Archives de catégorie : France

Juin. Le maréchal africain, Un portrait

Guillaume Denglos, Juin. Le maréchal africain, Paris, Belin/Ministère des armées, 2018, 462p.

 Voici une biographie d’un personnage honni de l’histoire coloniale. Officier de l’armée française en Afrique du Nord, Alphonse Juin (1888-1967) est une recrue exemplaire (major de promotion à Saint Cyr en 1912, il devance Charles De Gaulle) et quelques victoires militaires sont attachées à son nom (la campagne de Tunisie, 1943 ; la victoire du Garigliano, 1944…). La mémoire de ce dernier maréchal d’Empire traîne cependant des actes lourds de conséquences sur l’histoire des pays colonisés puisqu’il est notamment le représentant officiel de la France pour deux dépositions de monarques : celles de Moncef Bey en Tunisie (13 mai 1943) et de Mohamed V au Maroc (20 août 1953). Charles-André Julien, Charles de Gaulle, François Mauriac ont laissé des portraits peu flatteurs d’un officier méritant mais qui n’a pas su comprendre le cours de l’histoire. Sa correspondance avec le général Salan de l’OAS achève de le disqualifier tandis que l’histoire marocaine est peu amène avec cet adversaire de la décolonisation qui a malmené une personnalité glorieuse. Après deux biographies (1968, 1988) de facture plutôt hagiographique et un volume de Mémoires publié en 1960, l’image du Maréchal Juin reste négative, desservie par ses sympathies vichyssoises, sa défense d’une colonisation têtue d’une Afrique du Nord secouée par des marques de rejet et par sa radicalisation contre l’indépendance de l’Algérie.

Un soldat français des colonies

Le travail de Guillaume Denglos revient à travers la vie d’Alphonse Juin sur l’histoire coloniale franco-marocaine dont les prolongements tunisien et algérien apportent des clés de compréhension supplémentaires. L’ouvrage issu d’une thèse soutenue en 2014 à l’Université de Paris I sous la direction de Pierre Vermeren[1], s’appuie sur une série d’archives dispersées en France (Archives nationales ; archives diplomatiques de la Courneuve, ouvertes en 2009 ; Centre des Archives Diplomatiques de Nantes ; Archives su Service Historique de l’Armée de Vincennes ; Institut National de l’audiovisuel), au Maroc (archives du Maroc de Rabat, fondations Allal El Fassi, Abderrahim Bouabid…) et  en Espagne (archives générales de l’administration d’Alcala de Hénarès).

 Grâce à l’apport de fonds inédits (ex : les papiers de Léon Marchal, ancien délégué à la Résidence Générale de France à Rabat, décrits page 441), des entretiens oraux et une lecture alerte de souvenirs et mémoires (les officiers supérieurs écrivent beaucoup après la retraite), cette biographie croise des documents jusque là peu connus (des séries non exploitées ou récemment classées, les fonds privés de Georges Bidault, Vincent Auriol, Hubert Lyautey, Christian Fouchet…) pour faire la part de l’homme, du soldat et de l’administrateur politique dans le monde colonial maghrébin, au cours de la première moitié du XXème siècle. Les douze chapitres dessinent un portrait nuancé d’un personnage, ni héros ni salaud, sans en gommer la riche carrière militaire, le patriotisme ni les contradictions, à la confluence des réseaux politico-militaires qui se tissent entre la France, le Maghreb et les Etats-Unis, à la faveur des deux guerres mondiales.

L’auteur commence par revenir sur l’enfance algérienne, dans un quartier populaire constantinois, d’un fils de gendarme qui gravit les marches de la méritocratie républicaine en passant par le service de l’armée (chapitre 1). Après son succès à Saint Cyr, Alphonse Juin intègre le régiment de tirailleurs de Blida puis découvre le Maroc avec les débuts militaires du protectorat français (chapitre 2). La Grande Guerre lui offre l’occasion de se distinguer : blessé à deux reprises et quatre fois décoré, il refuse d’être l’aide de camp de Lyautey, qui l’a remarqué, pour la passion de conduire le 1er régiment de tirailleurs marocains (chapitre 3). Après le métier de soldat, il apprend celui d’administrateur en effectuant un stage auprès de Lucien Saint (1867-1938) en Tunisie, au moment de la crise d’avril 1922 qui oppose le Bey Mohamed Naceur à la Résidence Générale de France (chapitre 4). Après sa participation en 1925/1926 à l’offensive française contre la rébellion rifaine dirigée par Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi (1882-1963) depuis 1921, il se rallie à Lyautey, pourtant démis par Charles Pétain qui a mené les opérations[2].

Le mariage de Juin avec la fille d’un riche propriétaire de Constantine, Cécile Bonnefoy, en décembre 1928 le propulse socialement, dans des milieux de la droite conservatrice (chapitre 5). Il fait l’apprentissage de la vie politico-militaire française en colonie. Sa proximité de Juin avec Lyautey (avec qui il échange une correspondance suivie de 1928 à 1933, sans partager sa vision), tout comme son passage au cabinet militaire de Lucien Saint (1929-1933) forgent sa conception coloniale et renforcent son image d’homme à poigne (chapitre 6).

La deuxième guerre mondiale va révéler le patriotisme anti-allemand de ce « soldat africain » en même temps que ses penchants pétainistes (chapitres 7 & 8), avant un ralliement tardif à de Gaulle en 1943. Ces épisodes seront au centre des interprétations concurrentes et des querelles mémorielles qui surviendront dans les années 1950 et qui s’aiguiseront avec le mouvement de décolonisation.

Le chapitre 10 (pp.137-151) raconte, sans entrer dans la complexité de la crise, la campagne de Tunisie et la déposition de Moncef Bey qui sera prononcée par Juin. Une nouvelle fois, celui-ci se distingue par son efficacité de chef militaire qui connaît son apogée avec la victoire menée à la tête du Corps expéditionnaire français (CEF) en Italie (chapitre 11). La fin de la guerre le consolide dans une réputation de fermeté qui lui vaut d’être préféré au général Leclerc pour devenir Résident Général de France au Maroc. Cinq militaires obtiennent ce poste au cours des 44 ans du protectorat. A l’instar de son mentor Lyautey (1854-1934)[3] et succédant à Charles Noguès (1876-1971)[4], Juin occupe la fonction entre mai 1947 et septembre 1951[5] sans bénéficier de l’aura du premier ni du relatif oubli du second par les Marocains. Un bras de fer s’engage dès le début entre le sultan Mohamed Ben Youssef et Juin dont l’objectif est officiellement de transformer le protectorat en Etat associé au sein de l’Union française afin de pérenniser le lien de sujétion du Maroc envers la France. Les plans de « réforme » qu’il propose pour le pays l’auraient amené vers une situation de co-souveraineté, d’où le refus par le sultan.

Juin et le Maghreb

Les 7 chapitres suivants (pp. 203-338) forment le cœur du travail de Guillaume Denglos, axé autour de la période où Alphonse Juin règne en proconsul sur le Maroc. Il jette sur l’histoire du protectorat marocain des éclairages divers qui permettant de comprendre les relations complexes entre la France et les élites, les soldats et les populations sur le territoire marocain. Ces acteurs impliqués dans l’expérience coloniale ne peuvent pas être réduits à la vision métropolitaine qui commence à flotter sérieusement face à la tournure des événements dans l’ensemble du monde colonial, au Maghreb, en Afrique comme en Asie.

Fait maréchal en 1952 et nommé à l’Académie française en 1953, Juin coopère avec Mendès France pour mettre en place un accord avec la Tunisie. La chute de Dien Bien Phu en 1954 confirme le choix de Juin de se concentrer sur l’Afrique du Nord en soutenant l’idée que l’Algérie, aussi française que l’Alsace et la Lorraine constituait, dans le contexte de guerre froide, un élément clé de l’Alliance atlantique en protégeant le flanc sud de l’Europe.

Le départ du sultan Ben Arafa et le retour de celui que les Marocains vont adouber en tant que Mohammed V signent la « défaite » politique de cet officier légaliste, dépassé par la  vague d’émancipation qui traverse le monde et en particulier le Maghreb en feu (titre de son ouvrage écrit en 1957). Après avoir été « l’enfant terrible de la 4ème République » (chapitre 20), le commandant à l’OTAN se voit progressivement marginalisé dans l’élaboration du jeu politico-militaire français (chapitre 21). Maintenant son objectif d’ordre dans un contexte politique qui a changé de nature -l’indépendance émerge dans l’horizon d’attente des nationalistes maghrébins-, il s’oppose à la politique algérienne de Charles de Gaulle. Quand l’indépendance de ce pays qui a façonné sa vie advient, le maréchal juin est à la retraite depuis le 6 avril 1962…

Cette série d’éclairages sur la personnalité et la carrière d’Alphonse Juin dépasse l’histoire d’un individu, fût-il un acteur important de l’organisation militaire et politique française. Les péripéties qu’il traverse dévoilent les dessous des projections, des tractations, des manipulations et des erreurs qui jalonnent l’histoire de la colonisation du Maroc et permettent de suivre les processus qui finissent par déboucher sur son indépendance. Sortant du seul point de vue métropolitain. Guillaume Denglos reconstitue le contexte général de la colonisation puis de la décolonisation en décortiquant les crises et en dessinant les étapes de la perte d’influence de la France. Tout en montrant l’apparition des dissensions internes dans la classe politique française, il contribue à relier les différentes histoires « nationales » concernées, celles de France, d’Algérie, du Maroc, de la Tunisie et de l’Espagne (à propos de la guerre du Rif). Ce faisant, il ouvre une série de chantiers pour les chercheurs désirant sortir des limites d’une histoire politique « classique » qui considère, entre autres, les appareils militaires comme des structures parallèles et/ou opaques. Le corpus documentaire mobilisé dans l’ouvrage permet de comprendre le rôle des armées et des militaires dans les politiques impériales et montre les possibilités d’étudier l’empreinte de l’organisation et de la culture militaire françaises sur les armées maghrébines de l’après-indépendance.

Ce sont là quelques-unes des pistes d’un ouvrage fouillé, agréable à lire et qui traite avec sagacité le conflit mémoire/histoire qui habite aujourd’hui l’histoire contemporaine.  

12 avril 2019

Paru dans la revue IBLA n° 223, 2019-1, pp. 102-106.


[1] Guillaume Denglos, Juin l’Africain : le Maréchal d’Empire (1887-1967), Paris I, Panthéon-Sorbonne, trois volumes de 1179 pages : deux de texte (608 pages) + un d’annexes (574 pages).

[2] Film Abdelkrim et la guerre du Rif, 2010, par Daniel Cling publié sur la chaîne Arte

[3] Daniel Rivet, Lyautey et l’institution du  Protectorat français au Maroc 1912-1925, Paris, L’Harmattan, 1988, 3 tomes.

[4] Noguès sera résident de 1939 à 1943. William A. Hoisington Jr, L’héritage de Lyautey : Noguès et la politique française du Maroc, 1936-1943, Paris, L’Harmattan, 1995.

[5] Le général de Gaulle quitte le pouvoir en janvier 1946

Les Arabisants et la France coloniale. Savants, conseillers et médiateurs (1780-1930)

 

Alain Messaoudi, Les Arabisants et la France coloniale. Savants, conseillers et médiateurs (1780-1930), Lyon, ENS Editions, 558 p.

L’ouvrage est issu d’une thèse soutenue en 2008. Savants, conseillers, médiateurs : les arabisants et la France coloniale (vers 1830 – vers 1930) dirigée par Daniel Rivet (Université Paris I -Panthéon Sorbonne, 3 vol., 1143 p.) a été saluée par le jury comme une belle mise au point des rapports entre vie savante et politique coloniale. Même délesté de sa galerie d’arabisants (une série de 353 notices couvrant la période 1880-1930, objet du 2ème volume de la thèse désormais en accès libre sur OpenEdition Book ; elles sont signalées par une astérisque dans l’index, pp. 535-554), ce travail solide et subtil est servi par une langue fine, expressive, « sans effets de robe » et une connaissance de l’histoire politique et intellectuelle françaises qui en font plus qu’une simple réponse à l’ouvrage d’Edward Said (Orientalism, New York, 1978, traduit et édité par le seuil en 1980 sous le titre : L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident). L’ouvrage permet de connecter un capital littéraire et scientifique accumulé sur plusieurs siècles et dans diverses institutions à la vie politique et à l’entreprise de colonisation qui départage, sans les séparer, les savants des conseillers et médiateurs.

L’Algérie est au centre de cet ouvrage sur l’édification de l’orientalisme arabisant français, ses assises sociales et professionnelles, ses conséquences politiques, ses corollaires culturels. La plage chronologique de l’ouvrage remonte jusque vers 1780, aux sources de la curiosité érudite et commerciale envers l’Orient. L’auteur focalise sur les compétences développées autour de l’apprentissage, l’enseignement et la culture de la langue arabe pour échapper au  prisme des idées et des textes. Le terme « arabisant » qui apparaît vers 1820 indique une inflexion importante ; il marque le début d’une politique linguistique en Algérie et débouche sur une période de grande spécialisation (un âge d’or ?) après la Première Guerre mondiale. Le statut de la langue arabe en France en sera durablement marqué.

Cette histoire sociale et culturelle des milieux arabisants sur plus d’un siècle permet de relier la production intellectuelle aux hommes qui la créent, de dessiner les idées qui ont sous-tendu les institutions et de suivre leurs applications tout au long d’un XIXème siècle qui perdure jusqu’à l’après guerre. Elle est construite autour d’un plan chronologique (Tradition érudite et premiers projets coloniaux : 1780-1840 ; Les études arabes à l’épreuve de l’occupation algérienne : science, guerre et colonisation 1830-1870 ; Les arabisants entre académisme et mission civilisatrice : 1870-1930) qui traduit les chevauchements entre le politique, le culturel et le scientifique que l’auteur a voulu faire ressortir. Cette découpe dans le temps fait apparaître des filiations, avec une part de continuités et de ruptures, des héritages familiaux ou corporatistes, des solidarités professionnelles ou sociales. C’est ainsi que les conflits d’intérêt, les rivalités scientifiques, les affaires administratives qui ont jalonné des errements politiques surgissent à travers des personnalités et des profils de « techniciens de la colonisation ». On voit naître de nouvelles figures : des érudits, des idéologues, des pédagogues se mêlent dans cette histoire multiple, introduisant une épaisseur sociale bénéfique au traitement de ce thème extrait à l’histoire des idées par une mise en perspective culturelle large. En entrant à un niveau infra-politique par une attention aux ressorts techniques qui structurent l’action administrative, on prend la mesure des représentations culturelles qui se bousculent dans la politique, des relations paradoxales et tortueuses entre politique et savoir.

Raccroché à une histoire des idées françaises, notamment celles du XIXème siècle, complétée par une analyse des institutions et des réseaux, ce travail dégage les racines de l’érudition orientaliste et la façon dont elle se relie à travers quelques hommes aux premiers programmes coloniaux. Cette histoire intellectuelle, politique et sociale approfondit les différentes formes d’articulation de l’orientalisme savant avec les courants intellectuels contemporains (humanisme, romantisme…) et avec l’idéologie colonialiste qui se forge parallèlement aux projets d’exploration et de conquête. Ce faisant, et dans le champ de l’histoire coloniale, les connexions idéologiques et intellectuelles face aux réalités de l’administration coloniale, en Algérie -avec quelques incursions en Tunisie et moins au Maroc- bénéficient d’un éclairage significatif.

Nous avons affaire à une histoire institutionnelle rafraîchissante, à plusieurs niveaux dont le plus remarquable réside dans l’art de l’auteur de raconter l’histoire d’institutions scientifiques comme l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), l’Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO), l’Ecole des lettres d’Alger (qui rivalise avec celle de Strasbourg au début du XXème siècle). Le dialogue des orientalistes français et allemands connaît une période faste après les années 1920… La restitution vivante de la complexité de l’action et de la décision dans une politique « coloniale », mouvante, tâtonnante et parfois même incohérente, donne à l’histoire coloniale un autre niveau de lecture, dévoile de nouvelles strates dans sa complexité, voire ses incohérences.

Les professeurs d’arabe (un point de vue innovant et systématiquement pisté) sont mis au centre d’une évolution politique et culturelle transnationale, dans le cadre de l’Empire français. 103 notices de professeurs de chaires supérieures, cours coloniaux…et celles de 87 professeurs de collèges et lycées en plus d’enseignants aux carrières moins reluisantes apportent à l’histoire de l’enseignement un regard en profondeur.  Le lecteur découvre les arcanes des filières, les mises au point des diplômes et les logiques des programmes qui accompagnent les différentes vogues, expliquent leur fragilité mais parfois aussi leur pérennité, au-delà du projet colonisateur (et jusqu’après les indépendances).

A côté des enseignants d’arabe, l’étude quantitative et qualitative des interprètes et traducteurs ouvre aussi de nouvelles pistes : en plus des notices consacrées à plusieurs lignées de drogmans, interprètes militaires et civils, administrateurs, l’étude est truffée de ces hommes de l’ombre qui bougent, vivent, conçoivent, transmettent et transcrivent une connaissance des milieux arabes coloniaux, interfaces immédiats et vecteurs pour la suite.

Ces générations d’intermédiaires introduisent à des milieux concrets qui s’interpénètrent parfois ou s’excluent ; les « européens » et les « indigènes » se côtoient, avec des différences. On aperçoit des nœuds, familiaux, amicaux, corporatistes, géographiques où se jouent les contacts, les transferts mais aussi les tensions. Sur le rôle de la parenté, le travail minutieux des notices éclaire les terreaux sociologiques, de même qu’avec les circuits de nomination, notamment entre Machrek et Maghreb, on parvient à visualiser la dynamique des « réseaux » formés par ces arabisants aux carrières multiples, dont les rôles fluctuants et les fonctions variables justifient le long travail d’enquête archivistique et les entretiens conduits par l’auteur (avec des témoins et/ou bénéficiaires de l’enseignement d’arabe et avec des descendants d’arabisants).

L’ouvrage permet de distinguer l’action proprement politique au service d’une mission civilisatrice, des trajectoires comme celles de Louis Machuel (1848-1921) ou de René Basset (1855-1924) dont la connaissance va rapprocher le monde arabe tout en opérant un passage entre orientalisme et sciences humaines, en premier lieu l’anthropologie, la linguistique et l’histoire des religions (p.454 : « Edmond Doutté, Maurice Gaudefroy-Demombynes et William Marçais : les noces de l’orientalisme et des sciences sociales »). René Basset crée un pôle savant à l’Ecole des Lettres d’Alger, organise un Congrès orientaliste retentissant en 1905, et dirige l’Encyclopédie de l’Islam. Le savoir orientaliste infiltré dans le monde savant et éditorial français (le Journal Asiatique existe depuis 1822, la librairie orientaliste Geuthner naît en 1901 comme spécialiste d’études syriaques) s’ouvre petit à petit au Maghreb dans des revues comme L’Année Sociologique (comptes rendus de Doutté) ou la Revue du monde musulman (qui apparaît en 1906). L’enseignement de la langue arabe en colonie (faible dans le primaire, plus développé dans le secondaire) entraîne et structure la recherche autour et sur le Maghreb qui s’appuie sur des élites locales médiatrices (directeurs des médersas algériennes, enseignants de l’école normale de Bouzaréa, cheikhs de la mosquée Zaytouna ou membres de l’association El Khaldouniyya…). La carrière de Mohamed Bencheneb (Algérie, 1869-1929) ou le projet linguistique autour des parlers arabes de Takrouna avec Abderrahmane Guiga (Tunisie, 1889-1960) font partie d’une histoire minorée par la distinction simplificatrice entre savants et informateurs ainsi que par les historiographies nationales des années 1960-1970.

Le terrain finement exploré par l’auteur sur un siècle et demi ouvre aux chercheurs la possibilité de se référer à une étude comparée -dans le temps et l’espace- dont les qualités d’enquête et d’écriture suggèrent les moyens de prolonger les chantiers ouverts, les hypothèses évoquées et les raccords effectués avec la bibliographie existante. Ce travail contribuera certainement à mieux connaître la longue histoire des relations culturelles et intellectuelles entre le Maghreb, le Machrek et la France où la langue arabe, loin d’être un objet oublié, a été au centre de besoins, de structures, de controverses, de conflits, de non dits dont les évolutions se déroulent jusqu’à nos jours et expliquent certaines résultantes sur le plan scientifique et politique, des deux côtés de la Méditerranée.

 

Compte rendu paru dans Revue d’Histoire des Sciences Humaines, « Faire science », numéro 31, Editions de La Sorbonne, pp. 247-250

Edgar Morin à l’Université de La Manouba

Edgar Morin a prononcé une conférence à l’Université de La Manouba le 29 mai 2015. Avant son intervention (le lien :  https://www.youtube.com/watch?v=TDzsf7nE0P8&feature=youtu.be) j’ai présenté l’homme et son oeuvre au public, nombreux et majoritairement jeune, venu l’écouter. En voici le texte.

Merci, Edgar Morin, de nous faire l’amitié de cette visite à l’université de La Manouba, une visite attendue depuis longtemps. Votre conférence plusieurs fois reportée et regrettée se tient enfin. Tout est bien qui finit bien.

Je vais essayer de dire quelques mots sur vous et votre œuvre, sans prétendre couvrir dans le détail une vie riche et une production multiforme, considérable, ouverte à la traduction : vous avez écrit plus de 70 ouvrages. Certains sont traduits en 28 langues et dans 42 pays. Une dizaine de titres sont traduits en arabe : en Irak, au Liban, en Egypte mais aussi en Tunisie. Une traduction est en cours sous la houlette du Centre National de Traduction[1]. J’ai choisi trois entrées dans votre biographie et dans votre parcours intellectuel, trois points qui interpellent la situation actuelle de la Tunisie.

1/ L’intrication entre expérience de vie et cheminement intellectuel

Dans votre jeunesse, vous avez été un résistant pendant la 2ème Guerre mondiale et rallié au Parti communiste français entre 1941 et 1949. Ces deux expériences ont largement marqué votre vie intellectuelle et influencé vos démarches scientifiques.

Vous entrez au CNRS en 1950[2] où vous menez des travaux d’ethnologie sur le terrain français, une « sociologie du présent » sur des questions comme la rumeur, la mort, les intellectuels[3]… Vous avez animé la revue Arguments[4] puis vous fondez en 1961, avec Roland Barthes et Georges Friedmann la revue Communications que vous co-dirigez jusqu’à ce jour[5].

Amoureux du cinéma, vous devez beaucoup à cet art que vous commencez à fréquenter dès l’adolescence. Vous parlez de façon personnelle du cinéma comme un art intrinsèquement lié à l’histoire du XXème siècle dans plusieurs ouvrages sur le cinéma : Le cinéma ou l’homme imaginaire, Les Stars, L’esprit du temps et dans de nombreux articles de revue[6]

Vous êtes également auteur de scénarios (pas toujours reconnus ou approuvés par vous) et de films : Chronique d’un été, co-réalisé avec Jean Rouch  en 1961[7] (avec Marcelline Loridan) est caractéristique de votre attitude expérimentale. On y voit à l’oeuvre votre quête pour comprendre l’humain (et pas seulement l’homme, afin d’inclure la part féminine, essentielle).

Dans Chronique d’un regard[8], un documentaire qui vient de sortir en France et projeté hier à L’Agora, les auteurs vous font revenir sur vos idées et ce que le cinéma vous a permis d’expérimenter, de penser. Il serait bon qu’on projette ce film prochainement pour nos étudiants de cinéma et autres amateurs.

2/ L’importance de la pédagogie, repenser la communication et l’usage du savoir

La Tunisie est au seuil d’une réforme du système éducatif vitale pour l’avenir. Nous vivons depuis un certain temps une crise du savoir et de la transmission. Beaucoup de lourdeurs et des dangers planent : le serpent de mer de l’identité menace, lui qui n’a pas disparu des débats et querelles réactivés depuis 2011. Aussi, vous lire ou vous relire inspire, est source d’idées. Vous êtes en effet un militant infatigable de l’éducation, vous appelez à la nécessité d’innover dans la transmission : « enseigner c’est apprendre à vivre ». Vous incitez à « enseigner la compréhension ». La pédagogie de l’erreur et de l’échec sont les mots clés de votre travail comme vous prônez l’interdépendance entre sagesse/savoir/Information.

Vous êtes également un relieur entre les cultures littéraires, artistiques, scientifiques et techniques et ce qu’on peut appeler la culture de masse, la culture médiatique, ordinaire[9]. Or, nous avons besoin -en ce moment de crise- de relais et de liens. Nous sommes devant la nécessité de fabriquer et de multiplier les relais du savoir, à l’intérieur de l’université et à l’extérieur, comme nous avons besoin de relier les savoirs et la vie, le savoir et nos besoins individuels et collectifs, le savoir et le développement politique, culturel, économique qui nous manquent. Le lecteur de votre oeuvre de relayeur et de relieur des connaissances et des cultures peut trouver des pistes.

3/ La démarche et l’attitude envers la connaissance, le nœud de votre itinéraire

Vous êtes le père du fameux terme « Complexité », un programme de réflexion que vous avez déplié méthodiquement depuis les années 1980, autour des différents savoirs.  On peut lire par extraits, par petits bouts, dans le désordre votre oeuvre majeure, La Méthode[10] dont l’ambition encyclopédique et épistémologique est pleine de ressources.

La complexité étant un mode de pensée, vous êtes un praticien de la transdisciplinarité (la sociologie, l’anthropologie, la psychologie, l’histoire … et aussi -et c’est important pour notre université- la biologie, la physique, la chimie…). Tout en défendant la spécificité de chaque champ disciplinaire, vous appelez à relier les savoirs selon l’apport de chacun pour soupeser les contradictions, ne pas gommer les incertitudes et les illusions que recouvre chaque phénomène. Dans une posture de quête toujours à vif, vos questionnements sont branchés sur le concret, accrochés à la vie et à ses mystères. L’ambiguïté, l’échec, l’erreur, la connaissance de la connaissance font partie pour vous des chemins de la connaissance. Pour la Tunisie aussi, qui doit dessiner l’avenir de ses écoles, collèges, lycées et universités, le défi d’intégrer ces pédagogies dans les pratiques et les méthodes est essentiel.

Je finirai par un mot sur la dernière réédition de votre ouvrage de 1957 sur Les stars[11], un ouvrage léger et grave, qui nous parle encore. On y retrouve une lecture de l’histoire de l’Europe, de la France et des Etats Unis à travers la fabrication du star system puis de son déclin[12]. Vous montrez que le cinéma « problématise le bonheur » et que le rapport aux stars est une forme de religion profane, une forme de lien entre le divin et l’humain forgé par les attentes des spectateurs.

Edgar Morin, vous le savez, la Tunisie traverse une période historique, où se profilent toutes sortes de possibles, où se déploient toutes sortes de difficultés. L’enjeu d’un futur démocratique semble envisageable mais on découvre en chemin que les problèmes à affronter sont considérables. Dans un de vos derniers ouvrages, vous en appelez à l’optimisme de la volonté, à l’initiative, à l’entreprise, à trouver « une autre voie ». Dans des écrits moins exaltés, vous dites : « nous sommes condamnés à résister « .  « Résister », « changer de voie », ces mots parlent aux Tunisiennes et aux Tunisiens, alors que nous vivons un peu d’espoir et beaucoup d’inquiétudes mêlées.

Avec votre conférence d’aujourd’hui, on va se projeter dans l’avenir, proche tout au moins. Vous n’avez pas pu clôturer, le 18 avril dernier, la troisième session symposium de l’Université de la Manouba placée sous le thème des « Représentations« . Comme un ange annonciateur, vous êtes venu nous parler d' »Ordre et désordre » [et organisation], thème de la 4ème session qui se tiendra en avril 2016.

A voir la belle salle qui vous fait face, vous comptez des admiratrices et des admirateurs fidèles qui ne se sont pas laissé décourager par le désordre de notre organisation. Le public est venu de partout pour écouter et pour débattre. Cela fait plaisir de voir autant de gens rassemblés pour réfléchir et pour parler en communion.

Nous vous écouterons en pensant à notre présent, pour essayer de le comprendre aussi, à travers l’humain qui vous est cher et qui doit rester au centre de nos préoccupations. Un débat suivra parce que le plus important est de tisser ensemble, par l’échange et la discussion, l’avenir  (incertain ?) qui est déjà là.

Merci, Edgar Morin, de contribuer à animer quelques moments de pensée collective et de débat dans l’enceinte de notre université qui en a bien besoin.

Lien pour la présentation

[1] Tahar Hammami est en train de traduire Enseigner à vivre. Manifeste pour changer l’éducation, Actes Sud, collection « Play Bac », 2014, 132 p. Hana Subhi, professeur de langue française à l’Université Paris-Sorbonne d’Abou Dhabi a été récompensée en 2014 à l’Académie Bayt Al Hikma (Tunisie) pour sa traduction du français vers l’arabe de La méthode, Tome 5 : L’identité humaine, l’humanité de l’humanité d’Edgar Morin, publiée par l’Institution Abou Dhabi pour la Culture et le Patrimoine, collection Kalima

[2] Edgar Morin est aujourd’hui directeur de recherche émérite du CNRS.

[3] Dirait-on aujourd’hui « Histoire du temps présent » ?

[4] Avec Kostas Axelos et Jean Duvignaud, Editions de Minuit, parue de 1956 à 1962. En accès libre sur le site www.cairn.info.

[5] Avec Nicole Lapierre. Dernière livraison, n° 95, 2014, sur le thème « Les incertitudes ». Consultable sur www.cairn.info

[6] La Nef (1943-1981), France-Observateur (1954-1964)…

[7] L’histoire du cinéma français date l’entrée du synchrone dans le cinéma français avec ce film

[8] Réalisé par Céline Gailleurd et  Olivier Bohler (1h21’), 2014. Extraits lus par Mathieu Amalric

[9] Cf. notamment Relier les connaissances . Le défi du XXème siècle. Journées thématiques conçues et animées par Edgar Morin, UNESCO, Seuil, 1999.

[10] Parue en 6 volumes entre 1977 et 2004.

[11] Edition du Seuil, Collection « Le Point Essais », 2015, 188p. Réédition de la troisième édition préfacée en 1972.

[12] Avec les suicides de Marylin Monroe, Martine Carol, la mort de James Dean…

La version arabe du texte a été publiée dans la revue Al Fikr al jadid n° 3, Tunis, juillet 2015, pp. 115-118.

Etudier et enseigner les relations contemporaines franco-tunisiennes

A l’initiative de l’association Al Madaniya (www.almadanya.org), un séminaire franco-tunisien s’est tenu sur le campus Moyen-Orient Méditerranée de Sciences Po à Menton du 27 au 29 novembre 2014. L’objectif de la rencontre était d’échanger sur la pratique des sciences sociales aujourd’hui à la lumière des nouveaux enjeux des relations franco-tunisiennes et plus globalement des relations euro-maghrébines.

Sept enseignants et chercheurs de l’Université de La Manouba ont pu débattre et communiquer avec les enseignants et les étudiants du Campus de Sciences Po afin d’engager une réflexion et une action communes sur l’avenir de l’enseignement et les pratiques de la recherche dans les sciences humaines et sociales, des deux côtés de la Méditerranée.

Répondre au changement

Du côté français et européen, l’attention au cas de la Tunisie et du Maghreb est attisée par l’actualité submergeant le Sud de La Méditerranée, grosse de conséquences pour le Nord. Les étudiants inscrits en France sont demandeurs de formations plus fouillées, de bibliographies plus accessibles, de pistes de recherche inspirées par l’importance de ce qui se joue et qui appelle à revoir les lunettes d’analyse et les outils de recherche. Pour les étudiants tunisiens, confrontés à un réel politique plus remuant, on sait que le système universitaire est loin de répondre aux attentes et aux standards qui peuvent leur ouvrir des horizons. Ces deux types de besoins réunis incitent à élaborer des formules de travail en commun permettant de stimuler les relations scientifiques en cherchant les moyens d’améliorer les conditions de travail  et de formation des uns et des autres.

Un climat d’entente et de débat a régné pendant les quatre séances de travail : Bernard El Ghoul, directeur du Campus de Menton, l’a résumé par l’expression « langue commune », une langue attentive aux voies pédagogiques et aux instruments de pensée qui doivent être mobilisés pour avancer ensemble dans la connaissance du passé et du présent euro-méditerranéen, actuellement en pleine dynamique.

La première séance intitulée Entre devoir de mémoire, devoir d’histoire et représentations : réflexion sur la nature des relations entre la France et le Maghreb a mêlé les questions d’image et d’histoire à travers le temps. Julien Gaertner, historien de la France contemporaine a évoqué l’évolution des stéréotypes de l’arabe en France depuis 1958 jusqu’à nos jours, en rapport avec les vagues d’immigration et le développement des médias. L’intervention de Sihem Kchaou, auteur d’une thèse sur la France moderne, a montré la genèse et la place de l’enseignement et de la recherche « occidentalistes » dans l’université tunisienne ainsi que les difficultés de ses praticiens. Leïla Blili, historienne de la Tunisie husaynite, 16ème-19ème siècles a fait une lecture des représentations qui émanent des traités de relations diplomatiques franco-tunisiennes aux 16ème et 17ème siècles qui consacrent, sous plusieurs déclinaisons, le cliché du turc et des rapports de forces.

Dans le cadre de la séance Les relations maghrebo-européennes à travers la littérature, la philosophie et la pensée politique, Mounir Fendri, professeur de littérature et civilisation allemandes a présenté un projet visant à dynamiser la coopération scientifique euro-maghrébine en renforçant la place des langues et de la littérature. Lamiss Azab, agrégée d’arabe et politiste a fait part des objectifs et des difficultés pour faire connaître la pensée politique arabe contemporaine à des étudiants linguistiquement peu outillés avant l’entrée dans le cursus Sciences Po. Sihem Sidaoui, enseignante de littérature et animatrice du ciné-club de La Manouba a exposé les réflexions qu’elle tire de son expérience, confrontée au besoin grandissant des étudiants tunisiens de se dire et d’explorer de façon critique la littérature de leur pays.

Faire évoluer thèmes et méthodes 

Le débat qui a suivi et auquel les étudiants du campus ont pris part a confirmé la conscience partagée que nous traversons des événements et des mutations qui incitent à rapprocher les visions et à croiser les pédagogies pour aller au-delà des obstacles linguistiques et intéresser les étudiants aux questions sociales, politiques et culturelles sur la base d’un maximum d’ouverture et d’échanges réciproques.

Le troisième bouquet d’interventions a abordé les relations économiques entre l’Europe et le Maghreb. Le cas de la Tunisie en particulier. Constantin Tsakas (économiste et directeur de l’Institut de la Méditerranée) a montré que ces rapports sont aujourd’hui en cours de reconsidération par les économistes regroupés autour du Forum Euro-méditerranéen des Instituts de Sciences Economiques (FEMISE) dont il est le secrétaire général. Jouhaïna Ghrib (spécialiste de management et vice-présidente de l’université de La Manouba) qui a mené des  études sur les comportements des entrepreneurs tunisiens montre que les réformes se heurtent à des mentalités encore peu conscientes de la responsabilité sociale qui incombe à l’entreprise. Le débat a mis le doigt sur les déséquilibres économiques de la période que nous vivons et sur la nécessité de considérer l’asymétrie qui perpétue tensions et inégalités entre les pays riverains du Nord et du Sud de la Méditerranée.

La quatrième partie a porté sur les questions concernant l’enseignement et la recherche historique : Etudier l’histoire contemporaine de la Tunisie : vers la fin de l’orientalisme ? Jean-Pierre Filiu (historien, directeur du centre d’histoire de Sciences Po) a appelé à « désorientaliser » le regard sur les pays du Maghreb et du Moyen Orient et à déconstruire les récits d’histoire « sainte », exprimant le besoin de relire l’histoire contemporaine, notamment celle de l‘après-indépendance en Tunisie, aujourd’hui objet de ré-interrogation. L’exposé de Faouzi Mahfoudh (historien médiéviste et directeur de l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine) est revenu sur les fondements et modalités de l’enseignement médiéval tel que décrit par Ibn Khaldoun, un système éducatif qu’il estime dépassé et impossible à reprendre à notre époque, malgré les allégations de ceux qui prônent le possible retour à un « âge d’or » de l’Islam à travers ces pratiques. Kmar Bendana (histoire de la culture dans la Tunisie contemporaine) a plaidé pour un universitarisme civique en défendant l’utilité d’un regard historiographique comparé sur les cultures historiques et les corpus scientifiques, afin de circuler entre les différentes sciences sociales, des deux côtés de la Méditerranée.

La conclusion des travaux de ces journées de réflexion a permis d’apprécier les premiers pas effectués en direction d’un partenariat désiré de part et d’autre pour renforcer les liens entre les universités, les scientifiques et les sociétés civiles représentés. Pour rester dans le concret, il a été convenu de mettre en place une coopération à plusieurs formules et vitesses, depuis l’échange des seniors jusqu’aux modules communs d’enseignement et de recherche à destination de nos étudiants, afin de rapprocher les éducations scientifiques et d’ouvrir les perspectives de circulation des étudiants entre les universités. La question des langues étant centrale, les protocoles à trouver doivent être discutés en fonction des cursus réciproques et de l’impératif d’interdisciplinarité qui doit régir questionnements et pratiques. En liant littératures, langues et sciences humaines et sociales, ce projet de coopération vise à sortir les étudiants tunisiens de l’isolement géographique et des orientations nationales privilégiées dans les programmes en les intégrant à l’optique « étude des relations internationales » et notamment celle des rapports euro-méditerranéens ciblés par le Campus Sciences Po de Menton.

Approfondir nos conceptions pédagogiques réciproques et ouvrir les échanges linguistiques et scientifiques entre les étudiants par des contacts prolongés dans le temps et en passant par des modules de formation communs peut bénéficier à tous dans le contexte actuel. L’université doit contribuer à réfléchir aux enjeux qui se présentent et qui imposent de contrer la financiarisation excessive du monde par une attention stratégique à l’étude des sociétés et des cultures.

Outre qu’il faudrait que ces thèmes soient plus présents dans les débats tunisiens dans la perspective de réformer nos structures et de dépoussiérer nos pratiques universitaires, il reste à donner une forme et un contenu concrets au partenariat amorcé au cours de ces journées. Une rencontre est prévue en juin 2015 à La Manouba pour dresser les contours et les modalités de cette collaboration franco-tunisienne pour l’avenir immédiat de nos institutions.

La Manouba, le 2 décembre 2014

 Publié dans le magazine Akademia, n° 38,  La Manouba, février 2015, pp. 14-16.