Archives de catégorie : Tunisie

“Cinquante ans après”. Préface à la réédition des mémoires de Mohamed-Salah Mzali, Au fil de ma vie

Après une première édition en 1972, l’ouvrage Au fil de ma vie, mémoires de Mohamed-Salah Mzali, vient de paraître aux éditions Cérès, en coédition avec l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC, Tunis) et l’Académie des Lettres, des Sciences et des Arts Beït al-Hikma. Le texte ci-dessous en constitue la préface, “Cinquante ans après” la première édition, et présente le travail historique et critique effectué par Elyès Jouini.

Lire les mémoires de Mohamed-Salah Mzali rééditées cinquante ans après leur publication ouvre des perspectives pour comprendre l’histoire des élites tunisiennes contemporaines, en particulier celles qui sont rattachées au monde de l’administration.

Texte et contextes

Le noyau de la réédition est un ouvrage, fruit d’un projet longuement pesé par son auteur, un travail réfléchi, écrit au cours de l’année 1969, dans un contexte où Bourguiba règne sans conteste sur une Tunisie régie par une censure pointilleuse, notamment dans le domaine de l’édition et de la presse, vitrine officielle du pouvoir. Dans sa posture d’acteur politique au long cours, un notable du temps du Protectorat devenu un « perdant de l’indépendance » déroule un point de vue qui ramène à plein d’autres, comparables et nécessaires, pouvant mener à une perception plus complexe d’une histoire contemporaine de la Tunisie tissée de récits antagoniques, encore peu et mal reliés entre eux.

Le récit de ce Tunisien qui traverse le XXe siècle (1896-1984), en effectuant un parcours scolaire et universitaire hors des sentiers empruntés et possibles pour ses compatriotes, nous apprend beaucoup de choses sur un profil singulier, qui appartient à la minorité d’ « évolués » de la période coloniale ayant pu accéder à l’instruction, gravir les échelons de l’enseignement et entrer dans la sphère des décideurs. La rivalité avec des congénères tunisiens et français ne peut pas manquer d’égrener un tel parcours intellectuel, professionnel et politique : l’histoire des individus se nourrit des inimitiés autant que des solidarités et des congruences ; l’ouvrage illustre ces traits. Sans doute le caractère et les qualités du personnage sont-ils déterminants, en plus d’une histoire familiale (une lignée de notaires et de caïds) apparentée à celle d’un autre Monastirien de renom, Habib Bourguiba (1903-2000). La bulle d’appartenance qui les rapproche (sa grande tante Khadouja Mzali est la grand-mère de Bourguiba) est en même temps le cadre d’une concurrence qu’il serait vain de chercher dans des sources historiques. Né en 1896, quelques années avant celui qui va devenir Président de la République tunisienne en 1957, Mohamed-Salah Mzali évolue, comme ce dernier, sous un régime colonial dont la nature discriminatoire est un des ingrédients de l’esprit de compétition, qui peut animer les individus ou les familles autant qu’il peut constituer le ferment des amitiés et des attachements, ou nourrir des complicités contre le système. Avec les retournements de l’histoire, ceux et celles qui ont pu être les « chanceux » d’un moment peuvent susciter des actes de vengeance ou des règlements de compte, une fois que les choses changent. C’est au moins une des explications de la vindicte d’un Bourguiba, passé du bon côté du pouvoir après 1956 et portant atteinte, de diverses manières, à des personnalités redoutées, jalousées ou détestées. Tahar Sfar, Abdelaziz Thaâlbi, Tahar Ben Ammar, Salah Ben Youssef, Mohamed Attia, Mohamed Ben Salem, Sahbi Farhat, Mahmoud El Matri, Slaheddine Baccouche, Chedly Khalladi… sont autant de vies minorées, persécutées, ostracisées ou éliminées par un « gagnant » ombrageux, disposant du pouvoir de prendre une revanche concrète sur des rivaux ou adversaires.

Affichages lors du colloque “Mohamed-Salah Mzali : La Tunisie du makhzen à l’État national”. Panneau présentant les ministères confiés à Mohamed-Salah Mzali avant l’indépendance de la Tunisie.

Affichages lors du colloque “Mohamed-Salah Mzali : La Tunisie du makhzen à l’État national”. Panneau illustrant les relations entre Mohamed-Salah Mzali et Habib Bourguiba.

Contrepoints

Dépliant les épisodes d’une vie au temps du Protectorat et rédigé au soir d’une existence faite de réussites et de revers, le témoignage de Mohamed-Salah Mzali a aussi valeur de démonstration de « bonne foi » (comme il l’annonce dans le prologue) à une époque où  l’appareil administratif est en train de renouveler son personnel et son aura, les réservant à un cercle de méritants exigés et accrédités par le système naissant. Un autre makhzen est alors en gestation, fixé par un personnel de l’État national issu de l’indépendance, tissé avec la création d’institutions inspirées de l’ancien monde, traversé par des rivalités et réactivant des antagonismes. La genèse des élites n’est jamais un mouvement linéaire ; elle reflète les cheminements possibles des acteurs à chaque époque, épouse les rapports de force économiques, sociaux et politiques qui sculptent chaque configuration. Ancrés dans les héritages et fruits des accumulations antérieures, les processus de formation des élites peuvent être remis en question par les bouleversements successifs de l’histoire.

La lecture de l’autobiographie d’un représentant de l’élite tunisienne du temps colonial qui se penche, à la fin des années 1960, sur les souvenirs de sa vie, après avoir été condamné à l’indignité nationale en 1959, emprisonné quelques mois puis amnistié en 1966, peut être faite sous plusieurs angles. Un de ceux qui prédominent est que Mohamed-Salah Mzali illustre une mutation majeure de la société tunisienne au cours du XXe siècle : la lente éclipse de l’exclusivité du cursus zaytounien dans la formation des acteurs de l’administration politique. Diplômé du collège Sadiki en 1913 puis bachelier en 1914, Mohamed-Salah Mzali est nommé à la section d’État en 1916, pénétrant ainsi les arcanes d’un système de gestion en pleine transformation qui va former l’expérience du fonctionnaire et le préparer à plusieurs rôles. L’itinéraire de cet auteur de la première thèse d’économie politique sur la Tunisie (L’évolution économique de la Tunisie, 1921) est à rapprocher de celui d’un autre natif de Monastir, Salem Ech-Chadely (1896-1954), premier médecin psychiatre tunisien. On ne peut s’empêcher de rappeler également le cas de l’avocat originaire de Monastir, Ahmed Sakka, premier diplômé en droit qui s’est rapproché du groupe de Abdelaziz Thaâlbi dans l’effervescence anticoloniale qui a structuré la première génération formée par le système scolaire franco-arabe.

Une autre notation traverse le lecteur de ces mémoires : la plume de Mohamed-Salah Mzali n’évoque, en 1969, que le terme de Destour pour parler de la mouvance politique anti-française. Serait-ce un déni persistant de la rupture de 1934 qui a donné naissance au Néo-Destour ? Si on ajoute à l’obstruction de cette date, canonisée par le récit national officiel, la reconnaissance de la légitimité de Lamine Bey, le successeur de Moncef Bey détrôné le 25 juillet 1957, on comprend comment l’image de ce ministre loyal envers la cour beylicale alimente sa condition d’adversaire politique de Bourguiba. Les accords de 1954 qu’il contribue à rédiger dans une période de conflits armés servent de base à un procès pour « collaboration » avec le pouvoir colonial qui multipliait les formes de négociation en vue d’une « autonomie interne ».

Ce que l’actualité « fait » à l’histoire

Les mécanismes d’accusation de traîtrise et les procès en épuration accompagnent souvent les scénarios de changement de régime. Les reproches sont exacerbés autant par le trauma de la domination antérieure que par la puissance du ressentiment nourri d’allégations d’appartenance ou de reniement. Le fil de la narration de Mohamed-Salah Mzali a des accents d’un soliloque patriotique sur fond d’une atmosphère hostile (il adhère pour un temps à la franc-maçonnerie) qui l’empêche de récupérer ses biens confisqués.

L’actualité tunisienne récente, porteuse de bouleversements, suggère à Elyès Jouini, petit-neveu de Mohamed-Salah Mzali, de remettre en lumière ce texte peu connu, fruit d’une époque révolue. Il effectue un travail de contextualisation complet qui commente le manuscrit original, relève les passages modifiés ou supprimés, explicite la conjoncture. Plusieurs paramètres se croisent pour éclairer le contenu de l’ouvrage, les circonstances de son élaboration et les échos qu’il a semés au cours de sa brève vie éditoriale. L’édition annotée et enrichie du manuscrit restitue la complexité d’une existence qualifiée par l’auteur des mémoires comme celle d’un « entre deux » – il déclare vouloir se tenir « à égale distance des extrêmes » –  à la suite d’une carrière de 39 ans (fonctionnaire, enseignant, gouverneur, caïd, archiviste, ministre, président du Conseil) où il a pu, entre privilèges et devoirs, observer et gérer les tensions entre la population tunisienne et l’administration coloniale. Disposant des archives de fabrication de l’ouvrage édité en catimini en 1972 par Hassan Mzali, le fils de Mohamed-Salah, et rapidement interdit à la vente, l’éditeur enrichit la nouvelle version de passages, de documents d’archives, de notes, de jugements d’acteurs contemporains et de réflexions d’historiens tout en suggérant des rapprochements avec le moment en cours qui perturbe les dynamiques élitaires.

On attend de cette réédition agrémentée de compléments qu’elle enrichisse la bibliothèque historique sur la Tunisie qui a besoin de multiplier les témoignages, d’exhumer les sources pour affiner les recoupements pouvant reconstituer l’épaisseur et les contradictions qui forment les péripéties de l’histoire sociale, politique et économique du pays. Même si on s’en tient à la catégorie des élites administratives coloniales et post-coloniales, les recherches manquent.

Le profil de Mohamed-Salah Mzali, son style d’écriture, ses raisonnements comme ses références intellectuelles (on note ses citations et son penchant pour les « gallicismes ») invitent à le replacer dans son temps, sans le confondre avec les modèles qui l’inspirent. La façon dont il évoque les faits historiques, la richesse des détails et des liens généalogiques fournis dans la deuxième partie de l’ouvrage invitent à une lecture réflexive de la condition de fonctionnaire forgée par et pour la gestion et la décision d’un pays colonisé, une catégorie sociale et politique portant en elle ses paradoxes, impactée par les circonstances de la décolonisation comme par l’évolution des normes d’accès à la notabilité.

28 décembre 2022

 

Annie Pérusat Bardi (1932-2023) et IBLA : connexions et questionnements

Ce texte a été prononcé puis écrit à l’occasion de l’hommage rendu à Annie Bardi le 27 avril 2018 à l’Institut Supérieur des Langues de Tunis et organisé par l’Unité de recherche ATL, sous le thème “La rencontre”. Il a été publié en 2021 dans le volume de Mélanges offerts à Annie Bardi, dirigé par Amina Chenik, pp. 37-52.

Je suis heureuse de faire partie des amies d’Annie Bardi sollicitées pour cet hommage et je remercie les organisatrices de me faire une place parmi l’ensemble des témoignages. On m’a demandé de parler de l’Institut des Belles Lettres Arabes (IBLA) où, à l’occasion de manifestations, j’ai rencontré Annie parmi des visages divers et réguliers. Nous avons partagé des conversations frôlant les confidences intimes et évoquant des convictions personnelles. Son regard passionné sur les gens, souvent étayé de comparaisons littéraires est celui d’une personne impliquée avec ardeur dans son environnement. On sent mêlés en elle amour de la littérature, désir de comprendre et mystique de la rencontre. Je recevais ses jugements sculptés en fonction des éclairages et des moments comme des reflets des étapes d’une vie dont j’ignorais les détails mais l’acuité de ses réflexions m’amenait souvent à réfléchir autrement, m’ouvrant les yeux sur sa perspective.

Trois termes ont retenu mon attention dans les interventions qui m’ont précédée. Je voudrais célébrer la MODESTIE et la TENACITE qui caractérisent l’ENGAGEMENT d’Annie Bardi, qualités intellectuelles que j’ai trouvées également chez les Pères Blancs.

Cette jonction faite, je situerai l’IBLA dans l’histoire[1] et dans le présent de la Tunisie. En travaillant mon intervention, m’est apparue l’idée du double lien d’Annie avec l’institution : comme  universitaire et comme chrétienne. Attirée par sa sensibilité et son érudition, je n’ai pas perçu jusque là la facette religieuse, un peu par insouciance de ma part et un peu à cause de la personnalité d’Annie et de sa discrétion. A-t-elle intégré un habitus de « minoritaire » en pays d’Islam ? Il est difficile de répondre à cette question et les développements qui suivent sont animés par des souvenirs de discussions dans des atmosphères studieuses ou conviviales. La mise en forme écrite m’a menée vers des questionnements sur les années 1960 et suivantes.      

Ce témoignage réflexif, librement conduit, tresse des informations autour de l’IBLA avec la mémoire d’échanges ou d’impressions. Inspiré par la personnalité d’Annie Bardi, ce texte formule des pistes appelées à être poursuivies, vérifiées, étayées ou infirmées autour de l’évolution d’une partie du monde académique tunisien.  

1/ L’IBLA dans la vie universitaire tunisienne

2/ Entre religion et politique : le moment Dialogue islamo-chrétien

3/ Etudes sur l’Islam et sur le christianisme : un déséquilibre

1/ L’IBLA dans la vie universitaire tunisienne

L’acronyme IBLA désigne à la fois un lieu, une institution, une bibliothèque et une revue. La maison du 12 rue Jama’ El Houa, dans le faubourg sud de Tunis, est occupée depuis 1932 par une bibliothèque[2]. Là se prépare la revue née en 1937, dirigée aujourd’hui par un comité de rédaction tunisien. Avec 223 numéros[3], IBLA, la plus ancienne revue tunisienne vivante a une place particulière dans le paysage culturel local[4]. La veine de revue de sciences humaines et sociales s’est construite au fil du temps, tissée par l’intérêt des pères blancs pour la réalité tunisienne. La spécialisation s’est bâtie sur la base de lectures d’ouvrages et d’articles recensés, de recherches autour de l’arabe écrit et parlé[5], d’enquêtes ethnographiques (poésies, proverbes, mœurs, arts de faire…), d’études islamologiques[6]. Le dépouillement systématique et une politique documentaire suivie permettront de mettre en place une bibliothèque savante et spécialisée fréquentée jusqu’à ce jour[7]. Le couplage entre revue et bibliothèque explique probablement la pérennité de l’institution, le genre « revue » étant par nature éphémère[8].

L’IBLA est un lieu de travail, d’histoire et de culture, un lieu de transmission et de rencontre intégré au présent de la Tunisie tout en reposant sur un héritage de plusieurs générations[9]. La bibliothèque recèle plus de 30 000 ouvrages et plus de 600 périodiques ; elle rend des services aux étudiant.e.s, aux enseignant.e.s et aux chercheur.e.s travaillant dans le domaine des sciences humaines et sociales portant sur le monde arabe, les pays musulmans, le Maghreb et bien entendu la Tunisie. Dans les murs de la maison du fond de l‘impasse, derrière une belle mosquée hafside restaurée dans les années 1960[10], se prépare la revue du même nom, une publication semestrielle pilotée par douze membres d’un comité éditorial veillant à publier un contenu scientifique de qualité. Depuis près de quatre-vingts ans, ce lieu participe à nourrir les recherches multidisciplinaires de ceux et celles qui viennent y chercher un matériel documentaire bien classé et accessible sur la réalité tunisienne.   

Entre revue, cours d’arabe et constitution d’un riche fonds de sciences humaines et sociales focalisé sur la Tunisie, le Maghreb et le Machrek, l’IBLA est connu et fréquenté par des élèves du quartier, des journalistes, des étudiant.e.s et des chercheur.e.s tunisien.ne.s et étranger.e.s[11]. L’incendie survenu le 5 janvier 2010 a causé une fermeture de quatre ans, lourdement ressentie dans le voisinage, par la communauté scientifique tunisienne et par les chercheur.e.s du monde entier[12]. Après la restauration du bâtiment, la bibliothèque de l’IBLA rouvre ses portes au public en mai 2014[13]. La consultation est plus spécialisée et la gestion du fonds s’adapte aux caractéristiques du moment, Internet ayant en effet bouleversé le monde de l’information et de la communication. Le web a aussi traversé le monde savant en transformant les usages et les pratiques du travail bibliothéconomique.

Ainsi peut-on lire l’évolution des conditions d’exercice et de connaissance des sciences humaines et sociales dans l’histoire de la bibliothèque comme à travers celle de la revue. Les Pères Blancs fondateurs[14] puis leurs continuateurs[15] ont fréquenté et travaillé avec des intellectuels et des universitaires de la place, cheikhs de la Zitouna puis recrues de l’université nationale née en 1960[16]. Liens, croisements et méthodes de travail se développent avec l’extension de l’espace universitaire et de ses moyens. La « coopération scientifique et technique »[17] fait partie des dispositifs ayant participé à la construction de cet espace après l’indépendance. Dans ce cadre, Annie Bardi débarque en Tunisie en 1959, comme professeur de Lettres françaises au Lycée Carnot de 1959-1967 puis, à partir de la rentrée 1967, à la faculté des Lettres et Sciences Humaines du boulevard du 9 avril, à Tunis. Celle-ci accueille à la même période, le père blanc Jean Fontaine qui entreprend une licence d’arabe puis une thèse de 3ème cycle sur le thème La crise religieuse des écrivains libanais chrétiens au 19e siècle[18]

2/ Entre religion et politique : le moment Dialogue islamo-chrétien

En repensant à cette époque, je me suis demandé comment Annie Bardi a pu percevoir les situations politiques traversées au cours de sa vie tunisienne. Sans travail de recherche conséquent, j’ai égrené des fragments de faits autour de son cas. Quelques pistes de réflexion me sont apparues, qu’il sera nécessaire de creuser et de vérifier.

Annie Bardi vient enseigner la littérature française dans un pays nouvellement indépendant. Faut-il rappeler que ce type de choix témoigne souvent d’une volonté d’aider par l’instruction et participer ainsi au « développement » ? Or, la colonisation française était assimilée à la chrétienté. Comment s’est passée l’expérience d’une agrégée de lettres dans un contexte post- colonial ? Même désirée, cette mission idéaliste a dû se confronter avec le réel. Nos conversations n’ont jamais porté sur l’aspect politique des années 1960 mais pour moi, les noms de Georges Bernanos[19] et de Louis Massignon[20]-auquel elle était apparentée- lui sont liés. Avec le recul, je me dis que j’aurais dû « profiter » de sa culture catholique, parler avec elle des relations tumultueuses et paradoxales entre religion et politique dans l’histoire et en Tunisie, lui demander sa perception de la relation entre chrétiens et musulmans… J’étais trop jeune pour avoir conscience de ces questions et ne me sentais pas suffisamment armée face à sa culture, y compris sur le plan religieux.

Comment la jeune française épousant un Tunisien vivra-t-elle la bataille de Bizerte (été 1961), la fin de la Guerre d’Algérie (été 1962) ? A-t-elle su que l’église de Kairouan est abandonnée par son curé en 1960[21]? Qu’a-t-elle pensé des travaux du Concile Vatican II ? A-t-elle suivi la petite « révolution » tranquille dans le cercle de la pensée théologique catholique ?  Ce tournant majeur dans l’histoire de l’Eglise catholique s’étale sur trois ans : il s’ouvre le 11 octobre 1962 (sous le pontificat de Jean XXIII) et s’achève le 8 décembre 1965 (sous le pontificat de Paul VI)[22].

Retour à l’IBLA, lieu de rencontres : un des artisans du virage est le père André Demeerseman[23] ; il a renoncé au prosélytisme et s’est opposé à l’organisation du Congrès Eucharistique de Carthage (7-11 mai 1930)[24], orchestré par Alexis Lemaître, père blanc et archevêque de Carthage de 1922 à 1939. L’événement a en effet donné lieu à des processions et des cérémonies en costumes et croix. Les images ont choqué l’opinion tunisienne, divisé colonisateurs et colonisés : triomphe pour les uns, appel à l’évangélisation dans un pays à majorité musulmane pour les autres[25]. Les écrits d’André Demeerseman[26] et ses relations avec les nationalistes[27] attestent d’un soutien prudent et discret qui s’exprimera clairement en 1952 lors des massacres du Cap Bon[28].    

Le traitement des trois monothéismes dans la Tunisie colonisée révèle aujourd’hui son importance, même si on manque d’études globales pour comprendre les liens complexes entre religion et politique. On sait que le statut de la nationalité française[29] a imposé une différenciation entre les religions et que le nationalisme tunisien a mis l’Islam au centre du combat d’émancipation[30]. Ce rapport conflictuel a laissé des traces durables dans les mentalités et engendré des situations paradoxales. Dans cette perspective, il serait intéressant de relire les discours enflammés et identitaires de Bourguiba[31], alors que la République tunisienne est reconnue par le Vatican en 1958 et son président reçu en juillet 1959.

Les relations protocolaires et politiques entre christianisme et Islam se réorientent et les considérations doctrinaires prennent en compte la nouvelle situation. Pendant que la Constitution de 1959 érige l’Islam en religion officielle et unique, les catholiques « redimensionnent » leur présence[32] : les Pères Blancs abandonnent en 1961 le burnous, adoptent une tenue civile et poursuivent un travail éducatif et culturel[33]. En dehors des retombées dans l’enseignement et de la recherche, quelles sont les suites du 21ème Concile ? Comment l’ouverture du catholicisme en direction des autres religions et de l’islam en particulier a-t-elle impacté les milieux universitaires ?  

3/ Etudes sur l’Islam et sur le christianisme : le déséquilibre

Une recherche sur les conséquences du réajustement politico-diplomatique du Vatican sur les pays d’Islam et sur le Maghreb à partir des années 1960 serait éclairante. Parmi les textes élaborés avec la Tunisie[34], le Modus vivendi signé entre l’Etat tunisien et le Vatican en juillet 1964 constitue un cadre politique nouveau[35]. Préparé par le Dialogue Islamo-chrétien[36], lui même précédé par une accumulation intellectuelle dont l’IBLA est un des foyers, l’accord accompagne des prolongements de la rencontre Islam/Chrétienté dans le champ académique. L’ouverture favorise les études avec cependant une asymétrie entre Islam et christianisme. De Tunisie et du côté de l’Islam, une veine francophone d’islamologues se développe sans que la connaissance du christianisme suive le mouvement. Et l’IBLA sert de noyau autour duquel se forment des groupes de recherche et des publications qui vont accompagner la dynamique d’un champ de réflexion et d’étude sur l’Islam, religion et civilisation.

En même temps, l’IBLA transfère des activités et des archives à Rome. Le Pontifico Istituto di Studi Arabi et d’Islamitici (PISAÏ) naît en 1965 avec l’objectif de donner aux Pères blancs les moyens de travailler à une dimension que la mutation tunisienne ne permet pas de réaliser. Dans cet institut pontifical, des cours, des conférences et des séjours d’étude sur la religion musulmane et la langue arabe sont pensés pour un public international. Ils sont destinés à développer des liens avec des intellectuels européens intéressés par l’Islam. Le PISAÏ devient un des lieux de rapprochement entre les pays arabes et musulmans et l’Occident en éditant, en particulier, la revue Islamochristiana. Un père blanc de Tunis, Maurice Borrmans (1925-2017) fonde en 1974 et dirige jusqu’en 2004 cet organe de liaison inter-religieuse[37].

Mohamed Talbi (1921-2017)[38] et Abdelmajid Charfi (1942- )[39] font partie des universitaires tunisiens de l’époque qui émergent par des travaux qui renouvellent le patrimoine arabo-islamique. Ils se distinguent par une formation double et des approches nourries aux méthodes des sciences humaines et sociales modernes. En se spécialisant dans la pensée arabe et islamique, ils contribuent à enrichir l’islamologie tunisienne qui trouve, entre l’IBLA et le PISAÏ, un cadre de fonctionnement, des ressources bibliographiques, des activités de rencontre et des opportunités de publication. 

Mohamed Talbi puis Abdelmajid Charfi font partie du Groupe de recherche islamo-chrétien (GRIC) fondé en 1976[40]. Ce cercle permet des échanges approfondis concernant des questions théologiques communes et donnant lieu à plusieurs publications[41]. Quatre rencontres sont organisées avec le concours du Centre d’Etudes, de Recherches Economiques et Sociales (CERES) en 1974, 1978, 1982 et 1986 ; les actes ont été publiés[42].

Malgré ces relations personnelles et institutionnelles, peut-on parler d’une rencontre islamo-chrétienne réelle entre les chrétiens et les Tunisiens aujourd’hui? Le GRIC vit toujours et s’est structuré autour d’intellectuels et d’activités disséminés au Liban, en France et au Maroc. Le groupe de Tunis a agrégé de nouveaux noms comme Abderrazak Sayadi, professeur de lettres et Asma Nouira, juriste. Mais, vu de Tunisie, a-t-on avancé du côté de la connaissance du christianisme ? A-t-on créé des outils, des groupes de recherche, des ressources scientifiques ? Les historiens de l’Antiquité rappellent que le pays a donné trois papes à la chrétienté[43] ; on sait l’importance de la parenthèse carthaginoise dans la vie et la formation de Saint Augustin (354-430) ; le passage de Saint Louis par Tunis (août 1270) a fait légende ; un passé orthodoxe est attesté par des descendants grecs et trois églises à Tunis, Sfax et Djerba[44]. Malgré ces balises, l’héritage chrétien en Tunisie attire peu de travaux, souvent produits par des missionnaires ou des chercheurs étrangers. Alors que la présence et le rôle de l’Eglise ont marqué les différentes périodes, l’historiographie tunisienne sur le christianisme en Tunisie est peu développée. Si le catholicisme se renforce avec l’époque coloniale[45], on en ignore les aspects politique, économique, social et humain. La bibliographie sur le sujet est en pointillés.

Après les vagues de départ des chrétiens de Tunisie avec la décolonisation, des changements pointent depuis quelque temps. Les migrations subsahariennes[46], la mobilité religieuse actuelle[47], comme les tensions identitaires plaident pour étudier les flux, avec leurs causes et leurs conséquences et pour s’appesantir sur les formes de présence et de vie religieuses à travers la durée, christianisme compris.

Un master d’histoire des religions a vu le jour à l’Université de La Manouba[48] ; il laisse espérer un intérêt plus grand pour l’étude du fait religieux. Sur le plan de la recherche, la parution récente d’un ouvrage collectif sur la situation religieuse constitue un état des lieux intéressant[49]. On attend de ces percées de futures études d’histoire religieuse, le développement d’une sociologie des religions ouverte à toutes les croyances, une connaissance qui serve à comprendre la pluralité des religions qui coexistent. En étendant les grilles de compréhension et d’interprétation de la dimension religieuse, en sortant du seul périmètre de l’Islam, ces petits pas de la connaissance peuvent contribuer à pacifier l’espace de la foi.

Conclusion 

Cette contribution à l’hommage à Annie Bardi m’a ouvert les yeux sur des aspects que je n’avais pas perçus jusque là dans la vie intellectuelle et scientifique tunisienne. Arrivée en Tunisie au moment où la décolonisation réalise le « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes », la française chrétienne s’installe dans un pays où l’Islam est érigé en religion majoritaire, exclusive, conquérante, exacerbée par le traitement politique colonial. Je m’interroge sur les suites d’un parcours d’une enseignante en contexte post –colonial. Je me demande quels sont les sentiments et les raisonnements qui ont pu inspirer le travail de la pédagogue, influencer son écoute, animer ses discussions avec amis et collègues et nourrir ses choix intellectuels et personnels. Comment a-t-elle vécu cette période politiquement chargée par la domination coloniale et que signifient ses revendications insistantes de « réciprocité »?

Je remercie encore une fois les organisatrices de m’avoir donné l’occasion de revenir, sur des non dits, sur des aspects invisibles et impensés qui fabriquent notre histoire. Même si je me suis limitée à repérer un des périmètres d’étude dans le monde académique tunisien, mon témoignage se termine sur le seul souhait que peut émettre l’historienne devant un chantier entr’ouvert pour les sciences humaines et sociales : élargir les grilles d’observation et d’interprétation à ceux qui sont de « l’autre côté » de la religion musulmane. Sans cesser d’interroger l’Islam et d’approfondir la connaissance à son sujet, il serait utile de se tourner aussi vers les autres façons de croire. Désenclaver l’Islam peut aider à dédramatiser l’hégémonie coloniale en explorant l’ensemble de ses facettes religieuses comme à admettre et à étudier la co-présence de croyances multiples dans chaque temps social de l’histoire de la Tunisie.

Hammam-Lif, le 6 juin 2019.

[1] L’histoire commence en 1868 quand la Société des Missionnaires d’Afrique, fondée par le Cardinal Charles Lavigerie en Algérie se transporte à Carthage et à Thibar. Cf. François Renault, Le cardinal Lavigerie, 1825-1892, L’Église, l’Afrique et la France, Paris, Fayard, 1992.

[2] Gérard Demeerseman, André Demeerseman (1901-1993), Paris, Karthala, collection « Histoire des mondes chrétiens », 2014, chapitre V ; «  Les premiers temps de la rue Djamaa El Houa », pp. 71-84.

[3] A côté des collections papier de la revue, et en attendant la mise en ligne intégrale de la revue, des copies numérisées existent à l’IBLA, à la Bibliothèque Nationale de Tunisie et à l’Institut de Recherche sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM) d’Aix-en-Provence. 

[4] Cf. Tables analytiques de la revue Ibla 1937-1996, Tunis, Ibla, 1997, 256 p. ; Les sommaires de la revue Ibla 1937-1999, Tunis, Ibla, 2000, 186 p. Le dernier inventaire publié par Jean Fontaine pour le 60e anniversaire de la revue signale 1200 articles, 870 recensions, 450 auteurs dont 200 Tunisiens, 20 non Tunisiens et 230 auteurs occidentaux.

[5] Les Pères blancs éditent une collection Le Bled qui met en situation le vocabulaire pratique. Par la suite, Les sœurs blanches instituent un apprentissage de la langue arabe qui donne lieu récemment à un manuel. Madeleine Prim, Cours d’arabe tunisien. Niveaux  1 &2,  Tunis, Ed. IBLA, 2014-2016.

[6]Hend Gaha, « Vers une conception plus nuancée de la rencontre avec l’autre : le cas de la revue IBLA », Usages et représentations des cultures pendant la période coloniale, op. cit., p. 129-136.

[7] L’indexation par articles est une des richesses offertes par le fonds de la bibliothèque de l’IBLA.

[8] Kmar Bendana, « Ibla, la revue tunisienne des Pères Blancs, La Revue des revues, Paris IMEC/MSH, n° 12-13, mai 1992, pp. 73-83. Extraits parus dans Hommes et Migrations, Paris, n 1150, janvier 1992. Version remise à jour pour l’Annuaire de l’Afrique du Nord, Aix-en-Provence, 1999, IREMAM/CNRS, pp. 539-548.

[9] André Louis (1912-1978) ; Jean Gabriel  Magnin (1910-1977) ; Jean  Quémeneur, (1911-1970) ; Michel Callens (1918-1990) ; Michel Lelong (1925- ) ; Jean Fontaine (1936-  )

[10] Mohamed Masmoudi & Jamila Binous, Tunis, la ville et ses monuments, Tunis, Cérès Productions, 1980.

[11]Ajoutons la Bibliothèque diocésaine (1, rue Sidi Sabeur) née en 2001 et vouée à l’histoire des religions.

[12] Entretien Jean Fontaine & Cyril Isnart, in The Religious Heritage Complex : Conservation, Objects and Habitus (en anglais), Sous la direction de Cyril Isnart et Nathalie Cerezales, 2020, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02495800

[13] Kmar Bendana, « IBLA rouvre ses portes aux lecteurs », https://hctc.hypotheses.org/1109 

[14]Oissila Saaïdia, « Entre ethnologie et missiologie, André Demeerseman, Père Blanc », in Chantal Paisant (dir.), La mission en textes et images XVI-XXe siècles, Karthala, Paris, 2004, pp. 157-171 ; Kmar Kchir-Bendana, « André Demeerseman, prêtre, savant et intellectuel, 1901-1993 », Ibla, 58,176, 1995, pp. 207-222 ; Idem, « André Demeerseman, Essai de bibliographie chronologique », Les relations tuniso-françaises au miroir des élites, XIXème-XXème siècles, Faculté des Lettres de La Manouba, 1994, pp. 133-151.

[15] Quelques-uns des pères blancs ayant dirigé l’IBLA : Gérard Demerseeman, 1993-2000 ; Ramon  Etcheverria, 2001-2007 ; Jean Fontaine, 2008-2011 ; John Mac William, 2011-2015. Bonaventura Mwenda, depuis mai 2015.

[16] Kmar Bendana, « Aux origines de l’enseignement supérieur tunisien », https://hctc.hypotheses.org/232

[17] Le bilan intellectuel de l’ouvrage collectif Au temps de la coopération. Sciences sociales et décolonisation au Maghreb, Jean-Robert Henry & Jean-Claude Vatin (dir.), en collaboration avec Sébastien Denis et François Siino, Paris Karthala, 2012 (bibliographie pp. 24-26) est concentré sur l’Algérie et les sciences humaines et sociales.

[18] Jean Fontaine, « 56 ans en Tunisie. Ma vie à l’IBLA », http://peresblancs.org/jean_fontaine2.htm

[19] Georges Bernanos (1888-1948) a passé plus d’une année en Tunisie entre 1947 et 1948. Les actes du colloque « Exil, errance et marginalité dans l’œuvre de Bernanos » organisé à Tunis ont paru en 2004.

[20] 1883-1962. Titulaire de la chaire de sociologie et de sociographie musulmanes au Collège de France de 1922 à 1954 ; Henri Laoust lui succède en 1956. https://journals.openedition.org/annuaire-cdf/126

[21] Le père Louis Augros est contraint de céder son presbytère et l’église sans contrepartie. Les Sœurs blanches quittent aussi la ville de Kairouan, Gérard Demeerseman, op.cit. , pp. 309-313.

[22] Du point de vue de la forme et du fond, ce Concile fait suite, presque un siècle plus tard, à un concile interrompu en septembre 1870. Pie XI essaie de le relancer en 1922 et Pie XII en 1948… Sans succès.

[23] André Demeerseman, (Hazebrouck, 1901-Valence, 1993), père blanc, arabisant, penseur du rapprochement inter-religieux et artisan du dialogue islamo-chrétien. Cf. «André Demeerseman», Dictionnaire de l’orientalisme français, François Pouillon, ed., Paris, IISMM/ Karthala, pp.282-283.

[24] Jacques Alexandropoulos, « Entre archéologie, universalité et nationalismes : le 30e congrès eucharistique international de Carthage (1930) », Anabases n° 9, 2009, p. 51-68.

[25] Ali Mahjoubi, Origines du mouvement national, Publications de l’Université de Tunis, 1982, p. 466-479.

[26] « Trente ans avant le 2ème Concile du Vatican, il [le père Demeerseman] avait la conviction que chrétiens et musulmans devaient ‘s’efforcer sincèrement à la compréhension mutuelle… et à promouvoir ensemble, pour tous les hommes, la justice sociale, les valeurs morales, la paix et la liberté’ », Michel Lelong, La rencontre entre l’Eglise catholique et l’Islam en Tunisie de 1930 à 1968, Thèse de 3ème cycle ronéotypée, Aix-en-Provence, 1970. 

[27] Bourguiba en tête. Lui et son épouse Mathilde étaient voisins du ma’had des Pères blancs de 1938 à 1954.

[28] L’éditorial de la revue IBLA n° 56, daté 1951 et écrit en février 1952, en arabe et en français, fait écho aux massacres du Cap Bon, condamne la haine et en appelle à la justice.

[29] La loi facilitant l’accès à la nationalité française date du 20 décembre 1923. Daniel Goldstein, Libération ou annexion. Aux chemins croisés de l’histoire tunisienne, 1914-1922, Tunis, Maison tunisienne de l’édition, 1978.

[30] En 1933, Bourguiba attise les manifestations contre l’enterrement des naturalisés dans les cimetières musulmans. Cf. Bertrand Le Gendre, Bourguiba, Paris, Fayard, 2019, pp. 52-57.

[31] En 1964, Bourguiba rappelle que ce « congrès s’est mué en véritable croisade –la neuvième- sous la conduite de grands prélats », discours reproduit dans le journal La Presse de Tunisie du 3 octobre 1964.

[32]Mohamed Ridha Ben Hammed, L’Eglise catholique après l’indépendance, DES en science politique, 1975, 148 p.,  ronéo ; Gérard Demeerseman, op.cit., chap. XVII, « Un nouveau  statut pour l’Eglise », pp. 307-329.   

[33] Les Pères blancs font don, entre autres, du lycée d’El Omrane après l’avoir tenu de 1956 à 1969. 107 chapelles et églises et d’autres immeubles (dont le siège de l’Ecole Nationale d’Administration) sont cédés à l’Etat tunisien.

[34] 17 mai 1964 : Création du Secrétariat romain pour les non-chrétiens qui deviendra le Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux ; 21 novembre 1964 : Déclaration sur les relations de l’Eglise avec les religions non-chrétiennes.

[35] « L’église en Tunisie. Le modus vivendi du 9 juillet 1964 », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1964, pp. 63-71. http://aan.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/AAN-1964-03_18.pdf

[36] Orientations pour un dialogue entre chrétiens et musulmans, 1969. 

[37] Islamochristiana compte 45 numéros à ce jour et édite en arabe, en français et en anglais principalement.

[38] Deux publications de Mohamed Talbi témoignent en particulier de cette expérience : Islam en dialogue, Tunis, M. T.E., 1970 ; Islam et dialogue, réflexion sur un thème d’actualité, Tunis, M.T.E. 1972 & 1979.

[39] La thèse de Abdelmajid Charfi porte sur un aspect du dialogue Islam/Chrétienté : Al-Fikr al-islâmî fi-r-radd ‘ ala-n-nasârâ, [La pensée islamique dans la réfutation des chrétiens], Tunis-Alger, 1986 ; 2è éd. Beyrouth 2006.

[40] Michel Serain, « Le dialogue islamo-chrétien », Hommes et Migrations, 1992, pp. 13-20. Voir le site https://gric-international.org/

[41] Ces Écritures qui nous questionnent, la Bible et le Coran, Paris, Centurion, 1987. Voir également Vincent Feroldi, Chrétiens et musulmans en dialogue: les identités en devenir, Travaux du GRIC (1996-2003), Paris, 2003.

[42] Gérard Demeerseman, op. cit., pp 341-346.

[43] Victor 1er, 14ème pape, 189-199 ; Miltiade, 32ème  pape, 311-314 ; Gélase, 42ème  pape, 492-496.

[44] Habib Kazdaghli, « Communautés méditerranéennes de Tunisie. Les Grecs de Tunisie : du Millet-i-rum à l’assimilation française (XVIIe-XXe siècles) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 95-98 | avril 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 02 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/remmm/243

[45] Les travaux de Pierre Soumille y ont été consacrés. In memoriam Pierre Soumille (1926-2003)

Oissila Saaïdia, https://journals.openedition.org/chretienssocietes/3806. ; François Dornier, Les catholiques en Tunisie au fil des jours, Tunis, Imprimerie Finzi, 2000.

[46] Katia Boissevain, « Des conversions au christianisme à Tunis. Vers quel protestantisme ? »,  Histoire, monde et cultures religieuses 2013/4 (n° 28), pages 47 à 62, https://doi.org/10.3917/hmc.028.0047

[47] Katia Boissevain, « Migrer et réveiller les Églises : Diversification des cultes chrétiens en Tunisie », L’Année du Maghreb [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 02 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/2253 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2253

[48] Fondé par Abdelmajid Charfi, brièvement dirigé par Mohamed Haddad puis repris par Abderrazak Sayadi.

[49] Rapport sur la situation des religions en Tunisie, Nader Hammami & H’mida Ennaïfar (dir.), Tunis, Mou’minoun bila houdoud, 4 volumes, 1 418 pages.  

 

Artistes, Institutions, Espaces en Tunisie, 1881-1981

Cent ans d’institutions et d’artistes en Tunisie valent bien un bilan historique, à l’adresse d’un lectorat plutôt habitué aux biographies des créateurs célèbres illustrées par leurs œuvres. En réalisant ce travail, Alia Nakhli enrichit les entrées dans l’histoire culturelle contemporaine de la Tunisie. Elle met à plat une documentation (articles de revues, catalogues, ouvrages), des photos et des reproductions (provenant d’archives privées et publiques) qui parlent aux lecteurs et lectrices désirant comprendre la genèse d’un secteur qui prend forme à partir de la fin du XIXème siècle. Elle rassemble des informations et des données qui tracent une vue d’ensemble sur l’évolution du contexte intellectuel et artistique tunisien tout au long d’un siècle riche en événements et en mutations.

Comment s’instituent les milieux, s’établissent et évoluent les vecteurs et les formes d’échanges dans le domaine artistique tunisien contemporain ? Telle est la charpente de cet ouvrage, divisé en deux parties, de part et d’autre de l’indépendance de la Tunisie (1881-1956 ; 1956-1981). L’étude commence avec l’établissement du protectorat sur la Régence de Tunis et s’arrête à un moment où les arts visuels (une appellation d’ordinaire plus large que le champ ciblé par cette étude) entament une bifurcation importante. L’étude montre que les années 1980 marquent la fin des institutions créées avec la colonisation. On peut ajouter qu’au cours de cette décennie, les modifications  des technologies de l’information et de la communication contribuent à transformer en profondeur la production et la diffusion des images, des médias et des biens culturels, partout dans le monde.

Un secteur s’installe à partir de la fin du XIXème siècle

L’essai revient sur les activités, les figures, les tendances et les parcours artistiques en Tunisie entre 1881 et 1981. L’auteure expose les phases par lesquelles se constituent des voies de circulation, s’élaborent des cadres d’apprentissage et naissent des lieux d’exposition. Les premiers créateurs, producteurs et médiateurs qui apparaissent participent d’une histoire parallèle à celle de la colonisation française, même si des traces attestent de l’existence antérieure de mosaïques, calligraphies, lithographies, gravures, broderies, peintures sous verre ou portraits de cour. Les branches principales des beaux-arts (peinture, dessin, sculpture) se développent in situ à la faveur de la pénétration de la culture française, tout en traçant une histoire particulière façonnée à partir des conditions locales (y compris politiques et économiques), investissant des techniques et des supports (céramique, tapis, miniature ou poterie) pour construire des expressions originales.

Dans un premier temps, le milieu tunisien adopte les codes coloniaux et reflète les modes académiques concernant les arts plastiques. Une de ses colonnes vertébrales sur la durée est le Salon tunisien (1894-1984), où s’érigent les pratiques de production et de diffusion. La dynamique s’appuie sur la population lettrée et économiquement aisée avec le soutien de l’administration, des compétences de l’enseignement et du journalisme, des affinités politiques, des possibilités matérielles. Des espaces (hôtels, sièges d’associations, galeries, cafés…) constituent, principalement à Tunis, des lieux de sociabilité. La catégorie des arts indigènes  qui émerge autour de 1914 cristallise des controverses en lien avec l’orientalisme alors spécifié comme nord africain. Les artistes du crû, ceux qui résident ou passent par la Régence utilisent différents langages, introduisent des nouveautés (caricatures), intègrent des techniques (céramique, tissage, broderie, verrerie…), adjoignent des influences (de France, d’Algérie…) faisant de Tunis un lieu attractif par son éclectisme.

Les journaux (francophones et italophones en particulier), revues, livrets et catalogues reproduisent les débats (autour du figuratif et de l’abstrait, de l’art colonial, de l’art social, de l’art musulman) ouvrant la voie à la nécessité de créer des sections, de multiplier lieux d’apprentissage et formes de groupement, sans toutefois faire advenir un musée.

Le paysage artistique tunisien est campé vers 1950. Il a ses réseaux, ses espaces, ses manifestations, ses supports, ses générations, sa sociabilité, ses moyens financiers avec des opportunités qui permettent d’accorder des bourses et de former les jeunes talents en Tunisie et à l’étranger. Il est largement masculin même si des femmes commencent à apparaître (Christine Choley, Leïla Menchari https://fr.wikipedia.org/wiki/Le%C3%AFla_Menchari et Safia Farhat). C’est le moment où s’affirme l’Ecole de Tunis autour de laquelle se structure la phase de la post-indépendance : dès 1956, Pierre Boucherle nomme Yahia Turki président du mouvement.

Le projet colonial de valorisation des arts indigènes persiste après l’indépendance tout en revendiquant de tourner le dos à l’exotisme d’antan. L’heure est à l’affirmation identitaire et nationale à laquelle fait écho une peinture qui se veut populaire et tunisienne.

L’affirmation d’un art tunisien

Se référant à la littérature politique et aux manières de postuler une spécificité tunisienne, Alia Nakhli montre comment le répertoire artistique constitué au cours des décennies précédentes alimente les besoins iconographiques de l’Etat national naissant. Billets de banque, pièces de monnaie, timbres-postes, affiches, armoiries, décors officiels servent de marqueurs, de porte-parole d’une histoire qui mêle les symboles des différentes époques. Conformément à la pédagogie bourguibienne, les scènes, les paysages, la faune, la flore, les monuments, les objets inscrivent la Tunisie dans une imagerie éternelle. Les artistes sont mobilisés pour les affiches des commémorations, pour les portraits du président Bourguiba, pour accompagner foires et divers événements, pour des publicités de sociétés nationales, pour illustrer des périodiques (Faïza, Majallat al idha’a, Afrique Action, Ash‘ab, al ‘Amal…), des ouvrages (Ommok Sannafa, sur la cuisine tunisienne ou El Aghani at-tounisiyya, les chansons tunisiennes). Les peintres participent à la production des cartes postales, réalisent décors et costumes de théâtre, fixant ainsi des types masculins et féminins, des images de métiers, des costumes et détails vestimentaires, des rôles sociaux. Cette iconographie travaille à inscrire sur la durée des représentations de la culture tunisienne, à travers une imagerie des traditions culinaires, des objets artisanaux, des instruments de musique, des accessoires de vie, des ornements. Les commandes publiques permettent aux artistes d’habiller des halls d’entreprises, des salles de réunion et des façades d’édifices par des tableaux, des fresques ou bas-reliefs. Cette vague de créativité iconographique coïncide avec le lancement par l’Etat tunisien de la politique touristique ; elle sert de terrain d’expression et de réalisation renforçant la modélisation d’une Tunisie intemporelle, colorée et vivante. Les artistes promeuvent et mettent en images un pays qui se donne à voir comme ancien et moderne, urbain et rural, accueillant et travailleur, se réappropriant l’héritage colonial pour en faire un patrimoine national qui s’expose désormais à l’international. La dimension nationale respire un autre souffle, qui rappelle et réinvestit les dualités colonial/indigène, figuratif/abstrait, traditionnel/moderne et sous-tend les querelles qui se déclarent au sein du groupe désigné par Ecole de Tunis. Au fil des crises traversées par le milieu artistique, la tunisianité court comme une propriété sans cesse ré-invoquée, jamais établie. En même temps, un processus de patrimonialisation prend appui sur l’accumulation visuelle construite par la production picturale et portée par les applications artisanales et industrielles des arts décoratifs.

Bifurcations

Les bifurcations de la Tunisie indépendante se manifestent dans l’enseignement universitaire et à travers les regroupements professionnels qui se multiplient, avec le nombre d’artistes, les effets de génération, la diversification des portraits et des itinéraires. La série des 206 notices biographiques publiée en fin de volume donne une idée de la variété des personnalités qui ont peuplé et fabriqué cette histoire tunisienne des arts plastiques. Les portraits gagnent à être développés et recoupés mais la galerie est, en l’état, parlante.

Dans l’enseignement national des beaux-arts, l’optique de renforcer les arts décoratifs prend le dessus, dans un but à la fois politique, économique et social. La tapisserie et la céramique (arts mineurs) sont appelées à enrichir la fabrication locale sollicitée par la demande touristique. La peinture et la sculpture (arts majeurs) donnent lieu à une réforme (1967) destinée à leur attribuer une réputation de sérieux et de culture. En 1973, l’Institut Technologique d’Art, d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis (ITAAUT) constitue une phase qui, eu égard aux besoins en architectes et urbanistes, aménage une place prépondérante au diplôme (1979). L’alignement sur l’enseignement supérieur contribue à séparer des camps (les amateurs et les professionnels) en plus des conflits qui se développent (opposition à l’Ecole de Tunis). L’Union Nationale des Arts Plastiques et Graphiques (UNAPG) symbolise une hégémonie de l’Etat qui, tout en exacerbant les rivalités, ne parvient pas à entretenir la vitalité du champ. Sur le plan de l’infrastructure, la politique culturelle permet un essaimage des expositions sans créer les conditions d’une décentralisation ou d’une démocratisation de l’accès à l’art. La compétition entre les artistes alimente des groupements plus ou moins éphémères (Groupe des Six, Groupe des Cinq, Groupe 70, Irtissem, Attaswir). Galeries privées et collectionneurs portent une dynamique articulée autour des choix esthétiques et générationnels qui n’empêche pas que les artistes se sentent marginalisés par les pouvoirs publics, le marché et la culture sociale. 

Alia Nakhli ouvre de multiples pistes de réflexion et de travail sur l’histoire contemporaine de la Tunisie. Son ouvrage pose des éléments pour des recherches sur les pratiques sociales autour de l’art et sur les aspects politiques et matériels de la culture artistique. Il invite à étudier l’éducation artistique scolaire et à explorer les voies professionnalisantes. Enfin, ces jalons pour une sociologie historique des milieux artistiques en Tunisie incitent à relier la situation avec les effets des mutations technologiques comme avec les implications des logiques du marché international de l’art sur le terrain tunisien.

C’est dire l’intérêt que peut procurer la lecture de ce panorama riche d’informations, de ressources documentaires et de suggestions.

Préface à l’ouvrage de Alia Nakhli, Arts Visuels en Tunisie. Artistes et institutions 1881-1981, Nirvana, 2023

Comprendre les Tunisiens et Tunisiennes

Postface à Romain Costa, Comprendre les Tunisiens, Guide de voyage interculturel, Paris, Riveneuve, 2021, 240p.

Ce petit livre sur la Tunisie d’aujourd’hui rédigé par un auteur qui a pu vivre et aimer le pays pendant plusieurs années se laisse lire agréablement. Romain Costa a le sens de l’observation et il adopte un ton qui parle à la curiosité du visiteur potentiel. Mieux qu’un guide ordinaire de voyage, l’ouvrage accompagne le lecteur francophone à travers les principales questions qu’on peut se poser sur les habitudes de vivre, les manières de faire, la cuisine, l’architecture, les structures familiales, les relations sociales ou les croyances en Tunisie.

Ce catalogue vivant des comportements courants déplie avec légèreté et commente avec précision les codes d’une société contemporaine chargée d’héritages multiples. L’observation intéressée de l’auteur qui a vécu dans le pays en y créant des attaches est doublée par un travail documenté qui inscrit les informations dans l’épaisseur du temps qui les a modelées. On devine en filigrane les jugements circulant à propos du pays et de sa population ; l’auteur semble les avoir rencontrés. Son expérience guide les réponses exposées, adossées à un savoir et agrémentées de références qui éclairent les termes consacrés par la langue locale et leurs équivalents.

Je ne discuterai pas des termes « culture tunisienne » « identité », « personnalité », « peuple » « tunisianité » inévitables dans le cadre de l’exercice éditorial, pour souligner le style de Romain Costa dont l’approche concilie une empathie pour la société tunisienne (y compris dans ses pesanteurs et paradoxes) avec une intelligence des différentes curiosités qu’elle pourrait susciter. Il  tire de cette posture une perception de cette société construite à partir de constats vécus ou de clins d’œil de l’actualité qui suggèrent l’importance de l’histoire dans la fixation des traces, l’évolution des usages, la permanence et la mobilité des représentations.

Le propos de l’ouvrage résonne avec les idées toutes faites qui circulent sur l’islam. L’auteur témoigne que la Tunisie offre un terrain qui invite à observer la complexité des gens, la diversité des milieux et le mélange des pratiques, dans la vie domestique, à travers les liens individuels comme dans les fonctionnements collectifs. Tout en affirmant le fond de l’air arabo-musulman qui imprègne le climat général, Romain Costa laisse entrevoir un pays où tout le monde n’est pas pratiquant, ni ostensiblement attaché à la religion, quoiqu’obéissant à des normes de conduite, apparentes ou souterraines, qui peuvent aller jusqu’à la pression.

Même si les portraits et les situations semblent parfois modéliser le Tunisien (la Tunisienne  décrite à travers ses différents rôles est dans le décor, dans une position encore inégalitaire, il est vrai), l’ouvrage invite à ne pas le résumer à une représentation globalisante et glacée.  Sa lecture réussit à communiquer une bouffée d’air d’une Tunisie en couleurs, en nuances et en mouvement. Il fait planer /dégage une lumière douce sur un pays dont on parle beaucoup et où l’actualité remuante prouve que la société se débat dans des nœuds et évolue avec ses ses contradictions. Romain Costa invite de façon évocatrice, avec une certaine sympathie et parfois avec humour, à visiter la Tunisie, dont la compréhension peut enrichir l’expérience de l’altérité et la connaissance de soi.

Ma postface arrive au bout de la chaîne de fabrique de l’ouvrage. Si j’avais voix au chapitre, je suggérerais de rallonger son titre : Comprendre les Tunisiens et les Tunisiennes. Autant que partout ailleurs, faire apparaître les femmes, apporterait des clés supplémentaires pour pénétrer et sentir la société tunisienne. Sans compter que les visiteurs peuvent être aussi des visiteuses.

 Hammam-Lif, le 29 septembre 2021

Présentation générale de l’ouvrage : https://www.riveneuve.com/catalogue/comprendre-les-tunisiens/ 

 

 

 

Publier un article : comment ça se passe dans l’université tunisienne ?

L’université tunisienne accumule difficultés et blocages en ce moment. On y note notamment des tendances managériales qui présentent, à mes yeux, des risques d’augmenter les difficultés, de tuer le service public (de qualité), sans garantir le progrès de l’enseignement et de la recherche ni calmer les hémorragies vers le privé et vers l’étranger (on sait aujourd’hui que la standardisation profite aux poseurs des outils et des méthodes).

Nous voulons ici attirer l’attention sur une pratique qui concentre en elle plusieurs paramètres dangereux et qui se généralise : payer pour être publié dans une revue étrangère indexée. On a vu cette pratique pointer depuis quelques années et elle semble accréditée aujourd’hui à travers les logiques de recrutement, jusqu’à atteindre les doctorantEs. Ainsi, on leur impose de passer par ce filtre discriminant, en plus des autres.

Il est vrai que publier dans des revues à comité de rédaction est, en Tunisie, un critère qui s’impose, dans le but de donner à la production scientifique poids et crédibilité. Or, dans les sciences humaines et sociales, on a vu des dossiers de recrutement aligner des articles de presse avec des rapports, à côté parfois d’articles dans les revues « scientifiques ». La catégorie « revue indexée » est devenue aujourd’hui un vrai sésame.

A partir des années 1980, le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique met en place des normes accompagnant les recrutements nationaux, de plus en plus nombreux dans toutes les disciplines. L’essor démographique de l’Université a commencé à prendre des proportions justifiant l’établissement de règles utilisées dans les universités européennes et américaines qui nous « inspirent » et nous entraînent dans leurs logiques.

Les logiques universitaires étrangères évoluent de leur côté (Processus de Bologne, 1999 et ses suites) et nous engrangeons, avec le décalage habituel tunisien, ce que nous finissons par considérer comme des modèles (des bonnes pratiques disent les ONG), en les voyant appliqués. Cette évolution n’est d’ailleurs pas propre à l’université tunisienne.

De ce point de vue, il est intéressant de constater qu’université publique et université privée obéissent à la même logique normative, au même type d’injonction. On sait que l’Université doit être plus productive, mais la tendance à la marchandisation prend des allures graves et des proportions qui invitent à mettre ces questions sur le tapis.

Le consentement des collègues s’aligne sur des critères de gestion des universités étrangères en compétition (pour attirer des inscriptions d’étudiantEs venant de tous les pays) et en font une sorte de credo pour juger et sélectionner notre production et nos diplômes.

Parmi ces « modèles », l’impact factor[1] (et son corollaire : le h-index du chercheur), le classement de Shangaï[2] et le « droit » à être publié dans une revue académique de renom et indexée.

Au sein de l’université tunisienne, on se retrouve à obéir à ces règles managériales, en les « adaptant » parfois, croyant ainsi introduire des critères de sélection et contribuer à améliorer notre production universitaire.

Entre choix des politiques publiques et aspiration à avoir une visibilité internationale (sentiment légitime), l’université publique tunisienne est en train de glisser progressivement vers une marchandisation pure et simple, notamment dans certaines disciplines.

De plus en plus de collègues sont convaincus qu’il faut s’enrôler dans ces pratiques “odieuses” (à mes yeux), notamment dans les disciplines “mondialisées” (médecine, bio-technologie, sport, économie…). Dans les sciences humaines et sociales, la littérature, la philosophie ou le droit, le phénomène est moins sensible car nos disciplines sont territorialisées et donc d’un apport spécifique, non intégrable aux objectifs généraux et non ré-utilisables pour le « développement » des disciplines plus technicisées et réputées plus utiles.

Il serait bon de décomposer la réflexion en plusieurs strates car il faut le temps de déballer la question, d’attirer l’attention des collègues et surtout de les inciter à réfléchir. 

On doit démultiplier les rencontres afin de trouver plusieurs chemins et composer des cadres pour aborder les différentes facettes de ces questions :

dans les cercles syndicaux

dans des rencontres sur la déontologie et l’éthique qui manquent terriblement à l’Université. Le savoir et la recherche ne peuvent pas être valides s’ils ne s’interrogent pas sur leurs conditions de production et l’Université doit instituer des lieux de réflexion critique sur son rôle, ses moyens et sa finalité.

au sein des conseils scientifiques afin d’atteindre et de sensibiliser les Commissions de recrutement

Les accords internationaux sont relayés, défendus et appliqués par nos responsables ministériels qui restent persuadés que nous devons répercuter ces critères de gestion. D’où la question :  comment engager avec eux le débat ? Car eux aussi, et surtout, sont les premiers médiateurs de ces méthodes managériales qui nous enchaînent à des fonctionnements néo-libéraux et sans apport véritable pour les étudiantEs, les chercheurEs ni les enseignantEs.

 Hammam-Lif, 31 juillet 2021

Publié dans la revue Al jami’i [L’universitaire], n° 20, 2023, page 14.


Archives sur l’histoire de trois revues tunisiennes en sciences humaines et sociales :

Entretien avec Mohamed Talbi autour des Cahiers de Tunisie

Entretien avec Mohamed Charfi autour de la Revue tunisienne de droit 

Entretien avec Abdelwahab Bouhdiba autour de la Revue tunisienne des sciences sociales


[1] Cf. Wikipedia Un facteur d’impact ou FI est un indicateur qui estime indirectement la visibilité d’une revue scientifique. Pour une année donnée, le FI d’une revue est égal à la moyenne des nombres de citations des articles de cette revue publiés durant les deux années précédentes.

[2] Cf. Wikipedia Le classement universitaire des universités mondiales par l’université Jiao Tong de Shanghai ou classement de Shanghai est un classement des principales universités mondiales, établi par des chercheurs de l’université Jiao-tong de Shanghai en Chine

Revenir à l’année 2011 en Tunisie

Compte rendu de deux ouvrages de Baduel (Pierre Robert)Un temps insurrectionnel pas comme les autres. La chute de Ben Ali et les printemps arabes. – Paris, Éditions Non lieu, 2018. 320 p., bibl : 285-300 ; – Quand la Tunisie ouvrait la voie… Combats et débats d’une année révolutionnaire. – Paris, Éditions Non lieu, 2020. 438 p., bibl : 427-438.

Les deux ouvrages de Pierre Robert Baduel ont quelque chose de salutaire car ils permettent de revenir de façon apaisée sur une séquence brûlante, décisive et constitutive d’aléas. Les débats se sont depuis longtemps refroidis autour de l’année 2011 qui a vu se déclencher une série d’événements insurrectionnels en Tunisie, en Égypte, au Yémen, au Bahreïn, en Libye et en Syrie. Pendant des mois, jours et nuits ont été intenses en pertes de vie, en conversions de destins, en départs de chefs d’État, en décisions politiques, en bouleversements institutionnels, en changements de caps ou en violences restauratrices d’ordre. La vitesse des faits a pris de court les populations en les enflammant contre les détenteurs des pouvoirs contestés ; les rassemblements d’une étendue et d’une progression inhabituelles, les slogans pacifiques diffusés à travers les réseaux sociaux forment le substrat de processus nouveaux. L’enchaînement des manifestations capte l’intérêt des médias internationaux tout en agissant sur les façons de fabriquer et de transmettre l’information dans les pays en proie aux émeutes. La recherche en sciences humaines et sociales s’est à son tour emparée de l’actualité mouvementée en suivant l’évolution accélérée des terrains ; la vitesse et l’accumulation des faits ont pu faire perdre de vue la complexité des commencements dont les détails et les significations ont été fondus dans des développements qui ont malaxé les différentes composantes en présence.

P. R. Baduel s’est attelé à revenir sur le déclenchement des insurrections et sur l’information produite au cours de l’année 2011, en se concentrant sur le premier des soulèvements. L’auteur a vécu en Tunisie pendant deux longues périodes : il a enseigné à Gabès dans les années 1970 puis a dirigé l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) entre 2003 et 2008. Sa familiarité avec la scène politique tunisienne est nourrie d’articles et du bain scientifique dans lequel ses différentes fonctions l’ont plongé. Il met en perspective le temps insurrectionnel tunisien qui inaugure les suivants (Un temps insurrectionnel…, première partie) du point de vue des acteurs et de la chronologie (une brève, p. 19, et une plus longue, pp. 213-215). L’auteur mobilise la matière documentaire quotidienne fournie par les réseaux sociaux (un millier d’articles numériques en langue française) afin de suivre l’actualité tunisienne à la lumière de travaux à portée théorique. La posture exige du temps et de résister à la tentation d’expliquer et d’interpréter trop rapidement les faits. L’appareillage théorique (Charles Tilly, Michel Dobry, Olivier Fillieule…) sert à opérer des allers-retours dans le temps et l’espace afin de dégager les schémas qui ont rendu possible l’issue révolutionnaire tunisienne.

Le « moment Bouazizi » (chapitre 2) naît de la cristallisation d’un ensemble de conditions qui ont transfiguré un fait divers anodin et répété (avant et après le 17 décembre 2010, les immolations se comptent par dizaines, en Tunisie et en Algérie) au point de créer une déchirure dans un temps qui aurait pu durer. Le geste de Mohamed (Tarek) Bouazizi et ses conséquences d’une ampleur inattendue ont provoqué un enchaînement de situations qui ont sculpté la réalité politique comme ils ont agi sur la lecture des faits. L’ouverture opérée par l’acte suicidaire de Mohamed (Tarek) Bouazizi agit sur les faits ultérieurs comme sur la lecture de ce qui a précédé le choc. L’auteur souligne le double effet produit sur la suite des événements et leur interprétation. Un mouvement social issu des régions agro-pastorales parvient à mobiliser en chaîne les groupes protestataires de la Tunisie rurale et rurbaine dont l’ampleur dépasse les formes et dimensions de la révolte du bassin minier de 2008 (chapitre 3). Les réseaux sociaux donnent épaisseur et efficacité aux mobilisations en brisant les verrous d’une censure dépassée par la vitesse des progrès technologiques et par la connexion de la blogosphère tunisienne au reste du monde. Sans aller jusqu’à parler d’une « révolution 2.0 », Internet a permis aux acteurs  d’intervenir plus vite et de façon plus efficace sur le terrain, notamment en ralliant la jeunesse des classes moyennes (chapitre 4). L’une des « marques » du scénario tunisien réside dans le positionnement d’une armée agissante face aux contestations du régime de Bourguiba (1978, 1980, 1984) mais réduite au silence. Des opérations douteuses s’apparentant à des liquidations sous Ben Ali (1991, 2002) et les attaques salafistes de Soliman (décembre 2006-janvier 2007) montrent une fragilité du renseignement et de la hiérarchie militaires (chapitre 5). Le déroulé de la chute de Ben Ali expose en arrière-fond l’échiquier des personnes composant le sommet de l’État, aux intérêts contradictoires, et la diplomatie étrangère, occupée, elle aussi, par les questions de succession et d’évolution du régime. Le chapitre 6 montre l’influence du contexte international qui va contribuer à faire de cette crise de régime une séquence révolutionnaire, un « temps constituant ».

La deuxième partie de l‘ouvrage inscrit la suite révolutionnaire tunisienne dans les mécanismes internationaux pour questionner l’ensemble des soulèvements arabes à l’aune du déficit démocratique attribué aux pays où ils se déploient. Le cas tunisien est un exemple de situation interne et régionale prouvant la capacité endogène à transformer l’ordre politique et à ouvrir la voie à des possibilités de changement.

 

Le second volume (Quand la Tunisie ouvrait la voie…), publiée en 2020, poursuit la démarche du premier en construisant et en enrichissant la documentation francophone en ligne sur la Tunisie, avec son lot de révélations parfois éphémères, ses contradictions et son potentiel de lutte immédiate. Les réseaux sociaux se développent en quantité et en qualité dans la Tunisie de 2011. Ils agissent sur les faits, influencent les décisions et participent à façonner une « opinion » active, menant notamment à suspendre l’ancien parti au pouvoir (le Rassemblement constitutionnel démocratique, RCD) ainsi que la Constitution de 1959 pour écrire un nouveau texte.

R. Baduel maintient son effort de recul et de comparaison pour analyser les combats et débats qui ont façonné le processus de l’année 2011. En croisant des notions de science politique (fluidité, répertoire d’actions…) et des faits historiques (la France de 1848 et celle de 1870), il essaie de déceler ce que les événements apportent comme lumière sur le passé tunisien. La bibliographie de ce deuxième volume (pp. 427-438) réagence celle du premier livre (pp. 285-300) en remontant dans le temps historique tunisien, en enrichissant les références comparatives et théoriques générales tout en tenant compte de la production récente des articles scientifiques sur le Maghreb, le monde arabe et les mondes musulmans (dont une bonne partie est numérique). Cet instrument de travail précieux permet de revenir aux différentes interprétations du moment 2011.

L’auteur introduit et commente la notion de « thawra » (« Révolution ») consacrée par la Constitution tunisienne de 2014 et détaille en deux parties les différents maillons qui illustrent ce qu’il désigne par la « singularité » ou la « distinction tunisienne ». Les trois premiers chapitres découpent les neuf mois qui ont suivi les quatre semaines insurrectionnelles en trois temps : « Tenir » (p. 31-67) ; « Maintenir » (p. 69-145) ; « Légitimité versus légalité » (p. 147-239). Comme dans un ralenti d’images cinématographiques, l’observation attentive des acteurs permet de comprendre les hésitations, tentatives et arrangements auxquels mènent l’absence de leadership révolutionnaire et la structure des trois cercles du pouvoir benalien qui se recomposent au cours des premiers gouvernements provisoires transitoires. Les circonstances du passage du « coup de force constitutionnel » à une « révolution de palais » (gouvernement de Béji Caïd Essebsi) se font à travers les instances transactionnelles créées avant le départ de Ben Ali qui assurent ainsi la continuité de l’État. Cette seconde séquence est, pour l’auteur, le premier temps constituant d’une expérience à laquelle se livrent juristes et classe politique tunisienne en gestation et qui sera déterminante pour la suite. Cet apprentissage des rapports de force mêlé à une stratégie de communication établit les règles du jeu électoral menant à choisir les membres de l’Assemblée nationale constituante (ANC) en octobre 2011.

La deuxième partie de l’ouvrage pose la question d’une bifurcation de la révolution tunisienne opérée au cours du dernier trimestre de l’année 2011, à l’issue des élections. Les aspirations multiples des électeurs en puissance vont composer une carte pléthorique des partis et une gestion des quotas de représentations des tendances et associations confinant à la marqueterie. Cette partie (chapitre 4) est riche de statistiques donnant une idée de la distribution régionale et des premières tendances de vote dans le pays. L’Instance supérieure indépendante des élections (ISIE) issue, en avril 2011, des délibérations de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la Révolution de la réforme politique et de la transition démocratique (HIRRORPTD) orchestre la première expérience « libre » des élections en Tunisie. Sur fond de troubles divers, l’éparpillement et l’inégalité du financement public participent, dans la précipitation, à construire les résultats des instances institutionnelles du nouveau régime. Le chapitre 5 s’attarde sur le paysage politique créé par les élections, la distribution des sièges, les tractations qui se font dans le cadre de l’ANC ainsi que sur la nouvelle organisation des pouvoirs qui y est concoctée. Le choix en interne du président de la République (Mohamed Moncef Marzouki est élu le 13 décembre 2011 par l’ANC) et la formation du gouvernement achèvent ce deuxième moment constituant en mettant en selle de nouveaux acteurs, en particulier les islamistes qui entrent en piste pour distribuer rôles et fonctions, pesant ainsi sur le cours des institutions gouvernantes, en y nommant leurs représentants.

Dix ans après cette première étape constitutionnelle, on assiste à l’effritement de cette application du tropisme constitutionnel tunisien mis à l’épreuve de plusieurs réalités, celle des partis en présence comme celle des institutions, de l’administration et des électeurs. L’un des mérites de ces deux ouvrages est de nous donner à relire, avec le recul du temps, les informations qui permettent d’examiner les étapes de la première cartographie politique ayant pu se mettre en place, à la suite des tractations et des négociations vécues au cours de l’année 2011. Bouclant le second volume à la fin de l’année 2019, P. R. Baduel voit dans l’élection de Kaïs Saïed les ferments d’un inachèvement qui prépare le terrain vers une autre trajectoire de la révolution tunisienne. À ses yeux, l’exemple de la Tunisie ouvre aussi la voie à une réflexion sur les multiples chemins que peut prendre la construction démocratique.

Compte rendu paru dans la Revue Française de Science Politique, vol 72, n°1-2, 2022, pp. 179-183.
inscription ; moissonneur de Mactar. Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, MNC 953 - https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010275883 - https://collections.louvre.fr/CGU

Parmi les vestiges du patrimoine écrit

Ce texte est la traduction française, réalisée par Kmar Bendana, de la Conférence inaugurale prononcée par Raja Ben Slama, directrice de la Bibliothèque nationale de Tunisie, le 22 septembre 2022 dans le cadre du cycle de rencontres autour des Humanités Numériques du Forum INSANIYYAT Tunis 2022. Le texte original est paru sur le journal El Maghreb sous le titre في جمع شتات التّراث التّونسيّ المكتوب.


La notion de « patrimoine écrit » est apparue en France dans les années 1980. Elle était liée à l‘idée que la « patrimonialisation » des documents a un caractère constructif, dans la mesure où un texte ne naît pas comme un document patrimonial mais le devient par un processus plus ou moins conscient et délibéré. Ce processus ne se réduit pas aux seuls aspects historiques et juridiques. Un texte n’est pas considéré comme patrimonial par le seul fait de tomber dans le domaine public ou du fait que l’État active pour son acquisition le droit de préemption. La patrimonialisation est un processus de consécration en lien avec la vision que se fait un groupe sur son présent et son passé, à un moment de son histoire. Si on prend l’exemple des documents dits « éphémères » comme les textes publicitaires et les guides de voyage, ils deviennent « patrimoniaux » lorsque leur fonction première disparaît et qu’émerge la volonté de considérer leur portée symbolique et historique. C’est aussi le cas des cahiers de prières catholiques (dits « livres d’heures ») qui ont connu une grande diffusion avec les premiers développements de l’imprimerie. Tous ces documents ont acquis noblesse et dignité en vertu d’un processus qui a institué leur conservation à travers le temps.

Durant ces dernières années, la notion de patrimoine écrit s’est liée avec la numérisation, ses dispositifs, ses rapports avec la médiation culturelle d’un côté et la recherche scientifique de l’autre. Liée à la toile et à l’idée de l’accès libre aux documents, la numérisation permet à la fois une démocratisation des savoirs et une mise en perspective universelle des documents numérisés. Une chance pour les pays du Sud pour qu’ils rendent visibles leurs richesses culturelles, leur patrimoine écrit et leur production culturelle et scientifiques.  

En Tunisie, nous avons adopté la notion de « patrimoine écrit » pour désigner le projet sur lequel nous travaillons depuis deux ans. C’est une collaboration entre la Bibliothèque nationale, l’Académie tunisienne des Sciences, des Lettres et des arts (Bayt al Hikma), et plusieurs institutions patrimoniales. Nous avons d’abord hésité entre « musée numérique » et « musée virtuel », avant d’opter pour « musée du patrimoine écrit ». En nous lançant à la recherche des constituants du musée, nous ne nous sommes pas posé de questions théoriques ni cherché à définir ce concept. Nous n’étions pas face à des collections complètes qu’on décide de « patrimonialiser ». Si la notion de « patrimoine écrit » est liée, en France et en Europe, à l’idée de la consécration et de la construction de la patrimonialité, en Tunisie, elle est surtout attachée à la collecte de ce qui a été dispersé et à la recherche des vestiges des cultures passées. Il ne s’agit pas pour nous de « constituer » et d’instituer mais de « reconstituer » des œuvres et des collections.

Site du Musée du patrimoine écrit ( متحف التّراث المكتوب) : https://maktoob.tn/

Le projet consistait à sélectionner environ 500 (on passera à environ 800) œuvres scientifiques, intellectuelles, littéraires ou historiques à présenter en notices de 350 mots, avec trois citations, le tout traduit en trois langues. La sélection devait couvrir toutes les périodes historiques, de l’Antiquité à nos jours, avec la participation de plus de deux cents spécialistes. Le projet s’est rapidement concrétisé dans une plate-forme numérique participative. Après avoir demandé à chaque spécialiste de proposer les entrées jugées pertinentes, on a procédé comme pour tisser un tapis ou un burnous commun : chacunE en détient une partie par son propre compte sur la plateforme. ChacunE rédige ses notices et nous réfléchissons en commun à réviser, valider et à traduire afin de construire ensemble la dimension muséale et scénographique de l’encyclopédie, qui sera à la fois une plate-forme sur Internet et un lieu à visiter : la caserne du souk El Attarine, ancien siège de la Bibliothèque nationale.

L’image du tapis ou du burnous à tisser de manière collective, participative et ludique m’est venue à l’esprit pour sa charge positive qui comporte un envers négatif. C’est comme si nous étions devant un tragique iceberg dont la partie immergée est aussi réduite que la partie flottante à la surface. Sous la minuscule partie visible, le reste est perdu ou inconnu. Une grande partie de ce que nous voulons collecter, connaître et présenter est perdue. Pire encore, nous ne savons pas grand-chose de ce que nous voulons collecter et faire connaître. Comment ne pas penser alors à l’amant qui contemple les ruines de l’aimé disparu et pleure le temps disparu ?

L’idée de la perte des textes n’est pas étrangère à la pensée critique arabe et maghrébine. Le poète et critique Ibn Rashiq al-Qayrawani (m. 1064 après JC) l’a exprimée dans le livre Al-Umda : « On rapporte que la bonne prose prononcée par les Arabes dépasse en quantité leur bonne poésie. Il subsiste de la prose moins que le dixième ; il s’est perdu de la poésie moins que le dixième. » Ibn Rashiq voulait faire l’éloge de la poésie et montrer que rime et rythme sont un facteur de permanence et de préservation. Il me semble qu’il était trop optimiste. Sa propre poésie a été perdue, et son merveilleux ouvrage sur les poètes de son temps « Modèle de notre temps : Les poètes de Kairouan » a été perdu (et reconstitué par des érudits tunisiens), tout comme le diwan de son contemporain et rival Ibn Sharaf (m. 1067) dont 600 vers seulement nous sont parvenus. La plupart des ouvrages de Raqiq al Kayrawani (m. 1029) ont été perdus, y compris son histoire, louée par Ibn Khaldoun. Une partie a été retrouvée au Maroc, et deux ouvrages de lui sur le vin et la bière La Passion du vin et Le Livre du vin et du confort ont été égarés. Les ouvrages de cette époque qui ne nous sont pas parvenus sont innombrables, à tel point que nous avons inventé des notices « négatives » pour tenter de les répertorier. De plus, de l’ancienne Africa que l’on a appelée par la suite Ifriqiya, ne restaient que quelques œuvres écrites de la période païenne, dont des passages grecs de l’Encyclopédie de Magon et un récit grec du voyage d’Hanon. Les œuvres de la période chrétienne sont riches, mais non traduites en arabe et connues des seuls historiens.

Un dixième de la poésie et de la prose, peut-être moins, survit. Nous en savons peu sur ce qui reste ou est perdu. La question de ce qui se trouve sous la partie visible de la montagne enneigée est compliquée, comme nous le verrons.

Cette perte n’est pas une impression ou une inquiétude projetée sur la réalité. Elle n’est pas le produit des poncifs poétiques de la plainte amoureuse des arabes. C’est une donnée historique qui découle de plusieurs facteurs :

  • La fragilité du support-livre exposé à des parasites et à une biodégradation qui était souvent inévitable et sans remèdes. Les manuscrits mangés par les termites montrent la nocivité de ces corps invisibles aux effets destructeurs. Nos ancêtres ont créé un ange ou un génie protecteur des manuscrits, en l’appelant Kiktaj ou Kabikaj, de sorte que l’on retrouve la phrase “O Kiktaj, protège ce livre” soulignée dans de nombreux manuscrits anciens. Tragiquement, Kikataj lui-même n’est pas épargné par le terrien vorace, qui n’hésite à dévorer la feuille et son talisman.
Détail, Aḥmad ibn al-Ḥusayn Abū al-Ṭayyib al-Mutanabbī. Dīwān, أحمد بن الحسين أبو الطيّب المتنبّي. ديوان ,1268, Source : Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. Arabe 7232. BnF : https://gallica.bnf.fr. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10031248x/f6.item
  • Les bibliothèques sont la cible des guerres, car en les détruisant ou en s’emparant d’une partie de ce qu’elles contiennent, on détruit l’entité symbolique ennemie et ce qui lui appartient comme on abolit ou on s’approprie son pouvoir cognitif. De nombreux exemples, de la Bibliothèque d’Alexandrie à la Bibliothèque de Grenade et de Tombouctou le prouvent.
  • Les livres étaient conservés dans les grandes mosquées, les maisons privées et les ateliers de copistes. Il n’y avait pas dans le monde musulman, me semble-t-il, l’équivalent des institutions ecclésiastiques ni des monastères pour préserver et entretenir les livres.
  • La situation des écrivains et des savants était fragile : ils étaient souvent contraints de voyager à la recherche de rois ou dignitaires mécènes. Les biographies d’écrivains et d’érudits montrent que nombre d’entre eux ont été victimes de noyade en traversant la Méditerranée. Le bateau d’Al-Tifashi al-Qafsi (décédé en 1253 après JC), par exemple, a coulé en route vers l’Est, ses biens ont disparu, sa famille a péri et il a survécu seul. On peut imaginer que ses écrits sont partis dans la mer, y compris son commentaire du Diwan d’Ibn Hani, dont nous reste seulement le titre Al-Dibaj al-Khusruani fi Sharh Diwan Ibn Hani.

Ajoutons à ces facteurs la position de la Tunisie dans une région de transit et de conflits au cœur de la Méditerranée, entre l’Est et l’Ouest, le Nord et le Sud. Les Romains ont détruit Carthage et l’encyclopédie agricole de Magon est un symbole de la présence du patrimoine écrit au cœur des guerres, des batailles et des troubles. Cette encyclopédie était considérée comme un butin de guerre, Pline l’Ancien ayant déclaré que le Sénat romain avait ordonné sa traduction. Une commission dirigée par Decimus Silanus l’a fait parce qu’il parlait couramment la langue punique. L’invasion des Bani Hilal a conduit à détruire Kairouan et à disperser Ibn Rashiq, Ibn Sharaf, Al-Husri et beaucoup d’écrivains et d’érudits brillants. La guerre des documents se poursuit avec Charles Quint au XVIe siècle. Les chevaux espagnols ont écrasé les livres de la mosquée Zaytuna, détruisant de nombreux manuscrits arabes. Charles Quint emporta avec lui un ensemble de documents luxueux, dont le magnifique Coran pourpre écrit en argent et or, et un autre Coran somptueux portant le n° 438 en 8 volumes. Les deux Corans sont aujourd’hui conservés à la Bibliothèque nationale française. Ces documents sont étrangement attribués à leur pillard victorieux, Charles Quint.

La domination européenne a organisé le pillage du patrimoine écrit en temps de paix, à une période où, il est vrai, les processus de « patrimonialisation » des manuscrits et des objets archéologiques étaient quasi inexistante chez « les indigènes ». La perte est de deux sortes : celle, irrémédiable, des œuvres, et celle des manuscrits. En entamant la recherche bibliographique pour tracer les œuvres auxquelles nous identifions le musée, il est apparu qu’un grand nombre des originaux manuscrits se trouvent dans les capitales des pays européens. Deux exemples seront pris dans les écrits les plus originaux en langue arabe. Il ne reste que deux manuscrits de Qutb al-Surur fi al-Anbidhat wal khumur [Le Pivot de la joie ou Description des boissons et des vins] d’Ar-Raqiq al Qayrawani, à Paris et d’autres à Vienne, Berlin et à l’Escurial. Le manuscrit le plus complet se trouvant à Vienne et la Bibliothèque nationale de Tunisie ne dispose que de deux manuscrits d’une anthologie de cette œuvre. Quant à Nuzhat al-alBab fi Mala youjadou fi al-Kitab [Agréments des Esprits : ce qui ne se trouve dans aucun livre], un des premiers livres de sexologie arabe, il en existe deux manuscrits à la Bibliothèque nationale de France et à la Bibliothèque royale de Copenhague..

A regarder une partie du patrimoine écrit représenté dans les inscriptions, on découvre que beaucoup d’entre elles sont dans les musées européens et occidentaux, malgré leur importance actuelle. Je citerai deux exemples : une inscription mémorielle du mausolée du numide Attiban, bilingue et en deux alphabets (libyco-punique). La première moitié de l’inscription est retirée en 1842 sur ordre du consul britannique ; elle est maintenant conservée au British Museum. Le deuxième exemple est celui d’une inscription célèbre « Le moissonneur de Makthar » datant de 260-270 et portant un poème en latin découvert en 1882 à Makthar. L’intérêt de cette inscription est qu’elle porte une belle leçon de vie qui peut parler aujourd’hui à des jeunes désespérés, on a donc intérêt à la « patrimonialiser ». Dans ce document, le paysan de Makthar parle du labeur quotidien qui l’a fait passer de la pauvreté à la richesse, et d’un simple ouvrier agricole à un grand propriétaire puis sénateur. L’inscription est au Musée du Louvre, dans la section « Antiquités grecques, étrusques et romaines ». Le nom de la Tunisie n’est pas mentionné dans la présentation et on ne voit aucune localisation de Makthar. 

Que faire devant ces ruines, cette absence de documents perdus ou ravis, et cette « production d’oubli » des sources ?

J’ai montré dans des écrits antérieurs que le poncif des pleurs sur les campements désertés par la bien-aimée a été réinterprété à l’ère moderne dans le sens de la position mélancolique d’un sujet qui s’abandonne au chagrin sans être capable d’établir le deuil. L’amant des poèmes anciens pleurait et invitait parfois ses deux compagnons à pleurer avec lui, puis prononçait souvent la phrase “Laisse ça” dans une sorte d’annonce de la fin du deuil. Il quitte les pleurs pour passer sur le chemin et « heurter le sol ». Du pâtir à l’agir. De la perte à la création d’un nouvel objet.

Après ce constat de la perte d’une large part des œuvres produites dans le pays, la réponse réside, à notre avis, dans deux programmes. Le premier consiste à explorer courageusement la partie oubliée et cachée de nos nombreux patrimoines. Le deuxième programme est d’exiger la restitution des biens culturels spoliés. Cette position demande un courage d’un autre genre. Deux courages différents et complémentaires : le courage de s’affronter, et le courage d’exiger justice et équité des puissants.

Il y a un patrimoine écrit perdu ou volé comme il y a un patrimoine écrit refoulé. La perte est due à des facteurs externes et aussi à des facteurs internes.

Concevoir et construire le Musée du Patrimoine écrit a été l’occasion de découvrir une partie cachée de l’iceberg que représentent les textes hors filiation arabo-islamique. La situation coloniale qui nous a fait perdre de nombreux textes et inscriptions ne doit pas occulter l’hégémonie de la composante arabo-islamique qui nous a fait oublier la pluralité religieuse, doctrinale et linguistique de l’histoire tunisienne. Ce projet nous a permis de découvrir les lacunes dans notre formation dominée par l’idéologie du peuple unique, construite autour du mythe anthropomorphique d’une nation qui se relève après un état de décadence et de servitude. On connaît quelques généralités sur les époques préislamiques, qui, à elles seules, ont duré des milliers d’années, alors que la diffusion de l’islam a commencé au VIIIe siècle, soit il y a environ 1300 ans. Nous ne savons presque rien des courants islamiques qui se sont propagés dans le pays, comme le schisme fatimide ou l’ibadisme, car notre éducation met surtout en valeur le rite Malékite. Nous avons découvert avec étonnement l’existence d’une pierre tombale latine à Kairouan, datée par les calendriers chrétien et islamique 1007/397 A.H. Nous avons longtemps vécu sur le mythe de la diffusion définitive et écrasante de l’Islam, et nous découvrons avec le même étonnement l’existence d’une école talmudique à Kairouan, à la même époque. Ces connaissances circulaient entre les seuls spécialistes. Un historien, Hamida Toukabri, a présenté pour le musée un étonnant document que nous considérons comme une métaphore du patrimoine écrit refoulé : un contrat de donation que Louis Poinssot a trouvé, au début des années 1940, parmi de nombreuses pièces servant de reliure pour un Coran. Rédigé à Mahdia en hébreu, le contrat concerne le transfert de propriété d’une servante chrétienne, qui avait été jusqu’alors au service du donateur. Il témoigne surtout de l’effacement et de l’oubli de la pluralité culturelle et confessionnelle du pays.

Cette levée du refoulement est l’une des facettes de ce projet qui rassemble des chercheur.es et des textes autour du Burnous patrimonial à tisser.

Une autre facette consiste à réhabiliter des biens culturels exposés dans les musées et bibliothèques européens ou autres, en reconnaissant d’abord leur source, et en s’engageant dans le programme de restitution de ces biens à leur pays d’origine. La numérisation peut aussi devenir un moyen de circulation inconditionnelle des documents patrimoniaux. Cependant, le droit de récupérer les biens mobiliers du patrimoine doit devenir un droit culturel reconnu et faire l’objet d’un instrument juridique international explicite et efficient. Il est inadmissible qu’une inscription aussi porteuse de sens que le poème du Moissonneur de Makthar soit méconnue par la plupart des Tunisiens, et soit exposée aujourd’hui au Louvre sans explication sur sa provenance. Il est injuste qu’on doive en demander une copie en 2022, et que l’administration du Louvre demande à la Bibliothèque nationale de Tunisie de payer le prix de 1500 soit 1800 euros en échange de la fourniture de la copie sans compter les frais de son transfert.

 Raja Ben Slama, “Parmi les vestiges du patrimoine écrit”, Conférence inaugurale des Rencontres humanités numériques, Insaniyyat Tunis 2022, Cité de la Culture, jeudi 22 septembre 2022.
Traduction en français : Kmar Bendana
Édition : Delphine Cavallo

Introduction générale : Les archivistes et les sciences humaines, une histoire renouvelée ?

 Introduction aux actes du colloque Les archives, la société et les sciences humaines,  Cahiers de CERES, série « Histoire » n° 21. Archives nationales de Tunisie/ CERES. Tunis, 2012, pp. 09-16

Le moment actuel, que l’on appelle aujourd’hui la société de l’information, oblige à réfléchir sur les ressorts profonds des logiques documentaires, des habitudes de recherche et des usages sociaux. Le développement considérable des technologies de l’information et de la communication contraint à penser la perception des archives, à situer le phénomène et le poids de la mémoire dans le temps, à envisager ensemble les aspects matérialistes et symboliques de l’archive, de ses variantes et de ses destinations.

Le présent ouvrage vise à répondre à une préoccupation commune aux archivistes, aux documentalistes et aux chercheurs en sciences humaines et sociales. Il est le produit d’un colloque organisé à l’initiative des Archives Nationales de Tunisie et du Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales sur le thème Les archives, la Société et les Sciences humaines. Les deux institutions, préoccupées par le statut conjoint des archives et de la recherche, se sont accordées sur l’opportunité d’engager un échange d’idées et d’expériences et sur l’utilité d’entendre plusieurs types de voix débattre d’une liaison consacrée et évolutive : la production des archives, le traitement de l’information et l’exploitation scientifique ainsi que de la place de cette chaîne circulaire dans la société.

La chaîne documentaire

Le spectre des sources et des vecteurs d’information s’élargit de jour en jour. Quelle que soit la provenance ou la composition des archives, qu’elles appartiennent à l’Etat ou viennent de fonds privés, qu’elles constituent des sources orales ou correspondent à des supports iconographiques, qu’il s’agisse de documentation audio-visuelle ou de données informatiques, que l’on parle de patrimoine matériel ou immatériel, on constate que les gestes nécessaires à la maîtrise des ressources documentaires se complexifient à mesure que les techniques se multiplient à tous les stades. La maitrise de cette complexité galopante est de plus en plus difficile, du point de vue des protocoles de la recherche, de sa validation, de sa crédibilité sociale. A un bout de la chaîne, on s’efforce de mettre en place des dispositions concrètes, on édicte des lois, on développe des enseignements, on crée des filières professionnelles. La recherche en sciences humaines et sociales s’enrichit mais elle doit également adapter ses questionnements au cheminement des données, elle est tenue d’emprunter des approches qui expliquent leur production, elle doit charrier une conscience de leur facture et composer avec leur fragilité.

La synergie entre les sources d’information et leurs usages évolue constamment : elle fait bouger les règlementations, influence les pratiques, mais participe en même temps à modifier les attentes des producteurs, les représentations des citoyens (détenteurs, donateurs de documents), les revendications des chercheurs. Si ces derniers sont obligés de prendre en compte le facteur temps dans leurs interprétations, il n’est pas facile de le lire en amont dans leurs méthodes ou de leurs questionnements.  

Le rapport organique et fonctionnel qui lie les producteurs de documents, les spécialistes de la conservation et du classement documentaires et les usagers des archives, aborde une « nouvel âge » avec la révolution électronique. Les possibilités ouvertes par les mutations technologiques sont innombrables, l’une des plus déterminantes réside dans l’internationalisation des standards et des codes. Or, ces conséquences ne sont pas sans contraintes et elles débouchent, entre autres, sur l’éclatement de l’information, éclatement qui va jusqu’au bouleversement du statut de l’information.

Ces pistes de réflexion proposées par l’argumentaire du colloque ont été illustrées par des études de cas et débattues avec des arguments de terrain par les participants au colloque, venus de différents horizons disciplinaires. La rencontre organisée par les Archives Nationales de Tunisie et le Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales a en effet été pensée comme une occasion de croiser des expériences diverses, de confronter des contextes documentaires différents, de comparer des histoires administratives et culturelles, à partir de corpus particuliers.

Les initiateurs du colloque, Mabrouk Jebahi et autres chercheurs associés et amis des Archives Nationales de Tunisie, ont engagé les deux institutions à fêter la journée nationale des archives (26 février 2010) en associant en commémoration, travaux d’archives et pédagogie, en croisant recherche nationale et ouverture scientifique internationale, en mêlant les spécialités. Par ailleurs, la rencontre visait un objectif supplémentaire, plus rarement poursuivi : croiser les points de vue des chercheurs et les conceptions des archivistes, les amener à débattre des pratiques qui les relient étroitement, afin d’amener les uns et les autres à comprendre ce qui dépasse le métier, commande les pratiques, sépare et unit les expériences des uns et des autres. Derrière la technicité croissante, le but est de mieux comprendre savoir-faire et savoir tout court, entendus comme des productions sociales et historiques. Car, et cette rencontre pluridisciplinaire l’a éprouvé une fois de plus, la question des archives est une question éminemment politique, notamment parce qu’elle est liée à l’histoire. La haute teneur symbolique des archives en fait une question sensible qui renseigne sur les mentalités individuelles et collectives et sur la manière dont les groupes, les nations ou les individus considèrent par exemple la propriété ou l’antécédence dans les rapports avec l’autre ou l’étranger.

Les archivistes en vedette

En mettant les archivistes d’hier et d’aujourd’hui au centre, cette rencontre les a sortis de l’anonymat et de l’ombre, les montrant sous un jour moins poussiéreux que ne le laisse croire a priori le partage des rôles. En attendant de faire leur histoire (comme en Espagne), les interventions permettent d’aligner quelques éléments dans cette voie. Les chercheurs décrivent les archivistes comme des lettrés, parfois ils en parlent comme des maniaques de l’ordre (exemple des militaires) ou des passionnés d’histoire. Il est clair que ces experts de l’écrit ont plusieurs compétences ; ils sont des sociologues de leurs publics, des enseignants, des citoyens conscients. Ils sont appelés à être des gestionnaires même s’ils ne le sont pas toujours et si, dans le passé récent, ils sont assimilés à des beldi (il n’y a pas d’archives dans les campagnes !), certains professionnels qui se sont exprimés ne manquent pas d’humour sur leur profession et leur utilité. Les  jeunes archivistes d’aujourd’hui ne correspondent pas aux portraits nostalgiques ou romancés des érudits que les auteurs remercient dans les introductions et les notes d’ouvrages, de façon souvent anonyme car ils sont cachés par  l’institution. Peuvent-ils se reconnaître dans la palette de ces prédécesseurs ? Les études d’archivistique se technicisent à mesure que les systèmes d’organisation s’informatisent ; Internet, hypermarché qui étale une information abondante et accessible mais non hiérarchisée instaure un régime d’information moins démocratique qu’on ne le dit et oblige à une redéfinition des formes de médiation de l’information, à un recyclage des acteurs et des voies de cette médiation.

A côté du « besoin de crédibilité et du désir de visibilité » -qui n’est pas le monopole des archivistes- d’autres affects habitent cette catégorie de travailleurs intellectuels sur qui reposent de lourdes attentes, alors même qu’ils sont relégués à la condition de techniciens, quand les choses se « politisent », et notamment en cas de crise. Aussi, des occasions comme ce colloque donnent la possibilité de parler « boutique » avec des confrères d’autres pays, de communiquer avec des chercheurs de plusieurs disciplines et constituent des opportunités de rencontre et d’échange. Elles permettent aux archivistes et documentalistes de se reconnaître au milieu des changements subis par la profession, de se maintenir face aux transformations de la société, entre autres en s’adaptant à l’évolution des sciences humaines.

            L’histoire est la première des sciences humaines liées à l’archive. Sœur siamoise ou cuisse de Jupiter ? L’histoire est un savoir intimement lié à l’existence de l’archivistique, même s’il n’est pas le seul à déterminer l’évolution interne de cette discipline, aussi ancienne que le pouvoir, l’envie de le rationaliser, l’obsession de le pérenniser. Au-delà du couple histoire/archivistique, on se retrouve devant une grande famille tissée de liens passionnels et traversée par des tensions, un ensemble de savoirs connexes qui présentent des différences et entretiennent des relations d’intérêt réciproque. D’autres sciences et également des techniques occupent la scène autour des archives et des archivistes, concourent à leur complexité. S’il a été surtout question d’histoire, diverses disciplines se sont exprimées au cours de cette rencontre. Anthropologie, ethnologie, droit (international ou foncier) sont le passage obligé pour une connaissance approfondie et dynamique de la culture administrative de l’archive ; le droit, l’anthropologie et la sociologie sont indispensables pour replacer les pratiques des administrateurs et des archivistes (leur appellation varie selon l’époque et le contexte) dans une histoire sociale et culturelle qui les situe au milieu d’autres producteurs de l’écrit, d’autres gardiens de la mémoire et d’autres fabricants de l’histoire.

Trois axes thématiques

On peut résumer l’ensemble des contributions présentées autour de trois axes qui structurent schématiquement les questions et les pistes de réflexion abordées par les participants.

1/Le premier axe regroupe les débats qui concernent les systèmes d’archives et les différentes conceptions de l’archivage qu’ils recouvrent. La conception de l’archive a en effet été très largement illustrée sur le plan géographique : les exemples traités couvrent des pays du Maghreb et du Machrek, l’Empire Ottoman, l’Italie, l’Espagne, la France, l’Egypte et  le Sénégal. Et ce large spectre de contextes archivistiques et administratifs a fait jaillir des ressemblances et des différences. Plusieurs genres d’archives se distinguent : les traités et les contes, les chants populaires et les chroniques, depuis les pétitions aux actes judiciaires, des rapports militaires aux enquêtes administratives, des registres de cadis aux correspondances. Les instruments de recherche peuvent devenir également une source, rejoignant ainsi le statut des travaux de seconde main. Car cette rencontre a décliné l’archive dans une définition très étendue qui permet de questionner à la fois le mot ou la chose. A chaque débat,  la priorité est donnée à la notion de pratiques et d’usages, au pluriel et toujours dans une vision évolutive. Face au dilemme infernal : tout est archive ou tout est métadonnée ?, la réponse se situe entre les deux, dans la nécessité de mettre le terme « archive » en situation. La valeur probante de l’archive, même ramenée à la fonction minimum de témoignage, renouvelle un constat ancien: Les archives sont nécessaires mais insuffisantes pour écrire l’histoire. Le débat qui a fusé sur les tribus, objet encore difficile à saisir à travers les archives et réalité peu  chiffrée, a fait résonner la question de l’oralité et des pertes inévitables, des destructions d’archives à travers le temps.

Sur la variété des archives et leur incomplétude, la conclusion est qu’il est toujours bon d’aller sur les marges de l’histoire, d’aller au-delà des archives « territorialement » disponibles (et il faut entendre territoire dans le sens physique et intellectuel) et que la recherche gagne à inventer ses archives en dehors des corpus constitués.

2/Le second axe thématique important qui ressort de cette rencontre concerne la relation quasi-systémique qui relie le continent des archives avec l’histoire de l’Etat. La constitution des Etats est à l’origine de l’archivistique : les exemples  de  la France (après la Révolution), de l’Empire Ottoman, de la Tunisie (Réformes du XIXème siècle) mettent en évidence la naissance conjointe d’une bureaucratie rattachée à cette fonction qui a été largement remplie par d’autres corps comme celui de l’armée, les archives militaires étant souvent considérées comme des modèles « fiables ».

Les contributions ont permis d’observer des variantes et des décalages entre les pays anciennement colonisés par la France, l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, le Sénégal. Même si l’on note des points communs qui ont trait à la volonté de construire une histoire nationale, la rupture de l’indépendance a été différemment vécue. Les structures de conservation qui y sont nées, quoique comparables, présentent aujourd’hui des différences : la Tunisie choisit de « rapatrier » (sous forme de microfilms) les archives de la période coloniale ; l’Algérie les réclame toujours à la France sans «négocier » politiquement ; le Maroc possède des archives modernes et médiévales (la Section Historique de la Bibliothèque du Protectorat 1912 reçoit des milliers de manuscrits), mais ne s’est pas doté des archives de la période contemporaine ;  le Sénégal qui bénéficie de son rôle de place–pivot pour les archives des sept colonies de l’Afrique française depuis 1913, collecte des archives judiciaires et notariales sous Senghor, crée en 1977 les Archives du Sénégal et décrète une loi en 1981. Pour l’Empire ottoman, le rôle des archives locales est d’autant plus important que la décentralisation  a opéré entre le « centre et la périphérie » : en Syrie, on a le cas des registres de Hama ; l’Egypte encourage la constitution des dossiers des tribunaux chara’ïques pour combler la connaissance de la période moderne, faiblement étudiée, alors que la période contemporaine reste sous-analysée. Pourtant deux centres d’archives existent actuellement à Istanbul et Ankara, reliés par un système de communication.

L’histoire coloniale  française a perpétué une influence durable du système administratif français et par voie de conséquence de l’esprit des archives françaises dans les pays du Maghreb en particulier. Avec l’indépendance, ces derniers n’ont pas institué l’équivalent de l’Ecole des Chartes mais des filières universitaires sont nées à partir des années 1980 ; les textes de loi des archives sont inspirés de la législation française et il est à noter que la Tunisie et l’Algérie ont édicté, la même année, en 1988, la loi des archives. La profondeur de l’héritage colonial est enracinée jusqu’aux mentalités politiques actuelles : malgré les variantes, la culture revendicatrice des archives comme constitutive de la souveraineté nationale explique en partie la tension qui persiste encore sur la possession des fonds d’archives de la période de la colonisation, du côté français et du côté de l’Algérie notamment, mais pas seulement.

3/Le troisième palier important de la rencontre se situe autour de la question de l’enseignement de l’histoire et de l’archivistique, tributaires de la volonté politique. Celle-ci est à l’origine du renforcement du lien entre l’histoire de l’Etat, la constitution des systèmes archivistiques, et la discipline historique. La relation et son impact sont objets d’histoire, et appellent à leur tour une connaissance de l’évolution des services d’archives, de leur fonctionnement, des techniques mises en œuvre. Les débats sur cette question ont convergé vers un nœud important, celui des historiques des filières et des modèles de formation. Les participants étant des techniciens de l’archive avertis, on a longuement parlé de l’histoire de l’enseignement de l’archivistique. L’Algérie qui a formé ses recrues au Québec, en France puis localement-, vit des discordances entre les générations d’archivistes ; elle connaît également un problème de relève aujourd’hui. Comme en Tunisie, on y assiste à la naissance d’une discipline et à la formation d’une profession, avec des spécialisations de plus en plus poussées : celle des enseignants d’archivistique. Ce qui mène à la visibilité de cette profession et à son rapport avec d’autres compétences administratives (dans les secteurs de la justice ou des finances par exemple au Sénégal), avec d’autres savoirs (l’histoire de l’architecture s’avère de plus en plus nécessaire) et envers le grand public, que l’on sollicite pour légitimer le rôle social des archives et une plus grande ouverture sur les besoins des citoyens.

Quels que soient les usages évoqués, les spécialistes réunis réclament une circulation plus grande des savoirs et la conception d’instruments de savoir et de recherche archivistique plus transversaux. Ce qui revient à inviter historiens et archivistes à travailler ensemble pour dynamiser l’enseignement de la discipline, multiplier les travaux d’archivistique appliquée, rouvrir et renouveler les guides thématiques, échanger les instruments de recherche à travers les pays, comprendre comment travaillent les uns et les autres.

Pour clore cette présentation synthétique d’une rencontre riche en travaux et points de vue, on dégagera quelques considérations souterraines, plus ou moins explicites concernant les pressions invisibles, les forces qui poussent ou qui bloquent les contextes archivistiques évoqués. Car, en filigrane, on relève dans les différents textes, des allusions à des lourdeurs structurelles des régimes d’archives, on pressent les pesanteurs des usages : on devine que sous la politique, la société impose ses habitudes ; on entrevoit comment le droit agit sous le savoir ; on constate que la mémoire veille sous l’histoire. Malgré les résistances, on voit poindre de nouveaux usages, des variantes laissent apparaître un nouveau droit des usages des archives. Qu’il s’agisse du combat associatif mené aujourd’hui au Maroc ou de la poussée discrète des usagers en Algérie (où une sous-profession, celle des experts judicaires, s’organise au service de l’économie), des revendications d’individus réclamant des papiers pour régler questions d’état civil ou conflits d’héritages, on assiste à l’émergence d’un nouvel usage des archives, celui du citoyen.

L’informatisation, phénomène aujourd’hui consenti par tous (numériser oui, mais sans oublier le classement) rapproche archivistes, chercheurs et citoyens (les généalogistes en France contribuent à accélérer l’informatisation). Une conscience patrimoniale se diffuse consacrant l’omniprésence de la mémoire. Les rapports étroits (et souvent passionnels) qui existent déjà entre historiens et archivistes se poursuivent dans cette nouvelle phase où le passé devient un nouvel argument pour la patrimonialisation tous azimuts.

Deux directions de réflexion sont apparues, concernant le présent et l’avenir des pratiques et des métiers dans ce domaine. La première concerne le passage actuel à un nouveau régime d’archive pour tous. Seule une logique de partage et de coopération permettrait d’instaurer des repères tout en ouvrant chaque régime d’archive à un environnement technique et professionnel plus large. Archivistes et chercheurs sont conscients de la nécessité de partager les procédures, d’échanger les instruments de recherche.  

La deuxième leçon qui se profile derrière une certaine méfiance à traiter les archives selon des normes globalisantes et à vouloir centraliser et contrôler les systèmes d’information est que l’avenir des techniques et des langages archivistiques est dans un enseignement plus large axé sur la philosophie des classements. Faire connaître les instruments anciens, enseigner les archivistiques étrangères reste un défi d’une portée technique et scientifique ambitieuse. Inspiré par l’expérience et inscrit dans le long terme, ce souhait est lisible à travers les textes de cette rencontre qui traduisent tous une passion pour les archives et les trésors qu’elles recèlent pour la connaissance de la société et la vie citoyenne futures.

Rédigé le 8 juin 2011

 

 

Les connaissances humanistes en Tunisie : aperçu historique

  1. Les bouleversements socio-économiques, politiques et culturels qui ont traversé le vingtième siècle, selon des périodisations qui changent dans les différentes aires géoculturelles de référence, ont indubitablement comporté des mutations dans le domaine des identités des connaissances et de leurs hiérarchies. Dans ce tableau, quelle place occupent les connaissances humanistiques dans votre pays?

Au cours du XXème siècle et concernant la Tunisie, on peut suivre l’histoire des sciences humaines dès la période coloniale. Selon les disciplines, l’implantation institutionnelle et le rythme d’évolution sont différents. Les disciplines traditionnelles (comme le droit et l’histoire par exemple) ont pris le relais d’une accumulation antérieure; elles se sont développées en interaction plus ou moins consciente avec l’orientalisme ambiant. Les disciplines «modernes» comme l’économie ou la sociologie se sont lentement infiltrées, à travers érudits et amateurs, animant des associations ou des revues. Des personnalités isolées, lancées dans certaines filières (ex: Docteur Gobert et ses études sur le folklore) et des associations ont servi l’introduction progressive de réflexions scientifiques appliquées au terrain tunisien (ex: l’économie politique a été enseignée par Tahar Sfar au sein de la Khaldouniyya, Lucien Berthelon a fondé La Revue Tunisienne (1896-1953) et André Demeerseman la revue IBLA (née en 1937). Des travaux sur la sociologie, le folklore, l’histoire et l’archéologie en Tunisie ont ainsi été publiés en français et en arabe dans l’entre-deux-guerres. A la fin des années 1940, l’intérêt des administrateurs coloniaux, plus avertis sur le terrain, a rencontré la création de filières de formation plus préoccupés de la connaissance de la Tunisie, sa langue, ses traditions. Le droit musulman et le droit foncier sollicités pour la conduite des affaires se sont reversés dans l’enseignement. Le passage entre érudition et académisme a été consacré vers 1945 : l’Institut des Hautes Etudes de Tunis (IHET) a introduit des certificats d’archéologie tunisienne, des cours d’économie, de géographie… et la Khaldouniyya  a orienté l’enseignement vers l’histoire, la linguistique, etc…

Avec l’indépendance (1956), les sciences humaines et sociales prônent leur décolonisation. L’université nationale créée en mars 1960 démarre avec deux facultés: l’une de lettres et sciences humaines et l’autre de droit. On y crée des filières de formation de langues et littérature (arabe, français, anglais), de philosophie, de sociologie, d’histoire (ancienne, médiévale, moderne et contemporaine), de géographie, de psycho- pédagogie, de linguistique. Côté recherche, le Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales (CERES) né en 1962, s’oriente vers les questions de développement économique, de planification et d’éducation tout en réservant une grande place à la démographie, la linguistique (cf. La Revue Tunisienne de Sciences sociales).

Cinquante ans après, le paysage universitaire tunisien s’est développé, décentralisé et diversifié. Il se répartit entre secteurs public et privé. La part des sciences humaines, déjà faible dans les 13 universités publiques réparties sur le pays est encore plus réduite dans les établissements privés qui privilégient les disciplines économiques et de gestion. Les laboratoires consacrés aux sciences humaines ne dépassent pas la dizaine, comparés au chiffre des laboratoires de sciences dures. Les unités de recherche, plus modestes mais réparties sur les universités n’ont pas suffisamment de publications ni vocation à être des structures trans-institutionnelles.

La recherche privée est quasiment nulle en humanités avec une exception notable, celle de la Fondation Temimi pour les sciences humaines et sociales (FTERSI qui publie deux revues). Le cloisonnement entre institutions publiques et privées et la faiblesse de la recherche en sciences humaines et sociales, refermée sur elle-même, montrent le peu d’intérêt accordé par les pouvoirs publics à la production et la diffusion d’une culture de sciences humaines en Tunisie.

  1. Au sein des divers domaines des connaissances humanistes (philolittéraires, linguistique, historico-géographique, philosophique, archéologique et historico-artistique, musical et spectacle, de la communication), quels changements sont advenus, quelles aires disciplinaires ont acquis une prééminence, lesquelles sont en déclin et pour quelles raisons?

Un des phénomènes essentiels qui caractérise l’évolution récente des sciences humaines en Tunisie est la vague d’arabisation. Commencée dans les années 1970 dans l’enseignement secondaire, elle s’affirme dans les années 1980 dans le cycle supérieur. L’arabisation stimule certes la réflexion sur le transfert des connaissances, elle donne lieu à des rencontres et des congrès mais elle divise en même temps le champ culturel. Des tensions opposent francophones (formés à l’université française) et arabophones (formés en Tunisie ou dans les universités du Machrek) ; ces derniers défendent la langue nationale comme seul vecteur pour s’approprier la légitimité des sciences sociales et humaines appliquées à la Tunisie. Une ligne de fracture idéologique oppose, au sein des institutions d’enseignement et de recherche, les défenseurs des sciences humaines arabes et ceux des sciences humaines en arabe. Cette lutte d’influence entre un courant francophone relativement plus ouvert sur la recherche et un courant arabophone, plus efficace dans la formation et l’enseignement au fur et à mesure que l’arabisation avance, paralyse une grande partie des énergies, privant le secteur d’une conjonction nécessaire pour avancer face à «l’anglicisation» mondiale.

Le deuxième phénomène de masse auquel est soumis le secteur des sciences humaines et sociales en Tunisie est celui de la diffusion des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Ce développement technologique a relié plus fortement les chercheurs tunisiens à l’étranger et les a ouverts à des milieux scientifiques, des banques de données, des programmes internationaux. Il a aéré le secteur mais a été plus déterminant dans les filières comme celles de l’archive, de la documentation et du journalisme qui se sont multipliées dans le paysage universitaire à partir des années 1990 et se sont technicisées.

Face à la demande de techniciens, des mastères professionnels ont été créés dans les établissements comme l’Institut de Presse et des Sciences de l’Information (IPSI), l’Institut Supérieur de Documentation (ISD),… pourvoyeurs d’emplois d’archivistes et de documentalistes.

La fonction de bibliothécaire reste cependant moins développée: l’indigence de l’infrastructure des bibliothèques universitaires est probablement un facteur. Ce qui ramène à la question de l’éclatement des établissements universitaires, sous la pression démographique. L’absence de bibliothèques reflète la faible place accordée à l’encadrement de la recherche; elle explique et renforce le manque de liens entre les différentes cultures disciplinaires.

L’ensemble du secteur des sciences humaines en Tunisie depuis les années 1960 se caractérise par une forte volonté d’ancrage territorial, national, suite à un désir de s’affranchir de la «science coloniale»: après le « développementalisme » des années 1960, la question de l’identité et celle de la spécificité tunisienne restent des axes constants dans les recherches, avec des variantes comme les thèmes de patrimoine, de local…

Les intentions d’élargir les comparaisons vers le Maghreb et le reste du monde arabe et musulmans sont assez fréquentes dans les discours mais la coopération étant assez faible (peu d’échanges intermaghrébins d’enseignants et chercheurs, pas de circulation d’étudiants), les résultats en termes de connaissance et de recherche restent limités.

  1. Vis-à-vis des connaissances humanistes se manifeste une demande sociale provenant aussi des secteurs productifs, et pour quelles activités?

Aujourd’hui, en Tunisie, il n’existe pas de statut de chercheur stricto sensu depuis la mutation du Centre d’Etudes et de Recherche Economiques et Sociales (CERES) qui a perdu après 1990 son assise de chercheurs pour devenir un centre de publications de rencontres et colloques. A l’Institut National du Patrimoine (INP), le statut subsiste mais la double tutelle du Ministère de la Culture sur cette institution le rend indépendant. Quelques institutions de coopération implantées à Tunis (IRMC, IRD et CEMAT) représentent des pôles de connexion avec les universités et centres de recherche à l’étranger. L’absence de statut de chercheur prive le secteur des sciences humaines d’une dynamique collective, affaiblit sa capacité d’indépendance et entrave sa diffusion «horizontale». Paradoxalement, les travaux de recherche restent un critère d’avancement dans les carrières des enseignants-chercheurs, ce qui dévalorise indirectement l’enseignement et la formation dans l’effort général de productivité des connaissances en sciences humaines et sociales.

En dehors de l’enseignement et dans une dynamique de recherche plutôt faible, la demande sociale envers les sciences humaines provient de quelques secteurs de la gouvernance politique et économique. Le monde professionnel instrumentalise directement certaines disciplines «utiles» comme le droit, la géographie ou la sociologie. Les bureaux d’étude privés ou internationaux en appellent parfois aux compétences de psychologues, de sociologues, anthropologues. Les domaines de consultation et d’expertise concernent le planning familial, la santé publique, la condition féminine, l’éducation, la communication… Même si le secteur public consomme de l’expertise, en économie (emploi et travail), en géographie (urbanisation, mouvements migratoires), en droit (famille, législation foncière), le secteur privé et les ONG demeurent les principaux demandeurs d’études de terrain (agriculture, éducation, humanitaire, santé).

Un secteur des sciences humaines connaît depuis plus d’une décennie une évolution particulière en Tunisie: l’archéologie enseignée à l’Université depuis l’indépendance s’exerce dans le cadre d’une institution parallèle à l’Université, l’Institut National du Patrimoine (INP). La politique des fouilles, coûteuse en temps et en argent, est une affaire nationale qui obéit à des règles internationales. Cette double «demande sociale» a orienté l’exploitation du secteur en lien avec le tourisme culturel mais n’a pas empêché, hélas, l’aliénation de ce secteur à une fructification illicite. La situation de l’archéologie et son rapport aux ressources économiques expliquent les dérives récentes qui ont verrouillé les fouilles, influencé les logiques du travail archéologique jusqu’à plomber le domaine.

Avec le développement des politiques culturelles, on observe, depuis une vingtaine d’années environ, que l’enseignement artistique, l’urbanisme, l’architecture sont des filières très dynamiques notamment en termes d’enseignement. Côté recherche, elles souffrent d’un déficit d’encadrement car elles sont souvent assurées par des professionnels peu attirés par une carrière universitaire. En conséquence de cette demande sociale immédiate, les cursus restent largement voués à la professionnalisation et peu producteurs de travaux de fond, à intérêt transversal, à portée théorique.

Le secteur des sciences humaines et sociales en Tunisie souffre d’un déficit d’image qui diminue en amont – les moyens alloués étant faibles – et en aval – le pouvoir d’attractivité de ce secteur de la connaissance étant dérisoire. En effet, les humanités sont considérées comme peu performantes dans la formation des citoyens tunisiens et l’emploi qu’ils peuvent générer est anormalement ignoré. La structure de l’enseignement primaire et secondaire conduit logiquement à ne pas créer des recrues de qualité capables d’alimenter un enseignement productif dans le domaine, ce qui alimente un cercle vicieux. La peur du chômage rend les disciplines de sciences humaines moins attrayantes. Celles-ci attirent les bacheliers des sections lettres, généralement moins performants que les lycéens des sections mathématiques et scientifiques.

Cette disqualification des recrues à l’entrée ajoutée à la massification de l’enseignement, réduit les prévisions de moyens aux disciplines littéraires et humanistes, en constante baisse par rapport aux disciplines scientifiques dures et de management réputées créatrices d’emploi. Depuis quelques années, des solutions pour contrer cette tendance sont mises en place ; des mastères professionnels, par exemple, en orientation éducative et sociale sont créés pour les étudiants de sociologie ou dans les métiers du patrimoine pour les étudiants d’histoire. Mais les résultats restent faibles et le chômage des diplômés des branches de sciences humaines et sociales atteint le chiffre de 40% dans certaines disciplines (langue arabe, histoire, sociologie…).

  1. Dans les systèmes didactiques de l’Ecole Supérieure et de l’Université, quel est le poids des connaissances humanistes, même en termes de financement de la recherche?

On a essayé de créer certaines filières d’excellence (comme les Ecoles Normales Supérieures) dès l’indépendance mais cela n’a pas constitué une politique constante dans les lettres et sciences humaines. Les financements en dents de scie ont contribué à saper encore davantage la confiance en ces filières où les étudiants sont de moins en moins nombreux à entrer et encore plus à réussir à finir les cursus.

Ce manque de politique pour créer des pôles d’excellence pour la formation en les sciences humaines et sociales se voit avec les réformes universitaires engagées depuis le début des années 2000 et celles rattachées à l’implantation du système LMD. Avec l’augmentation des bacheliers, les étudiants de lettres sont plus défavorisés que les autres, puisque les moyens alloués sont plus faibles. L’augmentation des effectifs n’a pas fouetté les critères d’encadrement. Les postes d’enseignants réguliers n’ont pas suivi en conséquence : les enseignants de langues en particulier devenus plus nécessaires pour améliorer le niveau linguistique (en français et en anglais) sont souvent soustraits au cycle secondaire par détachement. On note une nouveauté dans le paysage de l’enseignement en sciences humaines et sociales en Tunisie induite par les réformes de 1992 : la ré-apparition d’un enseignement «modernisé» de la théologie et la création d’une filière d’enseignement civique, afin de «séculariser» la formation du lycéen tunisien. L’Université traditionnelle de la Zitouna avait été fermée en 1956 et transformée en faculté de théologie.

Mais face à la poussée islamiste et dans le but d’encadrer l’enseignement religieux dans les cycles primaire et secondaire, on a développé les filières universitaires consacrées à l’enseignement de l’islam. Dans cette nouvelle formule, l’histoire, la sociologie, servent à rénover les cursus et à tunisifier le contenu de ces matières à fort quotient de culture générale et humaniste.

Malgré cet appel d’offres répondant à une réforme interne de l’enseignement, l’ensemble du secteur de sciences humaines partage une fragilité : l’émiettement et le manque de visibilité de la recherche. Dans le champ académique, l’édition scientifique est peu développée : les revues de sciences humaines et sociales de l’université ne dépassent pas la dizaine. Leur financement est tributaire d’autorisations accordées au compte gouttes et freinées pour des raisons sécuritaires. La pratique des colloques et de leur publication est plus encouragée, car elle est gérée au coup par coup et plus facile à surveiller par l’administration. Il s’ensuit une absence d’accumulation et un manque d’habitude de travail collectif soutenu par des équipes de rédaction stables. Ce phénomène accentue le caractère éclaté de la recherche.

En dehors de l’enseignement et d’un secteur de publication universitaire (CPU), la Tunisie ne possède pas, de canaux et de vecteurs de vulgarisation appropriée des connaissances en sciences humaines et sociales. Le paysage manque en effet de revues culturelles qui seraient un relais de cette connaissance vers un public plus large. La question de la traduction n’est pas prise en charge au niveau éditorial et les expériences de transfert de connaissances, de concepts et de travaux sont des entreprises individuelles et limitées et non pas le fruit d’une politique volontaire. Le confinement du savoir scientifique dans la sphère universitaire est probablement une des conséquences sournoises du verrouillage politique du pays, d’une longue absence de libertés académiques.

Au cours des récents événements de la Tunisie (janvier 2011), on a en effet constaté que les médias tunisiens et étrangers rencontrent des difficultés pour trouver des politologues, des sociologues, des historiens, des anthropologues… Chercheurs et travaux existent mais ils sont peu connus par les journalistes (eux-mêmes mal formés aux sciences humaines et sociales). Le maillon qui servirait à reconstituer le capital de connaissances produits sur la Tunisie pour en faire un discours scientifique à la portée du grand public est donc assez faible aujourd’hui, éclaté dans des publications scientifiques, peu diffusées, peu traduites.

  1. Les soi-disant deux cultures, celle humaniste et celle scientifique-expérimentale : dans votre pays, en quels termes sont-elles discutées, quels sont les échanges entre elles, quelles sont les perspectives dans les secteurs des sciences cognitives, de l’informatique humaniste, des biotechnologies, de la bioéthique?

La Tunisie consacre 7% de son PIB et 30% du budget de l’Etat à l’éducation et à la formation. Mais seuls 13% des étudiants sont dans les filières humanistes. C’est un des signes d’un déséquilibre de fait, qui n’est pas propre à la Tunisie. Ce ratio signifie également un déficit dans la considération des sciences humaines et sociales dans la politique générale de formation et de recherche.

Sous la poussée mondiale (développement du capitalisme financier et du secteur des services), on observe en Tunisie le développement des sciences économiques et de gestion, des filières d’informatique : la création de plusieurs technopoles au cours de la dernière décennie a été perçue comme un facteur d’économie émergente. Seulement, on n’a pas développé dans ces filières d’émergence une conception sérieuse pour y installer une culture de sciences humaines et sociales.

Les échanges entre les cultures humanistes et scientifique-expérimentale posent de sérieux problèmes de «traduction». La circulation entre les deux, déjà tributaire de la question linguistique, demande des formations transversales, des réflexions de fond, inexistantes à l’heure actuelle. Aussi, on constate un véritable hiatus entre les sciences cognitives,

les filières professionnelles créées étant rapidement saturées, faute de formation polyvalente et d’une culture généraliste. En l’absence d’efforts pour créer des voies de transdisciplinarité véritable, on ne dispose pas d’accumulation synthétique entre les différentes disciplines ni d’institutions permettant d’en fabriquer pour un avenir proche.

Le système universitaire tunisien produit évidemment une élite mais moins dans les sciences humaines qu’ailleurs et leur rareté n’encourage pas les aides. Les recrues d’excellence, attirées par des doctorats et post-doctorats à l’étranger, constatent leur déficit en langues et en humanités quand elles se trouvent confrontés à des doctorants de leur niveau. Les étudiants qui parviennent à rejoindre des pôles dynamiques et des laboratoires d’élite en Europe ou aux Etats Unis renoncent souvent à retourner dans l’Université d’origine, étant sceptiques sur la capacité des structures à traduire leurs besoins nouveaux dans l’exercice du savoir aujourd’hui mondialisé et son avance.

Tunis, le 13 avril 2011

Réponses au Questionnaire paru dans Le forme et le storia, n° IV, Catane, 2011, pp. 397-404.

 

Entrée actuelle de la Khaldounia

La Khaldounia, histoire et historiographie

Selon mon point de vue d’enseignante et de chercheure en histoire contemporaine de la Tunisie, cet ouvrage[1] conjugue deux qualités : il déroule d’une façon méthodique les études existant sur une institution qui a structuré la culture politique sur/de la Tunisie contemporaine. Il permet également de faire le point sur les premières étapes d’une évolution qui a fait passer la Khaldounia d’un foyer intellectuel vivant à une référence politique puis à une question historiographique.

Articulé sur trois parties (Récits /Régence /Réseaux), l’ouvrage inscrit la naissance de l’association -ressentie comme une nécessité par plusieurs intellectuels du « monde musulman » de la fin du XIXème siècle- dans une histoire tunisienne qui lui donne ses colorations, ses formes, ses acteurs comme ses contenus sur plus d’un siècle.

Antoine Hatzenberger est allé à la recherche des sources permettant de mieux connaître les conditions de lancement d’une institution à cheval entre l’académique et le culturel, devenue « naturellement » un lieu politique. Créé et soutenu par la Résidence Générale de Tunisie en 1896, un regroupement d’intellectuels tunisiens conscients du « retard » scientifique et politique de la région arabe, se structure autour d’activités à but culturel, éducatif et scientifique. La Khaldounia est voulue, pensée, animée et dirigée par des animateurs qui espèrent moderniser le système éducatif zaytounien et travaillent à le sortir des cadres usuels, sans porter atteinte à l’aspect religieux des cursus.

Les investigations de l’auteur à la Bibliothèque nationale de Tunisie ont donné lieu à un article publié dans la revue Ibla (n°225, 2020, pp. 5-43)[2] dont les apports se conjuguent avec ses recherches dans le Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (Fonds Bernard Roy, entre autres, accessible depuis 2018), dans le fonds des Archives Nationales de Tunisie et dans les séries du Ministère français des Affaires Etrangères de La Courneuve. Cette production archivistique dénote de l’intérêt des administrateurs pour un lieu observé et considéré car on y voit passer des personnalités tunisiennes dont les activités, les discours, les centres d’intérêt et les cercles de proximité constituent des sujets de curiosité.  Des échos parvenant du Machrek et du Maghreb appuient cette attention mi-savante mi-politique d’un désir de mieux connaître une intelligentsia[3] en quête d’ouverture autant que d’une expression d’elle-même.

La colonisation française croisée avec le développement des études orientalistes de l’époque pose les cadres d’une entrée nouvelle dans le monde de l’enseignement en Tunisie (qui a connu deux vagues de réformes), dans les échanges d’idées qui circulent vers la fin du XIXème siècle situant ainsi les formulations de positions politiques qui émergent au fil du temps, dans la tête de certains acteurs de l’élite locale.

Le suivi par l’administration coloniale alimentera les contenus des réformes éducatives du protectorat : introduction de l’histoire, de la géographie, des disciplines scientifiques, usage du “franco-arabe”, autant de choix qui vont sculpter les grandes lignes de formation des élites au cours du XXème siècle tunisien.

Tout en reconstituant le matériel documentaire, les témoignages et les récits qui expliquent la genèse de cette expérience intellectuelle et politique tunisienne, l’ouvrage éclaire le courant historiographique dont les analyses et les interprétations découlent des visions d’une intelligentsia qui a canalisé ses aspirations dans une pratique d’échanges et de controverses. Il pointe les connexions qui font passer la Régence de Tunis du XIXème siècle affiliée à l’Empire ottoman à un Etat-nation qui va se forger à l’épreuve d’une colonisation française, à la fois occupant, réservoir, vecteur et adversaire.

Lire cette étude aujourd’hui[4] ouvre sur une couche interprétative supplémentaire, avec  d’autres interrogations, notamment sur la teneur et les limites des pistes débouchant sur le programme d’émancipation nationale du XXème siècle, vécu, conçu et composé par une intelligentsia tunisienne en devenir.

Rappelons que la Khaldounia, fermée entre 1958 et 1992 et dont le local est sis 67, Souk El Attarine, dans la médina de Tunis est aujourd’hui gérée par la Bibliothèque nationale de Tunisie.

 

[1] Ce texte est la préface de l’ouvrage d’Antoine Hatzenberger, Aux origines de la Khaldounia. Le réformisme tunisien entre religion, science et politique, Tunis, BnT/ Arabesques, 2022.

[2] Abdelbasset Bentaher & Antoine Hatzenberger, « Inventaire complémentaire des archives du ‘Fonds Khaldounia’ », IBLA, n°225, 2020, pp. 5-43.

[3] Le terme intelligentsia apparaît à la même époque

[4] On peut citer la thèse de Mongi Sayadi, publiée sous le titre de Al-Jami’iyya al khaldounia (1896-1958). La première association moderne en Tunisie, Préface Jacques Berque, Tunis, MTE, 1974, 269 p. Mongi Sayadi est également l’auteur de la notice « Al-Khaldûniyya », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., Leyde/Paris, Brill/Maisonneuve et Larose, 1960-2005.

Le français dans un Maghreb plurilingue

 

Quel rapport entretenez-vous, vous-même, en tant qu’historienne et intellectuelle tunisienne, avec la langue française ?

Je suis née en 1952, 4 ans avant l’indépendance et lorsque je suis entrée à l’école, elle était encore sous fonctionnement colonial. J’ai donc un rapport d’apprentissage avec le français depuis le début de ma scolarisation. Mais l’arabe est aussi présent dans ma formation puisque je suis allée à l’école coranique, que c’était la langue familiale, etc.

Je suis historienne et aujourd’hui, ma langue de travail pour la recherche et l’écriture, est le français, avec qui j’ai, disons, un rapport privilégié. Pour l’enseignement, l’oralité, les conférences, etc. je travaille aussi en arabe et en anglais.

Mon rapport au français n’est donc pas exclusif, il est d’abord intimement mêlé à l’arabe ; l’anglais s’est ajouté par la suite  et j’ai recours à ces deux autres langues aussi  pour lire et parler. Je ne suis pas un cas isolé mais je ne suis pas non plus représentative du rapport à la langue française au Maghreb. Le mien s’explique parce que j’appartiens à ma génération et parce que je suis une femme[1].

Générationnellement, on comprend mais en quoi le fait d’être une femme entre-t-il en jeu ?

En schématisant, on peut dire qu’au Maghreb, les filles parlent mieux et plus couramment le français que les garçons. Pourquoi ? Simplement parce que si l’usage du français, pour ma génération, est le fruit de l’enseignement, pour les plus jeunes, il est davantage le fruit des médias. L’apprentissage de la langue passe surtout par les journaux et les écrans aujourd’hui. Or, les filles regardent davantage les films sentimentaux ou les séries, et lisent les magazines relatifs à la mode, la psychologie, la sexualité, etc.. Une grande partie des films, magazines, podcasts, vidéos sont en français, la France restant un grand pourvoyeur de cette culture et productrice d’industries, de commerces, de circuits de formation dans ces sphères … Cette consommation sert aussi de vecteur linguistique.

Au-delà, quel rapport entretient la jeunesse maghrébine, et notamment celle présente dans les mouvements de contestation, avec la langue française ? Est-elle l’un des outils de la contestation ?

Oui, c’est l’un des outils, une petite fenêtre. Mais la darija est devenue la souche, le français n’est plus le point de départ exclusif. Désormais, les mots du crû alimentent le langage de la contestation. Si on regarde les slogans, on voit qu’ils sont inspirés et nourris de la langue quotidienne des gens, qu’ils partent du vécu, et sont ensuite traduits. Les réseaux sociaux participent à leur dissémination.

C’est l’un des aspects à mon sens très important : cette jeunesse contestataire a aussi inventé un alphabet, une sorte d’écriture utilisée dans les sms, les textos, sur les réseaux sociaux, mélangeant les chiffres et les lettres et empruntant aux différentes langues, le français, la darija, voire l’anglais. On est passé à une étape nouvelle avec cette transcription par écrit qui dit encore plus le mélange dans son évolution. Ce travail d’inscription en lettres d’un nouvel alphabet s’apparente selon moi à un travail linguistique, une création[2]

Aujourd’hui, cette langue réinventée est plus qu’un outil de contestation, c’est un outil d’affirmation qui relève plutôt de la construction. Ça avance doucement et ça gagne au-delà du champ politique : L’étranger de Camus est désormais traduit en dialectal[3], c’est nouveau.

De qui le français est-il aujourd’hui la langue dans les pays du Maghreb, en termes de catégories socioculturelles ?

Le français reste un marqueur de distinction sociale et une langue apparentée à l’élite. Sauf que l’élite n’est plus monolithique, ça a changé. Aujourd’hui, il existe deux pôles internationalisés au sein de l’élite maghrébine : l’un est anglophone, tourné vers l’Europe et l’Occident ; l’autre arabophone et anglophone répond à l’attraction des pays du Golfe, notamment. Donc si la charge sociale et symbolique du français demeure celui-ci n’est plus la seule langue de l’élite internationalisée. Le français n’est plus hégémonique.

Par ailleurs, même si, bien entendu, le français a été introduit au Maghreb par l’école et l’administration coloniales, aujourd’hui, ce n’est plus seulement la langue du colonisateur[4]. Les Maghrébins sont des attrape-tout ! Il y a une capacité d’adaptation et de transformation de la langue qui fait que le français a pris une coloration maghrébine dans les différents pays où il est pratiqué. S’y ajoute aussi le fait que le français est la langue de la diaspora, qui représente un segment de maintien et de communication de la langue française. Qu’ils l’apprennent ou pas, les Maghrébins continuent de parler le français avec la diaspora. Du coup cette langue, déjà transformée de l’intérieur par la diaspora, bouge, se mélange, prend d’autres intonations…

Est-ce que l’usage du français fait débat au Maghreb ? Est-ce un enjeu politique ?

Oui, la langue française a encore une charge historique et on lui fait parfois porter beaucoup de choses… Il y a une instrumentalisation politique qui, selon moi, a tendance à hystériser la question. En tant qu’historienne, je sais que rien n’est figé, tout bouge, et petit à petit, je constate que le temps fait son œuvre dans ce domaine aussi, malgré une instrumentalisation réelle quoique variable, selon les formations politiques[5].

Ce qui se passe sur les réseaux sociaux, je l’ai dit, montre une coexistence évolutive des langues. A mon sens le travail politique sur la question de la langue devrait consister à apaiser cette coexistence riche et diversifiée (diglossie + bi/trilinguisme). Je suis pour le multilinguisme, toute langue est une richesse. Je considère qu’on a besoin d’un vrai travail de transmission, on n’a pas le droit de dilapider notre héritage. Le monde actuel est plurilingue[6] et le Maghreb contemporain qui est trilingue – avec en plus le Tamazigh, notamment au Maroc et en Algérie -, est une région historiquement favorisée. C’est une force pour l’avenir, une ressource qui ne doit pas être un lieu de conflit, au contraire.

Les jeunes maghrébins, celles et ceux qui sont instruits sont trilingues et savent que c’est une denrée d’exportation. Ils partent et leur trilinguisme est apprécié à l’export. Ils l’ont très bien compris.

Entretien  avec Emmanuel Riondé paru dans Le Courrier de l’Atlas n° 168, mai 2022, pp. 30-31.

[1] Kmar Bendana, Sylvie Mazzella, « La langue française dans l’enseignement public tunisien, entre héritage colonial et ‘économie du savoir’ mondialisée », L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale, Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, Tunis, 2007, pp. 197-203, ⟨halshs-00608174⟩

[2] https://nawaat.org/2017/08/27/larabe-dialectal-tunisien-sachemine-vers-la-creolisation/

[3] Dhia Bousselmi, El Gherib, Tunis, Pop Libris, 2018. L’auteur a aussi traduit Le Petit Prince de Saint Exupéry et les mémoires d’Abul Qacim Chebbi.

[4] Ilaria Vitali, « Samia Kassab-Charfi (dir.), Altérité et mutations dans la langue. Pour une stylistique des littératures francophones », Studi Francesi, 165 (LV | III) | 2011, 683-684. https://journals.openedition.org/studifrancesi/5160

[5] Plusieurs directions de débat se dessinent en Tunisie : https://nawaat.org/2019/10/29/derja-tunisienne-vs-arabe-classique-un-enjeu-persistant-video/

[6] La littérature tunisienne contemporaine est plurilingue, cf. Samia Kassab-Charfi & Adel Kheder, Un siècle de littérature en Tunisie. 1900-2017, Paris : Honoré Champion, coll. « Poétiques et esthétiques xx-xxie siècles », 2019, 550 p.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Fontaine

Jean Fontaine et la revue Ibla

Jean Fontaine (1936-2021) prend la direction de la revue Ibla quarante ans après sa création. La revue Ibla est une « idée » née en 1937 dans la tête d’André Demeerseman https://bazhum.muzhp.pl/media/files/Nurt_SVD/Nurt_SVD-r2016-t50-n1_(139)/Nurt_SVD-r2016-t50-n1_(139)-s332-337/Nurt_SVD-r2016-t50-n1_(139)-s332-337.pdf (1901-1993) [1]. L’idée dure jusqu’à nos jours, Ibla publiant en ce mois de juin 2021 son 227ème numéro consacré à la crise Covid-19.

La plus ancienne revue tunisienne vivante https://journals.openedition.org/remmm/6353 a été lancée grâce à la veine savante des Pères blancs https://www.cairn.info/revue-histoire-monde-et-cultures-religieuses1-2008-4-page-3.html#no5 (dits Missionnaires d’Afrique)http://www.peresblancs.org/ qui ont agrégé en cours de route des intellectuels tunisiens ouverts aux échanges et à la connaissance partagée de la société tunisienne. Les entrées et thèmes ont été nombreux : les langues de la vie quotidienne et culturelle  (arabe classique, darija, français et arabe médian), les contes, légendes et proverbes, le vocabulaire politique, les journaux et les revues, la littérature (poésie et prose), l’éducation, la famille, la jeunesse…

 Arrivé à Tunis en 1956, Jean Fontaine entre dans la revue Ibla, comme ses semblables, en tant qu’auteur d’articles, à travers un travail assidu autour de la bibliothèque et en référençant les ouvrages et périodiques se rapportant essentiellement à la Tunisie et au monde arabe et musulman. Les échanges de publications ont en effet afflué, de plus en plus nombreux et en plusieurs langues, grâce au travail de consignation et à l’effort d’analyse que la revue a tissés au fil des années avec les centres de recherche, les bibliothèques et les revues culturelles et scientifiques au Maghreb, au Machrek, en Europe et ailleurs.

En 1977, Jean Fontaine succède à Jean-Gabriel Magnin (1910-1977) à la tête de la revue. Titulaire d’un doctorat sur Tawfik al Hakim, il publie son premier ouvrage pour rendre compte de la littérature tunisienne parue entre 1956 et 1976[2]. Son principal terrain de travail consiste désormais à arpenter la production des écrivaines et des écrivains de Tunisie tout en s’intéressant à d’autres plumes (de Libye, d’Egypte, de Syrie et d’ailleurs). Cet examen patient et obstiné construit une vision analytique et globale d’une production peu considérée, en Tunisie comme dans le monde arabe, dans le temps long comme dans sa dimension comparée. L’attention persévérante de Jean Fontaine à la créativité littéraire tunisienne a généré un capital de connaissance digne aujourd’hui d’être poursuivi et exploité dans une perspective qui rattache la dynamique locale aux mouvements littéraires environnants.

Le deuxième apport de Jean Fontaine à la revue Ibla réside dans le lot de recensions et comptes-rendus publiés dans chaque livraison. Dans cette activité critique de la revue centrée sur la Tunisie à partir de 1968, il commence par suivre le mouvement des revues (1968-1972). Le point de vue bibliographique tunisien est systématisé à partir de 1969 et le résultat accumulé constitue une ressource documentaire précieuse pour les recherches en littérature et en sciences humaines et sociales.

Jean Fontaine a rédigé dans le cadre de ces rubriques documentaires plus de 4.000 fiches de description critique qu’il a léguées à la Bibliothèque nationale de Tunis. Ce geste indique la volonté de son auteur d’ancrer les traces de son travail dans une institution locale, publique et durable. Ce legs vient renforcer une posture prise par Jean Fontaine tout le long de son pilotage de la revue : on observe en effet une « tunisification » progressive du comité de lecture de la revue. De 1977 à 2007, il a pressenti, proposé, contacté les membres du comité qui se sont adjoints au noyau éditorial où la proportion des Pères blancs a baissé au fil des années. Malgré les réticences du Ministère de l’Intérieur à le remplacer comme directeur de rédaction d’Ibla, Jean Fontaine a accompagné, soutenu et aidé les responsables impliqués dans la direction de la revue[3]. A partir de 2000, Il s’éloigne physiquement de la fabrique des numéros à paraître, sans cesser d’écrire des notes de lecture et en restant mêlé aux finitions des tapuscrits avant l’imprimerie. 

Jean Fontaine rédige sa dernière recension pour Ibla en février 2021 sur un essai littéraire : Les insulés d’Antoine Hatzenberger (Riveneuve, 2020, 155 p). Dans ce court texte, il déclare vouloir rester « rationnel » pour une revue « sérieuse » et glisse un détail biographique : il était à l’île de Groix en Bretagne, en 1954, au moment où Bourguiba y était.

En introduisant les numéros commémorant les anniversaires de la revue qu’il a conçus et dirigés (Cinquante ans d’IBLA, La Tunisie scrute son histoire, n° 159, 1987 ; Le soixantième anniversaire, n° 179, 1997)[4] Jean Fontaine réaffirme la contribution d’IBLA à la conservation du patrimoine culturel tunisien. La revue lui doit beaucoup dans sa facture, sa qualité d’instrument de référence, sa réputation de sérieux comme dans sa longévité.     

Cette version reprend le texte lu au cours de la messe faite en hommage à Jean Fontaine (2 décembre 1936- 1er mai 2021) à la Cathédrale de Tunis (30 juin 2021).

Paru dans le numéro spécial de la revue IBLA n° 228, 2021/2, pp. 237-240. Une version en langue arabe du texte est dans le même numéro, pp. 39-42.

Photo prise par Ons Kammoun en avril 2021. 

[1] La phrase « IBLA est une idée en marche » est une citation d’André Demeerseman.

[2] Vingt ans de littérature tunisienne 1956-1976, Tunis, Maison Tunisienne d’Edition, 1977, 160 p.

[3] Citons, entre autres, Sadok Boubaker, Sami Bergaoui, Imed Melliti, Faouzi Bédoui, Myriam Achour…

[4] Il complète le travail d’André Louis (1973) par les Tables analytiques de la revue IBLA de 1937 à 1996, IBLA, 1997, 256 p.

Repères chronologiques  : Jean Fontaine & IBLA (Institut et revue)

1868 : Le Cardinal Lavigerie, évêque d’Alger fonde la Société des Missionnaires d’Afrique ou Pères blancs (car habillés d’une gandoura, d’un burnous et chéchia blancs)

1875 : Lavigerie obtient la garde de la chapelle Saint-Louis de Carthage. La première communauté de pères blancs s’y installe.

1922 : André Demeerseman (1901-1993) s’installe en Tunisie. Il a 21 ans. Après des études de philosophie en France, il décide de devenir père blanc en 1920, effectue son noviciat à Alger.

1926 : Une maison d’étude et de recherche est fondée par les Pères Blancs à Tunis. Elle est installée en 1928 rue des Glacières. On y dispense des cours d’arabe, d’islamologie et de linguistique pour la formation des pères blancs.

1928 : André Demeerseman est ordonné prêtre à Tunis, « pour l’étude de l’arabe et les réalités de l’islam ». Il commence par constituer une série Cahiers et documents Tunisiens, à partir d’enquêtes et études de terrain (dialecte, us et coutumes, contes et proverbes…). 

1930 : En mai, le Congrès Eucharistique de Carthage rassemble des milliers de catholiques. A. D. dénonce une manifestation qui glorifie l’Eglise catholique et la colonisation et provoque l’opinion musulmane.

1932 : La maison d’étude déménage rue Jama’ el Houa, Place du Leader (ex Place aux Moutons), dans le voisinage de la maison-musée de Habib Bourguiba (qui y a vécu).

1934 : A. D crée le Cercle des amitiés tunisiennes, regroupant des intellectuels tunisiens (Abdejellil Ben Ali, Béchir Fourti, Larbi Kabadi, Mohamed Nakhli…)autour decauseries et rencontres sur des thèmes divers.

1936 : Naissance de Jean Fontaine le 2 décembre, à Saint-André-Lez-Lille, dansle Nord de la France, au sein d’une famille nombreuse. 

1937 : A.Demeerseman fonde la revue IBLA. Elle atteindra vers les années 1950/1960 le tirage de 2000 exemplaires. A.D produira 125 articles, 14 éditoriaux et 95 recensions.

1952 : Les manifestations nationalistes de janvier au Cap Bon (Tazerka) sont brutalement réprimées. A. Demeerseman prend position contre la violence des « ratissage ». Il rédige à l’occasion un éditorial de la revue IBLA (n°56) en deux langues arabe/français

1953 : Jean Fontaine obtient un baccalauréat, section mathématiques

1955 : Jean Fontaine commence son noviciat de père blanc à Alger.

1956 : Jean Fontaine suit des cours de théologie à Thibar (Tunisie)

1958 : Jean Fontaine exerce comme instituteur à Alger

1959- 1964 : Jean Fontaine fait des études de théologie et d’arabe en Tunisie.

1962 : Jean Fontaine est ordonné prêtre à Comines (France)

1964 : Signature du Modus Vivendi entre Le Vatican et la Tunisie. La cathédrale Saint Louis de Carthage est remise à l’Etat tunisien. La statue du Cardinal Lavigerie est déplacée. Le séminaire de Thibar est transformé en collège agricole. 

1965 : Fondation de l’Institut pontifical d’études arabes et d’islamologie (PISAÏ) à Rome.

1968 : Jean Fontaine obtient une licence d’arabe à l’Université de Tunis et devient conservateur de la bibliothèque de l’IBLA

1977 : Il soutient son doctorat d’Etat (thèse sur Tewfik Al Hakim) à Aix-en-Provence.

1977 : Jean Fontaine prend la direction de la revue IBLA jusqu’à 1999. En plus des articles, il rédigera plus de 4000 recensions, compte rendus et de notes de lectures dont il déclare ‘en 2021) faire don à la Bibliothèque Nationale de Tunisie.

2010 : 5 janvier, un incendie ravage la bibliothèque et endommage une partie de ses collections : environ 35.000 ouvrages et plus de 600 périodiques. Jean Fontaine coordonne les opérations d’aide, de sauvetage et de réparation des locaux et des collections.

2014 : La bibliothèque rouvre ses portes aux lecteurs en mai 2014, après un long chantier de reconstruction du bâtiment et de restauration de ses fonds. 

2021 : Jean Fontaine décède le 1er mai. Il est enterré à Carthage le 5 mai. La revue IBLA, semestrielle et dont le comité de rédaction se composé de 10 universitaires tunisiens (5 femmes et 5 hommes) publie son numéro 227 en juin et consacre la livraison 228 (décembre 2021) à la mémoire de Jean Fontaine. 

Episodes de la scène politique tunisienne

Depuis le 25 juillet 2021, la Tunisie est gérée par décrets présidentiels. Enfourchant la brèche de l’article 80 de la Constitution, avec l’appui de l’armée (de ses renseignements généraux et de sa justice) et conforté par sa légitimité électorale (72,71 % des 3 892 085 votants – 1/3 de la population- aux présidentielles de 2019), Kaïs Saïed est l’unique dispensateur et interprète de la loi. Ni institutions, ni canaux d’information, ni partis politiques (231  aujourd’hui), ni centrale syndicale, ni magistrature n’ont pu prémunir le pays d’entrer dans un état d’exception à durée indéterminée[1].

Des instances de régulation contrariées

Investissant le désordre informationnel, des vidéos et déclarations « fuitent » de multiples irrégularités passées inaperçues. On apprend qu’une série de dérives suivent les élections d’octobre 2011, les seules à peu près correctes (?)[2]. Depuis, trois rendez-vous électoraux ont fait émerger une Assemblée Nationale Constituante (ANC, 2011-2014) et deux Assemblées de Représentants du Peuple (ARP, 2014-2019 ; 2019-juillet 2021). L’appareil judiciaire, soumis aux aléas politiques sous Bourguiba et Ben Ali, a reculé en efficience et en équité. La police reste arc-boutée sur ses pratiques et privilèges, divisée entre islamistes et autres, organisée en syndicats et affublée d’un appareil secret parallèle (jihaz sirri). Les coalitions partisanes se font et défont au gré des conflits claniques, de la répartition des positions de pouvoir, en s’appuyant sur les profits immédiats et les circuits prédateurs. La “transition démocratique” a bifurqué à partir d’octobre 2011 ; les islamistes -groupe le plus nombreux quoique sans majorité- ont infiltré les rouages administratifs, les filières et les procédés de nomination. L’accompagnement du processus sur des rails légaux et juridiques a été entravé, à commencer par l’appareil judiciaire.

Le verrou de la censure ayant sauté, le pays a pu accéder à un régime d’expression diversifié, (une cinquantaine de radios et une quinzaine de chaînes télévisées) une liberté nouvelle, notamment “grâce” aux réseaux sociaux. Cette libération a cependant été bridée par des règles archaïques, tout en aspirant des capitaux occultes aux prises avec une bureaucratie rétive aux changements (notamment à la digitalisation). Les médias fleurissent sur une politique-spectacle plus que sur de l’information équilibrée, soumis à une déontologie variable et sans lois organisatrices (à part les décrets 115 et 116 de novembre 2011). Le Parlement (dont l’apport essentiel est l’écriture de la Constitution par l’ANC[3]) a surtout fonctionné pour faire passer accords financiers, aides et prêts internationaux et pour assurer les avantages et immunités des parlementaires, contribuant ainsi à alourdir la Dette du pays. L’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) a constitué un terrain d’affrontements partisans stériles et permis aux islamistes (le groupe le plus constant et le plus organisé) de se réserver un espace pour dominer l’exécutif, tenir tête à la Présidence de la République et quadriller les instances judiciaires. Cette activité parlementaire a rempli la vie politique du pays, nourri les échos médiatiques (des commentaires plutôt que des analyses ou des mises en perspective) et fourni les apparences d’une démocratie formelle en train de se faire… Ni la fiscalité, ni l’éducation, ni la santé, ni l’emploi, ni les libertés individuelles, ni l’agriculture, ni la propriété foncière, ni le transport, ni l’extraction des sols, ni l’énergie, ni l’environnement n’ont connu le moindre texte législatif leur permettant d’évoluer. Les responsables politiques ont dansé une valse de façade (pour les plus “naïfs” car d’autres ont carrément exploité leurs postes pour des intérêts divers) et si la société civile, boostée par l’élan de 2011, les libertés entrouvertes et l’espoir de contribuer au changement, n’avait pas investi des niches (production et diffusion culturelles, défense des droits et libertés, expériences civiques, initiatives technologiques et audaces économiques), la situation serait plus difficile.

La présidence de la République, tous vents dehors

Le deuxième tour des élections anticipées d’octobre 2019 dégage deux outsiders : Nabil Karoui fondateur de la chaîne Nessma TV face à Kaïs Saïed, un professeur de droit constitutionnel médiatisé après 2011. Le rejet de la classe politique, le désordre médiatique, l’incurie économique et un « scrutin de liste à la proportionnelle aux plus forts restes » s’avérant inadapté depuis 2014 expliquent en partie cette issue. Le processus transitionnel livré aux rapports de forces apparus en 2011 est progressivement entaché d’irrégularités avec violences et assassinats, à partir de 2013. Les instances de régulation nées après 2011 (HAÏCA[4], ISIE[5], INLUCC[6], IVD[7] …) sont noyautées et empêchées ; les démissions ont été sous-estimées et de nombreux rapports et déclarations n’ont pas bénéficié de l’attention nécessaire. Kaïs Saïed est un aboutissement (imprévu ?) de manipulations politiciennes et de mécanismes électoraux ayant triché avec les règles des dispositifs démocratiques (les élections ne sont qu’un maillon) et avec les plans (plus ou moins opaques) des bailleurs de fond (Fonds Monétaire International[8], Banque Mondiale, Union Européenne, et autres “prêteurs” du Golfe, de Turquie). L’image de Kaïs Saïed réputé intègre, musulman pratiquant et conservateur (à propos de l’égalité H/F dans l’héritage[9], l’application de la peine de mort…) lui a valu d’être élu par une opinion fatiguée des exactions éhontées et renforcée par une proportion exceptionnelle de jeunes votants. Au sein de cet électorat, la pensée identitaire nourrie de la misère économique et sociale est combinée avec une répulsion envers des élites perçues comme déloyales, prédatrices et seules bénéficiaires de la « révolution ». La réputation de Monsieur propre de KS est son atout principal : son inexpérience, ses erreurs d’appréciation (le choix souvent malheureux de ses collaborateurs interpelle[10]), ses propos menaçants, sa rhétorique vindicative, sa méfiance envers les acteurs de la décennie 2011-2020 et sa rigidité relationnelle augmentent les blocages et l’instabilité, découragent les investissements, empêchent les médiations tout en vidant les “entremises étrangères” de leur efficience. Même l’UGTT[11] est écartée de toute initiative de concertation. Kaïs Saïed exhorte à répétition la magistrature à jouer son rôle mais ses imprécations tardent à faire bouger la citadelle judiciaire. La délibération est un ingrédient de la construction démocratique et K S n’est manifestement pas à l’aise avec cette nécessité. 

Le corps judiciaire, quoique vicié, détient pourtant des clés pour délier quelques nœuds de la crise. Des « affaires » empoisonnant la sécurité nationale sont instruites. Certaines ont été livrées à la justice militaire mais des voix se sont élevées contre cette incursion dangereuse. Inertie et opacité règnent depuis longtemps sur le secteur judiciaire, livré à des pressions politiques identifiées ; la mise en résidence surveillée de Noureddine B’hiri (dirigeant d’Ennadha et ex-ministre de la justice) le 31 décembre 2021 est une mesure sévère mais la situation politique se crispe depuis, entre autres parce que l’arrestation n’a pas respecté les formes légales. Depuis 2011, le droit est mal appliqué (la Constitution a été enfreinte à plusieurs reprises, avant et après le 25 juillet 2021), les lois sont inadaptées (certaines datent de la période coloniale). L’impunité régnante entretient le sentiment d’injustice (el hogra) fortement exprimé depuis 2011, la vague incessante des protestations sociales le confirme. Cette offensive anti-judiciaire sert l’image d’un Président justicier, soucieux du bien public et à faire accepter des décisions arbitraires que la crise du Covid-19 avait largement favorisées. Les réformes demandent du temps, mais comment faire avancer quelques dossiers, en dépit de la corruption et de la peur paralysant les tribunaux ? En l’absence de ces avancées, le pays reste régi par les prérogatives présidentielles[12] et une communication unilatérale, augmentant les risques d’un état d’exception. 

Gouvernance économique à la dérive

Les dirigeants politiques (les islamistes et leurs alliés tournants) ont écrasé des opportunités et gaspillé des occasions depuis 2011, et davantage après 2014…sous prétexte de passer par le Parlement. Celui-ci est devenu un théâtre pour agir sur la loi (ou ne pas agir) et une vitrine, parfois violente, cachant des tractations et des conflits d’intérêts. De quoi dégoûter les TunisienNEs d’une instance régulatrice et indispensable à la démocratie mais mal investie et détournée au profit des coalitions. La déviation de la fonction parlementaire entretient la “popularité” de KS qui a osé geler la machine, avec personnel et salaires : une large opinion lui est reconnaissante d’avoir suspendu une institution qui n’a pas servi le “peuple”, ni réussi à se faire respecter (des contrebandiers sont devenus députés) ni su aménager les voies d’une action législatrice dans le cadre d’une division régulée des pouvoirs. La Cour Constitutionnelle qui aurait dû être créée en 2015 devient juridiquement non viable après 5 ans de blocage et le texte constitutionnel ne prévoit aucun moyen de se réformer de l’intérieur, ni d’assurer un équilibre des pouvoirs. Le “coup de force” du 25 juillet était un moyen de sortir de l’impasse ! Ce qui est arrivé depuis[13] est d’autant plus confus que les institutions militaires et policières sont sous la menace des réseaux mafieux et terroristes.

La situation économique tunisienne résulte d’une gouvernance aveugle, incompétente ou mensongère ayant couvert un pillage systématique des richesses du pays, un gaspillage des opportunités et un contre-emploi, voire des détournements, des aides accordées. Des cartels de contrebande ont étendu leurs tentacules jusque dans les rouages de l’Etat.

Des sommes d’argent mirobolantes ont circulé (par la Banque Centrale, à travers des ONG comme en dehors des circuits légaux) et compromis quantité de projets qui auraient pu faire avancer le pays. Les ressources ont été dilapidées, gelées, dévoyées ou empêchées : les prix sont quasi multipliés par deux en 10 ans, l’infrastructure matérielle n’a pas été renouvelée (à part des tronçons de route et des ponts), la spéculation fait rage, les hôpitaux, les transports et les écoles abandonnés, les ports accueillent des containers de tonnes de déchets italiens « importés » alors que le pays croule sous les ordures non traitées et le plastique envahissant. Les inégalités se sont accrues et aucun des maux du pays (chômage, commerce informel, exploitation inadéquate des terres, déséquilibre régional, maltraitance de la nature et du patrimoine…) n’a connu le moindre début de politique publique. Les islamistes ont investi les rouages administratifs au profit de leurs réseaux et avec des complices en haut lieu (des coalitions électorales mouvantes depuis 2011 comme Qalb Tounès et I’tilaf al karama et des sous-marins opportunistes). Tenant les commandes, ils ont mis à genoux les moyens publics, embauchant par milliers dans des entreprises « fictives », paralysant les bonnes volontés comme les compétences disponibles. 

Le tableau actuel recouvre un bras de fer avec la magistrature qui peine à modifier ses pratiques après dix ans d’usages. Un décret présidentiel vient de supprimer les indemnités des 45 membres du Haut Conseil de la Magistrature, élu en 2016. Les observateurs ont du mal à démêler les fils d’une pelote emmêlant la corruption, le clientélisme d’un système économique rentier de soixante ans, la fragilisation d’un Etat aux institutions vieilles et inadaptées et les habitudes de gestion, d’ordre et de profit. Après le duel Parlement/Président de la République, la confrontation avec la magistrature dévoile une autre phase de lutte entre les trois têtes du pouvoir (Exécutif/législatif/judiciaire). L’épisode révèle, en même temps, les desseins d’un islam politique dont les rangs se divisent. Pendant onze ans, les normes de gestion et la soumission aux diktats libéraux ont empêché le pays d’opérer la redistribution qui lui aurait permis de se ressourcer et d’affronter les problèmes économiques et sociaux qui le rongent. Les gestionnaires de la dernière décennie n’ont même pas rééquilibré la fiscalité : des catégories (professions libérales, hôtellerie…) échappent à des impôts “réalistes”, sans parler du secteur informel qui atteindrait 50% de la production du pays. Les contraintes matérielles et morales sont ignorées et les ressources sont détournées, comme du temps de Ben Ali et des Trabelsi (plus rapidement parfois). Les jeunes générations privées de libertés (et de visas !) souffrent de l’absence d’opportunités pour travailler, investir et/ou innover dans les divers domaines : aux empêchements des libertés s’ajoute l’arrêt de l’ascenseur social. 

Les “élus” (et leurs promus) depuis onze ans ont pactisé avec des “donateurs” mal intentionnés et peu désireux de voir advenir un régime démocratique ; ils ont œuvré avec des mafias et des organisations financières prédatrices qui ont proliféré dans un climat d’insécurité (terrorisme, situation en Libye, insécurité du côté du Sahara, non-Maghreb, verrouillage de la Méditerranée du Nord…) et une gestion « courtermiste » aveugle aux besoins locaux et aux impératifs d’un développement humain minimum.

En ce mois de janvier 2022, le tableau est difficile à décoder, encore plus à dénouer. Le pays reste vivant, malgré tout. Onze ans ont instauré un autre climat, élucidé des erreurs,  clarifié des exigences et débroussaillé des voies d’ajustement. Les TunisienNEs apprennent à devenir des citoyenNES et une « dictature » n’est pas facile à instaurer, tout au moins ouvertement. L’armée est discrètement aux commandes mais ce corps prudent et habitué à l’ombre ne peut se risquer à se montrer davantage, alors qu’un président légitimement élu, parle et incarne la tête l’Etat. Ce dernier vient d’imaginer les moyens de « consulter » l’opinion par Internet. On se demande comment cette plate-forme virtuelle (istichara) autour d’une trentaine de questions peut aider à extraire une économie politique adaptée aux besoins d’un pays traversant une crise économique et politique aigüe. Récolter et exploiter des réponses autour du développement local/régional, de la santé, du numérique, du mode de gouvernement… et autres interrogations vitales peut-il remplacer un parlement, évoluer en organisation partisane et construire un programme politique ? L’opacité des méthodes de gouvernance, les dispositions arbitraires et les solutions technologiques suffiront-elles à tracer les lignes stratégiques aptes à mettre le pays sur un chemin salubre ?

Le référendum du 25 juillet 2022 et les élections législatives du 17 décembre 2022 constituent, à ce jour, des rendez-vous incertains.

Hammam-Lif, le 20 janvier 2022

Publié dans Le Quotidien d’Oran, 23 janvier 2022, p. 6,

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5309202 

NOTES

[1] La Tunisie en lévitation.  Un état d’exception à durée indéterminée, texte prononcé au Forum des Humanités Africaines, Bamako, 28-30 sept 2021.

[2] Kamel Jendoubi, La Tunisie vote. Récit d’un acteur engagé, Tunis, Nirvana, 2022, 239 p.

[3] La 4ème mouture est promulguée le 27 janvier 2014 ; son écriture a duré de février 2012 à janvier 2014.

[4] La Haute Autorité indépendante de la communication audiovisuelle (الهيئة العليا المستقلة للاتصال السمعي البصري) est fondée le 3 mai 2013 par le décret-loi n° 116 du 2 novembre 2011.   

[5] L’Instance supérieure indépendante pour les élections (الهيئة العليا المستقلة للانتخابات) est créée le 18 avril 2011 pour organiser l’élection d’une assemblée nationale constituante tenue le 23 octobre 2011.

[6] L’Instance Nationale de Lutte Contre la Corruption الفساد لمكافحة الوطنية الهيئة est créée par le décret-loi du 14 novembre 2011. Elle s’est substituée à la Commission d’Investigation sur les Affaires de Corruption et de Malversation, qui a élaboré un rapport sur l’ensemble de sa mission (novembre 2011).

[7] L’Instance Vérité et Dignité (هيئة الحقيقة والكرامة ) est créée par la loi organique du 24 décembre 2013.

[8] En 2021, la Tunisie négocie son 4ème emprunt : https://orientxxi.info/magazine/tunisie-un-moment-cesariste-sans-cesar,4906

[9] Discours du Palais de Carthage, 13 août 2020.

[10] Les 2 premiers ministres Elyès Fakhfakh (27 février-2 septembre 2020) et Hichem Mechichi (2 septembre 2020-25 juillet 2021) ont été choisis par lui ; huit conseillers de la Présidence ont démissionné.

[11] Le Secrétaire Général Noureddine Taboubi est reçu le 15 janvier 2022 par le Président de la République après plusieurs mois de rupture de dialogue. Le prochain congrès électif de l’Union Générale Tunisienne du Travail est annoncé pour février 2022.

[12] Le décret du 17 janvier 2022 soumet les greffiers aux présidents des tribunaux ! Le décret du 19 janvier 2022 supprime les indemnités des 45 membres du Haut Conseil de la Magistrature élu en 2016.

[13] Décret n° 117, 22 septembre 2021; nomination du gouvernement Najla Bouden, 11 novembre 2021; décisions du 13 décembre 2021.

De la guerre des mémoires. Entretien Hassan Arfaoui & Kmar Bendana

Cet entretien conduit par Hassan Arfaoui est paru dans le magazine Réalités n° 1411,  janvier 2013.

Le rapport à l’Histoire en Tunisie n’est pas un rapport apaisé car on a l’impression que l’on cherche à l’embrigader dans la propagande politique. En tant qu’historienne, comment appréciez-vous les querelles en cours qui portent sur des personnages, tel que Salah Ben Youssef, et des périodes historiques ? Sommes-nous en plein révisionnisme historique ?

Il est très clair que nous vivons une période de tension. Deux ans après janvier 2011, alors que jusqu’à présent la tension portait beaucoup plus sur les problèmes d’organisation de l’État ou du droit, nous en venons maintenant à une querelle sur le passé.

Que se passe-t-il aujourd’hui ? Pourquoi fait-on appel au passé ? Pour moi, cet appel au passé est une posture politique dangereuse. Car il s’agit d’un discours qui fait appel au passé d’une façon guerrière. Comment ? Eh bien, en posant les mauvaises questions du passé, en invoquant ses anciennes querelles.

Pour dire les choses plus simplement, je trouve qu’on invoque aujourd’hui l’Histoire pour faire de la politique de façon belliqueuse ; cela constitue une pente dangereuse vers laquelle nous ne devons pas glisser, car elle peut conduire à généraliser la violence. La mémoire est quelque chose de très affectif qui peut être porteur de beaucoup de choses négatives pour une société comme le désir de vengeance, le ressentiment, etc. Je trouve que non seulement ce n’est pas du tout sain mais qu’en plus, on n’est pas de bonne foi quand on évoque des choses qui font mal à la mémoire des gens.

Avant de vous laisser poursuivre, Quelle différence faites-vous entre passé, mémoire et histoire ?

Je trouve que l’Histoire, la mémoire et le passé relèvent de trois niveaux différents dont la liaison est à la fois complexe et variable. Nous sommes en train de vivre un usage politique, politicien même, du passé et de la mémoire. Dans quel but ? Eh bien parce que l’Histoire n’étant pas complètement écrite, pas complètement connue, parce qu’il y a des «trous» dans notre histoire, on utilise ces lacunes dans la connaissance de notre histoire pour essayer de faire un usage politique, voire revanchard, du passé et de la mémoire. Et c’est peut-être là que les historiens ont un rôle à jouer, parce que leur rôle se situe dans la durée, dans la réflexion et dans l’incitation à relire l’Histoire. Je ne dis pas «réécrire», je dis plutôt « relire » l’Histoire. Avec ce qui se passe actuellement de malsain envers la mémoire et le passé de la Tunisie, il faut que les historiens relisent l’Histoire du pays d’une manière beaucoup plus approfondie, beaucoup plus rationnelle et donc beaucoup plus pacificatrice pour la société.

Le parti Ennahdha, qui n’existait pas en tant que tel pendant la période de la colonisation ni au lendemain immédiat de l’indépendance, essaie apparemment, à travers la querelle à propos de Salah Ben Youssef, de se donner une place dans l’Histoire du mouvement national. S’agit-il d’une attitude normale ou a-t- on affaire à un révisionnisme dangereux qui vise la réécriture l’Histoire comme l’ont prôné toutes les dictatures ?

Je pense qu’il y a en effet une intention de vouloir utiliser cette histoire récente, contemporaine de la Tunisie. Le parti Ennahdha est un parti qui a trente ans. Il est né à la fin du règne de Bourguiba, sous la forme d’un petit mouvement étudiant tout d’abord, puis il s’est développé peu à peu sous la forme d’un parti politique. Si l’on cherche à lui trouver des origines avant cette existence, c’est purement par idéologie. Donc ceux qui l’ont créé et fait évoluer sont des hommes des années 1970. En tant qu’historien, on peut effectivement étudier l’organisation de ce parti, son évolution idéologique, les hommes qui en ont fait partie. Mais les acteurs, eux, ne peuvent pas faire d’histoire puisqu’ils sont enracinés dans l’Histoire ; c’est l’historien qui peut, lui, les regarder. Mais eux, en tant qu’acteurs positionnés dans le feu de l’action, quand ils veulent invoquer une antériorité ou des références, ils font un travail d’idéologues, ce qui n’a rien à voir avec l’Histoire. C’est totalitaire de vouloir réécrire l’Histoire, c’est inhérent au totalitarisme de croire qu’on peut la réécrire. En revanche, c’est une attitude saine de l’esprit de vouloir relire l’Histoire. Pourquoi ? Parce que tous les dix ou quinze ou vingt ans, on se renouvelle grâce à la découverte de nouveaux éléments qui modifient la lecture de l’Histoire. Aujourd’hui, je pense que l’on peut faire l’Histoire du parti Ennahdha, car il est maintenant suffisamment vieux, et je pense que des historiens se pencheront sur la question. Mais que les acteurs eux-mêmes écrivent l’Histoire est une confusion des rôles inadmissible et s’ils se lancent dans ce révisionnisme, comme vous dites, je pense que c’est grave.

Un autre élément caractéristique du rapport de ce parti à l’Histoire, c’est de taire, donc fabriquer de l’oubli, par exemple sur la responsabilité de ce mouvement dans la tentative de coup d’État ou les actions terroristes des années 1980 ou à Bab Souika en 1991. S’agit-il d’une sorte d’appropriation de l’Histoire ?

Tout parti politique en ascension essaie de s’approprier l’Histoire et fabrique du refoulement. On refoule ce dont on a honte, ce qui est inavouable. Ces actions terroristes de leurs débuts, aujourd’hui, sont inavouables. Ce sont des actes honteux sur le plan moral comme sur le pan politique. Ils sont donc sur la ligne ordinaire des partis politiques en ascension. Et puisqu’ils arrivent maintenant au pouvoir, ils veulent gommer ce qui fait honte à leur propre histoire. Là encore, je considère que c’est une tentation à laquelle nous ne devons pas céder en tant qu’historiens.

Regardez ce qu’a fait Bourguiba. Il a essayé de taire l’apport d’Abdelaziz Thâalbi https://orientxxi.info/magazine/abdelaziz-thaalbi-renaissance-d-une-figure-oubliee-du-nationalisme-tunisien,1060 avant lui, qui était quand même le père du nationalisme tunisien. Et finalement, maintenant, on commence à admettre l’importance de Thâalbi en tant que père fondateur du nationalisme tunisien. Bourguiba a également essayé de taire les actions de Ben Youssef ; mais l’Histoire revient toujours à la surface et l’Histoire de Salah Ben Youssef sera, de toutes les façons, faite elle aussi.

Bourguiba a aussi essayé de taire l’apport des communistes en Tunisie, ou encore l’apport des syndicalistes, en essayant de les récupérer. Tout cela, Bourguiba a essayé de le faire lui-même dans son ascension politique. Toutes ces choses-là, avec le temps, sont en train d’émerger, petit à petit, comme des forces qui ont contribué à l’indépendance de la Tunisie.

Ce que fait Ennahdha aujourd’hui, dans un esprit d’ascension et de conquête politique, c’est essayer de faire croire qu’ils sont un mouvement « pur », mais l’Histoire n’est pas dupe… L’Histoire, en tant que réflexion sur le passé et relation fidèle des faits, retiendra aussi les actes qui ont été commis aux débuts de l’ascension de ce mouvement.

Abordons maintenant la culture historique tunisienne. L’élite qui avait pour mission de construire l’État-nation aux lendemains de l’indépendance avait-elle un rapport clair, conscient à l’Histoire ?

Cette question est intéressante, car elle permet de comprendre le rôle de l’Histoire dans la société. Il me semble que la culture historique de la génération de l’indépendance était très nourrie de l’Histoire mondiale ou, en tout cas, de l’Histoire européenne. Mais elle avait une manière particulière de comprendre le monde arabe et musulman. Cette double appartenance de la première génération de l’indépendance, ce bilinguisme si vous voulez, cette bi-culturalité a nourri la culture historique ou historienne de cette élite et Bourguiba en est l’un des symboles les plus forts. Mais il n’y avait pas que lui : Bourguiba n’était pas exceptionnel, il était de sa génération et je pense que cette culture historique a été enracinée dans une connaissance à la fois de l’Europe, du monde occidental, mais également du monde oriental. Il est important pour la culture historique d’être « ouverte ».

En tant qu’enseignante et chercheuse, je plaide pour que la mémoire historique ne soit pas seulement nationale, ne soit pas refermée sur elle-même, mais soit ouverte sur le monde.

Il me semble que la culture politique se nourrit de la conscience historique.

Aujourd’hui, je crois qu’il y a une crise de la conscience historique, une crise de la culture politique même, parce qu’avec la mondialisation, il existe une tentation de se refermer sur soi-même et sur une sorte d’histoire immémoriale de la Tunisie. Et je pense que ce serait une erreur de croire qu’il n’existe que la Tunisie ou bien que la Tunisie est « fermée ». Aujourd’hui, il faudrait au contraire que les Tunisiens sachent que la Tunisie est un vieux pays, mais dans un monde vieux lui aussi. La richesse de notre pays vient de ce mélange à l’Histoire du monde.

La notion de patrie est étrangère à la « culture » des partis islamistes, puisque leur horizon est l’ensemble de la umma islamique…

Oui, mais cela, ce n’est pas de l’Histoire, c’est de l’idéologie. Vouloir se rattacher au monde islamique, c’est de l’idéologie pure ; personne n’a parlé de rupture avec le monde islamique ! Ce qu’il y a d’intéressant, c’est comment la Tunisie, arabe et islamique, a évolué avec le temps, parce que le monde arabe et islamique a évolué lui aussi. À tel point qu’il n’y a pas de monde arabe et musulman, c’est un fantasme, une utopie, un mythe… Pourquoi voulez-vous qu’un Malaisien ressemble à un Soudanais ? Et est-ce qu’un Pakistanais ressemble à un Marocain ? Ils se rejoignent, mais ils ne se ressemblent pas. Et c’est cela le travail d’un historien, de voir comment un Pakistanais est devenu Pakistanais ?

C’est une confusion qui est très dangereuse que de croire que le temps ne change pas les choses. Le monde islamique a changé depuis sa naissance, il s’est mélangé à beaucoup d’autres mondes. Tout d’abord au monde persan, puis au monde indien, puis au monde africain… puis maintenant, avec la mondialisation. L’Islam est mondialisé aujourd’hui, il n’est pas territorialement fixe et n’est pas historiquement figé non plus.

À propos de fantasme, les mouvements islamistes veulent faire revenir les sociétés dites musulmanes à l’âge « pur » du salaf du VIIème siècle…

C’est un carburant pour avoir des combattants tout d’abord et puis c’est un carburant pour obtenir des voix quand on souhaite passer par la voie des urnes. Mais encore une fois, c’est de la démagogie, cela n’a rien à voir avec le travail politique. Le travail politique, ce n’est pas de convaincre les gens qu’on va rejoindre le passé ; le vrai travail politique, c’est de convaincre les gens qu’avec ce passé, on peut construire l’avenir. Cette espèce de discours obscurantiste, qui consiste à croire que le passé nous unit, est suicidaire ; ce n’est pas du tout un discours de construction de l’avenir. Les politiques, à mon avis, doivent construire l’avenir avec des idées d’avenir et non avec des idées sur le passé, un passé fantasmé qui plus est. C’est même antipolitique de faire cela. D’après moi, cela s’apparente plutôt à du délire et à un délire qui n’a absolument rien à voir avec la connaissance du passé. D’où l’importance du travail des historiens qui permettra de nous aider à mieux connaître notre histoire ; et plus nous connaîtrons notre histoire, moins nous aurons de gens tentés de l’utiliser comme un fantasme ou comme un mythe.                                                                                                                

Indépendamment des historiens et des politiques, si l’on va dans la société, dans la culture historique diffuse au sein du corps social, on a l’impression qu’on n’a pas de mémoire historique commune. Il y a des gens qui veulent se rattacher à Carthage, d’autres au VIIème siècle de l’Islam, etc. Il existe une sorte de mémoire historique sous forme de «gruyère», avec des visions antagoniques qui peuvent aboutir, disons, à une espèce de guerre des mémoires. Qu’en pensez-vous ?

Je pense que le plus important est d’avoir une conception d’un avenir commun, ce qui n’empêche pas chacun de venir d’où il vient. Les antagonismes se construisent et je crois qu’il y a un réel danger à construire des antagonismes. Il faut savoir que la Tunisie a été construite sur plusieurs strates qui se sont ajoutées et enrichies les unes les autres ; il n’y a pas de raison pour qu’elles deviennent antagoniques.

Je trouve que les politiciens, qui utilisent le passé pour diviser les gens, utilisent un carburant qui est dangereux pour la société, mais aussi pour eux-mêmes. Car on est toujours inclus dans les combats et tout le monde aurait à y perdre. Je pense donc que c’est très dangereux de le faire, mais je pense aussi que si on le fait, c’est qu’on n’a pas autre chose à faire. C’est un signe à la fois de ressentiment, presque de haine, et puis d’impuissance à construire l’avenir. Quand on n’est pas impuissant, on ne ressasse pas les antagonismes, ni les difficultés et on n’éveille pas les « démons ». Le ressentiment est un moteur de l’Histoire, mais c’est un moteur de l’Histoire qu’il faut essayer d’apaiser.

Le marché identitaire est florissant en politique actuellement, puisque tous les partis s’obligent à parler de fidélité à l’identité arabo-musulmane… Mais il y a comme une espèce de honte à parler de l’identité tunisienne, y compris chez les partis qui se disent modernistes ou laïcs. Quel est le regard que porte l’historienne sur cette question de l’identité ?

Je trouve que l’expression de « marché identitaire » est bonne, c’est réellement un marché. Il y a des marchandages… je dirais même qu’on peut parler de surenchère en ce domaine. Je n’aime pas le mot « identité » parce qu’il est porteur de guerres, c’est un mot guerrier. Pour moi, c’est davantage un objet d’étude et je préfère dire comment chacun considère son identité. Je trouve que nous avons perdu du temps à parler de cela, nous n’aurions même pas dû en parler pendant tous ces mois écoulés, mais je pense que c’était volontaire. Il ne faut pas parler de son identité, on la vit !

Quel est le rôle de l’Histoire, en tant que science du passé, dans la fabrication du présent et de l’avenir d’une société et, en l’occurrence, de la société tunisienne ?

L’Histoire a plusieurs rôles. Elle a une portée civique. Les manuels historiques doivent être ouverts pour former des générations futures qui seront elles-mêmes ouvertes. Elle a aussi une portée politique, nous en avons parlé et une portée idéologique aussi. Mais je crois surtout que l’Histoire est une science, une science humaine et qu’elle doit donc être humaniste. C’est-à-dire qu’elle doit être ouverte sur le savoir, sur l’autre, sur le différent et c’est ce point de vue là que j’entends défendre. On ne peut pas empêcher ou nier les autres usages, mais je trouve que le plus dangereux est son usage idéologique au service d’une force au pouvoir. Je crois qu’il faut se méfier de l’Histoire que veut écrire un homme ou une organisation au pouvoir, car cela devient alors de l’Histoire officielle et, de ce point de vue-là, en tant qu’historienne, je m’en méfierai toujours, quelle que soit l’origine de ceux qui veulent fabriquer cette histoire officielle.

Entretien Hassan Arfaoui & Kmar Bendana

Paru dans REALITES n° 1411, 10-16 janvier 2013, pp. 13-15

https://www.facebook.com/photo?fbid=323881511061212&set=pcb.323881674394529

 

Commémorer par décret

Le Président Kaïs Saïed a émis le 7 décembre 2021 un décret-loi[1] instituant le 17 décembre jour de commémoration de la Révolution tunisienne. Ce décret présidentiel remplace celui du 26 mars 2011, signé par le Président de la République par intérim de l’époque (Fouad M’bazaâ) sur proposition du Premier Ministre (Béji Caïd Essebsi) et fixant le 14 janvier comme fête de la Révolution[2]. Les deux textes sont émis dans des situations d’exception.

Deux scènes spectaculaires

La Révolution tunisienne fait irruption dans l’actualité le 17 décembre 2010, suite à l’immolation de Bouazizi à Sidi Bouzid. La transmission immédiate de vidéos aux chaînes de télévision (Al Jazeera et France 24) donne à ce drame qui s’est déroulé sur la place publique une visibilité internationale. Entretemps, l’information déverrouillée par le journaliste Sofiane Chourabi[3], les téléphones portables et Internet affole les autorités tunisiennes. Deux ans auparavant, le soulèvement du bassin minier (janvier-juillet 2008) a été réprimé par la force comme par l’étouffement du travail journalistique et militant qui encadrait les mobilisations.

L’échappée médiatique des images contestataires de Sidi Bouzid le 17 décembre a nourri et propagé l’impulsion insurrectionnelle à travers le pays. Le crescendo dure 29 jours[4], aboutissant au départ de Zine El Abidine Ben Ali, en avion, le 14 janvier au soir, après une journée de manifestations. Celle-ci est devenue mythique dans le souvenir des gens, à force d’images, de slogans (Dégage ; Game over ; Le peuple veut ; Travail, Liberté, Dignité ; Du pain et de l’eau mais pas Ben Ali]..), d’appréhensions, d’exaltations, de sensations et d’émotions exprimées ou pas, extériorisées ou non, lues, vues, racontées ou écoutées sous diverses formes.

La narration de la révolution tunisienne a oscillé entre ces deux faits spectaculaires séparés par quatre semaines d’un déroulement historique touffu, compliqué, survolté et disséminé qui a culminé dans une scène sidérante : le départ du chef de l’Etat. Les jours suivants ont gravé surprise et inquiétude dans la population car le scénario du retour du dictateur planait dans les consciences et les imaginations[5].

Ainsi, deux grands récits se sont développés autour de l’immolation inaugurale et de l’envol du chef de l’Etat, stupéfiant, insolite, mystérieux et jusqu’à ce jour inexpliqué. Ces scènes fabuleuses ont impressionné les esprits à l’intérieur du pays comme à l’extérieur ; elles ont généré, à une allure inusitée, des chocs, des hostilités, des débats, des interprétations, des conflits sans compter les morts et les blessés avec les traumatismes conséquents. La convergence des mécontentements sociaux a été un des résultats les plus visibles et les plus efficaces, répandant les mobilisations sur le territoire. Le pouvoir politique, dépassé par l’éparpillement des déferlements de colère et dérouté par leur progression a été ébranlé, atteint, fragilisé et momentanément déstabilisé.

Nous vivons jusqu’à aujourd’hui sous le coup d’affects exceptionnels qui ont suscité des sit-in, des témoignages, des vidéos, des images, des articles, des enquêtes, des études, des fictions, des œuvres artistiques, des poèmes, des films, des chansons. L’espace public et privé ont été traversés par une nouvelle dynamique de revendications, de réclamations,  d’appels aux droits et de créativité. Onze ans après, individus, enfants, adultes, familles, cercles d’amis, milieux professionnels, quartiers, réseaux associatifs, résidents à l’étranger… partagent des souvenirs d’événements mémorables. Chacun, chacune a construit, à partir du ressenti, une perception de la révolution vécue, célébrée, souhaitée, admirée, glorifiée, rêvée, perdue, rejetée, niée, moquée, méprisée ou honnie.  

Deux narrations en présence

Deux récits ont prévalu, supplantant d’autres, qui bien qu’ayant compté dans le cheminement des faits, ont été zappés et minorés. On pense en particulier aux martyrs des premières semaines https://dream.hypotheses.org/publication/lesprit-de-la-revolte/apprendre/la-chanson-du-premier-mort et aux assassinats politiques[6]. Fin mars 2011, un récit a été mis en avant par une reconnaissance officialisée par décret de la journée décisive du 14 janvier. En 2012 et 2013, les débats de l’Assemblée Nationale Constituante ont relayé ces narrations concurrentes et fini par admettre la durée des quatre semaines révolutionnaires[7] : l’expression 17/14 est née dans le langage politique à travers les discussions et échanges. Bien que le 14 janvier soit devenu un jour férié, le 17 décembre a continué à être revendiqué comme date symbolique à faire admettre et partager par la communauté nationale. Des visites officielles de haut niveau ont tourné court, en raison de cette demande non entérinée[8]. En visite le 17 décembre 2020, j’ai vu Sidi Bouzid fermée, les écoles et administrations arrêtées, les commerces clos. Les autorités locales organisent chaque année des manifestations rappelant que l’étincelle déterminante dans l’allumage du feu révolutionnaire partie du « berceau de la révolte » est présente dans les esprits.

Au-delà des hommages de Sidi Bouzid, des Tunisiennes et Tunisiens réclament la reconnaissance symbolique de cette séquence protestataire, en même temps qu’une partie de l’opinion est déçue et désenchantée par la dégradation économique et sociale, l’instabilité politique et l’augmentation de la corruption. Sentiment de mépris (hogra) et désillusion, impression de perte ou de confiscation prennent place dans l’opinion.

Les années passant, la distinction 17 décembre/14 janvier épouse progressivement la dualité des requêtes de 2011 : dignité et liberté, droits économiques et sociaux et droits démocratiques, libertés publiques et droits individuels. Même si plusieurs tours d’élections ont pu avoir lieu (2011, 2014, 2018, 2019), les dix gouvernements nommés[9], les trois parlements[10] et les quatre présidents de la République[11] n’ont pas su institutionnaliser ni inscrire dans le réel le rapprochement nécessaire entre victimes et responsables des exactions, entre population et partis, entre martyrs (dont la liste officielle https://inkyfada.com/wp-content/uploads/2021/06/JORT-n%C2%B0026-du-19-mars-2021.pdf est contestée à ce jour[12]) et élites dirigeantes, entre administréEs et instances gestionnaires, entre gouvernéEs et gouvernantEs, entre citoyenNEs et classe politique.  

Face à ces séparations creusées par la faillite du système de gouvernance régnant, qu’apporte le décret du 17 décembre 2021 ? Il fait écho à des attentes inassouvies et veut combler, par une commémoration nationale, un déficit de reconnaissance ressenti par une partie des Tunisiennes et des Tunisiens depuis 2011. Il prend parti, dans une posture d’aplomb, dans un débat mémoriel qui dure depuis dix ans, en apportant à une controverse structurant le répertoire politique, un appui officiel. 

Mémoire et communication politique

Kaïs Saïed exerce ses prérogatives fixées par le décret 117 du 22 septembre 2021[13] en les mettant au service d’une réparation symbolique. Sa position, notamment en état d’exception, lui permet de remplacer un texte par un autre. Cette opération de communication politique remettant à l’honneur la scène inaugurale de la protestation vient raviver une distinction installée dans le vocabulaire politique. En remettant à vif une querelle des symboles, la communication présidentielle s’installe dans le champ mémoriel.

Sous Bourguiba, la date du 18 janvier (1952) a rempli la fonction de « fête de la Révolution » ; Ben Ali l’a supprimée en instituant la fête du Changement du 7 novembre (1987) et en supprimant la Fête de la Victoire (1er juin 1955). Les dates symboliques changent au fil du temps, au gré des détenteurs du pouvoir et des messages symboliques que veulent émettre les autorités agissantes. Entre 1922 et 1937, les nationalistes ont commémoré la date du 5 avril 1922, comme déclenchement d’une contestation politique menée sous la houlette du Bey Naceur[14]. Après les 7 et 8 avril 1938, la « commémoration » d’avril 1922 a cessé jusqu’à ce que le souvenir des journées d’avril 1938 soit consacré en 1964 par un décret instituant le 9 avril comme fête nationale des martyrs.

Ces exemples pris dans l’histoire de la Tunisie contemporaine confirment que le registre mémoriel est investi par le pouvoir pour sa communication. L’exercice de gouverner renferme, entre autres, le besoin de choisir des messages à portée symbolique à des fins politiques mais aussi psychologiques.

Sur ce plan, le contexte politique actuel se prête à souhait à l’exaltation des excluEs et à l’emballement des marginaliséEs. Les dix dernières années, la situation de l’emploi, la dérive des services publics ont augmenté le nombre des nécessiteux et diversifié les genres des démunis. La profonde crise économique et sociale qui se creuse est un levain propice à attiser des divisions impossibles à nier ou à supprimer. Les aspirations de la Révolution restent présentes dans la société : réduire les inégalités, instaurer un Etat de droit, mettre un terme à l’impunité et aux privilèges acquis, aménager une fiscalité plus équitable, réformer l’éducation, améliorer les conditions de vie sont des souhaits qui rassemblent l’opinion. La prérogative essentielle du pouvoir politique est de trouver les moyens de prendre en charge, à travers des initiatives tangibles, ces revendications inassouvies.

Il est à craindre que le décret déplaçant la commémoration de la Révolution du 14 janvier au 17 décembre soit un « coup de com » qui se contente de conjurer, par un simple texte, une part des revendications révolutionnaires. En ce nouvel hiver lourd d’inquiétudes sur l’avenir de la Tunisie, ce décret présidentiel, qui peut être lu comme un geste de réparation, ne doit pas contribuer à mettre de l’huile sur le feu du ressentiment qui couve. Le plus urgent est de conjurer, par des actes et des décisions concrètes, les dangers du présent qui menace.   

Hammam-Lif, le 18 décembre 2021

Publié dans Le Quotidien d’Oran, lundi 20 décembre 2021, page 6 

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5308203

Photo : CinéRyf, Décembre 2021, © Sihem Sidaoui

[1] https://legislation-securite.tn/fr/law/105105

[2] http://www.ilo.org/dyn/natlex/docs/SERIAL/86787/98461/F1151689257/TUN-86787.pdf

[3] Accompagné d’Aymen Rezgui, Sofiane Chourabi signe les premières photos de la presse écrite envoyées de Sidi Bouzid le 19 décembre 2010. Elles ont été publiées par le journal At-tariq el jadid le 24 décembre 2010.   

[4] Jean Marc Salmon, 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien 17 décembre 2010-14 janvier 2011, Les Petits matins, 2016, 349 p.

[5] L’exposition Before the fourteenth Instant tunisien revient sur les différentes séquences des 29 jours du soulèvement tunisien, voir le catalogue publié sous la direction de Rabaâ Ben Achour,  Tunis, Ministère des Affaires Culturelles, 2019, 161p. (FR/ENG)/119 p. (AR).

[6] Chawki Nasri tombé à Menzel Bouzaïane le 24 décembre 2011 est le premier mort ; les assassinats de Lotfi Nagdh, Chokri Belaïd, Mohamed Brahmi, Socrate Cherni, des forces de l’ordre… sont autant de nœuds méritant qu’on revienne sur les traces des faits.  

[7] Le préambule de la Constitution du 27 janvier 2014 parle de « la révolution de la liberté et de la dignité du 17 décembre 2010-14 janvier 2011 ».

[8] Exemple : Moncef Marzouki et Mustapha Ben Jaâfar sont pris à partie le 17 décembre 2012 à Sidi Bouzid.

[9] Mohamed Ghannouchi, Béji Caïd Essebsi, Hamadi Jebali, Ali Laârayed, Mehi Jomâa, Habib Essid, Youssef Chahed, Elyès Fakhfakh, Hichem Mechichi, Najla Bouden.

[10] Une Assemblée nationale Constituante (ANC) 2011-2014 ; deux Assemblées de Représentants du Peuple (ARP) : décembre 2014- novembre 2019, novembre 2019-juillet 2021

[11] Fouad M’bazâa (15 janvier 2011 – 13 décembre 2011), Mohamed Moncef Marzouki (13 décembre 2011- 31 décembre 2014), Béji Caïd Essebsi (31 décembre 2014 – 25 juillet 2019), Kaïs Saïed (novembre 2019- )

[12] Noujoud Rejbi, « Chroniques d’une liste controversée des victimes de la Révolution tunisienne », Inkyfada, mai 2021, https://inkyfada.com/fr/2021/05/18/liste-officielle-martyrs-et-blesses-de-la-revolution-tunisie/

[13] https://legislation-securite.tn/fr/law/105105#:~:text=%C3%A0%20notre%20newsletter-,D%C3%A9cret%20Pr%C3%A9sidentiel%20n%C2%B0%202021%2D223%20du%207%20d%C3%A9cembre%202021,%C3%A9tablissements%20publics%20%C3%A0%20caract%C3%A8re%20administratif

[14] Kmar Bendana, « Retour sur la crise d’avril 1922 », Rawafid n° 3, Tunis, ISHMN, 1998, pp. 123-151.