Archives de catégorie : Maroc

Juin. Le maréchal africain, Un portrait

Guillaume Denglos, Juin. Le maréchal africain, Paris, Belin/Ministère des armées, 2018, 462p.

 Voici une biographie d’un personnage honni de l’histoire coloniale. Officier de l’armée française en Afrique du Nord, Alphonse Juin (1888-1967) est une recrue exemplaire (major de promotion à Saint Cyr en 1912, il devance Charles De Gaulle) et quelques victoires militaires sont attachées à son nom (la campagne de Tunisie, 1943 ; la victoire du Garigliano, 1944…). La mémoire de ce dernier maréchal d’Empire traîne cependant des actes lourds de conséquences sur l’histoire des pays colonisés puisqu’il est notamment le représentant officiel de la France pour deux dépositions de monarques : celles de Moncef Bey en Tunisie (13 mai 1943) et de Mohamed V au Maroc (20 août 1953). Charles-André Julien, Charles de Gaulle, François Mauriac ont laissé des portraits peu flatteurs d’un officier méritant mais qui n’a pas su comprendre le cours de l’histoire. Sa correspondance avec le général Salan de l’OAS achève de le disqualifier tandis que l’histoire marocaine est peu amène avec cet adversaire de la décolonisation qui a malmené une personnalité glorieuse. Après deux biographies (1968, 1988) de facture plutôt hagiographique et un volume de Mémoires publié en 1960, l’image du Maréchal Juin reste négative, desservie par ses sympathies vichyssoises, sa défense d’une colonisation têtue d’une Afrique du Nord secouée par des marques de rejet et par sa radicalisation contre l’indépendance de l’Algérie.

Un soldat français des colonies

Le travail de Guillaume Denglos revient à travers la vie d’Alphonse Juin sur l’histoire coloniale franco-marocaine dont les prolongements tunisien et algérien apportent des clés de compréhension supplémentaires. L’ouvrage issu d’une thèse soutenue en 2014 à l’Université de Paris I sous la direction de Pierre Vermeren[1], s’appuie sur une série d’archives dispersées en France (Archives nationales ; archives diplomatiques de la Courneuve, ouvertes en 2009 ; Centre des Archives Diplomatiques de Nantes ; Archives su Service Historique de l’Armée de Vincennes ; Institut National de l’audiovisuel), au Maroc (archives du Maroc de Rabat, fondations Allal El Fassi, Abderrahim Bouabid…) et  en Espagne (archives générales de l’administration d’Alcala de Hénarès).

 Grâce à l’apport de fonds inédits (ex : les papiers de Léon Marchal, ancien délégué à la Résidence Générale de France à Rabat, décrits page 441), des entretiens oraux et une lecture alerte de souvenirs et mémoires (les officiers supérieurs écrivent beaucoup après la retraite), cette biographie croise des documents jusque là peu connus (des séries non exploitées ou récemment classées, les fonds privés de Georges Bidault, Vincent Auriol, Hubert Lyautey, Christian Fouchet…) pour faire la part de l’homme, du soldat et de l’administrateur politique dans le monde colonial maghrébin, au cours de la première moitié du XXème siècle. Les douze chapitres dessinent un portrait nuancé d’un personnage, ni héros ni salaud, sans en gommer la riche carrière militaire, le patriotisme ni les contradictions, à la confluence des réseaux politico-militaires qui se tissent entre la France, le Maghreb et les Etats-Unis, à la faveur des deux guerres mondiales.

L’auteur commence par revenir sur l’enfance algérienne, dans un quartier populaire constantinois, d’un fils de gendarme qui gravit les marches de la méritocratie républicaine en passant par le service de l’armée (chapitre 1). Après son succès à Saint Cyr, Alphonse Juin intègre le régiment de tirailleurs de Blida puis découvre le Maroc avec les débuts militaires du protectorat français (chapitre 2). La Grande Guerre lui offre l’occasion de se distinguer : blessé à deux reprises et quatre fois décoré, il refuse d’être l’aide de camp de Lyautey, qui l’a remarqué, pour la passion de conduire le 1er régiment de tirailleurs marocains (chapitre 3). Après le métier de soldat, il apprend celui d’administrateur en effectuant un stage auprès de Lucien Saint (1867-1938) en Tunisie, au moment de la crise d’avril 1922 qui oppose le Bey Mohamed Naceur à la Résidence Générale de France (chapitre 4). Après sa participation en 1925/1926 à l’offensive française contre la rébellion rifaine dirigée par Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi (1882-1963) depuis 1921, il se rallie à Lyautey, pourtant démis par Charles Pétain qui a mené les opérations[2].

Le mariage de Juin avec la fille d’un riche propriétaire de Constantine, Cécile Bonnefoy, en décembre 1928 le propulse socialement, dans des milieux de la droite conservatrice (chapitre 5). Il fait l’apprentissage de la vie politico-militaire française en colonie. Sa proximité de Juin avec Lyautey (avec qui il échange une correspondance suivie de 1928 à 1933, sans partager sa vision), tout comme son passage au cabinet militaire de Lucien Saint (1929-1933) forgent sa conception coloniale et renforcent son image d’homme à poigne (chapitre 6).

La deuxième guerre mondiale va révéler le patriotisme anti-allemand de ce « soldat africain » en même temps que ses penchants pétainistes (chapitres 7 & 8), avant un ralliement tardif à de Gaulle en 1943. Ces épisodes seront au centre des interprétations concurrentes et des querelles mémorielles qui surviendront dans les années 1950 et qui s’aiguiseront avec le mouvement de décolonisation.

Le chapitre 10 (pp.137-151) raconte, sans entrer dans la complexité de la crise, la campagne de Tunisie et la déposition de Moncef Bey qui sera prononcée par Juin. Une nouvelle fois, celui-ci se distingue par son efficacité de chef militaire qui connaît son apogée avec la victoire menée à la tête du Corps expéditionnaire français (CEF) en Italie (chapitre 11). La fin de la guerre le consolide dans une réputation de fermeté qui lui vaut d’être préféré au général Leclerc pour devenir Résident Général de France au Maroc. Cinq militaires obtiennent ce poste au cours des 44 ans du protectorat. A l’instar de son mentor Lyautey (1854-1934)[3] et succédant à Charles Noguès (1876-1971)[4], Juin occupe la fonction entre mai 1947 et septembre 1951[5] sans bénéficier de l’aura du premier ni du relatif oubli du second par les Marocains. Un bras de fer s’engage dès le début entre le sultan Mohamed Ben Youssef et Juin dont l’objectif est officiellement de transformer le protectorat en Etat associé au sein de l’Union française afin de pérenniser le lien de sujétion du Maroc envers la France. Les plans de « réforme » qu’il propose pour le pays l’auraient amené vers une situation de co-souveraineté, d’où le refus par le sultan.

Juin et le Maghreb

Les 7 chapitres suivants (pp. 203-338) forment le cœur du travail de Guillaume Denglos, axé autour de la période où Alphonse Juin règne en proconsul sur le Maroc. Il jette sur l’histoire du protectorat marocain des éclairages divers qui permettant de comprendre les relations complexes entre la France et les élites, les soldats et les populations sur le territoire marocain. Ces acteurs impliqués dans l’expérience coloniale ne peuvent pas être réduits à la vision métropolitaine qui commence à flotter sérieusement face à la tournure des événements dans l’ensemble du monde colonial, au Maghreb, en Afrique comme en Asie.

Fait maréchal en 1952 et nommé à l’Académie française en 1953, Juin coopère avec Mendès France pour mettre en place un accord avec la Tunisie. La chute de Dien Bien Phu en 1954 confirme le choix de Juin de se concentrer sur l’Afrique du Nord en soutenant l’idée que l’Algérie, aussi française que l’Alsace et la Lorraine constituait, dans le contexte de guerre froide, un élément clé de l’Alliance atlantique en protégeant le flanc sud de l’Europe.

Le départ du sultan Ben Arafa et le retour de celui que les Marocains vont adouber en tant que Mohammed V signent la « défaite » politique de cet officier légaliste, dépassé par la  vague d’émancipation qui traverse le monde et en particulier le Maghreb en feu (titre de son ouvrage écrit en 1957). Après avoir été « l’enfant terrible de la 4ème République » (chapitre 20), le commandant à l’OTAN se voit progressivement marginalisé dans l’élaboration du jeu politico-militaire français (chapitre 21). Maintenant son objectif d’ordre dans un contexte politique qui a changé de nature -l’indépendance émerge dans l’horizon d’attente des nationalistes maghrébins-, il s’oppose à la politique algérienne de Charles de Gaulle. Quand l’indépendance de ce pays qui a façonné sa vie advient, le maréchal juin est à la retraite depuis le 6 avril 1962…

Cette série d’éclairages sur la personnalité et la carrière d’Alphonse Juin dépasse l’histoire d’un individu, fût-il un acteur important de l’organisation militaire et politique française. Les péripéties qu’il traverse dévoilent les dessous des projections, des tractations, des manipulations et des erreurs qui jalonnent l’histoire de la colonisation du Maroc et permettent de suivre les processus qui finissent par déboucher sur son indépendance. Sortant du seul point de vue métropolitain. Guillaume Denglos reconstitue le contexte général de la colonisation puis de la décolonisation en décortiquant les crises et en dessinant les étapes de la perte d’influence de la France. Tout en montrant l’apparition des dissensions internes dans la classe politique française, il contribue à relier les différentes histoires « nationales » concernées, celles de France, d’Algérie, du Maroc, de la Tunisie et de l’Espagne (à propos de la guerre du Rif). Ce faisant, il ouvre une série de chantiers pour les chercheurs désirant sortir des limites d’une histoire politique « classique » qui considère, entre autres, les appareils militaires comme des structures parallèles et/ou opaques. Le corpus documentaire mobilisé dans l’ouvrage permet de comprendre le rôle des armées et des militaires dans les politiques impériales et montre les possibilités d’étudier l’empreinte de l’organisation et de la culture militaire françaises sur les armées maghrébines de l’après-indépendance.

Ce sont là quelques-unes des pistes d’un ouvrage fouillé, agréable à lire et qui traite avec sagacité le conflit mémoire/histoire qui habite aujourd’hui l’histoire contemporaine.  

12 avril 2019

Paru dans la revue IBLA n° 223, 2019-1, pp. 102-106.


[1] Guillaume Denglos, Juin l’Africain : le Maréchal d’Empire (1887-1967), Paris I, Panthéon-Sorbonne, trois volumes de 1179 pages : deux de texte (608 pages) + un d’annexes (574 pages).

[2] Film Abdelkrim et la guerre du Rif, 2010, par Daniel Cling publié sur la chaîne Arte

[3] Daniel Rivet, Lyautey et l’institution du  Protectorat français au Maroc 1912-1925, Paris, L’Harmattan, 1988, 3 tomes.

[4] Noguès sera résident de 1939 à 1943. William A. Hoisington Jr, L’héritage de Lyautey : Noguès et la politique française du Maroc, 1936-1943, Paris, L’Harmattan, 1995.

[5] Le général de Gaulle quitte le pouvoir en janvier 1946

Al Fikr, Naqd, Prologues : trois revues maghrébines à l’honneur

En marge de la 34ème Foire Internationale du Livre de Tunis (6-15 avril 2018), la Bibliothèque Nationale de Tunis a invité samedi 14 avril 2018 trois intellectuels à raconter les itinéraires des revues qu’ils ont créées et animées : Al Fikr a été présentée par Béchir Ben Slama, Naqd par Daho Djerbal et Prologues/Mouqaddimat  par Mohamed Seghir Janjar. Les revues sont en effet souvent un point aveugle dans les études sur la vie intellectuelle, littéraire ou scientifique. Elles sont pourtant l’espace où s’élaborent les idées, où se préparent les œuvres, où les auteurs se frottent à la réception des lecteurs, où des poètes publient des textes épars, où l’on trouve des traductions des littératures étrangères, où certaines connaissances spécialisées sont vulgarisées… Les revues sont également un lieu d’engagement dans la mesure où le travail qui sous-tend leur existence fragile et éphémère est un travail de fourmi, obligatoirement collectif qui baigne dans l’anonymat et se dissout avec la disparition du titre. Raja Ben Slama, directrice de la BnT et organisatrice de l’hommage introduit la manifestation en soulignant cette particularité de l’effort « revuiste » et la persévérance des chevilles ouvrières veillant à la préparation de chaque livraison.

La tunisienne al Fikr, une longévité à l’ombre du pouvoir bourguibien

Béchir Ben Slama, fondateur et animateur de la revue Al Fikr (1955-1986), commence par relier la naissance de cette revue à l’antécédent An–Nadwa (fondée par Mohamed En-Nayfar en janvier 1953, 34 numéros) dont Mohamed M’zali (1925-2010, plusieurs fois ministre de Bourguiba) réalise le dernier numéro. Formé à la philosophie à l’université de La Sorbonne et enseignant, ce dernier adjoint au projet de fondation d’Al Fikr Béchir Ben Slama son collègue au lycée Alaoui de Tunis, qui en sera le rédacteur en chef tout au long de ses trente et un ans d’existence. L’un et l’autre signeront les éditoriaux de la revue et concevront une série de numéros spéciaux (dont un sur l’Islam en 1966) en s’appuyant sur un comité réuni tous les samedis après-midi dans un bureau attribué par l’Association des Anciens Elèves de Sadiki. Al Fikr publie plusieurs plumes débutantes comme Hichem Jaït, Ezzedine Madani… et des réflexions qui ont montré plus tard leur pertinence (le vide idéologique et la perspective du rôle de l’Islam).  A l’époque, la typographie et l’élaboration de chaque numéro nécessitait un long travail de vérification entre la rédaction et l’imprimerie. Bourguiba disait de la revue qu’elle le servait mieux qu’une ambassade. La revue cesse de paraître en 1986

En 2015 et pour les soixante ans de la revue – célébrés dans l’indifférence des autorités – Béchir Ben Slama rédige un manifeste. L’année suivante, il met au point un index par matières, un outil qui permet de voir l’importance des sujets traités et ne manquera pas de servir aux futurs chercheurs.

L’algérienne Naqd et les tumultes de l’histoire

Daho Djerbal inscrit Naqd (37 numéros parus depuis 1991) dans l’histoire contemporaine algérienne : le passage à l’indépendance, la décennie noire et l’arrivée d’Internet. Dans la transition brutale entre la colonisation et l’indépendance, l’Université d’Alger (née en 1909, considérée comme la deuxième université de France, notamment pour le droit et la médecine), a dû affronter les vides dans la production et la transmission du savoir comme elle devait revenir sur le regard et les bases épistémologiques de la connaissance sur la société algérienne. Vers la fin des années 1980, on sentait la « montée des périls » : progression des islamistes, développement des mouvements identitaires berbères, suppression des libertés… Douze intellectuels et universitaires algériens se rassemblent autour du besoin de réfléchir aux symptômes inquiétants. Le 1er numéro de Naqd (décembre 1991-février 1992) coïncide avec l’interruption du processus électoral par le coup d’Etat militaire et la 1ère Guerre du Golfe. De semestrielle, la revue devient annuelle avec l’arrivée du terrorisme. Deux professeurs de médecine (Boussebsi et Bekhanfir) sont assassinés, avant de produire des travaux de terrain sur les formes de violence observées (inceste, agressions liées aux facteurs religieux ou à la consommation de drogues…). La nécessité de la réflexion critique trouvait des résonances dans Perspectives, (GEAST, 1963-1975) Souffles (1966-1973) ou Soual (créée par Mohamed Harbi et Menaouer Merrouche en 1982), considérées comme références par les animateurs de Naqd, soucieux d’interroger les réticences de la société algérienne à creuser les raisons profondes de la dissolution du lien social et le rapport au savoir (la revue invente le terme « épistémophobie »). Indépendante du gouvernement (aucun abonnement officiel), Naqd vit sur ses ventes de librairie et a pu construire un vaste réseau d’auteurs du « Global South » avec une prédominance d’auteurs maghrébins (112 en 25 ans). Une convention signée avec la plate-forme européenne CAIRN permet aujourd’hui à 88 institutions publiques algériennes et 72 tunisiennes d’y accéder. Le pari de durer et de transmettre est gagné.

La marocaine Prologues/ Mouqaddimat, ancrage maghrébin et adaptation au web

L’aventure de Prologues (1993-2008) exprime une autre forme de résistance dans la durée puisqu’elle renaît en 2017, en format numérique et sous le titre Prologues. Le Maghreb des livres et idées. Mohamed Seghir Janjar remonte à la création de la Fondation du Roi Abdul-Aziz Al Saoud pour les Etudes Islamiques et les Sciences Humaines créée en juillet 1985 par Abdou Filali-Ansary. Une news letter sert à diffuser des informations, des lectures et des commentaires de la production scientifique, en rapport avec les transformations sociales. La revue Prologues naît au sein de la maison d’édition Horizons Méditerranéens avec des capitaux différents et profitant d’un contexte marocain plus ouvert aux Droits de l’Homme et à l’idée maghrébine, après plusieurs expériences sous autoritarisme (Mohamed El Aziz Lahbabi et Afaq Ittihad kuttab al maghrib des années 1960 ; Souffles et son inspiration tiers-mondiste ; Athaqafa al jadida et Mohamed Bennys, années 1980).

Prologues se propose d’analyser la société avec une sensibilité maghrébine sur le modèle de la London Review of Books (née en 1980) et la New York review of books (fondée en 1963), à partir d’ouvrages du monde entier.

Avec le constat que l’usage de la seule langue arabe appauvrissait l’esprit critique et tournait le dos à la production scientifique élaborée en français aux débuts de l’université marocaine, l’idée d’une revue bilingue s’impose afin de conserver le débat au sein des élites et pour créer une passerelle entre les générations d’universitaires et d’intellectuels marocains. Par ailleurs, le principe de comparaison et l’ancrage dans le terreau maghrébin étaient des choix éditoriaux centraux.

En 15 ans, 684 articles paraissent ; 36% des 657 auteurs sont étrangers. Les Tunisiens Yadh Ben Achour, Mohamed Talbi, H’mida Ennaïfar, Ali Mezghenni, Amel Grami, Moncef ben Abdejellil…, représentants d’une islamologie moderne nécessaire après la Révolution iranienne et l’expérience algérienne, sont publiés par des éditeurs marocains. Un état des lieux sur les études sur la femme depuis Allal Al Fassi et une série de numéros spéciaux ont paru ; s’ils ont pu servir, ils n’ont pas entretenu les ventes, en chute libre. Comme en Algérie et en Tunisie, les tirages passent de 3.000 à 2.000 puis à 1.000 en 2008, mal diffusés.

Prologues cesse de paraître en 2008. Elle reparaît après 10 ans et des transformations considérables : le paysage marocain se sature par les chaînes satellitaires et Internet sans que la société dispose d’une culture de l’écrit suffisamment forte pour favoriser le passage à l’écrit du web. Aussi la solution  préconisée pour la formule de relance de Prologues/Mouqaddimat est-elle de s’adapter au nouveau lecteur. Il s’agit d’occuper la toile, avec des textes de moins de 6.000 signes, en disant l’essentiel et par des approches comparatives, le but étant de déconstruire les évidences et d’instruire le débat public.

Etant donné que l’âge moyen des 300 revues marocaines est de 2 ans et demi, il faut souhaiter longue vie à Naqd et à Prologues/Mouqaddimat.

Outre qu’il a permis d’évoquer l’histoire, la force et la vulnérabilité de l’édition périodique au Maghreb, cet hommage aux trois revues a ouvert également les portes de l’avenir. Des collections complètes des revues Prologues, Naqd et Intersignes (directeur Fethi Ben Slama, Paris, 1990-2001) sont venues enrichir le fonds de la Bibliothèque Nationale de Tunis. La numérisation en cours et les échanges avec la Bibliothèque Abdelaziz Ibn Séoud de Rabat (numéros manquants de la revue al Fikr) promettent de mettre à la disposition d’un plus grand nombre d’usagers des mines d’information, de connaissance et de réflexion sur les sociétés maghrébines en mouvement.

Compte rendu publié dans Prologues/ Mouqaddimat, mai 2018.

https://prologues.medias24.com/Art-litterature/47-Le-Maghreb-des-revues-Al-Fikr-Naqd-et-Prologues-a-l-honneur.html

Et sur le site de la Bibliothèque Nationale de Tunisie

Trois revues maghrébines à l’honneur Al Fikr, Naqd, Prologues