’immolation de Bouazizi à Sidi Bouzid. La transmission immédiate de vidéos aux chaînes de télévision (Al Jazeera et France 24) donne à ce drame qui s’est déroulé sur la place publique une visibilité internationale. Entretemps, l’information déverrouillée par le journaliste Sofiane Chourabi[3], les téléphones portables et Internet affole les autorités tunisiennes. Deux ans auparavant, le soulèvement du bassin minier (janvier-juillet 2008) a été réprimé par la force comme par l’étouffement du travail journalistique et militant qui encadrait les mobilisations.

L’échappée médiatique des images contestataires de Sidi Bouzid le 17 décembre a nourri et propagé l’impulsion insurrectionnelle à travers le pays. Le crescendo dure 29 jours[4], aboutissant au départ de Zine El Abidine Ben Ali, en avion, le 14 janvier au soir, après une journée de manifestations. Celle-ci est devenue mythique dans le souvenir des gens, à force d’images, de slogans (Dégage ; Game over ; Le peuple veut ; Travail, Liberté, Dignité ; Du pain et de l’eau mais pas Ben Ali]..), d’appréhensions, d’exaltations, de sensations et d’émotions exprimées ou pas, extériorisées ou non, lues, vues, racontées ou écoutées sous diverses formes.

La narration de la révolution tunisienne a oscillé entre ces deux faits spectaculaires séparés par quatre semaines d’un déroulement historique touffu, compliqué, survolté et disséminé qui a culminé dans une scène sidérante : le départ du chef de l’Etat. Les jours suivants ont gravé surprise et inquiétude dans la population car le scénario du retour du dictateur planait dans les consciences et les imaginations[5].

Ainsi, deux grands récits se sont développés autour de l’immolation inaugurale et de l’envol du chef de l’Etat, stupéfiant, insolite, mystérieux et jusqu’à ce jour inexpliqué. Ces scènes fabuleuses ont impressionné les esprits à l’intérieur du pays comme à l’extérieur ; elles ont généré, à une allure inusitée, des chocs, des hostilités, des débats, des interprétations, des conflits sans compter les morts et les blessés avec les traumatismes conséquents. La convergence des mécontentements sociaux a été un des résultats les plus visibles et les plus efficaces, répandant les mobilisations sur le territoire. Le pouvoir politique, dépassé par l’éparpillement des déferlements de colère et dérouté par leur progression a été ébranlé, atteint, fragilisé et momentanément déstabilisé.

Nous vivons jusqu’à aujourd’hui sous le coup d’affects exceptionnels qui ont suscité des sit-in, des témoignages, des vidéos, des images, des articles, des enquêtes, des études, des fictions, des œuvres artistiques, des poèmes, des films, des chansons. L’espace public et privé ont été traversés par une nouvelle dynamique de revendications, de réclamations,  d’appels aux droits et de créativité. Onze ans après, individus, enfants, adultes, familles, cercles d’amis, milieux professionnels, quartiers, réseaux associatifs, résidents à l’étranger… partagent des souvenirs d’événements mémorables. Chacun, chacune a construit, à partir du ressenti, une perception de la révolution vécue, célébrée, souhaitée, admirée, glorifiée, rêvée, perdue, rejetée, niée, moquée, méprisée ou honnie.  

Deux narrations en présence

Deux récits ont prévalu, supplantant d’autres, qui bien qu’ayant compté dans le cheminement des faits, ont été zappés et minorés. On pense en particulier aux martyrs des premières semaines https://dream.hypotheses.org/publication/lesprit-de-la-revolte/apprendre/la-chanson-du-premier-mort et aux assassinats politiques[6]. Fin mars 2011, un récit a été mis en avant par une reconnaissance officialisée par décret de la journée décisive du 14 janvier. En 2012 et 2013, les débats de l’Assemblée Nationale Constituante ont relayé ces narrations concurrentes et fini par admettre la durée des quatre semaines révolutionnaires[7] : l’expression 17/14 est née dans le langage politique à travers les discussions et échanges. Bien que le 14 janvier soit devenu un jour férié, le 17 décembre a continué à être revendiqué comme date symbolique à faire admettre et partager par la communauté nationale. Des visites officielles de haut niveau ont tourné court, en raison de cette demande non entérinée[8]. En visite le 17 décembre 2020, j’ai vu Sidi Bouzid fermée, les écoles et administrations arrêtées, les commerces clos. Les autorités locales organisent chaque année des manifestations rappelant que l’étincelle déterminante dans l’allumage du feu révolutionnaire partie du « berceau de la révolte » est présente dans les esprits.

Au-delà des hommages de Sidi Bouzid, des Tunisiennes et Tunisiens réclament la reconnaissance symbolique de cette séquence protestataire, en même temps qu’une partie de l’opinion est déçue et désenchantée par la dégradation économique et sociale, l’instabilité politique et l’augmentation de la corruption. Sentiment de mépris (hogra) et désillusion, impression de perte ou de confiscation prennent place dans l’opinion.

Les années passant, la distinction 17 décembre/14 janvier épouse progressivement la dualité des requêtes de 2011 : dignité et liberté, droits économiques et sociaux et droits démocratiques, libertés publiques et droits individuels. Même si plusieurs tours d’élections ont pu avoir lieu (2011, 2014, 2018, 2019), les dix gouvernements nommés[9], les trois parlements[10] et les quatre présidents de la République[11] n’ont pas su institutionnaliser ni inscrire dans le réel le rapprochement nécessaire entre victimes et responsables des exactions, entre population et partis, entre martyrs (dont la liste officielle https://inkyfada.com/wp-content/uploads/2021/06/JORT-n%C2%B0026-du-19-mars-2021.pdf est contestée à ce jour[12]) et élites dirigeantes, entre administréEs et instances gestionnaires, entre gouvernéEs et gouvernantEs, entre citoyenNEs et classe politique.  

Face à ces séparations creusées par la faillite du système de gouvernance régnant, qu’apporte le décret du 17 décembre 2021 ? Il fait écho à des attentes inassouvies et veut combler, par une commémoration nationale, un déficit de reconnaissance ressenti par une partie des Tunisiennes et des Tunisiens depuis 2011. Il prend parti, dans une posture d’aplomb, dans un débat mémoriel qui dure depuis dix ans, en apportant à une controverse structurant le répertoire politique, un appui officiel. 

Mémoire et communication politique

Kaïs Saïed exerce ses prérogatives fixées par le décret 117 du 22 septembre 2021[13] en les mettant au service d’une réparation symbolique. Sa position, notamment en état d’exception, lui permet de remplacer un texte par un autre. Cette opération de communication politique remettant à l’honneur la scène inaugurale de la protestation vient raviver une distinction installée dans le vocabulaire politique. En remettant à vif une querelle des symboles, la communication présidentielle s’installe dans le champ mémoriel.

Sous Bourguiba, la date du 18 janvier (1952) a rempli la fonction de « fête de la Révolution » ; Ben Ali l’a supprimée en instituant la fête du Changement du 7 novembre (1987) et en supprimant la Fête de la Victoire (1er juin 1955). Les dates symboliques changent au fil du temps, au gré des détenteurs du pouvoir et des messages symboliques que veulent émettre les autorités agissantes. Entre 1922 et 1937, les nationalistes ont commémoré la date du 5 avril 1922, comme déclenchement d’une contestation politique menée sous la houlette du Bey Naceur[14]. Après les 7 et 8 avril 1938, la « commémoration » d’avril 1922 a cessé jusqu’à ce que le souvenir des journées d’avril 1938 soit consacré en 1964 par un décret instituant le 9 avril comme fête nationale des martyrs.

Ces exemples pris dans l’histoire de la Tunisie contemporaine confirment que le registre mémoriel est investi par le pouvoir pour sa communication. L’exercice de gouverner renferme, entre autres, le besoin de choisir des messages à portée symbolique à des fins politiques mais aussi psychologiques.

Sur ce plan, le contexte politique actuel se prête à souhait à l’exaltation des excluEs et à l’emballement des marginaliséEs. Les dix dernières années, la situation de l’emploi, la dérive des services publics ont augmenté le nombre des nécessiteux et diversifié les genres des démunis. La profonde crise économique et sociale qui se creuse est un levain propice à attiser des divisions impossibles à nier ou à supprimer. Les aspirations de la Révolution restent présentes dans la société : réduire les inégalités, instaurer un Etat de droit, mettre un terme à l’impunité et aux privilèges acquis, aménager une fiscalité plus équitable, réformer l’éducation, améliorer les conditions de vie sont des souhaits qui rassemblent l’opinion. La prérogative essentielle du pouvoir politique est de trouver les moyens de prendre en charge, à travers des initiatives tangibles, ces revendications inassouvies.

Il est à craindre que le décret déplaçant la commémoration de la Révolution du 14 janvier au 17 décembre soit un « coup de com » qui se contente de conjurer, par un simple texte, une part des revendications révolutionnaires. En ce nouvel hiver lourd d’inquiétudes sur l’avenir de la Tunisie, ce décret présidentiel, qui peut être lu comme un geste de réparation, ne doit pas contribuer à mettre de l’huile sur le feu du ressentiment qui couve. Le plus urgent est de conjurer, par des actes et des décisions concrètes, les dangers du présent qui menace.   

Hammam-Lif, le 18 décembre 2021

Publié dans Le Quotidien d’Oran, lundi 20 décembre 2021, page 6 

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5308203

Photo : CinéRyf, Décembre 2021, © Sihem Sidaoui

[1] https://legislation-securite.tn/fr/law/105105

[2] http://www.ilo.org/dyn/natlex/docs/SERIAL/86787/98461/F1151689257/TUN-86787.pdf

[3] Accompagné d’Aymen Rezgui, Sofiane Chourabi signe les premières photos de la presse écrite envoyées de Sidi Bouzid le 19 décembre 2010. Elles ont été publiées par le journal At-tariq el jadid le 24 décembre 2010.   

[4] Jean Marc Salmon, 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien 17 décembre 2010-14 janvier 2011, Les Petits matins, 2016, 349 p.

[5] L’exposition Before the fourteenth Instant tunisien revient sur les différentes séquences des 29 jours du soulèvement tunisien, voir le catalogue publié sous la direction de Rabaâ Ben Achour,  Tunis, Ministère des Affaires Culturelles, 2019, 161p. (FR/ENG)/119 p. (AR).

[6] Chawki Nasri tombé à Menzel Bouzaïane le 24 décembre 2011 est le premier mort ; les assassinats de Lotfi Nagdh, Chokri Belaïd, Mohamed Brahmi, Socrate Cherni, des forces de l’ordre… sont autant de nœuds méritant qu’on revienne sur les traces des faits.  

[7] Le préambule de la Constitution du 27 janvier 2014 parle de « la révolution de la liberté et de la dignité du 17 décembre 2010-14 janvier 2011 ».

[8] Exemple : Moncef Marzouki et Mustapha Ben Jaâfar sont pris à partie le 17 décembre 2012 à Sidi Bouzid.

[9] Mohamed Ghannouchi, Béji Caïd Essebsi, Hamadi Jebali, Ali Laârayed, Mehi Jomâa, Habib Essid, Youssef Chahed, Elyès Fakhfakh, Hichem Mechichi, Najla Bouden.

[10] Une Assemblée nationale Constituante (ANC) 2011-2014 ; deux Assemblées de Représentants du Peuple (ARP) : décembre 2014- novembre 2019, novembre 2019-juillet 2021

[11] Fouad M’bazâa (15 janvier 2011 – 13 décembre 2011), Mohamed Moncef Marzouki (13 décembre 2011- 31 décembre 2014), Béji Caïd Essebsi (31 décembre 2014 – 25 juillet 2019), Kaïs Saïed (novembre 2019- )

[12] Noujoud Rejbi, « Chroniques d’une liste controversée des victimes de la Révolution tunisienne », Inkyfada, mai 2021, https://inkyfada.com/fr/2021/05/18/liste-officielle-martyrs-et-blesses-de-la-revolution-tunisie/

[13] https://legislation-securite.tn/fr/law/105105#:~:text=%C3%A0%20notre%20newsletter-,D%C3%A9cret%20Pr%C3%A9sidentiel%20n%C2%B0%202021%2D223%20du%207%20d%C3%A9cembre%202021,%C3%A9tablissements%20publics%20%C3%A0%20caract%C3%A8re%20administratif

[14] Kmar Bendana, « Retour sur la crise d’avril 1922 », Rawafid n° 3, Tunis, ISHMN, 1998, pp. 123-151.

Mohamed Salah Fliss : 1961-1970. Les étapes d’un engagement

Le texte qui suit reproduit une partie de l’entretien effectué le 22 janvier 2014 à l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine (ISHTC). Mohamed Salah Fliss revient sur les étapes, les raisons d’un engagement qui tient autant aux événements qu’il a vécus à Bizerte qu’à l’expérience de la prison.

L’entretien vient d’être traduit par Mohamed Salah Fliss et publié sur le site Nachaz Dissonances https://nachaz.org/%d9%85%d8%ad%d9%85%d8%af-%d8%a7%d9%84%d8%b5%d8%a7%d9%84%d8%ad-%d9%81%d9%84%d9%8a%d8%b3-%d9%85%d8%b1%d8%a7%d8%ad%d9%84-%d8%a7%d9%84%d8%aa%d8%b2%d8%a7%d9%85/

Kmar Bendana : Quelles sont les circonstances dans lesquelles vous êtes entré dans le mouvement Perspectives ?

Mohamed Salah Fliss : J’avais 14 ans et demi au moment de la bataille de Bizerte. Ce que j’ai vu pendant l’été 1961 m’a écœuré. Voir une armée tirer sur une autre m’a ahuri, révolté. Cette guerre était le résultat d’une politique de Bourguiba et je trouvais que de ce point de vue là, Bourguiba a raté le coche comme homme d’Etat. Quand après la bataille, j’ai vu qu’il y avait un silence total, que Bourguiba n’a prononcé aucun mot d’excuse, je suis passé de l’autre bord. D’autres événements de moins grande envergure m’ont marqué également. Ali Ben Salem Kchouk et Habib H’nini, des participants au complot de décembre 1962 habitaient notre quartier. Recherchés par la garde nationale, ils se sont enfuis. J’ai vu les forces armées faire irruption par les terrasses dans notre patio où avec notre mère nous étions en train de manger autour de la mida. J’ai vu des hommes mettre des échelles à l’extérieur, descendre dans les maisons sans permission aucune. On nous intime l’ordre de ne pas bouger, on a vécu une situation de peur autour de notre mère. Ils fouillent sous les lits, vident oreillers et matelas. J’ai vécu ces moments de terreur comme gosse dans notre maison, en présence des miens et de notre mère. Par la suite, j’ai appris que des gens comme Mohamed Salah Baratli (qui vient de décéder le 2 janvier dernier à l’âge de 86 ans), ont été torturés au point que pour arriver au tribunal, ils devaient marcher avec deux béquilles en bois (les photos existent). Cs événements m’ont éloigné de Bourguiba, de son parti et ont fait de moi un homme critique envers le régime. Avec le temps, on a appris à canaliser notre refus du régime en essayant de nous organiser.

Après il y a eu le procès de Mohamed Ben Jannet https://www.masharif.com/fr/2020/05/17/memoires-dun-critique-militant-mohamed-ben-jannet-11-fevrier-1940-12-novembre-2o12-mouvement-davant-garde-tunisien/ que j’ai suivi de près. Il a été arrêté l’après-midi du 5 juin 1967 et condamné en été. On était offusqués que le procureur de la République demande la peine de mort, que Mohamed Ben Jannet écope de 20 ans de travaux forcés. C’était le point de départ d’une activité tous azimuts, pendant l’année 1967-1968. Je venais d’avoir mon bac en juin 1967.

K. B. : Parlez nous de ce « on ». Comment s’est formé votre groupe ?

M. S. F. : Avec un groupe d’amis du lycée de Bizerte, on était en liaison avec nos aînés à la « faculté du 9 avril » qui nous rapportaient les nouvelles des événements à l’université. Ce groupe se composait d’amis qui fréquentaient le même lycée, habitaient des quartiers voisins et jouaient au football ensemble. Chaque week-end, grâce à nos aînés, on était au courant ce qui s’était passé dans la semaine à l’université et on les informait sur notre lycée qui était un peu spécial. Quand on a intégré le lycée (Stephen Pichon) en novembre 1961, nous l’avons pris de haute lutte aux Français. Nous l’avons investi sous la houlette du proviseur Mohamed Bouden, sur ordre de Mahmoud Messaâdi. Il n’y a eu aucune réaction de l’autre côté. Dans ce groupe, deux éléments sont partis faire des études en France. Les autres sont restés ensemble. Ils n’ont pas tous été en prison mais ils se sont engagés ensemble.

K. B. : Quand et comment avez-vous rejoint le mouvement Perspectives ?

M. S. F. : L’année 1967/1968, où j’ai rejoint l’université était une année faste en activités protestataires contre le régime. J’étais inscrit pour deux licences parallèles : l’une en civilisation islamique, l’autre en PPS (psychologie/philosophie/sociologie). J’habitais la cité universitaire Ras Ettabia. Il y avait des réunions politiques quotidiennes entre les trois variantes : le Baâth, Perspectives et le parti communiste tunisien. Deux grands comités ont été mis sur pied : pour la libération de Mohamed Ben Jannet et pour soutenir le peuple vietnamien contre la guerre américaine. Autour de ces deux comités, on a organisé des réunions dans les différentes sphères de l’université, distribué des tracts dans les restaurants et les cités universitaires. Les partis politiques venaient « pêcher » les éléments qui étaient censés être les plus actifs et les plus engagés. J’ai été contacté par les trois formations en vue d’avoir des entretiens plus élaborés avec les militants de chaque groupe. Honnêtement, on n’était pas outillés pour trancher dans le sens d’un engagement partisan clair et net. On discutait les uns avec les autres pour comprendre, on posait des questions, on compilait de la littérature. En mars 1968, c’était le cumul d’une série de manifestations, grèves, distribution de tracts…. Le régime a perdu son sang froid, il a décidé d’un grand coup pour essayer de récupérer le mouvement, de le stopper pour qu’il ne prenne pas de l’ampleur. Les deux livres blancs publiés par le Parti Socialiste Destourien et par les étudiants destouriens en 1968 le montrent bien : le régime a été compréhensif et clément jusqu’à un certain point. Les contestataires n’ayant pas compris qu’il y avait des limites, on a cogné en faisant des arrestations. Les premières ont été faites le 19 mars 1968. Les premiers arrêtés, tabassés et bousculés ont donné des noms et la chaîne a commencé…Pour la direction du territoire, il fallait cataloguer chacun, même ceux dont l’appartenance n’était pas très claire. La libération de Mohamed Ben Jannet ou le soutien du Vietnam n’étaient pas considérés comme des causes ; il n’y a avait que des gens organisés. Toutes les personnes citées étaient mises dans le même sac.

K. B. : Au moment des arrestations en mars 1968, faisiez-vous clairement partie du mouvement Perspectives ?

M. S. F. : J’étais encore hésitant. Je discutais avec tout le monde, je voulais me faire mon idée. Il fallait que je comprenne avant de trancher. Mais j’étais dans le coup du point de vue de l’action concrète :  je participais aux réunions, aux manifestations, aux grèves ; je distribuais les tracts. En prison avec un certain nombre de détenus (Abdallah Rouissi, Najib et Rached Chebbi….qui ont remis en cause leur appartenance au nationalisme arabe), nous avons eu des discussions. La prison donne l’occasion de profondes et fructueuses discussions quant à l’orientation politique. Le 1er août 1969, à Borj Erroumi, nous avons constitué une cellule appelée le GMLT : Groupement Marxiste Léniniste Tunisien. La tâche assignée à ce groupe était de comprendre la nature de la société tunisienne, de trancher dans le débat entre « révolution socialiste » ou « révolution démocratique nationale » ce qui pouvait convenir à la Tunisie à cette étape. Pencher pour la « révolution socialiste » signifiait pour nous aller avec le prolétariat industriel avec des alliés. Si on devait opter pour « révolution démocratique nationale », le panel devait être plus large, il fallait se mettre à l’écoute de la partie de la société tunisienne qui n’a pas eu sa part de développement après l’indépendance.

K. B. : Vous avez pu terminer vos études ?

M. S. F. : Non. J’ai été coffré dès la première année. Condamné en 1968 à deux années de prison, j’ai effectué ma peine entière, à trois semaines près. J’ai été libéré le 17 janvier 1970 et n’ai pas pu reprendre mes études

K. B. : Votre engagement au sein de Perspectives est le fruit de la maturation de votre réflexion en prison ?

M. S. F. : Si j’étais resté libre, j’aurais eu mis plus de temps à choisir à cause des points de divergences. Perspectives https://fr.wikipedia.org/wiki/Perspectives_tunisiennes était idéologiquement un ramassis large qui ne pouvait pas tenir la route dans une seule et unique organisation. De plus, la constitution de Perspectives s’est faite à Paris, au vu des données du mouvement étudiant tunisien en France. C’était une partie de la mosaïque politique tunisienne, qui ne pouvait pas englober l’intégralité de la réalité politique du pays, plus complexe. Je suis venu à l’action politique à travers une expérience personnelle : la bataille de Bizerte de l’été 1961 puis le complot de décembre 1962. Je connaissais les personnes arrêtées en chair et en os, je les admirais parce que je les trouvais sincères, probes, n’ayant rien à se reprocher humainement sauf qu’ils étaient hermétiques (je parle de ceux qui se sont engagés dans le complot). Apprendre les condamnations à autant d’années de prison, voir la peine de leurs familles, c’est révoltant, affreux, insupportable, inadmissible. C’est ça la différence avec ceux qui sont venus de France. A mes yeux, les « perspectivistes » de France avaient à gagner en maturité en s’intégrant à la réalité tunisienne. Il leur était nécessaire d’avoir des accointances concrètes à travers les gens pour communiquer avec une partie de la population tunisienne.

K. B. : Ces jugements étaient ils clairs pour vous avant la prison ?

M. S. F. : Avant la prison, c’était un sentiment vague qui ne savait pas exprimer ses contours. En prison, la chose la plus admirable est qu’on est ensemble 24h/24H. Si on est animés de bonne volonté, il n’y avait que des luttes idéologiques et politiques pour remplir notre emploi du temps. Après un coup de filet répressif, il fallait faire son mea culpa, revenir à l’action, pour l’asseoir, pour se donner les moyens de la comprendre, de la critiquer le cas échéant, de la compléter. Pendant toute la période de prison, la détention a eu la vertu de nous apprendre à nous retourner sur nos actions passées pour les décortiquer et essayer de voir où le bât blessait.

K. B. : Que pensez-vous aujourd’hui de la prison ? Que vous a-t-elle apporté ?

M. S. F. : La prison a certainement servi à notre formation politique. Elle a permis de rassembler des gens différents. Des générations et expériences disparates qui peuvent se compléter se sont retrouvées ensemble. Des consciences se sont mises en commun. La discussion d’un jour peut déboucher après une semaine sur une remise en cause positive…

K. B. : Vous avez résisté aux vexations de la prison comme intellectuel. Tout le monde peut-il tirer profit de l’isolement ?

M. S. F. : A part la lutte idéologique et politique, il y a le facteur humain. Premièrement, moi jeune de vingt ans, j’ai pu connaître des militants de toutes les régions, apprécier la hauteur morale et éthique de gens qui essayaient de se forger intellectuellement et politique. Deuxièmement, une solidarité s’est constituée contre un ennemi commun, l’administration pénitentiaire. Dans  une manifestation, dans une grève, vous êtes dans une foule non individualisée. En prison, on connaît untel, son chemin, on approfondit la connaissance des individus. Le principe de la lutte devient intangible, indiscutable, quand on connaît les militants. Dans la clandestinité, sous pseudonyme, pressés de finir les réunions, on ne se connaît pas, c’est factice. En 1970, après deux ans de fréquentation, tout le monde était d’accord pour continuer le combat, dans le même esprit ou en changeant de méthode.

Publié

-dans le magazine Akademia n°27, Université de La Manouba, mars 2014, pp. 7-12.

-sur le site Nachaz Dissonances https://nachaz.org/mohamed-salah-fliss-1961-1970-les-etapes-dun-engagement/

En lévitation

Depuis des années en Tunisie, on sent les difficultés s’accumuler sans solutions, on les voit éclater les unes après les autres, remontant à la surface avec des scandales, des pertes, des morts. Nous n’arrêtons pas de déballer nos problèmes, de dégueuler nos dysfonctionnements, de rejeter nos microbes. L’image qui exprime le mieux notre état : ça pète de partout. L’avalanche ne s’arrête pas, même s’il y a des niches où des choses se réalisent, se créent. J’ai beau me dire que nous devons en passer par ces émergences nauséabondes, il y a des moments où l’ampleur des problèmes envahit tout l’espace mental, coupe la vision, fait perdre de vue ce qui se fait silencieusement, en infra souvent et sans moyens autres que la volonté, l’honnêteté ou l’envie de faire bien… Il y a tellement à faire pour changer globalement le “système”, partout et à tous les niveaux, le plus compliqué étant d’arriver jusqu’aux comportements individuels. 

Un système extraverti

L’écrou qui a sauté en 2011 a exacerbé les déséquilibres internes (entre régions, classes, sexes, institutions…) tout en favorisant le tiraillement du pays entre plusieurs pôles d’intérêts internationaux. L’Arabie Saoudite et les pays du Golfe déploient argent clandestin et investissements mal pensés. L’Europe importe à bon compte une main d’œuvre ultra qualifiée pour combler ses manques et fournit des aides rapportant à ses entreprises et faisant travailler ses experts. Les Etats-Unis actionnent des fils comme pour un jeu vidéo (on est si loin et la position géo -stratégique de la Tunisie lui confère un rôle de pion de régulation). La Turquie se conduit comme un pays colonisateur. La Russie et la Chine sont en action à travers projets, entreprises et médiateurs.

Le pays se trouve entre les mains de responsables, bouffés par des habitudes anciennes, soumis à des réseaux prédateurs, souvent enclins à des calculs mesquins et sans effets favorables sur la vie des gens. Quelque soit le clan choisi (en soi cette donne politique complique tout), les décideurs sont convaincus d’une nécessité qu’ils croient vitale : s’insérer dans les marchés internationaux, contracter des accords (pour créer des emplois), sans bon sens ni souci de l’essentiel, du primordial et surtout du territoire… Les élites tunisiennes sont prisonnières de ces recettes et imprégnées de ces prismes de la réussite, alors que tout est tracé pour des bénéficiaires ailleurs. Elles constituent les relais consentants, ou pas, formatés ou contraints devant servir à appliquer les macro-orientations économiques. En tant qu’universitaire, je note depuis plus de vingt ans que les universités servent ces tendances et que les choix répondent à des besoins de « compétences » ressentis partout ailleurs qu’en Tunisie.

Croisements

La tendance est sensible dans l’enseignement supérieur depuis les années 2000 : le secteur ne cesse de dégringoler. La santé publique fait partie de la même conception « managériale » et obéit à une orientation alignée sur les “marchés” de l’emploi en Europe, créant et encourageant les filières pouvant satisfaire le manque de recrues qualifiées. Les défaillances du domaine se sont révélées au grand jour avec la crise sanitaire du Covid-19 qui a coûté plus de vingt mille morts. Le secteur médical est aussi malade que les autres et les professionnels sont bien obligés de manager leurs vies et carrières en fonction des possibilités offertes. Le manque de moyens et de recrutements décourage les bonnes volontés et on voit cette profession de “notables” se dégrader d’une façon insupportable aux yeux de ceux qui la choisissent. Désillusions et déboires renforcent les départs à l’étranger. La médecine privée et publique fonctionnent de manière antinomique, entre des considérations mercantiles et réglées sur les profits corporatistes (les médecins de libre pratique résistent aux impôts), sans coordination, ni logique d’intégrer l’intérêt de la population tunisienne. La crise du Covid-19 a dramatiquement mis en évidence déficits et décalage avec le réel. L’héroïsme des volontaires n’a pas suffi, il a fallu la solidarité mise en place entre juin et juillet pour stopper la pente de la mortalité.

Le clash du 25 juillet 2021 remet sur le tapis les choix politiques des dernières années : le régime parlementaire (dit “régime d’assemblée”) est honni car ses représentants ont donné une image détestable de la délibération, pourtant nécessaire pour sortir du règne du Parti-Etat et du régime du parti unique. Il a fallu dix ans et l’élection-sanction de Kaïs Saïed en octobre 2019 pour que l’expérience soit tranchée arbitrairement, à force de voir la dictature parlementaire prendre des formes violentes, au sein de la coupole du Bardo. Entre déni des règles délibératives et manœuvres irrégulières, l’assemblée des représentants du peuple (ARP) est devenue une scène humiliante et les députés des personnages peu respectés. L’impasse était perçue par la population et le ras-le-bol exacerbé par les problèmes économiques et sociaux s’est cristallisé sur cette assemblée caricaturale. On comprend dès lors les formes de soulagement manifestées le 25 juillet au soir à l’annonce du gel de l’ARP pour un mois et les marques de soutien à Kaïs Saïed qui font tâche d’huile depuis. 

Dans ces semaines de flottement, nous nous retrouvons dans un croisement épineux. La situation est délicate et coûteuse car on a soigneusement “évité” des réformes (notamment dans l’éducation, dans la fiscalité, dans l’agriculture, dans le transport….) saboté des processus (la digitalisation de l’administration est empêchée pour éviter le contrôle des circuits et des procédures) et bouleversé des formes d’équilibre (déjà très précaires) pendant ces dix années post-2011. 

Dans ce mois de quasi-lévitation, une inquiétude m’habite. Je souhaite d’abord que l’on évite effusion de sang et attentats. Si nous échappons à ce risque, nous aurons fait un pas vers une vie politique plus saine. Il faudrait que le Président de la République arrive à contenir -malgré sa popularité- la tentation de se présenter, puis de se conduire comme un sauveur. L’armée est sûrement derrière lui et ce positionnement est en soi un équilibre périlleux. Beaucoup parlent d’une « chute » des islamistes : ils ont effectivement perverti des procédures, kidnappé des moyens, profité d’une “image” internationale bisounours sur l’islam politique. Le parti Ennahdha a certes largement contribué à mettre le pays dans l’impasse, mais il n’est pas seul, ne serait-ce que parce qu’il n’est pas majoritaire : avec près de 500.000 voix, il représente moins de 10% des votants de 2019 (52 sièges sur 217 au Parlement). Les nahdhaouis ont réussi à remplacer les adeptes du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (parti de Ben Ali), en captant ses rouages et en se structurant plus rapidement (10 ans au lieu des 23 du système de ZABA) dans une prédation économique sans nuances. Ennahdha et ses alliés ont épousé et suivi l’opportunisme mafieux qui a ainsi trouvé l’occasion de développer des racines en déployant ses tentacules à l’intérieur comme à l’extérieur. Ces milieux opaques sont à craindre car ils ont les moyens de nuire, de façon ouverte ou masquée. Les Tunisiennes et Tunisiens ont appris à les repérer au cours de ces dix ans. L’armée semble (en partie) mobilisée contre les représailles possibles. Mais serait-ce suffisant ?

Etat provisoire ?  

Du côté de Kaïs Saïed, on nage dans le flou. Ses adeptes sont nombreux (les sondages du mois parlent de 87%), applaudissent à ses déclarations et apparitions. Il s’exprime à travers une communication fruste qui invoque l’Etat de droit, dénonce l’usurpation du peuple et défend les démunis : le pays a besoin d’entendre ce discours après les exactions subies. Mais on a aussi besoin de cadres d’action pour guérir les maux, changer les lois, appliquer les règles. L’homme ne s’appuie sur aucun parti et multiplie les attaques oratoires contre le règne de ces derniers. Il ne parvient pas à garder des collaborateurs (7 conseillers ont démissionné en un an et demi) et peuple cette parenthèse de visites impromptues pour encourager les forces de l’ordre, dénoncer la spéculation à travers les dépôts frigorifiques ou honorer les femmes potières de Hay H’lel, le 13 août. Le défilé des émissaires à la Présidence et les visites de terrain lui permettent de répondre à ses détracteurs, en les assurant du respect de la loi. Malgré cette posture rigide, on doit reconnaître que sa position est difficile : il se retrouve entre la pression de la “rue” (proclamée “peuple”), des attentes démesurées de la part de la population et des forces internationales déroutées par ce président atypique.

Or, le temps est court et très compté. Comment faire pour que la Tunisie se dote des institutions qui lui manquent, engage des réformes de base, arrête les mauvaises pratiques et le corporatisme qui minent les rouages de l’Etat ? En plus de la crise globale, on doit combler les problèmes structurels (à commencer par la finance publique) et stopper la corruption disséminée au sein de l’Etat. On ne peut pas se contenter des mesures provisoires prises jusque là : mise en résidence surveillée, interdiction de quitter le territoire, suspension d’exercice… Il s’agit surtout que la MAGISTRATURE fonctionne “normalement”, après des décennies de népotisme, de corruption et d’une poltronnerie augmentée par les tractations illicites et les complicités multipliées après 2011. Les magistrats -partis en vacances comme si de rien n’était- déclarent reprendre le 16 août. Vont-ils faire avancer les dossiers ? Nous attendons que les affaires instruites passent le cap… L’article 163 de la Constitution nous donne les moyens de poursuivre les partis et les députés qui ont bénéficié de financements étrangers. La Cour des comptes a déposé son rapport depuis septembre 2020 https://www.leaders.com.tn/uploads/FCK_files/Rapport%20annuel-CDC%20Web.pdf : les listes sont prêtes pour être soumises à enquête. Certaines affaires (comme celles de l’assassinat de Belaïd et Brahmi) sont explosives ; elles peuvent mener à des révélations qui touchent des responsables de premier plan… et susciter des représailles. Il est crucial de dénouer les liens entre le ministère de l’Intérieur et la magistrature. Or rien n’a été fait en cette direction depuis 2011. Allons-nous voir apparaître d’”honnêtes gens” ? Le courage de chaque individu doit être grand, immense. Pour le commun des citoyenNEs, comme pour les profiteurs du système, le suspense est dur à vivre. Il est peu probable que fin août, on ait du neuf.

Je ne regretterai pas ce Parlement (même si son “gel” est arbitraire) et peu m’importe que la Constitution (bavarde, paradoxale et piégée par endroits) https://blogs.mediapart.fr/edition/revolutions-dans-le-monde-arabe/article/300114/kmar-bendana-ouf soit modifiée. Si on doit avoir des élections anticipées, j’accepte toutes les propositions techniques pour modifier le système électoral. Nous avons assez de juristes pour cela. Je voudrais avant tout que cette nouvelle étape de la “transition” se passe sans violence.

Face à ces nouvelles incertitudes, et dans cette phase où la Tunisie titube, mon optimisme est à l’épreuve…sans être complètement mort.  

Hammam-Lif, le 15 août 2021

Publié dans Le Quotidien d’Oran, mercredi 18 août 2021, page 6.

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5304509

Lire ou relire “La fêlure” de Mohamed Lahbib Chebbi

Lahbib Chebbi, La fêlure. Mémoires d’un cheikh. Roman, Tunis, Editions Salammbô, 1985, 255 p.

Lire ou relire aujourd’hui La fêlure. Mémoires d’un cheikh, un roman tunisien de 1985, n’est pas dénué d’intérêt. Les résonances sont multiples. L’ouvrage n’a pas suscité l’engouement connu par La Peste, d’Albert Camus au cours de l’année 2020, dès le déferlement de la première vague du Covid-19 à travers le monde. On a cependant noté dans la presse tunisienne des rappels du roman édité en 1985 à Tunis aux éditions Salammbô, réédité par la maison Cartaginoiseries Editions en 2010 (préface par Mohamed Kerrou). Sa lecture ou sa relecture valent le détour.

Un personnage/auteur bouleversé

Un des charmes de l’ouvrage réside dans les divers plis (psychologique, sociologique, politique, philosophique…) à travers lesquels se déroule le récit d’un lettré tunisien qui raconte l’épidémie de choléra qui frappe Tunis en 1867. L’auteur, Mohamed Lahbib Chebbi (1944-1988), anthropologue, nous introduit dans un monde urbain en plein bouleversement, à l’image du cheikh qui rédige une « chronique » entre juin et juillet 1867 accompagnant son constat des effets d’une épidémie sur Tunis parallèle à la découverte d’un bouton dans sa tête (p. 41). Le choc provoque un désordre intérieur épousant la panique qui saisit en même temps l’ensemble de la ville et de ses habitants.

Si le thème littéraire de la brisure psychologique est classique, il est ici doublé d’artifices d’écriture qui l’enracinent dans l’histoire de la Tunisie et la topographie de Tunis avec des traits de la vie culturelle et politique locale : un traducteur Mokhtar Tounsi déclare dans la préface (datée de 1978) avoir trouvé un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Tunis, écrit dans deux registres de la langue arabe (dialectal et littéraire), dans une calligraphie maghrébine. La préface annonce une suite de réflexions qui relativise l’exigence abstraite de vérité que pourrait éprouver le lecteur. Car les temps et le ton ne sont pas à l’administration d’une vérité mais, au contraire, à la description des doutes et des incertitudes qui s’installent à commencer par la personnalité de celui qui parle/écrit. Sur le plan de la forme, les caractères d’imprimerie oscillent entre des passages en standard et en italiques qui font alterner les points de vue et les voix, entre 1857 (date du mémoire publié en annexe, pp.252-255), 1867 (le récit) et la « libre traduction » de 1978. Des feuillets sont dits manquants, d’autres illisibles : ces notations accréditent l’idée d’un manuscrit ardu à déchiffrer, donnant à penser qu’il est composé dans la fièvre et fruit du désordre des pensées et des sentiments qui submergent le chroniqueur.

Je suis un des chouyoukhs les plus écoutés de la capitale. Non pas pour une quelconque originalité. J’ai tout simplement emmagasiné une somme de connaissances sur la vie du Prophète, les explications du Coran et les données juridiques classiques. Je suis très respecté et on se tait à mon passage, enfin c’est ce que je crois. (p.75)

Le cheikh sent la « ville s’installer dans les chiffres » du décompte quotidien des morts et commence à douter de sa condition de « musulman ». L’épidémie de choléra trouble en effet sa tranquillité de cheikh (il utilise le pluriel de chouyoukhs), remet en question ses liens avec ses étudiants, sa conception du savoir ainsi que ses rapports avec ses collègues (Anouar, Salah, Sadok…) proches, comme lui, du pouvoir. Comme dans un roman initiatique, le personnage principal s’ouvre à une série de nouveaux constats.

L’épidémie est une épreuve désarçonnante : que peuvent la parole et la prière des chouyoukhs alors que la mort fauche quotidiennement les vies ? Que faut-il faire ? Suffit-il d’appliquer la quarantaine ? A l’épreuve des faits, les explications religieuses s’avèrent faibles, insuffisantes. De nombreuses pensées se greffent sur ces bilans critiques. Le cheikh découvre que l’extase n’est pas que dans la parole, que l’ivresse ne vient pas seulement des mots de la culture musulmane mais également du vin. Il lui arrive de confondre taverne et mosquée. Il réalise qu’il existe une autre façon de considérer l’histoire en train de se dérouler. La révolte de ‘Ali Ben Ghedhahem (1864), en arrière-plan du récit, doit être racontée « autrement » : Amor El Mejri lui soumet un manuscrit relatant l’événement (pp. 80-87). Le texte s’attache aux normes de l’époque espérant se placer sous les auspices d’Ibn Khaldoun mais le cheikh n’apprécie pas la chronique qui vise plus à « introniser » son auteur qu’à décrire les faits. Il est pris de doute envers le stéréotype du savant comme envers l’art historique, allant jusqu’à déclarer : « c’est le présent qui m’intéresse… pas les faits d’armes » (p. 72).

Des repères qui bougent

De jour en jour, le cheikh nous transporte dans l’espace d’une ville qui lui est familière dans ses quartiers : la médina, les souks, la hara (pp. 87-91), Bab B’har, les faubourgs, le quartier franc…comme dans ses marges : le cimetière El Jellaz. Ses déambulations font défiler les personnages qui assurent l’activité matérielle du Tunis de la deuxième moitié du XIXème siècle (le meddeb, le propriétaire du bain, le fournier, le serveur, le conteur, les prostituées, le courtier juif, les portefaix…) comme ceux qui en assurent l’administration (le mouharrek, le président de la municipalité, Monsieur Pierre, membre du conseil sanitaire…). On suit les transformations de la vie économique de la Régence (les chaouachis se transforment en barbiers) qui recomposent la place et le rôle des différents habitants de la ville de Tunis à cette époque :  les Musulmans, les Juifs, les Italiens, les Français, les Maltais… Le cheikh prend conscience de l’apport de la science des médecins juifs tout en exprimant sa méfiance comme il relève des signes annonçant la future occupation d’un pays en proie à des désordres divers et abandonné par ses gouvernants (le bey fuit la capitale, p.87).

Le style du roman et son rythme traduisent la panique qui s’empare de l’auteur, à mesure que l’épidémie se propage. Pour combattre sa tristesse, il fréquente la taverne, rend visite à la chanteuse Zahoua, pour échapper au réel, à la recherche d’autres liens. Il est de plus en plus focalisé sur des formes de l’invisible : les symptômes accompagnant le choléra, les souvenirs de l’enfance comme les pensées noires sur les morts. Le nombre de ces derniers ne cesse d’augmenter semant un sentiment de captivité, un état mental qui vient creuser la crise existentielle vécue par le cheikh, abandonné par sa femme et ses enfants (p.124) et voyant « son mal s’installer majestueusement en voisin de ses idées » (p.184).

Une métaphore évidente émerge : la colonisation française qui se profile et dont le roman décline les signes annonciateurs, à travers le symbole des remparts, la spéculation monétaire, l’impuissance d’une certaine parole, la résistance à l’innovation, la crise de la culture religieuse, le « sommeil de l’habitude ». En écho au délire du cheikh, la ville de Tunis est la proie de pensées lugubres, se plaint de sa décomposition. L’imaginaire urbain est tout de même traversé par des réactions nouvelles ; des habitants sentent le besoin d’intervenir sur les conditions de vie : reconstruire les maisons écroulées, réparer les murs délabrés, installer une certaine hygiène.   

Entre anthropologie historique et références poétiques et littéraires, La fêlure nous restitue une atmosphère manifestement nourrie d’une connaissance des sources et d’une intimité avec l’histoire de la ville de Tunis. Leur agencement en récit renforce l’intérêt d’une telle lecture en cette période épidémique. A cent cinquante ans de distance, le lecteur peut noter les invariants humains et les phénomènes tangibles qui accompagnent les crises sanitaires, tout en entrant dans une histoire de la Tunisie du XIXème siècle, rendue par l’anthropologue-romancier avec finesse et sensibilité. 

29 avril 2021

Publié dans IBLA n° 227, juin 2021, pp. 173-176. 

La Tunisie, dix ans après… Quels changements ? Entretien

10 ans après, les Tunisiens ne sont pas d’accord sur la qualification de ce qui a eu lieu en Tunisie entre le 17 décembre 2010 et le 14 janvier 2011. Pour l’historienne que vous êtes, est-ce une révolution ? Un soulèvement ou bien, finalement, un complot fomenté depuis l’étranger ?

En historienne, je répondrai qu’il s’est passé plusieurs choses à la fois. On n’y voit pas bien clair, à ce jour. J’ai appris à tenir compte de la parole des acteurs. A ceux qui disent c’est une révolution, un soulèvement ou un complot, je demande de développer les raisons et les preuves. Je peux juste affirmer que ce qui s’est déclenché en 2011 est visible et sensible par tout le monde et que le mouvement que cela a provoqué ne s’est pas arrêté à ce jour. Quelle que soit la qualification, ce qui s’est produit et dont l’impact est perceptible dix ans après, marque encore l’histoire du pays. 

Est-ce qu’il y a une différence entre protectorat et colonisation et le mot protectorat est-il inoffensif ?

Protectorat est un mot d’acteurs. Je le traite en tant que terme choisi par les administrateurs coloniaux. Je n’efface pas les mots de l’histoire. Le mot colonisation est plus générique et comprend plusieurs formules. Le protectorat est une forme de colonisation. Les acteurs de l’époque voulaient signifier qu’ils comptaient instaurer un système différent de celui de l’Algérie. Les mots ont une portée historique. Il faut les remettre dans leur contexte. La polémique qui en a découlé s’inscrit dans l’actualité[1], elle revient à la relation franco-tunisienne, objet de controverse. Partout dans le monde, on assiste à une remise en cause de la colonisation ; elle a pour origine un sentiment d’inégalité mal vécu par les pays qui ont été colonisés. Les pays colonisateurs ont bénéficié d’une grande avancée historique en exploitant des richesses des pays occupés ; ils sont les dominants d’aujourd’hui. Le débat est suscité par un rapport d’inégalité perçu comme tel. La polémique tunisienne est née suite à la visite du président Saïed en France en juin 2020 : rappelons qu’elle porte sur les discours officiels de deux Chefs d’Etat qui se parlent, chacun avec ses références et, probablement, avec ses intérêts. Ils jouaient une scène soumise à des codes protocolaires. La polémique autour de cet échange constitue une réaction saine dans une démocratie où la liberté d’opinion et la liberté d’expression sont garanties.

Dans le progrès sociopolitique tunisien, qu’est-ce qui est irréversible ? Le concept de l’Etat-nation a-t-il été assimilé ?  Les acquis de la femme sont-ils irréversibles ? Est ce que l’emploi du dialecte tunisien comme support de communication l’est encore, quand on constate la tendance aujourd’hui de parler dialecte oriental et arabe littéraire ?

Pour une historienne, il n’y a pas d’irréversibilité, ni de progrès linéaire. Mais une évolution dans le temps, avec des vitesses et des formes multiples. L’Etat-nation qui a 150 ans et qui a fait la Tunisie contemporaine, est-il irréversible ? Je ne sais pas. Il est marquant et poursuit son chemin historique. La Tunisie fait partie du monde qui l’entoure. Elle ne peut jouer seule sa partition. La Tunisie a lutté pour son indépendance dans le cadre d’un mouvement global de lutte contre l’occupant. Elle fait partie d’une soixantaine de pays ayant acquis leur indépendance entre les années 1950-60 et construit des Etats-nations.

N’y a-t-il pas des spécificités tunisiennes comme les droits des femmes ?

Il y a, effectivement, une histoire intellectuelle et politique propre à la Tunisie, lancée depuis le 19ème siècle et dans laquelle la question de la femme est un thème politique important. Ibn Abi Dhiaf (1804-1874), Thaâlbi (1876-1944) ont abordé la condition de la femme. J’ajoute que la femme était alors considérée en tant qu’épouse ou mère, membre d’une famille « arabo-islamique ». On pensait qu’il fallait l’éduquer pour qu’à son tour, elle sache prendre soin de ses enfants. Ce n’était pas une démarche d’émancipation de la femme afin d’en faire un sujet politique. Celui qui a commencé à considérer la femme comme individu, c’est Tahar Haddad (1899-1935).

Bourguiba s’est approprié le dialecte tunisien pour en faire un outil de communication politique. La « dareja » a été utilisée de manière didactique pour communiquer avec les Tunisiens et pour exposer sa vision moderniste et le projet qu’il avait pour le pays.  Qu’en est-il à présent ?    

Le leadership passe par la parole. L’intelligence politique de Bourguiba a consisté à utiliser la radio pour faire du dialecte un médium politique fort. Comme un virtuose, il a utilisé la radio et les meetings politiques pour communiquer avec les Tunisiens. Il a contribué à faire du dialecte tunisien une langue politique. Aujourd’hui, on a la radio et plusieurs médias de masse. Il est impensable de toucher les gens sans passer par la dareja. Rached Ghannouchi ne parle pas. C’est un négociateur politique de l’ombre. Et quand il parle, c’est en arabe littéraire. Hichem Mechichi parle comme un communiqué. Kaïs Saïed parle comme un vieux livre. Ils ne peuvent acquérir un statut de leader s’ils ne s’adressent pas à la foule et ne savent pas parler son langage. On ne peut faire de la politique sans savoir parler. Savoir parler est une compétence politique.

Qu’est ce qui est immuable et qu’est ce qui est changeant dans la personnalité tunisienne (Echakhssya Ettounissya). « Nous sommes une nation » avait énoncé Feu Ali Belhouane. Le sommes-nous ?

Tout est changeant, mais il y a des paliers de changement, avec des continuités et des ruptures. La formule « 3000 ans d’histoire » a été construite en son temps. Je pense qu’une autre construction est en cours. Des leaders, des intellectuels, des artistes édifient des récits mais les gens doivent y croire. C’est l’adhésion populaire qui donne sa force aux constructions. Laquelle adhésion peut faiblir à un moment donné, il faut qu’il y ait des leaders pour raviver l’appartenance, relancer le lien social. Les élites ont une responsabilité dans ce processus. A chaque époque, les élites sont responsables du progrès de leur pays.

Sommes-nous dans cette dynamique ?

Nous vivons une période historique qui relance la question de la Tunisie comme entité. La preuve, on dit : la révolution tunisienne. Je pense que nous sommes dans un moment de redéfinition. Des gens ont besoin d’y croire. Les politiques d’aujourd’hui ne savent pas faire adhérer les gens. « Nous sommes une nation » [Nahnou Oumma] d’Ali Belhouane (1909-1958, un des leaders des manifestations d’avril 1938) était un projet. Le fait est que nous sommes en faillite politique, parce que nos gouvernants ne savent pas concevoir un projet d’avenir, ils parlent alors du passé. La faillite est double : de la parole politique et du projet. Il faut se départir de l’idée que le progrès est ailleurs. Le progrès est ici, à notre portée. Les gestes artistiques, les actes scientifiques, investir dans la connaissance sont des opérations qui nous projettent vers l’avenir. Apprenons à connaître notre pays en tenant compte de ses différents apports historiques. La souveraineté n’est pas synonyme de fermeture. Il nous manque la conscience que nous sommes capables de « faire », croyant que le progrès vient d’ailleurs. Il faut se débarrasser de ce préjugé.

Pour ce faire, il faut une locomotive qui pousse vers l’avant ?

Les élites politiques tunisiennes ne sont pas au diapason. Elles sont en retard. Voire même à côté. Ce n’est pas grave, il n’y pas que les élites politiques dans un pays. D’autres ont le devoir d’agir.

Les politiques détiennent le pouvoir décisionnel, comment s’en passer ?

Ils sont en train d’être dépassés. La preuve : qu’ont-ils fait pour contrer l’épidémie Covid-19 ? Le pouvoir s’avère incompétent. La compétence politique est de gérer l’intérêt général. La crise découle de l’incompétence des politiques à gérer l’intérêt public. Il aurait fallu laisser parler les médecins, écouter leur point de vue[2].

C’est aussi une question de moyens. Il fallait vacciner massivement. La Tunisie n’a ni les moyens ni le pouvoir diplomatique pour acquérir des doses de vaccins suffisantes. Vous ne trouvez pas ? 

L’Europe a voté pour la vente et non la gratuité des brevets des vaccins. Cette histoire me révolte. C’est un acte d’égoïsme immonde, de courte vue. Les Européens vont être punis par là où ils ont péché. Ils ont beau fermer leurs frontières, le virus circule. Les “big-pharma” n’auraient pas dû avoir le dernier mot.

Les laboratoires ne sont-ils pas plus puissants que les Etats ? Ils ont dicté leurs règles.

C’est une solution cupide et morbide. A l’issue de l’épidémie, on peut s’attendre à la manifestation d’une crise de portée morale. Israël n’a vacciné que les Israéliens. L’Europe a décidé par le vote de passer en priorité. C’est un tournant significatif. Même le pape a protesté. A croire que c’est le seul homme de gauche de la planète… Le Covid a mis à nu les contradictions et les égoïsmes de ces pays. Nos élites politiques n’ont pas été à la hauteur non plus. Pourquoi n’ont-elles pas contesté auprès de l’ONU ? Ces politiques n’ont pas su réagir. Il aurait fallu faire confiance à nos médecins, les laisser parler et donner au corps médical la responsabilité de gérer. Je demande que les médecins s’expriment d’une façon collective sur la situation et présentent leurs solutions. Par la suite, je demanderai des comptes aux politiques. Nous sommes confrontés à une crise globale dont les implications sont concrètes, il faut que l’on agisse sur le concret. La Santé publique, c’est du réel. L’inaction est criminelle. Les gens sont en train de mourir. L’incompétence en temps de guerre est criminelle. La désobéissance envers les mesures que l’on voit poindre est un signe : cela veut dire que la société tunisienne n’est pas inerte. Pourquoi fermer les marchés hebdomadaires en plein air et laisser ouverts les points de vente de la grande distribution?

Vous considérez que l’Etat a failli, mais il y a un fait majeur dont il faut tenir compte, le manque de moyens.

L’administration peut être concrète et pragmatique. Le problème relève de la Santé publique. Pourquoi les personnes des endroits reculés, meurent-elles ? Il fallait créer des hôpitaux, ouvrir des lits, fournir des masques, renforcer les équipements, donner les moyens aux médecins, augmenter les soignants. Il fallait réorganiser autrement l’appareil de Santé publique avec les moyens que nous avons. Il fallait recruter davantage de personnel et payer les gens. Plus de 9.000 morts, pour une population de 11 millions, c’est énorme ! La crise sanitaire nous a permis de juger les politiques. L’épidémie les a mis à nu. J’espère qu’aucun des responsables ne sera reconduit. La Covid est une expérience humaine qui montre que notre classe politique n’est pas apte à gérer la chose publique.

Vous comptez beaucoup sur la maturité de l’électeur tunisien, vraisemblablement ?

L’électeur est une espèce en train de naître, depuis 2011. Après les expériences de 2011, 2014, 2018, 2019, les électeurs et électrices sont plus avertis, plus informés. Nous devons devenir plus exigeants, plus demandeurs. Il faut demander des comptes. Je ne réélirai pas un responsable qui a failli. Nous sommes en train d’apprendre que nous pouvons élire des gens qui se révèlent incompétents. Aux prochaines élections, nous avons l’occasion de rectifier le tir. 

Intègres et compétents. L’intégrité à elle seule ne suffit pas, la compétence seule ne suffit pas. 

Il faut conjuguer les deux. La classe politique est redevable à la société. Les responsables doivent apprendre à rendre des comptes. Il ne suffit pas de contrôler les élections. A présent, des lanceurs d’alerte, des associations nous informent au quotidien des défaillances de la classe politique. C’est un apprentissage. Si on s’inscrit dans la temporalité, on s’inscrit dans les process. Le corps social évolue en voyant la réalité du pouvoir. Nous avons appris qu’un homme politique intègre et non compétent ne peut pas être un bon responsable. Nous devons en tirer les leçons. Ce sentiment de citoyenneté, nous devons le vivre d’une manière active, vivante, utile et pragmatique. J’estime être une citoyenne tunisienne, je dois le prouver. Il faut le dire, en tant qu’universitaire, en tant que journaliste, nous avons des possibilités qui n’existent pas dans les pays voisins… La liberté, l’égalité, les valeurs fondamentales sont à défendre au quotidien. Il n’y a plus de possibilité de retour en arrière. Le temps a un effet de métabolisation des acquis.

L’Etat est en faillite, tous les indicateurs sont au rouge. L’Etat n’a pas d’argent. C’est un fait.

La vérité, c’est que l’argent est volé. Vous n’allez pas me faire croire que le pays n’a pas d’argent. Lutter contre la corruption, contre les détournements des fonds publics et l’évasion fiscale ne doit pas être un leurre, comme c’est le cas aujourd’hui. Nous avons un problème de gouvernance très sérieux et nous le payons en vies humaines. J’en veux à l’administration et à l’Etat de ne pas résoudre de manière pragmatique les problèmes. La politique, ce n’est pas autre chose. C’est travailler pour l’intérêt public. Les politiciens se sont habitués à ce que la politique soit quelque chose d’abstrait. La Covid a mis à nu les ridicules d’une certaine gouvernance. Si on avait travaillé sérieusement depuis dix ans, à lutter contre ce qu’on appelle « el fassad » qui englobe tout, nous ne serions pas dans cet état. Il fallait changer les lois et non multiplier les structures de soi-disant lutte contre la corruption. Il fallait réformer des secteurs majeurs comme l’éducation, dans ses méthodes comme dans ses contenus et programmes, par exemple en introduisant les humanités et les arts dès le cycle primaire. L’enseignement est un chantier fondamental, pourquoi n’avons-nous rien fait depuis dix ans ?

Il ne faut pas perdre de vue que c’est un secteur très syndiqué, à la moindre réforme, l’opposition s’organise promptement. Vous le savez en tant qu’enseignante. 

Le corporatisme est un autre problème qui mine le fonctionnement du pays. Le corporatisme est une maladie de conservateurs. Ils ne veulent pas prendre le risque de changer, même pour servir leurs propres intérêts. C’est l’effet collatéral de l’autoritarisme sur notre mental érigé en système, de Bourguiba à Ben Ali. Or, les individus doivent se prendre en charge et essayer de contribuer au changement. Nos vies pourront alors changer.

Il faudra que l’effort soit collectif. Est-il collectif ?

L’effort est émietté par la politique. Il est aussi affaibli par les règles économiques imposées. Dans un contexte de mondialisation, la marge de manœuvre est limitée. La bureaucratie tunisienne héritée de l’autoritarisme représente un fléau avec sa volonté de tout contrôler. Tout se fait via les licences et les autorisations accordées de manière arbitraire et opaque. Le système a créé une caste étouffante, castratrice et corporatiste, qui ne tolère pas le changement. Il faudra que ce beau monde soit hors-piste pour pouvoir commencer à changer « le système ». Par ailleurs, un régime politique ne peut être réformé sans que le pouvoir judiciaire joue pleinement son rôle d’arbitre. Non seulement ce n’est pas le cas mais la haute magistrature est accusée de plusieurs maux. Le principe de la séparation des pouvoirs n’est pas respecté. Or, c’est le fondement du changement politique. Les juges sont aux abonnés absents. Ils se sont accommodés avec les pratiques autoritaristes. La police n’a pas été réformée non plus. Il faut l’obliger à respecter les règles. Ces corps résistent aux changements. Je crois aux institutions, encore faut-il qu’elles soient réformées et obéissent à des lois. La démocratie ne peut pas être mise en place sans institutions œuvrant pour l’intérêt du citoyen et l’intérêt général et non celui des personnes, fussent-elles Président de la République ou Chef de gouvernement. Cela s’appelle l’Etat de droit. Le changement est inéluctable. Autant l’accompagner au lieu de s’y opposer en s’accrochant aux privilèges. Qui a réduit son salaire ? Qui s’est contenté d’une voiture ?

Les hommes politiques doivent faire preuve d’exemplarité. Or, c’est tout le contraire qui est en train de se passer.

Les gouvernants auraient pu envoyer des signaux dans un pays en faillite. Il ne s’agit pas de manœuvres populistes mais de donner l’exemple. Se départir d’un privilège pour le bien commun et le faire savoir construit la confiance. Les Tunisiens ont besoin de voir des gestes concrets. Les bains de foules, les discours, les inaugurations ne servent à rien dans un monde en crise. Pourquoi à chaque fin de mois, les retraités font-ils la queue pendant des heures ? Depuis un an que l’épidémie s’est déclarée, personne n’a trouvé une solution pour que les personnes âgées ne se déplacent pas ? Cela aurait été un bon geste politique.

A la lumière de votre analyse, pensez-vous que le pays soit inscrit dans une dynamique qui avance progressivement, parfois de manière souterraine, ou alors stagne-t-il ou est-il en recul ?

Je vois des niches de progrès et d’action. Même si les avancées sont bloquées par une bureaucratie incompétente et paralysante. Si l’administration regorge de compétences, son mode de fonctionnement est paralysant. Je crois aux forces vives, les jeunes, surtout. Ils sont obligés d’agir malgré les obstacles, de contourner la bureaucratie. Je pense à ceux qui nous informent de manière formelle ou qui opèrent dans les réseaux informels. L’information est nécessaire à une démocratie. Je pense à la société civile, aux solidarités spontanées. Cette solidarité qu’on retrouve dans les quartiers, entre voisins et notamment envers les plus vulnérables, il faut l’institutionnaliser en gestes politiques. Il faut trouver les moyens d’agir autrement. La société a des droits sur ses gouvernants. Je pense aussi que dans chaque entité, chaque administration, des gens honnêtes font leur travail et résistent. Il faut qu’ils continuent. Ces niches sont en train de pousser vers l’avant. Ce travail finira par porter ses fruits. En tant qu’enseignante, je crois également à la transmission du savoir.

Si vous convertissez ce que vous dites à l’échelle nationale et dans le domaine politique, comment vous voyez la chose ?

Sur le plan politique, il y a une poignée de députés corrects, quelques ministres et certains acteurs dans l’administration. Cela agrège des dynamiques positives. Je vois autour de moi des personnes qui font des efforts, qui se donnent du mal. Pourquoi désespérer du pays avec autant de bonnes volontés ? Le terrain est ouvert. Ce que je peux faire, à mon niveau en Tunisie, des universitaires d’autres pays ne sont pas aussi libres de le faire. Je jouis malgré tout d’une certaine liberté académique. C’est verrouillé plutôt en haut lieu. Mais sur le terrain, il y a des marges de manœuvre. La politique est toxique en Tunisie. Détournons nos regards vers d’autres espaces d’action. Croyons en ce que nous faisons, vous, moi et les autres. Favorisons et développons les connexions collectives entre personnes qui travaillent pour l’intérêt général. En tant que Tunisiens et Tunisiennes, nous avons beaucoup à faire. Je refuse d’accorder aux politiques le monopole de l’agir. Agissons en tant que citoyens. En face, l’inertie des politiques s’explique par leur volonté de garder leurs privilèges. Ils partiront un jour. Nous sommes inscrits dans une dialectique de changement. Ne pas changer est un aveu d’impuissance. Les plus malheureux, ce sont ceux qui n’acceptent pas le changement. Moi j’ai envie d’être heureuse. Et je sais que j’ai changé depuis 2011.

Entretien mené par Hella Lahbib, le 10 avril 2021

Publié dans La Presse de Tunisie, lundi 19 mars 2021, page 5.

[1] Le 10 juin 2020, l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) a rejeté une motion demandant officiellement à la France de présenter des excuses pour les crimes commis « pendant et après la colonisation ».

[2] Le Conseil National de l’Ordre des Médecins publie le 19 avril 2021 un appel à respecter la parole médicale en réaction aux déclarations du ministre de la santé du 16 avril relatives au droit des médecins d’intervenir dans les médias ou sur les réseaux sociaux, à propos de la pandémie,

'Ala Talbi

Manifester avenue Bourguiba

Le changement passe par les têtes et les corps. L’assassinat de Chokri Belaïd (6 février 2013) est inscrit dans la mémoire des Tunisien.ne.s. On se souvient de la marche conduite par sa femme Besma Khalfaoui le jour même sur l’allée centrale de l’avenue Bourguiba, comme des images de la répression qui a suivi. La journée du 14 janvier 2011 avait fait de l’avenue un lieu symbolique. Les fêtes du 20 mars et du 9 avril 2012 ont vu se déployer des nuages lacrymogènes et des tabassages éclair par des policiers en uniforme ou en civil. Plein de manifestations se sont succédé depuis, visant à battre en brèche l’appartenance de l’artère à l’arbitraire policier, incarné dans la forteresse du Ministère de l’Intérieur. La commémoration du huitième anniversaire de l’assassinat du leader du Watad (Parti des Patriotes Démocrates) fait la double preuve que l’événement est entré dans les consciences et que les gens revendiquent l’espace de l’avenue comme un bien public.   

Corps, couleurs et cris

Une centaine d’associations appellent à se rassembler le samedi 6 février 2021 à partir de 13h Place des droits de l’homme, récemment rebaptisée Chokri Belaïd. Il fait beau, presque chaud et le convoi arrivant vers 14h au niveau de l’artère centrale constate qu’elle est barricadée de partout. Une seule issue est ouverte du côté de l’avenue de Paris ; la police fouille les sacs avant de laisser passer les gens. Les groupes s’organisent et l’avenue est rapidement occupée par une foule bruyante, bigarrée et masquée (Covid oblige !) sur laquelle flottent des ballons blancs et rouges à l’effigie de Chokri Belaïd et des pancartes, écrites surtout en arabe. Un mur de policiers armés de boucliers empêche d’arriver à la bâtisse ministérielle derrière laquelle se trouve le bureau du 7ème arrondissement, un des fiefs de la surveillance policière de la capitale. Des manifestant.e.s prennent le soin de scander aux agents : « nous ne sommes pas contre vous mais contre le système qui est derrière vous ».

Les vieux slogans 

Acha’ab yourid isqat an-nidham : |Le peuple veut la chute du régime],
la khouf la ro’b ach chara’ melk ach ch’ab : [ni peur ni terreur, la rue appartient au peuple]
Hay hay, Chokri fina hay : [Vivant, vivant, Chokri vit en nous]

 se mêlent à de nouveaux, élaborés tout le long des mobilisations précédentes :

Hurriyat hurriyat dawlat al bouliss wfat : [Libertés libertés, l’Etat policier c’est fini]
T’alem ‘oum t’alem ijri : [apprends à nager, apprends à courir],
nidham klah essouss hadhi mahich dawla hadhi dhay’et mahrouss : [le système est vermoulu, ce n’est pas un Etat, on se croirait dans la ferme de mahrouss[i]], 
Fasda el mandhouma min el hakem lil hkouma : [le système est corrompu, depuis le juge jusqu’au gouvernement].

Une phrase récurrente depuis le 6 février 2013 :

Ya ghannouchi ya saffeh ya kattel el arouah : [Ghannouchi bourreau, assassin]

revient à plusieurs reprises dans les différents cortèges.  

Plusieurs yeux scrutent le paysage : smartphones, appareils photos, caméras avec ou sans trépieds pullulent. Les journalistes en gilet croisent des reporters anonymes. Des drones, incarnant la supériorité technologique du pouvoir, survolent les lieux. La multiplication des live, les témoignages commentés, la multitude des regards sont autant de ponctions directes du terrain, constituant ainsi un suivi éclaté qui “diffracte” la mobilisation du jour.

Un fort désir de manifester

Le 14 janvier, jour férié depuis 2012, a vu pâlir d’année en année les commémorations de la Révolution tunisienne. Plusieurs mouvements Manich msameh (2015 à 2017), Fech nstenaw (2018) et plein d’autres ont organisé des marches et des protestations sur l’avenue, avec des impacts divers, comme si la « libération » de 2011 et le droit de manifester devaient s’effacer. Le 14 janvier 2021, accompagné de bilans mélancoliques et de dénégations, ne donne lieu à aucune déclaration ni manifestation officielle. Ce jour-là, un berger est agressé à Siliana par un policier. Les manifestations de soutien réactivent l’accumulation contestataire de la semaine précédente contre la corruption du Club africain, dénoncée par les supporters locaux. 300 jeunes sont arrêtés le 9 janvier. Le feu couve un peu partout : la mobilisation du Kamour dans le sud tunisien se poursuit et les quatre jours de confinement décidés pour le 14 janvier ont vu des troubles nocturnes dans plusieurs quartiers.

La semaine suivante, le tribunal du Kef prononce la peine incroyable de trente ans de prison pour trois consommateurs de cannabis dans un stade abandonné, au prétexte que l’article 11 de la loi 52 du 18 mai 1992 impose la peine maximale quand il y a détention et consommation dans un lieu public. Une campagne médiatique s’élève contre ce verdict inique que les juges imputent aux dispositions désuètes d’un code pénal de l’époque coloniale renforcé par un arbitraire de l’époque de Zine El Abidine Ben Ali. La cause de modification de la loi 52 a fait l’objet d’une mobilisation que Béji Caïd Essebsi a su capter dans sa campagne électorale de 2014. Tout est cependant resté au point mort après son élection et le système judiciaire a continué à encombrer les prisons (30% de la population carcérale est composée de consommateurs de stupéfiants) sans démanteler ni même alerter sur les réseaux d’exploitation de cette nième rente détenue par un tissu d’intermédiaires et de complicités en haut lieu.

Le 25 janvier, à Sbeïtla, la mort de Haykel Rachdi, tué par une bombe lacrymogène, cause des protestations et le cortège funèbre est gazé. A la cité Ettadhamen puis au centre de Tunis se déclenchent une série de manifestations auxquelles les forces de police répondent par plus de 1600 arrestations, des dispositions arrogantes de certains syndicats de police, des comportements peut-être habituels, mais désormais inacceptables.

Des syndicats au-dessus de tout soupçon ?

Les désordres éclatent ici et là, s’ajoutant à ceux, de plus en plus sensibles au sein de l’appareil politique et de sécurité. Le mois de janvier 2021, agité comme d’habitude, connaît une crise inédite entre les trois présidences : de la République, du gouvernement et de l’Assemblée des Représentants du Peuple, sur fond d’un remaniement ministériel mal pensé et grevé de suspicions sur des conflits d’intérêt de cinq ministres sur les onze concernés. A côté de la bagarre des chefs, quatre militaires trouvent la mort sur un champ de mines à M’ghilla, le 3 février. L’épidémie de Covid dépasse la barre des 7.000 décès plaçant la Tunisie comme le deuxième pays africain où le taux de mortalité par habitant est le plus élevé. En même temps, les foyers protestataires et la répression policière tous azimuts remettent sur le tapis la question des libertés comme celle de l’occupation de l’espace public, toutes deux menacées.

Des syndicats de police se sont créés depuis 2011, se sont multipliés, épousant même la fracture pro ou anti parti Ennahdha qui phagocyte le ministère de l’Intérieur depuis son arrivée au pouvoir fin 2011. Les policiers sont plus lestes à réprimer les affaires de mœurs que la criminalité ordinaire et les trafics de toute sorte qui colonisent la vie économique. La corruption ayant fleuri, touche aussi les policiers, qui même s’ils prennent des précautions, ont perdu le pouvoir de faire peur comme avant. Les recrutements ont dopé leurs rangs, l’augmentation de leurs salaires et l’amélioration de leurs équipements donnent à la population l’image d’un secteur qui a « profité » de la Révolution, sans toutefois payer son écot au « peuple » dont sont souvent issues les recrues.

Au cours des dernières semaines, à Sbeïtla, à Sfax, à la cité Ettadhamen, au centre de Tunis, les forces de l’ordre s’en prennent aux manifestant.e.s, les surveillent à travers les réseaux sociaux, opèrent des arrestations intempestives, enlèvent de nuit des adolescents, harcèlent des jeunes, torturent des détenus durant les gardes à vue…L’épisode de Sfax du 1er février (des agents menacent les « mécréants », les « gauchistes »…) achève de renvoyer l’image d’une police qui a peu évolué depuis 2011, livrée à des impulsions et/ou des ordres brutaux, réprimant avec des moyens que l’on croyait disparus. Déconcertées par l’entêtement d’une jeunesse qui respire un autre air depuis dix ans, les forces de police semblent peu averties de l’évolution de la situation, comme venues de temps anciens. A côté des méfaits d’une crise économique, sociale et sanitaire, l’image du régime politique, déjà largement atteinte, en sort davantage racornie, soulignant un décalage grandissant entre les attentes des citoyen.ne.s et les responsables en charge de leur gouvernement et de leur sécurité.

Il a régné malgré tout sur ce huitième anniversaire de l’assassinat de Chokri Belaïd une certaine apesanteur. L’air de Hayek baba hayek, une chanson d’amour irakienne que le militant a chantée avec Yousra Mahnouch sur un plateau télévisé en janvier 2013 est aujourd’hui associée à son souvenir. Les ballons ont fait voler son sourire, la moustache et le grain de beauté immortalisés par Wassim Ghozlani tandis que ses promesses :

sa noulahikouhoum wa nouhakimouhom wa nouhasibouhom : [nous leur demanderons des comptes, nous les jugerons, nous les poursuivrons]

ont soufflé sur une journée qui était tout sauf nostalgique.

Hammam-Lif, le 7 février 2021

© Photo : ‘Ala Talbi, Tunis 6 février 2021 

Paru dans Le Quotidien d’Oran du mardi 9 février 2021, page 6

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5298445

[i] Titre d’une série télévisée pour enfants diffusée par la chaîne nationale à partir de 1995.

 

 

Hammam-Lif janvier 2021

Une histoire à suivre

 Faire le bilan des dix ans vécus par la Tunisie depuis 2011 est une entreprise délicate. On mettra encore du temps avant de pouvoir rendre compte des logiques d’un soulèvement spectaculaire qui a causé le départ d’un militaire, devenu président de la République par un « coup d’Etat médical » en 1987, et que le monde s’est habitué à croire inamovible. S’il est difficile de jeter un regard froid sur l’enchaînement des événements et la combinaison des temporalités, de capter la multitude des acteurs apparus sur la scène et disparus des radars, on ne peut nier le basculement du pays et de ses ressortissants dans des dynamiques nouvelles et contradictoires.

Multiplicités et divergences

La surprise face au crescendo insurrectionnel doublée de la paralysie progressive des instances dirigeantes du pays ont culminé à la fin d’une phase de 29 jours que Tunisiennes et Tunisiens nomment thawra, départageant depuis un avant et un après, diversement appréciés. Le terme arabe signifie à la fois « révolte » et « révolution », divisant ceux et celles pour qui le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid est le véritable déclenchement et les adeptes de la canonisation du 14 janvier, quand Zine El Abidine Ben Ali s’envole en avion pour l’Arabie Saoudite. La décision du pouvoir central de faire du 14 janvier la « fête nationale de la révolution » n’empêche pas les habitants de Sidi Bouzid de commémorer régulièrement le 17 décembre comme le jour mémorable déterminant. L’auto-immolation de Bouazizi, objet de considérations contraires, l’a fait entrer dans l’histoire de la Tunisie contemporaine comme un protestataire qui a retourné la violence contre lui-même. Même si ce marchand ambulant n’est ni le premier ni le dernier à s’être donné la mort par le feu, ce chahid/martyr d’un type nouveau modifie l’imaginaire et le langage politiques tunisiens, comme il fournira le modèle pour une série d’actes d’insoumission, en particulier l’immolation du journaliste Abderrazak Zorgui, le 25 décembre 2018.

En moins d’un mois, les coups de théâtre et les désordres induits par les fuites de multiples responsables ont produit une accélération nourrie par le ressenti partagé par des catégories sociales éreintées par un régime de plus en plus inique et inapte à répondre aux multiples besoins du pays. Les semaines qui ont suivi la phase insurrectionnelle ont été plus meurtrières, mêlant négociations politiques et sit-ins de protestation et donnant lieu à des accords progressifs pour apaiser la scène politique et stopper les démantèlements en cours. En même temps, sur fond de tiraillements allant jusqu’à la violence, l’opinion publique prend le pli de se déchirer à propos des qualificatifs des événements, des scénarios présumés, des acteurs impliqués, du rôle de l’armée, de la police et de la gendarmerie, du nombre des morts et des blessés dont on attend, jusqu’à ce jour, le décompte et l’annonce officiels.

Après des décennies d’un régime d’information vertical et imposé, la Tunisie passe à un système de communication radicalement transformé : les canaux se diversifient (entre médias classiques et réseaux sociaux), les voix se démultiplient, les récits se croisent et se contredisent, les explications et les critiques se tressent sans rien épuiser ni faire émerger une direction stable : 9 chefs de gouvernement et 12 formations se succèdent en dix ans, autant que durant les périodes Bourguiba et Ben Ali réunies. La concurrence sauvage, en particulier pour les postes politiques, n’indique aucune maîtrise de la situation. Les chaînes télévisées (15) et les radios (50 environ) prolifèrent sans suffire à décrypter les transformations au sein des familles, entre les sexes, dans les habitudes publiques et les mentalités. Les Tunisiens et les Tunisiennes sont partagés depuis 2011 sur analyses, interprétations, modes de pensée et de croyance, votes, styles de vie et, bien évidemment, sur les perceptions d’une thawra aux multiples visages, retombées et rétroactions.

Institutions : oui mais….

L’acquis le plus tangible de la Révolution tunisienne reste la constitution, proclamée dans la soirée du 26 au 27 janvier 2014 dans une liesse et une accalmie qui viennent clore un long processus de bras de fer et de tractations. L’Assemblée nationale constituante élue en octobre 2011 passe par des débats identitaires houleux, des assassinats politiques (dont le député Mohamed Brahmi, le 25 juillet 2013), une suspension de travaux (en août 2013), quatre moutures du texte constitutionnel et une dynamique de rédaction mobilisatrice en son temps, avant de s’entendre sur une version de compromis, au souffle séculier, pas toujours respectée à l’usage. La Constitution s’avère aujourd’hui pleine de paradoxes et d’ambiguïtés (notamment face à l’Islam), truffée de manques (on y parle de droits plus que de devoirs), voire de blocages.

Le dispositif constitutionnel, amputé de la cour qui devait lui être adjointe dans l’année, a tout de même permis d’organiser trois vagues d’élections : des législatives en 2014 et 2019, des municipales en mai 2018, des présidentielles, en 2014 et 2019. Il aura donné deux présidents de la République élus à deux tours au suffrage universel : Béji Caïd Essebsi (2014-2019) et Kaïs Saïed (2019- ) et servi à installer pacifiquement un intérim (Mohamed Ennaceur, juillet-octobre 2019), pour cause de décès prématuré du président en exercice.

La succession des rendez-vous électoraux n’a pas empêché l’usure de l’envie de voter (les élections municipales de mai 2018 mobilisent 35% des inscrits) ni la détérioration des conditions de travail et de gouvernance de l’Instance Supérieure Indépendante des Elections (ISIE) élue en avril 2011, pour mettre fin à la surveillance du Ministère de l’Intérieur, un des instruments forts du régime du Parti-Etat, régnant en Tunisie depuis les élections de 1956.

La revanche contre le système du parti unique réside-t-elle dans les 221 partis officiels nés depuis 2011 ? Les députés de l’actuelle Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) appartiennent à seulement vingt et un d’entre eux et le parti en tête (Ennahda, d’obédience islamiste) ne représente que 8% des inscrits sur les listes électorales qui ne couvrent pas la moitié de la population tunisienne (12 millions environ). L’inefficience du travail parlementaire révèle que l’offre de ce « régime d’assemblée », propulsée après des décennies de gel autoritaire, instable et actionnée par des moyens opaques, est un outil inadapté à la réalité mouvante.

L’apparente fluidité institutionnelle traduit l’énergie d’acteurs surgis de partout, après une longue hibernation, et accaparés par la compétition immédiate. Ces processus isolent les forces en concurrence dans leurs desseins électoralistes tout en les coupant des besoins économiques et sociaux d’un pays qui s’est pourtant soulevé contre les inégalités structurelles, le manque de perspectives de travail -notamment pour les diplômés-, les dysfonctionnements de la justice, l’absence des libertés et de droits sociaux. La corruption prend des formes systémiques, l’ébranlement de 2011 ayant affaibli l’autorité étatique,  augmenté la part de l’informel dans le tissu économique et la prééminence du clientélisme et des privilèges acquis. La régularité et la densité des mouvements sociaux (un millier par mois) https://ftdes.net/rapport-annuel-des-mouvements-sociaux/ témoignent des malaises qui rongent le pays et de la persistance des frustrations de pans marginalisés de la société. Une des mobilisations les plus longues (depuis 2016) et les plus significatives de ces dernières années est celle du Kamour, dans le Sud, en pleine région pétrolière. Là, comme ailleurs, des habitants réclament le droit à la dignité (karama) brandi dans les soulèvements de 2010/2011 et toujours sans contenu concret.

Créativités et freins

Une des conséquences dont je peux témoigner est celle de mon rapport à l’écrit, jusque là cantonné dans une pratique professionnelle d’universitaire francophone dans un pays anciennement colonisé par la France. A la faveur du déverrouillage, j’ai créé un blog en juin 2011, m’exerçant à lire l’actualité à travers l’histoire puis orientant mon travail de consignation vers le terrain culturel et éditorial, en plein essor. Suivre la production intellectuelle tunisienne m’a amenée à mieux comprendre le co-linguisme qui la caractérise et qui modèle les façons d’échanger, d’écrire et de penser de plus d’une génération, avant et après la mienne, baignant dans des cultures contigües, décalées, en osmose et/ou en conflit, se parlant entre les lignes, en dialogue ou en discorde.

L’émancipation de la parole qui règne depuis 2011 me confirme dans ce diagnostic qui constitue, à mes yeux, une des ressources de la vie politique et culturelle tunisienne. L’espace public s’est en effet enrichi et diversifié avec la suppression de la censure, qui a contribué à élargir les modes d’expression, à multiplier les contenus et à varier les formes de transmission. Malgré le manque de moyens, la bureaucratie et l’absence d’infrastructures, une ébullition créatrice a touché l’ensemble des domaines culturels : littératures en langue arabe et française, films documentaires et de fiction, courts et longs métrages, approches musicales variées, propositions théâtrales, essor de talents photographiques, innovations digitales, développement des supports vidéo… La production s’envole sans toutefois connaître la diffusion et la réception souhaitées, notamment sur le territoire tunisien. Les canaux de médiation et de valorisation durable (laboratoires, musées, expositions….) manquent à l’appel. Les inégalités régionales persistant, cette créativité est loin d’irriguer un pays toujours privé de politiques publiques qui le doteraient d’emplois locaux, de moyens de transport adaptés, de sécurité dans les lieux publics, de liberté d’entreprendre et de circuler. Ces pré-requis tardant à advenir, on voit persister les mouvements de migration des jeunes, qui partent de façon légale ou irrégulière, découragés par le manque d’horizon, de libertés individuelles et l’absence de respect de la part des autorités. La crise sanitaire de 2020  dévoile plus crûment l’éternelle disparité entre les équipements et ressources dans les régions, les lourdeurs des investissements, l’inadaptation des lois, la rigidité des capitaux envers les secteurs agricoles et culturels, pourtant prometteurs et générateurs d’emplois. L’accroissement des inégalités favorise les mécontentements populaires et le sentiment d’injustice sociale qui couve dans les esprits, assombrit les perspectives et envenime la vie et les relations publiques et privées, jusqu’à la violence.

Je terminerai ce tableau contrasté par deux indices qui ont mis dix ans à pointer, dans des fiefs dissimulés par l’inertie : le frémissement du secteur judiciaire jusque là paralysé par son obéissance au politique et des pratiques de concussion ainsi qu’un début de mobilisation pour l’environnement, à la suite du scandale des déchets italiens débarqués dans le port de Sousse, en décembre 2020. 

L’historienne que je suis a choisi de faire des événements encore frais dans les mémoires une matière pédagogique, sur la base des traces qui existent et qui sont à notre portée. Internet offre pour l’instant l’opportunité de revenir sur ce passé et permet aux jeunes générations de s’interroger sur les vidéos, les slogans, les images et les écrits issus de cette décennie particulière. Les sources disponibles sur cette histoire proche sont dignes d’être étudiées et comparées afin de restituer le fil de ce qui est advenu, tout en contribuant à former l’indispensable esprit critique dont l’enseignement, secteur également à la dérive, a besoin.

Hammam-Lif, le 10 janvier 2021

Paru dans AOC, 13 janvier 2021, Tunisie 2011-2021 ; Une histoire à suivre 
https://aoc.media/analyse/2021/01/13/tunisie-2011-2021-une-histoire-a-suivre/
  

Retour sur la situation tunisienne au cours d’une année tournant, 2019.

Compte rendu de Aziz Krichen, L’autre chemin, Tunis, Script Editions, 2019, 263 p

Dans la vague des écrits de l’après 2011, Aziz Krichen a contribué par deux volumes qui condensent ses réflexions sur la situation tunisienne. Après avoir quitté le poste de conseiller auprès du président Moncef Marzouki (janvier 2012-mai 2014), il a produit dans La promesse du printemps (Script Editions, 2016 & Editions de la Sorbonne, 2018) un bilan qui restitue la chronologie des principales étapes de la « révolution » tunisienne en replaçant le pays dans son environnement géo-stratégique. L’expérience révolutionnaire s’éclaire ainsi de nombreux facteurs explicatifs qui, sans rien enlever à la séquence enchantée, tracent les contours d’un contexte bouleversé,  instable mais non moins ouvert à des possibles.

Une posture nourrie de plusieurs rôles

Le deuxième ouvrage post 2011 rassemble huit textes écrits entre 2016 et 2018 donnés pour lecture à des proches, discutés et repris début 2019. L’ensemble porte la marque des résultats des élections municipales (mai 2018) qui voient émerger des listes indépendantes en tête des suffrages. La tendance des statistiques des votes corrobore, aux yeux de l’auteur, une lente transformation du paysage politique via le choix des électeurs (malgré une forte abstention) sur les représentants des autorités locales. Pour l’économiste et sociologue, ce phénomène d’opinion enjoint d’entreprendre un travail politique capable de changer le pays en profondeur en propageant des idées nouvelles et une autre façon de regarder l’évolution du pays, son système économique, les positions des groupes sociaux qui le composent, son intégration régionale et ses relations avec les principales forces mondiales en action. La plume militante est sensible, dans le façonnement des idées comme dans la manière de les exposer. Rappelons que A. Krichen a fait partie du mouvement Perspectives fondé à Paris en 1962 et tirant son nom de la brochure Perspectives tunisiennes pour une Tunisie meilleure. Le groupe d’étudiants animant cette association s’est plongé à l’époque dans une radiographie de la Tunisie en vue d’élaborer des propositions destinées à la développer autrement. Le ton de L’autre chemin fait penser à cette veine militante et critique des années 1960 constituée en parti d’opposition et qui s’est mobilisée pendant plusieurs années afin de produire une littérature d’analyse pour participer à une meilleure connaissance du pays. L’étudiant faisant partie de l’équipe rédactrice de ces rapports est devenu expert des questions économiques, une technicité qui l’a armé pour intégrer en 2012 le cabinet du président de la république afin d’observer et d’agir pendant plus de deux années, en témoin privilégié.

Si le tableau d’ensemble respire le désenchantement, il n’en contient pas moins des éléments d’analyse qui portent à la réflexion et articulent le régime économique et social tunisien aux différents paramètres permettant de dégager des actions concrètes et une vision pour l’avenir. La problématique de “l’ancien et du nouveau” en gestation traverse les huit chapitres de l’ouvrage dont la visée est de participer à reconstruire la Tunisie sur la base d’une appréciation avertie de ses structures, de ses pratiques, de ses ressources, tout en s’adressant à ses élites dirigeantes.

L’expert considère que l’économie est au centre de tout, car elle détermine le système de domination de la Tunisie, à l’extérieur comme à l’intérieur. La ventilation des huit textes illustre cette approche économiste structurante. Le premier et le plus long de ces articles (19-75) est écrit en octobre 2018, comme pour synthétiser le tableau en revenant sur les politiques économiques depuis 1956 et en proposant des solutions. Le chapitre inaugure l’enchaînement choisi en décortiquant l’évolution des composantes du régime économique tunisien, les groupes sociaux qui le travaillent et les dysfonctionnements qui le caractérisent, principalement le suremploi, les bas salaires et la corruption. Une série d’encadrés traduit en fiches synthétiques des questions pragmatiques : comment démanteler l’économie rentière et mafieuse ? Comment affranchir la paysannerie ? Comment libérer les entreprises ? Comment intégrer l’économie formelle ? Assurer l’égalité hommes/femmes ? Comment insérer la jeunesse ?… Ces mesures découlant des développements interprétatifs sont ainsi résumées et soumises au débat public. 

Dans la même lecture économiste, le troisième texte « Question paysanne et révolution démocratique » (101-116), articulé autour de l’affaire de l’oasis de Jemna https://themaghribpodcast.podbean.com/e/loasis-de-jemna-en-tunisie-entre-dissidence-et-negociation/ située dans le gouvernorat de Kébili, s’attarde sur la question de la terre et sur les statuts de la propriété qui déterminent les mauvaises conditions de vie et de travail des paysans. La palmeraie du sud-ouest tunisien illustre le rôle néfaste et bloquant de l’Etat qui, après la période coloniale, s’est emparé du tiers des terres cultivables, soumettant les « domaines de l’Etat » à une gestion bureaucratique qui exclue les intérêts de la population locale et empêche le secteur agricole de s’épanouir sainement.

Lectures géo-stratégiques

Le deuxième texte «  Monde arabe. La nouvelle donne stratégique » (77-100) insère la Tunisie dans le panorama géo-politique où  des soulèvements populaires font face depuis longtemps à des régimes autoritaires. Ces dynamiques complexes mélangent plusieurs formes de refus des populations face aux tentatives des principales puissances agissantes de maîtriser les équilibres du grand arc sud méditerranéen. Le moment 2011 est une brèche qui précipite la dégradation de l’hégémonie américaine sur la région « arabe » en introduisant une nouvelle compétition des forces stratégiques entre le Machrek et le Maghreb (Russie, Turquie, pétromonarchies du Golfe).

« La révolution tunisienne au regard de Gramsci » (117-129) résume l’axe principal de lecture et d’interprétation de l’auteur face à un pays qui s’apparente à l’Italie que Gramsci décrit dans les années 1920 : un pays « retardataire, à la périphérie du capitalisme central ». Le texte a été prononcé au cours d’une rencontre commémorant à Tunis en mars 2017 le 80ème anniversaire de la mort d’Antonio Gramsci, à  l’invitation de l’économiste, Baccar Gherib, auteur de Penser la transition avec Gramsci. Tunisie (2011-2014), Éditions Diwen, Tunis, 2017. A. Krichen déroule dans cette intervention les principaux emprunts qu’il a pu faire à la pensée politique de Gramsci, initiatrice des notions de bloc historique, d’hégémonie culturelle, de front de classes, de révolution active et passive que l’auteur a pu mobiliser pour décrypter la situation tunisienne.

Le cinquième texte « 1968 comme insurrection mondiale de la jeunesse » (131-174) revient, à l’occasion du cinquantenaire de cette année notoire (Soixante-huit en Tunisie. Le mythe et le patrimoine, Hichem Abdessamad, dir., Tunis, éditions Nachaz, 2019, 238 p./ فتحي باحاج يحيى&هشام عبد الصمد ،ربيع تونس الأول،2019، 140ص), sur la chronologie des différentes manifestations étudiantes dans le monde. Après un bref rappel de son propre vécu au sein du scénario tunisien, l’auteur résume l’essentiel des marques d’un soulèvement généralisé et quasi-contagieux des jeunesses universitaires de Pologne au Mexique et au Liban, en passant par Le Caire, Chicago, Alger, Tunis et Dakar tout en laissant une empreinte durable et visible en France. A.K. conclut à une balise datant une mutation importante dans la triade économico-idéologique installée depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale : « le capitalisme libéral de l’Ouest, le collectivisme communiste de l’Est et le développementalisme socialisant du sud » (139).

Les trois derniers textes : « Clivages identitaires et luttes de pouvoir » (149-174), « Quand les masques tombent » (175-198), « Décomposition et recomposition de la scène politique » (199-260) commentent de près la conjoncture interne entre 2015 et 2017 avec les circonvolutions de l’affrontement entre les deux grands partis en présence (Nida Tounès et Ennahdha) partageant les mêmes choix ultra-libéraux. L’auteur compare les résultats des élections de 2011, 2014 et 2018 (avec tableaux et encadrés à l’appui) pour éclairer le paysage politique en recomposition. Il constate une série de dérèglements et l’inadaptation de la classe dirigeante actuelle, malgré le dépassement de la bipolarisation « islamiste »/ »moderniste ». A.K. revient sur les initiatives  des partis entre 2005 et 2007 qui ont servi de base aux avancées enregistrées sur le plan des libertés publiques à travers la Constitution de 2014 et les textes de loi de 2017. Il juge cet acquis insuffisant face aux besoins de la société et aux problèmes du chômage, de l’informel et de la corruption qui la rongent. Il propose un scénario pour l’année 2019 (199-256) apte à dépasser les contradictions internes des partis et leurs affrontements stérilisants à la tête de l’Etat. Sa conclusion datée de septembre 2019 (à la veille des élections anticipées) revient sur les interférences externes, le caractère subordonné de l’économie tunisienne et la domination de l’oligarchie rentière et mafieuse qui sont les obstacles les plus déterminants.

L’auteur conclut avec les mêmes accents d’espérance de son précédent ouvrage et reprend l’idée d’un processus révolutionnaire au long cours, toujours inachevé : « Le mouvement mis en branle en décembre 2010 va se poursuivre, puisqu’il n’a pas achevé sa trajectoire » (260). Il espère en un remplacement des élites sur fond de décomposition du régime, une relève qui veillerait à défendre la Tunisie contre les appétits extérieurs, les plans des « parrains étrangers » et leurs agents locaux.

Témoin engagé et économiste à large vue, A. K. plaide pour une « troisième voie » tout en tablant sur une temporalité à venir : « l’ancien tarde à mourir, le nouveau tarde à s’affirmer » (211), l’image empruntée à Gramsci revient souvent pour qualifier les crises. Le temps est certes un facteur actif, dans la durée comme à travers les rythmes des phénomènes. Cependant, la scène tunisienne a montré l’importance des impondérables comme la mort prématurée du président de la République Béji Caïd Essebsi (25 juillet 2019) et l’élection au suffrage universel d’une personnalité inattendue : Kaïs Saïed est élu en octobre 2019, avec le score inhabituel de 72,71%. Ces bifurcations ont entraîné des dynamiques, sans atténuer les mouvements imprimant l’actualité tunisienne, montrant au moins par cette accélération, qu’il y a, comme le reconnaît l’auteur, un « avant » et un « après » 2011.

9 septembre 2020

Publié dans IBLA n°226, 2020, pp. 292-296

Mariage Habib et Wassila Bourguiba

Wassila Ben Ammar : Une Tunisienne en politique

Compte rendu  de Noureddine Dougui, Wassila Bourguiba, la main invisible, Tunis, Sud Editions, 2020, 346 p.

 

La lecture de l’ouvrage Wassila Bourguiba, la main invisible  de Noureddine Dougui est à la fois engageante et utile aux chercheurs, aux historiens et au-delà. Une qualité de l’ouvrage saute rapidement aux yeux, il est écrit dans une langue claire et fluide et peut atteindre un large public francophone.

Un nationalisme au féminin

Cette biographie d’une femme qui a joué un rôle politique déterminant dans la Tunisie contemporaine a le mérite d’échapper à la binarité des jugements sur Bourguiba qui stérilisent le champ de la recherche, malgré des ouvrages et articles ayant apporté du neuf en leur temps sans qu’on soit en mesure de restituer à ce personnage toutes ses dimensions. Le point de vue narratif est centré sur une Tunisienne de la moyenne bourgeoisie, peu instruite mais dotée d’une intuition qui va lui permettre de côtoyer des hommes, de traverser des situations, d’exercer une habileté à juger les gens, d’intervenir dans des conflits et de s’imposer comme une personnalité politique légitime et efficiente.

Dix-sept chapitres, un prologue et un épilogue déroulent un récit qui remonte à l’origine de la famille Ben Ammar au XVIIIème siècle et atterrit sur la personnalité du père M’hamed Ben Ammar (1885-1934), oukil (avocat devant les anciens tribunaux) doublé d’un petit propriétaire proche des Jeunes Tunisiens puis du Vieux Destour, principales forces politiques structurées dans les premières décennies du XXème siècle. Aînée d’une famille de trois enfants, Wassila (1912-1999) a une scolarité courte (en raison de la tuberculose) mais se montre capable d’agir en responsable de famille à la mort de son père. Elle se lance à partir de 1932 dans un militantisme nationaliste féminin avec réunions, campagnes de dons, manifestations. Tout en refusant de mettre le voile, elle se résigne à un mariage de raison avec Ali Ben Chédli en 1938.

La rencontre avec Bourguiba a lieu à Hammam-Lif en 1943. L’attachement amoureux du couple est mêlé d’une ferveur patriotique exaltée par le ralliement des zaytouniens, des syndicalistes, des communistes et de membres de la famille beylicale. Le départ de Bourguiba au Caire (1945-1949) pour internationaliser la question tunisienne n’affaiblit pas leur relation : elle le rejoint pour 3 semaines en novembre 1948. L’imbrication entre vie publique et privée est l’un des axes explicatifs de cette biographie féminine qui croise une émancipation personnelle (la relation hors mariage du couple est inhabituelle) avec le tracé d’un parcours politique semé de rivalités, de conflits et d’intérêts contradictoires recouverts par le projet anticolonialiste. Wassila soutient Habib Bourguiba contre ses rivaux (Salah Ben Youssef, Tahar Ben Ammar, Mongi Slim…), inaugure un rôle de représentation parallèle auprès de l’ONU à Paris en 1952, se mêle secrètement aux négociations dont Bourguiba est exclu en 1954. Elle se construit une expérience de renseignement et de médiation.

Une certaine façon de faire de la « politique de sérail »

Le mariage des deux amants est célébré le 12 avril 1962 (voir la photo de couverture), après 19 ans de liaison et un an après la guerre de Bizerte (19-23 juillet 1961) et l’assassinat de Salah Ben Youssef (12 août 1961). Sa « dot », les palais de Carthage et de Skanès sous la conduite de l’architecte Clément Cacoub, signe le début d’un train de vie et d’une façon d’exercer le pouvoir qui attisent l’opposition et achèvent le verrouillage des libertés d’expression et de réunion (le Parti communiste tunisien est interdit en 1963). Wassila se constitue un clan de fidèles (Tahar Belkhoja, Driss Guiga, Mohamed Masmoudi…), un carnet d’adresses international agrémenté de connexions avec des femmes influentes dans d’autres « cours » (Affet, dernière épouse de Fayçal d’Arabie, Lalla ‘Abla, mère de Hassan II, Jihane Sadate…). Elle soutient le magistère pluriel d’Ahmed Ben Salah, issu des rangs de l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens dont elle ménage le dirigeant Habib Achour et son poids régulateur dans l’équilibre politique, cherchant à se faire une place. La crise post -coopératives de 1969 laisse apparaître les opposants à ses intrigues : Ahmed Ben Salah, Bahi Ladgham, Mohamed Sayah et Ahmed Mestiri. Hédi Nouira nommé premier ministre en 1970, elle s’appuie sur Mohamed Masmoudi dont l’entregent international lui est précieux. L’épisode tumultueux de l’union avortée avec la Libye (janvier 1974) rapproche tactiquement ce dernier de l’UGTT mais les péripéties qui aboutissent au Jeudi Noir (26 janvier 1978) rétablissent l’autorité de Hédi Nouira contre l’épouse du président. Ce dernier étant sujet à des crises de santé et des absences répétées, la présidence à vie vient à point nommé en 1975 contrecarrer les incertitudes de son entourage et l’attaque de Gafsa de 1980 permet à Wassila Bourguiba de regagner un peu d’ascendant.  

Dans la diplomatie, Wassila Bourguiba déploie un savoir-faire qui pèse sur le tracé des frontières avec l’Algérie, les relations avec la Libye et surtout la protection de la cause palestinienne dont elle se fait le soutien fidèle et actif, entretenant des liens directs avec Yasser Arafet et Abou Yadh. L’hébergement de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) en Tunisie est son œuvre. Ses dernières nominations (Mohamed M’zali et Driss Guiga) ne lui évitent pas de voir son influence décliner à partir de 1982, alors qu’elle a participé à falsifier les élections de 1981. La situation tunisienne et internationale échappe à ses plans et sa capacité de vision ; les émeutes du pain de janvier 1984 sont un épisode lamentable de son interventionnisme contre-productif. Elle quitte le palais et le pays en 1986, pour rentrer en 1988 sans accepter de revoir Bourguiba.

Questions pour l’histoire

L’ouvrage paraît à un moment où la politique et le rôle des femmes dans l’histoire et la société tunisiennes font l’objet de débats, de recompositions, voire d’instrumentalisations. Tranchant avec les polémiques, il apporte du matériau pour l’histoire. Il dégage des pistes vers des sources à explorer : la correspondance intégrale de Wassila et Habib Bourguiba, la documentation juridique autour de l’affaire du Plateau Continental entre la Tunisie et la Libye, les traces des relations diplomatiques avec la Libye de Kadhafi, l’Algérie de Boumediène et de Chédli Benjedid, les archives du magazine Jeune Afrique dont on aimerait connaître les dessous et les préparatifs des reportages comme les auteurs des interviews. Noureddine Dougui regrette le silence des témoins qui n’ont pas voulu lui répondre. Il faut espérer que le temps délie le secret des acteurs d’un « harem politique » contemporain auquel ont accédé des journalistes étrangers, des ambassadeurs de régimes démocratiques, des hommes d’affaires et entrepreneurs de toutes provenances, une multitude d’observateurs et de bénéficiaires. D’autres archives peuvent éclairer cette psycho-histoire du pouvoir qui lève de nombreuses zones d’ombre et bat en brèche la légende du zaïm omniscient, éclairé et « libérateur de la femme tunisienne ». Ayant signifié à Wassila son divorce alors qu’elle était à l’étranger (août 1986), Bourguiba entache lui-même sa réputation de féministe, tout patriarche qu’il fut. Inspiratrice de la politique présidentielle, Wassila Bourguiba a contribué à faire de l’appareil judiciaire, des nominations, des décisions et des textes de loi les vecteurs concrets de l’autoritarisme du régime. Les personnels d’ambassade, la Conservation foncière, les fonctionnaires de police, de douane et autres agents de l’Etat ont construit autour et avec elle des pratiques de gestion des affaires publiques qui ont pu être perpétuées par les suivants. Une sociologie du personnel politique qui l’a côtoyée, souvent obéie et parfois combattue (quels noms ? quels moyens ? quels résultats ?) apporterait à cette percée dans les cercles du pouvoir une épaisseur supplémentaire.

Wassila Bourguiba est une femme de son temps, avec un bagage spécifique, une beauté et intelligence qui lui ont servi d’armes politiques. A cheval entre les séquences coloniale et post-coloniale, son itinéraire est enchâssé dans l’Etat qu’elle a contribué à sculpter. On peut reconnaître à l’ouvrage et à son auteur de donner à apprécier les intrications multiples entre le public et le privé qui caractérisent l’histoire contemporaine de la Tunisie à travers une femme ancrée dans son monde qui aura réussi à pousser les limites de sa condition.

23 septembre 2020

Publié dans IBLA 226, 2020, pp. 288-292 

 

Une dessinatrice politique engagée

La satire comme langage politique

Marta Luceno Moreno & Nadia Khiari, Conversation avec une dessinatrice politique engagée. Préface de  Marc Vanesse, Presses Universitaires de Liège, Petite collection MSH, « Quand les savoirs rencontrent la vie quotidienne », 2020, 95 p.

Marta Luceno Moreno et Nadia Khiari se rencontrent la première fois à l’Université de Liège, en septembre 2013. La dessinatrice de Willis from Tunis vient en récipiendaire du doctorat honoris causa attribué pour ses dessins de presse humoristiques commentant la vie politique tunisienne, tout d’un coup déverrouillée par décision de Zine El Abidine Ben Ali, le 13 janvier 2011. Le départ inattendu du président tunisien le lendemain installe une ère d’expression que le régime des réseaux sociaux a contribué à transformer. Ce nouveau moyen de communication donne à la caricaturiste l’occasion d’occuper et de participer à l’espace public grâce à la réception enjouée et curieuse de ses dessins impertinents.

Un chat satiriquement politique

Quand les deux femmes se revoient en 2019 à Tunis, Marta Luceno Moreno est installée comme post-doctorante à l’Institut de Recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC). Elle est familiarisée avec la vie politique et culturelle tunisienne et obtient d’engager une longue conversation avec la dessinatrice. Celle-ci, consacrée par des prix dans le monde des cartoonistes a continué à suivre les événements locaux à travers son félin emblématique qu’elle comptait garder jusqu’aux élections de 2011 et qui a duré plus de huit ans.

L’ouvrage, articulé autour de 7 chapitres, a la légèreté des entretiens dont il est issu tout en renseignant, avec doigté, exemples concrets et profondeur, sur de nombreuses facettes de la situation tunisienne post-2011 (la liberté d’expression en premier) et sur les multiples aspects de l’exercice du dessin satirique par une femme dans un pays où l’éducation artistique est limitée et le dessin politique sans support consacré.  

Le climat politique est bouleversé depuis 2011 mais il a perdu son euphorie créative des premiers mois, a connu des assassinats et une poussée de la violence terroriste. Nadia Khiari parle de ces années en citoyenne, en pédagogue, en artiste, en journaliste et en femme. Née au dessin de presse avec l’opportunité révolutionnaire, elle déclare avoir évolué avec les événements. Les angles d’attaque qu’elle donne à son chat égrènent la nature des difficultés que le pays traverse. Tout en mesurant le poids du contrôle des esprits et des dangers de la haine virtuelle qui circule sur Internet, la caricaturiste continue à répondre au besoin d’humour et de blagues qui peut contrebalancer la bêtise, le racisme et les préjugés sociaux.  

Malgré un passé de presse satirique, notamment au cours de la période coloniale, le paysage journalistique tunisien ne fait pas de place à ce genre de périodiques, contrairement à l’Algérie. Nadia Khiari dessine sur sa page facebook, participe à des publications étrangères, et édite pour son propre compte deux ouvrages (Willis from Tunis. Chroniques de la Révolution, 2011 ; Willis from Tunis 2, 2012). Ayant reçu une formation d’histoire de l’art à Aix-en Provence, elle déplore le manque d’initiation à cette discipline en Tunisie et prend du plaisir à animer des ateliers pour former les jeunes à décoder des images.

Une signature de femme

Commentant l’actualité nationale dans Siné Mensuel, Nadia Khiari introduit ainsi le regard d’une femme arabe et africaine dans un hebdomadaire européen et masculin. En Tunisie, elle féminise un territoire occupé principalement par des hommes (Lotfi Ben Sassi, Chédli Belkhamsa, Imed Ben Halima, Taoufik Omrane, Z …) tout en se soulevant contre l’idée de servir « d’idiote utile » ou de « femme arabe de service » (p. 56). Sa participation à un journal satirique exclusivement féminin, Siné Madame, la réjouit.

L’attentat de Charlie Hebdo de janvier 2015 remet à l’ordre du jour les risques du métier comme il questionne sur les limites de la caricature anti-religieuse. Nadia Khiari se dit favorable à un débat car le sujet concerne la société mais ne doit pas être un facteur de propagation de haine. L’artiste a eu maille à partir avec des salafistes (attaque de l’exposition d’art contemporain au palais d’El Abdellia de La Marsa en juin 2012) et prend position à de nombreuses occasions contre les attaques intégristes à l’université ou pour la défense d’intellectuels et artistes (doyen de la faculté des lettres de La Manouba, Jabeur Mejri, Weld el XV…). Comme dessinatrice politique, elle se trouve aux premières loges dans les moments les plus chauds.

Elle considère que la religion a servi surtout à détourner des problèmes réels de la société (la corruption, l’argent sale, la misère économique, l’incompétence politique…), le véritable verrou étant du côté du conservatisme social. Le sexisme de la société et des médias pèse aussi sur la profession : la caricaturiste est souvent interpellée sur sa situation familiale (alors que les hommes ne le sont pas généralement) et son féminisme est parfois mis en cause (quand elle obtient le prix « Couilles au cul » de 2015). Les stéréotypes sont de tous les bords et elle essaye de faire dire à ses dessins son refus d’instrumentaliser le voile, de représenter LA femme arabe ou de se faire assigner à une identité sexuelle.  

Agréable à lire, l’ouvrage reproduit neuf dessins (pages 21, 28, 30, 50, 60,74, 82, 91, 93) qui restituent l’espièglerie du chat défendant les libertés individuelles et dénonçant les discriminations raciales, sexuelles et économiques qui habitent les rapports sociaux. Les ateliers que Nadia Khiari organise à la prison de Mornaghia ou celle des femmes accentuent sa révolte contre l’inconstitutionnalité des textes de loi (52 sur la consommation de cannabis, 226 ou 230 pour homosexualité) qui pénalisent essentiellement la jeunesse.

Après les assassinats de civils et militaires qui ont secoué le pays, le danger terroriste préparé par la période Ben Ali est indirectement alimenté par les médias qui contribuent à propager la peur et entretenir la menace. En Europe, le racisme se banalise répandant une stigmatisation des étrangers.

En Tunisie, même si la loi contre les violences faites aux femmes de 2017http://www.legislation.tn/sites/default/files/news/tf2017581.pdf est promulguée, Nadia Khiari regrette que le rapport de la Commission des Libertés individuelles et de l’Egalité (COLIBEhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_des_libert%C3%A9s_individuelles_et_de_l’%C3%A9galit%C3%A9, nommée par Béji Caïd Essebsi) soit resté, depuis 2018, sans application pour l’héritage (inégal entre frères et sœurs) et sans positionnement contre la peine de mort.

La conversation se termine autour des libertés sexuelles et religieuses qui sont au centre des tabous actuels et qui donnent à Willis from Tunis des raisons de s’exprimer et de durer.

Juillet 2020

Paru dans  La Lettre de l’IRMC n°28, 2020, pp. 21-22

Science en situation, Réflexions autour de la recherche tunisienne

L’impératif de freiner et de contrôler la contamination d’un virus mondial est sans autre solution, pour l’instant, que d’obliger chacun à rester chez soi. Chercheure en quarantaine, j’ai eu le temps de réfléchir à ma profession qui a le privilège, en plus de faciliter l’accès aux idées et la circulation entre les frontières, de bénéficier du numérique comme de la communication à distance. Mon immobilité et la connectivité à grande vitesse m’ont permis de prêter attention aux enjeux et aux moyens de la science en train de se faire (ou pas), en ce temps où la recherche est sollicitée, attendue et plus visible dans l’espace public tunisien.

Au cours de ces semaines de confinement, textes, interventions, déclarations, interviews de scientifiques de tous bords se sont multipliés, mettant en évidence différents aspects de la morphologie géo-politique de la recherche. Entrer dans le fonctionnement de ce monde dans une situation exceptionnelle et commune permet de décortiquer le métier de chercheur.

Le dur et le mou

Ces semaines de combat contre le coronavirus ont donné la parole à des chercheur-e-s de disciplines pouvant traiter de la médecine et de la santé, dans le passé et le présent. Les historiens sont sollicités pour retourner sur l’histoire des épidémies et on s’aperçoit qu’en Tunisie, articles et entretiens révèlent un domaine peu labouré – malgré l’existence de quelques thèses et articles –, et renseignent essentiellement sur la période contemporaine. L’histoire de l’épidémiologie tunisienne est représentée par les figures de Charles Nicolle et Ernest Conseil qui ont fait avancer en leur temps l’infrastructure locale et la recherche internationale. Malgré les retombées historiques de cette connexion, on vit en Tunisie, plus qu’ailleurs, la dichotomie entre les sciences dites « dures », « exactes » et celles qui, attribuées à l’homme et la société (comme si les autres ne l’étaient pas) sont accompagnées des épithètes « molles » ou « douces ». L’actualité sanitaire donne l’occasion de voir à quel point le champ médical est étendu et qu’il agrège aux savoirs généralistes des domaines pointus et étroitement reliés aux contextes.

L’information journalière nous initie à distinguer les spécialités et les institutions mobilisées pour comprendre, diagnostiquer, traiter et prévoir. On apprend que l’Institut Pasteur est concentré sur les vaccins et la sérologie, tandis que les laboratoires des hôpitaux Charles Nicolle ou de l’hôpital militaire analysent la nature du virus. Les médias, plus à l’aise dans les commentaires économiques découlant de la crise liée au coronavirus, vulgarisent la carte sanitaire qui devient aussi quotidienne que la carte météorologique. La digitalisation, enfin possible du système de soins, ajoute aux retombées pédagogiques et citoyennes de la pandémie. Chiffres et statistiques communiqués au grand public gardent toutefois une certaine opacité. Le sociologue Mohamed Ali Ben Zina commente régulièrement sur Facebook les courbes et pourcentages du ministère de la Santé. Ces leçons de méthode appliquée éclairent au jour le jour la lecture des chiffres, montrant l’utilité de relier les enseignements dans nos cursus universitaires encore trop cloisonnés.

La perception de la science reste dichotomique et le sentiment de la menace dévoile, de façon sensible, le besoin vital de faire converger les savoirs et de croiser les compétences pour tirer le meilleur profit des avancées scientifiques.

Pouvoir médical et frontières

D’autres observations amènent à saisir les représentations hiérarchiques qui révèlent, dans le contexte tunisien, la nature des barrières mentales traduisant les cadres politiques et matériels du métier de chercheur. Même si on est averti sur les conditions d’exercice et les logiques internes de ce monde professionnel, l’expérience de confinement met en évidence, une fois de plus, les différences entre les hommes et les femmes. Marta Luceño Moreno a développé, à partir de son vécu, une réflexion sensible sur la condition de chercheure (‘L’autre épidémie, les inégalités de genre’, Vivre au temps du Covid-19, pp. 69-73). Les témoignages des médecins tunisiens expatriés font ressentir la disparité des salaires et les déséquilibres entre recrutements nationaux et internationaux. Ils interpellent sur les effets des migrations des compétences comme sur l’attractivité des emplois d’expertise, résultant des choix des financements. L’assignation à résidence généralisée redonne des couleurs locales à une profession mondialisée qui sécrète aussi des inégalités.

Un déclic rappelle une autre disparité : dans la vague de mortalité ascendante et la polémique sur l’hydroxy-chloroquine, la distinction entre les médecins praticiens, mis en demeure de guérir chaque patient, et les médecins chercheurs qui, sans oublier la finalité de soigner, ont la latitude d’exercer des raisonnements plus froids, apparaît avec netteté.

Au-delà des considérations éthiques, le critère de « puissance » souvent accolé aux capacités de recherche scientifique n’est pas obligatoirement pertinent dans l’urgence, ni efficient face au danger immédiat. Dans le cas tunisien, l’autorité de l’OMS dévoile ses paradoxes et le grand public saisit, avec les directives tâtonnantes face au virus, l’importance du temps dans les protocoles de recherche et la maîtrise des connaissances.

Dans la lutte contre l’épidémie, la directrice générale de l’observatoire national des maladies nouvelles et émergentes (ONMNE), les équipes de l’Institut Pasteur et de l’hôpital Abderrahmane Mami sont des figures de proue qui relèguent les politiciens au second plan. Alors que le secteur privé prospère depuis 2008 à travers la Fondation Nationale de la Caisse Assurance Maladie (CNAM), le secteur public est perçu comme la locomotive contre le Sars-CoV-2 et l’entité capable de combattre les disparités régionales et sociales devant la maladie.

Cela laisse espérer que le « pouvoir médical » tunisien puisse s’emparer de l’opportunité de rectifier la ventilation des dépenses publiques et le laxisme observé par l’État face à l’hémorragie des diplômés de la faculté de médecine qui émigrent en masse par manque de recrutements et faute d’investissements matériels et humains pour la santé.

Troubles dans les repères

La position – même privilégiée – de chercheur s’inscrit dans une « géographie physique et mentale de la science ». Celle-ci est comme suspendue dans l’épisode pandémique. La configuration plus ou moins consciente qui régit nos manières de faire intériorisées dans les échanges d’idées, les citations et/ou des lectures plus ou moins partagées est brouillée par l’urgence du moment. Les priorités sont bouleversées et déplacées. L’information scientifique circule, certes, entre les spécialistes de la santé (la recherche « ouverte » stimule les échanges et les initiatives) mais dans l’état actuel, il s’agit de transposer les analyses macroscopiques de l’épidémie en mesures et instructions. La lutte contre la contamination mortelle oblige chaque écosystème local à relier la production des connaissances aux applications utiles sur place. Comme en temps de guerre, les sciences et les techniques sont mobilisées pour traduire les connaissances en directives et avertissements pragmatiques.

Les bilans et courbes rapprochent tour à tour la Tunisie de Taïwan, du Vietnam, de la Thaïlande, de la Mauritanie, de la Jordanie ou du Liban. La crise mondiale montre que nos besoins immédiats comme nos ressources nous rapprochent d’autres contextes que ceux auxquels nous avons l’habitude de nous référer. Les chiffres en provenance de France, d’Italie ou des États-Unis, que les médias reprennent à l’envi, sont plus anxiogènes qu’éclairants. Alors que les analyses des économistes qui se font ré-entendre reprennent les mêmes modèles, le voisinage des pays du Maghreb se révèle plus approprié pour les comparaisons et les cas de pays asiatiques ou africains, plus adaptés pour calibrer les réactions et les mesures.

L’actualité contraint à reconsidérer les critères de proximité, à jauger nos besoins essentiels pour mieux exploiter les ressources disponibles et construire des données. Ce qui ramène aux manières de travailler dans la recherche en sciences humaines et sociales. Ces semaines nous ont confinés dans le temps du traitement de l’urgence et du témoignage. Alors qu’un cinéaste a entamé le tournage d’un film, que des sketchs et sit-coms se sont emparés de thèmes autour de l’épidémie, je me demande comment nos façons de faire de la recherche vont s’inspirer de cette expérience imposée à tou-te-s. L’observation critique peut-elle trouver des opportunités dans la crise du Covid-19 pour des questions pertinentes ouvrant sur des données ou des outils nouveaux ? Les chercheurs confinés parviendront-ils à renforcer les capacités scientifiques à mieux traiter les questions d’environnement, d’inégalités ou d’éthique que la pandémie aura révélées, simultanément et partout ?

Chaque terrain et chaque moment sont porteurs d’un potentiel de connaissances. L’expérience inédite et commune de la pandémie donnera-t-elle à la science la capacité d’être utile et partagée par le plus grand nombre ? La crise du Covid-19 changera-t-elle le regard des chercheur-e-s et/ou leurs manières de circuler, entre les terrains, les méthodes et les références ? En plus de la mise au point du vaccin, il faut espérer que la recherche soit apte à activer les prédispositions de la science – qui a aussi ses vulnérabilités – à évoluer dans son propre fonctionnement.

Le 18 mai 2020

Texte publié dans Vivre au temps du Covid-19, Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie, Tunis, IRMC/Nirvana, 2020, pp. 95-100.