Archives de catégorie : Tunisie

Plaider pour changer le monde

Le concert des hommages rendus à Gisèle Halimi (Tunis, 27 juillet 1927 – Paris, 28 juillet 2020) a unanimement souligné l’ampleur des causes auxquelles l’avocate franco-tunisienne a consacré sa vie.

En tant qu’avocate, députée, écrivaine, elle s’est emparée d’affaires qu’elle a su gagner grâce à sa façon de plaider, tout en contribuant à faire bouger, sur un temps long, un ordre politique et sexuel qu’elle a vécu dans sa chair.

Cette femme figure d’un XXe siècle en ébullition a croisé des situations qui ont laissé une trace écrite et orale, et creusé des sillages en France, au Maghreb et jusqu’en Palestine.

Devenir avocate dans la Tunisie colonisée

L’enfance et l’adolescence de Gisèle Halimi née Taïeb se déroulent dans une famille juive tunisienne, traditionnelle et conservatrice. Son caractère et ses révoltes sont sculptés par les rapports de classe et de sexe structurant une société colonisée qui lui ouvre, grâce à la nationalité française de son père, les portes de l’école. Sa situation familiale structure ses aspirations d’émancipation et sa culture se façonne avec les luttes de terrain.

La Kahéna, héroïne judéo-berbère du VIIe siècle opposée à l’occupation ommeyyade, lui inspire un « roman » (2006) à partir des informations disponibles.

Gisèle Halimi évoque dans ses mémoires l’antisémitisme de son institutrice et raconte des épisodes devenus mémorables : elle se souvient, entre autres, de la mobilisation nationaliste du 9 avril 1938.

Kaïs Saïed, candidat au second tour des élections présidentielles tunisiennes d’octobre 2019, a rappelé que son père emmenait à vélo la jeune adolescente au lycée, pour la protéger de la police allemande occupant le pays (17 novembre 1942-13 mai 1943). Grâce à une bourse et l’argent gagné par des cours particuliers, la bachelière de 17 ans poursuit à la Sorbonne des études de droit et de philosophie et fait l’expérience du racisme métropolitain.

Elle obtient son diplôme d’avocate en 1947 et s’inscrit en 1949 au barreau de Tunis, dominé par les avocats français.

Elle vit la flambée de violence et de répression qui sévit en 1952 en tant que stagiaire des tribunaux militaires assignée à la défense de nationalistes tunisiens, dont Habib Bourguiba Président de la république tunisienne entre 1957 et 1987.

Avocate au procès d’El Alia (près de Philippeville/Skikda) du nom des massacres survenus en 1955 entre indépendantistes du FLN puis, en représailles, par l’armée française dans région du Constantinois en Algérie, elle prend conscience des pratiques de torture et des usages d’extraction d’aveu justifiant des condamnations à mort.

Carrière hexagonale

Elle part en France en 1956, juste avant l’indépendance et la promulgation du Code du Statut personnel qui participe à donner à la jeune République tunisienne la réputation de pionnière sur la place des femmes dans la famille et la société.

Témoin tout en étant objet de discriminations, elle s’engage aux côtés du Front de Libération Nationale (FLN) algérien et défend, en 1958, une trentaine de militants algériens auprès du Tribunal militaire d’Alger puis, en 1960, Djamila Boupacha, accusée d’avoir posé une bombe, torturée et violée dans les geôles françaises.

L’avocate obtient du peintre Picasso un portrait pour la campagne qu’elle organise pour sa libération à la faveur des accords d’Evian de 1962. Ce portrait fera la couverture de l’ouvrage que Gisèle Halimi signera avec Simone de Beauvoir pour dénoncer la torture exercée au cours de la Guerre d’Algérie. 

De France, Gisèle Halimi poursuit ses prises de position contre la torture et entreprend de nombreuses démarches pour obtenir la grâce d’insurgés et militants condamnés à mort.

Agir et écrire pour les droits des femmes

Après Mai 1968 (qui n’a pas changé les rapports de sexe), le combat politique de l’avocate emprunte une autre monture : celui du droit des femmes à disposer de leur corps et de la liberté de procréer.

Elle s’associe avec Simone de Beauvoir et Jean‑Paul Sartre pour fonder en 1971 « Choisir la cause des femmes » et signe, avec de nombreuses célébrités, le « Manifeste des 343 salopes qui ont avorté ».

Malgré le risque de sanctions, elle se met courageusement dans le camp de l’inculpée du procès de Bobigny (1972) : « J’ai avorté, j’ai commis ce délit » pour essayer de frapper la conscience des juges et leur expliquer la nécessité de sortir ce geste médical de la clandestinité.

Elle obtient la relaxe de Marie-Claire Chevalier, une jeune fille de 17 ans qui avoue avoir avorté après son viol. Tout en soignant sa technique et sa rhétorique de défense, elle continue à déborder de l’enceinte des tribunaux et, sans outrepasser les règles strictes de l’avocature, à sensibiliser l’ensemble de la société en publiant en 1973 La Cause des femmes. La loi légalisant l’interruption volontaire de grossesse (dite loi Weil) est votée en 1975 et devient remboursable par la sécurité sociale quand Gisèle Halimi devient députée de l’Isère en 1982.

Au cours du procès d’Aix-en-Provence de 1978, elle défend deux touristes belges violées par trois hommes à Marseille. Elle médiatise à bon escient le procès poursuivant sa stratégie pour changer le regard de la société envers une atteinte à la dignité humaine et pour faire évoluer la loi française. Celle-ci déclare en effet en 1980 le viol comme un crime passible de prison.

Le féminisme tunisien a, de son côté, avancé à la force du droit, à coups d’enquêtes, de plaidoiries et de rédaction de textes.

Plusieurs militantes tunisiennes à l’instar de l’avocate- députée Bochra Bel Haj Hamidahttps://www.jeuneafrique.com/mag/538816/societe/dix-choses-a-savoir-sur-bochra-belhaj-hmida-figure-du-feminisme-tunisien/ et des juristes Sana Ben Achour, Hafidha Chekir ou Monia Ben Jémia, notamment appartenant à la vague contestataire des années 1980, ont été marquées par l’efficacité de cette femme politique qui, en tant que députée française, se prononce pour l’abolition de la peine de mort (1981) et la dépénalisation de l’homosexualité (1982). Ces mots d’ordre sont aujourd’hui à l’ordre du jour des revendications des organisations comme l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD).

Anticolonialiste jusqu’au bout

Originaire d’un pays colonisé, elle s’est forgé une sensibilité envers les opprimés du système mondial. Comme pour l’avortement, le viol et la torture, l’engagement de Gisèle Halimi pour les pays occupés dénote d’un souffle et d’une continuité.

Membre du tribunal international des crimes de guerre Bertrand Russell, elle est observatrice de la guerre du Vietnam en 1967. Plus tard, en qualité d’ambassadrice déléguée permanente de la France auprès de l’Unesco (1985-1986), et de présidente du comité des conventions et des recommandations de l’Unesco (1985-1987), elle participe à faire avancer la parité Hommes/Femmes au sein de ces organisations internationales.

Dans la foulée des luttes sociales en France (1988-1998), elle participe à fonder l’Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne (Attac) en 1998 et s’investit dans la rédaction des statuts pour élaborer une vision qui essaye de contrecarrer les inégalités du système néo-libéral.

Au nom du même idéal de liberté, elle défend la cause palestinienne à travers plusieurs tribunes, notamment en 2010 et en 2014, condamnant l’intervention armée d’Israël. Pour ne pas être complice du silence envers « un peuple aux mains nues », l’avocate s’associe au tribunal Bertrand Russel pour la Palestine en 2009 et adhère au comité de défense du militant palestinien Marwan Barghouthi.

Maître Gisèle Halimi quitte un monde en plein bouleversement, notamment dans les rapports entre les sexes. Ses expériences de juive féministe internationaliste et « intersectionnaliste » avant la lettre, comme ses actions, ont fait évoluer la présence et la visibilité des femmes dans l’espace public.

Orfèvre passionnée de la communication politique, elle mérite que l’un ou plusieurs de ses quinze ouvrages soient traduits en arabe pour combler un vide aussi étonnant que stérilisant, afin que les générations partagent  ce qu’elle a fait pour l’évolution des rapports complexes entre droit et justice aux XXe et XXIe siècles et en faveur de la lente marche vers l’égalité entre les hommes et les femmes.

Hammam-Lif, le 30 juillet 2020

Publié par The Conversation 

https://theconversation.com/gisele-halimi-plaider-pour-changer-le-monde-143696

Se souvenir de 2011

Dès les premières alarmes tunisiennes face à la pandémie, le souvenir de 2011 est remonté. À observer la façon dont le Covid-19 se vit dans le contexte politique, économique, social et culturel tunisien, on note que cette crise globale et transversale, que peu de spécialistes (et encore moins de politiques) ont vu venir, a fait tache d’huile à une vitesse qui fait penser, une fois de plus, aux canaux de transmission de l’information et de l’émotion comparés à ceux de la propagation du virus. Les capacités humaines, économiques et technologiques qui commandent nos cadres de vie, de pensée et de pouvoir sont de nouveau mises à nu avec deux différences de taille entre les deux périodes : la Tunisie est fondue dans le reste du monde et le discours sur l’exceptionnalité, comme celui de l’ingérence étrangère, sont hors de propos.

Parallèles

Même si en 2011, la Tunisie vit le premier d’une série de soulèvements alors que la vague pandémique de 2020 l’inscrit dans une suite déjà longue de pays atteints par le virus, le déclic de mars 2020 rappelle l’interruption de la vie ordinaire entre fin décembre 2010 et janvier 2011 : une pause forcée progressive. Couvre-feu à l’appui, l’arrêt obligatoire du quotidien est renforcé par les injonctions à rester chez soi. En 2011, le pouvoir a sous-estimé le danger qui le menaçait, même si des signes ont été notés après coup. Face à l’épidémie, l’administration sanitaire a pu lancer des alertes et décider de mesures protectrices pendant que le pays se débattait dans les négociations du nouvel exécutif avec les partis en place.

On se souvient que 2011 – qui a vu passer trois gouvernements provisoires avant les élections d’octobre – a instauré une gestion par décrets. Le gouvernement de 2020 recourt au même procédé, ligoté cette fois par l’article 70 de la Constitution de 2014. L’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) accorde, le 4 avril, l’autorisation au chef du gouvernement de légiférer par ordonnance pendant deux mois.

Dans les deux situations, la peur, le doute, les incertitudes se répandent parmi une population qui s’avère mal identifiée par les services sociaux et échappe aux statistiques officielles. Le ministère des Affaires sociales est obligé de revenir sur des listes de familles nécessiteuses faussées et on s’aperçoit que la loi de l’identifiant unique votée depuis mars 2018 n’a pas été mise en application par crainte de la traçabilité.

En 2011 comme en 2020, du point de vue de la précarité et de l’action, face à la violence et dans les initiatives, les femmes sont au premier plan. Contre le fatalisme de la dictature, contre la maladie et la mort, elles sont dans l’espace public et le privé, dans la stratégie et la solidarité de proximité, dans la réponse aux besoins immédiats.

Poussées

Sur le moyen terme, on enregistre des avancées imprévues. Les écoles d’ingénieurs fabriquent des masques à visière et des sur-blouses pour le corps médical, des formules pour des produits de nettoyage et des appareils respiratoires. Les aides à acheminer d’urgence imposent une numérisation express bloquée depuis des années ; la langue des signes se développe pour transmettre les communiqués journaliers de santé. Le plan Ebola d’août 2014 est d’une grande utilité pour mettre en place les premières mesures. Grande nouveauté : une interview télévisée dévoile les dessous d’un marché des masques que le ministre du Commerce commandite à un député-chef d’entreprise textile. Le gouvernement crie à la perte de temps mais l’opinion impose le contrôle d’une commission qui dénonce l’irrégularité de la tractation et l’annule.

La critique des bévues de la gestion gouvernementale flageolante reprend bon train. La liberté de ton acquise depuis 2011 retrouve un mordant estompé avec le temps. L’urgence et la vitesse des faits fouettent l’action publique et aiguisent le regard citoyen, après des années d’une vie politique empêtrée dans des tractations partisanes, rouillée par des trafics d’influence et bloquée par des luttes de lobbies.

Face au coronavirus, les réseaux sociaux contiennent partiellement les médias. L’information, au départ mouvante, mimétique et peu assurée, se structure de jour en jour. L’épidémiologie contemporaine, internationale et mondialisée, parvient à infuser une veille scientifique transmise via des médecins. Les radiographies locales du virus parviennent parfois à contrecarrer les vagues de fake news qui contribuent à la panique et à alimenter un certain complotisme.

La précarité s’est aussi amplifiée et les différences régionales, dévoilées depuis 2011, mettent en exergue la vitalité des circuits du commerce parallèle. Médicaments, céréales, masques et même emploi font l’objet de trafics impliquant parfois des édiles régionaux. 

Tourisme et culture : les modèles en question

Le tourisme, qui peinait à reprendre depuis 2010, connaît un arrêt dont on se demande s’il va achever le modèle de tourisme de masse que le pays cultive depuis les années 1970. Frileux et apeurés, les hôteliers ne se bousculent pas pour aider à organiser la quarantaine des Tunisien-ne-s de retour de l’étranger. Le secteur culturel traverse, de son côté, une crise existentielle après l’explosion quantitative et qualitative post-2011. Les arts vivants sont menacés et le fonds institué par le ministère de la Culture ne peut pallier l’absence du statut d’artiste et de technicien. Les festivals s’adaptent en s’appuyant sur le numérique et en se concentrant sur l’impact local. Les grandes manifestations (Festival International de Carthage à l’été et Journées cinématographiques de Carthage à l’automne) annoncent des formules nationales et ramassées, pour économiser la devise et anticiper l’absence de participations étrangères. Le sport est, comme partout, mis en stand by, même si des dirigeants avisés tentent de se retrancher dans le numérique et les jeux vidéos, propulsés tout d’un coup comme une sinécure commerciale.

Le confinement impose un « ramadan pas comme les autres » (24 avril) convertissant la sociabilité habituelle des soirées (prière des trawih, fréquentation des cafés, visites et concerts) sans brimer la frénésie consumériste. La première phase du « dé-confinement ciblé » (4-24 mai) donne la priorité à l’administration et aux petits commerces, mais la perspective de l’aïd laisse prévoir un relâchement déjà sensible dans la circulation, les marchés et les plages. Les feuilletons de ramadan, avec des fins de tournage qui déchirent un milieu très concurrentiel, comme les meetings virtuels, pullulent sur les écrans. Les possibilités de débats et de création défiant les contraintes de circulation et du marché (ex : la sit-com « El khayata », « La couturière ») parviendront-ils à changer les pratiques de production et de consommation culturelle ? Les webinars sur les choix économiques, la souveraineté alimentaire ou les conceptions de la culture apporteront-ils des solutions ?

1 032 cas, 46 décès, 727 rétablis et 5 départements épargnés. Les médecins déclarent trois journées sans nouvelle atteinte. L’éclaircie sanitaire se dessine peut-être mais qu’en est-il des courbes économiques et sociales qui attendent un pays qui ne parvient pas, depuis dix ans, à pallier les insuffisances révélées par le soulèvement de 2011 ni à colmater les lézardes que dévoile le cours des événements ?

12 mai 2020

Photographie par Saïf Fradj

Texte publié dans Vivre au temps du Covid-19, Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie, Tunis, IRMC/Nirvana, 2020, pp. 85-94

Développement touristique et valorisation du patrimoine en Tunisie

Compte rendu de SAÏDI HabibIdentité de façade et zones d’ombre. Tourisme, patrimoine et politique en Tunisie, Paris, Editions Pétra, « Terrains et théories anthropologiques », 2017, 216 p.

Cet ouvrage est le fruit de recherches engagées par l’auteur depuis les années 2000. Sa thèse en ethnologie soutenue en 2007 à l’Université Laval (Québec) est centrée sur les usages politiques du tourisme et du patrimoine, et la façon dont ils constituent des moteurs de changement dans la société tunisienne. Interrogeant la manière dont le binôme tourisme/patrimoine impacte la réalité locale, le questionnement remonte jusqu’à l’indépendance et se prolonge jusqu’après le virage enregistré à partir de 2011. Le premier chapitre annonce clairement le va-et-vient entre l’indépendance et la Révolution (pp. 35-53), moments comparables aux yeux de l’auteur, notamment du point de vue du croisement entre tourisme et patrimoine.

L’ouvrage est construit autour de six chapitres, avec un prologue, un épilogue et un encart photographique, essentiellement crédit de l’auteur. L’introduction s’ouvre sur la série d’attentats qui ont eu lieu en Tunisie, notamment entre 2013 et 2015, et qui  affectèrent le secteur touristique, en engendrant la chute du nombre des visiteurs, l’annulation des réservations puis la fermeture des hôtels. Or, il s’agit là d’un secteur crucial pour la Tunisie, car, sur une durée de cinquante ans, les activités touristiques ont nourri sa dynamique économique et sociale. Elles ont aussi consacré sa structure territoriale, divisée entre une façade maritime plus prospère et plus ouverte que les zones intérieures (« zones d’ombre », expression consacrée) du pays.

Remontant aux temps de l’indépendance, Habib Saïdi place le tourisme parmi les choix modernistes du régime politique (« tourisme, marotte de Bourguiba », p. 39 ; « idiome de l’Etat moderne », p. 55). Le lien entre le tourisme – phénomène né au XIXème siècle – et la patrimonialisation (des sites archéologiques entre autres) date de la période coloniale. Pourtant l’auteur élague tout retour antérieur à l’indépendance par une note infra-paginale (p. 57) et déclare partir des travaux pionniers (des géographes Hafedh Sethom, Ahmed Kassab, Hassouna M’zabi…) consacrés à l’émergence du phénomène dans la Tunisie indépendante. Il retrace la création des différentes institutions qui portent l’activité et l’installent au cœur de l’opération nationale de développement : création de la Société Hôtelière de Tourisme de TunisieSHTT – en 1959, du Ministère du Tourisme en 1969, d’une série d’offices – Office National du Thermalisme, Office National de l’Artisanat et Office National du Tourisme Tunisien – et de banques parallèlement à la construction d’hôtels sur l’ensemble du territoire.  

Le choix du tourisme n’est pas seulement économique ; il est d’autant plus une vitrine du régime que le contexte international des années 1960 enregistre un développement des loisirs et de la consommation touristiques, avec la vogue des plaisirs de la plage. L’attractivité des plages tunisiennes constitue une manne d’investissements, accompagnés de leur lot d’expropriations et de corruption. Le fossé existant entre la Tunisie rurale et agricole de l’intérieur et celle de la côte, dotée de plages et de grandes villes soutenues par des activités commerciales, industrielles et sportives, se creuse davantage. Le tourisme balnéaire générant de l’emploi, la main-d’œuvre se déplace vers les zones où se crée le travail, ce qui entretient les migrations intérieures.

Les attentats des 2 et 3 août 1987 dans quatre hôtels de Sousse et Monastir, qui causent le départ de milliers de touristes et une nouvelle crise du secteur, étaient justement destinés à porter atteinte à un symbole du modèle de développement bourguibien. La relance initiée sous Ben Ali s’accompagne d’un lot de nouvelles institutions qui s’articulent autour de l’objectif de mise en valeur du patrimoine : l’Agence Nationale de mise en valeur et d’exploitation du Patrimoine (ANEP) de 1988 devient en 1997 Agence Nationale de Mise en Valeur du Patrimoine et de la Mise en Valeur Culturelle (AMVPPC). L’Agence Tunisienne de Communication Extérieure – créée en 1990 et dissoute en 2011 – a constitué le canal publicitaire relayant l’image touristique de la Tunisie vendue à des agents et vecteurs chargés de promouvoir à l’étranger la devise-clé du régime de Ben Ali : « sécurité, paix et stabilité ». La localité de Hammam-Sousse prend le relais de Monastir à partir de 1990 sans oublier Hammamet, consacrée depuis longtemps.

L’opposition « L’hôtel ou la mosquée ? La prière ou la danse ?» (chapitre 6, pp. 167-200) est ancrée dans l’opinion et alimente les événements post-2011 sous différentes formes : depuis les caravanes et marches de la libération (pp. 170-175) jusqu’aux attentats de 2015 (Musée du Bardo, 18 mars ; hôtel Marhaba de Sousse, 26 juin) en passant par les prières de l’Aïd sur les plages, on assiste à une explosion de scènes qui attirent le regard sur les lieux de la richesse et de la misère qu’il s’agit de renverser, de s’approprier ou de redistribuer. Le désir d’occupation de l’espace public s’en prend également à la distinction induite par l’activité touristique.

Entretemps, le tourisme des maisons d’hôtes qui pointait depuis les années 2000 trouve dans la conjoncture de l’après-2011 l’opportunité de se développer dans les régions non balnéaires. Autre alternative ouverte par la crise, l’affluence des Algériens et des Libyens permet un taux d’occupation des hôtels qui réduit les impacts de la baisse des flux touristiques habituels et les conséquences de la chute du dinar.

A-t-on affaire à une ethnographie du tourisme tunisien ? Une anthropologie ? Invoquant des références théoriques multiples, l’auteur croise des lectures de vidéos avec des citations de journaux (papier ou électroniques), des entretiens, des conversations, des observations personnelles et des échanges avec des citoyens autour de la question du tourisme, de ses lieux, de ses conséquences économiques. Les liens de l’auteur (enseignant et chercheur au Canada) avec la Tunisie n’ont jamais été coupés ; il met à profit ses séjours, notamment estivaux, pour mener des enquêtes et observations qui permettent de fournir des éléments d’analyse de la situation tunisienne.  

L’éclectisme des références scientifiques et la tendance à établir des liens entre des registres d’observation et d’interprétation éloignés rapprochent l’ouvrage d’un plaidoyer (et par endroits d’un réquisitoire) plutôt que d’un travail scientifique proprement dit : ce que le dernier chapitre (pp. 201-214) dévoile très clairement par la formule-titre : « la facture du non-tourisme ou comment sauver le soldat ‘Espoir’ ».

http://journals.openedition.org/remmm/13902

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-02883695/?

L’administration au Maghreb : histoires, actions, perceptions

Compte rendu de Hassan Elboudrari et Daniel Nordman (dir.), Les savoirs de l’administration. Histoire et société au Maghreb du XVIe au XXe siècles, Casablanca, Fondation du Roi Abdul-Aziz, 2015, 368 p.

Cet ouvrage collectif présente les travaux d’une communauté de chercheurs et de doctorants formée depuis 2006 de quatre équipes de recherche (française, marocaine, algérienne et tunisienne) rassemblées autour d’enquêtes couvrant la longue durée, du XVIe au XXe siècles. Le programme portait sur un champ d’étude peu éclairé par la recherche franco-maghrébine : la genèse de l’administration dans les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie et Libye), son exercice, ses formes, son efficacité et ses multiples incidences historiques. Il a donné naissance à dix-neuf contributions qui sortent du prisme strictement colonial (commandant aussi la période moderne) et introduisent d’autres lectures des sociétés maghrébines à travers les manières d’exercer ou de servir le pouvoir comme de le subir. Il faut louer la persévérance des initiateurs qui ont su vaincre les difficultés d’un projet dont les dimensions humaine et géographique dépassent largement les objectifs des accords de coopération habituels. La thématique resserrée autour des rapports liant les administrations, les savoirs et les techniques gagne en vision panoramique et en profondeur comme les réflexions en pistes de comparaison. Le lecteur trouve son compte dans l’étendue des questionnements induits qui se partagent en quatre chapitres. L’État demeure au centre des contributions mais il est appréhendé par le biais des techniques de gestion ou par celui des acteurs et des compétences qu’il mobilise, ce qui présente l’intérêt de rendre sa nature moins abstraite et sa portée moins écrasante. Au-delà des institutions et des individus étudiés, l’ouvrage déroule une panoplie d’aspects matériels et d’éléments pratiques inhérents à une compréhension de l’évolution des pouvoirs, des populations et des territoires administrés. Sur fond de descriptions fines et à l’aide/au moyen de sources manuscrites ou imprimées parfois inédites, l’ensemble fait apparaître le mouvement qui traverse les sphères administratives et les liens, visibles ou secrets, entre les systèmes sociopolitiques maghrébins du XVIe au XXe siècle.

L’un des apports de l’ouvrage est d’offrir une vision plus détaillée des dispositifs qui étayent la détention du pouvoir au Maghreb. Toujours omniprésent, l’État se révèle à travers une connaissance plus précise des agents intermédiaires, connectée avec des questions et des difficultés (sur la régionalisation ou l’urbanisation) construites en savoirs éclatés ou délaissés. Tout en renseignant sur des décalages ou des concomitances entre les différentes organisations étatiques du Maghreb, les textes mettent les projecteurs sur les fonctions médianes de ces organisations. Que ce soit dans l’entourage du bey avec le secrétaire (katib ou khuja) , dans l’administration territoriale avec l’expert (gayyas, ‘irrif) ou le chef de corporation (amin) , ou fiscale avec le fermier général (lazzam), on voit fonctionner des activités qui touchent à des intérêts privés ou à des règlements locaux, régionaux ou municipaux. La création des apprentis médecins ou la formation de qabla-s (sages-femmes) en Algérie traduit les besoins croissants en « développement » qui nécessitent la constitution d’un personnel nouveau et des modalités de recrutement à mettre en place. Les instituteurs en Kabylie, les élus locaux ou les assemblées municipales sont des courroies de transmission de l’État.

Tout n’est pas radicalement nouveau dans les machines administratives, puisque des fonctions anciennes sont réactivées ou des mesures passées remises à l’ordre du jour. La fonction du muhtassib (distincte de celle du cadi) est réinvestie par la monarchie marocaine avant de tomber en désuétude avec l’instauration à partir de 1914 d’une administration municipale. Au XIXe siècle, la réforme du système d’imposition appelé mahçulat renouvelle la distribution du système fiscal tunisien entre les villes et les campagnes, faisant de l’ancienne mejba un impôt de capitation. Ces dispositions contribuent à faire évoluer les techniques d’observation, de consignation, de contrôle ou d’évaluation des activités de l’administration. Ces interventions a priori éloignées du centre du pouvoir nous font découvrir un personnel et des fonctions de l’Etat moins visibles, qui forment la trame des réseaux d’influence périphériques agissant sur les législations et les pratiques en action. La prise en compte de connaissances théoriques sur le droit, l’hygiène, la botanique, l’archéologie ou l’arabe remodèlent les usages dans l’administration en agissant d’abord sur la production écrite (rapports, traités, registres, contrats), support fondamental de la gestion étatique moderne. L’écriture, l’inventaire, le comptage, l’arpentage, l’onomastique font passer d’une fonction mal définie à une gestion plus segmentée et un suivi des populations, des territoires et des institutions plus disséminé et s’appuyant sur des tâches annexes. Cette évolution ne va pas sans créer de conflits ni poser des problèmes de hiérarchie ou de compatibilité : c’est particulièrement sensible avec l’installation de l’autorité coloniale qui consiste parfois à doubler les codes ou règlements existants (dans le droit foncier par exemple) : ce qui entraîne un traitement hybride des questions d’appropriation ou d’exploitation des terres.

Les percées de cette recherche collective dans la sociologie historique du pouvoir au Maghreb se doublent d’une attention particulière à la matérialité de son exercice. C’est un autre point fort de l’ouvrage d’offrir des grilles de lecture de la fabrique des archives maghrébines.

 Même quand elle propose de croiser les sources « endogènes » et « exogènes », la pratique historiographique tend à les distinguer. Plusieurs des études soulignent l’importance et la constance des emprunts et des métissages, qui expliquent l’évolution et l’usage des fatwa-s (les consultations juridiques), des traités de fiqh (la jurisprudence), de la littérature hagiographique ou des contrats notariés. Cette perspective révèle la porosité à double sens entre productions administrative et intellectuelle. Là aussi, la longue durée remet les choses dans un ordre qui intègre le rôle du temps et dans une circulation entre les genres qui fait du passage par l’écrit le lieu des réajustements et des adaptations entre le terrain et l’analyse, entre l’action et sa formulation. Les relations de voyage et les rapports militaires considérés aux XVIIe et XVIIIe siècles comme des accès à l’observation historique se nourrissent de la documentation locale disponible, éclairée ou influencée par les conventions de l’époque et par les horizons des auteurs autant que par leurs points de contact. Les contrats notariés, empreints d’oralité, évoluent avec les apports du droit, du savoir médical ou des techniques financières.

Le rapport, ou mémoire, le recensement, la liste, l’inventaire, la thèse, le reportage journalistique s’interpénètrent dans des formes et des contenus qui intègrent les savoirs mobilisés dans leurs procédures et leurs démarches. La monographie est systématisée par les géographes comme les plans d’urbanisme par les ingénieurs et les architectes. On rend compte des bâtiments (hôpitaux, dispensaires, minarets), comme des anciens et nouveaux quartiers (Bône au XIXe siècle). L’archive se diversifie tout comme le vocabulaire technique qui l’accompagne : au-delà des mœurs et des coutumes (ethnographie), il s’agit de surveiller les épidémies (la peste en Tunisie), de veiller à l’hygiène des populations, de réglementer les mosquées, oratoires et minarets dans l’espace urbain en changement. La technocratisation du pouvoir fabrique des écrits y compris face aux rituels (des zaouïas, des mosquées ou des cimetières)

Après le parchemin, le registre et la fiche rédigés à la main, le passage à la machine à écrire représente un tournant significatif dans l’évolution des méthodes administratives. La pratique du papier carbone multiplie les copies autant qu’elle brouille la notion de producteur comme le statut de copie unique ou d’original. L’exemple des douanes de Casablanca montre que cette transition administrative sous-étudiée (tout comme les incidences de l’entrée du télégraphe ou du téléphone) charrie une transformation qualitative des usages et un gonflement significatif de la matière documentaire conservée, détruite ou disparue.

La sélection bibliographique insérée dans l’ouvrage sert à situer le matériel disponible et les études générales ou spécialisées qui permettraient d’aller plus loin sur un sujet (l’administration) abordé souvent sous l’angle de la centralisation de l’État, de la modernisation des élites ou de l’appareil bureaucratique. L’ouvrage prolonge et élargit les focales des historiographies maghrébines sur ces questions en faisant de l’administration une entrée plus complexe et plus suggestive.

Il présente l’intérêt d’intégrer les savants (historiens, géographes botanistes, médecins…), les militaires, les touristes, les politiques locaux et les populations observées et administrées dans une dynamique qui n’est pas cantonnée au seul cadre précolonial et colonial, ainsi que le soulignent les articles revenant sur les notions de tribu/confédération, de confrérie religieuse ou d’indigène. Ces classifications sociopolitiques prouvent, une fois de plus, que leur complexité découle d’une évolution qui se reflète tantôt sur le terrain de l’action tantôt dans leur représentation « savante » ou leur perception gestionnaire.

Compte rendu paru dans Annales, Histoire et Sciences sociales n° 4, 2017. 

COVID-19 : Vue de Tunisie

Comme beaucoup de gens, j’ai mis du temps pour assimiler ce qui nous arrive et pour prendre conscience de l’ampleur humaine de l’expérience de l’épidémie du Corona. Vue de Tunisie, la crise bouscule l’actualité politique et suscite une série de débats qui, touchant à des questions politiques fondamentales (information, communication, santé publique), secouent une « transition » enlisée depuis des années dans des contradictions et des impasses.

Internet : pile et face

Le web permet de décréter la pandémie mondiale et de généraliser son nom : COVID-19 (et non plus virus chinois ou de Wuhan, Coronavirus). La Tunisie déclare son premier cas le 2 mars et renforce le 9 mars les mesures publiques prises en février. L’unification de l’information sur le site Covid-19.Tn, l’ouverture d’une plate-forme de dons 18/18 ou encore le « téléthon » organisé par des journalistes le 20 mars (fête de l’Indépendance, passée inaperçue) montrent une mobilisation qui relègue au second plan la façade médiatico-politique cachant l’impréparation du pays. L’Assemblée des Représentants du Peuple, la Présidence de la République, le gouvernement –entré en fonction le 27 février[1]– révèlent leur errance. A côté du Conseil de sécurité nationale, une cellule de crise du Ministère de la santé -en alerte depuis janvier face à la propagation, encore lointaine, du virus- intensifie les communiqués et les actions. Le pouvoir central s’organise et les bilans quotidiens font pressentir les dangers de la fracture régionale et sociale en train de s’exprimer. Avec l’instauration du couvre-feu (19 mars) puis du confinement, (22 mars) on apprend que les Algériens ne « vendrediront » pas pour la première fois depuis plus d’un an et que le Maroc -qui a connu son premier cas le même jour qu’en Tunisie- a décrété l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 20 avril. La carte journalière de l’université Johns Hopkins indique l’apparition de contaminés en Libye. Le 5 avril, sur les 2908 cas des 5 pays du Maghreb (dont 245 décès et 163 guérisons), la Tunisie a déclaré 596 atteints et 22 décès.

Ici comme partout, les mesures de confinement tracent la limite entre ceux qui restent productifs par le télétravail, ceux qui peuvent s’arrêter sans grande perte économique, ceux qui risquent de perdre emploi et salaire et ceux qui sont contraints de travailler à l’extérieur. Je ne parle pas de la population des prisons et des réfugiés qui n’ont le choix de rien. Universitaire à la retraite, je fais partie des privilégiés qui profitent d’Internet et participent à ses effets.

Les réseaux sociaux prennent des airs de Ramadan ou de fêtes, exhibant prouesses culinaires et conseils domestiques et hygiénistes. Nermine Sfar qui danse chaque soir en streaming avec ses admirateurs et les live musicaux, les projections de films et les vidéos éducatives et artistiques prouvent qu’Internet peut être complément de vie, support de culture et vecteur de solidarité.

Dans le milieu de l’enseignement, la « continuité pédagogique » à travers le web divise les rangs, tant que l’année scolaire et universitaire n’était pas menacée. La prolongation du confinement pousse les enseignantEs à bricoler des formules de cours et d’accompagnement diverses, laissant espérer que l’enseignement à distance amène à transformer les méthodes pédagogiques figées, à activer structures et équipements et à aplanir les inégalités des apprenantEs et des enseignantEs face à la technologie.

La santé au centre de la politique

L’exposition de touTEs aux risques du COVID-19 et l’aptitude inégale de chacunE devant la maladie et la mort sont le dénominateur universel de cette crise sanitaire. Si le personnel médical tunisien s’est montré jusque-là efficace dans les décisions de prévention, on attend la formation d’un conseil scientifique nécessaire aux dimensions de la grave crise sociale et économique en cours[2]. Les femmes sont en première ligne du personnel médical et para–médical[3], reflet du système social et des tendances de la spécialisation des diplômes. La réponse sanitaire tunisienne transcende la division public/privé qui mine depuis trois décennies les acquis d’une santé publique qui a augmenté l’espérance de vie, vacciné contre la tuberculose, banalisé l’avortement, diffusé à travers les dispensaires et la radio une culture médicale péri et néo-natale. Les pouvoirs publics sollicitent la conscience citoyenne, surveillent l’application des mesures avec des moyens visiblement peu adaptés[4]. Les déficits de santé publique éclatent au grand jour alors que la Tunisie dispense une médecine qualifiée (soins du corps, procréation médicalement assistée…) pour les voisins maghrébins, d’Europe ou du Sud du Sahara. Le secteur économiquement prospère participe à cliver les bénéficiaires des soins : les cliniques privées se multiplient aux dépens d’un hôpital public en recul[5], les praticiens manquent dans les régions et le nombre des diplômés de la santé qui quittent le pays augmente, faute de recrutements. La médecine libérale se développe de manière rentable mais elle est incapable d’assurer les soins de proximité pour la population. 

L’impératif sanitaire a fouetté le paysage médiatique plombé par des querelles politiciennes : les médecins épidémiologistes, urgentistes, anesthésistes, réanimateurs, biologistes, radiologues, rhumatologues, internistes, les statisticiens (et non les sondeurs d’opinion), les psychologues expliquent, conseillent, orientent les décisions. Nous voulons entendre économistes, démographes, nutritionnistes, urbanistes, agronomes, architectes, géographes et l’ensemble des sciences humaines contemporaines nous éclairer.

Si la crise a mis en évidence la nécessité d’un journalisme scientifique dans la chaîne d’information, la visibilisation forcée du corps médical pourrait inspirer les gestionnaires du pays à s’entourer davantage des compétences scientifiques et des connaissances de terrain afin de traiter la chose publique avec la conscience, aujourd’hui évidente, que l’intérêt général est constitutif de chaque intérêt individuel.

6 avril 2020

Photographie : Saïf Fradj, Sousse, 31 mars 2020, page 6 

Publié dans Le Quotidien d;Oran, 8 avril 2020,

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5288659

[1] Après plus de quatre mois d’intérim du gouvernement Youssef Chahed et le rejet du gouvernement Habib Jemli en novembre 2019.

[2] Deux appels ont été publiés. Cf. Nawaat, 30 mars 2020  http://nawaat.org/portail/2020/03/30/lettre-ouverte-au-president-de-la-republique-appel-a-la-constitution-dun-conseil-scientifique-national/ et Leaders, 5 avril 2020  https://www.leaders.com.tn/article/29583-h-kazdaghli-et-h-mellakh-pour-un-haut-comite-scientifique-consultatif-dans-la-lutte-contre-le-covid-19

[3] Cf. le portrait de Nissaf Ben Aleya https://www.leaders.com.tn/article/29596-nissaf-ben-alaya-un-parcours-d-excellence

[4] L’arrivée des aides de l’Etat pose des problèmes logistiques majeurs.

[5] La mort de 12 nourrissons dans une maternité à Tunis en mars 2019 a choqué l’opinion.

Vers un nouveau gouvernement ?

Ce qui se passe en Tunisie depuis 2011 se déroule à une allure si rapide qu’on a du mal à distinguer les moments significatifs. Depuis cet été, ça va encore plus vite : Béji Caïd Essebsi meurt d’une intoxication le 25 juillet ; les élections prévues pour le dernier trimestre 2019 sont précipitées sur un mois, entre septembre et octobre ; la présidentielle fait sortir Kaïs Saïd d’un angle mort ; la représentation des partis à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) est éclatée avec un recul des islamistes ; une forme plus extrémiste que ces derniers apparaît au parlement ; les forces dites « modernistes » sont plus atomisées que les autres ; des tractations font de Rached Ghannouchi -le chef de 40 ans d’Ennahdha contesté à l’intérieur de son parti- le président de l’ARP… La réalité politique tunisienne est en plein malaxage, sans rien qui tienne assez longtemps (même en apparence) pour qu’on puisse en lire des aspects dans la durée. D’où la difficulté d’exposer cette seconde phase post-élections 2019 de choix de chef du gouvernement.

Une procédure constitutionnelle 

Dite « le gouvernement du président », l’étape résulte du rejet de la formation de Habib Jemli par l’ARP le 10 janvier. Choisi en novembre par le parti Ennahdha qui a remporté 54 sièges/217, le candidat islamiste a récolté 76 voix pour et 134 voix hostiles. Le résultat rassure sur les acquisitions et tractations de voix apparues au sein de l’ARP, tout en ouvrant sur une opération inexpérimentée par la classe politique tunisienne, une de plus.

La Constitution est certes mise en vigueur, l’application de l’article 89 fournit au moins une rampe procédurale, mais ce passage à l’épreuve nourrit l’impression de précipitation. L’opacité est loin de se réduire : les éléments d’information manquent, ils ne sont ni fournis par les instances agissantes ni fabriqués par les analystes, les outils n’existant pas. On n’a pas de journalisme fiable et la liberté d’expression récemment acquise n’a pas permis de construire des canaux suffisamment sains pour produire des repères et des cadres d’analyse. Les observateurs sont ballottés par les fluctuations et il n’est pas facile de se positionner et/ou de vérifier intuitions et hypothèses. Les réseaux sociaux qui ont servi à pluraliser l’opinion sont davantage un champ de bataille qu’un espace d’échange et de réflexion. Facebook contient des échos mais n’est lisible que de façon anecdotique et clivée.

Ce chef de gouvernement choisi par K. Saïed (20 janvier) est une surprise eu égard aux paramètres établis et même au choix des partis, consultés -par écrit- par le président de la République. La procédure et son résultat constituent une brèche originale pour l’avenir immédiat, plutôt embrouillé. Dans ce contexte peu/pas informé, l’imprévu a quelque chose d’avantageux car il déconcerte ; l’inattendu fausse des calculs, déstabilise des projets faciles ou prétendument acquis. Les calculateurs se trouvent essentiellement du côté des détenteurs de privilèges et prébendes qui ne cherchent qu’à garder les acquis, les positions de pouvoir ou de contrôle. On sent que la corruption se propage et même si on en parle, on voit qu’elle se maintient, se fragmente, se fait parfois à l’aveugle, contribuant à faire monter la nature et le nombre des irrégularités depuis 2011. Tout le monde éprouve dans son quotidien un affaiblissement de l’Etat et des capacités du contrôle institutionnel (éducation, transport, santé, sécurité… vacillent). A titre d’exemple, on traverse une vague d’insécurité diffuse, liée à la petite criminalité certes mais significative d’une crise de confiance dans les forces de l’ordre, d’une incapacité à renouveler les règles du travail policier et de sa relation à l’espace public et au citoyen, d’une impuissance à gouverner. L’absence de réformes se fait cruellement sentir et la Cour Constitutionnelle, empêchée depuis presque 5 ans, reste le symptôme symbole de la résistance des institutions (l’ARP en tête) à s’adapter aux besoins et exigences de la société, en désordre certes, mais également en attente de régulation. 

Ce que l’on sait d’Elyes Fakhfakh 

Visible depuis quelques jours, le préposé à la formation du nouveau gouvernement montre jusque là les signes d’un homme qui « fait de la politique » avec les données du moment : après Habib Jemli, choisi par Ennahdha, qui a accumulé en 2 mois des bévues d’amateur sans vision ni repères, on se sent dans une autre communication, en tous cas face à une meilleure considération de l’intelligence citoyenne attentive à l’actualité politique.

Le personnage vient de la veine renouvelée du courant qu’on appelle « socio-démocrate » tunisien, ancien Mouvement Démocrate Socialiste (MDS) fondé par Ahmed Mestiri en 1978, repris par Mustapha Ben Jaâfar dans les années 2000 et actif après 2011. E.F. rejoint cette tendance (Takattol = Front pour le Droit, le Travail et les Libertés) en 2005 ;  il n’est donc pas un « membre historique » du parti, il porte moins les engourdissements d’une mouvance somme toute sculptée avec/par des personnalités « anciennes ». A 48 ans, il semble moins embarrassé par des réflexes marqués par une politique alourdie par ses contradictions internes. Il s’est, du reste, montré plus réactif, moins susceptible/sensible aux attaques de « traîtrise » des électeurs/observateurs après le « consensus de la Troïka » (2011-2013). On se souvient du deal décrié du Takattol avec les islamistes qui a permis de composer la première alliance de pouvoir sans empêcher les assassinats politiques ni la crise d’autorité de l’Etat. Après l’armistice de 2014, la roue a tourné, le réel et les magouilles ont repris leurs droits, sans qu’on ait eu le temps de réaliser l’utilité et les limites d’un accord qui a évité une guerre civile et dilué l’hégémonie des islamistes. Ce n’est pas rien mais insuffisant pour faire advenir une vie politique équilibrée et saine.

Fakhfakh est dans la roue du pouvoir depuis 2011. Il a connu deux expériences (=revers ?) de gouvernement depuis 2011, en tant que ministre du tourisme (2012) puis des finances (2013-2014). Malgré la déroute de son parti, il s’est présenté comme candidat à la présidence en 2019, précipitamment, presque par défaut et se sachant perdant. Il a ainsi expérimenté un apprentissage à vif des rapports de force, des discours et des acteurs en présence. Il a traversé une propédeutique de l’action politique, dans une phase où la Tunisie a besoin de nouveaux profils et de trouver des manières de fendre l’inertie entretenue par la méfiance et la peur de s’engager dans l’inconnu. Le pays tourne en effet autour d’un personnel politique vieillot, corseté, calculateur et/ou corrompu, sinon rouillé par des considérations d’équilibre qui font le jeu des spéculateurs et des gens de l’ombre. Le pouvoir judiciaire toujours aux ordres reflète bien l’inaptitude du système à punir les excès, empêcher les dépassements, faire respecter le droit.

Un paysage brouillé 

Le choix de ce chef de gouvernement par Kaïs Saïed le 20 janvier déroute. Le président de la République est aussi en pleine tempête diplomatique avec les événements en Libye et la pression turque. Ballotté par une actualité tourmentée, peut-être manipulé par ses   « conseillers » -son frère est notoirement islamiste-, il multiplie les gestes compassionnels sur le plan intérieur et une attitude de proximité dans ses contacts de terrain. Même s’il bénéficie d’une légitimité électorale remarquable (élu à 2,7 millions de voix =72, 71%  des suffrages), ses pouvoirs sont limités et il doit apprendre à composer avec le temps et les règles imposées par la fonction. On ne sait pas ce que peut donner le couple Saïed/Fakhfakh mais la configuration risque d’affaiblir Ennahdha (Rached Ghannouchi plus précisément) en instaurant une dynamique qui oblige les acteurs à soupeser les possibilités, à négocier des solutions concrètes, à envisager des alternatives.

La situation contraint le monde politique à être sur le pont, à recomposer, à chercher figures et issues. Comme un jeu d’échecs, la vie politique, est traversée de coups successifs qui peuvent changer la donne à tout moment, mener vers des ricochets, susciter des actes non habituels, des bonds inopinés, des rebonds surprenants, toucher les équilibres.

Le chef de gouvernement présumé vient du monde économique et de la direction d’entreprises. Au cours de la campagne présidentielle, il a exprimé des orientations pas toujours sauvagement libérales et se dit favorable aux libertés individuelles. S’il est élu, il pourra peut-être en mettre quelques-unes à l’œuvre, alors qu’en tant que promesses de président, elles seraient restées virtuelles… Tirera-t-il profit de sa position dans le prochain appareil exécutif pour renforcer la direction des libertés qui souffrent justement d’un manque d’application dans les faits ? Sur ce plan, les débats sont vifs mais la Tunisie tangue sans des avancées institutionnelles sûres ni des traductions concrètes et visibles sur le terrain.

Le pays traverse des turbulences et la situation économique reste funambulesque. Aucun choix de responsable d’équipe n’est idéal ni définitif. Les premiers pas à faire en direction des institutions et du respect de la loi sont des signaux attendus. Ce chef de gouvernement tiendra-t-il sa promesse d’un exécutif plus réduit et d’un taux féminin de ministres plus respectueux de la réalité sociale et gestionnaire du pays ? Les « pourparlers » qui peuvent durer un mois sont déjà entachés d’exclusion ; le parti Qalb Tounès (2ème de l’ARP avec 38 sièges) est déclaré hors de la formation gouvernementale à venir. La procédure engagée n’échappe pas aux rapports de force souterrains ni aux tractations occultes.

Le gouvernement de Fakhfakh conserve des chances de passer à l’ARP car les députés (plus du tiers doivent leur place à l’arithmétique des plus forts restes, donc sans vraie légitimité sur le terrain) ne peuvent courir le risque d’une autre élection. Pour la suite, rien n’est garanti, mais c’est au moins ça de gagné contre les spéculateurs et les bénéficiaires derrière les écrans.

Hammam-Lif, le 26 janvier 2020

Publié dans Le Quotidien d’Oran, lundi 27 janvier 2020

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5285975

Juin. Le maréchal africain, Un portrait

Guillaume Denglos, Juin. Le maréchal africain, Paris, Belin/Ministère des armées, 2018, 462p.

 Voici une biographie d’un personnage honni de l’histoire coloniale. Officier de l’armée française en Afrique du Nord, Alphonse Juin (1888-1967) est une recrue exemplaire (major de promotion à Saint Cyr en 1912, il devance Charles De Gaulle) et quelques victoires militaires sont attachées à son nom (la campagne de Tunisie, 1943 ; la victoire du Garigliano, 1944…). La mémoire de ce dernier maréchal d’Empire traîne cependant des actes lourds de conséquences sur l’histoire des pays colonisés puisqu’il est notamment le représentant officiel de la France pour deux dépositions de monarques : celles de Moncef Bey en Tunisie (13 mai 1943) et de Mohamed V au Maroc (20 août 1953). Charles-André Julien, Charles de Gaulle, François Mauriac ont laissé des portraits peu flatteurs d’un officier méritant mais qui n’a pas su comprendre le cours de l’histoire. Sa correspondance avec le général Salan de l’OAS achève de le disqualifier tandis que l’histoire marocaine est peu amène avec cet adversaire de la décolonisation qui a malmené une personnalité glorieuse. Après deux biographies (1968, 1988) de facture plutôt hagiographique et un volume de Mémoires publié en 1960, l’image du Maréchal Juin reste négative, desservie par ses sympathies vichyssoises, sa défense d’une colonisation têtue d’une Afrique du Nord secouée par des marques de rejet et par sa radicalisation contre l’indépendance de l’Algérie.

Un soldat français des colonies

Le travail de Guillaume Denglos revient à travers la vie d’Alphonse Juin sur l’histoire coloniale franco-marocaine dont les prolongements tunisien et algérien apportent des clés de compréhension supplémentaires. L’ouvrage issu d’une thèse soutenue en 2014 à l’Université de Paris I sous la direction de Pierre Vermeren[1], s’appuie sur une série d’archives dispersées en France (Archives nationales ; archives diplomatiques de la Courneuve, ouvertes en 2009 ; Centre des Archives Diplomatiques de Nantes ; Archives su Service Historique de l’Armée de Vincennes ; Institut National de l’audiovisuel), au Maroc (archives du Maroc de Rabat, fondations Allal El Fassi, Abderrahim Bouabid…) et  en Espagne (archives générales de l’administration d’Alcala de Hénarès).

 Grâce à l’apport de fonds inédits (ex : les papiers de Léon Marchal, ancien délégué à la Résidence Générale de France à Rabat, décrits page 441), des entretiens oraux et une lecture alerte de souvenirs et mémoires (les officiers supérieurs écrivent beaucoup après la retraite), cette biographie croise des documents jusque là peu connus (des séries non exploitées ou récemment classées, les fonds privés de Georges Bidault, Vincent Auriol, Hubert Lyautey, Christian Fouchet…) pour faire la part de l’homme, du soldat et de l’administrateur politique dans le monde colonial maghrébin, au cours de la première moitié du XXème siècle. Les douze chapitres dessinent un portrait nuancé d’un personnage, ni héros ni salaud, sans en gommer la riche carrière militaire, le patriotisme ni les contradictions, à la confluence des réseaux politico-militaires qui se tissent entre la France, le Maghreb et les Etats-Unis, à la faveur des deux guerres mondiales.

L’auteur commence par revenir sur l’enfance algérienne, dans un quartier populaire constantinois, d’un fils de gendarme qui gravit les marches de la méritocratie républicaine en passant par le service de l’armée (chapitre 1). Après son succès à Saint Cyr, Alphonse Juin intègre le régiment de tirailleurs de Blida puis découvre le Maroc avec les débuts militaires du protectorat français (chapitre 2). La Grande Guerre lui offre l’occasion de se distinguer : blessé à deux reprises et quatre fois décoré, il refuse d’être l’aide de camp de Lyautey, qui l’a remarqué, pour la passion de conduire le 1er régiment de tirailleurs marocains (chapitre 3). Après le métier de soldat, il apprend celui d’administrateur en effectuant un stage auprès de Lucien Saint (1867-1938) en Tunisie, au moment de la crise d’avril 1922 qui oppose le Bey Mohamed Naceur à la Résidence Générale de France (chapitre 4). Après sa participation en 1925/1926 à l’offensive française contre la rébellion rifaine dirigée par Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi (1882-1963) depuis 1921, il se rallie à Lyautey, pourtant démis par Charles Pétain qui a mené les opérations[2].

Le mariage de Juin avec la fille d’un riche propriétaire de Constantine, Cécile Bonnefoy, en décembre 1928 le propulse socialement, dans des milieux de la droite conservatrice (chapitre 5). Il fait l’apprentissage de la vie politico-militaire française en colonie. Sa proximité de Juin avec Lyautey (avec qui il échange une correspondance suivie de 1928 à 1933, sans partager sa vision), tout comme son passage au cabinet militaire de Lucien Saint (1929-1933) forgent sa conception coloniale et renforcent son image d’homme à poigne (chapitre 6).

La deuxième guerre mondiale va révéler le patriotisme anti-allemand de ce « soldat africain » en même temps que ses penchants pétainistes (chapitres 7 & 8), avant un ralliement tardif à de Gaulle en 1943. Ces épisodes seront au centre des interprétations concurrentes et des querelles mémorielles qui surviendront dans les années 1950 et qui s’aiguiseront avec le mouvement de décolonisation.

Le chapitre 10 (pp.137-151) raconte, sans entrer dans la complexité de la crise, la campagne de Tunisie et la déposition de Moncef Bey qui sera prononcée par Juin. Une nouvelle fois, celui-ci se distingue par son efficacité de chef militaire qui connaît son apogée avec la victoire menée à la tête du Corps expéditionnaire français (CEF) en Italie (chapitre 11). La fin de la guerre le consolide dans une réputation de fermeté qui lui vaut d’être préféré au général Leclerc pour devenir Résident Général de France au Maroc. Cinq militaires obtiennent ce poste au cours des 44 ans du protectorat. A l’instar de son mentor Lyautey (1854-1934)[3] et succédant à Charles Noguès (1876-1971)[4], Juin occupe la fonction entre mai 1947 et septembre 1951[5] sans bénéficier de l’aura du premier ni du relatif oubli du second par les Marocains. Un bras de fer s’engage dès le début entre le sultan Mohamed Ben Youssef et Juin dont l’objectif est officiellement de transformer le protectorat en Etat associé au sein de l’Union française afin de pérenniser le lien de sujétion du Maroc envers la France. Les plans de « réforme » qu’il propose pour le pays l’auraient amené vers une situation de co-souveraineté, d’où le refus par le sultan.

Juin et le Maghreb

Les 7 chapitres suivants (pp. 203-338) forment le cœur du travail de Guillaume Denglos, axé autour de la période où Alphonse Juin règne en proconsul sur le Maroc. Il jette sur l’histoire du protectorat marocain des éclairages divers qui permettant de comprendre les relations complexes entre la France et les élites, les soldats et les populations sur le territoire marocain. Ces acteurs impliqués dans l’expérience coloniale ne peuvent pas être réduits à la vision métropolitaine qui commence à flotter sérieusement face à la tournure des événements dans l’ensemble du monde colonial, au Maghreb, en Afrique comme en Asie.

Fait maréchal en 1952 et nommé à l’Académie française en 1953, Juin coopère avec Mendès France pour mettre en place un accord avec la Tunisie. La chute de Dien Bien Phu en 1954 confirme le choix de Juin de se concentrer sur l’Afrique du Nord en soutenant l’idée que l’Algérie, aussi française que l’Alsace et la Lorraine constituait, dans le contexte de guerre froide, un élément clé de l’Alliance atlantique en protégeant le flanc sud de l’Europe.

Le départ du sultan Ben Arafa et le retour de celui que les Marocains vont adouber en tant que Mohammed V signent la « défaite » politique de cet officier légaliste, dépassé par la  vague d’émancipation qui traverse le monde et en particulier le Maghreb en feu (titre de son ouvrage écrit en 1957). Après avoir été « l’enfant terrible de la 4ème République » (chapitre 20), le commandant à l’OTAN se voit progressivement marginalisé dans l’élaboration du jeu politico-militaire français (chapitre 21). Maintenant son objectif d’ordre dans un contexte politique qui a changé de nature -l’indépendance émerge dans l’horizon d’attente des nationalistes maghrébins-, il s’oppose à la politique algérienne de Charles de Gaulle. Quand l’indépendance de ce pays qui a façonné sa vie advient, le maréchal juin est à la retraite depuis le 6 avril 1962…

Cette série d’éclairages sur la personnalité et la carrière d’Alphonse Juin dépasse l’histoire d’un individu, fût-il un acteur important de l’organisation militaire et politique française. Les péripéties qu’il traverse dévoilent les dessous des projections, des tractations, des manipulations et des erreurs qui jalonnent l’histoire de la colonisation du Maroc et permettent de suivre les processus qui finissent par déboucher sur son indépendance. Sortant du seul point de vue métropolitain. Guillaume Denglos reconstitue le contexte général de la colonisation puis de la décolonisation en décortiquant les crises et en dessinant les étapes de la perte d’influence de la France. Tout en montrant l’apparition des dissensions internes dans la classe politique française, il contribue à relier les différentes histoires « nationales » concernées, celles de France, d’Algérie, du Maroc, de la Tunisie et de l’Espagne (à propos de la guerre du Rif). Ce faisant, il ouvre une série de chantiers pour les chercheurs désirant sortir des limites d’une histoire politique « classique » qui considère, entre autres, les appareils militaires comme des structures parallèles et/ou opaques. Le corpus documentaire mobilisé dans l’ouvrage permet de comprendre le rôle des armées et des militaires dans les politiques impériales et montre les possibilités d’étudier l’empreinte de l’organisation et de la culture militaire françaises sur les armées maghrébines de l’après-indépendance.

Ce sont là quelques-unes des pistes d’un ouvrage fouillé, agréable à lire et qui traite avec sagacité le conflit mémoire/histoire qui habite aujourd’hui l’histoire contemporaine.  

12 avril 2019

Paru dans la revue IBLA n° 223, 2019-1, pp. 102-106.


[1] Guillaume Denglos, Juin l’Africain : le Maréchal d’Empire (1887-1967), Paris I, Panthéon-Sorbonne, trois volumes de 1179 pages : deux de texte (608 pages) + un d’annexes (574 pages).

[2] Film Abdelkrim et la guerre du Rif, 2010, par Daniel Cling publié sur la chaîne Arte

[3] Daniel Rivet, Lyautey et l’institution du  Protectorat français au Maroc 1912-1925, Paris, L’Harmattan, 1988, 3 tomes.

[4] Noguès sera résident de 1939 à 1943. William A. Hoisington Jr, L’héritage de Lyautey : Noguès et la politique française du Maroc, 1936-1943, Paris, L’Harmattan, 1995.

[5] Le général de Gaulle quitte le pouvoir en janvier 1946

Parole de deux féministes tunisiennes

Neïla Jrad, La ligne d’espérance, Edilivre, 2016, 217 p.

Jalila Hafsia est une figure active et connue de la scène culturelle tunisienne. Elle a signé une chronique durable dans le journal francophone le plus lu, La Presse de Tunisie. Elle a été l’âme et la cheville ouvrière de trois clubs : celui du Belvédère (ex-club Aziza Othmana, transformé en mess des officiers), celui de Tahar Haddad, dans la médina de Tunis (qui continue d’être un lieu de rencontres intellectuelles et artistiques) et celui de Carthage, rattaché à la municipalité du même nom (nommé Espace Sophonisbe).

Neïla Jrad enseignante de lettres, auteur d’un ouvrage sur les luttes des femmes (La mémoire de l’oubli, 1980) et militante féministe a fréquenté dans les années 1970 le Club Tahar Haddad dirigé par Jalila Hafsia. Elle appartient à la mouvance qui a enrichi le féminisme tunisien d’une composante qui l’a fait sortir de son côté patriarcal et octroyé vers une pratique ancrée dans la vie d’une génération de femmes instruites, désireuses de mettre leur liberté en actes et de profiter de leur indépendance.

Née en 1927, Jalila Hafsia est a priori proche de personnalités qui ont joué un rôle de premier plan dans le sillage de Bourguiba : Radhia Haddad, Fethia Mzali… et d’autres qui ont occupé des postes officiels et de représentation. Neïla Jrad a l’âge d’être sa fille et se rapproche plutôt de ses congénères de l’Association tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD) et de l’Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche sur le développement (AFTURD), légalisées en 1989.

Les divergences d’itinéraire n’excluent pas des proximités entre les deux féministes. Il aura cependant fallu le passage du temps et probablement les événements qui ont bouleversé la situation tunisienne pour parvenir à une rencontre incarnée dans un ouvrage. Neïla Jrad raconte qu’elle reprend contact avec Jalila Hafsia qu’elle n’avait pas revue depuis 20 ans, grâce à la lecture des trois premiers tomes de son journal Instants de vie. L’envie d’aller la remercier et la décision commune d’entamer une série d‘entretiens sont probablement le fruit d’une quête partagée, dans un moment politique particulier. Les entretiens se déroulent en effet entre mars et novembre 2013 et il est probable que le contexte (l’assassinat de Chokri Belaïd est évoqué p.177) ait favorisé l’intercompréhension entre deux femmes revenant sur l’histoire du pays en passant par des anecdotes et des détails qui font mesurer au lecteur l’évolution des mœurs, des mentalités, des réflexes ou des décisions politiques en Tunisie.

Les huit parties de l’ouvrage (dont on regrette la mauvaise fabrication éditoriale, les innombrables fautes et un appareil de notes peu maitrisé) déroulent la personnalité de Jalila Hafsia, ses besoins de mener une vie libre, quelques confidences, la teneur de son action culturelle, rappelant ce que l’on peut trouver dans les 6 tomes des Instants de vie, écrits à partir de 1967, le premier tome étant publié en 2009. La conversation effectuée sur huit étapes alterne entre des moments de partage intime et l’exposition des traits d’une Tunisie politique, sociale et culturelle observée, avec le recul de l’âge, par deux femmes aux formes d’engagement différentes mais animées d’un idéal de culture convergent et d’un besoin de comprendre le présent.

Au-delà de la différence générationnelle, on décèle des points d’entente autour de la « cause des femmes » et de leur place dans le monde aujourd’hui. L’exercice d’entretiens auquel elles se livrent révèle une vision féminine de la politique à travers l’action culturelle. L’ «autodidacte» (JH se définit ainsi) et l’enseignante se rencontrent dans une représentation du journalisme et de l’écriture quand ils sont exercés par des femmes. De même qu’elles se croisent dans une vision du rapport entre hommes et femmes, qui tente de s’affranchir des assignations sexuelles, en décortiquant le couple, l’amitié, la passion amoureuse, le flirt…

Les détails sur la vie personnelle de Jalila Hafsia renseignent sur une Tunisie faite de nuances, y compris dans la « bourgeoisie », diverse et variée. JH décrit son milieu comme rigide et peu dépensier. Mariée tôt avec un cousin, elle en divorce assez vite par ennui et parce qu’à 17 ans, elle aspire à une autre vie. Son père et son grand’père maternel (Abdejellil Zaouche, 1873-1947, intellectuel et « jeune tunisien », ex-caïd de Sousse et ministre du bey) la soutiennent dans ce premier divorce. Elle passe 14 ans avec un deuxième mari qu’elle finit par quitter par envie de liberté. En voyage au Moyen Orient en 1965 avec Wassila Bourguiba et sa coiffeuse, elle note la simplicité de la cour royale d’Arabie Saoudite et la fluidité des relations inter-religieuses à Jérusalem. Elle effectue une « omra » (chapitre 5) au sein de la délégation présidentielle, sans mari, sans que cela pose problème aux autorités des Lieux Saints. Son troisième mariage sera bref ; elle divorce en accord avec son mari.

Au sein du pouvoir politique, les relations ne sont pas uniformes non plus. Face à sa direction des trois clubs, les attitudes diffèrent selon les époques et les responsables. La proximité avec Bourguiba la protège (il débarque sans crier gare pour la commémoration de Tahar Haddad le jour de l’inauguration du siège de Dar Lasram), des ministres sympathisent avec son projet (Chédli Klibi l’appuie pleinement ; Ahmed Tlili l’aide à installer le téléphone chez elle) mais des hostilités se font sentir au sein du Parti destourien (Mohamed Sayah notamment) au point d’activer la fermeture du local de la Place Pasteur. Abdelwahab Abdallah (ministre de l’Information sous ZABA) sera un farouche opposant à son club et le sabotera même auprès de Ben Ali, à cause de la notoriété des gens qui le fréquentent (liste des intellectuels passés par le club, pp. 73-75). L’épisode du plagiat de son roman (Cendres à l’aube, 1974, pp. 116-113) sera une leçon humaine (elle y gagne des amis comme le docteur Ben M’barek qui prend sa défense et Sophie El Goulli) et politique (elle comprend que les attaques sont exacerbées par la misogynie).

Pour Jalila Hafsia, le monde des femmes n’est pas homogène ni toujours solidaire : les militantes de l’Union Nationale des Femmes de Tunisie (UNFT) ne l’apprécient pas et elle le leur rend bien ; certaines femmes protestent quand elle écrit des articles sur les conditions d’emploi des domestiques ou des ouvrières ; les femmes « démocrates » (les guillemets sont dans le texte) ne lui portent ni intérêt ni appui… Le journalisme lui permet d’entrer dans la sociologie du monde féminin : des enquêtes dans les différents milieux et professions la rapprochent des femmes de ménage, des ouvrières, des ouvreuses de cinéma, des écrivaines (de Tunisie et d’ailleurs), des paysannes… Elle « découvre » la culture des femmes scientifiques et ingénieurs et s’étonne de constater que les femmes travaillant dans les banques « ne rêvent pas » (p. 87)…Tout en regrettant de ne pas avoir abordé clairement la violence contre les femmes, elle juge celles-ci plus mesquines que les hommes.

Des nombreux hommes qu’elle a fréquentés (Salah Garmadi, Zouhaïr Essafi, Pierre Olivier, Michel Foucault, Mohamed Yaâlaoui, Claude-Michel Cluny…), Jalila Hafsia dit qu’ils l’ont « ennoblie ». Elle a été marquée par Bourguiba qu’elle a accompagné dans des voyages, à cause de l’importance qu’il donne à la culture mais elle déplore sa faim du pouvoir et la triste fin qu’il a connue, en partie à cause de son entourage.

 Cette longue conversation entre deux féministes tunisiennes de deux générations ne manque pas d’accents de vérité. Elle représente un document précieux qui déroule des situations analysées avec une perspicacité favorisée par la différence d’âge et de point de vue . On y lit une liberté de ton qui ouvre sur des notations originales (« le Parti Destourien était organisé exactement comme le Parti Communiste », p. 195) et une vision des rapports entre les sexes que l’on sent en plein bouleversement.

15 mai 2019

Compte rendu paru dans IBLA n° 223, 2019, pp. 91-94

La Revue Tunisienne des Sciences Sociales Entretien avec Abdelwahab BOUHDIBA

L’entretien qui suit aborde l’histoire et le fonctionnement de la troisième revue de sciences humaines et sociales créée dans l’université tunisienne. Les deux entretiens précédents ont concerné Les Cahiers de Tunisie et  la Revue Tunisienne de Droit.

Abdelwahab Bouhdiba est professeur de sociologie et spécialiste de la civilisation islamique. Après avoir dirigé le département de sociologie de l’Université de Tunis et le Centre d’études et de recherches économiques et sociales (CERES) entre 1972 et 1992, il est nommé à la tête de l’Académie Tunisienne des Sciences des Arts et des Lettres (Bayt al Hikma) de 1995 à 2010. Cet entretien a été effectué en 1995. 

Vous avez été directeur de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales de 1972 à 1990, pendant une période assez longue pour qu’on y décèle une évolution.

Cette revue a été créée pratiquement en 1963-1964, sous la direction de Monsieur Mustapha Filali, un homme admirable, syndicaliste, écrivain, professeur, homme politique d’une grande ouverture d’esprit et d’un grand courage intellectuel. A lui, avait été confiée la tâche de mettre en place le CERES, et très vite, autour de lui nous avions pensé qu’il était nécessaire de donner au CERES, un organe d’expression. J’ai tenu à ce qu’on appelle cette revue : Revue Tunisienne de Sciences Sociales

Le titre de la revue, c’est donc vous qui l’avez donné ?

Oui ; par cette dénomination nous voulions prolonger La Revue Tunisienne. Historiquement, ce sont Les Cahiers de Tunisie qui ont pris la suite de La Revue Tunisienne, mais nous voulions revendiquer l’esprit de cette dernière, extraordinairement ouvert : des chercheurs amateurs, savants, hommes politiques, administrateurs et techniciens ont rencontré en Tunisie un ensemble de problèmes, dont certains à caractère social très marqués, avec autant de profondeur qu’ii était alors possible de le faire et ils ont essayé de les traiter. La Revue Tunisienne de Sciences Sociales a été l’organe d’expression du CERES. Or, ce dernier a été créé pour répondre à des besoins de la société et de l’Etat tunisiens. A l’indépendance, la Tunisie avait mis en place une politique de développement et avait besoin d’études ; le CERES – Centre de Recherches et d’Etudes Économiques et Sociales – devait fournir à l’administration, aux planificateurs et décideurs tunisiens, les outils et les informations qui leur permettraient de mieux choisir. Mais, très vite, les difficultés et le divorce entre l’Université et les gestionnaires du domaine politique et administratif sont apparus. Nous n’étions pas sur la même longueur d’ondes et les universitaires n’étaient pas disposés à aller dans le sens préalablement tracé par des choix à caractère administratif ou politique. L’universitaire entendait s’en tenir à un champ d’investigation plus libre, plus ouvert, académique et scientifique avant toute chose.

Ne pensez-vous pas qu’ii était utopique de créer une sorte de bureau d’études aussi scientifique fût-il, au service d’une politique, aussi généreuse pût-elle être?

Utopique non. La meilleure preuve est que les services que nous n’avions pas pu fournir à l’administration tunisienne, celle-ci a pu immédiatement les trouver auprès d’un ensemble de bureaux d’études, venus essentiellement de France, pour répondre, dans des délais fixés, selon un protocole établi à l’avance, à des questions très claires des planificateurs tunisiens. Il y a eu, dès le départ, divergence au niveau de l’orientation à donner à la recherche scientifique.

D’autre part, nous autres jeunes universitaires, ayant apporté notre contribution à l’œuvre d’’indépendance (nous avions milité dans le cadre du parti au pouvoir ou dans l’opposition dans les mouvements politiques de jeunesse ou autres), avions la prétention d’avoir une mission à remplir. Là était peut-être l’utopie. Nous pensions avoir un rôle à jouer, non pas en choisissant à la place des décideurs mais en pesant au moins sur l’événement. Comment le faire sinon en fournissant des informations inédites, contrôlées, objectives et de première main, une analyse de la situation économique, sociale et culturelle de la société tunisienne telles que les instruments d’investigation démographiques, sociologiques, anthropologiques, géographiques ou autres pouvaient nous permettre d’y accéder ? Que cela fût difficile, certes ! J’ai eu à en faire l’amère expérience en acceptant de diriger un moment un Bureau de Recherches Sociologiques intégré au Plan. La divergence des orientations a très vite épuisé le capital de bonne volonté investi dans cette recherche sollicitée mais guère agréée…

Et comment se définissait la revue dans le vaste projet de la recherche au CERES ?

La revue, organe d’expression du CERES, devait mettre dans le domaine public, à la disposition des étudiants, des lecteurs, des chercheurs, des administrateurs, le fruit de la recherche accomplie. Nous ne voulions pas d’un travail pour qu’il reste dans les tiroirs. N’oublions pas non plus la grande soif qu’avait la société tunisienne de se connaître et de s’informer sur elle-même : les recherches étaient extrêmement rares ; celles qui étaient disponibles, avaient été faites dans un contexte colonial ou étranger. Elles avaient vraiment besoin d’être sinon remises en question, en tout cas contrôlées, approfondies ou justifiées, selon le cas. Ecrire, publier, chercher sont les trois aspects de l’opération de s’appréhender et de se connaître. Mus par un souci d’authenticité, nous pensions jouer un rôle positif : accomplir une recherche de l’intérieur. Nous étions fermement convaincus que la recherche ne peut être faite par procuration. Elle devait être authentique, fondée mais autonome dans ses méthodes d’investigation et dans ses appréciations. Elle devait permettre le dialogue et la coopération avec des chercheurs non tunisiens. Ainsi, les équipes multidisciplinaires et les équipes internationales ont pu se constituer et beaucoup de recherches du CERES ont été faites, surtout au début, avec des amis et collègues français.

Vous parlez de recherche intérieure et interne ; en épluchant les sommaires de la Revue Tunisienne des Sciences Sociales, on voit apparaître en 1967-1968 une dimension maghrébine et vers les années 1974 une ouverture plus mondialiste. Celte recherche de « nationaux » est doublée d’un mouvement vers l’extérieur.

Les choses se sont calmées très vite. La demande de l’Etat tunisien s’est faite plus rare, celui-ci préférant alors se fournir, pour l’essentiel de son information, auprès des sources « étrangères ». Nous avons alors envisagé, dès la fin des années 1960, engager nos recherches dans une perspective plus « universitaire » tout en restant engagés. Entre-temps, la direction avait changé. M. Mustapha Filali était parti pour d’autres responsabilités ; après un bref intermède avec M. Chédly Ayari puis M. Mahmoud Seklani, j’ai pris la relève début 1972 sur d’autres bases : nous avons analysé l’expérience des dix années passées pour essayer de mettre en place des objectifs différents et une dynamique nouvelle.

Une recherche plus « pure »… ?

Une recherche tout aussi engagée, ancrée sur les problèmes tunisiens, mais plus décontractée. La fibre nationaliste, l’enthousiasme débordant, l’émotion saine n’avaient plus de raison d’être. Nous sommes entrés dans une dynamique nouvelle pour une recherche académique universitaire mais qui essayait de coller à la société tunisienne. Nous allions multiplier les colloques et les rencontres qui trouvaient souvent leurs traces ou leur profondeur dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales. Le social était à la fois objet et sujet de recherche, il ne pouvait cependant y avoir de recherche tunisienne au sens étroit du mot ; celle-ci devait rayonner et déboucher sur d’autres horizons : maghrébine, arabe, africaine, méditerranéenne et européenne.

Quel rôle avez-vous tenu dans cette revue ? Concepteur, arbitre ou animateur ?

Animateur : certainement. Dans la mesure où cette revue exprimait des recherches faites dans le cadre du centre. Le choix des programmes était le fruit d’une double initiative ; l’essentiel était proposé par les chercheurs qui n’épousaient pas forcément le point de vue officiel, ne cherchaient pas à répondre aux préoccupations administratives, avaient leurs propres intérêts. Un comité de synthèse se réunissait pour mettre au point les thèmes de recherche, très variés du point de vue des disciplines, de la méthodologie mise en œuvre et des préoccupations. En tant que directeur, je prenais de très larges initiatives, en proposant des thèmes, que l’on pouvait retenir ou non ; la plupart du temps, au nom de la liberté universitaire, les chercheurs préféraient s’en tenir à leurs propres projets. J’ai très fréquemment reçu des demandes de l’administration, ou d’organisations internationales (UNESCO, PID, OMS, UNICEF) ; tel service ou office sollicitait une recherche (pour l’étude de la séance unique, les horaires de l’administration, le tourisme intérieur, la délinquance juvénile, l’exclusion sociale, l’alphabétisation fonctionnelle, l’encadrement de l’agriculture, l’industrialisation, la carte scolaire….). Ces thèmes recueillaient parfois l’adhésion spontanée d’un chercheur, sinon nous demandions des concours extérieurs. Pendant la période à laquelle vous faisiez allusion, il y avait les chercheurs permanents, nommés et affectés à temps plein au CERES, et les chercheurs associés, c’est-à-dire nos collègues des Facultés qui venaient, par contrat, faire des recherches à l’intérieur du CERES. Ce fut une période d’explosion extraordinaire où des chercheurs de tous bords, des littéraires, des théologiens, des psychologues, des historiens, des archéologues, des juristes, des économistes… ont apporté leur précieux concours. Les rencontres internationales, associaient des parties maghrébines : il n’y avait pratiquement jamais de rencontre sans une participation algérienne, marocaine voire libyenne ou mauritanienne ; nous avons associé des collègues japonais, africains, américains, sans oublier nos amis européens. Tout cela débouchait comme produit fini dans la revue. Mais très vite, il était apparu nécessaire de mettre un certain nombre de critères qui permettraient à la revue de sortir avec un minimum d’harmonie : nous avions des recherches qui allaient de 7 à 700 pages et nous ne pouvions pas, dans la même revue, publier des contributions aussi inégales par la longueur. Nous avons donc décidé d’un minimum d’étendue ; pour les articles de plus de 50 pages, les textes devaient sortir dans des brochures ou des livres autonomes.

La Revue tunisienne de Sciences Sociales a déterminé les autres publications du CERES ?

Absolument ; d’elles étaient sortis Les Cahiers du CERES, les mémoires, des publications hors série, les actes extrêmement divers, dans les contenus et les formes. Mais nous avons tenu également à ne publier que les sciences sociales. Les textes à caractère littéraire, historique, (sur l’histoire de l’Antiquité par exemple) ou théologique ont été publiés dans des supports indépendants de la Revue tunisienne de Sciences Sociales.

Cela n’empêche pas ces disciplines d’être présentes dans la revue

Pas autant que si nous avions laissé la bride sur le cou… Car beaucoup de nos collègues appartenant à d’autre disciplines que les sociales avaient des difficultés à travailler, à produire et à publier

Si vous n’aviez pas tenu le vecteur « sciences sociales » comme prioritaire, la Revue Tunisienne de Sciences Sociales aurait-elle été différente ?

Elle aurait été très dispersée. Elle aurait été constituée de mélanges sur le vaste domaine des sciences humaines. Nous nous en tenions pour l’essentiel à la sociologie, la démographie, la linguistique et aux sphères immédiatement voisines.

Avec un grand nombre de numéros spéciaux !

Les numéros spéciaux sont à part ; c’est une « ficelle » de gestionnaire qui permet, lorsque le retard s’accumule et qu’il n’y a pas de texte prêt pour couvrir la revue, de sortir des numéros sur un thème spécialisé, ou les actes d’une rencontre organisée par le CERES sous forme d’un numéro, double, triple ou quadruple, selon les besoins les plus urgents.

Une remarque de lectrice et usagère de la revue : la place du travail documentaire et bibliographique est relativement faible : les index divers, les recensions d’ouvrages, les comptes rendus sont absents, il n’y a pas de tables non plus. Quelle est l’explication ? En aviez-vous débattu au sein du comité de rédaction ?

Nous en avons beaucoup débattu ; je pensais qu’une revue devait suivre la production internationale, qu’il n’est pas normal que des livres majeurs paraissant en Tunisie ou en Europe, intéressant notre champ d’investigation ne trouvent pas d’écho dans la revue. Mais il y avait une difficulté : était-il possible de suivre systématiquement cette production ? Ce que nous avons eu entre les mains, ce n’était pas un tableau suivi et continu mais une certaine production intellectuelle qui intéresse nos domaines. Dans ces conditions là, sortir une note de temps à autre, de façon épisodique faisait perdre tout intérêt à cette publication.

Entre le « tout ou rien », vous avez choisi le « rien » ?

C’est qu’en fait, nous étions très proches de ce « rien » et dans ces conditions, mieux valait laisser la revue exprimer, purement et simplement, les recherches menées dans le Centre plutôt que d’essayer, épisodiquement, de monter en épingle telle publication alors que d’autres, plus importantes n’étaient pas analysées. Je considère maintenant que c’était un grand manque mais je ne dis pas que c’était une erreur, c’est tout ce que nous pouvions faire à cette époque ; c’était cependant un grand vide parce que des revues scientifiques comme Les Archives Sociologiques des Religions, L’Année Sociologique ou Les Cahiers Internationaux de Sociologie etc. non seulement produisent, mais informent sur ce qui a été produit par ailleurs. Mais Les Cahiers de Tunisie étaient à peine mieux logés que nous !

Vous venez de résumer les ambitions de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales : d’un côté très tunisienne par les articles, et se revendiquant mondialiste ou internationaliste sur le plan de la documentation et de l’information bibliographique. N’est-ce pas un tiraillement difficile à vivre ?

Peut-être. Mais comment se développe une science et surtout une science sociale sinon à partir d’un objet et d’une méthodologie ? L’unité d’une discipline est celle de sa méthodologie ; son ancrage dans un moment historique déterminé se fait à travers son objet. Nous n’avions pas la prétention d’inventer une méthodologie, ni d’inventer des techniques d’investigation mais de contribuer à les faire évoluer… Je crois qu’il y a une universalité de la méthode qui doit être appliquée d’une façon ou d’une autre, pour mieux saisir le contexte que nous nous proposons d’étudier. Notre ambition n’était pas tellement de faire avancer la sociologie ou la démographie, que de mieux connaître notre société, par l’intermédiaire de méthodes éprouvées : c’est une des limites de notre action dans le cadre du CERES et de mon apport personnel en tant qu’enseignant de sociologie. Il fallait- et il faut encore- accumuler les recherches empiriques en Tunisie et sur la Tunisie, procéder à une relecture de notre société, ne pas nous contenter de la vivre immédiatement, avec naïveté, mais la lire avec un regard second, avec réflexion et analyse pour essayer de corriger les erreurs énormes, a priori, et préjugés qui ont été répandus par la recherche de type colonial, d’avertir les responsables de l’impossibilité de considérer la réalité humaine tunisienne comme interchangeable à n’importe quelle autre. Le planificateur n’agit pas sur l’économie par l’intermédiaire de l’économie, il agit sur des hommes qu’il faut connaître, dont il faut prendre le pouls et apprécier leurs dispositions à faire évoluer leur propre système : s’ils n’y sont pas disposés, celui-ci ne changera pas. Intervenir sur la société tunisienne, c’est avoir affaire à une réalité historique, culturelle avec laquelle il faut prendre la précaution minimale de la connaître !

Pourquoi ce choix théorique de l’empirisme n’a-t-il pas prévalu aussi en matière d’information immédiate, sur ce qui s’écrivait sur la Tunisie et en Tunisie au moins ? Pourquoi ne retrouve-t-on pas dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales l’écho de la production sociologique sur la Tunisie pendant ces trente années ?

Nous ne pouvions guère organiser d’une façon rationnelle, didactique et suivie cette information. La bibliothèque du CERES est très riche, mais elle n’est pas systématique. Les acquisitions viennent avec un certain retard et ne couvrent pas la totalité d’un champ. Nous avons pu rassembler des thèses, des publications nationales, maghrébines, européennes etc. Mais si vous prenez, dans un domaine particulier, la sociologie de l’Islam ou la psychosociologie de l’entreprise, vous ne trouverez pas une documentation complète. Le livre circule mal en Tunisie. Par le recours à un ami, un professeur ou un voyageur ; la bibliothèque s’enrichit par à-coups, sans ventilation chronologique régulière des publications qui permettent de couvrir un certain champ. C’est la raison essentielle qui nous a fait renoncer à la rubrique « Recensions ». Je dois ajouter aussi que les chercheurs n’avaient pas manifesté d’intérêt pour cette rubrique. Et pourtant ils étaient quelque quarante « permanents » ! Je publiais mes propres recensions dans Les Cahiers de Tunisie, plutôt que dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, parce que cela n’a pas de sens de publier, de temps à autre, trois pauvres petits comptes rendus… J’avais pensé également à tenir d’autres rubriques : la chronologie des événements de notre société, des statistiques, signaler des études, des travaux de recherche, des thèses, des doctorats, quelque chose qui soit digne d’un niveau scientifique…

A travers les 115 numéros de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, on constate une absence de thématique générale. Quand on compare ses sommaires, à ceux des autres publications (Les Cahiers du CERES, colloques), on trouve des unités disciplinaires et non thématiques. Cet éclatement dans les thèmes était-il consciemment ressenti dans les coulisses de la revue ?

Certainement et cela est lié à l’évolution en zigzag du Centre. Dans les études et recherches économiques et sociales, les disciplines (sociologie, démographie, économie, géographie) sont très étroitement imbriquées : la linguistique a été ajoutée en cours de route, avec notre éminent et regretté collègue Salah Garmadi… Puis est venue une autre étape, après 1972, où nous avons choisi d’encourager systématiquement la recherche dans les sciences humaines ; les facultés n’étant pas à ce moment-là équipées pour la mener, on a confié au CERES la tâche de l’organiser. Nous sommes passés de cinq à dix sections avec l’histoire du mouvement national, la littérature, les études islamiques…

1972, c’est la date de votre arrivée.

Le CERES n’était plus limité à douze ou quinze chercheurs , il s’était enrichi d’à peu près cent-vingt collaborateurs qui venaient, sous contrat, faire de la recherche, il y a eu des tentatives de créer d’autres revues, sans grand résultat : un seul numéro de la Revue des Etudes Juridiques a vu le jour ; à la suite d’un projet de créer une revue des études littéraires, des conflits et difficultés avec Les Cahiers de Tunisie  et la faculté sont très vite apparus etc. Nous avons maintenu la Revue Tunisienne de Sciences Sociales comme expression des recherches qui sont menées au centre et beaucoup y étaient en effet menées mais publiées ailleurs, parce que leurs thèmes, leurs sujets s’intégraient très mal avec une revue dont on essayait de maintenir, malgré tout, l’unité. L’unité des thèmes n’apparaît vraiment que dans nos colloques parce qu’un colloque est délibérément organisé, bâti, structuré, autour d’un thème interdisciplinaire qui fait appel à des spécialistes de tous bords, des coopérations internationales ; un colloque est un carrefour, une rencontre, mais il y a au départ une unité de thème, tels que l’exclusion sociale, le rôle de l’université, les problèmes culturels de développement, le bilan du développement, les rencontres islamo- chrétiennes… La publication de la revue répondait à des préoccupations différentes.

Quels étaient les protocoles laborieux au sein de la revue ? Avec cent-vingt chercheurs, comment s’organisait le travail du comité ?

L’unité de base, c’était la section, avec un chef de section. A l’intérieur de celle- ci, une procédure d’évaluation collégiale et collective choisissait le thème ; l’avis de la section valait aussi pour les invitations, pour les diverses manifestations et pour la publication.

Une sorte de mini-comité scientifique ?

C’était un comité scientifique. Une première lecture entre collègues déterminait si la recherche pouvait être admise ou s’il fallait un complément de travail.

Il existait donc un palier de sélection à l’intérieur de chaque section ?

Oui. Venait ensuite le comité d’évaluation, composé des chefs de sections et du directeur du CERES qui examinait les textes présentés par les comités de section. C’est là que se faisaient, soit l’adoption définitive du travail, quand il ne posait pas de problèmes, soit la désignation d’un comité de lecture restreint, pour tel ou tel texte ; par la suite, comme le CERES avait évolué, le comité de programmes et d’évaluation ayant devant lui des textes et des orientations très divers, on a dû constituer un comité de lecture.

Pourquoi la revue n’a pas éprouvé le besoin de rendre ce comité de lecture visible par le lecteur ?

Ce comité de lecture n’était qu’un comité technique donnant au comité de programmes et d’évaluation puis au conseil scientifique, un avis sur la publication. Dans la mesure où la décision finale était prise par le comité de direction ou conseil scientifique, c’est à celui-ci qu’appartenait la responsabilité ultime.

Est-ce que cela n’a pas contribué à rendre la Revue Tunisienne de Sciences Sociales absolument confondue avec le CERES ? Ne pensez-vous pas que ces méthodes ont fait que la revue n’a pas pu constituer un secteur autonome, avec des protocoles de travail indépendants du fonctionnement général de l’institution dont elle faisait partie ?

Ce qui a prévalu, c’est que la revue publie d’abord les recherches faites au sein du CERES. Mais nous avions plus de productions scientifiques que ne pouvait en supporter la revue, même si, par moments, la synchronisation n’était pas au point (nous avions des interruptions, les textes n’arrivaient pas à temps, il y avait parfois un retard financier ou administratif dans la publication de la revue) ; l’un dans l’autre, la masse des travaux à publier dépassait la capacité de la revue, d’où un certain nombre de textes publiés ailleurs. Nous autorisions des chercheurs, appartenant à des sections qui ne font pas partie du « noyau dur » du CERES, à publier dans toutes sortes de supports : dans Les Cahiers de Tunisie, Ibla, La Revue de Théologie, Al Fikr, … Je dirais que le CERES c’est la Revue Tunisienne de Sciences Sociales plus les autres publications, les liens entre la revue et le CERES étant des plus intimes.

Qu’a apporté la Revue Tunisienne de Sciences Sociales à l’enseignement des sciences sociales en Tunisie ?

Il faut dire les choses telles quelles sont : nous avons très peu contribué à faire évoluer l’enseignement. D’abord parce qu’un grand débat a envenimé les rapports entre le CERES et facultés, celui de savoir si les chercheurs permanents du CERES ont ou non le droit d’enseigner dans les facultés et de diriger des travaux de recherche. Les facultés demandaient à contrôler les travaux de recherche qui se faisaient en leur sein, et la Faculté des Lettres et Sciences Humaines était particulièrement attachée à ce principe dans la mesure où un certain nombre de collègues du CERES n’étaient pas passés par les « fourches caudines » des recrutements nationaux. Nous ne pouvons cependant pas dire que la contribution était nulle : d’abord et pendant quinze bonnes années, grâce au statut de stagiaire de recherche, des étudiants étaient intégrés aux recherches ; la plupart des sociologues ont fait du terrain en tant qu’étudiants grâce au CERES. De plus et malgré les difficultés administratives, des étudiants de sciences sociales, de géographie, d’histoire, étaient recrutés pendant les trois mois d’été pour participer à nos recherches. De plus en plus, les facultés avaient du mal à faire faire du terrain à leurs étudiants ; même le mémoire de recherche obligatoire pour les étudiants de sociologie a été supprimé par la suite, vu le nombre croissant des étudiants. A partir du moment où les facultés n’étaient plus en mesure d’envoyer des sociologues et des géographes sur le terrain, seul le cadre du CERES permettait d’en faire. Deuxièmement, nos rencontres (il y en avait de toutes sortes, c’était une véritable « industrie » : j’en ai organisé plus de 120 pendant !e mandat que j’ai effectué au CERES), mobilisaient un public estudiantin très curieux, très actif. Nos équipes participaient à des rencontres, des colloques et des séminaires, qui drainaient un très large public ; une de celles qui m’a demandé le plus d’effort en m’apportant finalement satisfaction, a été la rencontre internationale Défi à la philosophie, Défi de la philosophie qui a rassemblé, face à une pléïade de très grands noms français et arabes, jusqu’à plus de 500 participants qui étaient nos étudiants et nos jeunes collègues. Il y avait, à ce moment-là, une soif et un désir de connaître alors que les manifestations culturelles se comptaient sur les doigts, et n’étaient pas aussi abondantes qu’aujourd’hui. Nous répondions à un véritable besoin de culture, de connaissance, d’approfondissement d’une manière timide, indirecte, je vous l’accorde, épisodique aussi ; mais nous avons quelque peu aidé de nombreux étudiants à être au diapason de la science telle qu’elle devait être.

Concernant la vie matérielle de la revue, quels étaient les moyens pour la faire ? Quelle était sa place dans le budget ? Celui-ci était-il géré par l’administration du CERES ou par le comité de rédaction de la revue ?

Le comité scientifique définissait l’ensemble du budget. La pratique normale de toute administration était de nous proposer un budget sur la base de nos propres prévisions. Après quoi, les instances de tutelle procédaient à des laminages successifs. Pour l’ensemble de nos publications, nous avons une enveloppe qui nous permettait de sortir quatre numéros de la revue et, selon les années, entre quatre à dix publications. La priorité était à la revue et il nous arrivait, en cas de besoin, de demander un concours extérieur. Lorsque, pour organiser un séminaire il nous arrivait de bénéficier de l’aide d’une instance internationale, d’une organisation non gouvernementale ou d’un pays ami, nous ne manquions pas de prévoir dans le « budget » extérieur un petit quelque chose pour la publication des Actes. Mais la revue, c’était le budget interne du CERES et elle avait toute priorité.

Qui gérait les problèmes de fabrication, de correction, d’imprimerie ?

C’était notre grand problème. Il existe toujours un service spécialisé de publication, des gens admirables, qui faisaient des heures supplémentaires non rémunérées et en quantité incalculable, des gens qui étaient « au four et au moulin », et qui étaient utilisés à mille tâches.

Ils faisaient partie de l’administration ou de l’équipe scientifique ?

De l’administration, ils s’occupaient de tout ce qui est fabrication, production, suivi. Pour la correction, des personnes recrutées sous contrat, procédaient à deux premières lectures ; la dernière correction qui aboutit au « bon à tirer » était donnée par le chercheur. Je dois dire que c’est la partie qui m’a donné le plus de ma! et le plus de difficulté : très souvent, ii m’est arrivé de retirer moi-même les textes, de m’apercevoir que des choses invraisemblables passaient dans la revue. Nous n’avons jamais pu avoir un contrôle sérieux par l’équipe rédactionnelle qui s’en remettait à cette équipe administrative alors qu’elle n’avait ni les compétences scientifiques, ni le temps nécessaires. Ce travail n’a jamais été fait dans les conditions optimales ; là était notre plus grande faiblesse.

Il n’y a pas que chez vous que cela se passe de la sorte.

Oui, mais si c’était à refaire, je me demande si j’aurais maintenu une publication dans ces conditions-là…

Le catalogue des publications de la revue fait état de l’épuisement des dix-huit premiers numéros. Serait-ce un signe de succès puis d’une baisse de l’audience de la revue ? Comment interpréter ces données ?

Le tirage se faisait au « pif » : au moins deux mille. Le plus gros était trois mille, parfois nous sortions à cinq mille. Le numéro 100 est sorti à cinq mille exemplaires. Il renfermait de très belles signatures, de très bons articles, il avait été soigneusement préparé. Les autres numéros de la revue et nos publications m’ont posé des problèmes rencontrés ailleurs : il existe certainement un lectorat potentiel pour nos publications, mais nous ne savions pas comment le toucher ; nous n’arrivons pas à le faire. Nous vendons une centaine d’exemplaires chez les dépositaires. Faut-il laisser s’empiler les tirages nos dépôts ? Faut-il essayer de trouver des lecteurs ? Après tout, nous écrivons, nous rassemblons, nous administrons, nous éditons, ii ne faut pas quand même nous demander de nous transformer en marchands. Nous ne savons pas vendre ; je n’ai jamais su pourquoi tel livre se vend et pas un tel autre. C’est un mystère. La Revue d’Etudes Juridiques qui est restée un unicum a été épuisée en un mois. Est-ce- qu’elle répondait à un besoin ? Est-ce-que le directeur de la section à l’époque a fait du porte-à-porte ? J’ai recruté quelqu’un qui, avec sa voiture, sillonnait la Tunisie ; il nous a vendu des milliers d’ouvrages à travers le pays. Simplement, je n’ai jamais pu le rémunérer correctement : l’administration qui a ses propres régies ne le permet pas ; il est donc parti. J’ai pris la décision d’organiser un service des échanges et qui procédera à une distribution gratuite. Nous avions une liste de 700 correspondants ; dès qu’un livre sortait, nous l’envoyions aux quatre coins du monde, à nos frais… On expédiait à Karachi, à Buenos Aires, dans les bibliothèques parisiennes, africaines, tunisiennes et les centres de recherche. Le reste parlait en deux, trois ou quatre ans, au hasard des conjonctures, il est normal que les toutes premières livraisons soient épuisées.

Parce que les chiffres de tirage étaient moins importants, ou parce que la soif était plus grande ?

Le temps passant par là, les publications sont épongées progressivement. Une bonne publication doit partir en un an ; il y en a qui, parfois, mettaient quatre ans à partir. Certaines livraisons étaient épuisées très rapidement et il nous est arrivé de recevoir des commandes qui nous laissaient rêveurs : cinq milles exemplaires pour tel livre de théologie par exemple !

Les problèmes de fabrication de revue sont un maillon parlant de la difficulté de mener une revue depuis sa conception, dans sa réalisation et jusqu’à son arrivée au lecteur puis son écho.

Ma conviction aujourd’hui est qu’il y a des professionnels de la vente des livres et il faut leur faire confiance.

Mais pas de la revue !

Ils peuvent faire la même chose pour les revues et il faudrait les y engager. C’est pour cela que si j’avais à refaire cette expérience, avant de créer une revue, je m’entendrais au préalable avec un éditeur pour tracer une politique éditoriale, qui n’est pas forcément celle d’un centre de recherche.

Dans votre parcours de directeur de revue, vous seriez passé d’un Etat commandeur à un éditeur demandeur ?

Exactement ; parce que la situation n’est plus la même. A l’époque, qu’y avait-il comme maison d’édition ? L’Etat : une maison d’édition non soutenue par l’Etat ne pouvait pas démarrer. Aujourd’hui, il y a une crise du livre qui a créé au niveau de la société tunisienne de nouvelles préoccupations. Parmi les éditeurs de la place, certains ont émergé, il faudrait les aider à survivre, car « s’ils vendent leurs chemises », nous sommes tous acculés à le faire. L’idée – à l’époque, je ne pouvais pas même pas en prendre conscience parce que la conjoncture était autre qu’aujourd’hui – est qu’il faudrait miser sur ce type de professionnel. Que leur statut soit étatique, semi-étatique, etc. ; c’est une autre question. Le problème en Tunisie est que l’Etat a trop étatisé le commerce du livre.

Mais est-ce que la recherche est en situation de demande éditoriale ?

Non.

Croyez-vous que la solution est dans le fait de trouver un éditeur ?

C’est à voir ! C’est une voie à explorer avec beaucoup d’attention et d’espoir.

La recherche n’est pas un produit de consommation…

Non, pas du tout. Je me suis même demandé parfois si, pour nous autres pays du Sud, ce n’était pas un luxe. Mais c’est une idée que je refuse parce que si je l’acceptais, je rentrerais chez moi. Il faut croire, continuer à œuvrer, à travailler et essayer de trouver des solutions. Je dois dire qu’avoir sorti cent quinze numéros de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, c’est une performance.

Que vous fait la disparition de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales ?

Elle me chagrine parce que, vous savez, une bonne partie de ma vie ma vie se confond ou presque avec le CERES ; l’effondrement de ce qui a été construit patiemment avant tant de collègues admirables me chagrine profondément. Dans la masse des publications que nous avons faites, certaines ont un niveau international Nous avions aussi tissé un réseau d’amitiés intellectuelles et de coopérations internationales avec des partenaires très exigeants. C’est là un acquis. Faut-il qu’il se perde ?

Est-ce qu’on pourrait sauver le CERES par la Revue Tunisienne de Sciences Sociales ?

Je ne sais pas, les choses, comme on dit, ne me « regardent plus », même si je continue dans le secret à bien les regarder !

Version reprise en septembre 2019 pour La Lettre de l’IRMC n° 24, 2019, pp. 19-25 

Je vote dimanche

Comme partout, la situation en Tunisie est très compliquée et rien n’est clair.  Nos deux candidats du 2ème tour sont différents, assez simplets, incomplets, sans profondeur. Le débat télévisé de vendredi soir https://www.youtube.com/watch?v=vGf35QHvYUg n’a pas influencé mon choix. Chaque profil pose de vrais problèmes de conscience et de perception aux pauvres votantEs que nous sommes. Aucun ne dégage un charisme et ils ne rassurent ni sur l’avenir du pays ni sur la fonction. Les deux finalistes disent peut-être/surtout la pauvreté du choix que nous avons réussi à construire en 9 ans. C’est tout ce que l’on a devant nous, dans l’isoloir.

J’irai voter demain parce qu’aller aux urnes est un acquis à préserver. J’ai commencé trop tard à voter dans la vie pour bouder ce geste que j’accomplis pour la huitième fois depuis 2011. Tellement de gens sont morts pour cette liberté que je ne me permets pas de faire la fine bouche devant un choix effectivement limité, pauvre, sans jus.

L’image des candidats

L’image du premier candidat (Kaïs Saïed) est rattachée aux islamistes par de multiples fils développés en motifs d’appartenance. Son frère, entre autres, est un islamiste notoire. SI le parti Ennahdha n’appelle pas à voter pour lui (les bases suivraient-elles une consigne ?), il a exprimé sous plusieurs formes son « soutien ». De toutes les représentations qui émanent de KS, la plus persistante est qu’il est loin des magouilles d’argent (ni train de vie ni campagne électorale à l’américaine). Il répond à une image d’intégrité qui manque dans la société tunisienne où les exemples d’enrichissement se sont multipliés. L’arrivisme est devenu tellement prégnant dans les familles, les quartiers, les institutions, les partis que ce personnage apparaît comme sorti d’un conte moral, d’un temps révolu. Cette réputation est sûrement exagérée, gonflée par le besoin de pureté qu’elle représente. Même si c’est une légende, le personnage fournit un symbole auquel on peut croire, un espoir qu’on peut brandir face à un réel sauvagement compétitif.

Que peut faire un futur Président de la République à part nommer des conseillers, obtenir des privilèges, proposer des lois ou représenter l’Etat à l’intérieur et à l’extérieur ?  Si on s’en tient aux textes, sécurité et diplomatie sont ses prérogatives mais on sait la résilience des corps de l’Etat et de l’administration et on vit les habitudes de rétention de l’information. KS n’a aucun parti derrière lui donc pas d’outil politique à manipuler ni de poids au Parlement. Il est tenu par la Constitution plus qu’il ne peut agir dessus. Il défend des idées vagues sur la décentralisation et le pouvoir local avec des références juridico-politiques qui parlent aux jeunes. Symboliquement, il fait écho à des couches de la population (souvent diplômées) qui pensent avoir été broyées par le processus transitoire depuis 2011, se morfondent dans des situations subalternes et expriment une hostilité au pouvoir et à ses représentants (« intellectuels » compris) qui confine à la haine sociale parfois.

Le second (Nabil Karoui) est porté par un parti (Qalb Tounès). Affairiste des médias et de la publicité, il est galvanisé par la volonté de puissance et les défis de conquête de position. Il fait carrière avec une chaîne de télévision Nessma Tv qui mise sur le marché maghrébin. Depuis 3 ans, il fait sa « rédemption » en donnant aux pauvres qu’il a découverts en sillonnant le pays. Après avoir fondé une association de bienfaisance, NK quitte puis recycle le parti Nida Tounès porté par Béji Caïd Essebsi, d’où son inimitié avec le chef de gouvernement actuel (Youssef Chahed) qui, une fois nommé en 2016, se cabre contre son mentor et son fils, héritier. De son côté, NK pense qu’il peut passer aux manettes du pouvoir politique après avoir « fabriqué » BCE et travaillé au fameux « consensus » -entre lui et Rached  Ghannouchi- qui gère le pays depuis 2013. BCE est mort le 25 juillet après avoir laissé son fils (aujourd’hui en France) décomposer la coalition électorale qui avait permis de rééquilibrer l’exercice du pouvoir en Tunisie (on dit aussi « éviter la guerre civile ») après 2013. NK fait cavalier seul dans cette aventure d’un autre type pour parvenir à la primature, après son passage par le parti présidentiel. Avec son sens commercial, il récupère un parti en juin 2019 et entraîne des forces constructrices de l’économie entrepreneuriale qui, comme lui, crèvent de relancer des affaires empêchées par l’instabilité politique. Tous pensent que la « Révolution » est terminée ou, tout au moins, à stopper car le « chaos » ne permet pas d’établir des contrats ni d’attirer des capitaux. Emprisonné juste avant le déclenchement de la campagne électorale et relâché quatre jours avant le 2ème tour, il est érigé par le système médiatico-politique (et pas seulement sa télé) comme victime d’injustice.

Côté électorat

En face, électeurs et électrices voient et vivent des signes de décomposition depuis 2011 : notre classe politique « scissipariste » n’a entrepris aucun travail véritable face aux problèmes sociaux, aux inégalités et aux grands choix économiques. La dégradation matérielle et économique (inflation des prix, transport, santé, enseignement, administration, environnement…) a atteint les partis politiques qui n’ont pas coalisé des réflexions ni dessiné des directions de travail, encore moins établi des programmes. L’Etat n’a pas cessé de s’affaiblir avec la valse des gouvernements inefficaces et vite essoufflés : 9 formations en 9 ans et des centaines de ministres tournants. La corruption a gagné en surface, s’est « démocratisée » tout en devenant un leitmotiv honteux et menaçant la « cohésion » des nantis, intermédiaires et profiteurs (médias, douanes, hommes d’affaires, juges, avocats…). Aucune réforme de fond n’a pu naître (les députés de l’Assemblée des Représentants du Peuple y ont bien veillé) et cela se voit partout et particulièrement dans les mondes judiciaire et médiatique où se concentrent les nœuds mortifères de la nouvelle « gouvernance ». Fric et influences ont accentué et alimenté les poisons de la justice et des médias, principaux artisans du paysage électoral 2019 avec ses imbroglios, ses rebondissements et ses tensions, en plus de quelques surprises (dues en partie à la mort de BCE). 

Ces élections nous font vivre une période épique, un tourbillon de rapports de forces, un apprentissage de la politique violent et accéléré, pas satisfaisant en tous cas.  Nous allons vers une législature difficile mais ce n’est qu’une nouvelle gageure, après celle de 2014/ 2019, responsable des blocages des lois et des réformes (l’absence de Cour Constitutionnelle est un des résultats de cette tactique d’obstacles). 

J’irai voter car un Président de la République ne peut pas grand’ chose, surtout dans ce désordre. Il peut cependant être une conscience, empêcher des choses, arbitrer et veiller, en principe, à la Constitution. Si KS est élu, le magnat des médias n’aura pas profité des instruments de la domination mais son parti peut travailler au sein de l’ARP et au gouvernement. A la lumière des débats et des faits, les écartés depuis 2011 peuvent se projeter en KS, alors qu’ils se sont sentis exclus par un « ancien régime » qui a eu le temps de faire un retour recyclé partout dans la politique et l’économie. N’est-ce pas le mouvement dialectique de l’histoire ?

Pour ce pari sur cinq ans, il faut accepter d’affronter les risques politiques liés à la crainte des islamistes qui sont au Parlement, affaiblis en nombre (52 sièges sur 217) mais plus incrustés dans d’autres rouages. La bagarre politique doit continuer, avec celle de la morale.

Quelque soit le résultat, et à partir de lundi, nous serons dans une autre psychologie collective et, j’espère, moins d’hystérie. Plus de TunisienNEs auront pensé et senti la politique de près et certainEs travailleront à perpétuer calmement quelques leçons apprises au cours de cette transe estivale, le premier des enseignements étant l’indigence du choix des candidats.

Nous avons à construire l’avenir du pays avec plus de règles, plus de morale et à nous habituer/obliger à appliquer la loi. Nos juges sont douteux et nos médias nous polluent la vue et la vie. Ces domaines, comme d’autres, peuvent tirer des améliorations de cette immense leçon de choses politiques que nous sommes en train de vivre en accéléré, sans rien dominer.

C’est vrai que les transitions politiques sont fatigantes, surtout par les magouilles qu’elles libèrent comme des bactéries après le dégel. Mais cela a l’avantage de faire bouger les lignes, de faire émerger des gens à une allure effrénée, de détrôner quelques privilégiés. On apprend à toucher nos limites et on doit accepter de savoir qu’elles sont dures à cuire et qu’elles sont aussi en chacun de nous. Il faut juste supporter le mouvement incessant, le ballottement de nos perceptions, l’incertitude de nos jugements. Le plus dur est d’accepter que rien ne soit acquis ni limpide tout en dégageant un cap pour continuer à décider sans se décourager, pour entreprendre des petites choses, le seul niveau d’action possible. 

Voter est une épreuve psychologique et éthique qui vient après des décennies d’inertie politique mais je vois tellement de gens supporter cet inconfort et travailler, chacun à sa manière et avec ses moyens, sans rien demander en échange. Alors je ne me sens pas trop seule.

Hammam-Lif, le 12 octobre 2019

Paru sur Le Quotidien d’Oran, lundi 14 octobre 2019

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5282365

 

Après le 1er tour des présidentielles en Tunisie : Que faire ?

Le duo à première vue surprenant du 2ème tour des présidentielles en Tunisie renferme des significations. Les 49 % des 7 millions d’inscrits (3.465 mille contre 3.339 mille en 2014, alors que les inscriptions ont augmenté de 33%) ont choisi Kaïs Saïed et Nabil Karoui. Des sondages avaient annoncé le résultat depuis début 2019 mais cela n’a pas empêché la multiplication des candidatures, la dispersion des rangs ni l’absence de débat autour de questions de sécurité et de diplomatie, au cœur des prérogatives présidentielles. Incrédulité ? Indifférence ? Boycott ? Il faudra se pencher sur ces deux tiers de la population tunisienne qui n’ont pas participé, en plus du chiffre de 23.000 votes blancs exprimés.

Des garde-fous ont balisé le jeu électoral : une loi (avril 2011), une commission indépendante (ISIE), 13.834 bureaux de vote, près de 60.000 scrutateurs, plus de 4.000 observateurs et une palette de 26 candidats dont 5 qui se sont présentés en 2014, le chef du gouvernement et son ministre de la Défense, le vice-président du Parlement et huit ex-ministres. Pour autant, les deux candidats distingués par le vote (18,4 % et 15,58 %) ne viennent pas de nulle part. Présents depuis longtemps sur le terrain et par les médias, ils invitent à regarder attentivement la roue électorale en action.

Kaïs Saïed, surgi d’un angle mort ?

Juriste constitutionnaliste de 61 ans, Kaïs Saïed s’est fait connaître par ses expertises radiophoniques et télévisées, entre 2012 et 2013, au moment de l’écriture de la Constitution, promulguée en janvier 2014. On se souvient de l’universitaire dans les sit-in de Kasbah 1 (janvier 2011) et Kasbah 2 (février 2011) qui appelé au boycott des élections et de la Constituante ; il n’a pas voté en 2011, 2014 et 2018. Sa voix et son phrasé deviennent familiers grâce à une langue classique pleine de références scolaires et savantes qui lui confèrent une personnalité originale. 45% des 620.711 voix pour Kaïs Saïed ont un niveau secondaire ou universitaire et 37% appartiennent à la catégorie d’âge des 18-35 ans. L’expert dégage un niveau intellectuel, les références de son discours tressent l’histoire arabo-musulmane avec celle de la Tunisie. Fort de son autorité savante, il mène une campagne discrète, faite de contact direct sans bénéficier d’appuis matériels identifiés, pas même de la subvention de l’ISIE. En août 2019, avant de se présenter à la candidature à la présidence de la République, il déclare avoir perdu les 10.000 appuis nécessaires à son enregistrement : il parvient cependant à les rassembler le dernier jour grâce à une conjonction de solidarités. Ce qui signifie que l’homme est loin d’être isolé. Son train et style de vie sont simples et dénués de tout soupçon d’enrichissement. Il dit ne pas avoir de compte facebook, ses admirateurs et soutiens diffusant ses interviews et avis sur des points de la vie politique et juridique (sur la constitution devant la Commission des droits et libertés de l’Assemblée Nationale Constituante en 2012 ainsi qu’à propos des mobilisations de l’oasis de Jemna et d’El Kamour en 2017). Il déclare avoir voté blanc en 2019 afin de laisser le « peuple » décider et défend l’idée d’un pouvoir local décentralisé.

Diverses interprétations courent sur le compte de ce candidat inattendu, sans parti et considéré pour son intégrité. On le dit ultra-conservateur (contre les libertés individuelles et l’égalité de l’héritage) et connecté aux Ligues de Protection de la Révolution[1], proches du parti salafiste Et-tahrir. Un ancien militant gauchiste surnommé «Ridha Lénine » déclare être son ami et compagnon en même temps que le parti Ennahdha lui apporte son soutien. Pour d’autres, Kaïs Saïed serait au centre d’une opération d’intervention sur les votes similaire à d’autres expériences électorales (Trump, le Brexit). Le fait est que les réseaux sociaux sont poreux à des calculs de profils et d’influence et que l’espace virtuel tunisien est d’autant plus une friche qu’il s’est considérablement développé après 2011 (on estime le nombre des abonnés facebook à 7 millions environ).

Nabil Karoui, Robin des bois versus Berlusconi 

Nabil Karoui, 56 ans, est moins énigmatique et apparemment plus connu. Sa trajectoire ressemble à celle des magnats des médias qui contribuent à fabriquer le pouvoir puis veulent s’en emparer. Après un passage par Canal Horizons[2] en 1992, il fonde un empire publicitaire avec son frère Ghazi, puis crée Nessma Tv le 20 mars 2005, l’année où Zine El Abidine Ben Ali[3] organise son Sommet Mondial sur la Société d’Information (SMSI, décembre 2005). Cantonnée dans le sport et le divertissement, Nessma cible le marché maghrébin et cultive une politique de feuilletons sud américains puis turcs, doublés en arabe dialectal. Après 2011, il participe à la promotion médiatique de Béji Caïd Essebsi et intègre le noyau fondateur du parti Nida Tounès fondé par BCE en 2012 pour contrebalancer l’hégémonie islamiste. Il monte un système de relais d’information avec des radios régionales sans autorisation, et continue à émettre malgré tous les rappels de payer, sans obéir à la loi. Depuis 3 ans, le patron de Nessma Tv a abandonné le Conseil d’administration de la télévision pour se consacrer à une action caritative à travers les différentes régions de Tunisie. Il commence à sillonner le territoire, apportant à des populations abandonnées des aides de toutes sortes, des opportunités d’emploi, des conversations et des gestes d’empathie. Il construit une image de bienfaiteur et d’intervenant proche de populations qui l’adoubent comme un homme de bien et en témoignent par la parole et le geste, judicieusement captés par sa télévision omniprésente. Exploitant le marché, les besoins et les goûts du public, les maux individuels et la psychologie collective de la société tunisienne, il prend le temps et les moyens de faire exister et agir son personnage : l’homme brisé par le décès de son fils se tourne vers la charité et le souci des pauvres dont il découvre l’existence et la désespérance. Il suit et fait parler devant les caméras les bénéficiaires et des témoins de son action re-distributrice. Il investit en temps et en gestion pour aider les pauvres, en le faisant savoir et scénariser. Son mérite est d’avoir déniché les lieux et les cibles d’une aide publique laissée vacante, servi en cela par un savoir-faire de publicitaire, captant les besoins et ciblant les solutions. Le story telling et l’émotion constituent le cœur de son métier tandis que l’actualité tunisienne lui donne l’occasion de connaître le cercle des politiques côtoyés à Nida Tounès qu’il quitte en 2016.

Afin de se présenter aux présidentielles, l’homme d’affaires crée en juin 2019 le parti Qalb Tounès (Cœur de la Tunisie) et son frère brigue la position de tête de liste des législatives de la région de Bizerte dont ils sont originaires. L’immunité que confèrent les postes de président et de député fait partie de la stratégie globale.

Comme Kaïs Saïed, Nabil Karoui parvient à toucher des catégories exclues : 40% des votants sont illettrés. Il étreint les vieilles dames, s’assoit dans les cafés, organise la distribution des colis et des repas, organise des caravanes de soins, fait retaper des taudis, trouve des emplois grâce à ses réseaux et à la sympathie que sa philanthropie suscite sur son passage. Ce faisant, il remplit un vide laissé par les pouvoirs publics qui réalisent tardivement son influence dans la Tunisie profonde. Son train de vie, ses réseaux, sa femme apparaissent après son emprisonnement ; celle-ci séduit les médias par sa maîtrise de la communication et des codes langagiers, surgissant à un moment idéal pour être entendue et admirée comme une épouse solidaire, clairvoyante et combative.

La bulle médiatico-politique en question

Paradoxe du deuxième tour : aucun des deux candidats ne passe à la télévision ni à la radio. Nabil Karoui, en prison depuis le 23 août, ne peut pas prendre la parole ; sa télévision (en principe interdite), son équipe et son épouse se chargent du travail de propagande. Kaïs Saïed est, de son fait, peu présent dans les médias tunisiens pendant la campagne. Depuis sa victoire, il distille interviews et apparitions, son élection ayant été le fruit d’une communication virtuelle, orchestrée par des volontaires jeunes, instruits et très connectés.

L’un comme l’autre interrogent un système médiatique qui a contribué au capital de chacun. Proches par leur choix d’investir le terrain et leur action de proximité, ils défient et percent la bulle médiatico-politique. Ils ont sillonné la Tunisie, Karoui avec ses caméras tandis que Saïed pratique la parole et le débat directs. Les préférences du premier tour expriment un refus des politiques publiques menées depuis 2011. Les attentes économiques et sociales qui ont déclenché les événements de décembre 2010/janvier 2011 n’ont pas trouvé de réponse. Les aspirations à l’emploi et au changement ont été balayées par les débats autour de la Constitution, du régime politique et de l’identité. La « Révolution » a remodelé la classe dirigeante qui ne s’est pas attaquée aux inégalités et discriminations qui ont secoué l’ancien ordre. Au fil des années, on note une valse de responsables, des enrichissements impromptus, des privilégiés se conduisant comme des hors la loi, des bénéficiaires sélectionnés par les alliances d’intérêts. Grâce à la liberté d’expression, les pratiques sont plus visibles aux TunisienNEs en même temps que les infractions et dépassements se multiplient au grand jour. Les électeurs savent l’ampleur de la corruption (la Tunisie a été sanctionnée par le GAFI[4]) ; elle est au cœur des discours des concurrents, alors que leurs financements ne sont pas clairs.

Le désaveu de la classe politique ramène au slogan « le peuple veut » (repris par la campagne de Kaïs Saïed) que les élites aux commandes après 2011 ont perdu de vue. L’aspiration à la dignité et à la morale est d’autant plus malmenée qu’elle est confrontée à une justice obscure. L’appareil judiciaire qui était à la solde du parti unique avant 2011 poursuit ses actions opaques, sans réforme des lois, de la fiscalité ni des procédures de jugement. L’emprisonnement de Karoui pour fraude fiscale et blanchiment d’argent, à la veille des élections, est politiquement nuisible. Son arrestation précipitée (son dossier judiciaire date de 2016) fait de lui une victime de l’injustice que tout le monde réprouve. Nabil Karoui incarne ce ressenti et en devient le symbole à cause d’une décision judiciaire trouble et mal pesée. Sa posture de candidat s’en trouve renforcée en droit tandis que son image gagne en romantisme. Il se retrouve second favori de la course au poste de Président de la République (525.717 voix).

Votes et non votes du 1er tour des présidentielles tunisiennes de 2019 sont à lire comme une remise en cause légaliste des gouvernants et des partis depuis 2011. Le fonctionnement politique qui régit le pays ainsi sanctionné par les urnes parviendra-t-il à se réformer après cette secousse ? Les élections législatives du 6 octobre seront la prochaine réplique.

Paru sur Le Quotidien d’Oran, mercredi 25 septembre 2019

[1] Les LPR créées en mai 2012 et responsables de plusieurs actions violentes sont interdites en mai 2014.

[2] Une filiale de Canal + qui diffuse au Moyen Orient et en Afrique à partir de 1990.

[3] Né en 1933 à Hammam Sousse, il prend le pouvoir le 7 novembre 1987 et quitte la Tunisie le 14 janvier 2011. Il meurt à Jeddah le 19 septembre 2019.

[4] Groupe d’action financière intergouvernemental veillant à assurer les règles de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme en accompagnant les Etats dans l’adoption des normes nécessaires.

Le jeu électoral tunisien en gestation

L’élection est un des principes démocratiques. Non suffisant mais nécessaire. La marche prouvant le mouvement, peut-on devenir (meilleur ?) électeur en Tunisie ? De quoi disposent les électeurs et les électrices pour avancer dans cette direction ? On attend plus de 7 millions d’inscrits et le taux de participation n’est pas la seule inconnue, ni le paramètre le plus significatif. Ce papier propose une lecture de quelques indices de gestation de l’apprentissage du vote par les Tunisiens et les Tunisiennes.

Une expérience et des dispositifs

L’été 2019 installe dans la bousculade un quatrième rendez-vous électoral, après le 23 octobre 2011 (Assemblée nationale constituante)[1], le 4e trimestre 2014 (Assemblée des représentants du peuple (ARP) et deux tours de présidentielles) et le 8 mai 2018 (élections municipales). La nouvelle expérience perturbe beaucoup d’agendas en même temps qu’elle promet de vulgariser le répertoire d’action de l’électorat tunisien face aux institutions et aux mécanismes disponibles. Comme à chaque étape, des possibilités transparaissent de la confrontation des votants avec les candidatures aux postes de la présidence et de la députation. Les péripéties du vote offrent l’opportunité de creuser des réflexes procéduraux et de se frotter à l’application concrète des rouages acquis au cours du processus transitionnel. En résumé, le pays dispose en premier d’une ARP et d’une Constitution. Trois instances installées depuis 2011 encadrent les opérations : l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), la Haute Autorité indépendante de la communication audio-visuelle (HAÏCA) et l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC).

Ce dispositif d’accompagnement direct s’adosse au système médiatique, télévisions, radios et réseaux sociaux étant indissociables de l’entreprise électorale. Les médias s’essayent à des exercices nouveaux et des propositions de forme et de contenu destinées à répondre à la fougue du moment. Le système judiciaire entré en scène à travers les cas de deux candidats (deux hommes d’affaires poursuivis par la justice, Slim Riahi et Nabil Karoui) attise la fièvre électorale. Systèmes judiciaire et médiatique sont d’autant plus mis à l’épreuve qu’ils ont peu bougé depuis les élections précédentes.

En partie parce qu’elle est bousculée, cette échéance révèle plus crûment les carences, les défaillances et les limites du dispositif institutionnel face aux processus nécessaires à la transition.

ARP et Constitution face à l’anticipation

Les élections législatives devaient se tenir le 6 octobre et les deux tours des présidentielles se dérouler les 10 novembre et 30 décembre 2019. Le décès du Président Béji Caïd Essebsi (25 juillet 2019)[2] précipite les événements et en dévie le cours. Il ajoute à une accélération enregistrée dès mai 2019 à l’ARP, causée par la fièvre de l’incertitude des résultats et la crainte de voir surgir des favoris jusque là non signalés par les radars. Le vote de l’amendement de la loi électorale le 18 juin 2019 déclenche une situation impromptue. Si l’activité parlementaire ensommeillée parvient à se réveiller, effrayée par des sondages pointant des figures d’outsiders de la vie politique comme Nabil Karoui (Nessma Tv) et Olfa Terras (association ‘ich tounsi), le recours au président de la République introduit un imprévu de plus : le 5 juillet, le texte n’est ni signé ni renvoyé à l’ARP. Ce qui, en l’absence de la Cour constitutionnelle empêchée d’advenir, exclut le temps et les moyens de faire revenir l’amendement sur le tapis. Ce n’est pas le premier des blocages de la machine à gouverner tunisienne, construite autour de vides juridiques et de défaillances structurelles. L’ARP a eu le temps de les investir pour marchander des voix, contrôler des postes ou garantir l’immunité de ses membres.

Le recours suprême reste le texte constitutionnel, non dénué de paradoxes. Sur les conditions de la vacance du pouvoir, la Constitution de 2014 précise : le président intérimaire (Mohamed Ennaceur, président de l’ARP) ne peut pas gouverner plus de 90 jours. La contrainte temporelle constitue l’épine dorsale du nouveau calendrier électoral qui amène à inverser une règle instituée en 2014 (organiser les élections législatives avant les présidentielles), de manière à introniser le candidat élu avant fin octobre 2019. Un coup de la vie fait tomber la disposition électorale dont on attendait qu’elle renforce et pérennise la diminution des prérogatives de la Présidence de la République en subordonnant celle-ci aux équilibres partisans et à leurs effets sur la composition de l’assemblée parlementaire.

L’ISIE, quatrième version

La surveillance de l’ARP[3], aux retombées négligeables sur le comportement des députés, n’a pas d’équivalent face à l’ISIE[4], moins soumise aux feux médiatiques et au contrôle de la société civile.

La création et l’élection de l’instance en avril 2011 mettent fin au magistère du ministère de l’Intérieur sur l’opération électorale. Pour ces raisons, la structure se retrouve au centre de luttes d’influences au sein du pouvoir législatif. Une série d’inconnues vient perturber le choix des responsables et, en conséquence, des méthodes choisies. Chacun des quatre présidents -Kamel Jendoubi[5], Chafik Sarsar[6], Mohamed Tlili Mansri[7], Nabil Baffoun[8]– est au centre d’une crise. Leurs bilans respectifs et les raisons de leurs départs restent non élucidés, en l’absence d’une information transparente et d’un journalisme politique conséquent.

Les règles d’acceptation des candidats aux présidentielles révèlent des manques, comme la non exigence d’un extrait du casier judiciaire ou de la déclaration des biens. 98 candidats dont 26 retenus (et seulement deux femmes) se sont présentés avec des dossiers inégaux, parfois incomplets. Des appuis de députés ou de citoyens s’avèrent irréguliers, voire frauduleux. Depuis 2014, on sait que plusieurs candidats n’ont pas remboursé les frais de campagne. L’emprisonnement du patron de la chaîne Nessma, Nabil Karoui le 23 août et la participation de l’homme d’affaires Slim Riahi depuis l’étranger troublent la transparence de la compétition. Le gel du poste de porte-parole, confié à la seule femme de l’Instance, jette une ombre supplémentaire sur les capacités d’arbitrage attendues. Malgré le rodage des procédures, on reproche à l’ISIE son laxisme voire des faiblesses et des tensions qui atténuent la confiance envers ses neuf membres.

La HAÏCA, une autorité ?

Si l’ISIE donne des signes de fragilité que dire de la HAÏCA[9]  qui  connaît, depuis 2013, une série de démissions et de décisions non appliquées ? Le rendez-vous de 2019 voit croître les désordres des sondages (en principe interdits), les fausses nouvelles et les pages sponsorisées. Le changement impromptu du calendrier électoral bouleverse les vacances des journalistes et les grilles de programmes. Alors que le lancement de la campagne électorale est fixé au 2 septembre, les chaînes de télévision et de radio préparent des émissions politiques estivales, l’audimat étant assuré par l’actualité. Le suivi médiatique des dépôts de candidatures à l’ISIE jette des lumières sur le fonctionnement de celle-ci et informe sur la portée de ses règles. ISIE et HAÏCA nouent des liens pour des activités concertées et l’offre journalistique se nourrit de l’activité des deux institutions comme de la critique de leurs procédés défaillants. D’un autre côté, des associations se mobilisent pour des questionnaires de sensibilisation et d’explication. Des programmes d’entretiens sont mis en place par les télévisions et radios publiques et privées. Propositions et interventions se multiplient,  nourrissent la dynamique électorale et éclairent l’opinion publique. Mais ce qui fait défaut c’est le suivi et le contrôle. On peut citer l’exemple des médias sans licence[10] qui sont en principe interdits de participer à la campagne électorale. Qui garantit l’application ?

L’entrée en action de l’INLUCC

La fabrique des apprentissages électoraux s’ouvre pour cette session en direction d’une troisième institution post-2011, consacrée à la lutte contre la corruption. Créée en janvier 2016, l’INLUCC est un acteur nouvellement impliqué dans le dispositif accompagnant les élections. Dotée d’une loi[11], elle publie le 2 septembre la liste des candidats et des partis ayant déclaré leurs biens, introduisant ainsi un paramètre dans les critères de choix, non prévu par l’ISIE. Elle nous apprend que neuf partis seulement ont déclaré leurs biens et trois candidats n’ont pas fait état de leur patrimoine : la notion morale de fasad (i.e. corruption) s’incarne progressivement dans des normes d’évaluation et des procédures de contrôle. Le système électoral parviendra-t-il à traduire cela dans les votes ? Comme pour les autres instances, l’électorat attend des mécanismes de surveillance et de sanction à l’endroit de ceux qui ne respectent pas les règles.

Ces élections anticipées mettent en évidence un dispositif institutionnel incomplet et se déroulent dans un contexte fragile et menaçant : l’opération de Haïdra du 2 septembre rappelle l’existence des réseaux terroristes tandis que la crise économique et sociale reste omni -présente. Quelles que soient les insuffisances et les imperfections, on attend des rendez-vous du 15 septembre et du 6 octobre 2019 qu’ils contribuent à peupler l’espace public tunisien de jurisprudence afin de poursuivre le processus d’asseoir le pouvoir politique par le droit. Tout en pointant les carences et contradictions qui apparaissent sur le chemin, cette plage électorale peut aider à inventer d’autres instruments et usages améliorant les conditions de l’éligibilité et du vote et à concevoir des outils d’application et de contrôle adéquats.

Le 4 septembre 2019

Paru sur Le Quotidien d’Oran du samedi 7 septembre 2019 

[1] « (Re)voir la Tunisie vote le jour des élections américaines », https://hctc.hypotheses.org/1634

[2] https://hctc.hypotheses.org/2333

[3] Une ONG El Bawsala https://www.albawsala.com veille au fonctionnement ; les débats sont retransmis en direct par la chaîne 2 de la télévision nationale.

[4]Décret-loi du 18 avril 2011, portant création d’une instance supérieure indépendante pour les élections, Journal officiel de la République tunisienne, n°27, 19 avril 2011, pp. 484-486

[5] Elu par la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique (HIRORRPTD) en mai 2011, il dirige les élections législatives d’octobre 2011.

[6] Juriste et universitaire, il dirige l’ISIE de janvier 2014 à mai 2017. Il démissionne en même temps que deux autres membres.

[7] Avocat et universitaire, sa présidence dure l’année 2018.

[8] Depuis janvier 2019.

[9]Décret-loi n° 116 du 2 novembre 2011 et fondation le 3 mai 2013.

[10] Nessma Tv, Zitouna Tv et radio Qur’an.

[11]Loi n°2018-46 relative à la déclaration de patrimoine et la lutte contre l’enrichissement illicite et le conflit d’intérêt dans le secteur public.

 

Tunisienne saluant le cortège

Funérailles de Béji Caïd Essebsi : un embrayeur de civisme ?

La cérémonie des obsèques de Béji Caïd Essebsi (BCE) vaut plusieurs documentaires sur la Tunisie. Elle exprime un mélange d’ingrédients de toutes sortes, comme si le pays rebattait ses cartes, jouant sur plusieurs registres, ré-agençant ses ressources, faisant bouger des lignes plus ou moins visibles.

Un moment de concrétion 

« Concrétion » désigne un processus chimique et biologique qui aboutit à créer de nouveaux corps, des couches rocheuses sur les surfaces ou parois. La mort de Béji Caïd Essebsi, depuis son hospitalisation du 27 juin, fait penser à ce phénomène physique, sur le plan politique comme dans la manière dont la population tunisienne l’a vécue.

Politiquement, le pays a eu quelques semaines pour mettre au point une réponse à la vacance du pouvoir, malgré le manque inquiétant de Cour constitutionnelle. Les médias ont pu examiner les divers aspects de la menace de vide pesant sur le pays, dès le premier malaise du président de la République. Les commentaires ont essentiellement porté sur sa non signature de l’amendement de la loi électorale visant à exclure des concurrents imprévus à la course à la présidentielle et aux législatives. Au-delà des débats juridiques, entre rumeurs et examen de la première conséquence subie par la non-élection de la Cour constitutionnelle, juristes et journalistes ont discuté à loisir les textes régissant les cas où le président de la République est empêché d’exercer.

La rapidité avec laquelle s’est déroulée la relève (annonce officielle du décès, prestation de serment de Mohamed Ennaceur) est en partie le fruit de cette première expérience traversée par le personnel politique et médiatique et l’entourage du président.

Du point de vue de la population, les funérailles révèlent des réactions inattendues envers un président de la République au legs contradictoire : la division du parti Nida Tounès fondé par BCE en 2012 pour se présenter aux élections de 2014 est l’œuvre de son fils Hafedh, intronisé directeur exécutif. Le nouveau venu essayant de rafler la mise du chef de parti prétendu honoraire a suscité départs en masse et réduction du nombre de députés. L’hérédité n’est plus acceptée dans le jeu politique tunisien depuis 2011 et on a attendu vainement de BCE qu’il arrête les manœuvres destructrices du fils. L’homme a été critiqué pour la loi sur la Réconciliation nationale proposée en mars 2015, votée en version Réconciliation administrative en octobre 2017. Le parcours peu glorieux de ce texte voisine avec deux initiatives non moins contestées : le rapport sur l’état des libertés et de l’égalité établi par une commission ad hoc (dite Colibe) nommée en août 2017 et l’amendement de la loi 52 concernant la consommation des stupéfiants, en avril 2017.

L’élan occasionné par sa mort transcende le poids d’un bilan paradoxal : par la présence ou le suivi médiatique, la journée du 27 juillet 2019 accapare la population, faisant converger les regards sur une cérémonie funéraire de près de 6 heures. Hommages, observations ou critiques étaient spontanés, en dehors de tout encadrement et préparation.

Un civisme polycentré

Sa mort, survenue le 25 juillet, a ravivé le souvenir de Mohamed Brahmi assassiné le même jour en 2013, moins de 6 mois après Chokri Belaïd, tous deux enterrés dans le choc et la douleur. Mourir le jour du 62e anniversaire de la proclamation de la République a réactivé le lien, déjà vif, entre Béji Caïd Essebsi et Habib Bourguiba. Beaucoup ont rappelé les obsèques bâclées de ce dernier (8 avril 2000) et la déception de ne pas lui avoir rendu hommage.  

Brandissant un drapeau, criant « Vive la Tunisie », « Vive la République », « que Dieu ait ton âme Béji », en silence, applaudissant ou entonnant des vers de l’hymne national tout en appelant « Allah Akbar »… la foule amassée le long de la vingtaine de kilomètres séparant le Palais présidentiel de Carthage du cimetière du Jellaz à Tunis a révélé des réactions personnelles, libres de toute affiliation partisane. Les gens sont venus seuls, en groupe, en famille, avec des enfants ou entre amis pour exprimer, sous le soleil tapant, chacun à sa manière, un attachement au personnage ou à ce qu’il représente. Le nombre de femmes, de tout âge et condition, était remarquable. Même si le projet de loi sur l’égalité dans l’héritage extrait du rapport de la Colibe et déposé en février 2019 n’a pas été discuté par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), cette assistance a témoigné, une fois de plus, de la participation féminine à une vie publique, toujours squattée par les hommes.

Ce nonagénaire, symbole d’un vieux régime qui n’en finit pas de durer n’a pas manqué d’attirer des jeunes à son enterrement. La marionnette télévisée de BCE, les sketchs qui imitent sa voix ou le mettent en scènehttps://www.youtube.com/watch?v=-UkWSb29oCg&feature=share et les affaires judiciaires qui l’ont mis en cause de son vivant ont dû jouer dans cette popularité d’un jour, renforcée par le sentiment de vivre une première historique.

L’invention d’une tradition républicaine

L’événement a nourri l’institution de la Présidence de la République d’une expérience nouvelle. Cinquième président d’une république fondée en 1957, BCE est le premier issu d’un suffrage universel organisé par une instance indépendante et non sous l’égide du ministère de l’intérieur. Dans la Tunisie post-2011, il succède à un président par intérim (Fouad M’bazaâ, 13 janvier 2011-13 décembre 2011) et à un président provisoire élu indirectement par voie parlementaire (Moncef Marzouki, 13 décembre 2011-31 décembre 2014). Sa mort en exercice rompt avec les présidences à vie que voulaient imposer les régimes de Bourguiba (1957-1987) et de Ben Ali (1987-2011), démis par la force.

Organiser les premières funérailles nationales d’un chef d’État en exercice n’est pas une mince affaire. L’Armée de terre, l’Armée de l’air et la Marine nationale ont dû travailler d’arrache-pied avec le ministère de l’intérieur et le cabinet présidentiel afin de mettre au point les listes, le timing, l’itinéraire du cortège et les moments de cette journée particulière. En dépit de quelques détails, aucun incident n’a entaché l’émotion et la solennité qui ont prévalu pendant des heures.

L’étiquette militaire était banalisée dans les saluts des civils au cortège et -de façon plus cocasse- dans les notes jouées par l’orchestre militaire dans le mausolée Sidi Belhassen Chédli où a eu lieu la prière du mort (salat el janaza). Celle-ci s’est faite à côté d’invités qui n’y ont pas pris part. Le mélange entre tradition religieuse locale (non unanime) et protocole martial (parfois dépassé par les formes) ramène à des symboles fondamentaux alors que l’enchevêtrement entre privé et public, confinant au désordre (les femmes étaient présentes aux condoléances officielles) jure avec les canons de toute orthodoxie.

De fait, la participation libre et spontanée des Tunisiennes et des Tunisiens a donné sens et couleurs à la circonstance. Les moments historiques se fabriquent au-delà des volontés et des calculs. Les funérailles de BCE ont fait converger participations officielle et citoyenne. Ce moment de rapprochement (éphémère ?) entre un État et la population, s’est joué autour du triptyque société/politique/religion. L’événement impactera-t-il durablement la vie politique tunisienne, accélérée depuis 2011 ? On apprend que le calendrier électoral est avancé au 15 septembre 2019 et que le scrutin présidentiel précédera les législatives (6 octobre 2019).

Hammam-Lif, le 29 juillet 2019

Publié dans Le Quotidien d’Oran, 1er août 2019

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5279693

 

La recherche juridique en Tunisie à travers La Revue tunisienne de droit. Questions à Mohamed Charfi.

Entretien avec Elise Helin et Kmar Bendana

Publication de l’Institut des hautes études de Tunis (IHET), créé en 1945 et placé sous la tutelle scientifique de l’Université de Paris, la Revue tunisienne de droit (RTD) est née, en 1953, à l’initiative des professeurs agrégés, détachés des facultés françaises et affectés à la section droit de l’Institut. Si dans sa direction, comme dans l’ambition de ses fondateurs, la RTD s’ouvre au monde des praticiens, elle n’en reste pas moins un projet académique. En ce début des années 1950, sa naissance témoigne d’un important changement. Comme le rappelle, à juste titre, Sana Ben Achour : « auparavant porté par les administrateurs et les gens de la robe, le savoir juridique passe, avec la RTD, aux professeurs universitaires spécialisés dans la production du savoir ».

Après l’indépendance, la revue cesse de paraître durant trois années avant d’être à nouveau publiée, en 1962, mais désormais sous la tutelle d’une instance nationale, l’Université de Tunis. Cette nationalisation de la RTD, souvent appelée « tunisification », prend une signification concrète à partir de 1962/1965. Jusqu’alors éditée sous la forme de cahiers de couleur jaune, la RTD arbore maintenant le rouge et blanc du drapeau national. En 1966, pour la première fois, elle paraît sous la direction d’un universitaire tunisien, Chedly Ayari, alors doyen de la Faculté de droit, des sciences politiques et économiques de Tunis. Ce changement dans le personnel dirigeant s’accentue avec l’arrivée de nouveaux diplômés nationaux. Cependant, les coopérants français restent présents, du moins dans le comité de rédaction de la revue, jusqu’en 1976 et continuent de contribuer à sa parution par la publication d’articles. à partir de 1975, la RTD accompagne une seconde évolution, celle de l’arabisation de l’enseignement et de la recherche. C’est en effet à compter de cette date qu’apparaissent, aux côtés des contributions en langue française, les premiers articles publiés en arabe. Enfin, la Revue tunisienne de droit reste, jusqu’à nos jours, un miroir de l’évolution du droit tunisien et un témoin du développement des différentes disciplines du droit en Tunisie, avec l’arrivée de nouveaux spécialistes et la création de nouvelles institutions génératrices de droit, comme le Tribunal administratif.

Inspirée des modèles français dans sa présentation en différentes rubriques, la RTD s’en éloigne par son caractère généraliste, accueillant aussi bien le droit privé que le droit public. La comparaison avec les revues juridiques françaises trouve en effet sa limite dans l’absence d’un découpage disciplinaire. La pluralité des revues juridiques tunisiennes ne relève pas d’une autonomie des différents corps professionnels. Al-qada wa al-tashri’ est la revue des magistrats, Al-muhamet est publiée par les avocats et les universitaires s’expriment dans la RTD. Publication de la Faculté de droit, des sciences politiques et économiques de Tunis depuis 1966, puis du Centre d’études de recherches et de publications (CERP) de cette même faculté à compter de 1976, la RTD porte la marque de la tutelle exercée. à partir de 1986, c’est à ces derniers que revient la direction de la revue. La RTD n’est donc pas la revue  d’un homme ou d’une équipe précise.  Cependant, elle reste, malgré la création des Facultés de droit de Sousse et de Sfax, une revue essentiellement « tunisoise ». En 1987, la Faculté de droit de Tunis se scinde en deux et la RTD fait explicitement écho à cette scission. La fonction de rédacteur en chef devient bicéphale, désormais assurée par un représentant des deux nouvelles Facultés de droit de Tunis.

Quelques personnalités, par la longévité de leur engagement dans la revue et la diversité des fonctions qu’ils y ont occupées, ont largement accompagné son évolution.

Membre du comité de rédaction de 1963 à 1986, Mohamed Charfi assure le secrétariat de rédaction de la RTD de 1963 à 1968, alors qu’il est assistant à la Faculté de Tunis. Après avoir soutenu un doctorat à la Faculté de droit de Paris en 1967, puis obtenu le concours d’agrégation des facultés françaises de droit en 1971, il occupe la fonction de rédacteur en chef de la RTD à partir de 1973, jusqu’en 1978. C’est à ce titre que nous l’avons sollicité, pour la réalisation d’un entretien qui voulait, tout d’abord, évoquer les hommes, dirigeants ou chercheurs y publiant leurs articles, ayant contribué à la création, la relance et la pérennité de la RTD. Le projet avait également pour ambition de porter un regard sur l’architecture de la revue et sur son fonctionnement interne, d’analyser l’évolution de son contenu, ainsi que son rôle dans la diffusion du savoir juridique. Sur ces différents thèmes, Mohamed Charfi a accepté de répondre à nos interrogations [en 1995], en fonction de ses souvenirs et de ses propres conceptions. Il apporte le témoignage d’un homme dont la carrière universitaire a été marquée par l’exercice de différentes fonctions, notamment au sein de la RTD et qui est resté attentif à la recherche et à la vie de l’université en Tunisie.

Quels sont vos premiers souvenirs de travail à la Revue tunisienne de droit ?

Mes débuts à la Revue tunisienne de droit sont ceux d’un travailleur manuel. J’étais jeune assistant à la Faculté de Tunis, avec deux autres collègues, Sassi Ben Halima et Habib El Ayadi. Nous étions, je crois, parmi les premiers Tunisiens à débuter comme enseignants à la Faculté de droit, qui était alors encadrée presque exclusivement par des coopérants français, dont la plupart étaient agrégés. En 1964, la Revue tunisienne de droit était en panne. Elle avait démarré en 1953, avait paru de façon régulière jusqu’en 1958. En 1962, le professeur Jean Verdier, un enseignant français de très grande qualité, avait réussi à rassembler des arrêts de droit international privé, en collaboration avec des magistrats de Tunisie. Il les avait classés et commentés pour confectionner entièrement le numéro  de 1962. Depuis, la revue avait à nouveau cessé de paraître. Mademoiselle de Lagrange, grande figure de l’époque, était parvenue tant bien que mal à réunir quelques articles et des arrêts qu’elle avait elle-même commentés. Un incident avec l’imprimeur, qui avait sous-traité la composition chez un autre, retardait le travail et on m’a donc « bombardé » secrétaire de rédaction. J’étais très fier d’être associé à la recherche. Pour un jeune assistant – ma thèse n’était pas encore achevée –, être associé à la recherche était quelque chose d’extraordinaire.

Donc, pour vous, une revue c’est déjà de la recherche ?

Bien sûr, c’est de la recherche : c’est déjà un haut niveau par rapport à un étudiant. Je m’occupais principalement d’aller chez l’imprimeur, chercher des épreuves et les donner aux auteurs pour qu’ils les corrigent. Je devais ensuite réaliser moi-même les deuxième, troisième parfois quatrième corrections parce qu’à l’époque il n’y avait pas de traitement de texte, comme maintenant. Par la suite, j’assurais la diffusion chez les libraires. Ma contribution était donc principalement matérielle. Tout cela se faisait sans aucune rémunération. Lorsqu’on envisage les conditions actuelles de la recherche, on se dit que la Tunisie de maintenant a été construite par des pionniers. Je parle de tous ces enseignants qui ont fait démarrer l’université tunisienne.

Aviez-vous les sentiments, à l’époque, qu’il s’agissait d’une période charnière pour la Revue tunisienne de droit ?

Certainement, mais sans rupture. La Faculté était encadrée par des enseignants français, puis les Tunisiens ont fait progressivement leur entrée. L’état tunisien a toujours veillé à ce que la Faculté soit dirigée par un agrégé. Il a donc fallu attendre l’arrivée du premier agrégé tunisien – Chedly Ayari – pour que la direction soit « tunisifiée ». Par la suite, on a continué à confier les cours à des agrégés, donc à des Français, jusqu’à ce qu’une nouvelle génération de Tunisiens prenne la relève. Cela s’est fait progressivement, sur une période d’une dizaine d’années.

La Revue tunisienne de droit a été lancée par les juristes et les économistes ?

La science économique est née dans les Facultés de droit, puis elle a pris son indépendance. C’était la même chose à l’égard de la Revue tunisienne de droit. à un certain moment, le directeur de la revue était Chedly Ayari, un économiste. Il a été doyen lorsque droit et économie étaient dans la même faculté. Mais, depuis, on s’est séparés. C’était un divorce à l’amiable… Ce sont les juristes qui ont fait naître l’économie. Un bon juriste doit avoir des éléments d’histoire, de philosophie, d’économie et de sociologie.

Est-ce qu’il y avait déjà eu des Tunisiens intégrés à la Revue tunisienne de droit avant la création de l’Université de Tunis ?

Très peu. La Revue tunisienne de droit était ouverte à tous les Tunisiens qui étaient capables d’y participer. Déjà, dans les « numéros jaunes », des contributions de Tunisiens avaient été publiées. Il s’agissait d’avocats très bien formés, mais pas d’universitaires, parce qu’il y avait très peu d’universitaires à l’époque.

Pensez-vous que la Revue tunisienne de droit ait voulu continuer l’œuvre de quelques hommes comme Stéphane Berge ou Georges Rectenwald, si ce n’est pas la pratique du droit du moins dans la réflexion sur le droit ?

Oui. Je voudrais rappeler que la Faculté de droit de Tunis est la continuation de la section juridique de l’Institut des hautes études de Tunis. Les enseignants de la faculté ont toujours eu conscience qu’il s’agissait d’un centre de recherche de qualité. Il ne faut pas oublier que sont passés par Tunis de grands noms du droit et de l’économie : René Chapus, Raymond Barre, Roger Jambu-Merlin… Les enseignants de Tunis ont toujours eu conscience de passer par un centre de rayonnement et pour un agrégé recruté pour deux, quatre ou six ans, il fallait marquer son passage par un ou deux articles publiés à la Revue tunisienne de droit. D’autant que les autorités tunisiennes encourageaient beaucoup la publication de la revue, ainsi que la recherche en général. Je me rappelle qu’en 1965 ou 1966, Mahmoud Messaâdi, alors ministre de l’éducation, a provoqué une réunion rassemblant tous les enseignants de la Faculté de droit. Il leur a dit l’espoir du gouvernement tunisien que tous les enseignants participent à la recherche sur le droit tunisien, pour le découvrir, le comprendre, le faire connaître et éventuellement le faire évoluer. à l’époque, on demandait aux coopérants de laisser des cours polycopiés. C’était difficile, dans la mesure où un cours polycopié représente un travail de plusieurs années de recherche, qui impose de s’imprégner du droit du pays. Pour un étranger, cela ne se fait pas en une ou deux années. Cette réclamation n’a d’ailleurs jamais été satisfaite et il a fallu attendre, par la suite, que des Tunisiens le fassent.

Comment fonctionnent les différents comités de rédaction auxquels vous avez participé ?

Dans les années 1960, le comité de rédaction était plus formel ou honorifique que réel. C’est-à-dire que les responsables de la revue cherchaient à associer les grands noms de la pratique judiciaire tunisienne : le premier président de la cour de cassation, le premier président de la cour d’appel, le procureur général, etc. Tout ce monde là faisait partie du comité de rédaction. On se réunissait une fois par an. On se félicitait de la parution du dernier numéro de la revue et les enseignants demandaient aux magistrats d’aider la revue en fournissant les arrêts les plus intéressants. C’est ce que les magistrats faisaient. Certains allaient plus loin et nous fournissaient soit les conclusions d’un procureur, soit une note sous un arrêt. C’est la matière première, pour un juriste, à côté de la loi qui est le droit théorique. L’œuvre d’un juriste est de comparer constamment le droit pratique et le droit théorique et de voir l’osmose entre les deux.

Au cours des années 1960 et au début des années 1970, il s’agissait surtout d’initiatives individuelles. Les responsables de la revue réclamaient des articles aux enseignants : on mendiait parfois les articles. à partir de 1975, le comité de rédaction a commencé à avoir une consistance réelle. On recevait des articles qu’on pouvait se permettre de lire et, ainsi, assumer un véritable travail de comité de rédaction.

Comment était impulsé un article ?

Peu de sujets étaient choisis avant une proposition d’auteur. Tel enseignant, intéressé par tel secteur du droit et réputé pour la qualité de ses cours, était sollicité pour s’exprimer là où il était le plus à l’aise, là où il pouvait apporter à la recherche.


Quels étaient les modes d’intervention ?

Du temps où mademoiselle De Lagrange était rédactrice en chef, je pense que les articles passaient directement. Evidemment, Mademoiselle De Lagrange agissait de cette manière parce que n’écrivaient que des agrégés, des enseignants confirmés. On ne pouvait pas avoir des remarques à faire. Quand, par la suite, la revue a été ouverte à de jeunes assistants, la plupart du temps, leurs articles étaient bons et ils étaient publiés directement. Il est arrivé que certaines retouches soient apportées, mais cela s’est toujours fait amicalement, dans des discussions individuelles.

Est-ce qu’il y avait des modèles dans ce travail éditorial ?

C’est le plus difficile. Je crois qu’il n’y a jamais eu de responsable, sauf pour les mémoires de DES. L’expérience a été menée sur quelques numéros mais c’est un travail colossal dont l’intérêt varie selon l’importance du mémoire. Il peut y avoir de très bons mémoires qu’il est dommage de ne pas commenter et d’autres qui ont beaucoup moins d’intérêt.

La Revue tunisienne de droit était elle ouverte à des jeunes chercheurs ?

Au cours de la période française, c’était une revue de chercheurs confirmés. Par la suite, plus de jeunes Tunisiens étaient recrutés à la faculté, plus la revue leur permettait de faire leurs premiers pas dans la recherche. Dans la mesure où ces jeunes assistants avaient besoin de publier des travaux pour évoluer dans leur carrière, ils rendaient service à la Revue tunisienne de droit autant qu’elle les aidait.

Pouvez-vous dater cette évolution ?

Je crois que les années 1970 ont été une véritable charnière entre la période à dominante française et celle à dominante tunisienne. Les coopérants ont continué à exister pendant plusieurs années, mais la faculté était devenue principalement tunisienne. La langue arabe faisait son entrée. La revue s’arabisait, se « tunisifiait » et prenait de l’ampleur.

à partir de la fin des années 1970, apparait un noyau dur au sein du comité de rédaction, sur lequel semble reposer la responsabilité de la revue. Cette période correspond-elle à la stabilisation d’une élite universitaire ?

Bien sûr. Alors que les enseignants tunisiens ne constituaient que quelques unités, ils sont aujourd’hui des centaines, seulement en droit. La revue est le reflet de cette évolution.

Quel serait votre commentaire sur le passage des « petits cahiers jaunes » aux volumes rouge et blanc. Est-ce que c’était quelque chose de conscient ?

Il y a eu beaucoup de choses non dites mais qui existaient quand même. C’était un début de tunisification.

Pourquoi la partie arabe est elle apparue en 1975 ?

La recherche sur le droit tunisien moderne, ainsi que son enseignement, ont commencé en français. L’évolution normale supposait que la recherche, comme l’enseignement, se fassent un jour en langue arabe. C’est dans l’ordre des choses et cela devait commencer lorsque des chercheurs tunisiens seraient prêts et désireux de faire leurs recherches et d’enseigner en langue arabe. Cette évolution s’est déroulée progressivement depuis les années 1970.

La Revue tunisienne de droit a-t-elle publié les premiers articles en arabe qu’elle a reçus ?


Oui.

Est-ce qu’on écrivait en français sur certains sujets et en arabe sur certains autres ?

Je crois que l’on écrivait en français sur tous les sujets. Je ne pense pas qu’il y ait de sujets pour lesquels la langue française soit inadaptée. On peut penser, a priori, que la branche du droit la plus proche de la tradition, celle qu’on traite de préférence en arabe, est le statut personnel. Or, le statut personnel a fait l’objet de nombreuses études en langue française depuis le début des années 1960.

Ce thème est-il venu spontanément ?

C’est un sujet de discussion inépuisable. C’est là où il y a un droit tunisien extrêmement original. La procédure civile tunisienne ressemble beaucoup à la procédure civile française ou italienne. Le droit des successions, quant à lui, ressemble beaucoup au droit égyptien ou syrien. Tandis que pour le mariage, le divorce, la filiation, la Tunisie est partie d’un système traditionnel et l’a modernisé à sa manière. à l’époque, les dirigeants tunisiens espéraient servir de modèle pour d’autres pays arabes. Cela ne s’est pas fait malheureusement. Seul le Yémen du Sud nous a imités. Mais, depuis la réunification, le Sud a renoncé à son code du statut personnel et la Tunisie est restée l’exemple unique. Le code du statut personnel tunisien est donc le code tunisien par excellence.

Y avait-il des thèmes dont vous remarquiez l’absence ?

Oui. Par exemple, le droit commercial était le parent pauvre. Mais depuis les choses se sont améliorées avec l’arrivée de commercialistes tunisiens. La revue marche avec le spécialiste tunisien. Elle ne fonctionne pas avec les besoins du marché, mais avec les possibilités de la production.

La Revue tunisienne de droit n’aurait-elle pas voulu jouer, de façon active, le rôle de reflet ou d’écho du développement des différentes disciplines du droit en Tunisie ?

La revue était, de façon consciente, sans que cela fasse nécessairement l’objet de discussions ou de votes, le porte-parole de la tendance moderniste du droit tunisien. Il est évident que le droit tunisien est balloté entre un pôle traditionnaliste, conservateur et un pôle rénovateur, moderniste. Beaucoup de magistrats peuvent se considérer comme les gardiens du temple et sont donc des esprits conservateurs, dans le bon sens, estimant que le fiqh est ce qu’on a fait de mieux et qu’il n’y a pas lieu de changer. Pour ces magistrats, tout changement est un déchirement et toute innovation doit être ramenée, autant que possible, à la règle ancienne. On peut toujours interpréter un texte nouveau à la lumière d’une philosophie ancienne, et ainsi le vider de son sens.

Pour le point de vue opposé, moderniste, la loi de la vie, c’est le changement. Tout peuple qui n’avance pas recule, et le droit a besoin d’évoluer. Il faut donc adopter des textes nouveaux et les interpréter correctement, c’est-à-dire dans un esprit nouveau. Si le législateur n’adopte pas des textes nouveaux, il faudrait que la jurisprudence évolue et qu’à partir de textes anciens, des solutions nouvelles soient adoptées. Dans la plupart des cas, la Revue tunisienne de droit a prôné la modernité et les articles cherchaient à démontrer la possibilité, pour le droit tunisien, d’évoluer. Les décisions empreintes de conservatisme étaient critiquées, alors que les décisions empreintes de modernisme étaient, au contraire, bien expliquées et mises en valeur. Peut-être que finalement, c’est le rôle essentiel de cette revue. La Revue tunisienne de droit était un encouragement à la jurisprudence pour qu’elle évolue dans le sens d’une modernisation du droit tunisien. Je ne dis pas qu’elle a toujours réussi à le faire, mais je suis sûr qu’elle a influencé, dans beaucoup de branches, l’évolution du droit tunisien.

La Revue tunisienne de droit a-t-elle accompagné l’évolution institutionnelle plus que la réflexion sur le droit tunisien ?

Les deux sont intimement liées. Il ne peut pas y avoir d’évolution sans réflexion. Le législateur tunisien a pris des options révolutionnaires dans certains secteurs : pensez à la répudiation remplacée par le divorce, ou bien l’abolition de la polygamie. Dans d’autres secteurs, notamment en matière de filiation, il s’est exprimé de façon allusive. Il fallait – c’est le rôle de la doctrine- expliquer, à chaque fois que le législateur s’était exprimé de façon allusive, où il voulait aller et où les tribunaux, en interprétant, pouvaient aller. Mademoiselle De Lagrange, dans un article sur le législateur tunisien et ses interprètes, avait décortiqué les choix législatifs et les avait comparés aux choix jurisprudentiels, pour voir où il y avait presque connivence et où il y avait discordance. Par ailleurs, la réflexion peut devancer l’évolution du droit. Quand on s’adresse au législateur pour lui demander de réformer tel texte, cela signifie qu’on a réfléchi sur la réalité et qu’on trouve qu’elle est perfectible.

La Revue tunisienne de droit a donc joué un rôle d’avant-garde ?

Nombreux sont les articles qui sont des appels au législateur pour qu’il modifie la loi ou pour qu’il l’explicite mieux. Parfois, le commentateur d’une décision trouve que les tribunaux n’interprètent pas de la meilleure façon un texte et appelle le législateur pour qu’il intervienne par une loi qui explicite sa pensée, afin d’éviter les errements constatés. Dans ce cas, on peut dire que la doctrine appelle le législateur à jouer son rôle d’arbitre à l’encontre de la jurisprudence.

Comment diffusiez-vous la revue ?

Elle était vendue en librairie et à la faculté. à la faculté, pour les étudiants et en librairie, pour les autres.

Vous souvenez-vous des tirages ?

Non. Mais je me rappelle de stocks d’invendus très importants.

Le caractère généraliste et universitaire de la Revue tunisienne de droit a-t-il joué un rôle dans diffusion ?

Le caractère généraliste est lié à une question de moyens. La petite Tunisie ne peut pas se permettre de diffuser plusieurs revues juridiques spécialisées. Le caractère universitaire était à la fois le défaut et la qualité de la Revue tunisienne de droit. Celle-ci est, je pense, une revue de haut niveau. C’est donc une revue où le même monde se regarde, où des juristes écrivent pour des juristes, je dirais même des juristes confirmés pour des juristes confirmés. Évidemment, la revue a également toujours été un support fondamental pour la formation des étudiants. Des arrêts y sont commentés tout le long de l’année et chaque année, dans chaque branche du droit, les arrêts sont puisés dans la Revue tunisienne de droit. C’est donc un support du savoir, un support pédagogique. L’idéal serait que la revue soit aussi un moyen de communication entre l’ensemble des théoriciens de la faculté et l’ensemble des praticiens du droit, avocats et magistrats. Je crois qu’à ses débuts, la Revue tunisienne de droit, n’a pas pu jouer ce rôle pleinement. Le palais de justice fonctionnait en arabe, la revue était écrite en français ; le Palais de justice était dirigé par les magistrats tunisiens, la revue éditée par des professeurs français. Ces deux mondes se regardaient, cherchaient parfois à coopérer, mais enfin, ce n’était pas toujours la même façon de penser, ni le même idéal de justice, ni la même conception du droit. L’osmose n’était pas garantie. Avec le temps, je crois que cet obstacle s’atténue. Aujourd’hui, je ne dis pas que cet obstacle a disparu, mais il compte vraiment très peu. Le corps de la magistrature s’est rajeuni et désormais, tous les magistrats des tribunaux de première instance et même la plupart des magistrats des cours d’appel ont été étudiants à la Faculté de droit. Ils se sont familiarisés avec la Revue tunisienne de droit et ont appris leur droit en la lisant. Donc, si la revue n’a pas beaucoup influencé la jurisprudence il y a trente ans, elle est en train de l’influencer, aujourd’hui, au moins au niveau des juges du fond.

Est-ce que les avocats et magistrats achètent la Revue tunisienne de droit ?

Pour les jeunes magistrats, j’en suis à peu près sûr aujourd’hui.

 
Comment situeriez-vous la Revue tunisienne de droit par rapport à d’autres revues juridiques tunisiennes et notamment par rapport à la revue des magistrats ?

Comme la Revue tunisienne de droit, la revue Al Qada wa al tashri’ [Justice et Législation] joue aussi son rôle de revue juridique, en faisant connaître et en expliquant le droit et la jurisprudence. Cette revue, qui tenait une place importante, a toujours été très proche de la jurisprudence et des vues des tribunaux. Elle était donc plus analytique que critique, alors que la Revue tunisienne de droit était autant critique qu’analytique, voire plus critique qu’analytique. Ce sont deux revues qui se complètent.

La Revue tunisienne de droit est-elle présente à l’étranger, dans les centres de recherche et dans les facultés ?

Quand j’étais rédacteur en chef, on avait un réseau d’échanges considérable, avec des facultés de droit francophones, avec des bibliothèques universitaires. Je ne sais pas comment les choses ont évolué.

La Revue tunisienne de droit a-t-elle joué un rôle décisif dans la diffusion d’un droit proprement tunisien et d’une pensée juridique tunisienne ?

« Rôle décisif », l’expression est trop forte. Je ne sais pas si le droit tunisien est connu à l’étranger autant qu’il devrait l’être. Je ne le pense pas. Je crois, au contraire, que c’est un droit original qui est assez méconnu, notamment en ce qui concerne le code du statut personnel. Il était connu, en Europe, dans les années 1960 et 1970, peut-être. Mais aujourd’hui il est oublié. Lorsqu’on parle de droit musulman, en France, en Angleterre ou en Amérique, on ne pense pas que ce droit soit capable d’évoluer comme il l’a fait en Tunisie. Actuellement, il y a des efforts à faire pour diffuser la revue et faire connaître le droit tunisien. Elle pourrait être un bon miroir des innovations tunisiennes.

Cette méconnaissance est-elle liée à l’ignorance du droit musulman, ou tient-elle à la faiblesse du droit comparé chez les juristes en général ?

Le droit comparé n’a pas la place qu’il mérite à l’étranger. En Tunisie, nous sommes de bons comparatistes. Un juriste tunisien qui se respecte est un juriste qui possède des éléments de droit français assez importants et de droit du Moyen-Orient non négligeables. Nous sommes un peu spécialistes de droit comparé. Mais, à l’étranger, le droit comparé reste le parent pauvre dans les facultés. C’est dommage.

Pensez-vous que la Revue tunisienne de droit reflète le passage d’un droit colonial à un droit étatique national ?

Il ne faut pas se méprendre. La branche coloniale du droit tunisien a été négligeable. Sous le protectorat, en dehors du droit foncier, les branches du droit qui intéressaient la colonisation n’étaient pas objet de législation. Le droit français était appliqué directement. Ainsi, à l’indépendance, il n’y avait pas de droit commercial tunisien. Les tribunaux français appliquaient le droit commercial français. Il existe cependant quelques exemples. En matière d’assurance, la loi de 1930 – une des lois qu’on dit parfaite – a été reproduite presque textuellement dans le journal officiel tunisien. Mais, pour l’essentiel du droit civil, du droit pénal, le droit tunisien est resté tunisien. Le protectorat n’a pas essayé de le franciser. La preuve en est qu’après le protectorat, le législateur tunisien moderne et indépendant, n’a pas senti le besoin de modifier ces codes. Parmi les codes essentiels, le code des obligations et des contrats, a connu sa première version avant le Protectorat. Il a été correctement élaboré et promulgué au cours des premières années du protectorat et il est resté en vigueur jusqu’à nos jours. N’oubliez pas que le premier code tunisien date de 1864, qu’il a été élaboré dans la foulée de la première Constitution et du Pacte Fondamental. Nous avons donc une tradition juridique. Le colonialisme n’a pas trouvé un non-état. Il a trouvé un état moderne qui s’était déjà constitué et qui fonctionnait, en dépit de ses imperfections. Il s’agissait donc d’une structure étatique, et non d’un pays tribal, comme on le dit parfois.

Comment situez-vous la Revue tunisienne de droit dans la naissance de l’Université tunisienne et dans l’enseignement du droit au sein de l’Université tunisienne ?

Le droit, si on le réduit à des textes de loi et à des arrêts de jurisprudence, est un droit sec, un droit incohérent ou incompréhensible. Il faut décortiquer les textes, les rapprocher des arrêts pour bien étudier le va-et-vient entre la théorie et la pratique. Et je crois que c’est l’œuvre de la Revue tunisienne de droit. La Revue tunisienne de droit expose et explique le droit tunisien tel qu’il est conçu et tel qu’il est pratiqué.

Quelle est la part des articles de réflexion sur la vie politique ?

Il y en a très peu. Au début, la revue se voulait scientifique, c’est-à-dire aussi loin que possible de la politique. Quelques articles de réflexion politique se sont glissés par-ci par-là. Mais cela n’a jamais été une préoccupation réelle de la revue.

Comment percevez-vous la revue en tant que lecteur ?

La Revue tunisienne de droit d’aujourd’hui, comparée à ce qu’elle était à la fin du Protectorat et au début de l’indépendance, est à l’image de la Tunisie des années 1990. D’abord sur le plan quantitatif. La différence saute aux yeux entre les premiers numéros qui étaient plutôt maigres et les livraisons des dernières années qui sont parfois un peu trop volumineuses. Quant à l’aspect qualitatif, je ne dirais pas que la qualité des articles est meilleure. Ce serait à la fois manquer de respect aux grands maîtres qui étaient les fondateurs de la revue et être injuste à leur égard. Je dirais plutôt que les premiers chercheurs qui y ont publié leurs travaux, ont placé la barre assez haut. Les chercheurs d’aujourd’hui sont des continuateurs fidèles qui, dans l’ensemble, maintiennent le même niveau, même si leurs articles sont probablement plus engagés et plus variés. Il est normal qu’ils soient plus engagés, car les juristes tunisiens parlant du droit tunisien et surtout du droit musulman observent moins de réserve. Ils sont aussi plus variés car rares sont les disciplines juridiques qui ne sont pas abordées. On peut dire que le lecteur assidu, pourvu qu’il ait la patience de la lire en entier, est assuré d’avoir une vue globale de l’ensemble du droit tunisien dans pratiquement toutes ses branches, et une connaissance des différents courants qui traversent la doctrine et la jurisprudence tunisiennes dans toute leur diversité.

Tunis, 1995

Entretien paru dans La Lettre de l’IRMC, n° 23, janvier-avril 2019, pp. 24-31

L’Histoire officielle : résonances tunisiennes

Après avoir été vu au cours de la session 2017 des Journées Cinématographiques de Carthage et à la Cinémathèque tunisienne en septembre 2018, le film argentin L’Histoire officielle de Luis Puenzo a été projeté dans le cadre du ciné-club de la Faculté des Arts, des Lettres et des Humanités de La Manouba. Le public était chaque fois au rendez-vous et le débat qui a suivi la projection du mercredi 24 octobre 2018 à La Manouba dévoile des résonances avec le présent tunisien. La fabrication du film comme son contenu suggèrent des associations de situations et ouvrent à une lecture comparée des « transitions » tunisienne et argentine.

Tourné en 1983 et sorti en 1985, juste à la fin de la dictature militaire argentine, le film raconte l’histoire d’une famille bourgeoise de Buenos Aires qui a adopté, cinq ans auparavant, une fille prénommée Gaby. On suit la mère depuis un rassemblement officiel à son domicile en passant par sa salle de cours. Alicia enseigne l’histoire à des étudiants qui l’interpellent par des débats sur l’écriture de l’histoire, la provoquent par des insolences et vont jusqu’à la déstabiliser par leurs affirmations. Dans son métier comme dans sa vie privée, des échanges et des événements vont instiller progressivement en elle des doutes puis un besoin de vérité. Son mari jouit d’une situation confortable. Loin de ressentir les anxiétés de sa femme, il connaîtra une autre évolution intime au fur et à mesure que le régime politique marque des signes d’effondrement. La palette des croisements entre histoires individuelle et collective est peinte à travers une série de personnages : les couples d’amis bien installés, Anita l’amie opposante qui revient après l’exil, les parents modestes -et qui le restent- du mari, le professeur de littérature qui protège les étudiants contestataires, la grand’mère qui enquête sur la disparition de sa fille… Evoluant au milieu de la toile, Anita accède progressivement à des bouts de réalité ; elle prend conscience de la torture, des disparitions, des viols et du sort réservé aux enfants de disparus.

La force dramatique du film réside dans le parti pris de décrire le cheminement d’une subjectivité qui comprend petit à petit comment son histoire est tissée par des faits dont elle n’a pas capté jusque là la signification. La fille adoptée par Alicia et Roberto est-elle celle d’une mère disparue ? La question surgit de la situation politique et agit sur l’intimité du couple jusqu’à la rupture. Les faits se déroulent dans un contexte de « dégel » : des articles de journaux et des manifestations réclament la vérité sur les disparitions et les tortures, des opposants reviennent d’exil, des enquêtes se mettent en place pour retrouver les traces des desaparecidos (les disparus). Malgré les dérobades de son mari, Alicia ne recule pas devant la douleur que lui coûte la recherche de la vérité. Celle-ci prend une dimension d’absolu : «  si je ne sais pas qui est Gaby, c’est comme si rien n’était vrai » déclare-t-elle. Dans son enquête auprès de l’hôpital où sa fille est née comme dans ses cours d’histoire, elle vit un autre rapport avec les archives et les informations qu’elles peuvent recéler, les objets sauvegardés et les circonstances de leur conservation. Le chemin de la vérité est long et tourmenté. En plus de dérouler avec finesse la façon dont on peut découvrir/interpréter des faits, le film parle de la masse de gens qui ignorent et/ou ne comprennent pas ce qui se passe. Prendre le point de vue de ceux-ci fait sortir du face-à-face infernal et vengeur de la victime et du bourreau comme il permet d’échapper du prisme judiciaire. Il y a bien des coupables, des victimes, des complices (comme le mari ou le prêtre), des militants conscients mais il n’y a pas qu’eux. Et ceux qui ne savent pas peuvent – aussi – payer cher le prix de savoir.

Sans angélisme, le film dénonce la violence sans qu’on la voie en direct ; on la sent partout et on en saisit l’impact sur les relations et les événements. Avec le même talent d’évocation, le film revient sur la quête de liberté comme revendication qui s’installe dans la vie des gens. Elle s’affirme dans des attitudes critiques ou de dérision, elle se donne les moyens de s’exprimer dans des manifestations ou des débats. Le film évite le moralisme et la démonstration pédagogique : il relate subtilement la décomposition d’une famille qui se brise avec les méandres d’une histoire politique qui tangue. Combinant des scènes de fiction avec des extraits de documentaires (les manifestations, les recherches des familles dans les archives…), le récit donne la mesure d’une actualité oppressante.

Un mot venu dans le débat autour du film L’histoire officielle  est plein d’à propos :  la réceptivité. On a vu la réceptivité de l’enseignante à son public, celle de la mère adoptive face à l’attente de la grand’mère. La réceptivité du public tunisien à ce film distingué trois fois entre 1985 et 1986 dans des festivals internationaux est due à sa restauration en 2013. Cette nouvelle vie aura permis d’en savoir davantage sur l’Argentine, pays de Maradona et de Messi, du tango et du pape François et de vibrer avec l’histoire des grand’mères de la place de mai qui luttent contre l’oubli, les dérives et l’opacité des pouvoirs.

Hammam-Lif, le 25 octobre 2018

Publié dans La Presse de Tunisie, 28 octobre 2018, page 9.