Archives de catégorie : Histoire

Science en situation, Réflexions autour de la recherche tunisienne

L’impératif de freiner et de contrôler la contamination d’un virus mondial est sans autre solution, pour l’instant, que d’obliger chacun à rester chez soi. Chercheure en quarantaine, j’ai eu le temps de réfléchir à ma profession qui a le privilège, en plus de faciliter l’accès aux idées et la circulation entre les frontières, de bénéficier du numérique comme de la communication à distance. Mon immobilité et la connectivité à grande vitesse m’ont permis de prêter attention aux enjeux et aux moyens de la science en train de se faire (ou pas), en ce temps où la recherche est sollicitée, attendue et plus visible dans l’espace public tunisien.

Au cours de ces semaines de confinement, textes, interventions, déclarations, interviews de scientifiques de tous bords se sont multipliés, mettant en évidence différents aspects de la morphologie géo-politique de la recherche. Entrer dans le fonctionnement de ce monde dans une situation exceptionnelle et commune permet de décortiquer le métier de chercheur.

Le dur et le mou

Ces semaines de combat contre le coronavirus ont donné la parole à des chercheur-e-s de disciplines pouvant traiter de la médecine et de la santé, dans le passé et le présent. Les historiens sont sollicités pour retourner sur l’histoire des épidémies et on s’aperçoit qu’en Tunisie, articles et entretiens révèlent un domaine peu labouré – malgré l’existence de quelques thèses et articles –, et renseignent essentiellement sur la période contemporaine. L’histoire de l’épidémiologie tunisienne est représentée par les figures de Charles Nicolle et Ernest Conseil qui ont fait avancer en leur temps l’infrastructure locale et la recherche internationale. Malgré les retombées historiques de cette connexion, on vit en Tunisie, plus qu’ailleurs, la dichotomie entre les sciences dites « dures », « exactes » et celles qui, attribuées à l’homme et la société (comme si les autres ne l’étaient pas) sont accompagnées des épithètes « molles » ou « douces ». L’actualité sanitaire donne l’occasion de voir à quel point le champ médical est étendu et qu’il agrège aux savoirs généralistes des domaines pointus et étroitement reliés aux contextes.

L’information journalière nous initie à distinguer les spécialités et les institutions mobilisées pour comprendre, diagnostiquer, traiter et prévoir. On apprend que l’Institut Pasteur est concentré sur les vaccins et la sérologie, tandis que les laboratoires des hôpitaux Charles Nicolle ou de l’hôpital militaire analysent la nature du virus. Les médias, plus à l’aise dans les commentaires économiques découlant de la crise liée au coronavirus, vulgarisent la carte sanitaire qui devient aussi quotidienne que la carte météorologique. La digitalisation, enfin possible du système de soins, ajoute aux retombées pédagogiques et citoyennes de la pandémie. Chiffres et statistiques communiqués au grand public gardent toutefois une certaine opacité. Le sociologue Mohamed Ali Ben Zina commente régulièrement sur Facebook les courbes et pourcentages du ministère de la Santé. Ces leçons de méthode appliquée éclairent au jour le jour la lecture des chiffres, montrant l’utilité de relier les enseignements dans nos cursus universitaires encore trop cloisonnés.

La perception de la science reste dichotomique et le sentiment de la menace dévoile, de façon sensible, le besoin vital de faire converger les savoirs et de croiser les compétences pour tirer le meilleur profit des avancées scientifiques.

Pouvoir médical et frontières

D’autres observations amènent à saisir les représentations hiérarchiques qui révèlent, dans le contexte tunisien, la nature des barrières mentales traduisant les cadres politiques et matériels du métier de chercheur. Même si on est averti sur les conditions d’exercice et les logiques internes de ce monde professionnel, l’expérience de confinement met en évidence, une fois de plus, les différences entre les hommes et les femmes. Marta Luceño Moreno a développé, à partir de son vécu, une réflexion sensible sur la condition de chercheure (‘L’autre épidémie, les inégalités de degenre, pp. 69-73). Les témoignages des médecins tunisiens expatriés font ressentir la disparité des salaires et les déséquilibres entre recrutements nationaux et internationaux. Ils interpellent sur les effets des migrations des compétences comme sur l’attractivité des emplois d’expertise, résultant des choix des financements. L’assignation à résidence généralisée redonne des couleurs locales à une profession mondialisée qui sécrète aussi des inégalités.

Un déclic rappelle une autre disparité : dans la vague de mortalité ascendante et la polémique sur l’hydroxy-chloroquine, la distinction entre les médecins praticiens, mis en demeure de guérir chaque patient, et les médecins chercheurs qui, sans oublier la finalité de soigner, ont la latitude d’exercer des raisonnements plus froids, apparaît avec netteté.

Au-delà des considérations éthiques, le critère de « puissance » souvent accolé aux capacités de recherche scientifique n’est pas obligatoirement pertinent dans l’urgence, ni efficient face au danger immédiat. Dans le cas tunisien, l’autorité de l’OMS dévoile ses paradoxes et le grand public saisit, avec les directives tâtonnantes face au virus, l’importance du temps dans les protocoles de recherche et la maîtrise des connaissances.

Dans la lutte contre l’épidémie, la directrice générale de l’observatoire national des maladies nouvelles et émergentes (ONMNE), les équipes de l’Institut Pasteur et de l’hôpital Abderrahmane Mami sont des figures de proue qui relèguent les politiciens au second plan. Alors que le secteur privé prospère depuis 2008 à travers la Fondation Nationale de la Caisse Assurance Maladie (CNAM), le secteur public est perçu comme la locomotive contre le Sars-CoV-2 et l’entité capable de combattre les disparités régionales et sociales devant la maladie.

Cela laisse espérer que le « pouvoir médical » tunisien puisse s’emparer de l’opportunité de rectifier la ventilation des dépenses publiques et le laxisme observé par l’État face à l’hémorragie des diplômés de la faculté de médecine qui émigrent en masse par manque de recrutements et faute d’investissements matériels et humains pour la santé.

Troubles dans les repères

La position – même privilégiée – de chercheur s’inscrit dans une « géographie physique et mentale de la science ». Celle-ci est comme suspendue dans l’épisode pandémique. La configuration plus ou moins consciente qui régit nos manières de faire intériorisées dans les échanges d’idées, les citations et/ou des lectures plus ou moins partagées est brouillée par l’urgence du moment. Les priorités sont bouleversées et déplacées. L’information scientifique circule, certes, entre les spécialistes de la santé (la recherche « ouverte » stimule les échanges et les initiatives) mais dans l’état actuel, il s’agit de transposer les analyses macroscopiques de l’épidémie en mesures et instructions. La lutte contre la contamination mortelle oblige chaque écosystème local à relier la production des connaissances aux applications utiles sur place. Comme en temps de guerre, les sciences et les techniques sont mobilisées pour traduire les connaissances en directives et avertissements pragmatiques.

Les bilans et courbes rapprochent tour à tour la Tunisie de Taïwan, du Vietnam, de la Thaïlande, de la Mauritanie, de la Jordanie ou du Liban. La crise mondiale montre que nos besoins immédiats comme nos ressources nous rapprochent d’autres contextes que ceux auxquels nous avons l’habitude de nous référer. Les chiffres en provenance de France, d’Italie ou des États-Unis, que les médias reprennent à l’envi, sont plus anxiogènes qu’éclairants. Alors que les analyses des économistes qui se font ré-entendre reprennent les mêmes modèles, le voisinage des pays du Maghreb se révèle plus approprié pour les comparaisons et les cas de pays asiatiques ou africains, plus adaptés pour calibrer les réactions et les mesures.

L’actualité contraint à reconsidérer les critères de proximité, à jauger nos besoins essentiels pour mieux exploiter les ressources disponibles et construire des données. Ce qui ramène aux manières de travailler dans la recherche en sciences humaines et sociales. Ces semaines nous ont confinés dans le temps du traitement de l’urgence et du témoignage. Alors qu’un cinéaste a entamé le tournage d’un film, que des sketchs et sit-coms se sont emparés de thèmes autour de l’épidémie, je me demande comment nos façons de faire de la recherche vont s’inspirer de cette expérience imposée à tou-te-s. L’observation critique peut-elle trouver des opportunités dans la crise du Covid-19 pour des questions pertinentes ouvrant sur des données ou des outils nouveaux ? Les chercheurs confinés parviendront-ils à renforcer les capacités scientifiques à mieux traiter les questions d’environnement, d’inégalités ou d’éthique que la pandémie aura révélées, simultanément et partout ?

Chaque terrain et chaque moment sont porteurs d’un potentiel de connaissances. L’expérience inédite et commune de la pandémie donnera-t-elle à la science la capacité d’être utile et partagée par le plus grand nombre ? La crise du Covid-19 changera-t-elle le regard des chercheur-e-s et/ou leurs manières de circuler, entre les terrains, les méthodes et les références ? En plus de la mise au point du vaccin, il faut espérer que la recherche soit apte à activer les prédispositions de la science – qui a aussi ses vulnérabilités – à évoluer dans son propre fonctionnement.

Le 18 mai 2020

Texte publié dans Vivre au temps du Covid-19, Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie, Tunis, IRMC/Nirvana, 2020, pp. 95-100.

Plaider pour changer le monde. La figure de Gisèle Halimi

Le concert des hommages rendus à Gisèle Halimi (Tunis, 27 juillet 1927 – Paris, 28 juillet 2020) a unanimement souligné l’ampleur des causes auxquelles l’avocate franco-tunisienne a consacré sa vie.

En tant qu’avocate, députée, écrivaine, elle s’est emparée d’affaires qu’elle a su gagner grâce à sa façon de plaider, tout en contribuant à faire bouger, sur un temps long, un ordre politique et sexuel qu’elle a vécu dans sa chair.

Cette femme figure d’un XXe siècle en ébullition a croisé des situations qui ont laissé une trace écrite et orale, et creusé des sillages en France, au Maghreb et jusqu’en Palestine.

Devenir avocate dans la Tunisie colonisée

L’enfance et l’adolescence de Gisèle Halimi née Taïeb se déroulent dans une famille juive tunisienne, traditionnelle et conservatrice. Son caractère et ses révoltes sont sculptés par les rapports de classe et de sexe structurant une société colonisée qui lui ouvre, grâce à la nationalité française de son père, les portes de l’école. Sa situation familiale structure ses aspirations d’émancipation et sa culture se façonne avec les luttes de terrain.

La Kahéna, héroïne judéo-berbère du VIIe siècle opposée à l’occupation ommeyyade, lui inspire un « roman » (2006) à partir des informations disponibles.

Gisèle Halimi évoque dans ses mémoires l’antisémitisme de son institutrice et raconte des épisodes devenus mémorables : elle se souvient, entre autres, de la mobilisation nationaliste du 9 avril 1938.

Kaïs Saïed, candidat au second tour des élections présidentielles tunisiennes d’octobre 2019, a rappelé que son père emmenait à vélo la jeune adolescente au lycée, pour la protéger de la police allemande occupant le pays (17 novembre 1942-13 mai 1943). Grâce à une bourse et l’argent gagné par des cours particuliers, la bachelière de 17 ans poursuit à la Sorbonne des études de droit et de philosophie et fait l’expérience du racisme métropolitain.

Elle obtient son diplôme d’avocate en 1947 et s’inscrit en 1949 au barreau de Tunis, dominé par les avocats français.

Elle vit la flambée de violence et de répression qui sévit en 1952 en tant que stagiaire des tribunaux militaires assignée à la défense de nationalistes tunisiens, dont Habib Bourguiba Président de la république tunisienne entre 1957 et 1987.

Avocate au procès d’El Alia (près de Philippeville/Skikda) du nom des massacres survenus en 1955 entre indépendantistes du FLN puis, en représailles, par l’armée française dans région du Constantinois en Algérie, elle prend conscience des pratiques de torture et des usages d’extraction d’aveu justifiant des condamnations à mort.

Carrière hexagonale

Elle part en France en 1956, juste avant l’indépendance et la promulgation du Code du Statut personnel qui participe à donner à la jeune République tunisienne la réputation de pionnière sur la place des femmes dans la famille et la société.

Témoin tout en étant objet de discriminations, elle s’engage aux côtés du Front de Libération Nationale (FLN) algérien et défend, en 1958, une trentaine de militants algériens auprès du Tribunal militaire d’Alger puis, en 1960, Djamila Boupacha, accusée d’avoir posé une bombe, torturée et violée dans les geôles françaises.

L’avocate obtient du peintre Picasso un portrait pour la campagne qu’elle organise pour sa libération à la faveur des accords d’Evian de 1962. Ce portrait fera la couverture de l’ouvrage que Gisèle Halimi signera avec Simone de Beauvoir pour dénoncer la torture exercée au cours de la Guerre d’Algérie. 

De France, Gisèle Halimi poursuit ses prises de position contre la torture et entreprend de nombreuses démarches pour obtenir la grâce d’insurgés et militants condamnés à mort.

Agir et écrire pour les droits des femmes

Après Mai 1968 (qui n’a pas changé les rapports de sexe), le combat politique de l’avocate emprunte une autre monture : celui du droit des femmes à disposer de leur corps et de la liberté de procréer.

Elle s’associe avec Simone de Beauvoir et Jean‑Paul Sartre pour fonder en 1971 « Choisir la cause des femmes » et signe, avec de nombreuses célébrités, le « Manifeste des 343 salopes qui ont avorté ».

Malgré le risque de sanctions, elle se met courageusement dans le camp de l’inculpée du procès de Bobigny (1972) : « J’ai avorté, j’ai commis ce délit » pour essayer de frapper la conscience des juges et leur expliquer la nécessité de sortir ce geste médical de la clandestinité.

Elle obtient la relaxe de Marie-Claire Chevalier, une jeune fille de 17 ans qui avoue avoir avorté après son viol. Tout en soignant sa technique et sa rhétorique de défense, elle continue à déborder de l’enceinte des tribunaux et, sans outrepasser les règles strictes de l’avocature, à sensibiliser l’ensemble de la société en publiant en 1973 La Cause des femmes. La loi légalisant l’interruption volontaire de grossesse (dite loi Weil) est votée en 1975 et devient remboursable par la sécurité sociale quand Gisèle Halimi devient députée de l’Isère en 1982.

Au cours du procès d’Aix-en-Provence de 1978, elle défend deux touristes belges violées par trois hommes à Marseille. Elle médiatise à bon escient le procès poursuivant sa stratégie pour changer le regard de la société envers une atteinte à la dignité humaine et pour faire évoluer la loi française. Celle-ci déclare en effet en 1980 le viol comme un crime passible de prison.

Le féminisme tunisien a, de son côté, avancé à la force du droit, à coups d’enquêtes, de plaidoiries et de rédaction de textes.

Plusieurs militantes tunisiennes à l’instar de l’avocate- députée Bochra Bel Haj Hamidahttps://www.jeuneafrique.com/mag/538816/societe/dix-choses-a-savoir-sur-bochra-belhaj-hmida-figure-du-feminisme-tunisien/ et des juristes Sana Ben Achour, Hafidha Chekir ou Monia Ben Jémia, notamment appartenant à la vague contestataire des années 1980, ont été marquées par l’efficacité de cette femme politique qui, en tant que députée française, se prononce pour l’abolition de la peine de mort (1981) et la dépénalisation de l’homosexualité (1982). Ces mots d’ordre sont aujourd’hui à l’ordre du jour des revendications des organisations comme l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD).

Anticolonialiste jusqu’au bout

Originaire d’un pays colonisé, elle s’est forgé une sensibilité envers les opprimés du système mondial. Comme pour l’avortement, le viol et la torture, l’engagement de Gisèle Halimi pour les pays occupés dénote d’un souffle et d’une continuité.

Membre du tribunal international des crimes de guerre Bertrand Russell, elle est observatrice de la guerre du Vietnam en 1967. Plus tard, en qualité d’ambassadrice déléguée permanente de la France auprès de l’Unesco (1985-1986), et de présidente du comité des conventions et des recommandations de l’Unesco (1985-1987), elle participe à faire avancer la parité Hommes/Femmes au sein de ces organisations internationales.

Dans la foulée des luttes sociales en France (1988-1998), elle participe à fonder l’Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne (Attac) en 1998 et s’investit dans la rédaction des statuts pour élaborer une vision qui essaye de contrecarrer les inégalités du système néo-libéral.

Au nom du même idéal de liberté, elle défend la cause palestinienne à travers plusieurs tribunes, notamment en 2010 et en 2014, condamnant l’intervention armée d’Israël. Pour ne pas être complice du silence envers « un peuple aux mains nues », l’avocate s’associe au tribunal Bertrand Russel pour la Palestine en 2009 et adhère au comité de défense du militant palestinien Marwan Barghouthi.

Maître Gisèle Halimi quitte un monde en plein bouleversement, notamment dans les rapports entre les sexes. Ses expériences de juive féministe internationaliste et « intersectionnaliste » avant la lettre, comme ses actions, ont fait évoluer la présence et la visibilité des femmes dans l’espace public.

Orfèvre passionnée de la communication politique, elle mérite que l’un ou plusieurs de ses quinze ouvrages soient traduits en arabe pour combler un vide aussi étonnant que stérilisant, afin que les générations partagent  ce qu’elle a fait pour l’évolution des rapports complexes entre droit et justice aux XXe et XXIe siècles et en faveur de la lente marche vers l’égalité entre les hommes et les femmes.

Hammam-Lif, le 30 juillet 2020

Publié par The Conversation 

https://theconversation.com/gisele-halimi-plaider-pour-changer-le-monde-143696

L’administration au Maghreb : histoires, actions, perceptions

Compte rendu de Hassan Elboudrari et Daniel Nordman (dir.), Les savoirs de l’administration. Histoire et société au Maghreb du XVIe au XXe siècles, Casablanca, Fondation du Roi Abdul-Aziz, 2015, 368 p.

Cet ouvrage collectif présente les travaux d’une communauté de chercheurs et de doctorants formée depuis 2006 de quatre équipes de recherche (française, marocaine, algérienne et tunisienne) rassemblées autour d’enquêtes couvrant la longue durée, du XVIe au XXe siècles. Le programme portait sur un champ d’étude peu éclairé par la recherche franco-maghrébine : la genèse de l’administration dans les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie et Libye), son exercice, ses formes, son efficacité et ses multiples incidences historiques. Il a donné naissance à dix-neuf contributions qui sortent du prisme strictement colonial (commandant aussi la période moderne) et introduisent d’autres lectures des sociétés maghrébines à travers les manières d’exercer ou de servir le pouvoir comme de le subir. Il faut louer la persévérance des initiateurs qui ont su vaincre les difficultés d’un projet dont les dimensions humaine et géographique dépassent largement les objectifs des accords de coopération habituels. La thématique resserrée autour des rapports liant les administrations, les savoirs et les techniques gagne en vision panoramique et en profondeur comme les réflexions en pistes de comparaison. Le lecteur trouve son compte dans l’étendue des questionnements induits qui se partagent en quatre chapitres. L’État demeure au centre des contributions mais il est appréhendé par le biais des techniques de gestion ou par celui des acteurs et des compétences qu’il mobilise, ce qui présente l’intérêt de rendre sa nature moins abstraite et sa portée moins écrasante. Au-delà des institutions et des individus étudiés, l’ouvrage déroule une panoplie d’aspects matériels et d’éléments pratiques inhérents à une compréhension de l’évolution des pouvoirs, des populations et des territoires administrés. Sur fond de descriptions fines et à l’aide/au moyen de sources manuscrites ou imprimées parfois inédites, l’ensemble fait apparaître le mouvement qui traverse les sphères administratives et les liens, visibles ou secrets, entre les systèmes sociopolitiques maghrébins du XVIe au XXe siècle.

L’un des apports de l’ouvrage est d’offrir une vision plus détaillée des dispositifs qui étayent la détention du pouvoir au Maghreb. Toujours omniprésent, l’État se révèle à travers une connaissance plus précise des agents intermédiaires, connectée avec des questions et des difficultés (sur la régionalisation ou l’urbanisation) construites en savoirs éclatés ou délaissés. Tout en renseignant sur des décalages ou des concomitances entre les différentes organisations étatiques du Maghreb, les textes mettent les projecteurs sur les fonctions médianes de ces organisations. Que ce soit dans l’entourage du bey avec le secrétaire (katib ou khuja) , dans l’administration territoriale avec l’expert (gayyas, ‘irrif) ou le chef de corporation (amin) , ou fiscale avec le fermier général (lazzam), on voit fonctionner des activités qui touchent à des intérêts privés ou à des règlements locaux, régionaux ou municipaux. La création des apprentis médecins ou la formation de qabla-s (sages-femmes) en Algérie traduit les besoins croissants en « développement » qui nécessitent la constitution d’un personnel nouveau et des modalités de recrutement à mettre en place. Les instituteurs en Kabylie, les élus locaux ou les assemblées municipales sont des courroies de transmission de l’État.

Tout n’est pas radicalement nouveau dans les machines administratives, puisque des fonctions anciennes sont réactivées ou des mesures passées remises à l’ordre du jour. La fonction du muhtassib (distincte de celle du cadi) est réinvestie par la monarchie marocaine avant de tomber en désuétude avec l’instauration à partir de 1914 d’une administration municipale. Au XIXe siècle, la réforme du système d’imposition appelé mahçulat renouvelle la distribution du système fiscal tunisien entre les villes et les campagnes, faisant de l’ancienne mejba un impôt de capitation. Ces dispositions contribuent à faire évoluer les techniques d’observation, de consignation, de contrôle ou d’évaluation des activités de l’administration. Ces interventions a priori éloignées du centre du pouvoir nous font découvrir un personnel et des fonctions de l’Etat moins visibles, qui forment la trame des réseaux d’influence périphériques agissant sur les législations et les pratiques en action. La prise en compte de connaissances théoriques sur le droit, l’hygiène, la botanique, l’archéologie ou l’arabe remodèlent les usages dans l’administration en agissant d’abord sur la production écrite (rapports, traités, registres, contrats), support fondamental de la gestion étatique moderne. L’écriture, l’inventaire, le comptage, l’arpentage, l’onomastique font passer d’une fonction mal définie à une gestion plus segmentée et un suivi des populations, des territoires et des institutions plus disséminé et s’appuyant sur des tâches annexes. Cette évolution ne va pas sans créer de conflits ni poser des problèmes de hiérarchie ou de compatibilité : c’est particulièrement sensible avec l’installation de l’autorité coloniale qui consiste parfois à doubler les codes ou règlements existants (dans le droit foncier par exemple) : ce qui entraîne un traitement hybride des questions d’appropriation ou d’exploitation des terres.

Les percées de cette recherche collective dans la sociologie historique du pouvoir au Maghreb se doublent d’une attention particulière à la matérialité de son exercice. C’est un autre point fort de l’ouvrage d’offrir des grilles de lecture de la fabrique des archives maghrébines.

 Même quand elle propose de croiser les sources « endogènes » et « exogènes », la pratique historiographique tend à les distinguer. Plusieurs des études soulignent l’importance et la constance des emprunts et des métissages, qui expliquent l’évolution et l’usage des fatwa-s (les consultations juridiques), des traités de fiqh (la jurisprudence), de la littérature hagiographique ou des contrats notariés. Cette perspective révèle la porosité à double sens entre productions administrative et intellectuelle. Là aussi, la longue durée remet les choses dans un ordre qui intègre le rôle du temps et dans une circulation entre les genres qui fait du passage par l’écrit le lieu des réajustements et des adaptations entre le terrain et l’analyse, entre l’action et sa formulation. Les relations de voyage et les rapports militaires considérés aux XVIIe et XVIIIe siècles comme des accès à l’observation historique se nourrissent de la documentation locale disponible, éclairée ou influencée par les conventions de l’époque et par les horizons des auteurs autant que par leurs points de contact. Les contrats notariés, empreints d’oralité, évoluent avec les apports du droit, du savoir médical ou des techniques financières.

Le rapport, ou mémoire, le recensement, la liste, l’inventaire, la thèse, le reportage journalistique s’interpénètrent dans des formes et des contenus qui intègrent les savoirs mobilisés dans leurs procédures et leurs démarches. La monographie est systématisée par les géographes comme les plans d’urbanisme par les ingénieurs et les architectes. On rend compte des bâtiments (hôpitaux, dispensaires, minarets), comme des anciens et nouveaux quartiers (Bône au XIXe siècle). L’archive se diversifie tout comme le vocabulaire technique qui l’accompagne : au-delà des mœurs et des coutumes (ethnographie), il s’agit de surveiller les épidémies (la peste en Tunisie), de veiller à l’hygiène des populations, de réglementer les mosquées, oratoires et minarets dans l’espace urbain en changement. La technocratisation du pouvoir fabrique des écrits y compris face aux rituels (des zaouïas, des mosquées ou des cimetières)

Après le parchemin, le registre et la fiche rédigés à la main, le passage à la machine à écrire représente un tournant significatif dans l’évolution des méthodes administratives. La pratique du papier carbone multiplie les copies autant qu’elle brouille la notion de producteur comme le statut de copie unique ou d’original. L’exemple des douanes de Casablanca montre que cette transition administrative sous-étudiée (tout comme les incidences de l’entrée du télégraphe ou du téléphone) charrie une transformation qualitative des usages et un gonflement significatif de la matière documentaire conservée, détruite ou disparue.

La sélection bibliographique insérée dans l’ouvrage sert à situer le matériel disponible et les études générales ou spécialisées qui permettraient d’aller plus loin sur un sujet (l’administration) abordé souvent sous l’angle de la centralisation de l’État, de la modernisation des élites ou de l’appareil bureaucratique. L’ouvrage prolonge et élargit les focales des historiographies maghrébines sur ces questions en faisant de l’administration une entrée plus complexe et plus suggestive.

Il présente l’intérêt d’intégrer les savants (historiens, géographes botanistes, médecins…), les militaires, les touristes, les politiques locaux et les populations observées et administrées dans une dynamique qui n’est pas cantonnée au seul cadre précolonial et colonial, ainsi que le soulignent les articles revenant sur les notions de tribu/confédération, de confrérie religieuse ou d’indigène. Ces classifications sociopolitiques prouvent, une fois de plus, que leur complexité découle d’une évolution qui se reflète tantôt sur le terrain de l’action tantôt dans leur représentation « savante » ou leur perception gestionnaire.

Compte rendu paru dans Annales, Histoire et Sciences sociales n° 4, 2017. 

Nar, s’immoler aujourd’hui en Algérie

Le film Nar (Feu), de Meriem Achour Bouakkaz (2019), a été au centre de la première activité de la manifestation intitulée 20 ans, 20 films, 20 pays initiée par l’Université de La Manouba pour son 20ème anniversaire. Le ciné-club de la Faculté des Lettres des Arts et des Humanités a programmé une série de films pour accompagner cet anniversaire doublé de deux autres (les 60 ans de l’université tunisienne et les 10 ans de la Révolution). L’ordre alphabétique a fait de l’Algérie le premier pays visité tandis le sujet du film projeté mercredi 29 janvier 2020 (les immolations en Algérie) a permis de relier une foule de sujets, de rapprocher des pays, de raccorder des questions sociales, humaines et politiques qui se posent aujourd’hui.

http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/56927_1#

Tourné (en 2018 ?) avant le déclenchement des marches hebdomadaires le 22 février 2019, ce documentaire de 52 minutes fait parler un animateur culturel, un rescapé, une mère et un frère de victimes, deux étudiants, un mécanicien et un agent de sécurité, des multiples significations du feu (= nar). Comme une signature d’époque, le film démarre par une vidéo sur une immolation en direct (près de Jijel, en avril 2012) suivie par la répression des mobilisations qu’elle a déclenchées. Il se termine par une citation de l’écrivain et journaliste algérien Mostafa Benfodil : « Puisse l’Algérie renaître de la cendre de ses enfants ».  Le feu est ainsi abordé à travers différents vécus, dans les lieux et les décors qui marquent ces histoires autant qu’ils font sortir les expériences vers une compréhension plus large. Chaque témoignage est inscrit par la cinéaste dans une toile qui nous fait entrer, à travers un montage sensible, au cœur de l’Algérie, au cœur de l’actualité sociale maghrébine comme au cœur de la psychologie humaine.

L’histoire en train de se faire

Des images paisibles des rues et des cafés fuse une musique, celle de La Casa d’El Mouradia, ce chant de stade qui a porté les rassemblements algériens de 2019.

Le spectateur est introduit dans l’histoire en train de se faire, dans les vies des gens, dans leurs têtes, dans les mots qu’ils utilisent pour parler de leurs existences, dans les actes qu’ils entreprennent. En s’attardant sur les souvenirs, les sentiments, les regards, les douleurs et les pensées de Fouad, Seïf, Tayeb, Anis, Saïd, Lakhdhar et Saïda, la cinéaste nous dévoile les sens ambivalents du feu, les raisons qui y mènent et les jugements qu’on en tire.

Fouad évoque ses souvenirs des faits de Village Moussa d’avril 2012 ; il intègre l’immolation de Hamza à son expérience auprès des jeunes de la région qui, en l’absence de culture, ne peuvent ni vivre pleinement ni partager leurs talents. Le graphiste Saïd, rescapé, date son geste du 14 janvier 2011, en détaille les phases puis déroule une réflexion sur ce qu’il en a appris, après avoir été sauvé, grâce à la solidarité mobilisée. Le récit de Taïeb, frère du marchand d’olives mort de ses blessures, souligne le parallélisme avec la condition du tunisien Mohamed Bouazizi, marchand ambulant, en butte aux injustices administratives. Taïeb trouve son réconfort dans sa passion de la nature et des vestiges historiques. Lakhdhar a tenté de s’immoler dans une banque avec sa fille handicapée ; ayant obtenu un logement, il a repris confiance dans son appartenance à l’Algérie, tout en reconnaissant la responsabilité de chacun dans la situation générale. Les deux étudiants (Seïf et Anis) déclarent apprendre des choses dans ces cafés, un « lieu sacré » où des heures passent à échanger sur la vie, regarder les matchs, jouer sur des téléphones, sortir de chez soi, dans une sociabilité exclusivement masculine. Saïda, la seule femme du film, est une mère qui ne parvient pas à oublier le geste suicidaire de son fils, en principe interdit par l’Islam ; elle cherche la paix en fabriquant son pain, en faisant du crochet, en entretenant ses plantes et sa maison, aux côtés de son frère. 

Brûler

Les images nous rappellent l’omniprésence du pétrole dans les bouteilles et les objets en plastique, les moteurs de voitures, les bonbonnes, les cigarettes, les réchauds, les pompes à essence. Cette ressource s’avère mortifère, meurtrière dans un environnement vécu comme une prison. Seuls les stades constituent, pour les hommes, un espace public d’expression et de défoulement individuel et collectif. Alors que des richesses s’étalent à longueur de plaines, de plages et de montagnes, des bateaux de fortune emportent des harraga-s, qui mettent en œuvre une autre façon de brûler et de fuir l’insupportable. Les immolations sont des gestes individuels portés à la visibilité pour extérioriser une douleur de vivre, pour dire une « vérité » mais le prix de ce « point de non retour » coûte aux jeunes sans rien rapporter à la communauté.

Vécus et gestes racontent une réalité algérienne sombre qui rappelle des conditions économiques et sociales d’autres pays, y compris dans les conséquences tragiques du fléau de la corruption et du clientélisme. Ces réponses désespérées et spectaculaires sidèrent les entourages et restent sans explication. Médias et statistiques ne savent pas appréhender le phénomène. S’auto-immoler n’est pourtant pas la seule réaction possible pour la jeunesse d’une Algérie où les victoires du football procurent de la joie, où des chantiers voisinent avec des ruines antiques, où les côtes maritimes offrent des ressources, où des terres vierges invitent à l’exploitation, où la solidarité existe, où la volonté de vivre n’est pas complètement éteinte.

Les prémices du hirak algérien sont réunies dans ces témoignages de survivants et de proches. Les immolations se poursuivant par centaines, voir Nar a plus d’une portée : celle d’approcher par le bas les soulèvements -que la Tunisie a inaugurés le 17 décembre 2010- et de donner à comprendre ces décisions de s’embraser pour interpeller contre l’injustice, briser le mépris et dénoncer le manque de liberté.

Le 31 janvier 2020

Juin. Le maréchal africain, Un portrait

Guillaume Denglos, Juin. Le maréchal africain, Paris, Belin/Ministère des armées, 2018, 462p.

 Voici une biographie d’un personnage honni de l’histoire coloniale. Officier de l’armée française en Afrique du Nord, Alphonse Juin (1888-1967) est une recrue exemplaire (major de promotion à Saint Cyr en 1912, il devance Charles De Gaulle) et quelques victoires militaires sont attachées à son nom (la campagne de Tunisie, 1943 ; la victoire du Garigliano, 1944…). La mémoire de ce dernier maréchal d’Empire traîne cependant des actes lourds de conséquences sur l’histoire des pays colonisés puisqu’il est notamment le représentant officiel de la France pour deux dépositions de monarques : celles de Moncef Bey en Tunisie (13 mai 1943) et de Mohamed V au Maroc (20 août 1953). Charles-André Julien, Charles de Gaulle, François Mauriac ont laissé des portraits peu flatteurs d’un officier méritant mais qui n’a pas su comprendre le cours de l’histoire. Sa correspondance avec le général Salan de l’OAS achève de le disqualifier tandis que l’histoire marocaine est peu amène avec cet adversaire de la décolonisation qui a malmené une personnalité glorieuse. Après deux biographies (1968, 1988) de facture plutôt hagiographique et un volume de Mémoires publié en 1960, l’image du Maréchal Juin reste négative, desservie par ses sympathies vichyssoises, sa défense d’une colonisation têtue d’une Afrique du Nord secouée par des marques de rejet et par sa radicalisation contre l’indépendance de l’Algérie.

Un soldat français des colonies

Le travail de Guillaume Denglos revient à travers la vie d’Alphonse Juin sur l’histoire coloniale franco-marocaine dont les prolongements tunisien et algérien apportent des clés de compréhension supplémentaires. L’ouvrage issu d’une thèse soutenue en 2014 à l’Université de Paris I sous la direction de Pierre Vermeren[1], s’appuie sur une série d’archives dispersées en France (Archives nationales ; archives diplomatiques de la Courneuve, ouvertes en 2009 ; Centre des Archives Diplomatiques de Nantes ; Archives su Service Historique de l’Armée de Vincennes ; Institut National de l’audiovisuel), au Maroc (archives du Maroc de Rabat, fondations Allal El Fassi, Abderrahim Bouabid…) et  en Espagne (archives générales de l’administration d’Alcala de Hénarès).

 Grâce à l’apport de fonds inédits (ex : les papiers de Léon Marchal, ancien délégué à la Résidence Générale de France à Rabat, décrits page 441), des entretiens oraux et une lecture alerte de souvenirs et mémoires (les officiers supérieurs écrivent beaucoup après la retraite), cette biographie croise des documents jusque là peu connus (des séries non exploitées ou récemment classées, les fonds privés de Georges Bidault, Vincent Auriol, Hubert Lyautey, Christian Fouchet…) pour faire la part de l’homme, du soldat et de l’administrateur politique dans le monde colonial maghrébin, au cours de la première moitié du XXème siècle. Les douze chapitres dessinent un portrait nuancé d’un personnage, ni héros ni salaud, sans en gommer la riche carrière militaire, le patriotisme ni les contradictions, à la confluence des réseaux politico-militaires qui se tissent entre la France, le Maghreb et les Etats-Unis, à la faveur des deux guerres mondiales.

L’auteur commence par revenir sur l’enfance algérienne, dans un quartier populaire constantinois, d’un fils de gendarme qui gravit les marches de la méritocratie républicaine en passant par le service de l’armée (chapitre 1). Après son succès à Saint Cyr, Alphonse Juin intègre le régiment de tirailleurs de Blida puis découvre le Maroc avec les débuts militaires du protectorat français (chapitre 2). La Grande Guerre lui offre l’occasion de se distinguer : blessé à deux reprises et quatre fois décoré, il refuse d’être l’aide de camp de Lyautey, qui l’a remarqué, pour la passion de conduire le 1er régiment de tirailleurs marocains (chapitre 3). Après le métier de soldat, il apprend celui d’administrateur en effectuant un stage auprès de Lucien Saint (1867-1938) en Tunisie, au moment de la crise d’avril 1922 qui oppose le Bey Mohamed Naceur à la Résidence Générale de France (chapitre 4). Après sa participation en 1925/1926 à l’offensive française contre la rébellion rifaine dirigée par Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi (1882-1963) depuis 1921, il se rallie à Lyautey, pourtant démis par Charles Pétain qui a mené les opérations[2].

Le mariage de Juin avec la fille d’un riche propriétaire de Constantine, Cécile Bonnefoy, en décembre 1928 le propulse socialement, dans des milieux de la droite conservatrice (chapitre 5). Il fait l’apprentissage de la vie politico-militaire française en colonie. Sa proximité de Juin avec Lyautey (avec qui il échange une correspondance suivie de 1928 à 1933, sans partager sa vision), tout comme son passage au cabinet militaire de Lucien Saint (1929-1933) forgent sa conception coloniale et renforcent son image d’homme à poigne (chapitre 6).

La deuxième guerre mondiale va révéler le patriotisme anti-allemand de ce « soldat africain » en même temps que ses penchants pétainistes (chapitres 7 & 8), avant un ralliement tardif à de Gaulle en 1943. Ces épisodes seront au centre des interprétations concurrentes et des querelles mémorielles qui surviendront dans les années 1950 et qui s’aiguiseront avec le mouvement de décolonisation.

Le chapitre 10 (pp.137-151) raconte, sans entrer dans la complexité de la crise, la campagne de Tunisie et la déposition de Moncef Bey qui sera prononcée par Juin. Une nouvelle fois, celui-ci se distingue par son efficacité de chef militaire qui connaît son apogée avec la victoire menée à la tête du Corps expéditionnaire français (CEF) en Italie (chapitre 11). La fin de la guerre le consolide dans une réputation de fermeté qui lui vaut d’être préféré au général Leclerc pour devenir Résident Général de France au Maroc. Cinq militaires obtiennent ce poste au cours des 44 ans du protectorat. A l’instar de son mentor Lyautey (1854-1934)[3] et succédant à Charles Noguès (1876-1971)[4], Juin occupe la fonction entre mai 1947 et septembre 1951[5] sans bénéficier de l’aura du premier ni du relatif oubli du second par les Marocains. Un bras de fer s’engage dès le début entre le sultan Mohamed Ben Youssef et Juin dont l’objectif est officiellement de transformer le protectorat en Etat associé au sein de l’Union française afin de pérenniser le lien de sujétion du Maroc envers la France. Les plans de « réforme » qu’il propose pour le pays l’auraient amené vers une situation de co-souveraineté, d’où le refus par le sultan.

Juin et le Maghreb

Les 7 chapitres suivants (pp. 203-338) forment le cœur du travail de Guillaume Denglos, axé autour de la période où Alphonse Juin règne en proconsul sur le Maroc. Il jette sur l’histoire du protectorat marocain des éclairages divers qui permettant de comprendre les relations complexes entre la France et les élites, les soldats et les populations sur le territoire marocain. Ces acteurs impliqués dans l’expérience coloniale ne peuvent pas être réduits à la vision métropolitaine qui commence à flotter sérieusement face à la tournure des événements dans l’ensemble du monde colonial, au Maghreb, en Afrique comme en Asie.

Fait maréchal en 1952 et nommé à l’Académie française en 1953, Juin coopère avec Mendès France pour mettre en place un accord avec la Tunisie. La chute de Dien Bien Phu en 1954 confirme le choix de Juin de se concentrer sur l’Afrique du Nord en soutenant l’idée que l’Algérie, aussi française que l’Alsace et la Lorraine constituait, dans le contexte de guerre froide, un élément clé de l’Alliance atlantique en protégeant le flanc sud de l’Europe.

Le départ du sultan Ben Arafa et le retour de celui que les Marocains vont adouber en tant que Mohammed V signent la « défaite » politique de cet officier légaliste, dépassé par la  vague d’émancipation qui traverse le monde et en particulier le Maghreb en feu (titre de son ouvrage écrit en 1957). Après avoir été « l’enfant terrible de la 4ème République » (chapitre 20), le commandant à l’OTAN se voit progressivement marginalisé dans l’élaboration du jeu politico-militaire français (chapitre 21). Maintenant son objectif d’ordre dans un contexte politique qui a changé de nature -l’indépendance émerge dans l’horizon d’attente des nationalistes maghrébins-, il s’oppose à la politique algérienne de Charles de Gaulle. Quand l’indépendance de ce pays qui a façonné sa vie advient, le maréchal juin est à la retraite depuis le 6 avril 1962…

Cette série d’éclairages sur la personnalité et la carrière d’Alphonse Juin dépasse l’histoire d’un individu, fût-il un acteur important de l’organisation militaire et politique française. Les péripéties qu’il traverse dévoilent les dessous des projections, des tractations, des manipulations et des erreurs qui jalonnent l’histoire de la colonisation du Maroc et permettent de suivre les processus qui finissent par déboucher sur son indépendance. Sortant du seul point de vue métropolitain. Guillaume Denglos reconstitue le contexte général de la colonisation puis de la décolonisation en décortiquant les crises et en dessinant les étapes de la perte d’influence de la France. Tout en montrant l’apparition des dissensions internes dans la classe politique française, il contribue à relier les différentes histoires « nationales » concernées, celles de France, d’Algérie, du Maroc, de la Tunisie et de l’Espagne (à propos de la guerre du Rif). Ce faisant, il ouvre une série de chantiers pour les chercheurs désirant sortir des limites d’une histoire politique « classique » qui considère, entre autres, les appareils militaires comme des structures parallèles et/ou opaques. Le corpus documentaire mobilisé dans l’ouvrage permet de comprendre le rôle des armées et des militaires dans les politiques impériales et montre les possibilités d’étudier l’empreinte de l’organisation et de la culture militaire françaises sur les armées maghrébines de l’après-indépendance.

Ce sont là quelques-unes des pistes d’un ouvrage fouillé, agréable à lire et qui traite avec sagacité le conflit mémoire/histoire qui habite aujourd’hui l’histoire contemporaine.  

12 avril 2019

Paru dans la revue IBLA n° 223, 2019-1, pp. 102-106.


[1] Guillaume Denglos, Juin l’Africain : le Maréchal d’Empire (1887-1967), Paris I, Panthéon-Sorbonne, trois volumes de 1179 pages : deux de texte (608 pages) + un d’annexes (574 pages).

[2] Film Abdelkrim et la guerre du Rif, 2010, par Daniel Cling publié sur la chaîne Arte

[3] Daniel Rivet, Lyautey et l’institution du  Protectorat français au Maroc 1912-1925, Paris, L’Harmattan, 1988, 3 tomes.

[4] Noguès sera résident de 1939 à 1943. William A. Hoisington Jr, L’héritage de Lyautey : Noguès et la politique française du Maroc, 1936-1943, Paris, L’Harmattan, 1995.

[5] Le général de Gaulle quitte le pouvoir en janvier 1946

La Revue Tunisienne des Sciences Sociales Entretien avec Abdelwahab BOUHDIBA

L’entretien qui suit aborde l’histoire et le fonctionnement de la troisième revue de sciences humaines et sociales créée dans l’université tunisienne. Les deux entretiens précédents ont concerné Les Cahiers de Tunisie et  la Revue Tunisienne de Droit.

Abdelwahab Bouhdiba est professeur de sociologie et spécialiste de la civilisation islamique. Après avoir dirigé le département de sociologie de l’Université de Tunis et le Centre d’études et de recherches économiques et sociales (CERES) entre 1972 et 1992, il est nommé à la tête de l’Académie Tunisienne des Sciences des Arts et des Lettres (Bayt al Hikma) de 1995 à 2010. Cet entretien a été effectué en 1995. 

Vous avez été directeur de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales de 1972 à 1990, pendant une période assez longue pour qu’on y décèle une évolution.

Cette revue a été créée pratiquement en 1963-1964, sous la direction de Monsieur Mustapha Filali, un homme admirable, syndicaliste, écrivain, professeur, homme politique d’une grande ouverture d’esprit et d’un grand courage intellectuel. A lui, avait été confiée la tâche de mettre en place le CERES, et très vite, autour de lui nous avions pensé qu’il était nécessaire de donner au CERES, un organe d’expression. J’ai tenu à ce qu’on appelle cette revue : Revue Tunisienne de Sciences Sociales

Le titre de la revue, c’est donc vous qui l’avez donné ?

Oui ; par cette dénomination nous voulions prolonger La Revue Tunisienne. Historiquement, ce sont Les Cahiers de Tunisie qui ont pris la suite de La Revue Tunisienne, mais nous voulions revendiquer l’esprit de cette dernière, extraordinairement ouvert : des chercheurs amateurs, savants, hommes politiques, administrateurs et techniciens ont rencontré en Tunisie un ensemble de problèmes, dont certains à caractère social très marqués, avec autant de profondeur qu’ii était alors possible de le faire et ils ont essayé de les traiter. La Revue Tunisienne de Sciences Sociales a été l’organe d’expression du CERES. Or, ce dernier a été créé pour répondre à des besoins de la société et de l’Etat tunisiens. A l’indépendance, la Tunisie avait mis en place une politique de développement et avait besoin d’études ; le CERES – Centre de Recherches et d’Etudes Économiques et Sociales – devait fournir à l’administration, aux planificateurs et décideurs tunisiens, les outils et les informations qui leur permettraient de mieux choisir. Mais, très vite, les difficultés et le divorce entre l’Université et les gestionnaires du domaine politique et administratif sont apparus. Nous n’étions pas sur la même longueur d’ondes et les universitaires n’étaient pas disposés à aller dans le sens préalablement tracé par des choix à caractère administratif ou politique. L’universitaire entendait s’en tenir à un champ d’investigation plus libre, plus ouvert, académique et scientifique avant toute chose.

Ne pensez-vous pas qu’ii était utopique de créer une sorte de bureau d’études aussi scientifique fût-il, au service d’une politique, aussi généreuse pût-elle être?

Utopique non. La meilleure preuve est que les services que nous n’avions pas pu fournir à l’administration tunisienne, celle-ci a pu immédiatement les trouver auprès d’un ensemble de bureaux d’études, venus essentiellement de France, pour répondre, dans des délais fixés, selon un protocole établi à l’avance, à des questions très claires des planificateurs tunisiens. Il y a eu, dès le départ, divergence au niveau de l’orientation à donner à la recherche scientifique.

D’autre part, nous autres jeunes universitaires, ayant apporté notre contribution à l’œuvre d’’indépendance (nous avions milité dans le cadre du parti au pouvoir ou dans l’opposition dans les mouvements politiques de jeunesse ou autres), avions la prétention d’avoir une mission à remplir. Là était peut-être l’utopie. Nous pensions avoir un rôle à jouer, non pas en choisissant à la place des décideurs mais en pesant au moins sur l’événement. Comment le faire sinon en fournissant des informations inédites, contrôlées, objectives et de première main, une analyse de la situation économique, sociale et culturelle de la société tunisienne telles que les instruments d’investigation démographiques, sociologiques, anthropologiques, géographiques ou autres pouvaient nous permettre d’y accéder ? Que cela fût difficile, certes ! J’ai eu à en faire l’amère expérience en acceptant de diriger un moment un Bureau de Recherches Sociologiques intégré au Plan. La divergence des orientations a très vite épuisé le capital de bonne volonté investi dans cette recherche sollicitée mais guère agréée…

Et comment se définissait la revue dans le vaste projet de la recherche au CERES ?

La revue, organe d’expression du CERES, devait mettre dans le domaine public, à la disposition des étudiants, des lecteurs, des chercheurs, des administrateurs, le fruit de la recherche accomplie. Nous ne voulions pas d’un travail pour qu’il reste dans les tiroirs. N’oublions pas non plus la grande soif qu’avait la société tunisienne de se connaître et de s’informer sur elle-même : les recherches étaient extrêmement rares ; celles qui étaient disponibles, avaient été faites dans un contexte colonial ou étranger. Elles avaient vraiment besoin d’être sinon remises en question, en tout cas contrôlées, approfondies ou justifiées, selon le cas. Ecrire, publier, chercher sont les trois aspects de l’opération de s’appréhender et de se connaître. Mus par un souci d’authenticité, nous pensions jouer un rôle positif : accomplir une recherche de l’intérieur. Nous étions fermement convaincus que la recherche ne peut être faite par procuration. Elle devait être authentique, fondée mais autonome dans ses méthodes d’investigation et dans ses appréciations. Elle devait permettre le dialogue et la coopération avec des chercheurs non tunisiens. Ainsi, les équipes multidisciplinaires et les équipes internationales ont pu se constituer et beaucoup de recherches du CERES ont été faites, surtout au début, avec des amis et collègues français.

Vous parlez de recherche intérieure et interne ; en épluchant les sommaires de la Revue Tunisienne des Sciences Sociales, on voit apparaître en 1967-1968 une dimension maghrébine et vers les années 1974 une ouverture plus mondialiste. Celte recherche de « nationaux » est doublée d’un mouvement vers l’extérieur.

Les choses se sont calmées très vite. La demande de l’Etat tunisien s’est faite plus rare, celui-ci préférant alors se fournir, pour l’essentiel de son information, auprès des sources « étrangères ». Nous avons alors envisagé, dès la fin des années 1960, engager nos recherches dans une perspective plus « universitaire » tout en restant engagés. Entre-temps, la direction avait changé. M. Mustapha Filali était parti pour d’autres responsabilités ; après un bref intermède avec M. Chédly Ayari puis M. Mahmoud Seklani, j’ai pris la relève début 1972 sur d’autres bases : nous avons analysé l’expérience des dix années passées pour essayer de mettre en place des objectifs différents et une dynamique nouvelle.

Une recherche plus « pure »… ?

Une recherche tout aussi engagée, ancrée sur les problèmes tunisiens, mais plus décontractée. La fibre nationaliste, l’enthousiasme débordant, l’émotion saine n’avaient plus de raison d’être. Nous sommes entrés dans une dynamique nouvelle pour une recherche académique universitaire mais qui essayait de coller à la société tunisienne. Nous allions multiplier les colloques et les rencontres qui trouvaient souvent leurs traces ou leur profondeur dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales. Le social était à la fois objet et sujet de recherche, il ne pouvait cependant y avoir de recherche tunisienne au sens étroit du mot ; celle-ci devait rayonner et déboucher sur d’autres horizons : maghrébine, arabe, africaine, méditerranéenne et européenne.

Quel rôle avez-vous tenu dans cette revue ? Concepteur, arbitre ou animateur ?

Animateur : certainement. Dans la mesure où cette revue exprimait des recherches faites dans le cadre du centre. Le choix des programmes était le fruit d’une double initiative ; l’essentiel était proposé par les chercheurs qui n’épousaient pas forcément le point de vue officiel, ne cherchaient pas à répondre aux préoccupations administratives, avaient leurs propres intérêts. Un comité de synthèse se réunissait pour mettre au point les thèmes de recherche, très variés du point de vue des disciplines, de la méthodologie mise en œuvre et des préoccupations. En tant que directeur, je prenais de très larges initiatives, en proposant des thèmes, que l’on pouvait retenir ou non ; la plupart du temps, au nom de la liberté universitaire, les chercheurs préféraient s’en tenir à leurs propres projets. J’ai très fréquemment reçu des demandes de l’administration, ou d’organisations internationales (UNESCO, PID, OMS, UNICEF) ; tel service ou office sollicitait une recherche (pour l’étude de la séance unique, les horaires de l’administration, le tourisme intérieur, la délinquance juvénile, l’exclusion sociale, l’alphabétisation fonctionnelle, l’encadrement de l’agriculture, l’industrialisation, la carte scolaire….). Ces thèmes recueillaient parfois l’adhésion spontanée d’un chercheur, sinon nous demandions des concours extérieurs. Pendant la période à laquelle vous faisiez allusion, il y avait les chercheurs permanents, nommés et affectés à temps plein au CERES, et les chercheurs associés, c’est-à-dire nos collègues des Facultés qui venaient, par contrat, faire des recherches à l’intérieur du CERES. Ce fut une période d’explosion extraordinaire où des chercheurs de tous bords, des littéraires, des théologiens, des psychologues, des historiens, des archéologues, des juristes, des économistes… ont apporté leur précieux concours. Les rencontres internationales, associaient des parties maghrébines : il n’y avait pratiquement jamais de rencontre sans une participation algérienne, marocaine voire libyenne ou mauritanienne ; nous avons associé des collègues japonais, africains, américains, sans oublier nos amis européens. Tout cela débouchait comme produit fini dans la revue. Mais très vite, il était apparu nécessaire de mettre un certain nombre de critères qui permettraient à la revue de sortir avec un minimum d’harmonie : nous avions des recherches qui allaient de 7 à 700 pages et nous ne pouvions pas, dans la même revue, publier des contributions aussi inégales par la longueur. Nous avons donc décidé d’un minimum d’étendue ; pour les articles de plus de 50 pages, les textes devaient sortir dans des brochures ou des livres autonomes.

La Revue tunisienne de Sciences Sociales a déterminé les autres publications du CERES ?

Absolument ; d’elles étaient sortis Les Cahiers du CERES, les mémoires, des publications hors série, les actes extrêmement divers, dans les contenus et les formes. Mais nous avons tenu également à ne publier que les sciences sociales. Les textes à caractère littéraire, historique, (sur l’histoire de l’Antiquité par exemple) ou théologique ont été publiés dans des supports indépendants de la Revue tunisienne de Sciences Sociales.

Cela n’empêche pas ces disciplines d’être présentes dans la revue

Pas autant que si nous avions laissé la bride sur le cou… Car beaucoup de nos collègues appartenant à d’autre disciplines que les sociales avaient des difficultés à travailler, à produire et à publier

Si vous n’aviez pas tenu le vecteur « sciences sociales » comme prioritaire, la Revue Tunisienne de Sciences Sociales aurait-elle été différente ?

Elle aurait été très dispersée. Elle aurait été constituée de mélanges sur le vaste domaine des sciences humaines. Nous nous en tenions pour l’essentiel à la sociologie, la démographie, la linguistique et aux sphères immédiatement voisines.

Avec un grand nombre de numéros spéciaux !

Les numéros spéciaux sont à part ; c’est une « ficelle » de gestionnaire qui permet, lorsque le retard s’accumule et qu’il n’y a pas de texte prêt pour couvrir la revue, de sortir des numéros sur un thème spécialisé, ou les actes d’une rencontre organisée par le CERES sous forme d’un numéro, double, triple ou quadruple, selon les besoins les plus urgents.

Une remarque de lectrice et usagère de la revue : la place du travail documentaire et bibliographique est relativement faible : les index divers, les recensions d’ouvrages, les comptes rendus sont absents, il n’y a pas de tables non plus. Quelle est l’explication ? En aviez-vous débattu au sein du comité de rédaction ?

Nous en avons beaucoup débattu ; je pensais qu’une revue devait suivre la production internationale, qu’il n’est pas normal que des livres majeurs paraissant en Tunisie ou en Europe, intéressant notre champ d’investigation ne trouvent pas d’écho dans la revue. Mais il y avait une difficulté : était-il possible de suivre systématiquement cette production ? Ce que nous avons eu entre les mains, ce n’était pas un tableau suivi et continu mais une certaine production intellectuelle qui intéresse nos domaines. Dans ces conditions là, sortir une note de temps à autre, de façon épisodique faisait perdre tout intérêt à cette publication.

Entre le « tout ou rien », vous avez choisi le « rien » ?

C’est qu’en fait, nous étions très proches de ce « rien » et dans ces conditions, mieux valait laisser la revue exprimer, purement et simplement, les recherches menées dans le Centre plutôt que d’essayer, épisodiquement, de monter en épingle telle publication alors que d’autres, plus importantes n’étaient pas analysées. Je considère maintenant que c’était un grand manque mais je ne dis pas que c’était une erreur, c’est tout ce que nous pouvions faire à cette époque ; c’était cependant un grand vide parce que des revues scientifiques comme Les Archives Sociologiques des Religions, L’Année Sociologique ou Les Cahiers Internationaux de Sociologie etc. non seulement produisent, mais informent sur ce qui a été produit par ailleurs. Mais Les Cahiers de Tunisie étaient à peine mieux logés que nous !

Vous venez de résumer les ambitions de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales : d’un côté très tunisienne par les articles, et se revendiquant mondialiste ou internationaliste sur le plan de la documentation et de l’information bibliographique. N’est-ce pas un tiraillement difficile à vivre ?

Peut-être. Mais comment se développe une science et surtout une science sociale sinon à partir d’un objet et d’une méthodologie ? L’unité d’une discipline est celle de sa méthodologie ; son ancrage dans un moment historique déterminé se fait à travers son objet. Nous n’avions pas la prétention d’inventer une méthodologie, ni d’inventer des techniques d’investigation mais de contribuer à les faire évoluer… Je crois qu’il y a une universalité de la méthode qui doit être appliquée d’une façon ou d’une autre, pour mieux saisir le contexte que nous nous proposons d’étudier. Notre ambition n’était pas tellement de faire avancer la sociologie ou la démographie, que de mieux connaître notre société, par l’intermédiaire de méthodes éprouvées : c’est une des limites de notre action dans le cadre du CERES et de mon apport personnel en tant qu’enseignant de sociologie. Il fallait- et il faut encore- accumuler les recherches empiriques en Tunisie et sur la Tunisie, procéder à une relecture de notre société, ne pas nous contenter de la vivre immédiatement, avec naïveté, mais la lire avec un regard second, avec réflexion et analyse pour essayer de corriger les erreurs énormes, a priori, et préjugés qui ont été répandus par la recherche de type colonial, d’avertir les responsables de l’impossibilité de considérer la réalité humaine tunisienne comme interchangeable à n’importe quelle autre. Le planificateur n’agit pas sur l’économie par l’intermédiaire de l’économie, il agit sur des hommes qu’il faut connaître, dont il faut prendre le pouls et apprécier leurs dispositions à faire évoluer leur propre système : s’ils n’y sont pas disposés, celui-ci ne changera pas. Intervenir sur la société tunisienne, c’est avoir affaire à une réalité historique, culturelle avec laquelle il faut prendre la précaution minimale de la connaître !

Pourquoi ce choix théorique de l’empirisme n’a-t-il pas prévalu aussi en matière d’information immédiate, sur ce qui s’écrivait sur la Tunisie et en Tunisie au moins ? Pourquoi ne retrouve-t-on pas dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales l’écho de la production sociologique sur la Tunisie pendant ces trente années ?

Nous ne pouvions guère organiser d’une façon rationnelle, didactique et suivie cette information. La bibliothèque du CERES est très riche, mais elle n’est pas systématique. Les acquisitions viennent avec un certain retard et ne couvrent pas la totalité d’un champ. Nous avons pu rassembler des thèses, des publications nationales, maghrébines, européennes etc. Mais si vous prenez, dans un domaine particulier, la sociologie de l’Islam ou la psychosociologie de l’entreprise, vous ne trouverez pas une documentation complète. Le livre circule mal en Tunisie. Par le recours à un ami, un professeur ou un voyageur ; la bibliothèque s’enrichit par à-coups, sans ventilation chronologique régulière des publications qui permettent de couvrir un certain champ. C’est la raison essentielle qui nous a fait renoncer à la rubrique « Recensions ». Je dois ajouter aussi que les chercheurs n’avaient pas manifesté d’intérêt pour cette rubrique. Et pourtant ils étaient quelque quarante « permanents » ! Je publiais mes propres recensions dans Les Cahiers de Tunisie, plutôt que dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, parce que cela n’a pas de sens de publier, de temps à autre, trois pauvres petits comptes rendus… J’avais pensé également à tenir d’autres rubriques : la chronologie des événements de notre société, des statistiques, signaler des études, des travaux de recherche, des thèses, des doctorats, quelque chose qui soit digne d’un niveau scientifique…

A travers les 115 numéros de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, on constate une absence de thématique générale. Quand on compare ses sommaires, à ceux des autres publications (Les Cahiers du CERES, colloques), on trouve des unités disciplinaires et non thématiques. Cet éclatement dans les thèmes était-il consciemment ressenti dans les coulisses de la revue ?

Certainement et cela est lié à l’évolution en zigzag du Centre. Dans les études et recherches économiques et sociales, les disciplines (sociologie, démographie, économie, géographie) sont très étroitement imbriquées : la linguistique a été ajoutée en cours de route, avec notre éminent et regretté collègue Salah Garmadi… Puis est venue une autre étape, après 1972, où nous avons choisi d’encourager systématiquement la recherche dans les sciences humaines ; les facultés n’étant pas à ce moment-là équipées pour la mener, on a confié au CERES la tâche de l’organiser. Nous sommes passés de cinq à dix sections avec l’histoire du mouvement national, la littérature, les études islamiques…

1972, c’est la date de votre arrivée.

Le CERES n’était plus limité à douze ou quinze chercheurs , il s’était enrichi d’à peu près cent-vingt collaborateurs qui venaient, sous contrat, faire de la recherche, il y a eu des tentatives de créer d’autres revues, sans grand résultat : un seul numéro de la Revue des Etudes Juridiques a vu le jour ; à la suite d’un projet de créer une revue des études littéraires, des conflits et difficultés avec Les Cahiers de Tunisie  et la faculté sont très vite apparus etc. Nous avons maintenu la Revue Tunisienne de Sciences Sociales comme expression des recherches qui sont menées au centre et beaucoup y étaient en effet menées mais publiées ailleurs, parce que leurs thèmes, leurs sujets s’intégraient très mal avec une revue dont on essayait de maintenir, malgré tout, l’unité. L’unité des thèmes n’apparaît vraiment que dans nos colloques parce qu’un colloque est délibérément organisé, bâti, structuré, autour d’un thème interdisciplinaire qui fait appel à des spécialistes de tous bords, des coopérations internationales ; un colloque est un carrefour, une rencontre, mais il y a au départ une unité de thème, tels que l’exclusion sociale, le rôle de l’université, les problèmes culturels de développement, le bilan du développement, les rencontres islamo- chrétiennes… La publication de la revue répondait à des préoccupations différentes.

Quels étaient les protocoles laborieux au sein de la revue ? Avec cent-vingt chercheurs, comment s’organisait le travail du comité ?

L’unité de base, c’était la section, avec un chef de section. A l’intérieur de celle- ci, une procédure d’évaluation collégiale et collective choisissait le thème ; l’avis de la section valait aussi pour les invitations, pour les diverses manifestations et pour la publication.

Une sorte de mini-comité scientifique ?

C’était un comité scientifique. Une première lecture entre collègues déterminait si la recherche pouvait être admise ou s’il fallait un complément de travail.

Il existait donc un palier de sélection à l’intérieur de chaque section ?

Oui. Venait ensuite le comité d’évaluation, composé des chefs de sections et du directeur du CERES qui examinait les textes présentés par les comités de section. C’est là que se faisaient, soit l’adoption définitive du travail, quand il ne posait pas de problèmes, soit la désignation d’un comité de lecture restreint, pour tel ou tel texte ; par la suite, comme le CERES avait évolué, le comité de programmes et d’évaluation ayant devant lui des textes et des orientations très divers, on a dû constituer un comité de lecture.

Pourquoi la revue n’a pas éprouvé le besoin de rendre ce comité de lecture visible par le lecteur ?

Ce comité de lecture n’était qu’un comité technique donnant au comité de programmes et d’évaluation puis au conseil scientifique, un avis sur la publication. Dans la mesure où la décision finale était prise par le comité de direction ou conseil scientifique, c’est à celui-ci qu’appartenait la responsabilité ultime.

Est-ce que cela n’a pas contribué à rendre la Revue Tunisienne de Sciences Sociales absolument confondue avec le CERES ? Ne pensez-vous pas que ces méthodes ont fait que la revue n’a pas pu constituer un secteur autonome, avec des protocoles de travail indépendants du fonctionnement général de l’institution dont elle faisait partie ?

Ce qui a prévalu, c’est que la revue publie d’abord les recherches faites au sein du CERES. Mais nous avions plus de productions scientifiques que ne pouvait en supporter la revue, même si, par moments, la synchronisation n’était pas au point (nous avions des interruptions, les textes n’arrivaient pas à temps, il y avait parfois un retard financier ou administratif dans la publication de la revue) ; l’un dans l’autre, la masse des travaux à publier dépassait la capacité de la revue, d’où un certain nombre de textes publiés ailleurs. Nous autorisions des chercheurs, appartenant à des sections qui ne font pas partie du « noyau dur » du CERES, à publier dans toutes sortes de supports : dans Les Cahiers de Tunisie, Ibla, La Revue de Théologie, Al Fikr, … Je dirais que le CERES c’est la Revue Tunisienne de Sciences Sociales plus les autres publications, les liens entre la revue et le CERES étant des plus intimes.

Qu’a apporté la Revue Tunisienne de Sciences Sociales à l’enseignement des sciences sociales en Tunisie ?

Il faut dire les choses telles quelles sont : nous avons très peu contribué à faire évoluer l’enseignement. D’abord parce qu’un grand débat a envenimé les rapports entre le CERES et facultés, celui de savoir si les chercheurs permanents du CERES ont ou non le droit d’enseigner dans les facultés et de diriger des travaux de recherche. Les facultés demandaient à contrôler les travaux de recherche qui se faisaient en leur sein, et la Faculté des Lettres et Sciences Humaines était particulièrement attachée à ce principe dans la mesure où un certain nombre de collègues du CERES n’étaient pas passés par les « fourches caudines » des recrutements nationaux. Nous ne pouvons cependant pas dire que la contribution était nulle : d’abord et pendant quinze bonnes années, grâce au statut de stagiaire de recherche, des étudiants étaient intégrés aux recherches ; la plupart des sociologues ont fait du terrain en tant qu’étudiants grâce au CERES. De plus et malgré les difficultés administratives, des étudiants de sciences sociales, de géographie, d’histoire, étaient recrutés pendant les trois mois d’été pour participer à nos recherches. De plus en plus, les facultés avaient du mal à faire faire du terrain à leurs étudiants ; même le mémoire de recherche obligatoire pour les étudiants de sociologie a été supprimé par la suite, vu le nombre croissant des étudiants. A partir du moment où les facultés n’étaient plus en mesure d’envoyer des sociologues et des géographes sur le terrain, seul le cadre du CERES permettait d’en faire. Deuxièmement, nos rencontres (il y en avait de toutes sortes, c’était une véritable « industrie » : j’en ai organisé plus de 120 pendant !e mandat que j’ai effectué au CERES), mobilisaient un public estudiantin très curieux, très actif. Nos équipes participaient à des rencontres, des colloques et des séminaires, qui drainaient un très large public ; une de celles qui m’a demandé le plus d’effort en m’apportant finalement satisfaction, a été la rencontre internationale Défi à la philosophie, Défi de la philosophie qui a rassemblé, face à une pléïade de très grands noms français et arabes, jusqu’à plus de 500 participants qui étaient nos étudiants et nos jeunes collègues. Il y avait, à ce moment-là, une soif et un désir de connaître alors que les manifestations culturelles se comptaient sur les doigts, et n’étaient pas aussi abondantes qu’aujourd’hui. Nous répondions à un véritable besoin de culture, de connaissance, d’approfondissement d’une manière timide, indirecte, je vous l’accorde, épisodique aussi ; mais nous avons quelque peu aidé de nombreux étudiants à être au diapason de la science telle qu’elle devait être.

Concernant la vie matérielle de la revue, quels étaient les moyens pour la faire ? Quelle était sa place dans le budget ? Celui-ci était-il géré par l’administration du CERES ou par le comité de rédaction de la revue ?

Le comité scientifique définissait l’ensemble du budget. La pratique normale de toute administration était de nous proposer un budget sur la base de nos propres prévisions. Après quoi, les instances de tutelle procédaient à des laminages successifs. Pour l’ensemble de nos publications, nous avons une enveloppe qui nous permettait de sortir quatre numéros de la revue et, selon les années, entre quatre à dix publications. La priorité était à la revue et il nous arrivait, en cas de besoin, de demander un concours extérieur. Lorsque, pour organiser un séminaire il nous arrivait de bénéficier de l’aide d’une instance internationale, d’une organisation non gouvernementale ou d’un pays ami, nous ne manquions pas de prévoir dans le « budget » extérieur un petit quelque chose pour la publication des Actes. Mais la revue, c’était le budget interne du CERES et elle avait toute priorité.

Qui gérait les problèmes de fabrication, de correction, d’imprimerie ?

C’était notre grand problème. Il existe toujours un service spécialisé de publication, des gens admirables, qui faisaient des heures supplémentaires non rémunérées et en quantité incalculable, des gens qui étaient « au four et au moulin », et qui étaient utilisés à mille tâches.

Ils faisaient partie de l’administration ou de l’équipe scientifique ?

De l’administration, ils s’occupaient de tout ce qui est fabrication, production, suivi. Pour la correction, des personnes recrutées sous contrat, procédaient à deux premières lectures ; la dernière correction qui aboutit au « bon à tirer » était donnée par le chercheur. Je dois dire que c’est la partie qui m’a donné le plus de ma! et le plus de difficulté : très souvent, ii m’est arrivé de retirer moi-même les textes, de m’apercevoir que des choses invraisemblables passaient dans la revue. Nous n’avons jamais pu avoir un contrôle sérieux par l’équipe rédactionnelle qui s’en remettait à cette équipe administrative alors qu’elle n’avait ni les compétences scientifiques, ni le temps nécessaires. Ce travail n’a jamais été fait dans les conditions optimales ; là était notre plus grande faiblesse.

Il n’y a pas que chez vous que cela se passe de la sorte.

Oui, mais si c’était à refaire, je me demande si j’aurais maintenu une publication dans ces conditions-là…

Le catalogue des publications de la revue fait état de l’épuisement des dix-huit premiers numéros. Serait-ce un signe de succès puis d’une baisse de l’audience de la revue ? Comment interpréter ces données ?

Le tirage se faisait au « pif » : au moins deux mille. Le plus gros était trois mille, parfois nous sortions à cinq mille. Le numéro 100 est sorti à cinq mille exemplaires. Il renfermait de très belles signatures, de très bons articles, il avait été soigneusement préparé. Les autres numéros de la revue et nos publications m’ont posé des problèmes rencontrés ailleurs : il existe certainement un lectorat potentiel pour nos publications, mais nous ne savions pas comment le toucher ; nous n’arrivons pas à le faire. Nous vendons une centaine d’exemplaires chez les dépositaires. Faut-il laisser s’empiler les tirages nos dépôts ? Faut-il essayer de trouver des lecteurs ? Après tout, nous écrivons, nous rassemblons, nous administrons, nous éditons, ii ne faut pas quand même nous demander de nous transformer en marchands. Nous ne savons pas vendre ; je n’ai jamais su pourquoi tel livre se vend et pas un tel autre. C’est un mystère. La Revue d’Etudes Juridiques qui est restée un unicum a été épuisée en un mois. Est-ce- qu’elle répondait à un besoin ? Est-ce-que le directeur de la section à l’époque a fait du porte-à-porte ? J’ai recruté quelqu’un qui, avec sa voiture, sillonnait la Tunisie ; il nous a vendu des milliers d’ouvrages à travers le pays. Simplement, je n’ai jamais pu le rémunérer correctement : l’administration qui a ses propres régies ne le permet pas ; il est donc parti. J’ai pris la décision d’organiser un service des échanges et qui procédera à une distribution gratuite. Nous avions une liste de 700 correspondants ; dès qu’un livre sortait, nous l’envoyions aux quatre coins du monde, à nos frais… On expédiait à Karachi, à Buenos Aires, dans les bibliothèques parisiennes, africaines, tunisiennes et les centres de recherche. Le reste parlait en deux, trois ou quatre ans, au hasard des conjonctures, il est normal que les toutes premières livraisons soient épuisées.

Parce que les chiffres de tirage étaient moins importants, ou parce que la soif était plus grande ?

Le temps passant par là, les publications sont épongées progressivement. Une bonne publication doit partir en un an ; il y en a qui, parfois, mettaient quatre ans à partir. Certaines livraisons étaient épuisées très rapidement et il nous est arrivé de recevoir des commandes qui nous laissaient rêveurs : cinq milles exemplaires pour tel livre de théologie par exemple !

Les problèmes de fabrication de revue sont un maillon parlant de la difficulté de mener une revue depuis sa conception, dans sa réalisation et jusqu’à son arrivée au lecteur puis son écho.

Ma conviction aujourd’hui est qu’il y a des professionnels de la vente des livres et il faut leur faire confiance.

Mais pas de la revue !

Ils peuvent faire la même chose pour les revues et il faudrait les y engager. C’est pour cela que si j’avais à refaire cette expérience, avant de créer une revue, je m’entendrais au préalable avec un éditeur pour tracer une politique éditoriale, qui n’est pas forcément celle d’un centre de recherche.

Dans votre parcours de directeur de revue, vous seriez passé d’un Etat commandeur à un éditeur demandeur ?

Exactement ; parce que la situation n’est plus la même. A l’époque, qu’y avait-il comme maison d’édition ? L’Etat : une maison d’édition non soutenue par l’Etat ne pouvait pas démarrer. Aujourd’hui, il y a une crise du livre qui a créé au niveau de la société tunisienne de nouvelles préoccupations. Parmi les éditeurs de la place, certains ont émergé, il faudrait les aider à survivre, car « s’ils vendent leurs chemises », nous sommes tous acculés à le faire. L’idée – à l’époque, je ne pouvais pas même pas en prendre conscience parce que la conjoncture était autre qu’aujourd’hui – est qu’il faudrait miser sur ce type de professionnel. Que leur statut soit étatique, semi-étatique, etc. ; c’est une autre question. Le problème en Tunisie est que l’Etat a trop étatisé le commerce du livre.

Mais est-ce que la recherche est en situation de demande éditoriale ?

Non.

Croyez-vous que la solution est dans le fait de trouver un éditeur ?

C’est à voir ! C’est une voie à explorer avec beaucoup d’attention et d’espoir.

La recherche n’est pas un produit de consommation…

Non, pas du tout. Je me suis même demandé parfois si, pour nous autres pays du Sud, ce n’était pas un luxe. Mais c’est une idée que je refuse parce que si je l’acceptais, je rentrerais chez moi. Il faut croire, continuer à œuvrer, à travailler et essayer de trouver des solutions. Je dois dire qu’avoir sorti cent quinze numéros de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, c’est une performance.

Que vous fait la disparition de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales ?

Elle me chagrine parce que, vous savez, une bonne partie de ma vie ma vie se confond ou presque avec le CERES ; l’effondrement de ce qui a été construit patiemment avant tant de collègues admirables me chagrine profondément. Dans la masse des publications que nous avons faites, certaines ont un niveau international Nous avions aussi tissé un réseau d’amitiés intellectuelles et de coopérations internationales avec des partenaires très exigeants. C’est là un acquis. Faut-il qu’il se perde ?

Est-ce qu’on pourrait sauver le CERES par la Revue Tunisienne de Sciences Sociales ?

Je ne sais pas, les choses, comme on dit, ne me « regardent plus », même si je continue dans le secret à bien les regarder !

Version reprise en septembre 2019 pour La Lettre de l’IRMC n° 24, 2019, pp. 19-25 

Le drapeau algérien souriant, source : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=126985185200312&set=a.114981683067329&type=3&theater

Football et politique : l’histoire en marche

La victoire de l’équipe algérienne à la dernière Coupe d’Afrique des Nations 2019 suggère quelques réflexions sur l’évolution historique du football et sa portée actuelle.

Le football porteur de causes

Même pour les non connaisseurs du sport et du football, le match de la finale de la CAN 2019 suinte de considérations politiques qui donnent à l’événement une intensité symbolique particulière. La charge ultra-politique a certainement été perçue avec une gravité indicible par les joueurs, le staff de l’organisation comme dans le monde politique algérien, toutes catégories confondues, en dehors ou en plus de l’enthousiasme ordinaire de l’ensemble des Algériens et des Algériennes, à l’intérieur et à l’extérieur des frontières ainsi que des supporteurs de partout.  

La capacité mobilisatrice du football ne fait qu’augmenter depuis son invention à la fin du XIXème siècle et sa codification en 1904. Depuis les années 1920, ce jeu codifié en sport a pu exprimer et épouser des combats comme celui de l’apartheid ou des causes nationales : on pense notamment à la fondation de l’Espérance sportive de Tunis (1919) et du Club africain (1920), concomitants à la naissance du parti du Destour. Ces clubs et la sociabilité qu’ils ont suscitée 1 ont contribué à faire du football le sport le plus populaire avec une exclusivité masculine qui commence à se fendiller vers les années 1960. Le paysage sportif amateur et professionnel intègre progressivement un football féminin qui se fait de plus en plus visible, illustrant le rôle social et politique que continue à jouer le ballon rond.

Au Maghreb comme ailleurs, le football traverse les frontières de classe et reflète des épisodes divers de la mémoire collective. Nul doute que la finale du 19 juillet 2019 s’inscrive dans l’histoire en train de se faire. Elle a lieu en pleine effervescence politique algérienne. Le hirak déclenché depuis plus de 22 semaines connaît, malgré l’admiration qu’il suscite, une faiblesse de relais et d’explication. La situation politique est en effet âpre et inédite et le système médiatique algérien peine à transmettre les nuances et détails d’une lutte hautement risquée qu’Algériens et Algériennes mènent pour sortir des griffes d’un pouvoir militaire se cachant derrière des figures politiques choisies par lui.

L’audience internationale du match du Caire vient renforcer une visibilité que de multiples canaux, passant par les réseaux sociaux, entretiennent avec persévérance et imagination afin de transmettre des images, des symboles, des slogans, des revendications et des analyses du processus révolutionnaire en cours. Il faut ajouter à la méga-exposition médiatique de la compétition la charge symbolique apportée à la conception de la nationalité posée dans de nouveaux termes.

Être footballeur·se international·e

Le football a connu, comme d’autres phénomènes, une mondialisation et une marchandisation des compétences (joueurs, arbitres, dirigeants gestionnaires de clubs, entraîneurs, journalistes…) entraînant une mobilité de talents et de services. Le règne médiatique et le sport spectacle font que le regard du public se cristallise surtout sur la circulation des joueurs, tantôt traités comme des stars, tantôt diabolisés pour leur enrôlement dans les équipes représentant d’autres pays que celui de leur naissance. L’enrichissement qui en découle n’est pas étranger au ressentiment de ceux qui restent prisonniers des possibilités locales et vient s’ajouter à l’accusation de traîtrise qui pèse sur l’accès à toute autre nationalité. Xénophobie et héritage colonial, font de la figure du harki et du m’touren (souvent dit m’tourni) un élément négatif dans les relations sociales, familiales et communautaires. Le Code algérien de la nationalité de 2005 ou, dans une moindre mesure, la Constitution tunisienne de 2014 gravent dans les textes l’ostracisme des bi-nationaux, relégués à la condition d’étrangers et exclus de la participation politique pleine et entière. La double appartenance reste difficile à défendre par ceux et celles qui réussissent à l’étranger et le football démontre, une fois de plus, son image populaire à travers une dichotomie parfois mal vécue par les bi-nationaux envers leurs compatriotes, bénéficiaires d’une seule nationalité. La personnalité de Zinedine Zidane a joué un rôle conciliateur dans la France des années 1990/2000 ; la double nationalité de la majorité des joueurs de l’équipe nationale (14 au total) ayant défendu le drapeau algérien promet de faire plus, et du côté algérien, dans le contexte actuel. On peut attendre de cette victoire footballistique qu’elle aide à apaiser un conflit aussi intime que politique porté par des centaines de milliers d’Algériens répartis dans le monde, vibrant avec les changements politiques immenses intervenus dans le pays depuis février 2019. Les héros de l’équipe nationale gagnante de la Coupe d’Afrique parviennent ainsi à troubler l’unicité politique du drapeau algérien et à élargir l’espace d’un sentiment national, au-delà de la seule définition administrativo-juridique, instrumentalisée dans les luttes de pouvoir.  

Confrontation de visibilités

Le pouvoir lui-même est en train de changer de dépositaires comme de formes et de manifestations de légitimité. C’est en fuyant clandestinement leurs clubs et le territoire français que des joueurs basés en France ont appliqué, en 1958, l’internationalisation de la tactique du FLN algérien. Ils transporteront à partir de Tunis, siège du GPRA, l’image de la lutte anti-coloniale du pays et cette construction active de légitimité fera gagner, aux dires de certains dirigeants, des années à la cause de l’indépendance algérienne.

Avant le déclenchement des gigantesques marches pacifiques en février dernier, on a vu et entendu les chants contestataires dans les stades. La casa del Mouradia est un de ceux-là, de venu emblématique du soulèvement algérien.

Les gradins sont investis comme lieux d’expression politique, les slogans y fusent à l’unisson et les tifo sont des « manifestes » plurilingues et imagés. Le langage politique emprunte d’autres vecteurs et impose de nouveaux mots : hirak, silmiyya, el khamissa, ‘isaba… Le drapeau et les couleurs amazighs sont incrustés dans ce vocabulaire composite, bigarré et plein d’humour.

Alors que l’invention politique du « peuple » trouve une illustration directe à travers l’image des foules en marche et des tribunes sportives, la représentation officielle du pouvoir est brouillée. La présence du président Abdelkader Bensalah au match de la finale se fait discrète. Elle s’avère non « montrable » par les médias officiels, notamment à cause de la bande son qui transmet l’hostilité des rassemblements. Il se contente de rendre visite à l’hôtel aux joueurs avant le match et subit les huées qui égrènent la cérémonie cairote de remise du trophée et la liesse insolente des supporteurs.

L’espoir d’une « Algérie insississable »2 a marqué un but dans l’Égypte de Sissi comme lors du retour dans un bercail qui ne semble pas laisser la place à une récupération politique de la victoire sportive. L’impopularité de plus en plus visible du pouvoir n’est pas le moindre des indices d’une histoire qui s’écrit à grandes enjambées et qui autorise les Algériens et les Algériennes – tout comme le monde qui les regarde – à croire en des lendemains qui chantent, au sens propre, comme dans les rues et dans les stades, et au sens figuré.

Hammam-Lif, le 21 juillet 2019

Publié dans Le Quotidien d’Oran, 25 juillet 2019 

  1. pour la Tunisie, on peut se reporter aux travaux de l’historien Habib Belaïd []
  2. slogan né en avril, après le départ de Bouteflika []
Affiche de Pousses de printemps de Intissar Belaïd

Les traces, côté cinéma : que faire ? L’ERC DREAM à la Cinémathèque tunisienne, 27 février 2019

L’équipe de l’ERC DREAM réunie à Tunis du 25 février au 1er mars 2019 a visionné deux films à la Cinémathèque tunisienne. Ce lieu d’archivage du patrimoine filmique peut figurer parmi les sites à repérer dans le projet de cartographie des paysages documentaires.

Historique rapide

La Cinémathèque tunisienne est inaugurée le 21 mars 20181, dans le cadre de l’ouverture de la Cité de la Culture, un chantier entamé sous Ben Ali, abandonné en 2011 et repris en 2016. Le projet, plusieurs fois annoncé, profite de la décision politique et des moyens financiers et technologiques mobilisés, pour donner forme à une institution qui peine, depuis des décennies, à s’inscrire dans le panorama cinématographique tunisien. Une version tunisoise de la cinémathèque française d’Henri Langlois voit le jour en 1958 sous la conduite de Sophie El Goulli, amie de ce dernier2. Hébergée dans divers lieux (la salle des fêtes du lycée Carnot, le Studio 38 et la Maison de la Culture Ibn Rachiq), elle ne dispose pas de fonds comparables à ceux de la cinémathèque algérienne -née en 1965 et défiant la distribution internationale-, et fait son travail de diffusion grâce à des emprunts gracieux. L’institution devient suspecte après 1968, son succès l’assimilant à un lieu de subversion politique. Une salle d’art et d’essai (7è art) ouverte en 1970 ferme pour les mêmes soupçons en 1978, après le Jeudi Noir (26 janvier 1978). La petite salle hébergée par le Ministère d’Information disparaît en 1980, suite aux événements de Gafsa (janvier 1980) et se réfugie au Musée d’Arts vivants de la ville de Tunis (Belvédère). Là naît le souci de préserver et de restaurer les copies de films sur les peintres tunisiens et l’archéologie. En 1990, les archives du Bois d’Arcy découvrent et restaurent le premier film tunisien en arabe dialectal, le Fou de Kairouan (Jean-André Kreusy, 1937). En 1993, le Centre national du cinéma français (CNC) sauve les bobines de Zohra (1922) et Aïn El Ghezal (1924) du premier cinéaste tunisien Albert Samama Chikly (1872-1933). Le projet de cinémathèque revient en 1995 alors que les techniques de numérisation s’imposent comme solution pour mieux conserver le patrimoine cinématographique tunisien dispersé  et non inventorié.

Continuer la lecture
  1. Hichem Ben Ammar & Mohamed Challouf, « Un rêve qui prend forme : la cinémathèque tunisienne », Journal of film presentation, n° 98, 04. 2018, International Federation of Film Archives (FIAF), pp. 11-16 []
  2. Des archives de Sophie El Goulli, ses films et une partie de sa bibliothèque ont été déposés à la Cinémathèque []

Sophie Ferchiou à la cinémathèque tunisienne



Une expérience de coopération est née entre la Cinémathèque tunisienne https://www.facebook.com/CINEMATHEQUE.TN/ et l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) http://www.irmcmaghreb.org/ : un séminaire sur le thème Films et sciences sociales vise à rapprocher la réflexion des sciences sociales de la production filmique et à ouvrir les démarches des chercheurs aux possibilités de lecture des films documentaires et/ou de fiction.

Le cycle est destiné à décloisonner les processus de connaissance et de création pour les inscrire dans leurs contextes, en cherchant les résonances ou discordances des uns avec les autres.

Jeter des ponts entre culture, technologie et méthode 

Le cinéma est rentré à l’université tunisienne : celle-ci compte des établissements et départements d’enseignement et de recherche comme l’Institut Supérieur des Arts multimédia de La Manouba (ISAMM, université de La Manouba) ou l’Ecole Supérieure de l’Audiovisuel et du Cinéma (ESAC, Université d’El Manar). Depuis une vingtaine d’années, des enseignantEs passionnéEs de cinéma (Tahar Chikhaoui, Insaf Machta, Sihem Sidaoui, Najet Tnani, Issam Marzouki…) ont fondé des ciné-clubs sur les campus et introduit dans les programmes des départements littéraires, de français principalement, des modules d’analyse de films, d’histoire du cinéma et de ses théories. Un master d’études cinématographiques et plusieurs filières forment une quantité de techniciens et de professionnels recrutés par le secteur de l’audio-visuel où radios, télévisions, films et production sur le web se multiplient. L’éco-système culturel tunisien en pleine effervescence depuis des années enregistre une augmentation de la production cinématographique qui anime le public et peut cristalliser une connaissance critique diversifiée et approfondie.

Or, un lien manque encore, notamment du côté des sciences humaines et sociales qui font un usage illustratif et souvent superficiel de la production cinématographique. Dans l’enseignement comme dans la recherche, le croisement entre films et sciences sociales reste un maillon faible. Pourtant, dans les raisonnements et les démarches des chercheurs et des cinéastes, on trouve, des proximités ou des affinités qui, de toute évidence, enrichissent les cours, ouvrent des pistes de recherche ou peuvent susciter des travaux. Les cinématographies, tunisienne et mondiale, offrent un matériau abondant qui devrait contribuer à vivifier l’intérêt des étudiants, à renouveler les contenus pédagogiques et à engager d’autres approches.

Ce nouvel espace de travail espère pousser les barrières habituelles en croisant la connaissance autour du cinéma avec la réflexion méthodologique dans les sciences sociales. La lecture du présent ne pouvant se passer des moyens de l’image et du son, il s’agit d’élargir l’expression scientifique à de nouvelles formes alliant un décodage attentif et informé du langage cinématographique avec le décryptage des mots et des concepts.

Une pionnière

Mêlant soucis pédagogique et méthodologique, la séance du jeudi 31 janvier 2019https://www.dropbox.com/s/4dvv22hrr0xurvd/Programme%20Films%20et%20Sciences%20sociales%2031%20janvier%202019.pdf?dl=0 démarre autour de l’anthropologie, une discipline qui a investi l’expression cinématographique pour élargir le spectre de compréhension des phénomènes sociaux. Deux films (Chéchia ; Guellala) de l’anthropologue et cinéaste Sophie Ferchiou https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophie_Ferchiou -pionnière dans un genre qui va s’appeler «  le film de chercheur »- sont projetés. Après des études secondaires en Tunisie, Sophie Ferchiou entre à la Sorbonne pour des études de philosophie et de sociologie. Elle suivra, entre autres, l’enseignement de Jean Rouch (1917-2004) africaniste, chercheur au CNRS et cinéaste. Elle se concentre sur le terrain tunisien pour y étudier les techniques traditionnelles (de la chéchia, de la poterie, de la cueillette d’olives…), le monde du travail (agricole, industriel) et ses divisions, les rituels religieux, les rapports de sexe dans la parenté et la vie économique. S.F est l’auteur de plusieurs ouvrages individuels et collectifs portant sur divers aspects de la société traités aussi dans une douzaine de films. L’Encyclopedia of Arab Women Filmmaker de Rebecca Hillauer la classe comme l’une des premières cinéastes tunisiennes. En 1966, S.F. soutient sa thèseTechniques et sociétés. Exemple de la fabrication des chéchias en Tunisie (Paris, Institut d’ethnologie, 1971) préparée sous la direction d’André Leroi-Gourhan (1911-1986) en projetant La chéchia (1966, 30mn)[1]. Elle se souvient du remue-ménage occasionné par la projection d’un film en 16 mm dans un amphithéâtre de Sorbonne d’avant 68. Fidèle à son enseignement, S.F. présente l’anthropologie visuelle comme une discipline à part entière qui permet « de connaître le réel humain au plus près, dans ses aspects complexes et mouvants… de saisir l’intraduisible et de rendre sensible la connaissance qui ne passe pas par des mots».

A partir du tournage de Guellala (1975, 35 mn), à une époque où la Tunisie s’ouvre au tourisme balnéaire, S.F déclare avoir renoncé aux renforts de techniciens afin d’assurer l’immersion nécessaire à l’enquête et à la compréhension du milieu étudié. Le film capte « la jonction entre le technique, le social et le symbolique » telle qu’elle apparaît dans le regard de l’anthropologue sur le village jerbien.

Ces deux plongéesdu cinéma du réel tunisien appellent la suite du corpus. Sophie Ferchiou avait confié les originaux de ses films au Ministère de la Culture. Introuvables, la perte a été rattrapée grâce aux technologies de numérisation. La Cinémathèque tunisienne entame aujourd’hui autour de cette filmographie, un programme de sauvegarde et de restauration (consolidation de l’image et étalonnage des couleurs) des copies récupérées dans les archives de l’auteure et qui, grâce à l’ajout de bonus, d’interviews et un travail de re-datation seront régénérées pour les chercheurs et le public.

Cette archive d’un type nouveau fait espérer des possibilités de retourner à un monde perdu certes, mais essentiel indicateur de la « structure totale d’une époque » et ouvrant sur une connaissance sensible de l’histoire sociale, économique, politique et culturelle de la Tunisie contemporaine.

Hammam-lif,le 3 février 2019


[1] https://misk.tn/radio/podcast/linvite-du-grand-journal-des-arts-sophie-ferchiou?fbclid=IwAR0HQdLnPQxCmaFqPcUx6QiOMbKQKL_WbTUEFe2bnQCwGiySa6ooADHpXsQ

Publié sur le magazine en ligne Kapitalis, mardi 5 février 2019 http://kapitalis.com/tunisie/2019/02/05/sophie-ferchiou-a-la-cinematheque-tunisienne/

Une historienne dans la Révolution tunisienne

Mon ouvrage Parler en historienne après 2011, Tunis, Publications Universitaires de La Manouba, 2017,176 p. vient de paraître.

En voici l’introduction

Cinq années, treize textes et une chronologie

L’ouvrage que le lecteur a entre les mains est le fruit d’un travail réflexif et rétrospectif mené dans l’urgence d’une histoire en train d’advenir. Ce recueil comprend treize textes de facture différente. Ecrits entre 2012 et 2016, ils témoignent, sur la forme et comme sur le fond, d’une écriture qui réagit à une conjoncture volatile. Il faudrait lire ces traces indirectes des bouleversements vécus par les Tunisiens comme une suite d’instantanés autour de questions surgies du présent, traitées dans l’urgence, avec les moyens du bord, et d’après une perception à chaud. L’ensemble ne constitue pas un tout homogène, mais il faut espérer qu’il constitue pour le lecteur une fenêtre sur une période qui appelle, pour en rendre compte, une multitude de voix, de points de vue et de retours d’expériences.

 Formes et finalité

Mon expérience de chercheure en histoire contemporaine et diverses opportunités m’ont offert plusieurs possibilités d’écrire sur l’actualité tunisienne. Ce recueil est le résultat d’une activité entraînée dans des remous conjugués : celui du temps et de l’histoire influant nécessairement sur l’observation, sur la consignation des faits vécus, comme sur le questionnement autour de la profession d’historien.

J’ai choisi treize textes pour reconstituer cette « relation » d’historienne sur la Tunisie après 2011. Quatre d’entre eux sont publiés sous forme de blog ou carnet de recherche hébergé sur Hypothèses, une plate-forme gérée par le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)[1]. Ce blog ouvert en juin 2011, participe à l’explosion éditoriale généralisée ; les journaux et magazines s’ouvraient aux opinions et demandaient des éclairages sur une Tunisie sortie de ses gonds et de l’image habituellement reçue. Happée par le mouvement, j’ai doublé la publication sur papier par l’édition en ligne, dans le format et selon les règles fixées pour veiller à la visibilité du « carnet de recherche » et à sa sécurité. L’article « Ouvrir un blog » reproduit ici revient sur les circonstances de ce geste éditorial et explique comment j’ai investi la formule.

A côté de ces papiers d’un nouveau genre, les huit articles du recueil sont de facture plus « classique » : ils sont le fruit d’interventions à des colloques et séminaires dont le nombre a sensiblement augmenté à partir de 2011. A l’instar d’autres chercheurs, j’ai en effet senti et bénéficié d’un vent d’une curiosité accrue envers la Tunisie. Les communautés scientifiques se faisant demandeuses, j’ai vu se multiplier les occasions de participer à des manifestations culturelles ou académiques. Les sollicitations répétées stimulent la réflexion et j’ai été amenée à répondre à de nombreuses questions autour des liens entre le passé de la Tunisie et l’histoire en train de se dérouler. Le besoin de raccorder le passé au présent est un exercice tentant et risqué ; pour ma part, j’y suis entrée en dégageant la logique des questionnements plutôt que celle des faits proprement dits, en suivant la rampe historiographique.

Ecrits en français, certains de ces textes ont été traduits en arabe, d’autres en anglais et un en italien. J’ai ressenti le besoin de faire des ponts de façon plus pressante après 2011. Les conditions de production du savoir incitent à faire éclater les cloisons (notamment en allant vers d’autres publics) et à traverser les frontières (disciplinaires, linguistiques, géographiques…) afin de communiquer plus largement. J’ai voulu toucher des lectorats différents et faire circuler l’information demandée sur la Tunisie, avec les moyens dont je disposais. Fruit d’une expérimentation isolée et sauvage dans le milieu universitaire tunisien, ces articles tracent une cartographie personnelle et donnent des instantanés de mes réflexions et appréciations des événements, des controverses et des positionnements face à l’histoire et au traitement du passé. Reflets d’un usage de l’écrit et du savoir troublé par des mutations technologiques d’ampleur (et bien d’autres changements), ces essais renvoient à des questions et des perceptions de l’histoire et de la mémoire, ravivées ces dernières années. L’assemblage de ces textes vise à contribuer à alimenter le débat qui anime la société et plus particulièrement le champ politique et l’espace culturel tunisiens, à savoir : la montée de l’importance du passé.

Dans l’avalanche des secousses, la remontée en surface d’une demande d’histoire ne pouvait pas me laisser indifférente. La première impression inspirée par cette revendication à l’historienne que je suis est qu’elle se distingue de la demande de mémoire, conséquence de besoins de reconnaissance, également fouettés depuis 2011. Il en découle une tension entre mémoire et histoire qui, si elle peut paraitre normale, n’est pas pour autant spontanée. L’exigence mémorielle s’explique, en partie, par les déficits de l’historiographie établie, au sein de laquelle la version de l’histoire officielle et nationale est hypertrophiée. Il n’y a cependant pas que cet aspect dans le champ intellectuel, culturel et artistique tunisien. Depuis des décennies, des écrits et des témoignages pointent l’exagération de cette histoire orientée et relèvent ses manques, abordent des questions non traitées et suggèrent parfois des pistes.

 Une production historienne pas seulement officielle

Il est intéressant de se demander comment l’effervescence post-2011 s’est traduite dans le « corps » des historiens. Le mot « corps » est-il approprié ? La profession d’historien, au sens actuel du terme, est liée à l’histoire des institutions et du savoir. Pour la Tunisie contemporaine, on doit revenir à la genèse des champs éducatif et universitaire. Entrer par les chiffres, même si c’est artificiel, donne des indications et oblige à réfléchir sur l’usage du mot et le flou qui le caractérise. Combien la Tunisie compte-t-elle d’historiens ? La catégorie est difficile à placer dans des cadres établis. Les statistiques de l’université font état d’environ 250 enseignants-chercheurs en histoire, tous grades et toutes spécialités confondus. Mais on ne peut s’en tenir à cette définition restreinte. Il faut y ajouter les historiens « amateurs », ceux qui s’intéressent à l’histoire jusqu’à écrire des livres ou des articles dans les journaux et revues. Ce « commerce » de l’histoire est loin d’être négligeable dans le monde tunisien de la culture[2]. Il constitue un large réservoir où circulent les idées historiques, les interprétations du passé de la Tunisie. Par ailleurs, des poèmes, des pièces de théâtre, des films, des feuilletons et même des « conteurs » forment des vecteurs qui vulgarisent l’histoire de héros, popularisent des récits sur des régions, racontent des épisodes plus ou moins glorieux, autant qu’ils questionnent, parfois, l’histoire dite « officielle ».

Le doute autour de la production historique tunisienne, entretient les défiances face à la profession, comme il se nourrit des approximations ou ignorances qui persistent sur des pans entiers du passé. Dans les discours ordinaires, politiques ou intellectuels, on ne décèle pas d’autorité spécifique aux « historiens » tunisiens ; ils ne bénéficient pas d’un magistère particulier et leurs écrits ne font pas référence unique. Tenus dans une crédibilité toute relative, ils forment une communauté où se reflètent les problèmes de la place des humanités dans le régime du savoir. La libération de la parole a dévoilé d’autres carences : une faible connaissance de ce qui est étudié, une confusion des genres (depuis les travaux de recherche jusqu’aux manuels en passant par les essais), une absence de capitalisation de savoirs historiques éclatés non dénués, du reste, de points aveugles et de lacunes.

Aussi, si dans le foisonnement actuel des revendications, la réforme des programmes  et des manuels scolaires est un mot d’ordre largement partagé, elle ne suffirait pas cependant à renouveler tous les supports d’apprentissage, ni à transformer les façons d’approcher l’histoire de la Tunisie. Sans compter que la forme « manuel » est dépassée pour toutes les disciplines. Le monde de l’enseignement et l’univers de la connaissance sont en mutation partout et la Tunisie ne peut se mettre à l’abri des bouleversements actuels. Comme pour la géographie, les mathématiques, les sciences de la vie ou les langues, les programmes et manuels transportent une pédagogie dépassée et ne parlent plus aux générations montantes. Ils appellent à un remaniement profond des contenus et à la nécessité de ré-inventer les méthodes et les procédés de transmission.

La demande de mémoire réactivée en Tunisie après 2011 se greffe sur une réticence et un désintérêt anciens devant l’histoire « savante », preuve que l’histoire « officielle », malgré ses prétentions, n’a pas les moyens de l’hégémonie qu’elle recherche. Cette dernière a certes eu le temps de s’écrire et s’est donné les moyens de se formuler, entre la période de Bourguiba puis celle de Ben Ali qui a essayé d’atténuer l’image du précédent. Avec le départ du second, une chape a sauté, laissant libre cours au désir d’écrire « une autre histoire ». Le déplacement du balancier est classique et le besoin d’une histoire « plus vraie » est le lot de tout changement de régime politique. Qu’ont fait les historiens « professionnels »  en Tunisie ? Certains se sont lancés dans une « histoire immédiate » nourrie par l’émotion et encouragée par la vitesse de la communication. Dans les médias et la presse écrite, des voix et des plumes historiennes se sont fait connaître, sans attirer outre mesure l’attention du public, plutôt tourné vers les avis de juristes, ou encore intéressé par les chiffres des économistes, les lectures de politologues, plus en phase avec le rythme des événements.

Entre retour du passé, pression de l’immédiat et doutes sur l’avenir, les années post 2011 ont accouché de remises en cause de toutes sortes de professions, celle des historiens n’étant pas en reste. Quand on est dedans, quelle attitude avoir et que faire devant ces vents perturbateurs ? Et parmi les questions que je me pose : avant 2011, aurais-je souhaité laisser une telle trace de mon travail d’historienne dans la production de l’université ?

 Lire en reliant passé et présent

            Face à l’événement révolutionnaire, ma réaction a été de lire et relire en cherchant des liens entre le présent désordonné et le passé plus ou moins décrypté. Dans la précipitation, je n’ai pas trouvé le temps de réfléchir à la question de la forme, pourtant essentielle. Je suis restée dans le registre du « court », avec des formats moins longs que mes articles académiques habituels. J’ai commencé à publier des articles dans un quotidien, un hebdomadaire ou un mensuel avant de les « poster» dans le blog dont j’ai parlé ci-dessus. Je me suis expliquée à plusieurs reprises -dans le blog, des interviews ou des séminaires de méthode- sur mon entrée dans ce nouveau monde de la communication scientifique. Au cours des années post 2011, j’ai évolué dans ma manière d’écrire ; essayant au début d’être en phase avec les faits sélectionnés, je me suis orientée petit à petit vers l’actualité scientifique et/ou culturelle pour y chercher les vibrations du contexte nouveau et/ou ses échos indirects. Cette chronique subjective constitue aujourd’hui une « archive » qui m’aide à me retrouver dans un passé pas trop lointain dont la densité échappe déjà à mes réflexes et à ma mémoire.

Sollicitée pour des cours, des conférences et des séminaires, le plus souvent en France mais également en Belgique et en Italie, j’ai rencontré des publics attirés par la Tunisie et son histoire en train de se faire. Face à des audiences curieuses, composées souvent de personnes armées de connaissances comparées, parfois érudites, sur la politique, la sociologie ou l’économie tunisiennes, j’ai dû mettre en perspective le cours des péripéties en me penchant particulièrement sur l’histoire, proche et lointaine. La plupart des textes rassemblés ici sont le fruit de ces exposés, des versions remaniées deux ou trois fois -parfois davantage- intégrées à des projets collectifs, pour animer des séminaires de recherche, répondre à des associations citoyennes ou donner une conférence. Les textes ont été dits, écrits et recomposés à la lumière de ce que la Tunisie suscitait comme interrogations et débats. Les besoins de comprendre l’actualité tunisienne se nourrissaient des espoirs de voir surgir une histoire dont les enseignements résonnaient en dehors des frontières nationales. Cet intérêt scientifique persistant, d’une durée inhabituelle, hors du commun de ma profession et sortant des débats internes au pays, m’a servi de fil conducteur tout au long de ces années. La conjonction entre une attention soutenue et notre réalité embrumée par des épisodes difficiles à décrypter, m’a tenue sur la brèche et la tête hors de l’eau. J’ai poursuivi un travail de mise en ordre et en perspective qui m’aidait à voir plus clair, tout en répondant à la curiosité de mes auditoires.

Les (re)lectures de l’histoire tunisienne m’ont servi à trier dans les faits saillants pour trouver des résonances tantôt dans la période coloniale, tantôt dans celle de l’après-indépendance, parfois dans les périodes et écrits antérieurs. La veine historiographique que j’avais commencé à suivre avant 2011 trouvait là une issue et une application fécondes. De plus, cet effort d’interprétation et de communication s’est avéré être un exutoire apaisant devant le présent convulsif que nous étions en train de traverser.

Ce recueil reproduit l’essentiel des textes élaborés entre 2012 et 2016. Alternant avec et complétant la centaine de billets publiés à ce jour sur mon blog, ils constituent ce que mon regard d’historienne m’a permis de formuler à propos de l’histoire en cours, sachant qu’il est difficile de capter à chaud la pleine signification des faits. J’expérimente des grilles, je teste des hypothèses ou des analogies, je tente des rapprochements, j’avance des propositions, j’exprime des embarras… Toutes ces opérations m’ont permis d’accompagner ces années agitées pour la citoyenne, en examinant avec le crible de l’historienne les questions que la tournure du présent éveillait. Je ne prétends ni à une histoire du temps présent ni à une histoire immédiate. Ces textes sont le produit d’une activité d’historienne sollicitée par plusieurs cercles pour tamiser l’actualité tunisienne et explorer en quoi les événements présents et locaux peuvent se rattacher à des questions globales et anciens. J’ai parlé des années 2012 à 2016 avec les outils de la discipline (dont la chronologie publiée en annexe) espérant par cet exercice de mémoire ordonnée et comparée contribuer à un vaste travail, dépassant mes seules capacités. Je suis heureuse d’en avoir effectué la part que je pouvais faire, espérant préparer la voie à de possibles retours sur des années complexes et touffues qui attendent d’être racontées, analysées et expliquées.

Hammam-Lif, le 7 juin 2017

[1] Histoire et culture de la Tunisie contemporaine, http://hctc.hypotheses.org

[2] Une thèse récente de Mohamed Saâdaoui (Université de Sfax, avril 2017) intitulée « Les écrits d’amateurs non universitaires autour de la période coloniale en Tunisie 1881-1956. Etude critique d’un genre historiographique parallèle » (en arabe). Sans être exhaustive, la thèse a recensé une centaine d’ouvrages.

 

Les élites tunisiennes : épaisseur historique et voies de changement

Depuis 2011, on (re)parle beaucoup des élites en Tunisie. On pose la question de leur utilité, on se demande si elles sont en train de changer, on compare anciennes et nouvelles, on les incrimine dans le blocage de la « transition », on les accuse de trahison comme on se demande pourquoi elles sont si peu présentes dans la vie publique et politique. Ces réactions font partie des convulsions parolières, première marque d’un changement qui fait bouger les connexions sociales et leurs perceptions. Le débridement de l’opinion se traduit par un déchaînement accru envers des élites dont la définition est floue et la composition pour le moins perturbée. Chacun pense aux siennes car les cartes se sont brouillées. La concurrence entre élites est attisée par l’éruption d’autres besoins et pratiques et les profils qu’ils nécessitent.

Au-delà de leur idéalisation ou de leur diabolisation, les élites sont un indicateur des dispositifs de pouvoir(s)qui régissent la hiérarchisation d’une société et ses transformations. Leur remplacement signe les mutations induites par le passage du temps. La lecture qui suit esquisse quelques critères de leur évolution en Tunisie depuis le XXème siècle.

Elites et pouvoir(s)

            Avec l’instauration du protectorat, la Tunisie beylicale voit se croiser deux lignes de fabrication d’élites. Sous le parallélisme apparent, l’entrelacement de réseaux donne naissance à de nouveaux visages dans les groupes dominants. Les tactiques d’allégeance et les méthodes d’accès à la propriété bougent ; la situation coloniale conjugue des alliances matrimoniales et des conduites de carrière qui modifient les relations sociales, font virer les « notables » locaux ou régionaux, engendrent des lignées d’administrateurs de l’Etat et de fonctions… L’école franco-arabe introduit, à côté du système traditionnel zaytounien, un mode de reproduction qui attire progressivement des recrues tunisiennes. La minorité qui opte et parvient à faire des études avancées est enrôlée -au compte gouttes- dans une oligarchie de professions modernes (médecins, avocats, magistrats, enseignants…) qui complexifient les structurations familiales,agissent sur les échanges économiques, influencent les modes de vie et, par suite, les aspirations sociales et politiques. Le déclenchement de la lutte de libération nationale est l’une des conséquences de l’évolution de la conscience des élites tunisiennes de l’époque qui revendiquent le droit de participer au devenir du pays occupé. La compétition entre élites coloniales et nationales débouche -avec l’indépendance et le départ des premières- sur un appel d’air. Exaltation et nécessité stimulent la fabrique des forces vives : il faut remplacer les partants et assurer la suite. Entre héritage et renouvellement, des élites se constituent dans les domaines juridiques, scolaires, techniques, économiques, administratifs, culturels, sportifs… en lien avec une politique publique centralisatrice car les besoins du pays sont immenses. Alors que des élites sont favorisées, d’autres seront dégradées : dans l‘armée, dans le milieu zaytounien ou dans l’agriculture, on assiste à un ostracisme, une déchéance ou un déclin des meilleurs représentants, autant de formes de dé-légitimation d’élites.

L’avoir, une constante

Les mécanismes par lesquels se constituent et évoluent les élites s’adossent sur les patrimoines matériel, moral et symbolique qui font croître et changer les élites politiques, économiques, intellectuelles, sportives, syndicales, artistiques… Le soubassement économique inhérent à toute catégorie est en rapport avec son efficience et son poids politiques.

Au cours du XXème siècle tunisien, la production des richesses influe sur les voies de la propriété : l’entrée de la banque, l’introduction de normes changent la structuration de l’économie tunisienne ainsi que la place des élites artisanales, commerçantes et agricoles. L’urbanisation et la scolarisation, cibles des principales réformes sous le protectorat, commandent le tracé des ascensions sociales et du renouvellement des catégories dominantes.

Le dirigisme d’Etat qui prend les rênes à l’indépendance endosse l’infrastructure des transports, des villes et des équipements sociaux. L’université nationale accueille les pépinières issues de l’enseignement primaire et secondaire généralisés. Elites politico-administratives, d’affaires et universitaires sont principalement au service de l’Etat, premier pourvoyeur d’emploi ; en retour, elles influent sur l’Etat, sa marche et ses décisions.

            La phase de libéralisation des années 1970 modifie la composition et l’équilibre des ressources des élites tunisiennes. La privatisation jugule la main-d’oeuvre non absorbée par le secteur public. Les effets de la perte du monopole étatique se font sentir sur la configuration des élites, au niveau central et à l’échelle régionale. La concurrence qui s’installe entre secteurs public et privé n’empêche pas les dirigeants de partager les normes de rentabilité et de productivité, au détriment de paramètres sociaux régulateurs.

Depuis, l’ouverture aux marchés mondiaux est l’une des clés de la répartition et du fonctionnement des élites tunisiennes. Les accords, les ressources, les choix de la Tunisie sont liés à des agendas relayés, appliqués et défendus par une technocratie sommée de se mettre au diapason. Cela engendre des disparités nouvelles. A titre d’exemple, la marchandisation internationale du savoir génère un écosystème tunisien des diplômes qui augmente la part des élites « extraverties ». La dichotomie entre élites « de toutes parts » et celles issues de la massification scolaire, cantonnées à l’intérieur du pays, se fait visible et coûteuse. Un des aspects de la crise des élites réside dans les processus de reproduction interne qui favorisent les anciennes et compromettent l’accès des nouvelles.

Elites et représentation : lien problématique

            A côté de la question des inégalités produites au sein des élites, la représentation de celles-ci est l’un des noeuds à disséquer si l’on veut comprendre la séquence 2010/2011. « Révolution sans leaders » certes mais non sans élites, présentes et fondues dans le mouvement général, sans identité ni programme, mais remplies de frustrations. Depuis longtemps, les élites tunisiennes éprouvaient un déficit de représentation, ressentaient leur invisibilité et un manque de reconnaissance. Le pays n’a pas cessé d’en fabriquer et toutes sortes d’élites sont nées, en dehors du parti-Etat (PSD puis RCD) -de plus en plus hégémonique- dans le monde syndical comme dans des niches de l’économie, de la culture, de la science ou de l’art. La politique de cooptation des « compétences » par l’Etat, l’hyper-concentration des possibilités de promotion, l’absolutisme oppressant des réseaux des familles gouvernantes ont alimenté exclusions et renoncements. Les départs à l’étranger, par voie officielle (coopération) ou à travers des circuits personnels, se développent à la faveur de la mondialisation. Le centralisme n’empêche pas l’infiltration d’un fonctionnement informel dans tous les secteurs de la vie sociale et économique, accentuant l’écart entre élites nationale et transnationale. L’élite aujourd’hui « émergente » a poussé sur le terreau d’une circulation des biens et des ressources, à la fois transformée et pas/peu contrôlée. Internet a indéniablement contribué à multiplier les voies d’accès aux positions d’élite. Cet accès vaut-il insertion ?

La question qui se pose avec acuité aujourd’hui est celle de la responsabilité. « Représenter » et « rendre des comptes » constituent un impératif réciproque, indissociable du projet démocratique à l’épreuve. Les élites tunisiennes sont-elles capables d’assumer le passage ? Les réponses de certaines corporations des professions libérales (avocats, médecins, pharmaciens…) devant le devoir fiscal laissent planer des doutes, tout comme les attitudes timorées de magistrats face aux affaires de corruption ou d’assassinat politique.

Transitions en cours

Pour l’heure, une « société civile » en alerte continue à oeuvrer dans plusieurs directions. Il faut espérer que ces actions éparses aident à remembrer l’atomisation des élites et à construire des espaces d’autorité et de pression capables de contrebalancer un pouvoir affaibli… par manque de responsabilité de ses représentants.

Dans un climat de crise et controverses, les élites tunisiennes continuent de changer de composition et de chercher leur place. En plus de la jeunesse qui clame avec impatience son droit de fendre les cloisons de l’élite constituée, deux catégories incitent à trouver une définition plus fidèle au contexte tunisien actuel : les femmes et les artistes. On a longtemps analysé la participation des femmes à la construction des élites à travers les situations familiales et les alliances matrimoniales. Elles sont désormais actrices de plain-pied, dirigeantes et cadres, dans le monde de l’entrepreunariat, dans des compétences porteuses de changement (enseignement, santé, gestion, sport, magistrature…), comme dans la représentation politique et dans des positions de pensée, de réflexion ou de création.

Autre nouvel entrant dans le cercle indéfini des élites : les artistes eux aussi souvent oubliés dans l’analyse des catégories sociales influentes. Alors que la culture sert à construire l’hégémonie des élites, les artistes tunisiens sont plutôt reconnus après leur mort. Depuis 2011, ils deviennent plus visibles et plus assurés dans leurs revendications comme dans leurs projets. Ils promettent d’être décisifs dans la société tunisienne en devenir et parmi les élites en recomposition.

Enfin si polémiques et débats autour des « élites » augmentent n’est-ce pas parce que la sphère des médias, un des champs de l’élite, et qui s’en fait l’écho, se détermine par rapport à cette catégorie et s’en nourrit ? Même s’il est difficile de voir clair dans ces imbrications anciennes et nouvelles, continuons à questionner cet état de fait et à poser un regard critique sur les élites tunisiennes, passées et présentes.

Publié dans La Presse de Tunisie, Supplément spécial 20 mars « Elite (s) et pouvoir politique« ,  mardi 20 mars 2018, page III.

Pour une histoire de la revue Les Cahiers de Tunisie : Entretien avec Mohamed Talbi

Le texte qui suit est un entretien avec Mohamed Talbi (1921-2017) mené par Kmar Bendana[1] il y a déjà plusieurs années (avant 1997) dans le cadre d’un projet de publication par l’Institut de recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC, Tunis)[2] sur la vie intellectuelle à travers les revues tunisiennes. Une série d’entretiens a alors été menée avec plusieurs rédacteurs en chef de revues maghrébines, dont Mohamed Talbi qui a dirigé Les Cahiers de Tunisie entre 1969 et 1989 et en devient président d’honneur à partir de 1989.

Mohamed Talbi qui nous a quittés le 1er mai 2017 est connu surtout en tant qu’historien du Maghreb médiéval, auteur d’une thèse sur l’émirat Aghlabide (186-296/ 800-909) publiée à Paris (Maisonneuve) en 1966. Il est doyen de la faculté des Lettres et Sciences Humaines de Tunis de 1966 à 1970. Son rôle de penseur et d’islamologue a prévalu au cours des dernières décennies agitées par les débats intellectuels et politiques sur les sources de l’Islam et les controverses sur les liens entre islam et politique. En revanche, sa collaboration active à la vie de la revue Les Cahiers de Tunisie -par ses articles et comptes rendus dès 1956, puis comme directeur de la revue en 1969- est un aspect beaucoup moins mis en valeur par les divers hommages qui se sont exprimés depuis sa disparition.

            Rawafid a choisi de revenir sur la carrière scientifique de Mohamed Talbi en publiant ce témoignage sur un pan de l’histoire de l’université tunisienne où Mohamed Talbi a été un auteur significatif et un promoteur du passage entre la culture arabe et le savoir français, jugé nécessaire par les acteurs scientifiques de son époque. L’entretien nous renseigne sur l’homme, sur sa formation universitaire (agrégé d’arabe en 1952 et docteur es-lettres spécialité histoire de la Sorbonne en 1968) qui est à la base de son itinéraire intellectuel, et sur une revue qui accompagne l’émergence d’une université nationale dans le contexte de la décolonisation politique. Mohamed Talbi fut le témoin d’un moment de relais entre les hommes passés par des institutions anciennes (Revue tunisienne, Institut des Hautes Etudes de Tunis…) et les nouvelles recrues arrivées sur la place universitaire dans les années 1960. Selon le souvenir de l’interviewé, ce passage se passait sans heurts apparents mais non sans désaccords internes et conflits au sein du comité de rédaction.

Le lecteur est également renseigné sur les pratiques et les problèmes de fonctionnement d’une revue qui cherche sa voie, dans une configuration scientifique où le bilinguisme est de rigueur et où la discipline historique prétend à l’hégémonie. L’entretien apporte enfin des éclairages sur les débats menés par les principaux acteurs à propos de l’orientation éditoriale et des difficultés traversées par la revue dans une période d’édification de l’université tunisienne après l’indépendance du pays.

[1] Chercheure à l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine depuis 1982, Université de la Manouba et chercheure associée à l’IRMC depuis 1993.

[2] L’entretien a été publié dans La Lettre de l’IRMC  n°19, juin 2017, pp. 21-28.

Kmar Bendana

Votre nom apparaît pour la première fois dans Les Cahiers de Tunisie en 1956, en tant qu’auteur d’un article. Vous souvenez-vous des circonstances et des détails de ce début ?

Mohamed Talbi : 1956, année de l’indépendance, a été également pour moi l’année de mon retour en Tunisie. J’y avais enseigné auparavant, de manière discontinue, comme instituteur puis comme professeur du secondaire. En 1947, je suis parti en France, pour préparer une licence. Revenu à Tunis en 1949, pour des raisons financières, j’ai enseigné dans le secondaire. A la même époque, avec la création de l’Institut des Hautes Etudes, présidé par Jean Roche, et dirigé en fait par Pierre Marthelot, j’ai été amené à dispenser des cours dans cet Institut. J’ai ainsi fait connaissance avec Pierre Marthelot et, partant, avec Les Cahiers de Tunisie. Ce fut, en quelque sorte, mes débuts dans l’enseignement supérieur et dans la recherche. Auparavant j’avais écrit dans Arabica, revue publiée en France et dirigée par Lévy-Provencal, mon directeur de thèse.

J’étais entré en contact avec le Secrétaire Général des Cahiers de Tunisie, Jean Pignon, un homme de qualité, d’une très grande ouverture et qui aimait la Tunisie. Il était l’un des Français libéraux les plus engagés dans une voie de collaboration et d’amitié avec les Tunisiens. Chez lui comme chez Pierre Marthelot i1 n’y avait rien du colonisateur tel qu’on se le représente habituellement.

Alors que le marxisme était à l’apogée de son audience, Pierre Marthelot était de gauche mais non marxiste, caractéristique rare à l’époque. Ses convictions étaient celles d’un chrétien libéral. Une amitié est née entre nous. Nous étions liés également à un autre chrétien libéral, Hédi-Roger Idriss, français fidèle à ses origines tunisiennes, qui préparait sa thèse sur les Zirides. Le contact avec tous ces enseignants de l’Institut des Hautes Etudes et collaborateurs des Cahiers de Tunisie résume mes débuts dans cette revue tunisienne, dirigée à ce moment-là — c’était inévitable — par des Français. Le directeur en était Jean Roche et le rédacteur en chef, Jean Pignon. Avec Jean Roche, physicien, professeur au Collège de France, j’ai conservé des liens d’amitié bien longtemps après son départ de Tunisie.

Dans cette mouvance, un noyau de Français libéraux recherchaient des contacts avec les Tunisiens dans une perspective favorable à l’indépendance. Celle-ci, comparée à la situation qui a prévalu en Algérie, s’est déroulée dans de bonnes conditions, sans trop de casse ni d’animosité. Durant les années 1952-1956, les chocs, quelquefois violents, étaient amortis à l’échelle de l’Université, où les rapports restaient cordiaux…

K.B : Est-ce vous qui avez eu l’initiative de votre premier article ou vous l’a-t-on demandé ?

M.T. : Il m’a été suggéré à l’occasion d’un colloque sur l’armée, organisé par André Martel, auteur d’une thèse sur la Tunisie, et spécialiste d’histoire militaire. Dans le cadre de cette rencontre, j’ai traité de l’armée à partir de l’exploitation de certaines sources manuscrites disponibles à la bibliothèque Al Abdilliya, qui dépendait alors de la Mosquée de la Zitouna et était installée à proximité de celle-ci.

K.B. : Comment ont évolué vos rapports avec l’équipe qui animait Les Cahiers de Tunisie à leurs débuts ?

M.T. : J’ai dû quitter cette équipe pour repartir en France à la fin de l’année 1956. Je voulais consacrer davantage de temps à ma thèse et aux recherches de documentation, travailler sur des textes que je trouvais difficilement en Tunisie et qui étaient disponibles à la Bibliothèque Nationale à Paris.

K.B. : Vous avez cependant produit des notes de lecture pour les livraisons de 1958, 1959, 1960.

M.T. : En effet, je suis revenu en Tunisie en 1958, au moment de la création de l’Ecole Normale Supérieure de Tunis. Ahmed Abdessalem, le fondateur de l’Université de Tunis et de cette Ecole, était un ami de longue date. Il m’a demandé d’y enseigner, ce que j’ai fait tout en continuant à collaborer avec Les Cahiers de Tunisie. Mais, en 1962, je suis reparti à Paris où j’ai dirigé la Maison de Tunisie, tout en achevant et soutenant ma thèse. En 1966, j’étais de retour en Tunisie.

K.B. : Vous avez pris la direction des Cahiers de Tunisie en 1969. Avec vous s’est constitué un véritable comité de rédaction. Comment fonctionnait alors la revue avec son comité de redaction ?

M.T.: Si mes souvenirs sont exacts, j’ai collaboré avec la revue, dès 1966. Un poste était vacant du fait du départ de Pierre Marthelot en 1962. Ahmed Abdessalem lui a succédé comme directeur tandis qu’André Nouschi remplaçait Jean Pignon à la rédaction.

K.B. : Vous avez donc connu plusieurs rédacteurs en chef. Le premier fut Paul Sebag.

M.T. : Paul Sebag a joué un rôle primordial dans le sauvetage des Cahiers de Tunisie. Lorsque nous l’avons prise en main, elle était agonisante, pour de multiples raisons. L’équipe qui l’avait animée à ses débuts n’était plus là. En outre, il y avait alors pénurie d’articles. L’Université de Tunis venait juste d’être créée et les collaborateurs susceptibles de nourrir scientifiquement une revue étaient peu nombreux. Les Cahiers de Tunisie avaient déjà accueilli beaucoup d’articles d’enseignants étrangers. Dans le creux de la vague, il fallait quelqu’un pour dynamiser la revue. Ahmed Abdessalem a pris la relève de Pierre Marthelot en 1961 et André Nouschi a remplacé Jean Pignon en qualité de rédacteur en chef. Mais Ahmed Abdessalem était surchargé de travail ; investi de la responsabilité de créer une Université, il ne pouvait pas consacrer tout son temps à la revue. André Nouschi, également, était absorbé par les tâches d’enseignement. Or, faire vivre une revue requiert beaucoup de dynamisme : programmer des articles, solliciter des auteurs, sélectionner les textes dans le souci de maintenir un certain niveau. La revue ne paraissait plus que par intermittence. Pour assurer la continuité, on publiait des numéros doubles, triples ou quadruples, souvent peu volumineux. On a eu recours à des « réimpressions ». On essayait de faire l’impossible pour que la revue ne meure pas. Le résultat a été atteint, l’on a sauvé la revue.

K.B. : Comment avez-vous procédé ?

M.T. : Nous nous sommes livrés à un travail de redressement, pour lequel Paul Sebag a joué un rôle capital. Cet homme extraordinaire d’érudition, qui aspirait à la plus grande perfection, n’a malheureusement jamais publié sa thèse. Sociologue apprécié de ses nombreux amis tunisiens et français, -il a produit un grand nombre d’articles sur Tunis. Grâce à son dynamisme et à son dévouement -et à ceux de son épouse qui corrigeait toutes les épreuves et mettait au point les tables analytiques- nous sommes arrivés à faire renaître une revue de qualité, avec un minimum d’imperfections techniques. Progressivement, nous avons réussi à multiplier le nombre de nos collaborateurs et à recevoir de nombreux articles qui venaient de toute part. Sur l’initiative de Paul Sebag, on a également reproduit dans chaque numéro des Cahiers de Tunisie un article ancien, de très grande qualité, ou devenu introuvable.

K.B. : C’est la rubrique « Réimpressions ». Pourquoi a-t-elle été interrompue en 1980 ?

M.T. : On en a beaucoup parlé au sein du comité de rédaction. Elle a été suspendue parce qu’elle exigeait de trouver des articles qui s’imposaient ou que les érudits recherchaient. Cela nécessitait un travail de prospection et de recherche extrêmement long et difficile. Le dévouement des débuts a fait place à la lassitude. On a dû renoncer à cette activité qui relevait plus ou moins de la documentation que de la recherche.

K.B. : Puisque nous parlons des rubriques, expliquez-nous comment se préparait la chronique scientifique, qui a été très riche et très suivie.

M.T. : Dès le départ, sous l’impulsion de Paul Sebag, nous avons considéré que cette chronique scientifique était capitale. Nous en avons débattu au sein du comité qui était désigné par le comité scientifique de la Faculté. Nous avons pensé qu’une revue comme Les Cahiers de Tunisie, pour prétendre tenir sa place dans le monde scientifique, devait proposer non seulement des articles de fond mais également des comptes rendus d’ouvrages de qualité. Le public auquel nous nous adressions était légitimement désireux de se tenir informé sur les publications les plus importantes dans les domaines d’intérêt des Cahiers de Tunisie. Cela a nécessité un investissement dans la mesure où les services de presse étaient tributaires de l’image et de la réputation de la revue chez les maisons d’édition. Paul Sebag a fourni en ce domaine un travail considérable. Par ailleurs, nous avons mis en place des formules d’échange des Cahiers de Tunisie avec d’autres revues. Tout cela a fait l’objet de débats au sein du comité de rédaction.

K.B. : Comment se passaient les réunions du comité de rédaction ?

M.T. : On se réunissait souvent, parfois toutes les semaines, pour trouver les moyens de rendre à la revue sa place. Peu à peu, nous avons reçu en grand nombre, des ouvrages pour compte rendu. Certains numéros des Cahiers de Tunisie rendent compte de la place de plus en plus importante de cette rubrique. Les ouvrages recensés couvraient les sciences humaines (géographie, histoire, sociologie), vecteur choisi par Les Cahiers de Tunisie. Avec la multiplication des ouvrages devant faire l’objet de comptes rendus, s’est posé le problème de leur distribution. Certains livres étaient très demandés alors que d’autres ne trouvaient pas preneurs. Dans certains cas, nous choisissions nous-mêmes, au sein du comité, le collègue auquel nous confierions l’ouvrage.

K.B. : Même quand ce collègue ne faisait pas partie du comité de rédaction ?

M.T. : Oui. Les membres du comité rédigeaient des comptes rendus. Comme ils étaient les premiers à voir les ouvrages, ils pouvaient faire leur choix. Les difficultés survenaient avec les collègues extérieurs au comité. En coulisses, dans les salles des professeurs, nos critères de choix étaient critiqués. L’attribution des ouvrages entraînait des tensions entre collègues qui pouvaient aller jusqu’à l’altercation. Pour couper court aux critiques, nous avons distribué à tous les collègues une liste des ouvrages reçus ; ceux qui désiraient faire tel ou tel compte rendu devaient cocher la case correspondante. Cela n’a rien résolu. Pour certains ouvrages, nous recevions presque ou pas du tout de propositions, tandis que pour les plus chers, les plus beaux ou les plus intéressants, nous étions confrontés à de nombreuses demandes. Ainsi, avec un peu plus d’organisation et de démocratie, on se retrouvait devant la même difficulté. Le comité de suivi tranchait tantôt à l’unanimité, tantôt au prix de grandes tensions. On débattait très ouvertement et on parvenait toujours à une solution. On avait institué un registre de procès-verbaux des débats, à la demande de nombreux collègues.

K.B. : Peut-on prendre connaissance de ce registre ?

M.T. : A vrai dire, je crois qu’il ne s’agissait pas d’un registre mais plutôt de procès verbaux sur papier libre, distribués aux collègues. Je regrette de ne pas les conservés. Les séances de ce comité étaient très animées. Parfois des discussions  acides opposaient Paul Sebag et Béchir Tlili. Ce dernier, homme très dévoué décédé en 1986, était très vif dans ses réactions. Ce n’est pas un hasard s’il a succédé à Paul Sebag. Tous deux étaient tellement préoccupés de la revue qu’ils pouvaient en arriver jusqu’aux frictions.

K.B. : La chronique scientifique était donc une responsabilité consciemment remplie par tous les membres du comité. Et la rubrique « Réimpressions » ?

M.T. : C’était une initiative de Paul Sebag, de même que la rubrique « Etat des travaux et des recherches », dont je déplore la disparition. Quelquefois, nous prenions des décisions bonnes dans l’absolu mais très difficiles à réaliser. En particulier pour cette rubrique,  nous nous heurtions à la difficulté d’alimenter régulièrement une information sur la vie scientifique. Paul Sebag s’est beaucoup donné à ce genre de tâches qui nécessitent érudition, méthode, esprit de suite… C’était essentiel mais cela dépassait nos moyens.

K.B. : Au cours des dix premières années, on remarque une tendance à concevoir des numéros autour de thèmes assez vastes : la numismatique, l’eau, etc… Petit à petit, la place des varia devient plus Importante. Puis on en vient à la publication de colloques.

M.T. : C’est vrai. Tout cela était le fruit des débats de l’ensemble de la rédaction. Nous avions eu l’ambition de réaliser des numéros sur des sujets déterminés afin de susciter des recherches, impulser celles-ci plutôt que de subir, en ordre dispersé, les propositions des uns et des autres. Mais cette ambition s’est avérée excessive par rapport aux moyens qui s’offraient.

K.B. : Les moyens du comité ou le paysage de la recherche ?

M.T. : Par rapport aux deux… Chaque thème exigeait de disposer de spécialistes en nombre suffisant et qui acceptent de produire pour la revue un article sur commande. Pour nourrir des numéros différents et pointus, il était aussi difficile de trouver les spécialistes,  de les persuader de participer. Nous y avons quelquefois réussi mais nous avons dû renoncer à une entreprise au-dessus de nos moyens. Notre université était trop petite à ses débuts, et nous avions vu trop grand pour ses débuts. Cette formule serait plus réalisable aujourd’hui. Nous avons maintenant plusieurs universités et disposons de spécialistes dans de nombreux domaines des sciences sociales. De plus, la revue s’est ouverte sur d’autres disciplines, comme, par exemple, la philosophie, qui n’étaient pas inscrites dans sa ligne directrice de lancement.

K.B. : Mais elle s’est fermée à la littérature qui, en revanche, figurait dans les premiers numéros.

M.T. : Oui. Aujourd’hui, les nouveaux responsables des Cahiers de Tunisie pourraient tenter de monter des livraisons thématiques… Mais les échos que j’en ai ne me permettent pas d’être optimiste. La revue ne dispose toujours pas d’une masse suffisante de propositions de bons articles. Les jeunes collègues sont absorbés par leurs thèses, d’autres sont sollicités à l’étranger parce qu’ils s’y sont fait connaître entretemps ; lorsqu’ils travaillent pour des colloques internationaux, leurs recherches vont ipso facto aux Actes de ces rencontres.

K.B. : Selon vous, la scène universitaire tunisienne serait partagée par des célébrités et des chercheurs qui achèvent leurs thèses ?

M.T. : Non. Mais l’université est quand même jeune. Le nombre d’universitaires occupés par la préparation de leur thèse est très élevé. Ceux qui ont soutenu la leur et ne sont pas trop sollicités par la recherche internationale ne sont pas nombreux. Or, ce sont ces chercheurs qui pourraient nourrir une revue d’une manière soutenue… Cependant, la revue continue et c’est là l’essentiel. Je dis toujours à mes collègues de ne pas se montrer trop exigeants, tout en évitant les publications qui n’apportent rien et porteraient tort à la revue. Il faut rechercher une ligne moyenne qui maintienne la réputation des Cahiers de Tunisie.

K.B. : Il y a eu, sous votre direction, des tentatives d’ouvrir Les Cahiers de Tunisie à l’Afrique.

M.T. : Nous avions essayé de nous ouvrir sur l’Afrique subsaharienne, le Sénégal par exemple. Nous avions l’ambition de promouvoir la recherche africaine et d’entretenir des échanges l’Afrique noire pour donner davantage de rayonnement aux Cahiers de Tunisie. Nous souhaitions leur ouvrir un nouveau marché, leur faire une place dans les différentes universités africaines qui trouveraient ainsi dans la revue une matière les concernant. Cela n’a pas été une réussite : nous avons bien publié quelques articles de collègues de pays d’Afrique subsaharienne, mais cela n’a jamais été probant. Dans l’ensemble, je pense qu’il y a trop peu d’articles émanant de collègues européens et étrangers.

K.B. : Dans une perspective chronologique longue, on passe d’une revue de sciences humaines (géographie, histoire, sociologie) qui touche à la littérature et à la philosophie à une revue qui les abandonne en cours de route en affermissant la place de la discipline historique. J’aimerais connaître votre sentiment à ce sujet, même a posteriori.

M.T. : Cette évolution est le fruit des débats au sein du comité de rédaction des Cahiers de Tunisie. Par souci de qualité et d’ouverture, nous cherchions à publier des textes scientifiquement valables à un niveau international, ce qui était une très grande ambition. Une revue scientifique de qualité à Oxford ou à Paris est possible, dans la mesure où vu le vaste champ culturel couvert est vaste. Mais dans un pays de tradition universitaire récente, ce n’est ni évident, ni facile. Nous ne pouvions donc pas publier tout ce qui nous était proposé. Au prix de très sérieux ennuis, nous avons refusé des articles, demandé des corrections, relu des textes au sein d’un comité en désaccord, soumis des articles à des spécialistes extérieurs au comité voire à des collègues étrangers. Tout cela rendait délicats les débats de la rédaction des Cahiers de Tunisie et nous a conduits à opérer des choix. Ainsi, par exemple, après la création d’une revue littéraire à la Faculté des Lettres, nous avons décidé de ne plus publier d’articles de littérature Nous avons agi de même, après le lancement d’une revue de géographie, qui parait toujours.

K.B. : Ces décisions de publier de nouvelles revues ne découleraient-elles pas précisément du fait que certains articles ne trouvaient pas leur place dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : C’est possible…

K.B. : Pourtant Les Cahiers de Tunisie se sont posés, dès le départ, comme une revue de sciences humaines.

M.T. : Avec Pierre Marthelot comme géographe et Jean Pignon comme historien, il y a eu en effet une conjonction entre ces deux disciplines. Pour prendre le relais de la Revue tunisienne, revue de sciences humaines et en particulier, Les Cahiers de Tunisie, se sont définis comme une revue de géographie, d’histoire et de sociologie. Ce créneau n’a pas été toujours tenu avec rigueur. Il y a eu des tentatives  vers la littérature qui touche aux sciences humaines. Cette discipline n’est pas seulement rhétorique ou style, elle recouvre également un contenu. Il y a donc eu des flottements. Tantôt on voulait mettre l’accent sur les sciences humaines au sens strict, tantôt on pensait à une ouverture vers la philosophie… En effet, pourquoi la sociologie et non la philosophie ? Aussi avons-nous demandé à des philosophes de siéger parmi nous.

K.B. : La sociologie avait eu sa place dans la Revue Tunisienne.

M.T. : On se disait alors que la sociologie avait sa revue et son institution avec le Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales (CERES). En tant qu’historiens, nous avions, certes, fait partie du CERES. J’avais même été chargé d’y diriger un département d’histoire. En introduisant cette discipline au CERES et en publiant les textes relatifs à l’histoire dans les collections de ce Centre, il y avait une certaine osmose.

K.B. : Quelles sont les disciplines les plus présentes dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Cette définition disciplinaire a été toujours été liée aux fluctuations de l’enseignement supérieur en Tunisie, par exemple, lorsqu’un département de psychologie et de pédagogie se crée, il y a là un nouvel espace de création d’articles pour la Revue. A l’inverse, lorsque celui-ci disparaît, cet espace se rétracte. Si un institut spécialisé de pédagogie se crée ailleurs a avec sa revue et ses moyens propres, nous sommes obligés de nous aligner sur cette évolution.

K.B. : Vous parlez là d’institutions créées en dehors de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Or, celle de Al Hawliyyat s’est faite au sein de cette même Faculté. Quels étaient les rapports entre Al Hawliyyat et les Cahiers de Tunisie, deux revues d’une même institution ?

M.T. : Il n’y a pas eu de problèmes. Al Hawliyyat publient en arabe tandis que Les Cahiers de Tunisie, pendant longtemps, n’ont accepté que des articles en français, très rarement en anglais, en italien ou en espagnol. Les Cahiers de Tunisie avaient plus de vingt ans d’âge quand le comité de rédaction a décidé de l’arabiser et cela, en rapport avec l’enseignement : pendant longtemps, l’Université de Tunis, à l’exception de la section d’arabe, a eu recours au français comme langue d’usage. Moi-même, j’ai enseigné l’histoire en français avant de dispenser mes cours en arabe. Le premier texte en arabe est paru dans la revue en 1978.

K.B. : Etes-vous le premier auteur tunisien à avoir publié dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Tant que la langue française était prédominante et que nos collègues français étaient les plus nombreux, il n’y avait presque pas de contributions tunisiennes. Les articles étaient signés André Nouschi, André Martel, Jean Ganiage, Jean Pignon. L’arabisation a été discutée au sein du comité et affichée sur la couverture des Cahiers de Tunisie en 1978. Ce souci d’ouverture à l’arabe peut apparaître aujourd’hui comme-très tardif. Il n’en a pas moins été un sujet de débat au sein du comité, divisé à ce sujet. Nous aspirions à devenir une revue internationale et nous avons estimé que la place d’une revue en arabe venait d’être prise par Al Hawliyyat.

K.B. : La nouvelle revue Al Hawliyyat publiait également des articles d’histoire…

M.T. : Oui. Dans une certaine mesure, on peut dire qu’il y a eu concurrence puisque Al Hawliyyat ne publiaient pas uniquement autour de la littérature. L’arabe leur était réservé pour ainsi direz  tandis Les Cahiers de Tunisie conservaient, maintenaient avec le français, un profil de revue « internationale ».

K.B. : La langue d’expression des articles a-t-il été le seul critère de distinction entre Al Hawliyyat et Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : En principe, Al Hawliyyat s’occupaient de littérature arabe avec un regard porté sur la « civilisation ». Or, on ne peut prétendre étudier et comprendre la civilisation sans avoir recours à l’histoire, sans aller au-delà de l’événementiel. En histoire, l’événementiel prime de moins en moins : pour l’Ecole des Annales, pour Fernand Braudel, le plus important réside dans les mouvements lents qui permettent de comprendre le passé. Al Hawliyyat et Les Cahiers de Tunisie avaient des points communs et des différences. Dans la première de ces revues, on ne peut pas trouver d’article sur les lainiers en Italie au XIVe siècle par exemple, tandis que la seconde ne publierait pas un article sur la philologie ou la linguistique.

K.B. : Il y a cependant eu des versions d’un même article dans les deux revues…

M.T. : Cela est arrivé parce que des collègues voulaient publier leurs textes dans les deux langues, alors que tout article se doit d’être inédit. Toutefois, cette exigence est parfois difficile à faire respecter dans les faits… La gestion au jour le jour avait ses difficultés. II fallait accepter des compromis et le résultat se reflétait quelquefois dans l’aspect et le niveau général de la revue.

K.B. : Dans ce comité où les débats tiennent une grande place, qui s’occupait des aspects pratiques ? Qui assumait la préparation technique de la revue ?

M.T. : La fabrication des Cahiers de Tunisie était une source quotidienne d’ennuis et de soucis de tous genres, qu’il s’agisse des problèmes budgétaires ou des rapports avec les imprimeurs et les éditeurs. C’est l’Imprimerie Officielle, avec sa bureaucratie, qui nous a donné le plus de mal. Une fois le manuscrit confié à l’imprimerie, on ne savait jamais quand la revue allait paraître. Nous passions toujours après les imprimés administratifs. Le secrétaire général de la revue puis le rédacteur en chef étaient littéralement « submergés ». Il leur fallait se battre tous les jours pour que la revue fût prête dans des délais acceptables. Elle ne paraissait jamais aux dates prévues ; des retards énormes survenaient toujours au cours de cette phase technique. Paul Sebag, Béchir Tlili, Mounira Chapoutot, autres rédacteurs en chef de la revue, ont beaucoup œuvré pour que la fabrication se déroule dans de bonnes conditions.

K.B. : Quand vous devenez le directeur de la revue en 1969, celle-ci change de couverture. Avez-vous gardé le souvenir de la préparation de cette couverture ?

M.T. : C’est Paul Sebag qui a suscité le changement de couverture car il estimait que «  le temps du chameau était terminé. Certes, la couverture était très belle, mais elle appartenait à une époque révolue. Pour en finir avec la vision folklorique de l’Arabe liée au chameau ou à un dessin berbère, il fallait remplacer l’ancienne couverture. Paul Sebag a contacté des dessinateurs qui nous ont proposé des maquettes puis nous avons procédé à un choix, en comité.

K.B. : Cette couverture demeurera jusqu’en 1992. A-t-il été question de la changer avant cette date?

M.T. : Seulement quand nous avons voulu paraître dans les deux langues. Nous avons alors discuté pour que la couverture fût bilingue. Le dernier changement de 1992 est venu à point. Une revue doit évoluer dans sa présentation-, sinon elle est menacée par la routine. Un effort considérable a été fourni depuis cette date pour la rénovation de l’ensemble et pour une parution sous une forme mieux adaptée au marché, aux idées actuelles etc… Il faut qu’une revue, de temps en temps, change de maquette.

K.B. : Comment jugez-vous, aujourd’hui, l’expérience des Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Je pense que la revue se livre à un effort continu d’adaptation. Il faut qu’une revue soit vivante, qu’elle s’adapte. Le nouveau comité prend les initiatives nécessaires en ce domaine. La revue a actuellement un aspect plus attrayant.

K.B. : Les Cahiers de Tunisie nous avaient habitués à une revue d’historiens. L’orientation récente ne tente-t-elle pas -de réserver une plus grande -place aux autres disciplines enseignées à la Faculté ?

M.T. : Ce choix avait été opéré lorsque je dirigeais la revue. Il n’y a pas eu de virage mais un équilibrage. Nous étions déjà ouverts à des textes de philosophie, par exemple.

K.B. : Mais vous conviendrez que la place relative de l’histoire était dominante.

En effet, aujourd’hui encore, le directeur de la revue est historien, et la revue continue à privilégier l’histoire, ce qui, à mes yeux, est normal. Mais tout en continuant à le faire, elle ne veut pas s’y cantonner parce que les sciences humaines englobent d’autres disciplines que l’histoire. Par fidélité à la vocation de la revue, il faut que l’histoire ait sa part. Toutefois, Les Cahiers de Tunisie n’ont jamais été exclusivement une revue d’histoire, comme les Annales par exemple jusqu’en 1994[1].

K.B. : A travers la structure du comité de rédaction et son contenu, on constate également une forte présence de la discipline historique au détriment d’autres : la psychologie, les littératures française et anglaise avaient été peu à peu réduites à la portion congrue dans les derniers numéros des Cahiers de Tunisie, avant le changement de 1992.

M.T. : Dès le départ, l’histoire a été une discipline dominante et elle l’est restée. Toutes les ouvertures ont cherché un équilibre en faveur d’une plus grande représentativité des autres sciences humaines, tout en gardant son importance à l’histoire

K.B. : Est-ce pour vous lié à une corporation dominante ou est-ce un problème strictement scientifique ? La Faculté ne serait-elle pas une institution où les historiens ont une place plus importante, plus voyante ?

M.T. : Il est très difficile de distinguer entre les deux aspects, l’un scientifique et l’autre corporatif. Il est évident que dans Les Cahiers de Tunisie, l’histoire a eu une part importante dès le départ, avec Jean Pignon. Ce n’est pas un hasard si le directeur des Cahiers de Tunisie a toujours été par la suite. un historien. On peut juger aujourd’hui que l’histoire reste envahissante dans Les Cahiers de Tunisie, mais c’était un choix. Je parle subjectivement : l’histoire, est, dans les sciences humaines, la discipline la plus importante. C’est mon point de vue d’historien. Un sociologue me contesterait peut-être, mais je ne peux m’empêcher de considérer que les sciences humaines sont très largement historiques, regardent vers le passé. Certes, les sciences d’actualité, comme la sociologie ou la pédagogie, ont leur importance, mais les sciences humaines prennent en charge tout le passé de l’humanité.

K.B. : Croyez-vous qu’il n’y a que les historiens qui puissent parler du passé ?

M.T. : Par définition, un historien fait de l’histoire ; il ne peut pas parler de l’actualité.

K.B. : Un philosophe aussi regarde le passé, tout comme un texte littéraire charrie une part d’histoire.

M.T. : Oui. Il y a une histoire de la philosophie mais elle n’en est qu’une petite partie. La philosophie est surtout une pensée vivante sur l’actuel. Si Michel Foucault est un grand historien, c’est parce qu’il n’est pas seulement un historien de la philosophie.

K.B. : Cela n’exclut pas que la philosophie soit représentée dans une revue comme Les Cahiers de Tunisie.

M.T. : Mais nous sommes ouverts à la philosophie ! Nous l’avons toujours considérée comme une science humaine extrêmement importante ! Elle est une réflexion vivante et actuelle sur les phénomènes humains dans leur sens le plus large. Les plus grands philosophes étaient des créateurs et non pas des historiens de la philosophie. L’histoire revendique pour elle tout ce qui s’inscrit dans le passé, y compris la philosophie. L’histoire des idées est une part extrêmement importante de l’histoire. Les historiens qui ont étudié l’histoire de la pensée font peut être concurrence aux philosophes lorsque ces derniers se font historiens : la pensée de Spinoza, par exemple, fait partie du passé. Elle tombe ipso facto dans le domaine de l’histoire et le philosophe qui étudie des idées du passé se fait malgré lui historien. De même, il y a des domaines communs entre l’histoire et la démographie, lorsqu’il s’agit de démographie historique. L’historien est toujours amené à chasser sur le territoire d’autres disciplines, c’est inévitable.

K.B. : Pensez-vous que Les Cahiers de Tunisie doivent refléter la recherche, en particulier dans les relations qui régissent les différentes disciplines entre elles, quitte à ce que certaines prennent plus de place que d’autres ?

M.T. : Si les collègues qui prennent actuellement en charge la revue me demandaient mon avis, je leur dirais que Les Cahiers de Tunisie ont un devoir, celui d’être dynamiquement fidèles à leurs origines : que la revue ne néglige jamais l’histoire et pas seulement l’histoire événementielle, mais également celle des idées et des institutions, de la civilisation et de la pensée humaine. A mon avis, mais ce n’est peut-être pas celui des dirigeants actuels, il faut « naviguer » avec cette revue, de telle sorte qu’elle puisse retrouver son impulsion première : celle d’une revue de sciences humaines où l’histoire occupe une place extrêmement importante, sinon prédominante.

[1] Fondée en 1929 par Marc Bloch et Lucien Febvre, la revue Les Annales, Histoire, Sciences Sociales (1929-1938), a changé plusieurs fois de titre qui comportait le mot Histoire, sauf celui publié entre 1946-1993sous le titre : Annales, Economies, Civilisations ou Annales ESC. Le dernier  (1994) paraît sous le titre : Annales, Histoire, Sciences Sociales ou Annales, HSS.

Publié dans Rawafid n° 21, ISHTC, Université de La Manouba, 2016, pp. 109-123 et sur la Lettre de lIRMC n° 18, pp. 21-28.

L’émergence de l’histoire : entretien

“The Uprising of History” – Interview with Kmar Bendana

Transcription de l’entretien

Alix Winter: Kmar Bendana, bonjour.

Kmar Bendana : Bonjour

A.W: Je suis ravie de vous accueillir ici pour l’interview. Vous êtes historienne à l’Université de Tunis

K.B : Oui de la Manouba

A. W: Et vous travaillez comme historienne, sur l’histoire, l’histoire de la Tunisie depuis plusieurs années. Vous êtes particulièrement intéressée par des questions d’historiographie et par le rapport entre un narratif historique et le pouvoir politique. Ces questions sont intéressantes sur fond d’une histoire partagée dans un contexte de rapports coloniaux entre la France et les pays au Sud de la Méditerranée -que l’on appelle en général le Maghreb-. Mais dans votre pays, ces questions prennent de l’ampleur surtout depuis les changements de pouvoir politique, suite à ce qu’on a appelé le « Printemps Arabe ». En quoi s’expriment les enjeux du politique sur l’historiographie selon vous ?

K.B : Aujourd’hui en Tunisie, on voit qu’il y a une sorte de retour à l’histoire sur la scène politique … ça fait partie de ce que l’on appelle le uprising; c’est-à-dire que beaucoup de choses émergent à la surface. J’ai l’impression en tant qu’historienne, que l’histoire était un peu enfouie avant, un peu comme sous la dictature. Peut-être parce que c’était un régime politique qui phagocytait ou qui confisquait toute l’histoire. Du coup, avec l’explosion qu’on a connue en 2011, une explosion politique, l’histoire aussi ré-émerge. Pour moi, en soi, c’est un enjeu très important, parce que c’est enjeu de ré-émergence peut-être de la capacité de raconter l’histoire, d’intervenir sur l’histoire, de parler du passé. Je pense qu’un des premiers enjeux -et c’est peut-être propre à la Tunisie, mais peut aussi faire réfléchir sur d’autres contextes- le retour de l’histoire au premier plan fait partie de plein d’autres phénomènes concomitants, qui arrivent ensemble. A cause d’abord de l’explosion de parole, la libération de la parole. Je placerai cet enjeu en tête, dans la mesure où la parole libérée aujourd’hui, libère aussi un besoin de parler de l’histoire, de revenir à l’histoire et de revenir au passé, ça me semble un enjeu extrêmement important. Mais c’est un aspect qui n’exclut pas beaucoup de désordre. Je suis d’accord, je pense que c’est assez troublant. Quand on est historien, on est aussi frappé par ce désordre. On a l’impression que tout est au même plan. Mais je pense aussi que c’est à cause de ce désordre, et parce que nous sommes aussi au tout début -il n’y a que cinq ou six ans que ces choses-là se passent- et que nous ne sommes pas habitués à la parole… tout ça est très mélangé. Mais comme citoyenne, et comme historienne, je suis assez heureuse de ça. C’est-à-dire que je trouve ça assez positif pour le moment. Parce que ça veut dire qu’il y a une demande d’histoire, il y a un besoin d’histoire, mais il y a aussi un besoin de comprendre, de voir d’où l’on vient, comment ça s’est passé, etc. Je suis assez frappée aussi par ça aussi dans la jeunesse. Je parle bien sûr de la jeunesse instruite, de la jeunesse éduquée, des jeunes que je rencontre, les jeunes étudiants, ou à l’école etc. Mais je pense que c’est assez positif. Parce que c’est une sorte de questionnement qu’ils adressent à la fois aux adultes, à leur société, à leurs politiciens. Et cette demande-là qui vient d’en bas, qui vient de cla  jeunesse d’en bas, je la trouve assez saine. En tous cas, elle nous interpelle et peut être un enjeu, pour le moment, assez positif.

A.W: Parce que ce resurgissement de la parole concerne notre quotidien ?

K.B: Mais oui bien sûr ! Parce que notre histoire a aussi été pas mal confisquée par les politiques, par l’autoritarisme, etc. Donc c’est un peu un retour vers la base, car la base a de nouveau quelque chose à dire.

A.W: Ça remet en pouvoir…

K.B : Voilà ! Et ça, ça me plaît bien.

A.W: Pour revenir à des questions plus générales, quel rôle jouent les historiens dans la construction d’un narratif ? parce qu’ici vous parlez plus d’un discours public.

K.B : Un discours public, citoyen.

A.W: Quel rôle vous donnerez aux historiens, ou plutôt quel rôle devraient jouer les historiens ?

K.B : Je ne sais pas si on peut dire aux historiens ce qu’ils doivent faire. Je suis historienne mais je fais partie des historiens universitaires. Je pense qu’ils ont un travail à faire, en tous cas de mise en ordre de tout ça ; de comprendre un peu tous ces discours, de les mettre chacun dans son registre, de comprendre ce que chacun veut dire et où il se situe. Mais peut-être qu’il revient aux historiens en premier de comprendre qu’ils ne sont pas seuls. C’est un rôle d’humilité. Les révolutions ça vous rend très humbles d’une certaine manière. Notre rôle à nous, les historiens, même si on n’a pas fait grand’chose encore, parce que cela fait six ans que ces choses-là se passent et que c’est assez court, on est mis un peu devant la difficulté de la question et peut être devant la certitude que nous ne sommes pas les seuls à pouvoir parler d’histoire, que nous n’avons pas le monopole de cela, et qu’il faut que nous méritions notre place. Mais laquelle ? Nous devons être de bons enseignants, nous devons être de bons chercheurs, nous devons être très exigeants sur la méthode, nous devons aussi être internationaux, parce que nous ne pouvons pas seulement parler à notre public local. Nous devons garder aussi une certaine performance technique si je puis dire, et professionnelle, c’est pour ça que je suis contente d’être dans un workshop comme celui d’ici. Nous devons devenir meilleurs. C’est plus une assignation à l’excellence et à la compétence. Mais je ne sais pas si on peut avoir un programme de contenu précis pour le moment. Je crois que nous devons être plus à l’écoute de ces discours historiens différents, pour essayer de les comprendre et nous devons faire mieux notre travail à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

A.W: Je voulais en venir au workshop mais vous avez déjà commencé à le mentionner. Malgré cette relativisation du rôle de l’historien qui doit être à l’écoute d’autre discours et acteurs sociaux, qu’est-ce que vous attendez d’un groupe d’historiens internationaux comme celui qui se regroupe lors de ce workshop ? En quoi peut-il influencer un débat ou participer à ce discours, concernant le discours officiel politique d’un pays sur l’histoire, en quoi un groupe international comme ça …

K.B : Ce qui m’a intéressé dans ce workshop, c’est d’abord le sentiment de ne pas être seule en tant qu’historien[ne]. Dans votre pays, vous ne pouvez pas vous réclamer d’être historien, cela n’a pas beaucoup de sens. Lors d’une révolution, cela n’a pas de poids, c’est un peu dérisoire. Etre historien ne veut rien dire dans un pays en révolution. Ce qui est important c’est d’être un citoyen, c’est plus important, il y a des priorités. Et du coup votre métier passe au second plan, peut être. Mais là, je suis très contente parce qu’il y a des gens comme moi. Je suis autour d’une table où il y a des gens qui font le même métier et qui ne parlent que de cela, avec leur background. Cette relation entre un historien et son background me semble très importante aujourd’hui et peut apporter à chacun d’entre nous. C’est-à-dire que chacun de nous doit être historien comme on doit l’être, c.a.d que c’est un même métier, un métier commun que nous exerçons avec des tas de différences, qui viennent justement de nos contextes de travail, de nos contextes politiques. Par exemple aujourd’hui, j’ai été très frappée par la différence entre les historiens européens et les historiens qui viennent du sud de la Méditerranée. Et je pense que faire ce constat à propos du métier, de la manière de le faire, de son utilité, et des moyens que l’on a pour le faire – parce que c’est un problème de moyens aussi, de moyens intellectuels, de moyens techniques, de moyens économiques- et donc de s’asseoir ensemble, entre historiens du nord de la Méditerranée et du sud, ça vous remet en place, et vous montre quelles sont les différences entre nous. On fait le même métier, mais quand même avec des moyens et des inégalités très grandes. Cela vous unit un peu, ça vous fait comprendre, ça vous précise ce que vous pouvez faire chez vous, dans votre pays et donc c’est très utile pour moi et je suis très contente, peut-être parce que je viens d’un pays en processus révolutionnaire, de pouvoir à la fois me sentir faire le même métier que d’autres, de sentir le poids de contextes politiques, et le poids de l’histoire sur notre métier. Par exemple je suis Tunisienne, j’ai été formée en Tunisie et aussi en France, une formation double, mais d’écouter parler des Allemands ou des Turcs, je pense que ça permet de comprendre que l’histoire est une discipline qui a une histoire elle-même. Pas seulement une histoire des idées, mais une histoire des institutions, une histoire de l’imprimerie, une histoire du livre et pas seulement une histoire politique ou une histoire du nationalisme. Et ça c’est très enrichissant, parce que c’est intuitif. Vous n’avez pas besoin de lire des livres pour sentir ça, pour apprendre ça et pour le voir. Donc vous vous situez encore mieux, y compris dans l’inégalité, parce que je trouve qu’il y a une inégalité profonde entre les historiens du nord et les historiens du sud. C’est une inégalité de fait et je pense qu’il faut aussi l’exploiter d’une façon positive, pour réfléchir ensemble, à la fois au métier, à la manière de le faire, aux méthodes, et à la manière dont on peut aussi s’enrichir des historiographies plus riches que les nôtres. C’est très utile.

A.W: Pour suivre/rebondir un petit peu sur ce point : au-delà de cet enrichissement que vous expérimentez ici, est-ce que vous pensez, ou rêvez qu’il y a une possibilité à partir de ce groupe puis après prendre quelque chose de cette expérience et de cet échange et changer quelque chose dans l’enseignement de l’histoire, dans les pays respectifs ? Est-ce que vous voyez une chance pour ça ?

K.B : Des groupes comme celui-ci sont toujours utile parce que ça pousse à la réflexion, cela fait des contacts. Mais pour les perspectives méditerranéennes, je pense qu’il faudrait qu’on soit plus maghrébins. Ça, je peux le dire dans un groupe comme celui-ci. Je pense que le Maghreb est un peu oublié, à la fois comme aimant politique…On pense aujourd’hui à la question de la guerre en Syrie, aux réfugiés subsahariens, c’est tout à fait naturel pour l’Europe. Mais on ne pense pas assez à mon avis que nous sommes une sorte de « petite internationale scientifique ». C’est tout ce que l’on peut faire. Je vous ai dit tout à l’heure qu’il faut être humble et rester à sa place. Peut être aussi que pour faire des études méditerranéennes, il faudrait plus faire attention aux scientifiques maghrébins, qui ne sont pas du tout connus. C’est-à-dire qu’on a tendance à penser aux grands problèmes politiques qui sont énormes pour nos sociétés, les massacres, les réfugiés, les guerres. Mais nous ne nous connaissons pas assez entre scientifiques. Et je suis assez frappée par cela depuis 2011, j’y fais de plus en plus attention, on ne cite absolument pas les scientifiques maghrébins. Je pense qu’il y a une sorte d’attirance vers le Moyen-Orient. On dit que le Moyen Orient ou l’Egypte c’est une « passion française »…mais on ne pense pas qu’il y a des scientifiques maghrébins qui vivent en France ou en Europe et qui écrivent un peu partout. Y compris aux Etats Unis, ils sont rarement présents. Ce que j’attends de ce genre de groupe, c’est peut-être de rééquilibrer la vie scientifique. C’est plus modeste certes, mais on peut l’atteindre. Pour le reste, on peut faire un travail de longue haleine, un travail de base, dans nos universités à nous qui sont des universités en crise et en difficulté,…ça n’exclut pas le travail chez nous, à la base, le travail local. C’est immense, c’est un chantier immense. Je vous ai dit que la Tunisie est en révolution ; la révolution n’est pas encore entrée à l’Université et on a beaucoup à faire. Et ce qui me semble important à travers ce genre de groupes, c’est d’arriver à une sorte d’ égalité scientifique, à une équité. Une plus grande équité scientifique et une plus grande inter-connaissance des scientifiques, parce que là aussi il y a de grands points aveugles. En Europe, il y a du travail qui est fait parce qu’il y a bon nombre d’historiographes qui travaillent à cela. Dans nos pays, c’est encore difficile, mais en même temps je pense que c’est déséquilibré aussi entre le Maghreb et le Machrek, même par rapport à l’Europe aujourd’hui.

A.W: Dernière question, peut-être un peu provocatrice, face à un workshop qui propose d’introduire les perspectives méditerranéennes dans l’enseignement de l’histoire, en quoi pensez-vous que cela soit nécessaire et progressiste dans le cas de votre pays ? Quels avantages apportent des études régionales (si on prend la Méditerranée comme une région) par rapport à une approche d’histoire partagée plus générale ?  Je pense la Tunisie pourrait très bien écrire une histoire ou mettre en exergue les échanges avec l’Afrique Subsaharienne. Quel avantage vous voyez dans cette approche ?

K.B : Je pense à un avantage presque naturel. La Tunisie comme je l’ai dit, a une histoire assez nationale et puis c’est toujours l’histoire d »es relations de la Tunisie avec la France », « les relations de la Tunisie avec l’Empire Ottoman »… Je pense que cette perspective de relations est un peu vieille et épuisée et qu’il faudrait mettre un peu plus d’horizontalité sud-sud, d’abord avec le Maghreb, parce que nous n’avons pas assez d’échanges ni d’étudiants, ni de programmes, ni d’échanges inter-universitaires. C’est une question politique et économique et il faut absolument l’aborder. Nous n’avons pas une histoire inter-maghrébine. Et faire de l’histoire inter-maghrébine, c’est un peu faire l’histoire de la Méditerranée, mieux la faire en tous cas. C’est un gain. Il faut faire l’histoire avec la Libye par exemple ou l’Egypte qui ne sont pas assez étudiées sur le plan historique. Je pense que nous gagnerions, surtout pour la Tunisie, parce que nous sommes en révolution, je pense que nous devrions changer notre regard sur nous-mêmes et sur les autres, un regard qui ne serait plus un rapport de ‘’nouvellement décolonisé’’. En Tunisie, le prisme français est trop important même s’il commence à faiblir et à être un peu remis en question. Mais il ne doit pas être remis en question en laissant du vide mais en faisant le plein justement avec une histoire régionale sud-sud, pour que le rapport sud-nord soit un peu pallié. Parce qu’il y a ce déséquilibre dont je parle et dont la Tunisie est un peu un cas typique. Nous avons tout à gagner pour ouvrir des perspectives méditerranéennes mais encore une fois avec les possibilités qui s’offrent à nous à l’est et à l’ouest du pays. Nous ne faisons pas assez d’histoire partagée. Avec le Maghreb et avec le Machrek.

A.W: Merci beaucoup Kmar Bendana et bon workshop

K.B : Merci à vous

Berlin, Le 26 juin 2017, en marge de l’Explorative workshop « Mediterranean perspectives in school History teaching », 26-27 juin 2017, Forum Transregional Studen.

Transcription : Yamina Mechri

Modernité et émancipation

Dans mes souvenirs d’enfance, le 25 juillet est un jour férié. Pour la Tunisie, c’est une date qui symbolise le passage d’une monarchie de plus de 250 ans à une république. Le 25 juillet marque un passage choisi par l’élite politique tunisienne pour entrer dans la modernité ; un temps fort qui revêt plusieurs significations d’autant qu’une lecture de la République a été réactivée après la chute du régime en 2011[1].

Deux voies

Entre l’indépendance, en 1956 et la proclamation de la République, en 1957, deux voies ont été débattues pour ériger un Etat moderne ; celle d’une monarchie constitutionnelle, formulée depuis 1920 par les acteurs politiques se prévalant d’une idéologie nationaliste et celle d’une République, préconisée au lendemain de l’indépendance, par Bourguiba et le Néo Destourhttps://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9o-Destour, parti vainqueur de la lutte nationale. Sur les 3,5 millions de Tunisiens en 1957, peu savaient lire et écrire, alors qu’aujourd’hui les débats sont impactés par la démocratisation des réseaux sociaux. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le choix d’une République a été l’objet de controverses, notamment dans les colonnes du journal l’Istiklal (septembre 1955- avril 1960). La question du constitutionnalisme sur le modèle anglais a été abordée avec un solide argumentaire mais la culture politique fera que la Tunisie optera pour le référentiel français, un mode de faire qui lui était plus familier.

Similitudes

Par un effet de retour des mémoires – caractéristique des transitions où tout se bouscule – et dans le souci de nommer les choses, certains évoquent, avec l’adoption de la constitution de 2014, une « deuxième République ».  Du point de vue des historiens, il faut du temps pour affirmer un tel passage. La République est un régime politique qui met en avant des principes de représentation dont découlent des procédures de vote. On peut cependant voir des similitudes entre les deux périodes.

A l’indépendance, le régime beylical rattaché à un empire Ottoman défunt et préservé par le protectorat, était en bout de course, comme celui de Ben Ali en 2011. La République en 1957, représentait un progrès et symbolisait une sortie de l’aliénation, une forme d’émancipation. Dans la volonté de rupture avec 252 ans de monarchie et un système politique dépassé, le paradoxe de l’histoire fait que l’instauration d’un nouveau modèle de pouvoir se double du « passage en force légaliste » d’un homme, Habib Bourguiba avec son parti, le Néo Destour. Les règles de séparation du pouvoir ont été observées avec un premier acte essentiel, celui d’une assemblée constituante qui, comme celle de 2011, a passé beaucoup plus de temps à revoir et à promulguer des lois, qu’à rédiger la constitution.

Signes annonciateurs

Dispositif classique de la politique, le changement progressif par les textes a petit à petit rogné et sapé le pouvoir du Bey. Entre 1955 et 1957, une série de mesures législatives ont organisé les pouvoirs publics, comme l’a fait la « petite constitution » du 6 décembre 2011 : le pouvoir exécutif a ainsi été retiré à Lamine Bey (intronisé en 1943) et transféré à son Premier Ministre Bourguiba. Plusieurs signes annonçaient la mutation : les armoiries, modifiées par décret, effaçaient le symbole de la monarchie ; de nombreuses lois diminuaient les prérogatives  du Bey comme les biens acquis par sa famille ; des faits en apparence anodins, comme l’annulation de la fête du trône le 15 mai 1957, indiquaient la fin d’un processus visant à pousser le monarque vers la sortie.

Lamine Bey, 19ème monarque de la dynastie husaynite,  n’abdiquera pas, il sera déposé par Bourguiba, devenu au grand jour l’homme fort du pays, à la suite de la proclamation officielle de la République par l’assemblée constituante.

Le verrouillage effectué en 1963 par Bourguiba et gelant le débat politique a eu des conséquences jusqu’à aujourd’hui.

Tribune parue dans Jeune Afrique, n° 2950, juillet 2017, p. 53.

[1] Rappelons aussi que le député Mohamed Brahmi a été assassiné le 25 juillet 2013

Ecrire une charte universitaire tunisienne

Le dernier colloque de l’Association tunisienne de défense des valeurs universitaires (ATDVU créée en octobre 2012) intitulé Libertés académiques et chartes universitaires (19 et 20 février 2016) a posé des jalons pour discuter et écrire une charte universitaire tunisienne. Les 16 interventions de la rencontre, prononcées par des chercheurs venant de disciplines diverses (droit, sciences politiques, littérature, histoire, arts plastiques, musicologie, sociologie géographie, chimie) et dont 6 viennent d’Algérie, du Liban, de France, de Jordanie et d’Irak ont fait le point des perspectives vers lesquelles doivent tendre les règles déontologiques auxquelles l’université en crise doit répondre. Les deux jours de la rencontre ont posé les ingrédients d’un projet d’écriture d’un texte appelé à être soumis à un débat horizontal : un état des lieux, la forme « charte », les éléments du contenu à y mettre.

Le parapluie légal

A l’issue du colloque, on peut aligner l’ensemble des éléments tangibles qui permettent de penser à écrire une charte universitaire. Les corps de direction des universités (Président, conseils scientifiques, comités d’évaluation) sont aujourd’hui élus et le monde associatif qui s’est développé depuis 2011 (la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de La Manouba abrite 5 associations) vient compléter ces mécanisme de la représentation.  La vie syndicale, elle aussi libérée, constitue un terrain de débat et de confrontation des intérêts des différents acteurs du monde universitaire : étudiants, enseignants-chercheurs, administration. Sur le plan des textes nécessaires et de référence, au niveau international, régional et national, des interventions ont permis de revenir sur l’existence d’un substrat. Ainsi, après la Conférence mondiale sur l’Enseignement Supérieur de l’UNESCO (Paris, 1998) et la déclaration d’Amman de 2004, les trois constitutions maghrébines ont consacré le principe des libertés académiques. Même si on peut/doit continuer à s’interroger sur le contenu de la formule « libertés académiques », l’article 33 de la Constitution tunisienne de janvier 2014 fait écho à l’article 38 de l’avant-projet du texte de la Constitution algérienne publié en janvier 2016 et à l’article 25 de la Constitution marocaine de juillet 2011. A l’article 33 qui stipule : « Les libertés académiques et la liberté de recherche scientifique sont garanties. L’Etat fournit les moyens nécessaires au développement de la recherche scientifique et technologique »  s’ajoutent, pour la Tunisie, les articles 39 (garantit la gratuité de l’enseignement public et son ouverture aux langues et cultures) et 42 (sur la liberté de création essentiellement) ainsi que les potentialités ouvertes par le chapitre 7 de la Constitution consacré au pouvoir local. Ainsi, le substrat institutionnel et le matériel de référence et de protection légal sont là. Ces garanties légales suffisent-elles pour rédiger un texte valide, viable et légitime ? Il s’agit de réfléchir à la forme et au contenu de ce texte.

La forme-charte : Qui ? Quoi ? Comment ?

Parmi les innombrables chantiers de la « transition », celle de l’éducation en général et de l’enseignement supérieur, qui lui est intrinsèquement lié, est une priorité brûlante. L’existence d’un enseignement privé agréé aux côtés du secteur public est une donne à ne pas oublier, en évitant la guéguerre des intérêts et de la politisation. Les pratiques pédagogiques, l’évaluation (des enseignants et des étudiants), le critère de l’employabilité brandi comme une caution d’efficacité, la localisation des établissements, l’invisibilité des institutions tunisiennes dans les classements internationaux sont autant de gages contradictoires qui brouillent la distinction nécessaire entre la pression immédiate et les choix d’avenir. Si le texte projeté se doit de tenir compte des impératifs contradictoires de toute phase de révision, il ne peut ni se substituer à l’effort collectif en cours, ni se limiter à une déclaration de principes. Celui de « libertés académiques » au centre de cette rencontre ne représente lui-même que le versant « droits » d’une institution qui a également des devoirs envers la société.

Par ailleurs, la forme-charte est une forme contractuelle qui implique non seulement l’entente de ceux qui la rédigent mais également l’adhésion en actes de ceux qui l’acceptent. Autant dire que ce projet de charte actionne, à un niveau plus restreint, les mécanismes de représentativité et les possibilités réelles de conférer une légitimité à ce qui est plus qu’un « code de bonne conduite » et moins qu’une « soft law ».

L’université publique tunisienne -qui compte plus de 200 établissements et plus de 300.000 étudiants inscrits- traverse en plus de toutes ses crises (de résultat, d’image et de valeurs) accumulées, de nouvelles donnes liées à la liberté d’exercer la politique, longtemps confisquée à la jeunesse étudiante, et sa part des problèmes de sécurité qui troublent l’ensemble de l’équilibre du pays. Que peut la charte face aux impératifs généraux qui se posent à tous les niveaux de construction d’institutions plus viables pour l’avenir ? Peut-elle équilibrer le poids de l’Etat, de la religion et du capital étroitement imbriqués et compliquant le choix des priorités et des valeurs ?

Le plagiat : un fil stratégique

En plus des questions basiques sur les conditions et les formes d’écriture de la charte (qui ? quoi ? comment écrire ?) se pose le problème du contenu d’un texte dont la rédaction doit être soumise à un débat horizontal parmi les enseignants-chercheurs, les étudiants et l’administration. Cela pourrait motiver, nourrir et même re-générer les instances de délibération, de concertation et de consultation représentatives de la communauté universitaire et, en même temps, servir la phase transitoire générale. Ajoutons que la charte est appelée à faire face à une mission d’éducation, de formation et de recherche, une fonction qui ne suffit plus à définir le rôle actuel de l’université. Le savoir a changé et son acquisition ne garantit pas la formation générale du citoyen d’aujourd’hui. Si l’on veut assurer la crédibilité des diplômes et répondre à l’érosion du magistère intellectuel de l’université, il est vital d’affirmer les bases déontologiques ébranlées par le phénomène du plagiat. Ce dernier est général et excède les limites du monde académique, comme on le constate aussi en dehors des cercles nationaux. Leïla Blili a exposé son cas  à l’auditoire du colloque : sa thèse[1]a été reprise dans ses hypothèses, sa démarche et jusque dans l’exploitation des documents d’archives par Amy Aisen Kallander[2]. La chercheure américaine reproduit des résultats tangibles de la thèse (ex : une reconstitution de la généalogie de la famille beylicale etc.) sans citer le travail utilisé ni respecter les normes de citation et de renvoi dans sa publication.

Le colloque Libertés académiques et chartes universitaires montre que le chemin pour une charte universitaire est balisé mais comment passer au stade de l’écriture ? On a évoqué au cours de la rencontre des textes pouvant servir de point de départ et de base de discussion. La charte algérienne rédigée en 2010 part d’une enquête de terrain effectuée par le Centre de Recherche Anthropologique Sociale et Culturelle (CRASC, Oran, 2008) et consacre une partie aux questions d’éthique dont le texte tunisien peut s’inspirer. Par ailleurs, la charte tunisienne de 2008 qui reste en deçà des principes constitutionnels de 2014, appelle à des ajouts et à des variations en fonction de nouvelles balises à définir par la charte.

L’écriture collective du texte est appelée à circuler pour que le plus grand nombre d’universitaires consulte et se prononce sur le texte, en pensant à ses limites. N’est ce pas ce qui a été fait pour la Constitution ? Mais l’université ne disposant pas d’une structure légitime comparable à l’Assemblée Nationale Constituante, il faut constituer cette parole collective légitime entre autres à travers l’écriture collective de cette charte. Le texte est nécessaire mais on sait aussi qu’il ne suffira pas à donner à l’enseignement supérieur public la qualité et la légitimité dont la société et l’ensemble du système éducatif ont besoin.

[1] Pouvoir et parenté dans la Tunisie Houssaynite 1705-1957, 3 volumes, soutenue à Tunis en mai 2006 et encore non publiée

[2] Women, Gender and the Palace Households in Ottoman Tunisia, University of Texas Press, 2014, 269 p.

Hammam-Lif, le 29 février 2016

Publié dans Liberté académique et charte universitaire en Tunisie et ailleurs, Tunis, ATDVU/ Fondation Rosa Luxemburg, 2017, 225p. (fr) + 71p. (ar).

https://thepoey.com/media/04-content-fr.pdf