Archives de catégorie : Histoire

Mohamed Salah Fliss : 1961-1970. Les étapes d’un engagement

Le texte qui suit reproduit une partie de l’entretien effectué le 22 janvier 2014 à l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine (ISHTC). Mohamed Salah Fliss revient sur les étapes, les raisons d’un engagement qui tient autant aux événements qu’il a vécus à Bizerte qu’à l’expérience de la prison.

L’entretien vient d’être traduit par Mohamed Salah Fliss et publié sur le site Nachaz Dissonances https://nachaz.org/%d9%85%d8%ad%d9%85%d8%af-%d8%a7%d9%84%d8%b5%d8%a7%d9%84%d8%ad-%d9%81%d9%84%d9%8a%d8%b3-%d9%85%d8%b1%d8%a7%d8%ad%d9%84-%d8%a7%d9%84%d8%aa%d8%b2%d8%a7%d9%85/

Kmar Bendana : Quelles sont les circonstances dans lesquelles vous êtes entré dans le mouvement Perspectives ?

Mohamed Salah Fliss : J’avais 14 ans et demi au moment de la bataille de Bizerte. Ce que j’ai vu pendant l’été 1961 m’a écœuré. Voir une armée tirer sur une autre m’a ahuri, révolté. Cette guerre était le résultat d’une politique de Bourguiba et je trouvais que de ce point de vue là, Bourguiba a raté le coche comme homme d’Etat. Quand après la bataille, j’ai vu qu’il y avait un silence total, que Bourguiba n’a prononcé aucun mot d’excuse, je suis passé de l’autre bord. D’autres événements de moins grande envergure m’ont marqué également. Ali Ben Salem Kchouk et Habib H’nini, des participants au complot de décembre 1962 habitaient notre quartier. Recherchés par la garde nationale, ils se sont enfuis. J’ai vu les forces armées faire irruption par les terrasses dans notre patio où avec notre mère nous étions en train de manger autour de la mida. J’ai vu des hommes mettre des échelles à l’extérieur, descendre dans les maisons sans permission aucune. On nous intime l’ordre de ne pas bouger, on a vécu une situation de peur autour de notre mère. Ils fouillent sous les lits, vident oreillers et matelas. J’ai vécu ces moments de terreur comme gosse dans notre maison, en présence des miens et de notre mère. Par la suite, j’ai appris que des gens comme Mohamed Salah Baratli (qui vient de décéder le 2 janvier dernier à l’âge de 86 ans), ont été torturés au point que pour arriver au tribunal, ils devaient marcher avec deux béquilles en bois (les photos existent). Cs événements m’ont éloigné de Bourguiba, de son parti et ont fait de moi un homme critique envers le régime. Avec le temps, on a appris à canaliser notre refus du régime en essayant de nous organiser.

Après il y a eu le procès de Mohamed Ben Jannet https://www.masharif.com/fr/2020/05/17/memoires-dun-critique-militant-mohamed-ben-jannet-11-fevrier-1940-12-novembre-2o12-mouvement-davant-garde-tunisien/ que j’ai suivi de près. Il a été arrêté l’après-midi du 5 juin 1967 et condamné en été. On était offusqués que le procureur de la République demande la peine de mort, que Mohamed Ben Jannet écope de 20 ans de travaux forcés. C’était le point de départ d’une activité tous azimuts, pendant l’année 1967-1968. Je venais d’avoir mon bac en juin 1967.

K. B. : Parlez nous de ce « on ». Comment s’est formé votre groupe ?

M. S. F. : Avec un groupe d’amis du lycée de Bizerte, on était en liaison avec nos aînés à la « faculté du 9 avril » qui nous rapportaient les nouvelles des événements à l’université. Ce groupe se composait d’amis qui fréquentaient le même lycée, habitaient des quartiers voisins et jouaient au football ensemble. Chaque week-end, grâce à nos aînés, on était au courant ce qui s’était passé dans la semaine à l’université et on les informait sur notre lycée qui était un peu spécial. Quand on a intégré le lycée (Stephen Pichon) en novembre 1961, nous l’avons pris de haute lutte aux Français. Nous l’avons investi sous la houlette du proviseur Mohamed Bouden, sur ordre de Mahmoud Messaâdi. Il n’y a eu aucune réaction de l’autre côté. Dans ce groupe, deux éléments sont partis faire des études en France. Les autres sont restés ensemble. Ils n’ont pas tous été en prison mais ils se sont engagés ensemble.

K. B. : Quand et comment avez-vous rejoint le mouvement Perspectives ?

M. S. F. : L’année 1967/1968, où j’ai rejoint l’université était une année faste en activités protestataires contre le régime. J’étais inscrit pour deux licences parallèles : l’une en civilisation islamique, l’autre en PPS (psychologie/philosophie/sociologie). J’habitais la cité universitaire Ras Ettabia. Il y avait des réunions politiques quotidiennes entre les trois variantes : le Baâth, Perspectives et le parti communiste tunisien. Deux grands comités ont été mis sur pied : pour la libération de Mohamed Ben Jannet et pour soutenir le peuple vietnamien contre la guerre américaine. Autour de ces deux comités, on a organisé des réunions dans les différentes sphères de l’université, distribué des tracts dans les restaurants et les cités universitaires. Les partis politiques venaient « pêcher » les éléments qui étaient censés être les plus actifs et les plus engagés. J’ai été contacté par les trois formations en vue d’avoir des entretiens plus élaborés avec les militants de chaque groupe. Honnêtement, on n’était pas outillés pour trancher dans le sens d’un engagement partisan clair et net. On discutait les uns avec les autres pour comprendre, on posait des questions, on compilait de la littérature. En mars 1968, c’était le cumul d’une série de manifestations, grèves, distribution de tracts…. Le régime a perdu son sang froid, il a décidé d’un grand coup pour essayer de récupérer le mouvement, de le stopper pour qu’il ne prenne pas de l’ampleur. Les deux livres blancs publiés par le Parti Socialiste Destourien et par les étudiants destouriens en 1968 le montrent bien : le régime a été compréhensif et clément jusqu’à un certain point. Les contestataires n’ayant pas compris qu’il y avait des limites, on a cogné en faisant des arrestations. Les premières ont été faites le 19 mars 1968. Les premiers arrêtés, tabassés et bousculés ont donné des noms et la chaîne a commencé…Pour la direction du territoire, il fallait cataloguer chacun, même ceux dont l’appartenance n’était pas très claire. La libération de Mohamed Ben Jannet ou le soutien du Vietnam n’étaient pas considérés comme des causes ; il n’y a avait que des gens organisés. Toutes les personnes citées étaient mises dans le même sac.

K. B. : Au moment des arrestations en mars 1968, faisiez-vous clairement partie du mouvement Perspectives ?

M. S. F. : J’étais encore hésitant. Je discutais avec tout le monde, je voulais me faire mon idée. Il fallait que je comprenne avant de trancher. Mais j’étais dans le coup du point de vue de l’action concrète :  je participais aux réunions, aux manifestations, aux grèves ; je distribuais les tracts. En prison avec un certain nombre de détenus (Abdallah Rouissi, Najib et Rached Chebbi….qui ont remis en cause leur appartenance au nationalisme arabe), nous avons eu des discussions. La prison donne l’occasion de profondes et fructueuses discussions quant à l’orientation politique. Le 1er août 1969, à Borj Erroumi, nous avons constitué une cellule appelée le GMLT : Groupement Marxiste Léniniste Tunisien. La tâche assignée à ce groupe était de comprendre la nature de la société tunisienne, de trancher dans le débat entre « révolution socialiste » ou « révolution démocratique nationale » ce qui pouvait convenir à la Tunisie à cette étape. Pencher pour la « révolution socialiste » signifiait pour nous aller avec le prolétariat industriel avec des alliés. Si on devait opter pour « révolution démocratique nationale », le panel devait être plus large, il fallait se mettre à l’écoute de la partie de la société tunisienne qui n’a pas eu sa part de développement après l’indépendance.

K. B. : Vous avez pu terminer vos études ?

M. S. F. : Non. J’ai été coffré dès la première année. Condamné en 1968 à deux années de prison, j’ai effectué ma peine entière, à trois semaines près. J’ai été libéré le 17 janvier 1970 et n’ai pas pu reprendre mes études

K. B. : Votre engagement au sein de Perspectives est le fruit de la maturation de votre réflexion en prison ?

M. S. F. : Si j’étais resté libre, j’aurais eu mis plus de temps à choisir à cause des points de divergences. Perspectives https://fr.wikipedia.org/wiki/Perspectives_tunisiennes était idéologiquement un ramassis large qui ne pouvait pas tenir la route dans une seule et unique organisation. De plus, la constitution de Perspectives s’est faite à Paris, au vu des données du mouvement étudiant tunisien en France. C’était une partie de la mosaïque politique tunisienne, qui ne pouvait pas englober l’intégralité de la réalité politique du pays, plus complexe. Je suis venu à l’action politique à travers une expérience personnelle : la bataille de Bizerte de l’été 1961 puis le complot de décembre 1962. Je connaissais les personnes arrêtées en chair et en os, je les admirais parce que je les trouvais sincères, probes, n’ayant rien à se reprocher humainement sauf qu’ils étaient hermétiques (je parle de ceux qui se sont engagés dans le complot). Apprendre les condamnations à autant d’années de prison, voir la peine de leurs familles, c’est révoltant, affreux, insupportable, inadmissible. C’est ça la différence avec ceux qui sont venus de France. A mes yeux, les « perspectivistes » de France avaient à gagner en maturité en s’intégrant à la réalité tunisienne. Il leur était nécessaire d’avoir des accointances concrètes à travers les gens pour communiquer avec une partie de la population tunisienne.

K. B. : Ces jugements étaient ils clairs pour vous avant la prison ?

M. S. F. : Avant la prison, c’était un sentiment vague qui ne savait pas exprimer ses contours. En prison, la chose la plus admirable est qu’on est ensemble 24h/24H. Si on est animés de bonne volonté, il n’y avait que des luttes idéologiques et politiques pour remplir notre emploi du temps. Après un coup de filet répressif, il fallait faire son mea culpa, revenir à l’action, pour l’asseoir, pour se donner les moyens de la comprendre, de la critiquer le cas échéant, de la compléter. Pendant toute la période de prison, la détention a eu la vertu de nous apprendre à nous retourner sur nos actions passées pour les décortiquer et essayer de voir où le bât blessait.

K. B. : Que pensez-vous aujourd’hui de la prison ? Que vous a-t-elle apporté ?

M. S. F. : La prison a certainement servi à notre formation politique. Elle a permis de rassembler des gens différents. Des générations et expériences disparates qui peuvent se compléter se sont retrouvées ensemble. Des consciences se sont mises en commun. La discussion d’un jour peut déboucher après une semaine sur une remise en cause positive…

K. B. : Vous avez résisté aux vexations de la prison comme intellectuel. Tout le monde peut-il tirer profit de l’isolement ?

M. S. F. : A part la lutte idéologique et politique, il y a le facteur humain. Premièrement, moi jeune de vingt ans, j’ai pu connaître des militants de toutes les régions, apprécier la hauteur morale et éthique de gens qui essayaient de se forger intellectuellement et politique. Deuxièmement, une solidarité s’est constituée contre un ennemi commun, l’administration pénitentiaire. Dans  une manifestation, dans une grève, vous êtes dans une foule non individualisée. En prison, on connaît untel, son chemin, on approfondit la connaissance des individus. Le principe de la lutte devient intangible, indiscutable, quand on connaît les militants. Dans la clandestinité, sous pseudonyme, pressés de finir les réunions, on ne se connaît pas, c’est factice. En 1970, après deux ans de fréquentation, tout le monde était d’accord pour continuer le combat, dans le même esprit ou en changeant de méthode.

Publié

-dans le magazine Akademia n°27, Université de La Manouba, mars 2014, pp. 7-12.

-sur le site Nachaz Dissonances https://nachaz.org/mohamed-salah-fliss-1961-1970-les-etapes-dun-engagement/

Entre crise politique et crise sanitaire : le Président Kaïs Saïed tente de reprendre la main

La Tunisie, plongée dans une gouvernance désinvolte, absorbée par les tensions politiciennes, peu attentive aux conseils des scientifiques et aux ressorts mondiaux de la catastrophe, voit aujourd’hui sa situation sanitaire critique doublée d’une crise institutionnelle inédite. Dimanche 25 juillet, lors d’une réunion d’urgence, le président Kaïs Saïed a en effet décidé de limoger le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, afin d’assumer lui-même le pouvoir exécutif. Dans le même mouvement, il a gelé les activités de l’Assemblée pour 30 jours et levé l’immunité parlementaire des députés.

Ces décisions s’inscrivent, selon le président, dans la constitution (notamment son article 80, qui permet des mesures d’exception en cas de « péril imminent ») et font écho aux manifestations antigouvernementales, particulièrement nombreuses hier. Ce coup de force ouvre une ère de potentielles dérives politiques pour la transition démocratique tunisienne, qui n’a pas connu une telle configuration depuis la mise en place de la constitution en 2014.

Cet évènement exceptionnel entre en collision avec plusieurs crises. La situation sanitaire en Tunisie, particulièrement meurtrière cet été (ce mois de juillet 2021, avec ses 2987 morts, enregistre le pire taux de mortalité depuis le début de la pandémie), est l’une d’entre elles, mais les difficultés du système de santé tunisien ne sont que le reflet de celles des politiques publiques dans leur ensemble, qui perdurent depuis plusieurs années. Malgré les espoirs qu’elle a pu susciter chez la population, la révolution tunisienne de 2011 n’aura pas suffi à rompre définitivement avec de mauvaises pratiques héritées du régime précédent.

Quand la politique tourne le dos à la société

Rappelons que le président Zine El Abidine Ben Ali, qui gérait le pays depuis 1987, s’enfuit en Arabie saoudite le 14 janvier 2011 pour y mourir en septembre 2019. Le choc de ce départ spectaculaire, qui marque le point culminant de quatre semaines de mobilisations, est de taille. Dans l’ensemble de la région sud méditerranéenne, des répercussions immédiates se font sentir, ainsi qu’un espoir partagé : faire tomber les régimes autoritaires en place et changer les conditions sociales et économiques des pays touchés par la vague des soulèvements.

L’allumage révolutionnaire tunisien crée alors une panique dans la classe politique, le temps de mettre sur les rails une nouvelle dynamique constitutionnelle et d’élaborer un système électoral, le tout en quelques semaines. Ces premiers pas bénéfiques n’ont cependant pas suffi à rompre avec les arcanes d’une gestion politique et économique commandée non pas par les besoins du pays, mais par des systèmes d’exploitation tracés et appliqués par les dirigeants, sans laisser de marges de manœuvre aux échelons locaux. Cette logique est toujours prégnante, comme la période 2011-2020 l’a démontré : les intérêts macro-économiques continuent à configurer les conditions de vie et les liens au sein de la société tunisienne, au nom de la bonne insertion de la Tunisie dans les marchés mondiaux.

La vague des changements survenus depuis 2011 renferme certes des facteurs positifs, comme la liberté d’expression. Celle-ci entraîne une véritable créativité culturelle et artistique, mais sans répercussions économiques ni politiques sensibles pour la population. Le bien-être espéré n’arrive pas, quand les privilèges et injustices engendrés par des décennies d’autoritarisme continuent de commander les affaires publiques. Les classes moyennes et inférieures sont les plus touchées par l’absence de politiques sociales.

La santé illustre à souhait la dynamique discriminante qui règne, notamment dans l’accès aux soins, inégal entre les classes sociales et entre les régions. Au fil des années post-2011, le vécu des citoyens et des citoyennes accuse des dégradations matérielles et morales qui divisent le pays et l’opinion. La jeunesse ressent de manière particulièrement dramatique les effets d’une marginalisation continue.

Sur le plan économique, la cherté de la vie favorise les circuits parallèles. En perdant les deux tiers de sa valeur depuis 2010, le dinar tunisien accroît le déséquilibre commercial. L’importation fleurit au gré des choix de consommation : les voitures et les produits de luxe continuent à envahir le marché, alors que les besoins immédiats et nécessaires (entre autres en médicaments) sont difficilement satisfaits.

Sur le plan social, l’émigration prend des proportions hémorragiques pour les diplômés en mal d’insertion : universitaires, médecins, ingénieurs cherchent à se placer dans des pays plus demandeurs. L’émigration irrégulière devient plus massive et meurtrière pour une jeunesse qui décroche de l’enseignement et rêve de l’eldorado européen. Les côtes italiennes sont la première cible des embarcations affrétées par des intermédiaires de plus en plus prospères, malgré la surveillance et les accords avec les pays voisins.

Un baromètre dit clairement l’ampleur et la persistance de ces déséquilibres. Chaque mois, le nombre de mouvements sociaux dépasse le millier. Les contestataires s’en prennent d’abord aux manquements des pouvoirs publics (conditions de recrutement opaques, répartition inégale des chances et ressources…). Alors que la corruption constitue l’un des principaux travers visés, elle a pris des proportions graves contribuant à affaiblir l’autorité de l’État, ainsi que son statut de pôle central de décision. Le mécontentement a culminé dimanche 25 juillet 2021 dans les manifestations antigouvernementales qui ont rassemblé plusieurs milliers de personnes à Tunis, Sousse, Sfax, Gafsa, Kairouan, Nabeul…. qui reprochent aux gouvernants un traitement orienté vers la répression sans prendre en compte les besoins et attentes, voire en y tournant le dos.

C’est comme si les problèmes concrets de la société et de la jeunesse échappaient à l’attention et aux soucis des décideurs, préoccupés par les notations internationales en baisse constante et les difficultés à arracher le quatrième emprunt du Fonds Monétaire International (FMI). Celui-ci se montre particulièrement réticent à l’accorder, faute de parvenir à faire appliquer ses directives de réformes.

Dans cette crise aggravée de la gouvernance publique, le pays traverse une troisième vague de Covid particulièrement coûteuse en vies humaines : le nombre de décès se maintient à plus de 100 par jour, s’approchant des 18 000 morts pour une population de 12 millions de personnes. L’état d’urgence sanitaire est décrété depuis le 8 juillet 2021, au milieu d’une gestion de la santé publique pour le moins désastreuse.

Une santé de moins en moins publique

Parmi les causes de cette gestion erratique, l’instabilité des ministres chargés de la santé. Quinze se sont succédé depuis 2011, et la valse s’est accélérée depuis 2020 avec l’arrivée du Covid. Cinq ministres ont été nommés en seize mois ; le dernier en date, Faouzi Mehdi, est limogé le 20 juillet par le Premier ministre en pleine campagne de vaccination.

Le ballottement au sommet du système de santé fait écho à d’autres signes alarmants : l’état des hôpitaux se détériore (un jeune résident meurt ainsi dans un ascenseur en décembre 2020), les patients achètent leurs propres médicaments faute d’en trouver dans les stocks, des morts inexpliquées se multiplient, comme celles des nouveaux nés de mars 2019, les soins des populations rurales sont insuffisants, le corps médical est souvent pris à partie par les familles…

Pourtant, depuis les années 1990, la libéralisation du marché du soin et de la pharmacie a largement permis le raccordement de l’économie tunisienne au marché mondial de la maladie. Cela impulse la création de filières de formation de spécialités porteuses. L’élite instruite se tourne vers les professions de santé et les laboratoires pharmaceutiques se multiplient, grâce à une faculté créée à Monastir en 1975.

Ce développement de l’enseignement dans les professions de soin se fait au détriment de l’hôpital public, qui a progressivement commencé à se vider de ses moyens et de ses ressources humaines, malgré l’essor de la médecine de ville (surtout dans les grands centres). Des médecins ont révélé cette évolution toxique et dangereuse dans un pays aux lois sociales imparfaites et doté d’une infrastructure hospitalière mal répartie. Malgré la multiplication des cliniques privées, le chômage des médecins est aujourd’hui un des plus élevés (15 % environ), notamment parmi les femmes.

Il n’en a pas toujours été ainsi. Aujourd’hui encore, le secteur médical tunisien garde une solide réputation internationale, qu’il tire essentiellement de son système de formation. Celui-ci bénéficie depuis l’indépendance de liens universitaires avec la France ; un Institut Pasteur existe à Tunis depuis 1893 et la faculté de médecine créée en 1964 est un établissement aligné sur les standards pédagogiques français. À Tunis, à Sousse, à Sfax et à Monastir pour la médecine dentaire, le pays compte aujourd’hui quatre facultés !

L’amélioration des conditions sanitaires dans la Tunisie post-indépendance a contribué à ériger l’image du médecin comme acteur social privilégié et comme membre d’une communauté scientifique mondialisée. Cette double affiliation a fait connaître aux praticiens tunisiens deux ou trois décennies heureuses, grâce à un travail clinique valorisé par la recherche et des conditions de travail bénéficiant du matériel nécessaire. L’arrivée des restrictions financières dans le secteur public, la dévalorisation de la recherche, la multiplication d’entreprises privées important l’équipement sanitaire et la marchandisation internationale du soin en plein essor vont rendre le métier de médecin plus ingrat, surtout dans le secteur public.

La même économie mondialisée de la maladie encourage d’autres filières : elle stimule la formation d’infirmiers et d’infirmières, ainsi que de divers thérapeutes dont le nombre a augmenté grâce à une demande locale en hausse. Reliée à l’Europe, aux pays du Golfe et à l’Afrique, la médecine tunisienne va opérer une mutation de ses services et orienter ses qualifications vers d’autres marchés. À partir des années 2000, elle renfloue de plus en plus les services publics et les cabinets de ville en France et en Allemagne, en répondant également aux nombreux appels d’offres des pays du Golfe, nettement plus avantageux que les conditions désormais offertes au niveau tunisien.

Grâce à la libéralisation de la pratique, le secteur médical est également nourri par des patients des pays voisins qui trouvent en Tunisie des professionnels (souvent francophones) et des centres spécialisés en cardiologie, en médecine esthétique, en chirurgie des traumatismes, en gynécologie (le circuit de la procréation médicalement assistée, ou PMA, y est notamment prospère).

Un véritable tourisme médical s’est mis en place, avec ses agences et ses circuits de cliniques, de fournisseurs et de spécialistes. À partir de mars 2020, la Covid-19 a grippé cette mobilité sanitaire en privant les cliniques et cabinets de ces « touristes » libyens, algériens et subsahariens. La population atteinte du Covid, à même de payer ses soins, n’a pas tout à fait remplacé cette patientèle devenue un poumon vital pour l’exercice de la médecine en Tunisie. Elle a fourni un adjuvant intéressant en ce temps de crise : en attendant des études sur le sujet, on constate l’effondrement de cet équilibre provisoire induit à court terme.

Le coronavirus, une crise fatale

La fissure est profonde car la crise traversée par la Tunisie est sociale, politique et économique avant d’être sanitaire. Les efforts surhumains des professionnels de santé mobilisés (les femmes, comme partout, sont aux premières loges) depuis quinze mois n’ont pas réussi à préserver le pays d’un rebond particulièrement sévère. Le variant Delta se répand dans les générations plus jeunes et augmente le sentiment d’insécurité au sein de la population. La journée de vaccination ouverte le jour de l’Aïd (20 juillet) a révélé au grand jour manque de prévision, trafics d’influence et absence de coordination.

La durée de l’épidémie, l’absence de mesures adéquates pour diminuer la contagion (notamment en limitant les déplacements), l’indiscipline d’une population livrée à elle-même (puisqu’on ne fournit pas de masques aux plus démunis et que les tests PCR coûtent le double du SMIG tunisien) sont venues pointer les défaillances du gouvernement d’Hichem Mechichi, dépassé, sans cohésion ni vision. La succession des variants vient encore alourdir les dégâts de cet été 2021 : plus de 4500 nouveaux cas par jour en moyenne sur la dernière semaine de juillet, et des besoins en réanimation qui dépassent largement les lits disponibles.

La campagne de vaccination achève de révéler les incohérences internes (ni plan d’ensemble ni efficacité des relais), en plus des déséquilibres d’une gouvernance internationale de courte vue et privilégiant les pays nantis. L’expérience tunisienne pose en effet avec acuité la question de l’inégalité des soins à travers le monde.

Condamnée à passer par la plate-forme COVAX, développée par l’OMS et destinée aux pays ne parvenant pas à se fournir des doses par le marché classique, la Tunisie fait les frais de l’impréparation de sa population à un traitement informatisé des inscriptions sur la plate-forme locale EVAX ; les lenteurs de la vaccination sont en partie dues à l’accessibilité difficile de ce site pour les gens âgés et isolés. Le pays subit également les effets d’une offre aléatoire de matériel et de vaccins, en raison de la concurrence internationale.

En plus d’une diplomatie plus mobilisée et d’une gestion territoriale dans l’intérêt de la population, il aurait fallu traiter la crise par une politique de proximité s’appuyant sur les ressources de la médecine locale. La Tunisie a accumulé une expérience en matière de médecine préventive, de vaccination infantile et infectieuse tout comme dans la fabrication des vaccins. Le pays était en droit de compter également sur des autorités concentrées sur la gestion de la Covid-19 et attentives à coordonner les divers ajustements qu’elle exige des soignants et des politiques. Au lieu de cela, la Tunisie s’est vue livrée aux lobbies financiers, aux aléas des circuits internes comme aux tractations économiques répondant aux plus offrants et aux clients solvables.

Comme après la Révolution de 2011, la Tunisie doit s’en remettre aux aides spontanées, aux renforts de la médecine militaire, à l’énergie des bénévoles et à l’élan de solidarité de pays, associations et ressortissants à l’étranger. Bien qu’elle permette à la Tunisie de ne pas sombrer totalement dans la catastrophe sanitaire, cette bienveillance active n’aura pas suffi à éviter une crise politique majeure, latente depuis des années, révélée et amplifiée par la pandémie.

Publié dans le site The Conversation, 27 juillet 2021.

https://theconversation.com/tunisie-entre-crise-sanitaire-et-politique-le-president-ka-s-sa-ed-tente-de-reprendre-la-main-164958

La Tunisie, dix ans après… Quels changements ? Entretien

10 ans après, les Tunisiens ne sont pas d’accord sur la qualification de ce qui a eu lieu en Tunisie entre le 17 décembre 2010 et le 14 janvier 2011. Pour l’historienne que vous êtes, est-ce une révolution ? Un soulèvement ou bien, finalement, un complot fomenté depuis l’étranger ?

En historienne, je répondrai qu’il s’est passé plusieurs choses à la fois. On n’y voit pas bien clair, à ce jour. J’ai appris à tenir compte de la parole des acteurs. A ceux qui disent c’est une révolution, un soulèvement ou un complot, je demande de développer les raisons et les preuves. Je peux juste affirmer que ce qui s’est déclenché en 2011 est visible et sensible par tout le monde et que le mouvement que cela a provoqué ne s’est pas arrêté à ce jour. Quelle que soit la qualification, ce qui s’est produit et dont l’impact est perceptible dix ans après, marque encore l’histoire du pays. 

Est-ce qu’il y a une différence entre protectorat et colonisation et le mot protectorat est-il inoffensif ?

Protectorat est un mot d’acteurs. Je le traite en tant que terme choisi par les administrateurs coloniaux. Je n’efface pas les mots de l’histoire. Le mot colonisation est plus générique et comprend plusieurs formules. Le protectorat est une forme de colonisation. Les acteurs de l’époque voulaient signifier qu’ils comptaient instaurer un système différent de celui de l’Algérie. Les mots ont une portée historique. Il faut les remettre dans leur contexte. La polémique qui en a découlé s’inscrit dans l’actualité[1], elle revient à la relation franco-tunisienne, objet de controverse. Partout dans le monde, on assiste à une remise en cause de la colonisation ; elle a pour origine un sentiment d’inégalité mal vécu par les pays qui ont été colonisés. Les pays colonisateurs ont bénéficié d’une grande avancée historique en exploitant des richesses des pays occupés ; ils sont les dominants d’aujourd’hui. Le débat est suscité par un rapport d’inégalité perçu comme tel. La polémique tunisienne est née suite à la visite du président Saïed en France en juin 2020 : rappelons qu’elle porte sur les discours officiels de deux Chefs d’Etat qui se parlent, chacun avec ses références et, probablement, avec ses intérêts. Ils jouaient une scène soumise à des codes protocolaires. La polémique autour de cet échange constitue une réaction saine dans une démocratie où la liberté d’opinion et la liberté d’expression sont garanties.

Dans le progrès sociopolitique tunisien, qu’est-ce qui est irréversible ? Le concept de l’Etat-nation a-t-il été assimilé ?  Les acquis de la femme sont-ils irréversibles ? Est ce que l’emploi du dialecte tunisien comme support de communication l’est encore, quand on constate la tendance aujourd’hui de parler dialecte oriental et arabe littéraire ?

Pour une historienne, il n’y a pas d’irréversibilité, ni de progrès linéaire. Mais une évolution dans le temps, avec des vitesses et des formes multiples. L’Etat-nation qui a 150 ans et qui a fait la Tunisie contemporaine, est-il irréversible ? Je ne sais pas. Il est marquant et poursuit son chemin historique. La Tunisie fait partie du monde qui l’entoure. Elle ne peut jouer seule sa partition. La Tunisie a lutté pour son indépendance dans le cadre d’un mouvement global de lutte contre l’occupant. Elle fait partie d’une soixantaine de pays ayant acquis leur indépendance entre les années 1950-60 et construit des Etats-nations.

N’y a-t-il pas des spécificités tunisiennes comme les droits des femmes ?

Il y a, effectivement, une histoire intellectuelle et politique propre à la Tunisie, lancée depuis le 19ème siècle et dans laquelle la question de la femme est un thème politique important. Ibn Abi Dhiaf (1804-1874), Thaâlbi (1876-1944) ont abordé la condition de la femme. J’ajoute que la femme était alors considérée en tant qu’épouse ou mère, membre d’une famille « arabo-islamique ». On pensait qu’il fallait l’éduquer pour qu’à son tour, elle sache prendre soin de ses enfants. Ce n’était pas une démarche d’émancipation de la femme afin d’en faire un sujet politique. Celui qui a commencé à considérer la femme comme individu, c’est Tahar Haddad (1899-1935).

Bourguiba s’est approprié le dialecte tunisien pour en faire un outil de communication politique. La « dareja » a été utilisée de manière didactique pour communiquer avec les Tunisiens et pour exposer sa vision moderniste et le projet qu’il avait pour le pays.  Qu’en est-il à présent ?    

Le leadership passe par la parole. L’intelligence politique de Bourguiba a consisté à utiliser la radio pour faire du dialecte un médium politique fort. Comme un virtuose, il a utilisé la radio et les meetings politiques pour communiquer avec les Tunisiens. Il a contribué à faire du dialecte tunisien une langue politique. Aujourd’hui, on a la radio et plusieurs médias de masse. Il est impensable de toucher les gens sans passer par la dareja. Rached Ghannouchi ne parle pas. C’est un négociateur politique de l’ombre. Et quand il parle, c’est en arabe littéraire. Hichem Mechichi parle comme un communiqué. Kaïs Saïed parle comme un vieux livre. Ils ne peuvent acquérir un statut de leader s’ils ne s’adressent pas à la foule et ne savent pas parler son langage. On ne peut faire de la politique sans savoir parler. Savoir parler est une compétence politique.

Qu’est ce qui est immuable et qu’est ce qui est changeant dans la personnalité tunisienne (Echakhssya Ettounissya). « Nous sommes une nation » avait énoncé Feu Ali Belhouane. Le sommes-nous ?

Tout est changeant, mais il y a des paliers de changement, avec des continuités et des ruptures. La formule « 3000 ans d’histoire » a été construite en son temps. Je pense qu’une autre construction est en cours. Des leaders, des intellectuels, des artistes édifient des récits mais les gens doivent y croire. C’est l’adhésion populaire qui donne sa force aux constructions. Laquelle adhésion peut faiblir à un moment donné, il faut qu’il y ait des leaders pour raviver l’appartenance, relancer le lien social. Les élites ont une responsabilité dans ce processus. A chaque époque, les élites sont responsables du progrès de leur pays.

Sommes-nous dans cette dynamique ?

Nous vivons une période historique qui relance la question de la Tunisie comme entité. La preuve, on dit : la révolution tunisienne. Je pense que nous sommes dans un moment de redéfinition. Des gens ont besoin d’y croire. Les politiques d’aujourd’hui ne savent pas faire adhérer les gens. « Nous sommes une nation » [Nahnou Oumma] d’Ali Belhouane (1909-1958, un des leaders des manifestations d’avril 1938) était un projet. Le fait est que nous sommes en faillite politique, parce que nos gouvernants ne savent pas concevoir un projet d’avenir, ils parlent alors du passé. La faillite est double : de la parole politique et du projet. Il faut se départir de l’idée que le progrès est ailleurs. Le progrès est ici, à notre portée. Les gestes artistiques, les actes scientifiques, investir dans la connaissance sont des opérations qui nous projettent vers l’avenir. Apprenons à connaître notre pays en tenant compte de ses différents apports historiques. La souveraineté n’est pas synonyme de fermeture. Il nous manque la conscience que nous sommes capables de « faire », croyant que le progrès vient d’ailleurs. Il faut se débarrasser de ce préjugé.

Pour ce faire, il faut une locomotive qui pousse vers l’avant ?

Les élites politiques tunisiennes ne sont pas au diapason. Elles sont en retard. Voire même à côté. Ce n’est pas grave, il n’y pas que les élites politiques dans un pays. D’autres ont le devoir d’agir.

Les politiques détiennent le pouvoir décisionnel, comment s’en passer ?

Ils sont en train d’être dépassés. La preuve : qu’ont-ils fait pour contrer l’épidémie Covid-19 ? Le pouvoir s’avère incompétent. La compétence politique est de gérer l’intérêt général. La crise découle de l’incompétence des politiques à gérer l’intérêt public. Il aurait fallu laisser parler les médecins, écouter leur point de vue[2].

C’est aussi une question de moyens. Il fallait vacciner massivement. La Tunisie n’a ni les moyens ni le pouvoir diplomatique pour acquérir des doses de vaccins suffisantes. Vous ne trouvez pas ? 

L’Europe a voté pour la vente et non la gratuité des brevets des vaccins. Cette histoire me révolte. C’est un acte d’égoïsme immonde, de courte vue. Les Européens vont être punis par là où ils ont péché. Ils ont beau fermer leurs frontières, le virus circule. Les « big-pharma » n’auraient pas dû avoir le dernier mot.

Les laboratoires ne sont-ils pas plus puissants que les Etats ? Ils ont dicté leurs règles.

C’est une solution cupide et morbide. A l’issue de l’épidémie, on peut s’attendre à la manifestation d’une crise de portée morale. Israël n’a vacciné que les Israéliens. L’Europe a décidé par le vote de passer en priorité. C’est un tournant significatif. Même le pape a protesté. A croire que c’est le seul homme de gauche de la planète… Le Covid a mis à nu les contradictions et les égoïsmes de ces pays. Nos élites politiques n’ont pas été à la hauteur non plus. Pourquoi n’ont-elles pas contesté auprès de l’ONU ? Ces politiques n’ont pas su réagir. Il aurait fallu faire confiance à nos médecins, les laisser parler et donner au corps médical la responsabilité de gérer. Je demande que les médecins s’expriment d’une façon collective sur la situation et présentent leurs solutions. Par la suite, je demanderai des comptes aux politiques. Nous sommes confrontés à une crise globale dont les implications sont concrètes, il faut que l’on agisse sur le concret. La Santé publique, c’est du réel. L’inaction est criminelle. Les gens sont en train de mourir. L’incompétence en temps de guerre est criminelle. La désobéissance envers les mesures que l’on voit poindre est un signe : cela veut dire que la société tunisienne n’est pas inerte. Pourquoi fermer les marchés hebdomadaires en plein air et laisser ouverts les points de vente de la grande distribution?

Vous considérez que l’Etat a failli, mais il y a un fait majeur dont il faut tenir compte, le manque de moyens.

L’administration peut être concrète et pragmatique. Le problème relève de la Santé publique. Pourquoi les personnes des endroits reculés, meurent-elles ? Il fallait créer des hôpitaux, ouvrir des lits, fournir des masques, renforcer les équipements, donner les moyens aux médecins, augmenter les soignants. Il fallait réorganiser autrement l’appareil de Santé publique avec les moyens que nous avons. Il fallait recruter davantage de personnel et payer les gens. Plus de 9.000 morts, pour une population de 11 millions, c’est énorme ! La crise sanitaire nous a permis de juger les politiques. L’épidémie les a mis à nu. J’espère qu’aucun des responsables ne sera reconduit. La Covid est une expérience humaine qui montre que notre classe politique n’est pas apte à gérer la chose publique.

Vous comptez beaucoup sur la maturité de l’électeur tunisien, vraisemblablement ?

L’électeur est une espèce en train de naître, depuis 2011. Après les expériences de 2011, 2014, 2018, 2019, les électeurs et électrices sont plus avertis, plus informés. Nous devons devenir plus exigeants, plus demandeurs. Il faut demander des comptes. Je ne réélirai pas un responsable qui a failli. Nous sommes en train d’apprendre que nous pouvons élire des gens qui se révèlent incompétents. Aux prochaines élections, nous avons l’occasion de rectifier le tir. 

Intègres et compétents. L’intégrité à elle seule ne suffit pas, la compétence seule ne suffit pas. 

Il faut conjuguer les deux. La classe politique est redevable à la société. Les responsables doivent apprendre à rendre des comptes. Il ne suffit pas de contrôler les élections. A présent, des lanceurs d’alerte, des associations nous informent au quotidien des défaillances de la classe politique. C’est un apprentissage. Si on s’inscrit dans la temporalité, on s’inscrit dans les process. Le corps social évolue en voyant la réalité du pouvoir. Nous avons appris qu’un homme politique intègre et non compétent ne peut pas être un bon responsable. Nous devons en tirer les leçons. Ce sentiment de citoyenneté, nous devons le vivre d’une manière active, vivante, utile et pragmatique. J’estime être une citoyenne tunisienne, je dois le prouver. Il faut le dire, en tant qu’universitaire, en tant que journaliste, nous avons des possibilités qui n’existent pas dans les pays voisins… La liberté, l’égalité, les valeurs fondamentales sont à défendre au quotidien. Il n’y a plus de possibilité de retour en arrière. Le temps a un effet de métabolisation des acquis.

L’Etat est en faillite, tous les indicateurs sont au rouge. L’Etat n’a pas d’argent. C’est un fait.

La vérité, c’est que l’argent est volé. Vous n’allez pas me faire croire que le pays n’a pas d’argent. Lutter contre la corruption, contre les détournements des fonds publics et l’évasion fiscale ne doit pas être un leurre, comme c’est le cas aujourd’hui. Nous avons un problème de gouvernance très sérieux et nous le payons en vies humaines. J’en veux à l’administration et à l’Etat de ne pas résoudre de manière pragmatique les problèmes. La politique, ce n’est pas autre chose. C’est travailler pour l’intérêt public. Les politiciens se sont habitués à ce que la politique soit quelque chose d’abstrait. La Covid a mis à nu les ridicules d’une certaine gouvernance. Si on avait travaillé sérieusement depuis dix ans, à lutter contre ce qu’on appelle « el fassad » qui englobe tout, nous ne serions pas dans cet état. Il fallait changer les lois et non multiplier les structures de soi-disant lutte contre la corruption. Il fallait réformer des secteurs majeurs comme l’éducation, dans ses méthodes comme dans ses contenus et programmes, par exemple en introduisant les humanités et les arts dès le cycle primaire. L’enseignement est un chantier fondamental, pourquoi n’avons-nous rien fait depuis dix ans ?

Il ne faut pas perdre de vue que c’est un secteur très syndiqué, à la moindre réforme, l’opposition s’organise promptement. Vous le savez en tant qu’enseignante. 

Le corporatisme est un autre problème qui mine le fonctionnement du pays. Le corporatisme est une maladie de conservateurs. Ils ne veulent pas prendre le risque de changer, même pour servir leurs propres intérêts. C’est l’effet collatéral de l’autoritarisme sur notre mental érigé en système, de Bourguiba à Ben Ali. Or, les individus doivent se prendre en charge et essayer de contribuer au changement. Nos vies pourront alors changer.

Il faudra que l’effort soit collectif. Est-il collectif ?

L’effort est émietté par la politique. Il est aussi affaibli par les règles économiques imposées. Dans un contexte de mondialisation, la marge de manœuvre est limitée. La bureaucratie tunisienne héritée de l’autoritarisme représente un fléau avec sa volonté de tout contrôler. Tout se fait via les licences et les autorisations accordées de manière arbitraire et opaque. Le système a créé une caste étouffante, castratrice et corporatiste, qui ne tolère pas le changement. Il faudra que ce beau monde soit hors-piste pour pouvoir commencer à changer « le système ». Par ailleurs, un régime politique ne peut être réformé sans que le pouvoir judiciaire joue pleinement son rôle d’arbitre. Non seulement ce n’est pas le cas mais la haute magistrature est accusée de plusieurs maux. Le principe de la séparation des pouvoirs n’est pas respecté. Or, c’est le fondement du changement politique. Les juges sont aux abonnés absents. Ils se sont accommodés avec les pratiques autoritaristes. La police n’a pas été réformée non plus. Il faut l’obliger à respecter les règles. Ces corps résistent aux changements. Je crois aux institutions, encore faut-il qu’elles soient réformées et obéissent à des lois. La démocratie ne peut pas être mise en place sans institutions œuvrant pour l’intérêt du citoyen et l’intérêt général et non celui des personnes, fussent-elles Président de la République ou Chef de gouvernement. Cela s’appelle l’Etat de droit. Le changement est inéluctable. Autant l’accompagner au lieu de s’y opposer en s’accrochant aux privilèges. Qui a réduit son salaire ? Qui s’est contenté d’une voiture ?

Les hommes politiques doivent faire preuve d’exemplarité. Or, c’est tout le contraire qui est en train de se passer.

Les gouvernants auraient pu envoyer des signaux dans un pays en faillite. Il ne s’agit pas de manœuvres populistes mais de donner l’exemple. Se départir d’un privilège pour le bien commun et le faire savoir construit la confiance. Les Tunisiens ont besoin de voir des gestes concrets. Les bains de foules, les discours, les inaugurations ne servent à rien dans un monde en crise. Pourquoi à chaque fin de mois, les retraités font-ils la queue pendant des heures ? Depuis un an que l’épidémie s’est déclarée, personne n’a trouvé une solution pour que les personnes âgées ne se déplacent pas ? Cela aurait été un bon geste politique.

A la lumière de votre analyse, pensez-vous que le pays soit inscrit dans une dynamique qui avance progressivement, parfois de manière souterraine, ou alors stagne-t-il ou est-il en recul ?

Je vois des niches de progrès et d’action. Même si les avancées sont bloquées par une bureaucratie incompétente et paralysante. Si l’administration regorge de compétences, son mode de fonctionnement est paralysant. Je crois aux forces vives, les jeunes, surtout. Ils sont obligés d’agir malgré les obstacles, de contourner la bureaucratie. Je pense à ceux qui nous informent de manière formelle ou qui opèrent dans les réseaux informels. L’information est nécessaire à une démocratie. Je pense à la société civile, aux solidarités spontanées. Cette solidarité qu’on retrouve dans les quartiers, entre voisins et notamment envers les plus vulnérables, il faut l’institutionnaliser en gestes politiques. Il faut trouver les moyens d’agir autrement. La société a des droits sur ses gouvernants. Je pense aussi que dans chaque entité, chaque administration, des gens honnêtes font leur travail et résistent. Il faut qu’ils continuent. Ces niches sont en train de pousser vers l’avant. Ce travail finira par porter ses fruits. En tant qu’enseignante, je crois également à la transmission du savoir.

Si vous convertissez ce que vous dites à l’échelle nationale et dans le domaine politique, comment vous voyez la chose ?

Sur le plan politique, il y a une poignée de députés corrects, quelques ministres et certains acteurs dans l’administration. Cela agrège des dynamiques positives. Je vois autour de moi des personnes qui font des efforts, qui se donnent du mal. Pourquoi désespérer du pays avec autant de bonnes volontés ? Le terrain est ouvert. Ce que je peux faire, à mon niveau en Tunisie, des universitaires d’autres pays ne sont pas aussi libres de le faire. Je jouis malgré tout d’une certaine liberté académique. C’est verrouillé plutôt en haut lieu. Mais sur le terrain, il y a des marges de manœuvre. La politique est toxique en Tunisie. Détournons nos regards vers d’autres espaces d’action. Croyons en ce que nous faisons, vous, moi et les autres. Favorisons et développons les connexions collectives entre personnes qui travaillent pour l’intérêt général. En tant que Tunisiens et Tunisiennes, nous avons beaucoup à faire. Je refuse d’accorder aux politiques le monopole de l’agir. Agissons en tant que citoyens. En face, l’inertie des politiques s’explique par leur volonté de garder leurs privilèges. Ils partiront un jour. Nous sommes inscrits dans une dialectique de changement. Ne pas changer est un aveu d’impuissance. Les plus malheureux, ce sont ceux qui n’acceptent pas le changement. Moi j’ai envie d’être heureuse. Et je sais que j’ai changé depuis 2011.

Entretien mené par Hella Lahbib, le 10 avril 2021

Publié dans La Presse de Tunisie, lundi 19 mars 2021, page 5.

[1] Le 10 juin 2020, l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) a rejeté une motion demandant officiellement à la France de présenter des excuses pour les crimes commis « pendant et après la colonisation ».

[2] Le Conseil National de l’Ordre des Médecins publie le 19 avril 2021 un appel à respecter la parole médicale en réaction aux déclarations du ministre de la santé du 16 avril relatives au droit des médecins d’intervenir dans les médias ou sur les réseaux sociaux, à propos de la pandémie,

Les droits fondamentaux en Tunisie : une histoire à éclaircir

 

Le texte qui suit est la synthèse d’un article publié dans un ouvrage collectif : Indissociables droits et libertés » ou de l’invisibilité des libertés individuelles et des droits économiques, sociaux et culturels, Wahid Ferchichi, dir., Tunis, Association de Défense des Libertés Individuelles (ADLI)/ Fondation Heinrich Böll, 2020, 360 p. 

Cet article se propose de suivre les formes par lesquelles les droits humains se sont incarnés au cours des deux derniers siècles en Tunisie, en cernant les conditions de ces apparitions et les limites des représentations. La démarche consiste à reprendre les séquences essentielles de l’histoire contemporaine de la Tunisie en empruntant une hypothèse centrale : l’avènement des droits universalistes et leur ancrage en Tunisie sont à inscrire dans l’évolution historique du pays et plus particulièrement dans l’élaboration de la culture politique locale. Les formes que prennent ces droits, les textes qui en sont issus, les actions qu’ils suscitent ou les institutions auxquelles ils donnent naissance répondent aux besoins et reflètent les possibilités de chaque moment considéré.

Le fil conducteur de l’article suit la trame des moments qui jalonnent l’histoire politique de la Tunisie, pendant la période contemporaine. Celle-ci est le produit d’interactions entre les contextes, les diverses forces qui sculptent les luttes et conflits sociaux et politiques comme les configurations qui en résultent. Pour décrypter ces croisements,  on tentera de relier les étapes des acquis de la société avec ses impasses et ses ouvertures, en désignant les principaux acteurs et en identifiant les voies de passage. Car si on découpe le XXème siècle tunisien en vagues d’installation (qui sont parfois des phases d’assimilation et/ou d’acclimatation) d’un ensemble de droits, on peut estimer que la Tunisie entre aujourd’hui dans un cycle où de nouveaux besoins éprouvés par des citoyen.ne.s deviennent visibles.

I/ Le nationalisme, creuset d’appropriation des droits civiques

L’Etat tunisien connaît une série de réformes décisives au milieu du XIXème siècle ; les deux plus significatives sont l’abolition de l’esclavage (1846) https://journals.openedition.org/cdlm/43 et le Pacte Fondamental (1857). Ces actes institutionnels font avancer un droit qui émerge lentement dans les consciences politiques de l’époque : l’égalité. Le premier texte déclare émanciper la minorité noire, le second constitue un palier dans la reconnaissance de l’égalité des droits, du côté religieux. Quoiqu’imposé par les consuls européens, en partie pour faciliter l’accès à la propriété de la terre, ‘ahd el aman marque le passage à un exercice juridique sécularisé qui se détache du système précédent en distinguant le politique du religieux. Ce régime accorde aux individus une existence publique, prélude à l’apparition de la catégorie « nationalité » https://journals.openedition.org/lectures/19575

La constitution de 1861 instaure une organisation de l’Etat autour de la séparation des pouvoirs. Suspendue en 1864, elle coiffe symboliquement un dispositif d’écrits officiels tunisiens dont découle un « esprit public » qui va nourrir et inspirer les générations intellectuelles et politiques suivantes. Les revendications des libertés publiques fondamentales reviennent à ce référentiel constitutionnel et les futurs intellectuels, notamment ceux qui se positionnent face au phénomène colonial, y puisent leurs repères et leurs programmes.

Entre modernisation politique et constitutionnalisme, le lexique de la pensée politique tunisienne se construit en réaction au colonialisme en pointant les aspirations aux droits publics fondamentaux des citoyens : sécurité, propriété, impôt, vote… En attendant d’établir un dictionnaire historique du langage politique en Tunisie, on peut résumer les caractéristiques de la période en posant que le « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » formulé par Wilson à la fin de la Première Guerre mondiale fait son chemin dans la culture politique des élites de la première moitié du XXème siècle. 

II/ Naissance des « droits de l’Homme » et décolonisations

La séparation entre principes universalistes et solidarités locales est sensible dans le monde du travail où se construit un espace de revendications et où s’élabore une culture politique active. L’Union Générale Tunisienne du travail (UGTT) https://fr.wikipedia.org/wiki/Union_g%C3%A9n%C3%A9rale_tunisienne_du_travail née le 20 janvier 1946 rassemble plusieurs forces sur la base de revendications sociales « autochtones ». La Confédération Internationale des Syndicats Libres (CISL) née en 1949 soutient l’organisation tunisienne, consacrant sa rupture avec la Fédération Mondiale des syndicats (FSM) et élargissant ses connexions avec des valeurs ouvrières trans-nationales. Discours des valeurs et références universalistes sont mis au service d’un idéal de solidarité syndicale internationale.

Causes nationale et syndicale mobilisent ainsi les forces politiques agissantes, cristallisent les valeurs morales de solidarité et sculptent des comportements d’entraide soudant les populations engagées. Entretemps, la Déclaration Universelle des Droits humains née en 1948 promeut une orientation nouvelle par rapport aux conceptions de la Société Des Nations. La décolonisation tunisienne alors en gestation et le refus de la domination capitaliste, motivations immédiates, inspirent les énergies mobilisées et donnent un sens aux actions collectives sur place.

Les droits individuels en élaboration dans les instances internationales semblent loin, en ce temps où l’autonomisation des luttes nationale et syndicale avance sur le terrain, dans la forme et le fond.  Les conflits et croisements de ces deux fronts façonnent un espace public, au sein duquel l’usage concret des droits politiques réactive les principes de liberté, d’égalité et de dignité à l’épreuve de la réalité pressante.

III/Avancées et ambiguïtés des discours et pratiques après l’indépendance

Le Code du statut personnel (13 août 1956) http://www.legislation.tn/sites/default/files/codes/Statutpersonnel.pdf est déterminant dans l’atteinte apportée à l’ordre social. Le texte interdit la répudiation et instaure la clause du consentement au mariage. Ces dispositions imposent juridiquement les droits de la femme au sein de la famille. Les femmes obtiennent le droit de vote à l’occasion des élections municipales de 1957. Si on ajoute le droit à l’enseignement gratuit et obligatoire instauré par la réforme de l’éducation (1958) et la légalisation de l’avortement (1973) qui complète l’autorisation de la contraception (1961), on s’aperçoit que la traduction des droits fondamentaux en faveur des femmes constitue un chantier efficacement investi. Ce principe égalitaire est remis sur le tapis au moment de la rédaction de la Constitution de 2014. L’article 21 tranche pour l’ « égalité » entre les citoyens et les citoyennes. La culture politique tunisienne charrie depuis le XIXème siècle, envers les femmes (alors invisibles) et les minorités (défendues par les consuls étrangers) un décrochement qui se traduit par un inachèvement : l’inégalité successorale en est une des conséquences qui persiste à ce jour.     

Malgré la civilité auto-proclamée de l’Etat tunisien indépendant, le nationalisme séculier et égalitaire se débat dans le flou des textes. L’article premier de la constitution de 1959 cultive l’ambiguïté de l’appartenance à l’Islam et au monde arabe. Il est conservé dans la version de 2014, même si  l’article 2 martèle le caractère civil de l’Etat. Ce point symbolise le poids du marquage religieux sur lequel butent les discours et pratiques officiels du régime politique tunisien. Même si la chariâ est réfutée comme source du droit, le spectre identitaire plane dans les esprits et nourrit les réserves face aux droits humains universels.

La Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme est fondée en mai 1976 pour faire respecter les principes universalistes d’une justice politique. Les combats de l’Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche et le Développement (AFTURD, janvier 1989) et de l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD, août 1989) font face à un « féminisme d’Etat » (UNFT, 1957) qui s’enorgueillit de ses acquis historiques et distinctifs dans la région. L’avènement de Ben Ali ne change pas le paysage. Il emboîte le pas à la politique modernisatrice de Bourguiba, tout en restant dans les limites des normes patriarcales.

Cet article pose l’hypothèse que la strate de la lutte anti-coloniale qui suit la Deuxième Guerre mondiale façonne un espace public qui remet en selle et actionne les principes et valeurs «appris » au cours des années 1920/1930 et restés sans résultat tangible. La liberté de presse, d’opinion, de représentation ou de vote dans une société colonisée renforce, dans le silence, l’absence de symétrie des droits civiques et sociaux qui existe entre colonisés et colonisateurs.

Les péripéties politiques dans les années 1950 ramènent à une vision plus internationale des droits collectifs dans la mesure où plusieurs contextes coloniaux bougent, en Afrique et en Asie et se posent en sujets. L’argumentaire et la rhétorique nationalistes tunisiens activent le mot d’ordre d’indépendance, tout en rappelant l’appartenance religieuse et la proximité arabe. Les références à portée universelle se déclinent dans un registre qui conçoit le progrès politique comme un acquis global et commun à accorder à des sociétés privées de self-government

IV/ Une culture des droits de l’Homme contrecarrée et confisquée

Sous le régime de Ben Ali, l’espace politique tunisien, reste étroitement surveillé tout en se dotant d’autres lieux où la culture des droits de l’Homme peut circuler. La dégradation des libertés fondamentales, recouverte par une récupération officielle des droits de l’Homme, politise les échanges entre pouvoir et opposition. Les sections de la LTDH s’apparentent à des cellules de partis politiques d’opposition. Malgré les mesures de contrôle, le dynamisme des associations féministes (ATFD, AFTURD…) comble les insuffisances du féminisme d’Etat en créant de nouveaux espaces de lutte et en multipliant les efforts d’étude et d’information. Même si le pouvoir récupère officiellement des solutions de terrain, les déficiences du patriarcat demeurent sensibles.

La portée des activités associatives construites sur la culture des droits de l’Homme reste limitée. L’idéal mobilisateur des droits humains est circonscrit aux forces agissantes. Le modèle autoritaire dominant, des initiatives tentent, ici et là, d’étendre les valeurs humanistes au-delà du cercle des militants. Des membres dirigeants pensent à les introduire par le biais de l’école (dans les cours d’éducation civique) pour agir sur la culture politique des générations montantes.

Néanmoins, les canaux de socialisation existants ne réussissent pas à introduire la culture des droits humains dans les mentalités ni à imprégner les pratiques sociales. Dans une atmosphère de parti unique et de contrôle généralisé, le pouvoir de Ben Ali joue plusieurs partitions (y compris en instrumentalisant une image de l’islam) dans le but de contrecarrer cette culture politique d’opposition. Il exploite, entre autres, la fibre du handicap pour lustrer son image de défenseur des minorités et peaufiner un humanitarisme de façade.

L’accaparement autoritaire de la culture des droits de l’Homme sous le régime de Ben Ali est cependant entaché par le développement de niches au sein desquelles cheminent des expériences militantes dont le but consiste à tracer des pistes pour ouvrir des brèches, toucher les populations, notamment les jeunes et à travers l’enseignement.

V/ Des exigences sociales nouvelles

Avant 2011, sur le plan législatif, la Tunisie se dote de nombreux textes apportant des garanties de protection des enfants et des handicapés. Dans le domaine des études juridiques et dans le champ scientifique ou de l’expertise, des enquêtes et des recherches pointent les formes de vulnérabilité de la société tunisienne. Des traits de l’organisation sociale, jusque là peu pris en compte, sont abordés par les sciences humaines et sociales, mais le combat pour faire évoluer les normes juridiques prend du temps et les textes de loi empruntent un chemin sinueux.

En 2014, la Constitution entérine le terme de « droits humains » désormais en vigueur et consacre son deuxième chapitre aux droits et libertés, en y mêlant les droits individuels et collectifs. La Commission des Libertés individuelles et de l’Egalité (COLIBE, créée le 13 août 2017) https://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_des_libert%C3%A9s_individuelles_et_de_l%27%C3%A9galit%C3%A9 entreprend de creuser en direction des droits de la personne (ou droits-libertés).

Les dynamiques féministes du XXème siècle en Tunisie débouchent sur les orientations de l’enseignement en direction des questions de genre.  Sur la durée, la scolarisation et l’émancipation des femmes engendrent des vagues féministes, vecteurs de transformation sociale et posant des jalons institutionnels notables : la question de la parité avance à l’occasion des élections de 2011, de 2014 et de 2018 et la constitutionnalisation des droits des femmes est entérinée par le texte de 2014. Ces nouvelles mesures politiques ne suffisent cependant pas à renforcer l’impact du référentiel des droits de l’homme et des libertés individuelles au sein de la société tunisienne.

Ce survol historique de deux siècles mérite d’être approfondi par des enquêtes pour mieux définir la genèse de la « culture politique tunisienne » à l’époque contemporaine. La composante identitaire (arabe et musulmane) en est un trait constitutif, sans être toujours apparente ni conjuguée de la même façon face aux influences et aux courants d’idées qui la traversent et la modèlent. Le moment actuel se caractérise par une réactivation des tensions entre les aspirations universalistes et les arguments défendant la « spécificité arabo-musulmane » de la société tunisienne. Le référentiel des droits humains, tout en étant affirmé par la Constitution de 2014, participe de ces tensions, dans les débats comme dans les actions entreprises.

Conclusion 

La transformation des normes est séparée des mutations mentales. Les temporalités des énoncés et des perceptions sont distinctes. Les « droits de l’Homme » charriés par divers circuits et acteurs depuis le XIXème siècle dessinent des strates d’appropriation non linéaires qui émergent par à-coups dans la culture politique tunisienne. Les moments dans les processus de prise de conscience, de la conquête des droits, de leurs applications et de leurs limites montrent que le triangle Etat/Société/Individu est mouvant à travers le temps, provoquant des brèches.

La place secondaire des droits individuels dans le texte constitutionnel de 2014 traduit les décalages qui séparent habituellement le travail idéel (militant, parfois perçu comme élitiste) avec le vécu de  la population, truffé de situations de privilèges et de discriminations. La dégradation des conditions économiques depuis 2011 et la non réponse aux aspirations à la justice sociale explique que l’on affirme, avec répétition, la primauté de l’économique et du social sur le « culturel » et l’ « individuel ». La perception par le bas répandue dans l’opinion reflète une crise de confiance de la société envers l’Etat et explique, en grande partie, que persiste dans les esprits la dichotomie distinguant les « droits économiques et sociaux », considérés comme prioritaires et préalables des « droits culturels et individuels » relégués, comme de coutume, dans le registre des avantages pour privilégiés.  

                                                                                Hammam-Lif, le  25 octobre 2020

 

Entretien avec Raja Ben Slama autour de l’ouvrage OrdresDésordres des genres

Kmar Bendana : Tu as récemment publié Ordres Désordres des genres. Lectures croisées sur la violence et l’amour aux éditions Nirvana (2020).  Cet ouvrage attire l’attention du lecteur par beaucoup d’aspects.  Il croise un corpus classique avec des approches qui parlent à la lectrice du XXIe siècle que je suis. Explique-nous la genèse de cet ouvrage et la façon dont tu as assemblé les douze articles qui le composent. 

Raja Ben Slama : Le fil rouge qui relie ces textes est l’ordre des genres. Ces articles ont été écrits en arabe ou en français, certains en arabe puis traduits ou réécrits en français. La situation de confinement est le premier facteur qui m’a poussée à les rassembler en ouvrage. En mars/avril 2020, j’ai commencé à disposer de beaucoup de temps. Ensuite, il m’est insupportable que certains de mes articles les plus récents soient devenus inaccessibles, pour les lecteurs et pour moi… Ils sont publiés par des revues étrangères payantes. Je voulais que mes écrits circulent librement, d’autant plus qu’ils sont surtout destinés aux jeunes. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours voulu m’adresser aux jeunes. L’un de mes livres, le plus censuré Naqd ath-thaouabat نقد الثوابت (Critique des certitudes), datant de 2003/2004, leur est dédié.

K.B : Il est en pdf et donc accessible sur Internet. C’est moral.

R.B.S : Je suis enseignante, je m’adresse aux jeunes. Peut-être parce qu’ils représentent une figure de « la postérité ».

K.B : C’est une forme de transmission.

R.B.S : J’ai aussi longtemps porté un mythe de névrosé, celui de la femme incomprise. Maintenant ça va. Mais pendant ma jeunesse, j’étais l’incomprise. J’ai relaté certains faits qui justifient ceci. Mais il y a tout de même un aspect névrotique.

K.B : Tu as canalisé la condition de mineure et de névrosée dans un travail de transmission, dans la recherche et l’écriture, ça aide à sortir de la condition de minorée, non ?

R.B.S : J’emploie le mot « névrotique » parce que c’est lié à mon histoire personnelle. Je suis la septième d’une fratrie de huit enfants. Je raconte ça pour la première fois. J’étais Cendrillon. Mon père m’appelait ainsi et j’ai souffert de ce nom, de ce pseudonyme قطّوسة الرْماد Qattousset ar-rmad (littéralement « la chatte des cendres »). Il me le disait affectueusement : binti Qattousset ar-rmad. J’avais une sœur aînée. Cela ressemblait drôlement à l’histoire de Cendrillon. Il y avait l’aînée qui était belle et moi j’étais la délaissée… Avec la psychanalyse, j’ai découvert l’aspect positif de Cendrillon. Celle d’après minuit, qui a réussi, qui a épousé le Prince charmant. [Rires]. Grâce à la psychanalyse, j’ai opéré une conversion, une traduction. Ce n’est plus Qattouset ar-rmad mais Cendrillon, la fée, qui a pris le dessus. Au début, j’étais prisonnière de la condition négative de Qattouset ar-rmad.

K.B : Tu en as fait quelque chose. Tu t’es bien sortie d’affaire. Explique-nous le titre de l’ouvrage Ordres Désordres. Quelle est la thèse centrale de l’ouvrage ?

R.B.S : La thèse centrale de l’ouvrage est aussi paradoxale que le titre. J’ai choisi un titre agrammatical pour exprimer le caractère paradoxal de mon hypothèse. Il n’y a pas de « et ». Je ne voulais pas d’une conjonction rationalisante, parce que j’ai essayé de montrer, peut-être insuffisamment – parce que c’est indémontrable, presque inarticulable –, qu’il y a un ordre des genres, à la fois puissant, très étendu, se trouvant partout et produisant des victimes et de la souffrance. En même temps, cet ordre cruel et puissant est vulnérable. On n’est pas dans la logique aristotélicienne, mais bien dans autre chose. Cet ordre est comme un édifice très puissant, craint par tout le monde, imposant tout en étant de verre. On peut le casser à tout moment, ou bien le déjouer, d’une autre manière.

K.B : On peut le percer, tu l’as montré, et on peut désobéir.

R.B.S : Ça ressemble un peu à ma vie, à mon rapport à l’Université. Il y a un ordre très puissant, mais en même temps on peut créer des brèches. Tous les ordres sont à la fois puissants et fragiles, du fait même de ce qu’on appelle aujourd’hui la multi-normativité. Il y a les normes du فقه / fiqh (science de la charia). Je l’ai bien expliqué ici. Et il y en a d’autres, d’un autre ordre : les normes de l’amour, de la poésie, etc. Malheureusement, on oublie trop souvent la créativité et la fiction. Même si la fiction est/passe par les mots, elle conditionne, elle a un impact sur la vie des gens. Prenons Abou Nawas, poète qui chantait le vin, l’amour, les éphèbes, les amours homosexuelles. Il a produit des poèmes mais il s’est aussi produit lui-même. Il vivait d’une manière totalement différente de la norme islamique. Il s’est créé comme poète, vivant dans une autre norme. La poésie ne se cantonne pas à la parole. Parole, parole… Non. C’est une forme de vie, une norme différente de vie, dans l’amour, le vin. Malheureusement, j’ai l’impression que la plupart des historiens et les islamologues évacuent cet aspect des choses.

Les historiens ne s’occupent pas de ces aspects quand ils restent dans des textes normatifs. Les islamologues ont une conscience assez faible du temps, des temporalités. Ils sont dans une approche atemporelle. Peut-être est-ce un effet de la discipline ? On évacue généralement la subjectivité, le féminin, les déchets humains, les parias, les homosexuels, les transsexuels… Tous ces êtres meublent pourtant les textes anciens mais sans figurer dans les livres d’histoire, ou très peu.

K.B : J’ai rapproché ton ouvrage de certains travaux de psycho-histoire, faits dans d’autres contextes, à partir de corpus français, italiens.

R.B.S : Tu penses à La fable mystique [1] ?

K.B : Entre autres. Tu es partie d’un corpus différent, original. Tu vas dans le Coran, le hadith, les contes populaires, le fiqh, la poésie, la littérature. Pour une lectrice du XXIe siècle profane, comme moi, j’ai beaucoup apprécié la possibilité que tu donnes à un lecteur contemporain de rentrer, avec une démarche moderne, dans un corpus ancien, classique, poussiéreux à certains égards. Quelle est la part de la démarche psychanalytique dans ton approche ? Est-ce parce que tu es psychanalyste ? Ton rapport à cette discipline te fait-il entrer dans les textes et te donne-t-il des moyens de les faire parvenir ?

R.B.S : Déjà, la psychanalyse s’intéresse au refoulé, aux laissés-pour-compte, mais aussi, à ce qui est insignifiant et imperceptible… comme « les petites gouttes de la pluie » [2]. Ce conte populaire représente, peut-être,  l’intérêt féminin pour les petites choses, pour le minuscule. Le tyran Shahrayar, qui a tué sa femme, se moquait des petites gouttes de pluie.

K.B : Parce que c’est un homme de puissance, de pouvoir.

R.B.S : Voilà. Ce conte offre aussi une métaphore de la psychanalyse qui s’intéresse aux petites choses. Et ce sont elles qui donnent sens au tout, comme disait Freud. Dans un rêve où figure un oiseau, c’est peut-être la couleur du bec de l’oiseau qui donne le sens, la clé du rêve et non pas le récit du rêve, ou l’ossature formelle adorée par les structuralistes. Un petit détail infime est souvent le plus important.

K.B : Cela me semble être, en effet, le fil conducteur de ta démarche. Il y a une sorte d’enseignement politique dans l’ouvrage. Je le trouve très lié au contexte actuel. Est-ce que tu es d’accord ?

R.B.S : Oui, c’est un livre politique. Une des raisons qui m’ont poussée à composer cet ouvrage c’est d’actualiser (to refresh) mes articles à partir de ce qui se passe depuis 2011. Par exemple, j’ai ajouté le texte qui parle du désordre dans l’ordre bipolaire [3] ou celui sur l’étalon [4].

K.B : Pourquoi as-tu voulu revenir sur ces textes après 2011 ? Pour dire quoi ?

R.B.S : Pour les femmes, le monde a changé, partout, même en Arabie Saoudite. Depuis 2010/2011, la parole s’est libérée, elle n’est plus censurée, par l’État du moins. Ceux qui n’étaient pas censurés ne se rendent pas compte de l’importance de ce que cela représente. C’est capital.

K.B : Oui, on a vécu une levée d’écrou. Mais revenir sur ce qui est déjà écrit est significatif. On n’écrit pas seulement de nouvelles choses, on réécrit autrement sur certaines choses. C’est ça qui est intéressant dans ta démarche.

R.B.S : C’est peut-être inspiré de l’informatique. J’ai parlé de refresh (F5) [Rires]. Il faut rafraîchir et remodeler.

K.B : C’est le mouvement de la pensée. Et puis, on peut penser autrement quand il n’y a plus de censure.

R.B.S : Oui, mais c’est aussi un livre politique. Je voulais mettre l’accent sur un tournant [2011] actuellement dénigré, dire que beaucoup de choses ont changé avec la Révolution tunisienne.

K.B : Ton ouvrage exprime un retour du refoulé et tu fais un retour sur le refoulé.

R.B.S : Ce sera l’objet d’un prochain livre. J’ai des bribes que je rassemblerai. [Rires] C’est mon mode préféré qui ne plaît pas aux éditeurs. Ils préfèrent des livres bien construits.

K.B : L’éditeur tunisien a marché tout de suite : tu lui as proposé ton livre en mai, il l’a édité en juin.

R.B.S : Je ne l’ai proposé à aucun autre. Je sais que les éditeurs français préfèrent des livres. Je voulais qu’il soit publié en Tunisie.

K.B : Tu l’as écrit en langue française, à un moment où la langue arabe se développe beaucoup en Tunisie. Est-ce un choix éditorial ?

R.B.S : Je souhaitais m’adresser à la communauté des psychanalystes, pour me mettre à l’épreuve de cette discipline, ainsi qu’à celles et ceux qui sont d’origine arabe et musulmane et qui n’ont pas accès à ces textes. Il y a une communauté francophone en Tunisie, et non arabophone.

K.B : Tu es une arabophone illustre. Je trouve ton choix intéressant. Tu as préféré la circulation et non la spécialisation étroite. Une version arabe est-elle prévue ?

R.B.S : Je souhaiterais voir ce livre en anglais. J’ai proposé à l’éditeur de garder mes droits d’auteur pour financer la traduction en langue anglaise. Il me l’a promis. Pour la version arabe, certains des articles sont déjà écrits en arabe. J’en ai aussi de nombreux non publiés et d’autres, dans des revues qui ne sont pas en ligne.  Peut-être faudrait-il les rassembler ? J’ai intérêt à faire la même chose. Mais, pour l’instant, je suis occupée par la réécriture de la traduction française de ma thèse que je dois terminer pour qu’elle soit publiée par le Centre national de traduction.

K.B : C’est une bonne chose que ton ouvrage existe en trois langues.

R.B.S : Oui, les Tunisiens ne sont que très peu traduits en anglais, et les féministes tunisiennes encore moins, malheureusement. .

K.B : Il n’y a pas que la lecture. Il y a la formalisation des idées. La traduction en sciences humaines et sociales doit donner lieu à plusieurs produits, dans tous les sens ; du français à l’arabe, de l’arabe au français, de l’arabe à l’anglais, de l’anglais à l’arabe…  

R.B.S : La traduction est une entreprise très difficile.

K.B : C’est un investissement très coûteux, mais un fonctionnement intellectuel fondamental.

R.B.S : Oui, un fonctionnement interne, au sein de la même langue.

K.B : Après les perspectives de traduction de ton ouvrage, passons maintenant aux autres. Quelles sont tes perspectives dans le cadre de ton poste de directrice de la Bibliothèque nationale, comme chercheure, comme enseignante ?

R.B.S : J’ai envie d’écrire un ouvrage sur une revue étonnante, pratiquement inconnue : برجيس باريس / Birgis Baris de Sliman El Hraïri. Je suis tombée amoureuse de ce personnage, qui n’existe dans aucune vulgate de l’histoire, la nahdha tunisienne et arabe, alors qu’il est un des premiers, sinon le premier traducteur des sciences exactes et surtout le premier sociologue.

K.B : Il a publié deux textes dans un ouvrage collectif paru au XIXe siècle[5].

R.B.S : Dont un étonnant d’originalité et de beauté.

K.B : Tu parles du Parfumeur de Tunis ?

R.B.S : Oui. Il est vraiment dommage que Sliman El Hraïri ne soit pas connu, il est pathétique. Pour l’heure, seul Mahdi Abdeljaoued lui a consacré une étude. Il a travaillé sur sa biographie, sur le côté mathématique, scientifique. Il est parti sur ses traces à Paris et a travaillé sur sa bibliothèque, achetée par l’INALCO. Peut-être que je n’ai pas le droit de dévoiler les résultats de cette recherche.

K.B : Le projet est déjà avancé. Il faut être tellement savant et pointu pour le faire.

R.B.S : Il y aura le livre de Mehdi Abdeljaoued sur Sliman El Hraïri et il y aura le mien.

K.B : Axé sur Birgis Baris ?

R.B.S : Oui. Il me semble que cette revue n’a pas été étudiée. J’annonce ce projet mais si quelqu’un d’autre a l’intention de le faire, je ne suis pas jalouse de mes idées, de mes projets. Et puis j’ai envie d’écrire un livre sur la Bibliothèque nationale. Je veux m’intéresser à la philia des institutions. Qu’est-ce qui les fait fonctionner, sinon une forme d’amour ?  On ne peut pas travailler sans amour.

K.B : On ne peut pas faire les choses sans affect.

R.B.S : J’ai envie de thématiser et de réfléchir sur cet affect. Ce serait un projet formidable qui apporterait beaucoup à l’histoire des institutions. Et sur la passion qui les anime , la chaîne des passions, positives et négatives… Peut-être qu’il y aurait un apport à la psychanalyse : les conflits dans la vie professionnelle, les pathologies, etc.

K.B : À part ton travail à la Bibliothèque nationale, tu enseignes à l’Université de La Manouba.

R.B.S : La semaine prochaine, je reprends mes cours sur les institutions islamiques ayant trait à l’ordre des genres : en première année, je traite de l’autorité des hommes sur les femmes  القوامة  القيام ; en deuxième année, de la sexualité dans l’ordre des genres, les représentations du corps des femmes. Je projette de lancer, d’ici le mois prochain, un séminaire d’initiation à la psychanalyse à La Manouba à destination des étudiants et collègues. C’est une promesse que j’ai faite l’année dernière, lorsque nous avons créé un comité d’appui psychologique aux étudiants dans le cadre du confinement [mars-avril 2020]. Il s’agit d’un séminaire interdisciplinaire, qui ne prétend pas être post-doctoral, mais d’initiation à la discipline. Il sera au sein de l’institution mais en dehors de l’institutionnel.

K.B : L’Université a besoin de se renouveler, d’explorer de nouvelles pistes, d’investir de nouveaux lieux, de tenter de nouvelles expériences pédagogiques.

R.B.S : En fait, je compte relancer le séminaire que j’ai tenu ici, avec mon frère Fethi  Benslama, avant 2015. C’était un séminaire d’introduction à la psychanalyse et le défi était de le faire en arabe.

K.B : Expérience intéressante. Je tâcherai de suivre ce séminaire. As-tu d’autres projets pour la valorisation du livre et du savoir à la tête de la Bibliothèque nationale ?

R.B.S : Il y a le projet de bibliothèque nationale virtuelle, une plate-forme numérique qui portera le nom de Khaldouniyya numérique. Elle symbolise le désir de nouveauté, en continuité et en référence à Ibn Khaldoun qui l’a incarné à son époque. Le rêve date de 2015 ; il se réalisera en 2021. Il faut du temps et du travail pour réaliser les rêves. Un premier projet de numérisation du patrimoine écrit, sous forme de partenariat public/privé, n’a pas marché. Plus modestement, on a demandé et obtenu une subvention pour une formule plus réduite.

L’idée d’un musée numérique est aussi en projet. Il sera installé dans le lieu des ablutions (Midhat as sultan), un espace original à côté de la Khaldouniyya. J’aurais bien voulu disposer de l’ancien siège de la Bibliothèque d’El Attarine. Pour l’instant c’est difficile. Ibn Khaldoun, Tahar Haddad, Sliman Hraïri, ces hommes et d’autres femmes seront dans un espace en 3D. J’imagine bien Slimane Hraïri travaillant sur Birgis Baris ou Ibn Khaldoun sur sa monture, constatant que Tunis est ravagée par la peste. Ce sont des fantasmes, mais imaginons les enfants qui regarderaient ça.Il ne s’agit pas de rédiger des notices académiques (500 en tout), mais plutôt des récits, des histoires. Comment raconter l’histoire de la Muqaddima à des jeunes ? On fera appel à des spécialistes capables de les raconter à un large public, avec l’appui du système 3D, l’histoire d’un livre. C’est un rêve en train de se réaliser

J’ai plusieurs autres projets pour la Bn : mon expérience ici m’a rendue capable de formuler plusieurs projets culturels. J’en présente à chaque nouveau ministre mais avec l’instabilité politique qui règne, il n’y a pas de suivi.

Le projet Anis consiste à créer des livres audio et audio-visuels. On commence avec les livres tunisiens. Je ne sais pas si on peut l’élargir à l’échelle maghrébine. J’attends un mécène. Vue la situation du pays, je n’ai pas osé demander davantage pour 2021.

K.B : Pourtant cela peut créer des emplois et donner à travailler à plein de gens… Espérons qu’il existe des gens conscients de leur responsabilité.

R.B.S : Cela ne demande pas beaucoup de fonds, mais un appui politique.

K.B : Et une conscience.

R.B.S : Une conscience et une passion.

Entretien mené à la Bibliothèque Nationale de Tunis, 7 octobre 2020

Publié dans La Lettre de l’IRMC, n° 29, 2020, pp. 31-35. 

 

[1] Certeau (de) Michel, 1982, La fable mystique XVI-XVIIème siècles, Paris, Gallimard.

[2] « Témoigneront contre toi les petites bulles de la pluie. Un mythe de la naissance du féminisme ? », in op. cit., 51-62.

[3] « Désordre dans l’ordre bi-polaire et hétérocentré », pp. 27-40

[4] « Le mythe de l’étalon, le ‘réduit’ des femmes au parlement », pp. 69-80.

[5] Les ouvriers des deux mondes, Frédéric Le Play, dir., Paris, 1857

 

 

 

 

 

Hammam-Lif janvier 2021

Une histoire à suivre

 Faire le bilan des dix ans vécus par la Tunisie depuis 2011 est une entreprise délicate. On mettra encore du temps avant de pouvoir rendre compte des logiques d’un soulèvement spectaculaire qui a causé le départ d’un militaire, devenu président de la République par un « coup d’Etat médical » en 1987, et que le monde s’est habitué à croire inamovible. S’il est difficile de jeter un regard froid sur l’enchaînement des événements et la combinaison des temporalités, de capter la multitude des acteurs apparus sur la scène et disparus des radars, on ne peut nier le basculement du pays et de ses ressortissants dans des dynamiques nouvelles et contradictoires.

Multiplicités et divergences

La surprise face au crescendo insurrectionnel doublée de la paralysie progressive des instances dirigeantes du pays ont culminé à la fin d’une phase de 29 jours que Tunisiennes et Tunisiens nomment thawra, départageant depuis un avant et un après, diversement appréciés. Le terme arabe signifie à la fois « révolte » et « révolution », divisant ceux et celles pour qui le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid est le véritable déclenchement et les adeptes de la canonisation du 14 janvier, quand Zine El Abidine Ben Ali s’envole en avion pour l’Arabie Saoudite. La décision du pouvoir central de faire du 14 janvier la « fête nationale de la révolution » n’empêche pas les habitants de Sidi Bouzid de commémorer régulièrement le 17 décembre comme le jour mémorable déterminant. L’auto-immolation de Bouazizi, objet de considérations contraires, l’a fait entrer dans l’histoire de la Tunisie contemporaine comme un protestataire qui a retourné la violence contre lui-même. Même si ce marchand ambulant n’est ni le premier ni le dernier à s’être donné la mort par le feu, ce chahid/martyr d’un type nouveau modifie l’imaginaire et le langage politiques tunisiens, comme il fournira le modèle pour une série d’actes d’insoumission, en particulier l’immolation du journaliste Abderrazak Zorgui, le 25 décembre 2018.

En moins d’un mois, les coups de théâtre et les désordres induits par les fuites de multiples responsables ont produit une accélération nourrie par le ressenti partagé par des catégories sociales éreintées par un régime de plus en plus inique et inapte à répondre aux multiples besoins du pays. Les semaines qui ont suivi la phase insurrectionnelle ont été plus meurtrières, mêlant négociations politiques et sit-ins de protestation et donnant lieu à des accords progressifs pour apaiser la scène politique et stopper les démantèlements en cours. En même temps, sur fond de tiraillements allant jusqu’à la violence, l’opinion publique prend le pli de se déchirer à propos des qualificatifs des événements, des scénarios présumés, des acteurs impliqués, du rôle de l’armée, de la police et de la gendarmerie, du nombre des morts et des blessés dont on attend, jusqu’à ce jour, le décompte et l’annonce officiels.

Après des décennies d’un régime d’information vertical et imposé, la Tunisie passe à un système de communication radicalement transformé : les canaux se diversifient (entre médias classiques et réseaux sociaux), les voix se démultiplient, les récits se croisent et se contredisent, les explications et les critiques se tressent sans rien épuiser ni faire émerger une direction stable : 9 chefs de gouvernement et 12 formations se succèdent en dix ans, autant que durant les périodes Bourguiba et Ben Ali réunies. La concurrence sauvage, en particulier pour les postes politiques, n’indique aucune maîtrise de la situation. Les chaînes télévisées (15) et les radios (50 environ) prolifèrent sans suffire à décrypter les transformations au sein des familles, entre les sexes, dans les habitudes publiques et les mentalités. Les Tunisiens et les Tunisiennes sont partagés depuis 2011 sur analyses, interprétations, modes de pensée et de croyance, votes, styles de vie et, bien évidemment, sur les perceptions d’une thawra aux multiples visages, retombées et rétroactions.

Institutions : oui mais….

L’acquis le plus tangible de la Révolution tunisienne reste la constitution, proclamée dans la soirée du 26 au 27 janvier 2014 dans une liesse et une accalmie qui viennent clore un long processus de bras de fer et de tractations. L’Assemblée nationale constituante élue en octobre 2011 passe par des débats identitaires houleux, des assassinats politiques (dont le député Mohamed Brahmi, le 25 juillet 2013), une suspension de travaux (en août 2013), quatre moutures du texte constitutionnel et une dynamique de rédaction mobilisatrice en son temps, avant de s’entendre sur une version de compromis, au souffle séculier, pas toujours respectée à l’usage. La Constitution s’avère aujourd’hui pleine de paradoxes et d’ambiguïtés (notamment face à l’Islam), truffée de manques (on y parle de droits plus que de devoirs), voire de blocages.

Le dispositif constitutionnel, amputé de la cour qui devait lui être adjointe dans l’année, a tout de même permis d’organiser trois vagues d’élections : des législatives en 2014 et 2019, des municipales en mai 2018, des présidentielles, en 2014 et 2019. Il aura donné deux présidents de la République élus à deux tours au suffrage universel : Béji Caïd Essebsi (2014-2019) et Kaïs Saïed (2019- ) et servi à installer pacifiquement un intérim (Mohamed Ennaceur, juillet-octobre 2019), pour cause de décès prématuré du président en exercice.

La succession des rendez-vous électoraux n’a pas empêché l’usure de l’envie de voter (les élections municipales de mai 2018 mobilisent 35% des inscrits) ni la détérioration des conditions de travail et de gouvernance de l’Instance Supérieure Indépendante des Elections (ISIE) élue en avril 2011, pour mettre fin à la surveillance du Ministère de l’Intérieur, un des instruments forts du régime du Parti-Etat, régnant en Tunisie depuis les élections de 1956.

La revanche contre le système du parti unique réside-t-elle dans les 221 partis officiels nés depuis 2011 ? Les députés de l’actuelle Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) appartiennent à seulement vingt et un d’entre eux et le parti en tête (Ennahda, d’obédience islamiste) ne représente que 8% des inscrits sur les listes électorales qui ne couvrent pas la moitié de la population tunisienne (12 millions environ). L’inefficience du travail parlementaire révèle que l’offre de ce « régime d’assemblée », propulsée après des décennies de gel autoritaire, instable et actionnée par des moyens opaques, est un outil inadapté à la réalité mouvante.

L’apparente fluidité institutionnelle traduit l’énergie d’acteurs surgis de partout, après une longue hibernation, et accaparés par la compétition immédiate. Ces processus isolent les forces en concurrence dans leurs desseins électoralistes tout en les coupant des besoins économiques et sociaux d’un pays qui s’est pourtant soulevé contre les inégalités structurelles, le manque de perspectives de travail -notamment pour les diplômés-, les dysfonctionnements de la justice, l’absence des libertés et de droits sociaux. La corruption prend des formes systémiques, l’ébranlement de 2011 ayant affaibli l’autorité étatique,  augmenté la part de l’informel dans le tissu économique et la prééminence du clientélisme et des privilèges acquis. La régularité et la densité des mouvements sociaux (un millier par mois) https://ftdes.net/rapport-annuel-des-mouvements-sociaux/ témoignent des malaises qui rongent le pays et de la persistance des frustrations de pans marginalisés de la société. Une des mobilisations les plus longues (depuis 2016) et les plus significatives de ces dernières années est celle du Kamour, dans le Sud, en pleine région pétrolière. Là, comme ailleurs, des habitants réclament le droit à la dignité (karama) brandi dans les soulèvements de 2010/2011 et toujours sans contenu concret.

Créativités et freins

Une des conséquences dont je peux témoigner est celle de mon rapport à l’écrit, jusque là cantonné dans une pratique professionnelle d’universitaire francophone dans un pays anciennement colonisé par la France. A la faveur du déverrouillage, j’ai créé un blog en juin 2011, m’exerçant à lire l’actualité à travers l’histoire puis orientant mon travail de consignation vers le terrain culturel et éditorial, en plein essor. Suivre la production intellectuelle tunisienne m’a amenée à mieux comprendre le co-linguisme qui la caractérise et qui modèle les façons d’échanger, d’écrire et de penser de plus d’une génération, avant et après la mienne, baignant dans des cultures contigües, décalées, en osmose et/ou en conflit, se parlant entre les lignes, en dialogue ou en discorde.

L’émancipation de la parole qui règne depuis 2011 me confirme dans ce diagnostic qui constitue, à mes yeux, une des ressources de la vie politique et culturelle tunisienne. L’espace public s’est en effet enrichi et diversifié avec la suppression de la censure, qui a contribué à élargir les modes d’expression, à multiplier les contenus et à varier les formes de transmission. Malgré le manque de moyens, la bureaucratie et l’absence d’infrastructures, une ébullition créatrice a touché l’ensemble des domaines culturels : littératures en langue arabe et française, films documentaires et de fiction, courts et longs métrages, approches musicales variées, propositions théâtrales, essor de talents photographiques, innovations digitales, développement des supports vidéo… La production s’envole sans toutefois connaître la diffusion et la réception souhaitées, notamment sur le territoire tunisien. Les canaux de médiation et de valorisation durable (laboratoires, musées, expositions….) manquent à l’appel. Les inégalités régionales persistant, cette créativité est loin d’irriguer un pays toujours privé de politiques publiques qui le doteraient d’emplois locaux, de moyens de transport adaptés, de sécurité dans les lieux publics, de liberté d’entreprendre et de circuler. Ces pré-requis tardant à advenir, on voit persister les mouvements de migration des jeunes, qui partent de façon légale ou irrégulière, découragés par le manque d’horizon, de libertés individuelles et l’absence de respect de la part des autorités. La crise sanitaire de 2020  dévoile plus crûment l’éternelle disparité entre les équipements et ressources dans les régions, les lourdeurs des investissements, l’inadaptation des lois, la rigidité des capitaux envers les secteurs agricoles et culturels, pourtant prometteurs et générateurs d’emplois. L’accroissement des inégalités favorise les mécontentements populaires et le sentiment d’injustice sociale qui couve dans les esprits, assombrit les perspectives et envenime la vie et les relations publiques et privées, jusqu’à la violence.

Je terminerai ce tableau contrasté par deux indices qui ont mis dix ans à pointer, dans des fiefs dissimulés par l’inertie : le frémissement du secteur judiciaire jusque là paralysé par son obéissance au politique et des pratiques de concussion ainsi qu’un début de mobilisation pour l’environnement, à la suite du scandale des déchets italiens débarqués dans le port de Sousse, en décembre 2020. 

L’historienne que je suis a choisi de faire des événements encore frais dans les mémoires une matière pédagogique, sur la base des traces qui existent et qui sont à notre portée. Internet offre pour l’instant l’opportunité de revenir sur ce passé et permet aux jeunes générations de s’interroger sur les vidéos, les slogans, les images et les écrits issus de cette décennie particulière. Les sources disponibles sur cette histoire proche sont dignes d’être étudiées et comparées afin de restituer le fil de ce qui est advenu, tout en contribuant à former l’indispensable esprit critique dont l’enseignement, secteur également à la dérive, a besoin.

Hammam-Lif, le 10 janvier 2021

Paru dans AOC, 13 janvier 2021, Tunisie 2011-2021 ; Une histoire à suivre 
https://aoc.media/analyse/2021/01/13/tunisie-2011-2021-une-histoire-a-suivre/
  

Mariage Habib et Wassila Bourguiba

Wassila Ben Ammar : Une Tunisienne en politique

Compte rendu  de Noureddine Dougui, Wassila Bourguiba, la main invisible, Tunis, Sud Editions, 2020, 346 p.

 

La lecture de l’ouvrage Wassila Bourguiba, la main invisible  de Noureddine Dougui est à la fois engageante et utile aux chercheurs, aux historiens et au-delà. Une qualité de l’ouvrage saute rapidement aux yeux, il est écrit dans une langue claire et fluide et peut atteindre un large public francophone.

Un nationalisme au féminin

Cette biographie d’une femme qui a joué un rôle politique déterminant dans la Tunisie contemporaine a le mérite d’échapper à la binarité des jugements sur Bourguiba qui stérilisent le champ de la recherche, malgré des ouvrages et articles ayant apporté du neuf en leur temps sans qu’on soit en mesure de restituer à ce personnage toutes ses dimensions. Le point de vue narratif est centré sur une Tunisienne de la moyenne bourgeoisie, peu instruite mais dotée d’une intuition qui va lui permettre de côtoyer des hommes, de traverser des situations, d’exercer une habileté à juger les gens, d’intervenir dans des conflits et de s’imposer comme une personnalité politique légitime et efficiente.

Dix-sept chapitres, un prologue et un épilogue déroulent un récit qui remonte à l’origine de la famille Ben Ammar au XVIIIème siècle et atterrit sur la personnalité du père M’hamed Ben Ammar (1885-1934), oukil (avocat devant les anciens tribunaux) doublé d’un petit propriétaire proche des Jeunes Tunisiens puis du Vieux Destour, principales forces politiques structurées dans les premières décennies du XXème siècle. Aînée d’une famille de trois enfants, Wassila (1912-1999) a une scolarité courte (en raison de la tuberculose) mais se montre capable d’agir en responsable de famille à la mort de son père. Elle se lance à partir de 1932 dans un militantisme nationaliste féminin avec réunions, campagnes de dons, manifestations. Tout en refusant de mettre le voile, elle se résigne à un mariage de raison avec Ali Ben Chédli en 1938.

La rencontre avec Bourguiba a lieu à Hammam-Lif en 1943. L’attachement amoureux du couple est mêlé d’une ferveur patriotique exaltée par le ralliement des zaytouniens, des syndicalistes, des communistes et de membres de la famille beylicale. Le départ de Bourguiba au Caire (1945-1949) pour internationaliser la question tunisienne n’affaiblit pas leur relation : elle le rejoint pour 3 semaines en novembre 1948. L’imbrication entre vie publique et privée est l’un des axes explicatifs de cette biographie féminine qui croise une émancipation personnelle (la relation hors mariage du couple est inhabituelle) avec le tracé d’un parcours politique semé de rivalités, de conflits et d’intérêts contradictoires recouverts par le projet anticolonialiste. Wassila soutient Habib Bourguiba contre ses rivaux (Salah Ben Youssef, Tahar Ben Ammar, Mongi Slim…), inaugure un rôle de représentation parallèle auprès de l’ONU à Paris en 1952, se mêle secrètement aux négociations dont Bourguiba est exclu en 1954. Elle se construit une expérience de renseignement et de médiation.

Une certaine façon de faire de la « politique de sérail »

Le mariage des deux amants est célébré le 12 avril 1962 (voir la photo de couverture), après 19 ans de liaison et un an après la guerre de Bizerte (19-23 juillet 1961) et l’assassinat de Salah Ben Youssef (12 août 1961). Sa « dot », les palais de Carthage et de Skanès sous la conduite de l’architecte Clément Cacoub, signe le début d’un train de vie et d’une façon d’exercer le pouvoir qui attisent l’opposition et achèvent le verrouillage des libertés d’expression et de réunion (le Parti communiste tunisien est interdit en 1963). Wassila se constitue un clan de fidèles (Tahar Belkhoja, Driss Guiga, Mohamed Masmoudi…), un carnet d’adresses international agrémenté de connexions avec des femmes influentes dans d’autres « cours » (Affet, dernière épouse de Fayçal d’Arabie, Lalla ‘Abla, mère de Hassan II, Jihane Sadate…). Elle soutient le magistère pluriel d’Ahmed Ben Salah, issu des rangs de l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens dont elle ménage le dirigeant Habib Achour et son poids régulateur dans l’équilibre politique, cherchant à se faire une place. La crise post -coopératives de 1969 laisse apparaître les opposants à ses intrigues : Ahmed Ben Salah, Bahi Ladgham, Mohamed Sayah et Ahmed Mestiri. Hédi Nouira nommé premier ministre en 1970, elle s’appuie sur Mohamed Masmoudi dont l’entregent international lui est précieux. L’épisode tumultueux de l’union avortée avec la Libye (janvier 1974) rapproche tactiquement ce dernier de l’UGTT mais les péripéties qui aboutissent au Jeudi Noir (26 janvier 1978) rétablissent l’autorité de Hédi Nouira contre l’épouse du président. Ce dernier étant sujet à des crises de santé et des absences répétées, la présidence à vie vient à point nommé en 1975 contrecarrer les incertitudes de son entourage et l’attaque de Gafsa de 1980 permet à Wassila Bourguiba de regagner un peu d’ascendant.  

Dans la diplomatie, Wassila Bourguiba déploie un savoir-faire qui pèse sur le tracé des frontières avec l’Algérie, les relations avec la Libye et surtout la protection de la cause palestinienne dont elle se fait le soutien fidèle et actif, entretenant des liens directs avec Yasser Arafet et Abou Yadh. L’hébergement de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) en Tunisie est son œuvre. Ses dernières nominations (Mohamed M’zali et Driss Guiga) ne lui évitent pas de voir son influence décliner à partir de 1982, alors qu’elle a participé à falsifier les élections de 1981. La situation tunisienne et internationale échappe à ses plans et sa capacité de vision ; les émeutes du pain de janvier 1984 sont un épisode lamentable de son interventionnisme contre-productif. Elle quitte le palais et le pays en 1986, pour rentrer en 1988 sans accepter de revoir Bourguiba.

Questions pour l’histoire

L’ouvrage paraît à un moment où la politique et le rôle des femmes dans l’histoire et la société tunisiennes font l’objet de débats, de recompositions, voire d’instrumentalisations. Tranchant avec les polémiques, il apporte du matériau pour l’histoire. Il dégage des pistes vers des sources à explorer : la correspondance intégrale de Wassila et Habib Bourguiba, la documentation juridique autour de l’affaire du Plateau Continental entre la Tunisie et la Libye, les traces des relations diplomatiques avec la Libye de Kadhafi, l’Algérie de Boumediène et de Chédli Benjedid, les archives du magazine Jeune Afrique dont on aimerait connaître les dessous et les préparatifs des reportages comme les auteurs des interviews. Noureddine Dougui regrette le silence des témoins qui n’ont pas voulu lui répondre. Il faut espérer que le temps délie le secret des acteurs d’un « harem politique » contemporain auquel ont accédé des journalistes étrangers, des ambassadeurs de régimes démocratiques, des hommes d’affaires et entrepreneurs de toutes provenances, une multitude d’observateurs et de bénéficiaires. D’autres archives peuvent éclairer cette psycho-histoire du pouvoir qui lève de nombreuses zones d’ombre et bat en brèche la légende du zaïm omniscient, éclairé et « libérateur de la femme tunisienne ». Ayant signifié à Wassila son divorce alors qu’elle était à l’étranger (août 1986), Bourguiba entache lui-même sa réputation de féministe, tout patriarche qu’il fut. Inspiratrice de la politique présidentielle, Wassila Bourguiba a contribué à faire de l’appareil judiciaire, des nominations, des décisions et des textes de loi les vecteurs concrets de l’autoritarisme du régime. Les personnels d’ambassade, la Conservation foncière, les fonctionnaires de police, de douane et autres agents de l’Etat ont construit autour et avec elle des pratiques de gestion des affaires publiques qui ont pu être perpétuées par les suivants. Une sociologie du personnel politique qui l’a côtoyée, souvent obéie et parfois combattue (quels noms ? quels moyens ? quels résultats ?) apporterait à cette percée dans les cercles du pouvoir une épaisseur supplémentaire.

Wassila Bourguiba est une femme de son temps, avec un bagage spécifique, une beauté et intelligence qui lui ont servi d’armes politiques. A cheval entre les séquences coloniale et post-coloniale, son itinéraire est enchâssé dans l’Etat qu’elle a contribué à sculpter. On peut reconnaître à l’ouvrage et à son auteur de donner à apprécier les intrications multiples entre le public et le privé qui caractérisent l’histoire contemporaine de la Tunisie à travers une femme ancrée dans son monde qui aura réussi à pousser les limites de sa condition.

23 septembre 2020

Publié dans IBLA 226, 2020, pp. 288-292 

 

Science en situation, Réflexions autour de la recherche tunisienne

L’impératif de freiner et de contrôler la contamination d’un virus mondial est sans autre solution, pour l’instant, que d’obliger chacun à rester chez soi. Chercheure en quarantaine, j’ai eu le temps de réfléchir à ma profession qui a le privilège, en plus de faciliter l’accès aux idées et la circulation entre les frontières, de bénéficier du numérique comme de la communication à distance. Mon immobilité et la connectivité à grande vitesse m’ont permis de prêter attention aux enjeux et aux moyens de la science en train de se faire (ou pas), en ce temps où la recherche est sollicitée, attendue et plus visible dans l’espace public tunisien.

Au cours de ces semaines de confinement, textes, interventions, déclarations, interviews de scientifiques de tous bords se sont multipliés, mettant en évidence différents aspects de la morphologie géo-politique de la recherche. Entrer dans le fonctionnement de ce monde dans une situation exceptionnelle et commune permet de décortiquer le métier de chercheur.

Le dur et le mou

Ces semaines de combat contre le coronavirus ont donné la parole à des chercheur-e-s de disciplines pouvant traiter de la médecine et de la santé, dans le passé et le présent. Les historiens sont sollicités pour retourner sur l’histoire des épidémies et on s’aperçoit qu’en Tunisie, articles et entretiens révèlent un domaine peu labouré – malgré l’existence de quelques thèses et articles –, et renseignent essentiellement sur la période contemporaine. L’histoire de l’épidémiologie tunisienne est représentée par les figures de Charles Nicolle et Ernest Conseil qui ont fait avancer en leur temps l’infrastructure locale et la recherche internationale. Malgré les retombées historiques de cette connexion, on vit en Tunisie, plus qu’ailleurs, la dichotomie entre les sciences dites « dures », « exactes » et celles qui, attribuées à l’homme et la société (comme si les autres ne l’étaient pas) sont accompagnées des épithètes « molles » ou « douces ». L’actualité sanitaire donne l’occasion de voir à quel point le champ médical est étendu et qu’il agrège aux savoirs généralistes des domaines pointus et étroitement reliés aux contextes.

L’information journalière nous initie à distinguer les spécialités et les institutions mobilisées pour comprendre, diagnostiquer, traiter et prévoir. On apprend que l’Institut Pasteur est concentré sur les vaccins et la sérologie, tandis que les laboratoires des hôpitaux Charles Nicolle ou de l’hôpital militaire analysent la nature du virus. Les médias, plus à l’aise dans les commentaires économiques découlant de la crise liée au coronavirus, vulgarisent la carte sanitaire qui devient aussi quotidienne que la carte météorologique. La digitalisation, enfin possible du système de soins, ajoute aux retombées pédagogiques et citoyennes de la pandémie. Chiffres et statistiques communiqués au grand public gardent toutefois une certaine opacité. Le sociologue Mohamed Ali Ben Zina commente régulièrement sur Facebook les courbes et pourcentages du ministère de la Santé. Ces leçons de méthode appliquée éclairent au jour le jour la lecture des chiffres, montrant l’utilité de relier les enseignements dans nos cursus universitaires encore trop cloisonnés.

La perception de la science reste dichotomique et le sentiment de la menace dévoile, de façon sensible, le besoin vital de faire converger les savoirs et de croiser les compétences pour tirer le meilleur profit des avancées scientifiques.

Pouvoir médical et frontières

D’autres observations amènent à saisir les représentations hiérarchiques qui révèlent, dans le contexte tunisien, la nature des barrières mentales traduisant les cadres politiques et matériels du métier de chercheur. Même si on est averti sur les conditions d’exercice et les logiques internes de ce monde professionnel, l’expérience de confinement met en évidence, une fois de plus, les différences entre les hommes et les femmes. Marta Luceño Moreno a développé, à partir de son vécu, une réflexion sensible sur la condition de chercheure (‘L’autre épidémie, les inégalités de genre’, Vivre au temps du Covid-19, pp. 69-73). Les témoignages des médecins tunisiens expatriés font ressentir la disparité des salaires et les déséquilibres entre recrutements nationaux et internationaux. Ils interpellent sur les effets des migrations des compétences comme sur l’attractivité des emplois d’expertise, résultant des choix des financements. L’assignation à résidence généralisée redonne des couleurs locales à une profession mondialisée qui sécrète aussi des inégalités.

Un déclic rappelle une autre disparité : dans la vague de mortalité ascendante et la polémique sur l’hydroxy-chloroquine, la distinction entre les médecins praticiens, mis en demeure de guérir chaque patient, et les médecins chercheurs qui, sans oublier la finalité de soigner, ont la latitude d’exercer des raisonnements plus froids, apparaît avec netteté.

Au-delà des considérations éthiques, le critère de « puissance » souvent accolé aux capacités de recherche scientifique n’est pas obligatoirement pertinent dans l’urgence, ni efficient face au danger immédiat. Dans le cas tunisien, l’autorité de l’OMS dévoile ses paradoxes et le grand public saisit, avec les directives tâtonnantes face au virus, l’importance du temps dans les protocoles de recherche et la maîtrise des connaissances.

Dans la lutte contre l’épidémie, la directrice générale de l’observatoire national des maladies nouvelles et émergentes (ONMNE), les équipes de l’Institut Pasteur et de l’hôpital Abderrahmane Mami sont des figures de proue qui relèguent les politiciens au second plan. Alors que le secteur privé prospère depuis 2008 à travers la Fondation Nationale de la Caisse Assurance Maladie (CNAM), le secteur public est perçu comme la locomotive contre le Sars-CoV-2 et l’entité capable de combattre les disparités régionales et sociales devant la maladie.

Cela laisse espérer que le « pouvoir médical » tunisien puisse s’emparer de l’opportunité de rectifier la ventilation des dépenses publiques et le laxisme observé par l’État face à l’hémorragie des diplômés de la faculté de médecine qui émigrent en masse par manque de recrutements et faute d’investissements matériels et humains pour la santé.

Troubles dans les repères

La position – même privilégiée – de chercheur s’inscrit dans une « géographie physique et mentale de la science ». Celle-ci est comme suspendue dans l’épisode pandémique. La configuration plus ou moins consciente qui régit nos manières de faire intériorisées dans les échanges d’idées, les citations et/ou des lectures plus ou moins partagées est brouillée par l’urgence du moment. Les priorités sont bouleversées et déplacées. L’information scientifique circule, certes, entre les spécialistes de la santé (la recherche « ouverte » stimule les échanges et les initiatives) mais dans l’état actuel, il s’agit de transposer les analyses macroscopiques de l’épidémie en mesures et instructions. La lutte contre la contamination mortelle oblige chaque écosystème local à relier la production des connaissances aux applications utiles sur place. Comme en temps de guerre, les sciences et les techniques sont mobilisées pour traduire les connaissances en directives et avertissements pragmatiques.

Les bilans et courbes rapprochent tour à tour la Tunisie de Taïwan, du Vietnam, de la Thaïlande, de la Mauritanie, de la Jordanie ou du Liban. La crise mondiale montre que nos besoins immédiats comme nos ressources nous rapprochent d’autres contextes que ceux auxquels nous avons l’habitude de nous référer. Les chiffres en provenance de France, d’Italie ou des États-Unis, que les médias reprennent à l’envi, sont plus anxiogènes qu’éclairants. Alors que les analyses des économistes qui se font ré-entendre reprennent les mêmes modèles, le voisinage des pays du Maghreb se révèle plus approprié pour les comparaisons et les cas de pays asiatiques ou africains, plus adaptés pour calibrer les réactions et les mesures.

L’actualité contraint à reconsidérer les critères de proximité, à jauger nos besoins essentiels pour mieux exploiter les ressources disponibles et construire des données. Ce qui ramène aux manières de travailler dans la recherche en sciences humaines et sociales. Ces semaines nous ont confinés dans le temps du traitement de l’urgence et du témoignage. Alors qu’un cinéaste a entamé le tournage d’un film, que des sketchs et sit-coms se sont emparés de thèmes autour de l’épidémie, je me demande comment nos façons de faire de la recherche vont s’inspirer de cette expérience imposée à tou-te-s. L’observation critique peut-elle trouver des opportunités dans la crise du Covid-19 pour des questions pertinentes ouvrant sur des données ou des outils nouveaux ? Les chercheurs confinés parviendront-ils à renforcer les capacités scientifiques à mieux traiter les questions d’environnement, d’inégalités ou d’éthique que la pandémie aura révélées, simultanément et partout ?

Chaque terrain et chaque moment sont porteurs d’un potentiel de connaissances. L’expérience inédite et commune de la pandémie donnera-t-elle à la science la capacité d’être utile et partagée par le plus grand nombre ? La crise du Covid-19 changera-t-elle le regard des chercheur-e-s et/ou leurs manières de circuler, entre les terrains, les méthodes et les références ? En plus de la mise au point du vaccin, il faut espérer que la recherche soit apte à activer les prédispositions de la science – qui a aussi ses vulnérabilités – à évoluer dans son propre fonctionnement.

Le 18 mai 2020

Texte publié dans Vivre au temps du Covid-19, Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie, Tunis, IRMC/Nirvana, 2020, pp. 95-100.

Plaider pour changer le monde. La figure de Gisèle Halimi

Le concert des hommages rendus à Gisèle Halimi (Tunis, 27 juillet 1927 – Paris, 28 juillet 2020) a unanimement souligné l’ampleur des causes auxquelles l’avocate franco-tunisienne a consacré sa vie.

En tant qu’avocate, députée, écrivaine, elle s’est emparée d’affaires qu’elle a su gagner grâce à sa façon de plaider, tout en contribuant à faire bouger, sur un temps long, un ordre politique et sexuel qu’elle a vécu dans sa chair.

Cette femme figure d’un XXe siècle en ébullition a croisé des situations qui ont laissé une trace écrite et orale, et creusé des sillages en France, au Maghreb et jusqu’en Palestine.

Devenir avocate dans la Tunisie colonisée

L’enfance et l’adolescence de Gisèle Halimi née Taïeb se déroulent dans une famille juive tunisienne, traditionnelle et conservatrice. Son caractère et ses révoltes sont sculptés par les rapports de classe et de sexe structurant une société colonisée qui lui ouvre, grâce à la nationalité française de son père, les portes de l’école. Sa situation familiale structure ses aspirations d’émancipation et sa culture se façonne avec les luttes de terrain.

La Kahéna, héroïne judéo-berbère du VIIe siècle opposée à l’occupation ommeyyade, lui inspire un « roman » (2006) à partir des informations disponibles.

Gisèle Halimi évoque dans ses mémoires l’antisémitisme de son institutrice et raconte des épisodes devenus mémorables : elle se souvient, entre autres, de la mobilisation nationaliste du 9 avril 1938.

Kaïs Saïed, candidat au second tour des élections présidentielles tunisiennes d’octobre 2019, a rappelé que son père emmenait à vélo la jeune adolescente au lycée, pour la protéger de la police allemande occupant le pays (17 novembre 1942-13 mai 1943). Grâce à une bourse et l’argent gagné par des cours particuliers, la bachelière de 17 ans poursuit à la Sorbonne des études de droit et de philosophie et fait l’expérience du racisme métropolitain.

Elle obtient son diplôme d’avocate en 1947 et s’inscrit en 1949 au barreau de Tunis, dominé par les avocats français.

Elle vit la flambée de violence et de répression qui sévit en 1952 en tant que stagiaire des tribunaux militaires assignée à la défense de nationalistes tunisiens, dont Habib Bourguiba Président de la république tunisienne entre 1957 et 1987.

Avocate au procès d’El Alia (près de Philippeville/Skikda) du nom des massacres survenus en 1955 entre indépendantistes du FLN puis, en représailles, par l’armée française dans région du Constantinois en Algérie, elle prend conscience des pratiques de torture et des usages d’extraction d’aveu justifiant des condamnations à mort.

Carrière hexagonale

Elle part en France en 1956, juste avant l’indépendance et la promulgation du Code du Statut personnel qui participe à donner à la jeune République tunisienne la réputation de pionnière sur la place des femmes dans la famille et la société.

Témoin tout en étant objet de discriminations, elle s’engage aux côtés du Front de Libération Nationale (FLN) algérien et défend, en 1958, une trentaine de militants algériens auprès du Tribunal militaire d’Alger puis, en 1960, Djamila Boupacha, accusée d’avoir posé une bombe, torturée et violée dans les geôles françaises.

L’avocate obtient du peintre Picasso un portrait pour la campagne qu’elle organise pour sa libération à la faveur des accords d’Evian de 1962. Ce portrait fera la couverture de l’ouvrage que Gisèle Halimi signera avec Simone de Beauvoir pour dénoncer la torture exercée au cours de la Guerre d’Algérie. 

De France, Gisèle Halimi poursuit ses prises de position contre la torture et entreprend de nombreuses démarches pour obtenir la grâce d’insurgés et militants condamnés à mort.

Agir et écrire pour les droits des femmes

Après Mai 1968 (qui n’a pas changé les rapports de sexe), le combat politique de l’avocate emprunte une autre monture : celui du droit des femmes à disposer de leur corps et de la liberté de procréer.

Elle s’associe avec Simone de Beauvoir et Jean‑Paul Sartre pour fonder en 1971 « Choisir la cause des femmes » et signe, avec de nombreuses célébrités, le « Manifeste des 343 salopes qui ont avorté ».

Malgré le risque de sanctions, elle se met courageusement dans le camp de l’inculpée du procès de Bobigny (1972) : « J’ai avorté, j’ai commis ce délit » pour essayer de frapper la conscience des juges et leur expliquer la nécessité de sortir ce geste médical de la clandestinité.

Elle obtient la relaxe de Marie-Claire Chevalier, une jeune fille de 17 ans qui avoue avoir avorté après son viol. Tout en soignant sa technique et sa rhétorique de défense, elle continue à déborder de l’enceinte des tribunaux et, sans outrepasser les règles strictes de l’avocature, à sensibiliser l’ensemble de la société en publiant en 1973 La Cause des femmes. La loi légalisant l’interruption volontaire de grossesse (dite loi Weil) est votée en 1975 et devient remboursable par la sécurité sociale quand Gisèle Halimi devient députée de l’Isère en 1982.

Au cours du procès d’Aix-en-Provence de 1978, elle défend deux touristes belges violées par trois hommes à Marseille. Elle médiatise à bon escient le procès poursuivant sa stratégie pour changer le regard de la société envers une atteinte à la dignité humaine et pour faire évoluer la loi française. Celle-ci déclare en effet en 1980 le viol comme un crime passible de prison.

Le féminisme tunisien a, de son côté, avancé à la force du droit, à coups d’enquêtes, de plaidoiries et de rédaction de textes.

Plusieurs militantes tunisiennes à l’instar de l’avocate- députée Bochra Bel Haj Hamidahttps://www.jeuneafrique.com/mag/538816/societe/dix-choses-a-savoir-sur-bochra-belhaj-hmida-figure-du-feminisme-tunisien/ et des juristes Sana Ben Achour, Hafidha Chekir ou Monia Ben Jémia, notamment appartenant à la vague contestataire des années 1980, ont été marquées par l’efficacité de cette femme politique qui, en tant que députée française, se prononce pour l’abolition de la peine de mort (1981) et la dépénalisation de l’homosexualité (1982). Ces mots d’ordre sont aujourd’hui à l’ordre du jour des revendications des organisations comme l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD).

Anticolonialiste jusqu’au bout

Originaire d’un pays colonisé, elle s’est forgé une sensibilité envers les opprimés du système mondial. Comme pour l’avortement, le viol et la torture, l’engagement de Gisèle Halimi pour les pays occupés dénote d’un souffle et d’une continuité.

Membre du tribunal international des crimes de guerre Bertrand Russell, elle est observatrice de la guerre du Vietnam en 1967. Plus tard, en qualité d’ambassadrice déléguée permanente de la France auprès de l’Unesco (1985-1986), et de présidente du comité des conventions et des recommandations de l’Unesco (1985-1987), elle participe à faire avancer la parité Hommes/Femmes au sein de ces organisations internationales.

Dans la foulée des luttes sociales en France (1988-1998), elle participe à fonder l’Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne (Attac) en 1998 et s’investit dans la rédaction des statuts pour élaborer une vision qui essaye de contrecarrer les inégalités du système néo-libéral.

Au nom du même idéal de liberté, elle défend la cause palestinienne à travers plusieurs tribunes, notamment en 2010 et en 2014, condamnant l’intervention armée d’Israël. Pour ne pas être complice du silence envers « un peuple aux mains nues », l’avocate s’associe au tribunal Bertrand Russel pour la Palestine en 2009 et adhère au comité de défense du militant palestinien Marwan Barghouthi.

Maître Gisèle Halimi quitte un monde en plein bouleversement, notamment dans les rapports entre les sexes. Ses expériences de juive féministe internationaliste et « intersectionnaliste » avant la lettre, comme ses actions, ont fait évoluer la présence et la visibilité des femmes dans l’espace public.

Orfèvre passionnée de la communication politique, elle mérite que l’un ou plusieurs de ses quinze ouvrages soient traduits en arabe pour combler un vide aussi étonnant que stérilisant, afin que les générations partagent  ce qu’elle a fait pour l’évolution des rapports complexes entre droit et justice aux XXe et XXIe siècles et en faveur de la lente marche vers l’égalité entre les hommes et les femmes.

Hammam-Lif, le 30 juillet 2020

Publié par The Conversation 

https://theconversation.com/gisele-halimi-plaider-pour-changer-le-monde-143696

L’administration au Maghreb : histoires, actions, perceptions

Compte rendu de Hassan Elboudrari et Daniel Nordman (dir.), Les savoirs de l’administration. Histoire et société au Maghreb du XVIe au XXe siècles, Casablanca, Fondation du Roi Abdul-Aziz, 2015, 368 p.

Cet ouvrage collectif présente les travaux d’une communauté de chercheurs et de doctorants formée depuis 2006 de quatre équipes de recherche (française, marocaine, algérienne et tunisienne) rassemblées autour d’enquêtes couvrant la longue durée, du XVIe au XXe siècles. Le programme portait sur un champ d’étude peu éclairé par la recherche franco-maghrébine : la genèse de l’administration dans les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie et Libye), son exercice, ses formes, son efficacité et ses multiples incidences historiques. Il a donné naissance à dix-neuf contributions qui sortent du prisme strictement colonial (commandant aussi la période moderne) et introduisent d’autres lectures des sociétés maghrébines à travers les manières d’exercer ou de servir le pouvoir comme de le subir. Il faut louer la persévérance des initiateurs qui ont su vaincre les difficultés d’un projet dont les dimensions humaine et géographique dépassent largement les objectifs des accords de coopération habituels. La thématique resserrée autour des rapports liant les administrations, les savoirs et les techniques gagne en vision panoramique et en profondeur comme les réflexions en pistes de comparaison. Le lecteur trouve son compte dans l’étendue des questionnements induits qui se partagent en quatre chapitres. L’État demeure au centre des contributions mais il est appréhendé par le biais des techniques de gestion ou par celui des acteurs et des compétences qu’il mobilise, ce qui présente l’intérêt de rendre sa nature moins abstraite et sa portée moins écrasante. Au-delà des institutions et des individus étudiés, l’ouvrage déroule une panoplie d’aspects matériels et d’éléments pratiques inhérents à une compréhension de l’évolution des pouvoirs, des populations et des territoires administrés. Sur fond de descriptions fines et à l’aide/au moyen de sources manuscrites ou imprimées parfois inédites, l’ensemble fait apparaître le mouvement qui traverse les sphères administratives et les liens, visibles ou secrets, entre les systèmes sociopolitiques maghrébins du XVIe au XXe siècle.

L’un des apports de l’ouvrage est d’offrir une vision plus détaillée des dispositifs qui étayent la détention du pouvoir au Maghreb. Toujours omniprésent, l’État se révèle à travers une connaissance plus précise des agents intermédiaires, connectée avec des questions et des difficultés (sur la régionalisation ou l’urbanisation) construites en savoirs éclatés ou délaissés. Tout en renseignant sur des décalages ou des concomitances entre les différentes organisations étatiques du Maghreb, les textes mettent les projecteurs sur les fonctions médianes de ces organisations. Que ce soit dans l’entourage du bey avec le secrétaire (katib ou khuja) , dans l’administration territoriale avec l’expert (gayyas, ‘irrif) ou le chef de corporation (amin) , ou fiscale avec le fermier général (lazzam), on voit fonctionner des activités qui touchent à des intérêts privés ou à des règlements locaux, régionaux ou municipaux. La création des apprentis médecins ou la formation de qabla-s (sages-femmes) en Algérie traduit les besoins croissants en « développement » qui nécessitent la constitution d’un personnel nouveau et des modalités de recrutement à mettre en place. Les instituteurs en Kabylie, les élus locaux ou les assemblées municipales sont des courroies de transmission de l’État.

Tout n’est pas radicalement nouveau dans les machines administratives, puisque des fonctions anciennes sont réactivées ou des mesures passées remises à l’ordre du jour. La fonction du muhtassib (distincte de celle du cadi) est réinvestie par la monarchie marocaine avant de tomber en désuétude avec l’instauration à partir de 1914 d’une administration municipale. Au XIXe siècle, la réforme du système d’imposition appelé mahçulat renouvelle la distribution du système fiscal tunisien entre les villes et les campagnes, faisant de l’ancienne mejba un impôt de capitation. Ces dispositions contribuent à faire évoluer les techniques d’observation, de consignation, de contrôle ou d’évaluation des activités de l’administration. Ces interventions a priori éloignées du centre du pouvoir nous font découvrir un personnel et des fonctions de l’Etat moins visibles, qui forment la trame des réseaux d’influence périphériques agissant sur les législations et les pratiques en action. La prise en compte de connaissances théoriques sur le droit, l’hygiène, la botanique, l’archéologie ou l’arabe remodèlent les usages dans l’administration en agissant d’abord sur la production écrite (rapports, traités, registres, contrats), support fondamental de la gestion étatique moderne. L’écriture, l’inventaire, le comptage, l’arpentage, l’onomastique font passer d’une fonction mal définie à une gestion plus segmentée et un suivi des populations, des territoires et des institutions plus disséminé et s’appuyant sur des tâches annexes. Cette évolution ne va pas sans créer de conflits ni poser des problèmes de hiérarchie ou de compatibilité : c’est particulièrement sensible avec l’installation de l’autorité coloniale qui consiste parfois à doubler les codes ou règlements existants (dans le droit foncier par exemple) : ce qui entraîne un traitement hybride des questions d’appropriation ou d’exploitation des terres.

Les percées de cette recherche collective dans la sociologie historique du pouvoir au Maghreb se doublent d’une attention particulière à la matérialité de son exercice. C’est un autre point fort de l’ouvrage d’offrir des grilles de lecture de la fabrique des archives maghrébines.

 Même quand elle propose de croiser les sources « endogènes » et « exogènes », la pratique historiographique tend à les distinguer. Plusieurs des études soulignent l’importance et la constance des emprunts et des métissages, qui expliquent l’évolution et l’usage des fatwa-s (les consultations juridiques), des traités de fiqh (la jurisprudence), de la littérature hagiographique ou des contrats notariés. Cette perspective révèle la porosité à double sens entre productions administrative et intellectuelle. Là aussi, la longue durée remet les choses dans un ordre qui intègre le rôle du temps et dans une circulation entre les genres qui fait du passage par l’écrit le lieu des réajustements et des adaptations entre le terrain et l’analyse, entre l’action et sa formulation. Les relations de voyage et les rapports militaires considérés aux XVIIe et XVIIIe siècles comme des accès à l’observation historique se nourrissent de la documentation locale disponible, éclairée ou influencée par les conventions de l’époque et par les horizons des auteurs autant que par leurs points de contact. Les contrats notariés, empreints d’oralité, évoluent avec les apports du droit, du savoir médical ou des techniques financières.

Le rapport, ou mémoire, le recensement, la liste, l’inventaire, la thèse, le reportage journalistique s’interpénètrent dans des formes et des contenus qui intègrent les savoirs mobilisés dans leurs procédures et leurs démarches. La monographie est systématisée par les géographes comme les plans d’urbanisme par les ingénieurs et les architectes. On rend compte des bâtiments (hôpitaux, dispensaires, minarets), comme des anciens et nouveaux quartiers (Bône au XIXe siècle). L’archive se diversifie tout comme le vocabulaire technique qui l’accompagne : au-delà des mœurs et des coutumes (ethnographie), il s’agit de surveiller les épidémies (la peste en Tunisie), de veiller à l’hygiène des populations, de réglementer les mosquées, oratoires et minarets dans l’espace urbain en changement. La technocratisation du pouvoir fabrique des écrits y compris face aux rituels (des zaouïas, des mosquées ou des cimetières)

Après le parchemin, le registre et la fiche rédigés à la main, le passage à la machine à écrire représente un tournant significatif dans l’évolution des méthodes administratives. La pratique du papier carbone multiplie les copies autant qu’elle brouille la notion de producteur comme le statut de copie unique ou d’original. L’exemple des douanes de Casablanca montre que cette transition administrative sous-étudiée (tout comme les incidences de l’entrée du télégraphe ou du téléphone) charrie une transformation qualitative des usages et un gonflement significatif de la matière documentaire conservée, détruite ou disparue.

La sélection bibliographique insérée dans l’ouvrage sert à situer le matériel disponible et les études générales ou spécialisées qui permettraient d’aller plus loin sur un sujet (l’administration) abordé souvent sous l’angle de la centralisation de l’État, de la modernisation des élites ou de l’appareil bureaucratique. L’ouvrage prolonge et élargit les focales des historiographies maghrébines sur ces questions en faisant de l’administration une entrée plus complexe et plus suggestive.

Il présente l’intérêt d’intégrer les savants (historiens, géographes botanistes, médecins…), les militaires, les touristes, les politiques locaux et les populations observées et administrées dans une dynamique qui n’est pas cantonnée au seul cadre précolonial et colonial, ainsi que le soulignent les articles revenant sur les notions de tribu/confédération, de confrérie religieuse ou d’indigène. Ces classifications sociopolitiques prouvent, une fois de plus, que leur complexité découle d’une évolution qui se reflète tantôt sur le terrain de l’action tantôt dans leur représentation « savante » ou leur perception gestionnaire.

Compte rendu paru dans Annales, Histoire et Sciences sociales n° 4, 2017. 

Nar, s’immoler aujourd’hui en Algérie

Le film Nar (Feu), de Meriem Achour Bouakkaz (2019), a été au centre de la première activité de la manifestation intitulée 20 ans, 20 films, 20 pays initiée par l’Université de La Manouba pour son 20ème anniversaire. Le ciné-club de la Faculté des Lettres des Arts et des Humanités a programmé une série de films pour accompagner cet anniversaire doublé de deux autres (les 60 ans de l’université tunisienne et les 10 ans de la Révolution). L’ordre alphabétique a fait de l’Algérie le premier pays visité tandis le sujet du film projeté mercredi 29 janvier 2020 (les immolations en Algérie) a permis de relier une foule de sujets, de rapprocher des pays, de raccorder des questions sociales, humaines et politiques qui se posent aujourd’hui.

http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/56927_1#

Tourné (en 2018 ?) avant le déclenchement des marches hebdomadaires le 22 février 2019, ce documentaire de 52 minutes fait parler un animateur culturel, un rescapé, une mère et un frère de victimes, deux étudiants, un mécanicien et un agent de sécurité, des multiples significations du feu (= nar). Comme une signature d’époque, le film démarre par une vidéo sur une immolation en direct (près de Jijel, en avril 2012) suivie par la répression des mobilisations qu’elle a déclenchées. Il se termine par une citation de l’écrivain et journaliste algérien Mostafa Benfodil : « Puisse l’Algérie renaître de la cendre de ses enfants ».  Le feu est ainsi abordé à travers différents vécus, dans les lieux et les décors qui marquent ces histoires autant qu’ils font sortir les expériences vers une compréhension plus large. Chaque témoignage est inscrit par la cinéaste dans une toile qui nous fait entrer, à travers un montage sensible, au cœur de l’Algérie, au cœur de l’actualité sociale maghrébine comme au cœur de la psychologie humaine.

L’histoire en train de se faire

Des images paisibles des rues et des cafés fuse une musique, celle de La Casa d’El Mouradia, ce chant de stade qui a porté les rassemblements algériens de 2019.

Le spectateur est introduit dans l’histoire en train de se faire, dans les vies des gens, dans leurs têtes, dans les mots qu’ils utilisent pour parler de leurs existences, dans les actes qu’ils entreprennent. En s’attardant sur les souvenirs, les sentiments, les regards, les douleurs et les pensées de Fouad, Seïf, Tayeb, Anis, Saïd, Lakhdhar et Saïda, la cinéaste nous dévoile les sens ambivalents du feu, les raisons qui y mènent et les jugements qu’on en tire.

Fouad évoque ses souvenirs des faits de Village Moussa d’avril 2012 ; il intègre l’immolation de Hamza à son expérience auprès des jeunes de la région qui, en l’absence de culture, ne peuvent ni vivre pleinement ni partager leurs talents. Le graphiste Saïd, rescapé, date son geste du 14 janvier 2011, en détaille les phases puis déroule une réflexion sur ce qu’il en a appris, après avoir été sauvé, grâce à la solidarité mobilisée. Le récit de Taïeb, frère du marchand d’olives mort de ses blessures, souligne le parallélisme avec la condition du tunisien Mohamed Bouazizi, marchand ambulant, en butte aux injustices administratives. Taïeb trouve son réconfort dans sa passion de la nature et des vestiges historiques. Lakhdhar a tenté de s’immoler dans une banque avec sa fille handicapée ; ayant obtenu un logement, il a repris confiance dans son appartenance à l’Algérie, tout en reconnaissant la responsabilité de chacun dans la situation générale. Les deux étudiants (Seïf et Anis) déclarent apprendre des choses dans ces cafés, un « lieu sacré » où des heures passent à échanger sur la vie, regarder les matchs, jouer sur des téléphones, sortir de chez soi, dans une sociabilité exclusivement masculine. Saïda, la seule femme du film, est une mère qui ne parvient pas à oublier le geste suicidaire de son fils, en principe interdit par l’Islam ; elle cherche la paix en fabriquant son pain, en faisant du crochet, en entretenant ses plantes et sa maison, aux côtés de son frère. 

Brûler

Les images nous rappellent l’omniprésence du pétrole dans les bouteilles et les objets en plastique, les moteurs de voitures, les bonbonnes, les cigarettes, les réchauds, les pompes à essence. Cette ressource s’avère mortifère, meurtrière dans un environnement vécu comme une prison. Seuls les stades constituent, pour les hommes, un espace public d’expression et de défoulement individuel et collectif. Alors que des richesses s’étalent à longueur de plaines, de plages et de montagnes, des bateaux de fortune emportent des harraga-s, qui mettent en œuvre une autre façon de brûler et de fuir l’insupportable. Les immolations sont des gestes individuels portés à la visibilité pour extérioriser une douleur de vivre, pour dire une « vérité » mais le prix de ce « point de non retour » coûte aux jeunes sans rien rapporter à la communauté.

Vécus et gestes racontent une réalité algérienne sombre qui rappelle des conditions économiques et sociales d’autres pays, y compris dans les conséquences tragiques du fléau de la corruption et du clientélisme. Ces réponses désespérées et spectaculaires sidèrent les entourages et restent sans explication. Médias et statistiques ne savent pas appréhender le phénomène. S’auto-immoler n’est pourtant pas la seule réaction possible pour la jeunesse d’une Algérie où les victoires du football procurent de la joie, où des chantiers voisinent avec des ruines antiques, où les côtes maritimes offrent des ressources, où des terres vierges invitent à l’exploitation, où la solidarité existe, où la volonté de vivre n’est pas complètement éteinte.

Les prémices du hirak algérien sont réunies dans ces témoignages de survivants et de proches. Les immolations se poursuivant par centaines, voir Nar a plus d’une portée : celle d’approcher par le bas les soulèvements -que la Tunisie a inaugurés le 17 décembre 2010- et de donner à comprendre ces décisions de s’embraser pour interpeller contre l’injustice, briser le mépris et dénoncer le manque de liberté.

Le 31 janvier 2020

Juin. Le maréchal africain, Un portrait

Guillaume Denglos, Juin. Le maréchal africain, Paris, Belin/Ministère des armées, 2018, 462p.

 Voici une biographie d’un personnage honni de l’histoire coloniale. Officier de l’armée française en Afrique du Nord, Alphonse Juin (1888-1967) est une recrue exemplaire (major de promotion à Saint Cyr en 1912, il devance Charles De Gaulle) et quelques victoires militaires sont attachées à son nom (la campagne de Tunisie, 1943 ; la victoire du Garigliano, 1944…). La mémoire de ce dernier maréchal d’Empire traîne cependant des actes lourds de conséquences sur l’histoire des pays colonisés puisqu’il est notamment le représentant officiel de la France pour deux dépositions de monarques : celles de Moncef Bey en Tunisie (13 mai 1943) et de Mohamed V au Maroc (20 août 1953). Charles-André Julien, Charles de Gaulle, François Mauriac ont laissé des portraits peu flatteurs d’un officier méritant mais qui n’a pas su comprendre le cours de l’histoire. Sa correspondance avec le général Salan de l’OAS achève de le disqualifier tandis que l’histoire marocaine est peu amène avec cet adversaire de la décolonisation qui a malmené une personnalité glorieuse. Après deux biographies (1968, 1988) de facture plutôt hagiographique et un volume de Mémoires publié en 1960, l’image du Maréchal Juin reste négative, desservie par ses sympathies vichyssoises, sa défense d’une colonisation têtue d’une Afrique du Nord secouée par des marques de rejet et par sa radicalisation contre l’indépendance de l’Algérie.

Un soldat français des colonies

Le travail de Guillaume Denglos revient à travers la vie d’Alphonse Juin sur l’histoire coloniale franco-marocaine dont les prolongements tunisien et algérien apportent des clés de compréhension supplémentaires. L’ouvrage issu d’une thèse soutenue en 2014 à l’Université de Paris I sous la direction de Pierre Vermeren[1], s’appuie sur une série d’archives dispersées en France (Archives nationales ; archives diplomatiques de la Courneuve, ouvertes en 2009 ; Centre des Archives Diplomatiques de Nantes ; Archives su Service Historique de l’Armée de Vincennes ; Institut National de l’audiovisuel), au Maroc (archives du Maroc de Rabat, fondations Allal El Fassi, Abderrahim Bouabid…) et  en Espagne (archives générales de l’administration d’Alcala de Hénarès).

 Grâce à l’apport de fonds inédits (ex : les papiers de Léon Marchal, ancien délégué à la Résidence Générale de France à Rabat, décrits page 441), des entretiens oraux et une lecture alerte de souvenirs et mémoires (les officiers supérieurs écrivent beaucoup après la retraite), cette biographie croise des documents jusque là peu connus (des séries non exploitées ou récemment classées, les fonds privés de Georges Bidault, Vincent Auriol, Hubert Lyautey, Christian Fouchet…) pour faire la part de l’homme, du soldat et de l’administrateur politique dans le monde colonial maghrébin, au cours de la première moitié du XXème siècle. Les douze chapitres dessinent un portrait nuancé d’un personnage, ni héros ni salaud, sans en gommer la riche carrière militaire, le patriotisme ni les contradictions, à la confluence des réseaux politico-militaires qui se tissent entre la France, le Maghreb et les Etats-Unis, à la faveur des deux guerres mondiales.

L’auteur commence par revenir sur l’enfance algérienne, dans un quartier populaire constantinois, d’un fils de gendarme qui gravit les marches de la méritocratie républicaine en passant par le service de l’armée (chapitre 1). Après son succès à Saint Cyr, Alphonse Juin intègre le régiment de tirailleurs de Blida puis découvre le Maroc avec les débuts militaires du protectorat français (chapitre 2). La Grande Guerre lui offre l’occasion de se distinguer : blessé à deux reprises et quatre fois décoré, il refuse d’être l’aide de camp de Lyautey, qui l’a remarqué, pour la passion de conduire le 1er régiment de tirailleurs marocains (chapitre 3). Après le métier de soldat, il apprend celui d’administrateur en effectuant un stage auprès de Lucien Saint (1867-1938) en Tunisie, au moment de la crise d’avril 1922 qui oppose le Bey Mohamed Naceur à la Résidence Générale de France (chapitre 4). Après sa participation en 1925/1926 à l’offensive française contre la rébellion rifaine dirigée par Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi (1882-1963) depuis 1921, il se rallie à Lyautey, pourtant démis par Charles Pétain qui a mené les opérations[2].

Le mariage de Juin avec la fille d’un riche propriétaire de Constantine, Cécile Bonnefoy, en décembre 1928 le propulse socialement, dans des milieux de la droite conservatrice (chapitre 5). Il fait l’apprentissage de la vie politico-militaire française en colonie. Sa proximité de Juin avec Lyautey (avec qui il échange une correspondance suivie de 1928 à 1933, sans partager sa vision), tout comme son passage au cabinet militaire de Lucien Saint (1929-1933) forgent sa conception coloniale et renforcent son image d’homme à poigne (chapitre 6).

La deuxième guerre mondiale va révéler le patriotisme anti-allemand de ce « soldat africain » en même temps que ses penchants pétainistes (chapitres 7 & 8), avant un ralliement tardif à de Gaulle en 1943. Ces épisodes seront au centre des interprétations concurrentes et des querelles mémorielles qui surviendront dans les années 1950 et qui s’aiguiseront avec le mouvement de décolonisation.

Le chapitre 10 (pp.137-151) raconte, sans entrer dans la complexité de la crise, la campagne de Tunisie et la déposition de Moncef Bey qui sera prononcée par Juin. Une nouvelle fois, celui-ci se distingue par son efficacité de chef militaire qui connaît son apogée avec la victoire menée à la tête du Corps expéditionnaire français (CEF) en Italie (chapitre 11). La fin de la guerre le consolide dans une réputation de fermeté qui lui vaut d’être préféré au général Leclerc pour devenir Résident Général de France au Maroc. Cinq militaires obtiennent ce poste au cours des 44 ans du protectorat. A l’instar de son mentor Lyautey (1854-1934)[3] et succédant à Charles Noguès (1876-1971)[4], Juin occupe la fonction entre mai 1947 et septembre 1951[5] sans bénéficier de l’aura du premier ni du relatif oubli du second par les Marocains. Un bras de fer s’engage dès le début entre le sultan Mohamed Ben Youssef et Juin dont l’objectif est officiellement de transformer le protectorat en Etat associé au sein de l’Union française afin de pérenniser le lien de sujétion du Maroc envers la France. Les plans de « réforme » qu’il propose pour le pays l’auraient amené vers une situation de co-souveraineté, d’où le refus par le sultan.

Juin et le Maghreb

Les 7 chapitres suivants (pp. 203-338) forment le cœur du travail de Guillaume Denglos, axé autour de la période où Alphonse Juin règne en proconsul sur le Maroc. Il jette sur l’histoire du protectorat marocain des éclairages divers qui permettant de comprendre les relations complexes entre la France et les élites, les soldats et les populations sur le territoire marocain. Ces acteurs impliqués dans l’expérience coloniale ne peuvent pas être réduits à la vision métropolitaine qui commence à flotter sérieusement face à la tournure des événements dans l’ensemble du monde colonial, au Maghreb, en Afrique comme en Asie.

Fait maréchal en 1952 et nommé à l’Académie française en 1953, Juin coopère avec Mendès France pour mettre en place un accord avec la Tunisie. La chute de Dien Bien Phu en 1954 confirme le choix de Juin de se concentrer sur l’Afrique du Nord en soutenant l’idée que l’Algérie, aussi française que l’Alsace et la Lorraine constituait, dans le contexte de guerre froide, un élément clé de l’Alliance atlantique en protégeant le flanc sud de l’Europe.

Le départ du sultan Ben Arafa et le retour de celui que les Marocains vont adouber en tant que Mohammed V signent la « défaite » politique de cet officier légaliste, dépassé par la  vague d’émancipation qui traverse le monde et en particulier le Maghreb en feu (titre de son ouvrage écrit en 1957). Après avoir été « l’enfant terrible de la 4ème République » (chapitre 20), le commandant à l’OTAN se voit progressivement marginalisé dans l’élaboration du jeu politico-militaire français (chapitre 21). Maintenant son objectif d’ordre dans un contexte politique qui a changé de nature -l’indépendance émerge dans l’horizon d’attente des nationalistes maghrébins-, il s’oppose à la politique algérienne de Charles de Gaulle. Quand l’indépendance de ce pays qui a façonné sa vie advient, le maréchal juin est à la retraite depuis le 6 avril 1962…

Cette série d’éclairages sur la personnalité et la carrière d’Alphonse Juin dépasse l’histoire d’un individu, fût-il un acteur important de l’organisation militaire et politique française. Les péripéties qu’il traverse dévoilent les dessous des projections, des tractations, des manipulations et des erreurs qui jalonnent l’histoire de la colonisation du Maroc et permettent de suivre les processus qui finissent par déboucher sur son indépendance. Sortant du seul point de vue métropolitain. Guillaume Denglos reconstitue le contexte général de la colonisation puis de la décolonisation en décortiquant les crises et en dessinant les étapes de la perte d’influence de la France. Tout en montrant l’apparition des dissensions internes dans la classe politique française, il contribue à relier les différentes histoires « nationales » concernées, celles de France, d’Algérie, du Maroc, de la Tunisie et de l’Espagne (à propos de la guerre du Rif). Ce faisant, il ouvre une série de chantiers pour les chercheurs désirant sortir des limites d’une histoire politique « classique » qui considère, entre autres, les appareils militaires comme des structures parallèles et/ou opaques. Le corpus documentaire mobilisé dans l’ouvrage permet de comprendre le rôle des armées et des militaires dans les politiques impériales et montre les possibilités d’étudier l’empreinte de l’organisation et de la culture militaire françaises sur les armées maghrébines de l’après-indépendance.

Ce sont là quelques-unes des pistes d’un ouvrage fouillé, agréable à lire et qui traite avec sagacité le conflit mémoire/histoire qui habite aujourd’hui l’histoire contemporaine.  

12 avril 2019

Paru dans la revue IBLA n° 223, 2019-1, pp. 102-106.


[1] Guillaume Denglos, Juin l’Africain : le Maréchal d’Empire (1887-1967), Paris I, Panthéon-Sorbonne, trois volumes de 1179 pages : deux de texte (608 pages) + un d’annexes (574 pages).

[2] Film Abdelkrim et la guerre du Rif, 2010, par Daniel Cling publié sur la chaîne Arte

[3] Daniel Rivet, Lyautey et l’institution du  Protectorat français au Maroc 1912-1925, Paris, L’Harmattan, 1988, 3 tomes.

[4] Noguès sera résident de 1939 à 1943. William A. Hoisington Jr, L’héritage de Lyautey : Noguès et la politique française du Maroc, 1936-1943, Paris, L’Harmattan, 1995.

[5] Le général de Gaulle quitte le pouvoir en janvier 1946

La Revue Tunisienne des Sciences Sociales Entretien avec Abdelwahab BOUHDIBA

L’entretien qui suit aborde l’histoire et le fonctionnement de la troisième revue de sciences humaines et sociales créée dans l’université tunisienne. Les deux entretiens précédents ont concerné Les Cahiers de Tunisie et  la Revue Tunisienne de Droit.

Abdelwahab Bouhdiba est professeur de sociologie et spécialiste de la civilisation islamique. Après avoir dirigé le département de sociologie de l’Université de Tunis et le Centre d’études et de recherches économiques et sociales (CERES) entre 1972 et 1992, il est nommé à la tête de l’Académie Tunisienne des Sciences des Arts et des Lettres (Bayt al Hikma) de 1995 à 2010. Cet entretien a été effectué en 1995. 

Vous avez été directeur de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales de 1972 à 1990, pendant une période assez longue pour qu’on y décèle une évolution.

Cette revue a été créée pratiquement en 1963-1964, sous la direction de Monsieur Mustapha Filali, un homme admirable, syndicaliste, écrivain, professeur, homme politique d’une grande ouverture d’esprit et d’un grand courage intellectuel. A lui, avait été confiée la tâche de mettre en place le CERES, et très vite, autour de lui nous avions pensé qu’il était nécessaire de donner au CERES, un organe d’expression. J’ai tenu à ce qu’on appelle cette revue : Revue Tunisienne de Sciences Sociales

Le titre de la revue, c’est donc vous qui l’avez donné ?

Oui ; par cette dénomination nous voulions prolonger La Revue Tunisienne. Historiquement, ce sont Les Cahiers de Tunisie qui ont pris la suite de La Revue Tunisienne, mais nous voulions revendiquer l’esprit de cette dernière, extraordinairement ouvert : des chercheurs amateurs, savants, hommes politiques, administrateurs et techniciens ont rencontré en Tunisie un ensemble de problèmes, dont certains à caractère social très marqués, avec autant de profondeur qu’ii était alors possible de le faire et ils ont essayé de les traiter. La Revue Tunisienne de Sciences Sociales a été l’organe d’expression du CERES. Or, ce dernier a été créé pour répondre à des besoins de la société et de l’Etat tunisiens. A l’indépendance, la Tunisie avait mis en place une politique de développement et avait besoin d’études ; le CERES – Centre de Recherches et d’Etudes Économiques et Sociales – devait fournir à l’administration, aux planificateurs et décideurs tunisiens, les outils et les informations qui leur permettraient de mieux choisir. Mais, très vite, les difficultés et le divorce entre l’Université et les gestionnaires du domaine politique et administratif sont apparus. Nous n’étions pas sur la même longueur d’ondes et les universitaires n’étaient pas disposés à aller dans le sens préalablement tracé par des choix à caractère administratif ou politique. L’universitaire entendait s’en tenir à un champ d’investigation plus libre, plus ouvert, académique et scientifique avant toute chose.

Ne pensez-vous pas qu’ii était utopique de créer une sorte de bureau d’études aussi scientifique fût-il, au service d’une politique, aussi généreuse pût-elle être?

Utopique non. La meilleure preuve est que les services que nous n’avions pas pu fournir à l’administration tunisienne, celle-ci a pu immédiatement les trouver auprès d’un ensemble de bureaux d’études, venus essentiellement de France, pour répondre, dans des délais fixés, selon un protocole établi à l’avance, à des questions très claires des planificateurs tunisiens. Il y a eu, dès le départ, divergence au niveau de l’orientation à donner à la recherche scientifique.

D’autre part, nous autres jeunes universitaires, ayant apporté notre contribution à l’œuvre d’’indépendance (nous avions milité dans le cadre du parti au pouvoir ou dans l’opposition dans les mouvements politiques de jeunesse ou autres), avions la prétention d’avoir une mission à remplir. Là était peut-être l’utopie. Nous pensions avoir un rôle à jouer, non pas en choisissant à la place des décideurs mais en pesant au moins sur l’événement. Comment le faire sinon en fournissant des informations inédites, contrôlées, objectives et de première main, une analyse de la situation économique, sociale et culturelle de la société tunisienne telles que les instruments d’investigation démographiques, sociologiques, anthropologiques, géographiques ou autres pouvaient nous permettre d’y accéder ? Que cela fût difficile, certes ! J’ai eu à en faire l’amère expérience en acceptant de diriger un moment un Bureau de Recherches Sociologiques intégré au Plan. La divergence des orientations a très vite épuisé le capital de bonne volonté investi dans cette recherche sollicitée mais guère agréée…

Et comment se définissait la revue dans le vaste projet de la recherche au CERES ?

La revue, organe d’expression du CERES, devait mettre dans le domaine public, à la disposition des étudiants, des lecteurs, des chercheurs, des administrateurs, le fruit de la recherche accomplie. Nous ne voulions pas d’un travail pour qu’il reste dans les tiroirs. N’oublions pas non plus la grande soif qu’avait la société tunisienne de se connaître et de s’informer sur elle-même : les recherches étaient extrêmement rares ; celles qui étaient disponibles, avaient été faites dans un contexte colonial ou étranger. Elles avaient vraiment besoin d’être sinon remises en question, en tout cas contrôlées, approfondies ou justifiées, selon le cas. Ecrire, publier, chercher sont les trois aspects de l’opération de s’appréhender et de se connaître. Mus par un souci d’authenticité, nous pensions jouer un rôle positif : accomplir une recherche de l’intérieur. Nous étions fermement convaincus que la recherche ne peut être faite par procuration. Elle devait être authentique, fondée mais autonome dans ses méthodes d’investigation et dans ses appréciations. Elle devait permettre le dialogue et la coopération avec des chercheurs non tunisiens. Ainsi, les équipes multidisciplinaires et les équipes internationales ont pu se constituer et beaucoup de recherches du CERES ont été faites, surtout au début, avec des amis et collègues français.

Vous parlez de recherche intérieure et interne ; en épluchant les sommaires de la Revue Tunisienne des Sciences Sociales, on voit apparaître en 1967-1968 une dimension maghrébine et vers les années 1974 une ouverture plus mondialiste. Celte recherche de « nationaux » est doublée d’un mouvement vers l’extérieur.

Les choses se sont calmées très vite. La demande de l’Etat tunisien s’est faite plus rare, celui-ci préférant alors se fournir, pour l’essentiel de son information, auprès des sources « étrangères ». Nous avons alors envisagé, dès la fin des années 1960, engager nos recherches dans une perspective plus « universitaire » tout en restant engagés. Entre-temps, la direction avait changé. M. Mustapha Filali était parti pour d’autres responsabilités ; après un bref intermède avec M. Chédly Ayari puis M. Mahmoud Seklani, j’ai pris la relève début 1972 sur d’autres bases : nous avons analysé l’expérience des dix années passées pour essayer de mettre en place des objectifs différents et une dynamique nouvelle.

Une recherche plus « pure »… ?

Une recherche tout aussi engagée, ancrée sur les problèmes tunisiens, mais plus décontractée. La fibre nationaliste, l’enthousiasme débordant, l’émotion saine n’avaient plus de raison d’être. Nous sommes entrés dans une dynamique nouvelle pour une recherche académique universitaire mais qui essayait de coller à la société tunisienne. Nous allions multiplier les colloques et les rencontres qui trouvaient souvent leurs traces ou leur profondeur dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales. Le social était à la fois objet et sujet de recherche, il ne pouvait cependant y avoir de recherche tunisienne au sens étroit du mot ; celle-ci devait rayonner et déboucher sur d’autres horizons : maghrébine, arabe, africaine, méditerranéenne et européenne.

Quel rôle avez-vous tenu dans cette revue ? Concepteur, arbitre ou animateur ?

Animateur : certainement. Dans la mesure où cette revue exprimait des recherches faites dans le cadre du centre. Le choix des programmes était le fruit d’une double initiative ; l’essentiel était proposé par les chercheurs qui n’épousaient pas forcément le point de vue officiel, ne cherchaient pas à répondre aux préoccupations administratives, avaient leurs propres intérêts. Un comité de synthèse se réunissait pour mettre au point les thèmes de recherche, très variés du point de vue des disciplines, de la méthodologie mise en œuvre et des préoccupations. En tant que directeur, je prenais de très larges initiatives, en proposant des thèmes, que l’on pouvait retenir ou non ; la plupart du temps, au nom de la liberté universitaire, les chercheurs préféraient s’en tenir à leurs propres projets. J’ai très fréquemment reçu des demandes de l’administration, ou d’organisations internationales (UNESCO, PID, OMS, UNICEF) ; tel service ou office sollicitait une recherche (pour l’étude de la séance unique, les horaires de l’administration, le tourisme intérieur, la délinquance juvénile, l’exclusion sociale, l’alphabétisation fonctionnelle, l’encadrement de l’agriculture, l’industrialisation, la carte scolaire….). Ces thèmes recueillaient parfois l’adhésion spontanée d’un chercheur, sinon nous demandions des concours extérieurs. Pendant la période à laquelle vous faisiez allusion, il y avait les chercheurs permanents, nommés et affectés à temps plein au CERES, et les chercheurs associés, c’est-à-dire nos collègues des Facultés qui venaient, par contrat, faire des recherches à l’intérieur du CERES. Ce fut une période d’explosion extraordinaire où des chercheurs de tous bords, des littéraires, des théologiens, des psychologues, des historiens, des archéologues, des juristes, des économistes… ont apporté leur précieux concours. Les rencontres internationales, associaient des parties maghrébines : il n’y avait pratiquement jamais de rencontre sans une participation algérienne, marocaine voire libyenne ou mauritanienne ; nous avons associé des collègues japonais, africains, américains, sans oublier nos amis européens. Tout cela débouchait comme produit fini dans la revue. Mais très vite, il était apparu nécessaire de mettre un certain nombre de critères qui permettraient à la revue de sortir avec un minimum d’harmonie : nous avions des recherches qui allaient de 7 à 700 pages et nous ne pouvions pas, dans la même revue, publier des contributions aussi inégales par la longueur. Nous avons donc décidé d’un minimum d’étendue ; pour les articles de plus de 50 pages, les textes devaient sortir dans des brochures ou des livres autonomes.

La Revue tunisienne de Sciences Sociales a déterminé les autres publications du CERES ?

Absolument ; d’elles étaient sortis Les Cahiers du CERES, les mémoires, des publications hors série, les actes extrêmement divers, dans les contenus et les formes. Mais nous avons tenu également à ne publier que les sciences sociales. Les textes à caractère littéraire, historique, (sur l’histoire de l’Antiquité par exemple) ou théologique ont été publiés dans des supports indépendants de la Revue tunisienne de Sciences Sociales.

Cela n’empêche pas ces disciplines d’être présentes dans la revue

Pas autant que si nous avions laissé la bride sur le cou… Car beaucoup de nos collègues appartenant à d’autre disciplines que les sociales avaient des difficultés à travailler, à produire et à publier

Si vous n’aviez pas tenu le vecteur « sciences sociales » comme prioritaire, la Revue Tunisienne de Sciences Sociales aurait-elle été différente ?

Elle aurait été très dispersée. Elle aurait été constituée de mélanges sur le vaste domaine des sciences humaines. Nous nous en tenions pour l’essentiel à la sociologie, la démographie, la linguistique et aux sphères immédiatement voisines.

Avec un grand nombre de numéros spéciaux !

Les numéros spéciaux sont à part ; c’est une « ficelle » de gestionnaire qui permet, lorsque le retard s’accumule et qu’il n’y a pas de texte prêt pour couvrir la revue, de sortir des numéros sur un thème spécialisé, ou les actes d’une rencontre organisée par le CERES sous forme d’un numéro, double, triple ou quadruple, selon les besoins les plus urgents.

Une remarque de lectrice et usagère de la revue : la place du travail documentaire et bibliographique est relativement faible : les index divers, les recensions d’ouvrages, les comptes rendus sont absents, il n’y a pas de tables non plus. Quelle est l’explication ? En aviez-vous débattu au sein du comité de rédaction ?

Nous en avons beaucoup débattu ; je pensais qu’une revue devait suivre la production internationale, qu’il n’est pas normal que des livres majeurs paraissant en Tunisie ou en Europe, intéressant notre champ d’investigation ne trouvent pas d’écho dans la revue. Mais il y avait une difficulté : était-il possible de suivre systématiquement cette production ? Ce que nous avons eu entre les mains, ce n’était pas un tableau suivi et continu mais une certaine production intellectuelle qui intéresse nos domaines. Dans ces conditions là, sortir une note de temps à autre, de façon épisodique faisait perdre tout intérêt à cette publication.

Entre le « tout ou rien », vous avez choisi le « rien » ?

C’est qu’en fait, nous étions très proches de ce « rien » et dans ces conditions, mieux valait laisser la revue exprimer, purement et simplement, les recherches menées dans le Centre plutôt que d’essayer, épisodiquement, de monter en épingle telle publication alors que d’autres, plus importantes n’étaient pas analysées. Je considère maintenant que c’était un grand manque mais je ne dis pas que c’était une erreur, c’est tout ce que nous pouvions faire à cette époque ; c’était cependant un grand vide parce que des revues scientifiques comme Les Archives Sociologiques des Religions, L’Année Sociologique ou Les Cahiers Internationaux de Sociologie etc. non seulement produisent, mais informent sur ce qui a été produit par ailleurs. Mais Les Cahiers de Tunisie étaient à peine mieux logés que nous !

Vous venez de résumer les ambitions de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales : d’un côté très tunisienne par les articles, et se revendiquant mondialiste ou internationaliste sur le plan de la documentation et de l’information bibliographique. N’est-ce pas un tiraillement difficile à vivre ?

Peut-être. Mais comment se développe une science et surtout une science sociale sinon à partir d’un objet et d’une méthodologie ? L’unité d’une discipline est celle de sa méthodologie ; son ancrage dans un moment historique déterminé se fait à travers son objet. Nous n’avions pas la prétention d’inventer une méthodologie, ni d’inventer des techniques d’investigation mais de contribuer à les faire évoluer… Je crois qu’il y a une universalité de la méthode qui doit être appliquée d’une façon ou d’une autre, pour mieux saisir le contexte que nous nous proposons d’étudier. Notre ambition n’était pas tellement de faire avancer la sociologie ou la démographie, que de mieux connaître notre société, par l’intermédiaire de méthodes éprouvées : c’est une des limites de notre action dans le cadre du CERES et de mon apport personnel en tant qu’enseignant de sociologie. Il fallait- et il faut encore- accumuler les recherches empiriques en Tunisie et sur la Tunisie, procéder à une relecture de notre société, ne pas nous contenter de la vivre immédiatement, avec naïveté, mais la lire avec un regard second, avec réflexion et analyse pour essayer de corriger les erreurs énormes, a priori, et préjugés qui ont été répandus par la recherche de type colonial, d’avertir les responsables de l’impossibilité de considérer la réalité humaine tunisienne comme interchangeable à n’importe quelle autre. Le planificateur n’agit pas sur l’économie par l’intermédiaire de l’économie, il agit sur des hommes qu’il faut connaître, dont il faut prendre le pouls et apprécier leurs dispositions à faire évoluer leur propre système : s’ils n’y sont pas disposés, celui-ci ne changera pas. Intervenir sur la société tunisienne, c’est avoir affaire à une réalité historique, culturelle avec laquelle il faut prendre la précaution minimale de la connaître !

Pourquoi ce choix théorique de l’empirisme n’a-t-il pas prévalu aussi en matière d’information immédiate, sur ce qui s’écrivait sur la Tunisie et en Tunisie au moins ? Pourquoi ne retrouve-t-on pas dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales l’écho de la production sociologique sur la Tunisie pendant ces trente années ?

Nous ne pouvions guère organiser d’une façon rationnelle, didactique et suivie cette information. La bibliothèque du CERES est très riche, mais elle n’est pas systématique. Les acquisitions viennent avec un certain retard et ne couvrent pas la totalité d’un champ. Nous avons pu rassembler des thèses, des publications nationales, maghrébines, européennes etc. Mais si vous prenez, dans un domaine particulier, la sociologie de l’Islam ou la psychosociologie de l’entreprise, vous ne trouverez pas une documentation complète. Le livre circule mal en Tunisie. Par le recours à un ami, un professeur ou un voyageur ; la bibliothèque s’enrichit par à-coups, sans ventilation chronologique régulière des publications qui permettent de couvrir un certain champ. C’est la raison essentielle qui nous a fait renoncer à la rubrique « Recensions ». Je dois ajouter aussi que les chercheurs n’avaient pas manifesté d’intérêt pour cette rubrique. Et pourtant ils étaient quelque quarante « permanents » ! Je publiais mes propres recensions dans Les Cahiers de Tunisie, plutôt que dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, parce que cela n’a pas de sens de publier, de temps à autre, trois pauvres petits comptes rendus… J’avais pensé également à tenir d’autres rubriques : la chronologie des événements de notre société, des statistiques, signaler des études, des travaux de recherche, des thèses, des doctorats, quelque chose qui soit digne d’un niveau scientifique…

A travers les 115 numéros de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, on constate une absence de thématique générale. Quand on compare ses sommaires, à ceux des autres publications (Les Cahiers du CERES, colloques), on trouve des unités disciplinaires et non thématiques. Cet éclatement dans les thèmes était-il consciemment ressenti dans les coulisses de la revue ?

Certainement et cela est lié à l’évolution en zigzag du Centre. Dans les études et recherches économiques et sociales, les disciplines (sociologie, démographie, économie, géographie) sont très étroitement imbriquées : la linguistique a été ajoutée en cours de route, avec notre éminent et regretté collègue Salah Garmadi… Puis est venue une autre étape, après 1972, où nous avons choisi d’encourager systématiquement la recherche dans les sciences humaines ; les facultés n’étant pas à ce moment-là équipées pour la mener, on a confié au CERES la tâche de l’organiser. Nous sommes passés de cinq à dix sections avec l’histoire du mouvement national, la littérature, les études islamiques…

1972, c’est la date de votre arrivée.

Le CERES n’était plus limité à douze ou quinze chercheurs , il s’était enrichi d’à peu près cent-vingt collaborateurs qui venaient, sous contrat, faire de la recherche, il y a eu des tentatives de créer d’autres revues, sans grand résultat : un seul numéro de la Revue des Etudes Juridiques a vu le jour ; à la suite d’un projet de créer une revue des études littéraires, des conflits et difficultés avec Les Cahiers de Tunisie  et la faculté sont très vite apparus etc. Nous avons maintenu la Revue Tunisienne de Sciences Sociales comme expression des recherches qui sont menées au centre et beaucoup y étaient en effet menées mais publiées ailleurs, parce que leurs thèmes, leurs sujets s’intégraient très mal avec une revue dont on essayait de maintenir, malgré tout, l’unité. L’unité des thèmes n’apparaît vraiment que dans nos colloques parce qu’un colloque est délibérément organisé, bâti, structuré, autour d’un thème interdisciplinaire qui fait appel à des spécialistes de tous bords, des coopérations internationales ; un colloque est un carrefour, une rencontre, mais il y a au départ une unité de thème, tels que l’exclusion sociale, le rôle de l’université, les problèmes culturels de développement, le bilan du développement, les rencontres islamo- chrétiennes… La publication de la revue répondait à des préoccupations différentes.

Quels étaient les protocoles laborieux au sein de la revue ? Avec cent-vingt chercheurs, comment s’organisait le travail du comité ?

L’unité de base, c’était la section, avec un chef de section. A l’intérieur de celle- ci, une procédure d’évaluation collégiale et collective choisissait le thème ; l’avis de la section valait aussi pour les invitations, pour les diverses manifestations et pour la publication.

Une sorte de mini-comité scientifique ?

C’était un comité scientifique. Une première lecture entre collègues déterminait si la recherche pouvait être admise ou s’il fallait un complément de travail.

Il existait donc un palier de sélection à l’intérieur de chaque section ?

Oui. Venait ensuite le comité d’évaluation, composé des chefs de sections et du directeur du CERES qui examinait les textes présentés par les comités de section. C’est là que se faisaient, soit l’adoption définitive du travail, quand il ne posait pas de problèmes, soit la désignation d’un comité de lecture restreint, pour tel ou tel texte ; par la suite, comme le CERES avait évolué, le comité de programmes et d’évaluation ayant devant lui des textes et des orientations très divers, on a dû constituer un comité de lecture.

Pourquoi la revue n’a pas éprouvé le besoin de rendre ce comité de lecture visible par le lecteur ?

Ce comité de lecture n’était qu’un comité technique donnant au comité de programmes et d’évaluation puis au conseil scientifique, un avis sur la publication. Dans la mesure où la décision finale était prise par le comité de direction ou conseil scientifique, c’est à celui-ci qu’appartenait la responsabilité ultime.

Est-ce que cela n’a pas contribué à rendre la Revue Tunisienne de Sciences Sociales absolument confondue avec le CERES ? Ne pensez-vous pas que ces méthodes ont fait que la revue n’a pas pu constituer un secteur autonome, avec des protocoles de travail indépendants du fonctionnement général de l’institution dont elle faisait partie ?

Ce qui a prévalu, c’est que la revue publie d’abord les recherches faites au sein du CERES. Mais nous avions plus de productions scientifiques que ne pouvait en supporter la revue, même si, par moments, la synchronisation n’était pas au point (nous avions des interruptions, les textes n’arrivaient pas à temps, il y avait parfois un retard financier ou administratif dans la publication de la revue) ; l’un dans l’autre, la masse des travaux à publier dépassait la capacité de la revue, d’où un certain nombre de textes publiés ailleurs. Nous autorisions des chercheurs, appartenant à des sections qui ne font pas partie du « noyau dur » du CERES, à publier dans toutes sortes de supports : dans Les Cahiers de Tunisie, Ibla, La Revue de Théologie, Al Fikr, … Je dirais que le CERES c’est la Revue Tunisienne de Sciences Sociales plus les autres publications, les liens entre la revue et le CERES étant des plus intimes.

Qu’a apporté la Revue Tunisienne de Sciences Sociales à l’enseignement des sciences sociales en Tunisie ?

Il faut dire les choses telles quelles sont : nous avons très peu contribué à faire évoluer l’enseignement. D’abord parce qu’un grand débat a envenimé les rapports entre le CERES et facultés, celui de savoir si les chercheurs permanents du CERES ont ou non le droit d’enseigner dans les facultés et de diriger des travaux de recherche. Les facultés demandaient à contrôler les travaux de recherche qui se faisaient en leur sein, et la Faculté des Lettres et Sciences Humaines était particulièrement attachée à ce principe dans la mesure où un certain nombre de collègues du CERES n’étaient pas passés par les « fourches caudines » des recrutements nationaux. Nous ne pouvons cependant pas dire que la contribution était nulle : d’abord et pendant quinze bonnes années, grâce au statut de stagiaire de recherche, des étudiants étaient intégrés aux recherches ; la plupart des sociologues ont fait du terrain en tant qu’étudiants grâce au CERES. De plus et malgré les difficultés administratives, des étudiants de sciences sociales, de géographie, d’histoire, étaient recrutés pendant les trois mois d’été pour participer à nos recherches. De plus en plus, les facultés avaient du mal à faire faire du terrain à leurs étudiants ; même le mémoire de recherche obligatoire pour les étudiants de sociologie a été supprimé par la suite, vu le nombre croissant des étudiants. A partir du moment où les facultés n’étaient plus en mesure d’envoyer des sociologues et des géographes sur le terrain, seul le cadre du CERES permettait d’en faire. Deuxièmement, nos rencontres (il y en avait de toutes sortes, c’était une véritable « industrie » : j’en ai organisé plus de 120 pendant !e mandat que j’ai effectué au CERES), mobilisaient un public estudiantin très curieux, très actif. Nos équipes participaient à des rencontres, des colloques et des séminaires, qui drainaient un très large public ; une de celles qui m’a demandé le plus d’effort en m’apportant finalement satisfaction, a été la rencontre internationale Défi à la philosophie, Défi de la philosophie qui a rassemblé, face à une pléïade de très grands noms français et arabes, jusqu’à plus de 500 participants qui étaient nos étudiants et nos jeunes collègues. Il y avait, à ce moment-là, une soif et un désir de connaître alors que les manifestations culturelles se comptaient sur les doigts, et n’étaient pas aussi abondantes qu’aujourd’hui. Nous répondions à un véritable besoin de culture, de connaissance, d’approfondissement d’une manière timide, indirecte, je vous l’accorde, épisodique aussi ; mais nous avons quelque peu aidé de nombreux étudiants à être au diapason de la science telle qu’elle devait être.

Concernant la vie matérielle de la revue, quels étaient les moyens pour la faire ? Quelle était sa place dans le budget ? Celui-ci était-il géré par l’administration du CERES ou par le comité de rédaction de la revue ?

Le comité scientifique définissait l’ensemble du budget. La pratique normale de toute administration était de nous proposer un budget sur la base de nos propres prévisions. Après quoi, les instances de tutelle procédaient à des laminages successifs. Pour l’ensemble de nos publications, nous avons une enveloppe qui nous permettait de sortir quatre numéros de la revue et, selon les années, entre quatre à dix publications. La priorité était à la revue et il nous arrivait, en cas de besoin, de demander un concours extérieur. Lorsque, pour organiser un séminaire il nous arrivait de bénéficier de l’aide d’une instance internationale, d’une organisation non gouvernementale ou d’un pays ami, nous ne manquions pas de prévoir dans le « budget » extérieur un petit quelque chose pour la publication des Actes. Mais la revue, c’était le budget interne du CERES et elle avait toute priorité.

Qui gérait les problèmes de fabrication, de correction, d’imprimerie ?

C’était notre grand problème. Il existe toujours un service spécialisé de publication, des gens admirables, qui faisaient des heures supplémentaires non rémunérées et en quantité incalculable, des gens qui étaient « au four et au moulin », et qui étaient utilisés à mille tâches.

Ils faisaient partie de l’administration ou de l’équipe scientifique ?

De l’administration, ils s’occupaient de tout ce qui est fabrication, production, suivi. Pour la correction, des personnes recrutées sous contrat, procédaient à deux premières lectures ; la dernière correction qui aboutit au « bon à tirer » était donnée par le chercheur. Je dois dire que c’est la partie qui m’a donné le plus de ma! et le plus de difficulté : très souvent, ii m’est arrivé de retirer moi-même les textes, de m’apercevoir que des choses invraisemblables passaient dans la revue. Nous n’avons jamais pu avoir un contrôle sérieux par l’équipe rédactionnelle qui s’en remettait à cette équipe administrative alors qu’elle n’avait ni les compétences scientifiques, ni le temps nécessaires. Ce travail n’a jamais été fait dans les conditions optimales ; là était notre plus grande faiblesse.

Il n’y a pas que chez vous que cela se passe de la sorte.

Oui, mais si c’était à refaire, je me demande si j’aurais maintenu une publication dans ces conditions-là…

Le catalogue des publications de la revue fait état de l’épuisement des dix-huit premiers numéros. Serait-ce un signe de succès puis d’une baisse de l’audience de la revue ? Comment interpréter ces données ?

Le tirage se faisait au « pif » : au moins deux mille. Le plus gros était trois mille, parfois nous sortions à cinq mille. Le numéro 100 est sorti à cinq mille exemplaires. Il renfermait de très belles signatures, de très bons articles, il avait été soigneusement préparé. Les autres numéros de la revue et nos publications m’ont posé des problèmes rencontrés ailleurs : il existe certainement un lectorat potentiel pour nos publications, mais nous ne savions pas comment le toucher ; nous n’arrivons pas à le faire. Nous vendons une centaine d’exemplaires chez les dépositaires. Faut-il laisser s’empiler les tirages nos dépôts ? Faut-il essayer de trouver des lecteurs ? Après tout, nous écrivons, nous rassemblons, nous administrons, nous éditons, ii ne faut pas quand même nous demander de nous transformer en marchands. Nous ne savons pas vendre ; je n’ai jamais su pourquoi tel livre se vend et pas un tel autre. C’est un mystère. La Revue d’Etudes Juridiques qui est restée un unicum a été épuisée en un mois. Est-ce- qu’elle répondait à un besoin ? Est-ce-que le directeur de la section à l’époque a fait du porte-à-porte ? J’ai recruté quelqu’un qui, avec sa voiture, sillonnait la Tunisie ; il nous a vendu des milliers d’ouvrages à travers le pays. Simplement, je n’ai jamais pu le rémunérer correctement : l’administration qui a ses propres régies ne le permet pas ; il est donc parti. J’ai pris la décision d’organiser un service des échanges et qui procédera à une distribution gratuite. Nous avions une liste de 700 correspondants ; dès qu’un livre sortait, nous l’envoyions aux quatre coins du monde, à nos frais… On expédiait à Karachi, à Buenos Aires, dans les bibliothèques parisiennes, africaines, tunisiennes et les centres de recherche. Le reste parlait en deux, trois ou quatre ans, au hasard des conjonctures, il est normal que les toutes premières livraisons soient épuisées.

Parce que les chiffres de tirage étaient moins importants, ou parce que la soif était plus grande ?

Le temps passant par là, les publications sont épongées progressivement. Une bonne publication doit partir en un an ; il y en a qui, parfois, mettaient quatre ans à partir. Certaines livraisons étaient épuisées très rapidement et il nous est arrivé de recevoir des commandes qui nous laissaient rêveurs : cinq milles exemplaires pour tel livre de théologie par exemple !

Les problèmes de fabrication de revue sont un maillon parlant de la difficulté de mener une revue depuis sa conception, dans sa réalisation et jusqu’à son arrivée au lecteur puis son écho.

Ma conviction aujourd’hui est qu’il y a des professionnels de la vente des livres et il faut leur faire confiance.

Mais pas de la revue !

Ils peuvent faire la même chose pour les revues et il faudrait les y engager. C’est pour cela que si j’avais à refaire cette expérience, avant de créer une revue, je m’entendrais au préalable avec un éditeur pour tracer une politique éditoriale, qui n’est pas forcément celle d’un centre de recherche.

Dans votre parcours de directeur de revue, vous seriez passé d’un Etat commandeur à un éditeur demandeur ?

Exactement ; parce que la situation n’est plus la même. A l’époque, qu’y avait-il comme maison d’édition ? L’Etat : une maison d’édition non soutenue par l’Etat ne pouvait pas démarrer. Aujourd’hui, il y a une crise du livre qui a créé au niveau de la société tunisienne de nouvelles préoccupations. Parmi les éditeurs de la place, certains ont émergé, il faudrait les aider à survivre, car « s’ils vendent leurs chemises », nous sommes tous acculés à le faire. L’idée – à l’époque, je ne pouvais pas même pas en prendre conscience parce que la conjoncture était autre qu’aujourd’hui – est qu’il faudrait miser sur ce type de professionnel. Que leur statut soit étatique, semi-étatique, etc. ; c’est une autre question. Le problème en Tunisie est que l’Etat a trop étatisé le commerce du livre.

Mais est-ce que la recherche est en situation de demande éditoriale ?

Non.

Croyez-vous que la solution est dans le fait de trouver un éditeur ?

C’est à voir ! C’est une voie à explorer avec beaucoup d’attention et d’espoir.

La recherche n’est pas un produit de consommation…

Non, pas du tout. Je me suis même demandé parfois si, pour nous autres pays du Sud, ce n’était pas un luxe. Mais c’est une idée que je refuse parce que si je l’acceptais, je rentrerais chez moi. Il faut croire, continuer à œuvrer, à travailler et essayer de trouver des solutions. Je dois dire qu’avoir sorti cent quinze numéros de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, c’est une performance.

Que vous fait la disparition de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales ?

Elle me chagrine parce que, vous savez, une bonne partie de ma vie ma vie se confond ou presque avec le CERES ; l’effondrement de ce qui a été construit patiemment avant tant de collègues admirables me chagrine profondément. Dans la masse des publications que nous avons faites, certaines ont un niveau international Nous avions aussi tissé un réseau d’amitiés intellectuelles et de coopérations internationales avec des partenaires très exigeants. C’est là un acquis. Faut-il qu’il se perde ?

Est-ce qu’on pourrait sauver le CERES par la Revue Tunisienne de Sciences Sociales ?

Je ne sais pas, les choses, comme on dit, ne me « regardent plus », même si je continue dans le secret à bien les regarder !

Version reprise en septembre 2019 pour La Lettre de l’IRMC n° 24, 2019, pp. 19-25 

Le drapeau algérien souriant, source : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=126985185200312&set=a.114981683067329&type=3&theater

Football et politique : l’histoire en marche

La victoire de l’équipe algérienne à la dernière Coupe d’Afrique des Nations 2019 suggère quelques réflexions sur l’évolution historique du football et sa portée actuelle.

Le football porteur de causes

Même pour les non connaisseurs du sport et du football, le match de la finale de la CAN 2019 suinte de considérations politiques qui donnent à l’événement une intensité symbolique particulière. La charge ultra-politique a certainement été perçue avec une gravité indicible par les joueurs, le staff de l’organisation comme dans le monde politique algérien, toutes catégories confondues, en dehors ou en plus de l’enthousiasme ordinaire de l’ensemble des Algériens et des Algériennes, à l’intérieur et à l’extérieur des frontières ainsi que des supporteurs de partout.  

La capacité mobilisatrice du football ne fait qu’augmenter depuis son invention à la fin du XIXème siècle et sa codification en 1904. Depuis les années 1920, ce jeu codifié en sport a pu exprimer et épouser des combats comme celui de l’apartheid ou des causes nationales : on pense notamment à la fondation de l’Espérance sportive de Tunis (1919) et du Club africain (1920), concomitants à la naissance du parti du Destour. Ces clubs et la sociabilité qu’ils ont suscitée 1 ont contribué à faire du football le sport le plus populaire avec une exclusivité masculine qui commence à se fendiller vers les années 1960. Le paysage sportif amateur et professionnel intègre progressivement un football féminin qui se fait de plus en plus visible, illustrant le rôle social et politique que continue à jouer le ballon rond.

Au Maghreb comme ailleurs, le football traverse les frontières de classe et reflète des épisodes divers de la mémoire collective. Nul doute que la finale du 19 juillet 2019 s’inscrive dans l’histoire en train de se faire. Elle a lieu en pleine effervescence politique algérienne. Le hirak déclenché depuis plus de 22 semaines connaît, malgré l’admiration qu’il suscite, une faiblesse de relais et d’explication. La situation politique est en effet âpre et inédite et le système médiatique algérien peine à transmettre les nuances et détails d’une lutte hautement risquée qu’Algériens et Algériennes mènent pour sortir des griffes d’un pouvoir militaire se cachant derrière des figures politiques choisies par lui.

L’audience internationale du match du Caire vient renforcer une visibilité que de multiples canaux, passant par les réseaux sociaux, entretiennent avec persévérance et imagination afin de transmettre des images, des symboles, des slogans, des revendications et des analyses du processus révolutionnaire en cours. Il faut ajouter à la méga-exposition médiatique de la compétition la charge symbolique apportée à la conception de la nationalité posée dans de nouveaux termes.

Être footballeur·se international·e

Le football a connu, comme d’autres phénomènes, une mondialisation et une marchandisation des compétences (joueurs, arbitres, dirigeants gestionnaires de clubs, entraîneurs, journalistes…) entraînant une mobilité de talents et de services. Le règne médiatique et le sport spectacle font que le regard du public se cristallise surtout sur la circulation des joueurs, tantôt traités comme des stars, tantôt diabolisés pour leur enrôlement dans les équipes représentant d’autres pays que celui de leur naissance. L’enrichissement qui en découle n’est pas étranger au ressentiment de ceux qui restent prisonniers des possibilités locales et vient s’ajouter à l’accusation de traîtrise qui pèse sur l’accès à toute autre nationalité. Xénophobie et héritage colonial, font de la figure du harki et du m’touren (souvent dit m’tourni) un élément négatif dans les relations sociales, familiales et communautaires. Le Code algérien de la nationalité de 2005 ou, dans une moindre mesure, la Constitution tunisienne de 2014 gravent dans les textes l’ostracisme des bi-nationaux, relégués à la condition d’étrangers et exclus de la participation politique pleine et entière. La double appartenance reste difficile à défendre par ceux et celles qui réussissent à l’étranger et le football démontre, une fois de plus, son image populaire à travers une dichotomie parfois mal vécue par les bi-nationaux envers leurs compatriotes, bénéficiaires d’une seule nationalité. La personnalité de Zinedine Zidane a joué un rôle conciliateur dans la France des années 1990/2000 ; la double nationalité de la majorité des joueurs de l’équipe nationale (14 au total) ayant défendu le drapeau algérien promet de faire plus, et du côté algérien, dans le contexte actuel. On peut attendre de cette victoire footballistique qu’elle aide à apaiser un conflit aussi intime que politique porté par des centaines de milliers d’Algériens répartis dans le monde, vibrant avec les changements politiques immenses intervenus dans le pays depuis février 2019. Les héros de l’équipe nationale gagnante de la Coupe d’Afrique parviennent ainsi à troubler l’unicité politique du drapeau algérien et à élargir l’espace d’un sentiment national, au-delà de la seule définition administrativo-juridique, instrumentalisée dans les luttes de pouvoir.  

Confrontation de visibilités

Le pouvoir lui-même est en train de changer de dépositaires comme de formes et de manifestations de légitimité. C’est en fuyant clandestinement leurs clubs et le territoire français que des joueurs basés en France ont appliqué, en 1958, l’internationalisation de la tactique du FLN algérien. Ils transporteront à partir de Tunis, siège du GPRA, l’image de la lutte anti-coloniale du pays et cette construction active de légitimité fera gagner, aux dires de certains dirigeants, des années à la cause de l’indépendance algérienne.

Avant le déclenchement des gigantesques marches pacifiques en février dernier, on a vu et entendu les chants contestataires dans les stades. La casa del Mouradia est un de ceux-là, de venu emblématique du soulèvement algérien.

Les gradins sont investis comme lieux d’expression politique, les slogans y fusent à l’unisson et les tifo sont des « manifestes » plurilingues et imagés. Le langage politique emprunte d’autres vecteurs et impose de nouveaux mots : hirak, silmiyya, el khamissa, ‘isaba… Le drapeau et les couleurs amazighs sont incrustés dans ce vocabulaire composite, bigarré et plein d’humour.

Alors que l’invention politique du « peuple » trouve une illustration directe à travers l’image des foules en marche et des tribunes sportives, la représentation officielle du pouvoir est brouillée. La présence du président Abdelkader Bensalah au match de la finale se fait discrète. Elle s’avère non « montrable » par les médias officiels, notamment à cause de la bande son qui transmet l’hostilité des rassemblements. Il se contente de rendre visite à l’hôtel aux joueurs avant le match et subit les huées qui égrènent la cérémonie cairote de remise du trophée et la liesse insolente des supporteurs.

L’espoir d’une « Algérie insississable »2 a marqué un but dans l’Égypte de Sissi comme lors du retour dans un bercail qui ne semble pas laisser la place à une récupération politique de la victoire sportive. L’impopularité de plus en plus visible du pouvoir n’est pas le moindre des indices d’une histoire qui s’écrit à grandes enjambées et qui autorise les Algériens et les Algériennes – tout comme le monde qui les regarde – à croire en des lendemains qui chantent, au sens propre, comme dans les rues et dans les stades, et au sens figuré.

Hammam-Lif, le 21 juillet 2019

Publié dans Le Quotidien d’Oran, 25 juillet 2019 

  1. pour la Tunisie, on peut se reporter aux travaux de l’historien Habib Belaïd []
  2. slogan né en avril, après le départ de Bouteflika []
Affiche de Pousses de printemps de Intissar Belaïd

Les traces, côté cinéma : que faire ? L’ERC DREAM à la Cinémathèque tunisienne, 27 février 2019

L’équipe de l’ERC DREAM réunie à Tunis du 25 février au 1er mars 2019 a visionné deux films à la Cinémathèque tunisienne. Ce lieu d’archivage du patrimoine filmique peut figurer parmi les sites à repérer dans le projet de cartographie des paysages documentaires.

Historique rapide

La Cinémathèque tunisienne est inaugurée le 21 mars 20181, dans le cadre de l’ouverture de la Cité de la Culture, un chantier entamé sous Ben Ali, abandonné en 2011 et repris en 2016. Le projet, plusieurs fois annoncé, profite de la décision politique et des moyens financiers et technologiques mobilisés, pour donner forme à une institution qui peine, depuis des décennies, à s’inscrire dans le panorama cinématographique tunisien. Une version tunisoise de la cinémathèque française d’Henri Langlois voit le jour en 1958 sous la conduite de Sophie El Goulli, amie de ce dernier2. Hébergée dans divers lieux (la salle des fêtes du lycée Carnot, le Studio 38 et la Maison de la Culture Ibn Rachiq), elle ne dispose pas de fonds comparables à ceux de la cinémathèque algérienne -née en 1965 et défiant la distribution internationale-, et fait son travail de diffusion grâce à des emprunts gracieux. L’institution devient suspecte après 1968, son succès l’assimilant à un lieu de subversion politique. Une salle d’art et d’essai (7è art) ouverte en 1970 ferme pour les mêmes soupçons en 1978, après le Jeudi Noir (26 janvier 1978). La petite salle hébergée par le Ministère d’Information disparaît en 1980, suite aux événements de Gafsa (janvier 1980) et se réfugie au Musée d’Arts vivants de la ville de Tunis (Belvédère). Là naît le souci de préserver et de restaurer les copies de films sur les peintres tunisiens et l’archéologie. En 1990, les archives du Bois d’Arcy découvrent et restaurent le premier film tunisien en arabe dialectal, le Fou de Kairouan (Jean-André Kreusy, 1937). En 1993, le Centre national du cinéma français (CNC) sauve les bobines de Zohra (1922) et Aïn El Ghezal (1924) du premier cinéaste tunisien Albert Samama Chikly (1872-1933). Le projet de cinémathèque revient en 1995 alors que les techniques de numérisation s’imposent comme solution pour mieux conserver le patrimoine cinématographique tunisien dispersé  et non inventorié.

Continuer la lecture
  1. Hichem Ben Ammar & Mohamed Challouf, « Un rêve qui prend forme : la cinémathèque tunisienne », Journal of film presentation, n° 98, 04. 2018, International Federation of Film Archives (FIAF), pp. 11-16 []
  2. Des archives de Sophie El Goulli, ses films et une partie de sa bibliothèque ont été déposés à la Cinémathèque []