Archives de catégorie : Transition

Se souvenir de 2011

Dès les premières alarmes tunisiennes face à la pandémie, le souvenir de 2011 est remonté. À observer la façon dont le Covid-19 se vit dans le contexte politique, économique, social et culturel tunisien, on note que cette crise globale et transversale, que peu de spécialistes (et encore moins de politiques) ont vu venir, a fait tache d’huile à une vitesse qui fait penser, une fois de plus, aux canaux de transmission de l’information et de l’émotion comparés à ceux de la propagation du virus. Les capacités humaines, économiques et technologiques qui commandent nos cadres de vie, de pensée et de pouvoir sont de nouveau mises à nu avec deux différences de taille entre les deux périodes : la Tunisie est fondue dans le reste du monde et le discours sur l’exceptionnalité, comme celui de l’ingérence étrangère, sont hors de propos.

Parallèles

Même si en 2011, la Tunisie vit le premier d’une série de soulèvements alors que la vague pandémique de 2020 l’inscrit dans une suite déjà longue de pays atteints par le virus, le déclic de mars 2020 rappelle l’interruption de la vie ordinaire entre fin décembre 2010 et janvier 2011 : une pause forcée progressive. Couvre-feu à l’appui, l’arrêt obligatoire du quotidien est renforcé par les injonctions à rester chez soi. En 2011, le pouvoir a sous-estimé le danger qui le menaçait, même si des signes ont été notés après coup. Face à l’épidémie, l’administration sanitaire a pu lancer des alertes et décider de mesures protectrices pendant que le pays se débattait dans les négociations du nouvel exécutif avec les partis en place.

On se souvient que 2011 – qui a vu passer trois gouvernements provisoires avant les élections d’octobre – a instauré une gestion par décrets. Le gouvernement de 2020 recourt au même procédé, ligoté cette fois par l’article 70 de la Constitution de 2014. L’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) accorde, le 4 avril, l’autorisation au chef du gouvernement de légiférer par ordonnance pendant deux mois.

Dans les deux situations, la peur, le doute, les incertitudes se répandent parmi une population qui s’avère mal identifiée par les services sociaux et échappe aux statistiques officielles. Le ministère des Affaires sociales est obligé de revenir sur des listes de familles nécessiteuses faussées et on s’aperçoit que la loi de l’identifiant unique votée depuis mars 2018 n’a pas été mise en application par crainte de la traçabilité.

En 2011 comme en 2020, du point de vue de la précarité et de l’action, face à la violence et dans les initiatives, les femmes sont au premier plan. Contre le fatalisme de la dictature, contre la maladie et la mort, elles sont dans l’espace public et le privé, dans la stratégie et la solidarité de proximité, dans la réponse aux besoins immédiats.

Poussées

Sur le moyen terme, on enregistre des avancées imprévues. Les écoles d’ingénieurs fabriquent des masques à visière et des sur-blouses pour le corps médical, des formules pour des produits de nettoyage et des appareils respiratoires. Les aides à acheminer d’urgence imposent une numérisation express bloquée depuis des années ; la langue des signes se développe pour transmettre les communiqués journaliers de santé. Le plan Ebola d’août 2014 est d’une grande utilité pour mettre en place les premières mesures. Grande nouveauté : une interview télévisée dévoile les dessous d’un marché des masques que le ministre du Commerce commandite à un député-chef d’entreprise textile. Le gouvernement crie à la perte de temps mais l’opinion impose le contrôle d’une commission qui dénonce l’irrégularité de la tractation et l’annule.

La critique des bévues de la gestion gouvernementale flageolante reprend bon train. La liberté de ton acquise depuis 2011 retrouve un mordant estompé avec le temps. L’urgence et la vitesse des faits fouettent l’action publique et aiguisent le regard citoyen, après des années d’une vie politique empêtrée dans des tractations partisanes, rouillée par des trafics d’influence et bloquée par des luttes de lobbies.

Face au coronavirus, les réseaux sociaux contiennent partiellement les médias. L’information, au départ mouvante, mimétique et peu assurée, se structure de jour en jour. L’épidémiologie contemporaine, internationale et mondialisée, parvient à infuser une veille scientifique transmise via des médecins. Les radiographies locales du virus parviennent parfois à contrecarrer les vagues de fake news qui contribuent à la panique et à alimenter un certain complotisme.

La précarité s’est aussi amplifiée et les différences régionales, dévoilées depuis 2011, mettent en exergue la vitalité des circuits du commerce parallèle. Médicaments, céréales, masques et même emploi font l’objet de trafics impliquant parfois des édiles régionaux. 

Tourisme et culture : les modèles en question

Le tourisme, qui peinait à reprendre depuis 2010, connaît un arrêt dont on se demande s’il va achever le modèle de tourisme de masse que le pays cultive depuis les années 1970. Frileux et apeurés, les hôteliers ne se bousculent pas pour aider à organiser la quarantaine des Tunisien-ne-s de retour de l’étranger. Le secteur culturel traverse, de son côté, une crise existentielle après l’explosion quantitative et qualitative post-2011. Les arts vivants sont menacés et le fonds institué par le ministère de la Culture ne peut pallier l’absence du statut d’artiste et de technicien. Les festivals s’adaptent en s’appuyant sur le numérique et en se concentrant sur l’impact local. Les grandes manifestations (Festival International de Carthage à l’été et Journées cinématographiques de Carthage à l’automne) annoncent des formules nationales et ramassées, pour économiser la devise et anticiper l’absence de participations étrangères. Le sport est, comme partout, mis en stand by, même si des dirigeants avisés tentent de se retrancher dans le numérique et les jeux vidéos, propulsés tout d’un coup comme une sinécure commerciale.

Le confinement impose un « ramadan pas comme les autres » (24 avril) convertissant la sociabilité habituelle des soirées (prière des trawih, fréquentation des cafés, visites et concerts) sans brimer la frénésie consumériste. La première phase du « dé-confinement ciblé » (4-24 mai) donne la priorité à l’administration et aux petits commerces, mais la perspective de l’aïd laisse prévoir un relâchement déjà sensible dans la circulation, les marchés et les plages. Les feuilletons de ramadan, avec des fins de tournage qui déchirent un milieu très concurrentiel, comme les meetings virtuels, pullulent sur les écrans. Les possibilités de débats et de création défiant les contraintes de circulation et du marché (ex : la sit-com « El khayata », « La couturière ») parviendront-ils à changer les pratiques de production et de consommation culturelle ? Les webinars sur les choix économiques, la souveraineté alimentaire ou les conceptions de la culture apporteront-ils des solutions ?

1 032 cas, 46 décès, 727 rétablis et 5 départements épargnés. Les médecins déclarent trois journées sans nouvelle atteinte. L’éclaircie sanitaire se dessine peut-être mais qu’en est-il des courbes économiques et sociales qui attendent un pays qui ne parvient pas, depuis dix ans, à pallier les insuffisances révélées par le soulèvement de 2011 ni à colmater les lézardes que dévoile le cours des événements ?

12 mai 2020

Photographie par Saïf Fradj

Texte publié dans Vivre au temps du Covid-19, Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie, Tunis, IRMC/Nirvana, 2020, pp. 85-94

COVID-19 : Vue de Tunisie

Comme beaucoup de gens, j’ai mis du temps pour assimiler ce qui nous arrive et pour prendre conscience de l’ampleur humaine de l’expérience de l’épidémie du Corona. Vue de Tunisie, la crise bouscule l’actualité politique et suscite une série de débats qui, touchant à des questions politiques fondamentales (information, communication, santé publique), secouent une « transition » enlisée depuis des années dans des contradictions et des impasses.

Internet : pile et face

Le web permet de décréter la pandémie mondiale et de généraliser son nom : COVID-19 (et non plus virus chinois ou de Wuhan, Coronavirus). La Tunisie déclare son premier cas le 2 mars et renforce le 9 mars les mesures publiques prises en février. L’unification de l’information sur le site Covid-19.Tn, l’ouverture d’une plate-forme de dons 18/18 ou encore le « téléthon » organisé par des journalistes le 20 mars (fête de l’Indépendance, passée inaperçue) montrent une mobilisation qui relègue au second plan la façade médiatico-politique cachant l’impréparation du pays. L’Assemblée des Représentants du Peuple, la Présidence de la République, le gouvernement –entré en fonction le 27 février[1]– révèlent leur errance. A côté du Conseil de sécurité nationale, une cellule de crise du Ministère de la santé -en alerte depuis janvier face à la propagation, encore lointaine, du virus- intensifie les communiqués et les actions. Le pouvoir central s’organise et les bilans quotidiens font pressentir les dangers de la fracture régionale et sociale en train de s’exprimer. Avec l’instauration du couvre-feu (19 mars) puis du confinement, (22 mars) on apprend que les Algériens ne « vendrediront » pas pour la première fois depuis plus d’un an et que le Maroc -qui a connu son premier cas le même jour qu’en Tunisie- a décrété l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 20 avril. La carte journalière de l’université Johns Hopkins indique l’apparition de contaminés en Libye. Le 5 avril, sur les 2908 cas des 5 pays du Maghreb (dont 245 décès et 163 guérisons), la Tunisie a déclaré 596 atteints et 22 décès.

Ici comme partout, les mesures de confinement tracent la limite entre ceux qui restent productifs par le télétravail, ceux qui peuvent s’arrêter sans grande perte économique, ceux qui risquent de perdre emploi et salaire et ceux qui sont contraints de travailler à l’extérieur. Je ne parle pas de la population des prisons et des réfugiés qui n’ont le choix de rien. Universitaire à la retraite, je fais partie des privilégiés qui profitent d’Internet et participent à ses effets.

Les réseaux sociaux prennent des airs de Ramadan ou de fêtes, exhibant prouesses culinaires et conseils domestiques et hygiénistes. Nermine Sfar qui danse chaque soir en streaming avec ses admirateurs et les live musicaux, les projections de films et les vidéos éducatives et artistiques prouvent qu’Internet peut être complément de vie, support de culture et vecteur de solidarité.

Dans le milieu de l’enseignement, la « continuité pédagogique » à travers le web divise les rangs, tant que l’année scolaire et universitaire n’était pas menacée. La prolongation du confinement pousse les enseignantEs à bricoler des formules de cours et d’accompagnement diverses, laissant espérer que l’enseignement à distance amène à transformer les méthodes pédagogiques figées, à activer structures et équipements et à aplanir les inégalités des apprenantEs et des enseignantEs face à la technologie.

La santé au centre de la politique

L’exposition de touTEs aux risques du COVID-19 et l’aptitude inégale de chacunE devant la maladie et la mort sont le dénominateur universel de cette crise sanitaire. Si le personnel médical tunisien s’est montré jusque-là efficace dans les décisions de prévention, on attend la formation d’un conseil scientifique nécessaire aux dimensions de la grave crise sociale et économique en cours[2]. Les femmes sont en première ligne du personnel médical et para–médical[3], reflet du système social et des tendances de la spécialisation des diplômes. La réponse sanitaire tunisienne transcende la division public/privé qui mine depuis trois décennies les acquis d’une santé publique qui a augmenté l’espérance de vie, vacciné contre la tuberculose, banalisé l’avortement, diffusé à travers les dispensaires et la radio une culture médicale péri et néo-natale. Les pouvoirs publics sollicitent la conscience citoyenne, surveillent l’application des mesures avec des moyens visiblement peu adaptés[4]. Les déficits de santé publique éclatent au grand jour alors que la Tunisie dispense une médecine qualifiée (soins du corps, procréation médicalement assistée…) pour les voisins maghrébins, d’Europe ou du Sud du Sahara. Le secteur économiquement prospère participe à cliver les bénéficiaires des soins : les cliniques privées se multiplient aux dépens d’un hôpital public en recul[5], les praticiens manquent dans les régions et le nombre des diplômés de la santé qui quittent le pays augmente, faute de recrutements. La médecine libérale se développe de manière rentable mais elle est incapable d’assurer les soins de proximité pour la population. 

L’impératif sanitaire a fouetté le paysage médiatique plombé par des querelles politiciennes : les médecins épidémiologistes, urgentistes, anesthésistes, réanimateurs, biologistes, radiologues, rhumatologues, internistes, les statisticiens (et non les sondeurs d’opinion), les psychologues expliquent, conseillent, orientent les décisions. Nous voulons entendre économistes, démographes, nutritionnistes, urbanistes, agronomes, architectes, géographes et l’ensemble des sciences humaines contemporaines nous éclairer.

Si la crise a mis en évidence la nécessité d’un journalisme scientifique dans la chaîne d’information, la visibilisation forcée du corps médical pourrait inspirer les gestionnaires du pays à s’entourer davantage des compétences scientifiques et des connaissances de terrain afin de traiter la chose publique avec la conscience, aujourd’hui évidente, que l’intérêt général est constitutif de chaque intérêt individuel.

6 avril 2020

Photographie : Saïf Fradj, Sousse, 31 mars 2020, page 6 

Publié dans Le Quotidien d;Oran, 8 avril 2020,

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5288659

[1] Après plus de quatre mois d’intérim du gouvernement Youssef Chahed et le rejet du gouvernement Habib Jemli en novembre 2019.

[2] Deux appels ont été publiés. Cf. Nawaat, 30 mars 2020  http://nawaat.org/portail/2020/03/30/lettre-ouverte-au-president-de-la-republique-appel-a-la-constitution-dun-conseil-scientifique-national/ et Leaders, 5 avril 2020  https://www.leaders.com.tn/article/29583-h-kazdaghli-et-h-mellakh-pour-un-haut-comite-scientifique-consultatif-dans-la-lutte-contre-le-covid-19

[3] Cf. le portrait de Nissaf Ben Aleya https://www.leaders.com.tn/article/29596-nissaf-ben-alaya-un-parcours-d-excellence

[4] L’arrivée des aides de l’Etat pose des problèmes logistiques majeurs.

[5] La mort de 12 nourrissons dans une maternité à Tunis en mars 2019 a choqué l’opinion.

Vers un nouveau gouvernement ?

Ce qui se passe en Tunisie depuis 2011 se déroule à une allure si rapide qu’on a du mal à distinguer les moments significatifs. Depuis cet été, ça va encore plus vite : Béji Caïd Essebsi meurt d’une intoxication le 25 juillet ; les élections prévues pour le dernier trimestre 2019 sont précipitées sur un mois, entre septembre et octobre ; la présidentielle fait sortir Kaïs Saïd d’un angle mort ; la représentation des partis à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) est éclatée avec un recul des islamistes ; une forme plus extrémiste que ces derniers apparaît au parlement ; les forces dites « modernistes » sont plus atomisées que les autres ; des tractations font de Rached Ghannouchi -le chef de 40 ans d’Ennahdha contesté à l’intérieur de son parti- le président de l’ARP… La réalité politique tunisienne est en plein malaxage, sans rien qui tienne assez longtemps (même en apparence) pour qu’on puisse en lire des aspects dans la durée. D’où la difficulté d’exposer cette seconde phase post-élections 2019 de choix de chef du gouvernement.

Une procédure constitutionnelle 

Dite « le gouvernement du président », l’étape résulte du rejet de la formation de Habib Jemli par l’ARP le 10 janvier. Choisi en novembre par le parti Ennahdha qui a remporté 54 sièges/217, le candidat islamiste a récolté 76 voix pour et 134 voix hostiles. Le résultat rassure sur les acquisitions et tractations de voix apparues au sein de l’ARP, tout en ouvrant sur une opération inexpérimentée par la classe politique tunisienne, une de plus.

La Constitution est certes mise en vigueur, l’application de l’article 89 fournit au moins une rampe procédurale, mais ce passage à l’épreuve nourrit l’impression de précipitation. L’opacité est loin de se réduire : les éléments d’information manquent, ils ne sont ni fournis par les instances agissantes ni fabriqués par les analystes, les outils n’existant pas. On n’a pas de journalisme fiable et la liberté d’expression récemment acquise n’a pas permis de construire des canaux suffisamment sains pour produire des repères et des cadres d’analyse. Les observateurs sont ballottés par les fluctuations et il n’est pas facile de se positionner et/ou de vérifier intuitions et hypothèses. Les réseaux sociaux qui ont servi à pluraliser l’opinion sont davantage un champ de bataille qu’un espace d’échange et de réflexion. Facebook contient des échos mais n’est lisible que de façon anecdotique et clivée.

Ce chef de gouvernement choisi par K. Saïed (20 janvier) est une surprise eu égard aux paramètres établis et même au choix des partis, consultés -par écrit- par le président de la République. La procédure et son résultat constituent une brèche originale pour l’avenir immédiat, plutôt embrouillé. Dans ce contexte peu/pas informé, l’imprévu a quelque chose d’avantageux car il déconcerte ; l’inattendu fausse des calculs, déstabilise des projets faciles ou prétendument acquis. Les calculateurs se trouvent essentiellement du côté des détenteurs de privilèges et prébendes qui ne cherchent qu’à garder les acquis, les positions de pouvoir ou de contrôle. On sent que la corruption se propage et même si on en parle, on voit qu’elle se maintient, se fragmente, se fait parfois à l’aveugle, contribuant à faire monter la nature et le nombre des irrégularités depuis 2011. Tout le monde éprouve dans son quotidien un affaiblissement de l’Etat et des capacités du contrôle institutionnel (éducation, transport, santé, sécurité… vacillent). A titre d’exemple, on traverse une vague d’insécurité diffuse, liée à la petite criminalité certes mais significative d’une crise de confiance dans les forces de l’ordre, d’une incapacité à renouveler les règles du travail policier et de sa relation à l’espace public et au citoyen, d’une impuissance à gouverner. L’absence de réformes se fait cruellement sentir et la Cour Constitutionnelle, empêchée depuis presque 5 ans, reste le symptôme symbole de la résistance des institutions (l’ARP en tête) à s’adapter aux besoins et exigences de la société, en désordre certes, mais également en attente de régulation. 

Ce que l’on sait d’Elyes Fakhfakh 

Visible depuis quelques jours, le préposé à la formation du nouveau gouvernement montre jusque là les signes d’un homme qui « fait de la politique » avec les données du moment : après Habib Jemli, choisi par Ennahdha, qui a accumulé en 2 mois des bévues d’amateur sans vision ni repères, on se sent dans une autre communication, en tous cas face à une meilleure considération de l’intelligence citoyenne attentive à l’actualité politique.

Le personnage vient de la veine renouvelée du courant qu’on appelle « socio-démocrate » tunisien, ancien Mouvement Démocrate Socialiste (MDS) fondé par Ahmed Mestiri en 1978, repris par Mustapha Ben Jaâfar dans les années 2000 et actif après 2011. E.F. rejoint cette tendance (Takattol = Front pour le Droit, le Travail et les Libertés) en 2005 ;  il n’est donc pas un « membre historique » du parti, il porte moins les engourdissements d’une mouvance somme toute sculptée avec/par des personnalités « anciennes ». A 48 ans, il semble moins embarrassé par des réflexes marqués par une politique alourdie par ses contradictions internes. Il s’est, du reste, montré plus réactif, moins susceptible/sensible aux attaques de « traîtrise » des électeurs/observateurs après le « consensus de la Troïka » (2011-2013). On se souvient du deal décrié du Takattol avec les islamistes qui a permis de composer la première alliance de pouvoir sans empêcher les assassinats politiques ni la crise d’autorité de l’Etat. Après l’armistice de 2014, la roue a tourné, le réel et les magouilles ont repris leurs droits, sans qu’on ait eu le temps de réaliser l’utilité et les limites d’un accord qui a évité une guerre civile et dilué l’hégémonie des islamistes. Ce n’est pas rien mais insuffisant pour faire advenir une vie politique équilibrée et saine.

Fakhfakh est dans la roue du pouvoir depuis 2011. Il a connu deux expériences (=revers ?) de gouvernement depuis 2011, en tant que ministre du tourisme (2012) puis des finances (2013-2014). Malgré la déroute de son parti, il s’est présenté comme candidat à la présidence en 2019, précipitamment, presque par défaut et se sachant perdant. Il a ainsi expérimenté un apprentissage à vif des rapports de force, des discours et des acteurs en présence. Il a traversé une propédeutique de l’action politique, dans une phase où la Tunisie a besoin de nouveaux profils et de trouver des manières de fendre l’inertie entretenue par la méfiance et la peur de s’engager dans l’inconnu. Le pays tourne en effet autour d’un personnel politique vieillot, corseté, calculateur et/ou corrompu, sinon rouillé par des considérations d’équilibre qui font le jeu des spéculateurs et des gens de l’ombre. Le pouvoir judiciaire toujours aux ordres reflète bien l’inaptitude du système à punir les excès, empêcher les dépassements, faire respecter le droit.

Un paysage brouillé 

Le choix de ce chef de gouvernement par Kaïs Saïed le 20 janvier déroute. Le président de la République est aussi en pleine tempête diplomatique avec les événements en Libye et la pression turque. Ballotté par une actualité tourmentée, peut-être manipulé par ses   « conseillers » -son frère est notoirement islamiste-, il multiplie les gestes compassionnels sur le plan intérieur et une attitude de proximité dans ses contacts de terrain. Même s’il bénéficie d’une légitimité électorale remarquable (élu à 2,7 millions de voix =72, 71%  des suffrages), ses pouvoirs sont limités et il doit apprendre à composer avec le temps et les règles imposées par la fonction. On ne sait pas ce que peut donner le couple Saïed/Fakhfakh mais la configuration risque d’affaiblir Ennahdha (Rached Ghannouchi plus précisément) en instaurant une dynamique qui oblige les acteurs à soupeser les possibilités, à négocier des solutions concrètes, à envisager des alternatives.

La situation contraint le monde politique à être sur le pont, à recomposer, à chercher figures et issues. Comme un jeu d’échecs, la vie politique, est traversée de coups successifs qui peuvent changer la donne à tout moment, mener vers des ricochets, susciter des actes non habituels, des bonds inopinés, des rebonds surprenants, toucher les équilibres.

Le chef de gouvernement présumé vient du monde économique et de la direction d’entreprises. Au cours de la campagne présidentielle, il a exprimé des orientations pas toujours sauvagement libérales et se dit favorable aux libertés individuelles. S’il est élu, il pourra peut-être en mettre quelques-unes à l’œuvre, alors qu’en tant que promesses de président, elles seraient restées virtuelles… Tirera-t-il profit de sa position dans le prochain appareil exécutif pour renforcer la direction des libertés qui souffrent justement d’un manque d’application dans les faits ? Sur ce plan, les débats sont vifs mais la Tunisie tangue sans des avancées institutionnelles sûres ni des traductions concrètes et visibles sur le terrain.

Le pays traverse des turbulences et la situation économique reste funambulesque. Aucun choix de responsable d’équipe n’est idéal ni définitif. Les premiers pas à faire en direction des institutions et du respect de la loi sont des signaux attendus. Ce chef de gouvernement tiendra-t-il sa promesse d’un exécutif plus réduit et d’un taux féminin de ministres plus respectueux de la réalité sociale et gestionnaire du pays ? Les « pourparlers » qui peuvent durer un mois sont déjà entachés d’exclusion ; le parti Qalb Tounès (2ème de l’ARP avec 38 sièges) est déclaré hors de la formation gouvernementale à venir. La procédure engagée n’échappe pas aux rapports de force souterrains ni aux tractations occultes.

Le gouvernement de Fakhfakh conserve des chances de passer à l’ARP car les députés (plus du tiers doivent leur place à l’arithmétique des plus forts restes, donc sans vraie légitimité sur le terrain) ne peuvent courir le risque d’une autre élection. Pour la suite, rien n’est garanti, mais c’est au moins ça de gagné contre les spéculateurs et les bénéficiaires derrière les écrans.

Hammam-Lif, le 26 janvier 2020

Publié dans Le Quotidien d’Oran, lundi 27 janvier 2020

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5285975

Je vote dimanche

Comme partout, la situation en Tunisie est très compliquée et rien n’est clair.  Nos deux candidats du 2ème tour sont différents, assez simplets, incomplets, sans profondeur. Le débat télévisé de vendredi soir https://www.youtube.com/watch?v=vGf35QHvYUg n’a pas influencé mon choix. Chaque profil pose de vrais problèmes de conscience et de perception aux pauvres votantEs que nous sommes. Aucun ne dégage un charisme et ils ne rassurent ni sur l’avenir du pays ni sur la fonction. Les deux finalistes disent peut-être/surtout la pauvreté du choix que nous avons réussi à construire en 9 ans. C’est tout ce que l’on a devant nous, dans l’isoloir.

J’irai voter demain parce qu’aller aux urnes est un acquis à préserver. J’ai commencé trop tard à voter dans la vie pour bouder ce geste que j’accomplis pour la huitième fois depuis 2011. Tellement de gens sont morts pour cette liberté que je ne me permets pas de faire la fine bouche devant un choix effectivement limité, pauvre, sans jus.

L’image des candidats

L’image du premier candidat (Kaïs Saïed) est rattachée aux islamistes par de multiples fils développés en motifs d’appartenance. Son frère, entre autres, est un islamiste notoire. SI le parti Ennahdha n’appelle pas à voter pour lui (les bases suivraient-elles une consigne ?), il a exprimé sous plusieurs formes son « soutien ». De toutes les représentations qui émanent de KS, la plus persistante est qu’il est loin des magouilles d’argent (ni train de vie ni campagne électorale à l’américaine). Il répond à une image d’intégrité qui manque dans la société tunisienne où les exemples d’enrichissement se sont multipliés. L’arrivisme est devenu tellement prégnant dans les familles, les quartiers, les institutions, les partis que ce personnage apparaît comme sorti d’un conte moral, d’un temps révolu. Cette réputation est sûrement exagérée, gonflée par le besoin de pureté qu’elle représente. Même si c’est une légende, le personnage fournit un symbole auquel on peut croire, un espoir qu’on peut brandir face à un réel sauvagement compétitif.

Que peut faire un futur Président de la République à part nommer des conseillers, obtenir des privilèges, proposer des lois ou représenter l’Etat à l’intérieur et à l’extérieur ?  Si on s’en tient aux textes, sécurité et diplomatie sont ses prérogatives mais on sait la résilience des corps de l’Etat et de l’administration et on vit les habitudes de rétention de l’information. KS n’a aucun parti derrière lui donc pas d’outil politique à manipuler ni de poids au Parlement. Il est tenu par la Constitution plus qu’il ne peut agir dessus. Il défend des idées vagues sur la décentralisation et le pouvoir local avec des références juridico-politiques qui parlent aux jeunes. Symboliquement, il fait écho à des couches de la population (souvent diplômées) qui pensent avoir été broyées par le processus transitoire depuis 2011, se morfondent dans des situations subalternes et expriment une hostilité au pouvoir et à ses représentants (« intellectuels » compris) qui confine à la haine sociale parfois.

Le second (Nabil Karoui) est porté par un parti (Qalb Tounès). Affairiste des médias et de la publicité, il est galvanisé par la volonté de puissance et les défis de conquête de position. Il fait carrière avec une chaîne de télévision Nessma Tv qui mise sur le marché maghrébin. Depuis 3 ans, il fait sa « rédemption » en donnant aux pauvres qu’il a découverts en sillonnant le pays. Après avoir fondé une association de bienfaisance, NK quitte puis recycle le parti Nida Tounès porté par Béji Caïd Essebsi, d’où son inimitié avec le chef de gouvernement actuel (Youssef Chahed) qui, une fois nommé en 2016, se cabre contre son mentor et son fils, héritier. De son côté, NK pense qu’il peut passer aux manettes du pouvoir politique après avoir « fabriqué » BCE et travaillé au fameux « consensus » -entre lui et Rached  Ghannouchi- qui gère le pays depuis 2013. BCE est mort le 25 juillet après avoir laissé son fils (aujourd’hui en France) décomposer la coalition électorale qui avait permis de rééquilibrer l’exercice du pouvoir en Tunisie (on dit aussi « éviter la guerre civile ») après 2013. NK fait cavalier seul dans cette aventure d’un autre type pour parvenir à la primature, après son passage par le parti présidentiel. Avec son sens commercial, il récupère un parti en juin 2019 et entraîne des forces constructrices de l’économie entrepreneuriale qui, comme lui, crèvent de relancer des affaires empêchées par l’instabilité politique. Tous pensent que la « Révolution » est terminée ou, tout au moins, à stopper car le « chaos » ne permet pas d’établir des contrats ni d’attirer des capitaux. Emprisonné juste avant le déclenchement de la campagne électorale et relâché quatre jours avant le 2ème tour, il est érigé par le système médiatico-politique (et pas seulement sa télé) comme victime d’injustice.

Côté électorat

En face, électeurs et électrices voient et vivent des signes de décomposition depuis 2011 : notre classe politique « scissipariste » n’a entrepris aucun travail véritable face aux problèmes sociaux, aux inégalités et aux grands choix économiques. La dégradation matérielle et économique (inflation des prix, transport, santé, enseignement, administration, environnement…) a atteint les partis politiques qui n’ont pas coalisé des réflexions ni dessiné des directions de travail, encore moins établi des programmes. L’Etat n’a pas cessé de s’affaiblir avec la valse des gouvernements inefficaces et vite essoufflés : 9 formations en 9 ans et des centaines de ministres tournants. La corruption a gagné en surface, s’est « démocratisée » tout en devenant un leitmotiv honteux et menaçant la « cohésion » des nantis, intermédiaires et profiteurs (médias, douanes, hommes d’affaires, juges, avocats…). Aucune réforme de fond n’a pu naître (les députés de l’Assemblée des Représentants du Peuple y ont bien veillé) et cela se voit partout et particulièrement dans les mondes judiciaire et médiatique où se concentrent les nœuds mortifères de la nouvelle « gouvernance ». Fric et influences ont accentué et alimenté les poisons de la justice et des médias, principaux artisans du paysage électoral 2019 avec ses imbroglios, ses rebondissements et ses tensions, en plus de quelques surprises (dues en partie à la mort de BCE). 

Ces élections nous font vivre une période épique, un tourbillon de rapports de forces, un apprentissage de la politique violent et accéléré, pas satisfaisant en tous cas.  Nous allons vers une législature difficile mais ce n’est qu’une nouvelle gageure, après celle de 2014/ 2019, responsable des blocages des lois et des réformes (l’absence de Cour Constitutionnelle est un des résultats de cette tactique d’obstacles). 

J’irai voter car un Président de la République ne peut pas grand’ chose, surtout dans ce désordre. Il peut cependant être une conscience, empêcher des choses, arbitrer et veiller, en principe, à la Constitution. Si KS est élu, le magnat des médias n’aura pas profité des instruments de la domination mais son parti peut travailler au sein de l’ARP et au gouvernement. A la lumière des débats et des faits, les écartés depuis 2011 peuvent se projeter en KS, alors qu’ils se sont sentis exclus par un « ancien régime » qui a eu le temps de faire un retour recyclé partout dans la politique et l’économie. N’est-ce pas le mouvement dialectique de l’histoire ?

Pour ce pari sur cinq ans, il faut accepter d’affronter les risques politiques liés à la crainte des islamistes qui sont au Parlement, affaiblis en nombre (52 sièges sur 217) mais plus incrustés dans d’autres rouages. La bagarre politique doit continuer, avec celle de la morale.

Quelque soit le résultat, et à partir de lundi, nous serons dans une autre psychologie collective et, j’espère, moins d’hystérie. Plus de TunisienNEs auront pensé et senti la politique de près et certainEs travailleront à perpétuer calmement quelques leçons apprises au cours de cette transe estivale, le premier des enseignements étant l’indigence du choix des candidats.

Nous avons à construire l’avenir du pays avec plus de règles, plus de morale et à nous habituer/obliger à appliquer la loi. Nos juges sont douteux et nos médias nous polluent la vue et la vie. Ces domaines, comme d’autres, peuvent tirer des améliorations de cette immense leçon de choses politiques que nous sommes en train de vivre en accéléré, sans rien dominer.

C’est vrai que les transitions politiques sont fatigantes, surtout par les magouilles qu’elles libèrent comme des bactéries après le dégel. Mais cela a l’avantage de faire bouger les lignes, de faire émerger des gens à une allure effrénée, de détrôner quelques privilégiés. On apprend à toucher nos limites et on doit accepter de savoir qu’elles sont dures à cuire et qu’elles sont aussi en chacun de nous. Il faut juste supporter le mouvement incessant, le ballottement de nos perceptions, l’incertitude de nos jugements. Le plus dur est d’accepter que rien ne soit acquis ni limpide tout en dégageant un cap pour continuer à décider sans se décourager, pour entreprendre des petites choses, le seul niveau d’action possible. 

Voter est une épreuve psychologique et éthique qui vient après des décennies d’inertie politique mais je vois tellement de gens supporter cet inconfort et travailler, chacun à sa manière et avec ses moyens, sans rien demander en échange. Alors je ne me sens pas trop seule.

Hammam-Lif, le 12 octobre 2019

Paru sur Le Quotidien d’Oran, lundi 14 octobre 2019

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5282365

 

Tunisienne saluant le cortège

Funérailles de Béji Caïd Essebsi : un embrayeur de civisme ?

La cérémonie des obsèques de Béji Caïd Essebsi (BCE) vaut plusieurs documentaires sur la Tunisie. Elle exprime un mélange d’ingrédients de toutes sortes, comme si le pays rebattait ses cartes, jouant sur plusieurs registres, ré-agençant ses ressources, faisant bouger des lignes plus ou moins visibles.

Un moment de concrétion 

« Concrétion » désigne un processus chimique et biologique qui aboutit à créer de nouveaux corps, des couches rocheuses sur les surfaces ou parois. La mort de Béji Caïd Essebsi, depuis son hospitalisation du 27 juin, fait penser à ce phénomène physique, sur le plan politique comme dans la manière dont la population tunisienne l’a vécue.

Politiquement, le pays a eu quelques semaines pour mettre au point une réponse à la vacance du pouvoir, malgré le manque inquiétant de Cour constitutionnelle. Les médias ont pu examiner les divers aspects de la menace de vide pesant sur le pays, dès le premier malaise du président de la République. Les commentaires ont essentiellement porté sur sa non signature de l’amendement de la loi électorale visant à exclure des concurrents imprévus à la course à la présidentielle et aux législatives. Au-delà des débats juridiques, entre rumeurs et examen de la première conséquence subie par la non-élection de la Cour constitutionnelle, juristes et journalistes ont discuté à loisir les textes régissant les cas où le président de la République est empêché d’exercer.

La rapidité avec laquelle s’est déroulée la relève (annonce officielle du décès, prestation de serment de Mohamed Ennaceur) est en partie le fruit de cette première expérience traversée par le personnel politique et médiatique et l’entourage du président.

Du point de vue de la population, les funérailles révèlent des réactions inattendues envers un président de la République au legs contradictoire : la division du parti Nida Tounès fondé par BCE en 2012 pour se présenter aux élections de 2014 est l’œuvre de son fils Hafedh, intronisé directeur exécutif. Le nouveau venu essayant de rafler la mise du chef de parti prétendu honoraire a suscité départs en masse et réduction du nombre de députés. L’hérédité n’est plus acceptée dans le jeu politique tunisien depuis 2011 et on a attendu vainement de BCE qu’il arrête les manœuvres destructrices du fils. L’homme a été critiqué pour la loi sur la Réconciliation nationale proposée en mars 2015, votée en version Réconciliation administrative en octobre 2017. Le parcours peu glorieux de ce texte voisine avec deux initiatives non moins contestées : le rapport sur l’état des libertés et de l’égalité établi par une commission ad hoc (dite Colibe) nommée en août 2017 et l’amendement de la loi 52 concernant la consommation des stupéfiants, en avril 2017.

L’élan occasionné par sa mort transcende le poids d’un bilan paradoxal : par la présence ou le suivi médiatique, la journée du 27 juillet 2019 accapare la population, faisant converger les regards sur une cérémonie funéraire de près de 6 heures. Hommages, observations ou critiques étaient spontanés, en dehors de tout encadrement et préparation.

Un civisme polycentré

Sa mort, survenue le 25 juillet, a ravivé le souvenir de Mohamed Brahmi assassiné le même jour en 2013, moins de 6 mois après Chokri Belaïd, tous deux enterrés dans le choc et la douleur. Mourir le jour du 62e anniversaire de la proclamation de la République a réactivé le lien, déjà vif, entre Béji Caïd Essebsi et Habib Bourguiba. Beaucoup ont rappelé les obsèques bâclées de ce dernier (8 avril 2000) et la déception de ne pas lui avoir rendu hommage.  

Brandissant un drapeau, criant « Vive la Tunisie », « Vive la République », « que Dieu ait ton âme Béji », en silence, applaudissant ou entonnant des vers de l’hymne national tout en appelant « Allah Akbar »… la foule amassée le long de la vingtaine de kilomètres séparant le Palais présidentiel de Carthage du cimetière du Jellaz à Tunis a révélé des réactions personnelles, libres de toute affiliation partisane. Les gens sont venus seuls, en groupe, en famille, avec des enfants ou entre amis pour exprimer, sous le soleil tapant, chacun à sa manière, un attachement au personnage ou à ce qu’il représente. Le nombre de femmes, de tout âge et condition, était remarquable. Même si le projet de loi sur l’égalité dans l’héritage extrait du rapport de la Colibe et déposé en février 2019 n’a pas été discuté par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), cette assistance a témoigné, une fois de plus, de la participation féminine à une vie publique, toujours squattée par les hommes.

Ce nonagénaire, symbole d’un vieux régime qui n’en finit pas de durer n’a pas manqué d’attirer des jeunes à son enterrement. La marionnette télévisée de BCE, les sketchs qui imitent sa voix ou le mettent en scènehttps://www.youtube.com/watch?v=-UkWSb29oCg&feature=share et les affaires judiciaires qui l’ont mis en cause de son vivant ont dû jouer dans cette popularité d’un jour, renforcée par le sentiment de vivre une première historique.

L’invention d’une tradition républicaine

L’événement a nourri l’institution de la Présidence de la République d’une expérience nouvelle. Cinquième président d’une république fondée en 1957, BCE est le premier issu d’un suffrage universel organisé par une instance indépendante et non sous l’égide du ministère de l’intérieur. Dans la Tunisie post-2011, il succède à un président par intérim (Fouad M’bazaâ, 13 janvier 2011-13 décembre 2011) et à un président provisoire élu indirectement par voie parlementaire (Moncef Marzouki, 13 décembre 2011-31 décembre 2014). Sa mort en exercice rompt avec les présidences à vie que voulaient imposer les régimes de Bourguiba (1957-1987) et de Ben Ali (1987-2011), démis par la force.

Organiser les premières funérailles nationales d’un chef d’État en exercice n’est pas une mince affaire. L’Armée de terre, l’Armée de l’air et la Marine nationale ont dû travailler d’arrache-pied avec le ministère de l’intérieur et le cabinet présidentiel afin de mettre au point les listes, le timing, l’itinéraire du cortège et les moments de cette journée particulière. En dépit de quelques détails, aucun incident n’a entaché l’émotion et la solennité qui ont prévalu pendant des heures.

L’étiquette militaire était banalisée dans les saluts des civils au cortège et -de façon plus cocasse- dans les notes jouées par l’orchestre militaire dans le mausolée Sidi Belhassen Chédli où a eu lieu la prière du mort (salat el janaza). Celle-ci s’est faite à côté d’invités qui n’y ont pas pris part. Le mélange entre tradition religieuse locale (non unanime) et protocole martial (parfois dépassé par les formes) ramène à des symboles fondamentaux alors que l’enchevêtrement entre privé et public, confinant au désordre (les femmes étaient présentes aux condoléances officielles) jure avec les canons de toute orthodoxie.

De fait, la participation libre et spontanée des Tunisiennes et des Tunisiens a donné sens et couleurs à la circonstance. Les moments historiques se fabriquent au-delà des volontés et des calculs. Les funérailles de BCE ont fait converger participations officielle et citoyenne. Ce moment de rapprochement (éphémère ?) entre un État et la population, s’est joué autour du triptyque société/politique/religion. L’événement impactera-t-il durablement la vie politique tunisienne, accélérée depuis 2011 ? On apprend que le calendrier électoral est avancé au 15 septembre 2019 et que le scrutin présidentiel précédera les législatives (6 octobre 2019).

Hammam-Lif, le 29 juillet 2019

Publié dans Le Quotidien d’Oran, 1er août 2019

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5279693

 

L’Histoire officielle : résonances tunisiennes

Après avoir été vu au cours de la session 2017 des Journées Cinématographiques de Carthage et à la Cinémathèque tunisienne en septembre 2018, le film argentin L’Histoire officielle de Luis Puenzo a été projeté dans le cadre du ciné-club de la Faculté des Arts, des Lettres et des Humanités de La Manouba. Le public était chaque fois au rendez-vous et le débat qui a suivi la projection du mercredi 24 octobre 2018 à La Manouba dévoile des résonances avec le présent tunisien. La fabrication du film comme son contenu suggèrent des associations de situations et ouvrent à une lecture comparée des « transitions » tunisienne et argentine.

Tourné en 1983 et sorti en 1985, juste à la fin de la dictature militaire argentine, le film raconte l’histoire d’une famille bourgeoise de Buenos Aires qui a adopté, cinq ans auparavant, une fille prénommée Gaby. On suit la mère depuis un rassemblement officiel à son domicile en passant par sa salle de cours. Alicia enseigne l’histoire à des étudiants qui l’interpellent par des débats sur l’écriture de l’histoire, la provoquent par des insolences et vont jusqu’à la déstabiliser par leurs affirmations. Dans son métier comme dans sa vie privée, des échanges et des événements vont instiller progressivement en elle des doutes puis un besoin de vérité. Son mari jouit d’une situation confortable. Loin de ressentir les anxiétés de sa femme, il connaîtra une autre évolution intime au fur et à mesure que le régime politique marque des signes d’effondrement. La palette des croisements entre histoires individuelle et collective est peinte à travers une série de personnages : les couples d’amis bien installés, Anita l’amie opposante qui revient après l’exil, les parents modestes -et qui le restent- du mari, le professeur de littérature qui protège les étudiants contestataires, la grand’mère qui enquête sur la disparition de sa fille… Evoluant au milieu de la toile, Anita accède progressivement à des bouts de réalité ; elle prend conscience de la torture, des disparitions, des viols et du sort réservé aux enfants de disparus.

La force dramatique du film réside dans le parti pris de décrire le cheminement d’une subjectivité qui comprend petit à petit comment son histoire est tissée par des faits dont elle n’a pas capté jusque là la signification. La fille adoptée par Alicia et Roberto est-elle celle d’une mère disparue ? La question surgit de la situation politique et agit sur l’intimité du couple jusqu’à la rupture. Les faits se déroulent dans un contexte de « dégel » : des articles de journaux et des manifestations réclament la vérité sur les disparitions et les tortures, des opposants reviennent d’exil, des enquêtes se mettent en place pour retrouver les traces des desaparecidos (les disparus). Malgré les dérobades de son mari, Alicia ne recule pas devant la douleur que lui coûte la recherche de la vérité. Celle-ci prend une dimension d’absolu : «  si je ne sais pas qui est Gaby, c’est comme si rien n’était vrai » déclare-t-elle. Dans son enquête auprès de l’hôpital où sa fille est née comme dans ses cours d’histoire, elle vit un autre rapport avec les archives et les informations qu’elles peuvent recéler, les objets sauvegardés et les circonstances de leur conservation. Le chemin de la vérité est long et tourmenté. En plus de dérouler avec finesse la façon dont on peut découvrir/interpréter des faits, le film parle de la masse de gens qui ignorent et/ou ne comprennent pas ce qui se passe. Prendre le point de vue de ceux-ci fait sortir du face-à-face infernal et vengeur de la victime et du bourreau comme il permet d’échapper du prisme judiciaire. Il y a bien des coupables, des victimes, des complices (comme le mari ou le prêtre), des militants conscients mais il n’y a pas qu’eux. Et ceux qui ne savent pas peuvent – aussi – payer cher le prix de savoir.

Sans angélisme, le film dénonce la violence sans qu’on la voie en direct ; on la sent partout et on en saisit l’impact sur les relations et les événements. Avec le même talent d’évocation, le film revient sur la quête de liberté comme revendication qui s’installe dans la vie des gens. Elle s’affirme dans des attitudes critiques ou de dérision, elle se donne les moyens de s’exprimer dans des manifestations ou des débats. Le film évite le moralisme et la démonstration pédagogique : il relate subtilement la décomposition d’une famille qui se brise avec les méandres d’une histoire politique qui tangue. Combinant des scènes de fiction avec des extraits de documentaires (les manifestations, les recherches des familles dans les archives…), le récit donne la mesure d’une actualité oppressante.

Un mot venu dans le débat autour du film L’histoire officielle  est plein d’à propos :  la réceptivité. On a vu la réceptivité de l’enseignante à son public, celle de la mère adoptive face à l’attente de la grand’mère. La réceptivité du public tunisien à ce film distingué trois fois entre 1985 et 1986 dans des festivals internationaux est due à sa restauration en 2013. Cette nouvelle vie aura permis d’en savoir davantage sur l’Argentine, pays de Maradona et de Messi, du tango et du pape François et de vibrer avec l’histoire des grand’mères de la place de mai qui luttent contre l’oubli, les dérives et l’opacité des pouvoirs.

Hammam-Lif, le 25 octobre 2018

Publié dans La Presse de Tunisie, 28 octobre 2018, page 9. 

Au fil de la transition tunisienne

Peut-être que les termes les plus significatifs pour parler de la situation tunisienne sont-ils « désordres » et « incertitudes ». Depuis 2011, les Tunisiens ont appris que la fragilité et l’instabilité peuvent durer. Et qu’elles peuvent être associées à des initiatives ou des accomplissements que l’on doit s’habituer à penser comme des étapes susceptibles d’accoucher de mutations et d’inconstances, voire de retournements. Les éléments auxquels il faut faire face pour infléchir l’avenir sont tellement nombreux.

Face au temps

L’issue de chaque action dépend du moment où elle advient et de son articulation avec d’autres. La Constitution du 27 janvier 2014 passée par quatre moutures au moins, a nécessité plus de deux ans de débats impactés par les assassinats politiques de 2013 et le poids des menaces sur la sécurité du pays. Les risques traversés ont contribué à sculpter un texte-référence à l’application flottante. Les principes d’égalité, de liberté de conscience ou d’Etat civil, principales avancées de ce trophée de la transition tunisienne, sont enfreints à plusieurs reprises. Fierté et irrévérence coexistent envers ce texte composite et ouvert à des interprétations contradictoires. Les principes fondamentaux votés par 200 députés de l’Assemblée Nationale Constituante et signés par deux présidences et un chef de gouvernement sont loin d’être métabolisés par les administrateurs, les juges ou les agents de l’ordre. Evitements et palabres forgent un rapport de forces informel et inconfortable. Les formes par lesquelles ce texte va imprimer la vie concrète et les relations entre les citoyens comme les lois et les gestes qui doivent traduire ses préceptes tardent à être mis au point. Le blocage de la Cour Constitutionnelle (prévue depuis 2015) est l’un des symptômes de l’inachèvement d’un édifice qui a besoin d’être consolidé par des gens moins désinvoltes que les gouvernements et plus impliqués que les députés dans l’harmonisation des codes avec l’esprit et la lettre de la Constitution. Le personnel politique, objet de méfiance et de calculs partisans, attend d’être élargi et diversifié, au-delà des compositions pléthoriques des gouvernements successifs. C’est l’un des enjeux des élections municipales du 6 mai 2018, reportées à quatre reprises : fabriquer de nouvelles forces pour gérer la chose publique demande le temps de moduler des instances au niveau régional et municipal. Grâce aux quotas imposés par la loi électorale, les femmes et les jeunes sont plus présents sur les listes gagnantes des municipales. Sauront-ils pour autant défier les vieilles façons de faire et instaurer de nouvelles pratiques de gestion ?

Malgré ou à cause de l’accélération de l’information, le sentiment d’avoir perdu des occasions et du temps depuis 2011 vire à la crise de confiance. Produire d’autres énergies investies dans la politique servirait à compenser les lenteurs bureaucratiques, à impulser l’hésitation des affaires, à réfléchir aux bases et valeurs d’une transition traversée par des vents contraires et des temporalités antagoniques. Car les freins aux changements sont multiples : le brouillage de la politique avec la religion, les bénéficiaires des anciens privilèges, le monde judiciaire, la technocratie sans oublier les déçus par les promesses entrevues dans le court laps de l’espérance révolutionnaire. Discours défaitistes et appels catastrophistes alimentent les explications par la force de l’inertie ou le complot. La mélancolie post -2011 est entretenue par la revanche du temps long : une crise économique persistante et une société inégalitaire.

Face à l’injustice

Kasserine, un des foyers du soulèvement de 2010/2011, enregistre le taux de succès le plus faible au baccalauréat (juin 2018). Les inégalités régissant le renouvellement des élites, la distribution régionale des richesses et des opportunités de développement persistent. Le modèle scolaire instauré après l’indépendance n’a pas su conserver son élan égalitariste, sauf à hisser les femmes aux premiers rangs des diplômes. Le creusement des disparités se voit à travers la géographie de l’immigration clandestine, dans le désintérêt des pouvoirs publics pour la mise en valeur rurale, dans les difficultés d’investir dans les régions et les refus de s’y installer. Le système économique est dépassé après les percées des années 1970/80, bâties sur le choix de la sous-traitance et des bas salaires, la proximité avec l’Europe créant l’essentiel de la dynamique d’échanges, tourisme compris. Les négociations sur l’Accord de Libre Echange Complet et Approfondi (ALECA) butent sur une asymétrie bien installée. « La terrible machine à mélanger et à concasser qu’est une révolution populaire » (Frantz Fanon, Les damnés de la terre) a momentanément servi à abolir distances géographiques, rapports de sexe et clivages sociaux. La solidarité éphémère des semaines insurrectionnelles n’a pas étanché les ruées suicidaires vers la mer ni transformé les capacités productives et organisationnelles du pays. Une énergie associative s’est dégagée du feu du soulèvement ; cette vitalité a engrangé un travail de mobilisation et de consignation remarquables, face à des partis politiques dont le nombre a explosé depuis 2011 (210 à ce jour), sans créer un paysage politique suffisamment alerte. Passer du parti unique à deux grandes formations hégémoniques (Nida Tounès et Ennahdha) peut être interprété comme un changement significatif ; ces deux partis -vivant chacun à sa façon une mue interne- ne proposent cependant pas de choix économiques et sociaux capables de sortir le pays du marasme. La grogne sociale ne se calme pas, la fiscalité continue à épargner les nantis et la corruption à gangrener les mécanismes de gouvernement. L’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), organe rôdé à la régulation, montre des signes de dépassement au regard de l’ampleur des réformes inaccomplies (éducation, droits sociaux, impôts…) et des défis fondamentaux (développement durable, écologie…) qui auraient pu commencer à intégrer les territoires délaissés et les populations démunies.

La décomposition de l’autorité de l’Etat rend dérisoire la querelle autour de la succession de Youssef Chahed : les clés sont dans la capacité à tracer les choix du devenir du pays. Qui aura le courage d’affronter à la fois les bailleurs de fond et les agriculteurs ? Les patrons et les travailleurs ? Les mafieux et les juges ? Les harraga-s et les passeurs ? L’administration et les citoyens ? Malgré la tenue de cinq tours d’élections depuis 2011, les sentiments d’impunité et d’injustice bloquent les conditions d’éclosion d’une citoyenneté au profit d’une religiosité diffuse et de tensions identitaires qui en arrivent à jouer le rôle d’anti-pouvoir.

Face à la liberté 

La liberté d’expression demeure le principal acquis de la Tunisie depuis 2011. Les réseaux sociaux y sont pour beaucoup, parce qu’ils ont brisé la censure et instauré de nouvelles connexions. En relayant les événements de 2010/2011 et incarné des mobilisations et des actions d’un nouveau type, les pages facebook, les sites et les blogs ont créé un espace public plus libre où se mélangent des écrits en toutes langues, des images, des vidéos, des chansons… La blogosphère a influencé la politique et le monde médiatique. Au fil du temps et le désenchantement aidant, la saturation se fait sentir. Les internautes perdent d’autant plus l’entrain que la communication est surveillée, instrumentalisée et draine parfois des fake news. Ce désordre alimente le pessimisme ambiant, comme si la liberté d’expression était cause de la pollution du web. Pourtant et malgré la baisse de l’efficacité mobilisatrice, cette parole poly-centrée contrecarre le monopole des médias officiels ou privés, enrichit des échanges virtuels, quitte à troubler l’information. Le sismographe de la blogosphère tunisienne enregistre les turbulences autour de l’Accord de Carthage, de l’Instance Supérieure Indépendante des élections (ISIE) ou de l’Instance Vérité et Dignité (IVD)… comme il accompagne les recompositions en cours (émergence des listes indépendantes aux municipales) et les appels à respecter la loi. Les réseaux sociaux restent les meilleurs atouts des associations ; communiqués et manifestations importantes (comme la marche pour l’égalité de l’héritage du 10 mars 2018) s’appuient sur facebook. Face aux crises d’autorité (de l’Etat, de la famille, de la religion), les échanges virtuels témoignent d’autres désirs ou centres d’intérêts – l’amour de la nature ou des animaux, l’art, la cuisine, le sport, pour ou contre le jeûne- et portent des envies alternatives de voir et d’habiter le monde, reflet d’aspirations individuelles nouvelles.

Cette liberté d’expression éduque la capacité de la société tunisienne -dont la moitié est connectée à Internet- à débattre. La pédagogie du désaccord prend du temps et a besoin d’exercice. Le rapport de la commission des libertés individuelles et de l’égalité (COLIBE) remis au Président de la République le 8 juin 2018 et publié le 20 juin promet d’être un terrain pour cet apprentissage. Embrayant sur la nécessité d’harmoniser le droit du pays avec la Constitution de 2014 et les conventions internationales, les réformes touchent la peine de mort, l’égalité dans l’héritage, l’obligation de la dot, le partage de l’autorité parentale, la dépénalisation de l’homosexualité, l’égalité des droits aux enfants nés dans ou hors mariage, l’ouverture des cafés pendant le Ramadan, la suppression du crime de blasphème… Ces questions remuent les profondeurs mentales et la structure des intérêts. Les Tunisiens et Tunisiennes sont appelés à discuter état des lieux et propositions, pour assimiler la Constitution de 2014, pour faire face à leur temps, pour avancer face à la liberté et contre les privilèges inhérents à l’inégalité.

Hammam-Lif, le 1er juillet 2018

Une version remaniée de ce texte a été publiée sous le titre « La liberté, malgré tout… » par le magazine Manière de voir, n° 160, août-septembre 2018, pp. 94-97

Parlons politique

Les émeutes en Tunisie : une fièvre et des méthodes anciennes

La situation est chaude en Tunisie. L’histoire contemporaine du pays enregistre  une « tradition » des mois de janvier tumultueux (1952, 1978, 1980,1984, 2008, 2011) et le souvenir de 2011 attise la conviction qu’on peut faire des choses « révolutionnaires ». La surprise de 2011 suffit à échauder contre toute envie de prédire ou de faire des pronostics, les inconnues restent grandes face à ce méga-événement et à ses conséquences jusqu’à ce jour. Les gens et les médias s’emballent sans prendre le temps de passer par des analyses approfondies des conditions et de ce qui entretient la tension et la violence apparents. La situation est effectivement difficile à décrypter ; elle exige une attention soutenue dans le temps et des enquêtes fines. On commence à en produire en Tunisie depuis 2011 et il suffirait de revenir par exemple aux rapports réguliers du Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux (FTDES). Malheureusement, on vit trop dans l’immédiateté et la médiatisation en pointillés, souvent surprise par les pics, contribue à l’incompréhension des faits.

Une secousse de plus

Il s’agit, vraisemblablement d’une secousse de plus – et les secousses arrivent souvent en janvier depuis 2011- coûteuse et douloureuse pour un pays qui n’arrive pas à redresser la situation économique qui empire depuis des décennies suite à des choix inopérants. 2011 a emporté Ben Ali, lâché par ses acolytes qui n’ont pas disparu puisque ils agissent dans le cadre de réseaux plus ou moins constitués. Réseaux et intérêts ne peuvent pas se défaire d’un coup de baguette. Le pays était depuis longtemps sous la férule d’une mafia installée dans les arcanes de l’administration et du pouvoir qui excluait les énergies non affiliées au système. L’ensemble des habitants du pays ne bénéficiait pas de la croissance de l’économie d’alors, engagée dans des stratégies économiques, actionnées par des intermédiaires choisis et productrices de privilèges de plus en plus fléchés.

La Révolution de décembre 2010/janvier 2011 a donné un coup dans la fourmilière, elle a ouvert la porte à de nouveaux acteurs et brouillé des cartes pour les anciens joueurs. Après l’effet de surprise et quelques accommodements,  beaucoup de joueurs sont revenus à la surface (en personne, avec des alliances nouvelles ou à travers des opportunistes avisés). En quelques années et avec des arrangements, on a remis de l’ordre politiquement entre les anciens (du RCD de Ben Ali principalement) et les nouveaux (islamistes d’Ennahdha surtout) qui ont partagé le gâteau de la direction politique, autour d’une grammaire simple :  « tu me tiens, je te tiens… : arrangeons-nous pour durer ensemble ».

Au bout de 7 ans et quelques réalisations politiques (constitution 2014, élections 2011 et 2014…), on est toujours sans réformes de fond, sans politique publique innovante, sans investissement en faveur des plus défavorisés, sans choix économiques d’avenir (par exemple dans l’agriculture ou pour le transport public). On pense toujours paresseusement au retour du tourisme, à l’exportation de l’huile d’olive ou aux marchés de start up

Des signaux négatifs

Les manifestations actuelles ne sont pas les premières et hélas, pas les dernières. La loi des finances entrée en vigueur le 1er janvier 2018 est le déclencheur mais des facteurs profonds agissent sur la vie et le moral des Tunisiens et des Tunisiennes usés par la politique de l’endettement, la hausse des prix, l’inflation, le chômage, l’absence de solutions visibles et palpables. Avec la politique fiscale qui ne rétablit pas les déséquilibres anciens (les professions libérales restent épargnées), la corruption non stoppée malgré quelques arrestations remarquables (on soupçonne des signes de vengeance de la part de « caïds » menacés dans les violences actuelles), la classe politique aligne depuis longtemps des signaux négatifs. La date des élections municipales a été retardée à trois reprises ; l’Instance Supérieure Indépendante des élections (ISIE) en crise depuis mai 2017 a fini par faire élire un 3ème président sans inspirer confiance pour les prochaines échéances (les municipales en mai 2018 et les présidentielles en 2019). Les élections partielles d’Allemagne de décembre 2017 ont révélé une défiance envers cette instance qui a eu pourtant le mérite de faire démarrer en 2011 des élections crédibles. Le fils du président de la République veut faire joujou avec la politique avec le parti créé en 2012 par son père ; l’héritier du père nonagénaire et sûrement dépassé -malgré sa réputation de vieux loup- s’incruste dans les rouages de l’Etat quitte à faire fuir les forces constructives. Le chef du gouvernement Youssef Chahed peine à se faire une stature d’homme d’Etat et à maintenir une attitude directe contre les méfaits affairistes (peur? blocages ? manque de soutien ? il est vrai que sa nomination en août 2016 est le fruit d’une entente préalable après 7 premiers ministres tournants et des cohortes de ministres éphémères). L’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) est constituée de députés absentéistes, moutons de Panurge (surtout du côté islamiste), occupés à voter leurs avantages et des accords économiques proposés par l’exécutif (l’élection du président de l’ISIE a été un feuilleton cocasse). L’ Union Générale des Travailleurs de Tunisie (UGTT), qui possède une certaine force d’arbitrage, est en perte de vitesse et parfois même affaiblie par l’opportunisme et le corporatisme des militants et adhérents : dans cette organisation aussi, le renouveau tarde à arriver. Le pouvoir judiciaire est inchangé, conservateur et parfois franchement réactionnaire…Réfugiés dans l’opacité et sans législation de rechange, les juges participent à l’inertie générale contre la corruption de plus en plus apparente. Le pays se trouve sans direction ni morale politique minimum et la société est éreintée par le travail de division « identitaire » entretenu par les débats depuis 2011. La croissance ne suivant pas, la fragilité augmente avec les problèmes qui s’accumulent et les poches de frustrations qui se multiplient partout.

Manque d’imagination et impuissance

Classe politique, administration et médias sont en deçà d’une crise qui se manifeste régulièrement depuis 2011 parce qu’elle est réelle et globale. On parle des symptômes sans s’attaquer aux solutions, les déclarations se répètent ou se répondent, sans passer à des actes significatifs. Cette actualité fiévreuse entretient la matière médiatique, qui frise l’emballement, ici et ailleurs, comme si la Tunisie offrait un théâtre attendu pour une explosion. Certes les perturbations sont sérieuses ; elles alarment sur des difficultés croissantes et sur l’absence d’horizon, notamment au sein de la jeunesse désoeuvrée et sujette à plein de tentations (drogue, gains faciles dans l’informel, radicalisation, émigration légale et illégale…). Il faudrait prendre plus au sérieux ces « révoltes logiques » mais l’Etat est faible, manque d’ancrages concrets et locaux, d’outils d’action. Un exemple parmi d’autres, la police est dépassée par le mélange entre colère protestataire et infiltrations délinquantes : plus de 700 arrestations ont eu lieu ; les policiers se sentent en danger et ne s’habituent pas au nouveau regard de la population, moins terrorisée et moins déférente dans l’ensemble.

Les premières réactions des autorités ont été de s’en prendre aux députés du parti Front Populaire qui a appelé à des manifestations pacifiques. La réplique est maladroite et contre productive ; elle alimente des polémiques stériles (peut-on manifester la nuit ?). Ces réflexes impulsifs ne sortent pas de la facilité à se diaboliser les uns et les autres alors que nos politiciens doivent prendre des mesures, assumer en actes leur responsabilité. Nous avons besoin de gens qui se penchent sur le réel et non sur le commentaire à propos des communiqués réciproques. Cette fabrication sans fin de la rhétorique médiatico-politique est néfaste, elle recouvre une impuissance réelle dans les partis, dans le gouvernement et dans l’administration. Nos appareils d’Etat sont vieux, peu habitués à agir rapidement, dénués de moyens et de réflexes, ils ne disposent ni de lois nouvelles ni d’un sens de la responsabilité concrète…

Nous avons perdu du temps depuis 7 ans. Le choc de 2011 n’a pas engendré la construction des organes nécessaires à doter le pays d’un minimum d’institutions. Nous ne disposons pas à ce jour de la cour constitutionnelle prévue par la Constitution, ce qui laisse l’Assemblée des représentants du Peuple en roue libre et soumise aux consensus (souvent douteux) entre les deux grands partis (Nidaa Tounès et Ennahdha). Cela donne aussi au Président de la République une latitude très/trop grande (le fils en profite, on a des corps parallèles à la Présidence comme du temps de Ben Ali…) et bloque l’action du Premier Ministre (théoriquement choisi par la Présidence). La magistrature qui aurait pu avoir le temps d’opérer sa mue au cours de ces 7 ans se cantonne dans les anciens réflexes, et reste soumise aux manoeuvres des cercles malfaisants (les assassinats politiques ne sont pas élucidés, les scandales financiers se poursuivent, les marchés sont opaques…). Ce qui nous laisse à la merci de la magistrature militaire, seule à agir contre la corruption actuellement. Cette dépendance envers l’armée est moyennement rassurante pour la construction d’un Etat de droit.

La Tunisie patauge dans les affres d’une transition aux mains de responsables insuffisants et timorés alors que la situation appelle à plus d’imagination et de courage, à la clarté de l’action publique et davantage de fermeté de la part des institutions. La rouille de l’ancien est visible dans un pays qui n’en peut plus, entravé par les ententes affairistes et malsaines et dont l’opinion politique, en principe libre, n’est pas assez informée sur les possibilités qui existent ni sur les modes de décision des gouvernants.

Après 5 jours, la violence qui a commencé dans la nuit de dimanche 7 janvier semble se calmer depuis la dernière nuit (des casseurs sont arrêtés) mais nos politiques continuent de se consumer en palabres accusatrices, se renvoient la balle autour de questions stériles alors que les problèmes de fond qui rongent le quotidien et le moral des gens appellent à des solutions. Les manifestations prévues ce vendredi à Tunis par le collectif Fech nistanew [Qu’est-ce qu’on attend ?] donnent le sentiment qu’une dynamique protestataire s’organise face au chaos apparent et face à des méthodes politiques dépassées et à des médias à l’affût d’une matière intéressante à exploiter.

Hammam-Lif, le 12 janvier 2018

Paru sur Le Quotidien d’Oran, Samedi 13 janvier 2018

L’été tunisien 2017. Avancées et trébuchements.

L’été tunisien 2017 est loin d’avoir été tranquille. Il succède à une série d’étés agités. L’été 2010 a été une véritable marmite sociale, celui de 2011 a grouillé des premières campagnes électorales indépendantes. L’été 2012 a vu la grande mobilisation contre la « complémentarité » et pour l’égalité des hommes et des femmes et s’est achevé par l’attaque de l’ambassade des Etats Unis. Celui de 2013 a explosé avec l’assassinat de Mohamed Brahmi qui, après celui de Chokri Belaïd, a suscité, malgré la chaleur ramadanesque la protestation durable du sit-in Er-rahil. L’été 2014 qui a suivi la promulgation de la Constitution a mêlé la montée de la menace terroriste et la fièvre des élections législatives et présidentielles. L’été 2015 a souffert des suites des attentats de mars et de juin tandis que l’été 2016 illustre l’affaiblissement de l’exécutif qui, malgré la signature de l’accord de Carthage, consacre l’usure des partis : le chef du gouvernement Habib Essid soumet sa démission à l’ARP. Ces péripéties de crête, choisies parmi plein d’autres, montrent une transition qui ignore les pauses estivales des démocraties établies.

Un exécutif changeant

L’agitation se poursuit en cet été caniculaire. Youssef Chahed, sixième chef de gouvernement depuis 2011, est reconduit et par son remaniement, il vient de composer la dixième formation de ministres et secrétaires d’Etat. Il mélange au sein de cette équipe de la deuxième chance – la 1ère a été constituée en août 2016 – l’enrôlement de ministres et personnes ayant servi sous Ben Ali avec de nouvelles recrues, dont beaucoup de quinquagénaires. On verra si cette formation de 35 responsables dont 6 femmes pourra réduire les problèmes économiques qui ne font que s’aggraver (chômage et inflation galopent) et continuent d’affecter les institutions de l’Etat qui offrent de fortes résistances au changement. Les maux sociaux et économiques se creusent avec le temps et les réformes de base n’ayant pas eu lieu dans la fiscalité, l’administration, la justice et la police… la situation devient de plus en plus invivable pour les Tunisien(ne)s. Sans compter les problèmes de fond qui compromettent l’avenir du pays et qui s’accumulent dans le secteur de l’enseignement, de la santé, des transports, de l’agriculture et de l’environnement… rendant le quotidien de la population et les perspectives de plus en plus difficiles.

Un parlement boursouflé

L’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) se débat dans des contradictions qui la font osciller entre un mercato des partis (avec des démissions incessantes et des recompositions de groupes) et des tractations de vote. On s’enlise dans une ambiance « 4ème république française » avec des député(e)s qui ont assimilé la médiatisation des débats, mettant en scène leurs apparitions et déclarations sans les assortir de l’investissement nécessaire au renouvellement des lois. La liste des projets de loi s’allonge de jour en jour et l’assemblée tarde à s’attaquer à un corps de lois archaïques et inadaptées. Le travail ingrat des commissions fait émerger des personnalités efficientes mais l’institution donne l’image d’une instance boursouflée, d’une machine lourde et bavarde, sans volonté de la majorité de ses membres de jouer un rôle local et concret, dans l’intérêt du citoyen.

Deux thèmes habitent les discours, deux « guerres » structurent les débats : l’une contre le terrorisme et l’autre contre la corruption. Tout le monde en parle mais les deux terrains restent opaques même si on note un apaisement côté sécuritaire et l’arrestation de personnes notoirement impliquées dans des affaires douteuses… On suspecte des bras de fer cachés et des compromissions entre des intérêts économiques (l’économie parallèle règne) et les réseaux politiques qui ralentissent tout. Cela rappelle des exemples vus en Italie où la mafia régit le pays. Aura-t-on notre opération mani pulite ? Cela semble difficile avec les magistrats que le pays possède et dont les méthodes n’ont pas changé. L’indépendance du pouvoir judiciaire reste un vœu pieux tandis que le pouvoir du président de la République, quoique limité par la Constitution de 2014, est le seul qui arrive à se déployer.

Des institutions faibles

Dans l’entremêlement des pouvoirs, l’Etat ne parvient pas à instaurer des règles, à les faire respecter ni à s’imposer comme arbitre. Dans cette crise d’autorité perdurent les anciennes pratiques. Le Président de la république élu au suffrage universel actionne les possibilités qui lui sont offertes en proposant des lois à l’ARP, nommant des ambassadeurs et des commissions… La coalition électorale qui l’a porté au pouvoir (Nida Tounis) a été pulvérisée par son  fils qui a des prétentions à lui succéder et chercherait à devenir député. Pour contrer le pouvoir de l’assemblée, Béji Caïd Essebsi s’est allié avec Ennahdha, deuxième parti élu en 2014. Les islamistes sont certes moins forts qu’en 2012 et 2013 mais ils ont pu s’infiltrer dans l’administration et les réseaux économiques et sécuritaires. Ils concentrent présence et action sur le terrain national (la crise qataro-saoudienne les prive de fonds et surtout de perspectives d’avenir) et pourraient remporter les élections municipales, sauf que ces dernières se font attendre et que les listes islamistes souffrent d’un manque de candidats…Elles sont opportunément ouvertes aux candidatures « indépendantes » pour pallier le déficit. En comparaison avec les élections d’octobre 2011 et de fin 2014, on assiste à une usure de l’ardeur à se mêler de politique : les femmes qui représentent presque la moitié des électeurs inscrits restent sous-représentées dans les postes de décision ; les inscriptions aux listes électorales de juin à août montrent que moins de 4% de jeunes se sont inscrits (contre 26% en 2011). On vit un resserrement de vis autoritaire (Hichem Alaoui, le cousin de Mohamed VI, est expulsé le 8 septembre 2017), et un retour visible et assumé de personnalités et de pratiques anciennes. En même temps, on n’a pas réussi à instituer des contre-pouvoirs capables d’assainir les procédures et de fouetter les institutions : la cour constitutionnelle prévue par la Constitution dans un délai d’un an n’existe pas à ce jour. L’autonomisation de la magistrature ne se profile pas à l’horizon. Le Conseil supérieur de la magistrature procède par nomination et non élection et trois organisations représentent le pouvoir judiciaire, divisé entre ordre judiciaire (AMT et ATJM) et ordre administratif (UMA).

L’avancée sociale

L’ambiance estivale s’est électrifiée autour de questions de société qui fermentent depuis longtemps. La loi intégrale sur la lutte contre la violence faite aux femmes (votée le 26 juillet) et les déclarations de BCE le 13 août (61ème anniversaire du Code du statut personnel) ont mis le feu aux débats. Le Président de la République a appelé à annuler la circulaire de 1973 qui obligeait jusque là les Tunisiennes désirant épouser un non musulman à fournir un certificat de conversion. La pratique, déjà contraire à la loi, est incompatible avec la nouvelle constitution qui garantit l’égalité entre citoyen(ne)s et la liberté de conscience. BCE a par ailleurs nommé une commission chargée d’enquêter sur l’état des inégalités et des libertés individuelles et de réfléchir, entre autres, à l’égalité successorale entre les sexes qu’appelle l’évolution sociale et économique. Remettre le débat sur le tapis et le voir s’étendre à la société et à l’ensemble du monde arabe est en soi une avancée. En plus de la démocratisation du débat, les avancées pratiques sont immédiates (la circulaire de 1973 est abolie le 13 septembre) et contribuent à banaliser la question de l’égalité successorale (déjà en vigueur en Irak et en Turquie) qui reste un tabou dans les mentalités et l’argumentation islamiste.

Elections et « Réconciliation »

L’avancée vient couronner des décennies de luttes féministes en Tunisie. Elle croise une agitation politicienne moins bénéfique car mettant en action des intérêts immédiats :  les élections municipales prévues pour décembre 2017 tardent à s’organiser pour plusieurs raisons dont la plus apparente est que le président et deux membres de l’Instance chargée de les organiser (l’ISIE) ont démissionné en mai 2017. Depuis, on ne parvient pas à renouveler l’équipe. L’ARP traîne la patte…au point que l’on se demande si ces élections vont avoir lieu et s’il ne s’agit pas d’un coup volontaire donné au processus transitoire parce que ces élections prennent le chemin de la décentralisation alors que celle-ci n’est pas désirée…Enfin, la loi de « réconciliation nationale » vient d’être votée le 13 septembre dans une ambiance houleuse et avec une majorité de 117 sur 127 présents, 90 députés étant absents. La loi proposée par BCE doit servir à amnistier des « fonctionnaires et assimilés » coupables d’avoir exécuté avant 2011 des ordres contraires à l’intérêt national, des marchés véreux, des décisions iniques… Même si le texte a été remanié à la suite de plusieurs va-et-vient devant l’ARP (un exercice démocratique en somme), le débat a relancé les partis et les gens hostiles à son adoption. On soupçonne la loi d’avoir servi de deal entre BCE et les islamistes qui ont été dédommagés en nature entre 2012 et 2013. Par ailleurs, même re-calibrée (la 1ère version de mars 2015 visait les hommes d’affaires), la loi est perçue comme un blanchiment insupportable du système de pouvoir précédent, d’autant que la Tunisie dispose d’une loi et d’une instance (Instance Vérité et Dignité) chargées d’appliquer une « justice transitionnelle » et qui se voient ainsi doublées et contrecarrées dans leurs objectifs. A l’initiative du collectif Manich msameh (« je ne pardonne pas ») et de partis d’opposition, des manifestations ont protesté le 16 septembre à Tunis et dans d’autres villes contre le vote de cette loi qui contredit l’impératif de lutte contre la corruption, réveille le sentiment d’injustice et aménage des voies légales de retour à un ancien régime encore honni. Un recours est prévu devant l’Instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des lois.

Dans un lent pas à pas non dénué de paradoxes voire de contradictions, la Tunisie tangue entre des vents contraires. La société tunisienne en mutation donne des signes d’avance sur ses institutions politiques ; elle ne se suffit plus des mécanismes disponibles ni de l’état de son édifice de pouvoir, partis, organisations, législations et modes de faire compris. Les remous troublant l’accalmie estivale tunisienne ne garantissent ni la tranquillité des acteurs en situation ni les voies de construction de la démocratie. A se demander si nous ne sommes pas entrés dans un cycle d’inquiétude permanente…

Hammam-Lif, le 17 septembre 2017

Paru dans Le Quotidien d’Oran, mardi 19 septembre 2017, p.5

 

Trois essais d’ «histoire immédiate», Tunisie, 2010-2015

Qu’est ce que la ‘Révolution tunisienne’ a fait à la discipline historique ? Difficile de répondre parce que l’on assiste à une « remontée des eaux mémorielles » qui ne s’arrête pas depuis 2011. Parmi les multiples conséquences de l’explosion de la parole, on constate un mélange trouble et troublant entre des mémoires concurrentes réclamant la place qui leur a été soustraite par l’histoire « officielle », communément admise. Ces mémoires individuelles, partisanes, familiales, régionales ni mortes ni consacrées alimentent des polémiques qui disent des besoins d’histoire réactivés par l’ouverture du jeu politique et de ses liens avec la légitimation du pouvoir à (re)bâtir. Il faut le temps de reprendre les strates, d’établir les versions, de donner à chaque récit la place qu’il revendique afin que l’histoire fasse le travail de croisement, de tri et d’interprétation dont la société a également besoin. Ce mouvement d’affleurement de l’histoire a commencé sous des formes encore difficiles à distinguer, et on peut en capter des signes et des expressions à travers la production écrite et orale, médiatique, politique et scientifique qui a enflé depuis 2011, dans plusieurs domaines concernant les sciences humaines et sociales (sociologie, psychologie, philosophie, économie…)

A l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine (ex-ISHMN), institution universitaire dont l’appellation a changé en 2014[1], plusieurs cycles de présentation de travaux divers ont été organisés à partir de 2012, pour suivre les traces de cette matière éditoriale en verve. Une série de rencontres Révoltes et révolutions en questions : Ecrire la Révolution[2], le colloque Thawra(t) organisé en janvier 2013[3], les ateliers de formation à l’écriture en sciences sociales à l’adresse des étudiants ont permis de présenter et de discuter un certain nombre d’ouvrages parus au cours des cinq dernières années. On a choisi les ouvrages porteurs d’un souci d’enquête, d’une vision des événements, d’une volonté de les traiter de façon raisonnée ; la plupart avancent des interprétations plus ou moins reliées au passé de la Tunisie et/ou aux schémas des révolutions ou révoltes connues par ailleurs[4]. Ce suivi partiel des ouvrages a été une façon d’arrimer la programmation scientifique de l’institution à une actualité éditoriale en inflation, en arabe, en français en Tunisie et en d’autres langues, à l’extérieur du pays. Cette loquacité bibliographique témoignait d’une effervescence intellectuelle qu’il a semblé intéressant à exploiter pour que la recherche académique en sciences humaines et sociales, établie et à construire, s’ouvre au bouillonnement éditorial qui a suivi les bouleversements de 2011, en profite pour se vivifier à son tour.

Afin de faire communiquer les différents secteurs d’édition, le but de ces recensions est de capter un flux éditorial qui se densifie et se diversifie après 2011 et de s’intéresser à la vague extra-universitaire des publications. Pour se frayer un chemin méthodique, on a sélectionné la production intellectuelle illustrant un souci de l’histoire, proche ou plus lointaine de la Tunisie ou la comparaison avec d’autres contextes ‘révolutionnaires’. Les débats post-2011 ont en effet rapidement fait appel à l’histoire, enseignée, vulgarisée ou académique, pour qualifier un personnage, expliquer une organisation ou projeter des chiffres. Ces usages implicites et explicites de l’histoire tissent le déroulé des événements avec des essais d’interprétation, prudents mais renvoyant à une compréhension de l’histoire tunisienne et/ou une lecture des révolutions précédentes : les révolutions françaises de 1789 et de 1848, la révolution égyptienne de 1952 ou iranienne de 1979, les révolutions ‘florales’ et ‘colorées’ d’Europe, sont les références les plus courantes.

Cinq ans après 2011 et ce ce cycle de rencontres et séminaires, Il s’agit ici de rendre compte, de trois ouvrages différents, qui chacun à sa manière, témoigne d’une préoccupation et d’une démarche qui interpellent les historiens. Ecrits par des non historiens, ces ouvrages reviennent sur les faits post-2011 avec des grilles de lecture qui montrent que le raisonnement historique n’est pas le monopole des historiens ‘professionnels’. A ce titre, et au-delà de leur utilité immédiate – fixer les événements de 2010/2011 et les suivants, lier les premiers récits écrits qui émergent dans/de l’oralité dominante-, ces ouvrages donnent à réfléchir sur la façon dont les auteurs articulent le présent consigné avec le passé auquel les acteurs ou eux mêmes se réfèrent. On peut parier que ces travaux composés dans un effort d’objectivation et dans lesquels on retrouve un souci de réflexivité, serviront aux chercheurs d’aujourd’hui comme aux historiens de demain. Pour l’heure, parler de ces trois ouvrages, situés à mi-chemin entre le travail journalistique et l’examen refroidi par le temps, c’est donner écho à un travail critique dans un moment historique dont on ne mesure ni les composantes, ni les suites mais qui stimule la réflexion sur le passé, le retour à l’histoire. Ces ouvrages font partie des effets induits par une ‘Révolution tunisienne’ qui n’a pas achevé son cours ni vu son appellation fixée, mais se nourrit des visions et analyses qu’elle contribue à produire, chemin faisant. Cette production attiédie a le mérite de communiquer une connaissance de l’histoire « immédiate » tunisienne, à la disposition des futurs chercheurs. Le matériau fabriqué est d’autant plus utile qu’il contre la vitesse de l’actualité et diminue l’évaporation de la mémoire des détails qui entourent le déroulement des faits. Ecrits contre la précipitation des enquêtes journalistiques et face à une accélération généralisée des analyses, ces ‘cailloux du Petit Poucet’ serviront certainement la recherche historique et alimenteront la réflexion historiographique, nécessaires à mener et à construire, si on veut que la ‘Révolution tunisienne’ parvienne à secouer les grilles de lecture et à ébranler les catégories d’analyse en usage.

Jean-Marc Salmon, 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien (17 décembre-14 janvier 2011), Paris, Les petits matins, 2016, 349 p.

L’auteur est sociologue ; il est chercheur au  Laboratoire Sens et Compréhension du Monde Contemporain-LASCO (Université Paris-Descartes) et enseigne à l’Institut Mines-Télécom. Il choisit méthodiquement de s’intéresser aux quatre semaines qui précèdent le 14 janvier 2011 et de recueillir 90 entretiens (liste : pp. 317-323). Le titre de l’ouvrage allie les deux termes – ‘révolution’ et ‘soulèvement’- qui continuent à flotter pour qualifier ces 29 jours décisifs dans l’histoire récente de la Tunisie. L’enquête est menée avec une grande clarté sur la qualité des personnes qui délivrent les informations et sur les circonstances de l’enquête. La bibliographie et l’index (thématique, il inclut deux noms : Zine El Abidine Ben Ali et Mohamed Bouazizi) achèvent de donner à cet ouvrage la facture universitaire que les deux ouvrages suivants ne revendiquent pas. La courte durée chronologique à laquelle s’assigne l’auteur donne à l’enquête orale qu’il mène une force dans le détail et un pouvoir d’évocation d’autant plus parlant que les souvenirs des acteurs gardent encore une certaine fraîcheur. Avec le temps, ces détails peuvent devenir des points de repère et susciter des vérifications, des recoupements, des approfondissements. Ils peuvent servir de base à des recherches ultérieures. La périodisation est établie à partir d’une observation cruciale : les événements insurrectionnels sont rapidement érigés en faits médiatiques grâce aux nouvelles technologies implantées en Tunisie (y compris dans les régions point de départ des mobilisations contestataires) et aux relais des télévisions El Jazeera et France 24 qui servent efficacement le retentissement mondial des informations locales. Entre l’immolation de Mohamed Bouazizi à Sidi Bouzid, le 17 décembre 2010 et l’envol de Ben Ali pour l’Arabie Saoudite, le 14 janvier 2011, alors que les médias officiels tunisiens sont encore muets, l’auteur découpe six moments dans le ‘soulèvement’ tunisien : l’underground des révoltes (1998-2010) ; Sidi Bouzid : Le surgissement de la révolte (17 décembre-26 décembre 2010) ; Les réseaux de Tunis et le soutien à la révolte de Sidi Bouzid (25 décembre 2010-6 janvier 2011) ; Thala, Kasserine Regueb : Des révoltes au soulèvement (3 janvier -11 janvier 2011) ; La nationalisation du soulèvement (9 janvier-14 janvier 2011). Cette chronologie fine épouse les modulations et le crescendo du ‘soulèvement’ en dégageant les causes économiques et sociales profondes qui expliquent l’étincelle du 17 décembre (spoliation des terres à Regueb et Sidi Bouzid ; retour sur les événements du bassin minier de 2008) en même temps qu’il démonte le potentiel d’organisation syndicale et militante qui ordonne les mobilisations et permet leur amplification. L’extension à travers le pays est en effet spontanément orchestrée par une multitude d’enseignants, syndicalistes, avocats… : l’énergie insurrectionnelle atteint Sfax, arrive jusqu’à Tunis où les quartiers périphériques et les divers milieux sociaux ont reçu, depuis plusieurs jours, images et échos des événements.

Deux hypothèses centrales structurent l’enquête de Jean-Marc Salmon : 1/ La ‘Révolution tunisienne’ est inattendue et spontanée mais son déroulement sur le court terme conjugue la frustration semée par le régime de Ben Ali dans toutes les couches de la société tunisienne et l’organisation invisible de militants actifs ou « en hibernation » qui ont été en mesure de coordonner les mobilisations locales et de canaliser les actions face à des forces de l’ordre peu décidées. 2/ La ‘Révolution tunisienne’ et plus spécifiquement le segment chronologique du ‘soulèvement’ (29 jours) est le fruit d’une nouvelle manière de communiquer et de la vitesse de propagation des informations et des slogans issus des terrains de la contestation. Grâce à Internet et à une certaine maîtrise de son usage par les Tunisiens, l’oral (des commentaires, des slogans) et l’image (des émeutes, des protestations) ont joué un rôle démultiplicateur de l’émotion révolutionnaire, transmise à travers le pays et en dehors de ses frontières. Ces connexions d’un ordre nouveau donnent à la ‘Révolution tunisienne’ une facture inédite, qui augure, peut-être, d’une définition nouvelle du déroulement des révolutions dont l’étude depuis le 18ème siècle insiste sur le rôle de l’écrit dans la formulation des idéaux, la préparation de l’action puis son inscription dans le réel.

Hédia Baraket et Olfa Belhassine, Ces nouveaux mots qui font la Tunisie,  Tunis, Cérès editions, 2016, 362 p.

Les deux journalistes qui ont co-écrit cet ouvrage déclarent avoir voulu aller plus loin que l’actualité et lutter contre l’oubli. Parties de deux publications parues en supplément de La Presse de Tunisie (14 janvier 2012 et 3 mai 2012), et après le succès de quelques posts sur facebook, les deux auteurs passent au tamis un corpus de 120 mots pour s’arrêter à un lexique de 63 mots émanant des débats de la ‘transition tunisienne’ et jalonnant ses scansions. Plusieurs temporalités se croisent à travers ces mots qui ont transformé le langage politique et médiatique et constituent des « événements de langage qui font l’histoire » de la Tunisie post-2011[5]. Tout en restant attachées à l’investigation journalistique dont elles sont familières, les deux journalistes (qui se disent historiennes du quotidien) font apparaître la place de l’histoire dans l’élaboration d’un langage qui modèle à son tour la tournure des faits. Il s’agit tantôt de l’histoire « longue » (la formule Dégage ! remonte à l’histoire de la colonisation française), du passé plus proche (le slogan Choghl, horriyya, karama wataniyya = travail, liberté et dignité nationale, remonte à l’histoire du mouvement estudiantin des années 1970), de l’actualité récente (le terme thawra = révolte et/ou révolution, est introduit par les médias en janvier 2011 ; l’expression houthala francofouniyya =résidus de la francophonie, est proférée comme une insulte par un député de l’Assemblée Nationale Constituante en décembre 2011) et jusqu’au contexte le plus brûlant (le comique himar watani = âne national, est le lapsus d’un des acteurs du Dialogue national en octobre 2013). Les soixante-dix interviews  effectuées avec des acteurs, des journalistes, des chercheurs…ont aidé les deux auteurs à restituer la profondeur des mots, les différents sens qu’ils recouvrent, le champ lexical des slogans et formules qui se répondent les uns les autres, à travers les soixante trois notices classées par ordre alphabétique. Que les mots soient nés sur le registre sérieux (hurriyat at-ta’bir = liberté d’expression), dramatique (houmani = titre d’une chanson à succès qui parle des habitants des quartiers abandonnés), scientifique (al dawla al ‘amiqa = l’Etat profond est une trouvaille de la politologie ambiante), dans le but de dénoncer (‘ilam el ‘ar = médias de la honte) ou  pour dénigrer (sfir fasîl = zéro virgule, allusion au score électoral des partis de ‘gauche’), l’ouvrage remet en perspective, dans une composition équilibrée et non dénuée d’humour, la provenance des mots et les voies de leur façonnement. Passant de l’oral à l’écrit ou inversement, ils traduisent, au cours des quatre années d’observation de la scène politique, des médias et de la rue, la complexité des événements saisis.

La lecture de ces « fragments d’histoire » suggère que les multiples réservoirs des mots (azlam = partisan de l’ancien régime, vient d’Egypte) s’interpénètrent : entre l’oral et l’écrit, entre l’arabe (classique et vernaculaire ) et le français, la scène politico-médiatique tunisienne reflète un co-linguisme qui caractérise l’histoire de la Tunisie depuis des décennies et qui s’exprime dans la fabrique courante des notions et la configuration des actes. Le couple arabe/français et les passages entre l’arabe dialectal et littéraire rendus dans cette photographie des expressions agissantes et des mots de la dispute confère à l’ouvrage une valeur de témoin et de produit d’une caractéristique culturelle du moment ‘transitionnel’ tunisien. A cela, ajoutons que l’ouvrage fournit aux analystes et observateurs des éléments pour comprendre une dimension du bilinguisme arabe/français et son rôle dans l’élaboration des mots et la conception des choses de la politique dans l’histoire contemporaine de la Tunisie.

Stéphanie Wenger, Jours tranquilles à Tunis, Paris, Riveneuve Editions, 2015, 233 p.

L’ouvrage paraît dans une collection dirigée par Gilles Kraemer aux éditions Riveneuve Editions. Sous le titre unificateur de « jours tranquilles à », l’auteur- une journaliste qui débarque à Tunis après sept ans au Caire et trois ans à Alep – se lance dans des chroniques qui, au-delà des péripéties politiques, essaient d’entrer dans la société tunisienne, tout en respectant l’unité de lieu tunisoise imposée par l’éditeur. La récolte s’élève à une somme de 93 chroniques composées sur deux tons, deux plans d’information rendus par deux typographies. Les textes courts, comme le veut l’usage journalistique,  couvrent la période allant de septembre 2012 (avant l’attaque du consulat américain de Benghazi – le 12 septembre- et l’assaut de salafistes contre l’ambassade et l’école américaines à Tunis, suite à la diffusion sur You tube, d’un film jugé anti-islam, le 14 septembre) au mois de juin 2015 (l’attentat du musée du Bardo du 17 mars est couvert par la journaliste mais pas l’attentat terroriste de la plage de Sousse du 28 juin). Stéphanie Wenger est consciente qu’elle arrive avec des cadres d’analyse forgés au Caire où le président frère musulman Mohamed Morsi vient d’être élu. La familiarité linguistique acquise à travers les mots d’arabe courant lui ouvre quelques fenêtres sur son nouveau terrain d’observation et de vie.

Elle rend compte de la vie tunisoise comme correspondante de plusieurs journaux, d’où le côté linéaire des instantanés qui rendent compte de la montée de la violence dans le pays. Le lecteur voit se succéder des assassinats, des attaques terroristes et des mesures sécuritaires de plus en plus crispées. Les chroniques alternent entre le tragique de certains événements (les attaques successives contre les mausolées ; l’assassinat de Chokri Belaïd, le 6 février 2013 et ses funérailles impressionnantes) et la légèreté de la vie quotidienne (les résultats des matchs de football ; les étalages de la friperie ; la recette du lablabi) en passant par le ridicule de certaines manifestations (l’exposition des biens et objets de la famille Ben Ali/ Trabelsi et les moqueries envers une ministre du gouvernement de la Troïka) ou les menus faits du désordre médiatique (les coquilles malencontreuses du journal La Presse de Tunisie ; l’interview non enregistrée de Rached Ghannouchi demandant à une journaliste si elle fait la prière). Dans un style journalistique teinté de considérations psycho-sociologiques et d’impressions personnelles, l’auteur transcrit les péripéties d’une ‘transition’ paradoxale et animée, loin d’être paisible ni linéaire. L’époque couverte par la journaliste rend compte d’une Tunisie qui construit des institutions de fond (écriture et vote de la Constitution de janvier 2014), multiplie les activités culturelles (le festival d’été d’Ezzahra), intente des procès contre des rappeurs (Klay BBj, Weld el 15 et Kafon, emprisonnés) tout en apparaissant comme un pourvoyeur prolifique de recrues jihadistes en Syrie et en Libye.

Le lexique renseigne plus que les chroniques proprement dites sur la lecture de l’histoire en train de s’écrire que reflète cet ouvrage tourné surtout vers le présent (les attentats de Charlie à Paris) et les potentialités d’un avenir que l’auteur espère voir émerger de l’expérience tunisienne. Dans la cinquantaine de mots sélectionnés et expliqués à des lecteurs lointains se mêlent les titulatures des partis (Néo Destour, RCD, Ettakatol, Nida Tounès), les noms des acteurs saillants (Houcine Abbassi, Moustafa Ben Jaâfar, Habib Bourguiba, Béji Caïd Essebsi –son sigle BCE et son diminutif Bajbouj-, Leïla Trabelsi, Moncef Marzouki, Rached Ghannouchi), des termes du langage politique en usage (code du statut personnel, laïc, dialogue national), des mots du vocabulaire ordinaire comme harka (immigration clandestine), hogra (mépris social), tanbir (commentaire sarcastique) ou zatla (cannabis).

Ce travail de journaliste qui a suivi une période profondément agitée deviendra-t-il une source pour les historiens plus tard ? That’s a question

[1] Par décret du Journal Officiel de la République tunisienne en date du 8 mai 2014. Voir éditorial Rawafid, n° 18, 2013, p. 7.

[2] Abdelaziz Belkhodja et Tarak Cheikhrouhou, 14 janvier. L’enquête, Tunis, Appollonia Editions, 2012  ;  Mokhtar Khalfaoui, Hadithatou assakifa… (en arabe), 2012 ; Lazhar Mejri, La Révolution du 17 décembre 2010 (en arabe)…,  ;  Hédi Timoumi, Une tyrannie douce, 23 ans du pouvoir de Ben Ali, Tunis, MedAli éditions, 2011 ; Faouzi Sadkaoui,  Plume et embûches : textes de l’histoire immédiate.

[3] Thawra(t) …. Approche comparée des révoltes et révolutions (XIXème-XXIèmes siècles), Publication de l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, 2014, 176 p. en arabe et 119 p. en français.

[4] Afifa Chaouachi-Marzouki (dir.), Quand les mots se révoltent, Tunis, Sud Editions, 2014, 230 p. (séance du 25 mai 2015) ; Raja Fenniche (dir.), Dans les mailles du filet. Révolution Tunisienne et Web 2.0, La Manouba, Presses Universitaires de La Manouba, 2013, 155 p. (séance du 5 octobre 2015).  Les deux ouvrages ont fait l’objet de comptes-rendus dans Rawafid n° 19, 2014, pp. 81-95.

[5] Nabiha Jrad, « Quand dire c’est faire : la Révolution tunisienne, un événement de langage fait l’histoire », Carnet de l’IRMC n°6, 16 avril 2012, http://irmc.hypotheses.org/182

Texte paru dans la revue Rawafid n° 20, 2015, pp. 139-146  et dans La Lettre de l’IRMC n° 18, 2016, pp.31-34.

« Les Tunisiens combattent pour leur liberté »

 Un entretien paru dans L’OBS Hors série n° 92, mai-juin 2016,  Les Lumières. Un héritage en péril, pp. 69-73

Le pays d’où est partie l’étincelle du « Printemps arabe » est le seul où, cinq ans après la révolution, le débat politique survit à la violence. Et si l’issue de la lutte entre « modernistes » et islamistes reste incertaine, les Tunisiens poursuivent leur route vers la démocratie.

L’Obs : En octobre 2011, neuf mois après le départ surprise de Ben Ali provoqué par la « révolution de la dignité », Ennahdha remportait l’élection de l’Assemblée constituante. Comment comprendre le succès d’un parti islamiste dans ce contexte de transition démocratique, dans un pays qui est le plus sécularisé des pays arabes ?

KB : Les islamistes ont habilement joué de leur statut de principales victimes politiques du régime de Ben Ali. Celui-ci avait pourtant pactisé avec eux lors de sa prise de pouvoir aux dépens de Bourguiba, en 1987, mais à partir du début des années 1990, au moment où démarrait la guerre civile en Algérie, les islamistes tunisiens ont été durement réprimés par le pouvoir, qui les a emprisonnés ou obligés à quitter le pays, à l’image de Rached Ghannouchi, le leader d’Ennahdha. Leur part à la révolution de décembre 2010 et janvier 2011 est minime, beaucoup sont sortis de prison ou revenus d’exil après la fuite de Ben Ali. Mais dès son retour sur la scène politique, Ennahdha a réussi à faire entendre sa voix, profitant des fortes tensions sociales avivées par le vide politique créé par le départ inattendu de Ben Ali. Et du fort capital sympathie que leur a attiré leur discours de victime.

Après sa victoire, au moment de former un gouvernement, Ennahdha n’a-t-il pas donné des gages de respect de la démocratie, en établissant notamment une coalition avec deux partis de centre gauche ?

C’était de la rhétorique, de l’image, un domaine dans lequel Ennahdha est passé maître, grâce notamment aux services d’un cabinet londonien très réputé de conseil en communication. Les deux partis qui ont accepté de s’allier aux islamistes ont fait de la figuration, ils n’ont pas eu leur mot à dire sur la politique du gouvernement. Ennahdha a mis la main sur des postes importants et sur les deniers de l’Etat, en s’attaquant à des symboles de la modernité de la société tunisienne, à commencer par la sécularisation de la vie politique et le statut de la femme. Des voix se sont élevées pour réclamer la fin de la mixité dans l’éducation, des files d’attente séparées pour les hommes et les femmes dans l’administration, la fermeture des lieux où l’on vend l’alcool… Des pratiques salafistes nouvelles sont apparues, sans rapport avec les usages du pays, des prières débordant dans la rue, le port du voile intégral. Les tensions agitant la société ont atteint leur paroxysme au cours de l’été 2013, après l’assassinat de Mohamed Brahmi, opposant énergique à Ennahdha. Certains islamistes étaient prêts à déclencher une guerre civile, l’air était devenu irrespirable. C’est alors que ce qu’on a appelé le « quartet du dialogue national », l’association de quatre grandes organisations de la société civile (1), est parvenu à ménager une solution de sortie de crise en favorisant, au sein de l’Assemblée constituante, la reprise d’un dialogue jusqu’alors totalement bloqué entre islamistes et « progressistes ». Effrayé par ce qui venait d’arriver en Egypte aux Frères musulmans, brutalement chassés du pouvoir par l’armée, Ennahdha a accepté de se plier aux règles démocratiques en reprenant les discussions sur la Constitution ; celle-ci a ensuite pu être achevée en quelques mois seulement.

De quels textes s’inspire cette Constitution de 2014 ? De celle promulguée par Bourguiba en 1959 ? De textes occidentaux ?

La Tunisie possède une tradition historique en matière de constitution moderne ! Dans notre pays, on l’oublie trop souvent, les premières réformes modernisatrices, concernant l’éducation ou l’administration notamment, ont été engagées avant la colonisation française de 1881. Certes, des références internationales ont bien sûr été prises en compte, mais la Constitution de 2014 est une œuvre collective qui n’a pas été rédigée par les seuls députés de l’Assemblée constituante. La Tunisie possède une culture juridique de qualité, et de nombreux juristes ont donc été associés au débat. Surtout, la société civile y a pris une part active. Les débats parlementaires, pourtant techniques, ont été retransmis en direct à la télévision, ils ont fait l’objet de milliers d’articles de journaux, mais ils ont aussi été amplement relayés par les réseaux sociaux. Et, de façon aussi surprenante que réjouissante, des jeunes, à l’unisson d’une grande partie de la société, se sont passionnés, sur Facebook, pour les débats constitutionnels. Un investissement populaire dont les constituants, et notamment les députés de la majorité islamiste, ont été contraints de tenir compte. Un sujet a en particulier tellement mobilisé qu’Ennahdha a fini par comprendre qu’une majorité de citoyens étaient déterminés à défendre l’héritage bourguibien concernant le statut de la femme : c’est celui de la « complémentarité » de la femme vis-à-vis de l’homme, le concept que les islamistes entendaient substituer à celui d’ « égalité » entre hommes et femmes dans la Constitution. Lorsque les Tunisiens ont appris qu’Ennahdha avait réussi à faire adopter par la commission des droits et libertés de l’Assemblée des phrases comme « la femme est l’associée de l’homme dans la construction de la nation » et « leurs rôles se complètent au sein de la famille », une grande partie d’entre eux, femmes et hommes confondus, ont exprimé leur indignation. C’était nier la place essentielle de la femme dans la société tunisienne, une place remarquable au sein du monde arabe. Dès l’été 1956, quelques mois après avoir obtenu l’indépendance de la Tunisie, Habib Bourguiba faisait adopter le Code du statut personnel, une série de lois abolissant les mariages forcés et la polygamie, et autorisant le divorce ; soixante ans plus tard, les effets de ce texte, établissant une quasi-égalité entre les hommes et les femmes tunisiens (2), se font sentir dans tous les domaines : les mentalités, le monde du travail, l’organisation familiale, la vie intime. Aujourd’hui, en Tunisie, il y a des femmes professeures d’université, avocates, flics, militaires, chauffeurs de bus et de taxi… Même parmi les électrices d’Ennahdha, très peu sont favorables au retour de la polygamie. Les islamistes ont fini par comprendre qu’un retour en arrière était impossible dans ce domaine. Tout comme ils ont dû finir par accepter, au dernier moment, l’inscription de la liberté de conscience dans la Constitution.

Ennahdha a perdu les élections législatives d’octobre 2014 au profit de Nidaa Tounes, le parti de Béji Caïd Essebsi, qui a ensuite été élu président de la République. Est-ce à dire que les « progressistes » ont gagné la partie en Tunisie ?

En se dévoilant au cours des débats constitutionnels, en faisant preuve d’arrogance et, souvent, d’incompétence, les islamistes se sont aliéné une partie de leurs soutiens. Les victimes sont devenus oppresseurs, et leur image en souffre terriblement. Leurs attaques contre la sécularisation ont fini par échouer. Depuis ses échecs électoraux de la fin 2014, Ennahdha prône donc une version douce de l’islamisme, et affirme tourner résolument le dos à la charia, au califat, au djihad, au profit du dialogue et de la démocratie. Mais en son sein, les gens prêts à des compromis cohabitent avec des radicaux. C’est moins un parti au sens démocratique qu’un mouvement hétéroclite – qui peut avoir une dimension sectaire –, dont la ligne et les intentions restent de ce fait très floues.

Mais l’état de grâce de Caïd Essebsi et de Nidaa Tounes s’est aussi très vite dissipé. Des accusations de népotisme à l’encontre du chef de l’Etat, le retour d’un climat d’affairisme dans la vie politique ravivent les mauvais souvenirs encore très frais de l’ère Ben Ali. Caïd Essebsi est apparu comme un recours au vide politique, notamment du fait de son expérience, et du trait d’union qu’il représente avec l’ère Bourguiba, dont il a été plusieurs fois ministre et dont il se fait fort d’incarner l’héritage. La mémoire de Bourguiba est présente dans le débat politique et l’imaginaire collectif tunisiens depuis la chute de Ben Ali ; même les islamistes se mettent aujourd’hui à reconnaître son apport au pays. Non seulement il a donné à la Tunisie son indépendance, mais ses réformes modernistes – le développement d’une éducation et d’une santé de masse, ainsi, donc, que la reconnaissance des femmes comme sujet de droit et acteur politique – ont transformé de façon décisive la société tunisienne. Il ne faudrait pas pour autant oublier l’autre visage de Bourguiba, celui du président qui a refusé d’établir une réelle démocratie et de garantir les libertés individuelles. La Tunisie ne peut se contenter de vivre dans l’héritage bourguibien en le sanctifiant, elle a besoin de le renouveler et de le réinventer. Pour cela, il lui faut une nouvelle génération d’hommes politiques, à même d’incarner et de garantir les pratiques démocratiques que la société civile a su inventer.

Propos recueillis par Charles Giol.

(1) La principale centrale syndicale (UGTT), le syndicat patronal, la Ligue tunisienne des droits de l’homme et l’Ordre national des avocats. Le quartet du dialogue national tunisien a reçu le prix Nobel de la paix en 2015.

(2) Les femmes tunisiennes ne bénéficient toujours pas de l’égalité successorale.

Chronologie

Un long chemin vers la démocratie

17 décembre 2010 : A Sidi Bouzid, le marchand ambulant Mohamed Bouazizi s’immole par le feu pour protester contre les méthodes policières. Des manifestations de solidarité embrasent bientôt tout le pays, prenant pour cible le régime du président Ben Ali.

14 janvier 2011 : Ben Ali fuit la Tunisie pour l’Arabie saoudite.

27 février 2011 : Béji Caïd Essebsi, ancien ministre de Bourguiba et tenant d’une ligne moderniste, prend la tête du gouvernement de transition.

23 octobre 2011 : Le parti islamiste Ennahdha sort vainqueur de l’élection démocratique d’une Assemblée constituante et forme un gouvernement.

6 février 2013 : Assassinat de l’avocat et homme politique Chokri Belaïd, qui avait à plusieurs reprises dénoncé publiquement la montée de l’islam intégriste. Le 25 juillet est assassiné l’homme politique Mohamed Brahmi, opposent virulent à Ennahdha.

27 janvier 2014 : Adoption de la Constitution, la troisième de l’histoire tunisienne après celles de 1861 et 1959.

26 octobre 2014 : Elections législatives : Ennahdha est battu par Nidaa Tounes, le parti progressiste dirigé par Béji Caïd Essebsi, qui remporte ensuite l’élection présidentielle le 31 décembre 2014.

18 mars 2015 : Une attaque terroriste revendiquée par l’Etat islamique prend pour cible le musée du Bardo, faisant 24 morts et 45 blessés. Le 26 juin, un terroriste se réclamant également de l’EI fait 39 morts et 39 blessés, essentiellement des touristes, dans un hôtel de la région balnéaire de Sousse.

 

Revoilà le couvre-feu en Tunisie

Couvre-feu ou le pain quotidien des tunisiens. Tunis 22 janvier 2016. Photographie Hamideddine Bouali

Couvre-feu ou le pain quotidien des tunisiens. Tunis 22 janvier 2016. Photographie Hamideddine Bouali, avec son aimable autorisation. Tous droits réservés.

Les crises se succèdent presque sans relâche depuis 2011. La Tunisie en traverse une nouvelle. De Kasserine, où un chômeur déçu de ne pas trouver son nom parmi les nouveaux enrôlés pour un emploi, meurt le 18 janvier par électrocution, part un mouvement qui s’étend partout dans le pays. Des affrontements avec la police et l’armée reprennent avec force, entraînant des dizaines de blessés, des centaines d’arrestations et, à l’heure actuelle, deux morts dans les rangs des forces de l’ordre.

Un mélange d’actions

Même si les reportages transmettent des images rappelant les saccages de 2011, ce qui se passe semble frelaté, mêlant deux types d’agissements, des marches protestataires pacifiques et des actions d’infiltration et de casse de bâtiments et biens publics. Le mouvement de contestation des chômeurs, malmené ces 5 dernières années et excédé par l’absence d’intérêt des pouvoirs publics est infiltré par des bandes armées, des vols et des pillages qui ont l’air d’être organisés. Les quartiers et habitants de Kasserine puis d’autres localités (Tala, Regueb, Sidi Bouzid, Le Kram, Ettadhamen…) ont vu monter les violences et constaté, après l’effet de surprise et l’absence de réactivité des forces de l’ordre, une attitude policière moins brutale que prévu face aux agitations. Des manifestants témoignent d’un traitement plus mesuré du désordre, aucune balle n’ayant été tirée sur les foules. Sur fond de mécontentement légitime (des fraudes et des irrégularités ont été constatées pour des programmes d’embauche) et de marches pacifiques dénonçant les pratiques observées, des groupes infiltrent et manipulent les populations les plus diverses et, de préférence, juvéniles et désœuvrées : des bandes de jeunes de 15 à 20 ans -parfois moins- sortent pour piller et casser la nuit tombée… Le mouvement est presque synchronisé, éclatant dans plusieurs endroits du pays : 16 gouvernorats et des dizaines de points d’impact bougent en même temps que des attaques contre les postes de police des frontières.

Après un pic de pillage et de mises à sac les 18, 19 et 20 janvier, des citoyens et la centrale syndicale (UGTT) en appellent à la prudence et à surveiller collectivement les bâtiments publics… Comme au cours de la campagne « Winou el pétrole » [Où est le pétrole?] dans le sud-ouest et le sud tunisiens en mai/juin 2015, on dénonce la corruption et le manque de conséquence de l’exécutif qui est loin d’accomplir son devoir dans les régions. La discrimination positive envers les régions défavorisées proclamée par la Constitution de janvier 2014 reste lettre morte. Six mois plus tard, les revendications sont solidement formulées autour du chômage, ciblées autour de faits précis et le suivi d’une gestion gouvernementale défaillante. Après trois jours de confusion, le discours protestataire s’organise pour informer sur les faits et comprendre ce qui se passe dans chaque localité. Les médias essayent d’être moins hystériques (des progrès restent à faire) et les Tunisiens, tout au moins les plus vigilants, et les moins naïfs sont passés à la phase du décryptage des actions et des auteurs qui se sont mélangés. Ici et là, des groupes protègent des bâtiments et veillent à la sécurité : un réflexe qui rappelle les solidarités spontanées de janvier 2011 !

Plusieurs hypothèses

Cette double tactique vise à effriter les efforts de lutte contre la contrebande et le terrorisme, très liés dans ces régions où le taux de chômage est plus élevé que la moyenne nationale (15%). Alors que les repaires de terroristes sont circonscrits, donnent des signes d’étouffer (des habitants ont été attaqués pour les vivres) et d’être moins libres de leurs mouvements, ces troubles essayent de capter certaines forces de sécurité. A côté de la tentative de desserrer l’étau sur les zones infestées, on ne peut exclure l’hypothèse d’une guerre entre les polices et au sein de la douane, des corps infiltrés depuis des années où complicité et complaisance participent à bloquer la lutte contre le terrorisme et le commerce parallèle… Enfin à cette guerre d’appareils, s’ajoute l’influence des lobbies d’affaires nocifs, contrariés par l’échec récent de remodeler le parti Nida Tounès. Hafedh, fils de Béji Caïd Essebsi, proche de milieux affairistes et du parti Ennahdha, est candidat à la présidence du parti fondé par son père en 2012. L’alliance des deux premiers partis de cette législature poursuit plusieurs objectifs : imposer la «  réconciliation économique » qui n’arrive pas à être « légalisée » depuis mars 2015, composer des listes communes pour les futures élections municipales (en 2017 ?) et surtout s’entendre sur une gestion libérale désirée par beaucoup d’intérêts, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Le congrès de Nida Tounès des 9 et 10 janvier 2016 destiné à introniser le fils de BCE et ses proches comme pilotes de Nida Tounès a abouti à une hémorragie du parti. Des causes des troubles pourraient être cherchées dans cette débâcle partisane qui isole le fils de BCE et ses acolytes. Imposer par la force et la terreur ce qui n’a pu être fait par la voie « politique » est une éventualité à ne pas écarter :  le pays est fragile et le voisinage libyen porteur de dangers (trafic d’armes et recrues de l’Etat de Da’ech sur place) facilitent la tâche pour disséminer des troubles.

A l’état d’urgence instauré en novembre, après le 3ème attentat de l’année 2015, s’ajoute une décision de couvre-feu à partir du 22 janvier. Béji Caïd Essebsi s’adresse au pays dans un discours plat, au montage grossier. Le drapeau tunisien et un Coran posé derrière lui dissertant sur le danger peuvent-ils unir un pays déchiré par le chômage et l’injustice ? L’homme a perdu de son crédit ces derniers temps et les remous de Nida Tounès rognent davantage la légitimité et l’image qui l’ont fait élire. Ce discours de circonstance est terne et convenu, comme tout ce qui sort de la communication gouvernementale.

La Tunisie continue à tanguer et attend de trouver d’autres hommes, des gestes appropriés, une façon de faire et de dire la politique plus soucieuse du réel. Sur le terrain, des gens comprennent les enjeux et s’organisent pour défendre les acquis et la sécurité publics, ce qui augure d’une résistance pensée par le bas. Beaucoup d’acteurs bloquent (de façon plus ou moins déclarée) mais d’autres travaillent à contrecarrer les opérations de déstabilisation qui s’ajoutent à une situation économique et sociale toujours aussi inégalitaire et une corruption de l’administration et de l’Etat de plus en plus inadmissible, insupportable… Les coups de boutoir successifs risquent de mettre à terre un Etat paralysé de l’intérieur. Le chemin promet d’être long parce que les blocages résident dans les manières de gouverner, les lois, les institutions et les hommes en place, vieux et inadaptés face aux besoins du pays, de ses capacités comme des aspirations de ses forces vives.

Hammam-Lif, le 24 janvier 2016

Paru sur Le Quotidien d’Oran lundi 25 janvier 2016, page 6

Cinq ans après, un retour sur la ‘Révolution tunisienne’

Ce billet reproduit l’entretien que j’ai eu le plaisir d’avoir avec Olfa Belhassine pour le quotidien La Presse de Tunisie, paru jeudi 14 janvier 2016. Je la remercie de m’avoir donné l’autorisation de le publier sur ce carnet.

Tout d’abord comment l’historienne que vous êtes qualifie-t-elle ce qui s’est passé entre le 17 décembre 2010 et le 14 janvier 2011 : révolution, révolte, soulèvement populaire ou coup d’Etat ?

-Je pense qu’il s’agit de tout cela à la fois ! C’est une crise sociale très forte, aucunement la première dans l’histoire du pays, doublée d’une crise générationnelle, pour cause notamment du chômage des jeunes. On observe également à ce moment là une chaine de soulèvements populaires. Après Sidi Bouzid, Tala s’embrase puis Kasserine, Gafsa, le Kef, Sfax…Le soulèvement est quasi synchronisé, viral, la contagion est rapide grâce notamment au rôle de relais de l’information sur le terrain joué par les réseaux sociaux. Chose qui a entrainé le crash du régime, et Ben Ali est tombé ! On ne sait pas encore très bien s’il est parti de lui-même ou s’il a été poussé au départ en attendant que la situation se calme. Mais ce qui me semble caractéristique d’une révolution, c’est l’ampleur de l’imprévu et des inattendus engendrés par le soulèvement et par ce départ. Nous étions anxieux à la mesure de tous les « vides » immédiats : vide juridique, vide politique, hésitations entre l’application de l’article 56 ou l’article 57 relatifs à la vacance du pouvoir… Tout s’est joué si vite, en à peine deux jours. En fait la conjonction de crises, d’intervenants et d’acteurs a donné cette ampleur exceptionnelle aux évènements de janvier 2011. Je ne pense pas que cela mérite, pour le moment en tout cas, un autre nom qu’une révolution !

Pourquoi cinq ans après, nous n’arrivons pas toujours à donner un nom à ce qui s’est passé chez nous ? Est-ce parce que les témoins directs de cette histoire, à savoir les responsables militaires et sécuritaires notamment, n’ont pas livré la vérité sur les évènements surgis aux alentours de la journée du 14 janvier 2011 ?

–  Il ne faut pas espérer des acteurs vivants qu’ils disent la vérité sur cette affaire-là. Pourquoi ? Car tout d’abord il y a eu plusieurs intentions et plusieurs prétendants au coup d’Etat, y compris de la part de personnes que Ben Ali a appelées à la rescousse avant le 14 janvier- la situation du vide annoncé du pouvoir s’y prêtait-, que ces scénarios se sont croisés sur fond de crise sociale, mais qu’ils se sont au final télescopés et annihilés les uns les autres.  Les seuls à ne pas avoir comploté étaient, à mon avis, les islamistes, parce qu’ils gardaient en mémoire l’échec de leur coup d’Etat avorté en 1987 ! Il faudra beaucoup de temps pour rendre compte de la complexité de l’évènement et  tirer au clair les différentes logiques ayant marqué ces journée du mois de janvier 2011, où le désordre a régné, un élément qui caractérise d’ailleurs les révolutions. Ensuite, parce que personne, parmi les acteurs, ne connait la vérité en entier : ni le Général Rachid Ammar, ni Ali Seriati, ni Ridha Grira, ni Sami Sik Salem, ni Samir Tarhouni…Chacun en connait un bout, celle qui concerne le rôle qu’il a joué. Or, cela ne suffit pas à l’historien, qui doit recouper les données, croiser les sources pour reconstituer le cocktail d’actions, mais également de non actions, de lâchages, d’absences volontaires, de peurs subites, qui ont marqué les journées précédent le 14 janvier. Je ne crois pas qu’il y ait eu quelqu’un  à avoir pu orchestrer tout ça !

Faudra-t-il attendre l’avènement d’une autre génération d’historiens pour écrire l’histoire de la révolution ? Ne faut-il pas commencer le travail aujourd’hui tant que les acteurs sont encore vivants ?

Il ne faut certes pas perdre la mémoire des évènements. Il est intéressant aussi de travailler sur l’effet du temps sur la mémoire de ces gens-là. Il faudra garder présent dans l’esprit l’idée de la pluralité des acteurs de la journée du 14 janvier 2011. Je crois que les journalistes peuvent jouer aujourd’hui un rôle important pour suivre les petits fils existants, afin de nous permettre de retrouver demain, comme les « cailloux du Petit Poucet », le chemin d’une histoire complexe. Je parle ici d’un journalisme d’enquête rigoureux, un journalisme éloigné des effets du sensationnel et du spectaculaire, qui reviendrait sur les traces et les lieux des évènements, sur les témoignages des acteurs et sur les archives.

Qu’est-ce que la révolution a pu changer dans votre vie professionnelle ? Dans votre manière d’aborder la recherche en matière d’histoire ?

-Sur le moment, l’émotion a pris le dessus : j’avais peur pour mes enfants, qui sont sortis manifester dans la rue. J’ai été également submergée par le sentiment que nous vivions une accélération de l’histoire, à la fois le pire- plus de 300 personnes sont décédées au total- et le meilleur- l’énergie, la bienveillance et l’intelligence collective. Chose qui représente encore une fois le propre d’une révolution. Mes repères et mes références d’historienne sont venues après, lorsque j’ai relu les ouvrages sur la révolution française de 1789 et de 1848, ceux de Karl Marx et de Maurice Agulhon. J’y ai retrouvé des points de convergence avec notre actualité : des détails qui se rapportent aux slogans, au désordre ambiant, aux portraits de certains hommes politiques, à l’ébranlement des intimités. En même temps aucun modèle de révolution n’est valable pour les autres, la « révolution tunisienne » se distingue par deux éléments contemporains : la participation massive des femmes et le rôle joué par Internet. Très vite l’écriture a incarné pour moi une sorte de rampe, une thérapie, mettant de l’ordre dans cette avalanche de faits et de situations. L’écriture m’a permis aussi d’être reliée au reste du monde, je me sentais utile puisque j’informais, tout en étant dans ma subjectivité, mes amis et collègues à l’étranger sur ce qui se déroulait chez nous. J’ai publié sur votre journal La Presse un premier article le 25 janvier 2011, un autre type de libération pour moi, puisque jamais encore je n’avais écrit sur ce journal avant le départ de Ben Ali. En juin 2011, j’ai ouvert un blog sur la plateforme de recherche, Hypothèses. Tout d’un coup le cercle de la communication de mes idées s’élargissait d’une manière exponentielle. Je passais de dix lecteurs pour un article de recherche rédigé pendant des mois à plusieurs centaines de lecteurs pour un papier écrit en deux jours. Subitement, je changeais de rythme de travail et de rapport à l’écriture, tout en restant dans une niche, celle du lectorat francophone. J’étais pourtant jusque là un chercheur heureux, satisfaite de mon refuge inconscient,  je ne souffrais pas de l’isolement qu’exigeait la nature de mon métier. La révolution m’a fait sortir du bois, presque malgré moi. Parce qu’une révolution incarne comme le dit Milan Kundera : « la beauté soudaine d’un possible ».

En tant qu’historienne et en même temps de témoin des évènements en cours, vous devez travailler actuellement sur « l’Histoire immédiate ». Est-ce une tâche facile ?

-Dans le déferlement actuel des faits et la rapidité des changements, je me demande si je fais de l’Histoire. Cette discipline demande de travailler sur les témoignages et les sources, de pratiquer le recul critique. Je vis aujourd’hui la révolution, je me sens plus chroniqueuse qu’historienne, une chroniqueuse qui questionne les faits en n’étant jamais sûre de l’interprétation que je leur donne. Comme si je préparais le terrain pour un travail plus cohérent, pas obligatoirement entrepris par moi-même.

Jusqu’au 17 décembre 2010, la Tunisie paraissait comme un pays stable, un « pays sans bruit », selon l’expression de l’historienne Jocelyne Dakhlia. Que s’est-il passé pour que la population réactive tout d’un coup sa mémoire de dissidence au pouvoir, qui a émaillé les années 60, 70, 80 et surtout 2000 ?

-A mon avis, il s’agit d’une alchimie qui n’est pas reproductible. On dit bien d’une révolution, qu’elle « surgit » ou qu’elle « éclate ». On ne la décide pas, elle survient là où on ne l’attend pas, on ne « menace » pas d’une révolution, on ne la « fomente » jamais. Je pense aussi qu’on ne la met pas facilement dans un cadre d’analyse. Beaucoup de chercheurs en sciences sociales prétendent avoir prédit les évènements de janvier 2011, ils ont tout simplement mis le doigt, dans leurs analyses, sur des abus qu’ils trouvaient exagérés, les pratiques mafieuses de la famille Trabelsi, une énième élection de Ben Ali, une situation socio-économique intenable, le monde des affaires paralysé par une prédation organisée…Ce qui s’est passé entre le 17 décembre 2010 et le 14 janvier 2011, coïncide avec l’expression d’un ras-le-bol quasi général, celui des pauvres, celui des jeunes, celui des chômeurs, mais également celui des riches et des flics. Le régime de l’ex Président a réussi à créer dans chaque corps un potentiel important de frustrations, d’attentes et de revendications. Et puis l’aspiration à la liberté était partagée par tellement de gens.

Que pensez-vous de l’expression « laboratoire » pour qualifier la Tunisie en transition utilisée par les médias et les chercheurs étrangers notamment ?

– C’est une expression qui m’est humainement antipathique ! La Tunisie n’est pas un « laboratoire », c’est une partie du monde, où se reflètent des crises et des problèmes qui agitent le monde. On y vit une expérience existentielle, qui devrait intéresser plus largement le monde. Les chercheurs étrangers qui nous observent, dans une position de surplomb, devraient se sentir plus concernés par ce que nous traversons. Cette expression me met mal à l’aise parce qu’elle s’inscrit dans cette logique du spectacle et d’une forme de voyeurisme licite et autorisé.

L’histoire contemporaine de la Tunisie est jalonnée par des crises politiques suivies d’ « éclaircies » où le pouvoir, qu’il soit de Bourguiba ou de Ben Ali, concède à la population des libertés pour les retirer une fois la crise révolue. Pensez-vous que ce schéma, très bien explicité par les politologues et chercheurs Larbi Chouikha et Eric Gobe, puisse être applicable à la Tunisie post révolutionnaire ?

-Je suis incapable de pronostics. Cinq ans après, nous n’avons toujours pas de leader, ce qui me semble incarner un changement. C’est une bonne nouvelle, parce qu’aucun clan ne l’emporte finalement. Mais c’est en même temps une réalité inconfortable, et assez dure à vivre. Or, de voir autant de monde mobilisé dans la vie associative, en tant que force de veille, par exemple pendant les élections, me fait penser que dans ce pays quelque chose est en gestation. Les conversations des gens se politisent dans tous les milieux. Une sorte de conscientisation des esprits continue, persiste, se déplace, évoque les problèmes d’intérêt public, les poubelles, l’occupation des mosquées, les actions coup de poing du ministre de l’Education Néji Jalloul… Tous ces débats sont sur la table avec une vivacité étonnante. Je crois en l’intelligence collective, les Tunisiens sont en train de chercher un nouvel équilibre dans ce désordre tout en préservant leurs libertés individuelles… Je suis également impressionnée par l’effervescence intellectuelle et culturelle actuelles : la production dépasse amplement les structures d’accueil. Cela veut dire que le pays dispose de forces vives situées en dehors du cadre politique, et qui sont capables d’exprimer une vérité particulière. Cette classe politique classique reste en deçà de l’évènement révolutionnaire même avec la distance du temps. Elle est déconnectée de la société et de ses attentes. Une expression me plait chez les jeunes pour qualifier les hommes politiques, ils disent qu’ils sont « gdim », traduisible par « has been », vieux, inadaptés à la réalité actuelle. La nouvelle classe politique viendra, elle a besoin de temps, de courage, mais aussi d’assimiler une expérience en cours.

Les slogans de la révolution ont agité les mots liberté, dignité, emploi, égalité régionale, ont dénoncé la corruption et l’injustice. Pensez-vous qu’un jour ceux qui nous gouvernent puissent donner une réponse à ces mots d’ordre du 17 décembre 2010-14 janvier 2011 ?

-Jusque là deux idées clés fondent la pensée politique dans le monde, l’égalité, pour la gauche et la liberté pour la droite. Au-delà des slogans de la révolution, la Tunisie, je le pense, a besoin de conjuguer ces deux fondamentaux, de construire un équilibre entre ces deux piliers pour atteindre une stabilité politique. Egalité entre les sexes, équité entre les régions, justice fiscale également. Le sens de la liberté imprègne aujourd’hui tellement de Tunisiens, une grande partie des jeunes partout dans le pays. Les futurs politiques devraient en prendre compte sinon ils seront balayés et le pays restera à mon avis ingouvernable. Frantz Fanon, dans « Les damnés de la terre » parle de « La terrible machine à mélanger et à concasser qu’est une révolution politique ». La révolution est en cours, parce qu’elle a germé à l’intérieur des gens. On n’en sort pas indemne. Certes tous ne voient pas la déflagration tunisienne du même œil. Face aux plus convaincus, il y a les sceptiques, les déçus, les autistes, les dinosaures, les malfaisants, les corrompus… une société, c’est tout cela à la fois. Certains voudront bloquer le désir de changement qu’une révolution sème chez les gens, d’autres vivent avec la liberté et l’égalité comme possibles atteignables. Nous sommes encore dans le désordre et le « mélange » perpétuels !

Entretien conduit par Olfa Belhassine

Publié dans La Presse de Tunisie, jeudi 14 janvier 2016, p. 11.
http://www.lapresse.tn/14012016/109024/janvier-2011-il-y-a-eu-plusieurs-pretendants-au-coup-detat.html

Jeunes au bord de la politique

Compte rendu de la rencontre d’Orient XXI, « Après les révolutions, les jeunes toujours à la marge ? », vendredi 6 février 2015, Hôtel l’Africa à Tunis. Vendredi 6 février 2015, le 2ème anniversaire de l’assassinat de Chokri Belaïd a coïncidé avec le passage de relais du dernier gouvernement de transition présidé par Mehdi Jomaâ (depuis fin janvier 2014) à la première équipe gouvernementale (issue des élections d’octobre-décembre 2014), dirigée par Habib Essid. Le même jour, le magazine électronique Orient XXI, a réuni des journalistes, des chercheurs et des acteurs autour du thème « Après les révolutions, les jeunes toujours à la marge ? » (http://orientxxi.info/magazine/rencontre-d-orient-xxi-a-tunis-le,0804). La rencontre, la 1ère organisée à Tunis par un site né à Paris en octobre 2013 qui inaugure un bureau local, a déroulé un panorama tonique et tonifiant qui a remué des questions de fond, sans s’égarer dans les considérations du type (qu’est ce qu’un jeune ?) ni perdre de vue le besoin de problématiser la situation tunisienne mise sous les projecteurs. Trois panels ont fait entendre des voix, communiqué des résultats d’enquêtes, livré des témoignages, fourni des analyses sur fond d’échanges polémiques. La moyenne d’âge de l’assistance –nombreuse- a été inférieure aux rencontres comparables. Des communications en français et en arabe dialectal ont traduit des échos concis sur la jeunesse tunisienne (avec un contrepoint sur l’Egypte). http://orientxxi.info/magazine/la-jeunesse-tunisienne-entre,0809

Résonances d’une conscience politique en action Au cours du premier panel (Conditions économiques et contestations sociales), des intervenants issus de l’activisme « révolutionnaire » ont fait part d’enquêtes à Douar Hicher ou Hay Ettadhamen, de prospections sur la précarité de l’emploi dans le bâtiment et le textile à Monastir, Kairouan et Kasserine, sur les diplômés chômeurs (380.000 / 800.000 environ) qui continuent à alimenter l’immigration clandestine, sur la stigmatisation que les médias contribuent à accentuer aux yeux de centaines de jeunes des quartiers qualifiés de « salafistes », sur l’instrumentalisation et la criminalisation des luttes sociales. Poursuivant le rôle de relais d’information et d’analyse, ces représentants d’une conscience aguerrie depuis 2011 ont apporté des outils évaluant l’exclusion persistante de la jeunesse, des études qui mesurent l’écart de la scène politique par rapport à l’urgence de la justice sociale, des rapports qui mettent le doigt sur le retard du droit, de la police et des tribunaux face aux frustrations et aux discriminations. On sait que le temps politique a été accaparé par des luttes de pouvoir entre élites partisanes. L’apport de ces dissections chiffrées des plaies sociales et économiques n’en est que plus fort. Ces ponctions raisonnées sont des radiographies précieuses pour baliser de futurs champs d’action. Comment faire pour que ces visions critiques, ces énergies inquiètes et ces volontés averties et renseignées deviennent agissantes ? La maturité acquise dans l’observation des réalités du pays pointe une série de chantiers où on peut lutter contre les tendances libérales en marche. La démarche de ces acteurs de la vie civile et leur travail mènent à la nécessité de changer le rapport au pouvoir, au besoin de passer de la pression politique à la proposition, de sortir de la marge pour aller vers la reconnaissance des initiatives, en les rendant opératoires.

Opinion et influence : objets flottants Le deuxième panel (Que deviennent les cyber-activistes ?) a donné la voix à des militants qui ont concentré leur action dans la destruction du régime de sécurité et de censure d’Internet sous Ben Ali. Leur ennemi commun ayant éclaté, ils se sont reconvertis après janvier 2011 en entrepreneurs culturels, gérants d’ONG, journalistes ou concepteurs de programmes pour la sécurité informatique. Animateurs de la vie publique, ils sont revenus sur la signification du terme « cyber-activistes », partagé par des adversaires d’autres bords, par des usagers ordinaires et d’autres moins vertueux. Le fil reliant ces auto-analyses est la recherche d’une participation à la politique, loin des injonctions de neutralité et des formes imposées. Revenant sur la façon dont ils ont vécu le passage de l’avant à l’après Ben Ali, ces contestataires se demandent quelles sont les perspectives d’agir sur la conception du pouvoir, après avoir participé au premier acte de la bataille pour la liberté d’expression et le droit de s’organiser. Rompus à une technologie qui a eu raison du régime de Ben Ali, ces  militants se heurtent à la résilience du système sécuritaire et à la difficulté de construire un Etat de droit. Tous tournent autour de l’information, un contre-pouvoir encore mal structuré en tant que tel, malgré les acquis. L’épreuve est dans l’héritage d’un système entretenu par des intérêts puissants et vigilants. L’érosion de leur impact médiatique en faveur d’un paysage plein de failles professionnelles et éthiques fait qu’il n’a pas été possible jusque là de constituer des modes d’influence sur une opinion publique changeante et difficile à définir. Malgré le chamboulement de 2011, le chantier de la neutralisation de l’espace public est loin d’être clos. Quatre ans après, il s’agit de penser à l’engagement qui s’impose et d’y attacher les méthodes adéquates. Plus que jamais, la voie de chacun est à chercher.

La décision politique au centre des revendications et des événements Le dernier panel (La participation des jeunes à la vie politique) a été plus différencié et tumultueux. Les échanges avec les représentants de partis, un député, deux conseillers de gouvernement, un militant et une politologue révèlent la différence de points de vue entre ceux qui sont passés par le travail politique organisé et les « indépendants » et/ou observateurs et chercheurs. Les militants de partis ont concentré le regard sur l’expérience électorale. Que l’on considère les jeunes mobilisés dans les campagnes de vote ou le fort taux de non participation des 18/35 ans (85%) aux élections, le point de vue fait dépendre la vie politique du moment électoral. Or, la participation à la vie politique est diverse et plus large. L’exemple de l’Egypte a permis d’évoquer le street art et le travail associatif (par exemple contre le harcèlement sexuel). Les débats autour des méthodes d’action ont fait éclater le mouvement Tamarrod et la jeunesse « révolutionnaire » égyptienne a été largement réprimée. Pour la Tunisie, on a entendu fuser de la salle des reproches contre une instrumentalisation des jeunes et un accaparement des positions de pouvoir. Au-delà de ces polémiques et des considérations générationnelles qu’elles recouvrent, on sent que les jeunes sont déçus voire se sentent dépossédés d’un processus auquel ils ont pris part. Par ailleurs, la prise de décision, nœud de la participation politique, est tombée dans l’escarcelle des dirigeants des partis pré -existant aux événements de 2010/2011. La sur -détermination idéologique des luttes partisanes a contribué à tourner le dos aux revendications et aux potentialités de la jeunesse en présence. Par ailleurs, la centralisation de la vie politique dans la capitale, au sein des instances partisanes et entre les réseaux anciens ne doit pas cacher l’engagement d’autres jeunesses (dans l’art et dans la culture entre autres) et un choix politique qui capte de plus en plus les jeunes de tous milieux : le « salafisme » voire le « jihadisme ». Un militant a prédit que les jeunes, aujourd’hui à la marge, sont appelés à devenir le centre de la politique. Il est difficile de faire des conjectures en dehors d’études ethnographiques sur des groupes et/ou des individus actifs. Une anthropologie des pratiques et des comportements qui régissent le monde politique actuel serait d’une grande utilité.

A un moment où l’âge des gouvernants est objet de discussion et même sujet de railleries, on peut se demander si les conditions d’une transition politique générationnelle existent en Tunisie. A voir les participants à cette rencontre, beaucoup d’ingrédients sont là : des acteurs conscients et actifs, une expérience de la contestation et de la vie de parti, un apprentissage du management et de la gestion…. Que manque-t-il alors pour un nième bond qualitatif nécessaire au pays ? Tout simplement, peut-être, que la politique, comme partage, gestion de l’intérêt public et responsabilité, change… de grammaire et pas seulement d’hommes et d’équipes.

Hammam-Lif, le 8 février 2015.

Texte paru dans La Presse de Tunisie, 16 février 2015, p. 6 et dans La Lettre de l’IRMC,  n°15, janv-mars 2015, pp. 19-20.

On se souviendra de l’avenue Bourguiba

Publié dans Libération du 14-15 août 2014 sous le titre : « Avenue Bourguiba, la conquête du droit de manifester « 

Les étourneaux et les ficus de l’avenue Bourguiba sont depuis longtemps les invariants de l’imagerie de cette artère tunisoise, bâtie pour l’essentiel entre 1860 et 1930 et « rénovée » en 2001. Elle porte le nom de Bourguiba depuis 1956, en remplacement de celui de Jules Ferry, donné sous le protectorat à la promenade de la Marine du XIXème siècle, un terrain marécageux ouvrant sur la Méditerranée. L’avenue a conservé de sa centralité construite en période coloniale, un dynamisme commercial et touristique. Elle a connu les manifestations d’avril 1938, organisées en face de la Résidence Générale, pour réclamer l’indépendance et un parlement tunisien. A force d’être officiel, le souvenir de ces journées protestataires du temps de la colonisation avait bien pâli. Depuis 2011, l’avenue se revivifie.

Une consécration de fait

Que l’on croie à l’enchaînement des causes ou à la contingence, à une dynamique de la mobilisation ou à une action spontanée, à un crescendo non maitrisé ou à une mise en scène surveillée, l’avenue Bourguiba est désormais le lieu mythique de la « Révolution tunisienne ». L’immeuble emblématique du Ministère de l’Intérieur était bel et bien visé par les milliers de Tunisiens/nes qui ont déferlé le 14 janvier 2011. La veille, en plein couvre-feu, des groupes ont été envoyés pour festoyer face au Théâtre municipal. Le pouvoir, encore inconscient de ses fissures, espérait orchestrer là, comme en d’autres points du pays, une « sortie de crise » tonitruante et honorable. Cette ultime feinte a-t-elle encouragé les manifestants à converger le lendemain, jour de grève générale, vers l’artère centrale de la capitale ? Située en amont, la place Mohamed Ali, siège de la centrale syndicale, chauffée par des semaines de rassemblements, donne l’impulsion avant 10 h du matin. L’avenue de France se remplit des flots venant des avenues latérales et de la médina. Les rues adjacentes et l’artère du train TGM (Tunis-Goulette-Marsa) drainent les manifestants, surgis de toutes les directions. Vers midi, la foule mixte et compacte ne cesse de grossir, les slogans « Dégage » et « Travail, Liberté, Dignité nationale » résonnent à l’unisson et les milliers de mains pointent les fenêtres de la bâtisse grise que les rangées de policiers protègent à peine. Le soir même, la voix cassée par l’émotion de l’avocat Abdennaceur La’ouini annonce la fuite de Ben Ali, sur la voie déserte. Une vidéo prise d’un balcon immortalise sa joie, seul, sous la lumière jaune des lampadaires. Ces images tournent en boucle pendant des semaines sur les médias et réseaux sociaux. Elles ancreront dans les mémoires une avenue où une liesse pacifique a triomphé du régime de Ben Ali.

Un espace public est né

D’ autres décors de la capitale vont servir aux rassemblements, marches et sit in dont le nombre explose. De l’autre côté de la médina, l’esplanade de la Kasbah (où se trouve le premier ministère) hébergera les caravanes venues de toutes les régions et deux longues occupations (Kasbah 1 et Kasbah 2), levées début mars 2011. D’ autres lieux : El Kobba (stade Olympique d’El Menzah) ou l’esplanade du Bardo (face à l’Assemblée Nationale Constituante) vont abriter des mobilisations mais ce sont les commémorations nationales, celles du 20 mars 2011 et 2012 (fête de l’indépendance) et surtout celle du 9 avril 2012 (fête des martyrs) qui achèvent de donner à l’avenue Bourguiba une légitimité « révolutionnaire ». Plus exactement, c’est l’interdiction d’y manifester qui consacre la demande du droit d’occuper l’espace public. Celui-ci s’anime de graffitis, de stands, d’expositions de photos, de happenings divers et de cercles de discussion. Les marches du Théâtre municipal servent à toutes sortes de parades, l’allée centrale est propice aux flâneries et aux spectacles de rue. Les cafés connaissent un regain de clientèle et des marchands promènent leurs attelages de confiseries, de fruits secs et de drapeaux rouge et blanc. Les tanks quittent les lieux et les barbelés sont réduits. Au bout, le rond-point de l’horloge qui remplace depuis 2001 la fameuse « guillotine » ayant succédé à la statue équestre de Bourguiba en 1988, est baptisé Place du 14 janvier 2011.

Un espace partagé ?

Le 14 janvier 2012, la foule est déjà plus différenciée ; elle fête le premier anniversaire de la « révolution » sous les bannières des partis. La nouvelle géographie politique du pays s’inscrit en couleurs dans l’espace de l’avenue Bourguiba. Quand le quatrième gouvernement provisoire inflige une répression musclée aux manifestants du 9 avril 2012, précédée par le tabassage des partisans de l’association des diplômés chômeurs deux jours avant, l’avenue enregistre un cran supplémentaire dans la politisation. Répliques et négociations se terminent par le recul des autorités : manifester sur l’avenue Bourguiba est un droit conquis. Le défilé du 1er mai se passe sans incidents. Il ne reste plus qu’à en faire le lieu des contestations de tous bords, y compris autour du « sacré », une cause défendue par le parti Ennahdha alors au pouvoir, autorisant les prières du vendredi devant le Théâtre municipal où artistes et spectacles ont subi des attaques. Des bannières noires apparaissent sur l’artère et des manifestations appellent à défendre le droit de porter le niqab, un « droit de l’homme »  que les événements de la faculté des Lettres de la Manouba ont mis au-devant de la scène politique.

Le 6 février 2013, jour de l’assassinat de l’avocat et homme politique Chokri Belaïd, les foules en colère se dirigent vers le ministère de l’intérieur. Besma Khalfaoui, sa veuve, conduit l’irruption du cortège de la dépouille dans l’allée centrale gardée. Dès que le convoi s’éloigne, les bombes lacrymogènes dispersent les manifestants. Depuis, des rassemblements réclamant la vérité ont lieu chaque mercredi devant le tronçon du ministère de l’intérieur, barricadé de plus belle, tandis que des meetings de toutes obédiences continuent à fleurir plus bas.

L’actualité a réactivé la mémoire d’une avenue qui revient dans l’histoire politique de la Tunisie. Une actualité qui reste sous tension : les barbelés de l’avenue Bourguiba ont rétréci depuis mai 2014 sans disparaître. On peut passer devant le ministère de l’intérieur et devant l’ambassade de France, à condition de ne pas marcher sur leurs trottoirs.

Hammam-Lif, le 4 juillet 2014

Une version arabe de ce texte est publiée dans le journal Essabah , Tunis, vendredi 12 septembre 2014, page 8

http://www.assabah.com.tn/article/89047/%D8%B4%D8%A7%D8%B1%D8%B9-%D8%A7%D9%84%D8%AD%D8%A8%D9%8A%D8%A8-%D8%A8%D9%88%D8%B1%D9%82%D9%8A%D8%A8%D8%A9-%D9%84%D9%84%D8%B0%D9%83%D8%B1%D9%89-%D9%88%D8%A7%D9%84%D8%A7%D8%B9%D8%AA%D8%A8%D8%A7%D8%B1