Archives de catégorie : Transition

Jeunes au bord de la politique

Compte rendu de la rencontre d’Orient XXI, « Après les révolutions, les jeunes toujours à la marge ? », vendredi 6 février 2015, Hôtel l’Africa à Tunis. Vendredi 6 février 2015, le 2ème anniversaire de l’assassinat de Chokri Belaïd a coïncidé avec le passage de relais du dernier gouvernement de transition présidé par Mehdi Jomaâ (depuis fin janvier 2014) à la première équipe gouvernementale (issue des élections d’octobre-décembre 2014), dirigée par Habib Essid. Le même jour, le magazine électronique Orient XXI, a réuni des journalistes, des chercheurs et des acteurs autour du thème « Après les révolutions, les jeunes toujours à la marge ? » (http://orientxxi.info/magazine/rencontre-d-orient-xxi-a-tunis-le,0804). La rencontre, la 1ère organisée à Tunis par un site né à Paris en octobre 2013 qui inaugure un bureau local, a déroulé un panorama tonique et tonifiant qui a remué des questions de fond, sans s’égarer dans les considérations du type (qu’est ce qu’un jeune ?) ni perdre de vue le besoin de problématiser la situation tunisienne mise sous les projecteurs. Trois panels ont fait entendre des voix, communiqué des résultats d’enquêtes, livré des témoignages, fourni des analyses sur fond d’échanges polémiques. La moyenne d’âge de l’assistance –nombreuse- a été inférieure aux rencontres comparables. Des communications en français et en arabe dialectal ont traduit des échos concis sur la jeunesse tunisienne (avec un contrepoint sur l’Egypte). http://orientxxi.info/magazine/la-jeunesse-tunisienne-entre,0809

Résonances d’une conscience politique en action Au cours du premier panel (Conditions économiques et contestations sociales), des intervenants issus de l’activisme « révolutionnaire » ont fait part d’enquêtes à Douar Hicher ou Hay Ettadhamen, de prospections sur la précarité de l’emploi dans le bâtiment et le textile à Monastir, Kairouan et Kasserine, sur les diplômés chômeurs (380.000 / 800.000 environ) qui continuent à alimenter l’immigration clandestine, sur la stigmatisation que les médias contribuent à accentuer aux yeux de centaines de jeunes des quartiers qualifiés de « salafistes », sur l’instrumentalisation et la criminalisation des luttes sociales. Poursuivant le rôle de relais d’information et d’analyse, ces représentants d’une conscience aguerrie depuis 2011 ont apporté des outils évaluant l’exclusion persistante de la jeunesse, des études qui mesurent l’écart de la scène politique par rapport à l’urgence de la justice sociale, des rapports qui mettent le doigt sur le retard du droit, de la police et des tribunaux face aux frustrations et aux discriminations. On sait que le temps politique a été accaparé par des luttes de pouvoir entre élites partisanes. L’apport de ces dissections chiffrées des plaies sociales et économiques n’en est que plus fort. Ces ponctions raisonnées sont des radiographies précieuses pour baliser de futurs champs d’action. Comment faire pour que ces visions critiques, ces énergies inquiètes et ces volontés averties et renseignées deviennent agissantes ? La maturité acquise dans l’observation des réalités du pays pointe une série de chantiers où on peut lutter contre les tendances libérales en marche. La démarche de ces acteurs de la vie civile et leur travail mènent à la nécessité de changer le rapport au pouvoir, au besoin de passer de la pression politique à la proposition, de sortir de la marge pour aller vers la reconnaissance des initiatives, en les rendant opératoires.

Opinion et influence : objets flottants Le deuxième panel (Que deviennent les cyber-activistes ?) a donné la voix à des militants qui ont concentré leur action dans la destruction du régime de sécurité et de censure d’Internet sous Ben Ali. Leur ennemi commun ayant éclaté, ils se sont reconvertis après janvier 2011 en entrepreneurs culturels, gérants d’ONG, journalistes ou concepteurs de programmes pour la sécurité informatique. Animateurs de la vie publique, ils sont revenus sur la signification du terme « cyber-activistes », partagé par des adversaires d’autres bords, par des usagers ordinaires et d’autres moins vertueux. Le fil reliant ces auto-analyses est la recherche d’une participation à la politique, loin des injonctions de neutralité et des formes imposées. Revenant sur la façon dont ils ont vécu le passage de l’avant à l’après Ben Ali, ces contestataires se demandent quelles sont les perspectives d’agir sur la conception du pouvoir, après avoir participé au premier acte de la bataille pour la liberté d’expression et le droit de s’organiser. Rompus à une technologie qui a eu raison du régime de Ben Ali, ces  militants se heurtent à la résilience du système sécuritaire et à la difficulté de construire un Etat de droit. Tous tournent autour de l’information, un contre-pouvoir encore mal structuré en tant que tel, malgré les acquis. L’épreuve est dans l’héritage d’un système entretenu par des intérêts puissants et vigilants. L’érosion de leur impact médiatique en faveur d’un paysage plein de failles professionnelles et éthiques fait qu’il n’a pas été possible jusque là de constituer des modes d’influence sur une opinion publique changeante et difficile à définir. Malgré le chamboulement de 2011, le chantier de la neutralisation de l’espace public est loin d’être clos. Quatre ans après, il s’agit de penser à l’engagement qui s’impose et d’y attacher les méthodes adéquates. Plus que jamais, la voie de chacun est à chercher.

La décision politique au centre des revendications et des événements Le dernier panel (La participation des jeunes à la vie politique) a été plus différencié et tumultueux. Les échanges avec les représentants de partis, un député, deux conseillers de gouvernement, un militant et une politologue révèlent la différence de points de vue entre ceux qui sont passés par le travail politique organisé et les « indépendants » et/ou observateurs et chercheurs. Les militants de partis ont concentré le regard sur l’expérience électorale. Que l’on considère les jeunes mobilisés dans les campagnes de vote ou le fort taux de non participation des 18/35 ans (85%) aux élections, le point de vue fait dépendre la vie politique du moment électoral. Or, la participation à la vie politique est diverse et plus large. L’exemple de l’Egypte a permis d’évoquer le street art et le travail associatif (par exemple contre le harcèlement sexuel). Les débats autour des méthodes d’action ont fait éclater le mouvement Tamarrod et la jeunesse « révolutionnaire » égyptienne a été largement réprimée. Pour la Tunisie, on a entendu fuser de la salle des reproches contre une instrumentalisation des jeunes et un accaparement des positions de pouvoir. Au-delà de ces polémiques et des considérations générationnelles qu’elles recouvrent, on sent que les jeunes sont déçus voire se sentent dépossédés d’un processus auquel ils ont pris part. Par ailleurs, la prise de décision, nœud de la participation politique, est tombée dans l’escarcelle des dirigeants des partis pré -existant aux événements de 2010/2011. La sur -détermination idéologique des luttes partisanes a contribué à tourner le dos aux revendications et aux potentialités de la jeunesse en présence. Par ailleurs, la centralisation de la vie politique dans la capitale, au sein des instances partisanes et entre les réseaux anciens ne doit pas cacher l’engagement d’autres jeunesses (dans l’art et dans la culture entre autres) et un choix politique qui capte de plus en plus les jeunes de tous milieux : le « salafisme » voire le « jihadisme ». Un militant a prédit que les jeunes, aujourd’hui à la marge, sont appelés à devenir le centre de la politique. Il est difficile de faire des conjectures en dehors d’études ethnographiques sur des groupes et/ou des individus actifs. Une anthropologie des pratiques et des comportements qui régissent le monde politique actuel serait d’une grande utilité.

A un moment où l’âge des gouvernants est objet de discussion et même sujet de railleries, on peut se demander si les conditions d’une transition politique générationnelle existent en Tunisie. A voir les participants à cette rencontre, beaucoup d’ingrédients sont là : des acteurs conscients et actifs, une expérience de la contestation et de la vie de parti, un apprentissage du management et de la gestion…. Que manque-t-il alors pour un nième bond qualitatif nécessaire au pays ? Tout simplement, peut-être, que la politique, comme partage, gestion de l’intérêt public et responsabilité, change… de grammaire et pas seulement d’hommes et d’équipes.

Hammam-Lif, le 8 février 2015.

Texte paru dans La Presse de Tunisie, 16 février 2015, p. 6 et dans La Lettre de l’IRMC,  n°15, janv-mars 2015, pp. 19-20.

On se souviendra de l’avenue Bourguiba

Publié dans Libération du 14-15 août 2014 sous le titre : « Avenue Bourguiba, la conquête du droit de manifester « 

Les étourneaux et les ficus de l’avenue Bourguiba sont depuis longtemps les invariants de l’imagerie de cette artère tunisoise, bâtie pour l’essentiel entre 1860 et 1930 et « rénovée » en 2001. Elle porte le nom de Bourguiba depuis 1956, en remplacement de celui de Jules Ferry, donné sous le protectorat à la promenade de la Marine du XIXème siècle, un terrain marécageux ouvrant sur la Méditerranée. L’avenue a conservé de sa centralité construite en période coloniale, un dynamisme commercial et touristique. Elle a connu les manifestations d’avril 1938, organisées en face de la Résidence Générale, pour réclamer l’indépendance et un parlement tunisien. A force d’être officiel, le souvenir de ces journées protestataires du temps de la colonisation avait bien pâli. Depuis 2011, l’avenue se revivifie.

Une consécration de fait

Que l’on croie à l’enchaînement des causes ou à la contingence, à une dynamique de la mobilisation ou à une action spontanée, à un crescendo non maitrisé ou à une mise en scène surveillée, l’avenue Bourguiba est désormais le lieu mythique de la « Révolution tunisienne ». L’immeuble emblématique du Ministère de l’Intérieur était bel et bien visé par les milliers de Tunisiens/nes qui ont déferlé le 14 janvier 2011. La veille, en plein couvre-feu, des groupes ont été envoyés pour festoyer face au Théâtre municipal. Le pouvoir, encore inconscient de ses fissures, espérait orchestrer là, comme en d’autres points du pays, une « sortie de crise » tonitruante et honorable. Cette ultime feinte a-t-elle encouragé les manifestants à converger le lendemain, jour de grève générale, vers l’artère centrale de la capitale ? Située en amont, la place Mohamed Ali, siège de la centrale syndicale, chauffée par des semaines de rassemblements, donne l’impulsion avant 10 h du matin. L’avenue de France se remplit des flots venant des avenues latérales et de la médina. Les rues adjacentes et l’artère du train TGM (Tunis-Goulette-Marsa) drainent les manifestants, surgis de toutes les directions. Vers midi, la foule mixte et compacte ne cesse de grossir, les slogans « Dégage » et « Travail, Liberté, Dignité nationale » résonnent à l’unisson et les milliers de mains pointent les fenêtres de la bâtisse grise que les rangées de policiers protègent à peine. Le soir même, la voix cassée par l’émotion de l’avocat Abdennaceur La’ouini annonce la fuite de Ben Ali, sur la voie déserte. Une vidéo prise d’un balcon immortalise sa joie, seul, sous la lumière jaune des lampadaires. Ces images tournent en boucle pendant des semaines sur les médias et réseaux sociaux. Elles ancreront dans les mémoires une avenue où une liesse pacifique a triomphé du régime de Ben Ali.

Un espace public est né

D’ autres décors de la capitale vont servir aux rassemblements, marches et sit in dont le nombre explose. De l’autre côté de la médina, l’esplanade de la Kasbah (où se trouve le premier ministère) hébergera les caravanes venues de toutes les régions et deux longues occupations (Kasbah 1 et Kasbah 2), levées début mars 2011. D’ autres lieux : El Kobba (stade Olympique d’El Menzah) ou l’esplanade du Bardo (face à l’Assemblée Nationale Constituante) vont abriter des mobilisations mais ce sont les commémorations nationales, celles du 20 mars 2011 et 2012 (fête de l’indépendance) et surtout celle du 9 avril 2012 (fête des martyrs) qui achèvent de donner à l’avenue Bourguiba une légitimité « révolutionnaire ». Plus exactement, c’est l’interdiction d’y manifester qui consacre la demande du droit d’occuper l’espace public. Celui-ci s’anime de graffitis, de stands, d’expositions de photos, de happenings divers et de cercles de discussion. Les marches du Théâtre municipal servent à toutes sortes de parades, l’allée centrale est propice aux flâneries et aux spectacles de rue. Les cafés connaissent un regain de clientèle et des marchands promènent leurs attelages de confiseries, de fruits secs et de drapeaux rouge et blanc. Les tanks quittent les lieux et les barbelés sont réduits. Au bout, le rond-point de l’horloge qui remplace depuis 2001 la fameuse « guillotine » ayant succédé à la statue équestre de Bourguiba en 1988, est baptisé Place du 14 janvier 2011.

Un espace partagé ?

Le 14 janvier 2012, la foule est déjà plus différenciée ; elle fête le premier anniversaire de la « révolution » sous les bannières des partis. La nouvelle géographie politique du pays s’inscrit en couleurs dans l’espace de l’avenue Bourguiba. Quand le quatrième gouvernement provisoire inflige une répression musclée aux manifestants du 9 avril 2012, précédée par le tabassage des partisans de l’association des diplômés chômeurs deux jours avant, l’avenue enregistre un cran supplémentaire dans la politisation. Répliques et négociations se terminent par le recul des autorités : manifester sur l’avenue Bourguiba est un droit conquis. Le défilé du 1er mai se passe sans incidents. Il ne reste plus qu’à en faire le lieu des contestations de tous bords, y compris autour du « sacré », une cause défendue par le parti Ennahdha alors au pouvoir, autorisant les prières du vendredi devant le Théâtre municipal où artistes et spectacles ont subi des attaques. Des bannières noires apparaissent sur l’artère et des manifestations appellent à défendre le droit de porter le niqab, un « droit de l’homme »  que les événements de la faculté des Lettres de la Manouba ont mis au-devant de la scène politique.

Le 6 février 2013, jour de l’assassinat de l’avocat et homme politique Chokri Belaïd, les foules en colère se dirigent vers le ministère de l’intérieur. Besma Khalfaoui, sa veuve, conduit l’irruption du cortège de la dépouille dans l’allée centrale gardée. Dès que le convoi s’éloigne, les bombes lacrymogènes dispersent les manifestants. Depuis, des rassemblements réclamant la vérité ont lieu chaque mercredi devant le tronçon du ministère de l’intérieur, barricadé de plus belle, tandis que des meetings de toutes obédiences continuent à fleurir plus bas.

L’actualité a réactivé la mémoire d’une avenue qui revient dans l’histoire politique de la Tunisie. Une actualité qui reste sous tension : les barbelés de l’avenue Bourguiba ont rétréci depuis mai 2014 sans disparaître. On peut passer devant le ministère de l’intérieur et devant l’ambassade de France, à condition de ne pas marcher sur leurs trottoirs.

Hammam-Lif, le 4 juillet 2014

Une version arabe de ce texte est publiée dans le journal Essabah , Tunis, vendredi 12 septembre 2014, page 8

http://www.assabah.com.tn/article/89047/%D8%B4%D8%A7%D8%B1%D8%B9-%D8%A7%D9%84%D8%AD%D8%A8%D9%8A%D8%A8-%D8%A8%D9%88%D8%B1%D9%82%D9%8A%D8%A8%D8%A9-%D9%84%D9%84%D8%B0%D9%83%D8%B1%D9%89-%D9%88%D8%A7%D9%84%D8%A7%D8%B9%D8%AA%D8%A8%D8%A7%D8%B1

Les Archives nationales à l’épreuve de la transition tunisienne

La conférence prononcée par Hédi Jellab, directeur des Archives Nationales de Tunisie à l’Institut de Recherche sur le Maghreb contemporain le vendredi 30 mai 2014 sous le titre « Les Archives Nationales à l’épreuve de la transition tunisienne » a permis de questionner deux mots clés : « archives » et « transition ».  Les deux notions interpellent analystes, professionnels et usagers de l’information alors que les termes « information » et « documentation » sonnent comme des sentences magiques dans les sociétés contemporaines dites fondées sur l’économie du savoir. Dans la confrontation entre techniciens et utilisateurs, on peut saisir certaines manières de voir et de penser à partir et en fonction de ces mots-valises.

Historique et bilan des A.N.T.

Pour Hédi Jellab, historien de formation, deux « transitions » se croisent aujourd’hui, celle qui vise à changer de système politique, que l’on espère plus ouvert et plus démocratique et celle des archives mise au défi de répondre à la transition technologique en cours. Le conférencier a inscrit l’organisme qu’il dirige depuis 2011 dans une perspective historique en rappelant l’ancienneté du lien de l’institution archivistique avec la construction d’un Etat central depuis le XIXème siècle et la politique réformatrice du ministre Khayreddine. L’institution -créée sous le nom « Archives Nationales de Tunisie » par le décret du 2 août 1988- s’adosse à un héritage qui a servi la recherche historique jusqu’à ce que des responsables politiques tunisiens éprouvent le besoin puis se donnent les moyens de réglementer l’alimentation et l’accès à la documentation publique. Le mouvement est visible au milieu des années 1980 : le raccordement des fonds des A.N.T à l’organisation de l’administration tunisienne s’accompagne d’un développement de la formation des archivistes et des documentalistes à l’université, regroupée depuis 1981 à l’Institut Supérieur de Documentation (ISD) de la toute nouvelle université de La Manouba.  Aujourd’hui, 1400 archivistes formés par les filières de l’ISD (160 sont employés au Ministère de la Justice, 90 au Ministère de l’Intérieur) et 17 directeurs (dont 12 femmes) constituent le personnel spécialisé mis au service du programme destiné à acheminer la documentation « morte » vers les magasins d’archives conçus aux normes internationales, dans le grand bâtiment du boulevard du 9 avril inauguré en 1998. L’accès aux archives, fixé par la loi de 1988 et d’autres règlements, prévoit trois délais de communication : 30, 60 ou 100 ans. En plus de leur mission centralisatrice des archives publiques, les A.N.T fournissent une assistance technique (des outils de gestion, un manuel de procédure et des conseils pour qualifier les papiers) aux ministères, banques, entreprises et institutions, publiques et privées (ex : le Ministère des finances, la Banque Centrale de Tunisie, le tribunal de 1ère instance de Tunis) désireuses de trier et classer leur documentation. Un espace de stockage est disponible à condition de pourvoir les rayonnages nécessaires. Les A.N.T gèrent douze kilomètres linéaires de documents dont plus de deux kilomètres versés en 2012. L’institution a réceptionné les archives de fonctionnement de la Haute Instance pour la Réalisation des objectifs de la Révolution de la réforme politique et de la transition démocratique (15 mars 2011-23 octobre 2011), celles du Conseil économique et social, du Ministère de la communication, de la Commission d’enquête sur les dépassements entre le 17 décembre 2010 et le 14 janvier 2011, les urnes des élections du 23 octobre 2011 remises par l’Instance Supérieure Indépendante des Elections (pour l’Assemblée Nationale Constituante) ainsi que les inventaires du Conseil Constitutionnel (dissous le 23 mars 2011) et du fonds de la période Bourguiba, entreposé au Palais présidentiel de Carthage.

L’actualité et ses questions

La rapidité avec laquelle cette documentation historique a été versée est en soi un objet d’étonnement. En homme de terrain, Hédi Jellab pense que les A.N.T ont pu assurer cette fonction grâce à l’infrastructure, à l’expérience accumulée par les inspections régulières et au savoir-faire archivistique appliqué depuis longtemps. L’efficience gestionnaire n’empêche cependant pas de poser d’autres questions, notamment à propos des tris en amont et des critères de versement. On ignore les logiques internes des administrations qui confient leurs archives ainsi que les procédures qui construisent les séries et les documents sélectionnés. Par ailleurs, la « raison bureaucratique » ne suffit pas à garantir l’obéissance aux préceptes de classement et de publicité des archives. Or le phénomène est difficile à évaluer, tout comme celui des destructions volontaires dont on parle beaucoup depuis 2011.

Après le feu des événements « révolutionnaires » (300 postes de police incendiés, 4 tribunaux de 1ère instance, 14 tribunaux cantonaux, 74 recettes d’impôts, des municipalités et des comités de coordination du R.C.D ont été touchés), plusieurs décisions constituent des brèches face au monopole du secret des archives. L’article 40 de la loi organique sur la justice transitionnelle du 24 décembre 2013 prévoit même une clause exceptionnelle : « Pour accomplir ses missions, l’instance [Vérité et dignité] dispose des prérogatives suivantes : l’accès aux archives publiques et privées nonobstant toutes les interdictions prévues par la législation en vigueur… ». Cependant, le décret-loi du 26 mai 2011 sur le droit d’accès aux documents administratifs des organismes publics (dit marsoum 41, apparemment promulgué sous la pression de la Banque mondiale) fait actuellement débat, tout comme le suivi du travail des commissions créées pour établir les crimes et les exactions des semaines d’émeutes. Le besoin de recherche de la vérité qui a émergé à la surface des débats en 2011 serait-il en train de s’essouffler ?

Interpellé sur la révision des priorités ou des procédures en fonction des événements récents, Hédi Jellab a relativisé le poids des archives publiques. L’écriture de l’histoire passe par d’autres sources : les archives privées, celles des ONG -actuellement très actives- et celles qui se trouvent à l’extérieur des frontières tunisiennes. Sans oublier les archives du Web qui posent aujourd’hui un défi supplémentaire aux professionnels de la conservation et aux techniciens du papier et de la numérisation.

En comparaison avec l’Algérie -où les archives nationales organisées par une loi de 1988 sont « départementalisées »-, on peut dire que la tradition centralisatrice tunisienne (les ministères de la Défense et de l’Intérieur y échappent ainsi que les fonds de la Présidence de la république) confère une dimension patrimoniale à l’institution des Archives Nationales de Tunisie. Au Maroc, la législation est récente : créées par un dahir royal en 2007, les Archives du Maroc dotées d’un local, d’un personnel et d’un directeur général (Jamaâ Baïda, historien) en 2011, viennent d’entamer le long travail de collecte et de tri auprès des administrations.

Les archives revêtent plusieurs significations. Elles ballottent entre visions du passé et attente (démesurée ?) de vérité. Elles obéissent, selon le contexte, à des contraintes et des temporalités diverses. Une phrase de Hédi Jellab a suscité une réaction mitigée dans le public de la conférence : « la Révolution, c’est conjoncturel ! ». La perception du temps et des événements d’un historien doublé d’un responsable de l’archivage et de la conservation reflète l’une des consciences de ces temporalités.

Hammam-Lif, le 8 juin 2014 

Compte rendu paru dans At-tariq al jadid n° 379, Tunis, 5-11 juillet 2014, pp. 6&7

A paraître dans La Lettre de l‘IRMC n° 14, Tunis, juin-octobre 2014

Version arabe  du compte rendu : http://irmc.hypotheses.org/1562

About the sequence of the unexpected

The news changes the vision. It is what we feel in Tunisia, where we are living in an amazing speed all kinds of changes. Visitors to the “transition” are legion and if their number does not reach the millions of tourists missed by our hoteliers, businessmen, journalists and experts leave the country with impressions and observations that one wonders what their immediate or delayed impact is going to be like.
Internal mobility is slow to follow
Our politicians are traveling more than ever, more often abroad than to the interior of the country, to the point of irritating Tunisians who are worrying about public money and willing to change the habits of Tunisians rulers. The latter continue to make speeches in meetings while the country needs decisions to be made. Intellectuals, artists and scholars are often invited to take part in international events despite the crisis and budgetary constraints. Even if expressing oneself in the fields of art, ideas and knowledge is equivalent to taking action, internal mobility is slow to follow as it takes a long time to shake the inter-cultural walls as well as the separation between art, science and society. Solidarity and mobility are good but they also take us by surprise.
Thirty-three months have passed since the famous images of Ben Ali’s plane flying over the Tunisian sky and heading to the south-eastern Mediterranean. In the beginning we did not believe he left, then we feared a possible return, then we said he fled, then we feared it was a sham. We have long been suspicious of a scene. Finally, we were able to say : “Ben Ali , it’s over”. These images have been shared throughout the world in a communicative jubilation and they had to play in the process of future events, in Tunisia and elsewhere. Immediately, we had to live the “afterwards”.

Continuer la lecture

De l’enchaînement des inattendus

Affiche du colloque "L'inattendu dans la création littéraire et artistique, à la lumière du printemps arabe", octobre 2013

Affiche du colloque « L’inattendu dans la création littéraire et artistique, à la lumière du printemps arabe », octobre 2013

L’actualité change le regard. On le sent bien en Tunisie, où l’on vit à une vitesse époustouflante toutes sortes de changements. Les visiteurs de la “transition” sont légion et, si leur nombre n’atteint pas les millions de touristes regrettés par nos hôteliers, hommes d’affaires, journalistes et experts de passage repartent avec des impressions et des observations dont on se demande quel peut être l’impact, immédiat ou différé.

La mobilité intérieure tarde à suivre

Nos politiques voyagent plus que jamais, davantage à l’extérieur qu’à l’intérieur du pays, au point d’agacer les Tunisiens désormais soucieux des deniers de l’État et désireux d’agir sur les habitudes des gouvernants. Ceux-ci continuent à porter la bonne parole dans les cénacles, alors que le pays a besoin de décisions. Intellectuels, artistes et chercheurs sont plus sollicités dans les manifestations internationales, malgré la crise et les restrictions budgétaires. Même si prendre la parole dans l’art, les idées et le savoir équivaut à faire acte, la mobilité intérieure tarde à suivre aussi, les cloisons interculturelles comme les murs séparant l’art, la science et la société étant longs à ébranler. Solidarité et mobilité font du bien mais elles nous prennent aussi de court. Trente-trois mois se sont écoulés depuis les fameuses images de l’avion de Ben Ali volant au-dessus du ciel tunisien et se dirigeant vers le sud-est de la Méditerranée. On n’y a pas cru, puis on a redouté un retour possible, puis on s’est dit “c’est une fuite”, ensuite on a craint une feinte. On s’est longtemps méfié d’une mise en scène. Enfin, on a pu dire : Ben Ali, c’est fini. Les images partagées de par le monde dans une jubilation communicative ont dû jouer dans la probabilité des événements ultérieurs, en Tunisie et ailleurs. Tout de suite, il a fallu vivre l’“après”. Continuer la lecture

Transitions et droits humains

 

Affiche de l'école d'été "Human Rights and Democratic Transition", La Manouba, 2013

Affiche de l’école d’été « Human Rights and Democratic Transition », La Manouba, 2013

Compte rendu de l’Université d’été, août 2013, initiée par l’Université Libre de Bruxelles et l’Université de La Manouba.

L’été tunisien a été dur, plombé par une actualité violente et obscurci par des assassinats. Au cours de l’année universitaire, l’Université de la Manouba avait construit avec l’Université Libre de Bruxelles et d’autres organismes le projet de réunir entre le 18 et le 24 août des étudiants et des enseignants de sciences humaines et sociales, du Nord et du Sud de la Méditerranée, pour croiser les vues et les approches autour des risques et des espoirs engendrés par les transitions en cours. Malgré la menace et les appréhensions, les organisateurs ont décidé de maintenir la manifestation pour entretenir l’espoir, ne pas décevoir le désir de rencontre et donner sa chance à l’ambition partagée de débattre et de comprendre l’actualité. La manifestation était dédiée à la mémoire d’Eric Remacle, Chokri Belaïd, deux militants pour les droits humains morts début 2013 : les événements ont hélas adjoint le nom de Mohamed Brahmi, assassiné le 25 juillet.

Fresque internationale

Plusieurs institutions se sont associées en cours d’organisation pour monter La Manouba International Summerschool autour du thème : Droits humains et transitions démocratiques : entre espoirs et risques. Le programme européen Erasmus Mundus GEM PhD School, the GR:EEN FP7 Research Project, le pôle et la fondation Bernheim pour la culture de la paix et l’Institut d’Etudes Européennes de Bruxelles ont étendu les dimensions et les moyens de la rencontre, appuyée par la délégation de Wallonie Bruxelles à Tunis. La conjugaison des forces a permis de réunir plus de 80 étudiants et 25 encadreurs, de vingt nationalités et appartenant à des universités du Nord et du Sud. L’arabe, le français et l’anglais ont été les trois langues de travail. Vue du côté tunisien, cette semaine a permis de fournir à une vingtaine d’étudiants et dix intervenants tunisiens un voyage mêlant découverte, labeur, contact et détente…sans visa.

Continuer la lecture

This time Ramadan is different

Translated by Maaike Voorhoeve

We Tunisians are still in choc by the attack of 25 July. It cost the life to Mohamed Brahmi, a member of the Constituent Assembly with measured yet firm positions such as encouraging rebellion against Ennahda. Next, the massacre of nine soldiers on 29 July struck the Tunisian summer like lightning. Since this moment, the army has been wearing itself out in the deserted region of Mount Chaambi, and the bruised families, proud of the heroes who died for their fatherland, are refusing all official presence of government representatives.

A turning point ?

Emotions are swelling, bringing agony and distrust to light, every wave enlarging the circle of those struck, every strike seeding feelings of insecurity and fear of the future. Over the past 30 months we have learned that this persistent emotion is not the bearer of something better : it only favours the cynical, increases disorderand spreads discord, both in public life and within families.

This summer, tension is reigning. In the violence and the unknown it recalls the months of December 2010 and January/February 2011- but with a feeling of disunity added to it. I don’t exactly know why, but I feel that we find ourselves in the second, decisive phase of a huge change. We cannot call it ‘revolution’ yet, at least not as long as these convulsions do not materialize in concrete changes sufficient to install something that breaks with the intrigues and the discord. For the new (Nahdaouis) and the old (RCD), twins and enemies at once, the battle is becoming serious ; one team is chasing the other (or infiltrating those who allow it) at the expense of the country’s equilibrium and security, not to mention its moral principles and the needs it is most bereft of. There is an air of ‘déjà vu’ with the sentiment that the state is governed by a mafia, ill-prepared for power yet determined to stay.

Continuer la lecture

L’heure de la culture citoyenne a sonné

Un avenir en rose

Un avenir en rose – Art actuel en Tunisie, Berlin et Stuttgart, ifa &Kerber Art

Un avenir en rose-Art actuel en Tunisie, Berlin et Stuttgart, ifa &Kerber Art, 2012, 235 p.
« L’heure de la culture citoyenne a sonné » est une phrase extraite d’un texte de Sélima Karoui, un des auteurs qui ont contribué à un ouvrage collectif intitulé Un avenir en rose-Art actuel en Tunisie, publié en août 2012 à l’occasion de l’exposition du même nom et édité par les galeries ifa de Berlin et Stuttgart et Kerber Art. Cette phrase épilogue clôt une suite de phrases insérées dans des pages roses, comme des jalons de réflexion, des haltes qui accompagnent le lecteur entre les œuvres. Elles sont extraites des commentaires des auteurs et des textes qui analysent l’arrière-fond de la production artistique en Tunisie depuis un siècle environ.

Rose et argent

Le premier étonnement pour un lecteur est de rencontrer dans une librairie un ouvrage coloré en rose et argenté, une couleur pour le moins inhabituelle dans l’édition. La formule « avenir en rose », prise au sérieux, s’incarne dans la couverture et certaines pages. L’objet insolite attire la curiosité du lecteur. La surprise est des plus heureuses car la publication allie qualité de la réflexion et souci esthétique, la maquette est belle et les images frappent par leur sensibilité et la force de leurs messages. Au catalogue strict de l’exposition (commissaires : Christine Bruckbauer et Patricia K. Triki) qui a inclus beaucoup de matériaux vivants, les éditeurs ont adjoint une série de textes qui brossent un tableau de la vie artistique en Tunisie depuis l’époque coloniale jusqu’à la période actuelle. Continuer la lecture

Un ramadan pas comme les autres

Nous sommes encore sous le choc de l’attentat du 25 juillet qui a coûté la vie à Mohamed Brahmi, un homme que les Tunisiens ont commencé à connaître comme député à l’Assemblée Nationale Constituante, par des prises de position mesurées mais fermes, la dernière étant d’encourager la rébellion contre Ennahdha. Puis le carnage des neuf soldats du 29 juillet a éclaté comme une foudre dans l’été tunisien. Depuis, l’armée se démène dans la région du Djebel Chaâmbi délaissée et les familles meurtries qui se disent fières des héros morts pour la patrie, refusent la présence officielle des représentants du gouvernement.

Un tournant ?

L’émotion gonfle, accentuant peur et défiance, chaque vague élargissant le cercle des gens atteints, chaque atteinte semant insécurité et crainte de l’avenir. On a appris depuis 30 mois que cette émotion persistante n’est pas porteuse du meilleur, qu’elle ne favorise que les cyniques, qu’elle augmente le désordre, qu’elle sème la division dans la vie publique et les familles.

Cet été règne une tension qui rappelle les mois de décembre 2010 et janvier/février 2011, dans sa violence et ses inconnues, avec un sentiment de déchirure en plus. Je ne sais pas quoi me fait sentir qu’on serait dans la deuxième phase décisive d’une grande mutation en cours, qu’on ne peut nommer « révolution », tant que ces soubresauts n’aboutissent pas à des changements suffisants pour installer autre chose que les magouilles des plus forts et de la discorde. Entre les nouveaux arrivés (Nahdhaouis) et les anciens (RCDistes), jumeaux et ennemis, la bataille se corse, une équipe est en train de chasser l’autre (ou de noyauter ceux qui y consentent), aux dépens de l’équilibre du pays et de sa sécurité, sans parler des principes moraux et des besoins des plus démunis. Il flotte un air de déjà vécu avec le même sentiment que l’Etat est asservi par un réseau mafieux, mal préparé au pouvoir mais décidé à le prendre durablement.

Continuer la lecture

Multiples leçons

Les transitions politiques qui suivent les « printemps arabes » accouchent de situations inconnues et révèlent des obstacles inédits avec des héritages pesants. Au milieu des multiples leçons qu’ils portent et malgré la vitesse à laquelle sont soumis les hommes et les faits, on apprend que le facteur temps est primordial. Sa gestion n’est pas aisée et sa compréhension encore moins. On s’apercevra plus tard des coups de poker plus ou moins réussis, comme des certitudes démenties, ou des vieux préceptes réactivés. Il faut du temps pour comprendre ce que le temps et la conjoncture ont permis de faire. Le cocktail coup d’Etat militaire/ redressement du processus démocratique qui s’est joué en Egypte donne lieu à des interprétations qui vont d’un extrême à l’autre, depuis ceux qui dénoncent à ceux qui se réjouissent. A chaud, l’émotion est maîtresse et selon chaque camp de la bipolarisation dessinée au sein de l’opinion« autorisée », on se conforte dans une extrémité. A chaque coude de ce long cours in-tranquille, à chaque configuration, les gens applaudissent, s’inquiètent, tremblent, lancent des mots d’ordre voire des menaces. Là aussi, le temps doit faire son travail pour qu’on sache si on est proche du scénario algérien ou s’il s’agit d’un « stop » imposé par l’urgence. L’armée égyptienne reprend-elle le flambeau après une concession accordée sous la pression des élections ou bien va-t-elle se contenter d’arrêter les dégâts pour alléger les crispations causées par une année d’une gestion qui a augmenté l’insatisfaction et l’insécurité ?

On se rend compte que sur le chemin de l’Etat de droit, les formes d’expression démocratique connues sont incomplètes et ne suffisent pas à faire face aux nouvelles situations. L’objectif de trouver des cadres d’organisation qui tâtonnent pour réparer des excès, sans compromettre la marche vers la démocratie, est criblé d’embûches. Le mouvement « Tamarrod » a été inventé après une élection « aux normes », un mode certes nouveau en Egypte mais qui a montré ailleurs -y compris dans les pays anciennement démocratisés- ses imperfections. L’action porte loyalement son nom qui signifie « rébellion », née en opposition aux méthodes du gouvernement de Morsi. Elle a eu le temps de coaliser en Egypte un mouvement d’opinion et de favoriser des liens entre les mécontents, dans tout le pays et au-delà du cercle des partis d’opposition. Pourquoi cette mobilisation serait-elle moins légitime qu’un déplacement aux urnes ? Elle peut au moins être complémentaire dans une situation de réveil au devoir citoyen et d’ouverture de l’intérêt pour la politique. L’évolution de « Tamarrod » depuis avril 2013 incarne une forme de participation simultanée au pouvoir, sur fond de difficultés extrêmes et donc d’intéressement aux modes de gouvernement comme aux résultats immédiats. Les millions d’Egyptien/nes qui y ont participé ont démontré une vigilance digne de respect et de considération qui mérite une traduction effective sur le terrain de l’action.

Continuer la lecture

Commémoration et symboles nationaux entre griffes de la politique et riposte citoyenne

Drapeau tunisien

Drapeau tunisien

Dans le maëlstrom politiquement surchauffé de cette « transition », des mémoires sont maltraitées, subissent des violences. Je dis bien des « mémoires » dans leurs multiples facettes et non «l’histoire » car celle-ci est en train de s’écrire. A chaque type de mémoire, une forme d’agression. Les attaques contre les mausolées et marabouts (plus d’une centaine en quelques semaines) ciblent la mémoire religieuse à travers le culte des saints. Sur un autre plan, le fait de minorer les fêtes officielles est vécu comme une atteinte symbolique à la mémoire nationale. Dans les deux cas de figure, les Tunisiens ne sont pas passifs. Ils réagissent et réclament aux autorités de respecter et de faire respecter ces mémoires. L’objectif de ce papier est de s’arrêter sur un indice de changement dans le rapport entre gouvernants et gouvernés, à travers le langage de la commémoration et des symboles nationaux.

Célébration officielle et cycle mémoriel

Les dernières célébrations officielles du 20 mars (date de signature du protocole de l’indépendance en 1956 ), du 9 avril ( date de manifestations réclamant un Parlement tunisien en 1938 devenue fête des martyrs ) ou du 25 juillet (proclamation de la République en 1957) ont suscité des réactions protestant contre la froideur des commémorations. Cela peut étonner a priori sachant que la mémoire nationale est nourrie, entre autres, par l’histoire officielle des décades précédentes. Or, si le culte mémoriel entretenu par Bourguiba et par Ben Ali a marginalisé les mémoires d’autres participants à l’histoire contemporaine, il ne les a pas fait disparaître. Depuis le 14 janvier 2011, des voix étouffées sont remontées à la surface nourrissant une nouvelle vague de déclarations de militants, de témoignages de familles, de réclamations de droits. Des émissions à la télévision et à la radio autour d’événements-clés (ex : assassinat de Ferhat Hached, conflit Bourguiba/Ben Youssef, complot de 1962 …) rappellent les évictions et permettent de rétablir une partie des faits oubliés. Dans le domaine de l’écrit, des articles ont paru dans la presse (dont certains signés par des historiens en titre) et quelques ouvrages (surtout des mémoires politiques) ont apporté des éclairages, en attendant que ces salves de révélations évoluent vers l’étude approfondie, soient recoupées avec d’autres données historiques. Il faut beaucoup de temps et un travail de corrélations croisées pour que les informations entrent dans les livres d’histoire puis se répercutent dans les manuels, afin de faire parvenir aux jeunes générations une version plus affinée de l’histoire récente du pays. Continuer la lecture

Violence et responsabilité

Ce texte fait partie d’un dossier demandé par la rédaction du magazine Réalités, suite à l’assassinat de Chokri Belaïd. Texte d’intervention citoyen, guidé par le sentiment que la violence qui règne passe par les mots : légitimité, identité ont pris la place de liberté et dignité. Le sentiment d’historienne qui sous tend ce texte est que la culture du conflit en Tunisie est anesthésiée par l’idéologie victimaire. La responsabilité est aussi du côté des historiens : notre histoire, notamment contemporaine, est à relire.

« Ightiyyal Chokri Belaïd » (assassinat de Chokri Belaïd)

La parole peut libérer et tuer. Après nous avoir enseigné la première loi, la transition tunisienne nous apporte une confirmation tragique de la seconde. Deux ans après un mouvement social pacifique contre les formes d’injustice, un homme de la parole est assassiné. L’énergie surgie des blocages autoritaires ayant d’abord et surtout libéré la parole, voilà qu’un de ceux dont l’éloquence prônait le dialogue est abattu. C’est si facile de faire taire un homme qui parle.

Une digue a sauté. Allons-nous nous laisser submerger ? Après des décennies d’un quotidien politique confiné entre une bureaucratie verrouillée et une poignée de militants, trempé dans un béton langagier et actionné par une boîte noire sécuritaire, il est difficile de rompre avec les habitus de violence qui ont façonné relations et comportements depuis des décennies.

Alors que l’état d’urgence devrait imposer l’horizon de le suspendre, l’activité au sommet de l’Etat s’est réinstallée dans les canaux d’exercice habitués à l’éternité du silence et de l’impunité. L’embellie des élections a redistribué une part de l’espoir semé par la « Révolution » sans que les jeunes, les chômeurs, les habitants des régions déshéritées qui ont mis le feu aux poudres entrevoient une raison de croire à une ouverture. Dans un climat social pesant, les instances issues de la première floraison « démocratique » se sont engouffrées dans les habitudes du pouvoir, minées par le népotisme et tissées par le mensonge. Continuer la lecture

Une journée mémorable

Wassim Ghozlani

Ce vendredi 8 février 2013, la Tunisie a vécu une journée mémorable. Je l’ai suivie à la télévision et à travers la radio.  Quatre chaînes (Nessma Tv, les deux chaînes nationales et en partie At-Tounissiyya) ont transmis en direct les images des obsèques nationales de Chokri Belaïd, secrétaire général du parti Ejjeb’ha ach’abiyya (Front populaire), assassiné en sortant de chez lui, le 6 février. Heureusement que nous avons ces reportages « faits maison » avec du son en direct car j’apprends qu’Al Jazeera a collé des images de l’enterrement avec un rassemblement pro–Ennahdha devant l’ANC et une bande son avec des slogans … contre le RCD !!! C’est la première fois que je réalise l’ampleur de la manipulation et du culot de cette chaîne, plusieurs fois dénoncée depuis le 14 janvier 2011 et aujourd’hui objet de méfiance, à cause de ces pratiques.

Voici mes impressions personnelles en cette fin de journée exceptionnelle.
Des hommes et des femmes sont venus de partout depuis le matin. En ce jour de grève générale, un million quatre cent mille personnes selon le Ministère de l’Intérieur ont accompagné le cortège des funérailles. Des jeunes, des vieux et des enfants, des fleurs et des drapeaux, des pleurs et des youyous, des slogans anti gouvernement (en nommant Ennahdha et Ghannouchi) et des versets du Coran, l’hymne national et le chant de l’Internationale en arabe, des phrases signées Chokri Belaïd et des photos de lui, souriant. Son cercueil recouvert des drapeaux national et syndical, de sa toge d’avocat, de branches de palmier et de fleurs quitte la maison paternelle vers dix heures du matin. Le cortège fait une halte par la Maison de la Culture de Jbel Jloud, la banlieue déshéritée où est né Chokri Belaïd. On assiste à une courte cérémonie solennelle où le gouvernement dont la présence n’a pas été souhaitée par la famille est remplacé par de nombreuses personnalités syndicales, politiques et culturelles. Basma Khalfaoui, l’épouse de Chokri Belaïd appelle au calme et à la discipline au micro ; elle est drapée des couleurs nationales puis elle arborera sa robe d’avocate. Dehors, le dessin de la moustache et du grain de beauté du défunt sont tagués sur le mur par un dessinateur des Zwawla. Le cercueil ressort, il est posé dans un véhicule militaire où prennent place sa fille Nayrouz, son épouse, sa soeur  et Maya J’ribi, secrétaire générale du parti Al Joumhouri à côté des soldats. Continuer la lecture

La « manipulation » comme explication du « printemps arabe »

 

Naoufel Brahimi El Mili, Le printemps arabe, une manipulation ?, Paris, éditions Max Milo, 2012, 220 p.

À propos de l’ouvrage de Naoufel Brahimi El Mili, Le printemps arabe, une manipulation ?, Paris, éditions Max Milo, 2012, 220 p.

Cet ouvrage -paru en octobre 2012 et couvrant les 18 mois du « Printemps arabe »- n’est pas le premier à développer l’hypothèse que la vague des événements qui se succèdent dans le monde arabe n’est ni spontanée ni le fruit de mouvements sociaux parvenus à explosion à force d’avoir été réprimés puis « libérés » par l’action des réseaux sociaux qui ont fini par fendre la censure. Pour l’auteur, le feuilleton auquel on assiste depuis janvier 2011 est une mise en scène orchestrée par la chaîne El Jazeera interposée. Le parti pris clairement posé, l’ouvrage déroule la démonstration avec une enquête qui se déploie sur les différents pays, sous les visées rivales du Qatar et de l’Arabie Saoudite. Il dégage à chaque escale le niveau qui relie, par l’histoire et la géo-politique, le terrain à l’hypothèse d’un antagonisme attisé par les événements. Il présente enfin l’avantage d’évoquer la longue durée, se démarquant des analyses qui surfent sur l’actualité avec légèreté ou ingénuité. Trois parties sérient les questionnements autour des faits enregistrés en Tunisie, en Egypte, au Yémen, en Lybie, en Syrie avec, en arrière-plan, la Turquie et l’Iran. Le contrepoint avec l’Algérie (qui a vécu d’autres « printemps » en 1980, 1986, 1988 et une longue guerre civile) et des incursions vers le Maroc, la Jordanie, le Bahreïn et l’Afrique subsaharienne élargissent la perspective au-delà des théâtres les plus chauds. Tout cela à travers le prisme de la force de médiatisation des phénomènes sur fond de plans tracés par des états-majors avisés, sur l’avenir énergétique et les placements financiers.

Vu de Tunisie

Le désordre incessant que nous vivons et les analogies relevées entre les situations tunisienne et égyptienne peuvent accréditer un agenda commun combinant projections externes, forces intrinsèques et difficultés de gestion. Il est trop tôt pour se prononcer sur la plausibilité d’une telle hypothèse, même si elle précise l’importance du conflit sunnisme/chiisme et des questions de frontières. Pour s’en tenir au fil directeur choisi par l’auteur, on peut aussi penser à un effet d’influence ou d’inspiration réciproque : la dissémination médiatique est devenue indissociable de la guérilla politico-financière comme des innombrables niveaux de la vie économique, sociale et culturelle où s’inscrit le chambardement en cours. La persistance de turbulences exprime d’abord et surtout l’ampleur du chômage, l’importance de la pauvreté et le règne de la corruption, handicaps socio-économiques restés intacts. Mais si la méga-connectivité du monde actuel y est pour quelque chose, c’est que les gens vivent aussi une nouvelle manière de lire, de sentir et de juger le monde qui les entoure et la politique sensée les régir. La démultiplication des réseaux et des connexions montre qu’Internet a instauré un nouvel âge de communication qui produit des enchaînements imprévus parce que les retombées des faits suscitent des réactions, modifient les attentes. Cette réalité contemporaine affaiblit les velléités de complot centralisé et ne permet plus d’interpréter le rapport des forces politiques dans le monde arabe sur la base d’inimitiés ou d’alliances simples. L’ouvrage souligne la complexité accrue de la question palestinienne dans les diplomaties arabes et au sein des clans des pouvoirs locaux.

Continuer la lecture

2012, l’an II de la transition tunisienne

Difficile de résumer l’année qui s’achève, du moins d’en faire un bilan simple. Le ballottement que l’on vit depuis deux ans ne permet pas de saisir pour l’instant la signification de ce que l’on voit ou entend, sans parler de ce qui échappe à la perception. Flotte tout de même un sentiment d’appréhension devant des signaux nouveaux quotidiens de plusieurs types, et la perplexité se conjugue avec l’impression que se jouent des choses capitales qui n’échappent pas qu’à moi (maigre consolation). Cela renforce l’inquiétude mais aussi l’intuition que le changement en cours creuse des niches, décapsule des bouchons, draine des flux. Cela suffira-t-il à ouvrer des possibles durables ? Bien entendu, les gens et les habitudes sont mus par les intérêts instantanés, les plus forts et les plus malins profitent du tribut immédiat. Mais les « plus forts » (mafieux compris) sont en train de se renouveler en apparence, tout au moins sont-ils en train de vivre le changement. Cet appel d’air général n’est pas dénué d’accidents imprévus et d’échecs comme de parades et de forces rétrogrades. Rien n’interdit d’espérer qu’il  porte des opportunités et des situations nouvelles. En attendant de voir clair, le mélange des intérêts et des défenses contradictoires qui se forgent augmente l’incertitude générale.

Médias et affaires politiques

Ce mois de décembre (et après le méga-conflit avec l’UGTT qui suit son cours, en espérant que la commission d’enquête qui vient de se former apportera des lumières et constituera un exemple de négociation) s’achève sur deux affaires significatives dans un pays qui en aligne des centaines mais celles-ci, largement « publicisées », voient leur importance démultipliée à cause de leur impact public et médiatique. Les médias étrangers semblent en veilleuse en cette période de relâche, et suivre la roue des faits qui s’accélère alors que la presse nationale peine à se reconstruire comme un relais « fiable » ajoute à la non visibilité des conséquences microscopiques en cours.

Continuer la lecture