Archives de catégorie : Histoire

Le drapeau algérien souriant, source : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=126985185200312&set=a.114981683067329&type=3&theater

Football et politique : l’histoire en marche

La victoire de l’équipe algérienne à la dernière Coupe d’Afrique des Nations 2019 suggère quelques réflexions sur l’évolution historique du football et sa portée actuelle.

Le football porteur de causes

Même pour les non connaisseurs du sport et du football, le match de la finale de la CAN 2019 suinte de considérations politiques qui donnent à l’événement une intensité symbolique particulière. La charge ultra-politique a certainement été perçue avec une gravité indicible par les joueurs, le staff de l’organisation comme dans le monde politique algérien, toutes catégories confondues, en dehors ou en plus de l’enthousiasme ordinaire de l’ensemble des Algériens et des Algériennes, à l’intérieur et à l’extérieur des frontières ainsi que des supporteurs de partout.  

La capacité mobilisatrice du football ne fait qu’augmenter depuis son invention à la fin du XIXème siècle et sa codification en 1904. Depuis les années 1920, ce jeu codifié en sport a pu exprimer et épouser des combats comme celui de l’apartheid ou des causes nationales : on pense notamment à la fondation de l’Espérance sportive de Tunis (1919) et du Club africain (1920), concomitants à la naissance du parti du Destour. Ces clubs et la sociabilité qu’ils ont suscitée 1 ont contribué à faire du football le sport le plus populaire avec une exclusivité masculine qui commence à se fendiller vers les années 1960. Le paysage sportif amateur et professionnel intègre progressivement un football féminin qui se fait de plus en plus visible, illustrant le rôle social et politique que continue à jouer le ballon rond.

Au Maghreb comme ailleurs, le football traverse les frontières de classe et reflète des épisodes divers de la mémoire collective. Nul doute que la finale du 19 juillet 2019 s’inscrive dans l’histoire en train de se faire. Elle a lieu en pleine effervescence politique algérienne. Le hirak déclenché depuis plus de 22 semaines connaît, malgré l’admiration qu’il suscite, une faiblesse de relais et d’explication. La situation politique est en effet âpre et inédite et le système médiatique algérien peine à transmettre les nuances et détails d’une lutte hautement risquée qu’Algériens et Algériennes mènent pour sortir des griffes d’un pouvoir militaire se cachant derrière des figures politiques choisies par lui.

L’audience internationale du match du Caire vient renforcer une visibilité que de multiples canaux, passant par les réseaux sociaux, entretiennent avec persévérance et imagination afin de transmettre des images, des symboles, des slogans, des revendications et des analyses du processus révolutionnaire en cours. Il faut ajouter à la méga-exposition médiatique de la compétition la charge symbolique apportée à la conception de la nationalité posée dans de nouveaux termes.

Être footballeur·se international·e

Le football a connu, comme d’autres phénomènes, une mondialisation et une marchandisation des compétences (joueurs, arbitres, dirigeants gestionnaires de clubs, entraîneurs, journalistes…) entraînant une mobilité de talents et de services. Le règne médiatique et le sport spectacle font que le regard du public se cristallise surtout sur la circulation des joueurs, tantôt traités comme des stars, tantôt diabolisés pour leur enrôlement dans les équipes représentant d’autres pays que celui de leur naissance. L’enrichissement qui en découle n’est pas étranger au ressentiment de ceux qui restent prisonniers des possibilités locales et vient s’ajouter à l’accusation de traîtrise qui pèse sur l’accès à toute autre nationalité. Xénophobie et héritage colonial, font de la figure du harki et du m’touren (souvent dit m’tourni) un élément négatif dans les relations sociales, familiales et communautaires. Le Code algérien de la nationalité de 2005 ou, dans une moindre mesure, la Constitution tunisienne de 2014 gravent dans les textes l’ostracisme des bi-nationaux, relégués à la condition d’étrangers et exclus de la participation politique pleine et entière. La double appartenance reste difficile à défendre par ceux et celles qui réussissent à l’étranger et le football démontre, une fois de plus, son image populaire à travers une dichotomie parfois mal vécue par les bi-nationaux envers leurs compatriotes, bénéficiaires d’une seule nationalité. La personnalité de Zinedine Zidane a joué un rôle conciliateur dans la France des années 1990/2000 ; la double nationalité de la majorité des joueurs de l’équipe nationale (14 au total) ayant défendu le drapeau algérien promet de faire plus, et du côté algérien, dans le contexte actuel. On peut attendre de cette victoire footballistique qu’elle aide à apaiser un conflit aussi intime que politique porté par des centaines de milliers d’Algériens répartis dans le monde, vibrant avec les changements politiques immenses intervenus dans le pays depuis février 2019. Les héros de l’équipe nationale gagnante de la Coupe d’Afrique parviennent ainsi à troubler l’unicité politique du drapeau algérien et à élargir l’espace d’un sentiment national, au-delà de la seule définition administrativo-juridique, instrumentalisée dans les luttes de pouvoir.  

Confrontation de visibilités

Le pouvoir lui-même est en train de changer de dépositaires comme de formes et de manifestations de légitimité. C’est en fuyant clandestinement leurs clubs et le territoire français que des joueurs basés en France ont appliqué, en 1958, l’internationalisation de la tactique du FLN algérien. Ils transporteront à partir de Tunis, siège du GPRA, l’image de la lutte anti-coloniale du pays et cette construction active de légitimité fera gagner, aux dires de certains dirigeants, des années à la cause de l’indépendance algérienne.

Avant le déclenchement des gigantesques marches pacifiques en février dernier, on a vu et entendu les chants contestataires dans les stades. La casa del Mouradia est un de ceux-là, de venu emblématique du soulèvement algérien.

Les gradins sont investis comme lieux d’expression politique, les slogans y fusent à l’unisson et les tifo sont des « manifestes » plurilingues et imagés. Le langage politique emprunte d’autres vecteurs et impose de nouveaux mots : hirak, silmiyya, el khamissa, ‘isaba… Le drapeau et les couleurs amazighs sont incrustés dans ce vocabulaire composite, bigarré et plein d’humour.

Alors que l’invention politique du « peuple » trouve une illustration directe à travers l’image des foules en marche et des tribunes sportives, la représentation officielle du pouvoir est brouillée. La présence du président Abdelkader Bensalah au match de la finale se fait discrète. Elle s’avère non « montrable » par les médias officiels, notamment à cause de la bande son qui transmet l’hostilité des rassemblements. Il se contente de rendre visite à l’hôtel aux joueurs avant le match et subit les huées qui égrènent la cérémonie cairote de remise du trophée et la liesse insolente des supporteurs.

L’espoir d’une « Algérie insississable »2 a marqué un but dans l’Égypte de Sissi comme lors du retour dans un bercail qui ne semble pas laisser la place à une récupération politique de la victoire sportive. L’impopularité de plus en plus visible du pouvoir n’est pas le moindre des indices d’une histoire qui s’écrit à grandes enjambées et qui autorise les Algériens et les Algériennes – tout comme le monde qui les regarde – à croire en des lendemains qui chantent, au sens propre, comme dans les rues et dans les stades, et au sens figuré.

Hammam-Lif, le 21 juillet 2019

Publié dans Le Quotidien d’Oran, 25 juillet 2019 

  1. pour la Tunisie, on peut se reporter aux travaux de l’historien Habib Belaïd []
  2. slogan né en avril, après le départ de Bouteflika []
Affiche de Pousses de printemps de Intissar Belaïd

Les traces, côté cinéma : que faire ? L’ERC DREAM à la Cinémathèque tunisienne, 27 février 2019

L’équipe de l’ERC DREAM réunie à Tunis du 25 février au 1er mars 2019 a visionné deux films à la Cinémathèque tunisienne. Ce lieu d’archivage du patrimoine filmique peut figurer parmi les sites à repérer dans le projet de cartographie des paysages documentaires.

Historique rapide

La Cinémathèque tunisienne est inaugurée le 21 mars 20181, dans le cadre de l’ouverture de la Cité de la Culture, un chantier entamé sous Ben Ali, abandonné en 2011 et repris en 2016. Le projet, plusieurs fois annoncé, profite de la décision politique et des moyens financiers et technologiques mobilisés, pour donner forme à une institution qui peine, depuis des décennies, à s’inscrire dans le panorama cinématographique tunisien. Une version tunisoise de la cinémathèque française d’Henri Langlois voit le jour en 1958 sous la conduite de Sophie El Goulli, amie de ce dernier2. Hébergée dans divers lieux (la salle des fêtes du lycée Carnot, le Studio 38 et la Maison de la Culture Ibn Rachiq), elle ne dispose pas de fonds comparables à ceux de la cinémathèque algérienne -née en 1965 et défiant la distribution internationale-, et fait son travail de diffusion grâce à des emprunts gracieux. L’institution devient suspecte après 1968, son succès l’assimilant à un lieu de subversion politique. Une salle d’art et d’essai (7è art) ouverte en 1970 ferme pour les mêmes soupçons en 1978, après le Jeudi Noir (26 janvier 1978). La petite salle hébergée par le Ministère d’Information disparaît en 1980, suite aux événements de Gafsa (janvier 1980) et se réfugie au Musée d’Arts vivants de la ville de Tunis (Belvédère). Là naît le souci de préserver et de restaurer les copies de films sur les peintres tunisiens et l’archéologie. En 1990, les archives du Bois d’Arcy découvrent et restaurent le premier film tunisien en arabe dialectal, le Fou de Kairouan (Jean-André Kreusy, 1937). En 1993, le Centre national du cinéma français (CNC) sauve les bobines de Zohra (1922) et Aïn El Ghezal (1924) du premier cinéaste tunisien Albert Samama Chikly (1872-1933). Le projet de cinémathèque revient en 1995 alors que les techniques de numérisation s’imposent comme solution pour mieux conserver le patrimoine cinématographique tunisien dispersé  et non inventorié.

Continuer la lecture
  1. Hichem Ben Ammar & Mohamed Challouf, « Un rêve qui prend forme : la cinémathèque tunisienne », Journal of film presentation, n° 98, 04. 2018, International Federation of Film Archives (FIAF), pp. 11-16 []
  2. Des archives de Sophie El Goulli, ses films et une partie de sa bibliothèque ont été déposés à la Cinémathèque []

Sophie Ferchiou à la cinémathèque tunisienne



Une expérience de coopération est née entre la Cinémathèque tunisienne https://www.facebook.com/CINEMATHEQUE.TN/ et l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) http://www.irmcmaghreb.org/ : un séminaire sur le thème Films et sciences sociales vise à rapprocher la réflexion des sciences sociales de la production filmique et à ouvrir les démarches des chercheurs aux possibilités de lecture des films documentaires et/ou de fiction.

Le cycle est destiné à décloisonner les processus de connaissance et de création pour les inscrire dans leurs contextes, en cherchant les résonances ou discordances des uns avec les autres.

Jeter des ponts entre culture, technologie et méthode 

Le cinéma est rentré à l’université tunisienne : celle-ci compte des établissements et départements d’enseignement et de recherche comme l’Institut Supérieur des Arts multimédia de La Manouba (ISAMM, université de La Manouba) ou l’Ecole Supérieure de l’Audiovisuel et du Cinéma (ESAC, Université d’El Manar). Depuis une vingtaine d’années, des enseignantEs passionnéEs de cinéma (Tahar Chikhaoui, Insaf Machta, Sihem Sidaoui, Najet Tnani, Issam Marzouki…) ont fondé des ciné-clubs sur les campus et introduit dans les programmes des départements littéraires, de français principalement, des modules d’analyse de films, d’histoire du cinéma et de ses théories. Un master d’études cinématographiques et plusieurs filières forment une quantité de techniciens et de professionnels recrutés par le secteur de l’audio-visuel où radios, télévisions, films et production sur le web se multiplient. L’éco-système culturel tunisien en pleine effervescence depuis des années enregistre une augmentation de la production cinématographique qui anime le public et peut cristalliser une connaissance critique diversifiée et approfondie.

Or, un lien manque encore, notamment du côté des sciences humaines et sociales qui font un usage illustratif et souvent superficiel de la production cinématographique. Dans l’enseignement comme dans la recherche, le croisement entre films et sciences sociales reste un maillon faible. Pourtant, dans les raisonnements et les démarches des chercheurs et des cinéastes, on trouve, des proximités ou des affinités qui, de toute évidence, enrichissent les cours, ouvrent des pistes de recherche ou peuvent susciter des travaux. Les cinématographies, tunisienne et mondiale, offrent un matériau abondant qui devrait contribuer à vivifier l’intérêt des étudiants, à renouveler les contenus pédagogiques et à engager d’autres approches.

Ce nouvel espace de travail espère pousser les barrières habituelles en croisant la connaissance autour du cinéma avec la réflexion méthodologique dans les sciences sociales. La lecture du présent ne pouvant se passer des moyens de l’image et du son, il s’agit d’élargir l’expression scientifique à de nouvelles formes alliant un décodage attentif et informé du langage cinématographique avec le décryptage des mots et des concepts.

Une pionnière

Mêlant soucis pédagogique et méthodologique, la séance du jeudi 31 janvier 2019https://www.dropbox.com/s/4dvv22hrr0xurvd/Programme%20Films%20et%20Sciences%20sociales%2031%20janvier%202019.pdf?dl=0 démarre autour de l’anthropologie, une discipline qui a investi l’expression cinématographique pour élargir le spectre de compréhension des phénomènes sociaux. Deux films (Chéchia ; Guellala) de l’anthropologue et cinéaste Sophie Ferchiou https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophie_Ferchiou -pionnière dans un genre qui va s’appeler «  le film de chercheur »- sont projetés. Après des études secondaires en Tunisie, Sophie Ferchiou entre à la Sorbonne pour des études de philosophie et de sociologie. Elle suivra, entre autres, l’enseignement de Jean Rouch (1917-2004) africaniste, chercheur au CNRS et cinéaste. Elle se concentre sur le terrain tunisien pour y étudier les techniques traditionnelles (de la chéchia, de la poterie, de la cueillette d’olives…), le monde du travail (agricole, industriel) et ses divisions, les rituels religieux, les rapports de sexe dans la parenté et la vie économique. S.F est l’auteur de plusieurs ouvrages individuels et collectifs portant sur divers aspects de la société traités aussi dans une douzaine de films. L’Encyclopedia of Arab Women Filmmaker de Rebecca Hillauer la classe comme l’une des premières cinéastes tunisiennes. En 1966, S.F. soutient sa thèseTechniques et sociétés. Exemple de la fabrication des chéchias en Tunisie (Paris, Institut d’ethnologie, 1971) préparée sous la direction d’André Leroi-Gourhan (1911-1986) en projetant La chéchia (1966, 30mn)[1]. Elle se souvient du remue-ménage occasionné par la projection d’un film en 16 mm dans un amphithéâtre de Sorbonne d’avant 68. Fidèle à son enseignement, S.F. présente l’anthropologie visuelle comme une discipline à part entière qui permet « de connaître le réel humain au plus près, dans ses aspects complexes et mouvants… de saisir l’intraduisible et de rendre sensible la connaissance qui ne passe pas par des mots».

A partir du tournage de Guellala (1975, 35 mn), à une époque où la Tunisie s’ouvre au tourisme balnéaire, S.F déclare avoir renoncé aux renforts de techniciens afin d’assurer l’immersion nécessaire à l’enquête et à la compréhension du milieu étudié. Le film capte « la jonction entre le technique, le social et le symbolique » telle qu’elle apparaît dans le regard de l’anthropologue sur le village jerbien.

Ces deux plongéesdu cinéma du réel tunisien appellent la suite du corpus. Sophie Ferchiou avait confié les originaux de ses films au Ministère de la Culture. Introuvables, la perte a été rattrapée grâce aux technologies de numérisation. La Cinémathèque tunisienne entame aujourd’hui autour de cette filmographie, un programme de sauvegarde et de restauration (consolidation de l’image et étalonnage des couleurs) des copies récupérées dans les archives de l’auteure et qui, grâce à l’ajout de bonus, d’interviews et un travail de re-datation seront régénérées pour les chercheurs et le public.

Cette archive d’un type nouveau fait espérer des possibilités de retourner à un monde perdu certes, mais essentiel indicateur de la « structure totale d’une époque » et ouvrant sur une connaissance sensible de l’histoire sociale, économique, politique et culturelle de la Tunisie contemporaine.

Hammam-lif,le 3 février 2019


[1] https://misk.tn/radio/podcast/linvite-du-grand-journal-des-arts-sophie-ferchiou?fbclid=IwAR0HQdLnPQxCmaFqPcUx6QiOMbKQKL_WbTUEFe2bnQCwGiySa6ooADHpXsQ

Publié sur le magazine en ligne Kapitalis, mardi 5 février 2019 http://kapitalis.com/tunisie/2019/02/05/sophie-ferchiou-a-la-cinematheque-tunisienne/

Une historienne dans la Révolution tunisienne

Mon ouvrage Parler en historienne après 2011, Tunis, Publications Universitaires de La Manouba, 2017,176 p. vient de paraître.

En voici l’introduction

Cinq années, treize textes et une chronologie

L’ouvrage que le lecteur a entre les mains est le fruit d’un travail réflexif et rétrospectif mené dans l’urgence d’une histoire en train d’advenir. Ce recueil comprend treize textes de facture différente. Ecrits entre 2012 et 2016, ils témoignent, sur la forme et comme sur le fond, d’une écriture qui réagit à une conjoncture volatile. Il faudrait lire ces traces indirectes des bouleversements vécus par les Tunisiens comme une suite d’instantanés autour de questions surgies du présent, traitées dans l’urgence, avec les moyens du bord, et d’après une perception à chaud. L’ensemble ne constitue pas un tout homogène, mais il faut espérer qu’il constitue pour le lecteur une fenêtre sur une période qui appelle, pour en rendre compte, une multitude de voix, de points de vue et de retours d’expériences.

 Formes et finalité

Mon expérience de chercheure en histoire contemporaine et diverses opportunités m’ont offert plusieurs possibilités d’écrire sur l’actualité tunisienne. Ce recueil est le résultat d’une activité entraînée dans des remous conjugués : celui du temps et de l’histoire influant nécessairement sur l’observation, sur la consignation des faits vécus, comme sur le questionnement autour de la profession d’historien.

J’ai choisi treize textes pour reconstituer cette « relation » d’historienne sur la Tunisie après 2011. Quatre d’entre eux sont publiés sous forme de blog ou carnet de recherche hébergé sur Hypothèses, une plate-forme gérée par le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)[1]. Ce blog ouvert en juin 2011, participe à l’explosion éditoriale généralisée ; les journaux et magazines s’ouvraient aux opinions et demandaient des éclairages sur une Tunisie sortie de ses gonds et de l’image habituellement reçue. Happée par le mouvement, j’ai doublé la publication sur papier par l’édition en ligne, dans le format et selon les règles fixées pour veiller à la visibilité du « carnet de recherche » et à sa sécurité. L’article « Ouvrir un blog » reproduit ici revient sur les circonstances de ce geste éditorial et explique comment j’ai investi la formule.

A côté de ces papiers d’un nouveau genre, les huit articles du recueil sont de facture plus « classique » : ils sont le fruit d’interventions à des colloques et séminaires dont le nombre a sensiblement augmenté à partir de 2011. A l’instar d’autres chercheurs, j’ai en effet senti et bénéficié d’un vent d’une curiosité accrue envers la Tunisie. Les communautés scientifiques se faisant demandeuses, j’ai vu se multiplier les occasions de participer à des manifestations culturelles ou académiques. Les sollicitations répétées stimulent la réflexion et j’ai été amenée à répondre à de nombreuses questions autour des liens entre le passé de la Tunisie et l’histoire en train de se dérouler. Le besoin de raccorder le passé au présent est un exercice tentant et risqué ; pour ma part, j’y suis entrée en dégageant la logique des questionnements plutôt que celle des faits proprement dits, en suivant la rampe historiographique.

Ecrits en français, certains de ces textes ont été traduits en arabe, d’autres en anglais et un en italien. J’ai ressenti le besoin de faire des ponts de façon plus pressante après 2011. Les conditions de production du savoir incitent à faire éclater les cloisons (notamment en allant vers d’autres publics) et à traverser les frontières (disciplinaires, linguistiques, géographiques…) afin de communiquer plus largement. J’ai voulu toucher des lectorats différents et faire circuler l’information demandée sur la Tunisie, avec les moyens dont je disposais. Fruit d’une expérimentation isolée et sauvage dans le milieu universitaire tunisien, ces articles tracent une cartographie personnelle et donnent des instantanés de mes réflexions et appréciations des événements, des controverses et des positionnements face à l’histoire et au traitement du passé. Reflets d’un usage de l’écrit et du savoir troublé par des mutations technologiques d’ampleur (et bien d’autres changements), ces essais renvoient à des questions et des perceptions de l’histoire et de la mémoire, ravivées ces dernières années. L’assemblage de ces textes vise à contribuer à alimenter le débat qui anime la société et plus particulièrement le champ politique et l’espace culturel tunisiens, à savoir : la montée de l’importance du passé.

Dans l’avalanche des secousses, la remontée en surface d’une demande d’histoire ne pouvait pas me laisser indifférente. La première impression inspirée par cette revendication à l’historienne que je suis est qu’elle se distingue de la demande de mémoire, conséquence de besoins de reconnaissance, également fouettés depuis 2011. Il en découle une tension entre mémoire et histoire qui, si elle peut paraitre normale, n’est pas pour autant spontanée. L’exigence mémorielle s’explique, en partie, par les déficits de l’historiographie établie, au sein de laquelle la version de l’histoire officielle et nationale est hypertrophiée. Il n’y a cependant pas que cet aspect dans le champ intellectuel, culturel et artistique tunisien. Depuis des décennies, des écrits et des témoignages pointent l’exagération de cette histoire orientée et relèvent ses manques, abordent des questions non traitées et suggèrent parfois des pistes.

 Une production historienne pas seulement officielle

Il est intéressant de se demander comment l’effervescence post-2011 s’est traduite dans le « corps » des historiens. Le mot « corps » est-il approprié ? La profession d’historien, au sens actuel du terme, est liée à l’histoire des institutions et du savoir. Pour la Tunisie contemporaine, on doit revenir à la genèse des champs éducatif et universitaire. Entrer par les chiffres, même si c’est artificiel, donne des indications et oblige à réfléchir sur l’usage du mot et le flou qui le caractérise. Combien la Tunisie compte-t-elle d’historiens ? La catégorie est difficile à placer dans des cadres établis. Les statistiques de l’université font état d’environ 250 enseignants-chercheurs en histoire, tous grades et toutes spécialités confondus. Mais on ne peut s’en tenir à cette définition restreinte. Il faut y ajouter les historiens « amateurs », ceux qui s’intéressent à l’histoire jusqu’à écrire des livres ou des articles dans les journaux et revues. Ce « commerce » de l’histoire est loin d’être négligeable dans le monde tunisien de la culture[2]. Il constitue un large réservoir où circulent les idées historiques, les interprétations du passé de la Tunisie. Par ailleurs, des poèmes, des pièces de théâtre, des films, des feuilletons et même des « conteurs » forment des vecteurs qui vulgarisent l’histoire de héros, popularisent des récits sur des régions, racontent des épisodes plus ou moins glorieux, autant qu’ils questionnent, parfois, l’histoire dite « officielle ».

Le doute autour de la production historique tunisienne, entretient les défiances face à la profession, comme il se nourrit des approximations ou ignorances qui persistent sur des pans entiers du passé. Dans les discours ordinaires, politiques ou intellectuels, on ne décèle pas d’autorité spécifique aux « historiens » tunisiens ; ils ne bénéficient pas d’un magistère particulier et leurs écrits ne font pas référence unique. Tenus dans une crédibilité toute relative, ils forment une communauté où se reflètent les problèmes de la place des humanités dans le régime du savoir. La libération de la parole a dévoilé d’autres carences : une faible connaissance de ce qui est étudié, une confusion des genres (depuis les travaux de recherche jusqu’aux manuels en passant par les essais), une absence de capitalisation de savoirs historiques éclatés non dénués, du reste, de points aveugles et de lacunes.

Aussi, si dans le foisonnement actuel des revendications, la réforme des programmes  et des manuels scolaires est un mot d’ordre largement partagé, elle ne suffirait pas cependant à renouveler tous les supports d’apprentissage, ni à transformer les façons d’approcher l’histoire de la Tunisie. Sans compter que la forme « manuel » est dépassée pour toutes les disciplines. Le monde de l’enseignement et l’univers de la connaissance sont en mutation partout et la Tunisie ne peut se mettre à l’abri des bouleversements actuels. Comme pour la géographie, les mathématiques, les sciences de la vie ou les langues, les programmes et manuels transportent une pédagogie dépassée et ne parlent plus aux générations montantes. Ils appellent à un remaniement profond des contenus et à la nécessité de ré-inventer les méthodes et les procédés de transmission.

La demande de mémoire réactivée en Tunisie après 2011 se greffe sur une réticence et un désintérêt anciens devant l’histoire « savante », preuve que l’histoire « officielle », malgré ses prétentions, n’a pas les moyens de l’hégémonie qu’elle recherche. Cette dernière a certes eu le temps de s’écrire et s’est donné les moyens de se formuler, entre la période de Bourguiba puis celle de Ben Ali qui a essayé d’atténuer l’image du précédent. Avec le départ du second, une chape a sauté, laissant libre cours au désir d’écrire « une autre histoire ». Le déplacement du balancier est classique et le besoin d’une histoire « plus vraie » est le lot de tout changement de régime politique. Qu’ont fait les historiens « professionnels »  en Tunisie ? Certains se sont lancés dans une « histoire immédiate » nourrie par l’émotion et encouragée par la vitesse de la communication. Dans les médias et la presse écrite, des voix et des plumes historiennes se sont fait connaître, sans attirer outre mesure l’attention du public, plutôt tourné vers les avis de juristes, ou encore intéressé par les chiffres des économistes, les lectures de politologues, plus en phase avec le rythme des événements.

Entre retour du passé, pression de l’immédiat et doutes sur l’avenir, les années post 2011 ont accouché de remises en cause de toutes sortes de professions, celle des historiens n’étant pas en reste. Quand on est dedans, quelle attitude avoir et que faire devant ces vents perturbateurs ? Et parmi les questions que je me pose : avant 2011, aurais-je souhaité laisser une telle trace de mon travail d’historienne dans la production de l’université ?

 Lire en reliant passé et présent

            Face à l’événement révolutionnaire, ma réaction a été de lire et relire en cherchant des liens entre le présent désordonné et le passé plus ou moins décrypté. Dans la précipitation, je n’ai pas trouvé le temps de réfléchir à la question de la forme, pourtant essentielle. Je suis restée dans le registre du « court », avec des formats moins longs que mes articles académiques habituels. J’ai commencé à publier des articles dans un quotidien, un hebdomadaire ou un mensuel avant de les « poster» dans le blog dont j’ai parlé ci-dessus. Je me suis expliquée à plusieurs reprises -dans le blog, des interviews ou des séminaires de méthode- sur mon entrée dans ce nouveau monde de la communication scientifique. Au cours des années post 2011, j’ai évolué dans ma manière d’écrire ; essayant au début d’être en phase avec les faits sélectionnés, je me suis orientée petit à petit vers l’actualité scientifique et/ou culturelle pour y chercher les vibrations du contexte nouveau et/ou ses échos indirects. Cette chronique subjective constitue aujourd’hui une « archive » qui m’aide à me retrouver dans un passé pas trop lointain dont la densité échappe déjà à mes réflexes et à ma mémoire.

Sollicitée pour des cours, des conférences et des séminaires, le plus souvent en France mais également en Belgique et en Italie, j’ai rencontré des publics attirés par la Tunisie et son histoire en train de se faire. Face à des audiences curieuses, composées souvent de personnes armées de connaissances comparées, parfois érudites, sur la politique, la sociologie ou l’économie tunisiennes, j’ai dû mettre en perspective le cours des péripéties en me penchant particulièrement sur l’histoire, proche et lointaine. La plupart des textes rassemblés ici sont le fruit de ces exposés, des versions remaniées deux ou trois fois -parfois davantage- intégrées à des projets collectifs, pour animer des séminaires de recherche, répondre à des associations citoyennes ou donner une conférence. Les textes ont été dits, écrits et recomposés à la lumière de ce que la Tunisie suscitait comme interrogations et débats. Les besoins de comprendre l’actualité tunisienne se nourrissaient des espoirs de voir surgir une histoire dont les enseignements résonnaient en dehors des frontières nationales. Cet intérêt scientifique persistant, d’une durée inhabituelle, hors du commun de ma profession et sortant des débats internes au pays, m’a servi de fil conducteur tout au long de ces années. La conjonction entre une attention soutenue et notre réalité embrumée par des épisodes difficiles à décrypter, m’a tenue sur la brèche et la tête hors de l’eau. J’ai poursuivi un travail de mise en ordre et en perspective qui m’aidait à voir plus clair, tout en répondant à la curiosité de mes auditoires.

Les (re)lectures de l’histoire tunisienne m’ont servi à trier dans les faits saillants pour trouver des résonances tantôt dans la période coloniale, tantôt dans celle de l’après-indépendance, parfois dans les périodes et écrits antérieurs. La veine historiographique que j’avais commencé à suivre avant 2011 trouvait là une issue et une application fécondes. De plus, cet effort d’interprétation et de communication s’est avéré être un exutoire apaisant devant le présent convulsif que nous étions en train de traverser.

Ce recueil reproduit l’essentiel des textes élaborés entre 2012 et 2016. Alternant avec et complétant la centaine de billets publiés à ce jour sur mon blog, ils constituent ce que mon regard d’historienne m’a permis de formuler à propos de l’histoire en cours, sachant qu’il est difficile de capter à chaud la pleine signification des faits. J’expérimente des grilles, je teste des hypothèses ou des analogies, je tente des rapprochements, j’avance des propositions, j’exprime des embarras… Toutes ces opérations m’ont permis d’accompagner ces années agitées pour la citoyenne, en examinant avec le crible de l’historienne les questions que la tournure du présent éveillait. Je ne prétends ni à une histoire du temps présent ni à une histoire immédiate. Ces textes sont le produit d’une activité d’historienne sollicitée par plusieurs cercles pour tamiser l’actualité tunisienne et explorer en quoi les événements présents et locaux peuvent se rattacher à des questions globales et anciens. J’ai parlé des années 2012 à 2016 avec les outils de la discipline (dont la chronologie publiée en annexe) espérant par cet exercice de mémoire ordonnée et comparée contribuer à un vaste travail, dépassant mes seules capacités. Je suis heureuse d’en avoir effectué la part que je pouvais faire, espérant préparer la voie à de possibles retours sur des années complexes et touffues qui attendent d’être racontées, analysées et expliquées.

Hammam-Lif, le 7 juin 2017

[1] Histoire et culture de la Tunisie contemporaine, http://hctc.hypotheses.org

[2] Une thèse récente de Mohamed Saâdaoui (Université de Sfax, avril 2017) intitulée « Les écrits d’amateurs non universitaires autour de la période coloniale en Tunisie 1881-1956. Etude critique d’un genre historiographique parallèle » (en arabe). Sans être exhaustive, la thèse a recensé une centaine d’ouvrages.

 

Les élites tunisiennes : épaisseur historique et voies de changement

Depuis 2011, on (re)parle beaucoup des élites en Tunisie. On pose la question de leur utilité, on se demande si elles sont en train de changer, on compare anciennes et nouvelles, on les incrimine dans le blocage de la « transition », on les accuse de trahison comme on se demande pourquoi elles sont si peu présentes dans la vie publique et politique. Ces réactions font partie des convulsions parolières, première marque d’un changement qui fait bouger les connexions sociales et leurs perceptions. Le débridement de l’opinion se traduit par un déchaînement accru envers des élites dont la définition est floue et la composition pour le moins perturbée. Chacun pense aux siennes car les cartes se sont brouillées. La concurrence entre élites est attisée par l’éruption d’autres besoins et pratiques et les profils qu’ils nécessitent.

Au-delà de leur idéalisation ou de leur diabolisation, les élites sont un indicateur des dispositifs de pouvoir(s)qui régissent la hiérarchisation d’une société et ses transformations. Leur remplacement signe les mutations induites par le passage du temps. La lecture qui suit esquisse quelques critères de leur évolution en Tunisie depuis le XXème siècle.

Elites et pouvoir(s)

            Avec l’instauration du protectorat, la Tunisie beylicale voit se croiser deux lignes de fabrication d’élites. Sous le parallélisme apparent, l’entrelacement de réseaux donne naissance à de nouveaux visages dans les groupes dominants. Les tactiques d’allégeance et les méthodes d’accès à la propriété bougent ; la situation coloniale conjugue des alliances matrimoniales et des conduites de carrière qui modifient les relations sociales, font virer les « notables » locaux ou régionaux, engendrent des lignées d’administrateurs de l’Etat et de fonctions… L’école franco-arabe introduit, à côté du système traditionnel zaytounien, un mode de reproduction qui attire progressivement des recrues tunisiennes. La minorité qui opte et parvient à faire des études avancées est enrôlée -au compte gouttes- dans une oligarchie de professions modernes (médecins, avocats, magistrats, enseignants…) qui complexifient les structurations familiales,agissent sur les échanges économiques, influencent les modes de vie et, par suite, les aspirations sociales et politiques. Le déclenchement de la lutte de libération nationale est l’une des conséquences de l’évolution de la conscience des élites tunisiennes de l’époque qui revendiquent le droit de participer au devenir du pays occupé. La compétition entre élites coloniales et nationales débouche -avec l’indépendance et le départ des premières- sur un appel d’air. Exaltation et nécessité stimulent la fabrique des forces vives : il faut remplacer les partants et assurer la suite. Entre héritage et renouvellement, des élites se constituent dans les domaines juridiques, scolaires, techniques, économiques, administratifs, culturels, sportifs… en lien avec une politique publique centralisatrice car les besoins du pays sont immenses. Alors que des élites sont favorisées, d’autres seront dégradées : dans l‘armée, dans le milieu zaytounien ou dans l’agriculture, on assiste à un ostracisme, une déchéance ou un déclin des meilleurs représentants, autant de formes de dé-légitimation d’élites.

L’avoir, une constante

Les mécanismes par lesquels se constituent et évoluent les élites s’adossent sur les patrimoines matériel, moral et symbolique qui font croître et changer les élites politiques, économiques, intellectuelles, sportives, syndicales, artistiques… Le soubassement économique inhérent à toute catégorie est en rapport avec son efficience et son poids politiques.

Au cours du XXème siècle tunisien, la production des richesses influe sur les voies de la propriété : l’entrée de la banque, l’introduction de normes changent la structuration de l’économie tunisienne ainsi que la place des élites artisanales, commerçantes et agricoles. L’urbanisation et la scolarisation, cibles des principales réformes sous le protectorat, commandent le tracé des ascensions sociales et du renouvellement des catégories dominantes.

Le dirigisme d’Etat qui prend les rênes à l’indépendance endosse l’infrastructure des transports, des villes et des équipements sociaux. L’université nationale accueille les pépinières issues de l’enseignement primaire et secondaire généralisés. Elites politico-administratives, d’affaires et universitaires sont principalement au service de l’Etat, premier pourvoyeur d’emploi ; en retour, elles influent sur l’Etat, sa marche et ses décisions.

            La phase de libéralisation des années 1970 modifie la composition et l’équilibre des ressources des élites tunisiennes. La privatisation jugule la main-d’oeuvre non absorbée par le secteur public. Les effets de la perte du monopole étatique se font sentir sur la configuration des élites, au niveau central et à l’échelle régionale. La concurrence qui s’installe entre secteurs public et privé n’empêche pas les dirigeants de partager les normes de rentabilité et de productivité, au détriment de paramètres sociaux régulateurs.

Depuis, l’ouverture aux marchés mondiaux est l’une des clés de la répartition et du fonctionnement des élites tunisiennes. Les accords, les ressources, les choix de la Tunisie sont liés à des agendas relayés, appliqués et défendus par une technocratie sommée de se mettre au diapason. Cela engendre des disparités nouvelles. A titre d’exemple, la marchandisation internationale du savoir génère un écosystème tunisien des diplômes qui augmente la part des élites « extraverties ». La dichotomie entre élites « de toutes parts » et celles issues de la massification scolaire, cantonnées à l’intérieur du pays, se fait visible et coûteuse. Un des aspects de la crise des élites réside dans les processus de reproduction interne qui favorisent les anciennes et compromettent l’accès des nouvelles.

Elites et représentation : lien problématique

            A côté de la question des inégalités produites au sein des élites, la représentation de celles-ci est l’un des noeuds à disséquer si l’on veut comprendre la séquence 2010/2011. « Révolution sans leaders » certes mais non sans élites, présentes et fondues dans le mouvement général, sans identité ni programme, mais remplies de frustrations. Depuis longtemps, les élites tunisiennes éprouvaient un déficit de représentation, ressentaient leur invisibilité et un manque de reconnaissance. Le pays n’a pas cessé d’en fabriquer et toutes sortes d’élites sont nées, en dehors du parti-Etat (PSD puis RCD) -de plus en plus hégémonique- dans le monde syndical comme dans des niches de l’économie, de la culture, de la science ou de l’art. La politique de cooptation des « compétences » par l’Etat, l’hyper-concentration des possibilités de promotion, l’absolutisme oppressant des réseaux des familles gouvernantes ont alimenté exclusions et renoncements. Les départs à l’étranger, par voie officielle (coopération) ou à travers des circuits personnels, se développent à la faveur de la mondialisation. Le centralisme n’empêche pas l’infiltration d’un fonctionnement informel dans tous les secteurs de la vie sociale et économique, accentuant l’écart entre élites nationale et transnationale. L’élite aujourd’hui « émergente » a poussé sur le terreau d’une circulation des biens et des ressources, à la fois transformée et pas/peu contrôlée. Internet a indéniablement contribué à multiplier les voies d’accès aux positions d’élite. Cet accès vaut-il insertion ?

La question qui se pose avec acuité aujourd’hui est celle de la responsabilité. « Représenter » et « rendre des comptes » constituent un impératif réciproque, indissociable du projet démocratique à l’épreuve. Les élites tunisiennes sont-elles capables d’assumer le passage ? Les réponses de certaines corporations des professions libérales (avocats, médecins, pharmaciens…) devant le devoir fiscal laissent planer des doutes, tout comme les attitudes timorées de magistrats face aux affaires de corruption ou d’assassinat politique.

Transitions en cours

Pour l’heure, une « société civile » en alerte continue à oeuvrer dans plusieurs directions. Il faut espérer que ces actions éparses aident à remembrer l’atomisation des élites et à construire des espaces d’autorité et de pression capables de contrebalancer un pouvoir affaibli… par manque de responsabilité de ses représentants.

Dans un climat de crise et controverses, les élites tunisiennes continuent de changer de composition et de chercher leur place. En plus de la jeunesse qui clame avec impatience son droit de fendre les cloisons de l’élite constituée, deux catégories incitent à trouver une définition plus fidèle au contexte tunisien actuel : les femmes et les artistes. On a longtemps analysé la participation des femmes à la construction des élites à travers les situations familiales et les alliances matrimoniales. Elles sont désormais actrices de plain-pied, dirigeantes et cadres, dans le monde de l’entrepreunariat, dans des compétences porteuses de changement (enseignement, santé, gestion, sport, magistrature…), comme dans la représentation politique et dans des positions de pensée, de réflexion ou de création.

Autre nouvel entrant dans le cercle indéfini des élites : les artistes eux aussi souvent oubliés dans l’analyse des catégories sociales influentes. Alors que la culture sert à construire l’hégémonie des élites, les artistes tunisiens sont plutôt reconnus après leur mort. Depuis 2011, ils deviennent plus visibles et plus assurés dans leurs revendications comme dans leurs projets. Ils promettent d’être décisifs dans la société tunisienne en devenir et parmi les élites en recomposition.

Enfin si polémiques et débats autour des « élites » augmentent n’est-ce pas parce que la sphère des médias, un des champs de l’élite, et qui s’en fait l’écho, se détermine par rapport à cette catégorie et s’en nourrit ? Même s’il est difficile de voir clair dans ces imbrications anciennes et nouvelles, continuons à questionner cet état de fait et à poser un regard critique sur les élites tunisiennes, passées et présentes.

Publié dans La Presse de Tunisie, Supplément spécial 20 mars “Elite (s) et pouvoir politique“,  mardi 20 mars 2018, page III.

Pour une histoire de la revue Les Cahiers de Tunisie : Entretien avec Mohamed Talbi

Le texte qui suit est un entretien avec Mohamed Talbi (1921-2017) mené par Kmar Bendana[1] il y a déjà plusieurs années (avant 1997) dans le cadre d’un projet de publication par l’Institut de recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC, Tunis)[2] sur la vie intellectuelle à travers les revues tunisiennes. Une série d’entretiens a alors été menée avec plusieurs rédacteurs en chef de revues maghrébines, dont Mohamed Talbi qui a dirigé Les Cahiers de Tunisie entre 1969 et 1989 et en devient président d’honneur à partir de 1989.

Mohamed Talbi qui nous a quittés le 1er mai 2017 est connu surtout en tant qu’historien du Maghreb médiéval, auteur d’une thèse sur l’émirat Aghlabide (186-296/ 800-909) publiée à Paris (Maisonneuve) en 1966. Il est doyen de la faculté des Lettres et Sciences Humaines de Tunis de 1966 à 1970. Son rôle de penseur et d’islamologue a prévalu au cours des dernières décennies agitées par les débats intellectuels et politiques sur les sources de l’Islam et les controverses sur les liens entre islam et politique. En revanche, sa collaboration active à la vie de la revue Les Cahiers de Tunisie -par ses articles et comptes rendus dès 1956, puis comme directeur de la revue en 1969- est un aspect beaucoup moins mis en valeur par les divers hommages qui se sont exprimés depuis sa disparition.

            Rawafid a choisi de revenir sur la carrière scientifique de Mohamed Talbi en publiant ce témoignage sur un pan de l’histoire de l’université tunisienne où Mohamed Talbi a été un auteur significatif et un promoteur du passage entre la culture arabe et le savoir français, jugé nécessaire par les acteurs scientifiques de son époque. L’entretien nous renseigne sur l’homme, sur sa formation universitaire (agrégé d’arabe en 1952 et docteur es-lettres spécialité histoire de la Sorbonne en 1968) qui est à la base de son itinéraire intellectuel, et sur une revue qui accompagne l’émergence d’une université nationale dans le contexte de la décolonisation politique. Mohamed Talbi fut le témoin d’un moment de relais entre les hommes passés par des institutions anciennes (Revue tunisienne, Institut des Hautes Etudes de Tunis…) et les nouvelles recrues arrivées sur la place universitaire dans les années 1960. Selon le souvenir de l’interviewé, ce passage se passait sans heurts apparents mais non sans désaccords internes et conflits au sein du comité de rédaction.

Le lecteur est également renseigné sur les pratiques et les problèmes de fonctionnement d’une revue qui cherche sa voie, dans une configuration scientifique où le bilinguisme est de rigueur et où la discipline historique prétend à l’hégémonie. L’entretien apporte enfin des éclairages sur les débats menés par les principaux acteurs à propos de l’orientation éditoriale et des difficultés traversées par la revue dans une période d’édification de l’université tunisienne après l’indépendance du pays.

[1] Chercheure à l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine depuis 1982, Université de la Manouba et chercheure associée à l’IRMC depuis 1993.

[2] L’entretien a été publié dans La Lettre de l’IRMC  n°19, juin 2017, pp. 21-28.

Kmar Bendana

Votre nom apparaît pour la première fois dans Les Cahiers de Tunisie en 1956, en tant qu’auteur d’un article. Vous souvenez-vous des circonstances et des détails de ce début ?

Mohamed Talbi : 1956, année de l’indépendance, a été également pour moi l’année de mon retour en Tunisie. J’y avais enseigné auparavant, de manière discontinue, comme instituteur puis comme professeur du secondaire. En 1947, je suis parti en France, pour préparer une licence. Revenu à Tunis en 1949, pour des raisons financières, j’ai enseigné dans le secondaire. A la même époque, avec la création de l’Institut des Hautes Etudes, présidé par Jean Roche, et dirigé en fait par Pierre Marthelot, j’ai été amené à dispenser des cours dans cet Institut. J’ai ainsi fait connaissance avec Pierre Marthelot et, partant, avec Les Cahiers de Tunisie. Ce fut, en quelque sorte, mes débuts dans l’enseignement supérieur et dans la recherche. Auparavant j’avais écrit dans Arabica, revue publiée en France et dirigée par Lévy-Provencal, mon directeur de thèse.

J’étais entré en contact avec le Secrétaire Général des Cahiers de Tunisie, Jean Pignon, un homme de qualité, d’une très grande ouverture et qui aimait la Tunisie. Il était l’un des Français libéraux les plus engagés dans une voie de collaboration et d’amitié avec les Tunisiens. Chez lui comme chez Pierre Marthelot i1 n’y avait rien du colonisateur tel qu’on se le représente habituellement.

Alors que le marxisme était à l’apogée de son audience, Pierre Marthelot était de gauche mais non marxiste, caractéristique rare à l’époque. Ses convictions étaient celles d’un chrétien libéral. Une amitié est née entre nous. Nous étions liés également à un autre chrétien libéral, Hédi-Roger Idriss, français fidèle à ses origines tunisiennes, qui préparait sa thèse sur les Zirides. Le contact avec tous ces enseignants de l’Institut des Hautes Etudes et collaborateurs des Cahiers de Tunisie résume mes débuts dans cette revue tunisienne, dirigée à ce moment-là — c’était inévitable — par des Français. Le directeur en était Jean Roche et le rédacteur en chef, Jean Pignon. Avec Jean Roche, physicien, professeur au Collège de France, j’ai conservé des liens d’amitié bien longtemps après son départ de Tunisie.

Dans cette mouvance, un noyau de Français libéraux recherchaient des contacts avec les Tunisiens dans une perspective favorable à l’indépendance. Celle-ci, comparée à la situation qui a prévalu en Algérie, s’est déroulée dans de bonnes conditions, sans trop de casse ni d’animosité. Durant les années 1952-1956, les chocs, quelquefois violents, étaient amortis à l’échelle de l’Université, où les rapports restaient cordiaux…

K.B : Est-ce vous qui avez eu l’initiative de votre premier article ou vous l’a-t-on demandé ?

M.T. : Il m’a été suggéré à l’occasion d’un colloque sur l’armée, organisé par André Martel, auteur d’une thèse sur la Tunisie, et spécialiste d’histoire militaire. Dans le cadre de cette rencontre, j’ai traité de l’armée à partir de l’exploitation de certaines sources manuscrites disponibles à la bibliothèque Al Abdilliya, qui dépendait alors de la Mosquée de la Zitouna et était installée à proximité de celle-ci.

K.B. : Comment ont évolué vos rapports avec l’équipe qui animait Les Cahiers de Tunisie à leurs débuts ?

M.T. : J’ai dû quitter cette équipe pour repartir en France à la fin de l’année 1956. Je voulais consacrer davantage de temps à ma thèse et aux recherches de documentation, travailler sur des textes que je trouvais difficilement en Tunisie et qui étaient disponibles à la Bibliothèque Nationale à Paris.

K.B. : Vous avez cependant produit des notes de lecture pour les livraisons de 1958, 1959, 1960.

M.T. : En effet, je suis revenu en Tunisie en 1958, au moment de la création de l’Ecole Normale Supérieure de Tunis. Ahmed Abdessalem, le fondateur de l’Université de Tunis et de cette Ecole, était un ami de longue date. Il m’a demandé d’y enseigner, ce que j’ai fait tout en continuant à collaborer avec Les Cahiers de Tunisie. Mais, en 1962, je suis reparti à Paris où j’ai dirigé la Maison de Tunisie, tout en achevant et soutenant ma thèse. En 1966, j’étais de retour en Tunisie.

K.B. : Vous avez pris la direction des Cahiers de Tunisie en 1969. Avec vous s’est constitué un véritable comité de rédaction. Comment fonctionnait alors la revue avec son comité de redaction ?

M.T.: Si mes souvenirs sont exacts, j’ai collaboré avec la revue, dès 1966. Un poste était vacant du fait du départ de Pierre Marthelot en 1962. Ahmed Abdessalem lui a succédé comme directeur tandis qu’André Nouschi remplaçait Jean Pignon à la rédaction.

K.B. : Vous avez donc connu plusieurs rédacteurs en chef. Le premier fut Paul Sebag.

M.T. : Paul Sebag a joué un rôle primordial dans le sauvetage des Cahiers de Tunisie. Lorsque nous l’avons prise en main, elle était agonisante, pour de multiples raisons. L’équipe qui l’avait animée à ses débuts n’était plus là. En outre, il y avait alors pénurie d’articles. L’Université de Tunis venait juste d’être créée et les collaborateurs susceptibles de nourrir scientifiquement une revue étaient peu nombreux. Les Cahiers de Tunisie avaient déjà accueilli beaucoup d’articles d’enseignants étrangers. Dans le creux de la vague, il fallait quelqu’un pour dynamiser la revue. Ahmed Abdessalem a pris la relève de Pierre Marthelot en 1961 et André Nouschi a remplacé Jean Pignon en qualité de rédacteur en chef. Mais Ahmed Abdessalem était surchargé de travail ; investi de la responsabilité de créer une Université, il ne pouvait pas consacrer tout son temps à la revue. André Nouschi, également, était absorbé par les tâches d’enseignement. Or, faire vivre une revue requiert beaucoup de dynamisme : programmer des articles, solliciter des auteurs, sélectionner les textes dans le souci de maintenir un certain niveau. La revue ne paraissait plus que par intermittence. Pour assurer la continuité, on publiait des numéros doubles, triples ou quadruples, souvent peu volumineux. On a eu recours à des “réimpressions”. On essayait de faire l’impossible pour que la revue ne meure pas. Le résultat a été atteint, l’on a sauvé la revue.

K.B. : Comment avez-vous procédé ?

M.T. : Nous nous sommes livrés à un travail de redressement, pour lequel Paul Sebag a joué un rôle capital. Cet homme extraordinaire d’érudition, qui aspirait à la plus grande perfection, n’a malheureusement jamais publié sa thèse. Sociologue apprécié de ses nombreux amis tunisiens et français, -il a produit un grand nombre d’articles sur Tunis. Grâce à son dynamisme et à son dévouement -et à ceux de son épouse qui corrigeait toutes les épreuves et mettait au point les tables analytiques- nous sommes arrivés à faire renaître une revue de qualité, avec un minimum d’imperfections techniques. Progressivement, nous avons réussi à multiplier le nombre de nos collaborateurs et à recevoir de nombreux articles qui venaient de toute part. Sur l’initiative de Paul Sebag, on a également reproduit dans chaque numéro des Cahiers de Tunisie un article ancien, de très grande qualité, ou devenu introuvable.

K.B. : C’est la rubrique “Réimpressions”. Pourquoi a-t-elle été interrompue en 1980 ?

M.T. : On en a beaucoup parlé au sein du comité de rédaction. Elle a été suspendue parce qu’elle exigeait de trouver des articles qui s’imposaient ou que les érudits recherchaient. Cela nécessitait un travail de prospection et de recherche extrêmement long et difficile. Le dévouement des débuts a fait place à la lassitude. On a dû renoncer à cette activité qui relevait plus ou moins de la documentation que de la recherche.

K.B. : Puisque nous parlons des rubriques, expliquez-nous comment se préparait la chronique scientifique, qui a été très riche et très suivie.

M.T. : Dès le départ, sous l’impulsion de Paul Sebag, nous avons considéré que cette chronique scientifique était capitale. Nous en avons débattu au sein du comité qui était désigné par le comité scientifique de la Faculté. Nous avons pensé qu’une revue comme Les Cahiers de Tunisie, pour prétendre tenir sa place dans le monde scientifique, devait proposer non seulement des articles de fond mais également des comptes rendus d’ouvrages de qualité. Le public auquel nous nous adressions était légitimement désireux de se tenir informé sur les publications les plus importantes dans les domaines d’intérêt des Cahiers de Tunisie. Cela a nécessité un investissement dans la mesure où les services de presse étaient tributaires de l’image et de la réputation de la revue chez les maisons d’édition. Paul Sebag a fourni en ce domaine un travail considérable. Par ailleurs, nous avons mis en place des formules d’échange des Cahiers de Tunisie avec d’autres revues. Tout cela a fait l’objet de débats au sein du comité de rédaction.

K.B. : Comment se passaient les réunions du comité de rédaction ?

M.T. : On se réunissait souvent, parfois toutes les semaines, pour trouver les moyens de rendre à la revue sa place. Peu à peu, nous avons reçu en grand nombre, des ouvrages pour compte rendu. Certains numéros des Cahiers de Tunisie rendent compte de la place de plus en plus importante de cette rubrique. Les ouvrages recensés couvraient les sciences humaines (géographie, histoire, sociologie), vecteur choisi par Les Cahiers de Tunisie. Avec la multiplication des ouvrages devant faire l’objet de comptes rendus, s’est posé le problème de leur distribution. Certains livres étaient très demandés alors que d’autres ne trouvaient pas preneurs. Dans certains cas, nous choisissions nous-mêmes, au sein du comité, le collègue auquel nous confierions l’ouvrage.

K.B. : Même quand ce collègue ne faisait pas partie du comité de rédaction ?

M.T. : Oui. Les membres du comité rédigeaient des comptes rendus. Comme ils étaient les premiers à voir les ouvrages, ils pouvaient faire leur choix. Les difficultés survenaient avec les collègues extérieurs au comité. En coulisses, dans les salles des professeurs, nos critères de choix étaient critiqués. L’attribution des ouvrages entraînait des tensions entre collègues qui pouvaient aller jusqu’à l’altercation. Pour couper court aux critiques, nous avons distribué à tous les collègues une liste des ouvrages reçus ; ceux qui désiraient faire tel ou tel compte rendu devaient cocher la case correspondante. Cela n’a rien résolu. Pour certains ouvrages, nous recevions presque ou pas du tout de propositions, tandis que pour les plus chers, les plus beaux ou les plus intéressants, nous étions confrontés à de nombreuses demandes. Ainsi, avec un peu plus d’organisation et de démocratie, on se retrouvait devant la même difficulté. Le comité de suivi tranchait tantôt à l’unanimité, tantôt au prix de grandes tensions. On débattait très ouvertement et on parvenait toujours à une solution. On avait institué un registre de procès-verbaux des débats, à la demande de nombreux collègues.

K.B. : Peut-on prendre connaissance de ce registre ?

M.T. : A vrai dire, je crois qu’il ne s’agissait pas d’un registre mais plutôt de procès verbaux sur papier libre, distribués aux collègues. Je regrette de ne pas les conservés. Les séances de ce comité étaient très animées. Parfois des discussions  acides opposaient Paul Sebag et Béchir Tlili. Ce dernier, homme très dévoué décédé en 1986, était très vif dans ses réactions. Ce n’est pas un hasard s’il a succédé à Paul Sebag. Tous deux étaient tellement préoccupés de la revue qu’ils pouvaient en arriver jusqu’aux frictions.

K.B. : La chronique scientifique était donc une responsabilité consciemment remplie par tous les membres du comité. Et la rubrique “Réimpressions” ?

M.T. : C’était une initiative de Paul Sebag, de même que la rubrique “Etat des travaux et des recherches”, dont je déplore la disparition. Quelquefois, nous prenions des décisions bonnes dans l’absolu mais très difficiles à réaliser. En particulier pour cette rubrique,  nous nous heurtions à la difficulté d’alimenter régulièrement une information sur la vie scientifique. Paul Sebag s’est beaucoup donné à ce genre de tâches qui nécessitent érudition, méthode, esprit de suite… C’était essentiel mais cela dépassait nos moyens.

K.B. : Au cours des dix premières années, on remarque une tendance à concevoir des numéros autour de thèmes assez vastes : la numismatique, l’eau, etc… Petit à petit, la place des varia devient plus Importante. Puis on en vient à la publication de colloques.

M.T. : C’est vrai. Tout cela était le fruit des débats de l’ensemble de la rédaction. Nous avions eu l’ambition de réaliser des numéros sur des sujets déterminés afin de susciter des recherches, impulser celles-ci plutôt que de subir, en ordre dispersé, les propositions des uns et des autres. Mais cette ambition s’est avérée excessive par rapport aux moyens qui s’offraient.

K.B. : Les moyens du comité ou le paysage de la recherche ?

M.T. : Par rapport aux deux… Chaque thème exigeait de disposer de spécialistes en nombre suffisant et qui acceptent de produire pour la revue un article sur commande. Pour nourrir des numéros différents et pointus, il était aussi difficile de trouver les spécialistes,  de les persuader de participer. Nous y avons quelquefois réussi mais nous avons dû renoncer à une entreprise au-dessus de nos moyens. Notre université était trop petite à ses débuts, et nous avions vu trop grand pour ses débuts. Cette formule serait plus réalisable aujourd’hui. Nous avons maintenant plusieurs universités et disposons de spécialistes dans de nombreux domaines des sciences sociales. De plus, la revue s’est ouverte sur d’autres disciplines, comme, par exemple, la philosophie, qui n’étaient pas inscrites dans sa ligne directrice de lancement.

K.B. : Mais elle s’est fermée à la littérature qui, en revanche, figurait dans les premiers numéros.

M.T. : Oui. Aujourd’hui, les nouveaux responsables des Cahiers de Tunisie pourraient tenter de monter des livraisons thématiques… Mais les échos que j’en ai ne me permettent pas d’être optimiste. La revue ne dispose toujours pas d’une masse suffisante de propositions de bons articles. Les jeunes collègues sont absorbés par leurs thèses, d’autres sont sollicités à l’étranger parce qu’ils s’y sont fait connaître entretemps ; lorsqu’ils travaillent pour des colloques internationaux, leurs recherches vont ipso facto aux Actes de ces rencontres.

K.B. : Selon vous, la scène universitaire tunisienne serait partagée par des célébrités et des chercheurs qui achèvent leurs thèses ?

M.T. : Non. Mais l’université est quand même jeune. Le nombre d’universitaires occupés par la préparation de leur thèse est très élevé. Ceux qui ont soutenu la leur et ne sont pas trop sollicités par la recherche internationale ne sont pas nombreux. Or, ce sont ces chercheurs qui pourraient nourrir une revue d’une manière soutenue… Cependant, la revue continue et c’est là l’essentiel. Je dis toujours à mes collègues de ne pas se montrer trop exigeants, tout en évitant les publications qui n’apportent rien et porteraient tort à la revue. Il faut rechercher une ligne moyenne qui maintienne la réputation des Cahiers de Tunisie.

K.B. : Il y a eu, sous votre direction, des tentatives d’ouvrir Les Cahiers de Tunisie à l’Afrique.

M.T. : Nous avions essayé de nous ouvrir sur l’Afrique subsaharienne, le Sénégal par exemple. Nous avions l’ambition de promouvoir la recherche africaine et d’entretenir des échanges l’Afrique noire pour donner davantage de rayonnement aux Cahiers de Tunisie. Nous souhaitions leur ouvrir un nouveau marché, leur faire une place dans les différentes universités africaines qui trouveraient ainsi dans la revue une matière les concernant. Cela n’a pas été une réussite : nous avons bien publié quelques articles de collègues de pays d’Afrique subsaharienne, mais cela n’a jamais été probant. Dans l’ensemble, je pense qu’il y a trop peu d’articles émanant de collègues européens et étrangers.

K.B. : Dans une perspective chronologique longue, on passe d’une revue de sciences humaines (géographie, histoire, sociologie) qui touche à la littérature et à la philosophie à une revue qui les abandonne en cours de route en affermissant la place de la discipline historique. J’aimerais connaître votre sentiment à ce sujet, même a posteriori.

M.T. : Cette évolution est le fruit des débats au sein du comité de rédaction des Cahiers de Tunisie. Par souci de qualité et d’ouverture, nous cherchions à publier des textes scientifiquement valables à un niveau international, ce qui était une très grande ambition. Une revue scientifique de qualité à Oxford ou à Paris est possible, dans la mesure où vu le vaste champ culturel couvert est vaste. Mais dans un pays de tradition universitaire récente, ce n’est ni évident, ni facile. Nous ne pouvions donc pas publier tout ce qui nous était proposé. Au prix de très sérieux ennuis, nous avons refusé des articles, demandé des corrections, relu des textes au sein d’un comité en désaccord, soumis des articles à des spécialistes extérieurs au comité voire à des collègues étrangers. Tout cela rendait délicats les débats de la rédaction des Cahiers de Tunisie et nous a conduits à opérer des choix. Ainsi, par exemple, après la création d’une revue littéraire à la Faculté des Lettres, nous avons décidé de ne plus publier d’articles de littérature Nous avons agi de même, après le lancement d’une revue de géographie, qui parait toujours.

K.B. : Ces décisions de publier de nouvelles revues ne découleraient-elles pas précisément du fait que certains articles ne trouvaient pas leur place dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : C’est possible…

K.B. : Pourtant Les Cahiers de Tunisie se sont posés, dès le départ, comme une revue de sciences humaines.

M.T. : Avec Pierre Marthelot comme géographe et Jean Pignon comme historien, il y a eu en effet une conjonction entre ces deux disciplines. Pour prendre le relais de la Revue tunisienne, revue de sciences humaines et en particulier, Les Cahiers de Tunisie, se sont définis comme une revue de géographie, d’histoire et de sociologie. Ce créneau n’a pas été toujours tenu avec rigueur. Il y a eu des tentatives  vers la littérature qui touche aux sciences humaines. Cette discipline n’est pas seulement rhétorique ou style, elle recouvre également un contenu. Il y a donc eu des flottements. Tantôt on voulait mettre l’accent sur les sciences humaines au sens strict, tantôt on pensait à une ouverture vers la philosophie… En effet, pourquoi la sociologie et non la philosophie ? Aussi avons-nous demandé à des philosophes de siéger parmi nous.

K.B. : La sociologie avait eu sa place dans la Revue Tunisienne.

M.T. : On se disait alors que la sociologie avait sa revue et son institution avec le Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales (CERES). En tant qu’historiens, nous avions, certes, fait partie du CERES. J’avais même été chargé d’y diriger un département d’histoire. En introduisant cette discipline au CERES et en publiant les textes relatifs à l’histoire dans les collections de ce Centre, il y avait une certaine osmose.

K.B. : Quelles sont les disciplines les plus présentes dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Cette définition disciplinaire a été toujours été liée aux fluctuations de l’enseignement supérieur en Tunisie, par exemple, lorsqu’un département de psychologie et de pédagogie se crée, il y a là un nouvel espace de création d’articles pour la Revue. A l’inverse, lorsque celui-ci disparaît, cet espace se rétracte. Si un institut spécialisé de pédagogie se crée ailleurs a avec sa revue et ses moyens propres, nous sommes obligés de nous aligner sur cette évolution.

K.B. : Vous parlez là d’institutions créées en dehors de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Or, celle de Al Hawliyyat s’est faite au sein de cette même Faculté. Quels étaient les rapports entre Al Hawliyyat et les Cahiers de Tunisie, deux revues d’une même institution ?

M.T. : Il n’y a pas eu de problèmes. Al Hawliyyat publient en arabe tandis que Les Cahiers de Tunisie, pendant longtemps, n’ont accepté que des articles en français, très rarement en anglais, en italien ou en espagnol. Les Cahiers de Tunisie avaient plus de vingt ans d’âge quand le comité de rédaction a décidé de l’arabiser et cela, en rapport avec l’enseignement : pendant longtemps, l’Université de Tunis, à l’exception de la section d’arabe, a eu recours au français comme langue d’usage. Moi-même, j’ai enseigné l’histoire en français avant de dispenser mes cours en arabe. Le premier texte en arabe est paru dans la revue en 1978.

K.B. : Etes-vous le premier auteur tunisien à avoir publié dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Tant que la langue française était prédominante et que nos collègues français étaient les plus nombreux, il n’y avait presque pas de contributions tunisiennes. Les articles étaient signés André Nouschi, André Martel, Jean Ganiage, Jean Pignon. L’arabisation a été discutée au sein du comité et affichée sur la couverture des Cahiers de Tunisie en 1978. Ce souci d’ouverture à l’arabe peut apparaître aujourd’hui comme-très tardif. Il n’en a pas moins été un sujet de débat au sein du comité, divisé à ce sujet. Nous aspirions à devenir une revue internationale et nous avons estimé que la place d’une revue en arabe venait d’être prise par Al Hawliyyat.

K.B. : La nouvelle revue Al Hawliyyat publiait également des articles d’histoire…

M.T. : Oui. Dans une certaine mesure, on peut dire qu’il y a eu concurrence puisque Al Hawliyyat ne publiaient pas uniquement autour de la littérature. L’arabe leur était réservé pour ainsi direz  tandis Les Cahiers de Tunisie conservaient, maintenaient avec le français, un profil de revue “internationale”.

K.B. : La langue d’expression des articles a-t-il été le seul critère de distinction entre Al Hawliyyat et Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : En principe, Al Hawliyyat s’occupaient de littérature arabe avec un regard porté sur la “civilisation”. Or, on ne peut prétendre étudier et comprendre la civilisation sans avoir recours à l’histoire, sans aller au-delà de l’événementiel. En histoire, l’événementiel prime de moins en moins : pour l’Ecole des Annales, pour Fernand Braudel, le plus important réside dans les mouvements lents qui permettent de comprendre le passé. Al Hawliyyat et Les Cahiers de Tunisie avaient des points communs et des différences. Dans la première de ces revues, on ne peut pas trouver d’article sur les lainiers en Italie au XIVe siècle par exemple, tandis que la seconde ne publierait pas un article sur la philologie ou la linguistique.

K.B. : Il y a cependant eu des versions d’un même article dans les deux revues…

M.T. : Cela est arrivé parce que des collègues voulaient publier leurs textes dans les deux langues, alors que tout article se doit d’être inédit. Toutefois, cette exigence est parfois difficile à faire respecter dans les faits… La gestion au jour le jour avait ses difficultés. II fallait accepter des compromis et le résultat se reflétait quelquefois dans l’aspect et le niveau général de la revue.

K.B. : Dans ce comité où les débats tiennent une grande place, qui s’occupait des aspects pratiques ? Qui assumait la préparation technique de la revue ?

M.T. : La fabrication des Cahiers de Tunisie était une source quotidienne d’ennuis et de soucis de tous genres, qu’il s’agisse des problèmes budgétaires ou des rapports avec les imprimeurs et les éditeurs. C’est l’Imprimerie Officielle, avec sa bureaucratie, qui nous a donné le plus de mal. Une fois le manuscrit confié à l’imprimerie, on ne savait jamais quand la revue allait paraître. Nous passions toujours après les imprimés administratifs. Le secrétaire général de la revue puis le rédacteur en chef étaient littéralement “submergés”. Il leur fallait se battre tous les jours pour que la revue fût prête dans des délais acceptables. Elle ne paraissait jamais aux dates prévues ; des retards énormes survenaient toujours au cours de cette phase technique. Paul Sebag, Béchir Tlili, Mounira Chapoutot, autres rédacteurs en chef de la revue, ont beaucoup œuvré pour que la fabrication se déroule dans de bonnes conditions.

K.B. : Quand vous devenez le directeur de la revue en 1969, celle-ci change de couverture. Avez-vous gardé le souvenir de la préparation de cette couverture ?

M.T. : C’est Paul Sebag qui a suscité le changement de couverture car il estimait que «  le temps du chameau était terminé. Certes, la couverture était très belle, mais elle appartenait à une époque révolue. Pour en finir avec la vision folklorique de l’Arabe liée au chameau ou à un dessin berbère, il fallait remplacer l’ancienne couverture. Paul Sebag a contacté des dessinateurs qui nous ont proposé des maquettes puis nous avons procédé à un choix, en comité.

K.B. : Cette couverture demeurera jusqu’en 1992. A-t-il été question de la changer avant cette date?

M.T. : Seulement quand nous avons voulu paraître dans les deux langues. Nous avons alors discuté pour que la couverture fût bilingue. Le dernier changement de 1992 est venu à point. Une revue doit évoluer dans sa présentation-, sinon elle est menacée par la routine. Un effort considérable a été fourni depuis cette date pour la rénovation de l’ensemble et pour une parution sous une forme mieux adaptée au marché, aux idées actuelles etc… Il faut qu’une revue, de temps en temps, change de maquette.

K.B. : Comment jugez-vous, aujourd’hui, l’expérience des Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Je pense que la revue se livre à un effort continu d’adaptation. Il faut qu’une revue soit vivante, qu’elle s’adapte. Le nouveau comité prend les initiatives nécessaires en ce domaine. La revue a actuellement un aspect plus attrayant.

K.B. : Les Cahiers de Tunisie nous avaient habitués à une revue d’historiens. L’orientation récente ne tente-t-elle pas -de réserver une plus grande -place aux autres disciplines enseignées à la Faculté ?

M.T. : Ce choix avait été opéré lorsque je dirigeais la revue. Il n’y a pas eu de virage mais un équilibrage. Nous étions déjà ouverts à des textes de philosophie, par exemple.

K.B. : Mais vous conviendrez que la place relative de l’histoire était dominante.

En effet, aujourd’hui encore, le directeur de la revue est historien, et la revue continue à privilégier l’histoire, ce qui, à mes yeux, est normal. Mais tout en continuant à le faire, elle ne veut pas s’y cantonner parce que les sciences humaines englobent d’autres disciplines que l’histoire. Par fidélité à la vocation de la revue, il faut que l’histoire ait sa part. Toutefois, Les Cahiers de Tunisie n’ont jamais été exclusivement une revue d’histoire, comme les Annales par exemple jusqu’en 1994[1].

K.B. : A travers la structure du comité de rédaction et son contenu, on constate également une forte présence de la discipline historique au détriment d’autres : la psychologie, les littératures française et anglaise avaient été peu à peu réduites à la portion congrue dans les derniers numéros des Cahiers de Tunisie, avant le changement de 1992.

M.T. : Dès le départ, l’histoire a été une discipline dominante et elle l’est restée. Toutes les ouvertures ont cherché un équilibre en faveur d’une plus grande représentativité des autres sciences humaines, tout en gardant son importance à l’histoire

K.B. : Est-ce pour vous lié à une corporation dominante ou est-ce un problème strictement scientifique ? La Faculté ne serait-elle pas une institution où les historiens ont une place plus importante, plus voyante ?

M.T. : Il est très difficile de distinguer entre les deux aspects, l’un scientifique et l’autre corporatif. Il est évident que dans Les Cahiers de Tunisie, l’histoire a eu une part importante dès le départ, avec Jean Pignon. Ce n’est pas un hasard si le directeur des Cahiers de Tunisie a toujours été par la suite. un historien. On peut juger aujourd’hui que l’histoire reste envahissante dans Les Cahiers de Tunisie, mais c’était un choix. Je parle subjectivement : l’histoire, est, dans les sciences humaines, la discipline la plus importante. C’est mon point de vue d’historien. Un sociologue me contesterait peut-être, mais je ne peux m’empêcher de considérer que les sciences humaines sont très largement historiques, regardent vers le passé. Certes, les sciences d’actualité, comme la sociologie ou la pédagogie, ont leur importance, mais les sciences humaines prennent en charge tout le passé de l’humanité.

K.B. : Croyez-vous qu’il n’y a que les historiens qui puissent parler du passé ?

M.T. : Par définition, un historien fait de l’histoire ; il ne peut pas parler de l’actualité.

K.B. : Un philosophe aussi regarde le passé, tout comme un texte littéraire charrie une part d’histoire.

M.T. : Oui. Il y a une histoire de la philosophie mais elle n’en est qu’une petite partie. La philosophie est surtout une pensée vivante sur l’actuel. Si Michel Foucault est un grand historien, c’est parce qu’il n’est pas seulement un historien de la philosophie.

K.B. : Cela n’exclut pas que la philosophie soit représentée dans une revue comme Les Cahiers de Tunisie.

M.T. : Mais nous sommes ouverts à la philosophie ! Nous l’avons toujours considérée comme une science humaine extrêmement importante ! Elle est une réflexion vivante et actuelle sur les phénomènes humains dans leur sens le plus large. Les plus grands philosophes étaient des créateurs et non pas des historiens de la philosophie. L’histoire revendique pour elle tout ce qui s’inscrit dans le passé, y compris la philosophie. L’histoire des idées est une part extrêmement importante de l’histoire. Les historiens qui ont étudié l’histoire de la pensée font peut être concurrence aux philosophes lorsque ces derniers se font historiens : la pensée de Spinoza, par exemple, fait partie du passé. Elle tombe ipso facto dans le domaine de l’histoire et le philosophe qui étudie des idées du passé se fait malgré lui historien. De même, il y a des domaines communs entre l’histoire et la démographie, lorsqu’il s’agit de démographie historique. L’historien est toujours amené à chasser sur le territoire d’autres disciplines, c’est inévitable.

K.B. : Pensez-vous que Les Cahiers de Tunisie doivent refléter la recherche, en particulier dans les relations qui régissent les différentes disciplines entre elles, quitte à ce que certaines prennent plus de place que d’autres ?

M.T. : Si les collègues qui prennent actuellement en charge la revue me demandaient mon avis, je leur dirais que Les Cahiers de Tunisie ont un devoir, celui d’être dynamiquement fidèles à leurs origines : que la revue ne néglige jamais l’histoire et pas seulement l’histoire événementielle, mais également celle des idées et des institutions, de la civilisation et de la pensée humaine. A mon avis, mais ce n’est peut-être pas celui des dirigeants actuels, il faut “naviguer” avec cette revue, de telle sorte qu’elle puisse retrouver son impulsion première : celle d’une revue de sciences humaines où l’histoire occupe une place extrêmement importante, sinon prédominante.

[1] Fondée en 1929 par Marc Bloch et Lucien Febvre, la revue Les Annales, Histoire, Sciences Sociales (1929-1938), a changé plusieurs fois de titre qui comportait le mot Histoire, sauf celui publié entre 1946-1993sous le titre : Annales, Economies, Civilisations ou Annales ESC. Le dernier  (1994) paraît sous le titre : Annales, Histoire, Sciences Sociales ou Annales, HSS.

Publié dans Rawafid n° 21, ISHTC, Université de La Manouba, 2016, pp. 109-123 et sur la Lettre de lIRMC n° 18, pp. 21-28.

L’émergence de l’histoire : entretien

“The Uprising of History” – Interview with Kmar Bendana

Transcription de l’entretien

Alix Winter: Kmar Bendana, bonjour.

Kmar Bendana : Bonjour

A.W: Je suis ravie de vous accueillir ici pour l’interview. Vous êtes historienne à l’Université de Tunis

K.B : Oui de la Manouba

A. W: Et vous travaillez comme historienne, sur l’histoire, l’histoire de la Tunisie depuis plusieurs années. Vous êtes particulièrement intéressée par des questions d’historiographie et par le rapport entre un narratif historique et le pouvoir politique. Ces questions sont intéressantes sur fond d’une histoire partagée dans un contexte de rapports coloniaux entre la France et les pays au Sud de la Méditerranée -que l’on appelle en général le Maghreb-. Mais dans votre pays, ces questions prennent de l’ampleur surtout depuis les changements de pouvoir politique, suite à ce qu’on a appelé le « Printemps Arabe ». En quoi s’expriment les enjeux du politique sur l’historiographie selon vous ?

K.B : Aujourd’hui en Tunisie, on voit qu’il y a une sorte de retour à l’histoire sur la scène politique … ça fait partie de ce que l’on appelle le uprising; c’est-à-dire que beaucoup de choses émergent à la surface. J’ai l’impression en tant qu’historienne, que l’histoire était un peu enfouie avant, un peu comme sous la dictature. Peut-être parce que c’était un régime politique qui phagocytait ou qui confisquait toute l’histoire. Du coup, avec l’explosion qu’on a connue en 2011, une explosion politique, l’histoire aussi ré-émerge. Pour moi, en soi, c’est un enjeu très important, parce que c’est enjeu de ré-émergence peut-être de la capacité de raconter l’histoire, d’intervenir sur l’histoire, de parler du passé. Je pense qu’un des premiers enjeux -et c’est peut-être propre à la Tunisie, mais peut aussi faire réfléchir sur d’autres contextes- le retour de l’histoire au premier plan fait partie de plein d’autres phénomènes concomitants, qui arrivent ensemble. A cause d’abord de l’explosion de parole, la libération de la parole. Je placerai cet enjeu en tête, dans la mesure où la parole libérée aujourd’hui, libère aussi un besoin de parler de l’histoire, de revenir à l’histoire et de revenir au passé, ça me semble un enjeu extrêmement important. Mais c’est un aspect qui n’exclut pas beaucoup de désordre. Je suis d’accord, je pense que c’est assez troublant. Quand on est historien, on est aussi frappé par ce désordre. On a l’impression que tout est au même plan. Mais je pense aussi que c’est à cause de ce désordre, et parce que nous sommes aussi au tout début -il n’y a que cinq ou six ans que ces choses-là se passent- et que nous ne sommes pas habitués à la parole… tout ça est très mélangé. Mais comme citoyenne, et comme historienne, je suis assez heureuse de ça. C’est-à-dire que je trouve ça assez positif pour le moment. Parce que ça veut dire qu’il y a une demande d’histoire, il y a un besoin d’histoire, mais il y a aussi un besoin de comprendre, de voir d’où l’on vient, comment ça s’est passé, etc. Je suis assez frappée aussi par ça aussi dans la jeunesse. Je parle bien sûr de la jeunesse instruite, de la jeunesse éduquée, des jeunes que je rencontre, les jeunes étudiants, ou à l’école etc. Mais je pense que c’est assez positif. Parce que c’est une sorte de questionnement qu’ils adressent à la fois aux adultes, à leur société, à leurs politiciens. Et cette demande-là qui vient d’en bas, qui vient de cla  jeunesse d’en bas, je la trouve assez saine. En tous cas, elle nous interpelle et peut être un enjeu, pour le moment, assez positif.

A.W: Parce que ce resurgissement de la parole concerne notre quotidien ?

K.B: Mais oui bien sûr ! Parce que notre histoire a aussi été pas mal confisquée par les politiques, par l’autoritarisme, etc. Donc c’est un peu un retour vers la base, car la base a de nouveau quelque chose à dire.

A.W: Ça remet en pouvoir…

K.B : Voilà ! Et ça, ça me plaît bien.

A.W: Pour revenir à des questions plus générales, quel rôle jouent les historiens dans la construction d’un narratif ? parce qu’ici vous parlez plus d’un discours public.

K.B : Un discours public, citoyen.

A.W: Quel rôle vous donnerez aux historiens, ou plutôt quel rôle devraient jouer les historiens ?

K.B : Je ne sais pas si on peut dire aux historiens ce qu’ils doivent faire. Je suis historienne mais je fais partie des historiens universitaires. Je pense qu’ils ont un travail à faire, en tous cas de mise en ordre de tout ça ; de comprendre un peu tous ces discours, de les mettre chacun dans son registre, de comprendre ce que chacun veut dire et où il se situe. Mais peut-être qu’il revient aux historiens en premier de comprendre qu’ils ne sont pas seuls. C’est un rôle d’humilité. Les révolutions ça vous rend très humbles d’une certaine manière. Notre rôle à nous, les historiens, même si on n’a pas fait grand’chose encore, parce que cela fait six ans que ces choses-là se passent et que c’est assez court, on est mis un peu devant la difficulté de la question et peut être devant la certitude que nous ne sommes pas les seuls à pouvoir parler d’histoire, que nous n’avons pas le monopole de cela, et qu’il faut que nous méritions notre place. Mais laquelle ? Nous devons être de bons enseignants, nous devons être de bons chercheurs, nous devons être très exigeants sur la méthode, nous devons aussi être internationaux, parce que nous ne pouvons pas seulement parler à notre public local. Nous devons garder aussi une certaine performance technique si je puis dire, et professionnelle, c’est pour ça que je suis contente d’être dans un workshop comme celui d’ici. Nous devons devenir meilleurs. C’est plus une assignation à l’excellence et à la compétence. Mais je ne sais pas si on peut avoir un programme de contenu précis pour le moment. Je crois que nous devons être plus à l’écoute de ces discours historiens différents, pour essayer de les comprendre et nous devons faire mieux notre travail à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

A.W: Je voulais en venir au workshop mais vous avez déjà commencé à le mentionner. Malgré cette relativisation du rôle de l’historien qui doit être à l’écoute d’autre discours et acteurs sociaux, qu’est-ce que vous attendez d’un groupe d’historiens internationaux comme celui qui se regroupe lors de ce workshop ? En quoi peut-il influencer un débat ou participer à ce discours, concernant le discours officiel politique d’un pays sur l’histoire, en quoi un groupe international comme ça …

K.B : Ce qui m’a intéressé dans ce workshop, c’est d’abord le sentiment de ne pas être seule en tant qu’historien[ne]. Dans votre pays, vous ne pouvez pas vous réclamer d’être historien, cela n’a pas beaucoup de sens. Lors d’une révolution, cela n’a pas de poids, c’est un peu dérisoire. Etre historien ne veut rien dire dans un pays en révolution. Ce qui est important c’est d’être un citoyen, c’est plus important, il y a des priorités. Et du coup votre métier passe au second plan, peut être. Mais là, je suis très contente parce qu’il y a des gens comme moi. Je suis autour d’une table où il y a des gens qui font le même métier et qui ne parlent que de cela, avec leur background. Cette relation entre un historien et son background me semble très importante aujourd’hui et peut apporter à chacun d’entre nous. C’est-à-dire que chacun de nous doit être historien comme on doit l’être, c.a.d que c’est un même métier, un métier commun que nous exerçons avec des tas de différences, qui viennent justement de nos contextes de travail, de nos contextes politiques. Par exemple aujourd’hui, j’ai été très frappée par la différence entre les historiens européens et les historiens qui viennent du sud de la Méditerranée. Et je pense que faire ce constat à propos du métier, de la manière de le faire, de son utilité, et des moyens que l’on a pour le faire – parce que c’est un problème de moyens aussi, de moyens intellectuels, de moyens techniques, de moyens économiques- et donc de s’asseoir ensemble, entre historiens du nord de la Méditerranée et du sud, ça vous remet en place, et vous montre quelles sont les différences entre nous. On fait le même métier, mais quand même avec des moyens et des inégalités très grandes. Cela vous unit un peu, ça vous fait comprendre, ça vous précise ce que vous pouvez faire chez vous, dans votre pays et donc c’est très utile pour moi et je suis très contente, peut-être parce que je viens d’un pays en processus révolutionnaire, de pouvoir à la fois me sentir faire le même métier que d’autres, de sentir le poids de contextes politiques, et le poids de l’histoire sur notre métier. Par exemple je suis Tunisienne, j’ai été formée en Tunisie et aussi en France, une formation double, mais d’écouter parler des Allemands ou des Turcs, je pense que ça permet de comprendre que l’histoire est une discipline qui a une histoire elle-même. Pas seulement une histoire des idées, mais une histoire des institutions, une histoire de l’imprimerie, une histoire du livre et pas seulement une histoire politique ou une histoire du nationalisme. Et ça c’est très enrichissant, parce que c’est intuitif. Vous n’avez pas besoin de lire des livres pour sentir ça, pour apprendre ça et pour le voir. Donc vous vous situez encore mieux, y compris dans l’inégalité, parce que je trouve qu’il y a une inégalité profonde entre les historiens du nord et les historiens du sud. C’est une inégalité de fait et je pense qu’il faut aussi l’exploiter d’une façon positive, pour réfléchir ensemble, à la fois au métier, à la manière de le faire, aux méthodes, et à la manière dont on peut aussi s’enrichir des historiographies plus riches que les nôtres. C’est très utile.

A.W: Pour suivre/rebondir un petit peu sur ce point : au-delà de cet enrichissement que vous expérimentez ici, est-ce que vous pensez, ou rêvez qu’il y a une possibilité à partir de ce groupe puis après prendre quelque chose de cette expérience et de cet échange et changer quelque chose dans l’enseignement de l’histoire, dans les pays respectifs ? Est-ce que vous voyez une chance pour ça ?

K.B : Des groupes comme celui-ci sont toujours utile parce que ça pousse à la réflexion, cela fait des contacts. Mais pour les perspectives méditerranéennes, je pense qu’il faudrait qu’on soit plus maghrébins. Ça, je peux le dire dans un groupe comme celui-ci. Je pense que le Maghreb est un peu oublié, à la fois comme aimant politique…On pense aujourd’hui à la question de la guerre en Syrie, aux réfugiés subsahariens, c’est tout à fait naturel pour l’Europe. Mais on ne pense pas assez à mon avis que nous sommes une sorte de « petite internationale scientifique ». C’est tout ce que l’on peut faire. Je vous ai dit tout à l’heure qu’il faut être humble et rester à sa place. Peut être aussi que pour faire des études méditerranéennes, il faudrait plus faire attention aux scientifiques maghrébins, qui ne sont pas du tout connus. C’est-à-dire qu’on a tendance à penser aux grands problèmes politiques qui sont énormes pour nos sociétés, les massacres, les réfugiés, les guerres. Mais nous ne nous connaissons pas assez entre scientifiques. Et je suis assez frappée par cela depuis 2011, j’y fais de plus en plus attention, on ne cite absolument pas les scientifiques maghrébins. Je pense qu’il y a une sorte d’attirance vers le Moyen-Orient. On dit que le Moyen Orient ou l’Egypte c’est une « passion française »…mais on ne pense pas qu’il y a des scientifiques maghrébins qui vivent en France ou en Europe et qui écrivent un peu partout. Y compris aux Etats Unis, ils sont rarement présents. Ce que j’attends de ce genre de groupe, c’est peut-être de rééquilibrer la vie scientifique. C’est plus modeste certes, mais on peut l’atteindre. Pour le reste, on peut faire un travail de longue haleine, un travail de base, dans nos universités à nous qui sont des universités en crise et en difficulté,…ça n’exclut pas le travail chez nous, à la base, le travail local. C’est immense, c’est un chantier immense. Je vous ai dit que la Tunisie est en révolution ; la révolution n’est pas encore entrée à l’Université et on a beaucoup à faire. Et ce qui me semble important à travers ce genre de groupes, c’est d’arriver à une sorte d’ égalité scientifique, à une équité. Une plus grande équité scientifique et une plus grande inter-connaissance des scientifiques, parce que là aussi il y a de grands points aveugles. En Europe, il y a du travail qui est fait parce qu’il y a bon nombre d’historiographes qui travaillent à cela. Dans nos pays, c’est encore difficile, mais en même temps je pense que c’est déséquilibré aussi entre le Maghreb et le Machrek, même par rapport à l’Europe aujourd’hui.

A.W: Dernière question, peut-être un peu provocatrice, face à un workshop qui propose d’introduire les perspectives méditerranéennes dans l’enseignement de l’histoire, en quoi pensez-vous que cela soit nécessaire et progressiste dans le cas de votre pays ? Quels avantages apportent des études régionales (si on prend la Méditerranée comme une région) par rapport à une approche d’histoire partagée plus générale ?  Je pense la Tunisie pourrait très bien écrire une histoire ou mettre en exergue les échanges avec l’Afrique Subsaharienne. Quel avantage vous voyez dans cette approche ?

K.B : Je pense à un avantage presque naturel. La Tunisie comme je l’ai dit, a une histoire assez nationale et puis c’est toujours l’histoire d »es relations de la Tunisie avec la France », « les relations de la Tunisie avec l’Empire Ottoman »… Je pense que cette perspective de relations est un peu vieille et épuisée et qu’il faudrait mettre un peu plus d’horizontalité sud-sud, d’abord avec le Maghreb, parce que nous n’avons pas assez d’échanges ni d’étudiants, ni de programmes, ni d’échanges inter-universitaires. C’est une question politique et économique et il faut absolument l’aborder. Nous n’avons pas une histoire inter-maghrébine. Et faire de l’histoire inter-maghrébine, c’est un peu faire l’histoire de la Méditerranée, mieux la faire en tous cas. C’est un gain. Il faut faire l’histoire avec la Libye par exemple ou l’Egypte qui ne sont pas assez étudiées sur le plan historique. Je pense que nous gagnerions, surtout pour la Tunisie, parce que nous sommes en révolution, je pense que nous devrions changer notre regard sur nous-mêmes et sur les autres, un regard qui ne serait plus un rapport de ‘’nouvellement décolonisé’’. En Tunisie, le prisme français est trop important même s’il commence à faiblir et à être un peu remis en question. Mais il ne doit pas être remis en question en laissant du vide mais en faisant le plein justement avec une histoire régionale sud-sud, pour que le rapport sud-nord soit un peu pallié. Parce qu’il y a ce déséquilibre dont je parle et dont la Tunisie est un peu un cas typique. Nous avons tout à gagner pour ouvrir des perspectives méditerranéennes mais encore une fois avec les possibilités qui s’offrent à nous à l’est et à l’ouest du pays. Nous ne faisons pas assez d’histoire partagée. Avec le Maghreb et avec le Machrek.

A.W: Merci beaucoup Kmar Bendana et bon workshop

K.B : Merci à vous

Berlin, Le 26 juin 2017, en marge de l’Explorative workshop « Mediterranean perspectives in school History teaching », 26-27 juin 2017, Forum Transregional Studen.

Transcription : Yamina Mechri

Modernité et émancipation

Dans mes souvenirs d’enfance, le 25 juillet est un jour férié. Pour la Tunisie, c’est une date qui symbolise le passage d’une monarchie de plus de 250 ans à une république. Le 25 juillet marque un passage choisi par l’élite politique tunisienne pour entrer dans la modernité ; un temps fort qui revêt plusieurs significations d’autant qu’une lecture de la République a été réactivée après la chute du régime en 2011[1].

Deux voies

Entre l’indépendance, en 1956 et la proclamation de la République, en 1957, deux voies ont été débattues pour ériger un Etat moderne ; celle d’une monarchie constitutionnelle, formulée depuis 1920 par les acteurs politiques se prévalant d’une idéologie nationaliste et celle d’une République, préconisée au lendemain de l’indépendance, par Bourguiba et le Néo Destourhttps://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9o-Destour, parti vainqueur de la lutte nationale. Sur les 3,5 millions de Tunisiens en 1957, peu savaient lire et écrire, alors qu’aujourd’hui les débats sont impactés par la démocratisation des réseaux sociaux. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le choix d’une République a été l’objet de controverses, notamment dans les colonnes du journal l’Istiklal (septembre 1955- avril 1960). La question du constitutionnalisme sur le modèle anglais a été abordée avec un solide argumentaire mais la culture politique fera que la Tunisie optera pour le référentiel français, un mode de faire qui lui était plus familier.

Similitudes

Par un effet de retour des mémoires – caractéristique des transitions où tout se bouscule – et dans le souci de nommer les choses, certains évoquent, avec l’adoption de la constitution de 2014, une « deuxième République ».  Du point de vue des historiens, il faut du temps pour affirmer un tel passage. La République est un régime politique qui met en avant des principes de représentation dont découlent des procédures de vote. On peut cependant voir des similitudes entre les deux périodes.

A l’indépendance, le régime beylical rattaché à un empire Ottoman défunt et préservé par le protectorat, était en bout de course, comme celui de Ben Ali en 2011. La République en 1957, représentait un progrès et symbolisait une sortie de l’aliénation, une forme d’émancipation. Dans la volonté de rupture avec 252 ans de monarchie et un système politique dépassé, le paradoxe de l’histoire fait que l’instauration d’un nouveau modèle de pouvoir se double du « passage en force légaliste » d’un homme, Habib Bourguiba avec son parti, le Néo Destour. Les règles de séparation du pouvoir ont été observées avec un premier acte essentiel, celui d’une assemblée constituante qui, comme celle de 2011, a passé beaucoup plus de temps à revoir et à promulguer des lois, qu’à rédiger la constitution.

Signes annonciateurs

Dispositif classique de la politique, le changement progressif par les textes a petit à petit rogné et sapé le pouvoir du Bey. Entre 1955 et 1957, une série de mesures législatives ont organisé les pouvoirs publics, comme l’a fait la « petite constitution » du 6 décembre 2011 : le pouvoir exécutif a ainsi été retiré à Lamine Bey (intronisé en 1943) et transféré à son Premier Ministre Bourguiba. Plusieurs signes annonçaient la mutation : les armoiries, modifiées par décret, effaçaient le symbole de la monarchie ; de nombreuses lois diminuaient les prérogatives  du Bey comme les biens acquis par sa famille ; des faits en apparence anodins, comme l’annulation de la fête du trône le 15 mai 1957, indiquaient la fin d’un processus visant à pousser le monarque vers la sortie.

Lamine Bey, 19ème monarque de la dynastie husaynite,  n’abdiquera pas, il sera déposé par Bourguiba, devenu au grand jour l’homme fort du pays, à la suite de la proclamation officielle de la République par l’assemblée constituante.

Le verrouillage effectué en 1963 par Bourguiba et gelant le débat politique a eu des conséquences jusqu’à aujourd’hui.

Tribune parue dans Jeune Afrique, n° 2950, juillet 2017, p. 53.

[1] Rappelons aussi que le député Mohamed Brahmi a été assassiné le 25 juillet 2013

Ecrire une charte universitaire tunisienne

Le dernier colloque de l’Association tunisienne de défense des valeurs universitaires (ATDVU créée en octobre 2012) intitulé Libertés académiques et chartes universitaires (19 et 20 février 2016) a posé des jalons pour discuter et écrire une charte universitaire tunisienne. Les 16 interventions de la rencontre, prononcées par des chercheurs venant de disciplines diverses (droit, sciences politiques, littérature, histoire, arts plastiques, musicologie, sociologie géographie, chimie) et dont 6 viennent d’Algérie, du Liban, de France, de Jordanie et d’Irak ont fait le point des perspectives vers lesquelles doivent tendre les règles déontologiques auxquelles l’université en crise doit répondre. Les deux jours de la rencontre ont posé les ingrédients d’un projet d’écriture d’un texte appelé à être soumis à un débat horizontal : un état des lieux, la forme « charte », les éléments du contenu à y mettre.

Le parapluie légal

A l’issue du colloque, on peut aligner l’ensemble des éléments tangibles qui permettent de penser à écrire une charte universitaire. Les corps de direction des universités (Président, conseils scientifiques, comités d’évaluation) sont aujourd’hui élus et le monde associatif qui s’est développé depuis 2011 (la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de La Manouba abrite 5 associations) vient compléter ces mécanisme de la représentation.  La vie syndicale, elle aussi libérée, constitue un terrain de débat et de confrontation des intérêts des différents acteurs du monde universitaire : étudiants, enseignants-chercheurs, administration. Sur le plan des textes nécessaires et de référence, au niveau international, régional et national, des interventions ont permis de revenir sur l’existence d’un substrat. Ainsi, après la Conférence mondiale sur l’Enseignement Supérieur de l’UNESCO (Paris, 1998) et la déclaration d’Amman de 2004, les trois constitutions maghrébines ont consacré le principe des libertés académiques. Même si on peut/doit continuer à s’interroger sur le contenu de la formule « libertés académiques », l’article 33 de la Constitution tunisienne de janvier 2014 fait écho à l’article 38 de l’avant-projet du texte de la Constitution algérienne publié en janvier 2016 et à l’article 25 de la Constitution marocaine de juillet 2011. A l’article 33 qui stipule : « Les libertés académiques et la liberté de recherche scientifique sont garanties. L’Etat fournit les moyens nécessaires au développement de la recherche scientifique et technologique »  s’ajoutent, pour la Tunisie, les articles 39 (garantit la gratuité de l’enseignement public et son ouverture aux langues et cultures) et 42 (sur la liberté de création essentiellement) ainsi que les potentialités ouvertes par le chapitre 7 de la Constitution consacré au pouvoir local. Ainsi, le substrat institutionnel et le matériel de référence et de protection légal sont là. Ces garanties légales suffisent-elles pour rédiger un texte valide, viable et légitime ? Il s’agit de réfléchir à la forme et au contenu de ce texte.

La forme-charte : Qui ? Quoi ? Comment ?

Parmi les innombrables chantiers de la « transition », celle de l’éducation en général et de l’enseignement supérieur, qui lui est intrinsèquement lié, est une priorité brûlante. L’existence d’un enseignement privé agréé aux côtés du secteur public est une donne à ne pas oublier, en évitant la guéguerre des intérêts et de la politisation. Les pratiques pédagogiques, l’évaluation (des enseignants et des étudiants), le critère de l’employabilité brandi comme une caution d’efficacité, la localisation des établissements, l’invisibilité des institutions tunisiennes dans les classements internationaux sont autant de gages contradictoires qui brouillent la distinction nécessaire entre la pression immédiate et les choix d’avenir. Si le texte projeté se doit de tenir compte des impératifs contradictoires de toute phase de révision, il ne peut ni se substituer à l’effort collectif en cours, ni se limiter à une déclaration de principes. Celui de « libertés académiques » au centre de cette rencontre ne représente lui-même que le versant « droits » d’une institution qui a également des devoirs envers la société.

Par ailleurs, la forme-charte est une forme contractuelle qui implique non seulement l’entente de ceux qui la rédigent mais également l’adhésion en actes de ceux qui l’acceptent. Autant dire que ce projet de charte actionne, à un niveau plus restreint, les mécanismes de représentativité et les possibilités réelles de conférer une légitimité à ce qui est plus qu’un « code de bonne conduite » et moins qu’une « soft law ».

L’université publique tunisienne -qui compte plus de 200 établissements et plus de 300.000 étudiants inscrits- traverse en plus de toutes ses crises (de résultat, d’image et de valeurs) accumulées, de nouvelles donnes liées à la liberté d’exercer la politique, longtemps confisquée à la jeunesse étudiante, et sa part des problèmes de sécurité qui troublent l’ensemble de l’équilibre du pays. Que peut la charte face aux impératifs généraux qui se posent à tous les niveaux de construction d’institutions plus viables pour l’avenir ? Peut-elle équilibrer le poids de l’Etat, de la religion et du capital étroitement imbriqués et compliquant le choix des priorités et des valeurs ?

Le plagiat : un fil stratégique

En plus des questions basiques sur les conditions et les formes d’écriture de la charte (qui ? quoi ? comment écrire ?) se pose le problème du contenu d’un texte dont la rédaction doit être soumise à un débat horizontal parmi les enseignants-chercheurs, les étudiants et l’administration. Cela pourrait motiver, nourrir et même re-générer les instances de délibération, de concertation et de consultation représentatives de la communauté universitaire et, en même temps, servir la phase transitoire générale. Ajoutons que la charte est appelée à faire face à une mission d’éducation, de formation et de recherche, une fonction qui ne suffit plus à définir le rôle actuel de l’université. Le savoir a changé et son acquisition ne garantit pas la formation générale du citoyen d’aujourd’hui. Si l’on veut assurer la crédibilité des diplômes et répondre à l’érosion du magistère intellectuel de l’université, il est vital d’affirmer les bases déontologiques ébranlées par le phénomène du plagiat. Ce dernier est général et excède les limites du monde académique, comme on le constate aussi en dehors des cercles nationaux. Leïla Blili a exposé son cas  à l’auditoire du colloque : sa thèse[1]a été reprise dans ses hypothèses, sa démarche et jusque dans l’exploitation des documents d’archives par Amy Aisen Kallander[2]. La chercheure américaine reproduit des résultats tangibles de la thèse (ex : une reconstitution de la généalogie de la famille beylicale etc.) sans citer le travail utilisé ni respecter les normes de citation et de renvoi dans sa publication.

Le colloque Libertés académiques et chartes universitaires montre que le chemin pour une charte universitaire est balisé mais comment passer au stade de l’écriture ? On a évoqué au cours de la rencontre des textes pouvant servir de point de départ et de base de discussion. La charte algérienne rédigée en 2010 part d’une enquête de terrain effectuée par le Centre de Recherche Anthropologique Sociale et Culturelle (CRASC, Oran, 2008) et consacre une partie aux questions d’éthique dont le texte tunisien peut s’inspirer. Par ailleurs, la charte tunisienne de 2008 qui reste en deçà des principes constitutionnels de 2014, appelle à des ajouts et à des variations en fonction de nouvelles balises à définir par la charte.

L’écriture collective du texte est appelée à circuler pour que le plus grand nombre d’universitaires consulte et se prononce sur le texte, en pensant à ses limites. N’est ce pas ce qui a été fait pour la Constitution ? Mais l’université ne disposant pas d’une structure légitime comparable à l’Assemblée Nationale Constituante, il faut constituer cette parole collective légitime entre autres à travers l’écriture collective de cette charte. Le texte est nécessaire mais on sait aussi qu’il ne suffira pas à donner à l’enseignement supérieur public la qualité et la légitimité dont la société et l’ensemble du système éducatif ont besoin.

[1] Pouvoir et parenté dans la Tunisie Houssaynite 1705-1957, 3 volumes, soutenue à Tunis en mai 2006 et encore non publiée

[2] Women, Gender and the Palace Households in Ottoman Tunisia, University of Texas Press, 2014, 269 p.

Hammam-Lif, le 29 février 2016

Publié dans Liberté académique et charte universitaire en Tunisie et ailleurs, Tunis, ATDVU/ Fondation Rosa Luxemburg, 2017, 225p. (fr) + 71p. (ar).

https://thepoey.com/media/04-content-fr.pdf

Bourguiba et l’écriture de l’histoire en Tunisie

Interview parue dans le journal La Presse de Tunisie, jeudi 13 avril 2017, page 7.

Olfa Belhassine : Comment s’est construite la saga bourguibienne ? Le premier auteur de cette fiction n’est-ce pas lui-même le « zaïm », à travers ses discours égocentrés présentés à partir de 1973 à l’Institut de presse et des sciences de l’information puis à travers l’hagiographie rédigée par Mohamed Sayah, son biographe attitré ?
Kmar Bendana : Il y a la manière de la dire cette saga, mais aussi le temps qu’il a fallu pour la monter et la transmettre. Le temps aide la saga à devenir propagande et à s’incruster dans les esprits, c’est comme un tapis à tisser et auquel on ajoute à chaque fois des motifs. D’autre part, si on suit bien la chronologie de Bourguiba, on se rend compte qu’il entreprend de raconter son récit de vie et de lutte nationale en 1973, au moment où s’annonce son déclin. Bourguiba tenait les rênes du pays depuis 1956, cela faisait déjà longtemps que les grandes réformes ont été achevées. Bourguiba est d’autre part secoué après l’échec de l’expérience collectiviste de 1969. Les jeunes étudiants et la centrale syndicale contestent son pouvoir absolu, Bourguiba ayant tout verrouillé entre 1962 et 1963, époque où son régime s’est crispé. Pour son système, son entourage et pour lui-même, ce récit était d’une importance vitale, un moyen de trouver une force et une légitimité autres que l’action, pour continuer à gouverner et pour contrebalancer son affaiblissement. Sa parole puissante, sa parole de tribun, qui nous subjuguait, compensait la dégradation de sa santé à ce moment-là.

O.B : Comment a procédé Mohamed Sayah face à cette matière brute que sont les récits de Bourguiba ?
K.B. : Sayah a donné au récit une tournure sérieuse et officielle. Tout un dispositif a été mis à son service, dont des documentalistes, des locaux, des services techniques, l’imprimerie de la SAGEP… Dans cette entreprise, mise sous le label du parti, ce qui m’a particulièrement intéressée en tant qu’historienne, c’est la machine à fabriquer des livres d’histoire très particuliers, des livres destinés, malgré tout, à devenir des références. Et aussi à une large diffusion puisque par souci pédagogique, ils ont été publiés simultanément en arabe et en français. J’étais devant un cas d’école. Sayah ne s’est pas limité à la matière orale déclamée par Bourguiba, il s’est référé également à des documents écrits, dont certains puisés dans les archives nationales. Après ce travail, qui a duré trois à quatre ans, Bourguiba et Sayah créent en 1979 l’Institut de l’histoire du mouvement national, rattaché à l’université, où j’ai inauguré ma carrière d’historienne en 1982. J’ai comme l’impression que tous les deux ont fini par comprendre qu’il fallait être plus objectif et confier l’histoire aux historiens et aux archivistes pour garantir la durabilité du résultat. On était passé à une autre étape, où, probablement sur les conseils de l’historien Charles-André Julien, proche de Bourguiba, la propagande devait se mettre en veilleuse à la faveur d’un travail d’équipes d’historiens franco-tunisiens sur ce qu’on appelle aujourd’hui « l’histoire partagée » de la période coloniale.

O.B : L’angle de sa vie privée, en présentant une autre dimension du « Combattant suprême », peut-il à votre avis humaniser un « dieu » nommé Bourguiba ?
K.B. : On a besoin de considérer Bourguiba comme un homme pour relativiser notre regard sur lui. Je pense toutefois que tant son idéalisation que sa diabolisation sont une écume nécessaire : il est aujourd’hui définitivement objet d’histoire. Pourquoi est-il si important de scruter son environnement humain ? Parce que Bourguiba est le produit d’une société. Qu’est-ce qui pousse cet homme -né officiellement en 1903- à prendre des décisions aussi capitales pour les femmes, le statut personnel et l’organisation de la famille ? Seul des motifs psychologiques, affectifs et humains liés, entre autres, à la capacité des individus d’idéaliser et de sublimer les choses peuvent l’expliquer. L’éclairage de sa vie privée va de sa relation avec sa mère, à sa proximité avec ses sœurs, au rôle qu’a joué sa première épouse Mathilde Lorrain dans sa vie- son soutien et sa tendresse à son égard, qui l’ont doté de sa confiance en lui pour entrer en politique- à l’ascendant qu’avait Wassila Ben Ammar, sa seconde femme, sur lui. Bourguiba avait compris que pour libérer sa société, il fallait passer par les femmes. Certes, il devient très vite un symbole, mais il n’était probablement pas le seul homme à avoir pensé aux femmes d’une façon émancipatrice.

O.B. : Avez-vous retrouvé cette dimension intimiste dans les biographies sur lesquelles vous avez travaillé ?
K.B. : Malheureusement, la plupart des biographes de Bourguiba n’ont focalisé que sur sa passion du pouvoir, qu’il avait certainement. Mais la quête du pouvoir est une passion qui se nourrit d’autres éléments. En parcourant certains ouvrages, j’ai comme l’impression de lire une légende se rapportant à Haroun Rachid, à Jaâfar Al Barmaki ou à Caligula. En fait, on a trop masculinisé Bourguiba en braquant grossièrement les lumières sur son amour du pouvoir, camouflant ainsi la part de féminin en lui. Le livre d’entretiens réalisés par Mohamed Kerrou avec son fils, Bourguiba Junior, rompt avec ce parti pris, car il décale notre regard sur lui en nous faisant entrer -avec beaucoup de pudeur- dans son intimité familiale. Par cette lecture de femme attentive à l’humain, mais aussi par la finesse de l’écriture, les nuances apportées au personnage et les détails palpitants sur sa vie privée, la biographie co-signée par Souhayr Belhassen et Sophie Bessis se démarque également du reste de la production sur Bourguiba.

O.B. : A-t-on pris assez de distance avec le temps pour écrire aujourd’hui la « vraie » histoire de Bourguiba ?
K.B. : Il nous faut du temps, mais surtout du travail et notamment un travail collectif pour continuer à avancer dans l’exploration de la vie et l’œuvre de cet homme. Ça veut dire : lire et relire tout ce qui a été écrit sur Bourguiba et espérer trouver de nouveaux documents, bien que je ne sois pas une fétichiste des sources. J’accorde beaucoup d’importance au regard, à la capacité de croiser les faits et à l’interprétation des détails. La qualité d’un historien transparaît aussi à travers ce qu’il convoque comme matériel conceptuel et son souci de tout analyser et de ne rien laisser de côté. Je suis ravie qu’il y ait actuellement deux livres en préparation sur Bourguiba, l’un en France et l’autre en Tunisie. Ces ouvrages nous permettront de tisser une connaissance plus approfondie et d’aller plus loin dans le débat sur ce personnage.

O.B. : Beaucoup de biographies de Bourguiba ont été signées par des journalistes. Le « Combattant suprême » intéresse-t-il plus les journalistes que les historiens ?
K.B. : Chacun son temps plutôt. En plus, un historien peut se brûler les ailes en prétendant s’attaquer à Bourguiba. D’ailleurs, mon entrée à moi à propos de ce sujet a été très prudente : j’ai commencé à le contourner par le biais d’Abdelaziz Thaâlbi, le fondateur du Vieux Destour, ancêtre du parti fondé par le jeune Bourguiba en 1934, puis analysé les biographies écrites sur Bourguiba, mais je n’ai pas travaillé directement sur lui. Bourguiba me fait peur parce qu’il me fascine ! Ma crainte à moi, qui fais partie de la génération des « filles de Bourguiba », vient de l’amour que je porte pour sa personne. Elle vient de ma subjectivité ! Revisiter ses correspondances et les sources le concernant serait pour moi comme me pencher sur la vie d’un membre de ma famille. Je préfère m’abstenir !

O.B. : Qu’est-ce qui vous attache autant à Bourguiba ?
K.B. : Son rapport à la femme. J’aime le fait que les femmes à ses yeux n’incarnent pas seulement un objet sexuel. Cette reconnaissance là a donné une respiration aux Tunisiennes, a ouvert un courant d’air bénéfique pour les femmes. Cette reconnaissance là continue à servir les Tunisiennes dans leur vie et leur évolution.

O.B. : Pourquoi, à votre avis, des hommes politiques se raccrochent-ils à l’image de Bourguiba, l’instrumentalisant et la mimant parfois jusqu’à l’excès ?
K.B. : Cette image a aidé Béji Caïd Essebsi à passer le cap des élections présidentielles pour arriver au pouvoir, aller plus loin serait, à mon avis, de l’ordre de l’aveuglement politique. Je pense qu’au moins 500 mille personnes sur le million et quelque de Tunisiens qui ont voté pour BCE l’ont fait en transférant la personnalité de Bourguiba sur lui. Parce qu’ils ont cru que c’était lui. Mais la tactique ne marche pas éternellement !
O.B. : La bourguibomania qui s’est largement exprimée après la révolution s’explique-t-elle à votre avis par la nostalgie du leader perdu ?
K.B : Le phénomène trouve plutôt sa source dans la culpabilité des Tunisiens envers leur premier président de la République. Il ne faut pas oublier qu’ils l’avaient abandonné à son exil de treize ans dans sa résidence à Monastir, sous le régime de Ben Ali, de 1987 à l’année 2000, et qu’ils avaient accumulé une foule de frustrations suite à l’organisation de ses funérailles expéditives par Ben Ali le 8 avril 2000. Sa ré-émergence publique après 2011 fait partie de la déferlante du refoulé qui submerge le pays. Elle obéit aux mêmes excès émotionnels, qui nous ont secoués tous à la faveur de la révolution. La culpabilité envers ce père oublié est en train de s’éteindre petit à petit, parce que les Tunisiens ont eu le temps de faire le deuil de Bourguiba sept ans après.

O.B. : Quel rôle peut jouer, à votre avis, l’Instance vérité et dignité (IVD) pour réajuster la « vérité » sur le parcours et la vie de Bourguiba ?
K.B. : Heureusement que cette instance existe ! Parce qu’elle crée un débat très constructif autour de Bourguiba en particulier, et autour de l’histoire en général. C’est grâce aux auditions publiques de l’IVD qu’on parle autant d’histoire et de mémoire. Après la révolution, la parole des juristes a primé sur toutes les autres, notamment dans les médias. Il est peut-être venu le temps des historiens. Revenir sur la mémoire, en parler, discuter de ce qui distingue la mémoire de l’histoire, est constructif pour une société, cela lui permet d’aller vers l’avant et de gagner une culture politique. Nous ignorions tout d’une constitution et voilà qu’à la faveur des juristes nous avions appris comment se fabrique une loi fondamentale. Dans un an ou deux, les Tunisiens sauront probablement beaucoup de choses sur l’histoire. Ces débats génèreront des bouquins, entre autres sur Bourguiba. Une telle chance pour nous !

Propos recueillis par Olfa Belhassine.

Pour aller plus loin :

-Bourguiba : Sophie Bessis et Souhayr Belhassen,  Paris, Groupe Jeune Afrique, 1988 & 1989 ; 2ème édition, Tunis, Elyzad, 2012.

-Notre histoire, Habib Bourguiba Jr, entretien conduit par Mohamed Kerrou, Tunis, Cérès éditions, 2003.

-“Relire les biographies de Bourguiba ” : Kmar Bendana, ALFA Maghreb et sciences sociales, Tunis, IRMC, 2005.

-Souvenirs politiques : Slimane Ben Slimane, Tunis, Cérès éditions, 2009.

-Habib Bourguiba : La trace et l’héritage: ouvrage collectif sous la direction de Michel Camau et Vincent Geisser, Paris, Karthala, 2005.

-Témoignages pour l’histoire : Ahmed Mestiri, Tunis, Sud éditions, 2011.

-Bourguiba, le bon grain de l’ivraie : Béji Caïd Essebsi, Tunis, Sud éditions, 2009.

 

Trois essais d’ «histoire immédiate», Tunisie, 2010-2015

Qu’est ce que la ‘Révolution tunisienne’ a fait à la discipline historique ? Difficile de répondre parce que l’on assiste à une « remontée des eaux mémorielles » qui ne s’arrête pas depuis 2011. Parmi les multiples conséquences de l’explosion de la parole, on constate un mélange trouble et troublant entre des mémoires concurrentes réclamant la place qui leur a été soustraite par l’histoire « officielle », communément admise. Ces mémoires individuelles, partisanes, familiales, régionales ni mortes ni consacrées alimentent des polémiques qui disent des besoins d’histoire réactivés par l’ouverture du jeu politique et de ses liens avec la légitimation du pouvoir à (re)bâtir. Il faut le temps de reprendre les strates, d’établir les versions, de donner à chaque récit la place qu’il revendique afin que l’histoire fasse le travail de croisement, de tri et d’interprétation dont la société a également besoin. Ce mouvement d’affleurement de l’histoire a commencé sous des formes encore difficiles à distinguer, et on peut en capter des signes et des expressions à travers la production écrite et orale, médiatique, politique et scientifique qui a enflé depuis 2011, dans plusieurs domaines concernant les sciences humaines et sociales (sociologie, psychologie, philosophie, économie…)

A l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine (ex-ISHMN), institution universitaire dont l’appellation a changé en 2014[1], plusieurs cycles de présentation de travaux divers ont été organisés à partir de 2012, pour suivre les traces de cette matière éditoriale en verve. Une série de rencontres Révoltes et révolutions en questions : Ecrire la Révolution[2], le colloque Thawra(t) organisé en janvier 2013[3], les ateliers de formation à l’écriture en sciences sociales à l’adresse des étudiants ont permis de présenter et de discuter un certain nombre d’ouvrages parus au cours des cinq dernières années. On a choisi les ouvrages porteurs d’un souci d’enquête, d’une vision des événements, d’une volonté de les traiter de façon raisonnée ; la plupart avancent des interprétations plus ou moins reliées au passé de la Tunisie et/ou aux schémas des révolutions ou révoltes connues par ailleurs[4]. Ce suivi partiel des ouvrages a été une façon d’arrimer la programmation scientifique de l’institution à une actualité éditoriale en inflation, en arabe, en français en Tunisie et en d’autres langues, à l’extérieur du pays. Cette loquacité bibliographique témoignait d’une effervescence intellectuelle qu’il a semblé intéressant à exploiter pour que la recherche académique en sciences humaines et sociales, établie et à construire, s’ouvre au bouillonnement éditorial qui a suivi les bouleversements de 2011, en profite pour se vivifier à son tour.

Afin de faire communiquer les différents secteurs d’édition, le but de ces recensions est de capter un flux éditorial qui se densifie et se diversifie après 2011 et de s’intéresser à la vague extra-universitaire des publications. Pour se frayer un chemin méthodique, on a sélectionné la production intellectuelle illustrant un souci de l’histoire, proche ou plus lointaine de la Tunisie ou la comparaison avec d’autres contextes ‘révolutionnaires’. Les débats post-2011 ont en effet rapidement fait appel à l’histoire, enseignée, vulgarisée ou académique, pour qualifier un personnage, expliquer une organisation ou projeter des chiffres. Ces usages implicites et explicites de l’histoire tissent le déroulé des événements avec des essais d’interprétation, prudents mais renvoyant à une compréhension de l’histoire tunisienne et/ou une lecture des révolutions précédentes : les révolutions françaises de 1789 et de 1848, la révolution égyptienne de 1952 ou iranienne de 1979, les révolutions ‘florales’ et ‘colorées’ d’Europe, sont les références les plus courantes.

Cinq ans après 2011 et ce ce cycle de rencontres et séminaires, Il s’agit ici de rendre compte, de trois ouvrages différents, qui chacun à sa manière, témoigne d’une préoccupation et d’une démarche qui interpellent les historiens. Ecrits par des non historiens, ces ouvrages reviennent sur les faits post-2011 avec des grilles de lecture qui montrent que le raisonnement historique n’est pas le monopole des historiens ‘professionnels’. A ce titre, et au-delà de leur utilité immédiate – fixer les événements de 2010/2011 et les suivants, lier les premiers récits écrits qui émergent dans/de l’oralité dominante-, ces ouvrages donnent à réfléchir sur la façon dont les auteurs articulent le présent consigné avec le passé auquel les acteurs ou eux mêmes se réfèrent. On peut parier que ces travaux composés dans un effort d’objectivation et dans lesquels on retrouve un souci de réflexivité, serviront aux chercheurs d’aujourd’hui comme aux historiens de demain. Pour l’heure, parler de ces trois ouvrages, situés à mi-chemin entre le travail journalistique et l’examen refroidi par le temps, c’est donner écho à un travail critique dans un moment historique dont on ne mesure ni les composantes, ni les suites mais qui stimule la réflexion sur le passé, le retour à l’histoire. Ces ouvrages font partie des effets induits par une ‘Révolution tunisienne’ qui n’a pas achevé son cours ni vu son appellation fixée, mais se nourrit des visions et analyses qu’elle contribue à produire, chemin faisant. Cette production attiédie a le mérite de communiquer une connaissance de l’histoire « immédiate » tunisienne, à la disposition des futurs chercheurs. Le matériau fabriqué est d’autant plus utile qu’il contre la vitesse de l’actualité et diminue l’évaporation de la mémoire des détails qui entourent le déroulement des faits. Ecrits contre la précipitation des enquêtes journalistiques et face à une accélération généralisée des analyses, ces ‘cailloux du Petit Poucet’ serviront certainement la recherche historique et alimenteront la réflexion historiographique, nécessaires à mener et à construire, si on veut que la ‘Révolution tunisienne’ parvienne à secouer les grilles de lecture et à ébranler les catégories d’analyse en usage.

Jean-Marc Salmon, 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien (17 décembre-14 janvier 2011), Paris, Les petits matins, 2016, 349 p.

L’auteur est sociologue ; il est chercheur au  Laboratoire Sens et Compréhension du Monde Contemporain-LASCO (Université Paris-Descartes) et enseigne à l’Institut Mines-Télécom. Il choisit méthodiquement de s’intéresser aux quatre semaines qui précèdent le 14 janvier 2011 et de recueillir 90 entretiens (liste : pp. 317-323). Le titre de l’ouvrage allie les deux termes – ‘révolution’ et ‘soulèvement’- qui continuent à flotter pour qualifier ces 29 jours décisifs dans l’histoire récente de la Tunisie. L’enquête est menée avec une grande clarté sur la qualité des personnes qui délivrent les informations et sur les circonstances de l’enquête. La bibliographie et l’index (thématique, il inclut deux noms : Zine El Abidine Ben Ali et Mohamed Bouazizi) achèvent de donner à cet ouvrage la facture universitaire que les deux ouvrages suivants ne revendiquent pas. La courte durée chronologique à laquelle s’assigne l’auteur donne à l’enquête orale qu’il mène une force dans le détail et un pouvoir d’évocation d’autant plus parlant que les souvenirs des acteurs gardent encore une certaine fraîcheur. Avec le temps, ces détails peuvent devenir des points de repère et susciter des vérifications, des recoupements, des approfondissements. Ils peuvent servir de base à des recherches ultérieures. La périodisation est établie à partir d’une observation cruciale : les événements insurrectionnels sont rapidement érigés en faits médiatiques grâce aux nouvelles technologies implantées en Tunisie (y compris dans les régions point de départ des mobilisations contestataires) et aux relais des télévisions El Jazeera et France 24 qui servent efficacement le retentissement mondial des informations locales. Entre l’immolation de Mohamed Bouazizi à Sidi Bouzid, le 17 décembre 2010 et l’envol de Ben Ali pour l’Arabie Saoudite, le 14 janvier 2011, alors que les médias officiels tunisiens sont encore muets, l’auteur découpe six moments dans le ‘soulèvement’ tunisien : l’underground des révoltes (1998-2010) ; Sidi Bouzid : Le surgissement de la révolte (17 décembre-26 décembre 2010) ; Les réseaux de Tunis et le soutien à la révolte de Sidi Bouzid (25 décembre 2010-6 janvier 2011) ; Thala, Kasserine Regueb : Des révoltes au soulèvement (3 janvier -11 janvier 2011) ; La nationalisation du soulèvement (9 janvier-14 janvier 2011). Cette chronologie fine épouse les modulations et le crescendo du ‘soulèvement’ en dégageant les causes économiques et sociales profondes qui expliquent l’étincelle du 17 décembre (spoliation des terres à Regueb et Sidi Bouzid ; retour sur les événements du bassin minier de 2008) en même temps qu’il démonte le potentiel d’organisation syndicale et militante qui ordonne les mobilisations et permet leur amplification. L’extension à travers le pays est en effet spontanément orchestrée par une multitude d’enseignants, syndicalistes, avocats… : l’énergie insurrectionnelle atteint Sfax, arrive jusqu’à Tunis où les quartiers périphériques et les divers milieux sociaux ont reçu, depuis plusieurs jours, images et échos des événements.

Deux hypothèses centrales structurent l’enquête de Jean-Marc Salmon : 1/ La ‘Révolution tunisienne’ est inattendue et spontanée mais son déroulement sur le court terme conjugue la frustration semée par le régime de Ben Ali dans toutes les couches de la société tunisienne et l’organisation invisible de militants actifs ou « en hibernation » qui ont été en mesure de coordonner les mobilisations locales et de canaliser les actions face à des forces de l’ordre peu décidées. 2/ La ‘Révolution tunisienne’ et plus spécifiquement le segment chronologique du ‘soulèvement’ (29 jours) est le fruit d’une nouvelle manière de communiquer et de la vitesse de propagation des informations et des slogans issus des terrains de la contestation. Grâce à Internet et à une certaine maîtrise de son usage par les Tunisiens, l’oral (des commentaires, des slogans) et l’image (des émeutes, des protestations) ont joué un rôle démultiplicateur de l’émotion révolutionnaire, transmise à travers le pays et en dehors de ses frontières. Ces connexions d’un ordre nouveau donnent à la ‘Révolution tunisienne’ une facture inédite, qui augure, peut-être, d’une définition nouvelle du déroulement des révolutions dont l’étude depuis le 18ème siècle insiste sur le rôle de l’écrit dans la formulation des idéaux, la préparation de l’action puis son inscription dans le réel.

Hédia Baraket et Olfa Belhassine, Ces nouveaux mots qui font la Tunisie,  Tunis, Cérès editions, 2016, 362 p.

Les deux journalistes qui ont co-écrit cet ouvrage déclarent avoir voulu aller plus loin que l’actualité et lutter contre l’oubli. Parties de deux publications parues en supplément de La Presse de Tunisie (14 janvier 2012 et 3 mai 2012), et après le succès de quelques posts sur facebook, les deux auteurs passent au tamis un corpus de 120 mots pour s’arrêter à un lexique de 63 mots émanant des débats de la ‘transition tunisienne’ et jalonnant ses scansions. Plusieurs temporalités se croisent à travers ces mots qui ont transformé le langage politique et médiatique et constituent des « événements de langage qui font l’histoire » de la Tunisie post-2011[5]. Tout en restant attachées à l’investigation journalistique dont elles sont familières, les deux journalistes (qui se disent historiennes du quotidien) font apparaître la place de l’histoire dans l’élaboration d’un langage qui modèle à son tour la tournure des faits. Il s’agit tantôt de l’histoire « longue » (la formule Dégage ! remonte à l’histoire de la colonisation française), du passé plus proche (le slogan Choghl, horriyya, karama wataniyya = travail, liberté et dignité nationale, remonte à l’histoire du mouvement estudiantin des années 1970), de l’actualité récente (le terme thawra = révolte et/ou révolution, est introduit par les médias en janvier 2011 ; l’expression houthala francofouniyya =résidus de la francophonie, est proférée comme une insulte par un député de l’Assemblée Nationale Constituante en décembre 2011) et jusqu’au contexte le plus brûlant (le comique himar watani = âne national, est le lapsus d’un des acteurs du Dialogue national en octobre 2013). Les soixante-dix interviews  effectuées avec des acteurs, des journalistes, des chercheurs…ont aidé les deux auteurs à restituer la profondeur des mots, les différents sens qu’ils recouvrent, le champ lexical des slogans et formules qui se répondent les uns les autres, à travers les soixante trois notices classées par ordre alphabétique. Que les mots soient nés sur le registre sérieux (hurriyat at-ta’bir = liberté d’expression), dramatique (houmani = titre d’une chanson à succès qui parle des habitants des quartiers abandonnés), scientifique (al dawla al ‘amiqa = l’Etat profond est une trouvaille de la politologie ambiante), dans le but de dénoncer (‘ilam el ‘ar = médias de la honte) ou  pour dénigrer (sfir fasîl = zéro virgule, allusion au score électoral des partis de ‘gauche’), l’ouvrage remet en perspective, dans une composition équilibrée et non dénuée d’humour, la provenance des mots et les voies de leur façonnement. Passant de l’oral à l’écrit ou inversement, ils traduisent, au cours des quatre années d’observation de la scène politique, des médias et de la rue, la complexité des événements saisis.

La lecture de ces « fragments d’histoire » suggère que les multiples réservoirs des mots (azlam = partisan de l’ancien régime, vient d’Egypte) s’interpénètrent : entre l’oral et l’écrit, entre l’arabe (classique et vernaculaire ) et le français, la scène politico-médiatique tunisienne reflète un co-linguisme qui caractérise l’histoire de la Tunisie depuis des décennies et qui s’exprime dans la fabrique courante des notions et la configuration des actes. Le couple arabe/français et les passages entre l’arabe dialectal et littéraire rendus dans cette photographie des expressions agissantes et des mots de la dispute confère à l’ouvrage une valeur de témoin et de produit d’une caractéristique culturelle du moment ‘transitionnel’ tunisien. A cela, ajoutons que l’ouvrage fournit aux analystes et observateurs des éléments pour comprendre une dimension du bilinguisme arabe/français et son rôle dans l’élaboration des mots et la conception des choses de la politique dans l’histoire contemporaine de la Tunisie.

Stéphanie Wenger, Jours tranquilles à Tunis, Paris, Riveneuve Editions, 2015, 233 p.

L’ouvrage paraît dans une collection dirigée par Gilles Kraemer aux éditions Riveneuve Editions. Sous le titre unificateur de « jours tranquilles à », l’auteur- une journaliste qui débarque à Tunis après sept ans au Caire et trois ans à Alep – se lance dans des chroniques qui, au-delà des péripéties politiques, essaient d’entrer dans la société tunisienne, tout en respectant l’unité de lieu tunisoise imposée par l’éditeur. La récolte s’élève à une somme de 93 chroniques composées sur deux tons, deux plans d’information rendus par deux typographies. Les textes courts, comme le veut l’usage journalistique,  couvrent la période allant de septembre 2012 (avant l’attaque du consulat américain de Benghazi – le 12 septembre- et l’assaut de salafistes contre l’ambassade et l’école américaines à Tunis, suite à la diffusion sur You tube, d’un film jugé anti-islam, le 14 septembre) au mois de juin 2015 (l’attentat du musée du Bardo du 17 mars est couvert par la journaliste mais pas l’attentat terroriste de la plage de Sousse du 28 juin). Stéphanie Wenger est consciente qu’elle arrive avec des cadres d’analyse forgés au Caire où le président frère musulman Mohamed Morsi vient d’être élu. La familiarité linguistique acquise à travers les mots d’arabe courant lui ouvre quelques fenêtres sur son nouveau terrain d’observation et de vie.

Elle rend compte de la vie tunisoise comme correspondante de plusieurs journaux, d’où le côté linéaire des instantanés qui rendent compte de la montée de la violence dans le pays. Le lecteur voit se succéder des assassinats, des attaques terroristes et des mesures sécuritaires de plus en plus crispées. Les chroniques alternent entre le tragique de certains événements (les attaques successives contre les mausolées ; l’assassinat de Chokri Belaïd, le 6 février 2013 et ses funérailles impressionnantes) et la légèreté de la vie quotidienne (les résultats des matchs de football ; les étalages de la friperie ; la recette du lablabi) en passant par le ridicule de certaines manifestations (l’exposition des biens et objets de la famille Ben Ali/ Trabelsi et les moqueries envers une ministre du gouvernement de la Troïka) ou les menus faits du désordre médiatique (les coquilles malencontreuses du journal La Presse de Tunisie ; l’interview non enregistrée de Rached Ghannouchi demandant à une journaliste si elle fait la prière). Dans un style journalistique teinté de considérations psycho-sociologiques et d’impressions personnelles, l’auteur transcrit les péripéties d’une ‘transition’ paradoxale et animée, loin d’être paisible ni linéaire. L’époque couverte par la journaliste rend compte d’une Tunisie qui construit des institutions de fond (écriture et vote de la Constitution de janvier 2014), multiplie les activités culturelles (le festival d’été d’Ezzahra), intente des procès contre des rappeurs (Klay BBj, Weld el 15 et Kafon, emprisonnés) tout en apparaissant comme un pourvoyeur prolifique de recrues jihadistes en Syrie et en Libye.

Le lexique renseigne plus que les chroniques proprement dites sur la lecture de l’histoire en train de s’écrire que reflète cet ouvrage tourné surtout vers le présent (les attentats de Charlie à Paris) et les potentialités d’un avenir que l’auteur espère voir émerger de l’expérience tunisienne. Dans la cinquantaine de mots sélectionnés et expliqués à des lecteurs lointains se mêlent les titulatures des partis (Néo Destour, RCD, Ettakatol, Nida Tounès), les noms des acteurs saillants (Houcine Abbassi, Moustafa Ben Jaâfar, Habib Bourguiba, Béji Caïd Essebsi –son sigle BCE et son diminutif Bajbouj-, Leïla Trabelsi, Moncef Marzouki, Rached Ghannouchi), des termes du langage politique en usage (code du statut personnel, laïc, dialogue national), des mots du vocabulaire ordinaire comme harka (immigration clandestine), hogra (mépris social), tanbir (commentaire sarcastique) ou zatla (cannabis).

Ce travail de journaliste qui a suivi une période profondément agitée deviendra-t-il une source pour les historiens plus tard ? That’s a question

[1] Par décret du Journal Officiel de la République tunisienne en date du 8 mai 2014. Voir éditorial Rawafid, n° 18, 2013, p. 7.

[2] Abdelaziz Belkhodja et Tarak Cheikhrouhou, 14 janvier. L’enquête, Tunis, Appollonia Editions, 2012  ;  Mokhtar Khalfaoui, Hadithatou assakifa… (en arabe), 2012 ; Lazhar Mejri, La Révolution du 17 décembre 2010 (en arabe)…,  ;  Hédi Timoumi, Une tyrannie douce, 23 ans du pouvoir de Ben Ali, Tunis, MedAli éditions, 2011 ; Faouzi Sadkaoui,  Plume et embûches : textes de l’histoire immédiate.

[3] Thawra(t) …. Approche comparée des révoltes et révolutions (XIXème-XXIèmes siècles), Publication de l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, 2014, 176 p. en arabe et 119 p. en français.

[4] Afifa Chaouachi-Marzouki (dir.), Quand les mots se révoltent, Tunis, Sud Editions, 2014, 230 p. (séance du 25 mai 2015) ; Raja Fenniche (dir.), Dans les mailles du filet. Révolution Tunisienne et Web 2.0, La Manouba, Presses Universitaires de La Manouba, 2013, 155 p. (séance du 5 octobre 2015).  Les deux ouvrages ont fait l’objet de comptes-rendus dans Rawafid n° 19, 2014, pp. 81-95.

[5] Nabiha Jrad, « Quand dire c’est faire : la Révolution tunisienne, un événement de langage fait l’histoire », Carnet de l’IRMC n°6, 16 avril 2012, http://irmc.hypotheses.org/182

Texte paru dans la revue Rawafid n° 20, 2015, pp. 139-146  et dans La Lettre de l’IRMC n° 18, 2016, pp.31-34.

“La chose publique ou l’invention de la politique” à l’Université de La Manouba

 

La visite de Philippe Dujardin, politologue (ex-chercheur au CNRS, a enseigné la science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon et de Grenoble) à l’Université de La Manouba est la première étape pédagogique d’un travail qui mêle apprentissage linguistique, artistique et scientifique, porté par des enseignants chercheurs et des étudiants dans les différentes disciplines représentées dans notre université.  La mission de Philippe Dujardin est un jalon dans un chemin en train de se dessiner depuis quelques mois, entre Lyon et Tunis, en concertation entre Françoise Coupat, metteur en scène (Compagnie La Chrysalide) et Kmar Bendana, professeur d’histoire contemporaine (Université de La Manouba).

Prologue

Dans le droit fil de la formule : Habiter l’université (titre d’une proposition d’action à l’occasion du Congrès des Intellectuels tunisiens contre le terrorisme http://www.leaders.com.tn/article/17755-congres-des-intellectuels-tunisiens-contre-le-terrorisme-pour-une-ethique-de-la-responsabilite-et-de-l-action, 12 août 2015, Palais des Congrès, Tunis), l’opération La Chose publique se présente comme une façon d’animer le campus universitaire, d’initier une respiration nouvelle, en tissant des liens entre les différentes institutions (l’Institut Supérieur des Arts et Multimédias – ISAMM http://www.isa2m.rnu.tn/-et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine – ISHTC https://www.facebook.com/ishtctunisie/ -, le centre culturel…) et en donnant vie au petit théâtre de verdure qui se trouve dans le parc.

En novembre 2015, la Tunisie était hôte d’honneur de la Semaine de solidarité Internationale organisée à Lyon. Dans ce cadre, sept étudiants tunisiens (de l’Institut Supérieur d’Art Dramatique de Tunis –ISAD- et de la faculté de médecine de Monastir), dirigés par Françoise Coupat, ont donné une lecture-spectacle de l’ouvrage de Philippe Dujardin, La ‘chose publique’ ou l’invention de la politique. Une histoire pour lecteurs de tous âges (Lyon, Editions de la Chronique Sociale, 2011, 40 p.). La représentation a été bien reçue pour ses multiples résonances dans l’actualité politique en France, en Tunisie et ailleurs. Le besoin et la nécessité de la politique pour les sociétés humaines est en effet une question commune, transversale, intemporelle et peut s’adresser à tous les publics. Cette coopération théâtrale franco-tunisienne réussie est à l’origine de l’idée de faire voyager le texte en Tunisie, pour qu’il soit lu, vu, joué, interprété par d’autres TunisienNEs, à la faveur de l’effervescence politique post-2011. Outre la représentation à donner et à faire circuler dans plusieurs lieux universitaires et culturels, l’idée de traduire le texte en arabe a également été évoquée, pour étendre l’impact du dialogue et élargir le débat.

Françoise Coupat a rencontré à ce propos -du 13 au 20 mars 2016 ; du 25 au 29 avril 2016- différents membres du Conseil Scientifique et les responsables du Centre Culturel de l’Université de La Manouba. L’accueil a été favorable et il a été convenu d’organiser une lecture-spectacle du texte La Chose publique, à la rentrée universitaire 2016/2017 sur le site du campus, dans le théâtre de poche ou dans l’amphithéâtre Carthage La Modernité, selon le temps qu’il fera. La préparation artistique de l’événement (Françoise Coupat choisit les comédiens et organise des stages de répétition au cours de l’été 2016) a été doublée d’une proposition de travail pédagogique autour du texte, de sa langue, des images et idées que sa lecture peut inspirer en Tunisie. Comme première étape de dialogue autour du texte, Philippe Dujardin a été invité à rencontrer les enseignants, les chercheurs et les étudiants de la Manouba, avant la fin des cours de l’année universitaire. Une demande de traduction du texte a été confiée à deux doctorantes du département d’études arabes de l’université de Lyon 2 : Salma Mansouri et Inès Jedidi.

Transposer, traduire, débattre

Le programme scientifique établi à l’occasion de la visite du Professeur Philippe Dujardin  s’est déployé sur deux journées (30 et 31 mai 2016) et deux institutions (l’Institut Supérieur des Arts et Multimédias et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine), dans le but de faire connaître le texte La chose publique, d’exposer sa genèse, son écho et sa réception en France (en milieu scolaire, par des musiciens, par des assemblées locales…).

Lundi 30 mai 2016 : un atelier de réflexion à l’intention des étudiants a été organisé à l’ISAMM. “Du langage académique au langage de la fable“. Devant une assistance de 28 personnes (les enseignants : Ikbal Zalila, Slim Ben Cheikh, Hatem Changuel, Héla Sassi et 8 étudiants intéressés), Philippe Dujardin a montré comment il est passé des contraintes de la langue académique aux ouvertures que permet la langue « commune ». Tout en comparant les deux registres de communication, il a expliqué l’importance de l’enjeu linguistique aujourd’hui : lier les hommes (et les femmes) par l’évocation de leur humanité, une façon de ré-enchanter la fonction politique malmenée par ses pratiquants et critiquée par les citoyens et ceux qui la subissent. Un essai de traduction en arabe littéraire du prologue de l’ouvrage par Salma Mansour & Inès Jedidi a été lu  par Yosra Amouri et commenté par l’assistance : ce qui a donné lieu à un débat passionnant autour de l’utilité et des buts de la transposition recherchée. Comment parler au public ? Quel médium utiliser ? L’arabe dialectal –dit aussi tunisien- a été jugé plus sensible, plus proche et plus évocateur que l’arabe littéraire. Le travail théâtral en perspective, doublé d’une captation filmique qui a commencé au cours de cette séance (le vidéaste Sémy Ben Slimane, empêché, a confié la tâche à Slim Belhiba) sera une autre occasion de tester la démarche et d’expérimenter les possibilités de faire voyager le texte La Chose publique à travers la langue arabe, littéraire ou vernaculaire.

Mardi 31 mai 2016 : L’atelier de réflexion transdisciplinaire organisé à l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine a rassemblé 23 personnes dont 3 étudiants de l’ISAMM et leurs enseignants, des chercheurs en histoire, anthropologie, littérature, biologie, architecture…. Philippe Dujardin a illustré le thème “La Chose publique, objet carrefour. Entre science politique, histoire, anthropologie” en revenant sur son parcours de chercheur au sein de la science politique en France et après sa mise à la disposition de la région lyonnaise. Sa thèse consacrée à la Constitution française « avortée » de 1946 a permis d’évoquer des questions comme le régime électoral, le rôle des partis, la signification (et les limites) de la représentation, le découpage territorial, le rôle du fait religieux… autant d’entrées qui parlent dans la « transition » tunisienne en cours et interpellent son observation raisonnée. En plus de la liaison nécessaire (et toujours entravée par le système universitaire) entre les savoirs humanistes et artistiques, les réflexions autour du temps (le passé, le présent, l’avenir), la distinction entre l’actualité et la contemporanéité, comme la définition de l’attitude prospective (en comparaison avec celle du chercheur) ont suscité des réactions dans la salle.

Les deux rencontres de l’université de La Manouba avec Philippe Dujardin témoignent qu’après la « performance » du 14 novembre 2015 autour du texte La ‘chose publique’, d’autres possibilités de travail en commun s’ouvrent et que des résonances se poursuivent.

A suivre….

le 1er juin 2016

Publié dans Rawafid n° 20, revue de l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, pp. 147-150.

(Re)Voir « La Tunisie vote » de Hichem Ben Ammar, le jour des élections américaines

Il y a quelque chose d’apaisant à regarder un film sur des élections passées, le jour où se déroulent d’autres. Comme il y a à apprendre. Nous le savons en Tunisie depuis 2011 : les élections sont un moment important et d’avoir vécu celles de 2014 nous a enseigné que ce n’est jamais une simple répétition. Que nous apprendront les prochains rendez-vous électoraux en Tunisie ? Seront-ils pour les municipales ? Quand auront enfin lieu ces élections reportées : en 2017 ? en 2018 ? On n’en parle plus pour l’instant.

Un antidote Continuer la lecture

Célébrer l’absence : Georges Adda parmi nous

L’ambiance du centenaire de Georges Adda (22 septembre 1916-28 septembre 2008) avait les attraits d’un anniversaire à la fois vivant et pensé, sérieux et bon enfant. L’occasion a été saisie par la famille pour que des institutions publiques (la Bibliothèque Nationale de Tunis, les Archives Nationales de Tunisie, l’Union Générale Tunisienne du Travail, la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de La Manouba et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine), des collègues, des amis, des syndicalistes, des militants politiques, des artistes, des chercheurs, un éditeur… réunissent leurs élans, conjuguent leurs efforts et croisent leurs compétences afin d’évoquer par l’oral, l’écrit et les images une vie particulière mais instructive à plus d’un titre sur l’évolution historique des XXème et XXIème siècles tunisiens. Continuer la lecture

Tunis, capitale coloniale

En avril 1881, 30 000 soldats sont envoyés par Jules Ferry en Tunisie, au prétexte de mettre fin à une incursion des Kroumirs en Algérie. Trois semaines plus tard, Sadok Bey est contraint de signer, au palais Kassar Saïd (banlieue de Tunis), le traité du Protectorat (dit du Bardo) du 12 mai 1881. La colonisation française, ainsi officialisée et complétée par la convention de La Marsa signée le 8 juin 1883, accentue le cosmopolitisme de la ville de Tunis et son ouverture vers la mer, en créant un espace d’administration, de peuplement, d’exploitation économique et de loisirs en direction du port. Après l’achèvement des travaux de ce dernier en 1893, la promenade de la Marine est rebaptisée « avenue Jules Ferry », balisée par le bâtiment consulaire construit en 1860 et investi, avec le protectorat, comme siège de la Résidence Générale à Tunis.

Une dynamique démographique

L’établissement du protectorat accélère aussi l’immigration dans une ville portuaire cernée par des vergers agricoles qui attirait déjà des habitants de l’intérieur du pays, des Maghrébins, des Maltais, des Grecs, des Espagnols et surtout des Italiens (de Sicile et d’autres régions). Ces derniers, actifs dans tous les secteurs (agriculture, pêche, industrie et services) importent toutes sortes de pratiques qui entrent dans la cuisine, le bâtiment, les métiers textiles et les façons de parler.La population européenne est la première à prospérer à la faveur des quartiers qui se construisent dans l’aire urbaine ouverte par la colonisation en direction du nord, du sud et de l’ouest de la « ville arabe ». Des milliers de Français, répondant à l’appel de fonctionnaires et au besoin d’assurer la force publique, viennent s’ajouter aux quelque 3 000 Français déjà installés dans le pays. Leur nombre ne parvient pas à dépasser celui des Italiens avant le milieu des années 1930.Les deux principaux afflux nord méditerranéens se concurrencent à coups de traités bilatéraux (1896, 1945) et de décrets pour l’octroi de la nationalité française (1921, 1923). L’équilibre entre les deux populations est atteint vers 1936 grâce à la naturalisation de milliers de volontaires progressivement attirés par le statut.

La migration maghrébine à Tunis est liée au travail, aux affinités religieuses (sur la route de la Mecque ou pour des études à la mosquée Université de la Zitouna), parfois à des besoins de refuge. Algériens, Tripolitains et Marocains sont disséminés dans le tissu de la ville selon les raisons de leur émigration et leur statut social. Les Algériens, citadins ou ruraux, se concentrent autour du quartier de Bab el Jazira, entretiennent des commerces. D’autres sont notaires, écrivains publics, enseignants, et certains occupent les rangs du mouvement nationaliste.Les flux de Tripolitains ou de Marocains, moins nombreux, grossissent les emplois urbains subalternes ou domestiques de la ville. La composante maghrébine du sous-prolétariat urbain peuple les quartiers les plus pauvres et se retrouve dans les organisations syndicales qui se forment au cours du XXème siècle.

Les mouvements de population de l’arrière-pays augmentent à la fin de la Première Guerre mondiale. Après un mode d’émigration individuel, les habitants de Djerba, du Sud ou du Nord s’installent par familles entières à Tunis à la recherche d’opportunités pour l’entreprise, le commerce ou les études qui augmentent à partir des années 1930.

De 110 000 habitants environ à la fin du XIX ème siècle (les statistiques flottent à ce sujet) à 500 000 habitants en 1956, la ville de Tunis connaît un dynamisme démographique et économique qui modifie la face et l’équilibre de la ville dans la première moitié du XXème siècle. Les recensements montrent une forte augmentation de la population européenne entre 1881 et 1930 qui atteint en 1936 le nombre de 98.877 dans l’enceinte tunisoise et de 115.653 dans l’ensemble de l’agglomération. Entre 1936 et 1956, les statistiques établissent une hausse plus vigoureuse de la catégorie « population musulmane » qui s’étend des quartiers de la « vieille ville » vers les nouveaux faubourgs et la ville moderne, en expansion depuis 1881.

D’un pôle urbain à un espace polycentré

La ville se déploie sur des quartiers, des faubourgs et des banlieues au Nord, au Sud et à l’Ouest. L’axe européen commence par le Nord, en direction du chenal qui mène à la mer. La cathédrale Saint Vincent de Paul qui fait face à la Résidence Générale, un ensemble de commerces, de restaurants, d’hôtels et de cafés structurent l’extension de la « ville européenne ». De l’autre côté de la Porte de la mer (Bab B’har) où le Consulat britannique a élu domicile depuis 1850, la « ville arabe » est investie par une population de Maltais, de Tunisiens musulmans et juifs, d’Italiens socialement bigarrée. Entre demeures bourgeoises, logements modestes, oukala-s (logements autour d’une cour centrale où les locataires se partagent la cuisine et les toilettes)  et fondouk-s de passage, ateliers d’artisans et ruelles commerçantes, la médina de Tunis, s’organisait depuis longtemps autour de la mosquée de la Zitouna et de la citadelle de la Kasbah. Flanquée de deux faubourgs ou r’bat (Bab souika et Bab al jazira), et circonscrite par une série de portes, vestiges des anciens remparts pour la plupart détruits, elle a été érigée en municipalité en 1858.

Quoique complémentaires, ancienne et nouvelle aires urbaines, évoluent avec dissymétrie. Les travaux d’infrastructure et d’adduction d’égouts et d’eau courante  aboutissent à un début de réseau en 1891 dans la partie moderne de la ville où la spéculation foncière attisée par la loi immobilière de 1888 fouette le traçage des rues et boulevards, stimule le bâtiment public et la construction privée. L’éclairage électrique s’étend à la ville européenne vers 1900.

L’administration française partage ses institutions entre les nouveaux quartiers (Hôtel de la Monnaie, Hôtel de ville, avenue de Carthage), les édifices de la médina (Dar Hussayn est le siège du commandement de l’armée, la caserne des janissaires d’El Attarine est transformée en bibliothèque, la Kasbah abrite le secrétariat général du gouvernement tunisien) et les boulevards tracés sur l’emplacement des remparts (les directions générales et les ministères de Bab Benat).

L’architecture dite coloniale se développe à la faveur de la construction des immeubles, villas et édifices publics qui allient le style, le décor et les matériaux locaux avec les innovations techniques comme l’acier ou le béton.Dans la médina, on restaure (le minaret de la Zitouna en 1892) et des décrets (1920 et 1921) tentent de sauvegarder le bâti sans améliorer l’infrastructure et les conditions de vie. La densité de population augmente dans un tissu urbain peu retouché. En 1956, la population s’y élève à 120 000 environ dans un espace restreint qui se vide des couches les plus aisées, attirées vers les faubourgs plus accessibles grâce aux travaux de voirie et à la construction du réseau du tramway (le quartier du Bardo est relié à partir de 1908). Des zones d’habitation à bon marché (HBM) fixent à partir de 1920 les classes moyennes dans les quartiers de Franceville, Mutuelleville, Taoufik.

En 1931, le plan d’aménagement de la ville européenne tente de mettre de l’ordre dans une poussée urbaine constante. L’assainissement du quartier juif de la hara entre 1936 et 1939 et l’achèvement de la synagogue en 1937 participent au désenclavement de la population juive pauvre. Les juifs aisés eux sont intégrés à la bourgeoisie européenne industrielle et commerçante installée dans les quartiers résidentiels (Lafayette, Le Belvédère) et dans les banlieues (La Goulette, la Marsa, Hammam-Lif…) reliées par chemin de fer.

Parallèlement aux activités industrielles (alimentaires, matériaux de construction) et d’affaires, Tunis devient une ville de loisirs : les espaces verts aèrent le quartier du Passage, l’esplanade de Gambetta Park et le jardin d’essai du Belvédère (où un Casino est inauguré en 1910). Le théâtre municipal est inauguré en 1902, le théâtre italien Politeama Rossini voit le jour en 1903 tandis que le cinéma fait son apparition quelques mois après la première projection des Frères Lumière  à Lyon : La Dépêche Tunisienne se fait l’écho d’une projection fin octobre 1896. L’Omnia Pathé, première salle de cinéma tunisoise est inaugurée en 1908. Le public des théâtres, music-halls, concerts, bals, cinémas, d’abord européen va se mélanger au fil du temps.

A côté de l’enrichissement de la trame urbaine, l’extension de la ville pousse vers une ceinture de taudis et de « gourbivilles » où s’entassent les populations des zones rurales du pays. Mellassine, Ras Et-tabia, Jbel Lahmar, La Cagna, Jbel Jelloud, faubourgs liés à l’activité industrielle qui se développe, s’étendent après la Deuxième Guerre mondiale qui a éprouvé la ville : le port et la compagnie fermière des Chemins de fer Tunisiens notamment ont subi des dégâts et un programme de reconstruction est lancé.

Espace citadin et politique

Le bouleversement urbain du Tunis colonial n’est pas uniquement lié au développement du train, du tramway, du télégraphe, de l’éclairage au gaz qui entraînent l’extension de l’espace, la poussée des banlieues et une proximité entre les différentes catégories de populations. La présence européenne joue un rôle moteur mais voisinage et partage des activités transforment à leur tour les relations et les mentalités urbaines.

L’impact des deux guerres mondiales, les transports, la vie de bureau, le travail en usine, la fréquentation des spectacles, les rythmes scolaires favorisent les mélanges d’habitudes et introduisent de nouvelles façons d’occuper la ville et de l’investir. Les jours fériés, le ramadan ou l’horaire estival de la « séance unique » pour les fonctionnaires instaurent un rapport au temps partagé par tous les Tunisois. Aussi, la géographie urbaine en mutation se double-t-elle d’une série de transformations dans les comportements individuels et les rapports collectifs qui changent la conception et le vécu de l’espace citadin.

Des mutations se font sentir après la Première Guerre mondiale avec la diffusion d’espaces de sociabilité et de loisirs citadins qui vont être les lieux d’expression de la politique. Le phénomène est engagé avec la diffusion de l’imprimé qui entraîne l’essor de la presse, en langue arabe et française principalement. Avec le journal, la physionomie des cafés se transforme. Le café européen (café bar et brasserie, ou débit de boissons rattaché à un hôtel) modifie l’occupation des lieux : les chaises remplacent les nattes des cafés maures. Le café draine en outre, une autre culture, celle du journal et une sociabilité qui facilite les réunions associatives. Une législation naît dans le but de surveiller ces lieux de rencontre et d’activité politique.

Les cafés sont concentrés entre l’avenue de France et l’entrée de la médina (on en compte sept en 1924). Ils pratiquent une mixité qu’on ne voit pas dans les cafés de la médina et des faubourgs. Cependant, depuis les incidents autour de l’immatriculation du cimetière du Djellaz (1911) et le boycott des tramways (1912)-deux révoltes urbaines réprimées dans le sang- qui marquent les Tunisois, le café devient partout le lieu où on lit le journal en groupe, où on échange les nouvelles et les idées, notamment politiques. Le cinéma et le sport deviennent aussi des lieux où s’exprime le politique.

A côté du réseau du centre ville, des salles de cinéma s’implantent en banlieue à partir de 1910 et dans les quartiers de Bab Souika, Bab Menara et Al Jazira à partir de 1924. Plus petites que celles de la ville européenne, ces salles programment des films arabes et hindous que la censure pointe parfois car il arrive que les spectateurs y expriment des opinions anticoloniales. Le sport, lieu de promiscuité, d’échange et d’adversité se politise également avec la multiplication des associations sportives. La naissance des deux grandes équipes tunisoises de football, le Club Africain (1920, Bab Jedid) et l’Espérance sportive de Tunis (1919, Bab Souika) marque la structuration de l’espace urbain par le sport, vecteur d’affirmation politique.

La politisation de ces activités citadines se remarque d’autant plus que Tunis, centre de l’administration coloniale et siège du contrôle civil de la région, n’héberge pas le Bey, co-signataire des lois et traités avec la Résidence Générale. Le garant et symbole de souveraineté de la Régence de Tunis réside en effet en banlieue : le pouvoir beylical vit, reçoit au Bardo, à Hammam-Lif, à La Marsa… Dans ces demeures excentrées, il se joue une existence jamais niée par les textes, mais marginalisée dans l’espace et dans la prise de décision.

Au contraire, les Français s’approprient l’espace comme lors des défilés du 14 juillet ou celui du Congrès Eucharistique de Carthage de 1930. En 1925, pour célébrer son centenaire, la statue du Cardinal Lavigerie, archevêque d’Alger et de Carthage, est érigée sur le parvis de la Place de la Bourse, à l’entrée des souks, provoquant des manifestations d’étudiants de la Zitouna. Ces actes répétés de théâtralisation de la présence française en Tunisie finissent en effet par engendrer des répliques nationalistes. Le premier parti nationaliste le Destour est fondé en 1920, puis le Neo-Destour dirigé par Bourguiba en 1934.

Les manifestations du 9 avril 1938 devant le Palais de justice sur le Boulevard Bab Benat et sur l’avenue Jules Ferry, face à la Résidence générale, apparaissent comme une protestation contre l’appropriation coloniale de l’espace que les habitants du Tunis, assiégé puis occupé à partir de 1881, n’ont pas exprimé en leur temps.

Ainsi, toute capitale qu’elle est depuis des siècles, Tunis voit son espace se politiser face à la colonisation française, une dimension qui vient s’ajouter à son dynamisme économique et à son aura historique.

Sélection bibliographique

Leïla Ammar, 2007, La rue à Tunis, réalités, permanences et transformations : de l’espace urbain à l’espace public, 1835-1935, Thèse en architecture, Université Paris VIII, Seine Saint Denis.

Habib Belaïd, 1998, « Aperçu sur le cinéma en Tunisie à l’époque coloniale », Rawafid n° 4, Revue publiée par l’Institut Supérieur d’Histoire du mouvement national, Université de La Manouba.

Morgan Corriou, 2011, Un nouveau loisir en situation coloniale : Le cinéma dans la Tunisie du protectorat (1896-1956), Thèse de doctorat, Université Paris-Diderot 7 (à paraître).

Christophe Giudice, 2006, La construction de Tunis, « ville européenne » et ses acteurs de 1860 à 1945, Thèse de doctorat, Université de Paris Panthéon-Sorbonne.

Paul Sebag, 1998, Tunis, Histoire d’une ville, Paris, L’Harmattan, 685 p.

Article publié dans le magazine Les Collections de l’Histoire n° 70, janvier-mars 2016, pp.76-80.

La photographie “Architecture. Avenue de paris. Tunis” est de Hamideddine BOUALI