Archives de catégorie : Culture

Les droits fondamentaux en Tunisie : une histoire à éclaircir

 

Le texte qui suit est la synthèse d’un article publié dans un ouvrage collectif : Indissociables droits et libertés » ou de l’invisibilité des libertés individuelles et des droits économiques, sociaux et culturels, Wahid Ferchichi, dir., Tunis, Association de Défense des Libertés Individuelles (ADLI)/ Fondation Heinrich Böll, 2020, 360 p. 

Cet article se propose de suivre les formes par lesquelles les droits humains se sont incarnés au cours des deux derniers siècles en Tunisie, en cernant les conditions de ces apparitions et les limites des représentations. La démarche consiste à reprendre les séquences essentielles de l’histoire contemporaine de la Tunisie en empruntant une hypothèse centrale : l’avènement des droits universalistes et leur ancrage en Tunisie sont à inscrire dans l’évolution historique du pays et plus particulièrement dans l’élaboration de la culture politique locale. Les formes que prennent ces droits, les textes qui en sont issus, les actions qu’ils suscitent ou les institutions auxquelles ils donnent naissance répondent aux besoins et reflètent les possibilités de chaque moment considéré.

Le fil conducteur de l’article suit la trame des moments qui jalonnent l’histoire politique de la Tunisie, pendant la période contemporaine. Celle-ci est le produit d’interactions entre les contextes, les diverses forces qui sculptent les luttes et conflits sociaux et politiques comme les configurations qui en résultent. Pour décrypter ces croisements,  on tentera de relier les étapes des acquis de la société avec ses impasses et ses ouvertures, en désignant les principaux acteurs et en identifiant les voies de passage. Car si on découpe le XXème siècle tunisien en vagues d’installation (qui sont parfois des phases d’assimilation et/ou d’acclimatation) d’un ensemble de droits, on peut estimer que la Tunisie entre aujourd’hui dans un cycle où de nouveaux besoins éprouvés par des citoyen.ne.s deviennent visibles.

I/ Le nationalisme, creuset d’appropriation des droits civiques

L’Etat tunisien connaît une série de réformes décisives au milieu du XIXème siècle ; les deux plus significatives sont l’abolition de l’esclavage (1846) https://journals.openedition.org/cdlm/43 et le Pacte Fondamental (1857). Ces actes institutionnels font avancer un droit qui émerge lentement dans les consciences politiques de l’époque : l’égalité. Le premier texte déclare émanciper la minorité noire, le second constitue un palier dans la reconnaissance de l’égalité des droits, du côté religieux. Quoiqu’imposé par les consuls européens, en partie pour faciliter l’accès à la propriété de la terre, ‘ahd el aman marque le passage à un exercice juridique sécularisé qui se détache du système précédent en distinguant le politique du religieux. Ce régime accorde aux individus une existence publique, prélude à l’apparition de la catégorie “nationalité” https://journals.openedition.org/lectures/19575

La constitution de 1861 instaure une organisation de l’Etat autour de la séparation des pouvoirs. Suspendue en 1864, elle coiffe symboliquement un dispositif d’écrits officiels tunisiens dont découle un « esprit public » qui va nourrir et inspirer les générations intellectuelles et politiques suivantes. Les revendications des libertés publiques fondamentales reviennent à ce référentiel constitutionnel et les futurs intellectuels, notamment ceux qui se positionnent face au phénomène colonial, y puisent leurs repères et leurs programmes.

Entre modernisation politique et constitutionnalisme, le lexique de la pensée politique tunisienne se construit en réaction au colonialisme en pointant les aspirations aux droits publics fondamentaux des citoyens : sécurité, propriété, impôt, vote… En attendant d’établir un dictionnaire historique du langage politique en Tunisie, on peut résumer les caractéristiques de la période en posant que le « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » formulé par Wilson à la fin de la Première Guerre mondiale fait son chemin dans la culture politique des élites de la première moitié du XXème siècle. 

II/ Naissance des “droits de l’Homme” et décolonisations

La séparation entre principes universalistes et solidarités locales est sensible dans le monde du travail où se construit un espace de revendications et où s’élabore une culture politique active. L’Union Générale Tunisienne du travail (UGTT) https://fr.wikipedia.org/wiki/Union_g%C3%A9n%C3%A9rale_tunisienne_du_travail née le 20 janvier 1946 rassemble plusieurs forces sur la base de revendications sociales « autochtones ». La Confédération Internationale des Syndicats Libres (CISL) née en 1949 soutient l’organisation tunisienne, consacrant sa rupture avec la Fédération Mondiale des syndicats (FSM) et élargissant ses connexions avec des valeurs ouvrières trans-nationales. Discours des valeurs et références universalistes sont mis au service d’un idéal de solidarité syndicale internationale.

Causes nationale et syndicale mobilisent ainsi les forces politiques agissantes, cristallisent les valeurs morales de solidarité et sculptent des comportements d’entraide soudant les populations engagées. Entretemps, la Déclaration Universelle des Droits humains née en 1948 promeut une orientation nouvelle par rapport aux conceptions de la Société Des Nations. La décolonisation tunisienne alors en gestation et le refus de la domination capitaliste, motivations immédiates, inspirent les énergies mobilisées et donnent un sens aux actions collectives sur place.

Les droits individuels en élaboration dans les instances internationales semblent loin, en ce temps où l’autonomisation des luttes nationale et syndicale avance sur le terrain, dans la forme et le fond.  Les conflits et croisements de ces deux fronts façonnent un espace public, au sein duquel l’usage concret des droits politiques réactive les principes de liberté, d’égalité et de dignité à l’épreuve de la réalité pressante.

III/Avancées et ambiguïtés des discours et pratiques après l’indépendance

Le Code du statut personnel (13 août 1956) http://www.legislation.tn/sites/default/files/codes/Statutpersonnel.pdf est déterminant dans l’atteinte apportée à l’ordre social. Le texte interdit la répudiation et instaure la clause du consentement au mariage. Ces dispositions imposent juridiquement les droits de la femme au sein de la famille. Les femmes obtiennent le droit de vote à l’occasion des élections municipales de 1957. Si on ajoute le droit à l’enseignement gratuit et obligatoire instauré par la réforme de l’éducation (1958) et la légalisation de l’avortement (1973) qui complète l’autorisation de la contraception (1961), on s’aperçoit que la traduction des droits fondamentaux en faveur des femmes constitue un chantier efficacement investi. Ce principe égalitaire est remis sur le tapis au moment de la rédaction de la Constitution de 2014. L’article 21 tranche pour l’ « égalité » entre les citoyens et les citoyennes. La culture politique tunisienne charrie depuis le XIXème siècle, envers les femmes (alors invisibles) et les minorités (défendues par les consuls étrangers) un décrochement qui se traduit par un inachèvement : l’inégalité successorale en est une des conséquences qui persiste à ce jour.     

Malgré la civilité auto-proclamée de l’Etat tunisien indépendant, le nationalisme séculier et égalitaire se débat dans le flou des textes. L’article premier de la constitution de 1959 cultive l’ambiguïté de l’appartenance à l’Islam et au monde arabe. Il est conservé dans la version de 2014, même si  l’article 2 martèle le caractère civil de l’Etat. Ce point symbolise le poids du marquage religieux sur lequel butent les discours et pratiques officiels du régime politique tunisien. Même si la chariâ est réfutée comme source du droit, le spectre identitaire plane dans les esprits et nourrit les réserves face aux droits humains universels.

La Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme est fondée en mai 1976 pour faire respecter les principes universalistes d’une justice politique. Les combats de l’Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche et le Développement (AFTURD, janvier 1989) et de l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD, août 1989) font face à un « féminisme d’Etat » (UNFT, 1957) qui s’enorgueillit de ses acquis historiques et distinctifs dans la région. L’avènement de Ben Ali ne change pas le paysage. Il emboîte le pas à la politique modernisatrice de Bourguiba, tout en restant dans les limites des normes patriarcales.

Cet article pose l’hypothèse que la strate de la lutte anti-coloniale qui suit la Deuxième Guerre mondiale façonne un espace public qui remet en selle et actionne les principes et valeurs «appris » au cours des années 1920/1930 et restés sans résultat tangible. La liberté de presse, d’opinion, de représentation ou de vote dans une société colonisée renforce, dans le silence, l’absence de symétrie des droits civiques et sociaux qui existe entre colonisés et colonisateurs.

Les péripéties politiques dans les années 1950 ramènent à une vision plus internationale des droits collectifs dans la mesure où plusieurs contextes coloniaux bougent, en Afrique et en Asie et se posent en sujets. L’argumentaire et la rhétorique nationalistes tunisiens activent le mot d’ordre d’indépendance, tout en rappelant l’appartenance religieuse et la proximité arabe. Les références à portée universelle se déclinent dans un registre qui conçoit le progrès politique comme un acquis global et commun à accorder à des sociétés privées de self-government

IV/ Une culture des droits de l’Homme contrecarrée et confisquée

Sous le régime de Ben Ali, l’espace politique tunisien, reste étroitement surveillé tout en se dotant d’autres lieux où la culture des droits de l’Homme peut circuler. La dégradation des libertés fondamentales, recouverte par une récupération officielle des droits de l’Homme, politise les échanges entre pouvoir et opposition. Les sections de la LTDH s’apparentent à des cellules de partis politiques d’opposition. Malgré les mesures de contrôle, le dynamisme des associations féministes (ATFD, AFTURD…) comble les insuffisances du féminisme d’Etat en créant de nouveaux espaces de lutte et en multipliant les efforts d’étude et d’information. Même si le pouvoir récupère officiellement des solutions de terrain, les déficiences du patriarcat demeurent sensibles.

La portée des activités associatives construites sur la culture des droits de l’Homme reste limitée. L’idéal mobilisateur des droits humains est circonscrit aux forces agissantes. Le modèle autoritaire dominant, des initiatives tentent, ici et là, d’étendre les valeurs humanistes au-delà du cercle des militants. Des membres dirigeants pensent à les introduire par le biais de l’école (dans les cours d’éducation civique) pour agir sur la culture politique des générations montantes.

Néanmoins, les canaux de socialisation existants ne réussissent pas à introduire la culture des droits humains dans les mentalités ni à imprégner les pratiques sociales. Dans une atmosphère de parti unique et de contrôle généralisé, le pouvoir de Ben Ali joue plusieurs partitions (y compris en instrumentalisant une image de l’islam) dans le but de contrecarrer cette culture politique d’opposition. Il exploite, entre autres, la fibre du handicap pour lustrer son image de défenseur des minorités et peaufiner un humanitarisme de façade.

L’accaparement autoritaire de la culture des droits de l’Homme sous le régime de Ben Ali est cependant entaché par le développement de niches au sein desquelles cheminent des expériences militantes dont le but consiste à tracer des pistes pour ouvrir des brèches, toucher les populations, notamment les jeunes et à travers l’enseignement.

V/ Des exigences sociales nouvelles

Avant 2011, sur le plan législatif, la Tunisie se dote de nombreux textes apportant des garanties de protection des enfants et des handicapés. Dans le domaine des études juridiques et dans le champ scientifique ou de l’expertise, des enquêtes et des recherches pointent les formes de vulnérabilité de la société tunisienne. Des traits de l’organisation sociale, jusque là peu pris en compte, sont abordés par les sciences humaines et sociales, mais le combat pour faire évoluer les normes juridiques prend du temps et les textes de loi empruntent un chemin sinueux.

En 2014, la Constitution entérine le terme de « droits humains » désormais en vigueur et consacre son deuxième chapitre aux droits et libertés, en y mêlant les droits individuels et collectifs. La Commission des Libertés individuelles et de l’Egalité (COLIBE, créée le 13 août 2017) https://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_des_libert%C3%A9s_individuelles_et_de_l%27%C3%A9galit%C3%A9 entreprend de creuser en direction des droits de la personne (ou droits-libertés).

Les dynamiques féministes du XXème siècle en Tunisie débouchent sur les orientations de l’enseignement en direction des questions de genre.  Sur la durée, la scolarisation et l’émancipation des femmes engendrent des vagues féministes, vecteurs de transformation sociale et posant des jalons institutionnels notables : la question de la parité avance à l’occasion des élections de 2011, de 2014 et de 2018 et la constitutionnalisation des droits des femmes est entérinée par le texte de 2014. Ces nouvelles mesures politiques ne suffisent cependant pas à renforcer l’impact du référentiel des droits de l’homme et des libertés individuelles au sein de la société tunisienne.

Ce survol historique de deux siècles mérite d’être approfondi par des enquêtes pour mieux définir la genèse de la « culture politique tunisienne » à l’époque contemporaine. La composante identitaire (arabe et musulmane) en est un trait constitutif, sans être toujours apparente ni conjuguée de la même façon face aux influences et aux courants d’idées qui la traversent et la modèlent. Le moment actuel se caractérise par une réactivation des tensions entre les aspirations universalistes et les arguments défendant la “spécificité arabo-musulmane” de la société tunisienne. Le référentiel des droits humains, tout en étant affirmé par la Constitution de 2014, participe de ces tensions, dans les débats comme dans les actions entreprises.

Conclusion 

La transformation des normes est séparée des mutations mentales. Les temporalités des énoncés et des perceptions sont distinctes. Les « droits de l’Homme » charriés par divers circuits et acteurs depuis le XIXème siècle dessinent des strates d’appropriation non linéaires qui émergent par à-coups dans la culture politique tunisienne. Les moments dans les processus de prise de conscience, de la conquête des droits, de leurs applications et de leurs limites montrent que le triangle Etat/Société/Individu est mouvant à travers le temps, provoquant des brèches.

La place secondaire des droits individuels dans le texte constitutionnel de 2014 traduit les décalages qui séparent habituellement le travail idéel (militant, parfois perçu comme élitiste) avec le vécu de  la population, truffé de situations de privilèges et de discriminations. La dégradation des conditions économiques depuis 2011 et la non réponse aux aspirations à la justice sociale explique que l’on affirme, avec répétition, la primauté de l’économique et du social sur le « culturel » et l’ « individuel ». La perception par le bas répandue dans l’opinion reflète une crise de confiance de la société envers l’Etat et explique, en grande partie, que persiste dans les esprits la dichotomie distinguant les « droits économiques et sociaux », considérés comme prioritaires et préalables des « droits culturels et individuels » relégués, comme de coutume, dans le registre des avantages pour privilégiés.  

                                                                                Hammam-Lif, le  25 octobre 2020

 

Entretien avec Raja Ben Slama autour de l’ouvrage OrdresDésordres des genres

Kmar Bendana : Tu as récemment publié Ordres Désordres des genres. Lectures croisées sur la violence et l’amour aux éditions Nirvana (2020).  Cet ouvrage attire l’attention du lecteur par beaucoup d’aspects.  Il croise un corpus classique avec des approches qui parlent à la lectrice du XXIe siècle que je suis. Explique-nous la genèse de cet ouvrage et la façon dont tu as assemblé les douze articles qui le composent. 

Raja Ben Slama : Le fil rouge qui relie ces textes est l’ordre des genres. Ces articles ont été écrits en arabe ou en français, certains en arabe puis traduits ou réécrits en français. La situation de confinement est le premier facteur qui m’a poussée à les rassembler en ouvrage. En mars/avril 2020, j’ai commencé à disposer de beaucoup de temps. Ensuite, il m’est insupportable que certains de mes articles les plus récents soient devenus inaccessibles, pour les lecteurs et pour moi… Ils sont publiés par des revues étrangères payantes. Je voulais que mes écrits circulent librement, d’autant plus qu’ils sont surtout destinés aux jeunes. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours voulu m’adresser aux jeunes. L’un de mes livres, le plus censuré Naqd ath-thaouabat نقد الثوابت (Critique des certitudes), datant de 2003/2004, leur est dédié.

K.B : Il est en pdf et donc accessible sur Internet. C’est moral.

R.B.S : Je suis enseignante, je m’adresse aux jeunes. Peut-être parce qu’ils représentent une figure de « la postérité ».

K.B : C’est une forme de transmission.

R.B.S : J’ai aussi longtemps porté un mythe de névrosé, celui de la femme incomprise. Maintenant ça va. Mais pendant ma jeunesse, j’étais l’incomprise. J’ai relaté certains faits qui justifient ceci. Mais il y a tout de même un aspect névrotique.

K.B : Tu as canalisé la condition de mineure et de névrosée dans un travail de transmission, dans la recherche et l’écriture, ça aide à sortir de la condition de minorée, non ?

R.B.S : J’emploie le mot « névrotique » parce que c’est lié à mon histoire personnelle. Je suis la septième d’une fratrie de huit enfants. Je raconte ça pour la première fois. J’étais Cendrillon. Mon père m’appelait ainsi et j’ai souffert de ce nom, de ce pseudonyme قطّوسة الرْماد Qattousset ar-rmad (littéralement « la chatte des cendres »). Il me le disait affectueusement : binti Qattousset ar-rmad. J’avais une sœur aînée. Cela ressemblait drôlement à l’histoire de Cendrillon. Il y avait l’aînée qui était belle et moi j’étais la délaissée… Avec la psychanalyse, j’ai découvert l’aspect positif de Cendrillon. Celle d’après minuit, qui a réussi, qui a épousé le Prince charmant. [Rires]. Grâce à la psychanalyse, j’ai opéré une conversion, une traduction. Ce n’est plus Qattouset ar-rmad mais Cendrillon, la fée, qui a pris le dessus. Au début, j’étais prisonnière de la condition négative de Qattouset ar-rmad.

K.B : Tu en as fait quelque chose. Tu t’es bien sortie d’affaire. Explique-nous le titre de l’ouvrage Ordres Désordres. Quelle est la thèse centrale de l’ouvrage ?

R.B.S : La thèse centrale de l’ouvrage est aussi paradoxale que le titre. J’ai choisi un titre agrammatical pour exprimer le caractère paradoxal de mon hypothèse. Il n’y a pas de « et ». Je ne voulais pas d’une conjonction rationalisante, parce que j’ai essayé de montrer, peut-être insuffisamment – parce que c’est indémontrable, presque inarticulable –, qu’il y a un ordre des genres, à la fois puissant, très étendu, se trouvant partout et produisant des victimes et de la souffrance. En même temps, cet ordre cruel et puissant est vulnérable. On n’est pas dans la logique aristotélicienne, mais bien dans autre chose. Cet ordre est comme un édifice très puissant, craint par tout le monde, imposant tout en étant de verre. On peut le casser à tout moment, ou bien le déjouer, d’une autre manière.

K.B : On peut le percer, tu l’as montré, et on peut désobéir.

R.B.S : Ça ressemble un peu à ma vie, à mon rapport à l’Université. Il y a un ordre très puissant, mais en même temps on peut créer des brèches. Tous les ordres sont à la fois puissants et fragiles, du fait même de ce qu’on appelle aujourd’hui la multi-normativité. Il y a les normes du فقه / fiqh (science de la charia). Je l’ai bien expliqué ici. Et il y en a d’autres, d’un autre ordre : les normes de l’amour, de la poésie, etc. Malheureusement, on oublie trop souvent la créativité et la fiction. Même si la fiction est/passe par les mots, elle conditionne, elle a un impact sur la vie des gens. Prenons Abou Nawas, poète qui chantait le vin, l’amour, les éphèbes, les amours homosexuelles. Il a produit des poèmes mais il s’est aussi produit lui-même. Il vivait d’une manière totalement différente de la norme islamique. Il s’est créé comme poète, vivant dans une autre norme. La poésie ne se cantonne pas à la parole. Parole, parole… Non. C’est une forme de vie, une norme différente de vie, dans l’amour, le vin. Malheureusement, j’ai l’impression que la plupart des historiens et les islamologues évacuent cet aspect des choses.

Les historiens ne s’occupent pas de ces aspects quand ils restent dans des textes normatifs. Les islamologues ont une conscience assez faible du temps, des temporalités. Ils sont dans une approche atemporelle. Peut-être est-ce un effet de la discipline ? On évacue généralement la subjectivité, le féminin, les déchets humains, les parias, les homosexuels, les transsexuels… Tous ces êtres meublent pourtant les textes anciens mais sans figurer dans les livres d’histoire, ou très peu.

K.B : J’ai rapproché ton ouvrage de certains travaux de psycho-histoire, faits dans d’autres contextes, à partir de corpus français, italiens.

R.B.S : Tu penses à La fable mystique [1] ?

K.B : Entre autres. Tu es partie d’un corpus différent, original. Tu vas dans le Coran, le hadith, les contes populaires, le fiqh, la poésie, la littérature. Pour une lectrice du XXIe siècle profane, comme moi, j’ai beaucoup apprécié la possibilité que tu donnes à un lecteur contemporain de rentrer, avec une démarche moderne, dans un corpus ancien, classique, poussiéreux à certains égards. Quelle est la part de la démarche psychanalytique dans ton approche ? Est-ce parce que tu es psychanalyste ? Ton rapport à cette discipline te fait-il entrer dans les textes et te donne-t-il des moyens de les faire parvenir ?

R.B.S : Déjà, la psychanalyse s’intéresse au refoulé, aux laissés-pour-compte, mais aussi, à ce qui est insignifiant et imperceptible… comme « les petites gouttes de la pluie » [2]. Ce conte populaire représente, peut-être,  l’intérêt féminin pour les petites choses, pour le minuscule. Le tyran Shahrayar, qui a tué sa femme, se moquait des petites gouttes de pluie.

K.B : Parce que c’est un homme de puissance, de pouvoir.

R.B.S : Voilà. Ce conte offre aussi une métaphore de la psychanalyse qui s’intéresse aux petites choses. Et ce sont elles qui donnent sens au tout, comme disait Freud. Dans un rêve où figure un oiseau, c’est peut-être la couleur du bec de l’oiseau qui donne le sens, la clé du rêve et non pas le récit du rêve, ou l’ossature formelle adorée par les structuralistes. Un petit détail infime est souvent le plus important.

K.B : Cela me semble être, en effet, le fil conducteur de ta démarche. Il y a une sorte d’enseignement politique dans l’ouvrage. Je le trouve très lié au contexte actuel. Est-ce que tu es d’accord ?

R.B.S : Oui, c’est un livre politique. Une des raisons qui m’ont poussée à composer cet ouvrage c’est d’actualiser (to refresh) mes articles à partir de ce qui se passe depuis 2011. Par exemple, j’ai ajouté le texte qui parle du désordre dans l’ordre bipolaire [3] ou celui sur l’étalon [4].

K.B : Pourquoi as-tu voulu revenir sur ces textes après 2011 ? Pour dire quoi ?

R.B.S : Pour les femmes, le monde a changé, partout, même en Arabie Saoudite. Depuis 2010/2011, la parole s’est libérée, elle n’est plus censurée, par l’État du moins. Ceux qui n’étaient pas censurés ne se rendent pas compte de l’importance de ce que cela représente. C’est capital.

K.B : Oui, on a vécu une levée d’écrou. Mais revenir sur ce qui est déjà écrit est significatif. On n’écrit pas seulement de nouvelles choses, on réécrit autrement sur certaines choses. C’est ça qui est intéressant dans ta démarche.

R.B.S : C’est peut-être inspiré de l’informatique. J’ai parlé de refresh (F5) [Rires]. Il faut rafraîchir et remodeler.

K.B : C’est le mouvement de la pensée. Et puis, on peut penser autrement quand il n’y a plus de censure.

R.B.S : Oui, mais c’est aussi un livre politique. Je voulais mettre l’accent sur un tournant [2011] actuellement dénigré, dire que beaucoup de choses ont changé avec la Révolution tunisienne.

K.B : Ton ouvrage exprime un retour du refoulé et tu fais un retour sur le refoulé.

R.B.S : Ce sera l’objet d’un prochain livre. J’ai des bribes que je rassemblerai. [Rires] C’est mon mode préféré qui ne plaît pas aux éditeurs. Ils préfèrent des livres bien construits.

K.B : L’éditeur tunisien a marché tout de suite : tu lui as proposé ton livre en mai, il l’a édité en juin.

R.B.S : Je ne l’ai proposé à aucun autre. Je sais que les éditeurs français préfèrent des livres. Je voulais qu’il soit publié en Tunisie.

K.B : Tu l’as écrit en langue française, à un moment où la langue arabe se développe beaucoup en Tunisie. Est-ce un choix éditorial ?

R.B.S : Je souhaitais m’adresser à la communauté des psychanalystes, pour me mettre à l’épreuve de cette discipline, ainsi qu’à celles et ceux qui sont d’origine arabe et musulmane et qui n’ont pas accès à ces textes. Il y a une communauté francophone en Tunisie, et non arabophone.

K.B : Tu es une arabophone illustre. Je trouve ton choix intéressant. Tu as préféré la circulation et non la spécialisation étroite. Une version arabe est-elle prévue ?

R.B.S : Je souhaiterais voir ce livre en anglais. J’ai proposé à l’éditeur de garder mes droits d’auteur pour financer la traduction en langue anglaise. Il me l’a promis. Pour la version arabe, certains des articles sont déjà écrits en arabe. J’en ai aussi de nombreux non publiés et d’autres, dans des revues qui ne sont pas en ligne.  Peut-être faudrait-il les rassembler ? J’ai intérêt à faire la même chose. Mais, pour l’instant, je suis occupée par la réécriture de la traduction française de ma thèse que je dois terminer pour qu’elle soit publiée par le Centre national de traduction.

K.B : C’est une bonne chose que ton ouvrage existe en trois langues.

R.B.S : Oui, les Tunisiens ne sont que très peu traduits en anglais, et les féministes tunisiennes encore moins, malheureusement. .

K.B : Il n’y a pas que la lecture. Il y a la formalisation des idées. La traduction en sciences humaines et sociales doit donner lieu à plusieurs produits, dans tous les sens ; du français à l’arabe, de l’arabe au français, de l’arabe à l’anglais, de l’anglais à l’arabe…  

R.B.S : La traduction est une entreprise très difficile.

K.B : C’est un investissement très coûteux, mais un fonctionnement intellectuel fondamental.

R.B.S : Oui, un fonctionnement interne, au sein de la même langue.

K.B : Après les perspectives de traduction de ton ouvrage, passons maintenant aux autres. Quelles sont tes perspectives dans le cadre de ton poste de directrice de la Bibliothèque nationale, comme chercheure, comme enseignante ?

R.B.S : J’ai envie d’écrire un ouvrage sur une revue étonnante, pratiquement inconnue : برجيس باريس / Birgis Baris de Sliman El Hraïri. Je suis tombée amoureuse de ce personnage, qui n’existe dans aucune vulgate de l’histoire, la nahdha tunisienne et arabe, alors qu’il est un des premiers, sinon le premier traducteur des sciences exactes et surtout le premier sociologue.

K.B : Il a publié deux textes dans un ouvrage collectif paru au XIXe siècle[5].

R.B.S : Dont un étonnant d’originalité et de beauté.

K.B : Tu parles du Parfumeur de Tunis ?

R.B.S : Oui. Il est vraiment dommage que Sliman El Hraïri ne soit pas connu, il est pathétique. Pour l’heure, seul Mahdi Abdeljaoued lui a consacré une étude. Il a travaillé sur sa biographie, sur le côté mathématique, scientifique. Il est parti sur ses traces à Paris et a travaillé sur sa bibliothèque, achetée par l’INALCO. Peut-être que je n’ai pas le droit de dévoiler les résultats de cette recherche.

K.B : Le projet est déjà avancé. Il faut être tellement savant et pointu pour le faire.

R.B.S : Il y aura le livre de Mehdi Abdeljaoued sur Sliman El Hraïri et il y aura le mien.

K.B : Axé sur Birgis Baris ?

R.B.S : Oui. Il me semble que cette revue n’a pas été étudiée. J’annonce ce projet mais si quelqu’un d’autre a l’intention de le faire, je ne suis pas jalouse de mes idées, de mes projets. Et puis j’ai envie d’écrire un livre sur la Bibliothèque nationale. Je veux m’intéresser à la philia des institutions. Qu’est-ce qui les fait fonctionner, sinon une forme d’amour ?  On ne peut pas travailler sans amour.

K.B : On ne peut pas faire les choses sans affect.

R.B.S : J’ai envie de thématiser et de réfléchir sur cet affect. Ce serait un projet formidable qui apporterait beaucoup à l’histoire des institutions. Et sur la passion qui les anime , la chaîne des passions, positives et négatives… Peut-être qu’il y aurait un apport à la psychanalyse : les conflits dans la vie professionnelle, les pathologies, etc.

K.B : À part ton travail à la Bibliothèque nationale, tu enseignes à l’Université de La Manouba.

R.B.S : La semaine prochaine, je reprends mes cours sur les institutions islamiques ayant trait à l’ordre des genres : en première année, je traite de l’autorité des hommes sur les femmes  القوامة  القيام ; en deuxième année, de la sexualité dans l’ordre des genres, les représentations du corps des femmes. Je projette de lancer, d’ici le mois prochain, un séminaire d’initiation à la psychanalyse à La Manouba à destination des étudiants et collègues. C’est une promesse que j’ai faite l’année dernière, lorsque nous avons créé un comité d’appui psychologique aux étudiants dans le cadre du confinement [mars-avril 2020]. Il s’agit d’un séminaire interdisciplinaire, qui ne prétend pas être post-doctoral, mais d’initiation à la discipline. Il sera au sein de l’institution mais en dehors de l’institutionnel.

K.B : L’Université a besoin de se renouveler, d’explorer de nouvelles pistes, d’investir de nouveaux lieux, de tenter de nouvelles expériences pédagogiques.

R.B.S : En fait, je compte relancer le séminaire que j’ai tenu ici, avec mon frère Fethi  Benslama, avant 2015. C’était un séminaire d’introduction à la psychanalyse et le défi était de le faire en arabe.

K.B : Expérience intéressante. Je tâcherai de suivre ce séminaire. As-tu d’autres projets pour la valorisation du livre et du savoir à la tête de la Bibliothèque nationale ?

R.B.S : Il y a le projet de bibliothèque nationale virtuelle, une plate-forme numérique qui portera le nom de Khaldouniyya numérique. Elle symbolise le désir de nouveauté, en continuité et en référence à Ibn Khaldoun qui l’a incarné à son époque. Le rêve date de 2015 ; il se réalisera en 2021. Il faut du temps et du travail pour réaliser les rêves. Un premier projet de numérisation du patrimoine écrit, sous forme de partenariat public/privé, n’a pas marché. Plus modestement, on a demandé et obtenu une subvention pour une formule plus réduite.

L’idée d’un musée numérique est aussi en projet. Il sera installé dans le lieu des ablutions (Midhat as sultan), un espace original à côté de la Khaldouniyya. J’aurais bien voulu disposer de l’ancien siège de la Bibliothèque d’El Attarine. Pour l’instant c’est difficile. Ibn Khaldoun, Tahar Haddad, Sliman Hraïri, ces hommes et d’autres femmes seront dans un espace en 3D. J’imagine bien Slimane Hraïri travaillant sur Birgis Baris ou Ibn Khaldoun sur sa monture, constatant que Tunis est ravagée par la peste. Ce sont des fantasmes, mais imaginons les enfants qui regarderaient ça.Il ne s’agit pas de rédiger des notices académiques (500 en tout), mais plutôt des récits, des histoires. Comment raconter l’histoire de la Muqaddima à des jeunes ? On fera appel à des spécialistes capables de les raconter à un large public, avec l’appui du système 3D, l’histoire d’un livre. C’est un rêve en train de se réaliser

J’ai plusieurs autres projets pour la Bn : mon expérience ici m’a rendue capable de formuler plusieurs projets culturels. J’en présente à chaque nouveau ministre mais avec l’instabilité politique qui règne, il n’y a pas de suivi.

Le projet Anis consiste à créer des livres audio et audio-visuels. On commence avec les livres tunisiens. Je ne sais pas si on peut l’élargir à l’échelle maghrébine. J’attends un mécène. Vue la situation du pays, je n’ai pas osé demander davantage pour 2021.

K.B : Pourtant cela peut créer des emplois et donner à travailler à plein de gens… Espérons qu’il existe des gens conscients de leur responsabilité.

R.B.S : Cela ne demande pas beaucoup de fonds, mais un appui politique.

K.B : Et une conscience.

R.B.S : Une conscience et une passion.

Entretien mené à la Bibliothèque Nationale de Tunis, 7 octobre 2020

Publié dans La Lettre de l’IRMC, n° 29, 2020, pp. 31-35. 

 

[1] Certeau (de) Michel, 1982, La fable mystique XVI-XVIIème siècles, Paris, Gallimard.

[2] « Témoigneront contre toi les petites bulles de la pluie. Un mythe de la naissance du féminisme ? », in op. cit., 51-62.

[3] « Désordre dans l’ordre bi-polaire et hétérocentré », pp. 27-40

[4] « Le mythe de l’étalon, le ‘réduit’ des femmes au parlement », pp. 69-80.

[5] Les ouvriers des deux mondes, Frédéric Le Play, dir., Paris, 1857

 

 

 

 

 

Une dessinatrice politique engagée

La satire comme langage politique

Marta Luceno Moreno & Nadia Khiari, Conversation avec une dessinatrice politique engagée. Préface de  Marc Vanesse, Presses Universitaires de Liège, Petite collection MSH, « Quand les savoirs rencontrent la vie quotidienne », 2020, 95 p.

Marta Luceno Moreno et Nadia Khiari se rencontrent la première fois à l’Université de Liège, en septembre 2013. La dessinatrice de Willis from Tunis vient en récipiendaire du doctorat honoris causa attribué pour ses dessins de presse humoristiques commentant la vie politique tunisienne, tout d’un coup déverrouillée par décision de Zine El Abidine Ben Ali, le 13 janvier 2011. Le départ inattendu du président tunisien le lendemain installe une ère d’expression que le régime des réseaux sociaux a contribué à transformer. Ce nouveau moyen de communication donne à la caricaturiste l’occasion d’occuper et de participer à l’espace public grâce à la réception enjouée et curieuse de ses dessins impertinents.

Un chat satiriquement politique

Quand les deux femmes se revoient en 2019 à Tunis, Marta Luceno Moreno est installée comme post-doctorante à l’Institut de Recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC). Elle est familiarisée avec la vie politique et culturelle tunisienne et obtient d’engager une longue conversation avec la dessinatrice. Celle-ci, consacrée par des prix dans le monde des cartoonistes a continué à suivre les événements locaux à travers son félin emblématique qu’elle comptait garder jusqu’aux élections de 2011 et qui a duré plus de huit ans.

L’ouvrage, articulé autour de 7 chapitres, a la légèreté des entretiens dont il est issu tout en renseignant, avec doigté, exemples concrets et profondeur, sur de nombreuses facettes de la situation tunisienne post-2011 (la liberté d’expression en premier) et sur les multiples aspects de l’exercice du dessin satirique par une femme dans un pays où l’éducation artistique est limitée et le dessin politique sans support consacré.  

Le climat politique est bouleversé depuis 2011 mais il a perdu son euphorie créative des premiers mois, a connu des assassinats et une poussée de la violence terroriste. Nadia Khiari parle de ces années en citoyenne, en pédagogue, en artiste, en journaliste et en femme. Née au dessin de presse avec l’opportunité révolutionnaire, elle déclare avoir évolué avec les événements. Les angles d’attaque qu’elle donne à son chat égrènent la nature des difficultés que le pays traverse. Tout en mesurant le poids du contrôle des esprits et des dangers de la haine virtuelle qui circule sur Internet, la caricaturiste continue à répondre au besoin d’humour et de blagues qui peut contrebalancer la bêtise, le racisme et les préjugés sociaux.  

Malgré un passé de presse satirique, notamment au cours de la période coloniale, le paysage journalistique tunisien ne fait pas de place à ce genre de périodiques, contrairement à l’Algérie. Nadia Khiari dessine sur sa page facebook, participe à des publications étrangères, et édite pour son propre compte deux ouvrages (Willis from Tunis. Chroniques de la Révolution, 2011 ; Willis from Tunis 2, 2012). Ayant reçu une formation d’histoire de l’art à Aix-en Provence, elle déplore le manque d’initiation à cette discipline en Tunisie et prend du plaisir à animer des ateliers pour former les jeunes à décoder des images.

Une signature de femme

Commentant l’actualité nationale dans Siné Mensuel, Nadia Khiari introduit ainsi le regard d’une femme arabe et africaine dans un hebdomadaire européen et masculin. En Tunisie, elle féminise un territoire occupé principalement par des hommes (Lotfi Ben Sassi, Chédli Belkhamsa, Imed Ben Halima, Taoufik Omrane, Z …) tout en se soulevant contre l’idée de servir « d’idiote utile » ou de « femme arabe de service » (p. 56). Sa participation à un journal satirique exclusivement féminin, Siné Madame, la réjouit.

L’attentat de Charlie Hebdo de janvier 2015 remet à l’ordre du jour les risques du métier comme il questionne sur les limites de la caricature anti-religieuse. Nadia Khiari se dit favorable à un débat car le sujet concerne la société mais ne doit pas être un facteur de propagation de haine. L’artiste a eu maille à partir avec des salafistes (attaque de l’exposition d’art contemporain au palais d’El Abdellia de La Marsa en juin 2012) et prend position à de nombreuses occasions contre les attaques intégristes à l’université ou pour la défense d’intellectuels et artistes (doyen de la faculté des lettres de La Manouba, Jabeur Mejri, Weld el XV…). Comme dessinatrice politique, elle se trouve aux premières loges dans les moments les plus chauds.

Elle considère que la religion a servi surtout à détourner des problèmes réels de la société (la corruption, l’argent sale, la misère économique, l’incompétence politique…), le véritable verrou étant du côté du conservatisme social. Le sexisme de la société et des médias pèse aussi sur la profession : la caricaturiste est souvent interpellée sur sa situation familiale (alors que les hommes ne le sont pas généralement) et son féminisme est parfois mis en cause (quand elle obtient le prix « Couilles au cul » de 2015). Les stéréotypes sont de tous les bords et elle essaye de faire dire à ses dessins son refus d’instrumentaliser le voile, de représenter LA femme arabe ou de se faire assigner à une identité sexuelle.  

Agréable à lire, l’ouvrage reproduit neuf dessins (pages 21, 28, 30, 50, 60,74, 82, 91, 93) qui restituent l’espièglerie du chat défendant les libertés individuelles et dénonçant les discriminations raciales, sexuelles et économiques qui habitent les rapports sociaux. Les ateliers que Nadia Khiari organise à la prison de Mornaghia ou celle des femmes accentuent sa révolte contre l’inconstitutionnalité des textes de loi (52 sur la consommation de cannabis, 226 ou 230 pour homosexualité) qui pénalisent essentiellement la jeunesse.

Après les assassinats de civils et militaires qui ont secoué le pays, le danger terroriste préparé par la période Ben Ali est indirectement alimenté par les médias qui contribuent à propager la peur et entretenir la menace. En Europe, le racisme se banalise répandant une stigmatisation des étrangers.

En Tunisie, même si la loi contre les violences faites aux femmes de 2017http://www.legislation.tn/sites/default/files/news/tf2017581.pdf est promulguée, Nadia Khiari regrette que le rapport de la Commission des Libertés individuelles et de l’Egalité (COLIBEhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_des_libert%C3%A9s_individuelles_et_de_l’%C3%A9galit%C3%A9, nommée par Béji Caïd Essebsi) soit resté, depuis 2018, sans application pour l’héritage (inégal entre frères et sœurs) et sans positionnement contre la peine de mort.

La conversation se termine autour des libertés sexuelles et religieuses qui sont au centre des tabous actuels et qui donnent à Willis from Tunis des raisons de s’exprimer et de durer.

Juillet 2020

Paru dans  La Lettre de l’IRMC n°28, 2020, pp. 21-22

Développement touristique et valorisation du patrimoine en Tunisie

Compte rendu de SAÏDI HabibIdentité de façade et zones d’ombre. Tourisme, patrimoine et politique en Tunisie, Paris, Editions Pétra, « Terrains et théories anthropologiques », 2017, 216 p.

Cet ouvrage est le fruit de recherches engagées par l’auteur depuis les années 2000. Sa thèse en ethnologie soutenue en 2007 à l’Université Laval (Québec) est centrée sur les usages politiques du tourisme et du patrimoine, et la façon dont ils constituent des moteurs de changement dans la société tunisienne. Interrogeant la manière dont le binôme tourisme/patrimoine impacte la réalité locale, le questionnement remonte jusqu’à l’indépendance et se prolonge jusqu’après le virage enregistré à partir de 2011. Le premier chapitre annonce clairement le va-et-vient entre l’indépendance et la Révolution (pp. 35-53), moments comparables aux yeux de l’auteur, notamment du point de vue du croisement entre tourisme et patrimoine.

L’ouvrage est construit autour de six chapitres, avec un prologue, un épilogue et un encart photographique, essentiellement crédit de l’auteur. L’introduction s’ouvre sur la série d’attentats qui ont eu lieu en Tunisie, notamment entre 2013 et 2015, et qui  affectèrent le secteur touristique, en engendrant la chute du nombre des visiteurs, l’annulation des réservations puis la fermeture des hôtels. Or, il s’agit là d’un secteur crucial pour la Tunisie, car, sur une durée de cinquante ans, les activités touristiques ont nourri sa dynamique économique et sociale. Elles ont aussi consacré sa structure territoriale, divisée entre une façade maritime plus prospère et plus ouverte que les zones intérieures (« zones d’ombre », expression consacrée) du pays.

Remontant aux temps de l’indépendance, Habib Saïdi place le tourisme parmi les choix modernistes du régime politique (« tourisme, marotte de Bourguiba », p. 39 ; « idiome de l’Etat moderne », p. 55). Le lien entre le tourisme – phénomène né au XIXème siècle – et la patrimonialisation (des sites archéologiques entre autres) date de la période coloniale. Pourtant l’auteur élague tout retour antérieur à l’indépendance par une note infra-paginale (p. 57) et déclare partir des travaux pionniers (des géographes Hafedh Sethom, Ahmed Kassab, Hassouna M’zabi…) consacrés à l’émergence du phénomène dans la Tunisie indépendante. Il retrace la création des différentes institutions qui portent l’activité et l’installent au cœur de l’opération nationale de développement : création de la Société Hôtelière de Tourisme de TunisieSHTT – en 1959, du Ministère du Tourisme en 1969, d’une série d’offices – Office National du Thermalisme, Office National de l’Artisanat et Office National du Tourisme Tunisien – et de banques parallèlement à la construction d’hôtels sur l’ensemble du territoire.  

Le choix du tourisme n’est pas seulement économique ; il est d’autant plus une vitrine du régime que le contexte international des années 1960 enregistre un développement des loisirs et de la consommation touristiques, avec la vogue des plaisirs de la plage. L’attractivité des plages tunisiennes constitue une manne d’investissements, accompagnés de leur lot d’expropriations et de corruption. Le fossé existant entre la Tunisie rurale et agricole de l’intérieur et celle de la côte, dotée de plages et de grandes villes soutenues par des activités commerciales, industrielles et sportives, se creuse davantage. Le tourisme balnéaire générant de l’emploi, la main-d’œuvre se déplace vers les zones où se crée le travail, ce qui entretient les migrations intérieures.

Les attentats des 2 et 3 août 1987 dans quatre hôtels de Sousse et Monastir, qui causent le départ de milliers de touristes et une nouvelle crise du secteur, étaient justement destinés à porter atteinte à un symbole du modèle de développement bourguibien. La relance initiée sous Ben Ali s’accompagne d’un lot de nouvelles institutions qui s’articulent autour de l’objectif de mise en valeur du patrimoine : l’Agence Nationale de mise en valeur et d’exploitation du Patrimoine (ANEP) de 1988 devient en 1997 Agence Nationale de Mise en Valeur du Patrimoine et de la Mise en Valeur Culturelle (AMVPPC). L’Agence Tunisienne de Communication Extérieure – créée en 1990 et dissoute en 2011 – a constitué le canal publicitaire relayant l’image touristique de la Tunisie vendue à des agents et vecteurs chargés de promouvoir à l’étranger la devise-clé du régime de Ben Ali : « sécurité, paix et stabilité ». La localité de Hammam-Sousse prend le relais de Monastir à partir de 1990 sans oublier Hammamet, consacrée depuis longtemps.

L’opposition « L’hôtel ou la mosquée ? La prière ou la danse ?» (chapitre 6, pp. 167-200) est ancrée dans l’opinion et alimente les événements post-2011 sous différentes formes : depuis les caravanes et marches de la libération (pp. 170-175) jusqu’aux attentats de 2015 (Musée du Bardo, 18 mars ; hôtel Marhaba de Sousse, 26 juin) en passant par les prières de l’Aïd sur les plages, on assiste à une explosion de scènes qui attirent le regard sur les lieux de la richesse et de la misère qu’il s’agit de renverser, de s’approprier ou de redistribuer. Le désir d’occupation de l’espace public s’en prend également à la distinction induite par l’activité touristique.

Entretemps, le tourisme des maisons d’hôtes qui pointait depuis les années 2000 trouve dans la conjoncture de l’après-2011 l’opportunité de se développer dans les régions non balnéaires. Autre alternative ouverte par la crise, l’affluence des Algériens et des Libyens permet un taux d’occupation des hôtels qui réduit les impacts de la baisse des flux touristiques habituels et les conséquences de la chute du dinar.

A-t-on affaire à une ethnographie du tourisme tunisien ? Une anthropologie ? Invoquant des références théoriques multiples, l’auteur croise des lectures de vidéos avec des citations de journaux (papier ou électroniques), des entretiens, des conversations, des observations personnelles et des échanges avec des citoyens autour de la question du tourisme, de ses lieux, de ses conséquences économiques. Les liens de l’auteur (enseignant et chercheur au Canada) avec la Tunisie n’ont jamais été coupés ; il met à profit ses séjours, notamment estivaux, pour mener des enquêtes et observations qui permettent de fournir des éléments d’analyse de la situation tunisienne.  

L’éclectisme des références scientifiques et la tendance à établir des liens entre des registres d’observation et d’interprétation éloignés rapprochent l’ouvrage d’un plaidoyer (et par endroits d’un réquisitoire) plutôt que d’un travail scientifique proprement dit : ce que le dernier chapitre (pp. 201-214) dévoile très clairement par la formule-titre : « la facture du non-tourisme ou comment sauver le soldat ‘Espoir’ ».

http://journals.openedition.org/remmm/13902

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-02883695/?

Nar, s’immoler aujourd’hui en Algérie

Le film Nar (Feu), de Meriem Achour Bouakkaz (2019), a été au centre de la première activité de la manifestation intitulée 20 ans, 20 films, 20 pays initiée par l’Université de La Manouba pour son 20ème anniversaire. Le ciné-club de la Faculté des Lettres des Arts et des Humanités a programmé une série de films pour accompagner cet anniversaire doublé de deux autres (les 60 ans de l’université tunisienne et les 10 ans de la Révolution). L’ordre alphabétique a fait de l’Algérie le premier pays visité tandis le sujet du film projeté mercredi 29 janvier 2020 (les immolations en Algérie) a permis de relier une foule de sujets, de rapprocher des pays, de raccorder des questions sociales, humaines et politiques qui se posent aujourd’hui.

http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/56927_1#

Tourné (en 2018 ?) avant le déclenchement des marches hebdomadaires le 22 février 2019, ce documentaire de 52 minutes fait parler un animateur culturel, un rescapé, une mère et un frère de victimes, deux étudiants, un mécanicien et un agent de sécurité, des multiples significations du feu (= nar). Comme une signature d’époque, le film démarre par une vidéo sur une immolation en direct (près de Jijel, en avril 2012) suivie par la répression des mobilisations qu’elle a déclenchées. Il se termine par une citation de l’écrivain et journaliste algérien Mostafa Benfodil : « Puisse l’Algérie renaître de la cendre de ses enfants ».  Le feu est ainsi abordé à travers différents vécus, dans les lieux et les décors qui marquent ces histoires autant qu’ils font sortir les expériences vers une compréhension plus large. Chaque témoignage est inscrit par la cinéaste dans une toile qui nous fait entrer, à travers un montage sensible, au cœur de l’Algérie, au cœur de l’actualité sociale maghrébine comme au cœur de la psychologie humaine.

L’histoire en train de se faire

Des images paisibles des rues et des cafés fuse une musique, celle de La Casa d’El Mouradia, ce chant de stade qui a porté les rassemblements algériens de 2019.

Le spectateur est introduit dans l’histoire en train de se faire, dans les vies des gens, dans leurs têtes, dans les mots qu’ils utilisent pour parler de leurs existences, dans les actes qu’ils entreprennent. En s’attardant sur les souvenirs, les sentiments, les regards, les douleurs et les pensées de Fouad, Seïf, Tayeb, Anis, Saïd, Lakhdhar et Saïda, la cinéaste nous dévoile les sens ambivalents du feu, les raisons qui y mènent et les jugements qu’on en tire.

Fouad évoque ses souvenirs des faits de Village Moussa d’avril 2012 ; il intègre l’immolation de Hamza à son expérience auprès des jeunes de la région qui, en l’absence de culture, ne peuvent ni vivre pleinement ni partager leurs talents. Le graphiste Saïd, rescapé, date son geste du 14 janvier 2011, en détaille les phases puis déroule une réflexion sur ce qu’il en a appris, après avoir été sauvé, grâce à la solidarité mobilisée. Le récit de Taïeb, frère du marchand d’olives mort de ses blessures, souligne le parallélisme avec la condition du tunisien Mohamed Bouazizi, marchand ambulant, en butte aux injustices administratives. Taïeb trouve son réconfort dans sa passion de la nature et des vestiges historiques. Lakhdhar a tenté de s’immoler dans une banque avec sa fille handicapée ; ayant obtenu un logement, il a repris confiance dans son appartenance à l’Algérie, tout en reconnaissant la responsabilité de chacun dans la situation générale. Les deux étudiants (Seïf et Anis) déclarent apprendre des choses dans ces cafés, un « lieu sacré » où des heures passent à échanger sur la vie, regarder les matchs, jouer sur des téléphones, sortir de chez soi, dans une sociabilité exclusivement masculine. Saïda, la seule femme du film, est une mère qui ne parvient pas à oublier le geste suicidaire de son fils, en principe interdit par l’Islam ; elle cherche la paix en fabriquant son pain, en faisant du crochet, en entretenant ses plantes et sa maison, aux côtés de son frère. 

Brûler

Les images nous rappellent l’omniprésence du pétrole dans les bouteilles et les objets en plastique, les moteurs de voitures, les bonbonnes, les cigarettes, les réchauds, les pompes à essence. Cette ressource s’avère mortifère, meurtrière dans un environnement vécu comme une prison. Seuls les stades constituent, pour les hommes, un espace public d’expression et de défoulement individuel et collectif. Alors que des richesses s’étalent à longueur de plaines, de plages et de montagnes, des bateaux de fortune emportent des harraga-s, qui mettent en œuvre une autre façon de brûler et de fuir l’insupportable. Les immolations sont des gestes individuels portés à la visibilité pour extérioriser une douleur de vivre, pour dire une « vérité » mais le prix de ce « point de non retour » coûte aux jeunes sans rien rapporter à la communauté.

Vécus et gestes racontent une réalité algérienne sombre qui rappelle des conditions économiques et sociales d’autres pays, y compris dans les conséquences tragiques du fléau de la corruption et du clientélisme. Ces réponses désespérées et spectaculaires sidèrent les entourages et restent sans explication. Médias et statistiques ne savent pas appréhender le phénomène. S’auto-immoler n’est pourtant pas la seule réaction possible pour la jeunesse d’une Algérie où les victoires du football procurent de la joie, où des chantiers voisinent avec des ruines antiques, où les côtes maritimes offrent des ressources, où des terres vierges invitent à l’exploitation, où la solidarité existe, où la volonté de vivre n’est pas complètement éteinte.

Les prémices du hirak algérien sont réunies dans ces témoignages de survivants et de proches. Les immolations se poursuivant par centaines, voir Nar a plus d’une portée : celle d’approcher par le bas les soulèvements -que la Tunisie a inaugurés le 17 décembre 2010- et de donner à comprendre ces décisions de s’embraser pour interpeller contre l’injustice, briser le mépris et dénoncer le manque de liberté.

Le 31 janvier 2020

Le drapeau algérien souriant, source : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=126985185200312&set=a.114981683067329&type=3&theater

Football et politique : l’histoire en marche

La victoire de l’équipe algérienne à la dernière Coupe d’Afrique des Nations 2019 suggère quelques réflexions sur l’évolution historique du football et sa portée actuelle.

Le football porteur de causes

Même pour les non connaisseurs du sport et du football, le match de la finale de la CAN 2019 suinte de considérations politiques qui donnent à l’événement une intensité symbolique particulière. La charge ultra-politique a certainement été perçue avec une gravité indicible par les joueurs, le staff de l’organisation comme dans le monde politique algérien, toutes catégories confondues, en dehors ou en plus de l’enthousiasme ordinaire de l’ensemble des Algériens et des Algériennes, à l’intérieur et à l’extérieur des frontières ainsi que des supporteurs de partout.  

La capacité mobilisatrice du football ne fait qu’augmenter depuis son invention à la fin du XIXème siècle et sa codification en 1904. Depuis les années 1920, ce jeu codifié en sport a pu exprimer et épouser des combats comme celui de l’apartheid ou des causes nationales : on pense notamment à la fondation de l’Espérance sportive de Tunis (1919) et du Club africain (1920), concomitants à la naissance du parti du Destour. Ces clubs et la sociabilité qu’ils ont suscitée 1 ont contribué à faire du football le sport le plus populaire avec une exclusivité masculine qui commence à se fendiller vers les années 1960. Le paysage sportif amateur et professionnel intègre progressivement un football féminin qui se fait de plus en plus visible, illustrant le rôle social et politique que continue à jouer le ballon rond.

Au Maghreb comme ailleurs, le football traverse les frontières de classe et reflète des épisodes divers de la mémoire collective. Nul doute que la finale du 19 juillet 2019 s’inscrive dans l’histoire en train de se faire. Elle a lieu en pleine effervescence politique algérienne. Le hirak déclenché depuis plus de 22 semaines connaît, malgré l’admiration qu’il suscite, une faiblesse de relais et d’explication. La situation politique est en effet âpre et inédite et le système médiatique algérien peine à transmettre les nuances et détails d’une lutte hautement risquée qu’Algériens et Algériennes mènent pour sortir des griffes d’un pouvoir militaire se cachant derrière des figures politiques choisies par lui.

L’audience internationale du match du Caire vient renforcer une visibilité que de multiples canaux, passant par les réseaux sociaux, entretiennent avec persévérance et imagination afin de transmettre des images, des symboles, des slogans, des revendications et des analyses du processus révolutionnaire en cours. Il faut ajouter à la méga-exposition médiatique de la compétition la charge symbolique apportée à la conception de la nationalité posée dans de nouveaux termes.

Être footballeur·se international·e

Le football a connu, comme d’autres phénomènes, une mondialisation et une marchandisation des compétences (joueurs, arbitres, dirigeants gestionnaires de clubs, entraîneurs, journalistes…) entraînant une mobilité de talents et de services. Le règne médiatique et le sport spectacle font que le regard du public se cristallise surtout sur la circulation des joueurs, tantôt traités comme des stars, tantôt diabolisés pour leur enrôlement dans les équipes représentant d’autres pays que celui de leur naissance. L’enrichissement qui en découle n’est pas étranger au ressentiment de ceux qui restent prisonniers des possibilités locales et vient s’ajouter à l’accusation de traîtrise qui pèse sur l’accès à toute autre nationalité. Xénophobie et héritage colonial, font de la figure du harki et du m’touren (souvent dit m’tourni) un élément négatif dans les relations sociales, familiales et communautaires. Le Code algérien de la nationalité de 2005 ou, dans une moindre mesure, la Constitution tunisienne de 2014 gravent dans les textes l’ostracisme des bi-nationaux, relégués à la condition d’étrangers et exclus de la participation politique pleine et entière. La double appartenance reste difficile à défendre par ceux et celles qui réussissent à l’étranger et le football démontre, une fois de plus, son image populaire à travers une dichotomie parfois mal vécue par les bi-nationaux envers leurs compatriotes, bénéficiaires d’une seule nationalité. La personnalité de Zinedine Zidane a joué un rôle conciliateur dans la France des années 1990/2000 ; la double nationalité de la majorité des joueurs de l’équipe nationale (14 au total) ayant défendu le drapeau algérien promet de faire plus, et du côté algérien, dans le contexte actuel. On peut attendre de cette victoire footballistique qu’elle aide à apaiser un conflit aussi intime que politique porté par des centaines de milliers d’Algériens répartis dans le monde, vibrant avec les changements politiques immenses intervenus dans le pays depuis février 2019. Les héros de l’équipe nationale gagnante de la Coupe d’Afrique parviennent ainsi à troubler l’unicité politique du drapeau algérien et à élargir l’espace d’un sentiment national, au-delà de la seule définition administrativo-juridique, instrumentalisée dans les luttes de pouvoir.  

Confrontation de visibilités

Le pouvoir lui-même est en train de changer de dépositaires comme de formes et de manifestations de légitimité. C’est en fuyant clandestinement leurs clubs et le territoire français que des joueurs basés en France ont appliqué, en 1958, l’internationalisation de la tactique du FLN algérien. Ils transporteront à partir de Tunis, siège du GPRA, l’image de la lutte anti-coloniale du pays et cette construction active de légitimité fera gagner, aux dires de certains dirigeants, des années à la cause de l’indépendance algérienne.

Avant le déclenchement des gigantesques marches pacifiques en février dernier, on a vu et entendu les chants contestataires dans les stades. La casa del Mouradia est un de ceux-là, de venu emblématique du soulèvement algérien.

Les gradins sont investis comme lieux d’expression politique, les slogans y fusent à l’unisson et les tifo sont des « manifestes » plurilingues et imagés. Le langage politique emprunte d’autres vecteurs et impose de nouveaux mots : hirak, silmiyya, el khamissa, ‘isaba… Le drapeau et les couleurs amazighs sont incrustés dans ce vocabulaire composite, bigarré et plein d’humour.

Alors que l’invention politique du « peuple » trouve une illustration directe à travers l’image des foules en marche et des tribunes sportives, la représentation officielle du pouvoir est brouillée. La présence du président Abdelkader Bensalah au match de la finale se fait discrète. Elle s’avère non « montrable » par les médias officiels, notamment à cause de la bande son qui transmet l’hostilité des rassemblements. Il se contente de rendre visite à l’hôtel aux joueurs avant le match et subit les huées qui égrènent la cérémonie cairote de remise du trophée et la liesse insolente des supporteurs.

L’espoir d’une « Algérie insississable »2 a marqué un but dans l’Égypte de Sissi comme lors du retour dans un bercail qui ne semble pas laisser la place à une récupération politique de la victoire sportive. L’impopularité de plus en plus visible du pouvoir n’est pas le moindre des indices d’une histoire qui s’écrit à grandes enjambées et qui autorise les Algériens et les Algériennes – tout comme le monde qui les regarde – à croire en des lendemains qui chantent, au sens propre, comme dans les rues et dans les stades, et au sens figuré.

Hammam-Lif, le 21 juillet 2019

Publié dans Le Quotidien d’Oran, 25 juillet 2019 

  1. pour la Tunisie, on peut se reporter aux travaux de l’historien Habib Belaïd []
  2. slogan né en avril, après le départ de Bouteflika []
Affiche de Pousses de printemps de Intissar Belaïd

Les traces, côté cinéma : que faire ? L’ERC DREAM à la Cinémathèque tunisienne, 27 février 2019

L’équipe de l’ERC DREAM réunie à Tunis du 25 février au 1er mars 2019 a visionné deux films à la Cinémathèque tunisienne. Ce lieu d’archivage du patrimoine filmique peut figurer parmi les sites à repérer dans le projet de cartographie des paysages documentaires.

Historique rapide

La Cinémathèque tunisienne est inaugurée le 21 mars 20181, dans le cadre de l’ouverture de la Cité de la Culture, un chantier entamé sous Ben Ali, abandonné en 2011 et repris en 2016. Le projet, plusieurs fois annoncé, profite de la décision politique et des moyens financiers et technologiques mobilisés, pour donner forme à une institution qui peine, depuis des décennies, à s’inscrire dans le panorama cinématographique tunisien. Une version tunisoise de la cinémathèque française d’Henri Langlois voit le jour en 1958 sous la conduite de Sophie El Goulli, amie de ce dernier2. Hébergée dans divers lieux (la salle des fêtes du lycée Carnot, le Studio 38 et la Maison de la Culture Ibn Rachiq), elle ne dispose pas de fonds comparables à ceux de la cinémathèque algérienne -née en 1965 et défiant la distribution internationale-, et fait son travail de diffusion grâce à des emprunts gracieux. L’institution devient suspecte après 1968, son succès l’assimilant à un lieu de subversion politique. Une salle d’art et d’essai (7è art) ouverte en 1970 ferme pour les mêmes soupçons en 1978, après le Jeudi Noir (26 janvier 1978). La petite salle hébergée par le Ministère d’Information disparaît en 1980, suite aux événements de Gafsa (janvier 1980) et se réfugie au Musée d’Arts vivants de la ville de Tunis (Belvédère). Là naît le souci de préserver et de restaurer les copies de films sur les peintres tunisiens et l’archéologie. En 1990, les archives du Bois d’Arcy découvrent et restaurent le premier film tunisien en arabe dialectal, le Fou de Kairouan (Jean-André Kreusy, 1937). En 1993, le Centre national du cinéma français (CNC) sauve les bobines de Zohra (1922) et Aïn El Ghezal (1924) du premier cinéaste tunisien Albert Samama Chikly (1872-1933). Le projet de cinémathèque revient en 1995 alors que les techniques de numérisation s’imposent comme solution pour mieux conserver le patrimoine cinématographique tunisien dispersé  et non inventorié.

Continuer la lecture
  1. Hichem Ben Ammar & Mohamed Challouf, « Un rêve qui prend forme : la cinémathèque tunisienne », Journal of film presentation, n° 98, 04. 2018, International Federation of Film Archives (FIAF), pp. 11-16 []
  2. Des archives de Sophie El Goulli, ses films et une partie de sa bibliothèque ont été déposés à la Cinémathèque []

Sophie Ferchiou à la cinémathèque tunisienne



Une expérience de coopération est née entre la Cinémathèque tunisienne https://www.facebook.com/CINEMATHEQUE.TN/ et l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) http://www.irmcmaghreb.org/ : un séminaire sur le thème Films et sciences sociales vise à rapprocher la réflexion des sciences sociales de la production filmique et à ouvrir les démarches des chercheurs aux possibilités de lecture des films documentaires et/ou de fiction.

Le cycle est destiné à décloisonner les processus de connaissance et de création pour les inscrire dans leurs contextes, en cherchant les résonances ou discordances des uns avec les autres.

Jeter des ponts entre culture, technologie et méthode 

Le cinéma est rentré à l’université tunisienne : celle-ci compte des établissements et départements d’enseignement et de recherche comme l’Institut Supérieur des Arts multimédia de La Manouba (ISAMM, université de La Manouba) ou l’Ecole Supérieure de l’Audiovisuel et du Cinéma (ESAC, Université d’El Manar). Depuis une vingtaine d’années, des enseignantEs passionnéEs de cinéma (Tahar Chikhaoui, Insaf Machta, Sihem Sidaoui, Najet Tnani, Issam Marzouki…) ont fondé des ciné-clubs sur les campus et introduit dans les programmes des départements littéraires, de français principalement, des modules d’analyse de films, d’histoire du cinéma et de ses théories. Un master d’études cinématographiques et plusieurs filières forment une quantité de techniciens et de professionnels recrutés par le secteur de l’audio-visuel où radios, télévisions, films et production sur le web se multiplient. L’éco-système culturel tunisien en pleine effervescence depuis des années enregistre une augmentation de la production cinématographique qui anime le public et peut cristalliser une connaissance critique diversifiée et approfondie.

Or, un lien manque encore, notamment du côté des sciences humaines et sociales qui font un usage illustratif et souvent superficiel de la production cinématographique. Dans l’enseignement comme dans la recherche, le croisement entre films et sciences sociales reste un maillon faible. Pourtant, dans les raisonnements et les démarches des chercheurs et des cinéastes, on trouve, des proximités ou des affinités qui, de toute évidence, enrichissent les cours, ouvrent des pistes de recherche ou peuvent susciter des travaux. Les cinématographies, tunisienne et mondiale, offrent un matériau abondant qui devrait contribuer à vivifier l’intérêt des étudiants, à renouveler les contenus pédagogiques et à engager d’autres approches.

Ce nouvel espace de travail espère pousser les barrières habituelles en croisant la connaissance autour du cinéma avec la réflexion méthodologique dans les sciences sociales. La lecture du présent ne pouvant se passer des moyens de l’image et du son, il s’agit d’élargir l’expression scientifique à de nouvelles formes alliant un décodage attentif et informé du langage cinématographique avec le décryptage des mots et des concepts.

Une pionnière

Mêlant soucis pédagogique et méthodologique, la séance du jeudi 31 janvier 2019https://www.dropbox.com/s/4dvv22hrr0xurvd/Programme%20Films%20et%20Sciences%20sociales%2031%20janvier%202019.pdf?dl=0 démarre autour de l’anthropologie, une discipline qui a investi l’expression cinématographique pour élargir le spectre de compréhension des phénomènes sociaux. Deux films (Chéchia ; Guellala) de l’anthropologue et cinéaste Sophie Ferchiou https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophie_Ferchiou -pionnière dans un genre qui va s’appeler «  le film de chercheur »- sont projetés. Après des études secondaires en Tunisie, Sophie Ferchiou entre à la Sorbonne pour des études de philosophie et de sociologie. Elle suivra, entre autres, l’enseignement de Jean Rouch (1917-2004) africaniste, chercheur au CNRS et cinéaste. Elle se concentre sur le terrain tunisien pour y étudier les techniques traditionnelles (de la chéchia, de la poterie, de la cueillette d’olives…), le monde du travail (agricole, industriel) et ses divisions, les rituels religieux, les rapports de sexe dans la parenté et la vie économique. S.F est l’auteur de plusieurs ouvrages individuels et collectifs portant sur divers aspects de la société traités aussi dans une douzaine de films. L’Encyclopedia of Arab Women Filmmaker de Rebecca Hillauer la classe comme l’une des premières cinéastes tunisiennes. En 1966, S.F. soutient sa thèseTechniques et sociétés. Exemple de la fabrication des chéchias en Tunisie (Paris, Institut d’ethnologie, 1971) préparée sous la direction d’André Leroi-Gourhan (1911-1986) en projetant La chéchia (1966, 30mn)[1]. Elle se souvient du remue-ménage occasionné par la projection d’un film en 16 mm dans un amphithéâtre de Sorbonne d’avant 68. Fidèle à son enseignement, S.F. présente l’anthropologie visuelle comme une discipline à part entière qui permet « de connaître le réel humain au plus près, dans ses aspects complexes et mouvants… de saisir l’intraduisible et de rendre sensible la connaissance qui ne passe pas par des mots».

A partir du tournage de Guellala (1975, 35 mn), à une époque où la Tunisie s’ouvre au tourisme balnéaire, S.F déclare avoir renoncé aux renforts de techniciens afin d’assurer l’immersion nécessaire à l’enquête et à la compréhension du milieu étudié. Le film capte « la jonction entre le technique, le social et le symbolique » telle qu’elle apparaît dans le regard de l’anthropologue sur le village jerbien.

Ces deux plongéesdu cinéma du réel tunisien appellent la suite du corpus. Sophie Ferchiou avait confié les originaux de ses films au Ministère de la Culture. Introuvables, la perte a été rattrapée grâce aux technologies de numérisation. La Cinémathèque tunisienne entame aujourd’hui autour de cette filmographie, un programme de sauvegarde et de restauration (consolidation de l’image et étalonnage des couleurs) des copies récupérées dans les archives de l’auteure et qui, grâce à l’ajout de bonus, d’interviews et un travail de re-datation seront régénérées pour les chercheurs et le public.

Cette archive d’un type nouveau fait espérer des possibilités de retourner à un monde perdu certes, mais essentiel indicateur de la « structure totale d’une époque » et ouvrant sur une connaissance sensible de l’histoire sociale, économique, politique et culturelle de la Tunisie contemporaine.

Hammam-lif,le 3 février 2019


[1] https://misk.tn/radio/podcast/linvite-du-grand-journal-des-arts-sophie-ferchiou?fbclid=IwAR0HQdLnPQxCmaFqPcUx6QiOMbKQKL_WbTUEFe2bnQCwGiySa6ooADHpXsQ

Publié sur le magazine en ligne Kapitalis, mardi 5 février 2019 http://kapitalis.com/tunisie/2019/02/05/sophie-ferchiou-a-la-cinematheque-tunisienne/

L’Histoire officielle : résonances tunisiennes

Après avoir été vu au cours de la session 2017 des Journées Cinématographiques de Carthage et à la Cinémathèque tunisienne en septembre 2018, le film argentin L’Histoire officielle de Luis Puenzo a été projeté dans le cadre du ciné-club de la Faculté des Arts, des Lettres et des Humanités de La Manouba. Le public était chaque fois au rendez-vous et le débat qui a suivi la projection du mercredi 24 octobre 2018 à La Manouba dévoile des résonances avec le présent tunisien. La fabrication du film comme son contenu suggèrent des associations de situations et ouvrent à une lecture comparée des « transitions » tunisienne et argentine.

Tourné en 1983 et sorti en 1985, juste à la fin de la dictature militaire argentine, le film raconte l’histoire d’une famille bourgeoise de Buenos Aires qui a adopté, cinq ans auparavant, une fille prénommée Gaby. On suit la mère depuis un rassemblement officiel à son domicile en passant par sa salle de cours. Alicia enseigne l’histoire à des étudiants qui l’interpellent par des débats sur l’écriture de l’histoire, la provoquent par des insolences et vont jusqu’à la déstabiliser par leurs affirmations. Dans son métier comme dans sa vie privée, des échanges et des événements vont instiller progressivement en elle des doutes puis un besoin de vérité. Son mari jouit d’une situation confortable. Loin de ressentir les anxiétés de sa femme, il connaîtra une autre évolution intime au fur et à mesure que le régime politique marque des signes d’effondrement. La palette des croisements entre histoires individuelle et collective est peinte à travers une série de personnages : les couples d’amis bien installés, Anita l’amie opposante qui revient après l’exil, les parents modestes -et qui le restent- du mari, le professeur de littérature qui protège les étudiants contestataires, la grand’mère qui enquête sur la disparition de sa fille… Evoluant au milieu de la toile, Anita accède progressivement à des bouts de réalité ; elle prend conscience de la torture, des disparitions, des viols et du sort réservé aux enfants de disparus.

La force dramatique du film réside dans le parti pris de décrire le cheminement d’une subjectivité qui comprend petit à petit comment son histoire est tissée par des faits dont elle n’a pas capté jusque là la signification. La fille adoptée par Alicia et Roberto est-elle celle d’une mère disparue ? La question surgit de la situation politique et agit sur l’intimité du couple jusqu’à la rupture. Les faits se déroulent dans un contexte de « dégel » : des articles de journaux et des manifestations réclament la vérité sur les disparitions et les tortures, des opposants reviennent d’exil, des enquêtes se mettent en place pour retrouver les traces des desaparecidos (les disparus). Malgré les dérobades de son mari, Alicia ne recule pas devant la douleur que lui coûte la recherche de la vérité. Celle-ci prend une dimension d’absolu : «  si je ne sais pas qui est Gaby, c’est comme si rien n’était vrai » déclare-t-elle. Dans son enquête auprès de l’hôpital où sa fille est née comme dans ses cours d’histoire, elle vit un autre rapport avec les archives et les informations qu’elles peuvent recéler, les objets sauvegardés et les circonstances de leur conservation. Le chemin de la vérité est long et tourmenté. En plus de dérouler avec finesse la façon dont on peut découvrir/interpréter des faits, le film parle de la masse de gens qui ignorent et/ou ne comprennent pas ce qui se passe. Prendre le point de vue de ceux-ci fait sortir du face-à-face infernal et vengeur de la victime et du bourreau comme il permet d’échapper du prisme judiciaire. Il y a bien des coupables, des victimes, des complices (comme le mari ou le prêtre), des militants conscients mais il n’y a pas qu’eux. Et ceux qui ne savent pas peuvent – aussi – payer cher le prix de savoir.

Sans angélisme, le film dénonce la violence sans qu’on la voie en direct ; on la sent partout et on en saisit l’impact sur les relations et les événements. Avec le même talent d’évocation, le film revient sur la quête de liberté comme revendication qui s’installe dans la vie des gens. Elle s’affirme dans des attitudes critiques ou de dérision, elle se donne les moyens de s’exprimer dans des manifestations ou des débats. Le film évite le moralisme et la démonstration pédagogique : il relate subtilement la décomposition d’une famille qui se brise avec les méandres d’une histoire politique qui tangue. Combinant des scènes de fiction avec des extraits de documentaires (les manifestations, les recherches des familles dans les archives…), le récit donne la mesure d’une actualité oppressante.

Un mot venu dans le débat autour du film L’histoire officielle  est plein d’à propos :  la réceptivité. On a vu la réceptivité de l’enseignante à son public, celle de la mère adoptive face à l’attente de la grand’mère. La réceptivité du public tunisien à ce film distingué trois fois entre 1985 et 1986 dans des festivals internationaux est due à sa restauration en 2013. Cette nouvelle vie aura permis d’en savoir davantage sur l’Argentine, pays de Maradona et de Messi, du tango et du pape François et de vibrer avec l’histoire des grand’mères de la place de mai qui luttent contre l’oubli, les dérives et l’opacité des pouvoirs.

Hammam-Lif, le 25 octobre 2018

Publié dans La Presse de Tunisie, 28 octobre 2018, page 9. 

Al Fikr, Naqd, Prologues : trois revues maghrébines à l’honneur

En marge de la 34ème Foire Internationale du Livre de Tunis (6-15 avril 2018), la Bibliothèque Nationale de Tunis a invité samedi 14 avril 2018 trois intellectuels à raconter les itinéraires des revues qu’ils ont créées et animées : Al Fikr a été présentée par Béchir Ben Slama, Naqd par Daho Djerbal et Prologues/Mouqaddimat  par Mohamed Seghir Janjar. Les revues sont en effet souvent un point aveugle dans les études sur la vie intellectuelle, littéraire ou scientifique. Elles sont pourtant l’espace où s’élaborent les idées, où se préparent les œuvres, où les auteurs se frottent à la réception des lecteurs, où des poètes publient des textes épars, où l’on trouve des traductions des littératures étrangères, où certaines connaissances spécialisées sont vulgarisées… Les revues sont également un lieu d’engagement dans la mesure où le travail qui sous-tend leur existence fragile et éphémère est un travail de fourmi, obligatoirement collectif qui baigne dans l’anonymat et se dissout avec la disparition du titre. Raja Ben Slama, directrice de la BnT et organisatrice de l’hommage introduit la manifestation en soulignant cette particularité de l’effort « revuiste » et la persévérance des chevilles ouvrières veillant à la préparation de chaque livraison.

La tunisienne al Fikr, une longévité à l’ombre du pouvoir bourguibien

Béchir Ben Slama, fondateur et animateur de la revue Al Fikr (1955-1986), commence par relier la naissance de cette revue à l’antécédent An–Nadwa (fondée par Mohamed En-Nayfar en janvier 1953, 34 numéros) dont Mohamed M’zali (1925-2010, plusieurs fois ministre de Bourguiba) réalise le dernier numéro. Formé à la philosophie à l’université de La Sorbonne et enseignant, ce dernier adjoint au projet de fondation d’Al Fikr Béchir Ben Slama son collègue au lycée Alaoui de Tunis, qui en sera le rédacteur en chef tout au long de ses trente et un ans d’existence. L’un et l’autre signeront les éditoriaux de la revue et concevront une série de numéros spéciaux (dont un sur l’Islam en 1966) en s’appuyant sur un comité réuni tous les samedis après-midi dans un bureau attribué par l’Association des Anciens Elèves de Sadiki. Al Fikr publie plusieurs plumes débutantes comme Hichem Jaït, Ezzedine Madani… et des réflexions qui ont montré plus tard leur pertinence (le vide idéologique et la perspective du rôle de l’Islam).  A l’époque, la typographie et l’élaboration de chaque numéro nécessitait un long travail de vérification entre la rédaction et l’imprimerie. Bourguiba disait de la revue qu’elle le servait mieux qu’une ambassade. La revue cesse de paraître en 1986

En 2015 et pour les soixante ans de la revue – célébrés dans l’indifférence des autorités – Béchir Ben Slama rédige un manifeste. L’année suivante, il met au point un index par matières, un outil qui permet de voir l’importance des sujets traités et ne manquera pas de servir aux futurs chercheurs.

L’algérienne Naqd et les tumultes de l’histoire

Daho Djerbal inscrit Naqd (37 numéros parus depuis 1991) dans l’histoire contemporaine algérienne : le passage à l’indépendance, la décennie noire et l’arrivée d’Internet. Dans la transition brutale entre la colonisation et l’indépendance, l’Université d’Alger (née en 1909, considérée comme la deuxième université de France, notamment pour le droit et la médecine), a dû affronter les vides dans la production et la transmission du savoir comme elle devait revenir sur le regard et les bases épistémologiques de la connaissance sur la société algérienne. Vers la fin des années 1980, on sentait la « montée des périls » : progression des islamistes, développement des mouvements identitaires berbères, suppression des libertés… Douze intellectuels et universitaires algériens se rassemblent autour du besoin de réfléchir aux symptômes inquiétants. Le 1er numéro de Naqd (décembre 1991-février 1992) coïncide avec l’interruption du processus électoral par le coup d’Etat militaire et la 1ère Guerre du Golfe. De semestrielle, la revue devient annuelle avec l’arrivée du terrorisme. Deux professeurs de médecine (Boussebsi et Bekhanfir) sont assassinés, avant de produire des travaux de terrain sur les formes de violence observées (inceste, agressions liées aux facteurs religieux ou à la consommation de drogues…). La nécessité de la réflexion critique trouvait des résonances dans Perspectives, (GEAST, 1963-1975) Souffles (1966-1973) ou Soual (créée par Mohamed Harbi et Menaouer Merrouche en 1982), considérées comme références par les animateurs de Naqd, soucieux d’interroger les réticences de la société algérienne à creuser les raisons profondes de la dissolution du lien social et le rapport au savoir (la revue invente le terme « épistémophobie »). Indépendante du gouvernement (aucun abonnement officiel), Naqd vit sur ses ventes de librairie et a pu construire un vaste réseau d’auteurs du « Global South » avec une prédominance d’auteurs maghrébins (112 en 25 ans). Une convention signée avec la plate-forme européenne CAIRN permet aujourd’hui à 88 institutions publiques algériennes et 72 tunisiennes d’y accéder. Le pari de durer et de transmettre est gagné.

La marocaine Prologues/ Mouqaddimat, ancrage maghrébin et adaptation au web

L’aventure de Prologues (1993-2008) exprime une autre forme de résistance dans la durée puisqu’elle renaît en 2017, en format numérique et sous le titre Prologues. Le Maghreb des livres et idées. Mohamed Seghir Janjar remonte à la création de la Fondation du Roi Abdul-Aziz Al Saoud pour les Etudes Islamiques et les Sciences Humaines créée en juillet 1985 par Abdou Filali-Ansary. Une news letter sert à diffuser des informations, des lectures et des commentaires de la production scientifique, en rapport avec les transformations sociales. La revue Prologues naît au sein de la maison d’édition Horizons Méditerranéens avec des capitaux différents et profitant d’un contexte marocain plus ouvert aux Droits de l’Homme et à l’idée maghrébine, après plusieurs expériences sous autoritarisme (Mohamed El Aziz Lahbabi et Afaq Ittihad kuttab al maghrib des années 1960 ; Souffles et son inspiration tiers-mondiste ; Athaqafa al jadida et Mohamed Bennys, années 1980).

Prologues se propose d’analyser la société avec une sensibilité maghrébine sur le modèle de la London Review of Books (née en 1980) et la New York review of books (fondée en 1963), à partir d’ouvrages du monde entier.

Avec le constat que l’usage de la seule langue arabe appauvrissait l’esprit critique et tournait le dos à la production scientifique élaborée en français aux débuts de l’université marocaine, l’idée d’une revue bilingue s’impose afin de conserver le débat au sein des élites et pour créer une passerelle entre les générations d’universitaires et d’intellectuels marocains. Par ailleurs, le principe de comparaison et l’ancrage dans le terreau maghrébin étaient des choix éditoriaux centraux.

En 15 ans, 684 articles paraissent ; 36% des 657 auteurs sont étrangers. Les Tunisiens Yadh Ben Achour, Mohamed Talbi, H’mida Ennaïfar, Ali Mezghenni, Amel Grami, Moncef ben Abdejellil…, représentants d’une islamologie moderne nécessaire après la Révolution iranienne et l’expérience algérienne, sont publiés par des éditeurs marocains. Un état des lieux sur les études sur la femme depuis Allal Al Fassi et une série de numéros spéciaux ont paru ; s’ils ont pu servir, ils n’ont pas entretenu les ventes, en chute libre. Comme en Algérie et en Tunisie, les tirages passent de 3.000 à 2.000 puis à 1.000 en 2008, mal diffusés.

Prologues cesse de paraître en 2008. Elle reparaît après 10 ans et des transformations considérables : le paysage marocain se sature par les chaînes satellitaires et Internet sans que la société dispose d’une culture de l’écrit suffisamment forte pour favoriser le passage à l’écrit du web. Aussi la solution  préconisée pour la formule de relance de Prologues/Mouqaddimat est-elle de s’adapter au nouveau lecteur. Il s’agit d’occuper la toile, avec des textes de moins de 6.000 signes, en disant l’essentiel et par des approches comparatives, le but étant de déconstruire les évidences et d’instruire le débat public.

Etant donné que l’âge moyen des 300 revues marocaines est de 2 ans et demi, il faut souhaiter longue vie à Naqd et à Prologues/Mouqaddimat.

Outre qu’il a permis d’évoquer l’histoire, la force et la vulnérabilité de l’édition périodique au Maghreb, cet hommage aux trois revues a ouvert également les portes de l’avenir. Des collections complètes des revues Prologues, Naqd et Intersignes (directeur Fethi Ben Slama, Paris, 1990-2001) sont venues enrichir le fonds de la Bibliothèque Nationale de Tunis. La numérisation en cours et les échanges avec la Bibliothèque Abdelaziz Ibn Séoud de Rabat (numéros manquants de la revue al Fikr) promettent de mettre à la disposition d’un plus grand nombre d’usagers des mines d’information, de connaissance et de réflexion sur les sociétés maghrébines en mouvement.

Compte rendu publié dans Prologues/ Mouqaddimat, mai 2018.

https://prologues.medias24.com/Art-litterature/47-Le-Maghreb-des-revues-Al-Fikr-Naqd-et-Prologues-a-l-honneur.html

Et sur le site de la Bibliothèque Nationale de Tunisie

Trois revues maghrébines à l’honneur Al Fikr, Naqd, Prologues

 

 

Les Arabisants et la France coloniale. Savants, conseillers et médiateurs (1780-1930)

 

Alain Messaoudi, Les Arabisants et la France coloniale. Savants, conseillers et médiateurs (1780-1930), Lyon, ENS Editions, 558 p.

L’ouvrage est issu d’une thèse soutenue en 2008. Savants, conseillers, médiateurs : les arabisants et la France coloniale (vers 1830 – vers 1930) dirigée par Daniel Rivet (Université Paris I -Panthéon Sorbonne, 3 vol., 1143 p.) a été saluée par le jury comme une belle mise au point des rapports entre vie savante et politique coloniale. Même délesté de sa galerie d’arabisants (une série de 353 notices couvrant la période 1880-1930, objet du 2ème volume de la thèse désormais en accès libre sur OpenEdition Book ; elles sont signalées par une astérisque dans l’index, pp. 535-554), ce travail solide et subtil est servi par une langue fine, expressive, « sans effets de robe » et une connaissance de l’histoire politique et intellectuelle françaises qui en font plus qu’une simple réponse à l’ouvrage d’Edward Said (Orientalism, New York, 1978, traduit et édité par le seuil en 1980 sous le titre : L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident). L’ouvrage permet de connecter un capital littéraire et scientifique accumulé sur plusieurs siècles et dans diverses institutions à la vie politique et à l’entreprise de colonisation qui départage, sans les séparer, les savants des conseillers et médiateurs.

L’Algérie est au centre de cet ouvrage sur l’édification de l’orientalisme arabisant français, ses assises sociales et professionnelles, ses conséquences politiques, ses corollaires culturels. La plage chronologique de l’ouvrage remonte jusque vers 1780, aux sources de la curiosité érudite et commerciale envers l’Orient. L’auteur focalise sur les compétences développées autour de l’apprentissage, l’enseignement et la culture de la langue arabe pour échapper au  prisme des idées et des textes. Le terme « arabisant » qui apparaît vers 1820 indique une inflexion importante ; il marque le début d’une politique linguistique en Algérie et débouche sur une période de grande spécialisation (un âge d’or ?) après la Première Guerre mondiale. Le statut de la langue arabe en France en sera durablement marqué.

Cette histoire sociale et culturelle des milieux arabisants sur plus d’un siècle permet de relier la production intellectuelle aux hommes qui la créent, de dessiner les idées qui ont sous-tendu les institutions et de suivre leurs applications tout au long d’un XIXème siècle qui perdure jusqu’à l’après guerre. Elle est construite autour d’un plan chronologique (Tradition érudite et premiers projets coloniaux : 1780-1840 ; Les études arabes à l’épreuve de l’occupation algérienne : science, guerre et colonisation 1830-1870 ; Les arabisants entre académisme et mission civilisatrice : 1870-1930) qui traduit les chevauchements entre le politique, le culturel et le scientifique que l’auteur a voulu faire ressortir. Cette découpe dans le temps fait apparaître des filiations, avec une part de continuités et de ruptures, des héritages familiaux ou corporatistes, des solidarités professionnelles ou sociales. C’est ainsi que les conflits d’intérêt, les rivalités scientifiques, les affaires administratives qui ont jalonné des errements politiques surgissent à travers des personnalités et des profils de « techniciens de la colonisation ». On voit naître de nouvelles figures : des érudits, des idéologues, des pédagogues se mêlent dans cette histoire multiple, introduisant une épaisseur sociale bénéfique au traitement de ce thème extrait à l’histoire des idées par une mise en perspective culturelle large. En entrant à un niveau infra-politique par une attention aux ressorts techniques qui structurent l’action administrative, on prend la mesure des représentations culturelles qui se bousculent dans la politique, des relations paradoxales et tortueuses entre politique et savoir.

Raccroché à une histoire des idées françaises, notamment celles du XIXème siècle, complétée par une analyse des institutions et des réseaux, ce travail dégage les racines de l’érudition orientaliste et la façon dont elle se relie à travers quelques hommes aux premiers programmes coloniaux. Cette histoire intellectuelle, politique et sociale approfondit les différentes formes d’articulation de l’orientalisme savant avec les courants intellectuels contemporains (humanisme, romantisme…) et avec l’idéologie colonialiste qui se forge parallèlement aux projets d’exploration et de conquête. Ce faisant, et dans le champ de l’histoire coloniale, les connexions idéologiques et intellectuelles face aux réalités de l’administration coloniale, en Algérie -avec quelques incursions en Tunisie et moins au Maroc- bénéficient d’un éclairage significatif.

Nous avons affaire à une histoire institutionnelle rafraîchissante, à plusieurs niveaux dont le plus remarquable réside dans l’art de l’auteur de raconter l’histoire d’institutions scientifiques comme l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), l’Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO), l’Ecole des lettres d’Alger (qui rivalise avec celle de Strasbourg au début du XXème siècle). Le dialogue des orientalistes français et allemands connaît une période faste après les années 1920… La restitution vivante de la complexité de l’action et de la décision dans une politique « coloniale », mouvante, tâtonnante et parfois même incohérente, donne à l’histoire coloniale un autre niveau de lecture, dévoile de nouvelles strates dans sa complexité, voire ses incohérences.

Les professeurs d’arabe (un point de vue innovant et systématiquement pisté) sont mis au centre d’une évolution politique et culturelle transnationale, dans le cadre de l’Empire français. 103 notices de professeurs de chaires supérieures, cours coloniaux…et celles de 87 professeurs de collèges et lycées en plus d’enseignants aux carrières moins reluisantes apportent à l’histoire de l’enseignement un regard en profondeur.  Le lecteur découvre les arcanes des filières, les mises au point des diplômes et les logiques des programmes qui accompagnent les différentes vogues, expliquent leur fragilité mais parfois aussi leur pérennité, au-delà du projet colonisateur (et jusqu’après les indépendances).

A côté des enseignants d’arabe, l’étude quantitative et qualitative des interprètes et traducteurs ouvre aussi de nouvelles pistes : en plus des notices consacrées à plusieurs lignées de drogmans, interprètes militaires et civils, administrateurs, l’étude est truffée de ces hommes de l’ombre qui bougent, vivent, conçoivent, transmettent et transcrivent une connaissance des milieux arabes coloniaux, interfaces immédiats et vecteurs pour la suite.

Ces générations d’intermédiaires introduisent à des milieux concrets qui s’interpénètrent parfois ou s’excluent ; les « européens » et les « indigènes » se côtoient, avec des différences. On aperçoit des nœuds, familiaux, amicaux, corporatistes, géographiques où se jouent les contacts, les transferts mais aussi les tensions. Sur le rôle de la parenté, le travail minutieux des notices éclaire les terreaux sociologiques, de même qu’avec les circuits de nomination, notamment entre Machrek et Maghreb, on parvient à visualiser la dynamique des « réseaux » formés par ces arabisants aux carrières multiples, dont les rôles fluctuants et les fonctions variables justifient le long travail d’enquête archivistique et les entretiens conduits par l’auteur (avec des témoins et/ou bénéficiaires de l’enseignement d’arabe et avec des descendants d’arabisants).

L’ouvrage permet de distinguer l’action proprement politique au service d’une mission civilisatrice, des trajectoires comme celles de Louis Machuel (1848-1921) ou de René Basset (1855-1924) dont la connaissance va rapprocher le monde arabe tout en opérant un passage entre orientalisme et sciences humaines, en premier lieu l’anthropologie, la linguistique et l’histoire des religions (p.454 : « Edmond Doutté, Maurice Gaudefroy-Demombynes et William Marçais : les noces de l’orientalisme et des sciences sociales »). René Basset crée un pôle savant à l’Ecole des Lettres d’Alger, organise un Congrès orientaliste retentissant en 1905, et dirige l’Encyclopédie de l’Islam. Le savoir orientaliste infiltré dans le monde savant et éditorial français (le Journal Asiatique existe depuis 1822, la librairie orientaliste Geuthner naît en 1901 comme spécialiste d’études syriaques) s’ouvre petit à petit au Maghreb dans des revues comme L’Année Sociologique (comptes rendus de Doutté) ou la Revue du monde musulman (qui apparaît en 1906). L’enseignement de la langue arabe en colonie (faible dans le primaire, plus développé dans le secondaire) entraîne et structure la recherche autour et sur le Maghreb qui s’appuie sur des élites locales médiatrices (directeurs des médersas algériennes, enseignants de l’école normale de Bouzaréa, cheikhs de la mosquée Zaytouna ou membres de l’association El Khaldouniyya…). La carrière de Mohamed Bencheneb (Algérie, 1869-1929) ou le projet linguistique autour des parlers arabes de Takrouna avec Abderrahmane Guiga (Tunisie, 1889-1960) font partie d’une histoire minorée par la distinction simplificatrice entre savants et informateurs ainsi que par les historiographies nationales des années 1960-1970.

Le terrain finement exploré par l’auteur sur un siècle et demi ouvre aux chercheurs la possibilité de se référer à une étude comparée -dans le temps et l’espace- dont les qualités d’enquête et d’écriture suggèrent les moyens de prolonger les chantiers ouverts, les hypothèses évoquées et les raccords effectués avec la bibliographie existante. Ce travail contribuera certainement à mieux connaître la longue histoire des relations culturelles et intellectuelles entre le Maghreb, le Machrek et la France où la langue arabe, loin d’être un objet oublié, a été au centre de besoins, de structures, de controverses, de conflits, de non dits dont les évolutions se déroulent jusqu’à nos jours et expliquent certaines résultantes sur le plan scientifique et politique, des deux côtés de la Méditerranée.

 

Compte rendu paru dans Revue d’Histoire des Sciences Humaines, “Faire science”, numéro 31, Editions de La Sorbonne, pp. 247-250

“La chose publique ou l’invention de la politique” à l’Université de La Manouba

 

La visite de Philippe Dujardin, politologue (ex-chercheur au CNRS, a enseigné la science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon et de Grenoble) à l’Université de La Manouba est la première étape pédagogique d’un travail qui mêle apprentissage linguistique, artistique et scientifique, porté par des enseignants chercheurs et des étudiants dans les différentes disciplines représentées dans notre université.  La mission de Philippe Dujardin est un jalon dans un chemin en train de se dessiner depuis quelques mois, entre Lyon et Tunis, en concertation entre Françoise Coupat, metteur en scène (Compagnie La Chrysalide) et Kmar Bendana, professeur d’histoire contemporaine (Université de La Manouba).

Prologue

Dans le droit fil de la formule : Habiter l’université (titre d’une proposition d’action à l’occasion du Congrès des Intellectuels tunisiens contre le terrorisme http://www.leaders.com.tn/article/17755-congres-des-intellectuels-tunisiens-contre-le-terrorisme-pour-une-ethique-de-la-responsabilite-et-de-l-action, 12 août 2015, Palais des Congrès, Tunis), l’opération La Chose publique se présente comme une façon d’animer le campus universitaire, d’initier une respiration nouvelle, en tissant des liens entre les différentes institutions (l’Institut Supérieur des Arts et Multimédias – ISAMM http://www.isa2m.rnu.tn/-et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine – ISHTC https://www.facebook.com/ishtctunisie/ -, le centre culturel…) et en donnant vie au petit théâtre de verdure qui se trouve dans le parc.

En novembre 2015, la Tunisie était hôte d’honneur de la Semaine de solidarité Internationale organisée à Lyon. Dans ce cadre, sept étudiants tunisiens (de l’Institut Supérieur d’Art Dramatique de Tunis –ISAD- et de la faculté de médecine de Monastir), dirigés par Françoise Coupat, ont donné une lecture-spectacle de l’ouvrage de Philippe Dujardin, La ‘chose publique’ ou l’invention de la politique. Une histoire pour lecteurs de tous âges (Lyon, Editions de la Chronique Sociale, 2011, 40 p.). La représentation a été bien reçue pour ses multiples résonances dans l’actualité politique en France, en Tunisie et ailleurs. Le besoin et la nécessité de la politique pour les sociétés humaines est en effet une question commune, transversale, intemporelle et peut s’adresser à tous les publics. Cette coopération théâtrale franco-tunisienne réussie est à l’origine de l’idée de faire voyager le texte en Tunisie, pour qu’il soit lu, vu, joué, interprété par d’autres TunisienNEs, à la faveur de l’effervescence politique post-2011. Outre la représentation à donner et à faire circuler dans plusieurs lieux universitaires et culturels, l’idée de traduire le texte en arabe a également été évoquée, pour étendre l’impact du dialogue et élargir le débat.

Françoise Coupat a rencontré à ce propos -du 13 au 20 mars 2016 ; du 25 au 29 avril 2016- différents membres du Conseil Scientifique et les responsables du Centre Culturel de l’Université de La Manouba. L’accueil a été favorable et il a été convenu d’organiser une lecture-spectacle du texte La Chose publique, à la rentrée universitaire 2016/2017 sur le site du campus, dans le théâtre de poche ou dans l’amphithéâtre Carthage La Modernité, selon le temps qu’il fera. La préparation artistique de l’événement (Françoise Coupat choisit les comédiens et organise des stages de répétition au cours de l’été 2016) a été doublée d’une proposition de travail pédagogique autour du texte, de sa langue, des images et idées que sa lecture peut inspirer en Tunisie. Comme première étape de dialogue autour du texte, Philippe Dujardin a été invité à rencontrer les enseignants, les chercheurs et les étudiants de la Manouba, avant la fin des cours de l’année universitaire. Une demande de traduction du texte a été confiée à deux doctorantes du département d’études arabes de l’université de Lyon 2 : Salma Mansouri et Inès Jedidi.

Transposer, traduire, débattre

Le programme scientifique établi à l’occasion de la visite du Professeur Philippe Dujardin  s’est déployé sur deux journées (30 et 31 mai 2016) et deux institutions (l’Institut Supérieur des Arts et Multimédias et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine), dans le but de faire connaître le texte La chose publique, d’exposer sa genèse, son écho et sa réception en France (en milieu scolaire, par des musiciens, par des assemblées locales…).

Lundi 30 mai 2016 : un atelier de réflexion à l’intention des étudiants a été organisé à l’ISAMM. “Du langage académique au langage de la fable“. Devant une assistance de 28 personnes (les enseignants : Ikbal Zalila, Slim Ben Cheikh, Hatem Changuel, Héla Sassi et 8 étudiants intéressés), Philippe Dujardin a montré comment il est passé des contraintes de la langue académique aux ouvertures que permet la langue « commune ». Tout en comparant les deux registres de communication, il a expliqué l’importance de l’enjeu linguistique aujourd’hui : lier les hommes (et les femmes) par l’évocation de leur humanité, une façon de ré-enchanter la fonction politique malmenée par ses pratiquants et critiquée par les citoyens et ceux qui la subissent. Un essai de traduction en arabe littéraire du prologue de l’ouvrage par Salma Mansour & Inès Jedidi a été lu  par Yosra Amouri et commenté par l’assistance : ce qui a donné lieu à un débat passionnant autour de l’utilité et des buts de la transposition recherchée. Comment parler au public ? Quel médium utiliser ? L’arabe dialectal –dit aussi tunisien- a été jugé plus sensible, plus proche et plus évocateur que l’arabe littéraire. Le travail théâtral en perspective, doublé d’une captation filmique qui a commencé au cours de cette séance (le vidéaste Sémy Ben Slimane, empêché, a confié la tâche à Slim Belhiba) sera une autre occasion de tester la démarche et d’expérimenter les possibilités de faire voyager le texte La Chose publique à travers la langue arabe, littéraire ou vernaculaire.

Mardi 31 mai 2016 : L’atelier de réflexion transdisciplinaire organisé à l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine a rassemblé 23 personnes dont 3 étudiants de l’ISAMM et leurs enseignants, des chercheurs en histoire, anthropologie, littérature, biologie, architecture…. Philippe Dujardin a illustré le thème “La Chose publique, objet carrefour. Entre science politique, histoire, anthropologie” en revenant sur son parcours de chercheur au sein de la science politique en France et après sa mise à la disposition de la région lyonnaise. Sa thèse consacrée à la Constitution française « avortée » de 1946 a permis d’évoquer des questions comme le régime électoral, le rôle des partis, la signification (et les limites) de la représentation, le découpage territorial, le rôle du fait religieux… autant d’entrées qui parlent dans la « transition » tunisienne en cours et interpellent son observation raisonnée. En plus de la liaison nécessaire (et toujours entravée par le système universitaire) entre les savoirs humanistes et artistiques, les réflexions autour du temps (le passé, le présent, l’avenir), la distinction entre l’actualité et la contemporanéité, comme la définition de l’attitude prospective (en comparaison avec celle du chercheur) ont suscité des réactions dans la salle.

Les deux rencontres de l’université de La Manouba avec Philippe Dujardin témoignent qu’après la « performance » du 14 novembre 2015 autour du texte La ‘chose publique’, d’autres possibilités de travail en commun s’ouvrent et que des résonances se poursuivent.

A suivre….

le 1er juin 2016

Publié dans Rawafid n° 20, revue de l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, pp. 147-150.

(Re)Voir « La Tunisie vote » de Hichem Ben Ammar, le jour des élections américaines

Il y a quelque chose d’apaisant à regarder un film sur des élections passées, le jour où se déroulent d’autres. Comme il y a à apprendre. Nous le savons en Tunisie depuis 2011 : les élections sont un moment important et d’avoir vécu celles de 2014 nous a enseigné que ce n’est jamais une simple répétition. Que nous apprendront les prochains rendez-vous électoraux en Tunisie ? Seront-ils pour les municipales ? Quand auront enfin lieu ces élections reportées : en 2017 ? en 2018 ? On n’en parle plus pour l’instant.

Un antidote Continuer la lecture

Célébrer l’absence : Georges Adda parmi nous

L’ambiance du centenaire de Georges Adda (22 septembre 1916-28 septembre 2008) avait les attraits d’un anniversaire à la fois vivant et pensé, sérieux et bon enfant. L’occasion a été saisie par la famille pour que des institutions publiques (la Bibliothèque Nationale de Tunis, les Archives Nationales de Tunisie, l’Union Générale Tunisienne du Travail, la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de La Manouba et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine), des collègues, des amis, des syndicalistes, des militants politiques, des artistes, des chercheurs, un éditeur… réunissent leurs élans, conjuguent leurs efforts et croisent leurs compétences afin d’évoquer par l’oral, l’écrit et les images une vie particulière mais instructive à plus d’un titre sur l’évolution historique des XXème et XXIème siècles tunisiens. Continuer la lecture

Leïla, Tunis, 1936-1941 : revue féminine ou féministe ?

Compte rendu de l’ouvrage Leïla, revue illustrée de la femme 1936-1941, Tunis, Editions Nirvana, 2007, 210 p.

Fondée par Ahmed Zarrouk, Leïla est une revue de langue française de la première heure, ouverte à la littérature, à l’art, illustrée par des dessins et croquis de jeunes artistes de l’époque. La monographie historique qui lui est consacrée est une édition de luxe composée d’articles reproduits, d’extraits de textes ou poèmes, de fac similé divers : dessins, croquis, encadrés publicitaires, couvertures … Un extrait d’article paru en juillet 1938 (Robert Montagne[1]), cinq contributions écrites spécialement pour cet ouvrage (Nadia Mamlouk, Abdelaziz Kacem, Jelila Behi, Naceur Ben Cheikh) et la préface de Dalenda Larguèche donnent une image de la richesse et de la variété du contenu de cette revue pionnière.

Contours

Les articles choisis dans ce florilège soulignent le caractère avant-gardiste de cette revue dont les équivalents à la veille de la Deuxième Guerre Mondiale sont encore rares dans le monde arabe (Minerva parue à Beyrouth entre 1923 et 1927, L‘Egyptienne fondée par Houda Cha’raoui en 1924 peuvent être considérées comme devancières ) et dans le reste du Maghreb. Des analyses pointues sur la part de la littérature dans la revue (Abdelaziz Kacem) ou le rôle des artistes (Naceur Ben Cheikh) montrent l’originalité de la publication. Les planches intercalaires qui reproduisent des passages de la revue articulent l’ouvrage autour de son plan, en mettant en valeur les extraits de textes et les types  d’illustrations qui jalonnent la revue. Cette mise en scène éditoriale donne du produit une idée vivante.

Leïla est, comme l’indique son sous-titre, « une revue mensuelle illustrée pour l’évolution et l’émancipation de la femme musulmane nord-africaine » qui a paru en quarante (40)  livraisons réparties inégalement sur quatre ans et demi et  trois séries[2] : elle démarre en décembre 1936, paraît sur quatre (4) numéros en 1937, cinq (5) numéros en 1938, six (6) numéros en 1939, huit (8) numéros en 1940, et s’achève sur une salve de seize (16) numéros répartis sur le seul premier semestre de l’année 1941. L’élan de cette entreprise éditoriale dynamique est coupé en juillet 1941 ; cette interruption insoupçonnée s’explique certainement par le contexte de la guerre. Les conditions politiques, la volonté des animateurs, la censure, ou la pénurie de papier observée dans l’ensemble du monde de l’édition et de la presse à cette époque sont des causes dont il faudrait déterminer le poids . La thèse de Nadia Mamlouk -soutenue fin 2007 à l’Université de Virginie et dont on souhaite la publication et la traduction en français-  pourrait nous éclairer davantage sur les incidences de l’environnement politique et économique général sur cette revue.

Auteurs

Des présentations et de l’index des auteurs, produit à la fin de l’ouvrage (pp. 204-207), on apprend des choses surprenantes sur cette revue qui a duré presque cinq ans constituant pour les milieux cultivés du Tunis de l’époque une expérience originale.  A commencer par le nombre et la qualité des auteurs qui y ont participé. On note que sur les 112 signatures, 85 auteurs sont tunisiens et 27 sont français ou européens : proportion étonnante pour un organe en langue française, indice de la diffusion de la langue française comme moyen d’expression à part entière au sein de l’élite intellectuelle.

Parmi les signatures les plus fréquentes, « Leïla » vise 33 éditoriaux en plus d’une vingtaine d’articles groupés dans la série « Leïla vous parle » dont on se demande si c’est le pseudonyme  de Ahmed Zarrouk et/ou de son coéquipier Gaston Louis Le Monnier (qui signe 31 textes au total). Le recensement nous apprend également que sur les 27 auteurs femmes de Leïla, 25 sont tunisiennes, 1 turque et 1 libanaise -si l’on en croit les noms- et 8 sont françaises. Faut-il croire que les prénoms féminins comme Zeïneb, Zakia Zaouche, Jamila, etc. (18 au total, plus nombreux que les prénoms masculins) cachent des femmes ?

Présence de l’image

Parmi les auteurs réguliers de la revue et à côté d’intellectuels dont des nationalistes notoires (Mahmoud Zarrouk, 23 articles, Rafik M. 21 articles, Tahar Sfar 16 articles), les artistes tiennent une place particulière par le texte et par l’image : Aly Ben Salem fournit 7 dessins dont 1 de couverture et 4 articles, Guy Lemonnier : 3 dessins, 11 articles, 8 poèmes. Les peintres Hatem El Mekki, Jalel Ben Abdallah et d’autres contribuent à la présence de tableaux, illustrations, dessins qui donnent à cette revue un « look » tout à fait moderne pour l’époque. L’image est également présente à travers la publicité, autre signe de « modernité » de Leïla. Nadia Mamlouk recense consciencieusement dans sa thèse les maisons et entreprises qui ont  fait publier des encarts ou des pages spéciales : ce qui fournit à l’historien un matériel inédit et des pistes nouvelles. Cette ouverture sur les commerces et services qui exercent la publicité renseignent sur les transformations de la vie économique dans la Tunisie de l’époque : on rencontre des annonces sur des restaurants, des cafés, des hôtels, des chausseurs, des entreprises du bâtiment, des esthéticiennes, des coiffeurs, hammams, des bijoutiers, marchands de tissus,  des magasins de vente  et réparation de disques, phonos et radio … et même une publicité en arabe sur le hajj (page 147, entière avec une photo de bateau signée Climora). Ainsi tous ces encarts, offrent-ils une fenêtre illustrée des boutiques, des usines et des maisons qui adhèrent à cette nouvelle pratique de la communication publicitaire, et empruntent le canal des périodiques pour atteindre les lecteurs/consommateurs potentiels. Cette fonction médiatrice des journaux et revues commence en Tunisie dans les années 1930 et Leïla s’affirme comme pionnière sur ce terrain.

Thèmes

A considérer les thèmes majeurs abordés tout au long des cinq années de vie de Leïla, celui de la femme, qui pointe dans le reste de la littérature périodique se décline sous les mêmes variantes : l’émancipation, le mariage mixte, souvent sur un mode moralisateur ou pour rappeler le rôle de la femme dans l’édification d’une nation tunisienne saine et dynamique. Le voile, qui totalise 8 articles sur l’ensemble du corpus apparaît dans Leïla comme un débat clé autour duquel se cristallisent des positions contradictoires[3]. De multiples interférences sont à noter entre cette revue de langue française et la vie culturelle ambiante : écho aux conférences[4], à la production littéraire[5] ; la publication de poèmes, la présence de la peinture, les différents témoignages de la vie artistique, le sport présent à travers quelques articles[6] taillent à cette revue d’élite une image avant-gardiste qui ne l’a pas préservée d’un sort remarquable mais éphémère.

Exhumer cette revue qui a marqué les générations cultivées de la Tunisie coloniale présente un intérêt considérable eu égard à ses caractéristiques propres et à l’influence dont elle aura pu nourrir des titres plus tardifs dans la littérature périodique tunisienne (Faïza, 1959 ; Nissa, 1989….). La facture élégante de l’ouvrage fait écho à l’intention qui a dû animer les responsables de Leïla : éditer une belle revue avec l’aide de la publicité alors naissante ; ce qui ne l’a pas empêchée d’être un produit de luxe (le prix était de 5 francs !) pour un public de quelques centaines de lecteurs francophones, en majorité des hommes, très probablement. Des questions restent posées : Leila était-elle une revue féministe ou féminine ? Quels liens permet-elle de faire entre l’évolution des idées et la place du féminisme dans la culture politique en Tunisie ? La revue Leïla comme les suivantes constituent des repères dont il faut creuser les conditions et les impacts sur l’histoire intellectuelle et politique de la Tunisie contemporaine.

[1] Extraits d’un texte paru dans Entretiens avec les pays de civilisation arabe publié par le Centre d’Etudes Politiques de la Sorbonne, juillet 1938 .

[2] D’après la listes des  tables des matières reconstituées en fin de volume  par Nadia Mamlouk, pp 197-203.

[3] Ilhem Marzouki, « Le voile des colonisées : Tunis 1924-1936 », Ibla n° 161, 1988, pp.        59-89.

[4] Parmi les exemples, la conférence d’André Demeerseman à l’Alliance Française qui donne lieu à un texte « La coopération franco-tunisienne », publié dans Ibla,1941.

[5] Voir la réplique à une nouvelle satirique  de Mahmoud Beyram Tounsi parue dans Ach-chabab du 10 décembre 1936.

[6] Ali Ben Mahmoud, sur l’équitation et la natation en 1941.

Compte rendu paru dans la revue Rawafid, n° 12, 2007, La Manouba, Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National, pp. 296-299.