Archives de catégorie : Elections

Je vote dimanche

Comme partout, la situation en Tunisie est très compliquée et rien n’est clair.  Nos deux candidats du 2ème tour sont différents, assez simplets, incomplets, sans profondeur. Le débat télévisé de vendredi soir n’a pas influencé mon choix. Chaque profil pose de vrais problèmes de conscience et de perception aux pauvres votantEs que nous sommes. Aucun n’a de charisme et ils ne rassurent ni sur l’avenir du pays ni sur la fonction. Les deux finalistes disent peut-être/surtout la pauvreté du choix que nous avons réussi à construire en 9 ans. C’est tout ce que l’on a devant nous, dans l’isoloir.

J’irai voter demain parce qu’aller aux urnes est un acquis à préserver. J’ai commencé trop tard à voter dans la vie pour bouder ce geste que j’accomplis pour la huitième fois depuis 2011. Tellement de gens sont morts pour cette liberté que je ne me permets pas de faire la fine bouche devant un choix effectivement limité, pauvre, sans jus.

L’image des candidats

L’image du premier candidat (Kaïs Saïed) est rattachée aux islamistes par de multiples fils développés en motifs d’appartenance. Son frère, entre autres, est un islamiste notoire. SI le parti Ennahdha n’appelle pas à voter pour lui (les bases suivraient-elles une consigne ?), il a exprimé sous plusieurs formes son « soutien ». De toutes les représentations qui émanent de KS, la plus persistante est qu’il est loin des magouilles d’argent (ni train de vie ni campagne électorale à l’américaine). Il répond à une image d’intégrité qui manque dans la société tunisienne où les exemples d’enrichissement se sont multipliés. L’arrivisme est devenu tellement prégnant dans les familles, les quartiers, les institutions, les partis que ce personnage apparaît comme sorti d’un conte moral, d’un temps révolu. Cette réputation est sûrement exagérée, gonflée par le besoin de pureté qu’elle représente. Même si c’est une légende, le personnage fournit un symbole auquel on peut croire, un espoir qu’on peut brandir face à un réel sauvagement compétitif.

Que peut faire un futur Président de la République à part nommer des conseillers, obtenir des privilèges ou représenter l’Etat à l’intérieur et à l’extérieur ?  Si on s’en tient aux textes, sécurité et diplomatie sont ses prérogatives mais on sait la résilience des corps de l’Etat et de l’administration et on vit les habitudes de rétention de l’information. KS n’a aucun parti derrière lui donc pas d’outil politique à manipuler ni de poids au Parlement. Il est tenu par la Constitution plus qu’il ne peut agir dessus. Il défend des idées vagues sur la décentralisation et le pouvoir local avec des références juridico-politiques qui parlent aux jeunes d’aujourd’hui. Symboliquement, il fait écho à des couches de la population (des jeunes diplômés) qui pensent avoir été broyés par le processus transitoire depuis 2011, se morfondent dans des situations subalternes et expriment une hostilité au pouvoir et à ses représentants (« intellectuels » compris) qui confine à la haine sociale parfois.

Le second (Nabil Karoui) est porté par un parti (Qalb Tounès). Affairiste des médias et de la publicité, il est galvanisé par la volonté de puissance et les défis de conquête de position. Il fait carrière avec une chaîne de télévision Nessma Tv qui mise sur le marché maghrébin. Depuis 3 ans, il fait sa “rédemption” en donnant aux pauvres qu’il a découverts en sillonnant le pays. Après avoir fondé une association de bienfaisance, NK quitte puis recycle le parti Nida Tounès porté par Béji Caïd Essebsi, d’où son inimitié avec le chef de gouvernement actuel (Youssef Chahed) qui, une fois nommé en 2016, se cabre contre son mentor et son fils, héritier. De son côté, NK pense qu’il peut passer aux manettes du pouvoir politique après avoir “fabriqué” BCE et travaillé au fameux “consensus” -entre lui et Rached  Ghannouchi- qui gère le pays depuis 2013. BCE est mort le 25 juillet après avoir laissé son fils (aujourd’hui en France) décomposer la coalition électorale qui avait permis de rééquilibrer l’exercice du pouvoir en Tunisie (on dit aussi « éviter la guerre civile ») après 2013. NK fait cavalier seul dans cette aventure d’un autre type pour parvenir à la primature, après son passage au parti présidentiel. Avec son sens commercial, il récupère un parti en juin 2019 et entraîne des forces constructrices de l’économie entrepreneuriale qui, comme lui, crèvent de relancer des affaires empêchées par l’instabilité politique. Tous pensent que la “Révolution” est terminée ou, tout au moins, à stopper car le chaos ne permet pas d’établir des contrats ni d’attirer des capitaux. Emprisonné juste avant le déclenchement de la campagne électorale et relâché quatre jours avant le 2ème tour, il est érigé par le système médiatico-politique (et pas seulement sa télé) comme victime d’injustice.

Côté électorat

En face, électeurs et électrices voient et vivent des signes de décomposition depuis 2011 : notre classe politique “scissipariste” n’a entrepris aucun travail véritable face aux problèmes sociaux, aux inégalités et aux grands choix économiques. La dégradation matérielle et économique (inflation des prix, circulation, santé, enseignement, administration, environnement…) a atteint les partis politiques qui n’ont pas coalisé des réflexions ni dessiné des directions de travail, encore moins établi des programmes. L’Etat n’a pas cessé de s’affaiblir avec la valse des gouvernements inefficaces et vite essoufflés : 9 formations en 9 ans et des centaines de ministres tournants. La corruption a gagné en surface, s’est “démocratisée” tout en devenant un leitmotiv honteux et menaçant la “cohésion” des nantis, intermédiaires et profiteurs (médias, douanes, hommes d’affaires, juges, avocats…). Aucune réforme de fond n’a pu naître (les députés de l’Assemblée des Représentants du Peuple y ont bien veillé) et cela se voit partout et particulièrement dans les mondes judiciaire et médiatique où se concentrent les nœuds mortifères de la nouvelle “gouvernance”. Fric et influences ont accentué et alimenté les poisons de la justice et des médias, principaux artisans du paysage électoral 2019 avec ses imbroglios, ses rebondissements et ses tensions, en plus de quelques surprises (dues en partie à la mort de BCE). 

Ces élections nous font vivre une période épique, un tourbillon de rapports de forces, un apprentissage de la politique violent et accéléré, pas satisfaisant en tous cas.  Nous allons vers une législature difficile mais ce n’est qu’une nouvelle gageure, après celle de 2014/ 2019, responsable des blocages des lois et des réformes (l’absence de Cour Constitutionnelle est un des résultats de cette tactique d’obstacles). 

J’irai voter car un Président de la République ne peut pas grand’ chose, surtout dans ce désordre. Il peut cependant être une conscience, empêcher des choses, arbitrer et veiller, en principe, à la Constitution. Si KS est élu, le magnat des médias n’aura pas profité des instruments de la domination mais son parti peut travailler au sein de l’ARP et au gouvernement. A la lumière des débats et des faits, les écartés depuis 2011 peuvent se projeter en KS, alors qu’ils se sont sentis exclus par un « Ancien Régime » qui a eu le temps de faire un retour recyclé partout dans la politique et l’économie. N’est-ce pas le mouvement dialectique de l’histoire ?

Pour ce pari sur cinq ans, il faut accepter d’affronter les risques politiques liés à la crainte des islamistes qui sont au Parlement, affaiblis en nombre (52 sièges sur 217) mais plus incrustés dans d’autres rouages. La bagarre politique doit continuer, avec celle de la morale.

Quelque soit le résultat, et à partir de lundi, nous serons dans une autre psychologie collective et, j’espère, moins d’hystérie. Plus de TunisienNEs auront pensé et senti la politique de près et certainEs travailleront à perpétuer calmement quelques leçons apprises au cours de cette transe estivale, le premier des enseignements étant l’indigence du choix des candidats.

Nous avons à construire l’avenir du pays avec plus de règles, plus de morale et à nous habituer/obliger à appliquer la loi. Nos juges sont douteux et nos médias nous polluent la vue et la vie. Ces domaines, comme d’autres, peuvent tirer des améliorations de cette immense leçon de choses politiques que nous sommes en train de vivre en accéléré, sans rien dominer.

C’est vrai que les transitions politiques sont fatigantes, surtout par les magouilles qu’elles libèrent comme des bactéries après le dégel. Mais cela a l’avantage de faire bouger les lignes, de faire émerger des gens à une allure effrénée, de détrôner quelques privilégiés. On apprend à toucher nos limites et on doit accepter de savoir qu’elles sont dures à cuire et que les limites sont aussi en chacun de nous. Il faut juste supporter le mouvement incessant, le ballottement de nos perceptions, l’incertitude de nos jugements. Le plus dur est d’accepter que rien ne soit acquis ni limpide tout en dégageant un cap pour continuer à décider sans se décourager, pour entreprendre des petites choses, le seul niveau d’action possible. 

Voter est une épreuve psychologique et éthique qui vient après des décennies d’inertie politique mais je vois tellement de gens supporter cet inconfort et travailler, chacun à sa manière et avec ses moyens, sans rien demander en échange. Alors je ne me sens pas trop seule.

Hammam-Lif, le 12 octobre 2019

Paru sur Le Quotidien d’Oran, lundi 14 octobre 2019

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5282365

 

Après le 1er tour des présidentielles en Tunisie : Que faire ?

Le duo à première vue surprenant du 2ème tour des présidentielles en Tunisie renferme des significations. Les 49 % des 7 millions d’inscrits (3.465 mille contre 3.339 mille en 2014, alors que les inscriptions ont augmenté de 33%) ont choisi Kaïs Saïed et Nabil Karoui. Des sondages avaient annoncé le résultat depuis début 2019 mais cela n’a pas empêché la multiplication des candidatures, la dispersion des rangs ni l’absence de débat autour de questions de sécurité et de diplomatie, au cœur des prérogatives présidentielles. Incrédulité ? Indifférence ? Boycott ? Il faudra se pencher sur ces deux tiers de la population tunisienne qui n’ont pas participé, en plus du chiffre de 23.000 votes blancs exprimés.

Des garde-fous ont balisé le jeu électoral : une loi (avril 2011), une commission indépendante (ISIE), 13.834 bureaux de vote, près de 60.000 scrutateurs, plus de 4.000 observateurs et une palette de 26 candidats dont 5 qui se sont présentés en 2014, le chef du gouvernement et son ministre de la Défense, le vice-président du Parlement et huit ex-ministres. Pour autant, les deux candidats distingués par le vote (18,4 % et 15,58 %) ne viennent pas de nulle part. Présents depuis longtemps sur le terrain et par les médias, ils invitent à regarder attentivement la roue électorale en action.

Kaïs Saïed, surgi d’un angle mort ?

Juriste constitutionnaliste de 61 ans, Kaïs Saïed s’est fait connaître par ses expertises radiophoniques et télévisées, entre 2012 et 2013, au moment de l’écriture de la Constitution, promulguée en janvier 2014. On se souvient de l’universitaire dans les sit-in de Kasbah 1 (janvier 2011) et Kasbah 2 (février 2011) qui appelé au boycott des élections et de la Constituante ; il n’a pas voté en 2011, 2014 et 2018. Sa voix et son phrasé deviennent familiers grâce à une langue classique pleine de références scolaires et savantes qui lui confèrent une personnalité originale. 45% des 620.711 voix pour Kaïs Saïed ont un niveau secondaire ou universitaire et 37% appartiennent à la catégorie d’âge des 18-35 ans. L’expert dégage un niveau intellectuel, les références de son discours tressent l’histoire arabo-musulmane avec celle de la Tunisie. Fort de son autorité savante, il mène une campagne discrète, faite de contact direct sans bénéficier d’appuis matériels identifiés, pas même de la subvention de l’ISIE. En août 2019, avant de se présenter à la candidature à la présidence de la République, il déclare avoir perdu les 10.000 appuis nécessaires à son enregistrement : il parvient cependant à les rassembler le dernier jour grâce à une conjonction de solidarités. Ce qui signifie que l’homme est loin d’être isolé. Son train et style de vie sont simples et dénués de tout soupçon d’enrichissement. Il dit ne pas avoir de compte facebook, ses admirateurs et soutiens diffusant ses interviews et avis sur des points de la vie politique et juridique (sur la constitution devant la Commission des droits et libertés de l’Assemblée Nationale Constituante en 2012 ainsi qu’à propos des mobilisations de l’oasis de Jemna et d’El Kamour en 2017). Il déclare avoir voté blanc en 2019 afin de laisser le « peuple » décider et défend l’idée d’un pouvoir local décentralisé.

Diverses interprétations courent sur le compte de ce candidat inattendu, sans parti et considéré pour son intégrité. On le dit ultra-conservateur (contre les libertés individuelles et l’égalité de l’héritage) et connecté aux Ligues de Protection de la Révolution[1], proches du parti salafiste Et-tahrir. Un ancien militant gauchiste surnommé «Ridha Lénine » déclare être son ami et compagnon en même temps que le parti Ennahdha lui apporte son soutien. Pour d’autres, Kaïs Saïed serait au centre d’une opération d’intervention sur les votes similaire à d’autres expériences électorales (Trump, le Brexit). Le fait est que les réseaux sociaux sont poreux à des calculs de profils et d’influence et que l’espace virtuel tunisien est d’autant plus une friche qu’il s’est considérablement développé après 2011 (on estime le nombre des abonnés facebook à 7 millions environ).

Nabil Karoui, Robin des bois versus Berlusconi 

Nabil Karoui, 56 ans, est moins énigmatique et apparemment plus connu. Sa trajectoire ressemble à celle des magnats des médias qui contribuent à fabriquer le pouvoir puis veulent s’en emparer. Après un passage par Canal Horizons[2] en 1992, il fonde un empire publicitaire avec son frère Ghazi, puis crée Nessma Tv le 20 mars 2005, l’année où Zine El Abidine Ben Ali[3] organise son Sommet Mondial sur la Société d’Information (SMSI, décembre 2005). Cantonnée dans le sport et le divertissement, Nessma cible le marché maghrébin et cultive une politique de feuilletons sud américains puis turcs, doublés en dialectal. Après 2011, il participe à la promotion médiatique de Béji Caïd Essebsi et intègre le noyau fondateur du parti Nida Tounès fondé par BCE en 2012 pour contrebalancer l’hégémonie islamiste. Il monte un système de relais d’information avec des radios régionales sans autorisation, et continue à émettre malgré tous les rappels de payer, sans obéir à la loi. Depuis 3 ans, le patron de Nessma Tv a abandonné le Conseil d’administration de la télévision pour se consacrer à une action caritative à travers les différentes régions de Tunisie. Il commence à sillonner le territoire, apportant à des populations abandonnées des aides de toutes sortes, des opportunités d’emploi, des conversations et des gestes d’empathie. Il construit une image de bienfaiteur et d’intervenant proche de populations qui l’adoubent comme un homme de bien et en témoignent par la parole et le geste, judicieusement captés par sa télévision omniprésente. Exploitant le marché, les besoins et les goûts du public, les maux individuels et la psychologie collective de la société tunisienne, il prend le temps et les moyens de faire exister et agir son personnage : l’homme brisé par le décès de son fils se tourne vers la charité et le souci des pauvres dont il découvre l’existence et la désespérance. Il suit et fait parler devant les caméras les bénéficiaires et des témoins de son action re-distributrice. Il investit en temps et en gestion pour aider les pauvres, en le faisant savoir et scénariser. Son mérite est d’avoir déniché les lieux et les cibles d’une aide publique laissée vacante, servi en cela par un savoir-faire de publicitaire, captant les besoins et ciblant les solutions. Le story telling et l’émotion constituent le cœur de son métier tandis que l’actualité tunisienne lui donne l’occasion de connaître le cercle des politiques côtoyés à Nida Tounès qu’il quitte en 2016.

Afin de se présenter aux présidentielles, l’homme d’affaires crée en juin 2019 le parti Qalb Tounès (Cœur de la Tunisie) et son frère brigue la position de tête de liste des législatives de la région de Bizerte dont ils sont originaires. L’immunité que confèrent les postes de président et de député fait partie de la stratégie globale.

Comme Kaïs Saïed, Nabil Karoui parvient à toucher des catégories exclues : 40% des votants sont illettrés. Il étreint les vieilles dames, s’assoit dans les cafés, organise la distribution des colis et des repas, organise des caravanes de soins, fait retaper des taudis, trouve des emplois grâce à ses réseaux et à la sympathie que sa philanthropie suscite sur son passage. Ce faisant, il remplit un vide laissé par les pouvoirs publics qui réalisent tardivement son influence dans la Tunisie profonde. Son train de vie, ses réseaux, sa femme apparaissent après son emprisonnement ; celle-ci séduit les médias par sa maîtrise de la communication et des codes langagiers, surgissant à un moment idéal pour être entendue et admirée comme une épouse solidaire, clairvoyante et combative.

La bulle médiatico-politique en question

Paradoxe du deuxième tour : aucun des deux candidats ne passe à la télévision ni à la radio. Nabil Karoui, en prison depuis le 23 août, ne peut pas prendre la parole ; sa télévision (en principe interdite), son équipe et son épouse se chargent du travail de propagande. Kaïs Saïed est, de son fait, peu présent dans les médias tunisiens pendant la campagne. Depuis sa victoire, il distille interviews et apparitions, son élection ayant été le fruit d’une communication virtuelle, orchestrée par des volontaires jeunes, instruits et très connectés.

L’un comme l’autre interrogent un système médiatique qui a contribué au capital de chacun. Proches par leur choix d’investir le terrain et leur action de proximité, ils défient et percent la bulle médiatico-politique. Ils ont sillonné la Tunisie, Karoui avec ses caméras tandis que Saïed pratique la parole et le débat directs. Les préférences du premier tour expriment un refus des politiques publiques menées depuis 2011. Les attentes économiques et sociales qui ont déclenché les événements de décembre 2010/janvier 2011 n’ont pas trouvé de réponse. Les aspirations à l’emploi et au changement ont été balayées par les débats autour de la Constitution, du régime politique et de l’identité. La “Révolution” a remodelé la classe dirigeante qui ne s’est pas attaquée aux inégalités et discriminations qui ont secoué l’ancien ordre. Au fil des années, on note une valse de responsables, des enrichissements impromptus, des privilégiés se conduisant comme des hors la loi, des bénéficiaires sélectionnés par les alliances d’intérêts. Grâce à la liberté d’expression, les pratiques sont plus visibles aux TunisienNEs en même temps que les infractions et dépassements se multiplient au grand jour. Les électeurs savent l’ampleur de la corruption (la Tunisie a été sanctionnée par le GAFI[4]) ; elle est au cœur des discours des concurrents, alors que leurs financements ne sont pas clairs.

Le désaveu de la classe politique ramène au slogan « le peuple veut » (repris par la campagne de Kaïs Saïed) que les élites aux commandes après 2011 ont perdu de vue. L’aspiration à la dignité et à la morale est d’autant plus malmenée qu’elle est confrontée à une justice obscure. L’appareil judiciaire qui était à la solde du parti unique avant 2011 poursuit ses actions opaques, sans réforme des lois, de la fiscalité ni des procédures de jugement. L’emprisonnement de Karoui pour fraude fiscale et blanchiment d’argent, à la veille des élections, est politiquement nuisible. Son arrestation précipitée (son dossier judiciaire date de 2016) fait de lui une victime de l’injustice que tout le monde réprouve. Nabil Karoui incarne ce ressenti et en devient le symbole à cause d’une décision judiciaire trouble et mal pesée. Sa posture de candidat s’en trouve renforcée en droit tandis que son image gagne en romantisme. Il se retrouve second favori de la course au poste de Président de la République (525.717 voix).

Votes et non votes du 1er tour des présidentielles tunisiennes de 2019 sont à lire comme une remise en cause légaliste des gouvernants et des partis depuis 2011. Le fonctionnement politique qui régit le pays ainsi sanctionné par les urnes parviendra-t-il à se réformer après cette secousse ? Les élections législatives du 6 octobre seront la prochaine réplique.

Paru sur Le Quotidien d’Oran, mercredi 25 septembre 2019

[1] Les LPR créées en mai 2012 et responsables de plusieurs actions violentes sont interdites en mai 2014.

[2] Une filiale de Canal + qui diffuse au Moyen Orient et en Afrique à partir de 1990.

[3] Né en 1933 à Hammam Sousse, il prend le pouvoir le 7 novembre 1987 et quitte la Tunisie le 14 janvier 2011. Il meurt à Jeddah le 19 septembre 2019.

[4] Groupe d’action financière intergouvernemental veillant à assurer les règles de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme en accompagnant les Etats dans l’adoption des normes nécessaires.

Le jeu électoral tunisien en gestation

L’élection est un des principes démocratiques. Non suffisant mais nécessaire. La marche prouvant le mouvement, peut-on devenir (meilleur ?) électeur en Tunisie ? De quoi disposent les électeurs et les électrices pour avancer dans cette direction ? On attend plus de 7 millions d’inscrits et le taux de participation n’est pas la seule inconnue, ni le paramètre le plus significatif. Ce papier propose une lecture de quelques indices de gestation de l’apprentissage du vote par les Tunisiens et les Tunisiennes.

Une expérience et des dispositifs

L’été 2019 installe dans la bousculade un quatrième rendez-vous électoral, après le 23 octobre 2011 (Assemblée nationale constituante)[1], le 4e trimestre 2014 (Assemblée des représentants du peuple (ARP) et deux tours de présidentielles) et le 8 mai 2018 (élections municipales). La nouvelle expérience perturbe beaucoup d’agendas en même temps qu’elle promet de vulgariser le répertoire d’action de l’électorat tunisien face aux institutions et aux mécanismes disponibles. Comme à chaque étape, des possibilités transparaissent de la confrontation des votants avec les candidatures aux postes de la présidence et de la députation. Les péripéties du vote offrent l’opportunité de creuser des réflexes procéduraux et de se frotter à l’application concrète des rouages acquis au cours du processus transitionnel. En résumé, le pays dispose en premier d’une ARP et d’une Constitution. Trois instances installées depuis 2011 encadrent les opérations : l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), la Haute Autorité indépendante de la communication audio-visuelle (HAÏCA) et l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC).

Ce dispositif d’accompagnement direct s’adosse au système médiatique, télévisions, radios et réseaux sociaux étant indissociables de l’entreprise électorale. Les médias s’essayent à des exercices nouveaux et des propositions de forme et de contenu destinées à répondre à la fougue du moment. Le système judiciaire entré en scène à travers les cas de deux candidats (deux hommes d’affaires poursuivis par la justice, Slim Riahi et Nabil Karoui) attise la fièvre électorale. Systèmes judiciaire et médiatique sont d’autant plus mis à l’épreuve qu’ils ont peu bougé depuis les élections précédentes.

En partie parce qu’elle est bousculée, cette échéance révèle plus crûment les carences, les défaillances et les limites du dispositif institutionnel face aux processus nécessaires à la transition.

ARP et Constitution face à l’anticipation

Les élections législatives devaient se tenir le 6 octobre et les deux tours des présidentielles se dérouler les 10 novembre et 30 décembre 2019. Le décès du Président Béji Caïd Essebsi (25 juillet 2019)[2] précipite les événements et en dévie le cours. Il ajoute à une accélération enregistrée dès mai 2019 à l’ARP, causée par la fièvre de l’incertitude des résultats et la crainte de voir surgir des favoris jusque là non signalés par les radars. Le vote de l’amendement de la loi électorale le 18 juin 2019 déclenche une situation impromptue. Si l’activité parlementaire ensommeillée parvient à se réveiller, effrayée par des sondages pointant des figures d’outsiders de la vie politique comme Nabil Karoui (Nessma Tv) et Olfa Terras (association ‘ich tounsi), le recours au président de la République introduit un imprévu de plus : le 5 juillet, le texte n’est ni signé ni renvoyé à l’ARP. Ce qui, en l’absence de la Cour constitutionnelle empêchée d’advenir, exclut le temps et les moyens de faire revenir l’amendement sur le tapis. Ce n’est pas le premier des blocages de la machine à gouverner tunisienne, construite autour de vides juridiques et de défaillances structurelles. L’ARP a eu le temps de les investir pour marchander des voix, contrôler des postes ou garantir l’immunité de ses membres.

Le recours suprême reste le texte constitutionnel, non dénué de paradoxes. Sur les conditions de la vacance du pouvoir, la Constitution de 2014 précise : le président intérimaire (Mohamed Ennaceur, président de l’ARP) ne peut pas gouverner plus de 90 jours. La contrainte temporelle constitue l’épine dorsale du nouveau calendrier électoral qui amène à inverser une règle instituée en 2014 (organiser les élections législatives avant les présidentielles), de manière à introniser le candidat élu avant fin octobre 2019. Un coup de la vie fait tomber la disposition électorale dont on attendait qu’elle renforce et pérennise la diminution des prérogatives de la Présidence de la République en subordonnant celle-ci aux équilibres partisans et à leurs effets sur la composition de l’assemblée parlementaire.

L’ISIE, quatrième version

La surveillance de l’ARP[3], aux retombées négligeables sur le comportement des députés, n’a pas d’équivalent face à l’ISIE[4], moins soumise aux feux médiatiques et au contrôle de la société civile.

La création et l’élection de l’instance en avril 2011 mettent fin au magistère du ministère de l’Intérieur sur l’opération électorale. Pour ces raisons, la structure se retrouve au centre de luttes d’influences au sein du pouvoir législatif. Une série d’inconnues vient perturber le choix des responsables et, en conséquence, des méthodes choisies. Chacun des quatre présidents -Kamel Jendoubi[5], Chafik Sarsar[6], Mohamed Tlili Mansri[7], Nabil Baffoun[8]– est au centre d’une crise. Leurs bilans respectifs et les raisons de leurs départs restent non élucidés, en l’absence d’une information transparente et d’un journalisme politique conséquent.

Les règles d’acceptation des candidats aux présidentielles révèlent des manques, comme la non exigence d’un extrait du casier judiciaire ou de la déclaration des biens. 98 candidats dont 26 retenus (et seulement deux femmes) se sont présentés avec des dossiers inégaux, parfois incomplets. Des appuis de députés ou de citoyens s’avèrent irréguliers, voire frauduleux. Depuis 2014, on sait que plusieurs candidats n’ont pas remboursé les frais de campagne. L’emprisonnement du patron de la chaîne Nessma, Nabil Karoui le 23 août et la participation de l’homme d’affaires Slim Riahi depuis l’étranger troublent la transparence de la compétition. Le gel du poste de porte-parole, confié à la seule femme de l’Instance, jette une ombre supplémentaire sur les capacités d’arbitrage attendues. Malgré le rodage des procédures, on reproche à l’ISIE son laxisme voire des faiblesses et des tensions qui atténuent la confiance envers ses neuf membres.

La HAÏCA, une autorité ?

Si l’ISIE donne des signes de fragilité que dire de la HAÏCA[9]  qui  connaît, depuis 2013, une série de démissions et de décisions non appliquées ? Le rendez-vous de 2019 voit croître les désordres des sondages (en principe interdits), les fausses nouvelles et les pages sponsorisées. Le changement impromptu du calendrier électoral bouleverse les vacances des journalistes et les grilles de programmes. Alors que le lancement de la campagne électorale est fixé au 2 septembre, les chaînes de télévision et de radio préparent des émissions politiques estivales, l’audimat étant assuré par l’actualité. Le suivi médiatique des dépôts de candidatures à l’ISIE jette des lumières sur le fonctionnement de celle-ci et informe sur la portée de ses règles. ISIE et HAÏCA nouent des liens pour des activités concertées et l’offre journalistique se nourrit de l’activité des deux institutions comme de la critique de leurs procédés défaillants. D’un autre côté, des associations se mobilisent pour des questionnaires de sensibilisation et d’explication. Des programmes d’entretiens sont mis en place par les télévisions et radios publiques et privées. Propositions et interventions se multiplient,  nourrissent la dynamique électorale et éclairent l’opinion publique. Mais ce qui fait défaut c’est le suivi et le contrôle. On peut citer l’exemple des médias sans licence[10] qui sont en principe interdits de participer à la campagne électorale. Qui garantit l’application ?

L’entrée en action de l’INLUCC

La fabrique des apprentissages électoraux s’ouvre pour cette session en direction d’une troisième institution post-2011, consacrée à la lutte contre la corruption. Créée en janvier 2016, l’INLUCC est un acteur nouvellement impliqué dans le dispositif accompagnant les élections. Dotée d’une loi[11], elle publie le 2 septembre la liste des candidats et des partis ayant déclaré leurs biens, introduisant ainsi un paramètre dans les critères de choix, non prévu par l’ISIE. Elle nous apprend que neuf partis seulement ont déclaré leurs biens et trois candidats n’ont pas fait état de leur patrimoine : la notion morale de fasad (i.e. corruption) s’incarne progressivement dans des normes d’évaluation et des procédures de contrôle. Le système électoral parviendra-t-il à traduire cela dans les votes ? Comme pour les autres instances, l’électorat attend des mécanismes de surveillance et de sanction à l’endroit de ceux qui ne respectent pas les règles.

Ces élections anticipées mettent en évidence un dispositif institutionnel incomplet et se déroulent dans un contexte fragile et menaçant : l’opération de Haïdra du 2 septembre rappelle l’existence des réseaux terroristes tandis que la crise économique et sociale reste omni -présente. Quelles que soient les insuffisances et les imperfections, on attend des rendez-vous du 15 septembre et du 6 octobre 2019 qu’ils contribuent à peupler l’espace public tunisien de jurisprudence afin de poursuivre le processus d’asseoir le pouvoir politique par le droit. Tout en pointant les carences et contradictions qui apparaissent sur le chemin, cette plage électorale peut aider à inventer d’autres instruments et usages améliorant les conditions de l’éligibilité et du vote et à concevoir des outils d’application et de contrôle adéquats.

Le 4 septembre 2019

Paru sur Le Quotidien d’Oran du samedi 7 septembre 2019 

[1] « (Re)voir la Tunisie vote le jour des élections américaines », https://hctc.hypotheses.org/1634

[2] https://hctc.hypotheses.org/2333

[3] Une ONG El Bawsala https://www.albawsala.com veille au fonctionnement ; les débats sont retransmis en direct par la chaîne 2 de la télévision nationale.

[4]Décret-loi du 18 avril 2011, portant création d’une instance supérieure indépendante pour les élections, Journal officiel de la République tunisienne, n°27, 19 avril 2011, pp. 484-486

[5] Elu par la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique (HIRORRPTD) en mai 2011, il dirige les élections législatives d’octobre 2011.

[6] Juriste et universitaire, il dirige l’ISIE de janvier 2014 à mai 2017. Il démissionne en même temps que deux autres membres.

[7] Avocat et universitaire, sa présidence dure l’année 2018.

[8] Depuis janvier 2019.

[9]Décret-loi n° 116 du 2 novembre 2011 et fondation le 3 mai 2013.

[10] Nessma Tv, Zitouna Tv et radio Qur’an.

[11]Loi n°2018-46 relative à la déclaration de patrimoine et la lutte contre l’enrichissement illicite et le conflit d’intérêt dans le secteur public.

 

Elections municipales en Tunisie. La citoyenneté à l’épreuve

Les premières élections municipales tunisiennes qui se déroulent après 2011 seront significatives par le taux de participation qu’elles auront enregistré le 6 mai 2018. Elles adviennent dans un climat brouillé, semé de perturbations et suscitent des débats nouveaux. La lecture de leurs résultats dépendra de la mobilisation citoyenne et des indices de diversification des listes qui sortiront du système électoral choisi.

Essais et erreurs

Reportées à quatre reprises (elles devaient se passer en 2015), ces élections ont attendu, entre autres, la proclamation de la loi de juin 2016 sur les élections et les référendums. En mai 2017, une grave crise au sein de l’Instance supérieure indépendante des élections (ISIE) entraîne la démission du deuxième président (et 3 membres) de l’ISIE, ayant succédé à Kamel Jendoubi, empêché de poursuivre sa tâche, après avoir mené les élections d’octobre 2011. Chafik Sarsar qui officie avec les élections présidentielles et législatives d’octobre-décembre 2014, laisse la place à Mohamed Tlili Mansri élu en novembre 2017, après plusieurs tours à l’Assemblée des représentants du peuple.

Ces secousses sont à l’image des difficultés économiques, de la persistance des remous sociaux et de l’impuissance du second gouvernement de Youssef Chahed (premier ministre depuis l’été 2016) à lutter efficacement contre le chômage et la corruption et à engager les réformes indispensables dans l’appareillage des lois. Elles traduisent surtout les lenteurs de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) qui, s’ajoutant à l’inertie de l’administration expliquent l’absence de textes définissant les fonctions municipales. Alors que la Constitution de 2014 introduit la nouveauté de la décentralisation régionale (chapitre VII), les outils enécessaires à la gouvernance locale n’ont pas été mis au point quatre ans après. L’exemple du code des collectivités locales est parlant : après avoir traîné dans les bureaux de l’ARP, il est voté dans la précipitation et de justesse le 27 avril 2018.

De nouvelles dispositions

Le nouveau découpage administratif a permis de créer 86 communes de plus dans les 24 gouvernorats du pays. Les 350 municipalités vont pouvoir remplacer les « délégations spéciales » mises en place en 2011 et constituées des autorités administratives locales. Le wali (préfet) et le mou‘tamad (délégué) de chaque région président depuis 2014 les formations provisoires gérant les affaires municipales.

La parité Hommes/Femmes renforcée depuis 2014 a hissé plusieurs femmes en tête de liste. Le principe est louable mais favoriser l’accès des femmes à la gestion des affaires locales alors que les mentalités, les lois et l’exemple du pouvoir central restent inchangés, est-ce bien réaliste ? On « envoie les femmes au charbon » et elles affrontent l’inconnu. Cependant, si cette disposition paritaire comporte une dose de marketing et d’hypocrisie, l’occasion est à exploiter par les futures élues pour renforcer l’acquis et changer pragmatiquement la représentation encore largement masculine et vieillissante du pouvoir central.

La jeunesse est nettement plus présente dans les 2.074 listes car, comme pour la parité et la présence des handicapés, les textes imposent dans chaque liste trois candidats au moins ayant entre 18 et 35 ans. Ils forment 32,65% des 5.369.892 inscrits. Voteront-ils davantage qu’en 2011 et 2014 ?

Face à la supériorité numérique de Nida Tounès et d’Ennahdha, on enregistre la présence d’indépendants de divers horizons et d’une coalition civile regroupant 11 partis pour plus d’une centaine de listes

Si ce premier scrutin municipal ne garantit pas la décentralisation, il constitue un mécanisme de fabrication de responsables locaux en mesure de diversifier l’éco -système  politique tunisien limité aux besoins des trois pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire.

Controverses publiques

L’encre électorale a constitué un des multiples suspens de ces élections. Utilisée en 2011 et 2014, sa suppression est annoncée début 2018. Elle est finalement reconduite et offerte par la Chine. Son usage pose la question de l’efficacité du contrôle de l’ISIE et de sa capacité à garantir l’intégrité du scrutin. Alors que les doigts bleus étaient fièrement brandis après les élections de 2011 et 2014, le procédé alimente les débats sur la nécessité de dépasser ce procédé fruste et indigne des contextes démocratiques.

Avant et après la campagne (14 avril – 4 mai 2018), les débats publics se diversifient. Le scrutin à la proportionnelle aux plus forts restes est discuté et donne lieu à des propositions. A propos des candidats (plus de 50.000), on pointe des repris de justice et des suspects de terrorisme et on note le retour -en rangs dispersés- des réseaux du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD, parti de Ben Ali), dissous en mars 2011.

Les interventions de la Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle (HAÏCA) ont permis de discuter des contours de la participation des médias, les difficultés de la gestion du pluralisme et de la neutralité de l’administration.

Les frictions sur le terrain entre les listes  mettent sur le tapis la morale des élections. On dénonce des prêches du parti islamiste dans les mosquées et la distribution de vivres et d’argent. Les promesses d’introduire le wi-fi dans les communes qui éliraient Ennahdha, indiquent la « modernisation » de la communication politique de ce parti en même temps qu’une baisse de l’offre de récompenses aux votants, variable essentielle mais incertaine.

Voter : une des voies de la citoyenneté

12% des 36.000 policiers et militaires inscrits votent pour la 1ère fois le 29 avril 2018. Ce taux traduit-il un manque de foi dans le vote propre aux forces de sécurité ? La faiblesse de la proportion fait craindre la froideur de la participation attendue le dimanche 6 mai.

Le classement respectif d’Ennahdha et Nida Tounès est un résultat attendu surtout par les partis et notamment au sein du duopole hégémonique. Il servira à réaménager, en fonction des régions, l’équilibre des deux formations qui se partagent le pouvoir depuis 2014 et ont besoin de compter leurs forces respectives pour les élections présidentielles de 2019. Au-delà des repositionnements qui se feront au sein de l’alliance Ennahdha/Nida Tounès et parce que celle-ci bloque le jeu démocratique, on attend justement de ces élections des signes du côté de la place que pourront avoir les listes indépendantes, les femmes et les jeunes. C’est en effet par ces brèches que le jeu électoral montrera les possibilités de s’ouvrir à de nouvelles couleurs politiques, d’introduire d’autres types de coalitions et de donner une place à des sensibilités et des pratiques, développées pour l’essentiel dans le bouillonnement de la société civile post-2011 et face à une situation politique paralysée par les tractations d’intérêts et la lourdeur des appareils.

Sachant que le changement ne peut advenir d’un coup ni par les seules élections, ce scrutin municipal illustre, une fois de plus la lenteur et les aléas d’un processus civique et politique qui prouve concrètement l’insuffisance des institutions centrales, la nécessité de passer par le débat public et la difficulté de construire la citoyenneté par les comportements sociaux. La genèse des conditions de base du fonctionnement démocratique est plus longue et plus laborieuse que la mise en place des dispositifs et procédures juridiques.

Hammam-Lif, le 4 mai 2018.

Publié dans Le Quotidien d’Oran, n° 7135, dimanche 6 mai 2018, page 6.

L’an I de la transition tunisienne. Chronologie, décembre 2010-décembre 2011

Il y aurait une infinité de façons de résumer l’année 2011 en quelques dates-clés. Je propose quelques repères temporels dans une année où la précipitation des événements a gonflé la matière à classer et multiplié les points de vue à partir desquels on peut les agencer. J’ai construit cette grille pour accompagner la publication de l’ouvrage Chronique d’une transition qui regroupe des textes écrits tout au long de cette année. Comme les articles et conférences qui constituent le volume, cet exercice se situe entre le témoignage et le besoin de recul. A peine cet inventaire chronologique bouclé, j’ai commencé à noter une série de faits qui auraient pu y figurer, rendant compte d’autres aspects de l’actualité récente apparus depuis. Syndrome vulgarisé par Jorge Luis Borgès à travers le fantasme d’étendre les dimensions des cartes à celles du monde qu’elles sont censées représenter. La chronologie comme la carte géographique sont une traduction schématisée d’une réalité incorporée dans une période ou un espace. Comme tout support d’interprétation, cette grille chronologique pose la question de son échelle, elle véhicule une vision partielle des faits comme elle est appelée à subir un travail intrinsèque constant.

L’établissement de cette chronologie de la transition tunisienne a porté les enseignements de cette période extraordinaire jusqu’au cœur de mon métier d’historienne. A travers cet exercice, j’ai expérimenté, par-delà l’aspect technique, l’idée que les dates parlent directement et que leur raccourci révèle autant qu’il cache. Tout récit étant conditionné par l’usage qu’on lui réserve et le contexte de son élaboration, le langage et le contenu de cette grille restent datés. En donnant une trame à des textes écrits au fil des événements, sans fil conducteur pré- établi, j’ai éprouvé le pouvoir à la fois structurant et fluctuant de l’outil. A sa manière, cette chronologie constitue un texte à l’image de ceux qu’il est censé éclairer et relier. Je ne saurais pas expliciter les critères sous-jacents au choix des jalons illustrant à mes yeux de témoin le processus de la transition en 2011. Mais je sens que ces bornes de marquage sont appelées à bouger, toute chronologie étant éphémère, appelée à être reprise, recomposée par les événements, par ceux qui les vivent et ceux qui en parlent. En dépit de leur spécialisation professionnelle, les historiens n’ont pas le monopole d’ordonner les faits afin d’en restituer un sens provisoire, en attendant le cours ultérieur de l’histoire. En confectionnant ce support pour lire les événements dans le temps court de cette année 2011, j’ai pensé aux chronologies des manuels d’histoire qu’elle soit universelle ou nationale, politique, religieuse, sociale ou scientifique. L’histoire des idées, de la littérature, des religions ou des sciences traduisent des rythmes commandés par les évolutions et les changements étalés dans le champ temporel correspondant. A défaut de hiérarchiser les changements intervenus en 2011, cette chronologie m’a rappelé qu’ordonner le temps est un art et une pédagogie utiles à des conteurs, des romanciers, des policiers, des avocats, des juges, des médecins… et à des historiens. Le succès et les limites de l’opération sont, comme toujours, conditionnés par la situation dans laquelle a été élaboré le déchiffrement de la première année d’une transition qui ne fait que commencer et qu’il va falloir raccorder à plusieurs grilles d’interprétation.

Ceci pour dire que cette reconstitution d’une année dense, débordant d’événements plus ou moins intelligibles est définitivement provisoire. En attendant les nombreuses grilles chronologiques qui se façonneront au fur et à mesure que les lectures qu’appelle cette transition se développeront, je signale aux lecteurs une chronologie politique détaillée et plus riche en événements, élaborée par Abdelkrim Gabous et parue sur les pages 21 à 31 de l’édition du 14 janvier 2012 du quotidien tunisien en langue arabe, Al Maghrib.

17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi s’immole par le feu à Sidi Bouzid.
19 décembre 2010, Déclenchement d’un mouvement social et populaire à Sidi Bouzid.
24 décembre 2010, Premiers tués par balles à Menzel Bouzaïane.
27 décembre 2010, Des avocats se mobilisent à Tunis en faveur des événements.
29-30 décembre 2010, Remaniement ministériel, mouvement de gouverneurs de Sidi Bouzid, Jendouba, Zaghouan. Reportage et débat de la chaîne Nessma Tv, le 30 décembre en soirée.
6 janvier 2011, Grève des avocats pour protester contre les violences policières et les tirs par balles.
8 janvier 2011, Enterrement de Mohamed Bouazizi (mort le 4 janvier à l’hôpital de Ben Arous) à Sidi Bouzid.
9 janvier 2011, L’état de siège est décrété sur tout le territoire.
11, 12 et 13 janvier 2011, Les manifestations se répandent partout, organisées par l’UGTT. Elles parviennent à Tunis et banlieues. Le 13 au soir, Ben Ali intervient pour la troisième fois depuis fin décembre à la télévision déclarant qu’il a « compris ».
14 janvier 2011, Une grande manifestation a lieu le matin à Tunis. Zine El Abidine Ben Ali quitte le pays avec sa famille en fin d’après midi. Son avion atterrit en Arabie Saoudite.
15 janvier 2011, La procédure de passation des pouvoirs opérée selon l’article 56 de la Constitution (le Président de la République absent est remplacé par le Premier Ministre Ghannouchi) est remaniée conformément à l’article 57 (En cas de vacance du pouvoir, l’intérim est assuré par le Président de l’Assemblée Nationale). Troubles dans les prisons.
17 janvier 2011, Formation du premier gouvernement provisoire Mohamed Ghannouchi. Fouad M’baza’a, Président de la République par intérim. Création de trois commissions : pour la réforme politique (présidée par Yadh Ben Achour), pour enquêter contre les malversations et la corruption (présidée par Abdelfattah Amor), pour les victimes de la répression du régime de Ben Ali (présidée par Taoufik Bouderbala).
Premiers mouvements de contestation à Oman et au Yémen.
22 janvier 2011, Suppression de la police universitaire en Tunisie.
23 janvier 2011, Mouvement dit Kasbah I : des caravanes des différentes régions convergent pour un sit-in place de la Kasbah, siège du premier ministère, protestant contre la présence de ministres symboles de l’ancien régime dans la nouvelle formation du gouvernement.
24 janvier 2011, Larbi Nasra, directeur de la chaîne Hannibal TV, arrêté la veille pour des soupçons d’intervention télévisée de Ben Ali, est libéré. Trois des plus proches collaborateurs de Ben Ali : Abdelaziz Ben Dhia, Abdallah Kallel, Abdelwaheb Abdallah sont mis en résidence surveillée.
25 janvier 2011, Premières manifestations au Caire, à Alexandrie, à Tanta et d’autres villes appelant au départ de Moubarak.
27 janvier 2011, Deuxième gouvernement Mohamed Ghannouchi.
1er février 2011, La marche d’un million en Egypte. Hosni Moubarak annonce qu’il ne se représente pas aux élections.
2 février 2011, Le président Salah déclare qu’il ne se présentera pas aux élections présidentielles du Yémen en 2013.
7 février 2011, Une grande manifestation organisée à Alger est dispersée par les forces de l’ordre.
7 et 9 février 2011, Le Parlement tunisien vote une loi permettant au président par intérim de gouverner par décrets-lois. Dissolution de l’Assemblée Nationale.
11 février 2011, Formation du Conseil National pour La Protection de la Révolution (CNPR) à partir de 26 organisations dont l’UGTT.
Démission de Hosni Moubarak. Le pouvoir est transféré à l’armée égyptienne.
13 février 2011, L’opposition à Mouammar Kadhafi appelle à un soulèvement pour le 17 février. Insurrection à Benghazi, El Baïda et Zentan et début de la répression en Libye. Début d’un mouvement de milliers de réfugiés en direction de la Tunisie.
14 février 2011, Premières protestations à Bahreïn. Répression et distribution d’aide financière aux familles.
18 février 2011, Un décret-loi crée la Haute Instance pour la Réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique (HIRORRPTD) par élargissement de la Commission de Réforme politique.
20 février 2011, Une marche de plusieurs milliers de personnes a lieu à Casablanca et dans d’autres villes au Maroc.
21 février 2011, Déclenchement du mouvement Kasbah II réclamant le départ de Mohamed Ghannouchi.
27 février 2011, Béji Caïd Essebsi remplace Mohamed Ghannouchi en tant que premier ministre.
Formation du Conseil National de Transition libyen.
4 mars 2011, Suspension de la Constitution Tunisienne.
7 mars 2011, Béji Caïd Essebsi nomme son premier gouvernement provisoire : 32 ministres dont deux femmes.
9 mars 2011, Dissolution du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) par décision de justice. Mohamed VI annonce une réforme constitutionnelle avec référendum pour le Maroc.
11 mars 2011, Manifestations de masse au Yémen à Sanaâ, Taïz, Aden contre le président Abdallah Salah.
14 mars 2011, L’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis envoient des troupes pour soutenir le roi de Bahreïn.
15 mars 2011, Elargissement de la HIRORRPTD de 72 à 165 membres.
Premières manifestations massives en Syrie.
28 mars 2011, Le Ministre de l’Intérieur Farhat Rajhi est remplacé par Habib Essid.
6 avril 2011, Accord tuniso-italien « régularisant » 22.000 Tunisiens ayant débarqué clandestinement à Lampedusa.
11 avril 2011, Vote de la loi électorale.
18 avril 2011, Décret-loi créant l’Instance Supérieure Indépendante des Elections (ISIE).
5 mai 2011, Crise à la suite des déclarations de Ferhat Rajhi sur le fonctionnement du gouvernement, l’existence d’un « gouvernement de l’ombre », les enjeux et les nominations.
16 mai 2011, Election des membres de l’ISIE et report des élections d’une Assemblée Nationale Constituante prévues le 24 juillet au 23 octobre.
19 mai 2011, Affrontement armé entre militaires tunisiens, garde nationale et membres du réseau Al Qa’ida du Maghreb Islamique (AQMI), à Rouhia, gouvernorat de Siliana. Trois morts, dont le Général Ayari.
29 mai 2011, Samir Fériani, responsable dans la police politique est arrêté. Il avait donné l’alerte sur des actions en faveur du retour de Ben Ali.
4 juin 2011, Le roi Salah, blessé, quitte le Yémen.
20 juin 2011, Début des procès contre Ben Ali et les Trabelsi
26 juin 2011, Attaques contre le cinéma Afric’art à Tunis pour la projection du film Ni Allah ni maître de Nadia El Fani.
1er juillet 2011, Remaniement du gouvernement. Es-sabah publie le Pacte Républicain élaboré au sein de la HIRORRPTD.
11 juillet 2011, Démarrage des inscriptions sur les listes électorales.
14 août 2011, Clôture des inscriptions des électeurs.
23 août 2011, Kadhafi prend la fuite. Tripoli passe sous le contrôle du CNT.
29 septembre 2011, Le tribunal militaire prononce un non-lieu dans l’affaire Samir Fériani.
1er octobre 2011, Démarrage de la campagne électorale.
9 octobre 2011, Des groupes armés tentent d’attaquer le siège de la télévision privée à Tunis, Nessma TV, à la suite de la diffusion du film iranien Persépolis, doublé en dialectal.
13 octobre 2011, Clôture des travaux de la HIRORRPTD.
20 octobre 2011, Mort de Mouammar Kadhafi, tué par des insurgés.
23 octobre 2011, Elections de l’Assemblée Nationale Constituante.
26 octobre 2011, Des violences éclatent à Sidi Bouzid à la suite de l’annulation des listes du parti El Aridha Acha’biyya (Pétition populaire) arrivé en tête des résultats électoraux.
27 octobre 2011, Résultats partiels des élections.
2 novembre 2011, Décret-loi sur la liberté de la presse, de l’imprimerie et de l’édition
12 novembre 2011, La Ligue Arabe décide de suspendre la Syrie de son organisation.
14 novembre 2011, Publication des résultats définitifs des élections tunisiennes.
22 novembre 2011, Première séance de l’Assemblée Nationale Constituante élue : 217 sièges, 215 présents, 28 partis représentés. Election de Mustapha Ben Jaâfar (parti Ettakatol) comme président de l’ANC.
28 novembre 2011, Début des élections législatives en Egypte.
12 décembre 2011, Election du Président de la République tunisienne. Moncef Marzouki (parti du Congrès Pour la République) obtient 153 voix.
14 décembre 2011, Hamadi Jebali (parti Ennahdha), futur premier Ministre, est chargé de former le nouveau gouvernement.

Compléments :

interview de l’auteure sur Radio Tunis chaîne internationale

Une interview effectuée par la chaîne marocaine Inter, le 5 juin 2012  :  http://www.chaineinter.ma/detail_invite.php?id=434

Fin de l’acte I de la transition : que retiendra l’histoire ?

Que retiendra l’histoire de l’inauguration de l’Assemblée Nationale Constituante du mardi 22 novembre 2011 ? Pour des millions de Tunisiens, c’est un grand jour assurément. Des centaines de citoyens se sont rassemblés sur la place du Bardo. Des journalistes sont arrivés de plusieurs pays. Des hommes et des femmes arborant des banderoles, des pancartes, des tee-shirts et des casquettes donnent un air de fête à cette nouvelle naissance, une atmosphère de mobilisation et d’accompagnement des élus aussi.

Postée devant la télévision à partir de 10 heures, j’enregistre le retard de la cérémonie, une habitude difficile à tuer, même après une Révolution. La chaîne nationale diffuse des images hors sujet, heureusement que les envoyés d’une chaîne privée[1] et des correspondants de radios donnent le pouls à l’intérieur de la coupole et à l’extérieur. A voir l’effervescence, on se réjouit que l’événement soit dans la rue, que la politique ne soit pas acheminée par les seuls canaux cathodiques, qu’elle se mêle à la vie de la cité. Les policiers sont là, et on commence à s’habituer à l’idée qu’ils ne frapperont pas. Une radio annonce l’agression de la députée[2] qui a fait des déclarations désobligeantes envers les mères célibataires mais on ne tarde pas à la voir quelques minutes après, se frayer un chemin, rayonnante, dans les couloirs. On se doute que cette Assemblée aujourd’hui au complet ne sera pas toujours aussi grouillante. Au fait, comment vont faire les députés tout au long de l’année future ? Comment vont-ils travailler ? Quelles dispositions ont été prises pour qu’ils effectuent leur mission ? Logeront-ils dans la capitale ? Et les journalistes ? Seront-ils toujours présents ? Aurons-nous un suivi de cette activité constituante ? Pourquoi n’instituerions-nous pas une chaîne parlementaire ? On n’a pas l’habitude de se poser ce genre de questions, d’émettre ce genre de souhaits. Cette Assemblée va-t-elle nous rapprocher de la politique et des problèmes du pays ? La suite nous dira si nous abordons vraiment une ère politique nouvelle. Les historiens apprécieront ce redémarrage après la parenthèse de la Constitution suspendue.

Tout le monde est sur son trente et un, l’élégance qui règne est digne des jours de fête. On voit des femmes en cheveux et d’autres à la tête couverte, les hommes sont bien coiffés, trois portent jebba et chéchia, un quatrième une casquette. Le parterre mêle des têtes connues et d’autres nouvellement découvertes à la télé, beaucoup d’inconnues aussi. Les personnalités politiques de la transition et du gouvernement provisoire sont placées à part ; elles forment une assemblée nettement plus masculine que celle qui entre en fonction, où la proportion féminine est d’un quart environ. L’histoire retiendra au moins la féminisation du paysage des élus et leur répartition sur une mosaïque de douze partis. Cela suffira-t-il à raviver le personnel politique ? Cette représentation plus colorée insufflera-t-elle plus d’humanité dans l’écriture de la Constitution ?

La mobilité des caméras donne au protocole un air moins compassé que d’ordinaire. L’hymne national puis la Fatiha précèdent le discours du Président de la République qui coule, sobre, solennel, pas trop long. Aucun officiel «étranger» n’assiste, la cérémonie s’affiche très nationale. Mais on sait que des caméras du monde entier se chargent de donner le retentissement qu’elle mérite à la première expérience aboutie des premières élections démocratiques dans un pays arabe et musulman. La liesse et la fierté de l’événement se veulent réservées aux Tunisiens, du moment que le monde les regarde. L’histoire nous racontera-t-elle les dessous de ce cérémonial bienséant ?

Après l’entracte et le départ des « invités », les 217 députés entament leurs travaux. Le doyen des élus (81 ans) est assisté des deux plus jeunes (23 ans), un garçon et une fille, une parité bienvenue qui a de plus l’avantage d’abaisser la moyenne d’âge de l’assistance. Le serment coranique résonne par la voix profonde du président mais le cabotinage et les maladresses de ce dernier finiront par embuer la distinction que chacun aurait souhaité donner à la cérémonie. Malgré les rappels de la hiérarchie partisane et de divers députés, cette direction est de mauvais augure : le président ne parvient pas à dominer sa fonction, refuse de la céder et introduit une tension dans les premiers pas de ce dispositif qui se met en marche sous les yeux de tous. Diriger est décidément très difficile. Pourquoi n’y renonce-t-on pas ? L’histoire retiendra-t-elle qu’il en coûtera à cet honoré d’un jour de perdre le poste qui lui était promis, de conduire le groupe parlementaire de son parti ?

Un happening introduit la question ô combien sensible des martyrs de la Révolution. Il ne vient à l’idée de personne que cette initiative est librement proposée par un député. Le geste est beau mais ce rappel nécessaire est hélas gâché par son amateurisme. La lecture des noms est hésitante, sans ordre ni suite logique et quand on apprend, dans la confusion, que les martyrs de Sidi Bouzid ont été oubliés, on se rappelle que cette liste aurait pu, si elle avait été pensée, inclure d’autres noms encore, notamment les 56 morts du bassin minier de Gafsa de 2008. Les historiens se pencheront-ils sur la façon dont cette liste a été préparée ? L’histoire fera-t-elle l’inventaire des victimes du régime de Ben Ali ?

Pour l’heure, l’attention reste suspendue et si des erreurs s’égrènent, on les met sur le compte de l’apprentissage, de l’impréparation. Le plus jeune assesseur se déclare, on rectifie le tir, il vient à la tribune remplacer celui qui a assuré la cérémonie d’ouverture. Improvisations regrettables mais l’atmosphère reste bon enfant. La prochaine ouverture de session sera-t-elle mieux organisée ? Les députés applaudissent un peu trop souvent. Cela sent l’ancien régime, les préposés à la claque peuplant toutes les réunions. Mais enfin la parole circule entre les sièges, des députés protestent contre la couverture d’un magazine distribué en leur absence[3], des avis orientent la séance, des suggestions fusent pour atténuer les impairs de la présidence. Tout le monde parle de peuple, de martyr, de nation…Ce sont, certes, de beaux mots mais ne sont-ils pas incorporés dans cette assemblée ? A quoi sert-il de les répéter quand on les incarne ? Il suffit de passer à l’action. Si les historiens se penchent sur ces usages rhétoriques, quel enseignement peuvent-ils tirer des applaudissements et du langage convenu dans l’enceinte de cette Constituante en herbe ? Pourvu qu’elle se penche sur les mots qui vont tracer l’avenir constitutionnel.

Des scènes nous font espérer quelques changements : transmettre en direct des opérations de candidature et de vote, même sans le son, donne le sentiment qu’on est partie prenante dans l’histoire en train de s’écrire. Une lueur de vie s’allume dans ce lieu de parole et de mise en texte : des gestes et des actes émergent, des gens s’affairent. L’histoire retiendra-t-elle le discours senti de la candidate non accréditée par la coalition tripartite[4] ? Soulignera-t-elle la leçon d’application démocratique que représente cet acte voué, non pas à gagner le fauteuil de la présidence, garanti par les tractations antérieures, mais à introduire une liberté de plus : celle d’imposer la visibilité des moins forts ? L’hémicycle est le lieu d’une scénographie démocratique balbutiante. Patience.

Dehors, la pauvreté et le chômage persistent, l’insécurité augmente. Si des procès s’élargissent à d’autres responsabilités que celles des familles Ben Ali et Trabelsi, les sit-in et agressions sont en hausse. Les prix flambent et les forces de l’ordre, surprises par les menaces de juger ceux qui ont jadis tiré, doivent s’habituer à défendre des citoyens demandeurs de compte. Les Tunisiens en métamorphose et en alerte attendent des signes de ce nouveau personnel politique après le chèque électoral, signé par la moitié d’entre eux. Des hommes et des femmes sortis de l’ombre et des prisons, de l’exil même prennent place pour une translation étatique chargée de porter le pays vers un fonctionnement plus démocratique. Que retiendra l’histoire de ces arrivants sur la scène ? Seront-ils des figurants ou des acteurs à part entière de cette transition ?

La dictature qui a fait bâtir la coupole du Bardo et l’a peuplée d’une fiction parlementaire a élaboré une rhétorique démocratique coupée du réel. Elle a doublé le manège du morcellement de l’espace politique potentiel, empêchant les énergies capables de s’atteler à la chose publique, de participer au jeu. Le ring de la Constituante abrite aujourd’hui une performance dont on attend une remise en ordre des règles, des opérations concrètes et plus seulement des résolutions verbales et des marchandages de coulisses. Si le match se déroule autour des seules prévisions de la coalition, game is over : le jeu ne tardera pas à se transformer en pugilat et le pays deviendra l’otage d’une violence qu’aucun communiqué consensuel ne peut cacher et qu’aucune rétractation ne peut guérir.

La Constituante de 1959 est née d’une coalition autour du plus fort, d’une légitimité construite sur des années de prison et de combat contre l’ennemi puis de règles soi-disant majoritaires. Elle a donné des réformes sociales sans empêcher les ré-écritures déviatrices et la confiscation du pouvoir au sommet. Celle qui entre en fonction saura-t-elle échapper à cette grammaire dictatoriale ? Accouchera-t-elle d’une forme de vie politique pacifiante, responsable, défendant les faibles pour préserver l’ensemble ? L’histoire dira son mot mais le présent presse et l’inquiétude gronde, à l’extérieur de l’hémicycle en fête.

    Hammam-Lif, 30 novembre 2011

Cet article a paru dans la version papier de La Presse de Tunisie du 5 décembre 2011.


[1] La chaîne privée Nessma TV.

[2] Souad Abderrahim, députée du parti Ennahdha.

[3] Les députés d’Al Aridha acha’biyya (Pétition populaire) protestent contre des articles sur Hechmi Hamdi publiés dans la dernière livraison de Maghreb Magazine.

[4] Maya Jribi, députée du Parti Démocratique Progressiste (PDP).

Dédramatiser, comprendre. Lettre à une amie

"Progression to Progress VI", by Ojame, licence CC BY-NC-SA 2.0

Le 30 octobre 2011

J’essaie de dé-dramatiser. J’essaie de comprendre. Et je prépare mon intervention de jeudi prochain à Paris I : je suis très contente de repartir encore et de parler avec d’autres. C’est un des cadeaux de la “Révolution” au chercheur que je suis.

Ma façon à moi de dédramatiser est de me répéter que nous sommes dans un processus inédit pour nous et difficile à analyser avec les grilles politistes des démocraties occidentales. Ou des récits de campagne. Ou des éditorialistes “spécialistes” des pays arabes. Aussi talentueux et honnêtes que soient les observateurs, nous devons accepter les limites de nos lunettes. En tant que chercheur, je sais que le journalisme, le nôtre aussi bien sûr et surtout, est démuni. Par ailleurs, je refuse de me laisser aller au pessimisme. Même si c’est une période très rude à vivre. J’ai conscience que nous sommes dans un chemin difficile et opaque. Je garde un espoir car je vois des choses minuscules bouger autour de moi, tous les jours. Ecrire pour moi et sur La Presse est une thérapie et une façon de lutter contre la confusion des grilles de lecture.

J’avoue que des choses me font peur en ce moment, en tant que femme mais pas seulement. J’observe par hygiène une certaine retenue et ne veux pas tirer des sirènes que tout le monde actionne. On a besoin surtout d’agir au jour le jour, de nous doter d’une constitution plus sûre… J’ai vu tellement de Tunisiens de valeur ces derniers mois. Pourquoi il n’y en aurait pas d’autres dans la Constituante, dans le prochain gouvernement ?

Bien sûr, je sais que les négociations politiciennes polluent cette période où on devrait penser plutôt au pays. Je ne suis pas angélique. Mais je réagis aussi à la façon dont on parle de cette élection après avoir accueilli la Révolution. Je n’aime pas ces appels après les encensements des premiers mois, il y a quelque chose d’insultant à se sentir ballotés par des lecteurs pressés, pas toujours bien informés et surtout apeurés. La plupart des articles que j’ai lus (notamment français) charrient une peur profonde de l’Islam et une ignorance des réalités sociales, complexes et très différentes d’un pays à l’autre, de ceux qu’on considère comme musulmans. Ce n’est la faute à personne, le manque de recherches en sciences sociales sur la Tunisie me semble particulièrement important en ce moment.

Analysons ces résultats électoraux qui ne me surprennent pas à vrai dire. Ils disent en chiffres ce que l’on vit depuis longtemps : les islamistes sont présents dans la société. Et on en a une idée plus nette, qui sera définitive quand on aura mis au clair toutes les affaires de fraude dans une dizaine de jours, après que la justice ait examiné les plaintes. Là aussi c’est un processus qui peut sembler dérisoire mais il apporte avec lui une lenteur “pédagogique”, un apprentissage donc puisque les Tunisiens prendront le temps d’ingurgiter ce deuxième moment des résultats, d’admettre peut-être d’autres invalidations et donc la force du droit. Car il y a eu des tas de manipulations au cours de ces élections, que l’on peut considérer comme réussies, ayant donné une fois de plus une image de Tunisiens attirés par la vie citoyenne (donc encore un cran de sécularisation, dans les formes tout au moins). Ces chiffres de 40% de sièges revenant à Ennahdha dans la Constituante sont un peu douloureux, mais j’espère que les islamistes ainsi “reconnus” officiellement vont fabriquer moins de ressentiment… peut-être. Ces mêmes chiffres disent en même temps que moins de 50% des Tunisiens ont voté (on a 52% environ d’abstentions) et qu’un Tunisien sur cinq seulement a voté pour Ennahdha, beaucoup de voix venant d’ailleurs des Tunisiens en France….On voit que nous assistons à une montée d’une droite en Tunisie, ce qui est sombre. Alors même que nous n’avons pas de vie politique organisée et encore moins des institutions démocratiques, nous devons “admettre” ce diagnostic peu réjouissant mais prévu comme une base pour avancer vers une vie plus démocratique. Deux objectifs lourds, très lourds.

Le plus grand pas est de marquer une distance plus nette avec la dictature sans compter tout le reste (pauvreté, inégalités sociales flagrantes, manque de perspectives autonomes sans aide extérieure, corruption dans les rouages de l’État..) qui enveniment la marche de cette transition. Nous partageons le phénomène d’une montée des forces de droite avec beaucoup de pays dans le monde et le projet de sortir de la dictature avec d’autres pays du monde arabe qui ne nous ressemblent pas vraiment. Notamment en termes de présence de l’armée dans la société et le pouvoir, en termes d’acquis sociaux aussi notamment pour les femmes… Je sais que la Libye inquiète en ce moment mais pour ma part, je crains surtout des choses du côté du régime militaire algérien ! Mais là je manque encore d’éléments précis.

Les élections tunisiennes préparées selon des normes “internationales” ont énormément coûté en hommes et énergies. Je trouve cette opération admirable même si elle est marquée de nos insuffisances et même si on n’a pas évité un certain nombre de perversités. Face à ce travail de mise en place qui est en soi un acquis et une expérience qui marquera la vie politique, le paysage social reste inchangé, difficile à investir, à connaître en peu de temps. Ce premier rendez-vous électoral (j’ai parlé depuis de “brouillon” d’élections, disons un premier essai) n’a permis à personne de bien se préparer, ni aux Tunisiens engagés très rapidement dans l’action politique de faire des priorités. Comme les nahdhaouis ont un peu d’avance dans le tissu social car ils ont été persécutés, ils marquent les esprits comme des “résistants” qui ont payé un tribut humain à la dictature, ce qui est vrai. Voter pour eux c’est d’abord voter contre l’ancien régime qui les a persécutés sauvagement. Ils sont également aidés par les capitaux d’Arabie Saoudite qui n’ont jamais cessé de les alimenter pendant les 20 ans de leur résistance. La contre-révolution est hélas bien renflouée.

Le deuxième parti classé dans les chiffres électoraux est celui du CPR (Marzouki), le deuxième parti persécuté par Ben Ali, dirigé par un homme plutôt de “gauche” ou plutôt “droits de l’homme”. Les deux chefs d’Ennahdha et CPR (les deux partis en tête) ont vécu à Londres et à Paris, après avoir été pourchassés par Ben Ali… Ce qui me fait dire que la proportion qui leur revient, les plaçant en tête est aussi l’expression d’un vote qui veut rompre avec l’ancien régime et marquer sa détestation et son rejet.

Ajoutons à ce “vote-sanction” comme on dit dans le jargon, l’émiettement des forces démocrates et leur polarisation autour de personnalités qui se sont construites sur une résistance face à Ben Ali. Aucun “héroïsme” d’opposant ne peut fondre en 9 mois de transition. Les dizaines de partis qui n’avaient pas une “histoire héroïque” sont passés inaperçus. Je trouve par ailleurs les analyses des journalistes, y compris les plus informés d’entre eux, partielles, de facture politologique, le regard rivé sur des chiffres électoraux alors que je pense qu’il vaut mieux regarder en profondeur le tissu social où s’exerce ce dispositif. Et ce dispositif est en plus difficile à comprendre par le citoyen, d’où un danger supplémentaire.

Et puisque je suis dans le commentaire, je vais te donner un exemple des choses complexes que recouvrent ces résultats prévisibles pour ce qui est de la supériorité des Nahdhaouis. Le plus intéressant à observer est ailleurs à mon avis. Peut-être as-tu appris les troubles qui ont régné à Sidi Bouzid, la ville- symbole de la “Révolution”. Dans cette région très défavorisée, on aurait pu trouver Ennhadha en tête. Et bien non, on a voté presque massivement pour un zozo qui a été islamiste puis a fondé une télé à Londres (encore !). Après une courte opposition à Ben Ali, il est devenu son antenne, son mercenaire, entre autres pour combattre Ghannouchi, l’islamiste londonien aujourd’hui “victorieux”. Ce type est arrivé au nez de tous à activer les réseaux locaux du système Ben Ali pour faire élire son “parti” dans cette ville et quelques autres. Troisième dans le classement final !!! Avec les dépouillements, on a découvert des chiffres “réglementaires” mais massifs qui recoupent étrangement les votes benalistes de l’avant 14 janvier. Nous sommes dans la phase où on vient de découvrir cette opération incroyable, non répertoriée dans les infractions électorales. Cette mésaventure nous vaut plus qu’une anomalie, une série d’invalidations qui entraîne une autre crise de violence dans une région déjà endolorie par les morts de décembre-janvier. Une région pauvre mais que l’on a pu “acheter” aussi par un travail de terrain mystérieux, parallèle et presque ennemi de celui d’Ennahdha. Ces derniers n’ont pas le monopole de la triche ni de l’achat de la pauvreté dans le pays. La télé de ce londonien originaire de Sidi Bouzid, troisième dans le classement électoral a rapporté des voix en masse à des listes dont les prête-nom cachent d’anciens “notables” de l’ex-régime déchu…Privés de leurs élus, ces gens sont allés brûler le local d’Ennahdha… Et il ya de nouveau un couvre-feu dans la région ! Des gens souffrent alors qu’ils ont été floués, une fois de plus.

C’est à la fois plus grave et plus difficile à corriger que la désunion des “laïcs”, ou le gap entre intello et peuple, vrais et faciles à détecter quand on participe ou qu’on observe les élections. En d’autres termes, la société tunisienne a des carences profondes. Un vrai travail politique est à faire, et ce n’était pas possible dans ce premier essai électoral. Je pense que les associations doivent prendre le relais et ne pas baisser les bras avec ces résultats, au contraire. Je pense aussi que la chape de la parole qui a sauté doit continuer à pousser les limites du silence et des habitudes de passivité. Nous avons acquis une certaine dose de liberté et nous devons la garder vivante.

Nous devons convertir ces résultats électoraux en travail à faire, en essayant de trouver des solutions concrètes, aux problèmes de fond qui sont d’abord la pauvreté et l’injustice qui règnent comme une culture politique dominante, à tous les niveaux. Sur le plan politique, nous devons travailler à ne pas revenir à la case départ : les textes des mois à venir sont fondamentaux (Constitution et règlements) mais également dans des choses moins rigides, des espaces plus discrets. À l’université, des petites expériences ont démarré, très timides. Nous avons un nouveau dirlo. Il nous demande de travailler à re-structurer l’Institut pour lui donner une certaine autonomie, plus de dynamique. Je travaille à ça sans crédulité, en préparant un certain nombre de propositions concrètes. C’est la pratique professionnelle qui va être pour moi, comme avant l’axe de mon travail de “résistance”. En espérant que je ferai plus pour le collectif après avoir été un chercheur solitaire, livré à mes seules forces et mon amour du métier. C’est tout ce que je peux faire dans les années qui restent avant la retraite : croire un peu que la recherche peut faire quelques avancées au niveau collectif.

Par ailleurs, le pays (et l’université en particulier) doivent ouvrir la circulation et les échanges pour les jeunes. Mais là c’est une affaire plus que “nationale”. Et ce n’est pas demain la veille hélas. Il faudrait que l’Europe se réveille et comprenne que ce qui arrive chez nous la concerne au plus haut point.

Cette liberté de circuler serait déjà pas mal à côté de leur propre énergie… À voir mes filles et leurs copains, je pense que les jeunes vont aussi apporter leur part dans ce futur de la Tunisie, encore si difficile à imaginer et à construire. Cela donne du courage à la mère que je suis.

Voilà quelques pensées personnelles que je voulais te faire partager.

Je t’embrasse

K

À quoi sert l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National ?

Le sort en est jeté. L’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (ISHMN pour les intimes) n’aura pas d’élection ; son directeur est en voie de nomination. La recherche serait-elle un secteur oublié des dieux ou des anges de cette transition ? Loin de moi l’idée d’idéaliser l’opération de vote que des années d’exercice politique ont eu le temps de rendre suspecte, vidée de sens. Nous avons traversé assez d’expériences électives frelatées à la base pour que le simple acte de voter ne suffise pas à garantir la transparence, ni à signifier démocratie. Depuis l’indépendance, nous sommes devenus les champions d’élections Canada Dry, qui ressemblent à des scrutins démocratiques, en ont la couleur mais n’en sont pas. Le rendez-vous du 23 octobre est décisif en tant que coup d’envoi pour commencer à inverser cette tendance ; aussi voit-on fuser de toutes parts des embûches destinées à entacher ce baptême civique, à entraver le galop d’essai pour récolter « proprement » les opinions et choix de chacun. Croisons les doigts et surtout les efforts pour rester unis autour de cet objectif fondateur afin de déjouer les pièges et les mauvais génies qui veulent empêcher cet accouchement de la citoyenneté.

Sur le terrain universitaire, une première vague d’élections a eu lieu. On en attend une meilleure ambiance de travail et une base de concertation qui sorte petit à petit nos institutions de la paralysie et change les manières de faire. Sans jeter l’anathème sur cette pratique basique, notons que le vote, dans une institution universitaire comme ailleurs, peut être une coalition d’intérêts immédiats, un fastfood qui répond au prêt-à-sauter pour occuper la chaise vide. Celle du directeur de l’ISHMN est vacante. Qui peut l’occuper ?

Quatre éventualités se présentent, en l’absence d’élections. La première serait de reconduire l’ancien directeur. La « loi » lui permet, paraît-il, de se représenter à un second mandat. Comme si rien ne devait changer après une gestion de trois ans publiquement contestée. Un vent de changement ne peut-il pas souffler sur une institution étouffée par la loi du silence et par la confusion entre les pratiques du savoir et les habitudes du pouvoir ?

Deuxième éventualité : on pourrait désigner l’un des quatre chercheurs permanents représentants du corps A (entendre professeurs de l’enseignement supérieur). Que peut-on attendre des candidats internes d’une institution déchirée par une sourde guérilla qui a éteint la dynamique collective et tué les conditions de réfléchir à une politique scientifique ? Comme les années précédentes, pour l’année à venir, l’ISHMN n’a annoncé ni programme, ni projet collectif. Comment attendre que l’un de ces quatre « gradés », séparés par la fracture, plâtre un fossé organique ? La communication, slogan d’une réconciliation annoncée, résiderait dans la capacité à tracer un projet immédiat pour cette institution sans boussole, à impulser une direction de recherche qui conjuguerait les approches des quatre unités d’études.

Troisième possibilité : désigner à la tête de l’institution un universitaire extérieur. Est-ce qu’il doit être historien ? Et de quelle spécialité ? L’histoire du mouvement national est une spécialité inventée et canonisée par le politique. La formule a servi à ennoblir l’histoire de la Tunisie coloniale, expression jugée infâmante et devenue quasiment tabou. Elle a éclipsé la mention courante d’Histoire contemporaine, coupé la voie à l’exercice de l’histoire immédiate, face à des journalistes, hélas eux aussi muselés. Ce double cantonnement a fini par mettre à l’étroit les historiens dans l’espace-temps imparti par la politique, les menant à revendiquer une histoire du temps présent, une catégorie historiographique française consacrée dans les années 1980.

Dernière option : le futur directeur peut-il être une « personnalité nationale », catégorie entrée par la littérature médiatique dans les textes juridiques ? Que recouvre la formule ? Des militants ? Beaucoup, la plupart sont morts. Des membres du Parti Socialiste Destourien (PSD) dont certains ont travaillé à le transformer en Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) ? L’ancien personnel de l’Etat, de l’administration, des associations ? En quoi ces acteurs politiques, passés ou en exercice, peuvent-ils réfléchir à leur implication ? Ils peuvent être des témoins privilégiés et apporter à la recherche des éclairages nouveaux, des souvenirs inédits. La distance et le recul exigés par la recherche feront le tri. Dans nos mœurs jusque là non démocratiques, soumettre le fonctionnement scientifique à l’« arbitrage » de tiers non académiques n’a jusque là donné que des conseils scientifiques et d’administration rendus impuissants avec le passage du temps et l’autoritarisme ambiant. Alors que les cinq directeurs de l’ISHMN ont été choisis, depuis 1990, parmi les historiens de métier, les instances politiques n’ont servi qu’à les nommer ou à les dégommer, sans impulser de ligne ni assurer une quelconque neutralité.

Aujourd’hui, l’Université est soumise au défi de sortir des ornières de la fabrication d’un chômage qualifié et d’entrer qualitativement dans une dynamique d’innovation scientifique. Alors que les sciences humaines et sociales sont en nette déconsidération dans la formation générale et la culture du Tunisien, le destin de l’ISHMN est emblématique et le choix de sa direction doit être soucieux des enjeux pédagogiques, académiques, politiques, historiques et mémoriels auxquels il doit faire face. La mémoire du pays est orpheline d’une histoire critique et globale de la période coloniale. Anesthésiée par une conception victimaire et un enseignement scolastique de cette période marquante, l’opinion tunisienne traîne une incompréhension de cette époque, méconnaissant son héritage et ses paradoxes. Nos arts, notre littérature, nos médias, nos manuels véhiculent une image poussiéreuse de cette histoire prégnante dans notre société, présente dans notre économie, notre vie politique, notre urbanisme, notre quotidien. La relance de cette institution, toute politique qu’elle soit, doit être à la mesure de nos espoirs de réformer l’université, de tonifier la recherche, de mieux connaître notre passé et de donner à notre jeunesse l’envie d’étudier et d’enseigner aux générations futures une histoire complexe et riche de ressources.

Hammam-Lif, le 10 septembre 2011

Ce texte a été publié dans La Presse de Tunisie le 23 septembre 2011, page 9