Archives de catégorie : Culture

Le drapeau algérien souriant, source : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=126985185200312&set=a.114981683067329&type=3&theater

Football et politique : l’histoire en marche

La victoire de l’équipe algérienne à la dernière Coupe d’Afrique des Nations 2019 suggère quelques réflexions sur l’évolution historique du football et sa portée actuelle.

Le football porteur de causes

Même pour les non connaisseurs du sport et du football, le match de la finale de la CAN 2019 suinte de considérations politiques qui donnent à l’événement une intensité symbolique particulière. La charge ultra-politique a certainement été perçue avec une gravité indicible par les joueurs, le staff de l’organisation comme dans le monde politique algérien, toutes catégories confondues, en dehors ou en plus de l’enthousiasme ordinaire de l’ensemble des Algériens et des Algériennes, à l’intérieur et à l’extérieur des frontières ainsi que des supporteurs de partout.  

La capacité mobilisatrice du football ne fait qu’augmenter depuis son invention à la fin du XIXème siècle et sa codification en 1904. Depuis les années 1920, ce jeu codifié en sport a pu exprimer et épouser des combats comme celui de l’apartheid ou des causes nationales : on pense notamment à la fondation de l’Espérance sportive de Tunis (1919) et du Club africain (1920), concomitants à la naissance du parti du Destour. Ces clubs et la sociabilité qu’ils ont suscitée 1 ont contribué à faire du football le sport le plus populaire avec une exclusivité masculine qui commence à se fendiller vers les années 1960. Le paysage sportif amateur et professionnel intègre progressivement un football féminin qui se fait de plus en plus visible, illustrant le rôle social et politique que continue à jouer le ballon rond.

Au Maghreb comme ailleurs, le football traverse les frontières de classe et reflète des épisodes divers de la mémoire collective. Nul doute que la finale du 19 juillet 2019 s’inscrive dans l’histoire en train de se faire. Elle a lieu en pleine effervescence politique algérienne. Le hirak déclenché depuis plus de 22 semaines connaît, malgré l’admiration qu’il suscite, une faiblesse de relais et d’explication. La situation politique est en effet âpre et inédite et le système médiatique algérien peine à transmettre les nuances et détails d’une lutte hautement risquée qu’Algériens et Algériennes mènent pour sortir des griffes d’un pouvoir militaire se cachant derrière des figures politiques choisies par lui.

L’audience internationale du match du Caire vient renforcer une visibilité que de multiples canaux, passant par les réseaux sociaux, entretiennent avec persévérance et imagination afin de transmettre des images, des symboles, des slogans, des revendications et des analyses du processus révolutionnaire en cours. Il faut ajouter à la méga-exposition médiatique de la compétition la charge symbolique apportée à la conception de la nationalité posée dans de nouveaux termes.

Être footballeur·se international·e

Le football a connu, comme d’autres phénomènes, une mondialisation et une marchandisation des compétences (joueurs, arbitres, dirigeants gestionnaires de clubs, entraîneurs, journalistes…) entraînant une mobilité de talents et de services. Le règne médiatique et le sport spectacle font que le regard du public se cristallise surtout sur la circulation des joueurs, tantôt traités comme des stars, tantôt diabolisés pour leur enrôlement dans les équipes représentant d’autres pays que celui de leur naissance. L’enrichissement qui en découle n’est pas étranger au ressentiment de ceux qui restent prisonniers des possibilités locales et vient s’ajouter à l’accusation de traîtrise qui pèse sur l’accès à toute autre nationalité. Xénophobie et héritage colonial, font de la figure du harki et du m’touren (souvent dit m’tourni) un élément négatif dans les relations sociales, familiales et communautaires. Le Code algérien de la nationalité de 2005 ou, dans une moindre mesure, la Constitution tunisienne de 2014 gravent dans les textes l’ostracisme des bi-nationaux, relégués à la condition d’étrangers et exclus de la participation politique pleine et entière. La double appartenance reste difficile à défendre par ceux et celles qui réussissent à l’étranger et le football démontre, une fois de plus, son image populaire à travers une dichotomie parfois mal vécue par les bi-nationaux envers leurs compatriotes, bénéficiaires d’une seule nationalité. La personnalité de Zinedine Zidane a joué un rôle conciliateur dans la France des années 1990/2000 ; la double nationalité de la majorité des joueurs de l’équipe nationale (14 au total) ayant défendu le drapeau algérien promet de faire plus, et du côté algérien, dans le contexte actuel. On peut attendre de cette victoire footballistique qu’elle aide à apaiser un conflit aussi intime que politique porté par des centaines de milliers d’Algériens répartis dans le monde, vibrant avec les changements politiques immenses intervenus dans le pays depuis février 2019. Les héros de l’équipe nationale gagnante de la Coupe d’Afrique parviennent ainsi à troubler l’unicité politique du drapeau algérien et à élargir l’espace d’un sentiment national, au-delà de la seule définition administrativo-juridique, instrumentalisée dans les luttes de pouvoir.  

Confrontation de visibilités

Le pouvoir lui-même est en train de changer de dépositaires comme de formes et de manifestations de légitimité. C’est en fuyant clandestinement leurs clubs et le territoire français que des joueurs basés en France ont appliqué, en 1958, l’internationalisation de la tactique du FLN algérien. Ils transporteront à partir de Tunis, siège du GPRA, l’image de la lutte anti-coloniale du pays et cette construction active de légitimité fera gagner, aux dires de certains dirigeants, des années à la cause de l’indépendance algérienne.

Avant le déclenchement des gigantesques marches pacifiques en février dernier, on a vu et entendu les chants contestataires dans les stades. La casa del Mouradia est un de ceux-là, de venu emblématique du soulèvement algérien.

Les gradins sont investis comme lieux d’expression politique, les slogans y fusent à l’unisson et les tifo sont des « manifestes » plurilingues et imagés. Le langage politique emprunte d’autres vecteurs et impose de nouveaux mots : hirak, silmiyya, el khamissa, ‘isaba… Le drapeau et les couleurs amazighs sont incrustés dans ce vocabulaire composite, bigarré et plein d’humour.

Alors que l’invention politique du « peuple » trouve une illustration directe à travers l’image des foules en marche et des tribunes sportives, la représentation officielle du pouvoir est brouillée. La présence du président Abdelkader Bensalah au match de la finale se fait discrète. Elle s’avère non « montrable » par les médias officiels, notamment à cause de la bande son qui transmet l’hostilité des rassemblements. Il se contente de rendre visite à l’hôtel aux joueurs avant le match et subit les huées qui égrènent la cérémonie cairote de remise du trophée et la liesse insolente des supporteurs.

L’espoir d’une « Algérie insississable »2 a marqué un but dans l’Égypte de Sissi comme lors du retour dans un bercail qui ne semble pas laisser la place à une récupération politique de la victoire sportive. L’impopularité de plus en plus visible du pouvoir n’est pas le moindre des indices d’une histoire qui s’écrit à grandes enjambées et qui autorise les Algériens et les Algériennes – tout comme le monde qui les regarde – à croire en des lendemains qui chantent, au sens propre, comme dans les rues et dans les stades, et au sens figuré.

Hammam-Lif, le 21 juillet 2019

Publié dans Le Quotidien d’Oran, 25 juillet 2019 

  1. pour la Tunisie, on peut se reporter aux travaux de l’historien Habib Belaïd []
  2. slogan né en avril, après le départ de Bouteflika []
Affiche de Pousses de printemps de Intissar Belaïd

Les traces, côté cinéma : que faire ? L’ERC DREAM à la Cinémathèque tunisienne, 27 février 2019

L’équipe de l’ERC DREAM réunie à Tunis du 25 février au 1er mars 2019 a visionné deux films à la Cinémathèque tunisienne. Ce lieu d’archivage du patrimoine filmique peut figurer parmi les sites à repérer dans le projet de cartographie des paysages documentaires.

Historique rapide

La Cinémathèque tunisienne est inaugurée le 21 mars 20181, dans le cadre de l’ouverture de la Cité de la Culture, un chantier entamé sous Ben Ali, abandonné en 2011 et repris en 2016. Le projet, plusieurs fois annoncé, profite de la décision politique et des moyens financiers et technologiques mobilisés, pour donner forme à une institution qui peine, depuis des décennies, à s’inscrire dans le panorama cinématographique tunisien. Une version tunisoise de la cinémathèque française d’Henri Langlois voit le jour en 1958 sous la conduite de Sophie El Goulli, amie de ce dernier2. Hébergée dans divers lieux (la salle des fêtes du lycée Carnot, le Studio 38 et la Maison de la Culture Ibn Rachiq), elle ne dispose pas de fonds comparables à ceux de la cinémathèque algérienne -née en 1965 et défiant la distribution internationale-, et fait son travail de diffusion grâce à des emprunts gracieux. L’institution devient suspecte après 1968, son succès l’assimilant à un lieu de subversion politique. Une salle d’art et d’essai (7è art) ouverte en 1970 ferme pour les mêmes soupçons en 1978, après le Jeudi Noir (26 janvier 1978). La petite salle hébergée par le Ministère d’Information disparaît en 1980, suite aux événements de Gafsa (janvier 1980) et se réfugie au Musée d’Arts vivants de la ville de Tunis (Belvédère). Là naît le souci de préserver et de restaurer les copies de films sur les peintres tunisiens et l’archéologie. En 1990, les archives du Bois d’Arcy découvrent et restaurent le premier film tunisien en arabe dialectal, le Fou de Kairouan (Jean-André Kreusy, 1937). En 1993, le Centre national du cinéma français (CNC) sauve les bobines de Zohra (1922) et Aïn El Ghezal (1924) du premier cinéaste tunisien Albert Samama Chikly (1872-1933). Le projet de cinémathèque revient en 1995 alors que les techniques de numérisation s’imposent comme solution pour mieux conserver le patrimoine cinématographique tunisien dispersé  et non inventorié.

Continuer la lecture
  1. Hichem Ben Ammar & Mohamed Challouf, « Un rêve qui prend forme : la cinémathèque tunisienne », Journal of film presentation, n° 98, 04. 2018, International Federation of Film Archives (FIAF), pp. 11-16 []
  2. Des archives de Sophie El Goulli, ses films et une partie de sa bibliothèque ont été déposés à la Cinémathèque []

Sophie Ferchiou à la cinémathèque tunisienne



Une expérience de coopération est née entre la Cinémathèque tunisienne https://www.facebook.com/CINEMATHEQUE.TN/ et l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) http://www.irmcmaghreb.org/ : un séminaire sur le thème Films et sciences sociales vise à rapprocher la réflexion des sciences sociales de la production filmique et à ouvrir les démarches des chercheurs aux possibilités de lecture des films documentaires et/ou de fiction.

Le cycle est destiné à décloisonner les processus de connaissance et de création pour les inscrire dans leurs contextes, en cherchant les résonances ou discordances des uns avec les autres.

Jeter des ponts entre culture, technologie et méthode 

Le cinéma est rentré à l’université tunisienne : celle-ci compte des établissements et départements d’enseignement et de recherche comme l’Institut Supérieur des Arts multimédia de La Manouba (ISAMM, université de La Manouba) ou l’Ecole Supérieure de l’Audiovisuel et du Cinéma (ESAC, Université d’El Manar). Depuis une vingtaine d’années, des enseignantEs passionnéEs de cinéma (Tahar Chikhaoui, Insaf Machta, Sihem Sidaoui, Najet Tnani, Issam Marzouki…) ont fondé des ciné-clubs sur les campus et introduit dans les programmes des départements littéraires, de français principalement, des modules d’analyse de films, d’histoire du cinéma et de ses théories. Un master d’études cinématographiques et plusieurs filières forment une quantité de techniciens et de professionnels recrutés par le secteur de l’audio-visuel où radios, télévisions, films et production sur le web se multiplient. L’éco-système culturel tunisien en pleine effervescence depuis des années enregistre une augmentation de la production cinématographique qui anime le public et peut cristalliser une connaissance critique diversifiée et approfondie.

Or, un lien manque encore, notamment du côté des sciences humaines et sociales qui font un usage illustratif et souvent superficiel de la production cinématographique. Dans l’enseignement comme dans la recherche, le croisement entre films et sciences sociales reste un maillon faible. Pourtant, dans les raisonnements et les démarches des chercheurs et des cinéastes, on trouve, des proximités ou des affinités qui, de toute évidence, enrichissent les cours, ouvrent des pistes de recherche ou peuvent susciter des travaux. Les cinématographies, tunisienne et mondiale, offrent un matériau abondant qui devrait contribuer à vivifier l’intérêt des étudiants, à renouveler les contenus pédagogiques et à engager d’autres approches.

Ce nouvel espace de travail espère pousser les barrières habituelles en croisant la connaissance autour du cinéma avec la réflexion méthodologique dans les sciences sociales. La lecture du présent ne pouvant se passer des moyens de l’image et du son, il s’agit d’élargir l’expression scientifique à de nouvelles formes alliant un décodage attentif et informé du langage cinématographique avec le décryptage des mots et des concepts.

Une pionnière

Mêlant soucis pédagogique et méthodologique, la séance du jeudi 31 janvier 2019https://www.dropbox.com/s/4dvv22hrr0xurvd/Programme%20Films%20et%20Sciences%20sociales%2031%20janvier%202019.pdf?dl=0 démarre autour de l’anthropologie, une discipline qui a investi l’expression cinématographique pour élargir le spectre de compréhension des phénomènes sociaux. Deux films (Chéchia ; Guellala) de l’anthropologue et cinéaste Sophie Ferchiou https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophie_Ferchiou -pionnière dans un genre qui va s’appeler «  le film de chercheur »- sont projetés. Après des études secondaires en Tunisie, Sophie Ferchiou entre à la Sorbonne pour des études de philosophie et de sociologie. Elle suivra, entre autres, l’enseignement de Jean Rouch (1917-2004) africaniste, chercheur au CNRS et cinéaste. Elle se concentre sur le terrain tunisien pour y étudier les techniques traditionnelles (de la chéchia, de la poterie, de la cueillette d’olives…), le monde du travail (agricole, industriel) et ses divisions, les rituels religieux, les rapports de sexe dans la parenté et la vie économique. S.F est l’auteur de plusieurs ouvrages individuels et collectifs portant sur divers aspects de la société traités aussi dans une douzaine de films. L’Encyclopedia of Arab Women Filmmaker de Rebecca Hillauer la classe comme l’une des premières cinéastes tunisiennes. En 1966, S.F. soutient sa thèseTechniques et sociétés. Exemple de la fabrication des chéchias en Tunisie (Paris, Institut d’ethnologie, 1971) préparée sous la direction d’André Leroi-Gourhan (1911-1986) en projetant La chéchia (1966, 30mn)[1]. Elle se souvient du remue-ménage occasionné par la projection d’un film en 16 mm dans un amphithéâtre de Sorbonne d’avant 68. Fidèle à son enseignement, S.F. présente l’anthropologie visuelle comme une discipline à part entière qui permet « de connaître le réel humain au plus près, dans ses aspects complexes et mouvants… de saisir l’intraduisible et de rendre sensible la connaissance qui ne passe pas par des mots».

A partir du tournage de Guellala (1975, 35 mn), à une époque où la Tunisie s’ouvre au tourisme balnéaire, S.F déclare avoir renoncé aux renforts de techniciens afin d’assurer l’immersion nécessaire à l’enquête et à la compréhension du milieu étudié. Le film capte « la jonction entre le technique, le social et le symbolique » telle qu’elle apparaît dans le regard de l’anthropologue sur le village jerbien.

Ces deux plongéesdu cinéma du réel tunisien appellent la suite du corpus. Sophie Ferchiou avait confié les originaux de ses films au Ministère de la Culture. Introuvables, la perte a été rattrapée grâce aux technologies de numérisation. La Cinémathèque tunisienne entame aujourd’hui autour de cette filmographie, un programme de sauvegarde et de restauration (consolidation de l’image et étalonnage des couleurs) des copies récupérées dans les archives de l’auteure et qui, grâce à l’ajout de bonus, d’interviews et un travail de re-datation seront régénérées pour les chercheurs et le public.

Cette archive d’un type nouveau fait espérer des possibilités de retourner à un monde perdu certes, mais essentiel indicateur de la « structure totale d’une époque » et ouvrant sur une connaissance sensible de l’histoire sociale, économique, politique et culturelle de la Tunisie contemporaine.

Hammam-lif,le 3 février 2019


[1] https://misk.tn/radio/podcast/linvite-du-grand-journal-des-arts-sophie-ferchiou?fbclid=IwAR0HQdLnPQxCmaFqPcUx6QiOMbKQKL_WbTUEFe2bnQCwGiySa6ooADHpXsQ

Publié sur le magazine en ligne Kapitalis, mardi 5 février 2019 http://kapitalis.com/tunisie/2019/02/05/sophie-ferchiou-a-la-cinematheque-tunisienne/

L’Histoire officielle : résonances tunisiennes

Après avoir été vu au cours de la session 2017 des Journées Cinématographiques de Carthage et à la Cinémathèque tunisienne en septembre 2018, le film argentin L’Histoire officielle de Luis Puenzo a été projeté dans le cadre du ciné-club de la Faculté des Arts, des Lettres et des Humanités de La Manouba. Le public était chaque fois au rendez-vous et le débat qui a suivi la projection du mercredi 24 octobre 2018 à La Manouba dévoile des résonances avec le présent tunisien. La fabrication du film comme son contenu suggèrent des associations de situations et ouvrent à une lecture comparée des « transitions » tunisienne et argentine.

Tourné en 1983 et sorti en 1985, juste à la fin de la dictature militaire argentine, le film raconte l’histoire d’une famille bourgeoise de Buenos Aires qui a adopté, cinq ans auparavant, une fille prénommée Gaby. On suit la mère depuis un rassemblement officiel à son domicile en passant par sa salle de cours. Alicia enseigne l’histoire à des étudiants qui l’interpellent par des débats sur l’écriture de l’histoire, la provoquent par des insolences et vont jusqu’à la déstabiliser par leurs affirmations. Dans son métier comme dans sa vie privée, des échanges et des événements vont instiller progressivement en elle des doutes puis un besoin de vérité. Son mari jouit d’une situation confortable. Loin de ressentir les anxiétés de sa femme, il connaîtra une autre évolution intime au fur et à mesure que le régime politique marque des signes d’effondrement. La palette des croisements entre histoires individuelle et collective est peinte à travers une série de personnages : les couples d’amis bien installés, Anita l’amie opposante qui revient après l’exil, les parents modestes -et qui le restent- du mari, le professeur de littérature qui protège les étudiants contestataires, la grand’mère qui enquête sur la disparition de sa fille… Evoluant au milieu de la toile, Anita accède progressivement à des bouts de réalité ; elle prend conscience de la torture, des disparitions, des viols et du sort réservé aux enfants de disparus.

La force dramatique du film réside dans le parti pris de décrire le cheminement d’une subjectivité qui comprend petit à petit comment son histoire est tissée par des faits dont elle n’a pas capté jusque là la signification. La fille adoptée par Alicia et Roberto est-elle celle d’une mère disparue ? La question surgit de la situation politique et agit sur l’intimité du couple jusqu’à la rupture. Les faits se déroulent dans un contexte de « dégel » : des articles de journaux et des manifestations réclament la vérité sur les disparitions et les tortures, des opposants reviennent d’exil, des enquêtes se mettent en place pour retrouver les traces des desaparecidos (les disparus). Malgré les dérobades de son mari, Alicia ne recule pas devant la douleur que lui coûte la recherche de la vérité. Celle-ci prend une dimension d’absolu : «  si je ne sais pas qui est Gaby, c’est comme si rien n’était vrai » déclare-t-elle. Dans son enquête auprès de l’hôpital où sa fille est née comme dans ses cours d’histoire, elle vit un autre rapport avec les archives et les informations qu’elles peuvent recéler, les objets sauvegardés et les circonstances de leur conservation. Le chemin de la vérité est long et tourmenté. En plus de dérouler avec finesse la façon dont on peut découvrir/interpréter des faits, le film parle de la masse de gens qui ignorent et/ou ne comprennent pas ce qui se passe. Prendre le point de vue de ceux-ci fait sortir du face-à-face infernal et vengeur de la victime et du bourreau comme il permet d’échapper du prisme judiciaire. Il y a bien des coupables, des victimes, des complices (comme le mari ou le prêtre), des militants conscients mais il n’y a pas qu’eux. Et ceux qui ne savent pas peuvent – aussi – payer cher le prix de savoir.

Sans angélisme, le film dénonce la violence sans qu’on la voie en direct ; on la sent partout et on en saisit l’impact sur les relations et les événements. Avec le même talent d’évocation, le film revient sur la quête de liberté comme revendication qui s’installe dans la vie des gens. Elle s’affirme dans des attitudes critiques ou de dérision, elle se donne les moyens de s’exprimer dans des manifestations ou des débats. Le film évite le moralisme et la démonstration pédagogique : il relate subtilement la décomposition d’une famille qui se brise avec les méandres d’une histoire politique qui tangue. Combinant des scènes de fiction avec des extraits de documentaires (les manifestations, les recherches des familles dans les archives…), le récit donne la mesure d’une actualité oppressante.

Un mot venu dans le débat autour du film L’histoire officielle  est plein d’à propos :  la réceptivité. On a vu la réceptivité de l’enseignante à son public, celle de la mère adoptive face à l’attente de la grand’mère. La réceptivité du public tunisien à ce film distingué trois fois entre 1985 et 1986 dans des festivals internationaux est due à sa restauration en 2013. Cette nouvelle vie aura permis d’en savoir davantage sur l’Argentine, pays de Maradona et de Messi, du tango et du pape François et de vibrer avec l’histoire des grand’mères de la place de mai qui luttent contre l’oubli, les dérives et l’opacité des pouvoirs.

Hammam-Lif, le 25 octobre 2018

Publié dans La Presse de Tunisie, 28 octobre 2018, page 9. 

Al Fikr, Naqd, Prologues : trois revues maghrébines à l’honneur

En marge de la 34ème Foire Internationale du Livre de Tunis (6-15 avril 2018), la Bibliothèque Nationale de Tunis a invité samedi 14 avril 2018 trois intellectuels à raconter les itinéraires des revues qu’ils ont créées et animées : Al Fikr a été présentée par Béchir Ben Slama, Naqd par Daho Djerbal et Prologues/Mouqaddimat  par Mohamed Seghir Janjar. Les revues sont en effet souvent un point aveugle dans les études sur la vie intellectuelle, littéraire ou scientifique. Elles sont pourtant l’espace où s’élaborent les idées, où se préparent les œuvres, où les auteurs se frottent à la réception des lecteurs, où des poètes publient des textes épars, où l’on trouve des traductions des littératures étrangères, où certaines connaissances spécialisées sont vulgarisées… Les revues sont également un lieu d’engagement dans la mesure où le travail qui sous-tend leur existence fragile et éphémère est un travail de fourmi, obligatoirement collectif qui baigne dans l’anonymat et se dissout avec la disparition du titre. Raja Ben Slama, directrice de la BnT et organisatrice de l’hommage introduit la manifestation en soulignant cette particularité de l’effort « revuiste » et la persévérance des chevilles ouvrières veillant à la préparation de chaque livraison.

La tunisienne al Fikr, une longévité à l’ombre du pouvoir bourguibien

Béchir Ben Slama, fondateur et animateur de la revue Al Fikr (1955-1986), commence par relier la naissance de cette revue à l’antécédent An–Nadwa (fondée par Mohamed En-Nayfar en janvier 1953, 34 numéros) dont Mohamed M’zali (1925-2010, plusieurs fois ministre de Bourguiba) réalise le dernier numéro. Formé à la philosophie à l’université de La Sorbonne et enseignant, ce dernier adjoint au projet de fondation d’Al Fikr Béchir Ben Slama son collègue au lycée Alaoui de Tunis, qui en sera le rédacteur en chef tout au long de ses trente et un ans d’existence. L’un et l’autre signeront les éditoriaux de la revue et concevront une série de numéros spéciaux (dont un sur l’Islam en 1966) en s’appuyant sur un comité réuni tous les samedis après-midi dans un bureau attribué par l’Association des Anciens Elèves de Sadiki. Al Fikr publie plusieurs plumes débutantes comme Hichem Jaït, Ezzedine Madani… et des réflexions qui ont montré plus tard leur pertinence (le vide idéologique et la perspective du rôle de l’Islam).  A l’époque, la typographie et l’élaboration de chaque numéro nécessitait un long travail de vérification entre la rédaction et l’imprimerie. Bourguiba disait de la revue qu’elle le servait mieux qu’une ambassade. La revue cesse de paraître en 1986

En 2015 et pour les soixante ans de la revue – célébrés dans l’indifférence des autorités – Béchir Ben Slama rédige un manifeste. L’année suivante, il met au point un index par matières, un outil qui permet de voir l’importance des sujets traités et ne manquera pas de servir aux futurs chercheurs.

L’algérienne Naqd et les tumultes de l’histoire

Daho Djerbal inscrit Naqd (37 numéros parus depuis 1991) dans l’histoire contemporaine algérienne : le passage à l’indépendance, la décennie noire et l’arrivée d’Internet. Dans la transition brutale entre la colonisation et l’indépendance, l’Université d’Alger (née en 1909, considérée comme la deuxième université de France, notamment pour le droit et la médecine), a dû affronter les vides dans la production et la transmission du savoir comme elle devait revenir sur le regard et les bases épistémologiques de la connaissance sur la société algérienne. Vers la fin des années 1980, on sentait la « montée des périls » : progression des islamistes, développement des mouvements identitaires berbères, suppression des libertés… Douze intellectuels et universitaires algériens se rassemblent autour du besoin de réfléchir aux symptômes inquiétants. Le 1er numéro de Naqd (décembre 1991-février 1992) coïncide avec l’interruption du processus électoral par le coup d’Etat militaire et la 1ère Guerre du Golfe. De semestrielle, la revue devient annuelle avec l’arrivée du terrorisme. Deux professeurs de médecine (Boussebsi et Bekhanfir) sont assassinés, avant de produire des travaux de terrain sur les formes de violence observées (inceste, agressions liées aux facteurs religieux ou à la consommation de drogues…). La nécessité de la réflexion critique trouvait des résonances dans Perspectives, (GEAST, 1963-1975) Souffles (1966-1973) ou Soual (créée par Mohamed Harbi et Menaouer Merrouche en 1982), considérées comme références par les animateurs de Naqd, soucieux d’interroger les réticences de la société algérienne à creuser les raisons profondes de la dissolution du lien social et le rapport au savoir (la revue invente le terme « épistémophobie »). Indépendante du gouvernement (aucun abonnement officiel), Naqd vit sur ses ventes de librairie et a pu construire un vaste réseau d’auteurs du « Global South » avec une prédominance d’auteurs maghrébins (112 en 25 ans). Une convention signée avec la plate-forme européenne CAIRN permet aujourd’hui à 88 institutions publiques algériennes et 72 tunisiennes d’y accéder. Le pari de durer et de transmettre est gagné.

La marocaine Prologues/ Mouqaddimat, ancrage maghrébin et adaptation au web

L’aventure de Prologues (1993-2008) exprime une autre forme de résistance dans la durée puisqu’elle renaît en 2017, en format numérique et sous le titre Prologues. Le Maghreb des livres et idées. Mohamed Seghir Janjar remonte à la création de la Fondation du Roi Abdul-Aziz Al Saoud pour les Etudes Islamiques et les Sciences Humaines créée en juillet 1985 par Abdou Filali-Ansary. Une news letter sert à diffuser des informations, des lectures et des commentaires de la production scientifique, en rapport avec les transformations sociales. La revue Prologues naît au sein de la maison d’édition Horizons Méditerranéens avec des capitaux différents et profitant d’un contexte marocain plus ouvert aux Droits de l’Homme et à l’idée maghrébine, après plusieurs expériences sous autoritarisme (Mohamed El Aziz Lahbabi et Afaq Ittihad kuttab al maghrib des années 1960 ; Souffles et son inspiration tiers-mondiste ; Athaqafa al jadida et Mohamed Bennys, années 1980).

Prologues se propose d’analyser la société avec une sensibilité maghrébine sur le modèle de la London Review of Books (née en 1980) et la New York review of books (fondée en 1963), à partir d’ouvrages du monde entier.

Avec le constat que l’usage de la seule langue arabe appauvrissait l’esprit critique et tournait le dos à la production scientifique élaborée en français aux débuts de l’université marocaine, l’idée d’une revue bilingue s’impose afin de conserver le débat au sein des élites et pour créer une passerelle entre les générations d’universitaires et d’intellectuels marocains. Par ailleurs, le principe de comparaison et l’ancrage dans le terreau maghrébin étaient des choix éditoriaux centraux.

En 15 ans, 684 articles paraissent ; 36% des 657 auteurs sont étrangers. Les Tunisiens Yadh Ben Achour, Mohamed Talbi, H’mida Ennaïfar, Ali Mezghenni, Amel Grami, Moncef ben Abdejellil…, représentants d’une islamologie moderne nécessaire après la Révolution iranienne et l’expérience algérienne, sont publiés par des éditeurs marocains. Un état des lieux sur les études sur la femme depuis Allal Al Fassi et une série de numéros spéciaux ont paru ; s’ils ont pu servir, ils n’ont pas entretenu les ventes, en chute libre. Comme en Algérie et en Tunisie, les tirages passent de 3.000 à 2.000 puis à 1.000 en 2008, mal diffusés.

Prologues cesse de paraître en 2008. Elle reparaît après 10 ans et des transformations considérables : le paysage marocain se sature par les chaînes satellitaires et Internet sans que la société dispose d’une culture de l’écrit suffisamment forte pour favoriser le passage à l’écrit du web. Aussi la solution  préconisée pour la formule de relance de Prologues/Mouqaddimat est-elle de s’adapter au nouveau lecteur. Il s’agit d’occuper la toile, avec des textes de moins de 6.000 signes, en disant l’essentiel et par des approches comparatives, le but étant de déconstruire les évidences et d’instruire le débat public.

Etant donné que l’âge moyen des 300 revues marocaines est de 2 ans et demi, il faut souhaiter longue vie à Naqd et à Prologues/Mouqaddimat.

Outre qu’il a permis d’évoquer l’histoire, la force et la vulnérabilité de l’édition périodique au Maghreb, cet hommage aux trois revues a ouvert également les portes de l’avenir. Des collections complètes des revues Prologues, Naqd et Intersignes (directeur Fethi Ben Slama, Paris, 1990-2001) sont venues enrichir le fonds de la Bibliothèque Nationale de Tunis. La numérisation en cours et les échanges avec la Bibliothèque Abdelaziz Ibn Séoud de Rabat (numéros manquants de la revue al Fikr) promettent de mettre à la disposition d’un plus grand nombre d’usagers des mines d’information, de connaissance et de réflexion sur les sociétés maghrébines en mouvement.

Compte rendu publié dans Prologues/ Mouqaddimat, mai 2018.

https://prologues.medias24.com/Art-litterature/47-Le-Maghreb-des-revues-Al-Fikr-Naqd-et-Prologues-a-l-honneur.html

Et sur le site de la Bibliothèque Nationale de Tunisie

Trois revues maghrébines à l’honneur Al Fikr, Naqd, Prologues

 

 

Les Arabisants et la France coloniale. Savants, conseillers et médiateurs (1780-1930)

 

Alain Messaoudi, Les Arabisants et la France coloniale. Savants, conseillers et médiateurs (1780-1930), Lyon, ENS Editions, 558 p.

L’ouvrage est issu d’une thèse soutenue en 2008. Savants, conseillers, médiateurs : les arabisants et la France coloniale (vers 1830 – vers 1930) dirigée par Daniel Rivet (Université Paris I -Panthéon Sorbonne, 3 vol., 1143 p.) a été saluée par le jury comme une belle mise au point des rapports entre vie savante et politique coloniale. Même délesté de sa galerie d’arabisants (une série de 353 notices couvrant la période 1880-1930, objet du 2ème volume de la thèse désormais en accès libre sur OpenEdition Book ; elles sont signalées par une astérisque dans l’index, pp. 535-554), ce travail solide et subtil est servi par une langue fine, expressive, « sans effets de robe » et une connaissance de l’histoire politique et intellectuelle françaises qui en font plus qu’une simple réponse à l’ouvrage d’Edward Said (Orientalism, New York, 1978, traduit et édité par le seuil en 1980 sous le titre : L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident). L’ouvrage permet de connecter un capital littéraire et scientifique accumulé sur plusieurs siècles et dans diverses institutions à la vie politique et à l’entreprise de colonisation qui départage, sans les séparer, les savants des conseillers et médiateurs.

L’Algérie est au centre de cet ouvrage sur l’édification de l’orientalisme arabisant français, ses assises sociales et professionnelles, ses conséquences politiques, ses corollaires culturels. La plage chronologique de l’ouvrage remonte jusque vers 1780, aux sources de la curiosité érudite et commerciale envers l’Orient. L’auteur focalise sur les compétences développées autour de l’apprentissage, l’enseignement et la culture de la langue arabe pour échapper au  prisme des idées et des textes. Le terme « arabisant » qui apparaît vers 1820 indique une inflexion importante ; il marque le début d’une politique linguistique en Algérie et débouche sur une période de grande spécialisation (un âge d’or ?) après la Première Guerre mondiale. Le statut de la langue arabe en France en sera durablement marqué.

Cette histoire sociale et culturelle des milieux arabisants sur plus d’un siècle permet de relier la production intellectuelle aux hommes qui la créent, de dessiner les idées qui ont sous-tendu les institutions et de suivre leurs applications tout au long d’un XIXème siècle qui perdure jusqu’à l’après guerre. Elle est construite autour d’un plan chronologique (Tradition érudite et premiers projets coloniaux : 1780-1840 ; Les études arabes à l’épreuve de l’occupation algérienne : science, guerre et colonisation 1830-1870 ; Les arabisants entre académisme et mission civilisatrice : 1870-1930) qui traduit les chevauchements entre le politique, le culturel et le scientifique que l’auteur a voulu faire ressortir. Cette découpe dans le temps fait apparaître des filiations, avec une part de continuités et de ruptures, des héritages familiaux ou corporatistes, des solidarités professionnelles ou sociales. C’est ainsi que les conflits d’intérêt, les rivalités scientifiques, les affaires administratives qui ont jalonné des errements politiques surgissent à travers des personnalités et des profils de « techniciens de la colonisation ». On voit naître de nouvelles figures : des érudits, des idéologues, des pédagogues se mêlent dans cette histoire multiple, introduisant une épaisseur sociale bénéfique au traitement de ce thème extrait à l’histoire des idées par une mise en perspective culturelle large. En entrant à un niveau infra-politique par une attention aux ressorts techniques qui structurent l’action administrative, on prend la mesure des représentations culturelles qui se bousculent dans la politique, des relations paradoxales et tortueuses entre politique et savoir.

Raccroché à une histoire des idées françaises, notamment celles du XIXème siècle, complétée par une analyse des institutions et des réseaux, ce travail dégage les racines de l’érudition orientaliste et la façon dont elle se relie à travers quelques hommes aux premiers programmes coloniaux. Cette histoire intellectuelle, politique et sociale approfondit les différentes formes d’articulation de l’orientalisme savant avec les courants intellectuels contemporains (humanisme, romantisme…) et avec l’idéologie colonialiste qui se forge parallèlement aux projets d’exploration et de conquête. Ce faisant, et dans le champ de l’histoire coloniale, les connexions idéologiques et intellectuelles face aux réalités de l’administration coloniale, en Algérie -avec quelques incursions en Tunisie et moins au Maroc- bénéficient d’un éclairage significatif.

Nous avons affaire à une histoire institutionnelle rafraîchissante, à plusieurs niveaux dont le plus remarquable réside dans l’art de l’auteur de raconter l’histoire d’institutions scientifiques comme l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), l’Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO), l’Ecole des lettres d’Alger (qui rivalise avec celle de Strasbourg au début du XXème siècle). Le dialogue des orientalistes français et allemands connaît une période faste après les années 1920… La restitution vivante de la complexité de l’action et de la décision dans une politique « coloniale », mouvante, tâtonnante et parfois même incohérente, donne à l’histoire coloniale un autre niveau de lecture, dévoile de nouvelles strates dans sa complexité, voire ses incohérences.

Les professeurs d’arabe (un point de vue innovant et systématiquement pisté) sont mis au centre d’une évolution politique et culturelle transnationale, dans le cadre de l’Empire français. 103 notices de professeurs de chaires supérieures, cours coloniaux…et celles de 87 professeurs de collèges et lycées en plus d’enseignants aux carrières moins reluisantes apportent à l’histoire de l’enseignement un regard en profondeur.  Le lecteur découvre les arcanes des filières, les mises au point des diplômes et les logiques des programmes qui accompagnent les différentes vogues, expliquent leur fragilité mais parfois aussi leur pérennité, au-delà du projet colonisateur (et jusqu’après les indépendances).

A côté des enseignants d’arabe, l’étude quantitative et qualitative des interprètes et traducteurs ouvre aussi de nouvelles pistes : en plus des notices consacrées à plusieurs lignées de drogmans, interprètes militaires et civils, administrateurs, l’étude est truffée de ces hommes de l’ombre qui bougent, vivent, conçoivent, transmettent et transcrivent une connaissance des milieux arabes coloniaux, interfaces immédiats et vecteurs pour la suite.

Ces générations d’intermédiaires introduisent à des milieux concrets qui s’interpénètrent parfois ou s’excluent ; les « européens » et les « indigènes » se côtoient, avec des différences. On aperçoit des nœuds, familiaux, amicaux, corporatistes, géographiques où se jouent les contacts, les transferts mais aussi les tensions. Sur le rôle de la parenté, le travail minutieux des notices éclaire les terreaux sociologiques, de même qu’avec les circuits de nomination, notamment entre Machrek et Maghreb, on parvient à visualiser la dynamique des « réseaux » formés par ces arabisants aux carrières multiples, dont les rôles fluctuants et les fonctions variables justifient le long travail d’enquête archivistique et les entretiens conduits par l’auteur (avec des témoins et/ou bénéficiaires de l’enseignement d’arabe et avec des descendants d’arabisants).

L’ouvrage permet de distinguer l’action proprement politique au service d’une mission civilisatrice, des trajectoires comme celles de Louis Machuel (1848-1921) ou de René Basset (1855-1924) dont la connaissance va rapprocher le monde arabe tout en opérant un passage entre orientalisme et sciences humaines, en premier lieu l’anthropologie, la linguistique et l’histoire des religions (p.454 : « Edmond Doutté, Maurice Gaudefroy-Demombynes et William Marçais : les noces de l’orientalisme et des sciences sociales »). René Basset crée un pôle savant à l’Ecole des Lettres d’Alger, organise un Congrès orientaliste retentissant en 1905, et dirige l’Encyclopédie de l’Islam. Le savoir orientaliste infiltré dans le monde savant et éditorial français (le Journal Asiatique existe depuis 1822, la librairie orientaliste Geuthner naît en 1901 comme spécialiste d’études syriaques) s’ouvre petit à petit au Maghreb dans des revues comme L’Année Sociologique (comptes rendus de Doutté) ou la Revue du monde musulman (qui apparaît en 1906). L’enseignement de la langue arabe en colonie (faible dans le primaire, plus développé dans le secondaire) entraîne et structure la recherche autour et sur le Maghreb qui s’appuie sur des élites locales médiatrices (directeurs des médersas algériennes, enseignants de l’école normale de Bouzaréa, cheikhs de la mosquée Zaytouna ou membres de l’association El Khaldouniyya…). La carrière de Mohamed Bencheneb (Algérie, 1869-1929) ou le projet linguistique autour des parlers arabes de Takrouna avec Abderrahmane Guiga (Tunisie, 1889-1960) font partie d’une histoire minorée par la distinction simplificatrice entre savants et informateurs ainsi que par les historiographies nationales des années 1960-1970.

Le terrain finement exploré par l’auteur sur un siècle et demi ouvre aux chercheurs la possibilité de se référer à une étude comparée -dans le temps et l’espace- dont les qualités d’enquête et d’écriture suggèrent les moyens de prolonger les chantiers ouverts, les hypothèses évoquées et les raccords effectués avec la bibliographie existante. Ce travail contribuera certainement à mieux connaître la longue histoire des relations culturelles et intellectuelles entre le Maghreb, le Machrek et la France où la langue arabe, loin d’être un objet oublié, a été au centre de besoins, de structures, de controverses, de conflits, de non dits dont les évolutions se déroulent jusqu’à nos jours et expliquent certaines résultantes sur le plan scientifique et politique, des deux côtés de la Méditerranée.

 

Compte rendu paru dans Revue d’Histoire des Sciences Humaines, “Faire science”, numéro 31, Editions de La Sorbonne, pp. 247-250

“La chose publique ou l’invention de la politique” à l’Université de La Manouba

 

La visite de Philippe Dujardin, politologue (ex-chercheur au CNRS, a enseigné la science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon et de Grenoble) à l’Université de La Manouba est la première étape pédagogique d’un travail qui mêle apprentissage linguistique, artistique et scientifique, porté par des enseignants chercheurs et des étudiants dans les différentes disciplines représentées dans notre université.  La mission de Philippe Dujardin est un jalon dans un chemin en train de se dessiner depuis quelques mois, entre Lyon et Tunis, en concertation entre Françoise Coupat, metteur en scène (Compagnie La Chrysalide) et Kmar Bendana, professeur d’histoire contemporaine (Université de La Manouba).

Prologue

Dans le droit fil de la formule : Habiter l’université (titre d’une proposition d’action à l’occasion du Congrès des Intellectuels tunisiens contre le terrorisme http://www.leaders.com.tn/article/17755-congres-des-intellectuels-tunisiens-contre-le-terrorisme-pour-une-ethique-de-la-responsabilite-et-de-l-action, 12 août 2015, Palais des Congrès, Tunis), l’opération La Chose publique se présente comme une façon d’animer le campus universitaire, d’initier une respiration nouvelle, en tissant des liens entre les différentes institutions (l’Institut Supérieur des Arts et Multimédias – ISAMM http://www.isa2m.rnu.tn/-et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine – ISHTC https://www.facebook.com/ishtctunisie/ -, le centre culturel…) et en donnant vie au petit théâtre de verdure qui se trouve dans le parc.

En novembre 2015, la Tunisie était hôte d’honneur de la Semaine de solidarité Internationale organisée à Lyon. Dans ce cadre, sept étudiants tunisiens (de l’Institut Supérieur d’Art Dramatique de Tunis –ISAD- et de la faculté de médecine de Monastir), dirigés par Françoise Coupat, ont donné une lecture-spectacle de l’ouvrage de Philippe Dujardin, La ‘chose publique’ ou l’invention de la politique. Une histoire pour lecteurs de tous âges (Lyon, Editions de la Chronique Sociale, 2011, 40 p.). La représentation a été bien reçue pour ses multiples résonances dans l’actualité politique en France, en Tunisie et ailleurs. Le besoin et la nécessité de la politique pour les sociétés humaines est en effet une question commune, transversale, intemporelle et peut s’adresser à tous les publics. Cette coopération théâtrale franco-tunisienne réussie est à l’origine de l’idée de faire voyager le texte en Tunisie, pour qu’il soit lu, vu, joué, interprété par d’autres TunisienNEs, à la faveur de l’effervescence politique post-2011. Outre la représentation à donner et à faire circuler dans plusieurs lieux universitaires et culturels, l’idée de traduire le texte en arabe a également été évoquée, pour étendre l’impact du dialogue et élargir le débat.

Françoise Coupat a rencontré à ce propos -du 13 au 20 mars 2016 ; du 25 au 29 avril 2016- différents membres du Conseil Scientifique et les responsables du Centre Culturel de l’Université de La Manouba. L’accueil a été favorable et il a été convenu d’organiser une lecture-spectacle du texte La Chose publique, à la rentrée universitaire 2016/2017 sur le site du campus, dans le théâtre de poche ou dans l’amphithéâtre Carthage La Modernité, selon le temps qu’il fera. La préparation artistique de l’événement (Françoise Coupat choisit les comédiens et organise des stages de répétition au cours de l’été 2016) a été doublée d’une proposition de travail pédagogique autour du texte, de sa langue, des images et idées que sa lecture peut inspirer en Tunisie. Comme première étape de dialogue autour du texte, Philippe Dujardin a été invité à rencontrer les enseignants, les chercheurs et les étudiants de la Manouba, avant la fin des cours de l’année universitaire. Une demande de traduction du texte a été confiée à deux doctorantes du département d’études arabes de l’université de Lyon 2 : Salma Mansouri et Inès Jedidi.

Transposer, traduire, débattre

Le programme scientifique établi à l’occasion de la visite du Professeur Philippe Dujardin  s’est déployé sur deux journées (30 et 31 mai 2016) et deux institutions (l’Institut Supérieur des Arts et Multimédias et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine), dans le but de faire connaître le texte La chose publique, d’exposer sa genèse, son écho et sa réception en France (en milieu scolaire, par des musiciens, par des assemblées locales…).

Lundi 30 mai 2016 : un atelier de réflexion à l’intention des étudiants a été organisé à l’ISAMM. “Du langage académique au langage de la fable“. Devant une assistance de 28 personnes (les enseignants : Ikbal Zalila, Slim Ben Cheikh, Hatem Changuel, Héla Sassi et 8 étudiants intéressés), Philippe Dujardin a montré comment il est passé des contraintes de la langue académique aux ouvertures que permet la langue « commune ». Tout en comparant les deux registres de communication, il a expliqué l’importance de l’enjeu linguistique aujourd’hui : lier les hommes (et les femmes) par l’évocation de leur humanité, une façon de ré-enchanter la fonction politique malmenée par ses pratiquants et critiquée par les citoyens et ceux qui la subissent. Un essai de traduction en arabe littéraire du prologue de l’ouvrage par Salma Mansour & Inès Jedidi a été lu  par Yosra Amouri et commenté par l’assistance : ce qui a donné lieu à un débat passionnant autour de l’utilité et des buts de la transposition recherchée. Comment parler au public ? Quel médium utiliser ? L’arabe dialectal –dit aussi tunisien- a été jugé plus sensible, plus proche et plus évocateur que l’arabe littéraire. Le travail théâtral en perspective, doublé d’une captation filmique qui a commencé au cours de cette séance (le vidéaste Sémy Ben Slimane, empêché, a confié la tâche à Slim Belhiba) sera une autre occasion de tester la démarche et d’expérimenter les possibilités de faire voyager le texte La Chose publique à travers la langue arabe, littéraire ou vernaculaire.

Mardi 31 mai 2016 : L’atelier de réflexion transdisciplinaire organisé à l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine a rassemblé 23 personnes dont 3 étudiants de l’ISAMM et leurs enseignants, des chercheurs en histoire, anthropologie, littérature, biologie, architecture…. Philippe Dujardin a illustré le thème “La Chose publique, objet carrefour. Entre science politique, histoire, anthropologie” en revenant sur son parcours de chercheur au sein de la science politique en France et après sa mise à la disposition de la région lyonnaise. Sa thèse consacrée à la Constitution française « avortée » de 1946 a permis d’évoquer des questions comme le régime électoral, le rôle des partis, la signification (et les limites) de la représentation, le découpage territorial, le rôle du fait religieux… autant d’entrées qui parlent dans la « transition » tunisienne en cours et interpellent son observation raisonnée. En plus de la liaison nécessaire (et toujours entravée par le système universitaire) entre les savoirs humanistes et artistiques, les réflexions autour du temps (le passé, le présent, l’avenir), la distinction entre l’actualité et la contemporanéité, comme la définition de l’attitude prospective (en comparaison avec celle du chercheur) ont suscité des réactions dans la salle.

Les deux rencontres de l’université de La Manouba avec Philippe Dujardin témoignent qu’après la « performance » du 14 novembre 2015 autour du texte La ‘chose publique’, d’autres possibilités de travail en commun s’ouvrent et que des résonances se poursuivent.

A suivre….

le 1er juin 2016

Publié dans Rawafid n° 20, revue de l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, pp. 147-150.

(Re)Voir « La Tunisie vote » de Hichem Ben Ammar, le jour des élections américaines

Il y a quelque chose d’apaisant à regarder un film sur des élections passées, le jour où se déroulent d’autres. Comme il y a à apprendre. Nous le savons en Tunisie depuis 2011 : les élections sont un moment important et d’avoir vécu celles de 2014 nous a enseigné que ce n’est jamais une simple répétition. Que nous apprendront les prochains rendez-vous électoraux en Tunisie ? Seront-ils pour les municipales ? Quand auront enfin lieu ces élections reportées : en 2017 ? en 2018 ? On n’en parle plus pour l’instant.

Un antidote Continuer la lecture

Célébrer l’absence : Georges Adda parmi nous

L’ambiance du centenaire de Georges Adda (22 septembre 1916-28 septembre 2008) avait les attraits d’un anniversaire à la fois vivant et pensé, sérieux et bon enfant. L’occasion a été saisie par la famille pour que des institutions publiques (la Bibliothèque Nationale de Tunis, les Archives Nationales de Tunisie, l’Union Générale Tunisienne du Travail, la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de La Manouba et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine), des collègues, des amis, des syndicalistes, des militants politiques, des artistes, des chercheurs, un éditeur… réunissent leurs élans, conjuguent leurs efforts et croisent leurs compétences afin d’évoquer par l’oral, l’écrit et les images une vie particulière mais instructive à plus d’un titre sur l’évolution historique des XXème et XXIème siècles tunisiens. Continuer la lecture

Leïla, Tunis, 1936-1941 : revue féminine ou féministe ?

Compte rendu de l’ouvrage Leïla, revue illustrée de la femme 1936-1941, Tunis, Editions Nirvana, 2007, 210 p.

Fondée par Ahmed Zarrouk, Leïla est une revue de langue française de la première heure, ouverte à la littérature, à l’art, illustrée par des dessins et croquis de jeunes artistes de l’époque. La monographie historique qui lui est consacrée est une édition de luxe composée d’articles reproduits, d’extraits de textes ou poèmes, de fac similé divers : dessins, croquis, encadrés publicitaires, couvertures … Un extrait d’article paru en juillet 1938 (Robert Montagne[1]), cinq contributions écrites spécialement pour cet ouvrage (Nadia Mamlouk, Abdelaziz Kacem, Jelila Behi, Naceur Ben Cheikh) et la préface de Dalenda Larguèche donnent une image de la richesse et de la variété du contenu de cette revue pionnière.

Contours

Les articles choisis dans ce florilège soulignent le caractère avant-gardiste de cette revue dont les équivalents à la veille de la Deuxième Guerre Mondiale sont encore rares dans le monde arabe (Minerva parue à Beyrouth entre 1923 et 1927, L‘Egyptienne fondée par Houda Cha’raoui en 1924 peuvent être considérées comme devancières ) et dans le reste du Maghreb. Des analyses pointues sur la part de la littérature dans la revue (Abdelaziz Kacem) ou le rôle des artistes (Naceur Ben Cheikh) montrent l’originalité de la publication. Les planches intercalaires qui reproduisent des passages de la revue articulent l’ouvrage autour de son plan, en mettant en valeur les extraits de textes et les types  d’illustrations qui jalonnent la revue. Cette mise en scène éditoriale donne du produit une idée vivante.

Leïla est, comme l’indique son sous-titre, « une revue mensuelle illustrée pour l’évolution et l’émancipation de la femme musulmane nord-africaine » qui a paru en quarante (40)  livraisons réparties inégalement sur quatre ans et demi et  trois séries[2] : elle démarre en décembre 1936, paraît sur quatre (4) numéros en 1937, cinq (5) numéros en 1938, six (6) numéros en 1939, huit (8) numéros en 1940, et s’achève sur une salve de seize (16) numéros répartis sur le seul premier semestre de l’année 1941. L’élan de cette entreprise éditoriale dynamique est coupé en juillet 1941 ; cette interruption insoupçonnée s’explique certainement par le contexte de la guerre. Les conditions politiques, la volonté des animateurs, la censure, ou la pénurie de papier observée dans l’ensemble du monde de l’édition et de la presse à cette époque sont des causes dont il faudrait déterminer le poids . La thèse de Nadia Mamlouk -soutenue fin 2007 à l’Université de Virginie et dont on souhaite la publication et la traduction en français-  pourrait nous éclairer davantage sur les incidences de l’environnement politique et économique général sur cette revue.

Auteurs

Des présentations et de l’index des auteurs, produit à la fin de l’ouvrage (pp. 204-207), on apprend des choses surprenantes sur cette revue qui a duré presque cinq ans constituant pour les milieux cultivés du Tunis de l’époque une expérience originale.  A commencer par le nombre et la qualité des auteurs qui y ont participé. On note que sur les 112 signatures, 85 auteurs sont tunisiens et 27 sont français ou européens : proportion étonnante pour un organe en langue française, indice de la diffusion de la langue française comme moyen d’expression à part entière au sein de l’élite intellectuelle.

Parmi les signatures les plus fréquentes, « Leïla » vise 33 éditoriaux en plus d’une vingtaine d’articles groupés dans la série « Leïla vous parle » dont on se demande si c’est le pseudonyme  de Ahmed Zarrouk et/ou de son coéquipier Gaston Louis Le Monnier (qui signe 31 textes au total). Le recensement nous apprend également que sur les 27 auteurs femmes de Leïla, 25 sont tunisiennes, 1 turque et 1 libanaise -si l’on en croit les noms- et 8 sont françaises. Faut-il croire que les prénoms féminins comme Zeïneb, Zakia Zaouche, Jamila, etc. (18 au total, plus nombreux que les prénoms masculins) cachent des femmes ?

Présence de l’image

Parmi les auteurs réguliers de la revue et à côté d’intellectuels dont des nationalistes notoires (Mahmoud Zarrouk, 23 articles, Rafik M. 21 articles, Tahar Sfar 16 articles), les artistes tiennent une place particulière par le texte et par l’image : Aly Ben Salem fournit 7 dessins dont 1 de couverture et 4 articles, Guy Lemonnier : 3 dessins, 11 articles, 8 poèmes. Les peintres Hatem El Mekki, Jalel Ben Abdallah et d’autres contribuent à la présence de tableaux, illustrations, dessins qui donnent à cette revue un « look » tout à fait moderne pour l’époque. L’image est également présente à travers la publicité, autre signe de « modernité » de Leïla. Nadia Mamlouk recense consciencieusement dans sa thèse les maisons et entreprises qui ont  fait publier des encarts ou des pages spéciales : ce qui fournit à l’historien un matériel inédit et des pistes nouvelles. Cette ouverture sur les commerces et services qui exercent la publicité renseignent sur les transformations de la vie économique dans la Tunisie de l’époque : on rencontre des annonces sur des restaurants, des cafés, des hôtels, des chausseurs, des entreprises du bâtiment, des esthéticiennes, des coiffeurs, hammams, des bijoutiers, marchands de tissus,  des magasins de vente  et réparation de disques, phonos et radio … et même une publicité en arabe sur le hajj (page 147, entière avec une photo de bateau signée Climora). Ainsi tous ces encarts, offrent-ils une fenêtre illustrée des boutiques, des usines et des maisons qui adhèrent à cette nouvelle pratique de la communication publicitaire, et empruntent le canal des périodiques pour atteindre les lecteurs/consommateurs potentiels. Cette fonction médiatrice des journaux et revues commence en Tunisie dans les années 1930 et Leïla s’affirme comme pionnière sur ce terrain.

Thèmes

A considérer les thèmes majeurs abordés tout au long des cinq années de vie de Leïla, celui de la femme, qui pointe dans le reste de la littérature périodique se décline sous les mêmes variantes : l’émancipation, le mariage mixte, souvent sur un mode moralisateur ou pour rappeler le rôle de la femme dans l’édification d’une nation tunisienne saine et dynamique. Le voile, qui totalise 8 articles sur l’ensemble du corpus apparaît dans Leïla comme un débat clé autour duquel se cristallisent des positions contradictoires[3]. De multiples interférences sont à noter entre cette revue de langue française et la vie culturelle ambiante : écho aux conférences[4], à la production littéraire[5] ; la publication de poèmes, la présence de la peinture, les différents témoignages de la vie artistique, le sport présent à travers quelques articles[6] taillent à cette revue d’élite une image avant-gardiste qui ne l’a pas préservée d’un sort remarquable mais éphémère.

Exhumer cette revue qui a marqué les générations cultivées de la Tunisie coloniale présente un intérêt considérable eu égard à ses caractéristiques propres et à l’influence dont elle aura pu nourrir des titres plus tardifs dans la littérature périodique tunisienne (Faïza, 1959 ; Nissa, 1989….). La facture élégante de l’ouvrage fait écho à l’intention qui a dû animer les responsables de Leïla : éditer une belle revue avec l’aide de la publicité alors naissante ; ce qui ne l’a pas empêchée d’être un produit de luxe (le prix était de 5 francs !) pour un public de quelques centaines de lecteurs francophones, en majorité des hommes, très probablement. Des questions restent posées : Leila était-elle une revue féministe ou féminine ? Quels liens permet-elle de faire entre l’évolution des idées et la place du féminisme dans la culture politique en Tunisie ? La revue Leïla comme les suivantes constituent des repères dont il faut creuser les conditions et les impacts sur l’histoire intellectuelle et politique de la Tunisie contemporaine.

[1] Extraits d’un texte paru dans Entretiens avec les pays de civilisation arabe publié par le Centre d’Etudes Politiques de la Sorbonne, juillet 1938 .

[2] D’après la listes des  tables des matières reconstituées en fin de volume  par Nadia Mamlouk, pp 197-203.

[3] Ilhem Marzouki, « Le voile des colonisées : Tunis 1924-1936 », Ibla n° 161, 1988, pp.        59-89.

[4] Parmi les exemples, la conférence d’André Demeerseman à l’Alliance Française qui donne lieu à un texte « La coopération franco-tunisienne », publié dans Ibla,1941.

[5] Voir la réplique à une nouvelle satirique  de Mahmoud Beyram Tounsi parue dans Ach-chabab du 10 décembre 1936.

[6] Ali Ben Mahmoud, sur l’équitation et la natation en 1941.

Compte rendu paru dans la revue Rawafid, n° 12, 2007, La Manouba, Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National, pp. 296-299. 

Panarabisme et diplomatie européenne, 1912-1914

Compte rendu de l’ouvrage de Kaïs Ezzerelli, Diplomatie Occidentale et dissidence arabe. La France coloniale et le mouvement arabiste en Syrie ottomane (1912-1914), Tunis, Dar al Wasla, 2014, 218 p.

Edité par une toute nouvelle maison d’édition (Dar al Wasla), cet ouvrage est signé par un jeune auteur tunisien travaillant sur les relations intellectuelles et politiques entre le Machrek et l’Europe principalement. En attendant l’achèvement de sa thèse sur l’intellectuel syrien Muhammad Ali Kurdi (1876-1953)[1], Kaïs Ezzerelli livre une étude de la diplomatie européenne au Moyen Orient dans la période qui précède la Première Guerre mondiale. Ayant vécu en Syrie et interpellé par la situation dramatique où se trouve ce pays depuis 2011, l’auteur reprend un ouvrage préparé de longue date à partir d’un dossier d’archives du Ministère Français des Affaires Etrangères, de revues (L’Asie française, La Correspondance d’Orient, La Géographie, Revue du monde Musulman), d’articles de presse et de rapports de l’époque consacrés au mouvement arabiste qui se développe dans la Syrie ottomane entre 1912 et 1914. Divisé en trois parties et huit chapitres, l’ouvrage se déroule selon un plan chronologique.

L’angle d’approche inspiré par les événements actuels est celui du poids des relations internationales dans la situation syrienne ainsi que l’impact des facteurs économiques. A la veille de la Première Guerre mondiale, la France est la deuxième puissance coloniale après la Grande Bretagne au Moyen Orient et l’Empire ottoman est en cours de dislocation. La Révolution Jeune Turque (1908) fait apparaître une conscience « arabe » qui impose sa représentation au Parlement. Une série de révoltes au Yémen, au Hijaz et dans la montagne des Druzes (1911), dans les Balkans (l’Albanie est indépendante en 1912) affaiblissent le pouvoir central. L’espoir et l’idée d’un califat arabe qui sortirait de l’emprise d’Istanbul se répand au Machrek, encouragé par l’Angleterre, à un moment où la France déploie ses capacités d’occupation au Maghreb (le Maroc entre sous protectorat en 1912, la régence de Tripoli est sous occupation italienne depuis 1911).

Les rivalités entre la France, l’Angleterre et l’Allemagne sont portées par les antécédents et les objectifs des représentations consulaires dans la région. La France, protecteur séculaire des Chrétiens d’Orient, entretient un réseau d’écoles et d’hôpitaux auquel s’ajoutent des projets industriels d’envergure, notamment pour l’infrastructure ferroviaire. L’Angleterre est proche des milieux musulmans et vise à renforcer sa présence dans les abords du canal de Suez. L’Allemagne entre en concurrence par le développement de la langue allemande et des marchés comme celui du chemin de fer de Bagdad. Au milieu de ces convoitises, la question syrienne va fixer la stratégie diplomatique de la France pour un temps.

En Syrie, la presse fait apparaître des noyaux intellectuels qui revendiquent décentralisation et autonomie par rapport à Istanbul. Al Muqtabas, premier quotidien de Syrie fondé en 1908, prend une coloration « arabiste » à partir de 1909 en réclamant une administration arabe, un service militaire local et des réformes sous le contrôle d’experts étrangers. La connexion entre ces groupes intellectuels et la diplomatie française trouve son terreau dans ces revendications autonomistes qui prennent une connotation sécessionniste quand elles sont relayées par les wali-s. La France entreprend de soutenir ce mouvement politique qui regroupe musulmans et chrétiens engagés pour des réformes décentralisatrices et la défense de la langue arabe. Dans les archives apparaissent les traces d’organismes voués à sonder les populations de ces contrées : une Commission Interministérielle des Affaires Musulmanes est créée en juin 1911 et l’encadrement sanitaire se structure autour du pèlerinage de la Mecque qui se développe grâce au chemin de fer.

L’ingérence du lobby colonial français fait l’objet de dissensions au sein du courant réformiste entre les adeptes d’un arbitrage étranger et les défenseurs d’une ligne indépendante. De son côté, la diplomatie française, loin d’être unanime, s’inquiète des retombées probables d’un effondrement de l’Empire ottoman, parvient à convaincre les militants arabistes d’organiser un congrès qui a lieu à la Société de Géographie de Paris du 18 au 23 juin 1913[2]. Le Congrès arabe syrien de Paris porte la marque de l’objectif d’adoucir les tendances séparatistes : tout en ménageant le rattachement ottoman, les résolutions votées par le congrès gomment (dans la version arabe tout au moins) la distinction entre syriens et arabes.

Cette étape fondatrice du mouvement arabiste portée par les étudiants syriens et libanais de Paris va être prise entre les enjeux économiques et militaires européens et les rapports de force locaux. La France entre dans une accélération des péripéties politiques et abandonne ce soutien qu’elle croyait tactiquement bénéfique. Le revers diplomatique français favorise la montée de la présence anglaise dans la région.

Ce court épisode d’histoire politique élargit la perspective du lecteur d’aujourd’hui. La chronologie dressée par l’auteur de 1906 à 1914 (pp. 195-210) permet de retrouver les faits saillants d’une période où des liens politiques se recomposent. L’historien retrouve des éléments pour comparer des segments d’équilibre géo -politiques en fonction des moyens mobilisés par les acteurs en présence dans la région. L’arabisme qui fermente à cette époque va traverser plusieurs étapes face aux courants ottomanistes et panislamistes qui structurent l’histoire du Moyen-Orient au XXème siècle. Avant d’être consacré par une mobilisation politico-militaire d’ampleur (la révolte de 1916-1918), le mouvement unit des intellectuels syro-libanais qui aspirent à se débarrasser du joug ottoman. L’orientalisme européen est une ressource diplomatique et un trait d’union entre des protagonistes finalement soumis à des considérations économiques et stratégiques. Les élites jouent des rôles différenciés dans ces scènes mouvantes où les accointances et les résultats n’apparaissent qu’avec le temps.

Les coïncidences entre les mouvements de libération (et les horizons qui les sous-tendent) et les intérêts des puissances agissantes ne préjugent pas de l’écriture de l’histoire mais en replaçant les acteurs dans les logiques des contextes où ils évoluent, on comprend mieux la suite des événements. L’entrée en scène de la France puis de l’Angleterre, dans un style et à des moments différents, vont infléchir les tendances de l’histoire du Moyen-Orient au XXème siècle. Les intérêts économiques qu’offre cette région face aux compétitions et aux possibilités d’intervention des puissances étrangères vont peser sur toute forme d’évolution ultérieure.

La lecture de cet ouvrage est d’autant plus stimulante qu’elle dessine des pistes de comparaison éclairantes pour comprendre les troubles géo-politiques actuels qui secouent la région et la situation de la Syrie contemporaine.

Hammam-Lif, le 31 janvier 2015

[1] Engagée sous la direction de Nadine Picaudou et poursuivie sous celle de Bernard Heyberger.

[2] Le rapprochement avec les congrès organisés entre 2011 et 2013 autour de la situation syrienne fait l’objet d’un article de l’auteur publié dans La Presse de Tunisie des 2 et 3 juillet 2013 (reproduit pp.175-185)

Compte rendu paru dans la revue Rawafid n°19, Publications de l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, La Manouba, 2014, pp. 81-84

Bourguiba: always present, always current.

Former Tunisian president Habib Bourguiba (1903-2000) is back in the news. This time, two proposals have re-ignited the passions and polemics surrounding this major twentieth century figure in Tunisia. The first proposal was to put back an equestrian statue of Bourguiba in its former location namely, at one end of the major avenue carrying his name. The second proposal was to direct all schools to devote one hour of class time to his memory on April 6, the anniversary date of his passing away.

The disappearance of Bourguiba from power left a political vacuum which in truth had begun to form during his lifetime resulting from a governing style which grew more and more uncompromising towards all forms of opposition. The Declaration of the Republic in 1957 suddenly and brutally wiped out the country’s Huseini Monarchy (1704-1957). It was a unilateral act by Bourguiba and his partisans who had decided to dismiss all challenges and opposition for the purpose of laying the foundations for a modern state.  When Zine El Abidine Ben Ali took power, he filled the vacuum by transforming Destourian partisans and Bourguiba loyalists into a dormant network or by turning them into loyal members of his party, the RCD. Many of the latter have “repented” and are now back to the political scene. Ben Ali’s decision to play down Bourguiba’s national and public funeral on April 8, 2000, in the face of a widely popular anticipation, had left a bitter taste among many citizens. Furthermore, almost nobody dared contest the house arrest under which Bourguiba had lived for 13 years (from November 7, 1987 to April 6, 2000).  His detention and isolation were never relaxed. People still resent not having been allowed to properly and publicly mourn his death, as if their frustration with not being able to pay homage to their departed president was the price they had to pay for their sudden realization that they had abandoned him.

The unexpected departure of Ben Ali has stirred these regrets and the frustration of not having given Bourguiba the merit he deserves. These confused feelings emerged during a period when no clear leadership rose to the surface and thus nourished Bourguiba’s symbolic appeal since 2011.

Meanwhile, after sixty years of independence, a slow perfusion of the principles of organization of the Tunisian State and society had time to make its effect. Despite Bourguiba’s past authoritarian abuses and despite manipulations by Ben Ali (who, everyone agrees, desperately lacks Bourguiba’s charisma and culture) and his regime to co-opt Bourguiba’s legacy, the various social classes in Tunisia have evolved to accept, and even take for granted, free access to public education and public health, and the recognition of women’s rights (prohibition of polygamy, the right to divorce, and the right to vote) and their role as political actors. The entire country has undergone a series of profound changes induced by public policies deriving from Bourguiba’s visions and choices. To various extents, modes of thinking and ways of living in the spheres of family life, education and labor (but not politics) have changed for the better. Still, these changes did not go as far as completely eliminating violence and discrimination against women nor limiting the disastrous effects of political and economic choices dictated by globalization constraints.

Today, nostalgic “Bourguibists”, these new political entrepreneurs busy reviving Bourguiba’s image and legacy to use as a stepping ladder, and the Islamists who have started to acknowledge in their speeches Bourguiba’s contributions to modern-day Tunisia, share almost similar discourse characterized by the absence of their own political vision. It is thus significant to note that Tunisia’s new constitution of January 2014 has kept the same version of the first article in the 1959 Constitution, “Tunisia is a free, independent, sovereign State; its religion is Islam, its language is Arabic …,” with the same syntactic ambiguity namely, is the possessive pronoun its referring to Tunisia or the noun State? The various political tendencies existing inside the National Constituent Assembly ended up agreeing to preserve the status quo at least with respect to this particularly divisive issue.

The sudden appearance of religious extremism in Tunisia has brought the question of women’s rights to the forefront of ideological and political confrontation and turned it into a compass. Once more, political speeches, public debates, and social media return to Bourguiba as a reference and a symbol. In this respect, Bourguiba was not the sole artisan in the “modernization” of Tunisian society. The groundwork for this process was laid out a long time ago by the writings of several Tunisian intellectuals, Tahar Haddad being the most famous among them. What Bourguiba had done was introduce into the laws and other republican institutions the principles of equality between the sexes. The concept took strong roots in the country. In 2012 and during the writing of the new Constitution, there were attempts to replace the term equality by the term complementarity, but they failed.

Despite Bourguiba’s legacy and his symbolic importance within the context of women’s rights in Tunisia, it would still be wrong to consider him as a demiurge responsible for thrusting Tunisia into a brave new era. The recent tensions in public debates demonstrate that those values often incarnated by Bourguiba can be contested in the name of competing political project. Without resorting to either mystifying or vilifying his legacy, it is best to pursue it. Rising above political cleavages, we should renew and reinvent his legacy in actions and in laws so that we build a society where women fully occupy the space that Bourguiba had begun to clear out for them.

Published by The Arab Weekly, 8 avril 2016, P. 15

The french version has been plublished in Le Quotidien d’Oran, 7 avril 2016, p. 15

Bourguiba : la présence de l’absent

La version anglaise de ce texte est publiée dans le magazine en ligne : The Arab Weekly, daté du 8 avril 2016, page 15.

Deux polémiques, l’une autour du retour de la statue équestre de Habib Bourguiba (1903-2000) au bout de l’avenue qui porte son nom à Tunis, l’autre à propos de la consigne aux enseignants de lui consacrer une heure de cours le 6 avril, jour anniversaire de sa disparition, ont été l’occasion de ranimer les différentes opinions qui entourent cette personnalité majeure du XXème siècle tunisien.

L’absence de Bourguiba rencontre un vide politique qui a commencé à se creuser de son  vivant et par le fait d’un mode de gouvernement de plus en plus intransigeant, à mesure que les oppositions se sont dressées. L’avènement de la République en 1957 a signé l’effacement brutal de la monarchie husaynite (1704-1957). L’unilatéralité du geste ouvre la voie devant un Bourguiba agissant avec des alliés partisans et contre toute contestation, pour mettre les bases d’un Etat. Zine El Abidine Ben Ali a investi ce vide et transformé les destouriens-bourguibistes en réseau dormant ou en RCDistes aujourd’hui repentants. Sa décision d’escamoter les funérailles nationales et populaires que tout le monde attendait le 8 avril 2000 traîne encore ses conséquences. La résidence surveillée dans laquelle Bourguiba a vécu pendant 13 ans (7 novembre 1987-6 avril 2000) a été à peine contestée ; son isolement n’a jamais été levé et la déception infligée au deuil de la population dure encore, comme si la frustration de l’hommage couvrait la culpabilité de l’abandon, soudain réalisé avec sa disparition.

Le départ inattendu de Ben Ali réveille des remords et l’insatisfaction de ne pas avoir rendu à Bourguiba la place qui lui revient. Cette confusion des sentiments dans une phase où aucun leadership ne se dégage accroît l’attrait de la symbolique bourguibienne depuis 2011.

Entretemps, après soixante ans d’indépendance, une lente perfusion des principes d’organisation de l’Etat et de la société tunisiens a eu le temps de faire son effet. Les dérives autoritaires et l’instrumentalisation faite par Ben Ali (dont on s’accorde à dire qu’il n’a ni la culture ni le charisme de Bourguiba) n’ont pas empêché les différentes couches sociales tunisiennes d’évoluer autour de l’éducation et de la santé de masse comme de la reconnaissance du rôle des femmes comme sujet de droit (interdiction de la polygamie, droit au divorce, droit de vote) et donc comme acteur politique. L’ensemble du pays a métabolisé une série de transformations induites par les politiques publiques bourguibiennes. A des degrés divers, la sphère familiale, le milieu scolaire et le monde du travail (mais pas le monde de la politique), les mentalités et les manières de vivre ont été modifiés, sans supprimer toutefois la violence contre les femmes, les inégalités en leur défaveur ni éviter les effets d’une gestion politique et économique soumise aux diktats de la mondialisation.

Aussi, les nostalgiques « bourguibistes », les nouveaux entrepreneurs politiques qui ravivent son image pour s’y adosser, les islamistes dont les discours se mettent à reconnaître son apport à la Tunisie se rencontrent surtout autour d’une rhétorique qui recouvre une absence de vision politique propre. La reconduction de l’article premier de la Constitution de 1959 dans la Constitution de janvier 2014 : “ La Tunisie est un Etat libre, indépendant et souverain. Sa religion est l’islam, sa langue, l’arabe” avec son ambiguïté (le pronom possessif sa renvoie-t-il à la Tunisie ou à l’Etat ? ) est  significative. Les tendances politiques présentes à l’Assemblée Nationale Constituante ont fini par s’accorder sur ce statu quo a minima.

L’apparition de l’extrémisme religieux a remis au premier plan la question du droit des femmes comme lieu d’affrontement idéologique et politique et comme boussole. Ce qui a renforcé le retour à Bourguiba comme référence et comme symbole dans les discours politiques, les débats publics et sur les réseaux sociaux. Sans être le seul artisan de la « modernité » tunisienne – préparée de longue date, entre autres par les écrits de Tahar Haddad -, Bourguiba a traduit dans les lois et les institutions de la République les bases de l’existence des femmes à parts égales avec les hommes. C’est ainsi qu’en 2012, lors de la rédaction de la Constitution, le terme « complémentarité » a été remplacé par « égalité ».

Malgré les acquis et la symbolique qu’il représente pour le statut de la femme en Tunisie, il ne s’agit pas de considérer Bourguiba comme un démiurge qui aurait fait rentrer la Tunisie dans une nouvelle ère. Les tensions récentes montrent que les valeurs personnifiées par lui peuvent être contestées au nom d’un projet politique concurrent. Sans mystifier ni diaboliser son oeuvre, il s’agit de la poursuivre. Au-delà des clivages politiciens, son héritage est à renouveler et à ré-inventer, par l’action et les lois, afin d’aller vers un projet de société où les femmes tiennent la place, pleine et entière, que Bourguiba a commencé à aménager.

Hammam-Lif, le 6 avril 2016

Publié dans Le Quotidien d’Oran, 7 avril 2016, p. 15.

Version arabe publiée dans Assaffir al arabi, 22 mai 2016,

http://arabi.assafir.com/article.asp?aid=4156&refsite=arabi&reftype=home&refzone=slider

La littérature tunisienne dans le vif de l’histoire

Le colloque sur Le roman français et d’expression française contemporain :  nouvelles formes, nouveaux rapports à l’histoire, organisé par l’Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts (Beyt al-Hikma) les 11, 12 et 13 février 2016, a été pour moi un observatoire passionnant. Le public était composé essentiellement d’écrivains, de critiques, d’universitaires et de lecteurs, mais l’existence et l’activité d’un tel espace d’échange donnent des raisons de croire à une vitalité réconfortante, peut-être à des tremblements significatifs.

S’intéresser à la littérature

Dans l’actualité cacophonique où vit la Tunisie depuis 2011, la littérature conserve en effet des adeptes, fait parler d’elle et réunit des pratiquants. La sphère littéraire flotte entre les mondes enseignant, médiatique et économique, eux mêmes secoués, mais l’obscur désir d’écrire reste vivace, et même si l’œuvre littéraire a une présence réduite, elle maintient son existence. La rencontre réservée au roman de langue française a donné la parole à des écrivains, des critiques et des universitaires, dans un équilibre et une circulation qui ont permis de réfléchir à la situation de la littérature, en Tunisie et ailleurs. Entendre des amoureux des livres, des passionnés des mots et des auteurs échanger autour d’œuvres, de gestes d’écriture, d’univers romanesques, de personnages et de références littéraires a quelque chose d’apaisant en cette période où le désordre langagier s’ajoute à tous les autres. On sait que la production littéraire, en arabe comme en français, est en hausse après 2011, même si auteurs, éditeurs et libraires continuent à se plaindre du manque de lecteurs. Le regret est ancien et appelle à bousculer les cloisons de ces espaces où vit le texte  littéraire. Comme pour le cinéma, les arts plastiques, la musique ou le théâtre, les choses commencent par le public. En filigrane des débats, on a esquissé les lieux à investir ou à faire revivre pour que le roman occupe une place plus grande. Mais, au-delà de cette controverse lancinante et en plus des fenêtres ouvertes sur auteurs et courants littéraires, j’ai été interpellée par la façon dont l’histoire était présente dans les communications. L’histoire de la langue française, notamment, qui peut aider à écrire et à comprendre la complexité de la culture tunisienne contemporaine.

Sortir de la binarité

La rencontre axée autour du roman français et d’expression française a montré que les frontières du microcosme littéraire francophone se sont étendues. Ce microcosme ne se limite plus à la production hexagonale mais peut rejoindre des communautés comparables, en Algérie, au Maroc, à Haïti, au Canada… Le face à face avec la France est aujourd’hui brisé par la dissémination de la littérature francophone dans plusieurs contrées. Depuis des décennies, de grands auteurs francophones sont consacrés partout, et les communautés littéraires, fragmentées et minoritaires au Maghreb, en Europe, en Afrique, en Amérique comme partout, peuvent, notamment grâce à Internet, se lire et communiquer. Se rapprochent-elles pour autant ? La question vaut pour toutes sortes de moyens d’expression, les arts comme les sciences, les littératures comme les « humanités ». Si on se tient à l’histoire, suivre les fils tissés par la langue française qui s’est propagée dans le monde à travers la colonisation, puis s’est prolongée en francophonie, avec les décolonisations, est une entreprise en soi. L’histoire des modalités, des traces, des formes et des manifestations de la présence linguistique française en Tunisie reste en tous cas à faire, au-delà de l’obsession contre sa domination. Celle-ci est, du reste, battue en brèche par l’anglais mondialisé et la conquête d’espaces conséquents par l’arabe classique, dans les sphères du pouvoir, de la littérature et du savoir en Tunisie. Que le roman francophone continue à vivre est un signe d’aspiration à la liberté en ces temps où le mot « dignité » reprend du service. La langue française n’a pas disparu, elle a évolué et se loge dans des plis différents. Considérée comme monture de la modernité et/ou de l’émancipation jusque vers 1960, elle acquiert un autre statut, joue un rôle différent et dit d’autres vécus, entre l’arabe classique du pouvoir et le dialectal (langue du ressenti) – deux espaces en bouleversement – et à côté d’une littérature arabe en expansion.

La littérature comme histoire contemporaine ?

Nous vivons un temps où la binarité n’est plus significative. La binarité arabe/français, longtemps explorée comme lieu de tension politique et idéologique, ne suffit plus à comprendre la Tunisie, tout comme le binôme français/anglais ne permet ni de structurer ni de lire les orages du monde. Les divorces entre ces couples ont tramé les histoires individuelles et globales pendant des décennies : les choix d’écriture, les politiques pédagogiques ou les relations diplomatiques en portent la trace et les figures de passeurs (dont ceux des écrivains Alain Nadaud et Abdelwaheb Meddeb, auxquels le colloque a rendu hommage) éclairent à leur façon l’histoire du XXème siècle tunisien. Aujourd’hui, nous traversons des désordres plus vastes, des perturbations d’équilibre plus profondes. Les passages sont plus escarpés, les proclamations de divorce entre arabe et français ou les échecs annoncés devant l’hégémonie de l’anglais sont des réponses partielles, des interprétations tronquées.

Cela remet la littérature à sa place, diffuse et nécessaire, celle de faire entendre les multiples sens de ce qui habite le tréfonds des sociétés et qui est étroitement lié à ce qui traverse l’intimité des êtres. La littérature en général et la tunisienne en particulier se trouvent devant une implication accrue, celle de décrypter la complexité foisonnante du monde où l’on vit, ses oublis comme ses masques, ses peurs comme ses espoirs, de faire entendre les voix recouvertes par le vacarme de la politique et le bruit des médias comme d’ouvrir un accès aux sons enfouis sous le silence de l’argent et des intérêts.

Merci aux organisateurs (Emna Belhaj Yahia, Rabaâ Abdelkéfi, Ridha Bouguerra, Béchir Garbouj, Samir Marzouki, Najet Tnani), à Dominique Viard qui a introduit le colloque, aux auteurs présents (Renata Ada-Ruata, Ali Bécheur, Rafik Ben Salah, Lamia Berrada, Azza Filali, Alia Mabrouk, Saber Mansouri, Fawzi Mellah, Jean Rouaud, Mokhtar Sahnoun, Antoine Volodine), aux enseignants et aux amateurs de littérature française d’avoir, au cours de ces trois jours, replacé la littérature tunisienne dans le vif de l’histoire en train de s’écrire et de donner envie de lire, encore et toujours.

Hammam-Lif, le 14 février 2016

Le texte a paru sur La Presse de Tunisie, 17 février 2016, page 6.

http://www.lapresse.tn/17022016/110487/la-litterature-tunisienne-dans-le-vif-de-lhistoire.html

Le fil historiographique

Introduction de l’ouvrage Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine, Tunis, Université de La Manouba, 2015, 158 p.  (II)

 Le recueil des neuf textes édités dans cet ouvrage commence par le discours d’habilitation à diriger des recherches, prononcé en juin 2002. Le texte « Un terrain d’histoire culturelle : la Tunisie » qui en est issu traduit l’effort intrinsèque à l’exercice de l’habilitation : celui de définir un champ de recherche et d’intérêt. Le délimiter comme : Histoire culturelle et histoire des intellectuels en Tunisie aux XIXe et XXe siècles, m’a aidée à sauter de plain-pied dans le biais historiographique. A partir des questions classiques de périodisation et de sources, j’ai commencé à tourner autour des pistes qui peuvent clarifier les conditions matérielles et intellectuelles de l’écriture de l’histoire contemporaine de la Tunisie, certains des lieux dans lesquels elle est formulée (les revues, les manuels, le bilinguisme…) et les profils intellectuels qui l’accompagnent, à une époque où l’engagement nationaliste devient une donne structurante.

Il me reste à aller plus loin, notamment dans le sillon historiographique….pour comprendre le processus de construction de la Tunisie comme entité historique et nationale.

A la suite de ce texte programmatique, l’article « De l’intérieur d’un lointain : l’histoire contemporaine de la Tunisie » est né à l’occasion d’un débat autour des « orientalismes » et des « aires culturelles » en vogue dans les années 2000. Le colloque Savoirs du lointain, fruit d’une coopération entre l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC), m’a permis de faire le point sur les outils méthodologiques et les références disciplinaires des études et de l’enseignement historiques en Tunisie.

Comme toute culture, la Tunisienne est hantée par un besoin de passé dont l’usage est intéressant à étudier et le cadre national constitue un lieu propice pour saisir des liens éloquents entre histoire culturelle et histoire des intellectuels en Tunisie.

L’article « Relire les biographies de Bourguiba : Vie d’un homme ou naissance d’une nation ? » a consisté à appliquer le « deuxième degré » historiographique à une histoire qui semblait à première vue saturée d’études. L’histoire tunisienne, notamment académique n’est pas riche en biographies et celle de Bourguiba, apparemment bien servie, a ses silences. Le point de vue historiographique m’a permis de mettre en évidence le lien entre le récit national que Bourguiba faisait écrire, les biographies écrites sur lui et le poids du contexte général sur l’exercice d’une discipline que l’on sait, partout, influencée par le politique.

Au-delà des plus célèbres modèles du genre, il est bon de lire cette somme comme un indicateur des limites et enjeux de l’écriture historique sous le ciel de la Tunisie bourguibienne. On peut aussi apprécier ces récits de vie comme ayant été une façon de conjurer l’absence de liberté, ou encore d’écrire « l’histoire du temps présent ». En soupesant la captation, par les biographes, de la narration faite par Bourguiba de sa propre vie, on peut considérer ces histoires non « autorisées » comme des incursions masquées, des audaces calculées, des projets qui contournent l’écrou imposé par l’histoire officielle et « l’auto-mythification » bourguibienne.

Cette étape allait m’orienter vers le genre des manuels dans l’intervalle colonial, période d’incubation des bases de l’Etat-nation, des organes construits pour sa défense et des moyens de sa formulation intellectuelle, notamment entre histoire et géographie. Dans « Écrire, enseigner l’histoire de la Tunisie : séquence coloniale et circulation des savoirs », j’ai dégagé les phases de l’élaboration d’un modèle de pédagogie du savoir historique autour de la nation. A côté des manuels en langue arabe, la séquence coloniale voit le bilinguisme français-arabe s’imposer sur la scène culturelle et politique. Ce trait de l’histoire contemporaine de la Tunisie va certes vivre l’oscillation inverse après l’indépendance, mais le bilinguisme marque le champ intellectuel, médiatique et politique tunisien, en passant par la littérature historienne, tout au long du XXème siècle.

En même temps que l’histoire savante continue à se penser dans un large cadre arabe et musulman, l’histoire telle qu’elle est formulée par les pédagogues et enseignée dans les classes primaires et secondaires de l’enseignement musulman développe cette conception nouvelle et cultive l’amour d’une patrie tunisienne, État-nation aux frontières linéaires précisément tracées.

L’article « Revues et générations en Tunisie au XXème siècle : Transitions et ruptures » est construit autour de la revue, source décalée et espace interactif qui  permet de saisir les connexions profondes entre culture et politique. L’écriture de l’histoire, celle de l’action ou des idées, s’inscrit elle aussi dans la longue durée des hommes, des institutions et des dispositifs concrets qui les portent. Les revues constituent des caisses de résonance et des goutte-à-goutte nourriciers des différentes catégories intellectuelles. Depuis la fin du XIXème siècle, les revues, en arabe et en français, témoignent des liens qui existent entre les modes d’expression et d’intervention, et qui évoluent en fonction des générations.

Le milieu tunisien des revues apparaît comme un espace de rencontre éloigné des contingences immédiates, un lieu souterrain de respiration de la vie intellectuelle. C’est dans ces institutions que se construisent les différents groupes intellectuels, qu’ils s’expriment et s’articulent entre eux, qu’ils se livrent aussi à une course à la notoriété.

A l’entrée par les revues, s’ajoute une autre clé d’analyse importante, celles des générations. A condition de sortir la notion de son sens purement démographique, on peut déceler à travers la « génération » les continuités et discontinuités qui régissent l’histoire intellectuelle et politique de la Tunisie contemporaine. La clé générationnelle libère, entre autres, de la prégnance de la fracture coloniale/post –coloniale :  en liant les segments pré et post –indépendance, on peut doser les effets de l’alliage qui caractérise, à chaque moment, les articulations entre mémoire généalogique, contexte politique et métabolisation intellectuelle. La césure zaytounien /sadikien a opéré suffisamment longtemps pour être, aujourd’hui, enfouie dans l’écriture historienne. Elle constitue un des nœuds qui structurent le discours politique et historique, un nœud solidifié à travers le bilinguisme qui marque les générations intellectuelles tunisiennes du XXème siècle.

Entre les projets éducatifs et de société formulés dans les tribunes, s’est déroulée en arrière-plan une « querelle des Anciens et des Modernes », englobée par des événements politiques qui ont occupé  le devant de la scène et les esprits.

Etre historien en Tunisie

En avançant vers une histoire sociale et culturelle des historiens, j’ai rencontré l’exemple de M’hamed Belkhûja, un historien érudit et fonctionnaire de l’administration du protectorat, connaissant l’arabe et le français : « M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale ». Entre chroniqueur et journaliste, M’hamed Belkhûja a largement contribué à deux périodiques : al-ruznama at-tounisiyya (almanach) et la revue Al majalla az-zaytouniyya (rubrique : histoire). Tombé dans l’oubli et accusé de collaboration avec le pouvoir colonial, cet historien signe un mélange entre deux traditions académiques qui se chevauchent en son temps et à travers lui. Son cas témoigne de passerelles entre deux magistères intellectuels et politiques, moins étanches qu’il n’y paraît.

Bien que l’on puisse considérer qu’il a joué un rôle important dans la constitution du métier d’historien en Tunisie, Belkhûja fait partie d’une génération de Tunisiens qui n’a pas eu accès à une formation universitaire sanctionnée par un diplôme…À [sa] mort, en l’absence de normes fixées et de codes partagés, les historiens tunisiens ne constituent pas encore une communauté homogène. Ils partagent un goût pour l’étude du passé et une curiosité pour les chroniques anciennes qui prolongent une tradition depuis longtemps ancrée chez les lettrés tunisiens, mais leurs travaux ne répondent pas aux critères de scientificité exigés par un monde académique international que représentent encore exclusivement les pays occidentaux.

La profession d’historien bricolée au cours de la période coloniale se structure avec et au sein des institutions de la Tunisie indépendante, à commencer par l’université nationale née en 1960. Deux articles « Profession historien en Tunisie : l’histoire contemporaine, entre institutions et recherche » et « L’entrée de l’histoire du mouvement national tunisien à l’université » sont consacrés aux facettes de ce qui est devenu un métier dans la période post -indépendance. Mon expérience, celle d’une diplômée en histoire, engagée comme chercheur dans une institution destinée à faire « l’histoire du mouvement national » est au centre de cet essai d’introspection professionnelle. En considérant sur la durée centres de documentation et d’archives, ouvrages et périodiques, on voit comment se construit un dispositif de connaissance qui vise à mettre les bases d’une culture historique officielle, servie par des formations en histoire et ses disciplines « auxiliaires ». Comme il m’a été donné de travailler au sein d’une institution publique –aujourd’hui intégrée au panorama universitaire- j’ai assisté à travers les colloques du Programme National de Recherche sur l’Histoire du Mouvement National des années 1980 à l’entrée en scène du témoin, interrogé et donc reconnu par l’historien. La démarche a été ensuite systématisée par une institution privée (CEROMDI puis FTERSI), dirigée par Abdejellil Temimi, un universitaire qui a investi l’exercice du témoignage en invitant le personnel politique, des militants et toutes sortes d’acteurs de la scène politique, économique ou culturelle de l’histoire récente à délivrer et enregistrer leurs mémoires et souvenirs.

La proximité du témoin et de l’historien, intégrée par l’étude du « mouvement national » agit comme un facteur qui stimule l’activité scientifique : cette commodité de l’histoire contemporaine infuse les colloques, traverse les publications et influence les thèses d’une façon qui contribue, à son tour, à renflouer la promotion de la mémoire. Les discours convergent vers l’exhumation d’une mémoire, notamment du côté politique, après une longue période de silence des acteurs dont certains ont exercé des fonctions officielles alors que d’autres, quoique éloignés des feux de la rampe, ont des témoignages importants à transmettre.

Le fil historiographique que j’ai essayé de reconstitué rejoint l’ensemble de l’histoire des sciences humaines et sociales en Tunisie. D’où l’idée d’ajouter en guise de postface à ce recueil d’articles les réponses à un questionnaire « Les connaissances humanistes aujourd’hui », conduit et publié en 2011 par Mirella Cassarino, une collègue de l’Université de Catane. Cet entretien me semble résumer les grandes lignes d’une histoire encore à faire. Pour que la lecture historiographique s’élargisse au-delà de la compréhension de la logique et des procédures du métier d’historien en Tunisie, il est nécessaire de creuser l’histoire des autres sciences humaines et sociales appliquées à la Tunisie, du point de vue de leurs contenus, de leurs institutions et de leurs apports à la culture, à l’histoire du savoir et à la connaissance actuelle de la Tunisie contemporaine.

Hammam-Lif, le 1er octobre 2014.

SOMMAIRE

Introduction : Rassembler, rééditer, redonner à lire

Un terrain d’histoire culturelle : la Tunisie, Correspondances n° 71, Tunis, IRMC,Tunis juillet-août 2002,                                                                                              pp.3-9.
De l’intérieur d’un lointain : l’histoire contemporaine de la Tunisie, Savoirs du
lointain et sciences sociales
, Paris, Bouchène, 2004,          pp. 17-25.
Relire les biographies de Bourguiba. Vie d’un homme ou naissance d’une nation ?, Alfa, Biographies et récits de vie, Tunis, IRMC, 2005,                   pp. 107-118.
Écrire, enseigner l’histoire de la Tunisie : séquence coloniale et circulation des
savoirs, De l’Atlas à l’Orient musulman, Contributions en hommage à Daniel Rivet, Paris, Karthala, 2010,                                                                             pp. 141-153.
Revues et générations en Tunisie au XXème siècle : Transitions et ruptures, Générations engagées et mouvements nationaux : le XXème siècle au Maghreb, Aïssa Kadri & Ouarda
Siari Tangour (dir), CRASC, Oran, sept 2012,                             pp.183-205.
M’hamed Belkhûja (Tunis, 1869-1943). Un historien en situation coloniale, Revue
d’Histoire des Sciences Humaines
,
 Paris, 2011, n°24,             pp. 17-34.
Profession historien en Tunisie : l’histoire contemporaine, entre institutions et
recherche, Études sur l’État, la culture et la société dans l’espace arabo-musulman.
Mélanges offerts au Professeur Abdejellil Temim
i
,

Tunis, CERES, 2013, Tome II,                                                      pp.197-223.
L’entrée de l’histoire du mouvement national tunisien à l’université,Penser le national au Maghreb et ailleurs,Fatma Ben Slimane et Hichem Abdessamad (dir), Tunis, Arabesques éditions/Laboratoire Diraset, 2012,                                        pp. 265-280.
Les connaissances humanistes aujourd’hui. Réponses au Questionnaire, Le forme et le
storia
, n° IV, Catane, 2011,                                                       pp. 397-404.