Archives de catégorie : Société

Cartographie historique de l’Islam médiéval

Compte rendu de l’Atlas des mondes musulmans médiévaux, Sylvie Denoix & Hélène Renel, (dir.), Paris, CNRS Editions, 2022, 382 p.

A un moment où la cartographie développe des possibilités d’expression et d’interprétation qui élargissent les modes d’édition des résultats de la recherche en sciences humaines et sociales, l’Atlas des mondes musulmans médiévaux vient enrichir la bibliothèque spécifique des chercheur.e.s sur l’Islam médiéval. Les éditions du CNRS ont produit un ouvrage d’une grande qualité scientifique dans une maquette élégante qui promet d’attirer l’intérêt de spécialistes comme l’attention de lectorats plus larges. De nombreux savoir-faire se superposent et se coordonnent pour composer un instrument de travail agréable à consulter qui fait le point à partir de multiples recherches sur l’histoire politique, sociale, économique, militaire, urbaine, religieuse, savante et culturelle des mondes musulmans. Le pluriel défendu et expliqué par les coordinatrices de l’ouvrage (Sylvie Denoix, Hélène Renel) se justifie d’autant plus que les 194 cartes couvrent trois continents (l’Afrique, l’Asie et l’Europe), la Méditerranée et l’Océan indien sur une durée de 8 siècles (du VIIème siècle au XVème siècle). Le corpus rassemblé représente des phénomènes aussi divers que les itinéraires de voyage, les frontières, les batailles, les traités diplomatiques, les circuits des langues et des traductions, la production littéraire, les plans de villes, le rôle des ports, les lieux d’enseignement et de résidences, les routes commerciales, la monnaie, les institutions de culte, les réseaux de savoir et de pouvoir.

L’histoire et la géographie, au centre de cet atlas, se croisent avec des techniques de représentation que l’on retrouve dans les ouvrages d’art : la maquette (chaque double page, comprend un titre -parfois un sous-titre-, un texte concis, des illustrations et une carte), les choix d’échelles, les couleurs, les polices de caractères, les photographies sélectionnées donnent à ce « manuel » une beauté plastique qui sert avec intelligence le but pédagogique manifestement poursuivi par les auteur.e.s.

Sept chapitres introduits par des textes de synthèse permettent de rentrer par plusieurs portes dans une configuration historique et géographique sans cesse remodelée par des transformations internes, par des événements extérieurs, par des luttes de pouvoir, par les épisodes d’unification et les guerres de division comme par le regard et l’intervention des voisins, partenaires, rivaux ou ennemis : Représentations de Soi et de l’Autre ; La dynamique des mondes musulmans ; Le phénomène urbain ; Lieux de dévotion, pèlerinages et transmission du savoir ; Activités commerciales et artisanales dans la ville et son arrière-pays ; Pôles économiques et réseaux d’échanges ; Enjeux géo-politiques, externes et internes.

Les annexes forment un complément conséquent qui appuie l’usage mobile et éclairant de cet outil de recherche. Le glossaire (pp. 326-331) fournit une orientation pour mettre à plat des termes techniques, expliquer des expressions consacrées ou définir des notions. La bibliographie mobilisée par les auteur.e.s (pp. 332-350) permet de récapituler l’essentiel des sources consultées et de prendre la mesure de l’évolution historiographique des recherches comme des publications récentes. L’index des toponymes (pp. 351-363) est une mine pour les historiens, les géographes, les urbanistes, les linguistes ou les archéologues d’autant qu’ils sont aidés par un système d’identification des lieux, bâtiments, matériaux, sites, monuments construit sur des images parlantes et respectant la translittération des noms anciens.   

Il aura fallu plusieurs années pour que ce travail collectif, mené essentiellement par les médiévistes du laboratoire Orient & Méditerranée, Unité Mixte de Recherche du CNRS (n° 8167), aboutisse à un outil riche de ressources, de synthèses et de questions de méthode permettant d’aborder de futures recherches comme d’approfondir des possibilités de mettre en relations des faits selon les espaces et en fonction des contextes.

La cartographie de l’équipe de recherche qui transparaît de la liste des 55 signatures et des 61 notices (pp.365-369) reflète un réseau scientifique français (Paris, Lyon, Marseille essentiellement) avec des ouvertures sur quelques universités européennes. Cela explique à la fois l’ampleur du projet qui a donné naissance à cet ouvrage et son potentiel structurant pour la recherche sur l’Islam médiéval en France. De nombreuses institutions universitaires du Sud de la Méditerranée avec lesquelles le CNRS est lié par des accords de coopération sont ouvertes à un effort de connexion pour une histoire des mondes musulmans médiévaux plus globale et multilingue. Ne boudons pas, pour l’heure, le plaisir de profiter de l’existence de cet ouvrage aux multiples attraits qui promet de servir à plusieurs générations de chercheur.e.s, de pédagogues et d’étudiant.e.s comme au public cultivé ou cherchant à consulter des connaissances précises et bien mises en  scène sur l’Islam du VIIème au XVème siècle. 

Compte rendu publié par Les Cahiers de Tunisie, Tome LXXIV, n° 230-231, 2024, pp. 167-169. 

Comprendre les Tunisiens et Tunisiennes

Postface à Romain Costa, Comprendre les Tunisiens, Guide de voyage interculturel, Paris, Riveneuve, 2021, 240p.

Ce petit livre sur la Tunisie d’aujourd’hui rédigé par un auteur qui a pu vivre et aimer le pays pendant plusieurs années se laisse lire agréablement. Romain Costa a le sens de l’observation et il adopte un ton qui parle à la curiosité du visiteur potentiel. Mieux qu’un guide ordinaire de voyage, l’ouvrage accompagne le lecteur francophone à travers les principales questions qu’on peut se poser sur les habitudes de vivre, les manières de faire, la cuisine, l’architecture, les structures familiales, les relations sociales ou les croyances en Tunisie.

Ce catalogue vivant des comportements courants déplie avec légèreté et commente avec précision les codes d’une société contemporaine chargée d’héritages multiples. L’observation intéressée de l’auteur qui a vécu dans le pays en y créant des attaches est doublée par un travail documenté qui inscrit les informations dans l’épaisseur du temps qui les a modelées. On devine en filigrane les jugements circulant à propos du pays et de sa population ; l’auteur semble les avoir rencontrés. Son expérience guide les réponses exposées, adossées à un savoir et agrémentées de références qui éclairent les termes consacrés par la langue locale et leurs équivalents.

Je ne discuterai pas des termes « culture tunisienne » « identité », « personnalité », « peuple » « tunisianité » inévitables dans le cadre de l’exercice éditorial, pour souligner le style de Romain Costa dont l’approche concilie une empathie pour la société tunisienne (y compris dans ses pesanteurs et paradoxes) avec une intelligence des différentes curiosités qu’elle pourrait susciter. Il  tire de cette posture une perception de cette société construite à partir de constats vécus ou de clins d’œil de l’actualité qui suggèrent l’importance de l’histoire dans la fixation des traces, l’évolution des usages, la permanence et la mobilité des représentations.

Le propos de l’ouvrage résonne avec les idées toutes faites qui circulent sur l’islam. L’auteur témoigne que la Tunisie offre un terrain qui invite à observer la complexité des gens, la diversité des milieux et le mélange des pratiques, dans la vie domestique, à travers les liens individuels comme dans les fonctionnements collectifs. Tout en affirmant le fond de l’air arabo-musulman qui imprègne le climat général, Romain Costa laisse entrevoir un pays où tout le monde n’est pas pratiquant, ni ostensiblement attaché à la religion, quoiqu’obéissant à des normes de conduite, apparentes ou souterraines, qui peuvent aller jusqu’à la pression.

Même si les portraits et les situations semblent parfois modéliser le Tunisien (la Tunisienne  décrite à travers ses différents rôles est dans le décor, dans une position encore inégalitaire, il est vrai), l’ouvrage invite à ne pas le résumer à une représentation globalisante et glacée.  Sa lecture réussit à communiquer une bouffée d’air d’une Tunisie en couleurs, en nuances et en mouvement. Il fait planer /dégage une lumière douce sur un pays dont on parle beaucoup et où l’actualité remuante prouve que la société se débat dans des nœuds et évolue avec ses ses contradictions. Romain Costa invite de façon évocatrice, avec une certaine sympathie et parfois avec humour, à visiter la Tunisie, dont la compréhension peut enrichir l’expérience de l’altérité et la connaissance de soi.

Ma postface arrive au bout de la chaîne de fabrique de l’ouvrage. Si j’avais voix au chapitre, je suggérerais de rallonger son titre : Comprendre les Tunisiens et les Tunisiennes. Autant que partout ailleurs, faire apparaître les femmes, apporterait des clés supplémentaires pour pénétrer et sentir la société tunisienne. Sans compter que les visiteurs peuvent être aussi des visiteuses.

 Hammam-Lif, le 29 septembre 2021

Présentation générale de l’ouvrage : https://www.riveneuve.com/catalogue/comprendre-les-tunisiens/