Archives de catégorie : Langue

Le français dans un Maghreb plurilingue

 

Quel rapport entretenez-vous, vous-même, en tant qu’historienne et intellectuelle tunisienne, avec la langue française ?

Je suis née en 1952, 4 ans avant l’indépendance et lorsque je suis entrée à l’école, elle était encore sous fonctionnement colonial. J’ai donc un rapport d’apprentissage avec le français depuis le début de ma scolarisation. Mais l’arabe est aussi présent dans ma formation puisque je suis allée à l’école coranique, que c’était la langue familiale, etc.

Je suis historienne et aujourd’hui, ma langue de travail pour la recherche et l’écriture, est le français, avec qui j’ai, disons, un rapport privilégié. Pour l’enseignement, l’oralité, les conférences, etc. je travaille aussi en arabe et en anglais.

Mon rapport au français n’est donc pas exclusif, il est d’abord intimement mêlé à l’arabe ; l’anglais s’est ajouté par la suite  et j’ai recours à ces deux autres langues aussi  pour lire et parler. Je ne suis pas un cas isolé mais je ne suis pas non plus représentative du rapport à la langue française au Maghreb. Le mien s’explique parce que j’appartiens à ma génération et parce que je suis une femme[1].

Générationnellement, on comprend mais en quoi le fait d’être une femme entre-t-il en jeu ?

En schématisant, on peut dire qu’au Maghreb, les filles parlent mieux et plus couramment le français que les garçons. Pourquoi ? Simplement parce que si l’usage du français, pour ma génération, est le fruit de l’enseignement, pour les plus jeunes, il est davantage le fruit des médias. L’apprentissage de la langue passe surtout par les journaux et les écrans aujourd’hui. Or, les filles regardent davantage les films sentimentaux ou les séries, et lisent les magazines relatifs à la mode, la psychologie, la sexualité, etc.. Une grande partie des films, magazines, podcasts, vidéos sont en français, la France restant un grand pourvoyeur de cette culture et productrice d’industries, de commerces, de circuits de formation dans ces sphères … Cette consommation sert aussi de vecteur linguistique.

Au-delà, quel rapport entretient la jeunesse maghrébine, et notamment celle présente dans les mouvements de contestation, avec la langue française ? Est-elle l’un des outils de la contestation ?

Oui, c’est l’un des outils, une petite fenêtre. Mais la darija est devenue la souche, le français n’est plus le point de départ exclusif. Désormais, les mots du crû alimentent le langage de la contestation. Si on regarde les slogans, on voit qu’ils sont inspirés et nourris de la langue quotidienne des gens, qu’ils partent du vécu, et sont ensuite traduits. Les réseaux sociaux participent à leur dissémination.

C’est l’un des aspects à mon sens très important : cette jeunesse contestataire a aussi inventé un alphabet, une sorte d’écriture utilisée dans les sms, les textos, sur les réseaux sociaux, mélangeant les chiffres et les lettres et empruntant aux différentes langues, le français, la darija, voire l’anglais. On est passé à une étape nouvelle avec cette transcription par écrit qui dit encore plus le mélange dans son évolution. Ce travail d’inscription en lettres d’un nouvel alphabet s’apparente selon moi à un travail linguistique, une création[2]

Aujourd’hui, cette langue réinventée est plus qu’un outil de contestation, c’est un outil d’affirmation qui relève plutôt de la construction. Ça avance doucement et ça gagne au-delà du champ politique : L’étranger de Camus est désormais traduit en dialectal[3], c’est nouveau.

De qui le français est-il aujourd’hui la langue dans les pays du Maghreb, en termes de catégories socioculturelles ?

Le français reste un marqueur de distinction sociale et une langue apparentée à l’élite. Sauf que l’élite n’est plus monolithique, ça a changé. Aujourd’hui, il existe deux pôles internationalisés au sein de l’élite maghrébine : l’un est anglophone, tourné vers l’Europe et l’Occident ; l’autre arabophone et anglophone répond à l’attraction des pays du Golfe, notamment. Donc si la charge sociale et symbolique du français demeure celui-ci n’est plus la seule langue de l’élite internationalisée. Le français n’est plus hégémonique.

Par ailleurs, même si, bien entendu, le français a été introduit au Maghreb par l’école et l’administration coloniales, aujourd’hui, ce n’est plus seulement la langue du colonisateur[4]. Les Maghrébins sont des attrape-tout ! Il y a une capacité d’adaptation et de transformation de la langue qui fait que le français a pris une coloration maghrébine dans les différents pays où il est pratiqué. S’y ajoute aussi le fait que le français est la langue de la diaspora, qui représente un segment de maintien et de communication de la langue française. Qu’ils l’apprennent ou pas, les Maghrébins continuent de parler le français avec la diaspora. Du coup cette langue, déjà transformée de l’intérieur par la diaspora, bouge, se mélange, prend d’autres intonations…

Est-ce que l’usage du français fait débat au Maghreb ? Est-ce un enjeu politique ?

Oui, la langue française a encore une charge historique et on lui fait parfois porter beaucoup de choses… Il y a une instrumentalisation politique qui, selon moi, a tendance à hystériser la question. En tant qu’historienne, je sais que rien n’est figé, tout bouge, et petit à petit, je constate que le temps fait son œuvre dans ce domaine aussi, malgré une instrumentalisation réelle quoique variable, selon les formations politiques[5].

Ce qui se passe sur les réseaux sociaux, je l’ai dit, montre une coexistence évolutive des langues. A mon sens le travail politique sur la question de la langue devrait consister à apaiser cette coexistence riche et diversifiée (diglossie + bi/trilinguisme). Je suis pour le multilinguisme, toute langue est une richesse. Je considère qu’on a besoin d’un vrai travail de transmission, on n’a pas le droit de dilapider notre héritage. Le monde actuel est plurilingue[6] et le Maghreb contemporain qui est trilingue – avec en plus le Tamazigh, notamment au Maroc et en Algérie -, est une région historiquement favorisée. C’est une force pour l’avenir, une ressource qui ne doit pas être un lieu de conflit, au contraire.

Les jeunes maghrébins, celles et ceux qui sont instruits sont trilingues et savent que c’est une denrée d’exportation. Ils partent et leur trilinguisme est apprécié à l’export. Ils l’ont très bien compris.

Entretien  avec Emmanuel Riondé paru dans Le Courrier de l’Atlas n° 168, mai 2022, pp. 30-31.

[1] Kmar Bendana, Sylvie Mazzella, « La langue française dans l’enseignement public tunisien, entre héritage colonial et ‘économie du savoir’ mondialisée », L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale, Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, Tunis, 2007, pp. 197-203, ⟨halshs-00608174⟩

[2] https://nawaat.org/2017/08/27/larabe-dialectal-tunisien-sachemine-vers-la-creolisation/

[3] Dhia Bousselmi, El Gherib, Tunis, Pop Libris, 2018. L’auteur a aussi traduit Le Petit Prince de Saint Exupéry et les mémoires d’Abul Qacim Chebbi.

[4] Ilaria Vitali, « Samia Kassab-Charfi (dir.), Altérité et mutations dans la langue. Pour une stylistique des littératures francophones », Studi Francesi, 165 (LV | III) | 2011, 683-684. https://journals.openedition.org/studifrancesi/5160

[5] Plusieurs directions de débat se dessinent en Tunisie : https://nawaat.org/2019/10/29/derja-tunisienne-vs-arabe-classique-un-enjeu-persistant-video/

[6] La littérature tunisienne contemporaine est plurilingue, cf. Samia Kassab-Charfi & Adel Kheder, Un siècle de littérature en Tunisie. 1900-2017, Paris : Honoré Champion, coll. « Poétiques et esthétiques xx-xxie siècles », 2019, 550 p.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La littérature tunisienne dans le vif de l’histoire

Le colloque sur Le roman français et d’expression française contemporain :  nouvelles formes, nouveaux rapports à l’histoire, organisé par l’Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts (Beyt al-Hikma) les 11, 12 et 13 février 2016, a été pour moi un observatoire passionnant. Le public était composé essentiellement d’écrivains, de critiques, d’universitaires et de lecteurs, mais l’existence et l’activité d’un tel espace d’échange donnent des raisons de croire à une vitalité réconfortante, peut-être à des tremblements significatifs.

S’intéresser à la littérature

Dans l’actualité cacophonique où vit la Tunisie depuis 2011, la littérature conserve en effet des adeptes, fait parler d’elle et réunit des pratiquants. La sphère littéraire flotte entre les mondes enseignant, médiatique et économique, eux mêmes secoués, mais l’obscur désir d’écrire reste vivace, et même si l’œuvre littéraire a une présence réduite, elle maintient son existence. La rencontre réservée au roman de langue française a donné la parole à des écrivains, des critiques et des universitaires, dans un équilibre et une circulation qui ont permis de réfléchir à la situation de la littérature, en Tunisie et ailleurs. Entendre des amoureux des livres, des passionnés des mots et des auteurs échanger autour d’œuvres, de gestes d’écriture, d’univers romanesques, de personnages et de références littéraires a quelque chose d’apaisant en cette période où le désordre langagier s’ajoute à tous les autres. On sait que la production littéraire, en arabe comme en français, est en hausse après 2011, même si auteurs, éditeurs et libraires continuent à se plaindre du manque de lecteurs. Le regret est ancien et appelle à bousculer les cloisons de ces espaces où vit le texte  littéraire. Comme pour le cinéma, les arts plastiques, la musique ou le théâtre, les choses commencent par le public. En filigrane des débats, on a esquissé les lieux à investir ou à faire revivre pour que le roman occupe une place plus grande. Mais, au-delà de cette controverse lancinante et en plus des fenêtres ouvertes sur auteurs et courants littéraires, j’ai été interpellée par la façon dont l’histoire était présente dans les communications. L’histoire de la langue française, notamment, qui peut aider à écrire et à comprendre la complexité de la culture tunisienne contemporaine.

Sortir de la binarité

La rencontre axée autour du roman français et d’expression française a montré que les frontières du microcosme littéraire francophone se sont étendues. Ce microcosme ne se limite plus à la production hexagonale mais peut rejoindre des communautés comparables, en Algérie, au Maroc, à Haïti, au Canada… Le face à face avec la France est aujourd’hui brisé par la dissémination de la littérature francophone dans plusieurs contrées. Depuis des décennies, de grands auteurs francophones sont consacrés partout, et les communautés littéraires, fragmentées et minoritaires au Maghreb, en Europe, en Afrique, en Amérique comme partout, peuvent, notamment grâce à Internet, se lire et communiquer. Se rapprochent-elles pour autant ? La question vaut pour toutes sortes de moyens d’expression, les arts comme les sciences, les littératures comme les « humanités ». Si on se tient à l’histoire, suivre les fils tissés par la langue française qui s’est propagée dans le monde à travers la colonisation, puis s’est prolongée en francophonie, avec les décolonisations, est une entreprise en soi. L’histoire des modalités, des traces, des formes et des manifestations de la présence linguistique française en Tunisie reste en tous cas à faire, au-delà de l’obsession contre sa domination. Celle-ci est, du reste, battue en brèche par l’anglais mondialisé et la conquête d’espaces conséquents par l’arabe classique, dans les sphères du pouvoir, de la littérature et du savoir en Tunisie. Que le roman francophone continue à vivre est un signe d’aspiration à la liberté en ces temps où le mot « dignité » reprend du service. La langue française n’a pas disparu, elle a évolué et se loge dans des plis différents. Considérée comme monture de la modernité et/ou de l’émancipation jusque vers 1960, elle acquiert un autre statut, joue un rôle différent et dit d’autres vécus, entre l’arabe classique du pouvoir et le dialectal (langue du ressenti) – deux espaces en bouleversement – et à côté d’une littérature arabe en expansion.

La littérature comme histoire contemporaine ?

Nous vivons un temps où la binarité n’est plus significative. La binarité arabe/français, longtemps explorée comme lieu de tension politique et idéologique, ne suffit plus à comprendre la Tunisie, tout comme le binôme français/anglais ne permet ni de structurer ni de lire les orages du monde. Les divorces entre ces couples ont tramé les histoires individuelles et globales pendant des décennies : les choix d’écriture, les politiques pédagogiques ou les relations diplomatiques en portent la trace et les figures de passeurs (dont ceux des écrivains Alain Nadaud et Abdelwaheb Meddeb, auxquels le colloque a rendu hommage) éclairent à leur façon l’histoire du XXème siècle tunisien. Aujourd’hui, nous traversons des désordres plus vastes, des perturbations d’équilibre plus profondes. Les passages sont plus escarpés, les proclamations de divorce entre arabe et français ou les échecs annoncés devant l’hégémonie de l’anglais sont des réponses partielles, des interprétations tronquées.

Cela remet la littérature à sa place, diffuse et nécessaire, celle de faire entendre les multiples sens de ce qui habite le tréfonds des sociétés et qui est étroitement lié à ce qui traverse l’intimité des êtres. La littérature en général et la tunisienne en particulier se trouvent devant une implication accrue, celle de décrypter la complexité foisonnante du monde où l’on vit, ses oublis comme ses masques, ses peurs comme ses espoirs, de faire entendre les voix recouvertes par le vacarme de la politique et le bruit des médias comme d’ouvrir un accès aux sons enfouis sous le silence de l’argent et des intérêts.

Merci aux organisateurs (Emna Belhaj Yahia, Rabaâ Abdelkéfi, Ridha Bouguerra, Béchir Garbouj, Samir Marzouki, Najet Tnani), à Dominique Viard qui a introduit le colloque, aux auteurs présents (Renata Ada-Ruata, Ali Bécheur, Rafik Ben Salah, Lamia Berrada, Azza Filali, Alia Mabrouk, Saber Mansouri, Fawzi Mellah, Jean Rouaud, Mokhtar Sahnoun, Antoine Volodine), aux enseignants et aux amateurs de littérature française d’avoir, au cours de ces trois jours, replacé la littérature tunisienne dans le vif de l’histoire en train de s’écrire et de donner envie de lire, encore et toujours.

Hammam-Lif, le 14 février 2016

Le texte a paru sur La Presse de Tunisie, 17 février 2016, page 6.

http://www.lapresse.tn/17022016/110487/la-litterature-tunisienne-dans-le-vif-de-lhistoire.html

Constitution tunisienne de 2014 en arabe dialectal

Communiquer entre l’arabe et le français, en Tunisie, aujourd’hui

L’explosion de la parole qui a éclaté il y a un peu plus de trois ans a-t-elle évolué ? Se heurterait-elle avec le temps à la loi du « chassez le naturel, il revient au galop » ? Or, concernant la liberté et la parole, le « naturel » ne signifie pas grand-chose. Il y a du culturel, du politique et même de l’économique dans la parole. Suite au déverrouillage, l’espace public peine à retrouver la rigidité qui le caractérisait. Même si le champ médiatico-politique est essoufflé par les habitudes de non débat, quelques trouées d’air le traversent. L’espace de l’échange – qui a construit un exercice du pouvoir à travers la guéguerre hypocrite arabe/français – cherche des issues. Et si la liberté ne semble pas garantie, la communication bouge dans ses propres interstices.

Entre le balancier bilingue, l’alternative du dialectal

Ben Ali n’a pas eu le temps d’expérimenter la recette du dialectal. Avec lui saute le monopole de l’arabe sur le discours politique. L’anglais est présenté comme alternative contre les francophones mais c’est le dialectal qui opère comme solution médiane dans le pendule bilingue. Cette concurrence linguistique médiatisée en temps réel fait son effet : le français n’est plus – seulement- la langue du colonisateur. Il est aussi la langue de Tunisiens du monde de la communication politique, au moins de deux catégories d’entre eux : ceux formés dans les premières décennies de l’indépendance et ceux de la diaspora. Le français continue à déclencher des discours de disqualification mais sa connotation antipopulaire s’estompe avec l’usage et la tension, qui s’exprimait les premiers mois « post -révolutionnaires », se relâche. De là à prédire que l’« intégrisme » linguistique ne joue pas dans la course de nouveau ouverte pour le pouvoir, est un pas difficile à franchir. Les compétitions de l’élite politique post -indépendance se sont jouées sur fond de compétence linguistique, dans la bi-polarité français/arabe. L’ouverture et l’accélération des échanges, les réseaux sociaux et les humoristes ont battu en brèche le magistère de l’arabe littéraire sur fond de francophonie, structurant le logiciel politique tunisien. La « darija » prend place en même temps que l’assignation à s’exprimer en arabe classique perd de son intransigeance. Il est vrai que la photogénie audio-visuelle n’a pas suivi, à commencer au sein de l’Assemblée Nationale Constituante. Transmettre en direct les débats parlementaires a montré que les interventions les plus percutantes se font en arabe dialectal. A voir le registre dans lequel s’exprime le dernier gouvernement -mélange entre arabes classique, médian et dialectal auxquels s’ajoutent le français et l’anglais- une autre façon de concevoir l’efficacité d’une communication politique pointe.

Continuer la lecture

L’influence de la culture française en Tunisie, entre héritage et appropriation

Tentons une archéologie de la présence culturelle française en Tunisie. Dans un climat chargé de tensions identitaires, l’exercice est risqué mais suivre sur la longue durée les étapes et les effets d’une influence imposée peut aider à comprendre les enjeux politiques immédiats. L’histoire des rapports culturels entre la France et la Tunisie à l’époque contemporaine à travers l’empire immatériel de la langue est marquée par une liaison qui s’est avérée dangereuse pour le colonisateur contre lequel ont été retournées la culture et la langue introduites. Après l’indépendance de la Tunisie, en 1956, la relation coloniale avec la France bifurque pour se focaliser sur la question linguistique. La mobilisation de la langue dans la définition de l’État-nation français, transposée en terre tunisienne, constitue un des effets miroirs des politiques des deux États, dont les rapports ont évolué entre conjonctions souterraines et conflits apparents.

Un réservoir d’idéaux

La France incarne, aujourd’hui encore, une certaine idée de la modernité dans un pays où les élites sont férues de cet idéal, depuis plusieurs générations. La colonisation française a permis d’asseoir une domination d’État et une politique d’enseignement qui, au bout de soixante quinze ans de protectorat, ont donné à la culture française un statut de référence incontournable dans la culture tunisienne contemporaine. Le trauma qui entache cette prise d’influence est un fait dont les suites sont inscrites dans les discours et l’action anticoloniaux, comme dans ceux des générations de la République tunisienne.
L’histoire contemporaine de la nation tunisienne s’est construite à travers la référence aux valeurs de liberté et d’égalité, mais également dans l’affirmation d’une identité arabo-musulmane. Le mouvement de libération nationale puis l’État républicain qui en est issu sont le produit de ces deux réservoirs intellectuels. Les effets de cet accouplement sont complexes et leur lecture, toujours liée au contexte où elle advient, est elle même induite par un assemblage historique qui, en donnant naissance à la politique en a formaté l’exercice.

La philosophie des Lumières et les idéaux des droits humains se sont diffusés en Tunisie, depuis près de deux siècles via la langue française (autrefois à portée universaliste) et ont alimenté la formation des principes et des méthodes de gouvernement nationalistes. Le point de vue aujourd’hui dominant qui lie langue et nation est bien l’un des héritages de la colonisation française. S’il est aussi prégnant, c’est qu’il a pris le temps de s’imposer sur deux niveaux : dans les processus et rouages de l’État colonial comme à travers les contenus qu’il a propagés dans la société. La lutte de libération nationale puis l’indépendance politique ont été un retour de balancier, la réponse en deux temps du dominé qui, ayant appris la politique en situation coloniale, réagit en s’inspirant de ses fondamentaux et en empruntant ses moyens, dont la langue.

Continuer la lecture