Archives de l’auteur : Kmar Bendana

À propos Kmar Bendana

Professeur d'histoire contemporaine Université de La Manouba / Tunisie https://hctc.hypotheses.org/travaux-scientifiques

Tunisienne saluant le cortège

Funérailles de Béji Caïd Essebsi : un embrayeur de civisme ?

La cérémonie des obsèques de Béji Caïd Essebsi (BCE) vaut plusieurs documentaires sur la Tunisie. Elle exprime un mélange d’ingrédients de toutes sortes, comme si le pays rebattait ses cartes, jouant sur plusieurs registres, ré-agençant ses ressources, faisant bouger des lignes plus ou moins visibles.

Un moment de concrétion 

« Concrétion » désigne un processus chimique et biologique qui aboutit à créer de nouveaux corps, des couches rocheuses sur les surfaces ou parois. La mort de Béji Caïd Essebsi, depuis son hospitalisation du 27 juin, fait penser à ce phénomène physique, sur le plan politique comme dans la manière dont la population tunisienne l’a vécue.

Politiquement, le pays a eu quelques semaines pour mettre au point une réponse à la vacance du pouvoir, malgré le manque inquiétant de Cour constitutionnelle. Les médias ont pu examiner les divers aspects de la menace de vide pesant sur le pays, dès le premier malaise du président de la République. Les commentaires ont essentiellement porté sur sa non signature de l’amendement de la loi électorale visant à exclure des concurrents imprévus à la course à la présidentielle et aux législatives. Au-delà des débats juridiques, entre rumeurs et examen de la première conséquence subie par la non-élection de la Cour constitutionnelle, juristes et journalistes ont discuté à loisir les textes régissant les cas où le président de la République est empêché d’exercer.

La rapidité avec laquelle s’est déroulée la relève (annonce officielle du décès, prestation de serment de Mohamed Ennaceur) est en partie le fruit de cette première expérience traversée par le personnel politique et médiatique et l’entourage du président.

Du point de vue de la population, les funérailles révèlent des réactions inattendues envers un président de la République au legs contradictoire : la division du parti Nida Tounès fondé par BCE en 2012 pour se présenter aux élections de 2014 est l’œuvre de son fils Hafedh, intronisé directeur exécutif. Le nouveau venu essayant de rafler la mise du chef de parti prétendu honoraire a suscité départs en masse et réduction du nombre de députés. L’hérédité n’est plus acceptée dans le jeu politique tunisien depuis 2011 et on a attendu vainement de BCE qu’il arrête les manœuvres destructrices du fils. L’homme a été critiqué pour la loi sur la Réconciliation nationale proposée en mars 2015, votée en version Réconciliation administrative en octobre 2017. Le parcours peu glorieux de ce texte voisine avec deux initiatives non moins contestées : le rapport sur l’état des libertés et de l’égalité établi par une commission ad hoc (dite Colibe) nommée en août 2017 et l’amendement de la loi 52 concernant la consommation des stupéfiants, en avril 2017.

L’élan occasionné par sa mort transcende le poids d’un bilan paradoxal : par la présence ou le suivi médiatique, la journée du 27 juillet 2019 accapare la population, faisant converger les regards sur une cérémonie funéraire de près de 6 heures. Hommages, observations ou critiques étaient spontanés, en dehors de tout encadrement et préparation.

Un civisme polycentré

Sa mort, survenue le 25 juillet, a ravivé le souvenir de Mohamed Brahmi assassiné le même jour en 2013, moins de 6 mois après Chokri Belaïd, tous deux enterrés dans le choc et la douleur. Mourir le jour du 62e anniversaire de la proclamation de la République a réactivé le lien, déjà vif, entre Béji Caïd Essebsi et Habib Bourguiba. Beaucoup ont rappelé les obsèques bâclées de ce dernier (8 avril 2000) et la déception de ne pas lui avoir rendu hommage.  

Brandissant un drapeau, criant “Vive la Tunisie”, « Vive la République », “que Dieu ait ton âme Béji”, en silence, applaudissant ou entonnant des vers de l’hymne national tout en appelant “Allah Akbar”… la foule amassée le long de la vingtaine de kilomètres séparant le Palais présidentiel de Carthage du cimetière du Jellaz à Tunis a révélé des réactions personnelles, libres de toute affiliation partisane. Les gens sont venus seuls, en groupe, en famille, avec des enfants ou entre amis pour exprimer, sous le soleil tapant, chacun à sa manière, un attachement au personnage ou à ce qu’il représente. Le nombre de femmes, de tout âge et condition, était remarquable. Même si le projet de loi sur l’égalité dans l’héritage extrait du rapport de la Colibe et déposé en février 2019 n’a pas été discuté par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), cette assistance a témoigné, une fois de plus, de la participation féminine à une vie publique, toujours squattée par les hommes.

Ce nonagénaire, symbole d’un vieux régime qui n’en finit pas de durer n’a pas manqué d’attirer des jeunes à son enterrement. La marionnette télévisée de BCE, les sketchs qui imitent sa voix ou le mettent en scènehttps://www.youtube.com/watch?v=-UkWSb29oCg&feature=share et les affaires judiciaires qui l’ont mis en cause de son vivant ont dû jouer dans cette popularité d’un jour, renforcée par le sentiment de vivre une première historique.

L’invention d’une tradition républicaine

L’événement a nourri l’institution de la Présidence de la République d’une expérience nouvelle. Cinquième président d’une république fondée en 1957, BCE est le premier issu d’un suffrage universel organisé par une instance indépendante et non sous l’égide du ministère de l’intérieur. Dans la Tunisie post-2011, il succède à un président par intérim (Fouad M’bazaâ, 13 janvier 2011-13 décembre 2011) et à un président provisoire élu indirectement par voie parlementaire (Moncef Marzouki, 13 décembre 2011-31 décembre 2014). Sa mort en exercice rompt avec les présidences à vie que voulaient imposer les régimes de Bourguiba (1957-1987) et de Ben Ali (1987-2011), démis par la force.

Organiser les premières funérailles nationales d’un chef d’État en exercice n’est pas une mince affaire. L’Armée de terre, l’Armée de l’air et la Marine nationale ont dû travailler d’arrache-pied avec le ministère de l’intérieur et le cabinet présidentiel afin de mettre au point les listes, le timing, l’itinéraire du cortège et les moments de cette journée particulière. En dépit de quelques détails, aucun incident n’a entaché l’émotion et la solennité qui ont prévalu pendant des heures.

L’étiquette militaire était banalisée dans les saluts des civils au cortège et -de façon plus cocasse- dans les notes jouées par l’orchestre militaire dans le mausolée Sidi Belhassen Chédli où a eu lieu la prière du mort (salat el janaza). Celle-ci s’est faite à côté d’invités qui n’y ont pas pris part. Le mélange entre tradition religieuse locale (non unanime) et protocole martial (parfois dépassé par les formes) ramène à des symboles fondamentaux alors que l’enchevêtrement entre privé et public, confinant au désordre (les femmes étaient présentes aux condoléances officielles) jure avec les canons de toute orthodoxie.

De fait, la participation libre et spontanée des Tunisiennes et des Tunisiens a donné sens et couleurs à la circonstance. Les moments historiques se fabriquent au-delà des volontés et des calculs. Les funérailles de BCE ont fait converger participations officielle et citoyenne. Ce moment de rapprochement (éphémère ?) entre un État et la population, s’est joué autour du triptyque société/politique/religion. L’événement impactera-t-il durablement la vie politique tunisienne, accélérée depuis 2011 ? On apprend que le calendrier électoral est avancé au 15 septembre 2019 et que le scrutin présidentiel précédera les législatives (6 octobre 2019).

Hammam-Lif, le 29 juillet 2019

Publié dans Le Quotidien d’Oran, 1er août 2019

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5279693

 

Le drapeau algérien souriant, source : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=126985185200312&set=a.114981683067329&type=3&theater

Football et politique : l’histoire en marche

La victoire de l’équipe algérienne à la dernière Coupe d’Afrique des Nations 2019 suggère quelques réflexions sur l’évolution historique du football et sa portée actuelle.

Le football porteur de causes

Même pour les non connaisseurs du sport et du football, le match de la finale de la CAN 2019 suinte de considérations politiques qui donnent à l’événement une intensité symbolique particulière. La charge ultra-politique a certainement été perçue avec une gravité indicible par les joueurs, le staff de l’organisation comme dans le monde politique algérien, toutes catégories confondues, en dehors ou en plus de l’enthousiasme ordinaire de l’ensemble des Algériens et des Algériennes, à l’intérieur et à l’extérieur des frontières ainsi que des supporteurs de partout.  

La capacité mobilisatrice du football ne fait qu’augmenter depuis son invention à la fin du XIXème siècle et sa codification en 1904. Depuis les années 1920, ce jeu codifié en sport a pu exprimer et épouser des combats comme celui de l’apartheid ou des causes nationales : on pense notamment à la fondation de l’Espérance sportive de Tunis (1919) et du Club africain (1920), concomitants à la naissance du parti du Destour. Ces clubs et la sociabilité qu’ils ont suscitée 1 ont contribué à faire du football le sport le plus populaire avec une exclusivité masculine qui commence à se fendiller vers les années 1960. Le paysage sportif amateur et professionnel intègre progressivement un football féminin qui se fait de plus en plus visible, illustrant le rôle social et politique que continue à jouer le ballon rond.

Au Maghreb comme ailleurs, le football traverse les frontières de classe et reflète des épisodes divers de la mémoire collective. Nul doute que la finale du 19 juillet 2019 s’inscrive dans l’histoire en train de se faire. Elle a lieu en pleine effervescence politique algérienne. Le hirak déclenché depuis plus de 22 semaines connaît, malgré l’admiration qu’il suscite, une faiblesse de relais et d’explication. La situation politique est en effet âpre et inédite et le système médiatique algérien peine à transmettre les nuances et détails d’une lutte hautement risquée qu’Algériens et Algériennes mènent pour sortir des griffes d’un pouvoir militaire se cachant derrière des figures politiques choisies par lui.

L’audience internationale du match du Caire vient renforcer une visibilité que de multiples canaux, passant par les réseaux sociaux, entretiennent avec persévérance et imagination afin de transmettre des images, des symboles, des slogans, des revendications et des analyses du processus révolutionnaire en cours. Il faut ajouter à la méga-exposition médiatique de la compétition la charge symbolique apportée à la conception de la nationalité posée dans de nouveaux termes.

Être footballeur·se international·e

Le football a connu, comme d’autres phénomènes, une mondialisation et une marchandisation des compétences (joueurs, arbitres, dirigeants gestionnaires de clubs, entraîneurs, journalistes…) entraînant une mobilité de talents et de services. Le règne médiatique et le sport spectacle font que le regard du public se cristallise surtout sur la circulation des joueurs, tantôt traités comme des stars, tantôt diabolisés pour leur enrôlement dans les équipes représentant d’autres pays que celui de leur naissance. L’enrichissement qui en découle n’est pas étranger au ressentiment de ceux qui restent prisonniers des possibilités locales et vient s’ajouter à l’accusation de traîtrise qui pèse sur l’accès à toute autre nationalité. Xénophobie et héritage colonial, font de la figure du harki et du m’touren (souvent dit m’tourni) un élément négatif dans les relations sociales, familiales et communautaires. Le Code algérien de la nationalité de 2005 ou, dans une moindre mesure, la Constitution tunisienne de 2014 gravent dans les textes l’ostracisme des bi-nationaux, relégués à la condition d’étrangers et exclus de la participation politique pleine et entière. La double appartenance reste difficile à défendre par ceux et celles qui réussissent à l’étranger et le football démontre, une fois de plus, son image populaire à travers une dichotomie parfois mal vécue par les bi-nationaux envers leurs compatriotes, bénéficiaires d’une seule nationalité. La personnalité de Zinedine Zidane a joué un rôle conciliateur dans la France des années 1990/2000 ; la double nationalité de la majorité des joueurs de l’équipe nationale (14 au total) ayant défendu le drapeau algérien promet de faire plus, et du côté algérien, dans le contexte actuel. On peut attendre de cette victoire footballistique qu’elle aide à apaiser un conflit aussi intime que politique porté par des centaines de milliers d’Algériens répartis dans le monde, vibrant avec les changements politiques immenses intervenus dans le pays depuis février 2019. Les héros de l’équipe nationale gagnante de la Coupe d’Afrique parviennent ainsi à troubler l’unicité politique du drapeau algérien et à élargir l’espace d’un sentiment national, au-delà de la seule définition administrativo-juridique, instrumentalisée dans les luttes de pouvoir.  

Confrontation de visibilités

Le pouvoir lui-même est en train de changer de dépositaires comme de formes et de manifestations de légitimité. C’est en fuyant clandestinement leurs clubs et le territoire français que des joueurs basés en France ont appliqué, en 1958, l’internationalisation de la tactique du FLN algérien. Ils transporteront à partir de Tunis, siège du GPRA, l’image de la lutte anti-coloniale du pays et cette construction active de légitimité fera gagner, aux dires de certains dirigeants, des années à la cause de l’indépendance algérienne.

Avant le déclenchement des gigantesques marches pacifiques en février dernier, on a vu et entendu les chants contestataires dans les stades. La casa del Mouradia est un de ceux-là, de venu emblématique du soulèvement algérien.

Les gradins sont investis comme lieux d’expression politique, les slogans y fusent à l’unisson et les tifo sont des « manifestes » plurilingues et imagés. Le langage politique emprunte d’autres vecteurs et impose de nouveaux mots : hirak, silmiyya, el khamissa, ‘isaba… Le drapeau et les couleurs amazighs sont incrustés dans ce vocabulaire composite, bigarré et plein d’humour.

Alors que l’invention politique du « peuple » trouve une illustration directe à travers l’image des foules en marche et des tribunes sportives, la représentation officielle du pouvoir est brouillée. La présence du président Abdelkader Bensalah au match de la finale se fait discrète. Elle s’avère non « montrable » par les médias officiels, notamment à cause de la bande son qui transmet l’hostilité des rassemblements. Il se contente de rendre visite à l’hôtel aux joueurs avant le match et subit les huées qui égrènent la cérémonie cairote de remise du trophée et la liesse insolente des supporteurs.

L’espoir d’une « Algérie insississable »2 a marqué un but dans l’Égypte de Sissi comme lors du retour dans un bercail qui ne semble pas laisser la place à une récupération politique de la victoire sportive. L’impopularité de plus en plus visible du pouvoir n’est pas le moindre des indices d’une histoire qui s’écrit à grandes enjambées et qui autorise les Algériens et les Algériennes – tout comme le monde qui les regarde – à croire en des lendemains qui chantent, au sens propre, comme dans les rues et dans les stades, et au sens figuré.

Hammam-Lif, le 21 juillet 2019

Publié dans Le Quotidien d’Oran, 25 juillet 2019 

  1. pour la Tunisie, on peut se reporter aux travaux de l’historien Habib Belaïd []
  2. slogan né en avril, après le départ de Bouteflika []

La recherche juridique en Tunisie à travers La Revue tunisienne de droit. Questions à Mohamed Charfi.

Entretien avec Elise Helin et Kmar Bendana

Publication de l’Institut des hautes études de Tunis (IHET), créé en 1945 et placé sous la tutelle scientifique de l’Université de Paris, la Revue tunisienne de droit (RTD) est née, en 1953, à l’initiative des professeurs agrégés, détachés des facultés françaises et affectés à la section droit de l’Institut. Si dans sa direction, comme dans l’ambition de ses fondateurs, la RTD s’ouvre au monde des praticiens, elle n’en reste pas moins un projet académique. En ce début des années 1950, sa naissance témoigne d’un important changement. Comme le rappelle, à juste titre, Sana Ben Achour : « auparavant porté par les administrateurs et les gens de la robe, le savoir juridique passe, avec la RTD, aux professeurs universitaires spécialisés dans la production du savoir ».

Après l’indépendance, la revue cesse de paraître durant trois années avant d’être à nouveau publiée, en 1962, mais désormais sous la tutelle d’une instance nationale, l’Université de Tunis. Cette nationalisation de la RTD, souvent appelée « tunisification », prend une signification concrète à partir de 1962/1965. Jusqu’alors éditée sous la forme de cahiers de couleur jaune, la RTD arbore maintenant le rouge et blanc du drapeau national. En 1966, pour la première fois, elle paraît sous la direction d’un universitaire tunisien, Chedly Ayari, alors doyen de la Faculté de droit, des sciences politiques et économiques de Tunis. Ce changement dans le personnel dirigeant s’accentue avec l’arrivée de nouveaux diplômés nationaux. Cependant, les coopérants français restent présents, du moins dans le comité de rédaction de la revue, jusqu’en 1976 et continuent de contribuer à sa parution par la publication d’articles. à partir de 1975, la RTD accompagne une seconde évolution, celle de l’arabisation de l’enseignement et de la recherche. C’est en effet à compter de cette date qu’apparaissent, aux côtés des contributions en langue française, les premiers articles publiés en arabe. Enfin, la Revue tunisienne de droit reste, jusqu’à nos jours, un miroir de l’évolution du droit tunisien et un témoin du développement des différentes disciplines du droit en Tunisie, avec l’arrivée de nouveaux spécialistes et la création de nouvelles institutions génératrices de droit, comme le Tribunal administratif.

Inspirée des modèles français dans sa présentation en différentes rubriques, la RTD s’en éloigne par son caractère généraliste, accueillant aussi bien le droit privé que le droit public. La comparaison avec les revues juridiques françaises trouve en effet sa limite dans l’absence d’un découpage disciplinaire. La pluralité des revues juridiques tunisiennes ne relève pas d’une autonomie des différents corps professionnels. Al-qada wa al-tashri’ est la revue des magistrats, Al-muhamet est publiée par les avocats et les universitaires s’expriment dans la RTD. Publication de la Faculté de droit, des sciences politiques et économiques de Tunis depuis 1966, puis du Centre d’études de recherches et de publications (CERP) de cette même faculté à compter de 1976, la RTD porte la marque de la tutelle exercée. à partir de 1986, c’est à ces derniers que revient la direction de la revue. La RTD n’est donc pas la revue  d’un homme ou d’une équipe précise.  Cependant, elle reste, malgré la création des Facultés de droit de Sousse et de Sfax, une revue essentiellement « tunisoise ». En 1987, la Faculté de droit de Tunis se scinde en deux et la RTD fait explicitement écho à cette scission. La fonction de rédacteur en chef devient bicéphale, désormais assurée par un représentant des deux nouvelles Facultés de droit de Tunis.

Quelques personnalités, par la longévité de leur engagement dans la revue et la diversité des fonctions qu’ils y ont occupées, ont largement accompagné son évolution.

Membre du comité de rédaction de 1963 à 1986, Mohamed Charfi assure le secrétariat de rédaction de la RTD de 1963 à 1968, alors qu’il est assistant à la Faculté de Tunis. Après avoir soutenu un doctorat à la Faculté de droit de Paris en 1967, puis obtenu le concours d’agrégation des facultés françaises de droit en 1971, il occupe la fonction de rédacteur en chef de la RTD à partir de 1973, jusqu’en 1978. C’est à ce titre que nous l’avons sollicité, pour la réalisation d’un entretien qui voulait, tout d’abord, évoquer les hommes, dirigeants ou chercheurs y publiant leurs articles, ayant contribué à la création, la relance et la pérennité de la RTD. Le projet avait également pour ambition de porter un regard sur l’architecture de la revue et sur son fonctionnement interne, d’analyser l’évolution de son contenu, ainsi que son rôle dans la diffusion du savoir juridique. Sur ces différents thèmes, Mohamed Charfi a accepté de répondre à nos interrogations [en 1995], en fonction de ses souvenirs et de ses propres conceptions. Il apporte le témoignage d’un homme dont la carrière universitaire a été marquée par l’exercice de différentes fonctions, notamment au sein de la RTD et qui est resté attentif à la recherche et à la vie de l’université en Tunisie.

Quels sont vos premiers souvenirs de travail à la Revue tunisienne de droit ?

Mes débuts à la Revue tunisienne de droit sont ceux d’un travailleur manuel. J’étais jeune assistant à la Faculté de Tunis, avec deux autres collègues, Sassi Ben Halima et Habib El Ayadi. Nous étions, je crois, parmi les premiers Tunisiens à débuter comme enseignants à la Faculté de droit, qui était alors encadrée presque exclusivement par des coopérants français, dont la plupart étaient agrégés. En 1964, la Revue tunisienne de droit était en panne. Elle avait démarré en 1953, avait paru de façon régulière jusqu’en 1958. En 1962, le professeur Jean Verdier, un enseignant français de très grande qualité, avait réussi à rassembler des arrêts de droit international privé, en collaboration avec des magistrats de Tunisie. Il les avait classés et commentés pour confectionner entièrement le numéro  de 1962. Depuis, la revue avait à nouveau cessé de paraître. Mademoiselle de Lagrange, grande figure de l’époque, était parvenue tant bien que mal à réunir quelques articles et des arrêts qu’elle avait elle-même commentés. Un incident avec l’imprimeur, qui avait sous-traité la composition chez un autre, retardait le travail et on m’a donc « bombardé » secrétaire de rédaction. J’étais très fier d’être associé à la recherche. Pour un jeune assistant – ma thèse n’était pas encore achevée –, être associé à la recherche était quelque chose d’extraordinaire.

Donc, pour vous, une revue c’est déjà de la recherche ?

Bien sûr, c’est de la recherche : c’est déjà un haut niveau par rapport à un étudiant. Je m’occupais principalement d’aller chez l’imprimeur, chercher des épreuves et les donner aux auteurs pour qu’ils les corrigent. Je devais ensuite réaliser moi-même les deuxième, troisième parfois quatrième corrections parce qu’à l’époque il n’y avait pas de traitement de texte, comme maintenant. Par la suite, j’assurais la diffusion chez les libraires. Ma contribution était donc principalement matérielle. Tout cela se faisait sans aucune rémunération. Lorsqu’on envisage les conditions actuelles de la recherche, on se dit que la Tunisie de maintenant a été construite par des pionniers. Je parle de tous ces enseignants qui ont fait démarrer l’université tunisienne.

Aviez-vous les sentiments, à l’époque, qu’il s’agissait d’une période charnière pour la Revue tunisienne de droit ?

Certainement, mais sans rupture. La Faculté était encadrée par des enseignants français, puis les Tunisiens ont fait progressivement leur entrée. L’état tunisien a toujours veillé à ce que la Faculté soit dirigée par un agrégé. Il a donc fallu attendre l’arrivée du premier agrégé tunisien – Chedly Ayari – pour que la direction soit « tunisifiée ». Par la suite, on a continué à confier les cours à des agrégés, donc à des Français, jusqu’à ce qu’une nouvelle génération de Tunisiens prenne la relève. Cela s’est fait progressivement, sur une période d’une dizaine d’années.

La Revue tunisienne de droit a été lancée par les juristes et les économistes ?

La science économique est née dans les Facultés de droit, puis elle a pris son indépendance. C’était la même chose à l’égard de la Revue tunisienne de droit. à un certain moment, le directeur de la revue était Chedly Ayari, un économiste. Il a été doyen lorsque droit et économie étaient dans la même faculté. Mais, depuis, on s’est séparés. C’était un divorce à l’amiable… Ce sont les juristes qui ont fait naître l’économie. Un bon juriste doit avoir des éléments d’histoire, de philosophie, d’économie et de sociologie.

Est-ce qu’il y avait déjà eu des Tunisiens intégrés à la Revue tunisienne de droit avant la création de l’Université de Tunis ?

Très peu. La Revue tunisienne de droit était ouverte à tous les Tunisiens qui étaient capables d’y participer. Déjà, dans les « numéros jaunes », des contributions de Tunisiens avaient été publiées. Il s’agissait d’avocats très bien formés, mais pas d’universitaires, parce qu’il y avait très peu d’universitaires à l’époque.

Pensez-vous que la Revue tunisienne de droit ait voulu continuer l’œuvre de quelques hommes comme Stéphane Berge ou Georges Rectenwald, si ce n’est pas la pratique du droit du moins dans la réflexion sur le droit ?

Oui. Je voudrais rappeler que la Faculté de droit de Tunis est la continuation de la section juridique de l’Institut des hautes études de Tunis. Les enseignants de la faculté ont toujours eu conscience qu’il s’agissait d’un centre de recherche de qualité. Il ne faut pas oublier que sont passés par Tunis de grands noms du droit et de l’économie : René Chapus, Raymond Barre, Roger Jambu-Merlin… Les enseignants de Tunis ont toujours eu conscience de passer par un centre de rayonnement et pour un agrégé recruté pour deux, quatre ou six ans, il fallait marquer son passage par un ou deux articles publiés à la Revue tunisienne de droit. D’autant que les autorités tunisiennes encourageaient beaucoup la publication de la revue, ainsi que la recherche en général. Je me rappelle qu’en 1965 ou 1966, Mahmoud Messaâdi, alors ministre de l’éducation, a provoqué une réunion rassemblant tous les enseignants de la Faculté de droit. Il leur a dit l’espoir du gouvernement tunisien que tous les enseignants participent à la recherche sur le droit tunisien, pour le découvrir, le comprendre, le faire connaître et éventuellement le faire évoluer. à l’époque, on demandait aux coopérants de laisser des cours polycopiés. C’était difficile, dans la mesure où un cours polycopié représente un travail de plusieurs années de recherche, qui impose de s’imprégner du droit du pays. Pour un étranger, cela ne se fait pas en une ou deux années. Cette réclamation n’a d’ailleurs jamais été satisfaite et il a fallu attendre, par la suite, que des Tunisiens le fassent.

Comment fonctionnent les différents comités de rédaction auxquels vous avez participé ?

Dans les années 1960, le comité de rédaction était plus formel ou honorifique que réel. C’est-à-dire que les responsables de la revue cherchaient à associer les grands noms de la pratique judiciaire tunisienne : le premier président de la cour de cassation, le premier président de la cour d’appel, le procureur général, etc. Tout ce monde là faisait partie du comité de rédaction. On se réunissait une fois par an. On se félicitait de la parution du dernier numéro de la revue et les enseignants demandaient aux magistrats d’aider la revue en fournissant les arrêts les plus intéressants. C’est ce que les magistrats faisaient. Certains allaient plus loin et nous fournissaient soit les conclusions d’un procureur, soit une note sous un arrêt. C’est la matière première, pour un juriste, à côté de la loi qui est le droit théorique. L’œuvre d’un juriste est de comparer constamment le droit pratique et le droit théorique et de voir l’osmose entre les deux.

Au cours des années 1960 et au début des années 1970, il s’agissait surtout d’initiatives individuelles. Les responsables de la revue réclamaient des articles aux enseignants : on mendiait parfois les articles. à partir de 1975, le comité de rédaction a commencé à avoir une consistance réelle. On recevait des articles qu’on pouvait se permettre de lire et, ainsi, assumer un véritable travail de comité de rédaction.

Comment était impulsé un article ?

Peu de sujets étaient choisis avant une proposition d’auteur. Tel enseignant, intéressé par tel secteur du droit et réputé pour la qualité de ses cours, était sollicité pour s’exprimer là où il était le plus à l’aise, là où il pouvait apporter à la recherche.


Quels étaient les modes d’intervention ?

Du temps où mademoiselle De Lagrange était rédactrice en chef, je pense que les articles passaient directement. Evidemment, Mademoiselle De Lagrange agissait de cette manière parce que n’écrivaient que des agrégés, des enseignants confirmés. On ne pouvait pas avoir des remarques à faire. Quand, par la suite, la revue a été ouverte à de jeunes assistants, la plupart du temps, leurs articles étaient bons et ils étaient publiés directement. Il est arrivé que certaines retouches soient apportées, mais cela s’est toujours fait amicalement, dans des discussions individuelles.

Est-ce qu’il y avait des modèles dans ce travail éditorial ?

C’est le plus difficile. Je crois qu’il n’y a jamais eu de responsable, sauf pour les mémoires de DES. L’expérience a été menée sur quelques numéros mais c’est un travail colossal dont l’intérêt varie selon l’importance du mémoire. Il peut y avoir de très bons mémoires qu’il est dommage de ne pas commenter et d’autres qui ont beaucoup moins d’intérêt.

La Revue tunisienne de droit était elle ouverte à des jeunes chercheurs ?

Au cours de la période française, c’était une revue de chercheurs confirmés. Par la suite, plus de jeunes Tunisiens étaient recrutés à la faculté, plus la revue leur permettait de faire leurs premiers pas dans la recherche. Dans la mesure où ces jeunes assistants avaient besoin de publier des travaux pour évoluer dans leur carrière, ils rendaient service à la Revue tunisienne de droit autant qu’elle les aidait.

Pouvez-vous dater cette évolution ?

Je crois que les années 1970 ont été une véritable charnière entre la période à dominante française et celle à dominante tunisienne. Les coopérants ont continué à exister pendant plusieurs années, mais la faculté était devenue principalement tunisienne. La langue arabe faisait son entrée. La revue s’arabisait, se « tunisifiait » et prenait de l’ampleur.

à partir de la fin des années 1970, apparait un noyau dur au sein du comité de rédaction, sur lequel semble reposer la responsabilité de la revue. Cette période correspond-elle à la stabilisation d’une élite universitaire ?

Bien sûr. Alors que les enseignants tunisiens ne constituaient que quelques unités, ils sont aujourd’hui des centaines, seulement en droit. La revue est le reflet de cette évolution.

Quel serait votre commentaire sur le passage des « petits cahiers jaunes » aux volumes rouge et blanc. Est-ce que c’était quelque chose de conscient ?

Il y a eu beaucoup de choses non dites mais qui existaient quand même. C’était un début de tunisification.

Pourquoi la partie arabe est elle apparue en 1975 ?

La recherche sur le droit tunisien moderne, ainsi que son enseignement, ont commencé en français. L’évolution normale supposait que la recherche, comme l’enseignement, se fassent un jour en langue arabe. C’est dans l’ordre des choses et cela devait commencer lorsque des chercheurs tunisiens seraient prêts et désireux de faire leurs recherches et d’enseigner en langue arabe. Cette évolution s’est déroulée progressivement depuis les années 1970.

La Revue tunisienne de droit a-t-elle publié les premiers articles en arabe qu’elle a reçus ?


Oui.

Est-ce qu’on écrivait en français sur certains sujets et en arabe sur certains autres ?

Je crois que l’on écrivait en français sur tous les sujets. Je ne pense pas qu’il y ait de sujets pour lesquels la langue française soit inadaptée. On peut penser, a priori, que la branche du droit la plus proche de la tradition, celle qu’on traite de préférence en arabe, est le statut personnel. Or, le statut personnel a fait l’objet de nombreuses études en langue française depuis le début des années 1960.

Ce thème est-il venu spontanément ?

C’est un sujet de discussion inépuisable. C’est là où il y a un droit tunisien extrêmement original. La procédure civile tunisienne ressemble beaucoup à la procédure civile française ou italienne. Le droit des successions, quant à lui, ressemble beaucoup au droit égyptien ou syrien. Tandis que pour le mariage, le divorce, la filiation, la Tunisie est partie d’un système traditionnel et l’a modernisé à sa manière. à l’époque, les dirigeants tunisiens espéraient servir de modèle pour d’autres pays arabes. Cela ne s’est pas fait malheureusement. Seul le Yémen du Sud nous a imités. Mais, depuis la réunification, le Sud a renoncé à son code du statut personnel et la Tunisie est restée l’exemple unique. Le code du statut personnel tunisien est donc le code tunisien par excellence.

Y avait-il des thèmes dont vous remarquiez l’absence ?

Oui. Par exemple, le droit commercial était le parent pauvre. Mais depuis les choses se sont améliorées avec l’arrivée de commercialistes tunisiens. La revue marche avec le spécialiste tunisien. Elle ne fonctionne pas avec les besoins du marché, mais avec les possibilités de la production.

La Revue tunisienne de droit n’aurait-elle pas voulu jouer, de façon active, le rôle de reflet ou d’écho du développement des différentes disciplines du droit en Tunisie ?

La revue était, de façon consciente, sans que cela fasse nécessairement l’objet de discussions ou de votes, le porte-parole de la tendance moderniste du droit tunisien. Il est évident que le droit tunisien est balloté entre un pôle traditionnaliste, conservateur et un pôle rénovateur, moderniste. Beaucoup de magistrats peuvent se considérer comme les gardiens du temple et sont donc des esprits conservateurs, dans le bon sens, estimant que le fiqh est ce qu’on a fait de mieux et qu’il n’y a pas lieu de changer. Pour ces magistrats, tout changement est un déchirement et toute innovation doit être ramenée, autant que possible, à la règle ancienne. On peut toujours interpréter un texte nouveau à la lumière d’une philosophie ancienne, et ainsi le vider de son sens.

Pour le point de vue opposé, moderniste, la loi de la vie, c’est le changement. Tout peuple qui n’avance pas recule, et le droit a besoin d’évoluer. Il faut donc adopter des textes nouveaux et les interpréter correctement, c’est-à-dire dans un esprit nouveau. Si le législateur n’adopte pas des textes nouveaux, il faudrait que la jurisprudence évolue et qu’à partir de textes anciens, des solutions nouvelles soient adoptées. Dans la plupart des cas, la Revue tunisienne de droit a prôné la modernité et les articles cherchaient à démontrer la possibilité, pour le droit tunisien, d’évoluer. Les décisions empreintes de conservatisme étaient critiquées, alors que les décisions empreintes de modernisme étaient, au contraire, bien expliquées et mises en valeur. Peut-être que finalement, c’est le rôle essentiel de cette revue. La Revue tunisienne de droit était un encouragement à la jurisprudence pour qu’elle évolue dans le sens d’une modernisation du droit tunisien. Je ne dis pas qu’elle a toujours réussi à le faire, mais je suis sûr qu’elle a influencé, dans beaucoup de branches, l’évolution du droit tunisien.

La Revue tunisienne de droit a-t-elle accompagné l’évolution institutionnelle plus que la réflexion sur le droit tunisien ?

Les deux sont intimement liées. Il ne peut pas y avoir d’évolution sans réflexion. Le législateur tunisien a pris des options révolutionnaires dans certains secteurs : pensez à la répudiation remplacée par le divorce, ou bien l’abolition de la polygamie. Dans d’autres secteurs, notamment en matière de filiation, il s’est exprimé de façon allusive. Il fallait – c’est le rôle de la doctrine- expliquer, à chaque fois que le législateur s’était exprimé de façon allusive, où il voulait aller et où les tribunaux, en interprétant, pouvaient aller. Mademoiselle De Lagrange, dans un article sur le législateur tunisien et ses interprètes, avait décortiqué les choix législatifs et les avait comparés aux choix jurisprudentiels, pour voir où il y avait presque connivence et où il y avait discordance. Par ailleurs, la réflexion peut devancer l’évolution du droit. Quand on s’adresse au législateur pour lui demander de réformer tel texte, cela signifie qu’on a réfléchi sur la réalité et qu’on trouve qu’elle est perfectible.

La Revue tunisienne de droit a donc joué un rôle d’avant-garde ?

Nombreux sont les articles qui sont des appels au législateur pour qu’il modifie la loi ou pour qu’il l’explicite mieux. Parfois, le commentateur d’une décision trouve que les tribunaux n’interprètent pas de la meilleure façon un texte et appelle le législateur pour qu’il intervienne par une loi qui explicite sa pensée, afin d’éviter les errements constatés. Dans ce cas, on peut dire que la doctrine appelle le législateur à jouer son rôle d’arbitre à l’encontre de la jurisprudence.

Comment diffusiez-vous la revue ?

Elle était vendue en librairie et à la faculté. à la faculté, pour les étudiants et en librairie, pour les autres.

Vous souvenez-vous des tirages ?

Non. Mais je me rappelle de stocks d’invendus très importants.

Le caractère généraliste et universitaire de la Revue tunisienne de droit a-t-il joué un rôle dans diffusion ?

Le caractère généraliste est lié à une question de moyens. La petite Tunisie ne peut pas se permettre de diffuser plusieurs revues juridiques spécialisées. Le caractère universitaire était à la fois le défaut et la qualité de la Revue tunisienne de droit. Celle-ci est, je pense, une revue de haut niveau. C’est donc une revue où le même monde se regarde, où des juristes écrivent pour des juristes, je dirais même des juristes confirmés pour des juristes confirmés. Évidemment, la revue a également toujours été un support fondamental pour la formation des étudiants. Des arrêts y sont commentés tout le long de l’année et chaque année, dans chaque branche du droit, les arrêts sont puisés dans la Revue tunisienne de droit. C’est donc un support du savoir, un support pédagogique. L’idéal serait que la revue soit aussi un moyen de communication entre l’ensemble des théoriciens de la faculté et l’ensemble des praticiens du droit, avocats et magistrats. Je crois qu’à ses débuts, la Revue tunisienne de droit, n’a pas pu jouer ce rôle pleinement. Le palais de justice fonctionnait en arabe, la revue était écrite en français ; le Palais de justice était dirigé par les magistrats tunisiens, la revue éditée par des professeurs français. Ces deux mondes se regardaient, cherchaient parfois à coopérer, mais enfin, ce n’était pas toujours la même façon de penser, ni le même idéal de justice, ni la même conception du droit. L’osmose n’était pas garantie. Avec le temps, je crois que cet obstacle s’atténue. Aujourd’hui, je ne dis pas que cet obstacle a disparu, mais il compte vraiment très peu. Le corps de la magistrature s’est rajeuni et désormais, tous les magistrats des tribunaux de première instance et même la plupart des magistrats des cours d’appel ont été étudiants à la Faculté de droit. Ils se sont familiarisés avec la Revue tunisienne de droit et ont appris leur droit en la lisant. Donc, si la revue n’a pas beaucoup influencé la jurisprudence il y a trente ans, elle est en train de l’influencer, aujourd’hui, au moins au niveau des juges du fond.

Est-ce que les avocats et magistrats achètent la Revue tunisienne de droit ?

Pour les jeunes magistrats, j’en suis à peu près sûr aujourd’hui.

 
Comment situeriez-vous la Revue tunisienne de droit par rapport à d’autres revues juridiques tunisiennes et notamment par rapport à la revue des magistrats ?

Comme la Revue tunisienne de droit, la revue Al Qada wa al tashri’ [Justice et Législation] joue aussi son rôle de revue juridique, en faisant connaître et en expliquant le droit et la jurisprudence. Cette revue, qui tenait une place importante, a toujours été très proche de la jurisprudence et des vues des tribunaux. Elle était donc plus analytique que critique, alors que la Revue tunisienne de droit était autant critique qu’analytique, voire plus critique qu’analytique. Ce sont deux revues qui se complètent.

La Revue tunisienne de droit est-elle présente à l’étranger, dans les centres de recherche et dans les facultés ?

Quand j’étais rédacteur en chef, on avait un réseau d’échanges considérable, avec des facultés de droit francophones, avec des bibliothèques universitaires. Je ne sais pas comment les choses ont évolué.

La Revue tunisienne de droit a-t-elle joué un rôle décisif dans la diffusion d’un droit proprement tunisien et d’une pensée juridique tunisienne ?

« Rôle décisif », l’expression est trop forte. Je ne sais pas si le droit tunisien est connu à l’étranger autant qu’il devrait l’être. Je ne le pense pas. Je crois, au contraire, que c’est un droit original qui est assez méconnu, notamment en ce qui concerne le code du statut personnel. Il était connu, en Europe, dans les années 1960 et 1970, peut-être. Mais aujourd’hui il est oublié. Lorsqu’on parle de droit musulman, en France, en Angleterre ou en Amérique, on ne pense pas que ce droit soit capable d’évoluer comme il l’a fait en Tunisie. Actuellement, il y a des efforts à faire pour diffuser la revue et faire connaître le droit tunisien. Elle pourrait être un bon miroir des innovations tunisiennes.

Cette méconnaissance est-elle liée à l’ignorance du droit musulman, ou tient-elle à la faiblesse du droit comparé chez les juristes en général ?

Le droit comparé n’a pas la place qu’il mérite à l’étranger. En Tunisie, nous sommes de bons comparatistes. Un juriste tunisien qui se respecte est un juriste qui possède des éléments de droit français assez importants et de droit du Moyen-Orient non négligeables. Nous sommes un peu spécialistes de droit comparé. Mais, à l’étranger, le droit comparé reste le parent pauvre dans les facultés. C’est dommage.

Pensez-vous que la Revue tunisienne de droit reflète le passage d’un droit colonial à un droit étatique national ?

Il ne faut pas se méprendre. La branche coloniale du droit tunisien a été négligeable. Sous le protectorat, en dehors du droit foncier, les branches du droit qui intéressaient la colonisation n’étaient pas objet de législation. Le droit français était appliqué directement. Ainsi, à l’indépendance, il n’y avait pas de droit commercial tunisien. Les tribunaux français appliquaient le droit commercial français. Il existe cependant quelques exemples. En matière d’assurance, la loi de 1930 – une des lois qu’on dit parfaite – a été reproduite presque textuellement dans le journal officiel tunisien. Mais, pour l’essentiel du droit civil, du droit pénal, le droit tunisien est resté tunisien. Le protectorat n’a pas essayé de le franciser. La preuve en est qu’après le protectorat, le législateur tunisien moderne et indépendant, n’a pas senti le besoin de modifier ces codes. Parmi les codes essentiels, le code des obligations et des contrats, a connu sa première version avant le Protectorat. Il a été correctement élaboré et promulgué au cours des premières années du protectorat et il est resté en vigueur jusqu’à nos jours. N’oubliez pas que le premier code tunisien date de 1864, qu’il a été élaboré dans la foulée de la première Constitution et du Pacte Fondamental. Nous avons donc une tradition juridique. Le colonialisme n’a pas trouvé un non-état. Il a trouvé un état moderne qui s’était déjà constitué et qui fonctionnait, en dépit de ses imperfections. Il s’agissait donc d’une structure étatique, et non d’un pays tribal, comme on le dit parfois.

Comment situez-vous la Revue tunisienne de droit dans la naissance de l’Université tunisienne et dans l’enseignement du droit au sein de l’Université tunisienne ?

Le droit, si on le réduit à des textes de loi et à des arrêts de jurisprudence, est un droit sec, un droit incohérent ou incompréhensible. Il faut décortiquer les textes, les rapprocher des arrêts pour bien étudier le va-et-vient entre la théorie et la pratique. Et je crois que c’est l’œuvre de la Revue tunisienne de droit. La Revue tunisienne de droit expose et explique le droit tunisien tel qu’il est conçu et tel qu’il est pratiqué.

Quelle est la part des articles de réflexion sur la vie politique ?

Il y en a très peu. Au début, la revue se voulait scientifique, c’est-à-dire aussi loin que possible de la politique. Quelques articles de réflexion politique se sont glissés par-ci par-là. Mais cela n’a jamais été une préoccupation réelle de la revue.

Comment percevez-vous la revue en tant que lecteur ?

La Revue tunisienne de droit d’aujourd’hui, comparée à ce qu’elle était à la fin du Protectorat et au début de l’indépendance, est à l’image de la Tunisie des années 1990. D’abord sur le plan quantitatif. La différence saute aux yeux entre les premiers numéros qui étaient plutôt maigres et les livraisons des dernières années qui sont parfois un peu trop volumineuses. Quant à l’aspect qualitatif, je ne dirais pas que la qualité des articles est meilleure. Ce serait à la fois manquer de respect aux grands maîtres qui étaient les fondateurs de la revue et être injuste à leur égard. Je dirais plutôt que les premiers chercheurs qui y ont publié leurs travaux, ont placé la barre assez haut. Les chercheurs d’aujourd’hui sont des continuateurs fidèles qui, dans l’ensemble, maintiennent le même niveau, même si leurs articles sont probablement plus engagés et plus variés. Il est normal qu’ils soient plus engagés, car les juristes tunisiens parlant du droit tunisien et surtout du droit musulman observent moins de réserve. Ils sont aussi plus variés car rares sont les disciplines juridiques qui ne sont pas abordées. On peut dire que le lecteur assidu, pourvu qu’il ait la patience de la lire en entier, est assuré d’avoir une vue globale de l’ensemble du droit tunisien dans pratiquement toutes ses branches, et une connaissance des différents courants qui traversent la doctrine et la jurisprudence tunisiennes dans toute leur diversité.

Tunis, 1995

Entretien paru dans La Lettre de l’IRMC, n° 23, janvier-avril 2019, pp. 24-31

Affiche de Pousses de printemps de Intissar Belaïd

Les traces, côté cinéma : que faire ? L’ERC DREAM à la Cinémathèque tunisienne, 27 février 2019

L’équipe de l’ERC DREAM réunie à Tunis du 25 février au 1er mars 2019 a visionné deux films à la Cinémathèque tunisienne. Ce lieu d’archivage du patrimoine filmique peut figurer parmi les sites à repérer dans le projet de cartographie des paysages documentaires.

Historique rapide

La Cinémathèque tunisienne est inaugurée le 21 mars 20181, dans le cadre de l’ouverture de la Cité de la Culture, un chantier entamé sous Ben Ali, abandonné en 2011 et repris en 2016. Le projet, plusieurs fois annoncé, profite de la décision politique et des moyens financiers et technologiques mobilisés, pour donner forme à une institution qui peine, depuis des décennies, à s’inscrire dans le panorama cinématographique tunisien. Une version tunisoise de la cinémathèque française d’Henri Langlois voit le jour en 1958 sous la conduite de Sophie El Goulli, amie de ce dernier2. Hébergée dans divers lieux (la salle des fêtes du lycée Carnot, le Studio 38 et la Maison de la Culture Ibn Rachiq), elle ne dispose pas de fonds comparables à ceux de la cinémathèque algérienne -née en 1965 et défiant la distribution internationale-, et fait son travail de diffusion grâce à des emprunts gracieux. L’institution devient suspecte après 1968, son succès l’assimilant à un lieu de subversion politique. Une salle d’art et d’essai (7è art) ouverte en 1970 ferme pour les mêmes soupçons en 1978, après le Jeudi Noir (26 janvier 1978). La petite salle hébergée par le Ministère d’Information disparaît en 1980, suite aux événements de Gafsa (janvier 1980) et se réfugie au Musée d’Arts vivants de la ville de Tunis (Belvédère). Là naît le souci de préserver et de restaurer les copies de films sur les peintres tunisiens et l’archéologie. En 1990, les archives du Bois d’Arcy découvrent et restaurent le premier film tunisien en arabe dialectal, le Fou de Kairouan (Jean-André Kreusy, 1937). En 1993, le Centre national du cinéma français (CNC) sauve les bobines de Zohra (1922) et Aïn El Ghezal (1924) du premier cinéaste tunisien Albert Samama Chikly (1872-1933). Le projet de cinémathèque revient en 1995 alors que les techniques de numérisation s’imposent comme solution pour mieux conserver le patrimoine cinématographique tunisien dispersé  et non inventorié.

Continuer la lecture
  1. Hichem Ben Ammar & Mohamed Challouf, « Un rêve qui prend forme : la cinémathèque tunisienne », Journal of film presentation, n° 98, 04. 2018, International Federation of Film Archives (FIAF), pp. 11-16 []
  2. Des archives de Sophie El Goulli, ses films et une partie de sa bibliothèque ont été déposés à la Cinémathèque []

Sophie Ferchiou à la cinémathèque tunisienne



Une expérience de coopération est née entre la Cinémathèque tunisienne https://www.facebook.com/CINEMATHEQUE.TN/ et l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) http://www.irmcmaghreb.org/ : un séminaire sur le thème Films et sciences sociales vise à rapprocher la réflexion des sciences sociales de la production filmique et à ouvrir les démarches des chercheurs aux possibilités de lecture des films documentaires et/ou de fiction.

Le cycle est destiné à décloisonner les processus de connaissance et de création pour les inscrire dans leurs contextes, en cherchant les résonances ou discordances des uns avec les autres.

Jeter des ponts entre culture, technologie et méthode 

Le cinéma est rentré à l’université tunisienne : celle-ci compte des établissements et départements d’enseignement et de recherche comme l’Institut Supérieur des Arts multimédia de La Manouba (ISAMM, université de La Manouba) ou l’Ecole Supérieure de l’Audiovisuel et du Cinéma (ESAC, Université d’El Manar). Depuis une vingtaine d’années, des enseignantEs passionnéEs de cinéma (Tahar Chikhaoui, Insaf Machta, Sihem Sidaoui, Najet Tnani, Issam Marzouki…) ont fondé des ciné-clubs sur les campus et introduit dans les programmes des départements littéraires, de français principalement, des modules d’analyse de films, d’histoire du cinéma et de ses théories. Un master d’études cinématographiques et plusieurs filières forment une quantité de techniciens et de professionnels recrutés par le secteur de l’audio-visuel où radios, télévisions, films et production sur le web se multiplient. L’éco-système culturel tunisien en pleine effervescence depuis des années enregistre une augmentation de la production cinématographique qui anime le public et peut cristalliser une connaissance critique diversifiée et approfondie.

Or, un lien manque encore, notamment du côté des sciences humaines et sociales qui font un usage illustratif et souvent superficiel de la production cinématographique. Dans l’enseignement comme dans la recherche, le croisement entre films et sciences sociales reste un maillon faible. Pourtant, dans les raisonnements et les démarches des chercheurs et des cinéastes, on trouve, des proximités ou des affinités qui, de toute évidence, enrichissent les cours, ouvrent des pistes de recherche ou peuvent susciter des travaux. Les cinématographies, tunisienne et mondiale, offrent un matériau abondant qui devrait contribuer à vivifier l’intérêt des étudiants, à renouveler les contenus pédagogiques et à engager d’autres approches.

Ce nouvel espace de travail espère pousser les barrières habituelles en croisant la connaissance autour du cinéma avec la réflexion méthodologique dans les sciences sociales. La lecture du présent ne pouvant se passer des moyens de l’image et du son, il s’agit d’élargir l’expression scientifique à de nouvelles formes alliant un décodage attentif et informé du langage cinématographique avec le décryptage des mots et des concepts.

Une pionnière

Mêlant soucis pédagogique et méthodologique, la séance du jeudi 31 janvier 2019https://www.dropbox.com/s/4dvv22hrr0xurvd/Programme%20Films%20et%20Sciences%20sociales%2031%20janvier%202019.pdf?dl=0 démarre autour de l’anthropologie, une discipline qui a investi l’expression cinématographique pour élargir le spectre de compréhension des phénomènes sociaux. Deux films (Chéchia ; Guellala) de l’anthropologue et cinéaste Sophie Ferchiou https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophie_Ferchiou -pionnière dans un genre qui va s’appeler «  le film de chercheur »- sont projetés. Après des études secondaires en Tunisie, Sophie Ferchiou entre à la Sorbonne pour des études de philosophie et de sociologie. Elle suivra, entre autres, l’enseignement de Jean Rouch (1917-2004) africaniste, chercheur au CNRS et cinéaste. Elle se concentre sur le terrain tunisien pour y étudier les techniques traditionnelles (de la chéchia, de la poterie, de la cueillette d’olives…), le monde du travail (agricole, industriel) et ses divisions, les rituels religieux, les rapports de sexe dans la parenté et la vie économique. S.F est l’auteur de plusieurs ouvrages individuels et collectifs portant sur divers aspects de la société traités aussi dans une douzaine de films. L’Encyclopedia of Arab Women Filmmaker de Rebecca Hillauer la classe comme l’une des premières cinéastes tunisiennes. En 1966, S.F. soutient sa thèseTechniques et sociétés. Exemple de la fabrication des chéchias en Tunisie (Paris, Institut d’ethnologie, 1971) préparée sous la direction d’André Leroi-Gourhan (1911-1986) en projetant La chéchia (1966, 30mn)[1]. Elle se souvient du remue-ménage occasionné par la projection d’un film en 16 mm dans un amphithéâtre de Sorbonne d’avant 68. Fidèle à son enseignement, S.F. présente l’anthropologie visuelle comme une discipline à part entière qui permet « de connaître le réel humain au plus près, dans ses aspects complexes et mouvants… de saisir l’intraduisible et de rendre sensible la connaissance qui ne passe pas par des mots».

A partir du tournage de Guellala (1975, 35 mn), à une époque où la Tunisie s’ouvre au tourisme balnéaire, S.F déclare avoir renoncé aux renforts de techniciens afin d’assurer l’immersion nécessaire à l’enquête et à la compréhension du milieu étudié. Le film capte « la jonction entre le technique, le social et le symbolique » telle qu’elle apparaît dans le regard de l’anthropologue sur le village jerbien.

Ces deux plongéesdu cinéma du réel tunisien appellent la suite du corpus. Sophie Ferchiou avait confié les originaux de ses films au Ministère de la Culture. Introuvables, la perte a été rattrapée grâce aux technologies de numérisation. La Cinémathèque tunisienne entame aujourd’hui autour de cette filmographie, un programme de sauvegarde et de restauration (consolidation de l’image et étalonnage des couleurs) des copies récupérées dans les archives de l’auteure et qui, grâce à l’ajout de bonus, d’interviews et un travail de re-datation seront régénérées pour les chercheurs et le public.

Cette archive d’un type nouveau fait espérer des possibilités de retourner à un monde perdu certes, mais essentiel indicateur de la « structure totale d’une époque » et ouvrant sur une connaissance sensible de l’histoire sociale, économique, politique et culturelle de la Tunisie contemporaine.

Hammam-lif,le 3 février 2019


[1] https://misk.tn/radio/podcast/linvite-du-grand-journal-des-arts-sophie-ferchiou?fbclid=IwAR0HQdLnPQxCmaFqPcUx6QiOMbKQKL_WbTUEFe2bnQCwGiySa6ooADHpXsQ

Publié sur le magazine en ligne Kapitalis, mardi 5 février 2019 http://kapitalis.com/tunisie/2019/02/05/sophie-ferchiou-a-la-cinematheque-tunisienne/

L’Histoire officielle : résonances tunisiennes

Après avoir été vu au cours de la session 2017 des Journées Cinématographiques de Carthage et à la Cinémathèque tunisienne en septembre 2018, le film argentin L’Histoire officielle de Luis Puenzo a été projeté dans le cadre du ciné-club de la Faculté des Arts, des Lettres et des Humanités de La Manouba. Le public était chaque fois au rendez-vous et le débat qui a suivi la projection du mercredi 24 octobre 2018 à La Manouba dévoile des résonances avec le présent tunisien. La fabrication du film comme son contenu suggèrent des associations de situations et ouvrent à une lecture comparée des « transitions » tunisienne et argentine.

Tourné en 1983 et sorti en 1985, juste à la fin de la dictature militaire argentine, le film raconte l’histoire d’une famille bourgeoise de Buenos Aires qui a adopté, cinq ans auparavant, une fille prénommée Gaby. On suit la mère depuis un rassemblement officiel à son domicile en passant par sa salle de cours. Alicia enseigne l’histoire à des étudiants qui l’interpellent par des débats sur l’écriture de l’histoire, la provoquent par des insolences et vont jusqu’à la déstabiliser par leurs affirmations. Dans son métier comme dans sa vie privée, des échanges et des événements vont instiller progressivement en elle des doutes puis un besoin de vérité. Son mari jouit d’une situation confortable. Loin de ressentir les anxiétés de sa femme, il connaîtra une autre évolution intime au fur et à mesure que le régime politique marque des signes d’effondrement. La palette des croisements entre histoires individuelle et collective est peinte à travers une série de personnages : les couples d’amis bien installés, Anita l’amie opposante qui revient après l’exil, les parents modestes -et qui le restent- du mari, le professeur de littérature qui protège les étudiants contestataires, la grand’mère qui enquête sur la disparition de sa fille… Evoluant au milieu de la toile, Anita accède progressivement à des bouts de réalité ; elle prend conscience de la torture, des disparitions, des viols et du sort réservé aux enfants de disparus.

La force dramatique du film réside dans le parti pris de décrire le cheminement d’une subjectivité qui comprend petit à petit comment son histoire est tissée par des faits dont elle n’a pas capté jusque là la signification. La fille adoptée par Alicia et Roberto est-elle celle d’une mère disparue ? La question surgit de la situation politique et agit sur l’intimité du couple jusqu’à la rupture. Les faits se déroulent dans un contexte de « dégel » : des articles de journaux et des manifestations réclament la vérité sur les disparitions et les tortures, des opposants reviennent d’exil, des enquêtes se mettent en place pour retrouver les traces des desaparecidos (les disparus). Malgré les dérobades de son mari, Alicia ne recule pas devant la douleur que lui coûte la recherche de la vérité. Celle-ci prend une dimension d’absolu : «  si je ne sais pas qui est Gaby, c’est comme si rien n’était vrai » déclare-t-elle. Dans son enquête auprès de l’hôpital où sa fille est née comme dans ses cours d’histoire, elle vit un autre rapport avec les archives et les informations qu’elles peuvent recéler, les objets sauvegardés et les circonstances de leur conservation. Le chemin de la vérité est long et tourmenté. En plus de dérouler avec finesse la façon dont on peut découvrir/interpréter des faits, le film parle de la masse de gens qui ignorent et/ou ne comprennent pas ce qui se passe. Prendre le point de vue de ceux-ci fait sortir du face-à-face infernal et vengeur de la victime et du bourreau comme il permet d’échapper du prisme judiciaire. Il y a bien des coupables, des victimes, des complices (comme le mari ou le prêtre), des militants conscients mais il n’y a pas qu’eux. Et ceux qui ne savent pas peuvent – aussi – payer cher le prix de savoir.

Sans angélisme, le film dénonce la violence sans qu’on la voie en direct ; on la sent partout et on en saisit l’impact sur les relations et les événements. Avec le même talent d’évocation, le film revient sur la quête de liberté comme revendication qui s’installe dans la vie des gens. Elle s’affirme dans des attitudes critiques ou de dérision, elle se donne les moyens de s’exprimer dans des manifestations ou des débats. Le film évite le moralisme et la démonstration pédagogique : il relate subtilement la décomposition d’une famille qui se brise avec les méandres d’une histoire politique qui tangue. Combinant des scènes de fiction avec des extraits de documentaires (les manifestations, les recherches des familles dans les archives…), le récit donne la mesure d’une actualité oppressante.

Un mot venu dans le débat autour du film L’histoire officielle  est plein d’à propos :  la réceptivité. On a vu la réceptivité de l’enseignante à son public, celle de la mère adoptive face à l’attente de la grand’mère. La réceptivité du public tunisien à ce film distingué trois fois entre 1985 et 1986 dans des festivals internationaux est due à sa restauration en 2013. Cette nouvelle vie aura permis d’en savoir davantage sur l’Argentine, pays de Maradona et de Messi, du tango et du pape François et de vibrer avec l’histoire des grand’mères de la place de mai qui luttent contre l’oubli, les dérives et l’opacité des pouvoirs.

Hammam-Lif, le 25 octobre 2018

Publié dans La Presse de Tunisie, 28 octobre 2018, page 9. 

L’héritage en Tunisie : vers l’égalité

La question de l’héritage revient dans l’actualité politique tunisienne. Le Président de la République a annoncé le 13 août 2018 qu’il allait soumettre à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) un projet de loi en faveur de l’égalité devant l’héritage. La déclaration relance un processus juridique lancé depuis longtemps et la vague de réactions ne fait que révéler une opinion anciennement divisée sur le sujet. Comme à l’accoutumée, les considérations politiques surdéterminent les gestes.

Le canal du droit

Polémiques et divisions de la société à propos de l’égalité successorale ne sont pas nouvelles en Tunisie. Le changement réside dans les prises de parole contradictoires et les manifestations de rue avec des slogans et des publics opposés. Cette diversité reflète l’atmosphère de liberté d’expression qui règne depuis 2011. Adeptes et adversaires donnent de la voix depuis juin 2018, à l’occasion de la publication du rapport de la Commission des libertés et égalité (COLIBE). Celle-ci, nommée en août 2017 par Béji Caïd Essebsi est chargée d’aligner le dispositif législatif tunisien sur les énoncés de la Constitution de 2014 et les engagements internationaux de l’Etat. Parmi les multiples points du rapport, BCE choisit l’héritage pour annoncer un projet de loi appliquant le principe d’égalité entre hommes et femmes.

Une initiative parlementaire avait été discutée en mai 2016. Le député Mehdi ben Gharbia propose une mesure préconisant d’adopter l’égalité successorale avec possibilité de choisir par testament. L’égalité entre les sexes est érigée en règle -selon l’article 21 de la Constitution : « Tous les citoyens et les citoyennes ont les mêmes droits et les mêmes devoirs. Ils sont égaux devant la loi sans discrimination aucune »-, sauf si le légataire stipule qu’il préfère l’ancienne partition.

La norme égalitaire fait son chemin par le canal du droit, local et international. En 2014, la Tunisie lève ses réserves à la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination envers les femmes (CEDAW) signée en 1985. Tout récemment, l’ARP vote le 23 mai 2018 la Convention Internationale sur le Protocole du Pacte africain des Droits de l’Homme et des Peuples dont l’article 21 stipule que les enfants héritent du parent décédé « sur la base de l’égalité successorale totale, sans distinction de sexe ». Proclamée par BCE le 6 juin (2 jours avant de recevoir le rapport de la COLIBE) et publiée dans le journal officiel, elle fait force de loi.

Un féminisme historique

Ce sculptage juridique s’inscrit dans la continuité d’un processus qui compte plusieurs étapes et acteurs dans la durée. Le féminisme tunisien alterne, depuis près d’un siècle, des facettes militantes et des applications officielles. L’héritage favorise les hommes, en vertu d’une interprétation d’un verset du Coran (au mâle revient la part de deux femelles : li dhakari mithlou hadhi al ounthayayn, sourate des femmes).

Le premier féministe de renom est Tahar Haddad (1899-1935) : en 1930, son ouvrage imra’atouna fi chari’a wal mujtama’ [Notre femme dans la législation et la société] dénonce la situation inégalitaire de la femme dans la norme islamique. En 1956, le Code du statut personnel (CSP) proclamé par Habib Bourguiba interdit la polygamie et remplace la répudiation par le divorce. Bourguiba renonce cependant en 1974 à instaurer l’égalité dans l’héritage sous la menace d’apostasie brandie par Ibn El Baz, un cheikh influent d’Arabie saoudite. Entretemps, grâce aux progrès de l’éducation et face aux limites du réformisme d’Etat, un féminisme contestataire se construit. En 1999, deux associations féministes : l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD) et l’Association Tunisienne des Femmes pour la Recherche et le Développement (AFTURD) lancent une campagne de sensibilisation qui plaide la non discrimination féminine dans l’héritage sur la base d’arguments juridiques, économiques et culturels formulés en 2006.

Une évolution sociale et économique

Quoique patriarcale et sexiste, la société tunisienne évolue sur le plan démographique, sanitaire et culturel. Une femme sur deux travaille, à la ville comme à la campagne, dans tous les secteurs. Les femmes sont devenues des soutiens de famille à part entière, notamment en prenant la charge des parents dans leur vieillesse. Elles accèdent à la propriété et à l’entreprise : le patrimoine n’est plus exclusivement masculin. Sous la poussée des transformations de la famille et avec la participation féminine à l’économie domestique et à la production des richesses publiques, des initiatives en faveur de la parité apparaissent dans quelques milieux. Si les pratiques inégalitaires envers la femme restent légales (allant parfois jusqu’à sa privation de fait de l’héritage, notamment dans le foncier agricole), le mouvement des donations parentales envers les filles ou de partage égal entre les enfants augmente régulièrement. Le modèle traditionnel recule tandis que la volonté testamentaire trace d’autres choix pour les individus.

L’horizon de la parité successorale répond à un enjeu économique, s’inscrit dans une mutation sociale et prolonge la sécularisation du système juridique tunisien. Le caractère civil de l’Etat, base du consensus constitutionnel, permet de faire un pas en avant, sur fond d’un travail d’explication, de négociations, de tractation et d’alliances.

Délibérations et vote à l’ARP s’annoncent chauds.

20 août 2018

Paru sur le site Conversation 23 août 2018

Au fil de la transition tunisienne

Peut-être que les termes les plus significatifs pour parler de la situation tunisienne sont-ils « désordres » et « incertitudes ». Depuis 2011, les Tunisiens ont appris que la fragilité et l’instabilité peuvent durer. Et qu’elles peuvent être associées à des initiatives ou des accomplissements que l’on doit s’habituer à penser comme des étapes susceptibles d’accoucher de mutations et d’inconstances, voire de retournements. Les éléments auxquels il faut faire face pour infléchir l’avenir sont tellement nombreux.

Face au temps

L’issue de chaque action dépend du moment où elle advient et de son articulation avec d’autres. La Constitution du 27 janvier 2014 passée par quatre moutures au moins, a nécessité plus de deux ans de débats impactés par les assassinats politiques de 2013 et le poids des menaces sur la sécurité du pays. Les risques traversés ont contribué à sculpter un texte-référence à l’application flottante. Les principes d’égalité, de liberté de conscience ou d’Etat civil, principales avancées de ce trophée de la transition tunisienne, sont enfreints à plusieurs reprises. Fierté et irrévérence coexistent envers ce texte composite et ouvert à des interprétations contradictoires. Les principes fondamentaux votés par 200 députés de l’Assemblée Nationale Constituante et signés par deux présidences et un chef de gouvernement sont loin d’être métabolisés par les administrateurs, les juges ou les agents de l’ordre. Evitements et palabres forgent un rapport de forces informel et inconfortable. Les formes par lesquelles ce texte va imprimer la vie concrète et les relations entre les citoyens comme les lois et les gestes qui doivent traduire ses préceptes tardent à être mis au point. Le blocage de la Cour Constitutionnelle (prévue depuis 2015) est l’un des symptômes de l’inachèvement d’un édifice qui a besoin d’être consolidé par des gens moins désinvoltes que les gouvernements et plus impliqués que les députés dans l’harmonisation des codes avec l’esprit et la lettre de la Constitution. Le personnel politique, objet de méfiance et de calculs partisans, attend d’être élargi et diversifié, au-delà des compositions pléthoriques des gouvernements successifs. C’est l’un des enjeux des élections municipales du 6 mai 2018, reportées à quatre reprises : fabriquer de nouvelles forces pour gérer la chose publique demande le temps de moduler des instances au niveau régional et municipal. Grâce aux quotas imposés par la loi électorale, les femmes et les jeunes sont plus présents sur les listes gagnantes des municipales. Sauront-ils pour autant défier les vieilles façons de faire et instaurer de nouvelles pratiques de gestion ?

Malgré ou à cause de l’accélération de l’information, le sentiment d’avoir perdu des occasions et du temps depuis 2011 vire à la crise de confiance. Produire d’autres énergies investies dans la politique servirait à compenser les lenteurs bureaucratiques, à impulser l’hésitation des affaires, à réfléchir aux bases et valeurs d’une transition traversée par des vents contraires et des temporalités antagoniques. Car les freins aux changements sont multiples : le brouillage de la politique avec la religion, les bénéficiaires des anciens privilèges, le monde judiciaire, la technocratie sans oublier les déçus par les promesses entrevues dans le court laps de l’espérance révolutionnaire. Discours défaitistes et appels catastrophistes alimentent les explications par la force de l’inertie ou le complot. La mélancolie post -2011 est entretenue par la revanche du temps long : une crise économique persistante et une société inégalitaire.

Face à l’injustice

Kasserine, un des foyers du soulèvement de 2010/2011, enregistre le taux de succès le plus faible au baccalauréat (juin 2018). Les inégalités régissant le renouvellement des élites, la distribution régionale des richesses et des opportunités de développement persistent. Le modèle scolaire instauré après l’indépendance n’a pas su conserver son élan égalitariste, sauf à hisser les femmes aux premiers rangs des diplômes. Le creusement des disparités se voit à travers la géographie de l’immigration clandestine, dans le désintérêt des pouvoirs publics pour la mise en valeur rurale, dans les difficultés d’investir dans les régions et les refus de s’y installer. Le système économique est dépassé après les percées des années 1970/80, bâties sur le choix de la sous-traitance et des bas salaires, la proximité avec l’Europe créant l’essentiel de la dynamique d’échanges, tourisme compris. Les négociations sur l’Accord de Libre Echange Complet et Approfondi (ALECA) butent sur une asymétrie bien installée. « La terrible machine à mélanger et à concasser qu’est une révolution populaire » (Frantz Fanon, Les damnés de la terre) a momentanément servi à abolir distances géographiques, rapports de sexe et clivages sociaux. La solidarité éphémère des semaines insurrectionnelles n’a pas étanché les ruées suicidaires vers la mer ni transformé les capacités productives et organisationnelles du pays. Une énergie associative s’est dégagée du feu du soulèvement ; cette vitalité a engrangé un travail de mobilisation et de consignation remarquables, face à des partis politiques dont le nombre a explosé depuis 2011 (210 à ce jour), sans créer un paysage politique suffisamment alerte. Passer du parti unique à deux grandes formations hégémoniques (Nida Tounès et Ennahdha) peut être interprété comme un changement significatif ; ces deux partis -vivant chacun à sa façon une mue interne- ne proposent cependant pas de choix économiques et sociaux capables de sortir le pays du marasme. La grogne sociale ne se calme pas, la fiscalité continue à épargner les nantis et la corruption à gangrener les mécanismes de gouvernement. L’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), organe rôdé à la régulation, montre des signes de dépassement au regard de l’ampleur des réformes inaccomplies (éducation, droits sociaux, impôts…) et des défis fondamentaux (développement durable, écologie…) qui auraient pu commencer à intégrer les territoires délaissés et les populations démunies.

La décomposition de l’autorité de l’Etat rend dérisoire la querelle autour de la succession de Youssef Chahed : les clés sont dans la capacité à tracer les choix du devenir du pays. Qui aura le courage d’affronter à la fois les bailleurs de fond et les agriculteurs ? Les patrons et les travailleurs ? Les mafieux et les juges ? Les harraga-s et les passeurs ? L’administration et les citoyens ? Malgré la tenue de cinq tours d’élections depuis 2011, les sentiments d’impunité et d’injustice bloquent les conditions d’éclosion d’une citoyenneté au profit d’une religiosité diffuse et de tensions identitaires qui en arrivent à jouer le rôle d’anti-pouvoir.

Face à la liberté 

La liberté d’expression demeure le principal acquis de la Tunisie depuis 2011. Les réseaux sociaux y sont pour beaucoup, parce qu’ils ont brisé la censure et instauré de nouvelles connexions. En relayant les événements de 2010/2011 et incarné des mobilisations et des actions d’un nouveau type, les pages facebook, les sites et les blogs ont créé un espace public plus libre où se mélangent des écrits en toutes langues, des images, des vidéos, des chansons… La blogosphère a influencé la politique et le monde médiatique. Au fil du temps et le désenchantement aidant, la saturation se fait sentir. Les internautes perdent d’autant plus l’entrain que la communication est surveillée, instrumentalisée et draine parfois des fake news. Ce désordre alimente le pessimisme ambiant, comme si la liberté d’expression était cause de la pollution du web. Pourtant et malgré la baisse de l’efficacité mobilisatrice, cette parole poly-centrée contrecarre le monopole des médias officiels ou privés, enrichit des échanges virtuels, quitte à troubler l’information. Le sismographe de la blogosphère tunisienne enregistre les turbulences autour de l’Accord de Carthage, de l’Instance Supérieure Indépendante des élections (ISIE) ou de l’Instance Vérité et Dignité (IVD)… comme il accompagne les recompositions en cours (émergence des listes indépendantes aux municipales) et les appels à respecter la loi. Les réseaux sociaux restent les meilleurs atouts des associations ; communiqués et manifestations importantes (comme la marche pour l’égalité de l’héritage du 10 mars 2018) s’appuient sur facebook. Face aux crises d’autorité (de l’Etat, de la famille, de la religion), les échanges virtuels témoignent d’autres désirs ou centres d’intérêts – l’amour de la nature ou des animaux, l’art, la cuisine, le sport, pour ou contre le jeûne- et portent des envies alternatives de voir et d’habiter le monde, reflet d’aspirations individuelles nouvelles.

Cette liberté d’expression éduque la capacité de la société tunisienne -dont la moitié est connectée à Internet- à débattre. La pédagogie du désaccord prend du temps et a besoin d’exercice. Le rapport de la commission des libertés individuelles et de l’égalité (COLIBE) remis au Président de la République le 8 juin 2018 et publié le 20 juin promet d’être un terrain pour cet apprentissage. Embrayant sur la nécessité d’harmoniser le droit du pays avec la Constitution de 2014 et les conventions internationales, les réformes touchent la peine de mort, l’égalité dans l’héritage, l’obligation de la dot, le partage de l’autorité parentale, la dépénalisation de l’homosexualité, l’égalité des droits aux enfants nés dans ou hors mariage, l’ouverture des cafés pendant le Ramadan, la suppression du crime de blasphème… Ces questions remuent les profondeurs mentales et la structure des intérêts. Les Tunisiens et Tunisiennes sont appelés à discuter état des lieux et propositions, pour assimiler la Constitution de 2014, pour faire face à leur temps, pour avancer face à la liberté et contre les privilèges inhérents à l’inégalité.

Hammam-Lif, le 1er juillet 2018

Une version remaniée de ce texte a été publiée sous le titre “La liberté, malgré tout…” par le magazine Manière de voir, n° 160, août-septembre 2018, pp. 94-97

Al Fikr, Naqd, Prologues : trois revues maghrébines à l’honneur

En marge de la 34ème Foire Internationale du Livre de Tunis (6-15 avril 2018), la Bibliothèque Nationale de Tunis a invité samedi 14 avril 2018 trois intellectuels à raconter les itinéraires des revues qu’ils ont créées et animées : Al Fikr a été présentée par Béchir Ben Slama, Naqd par Daho Djerbal et Prologues/Mouqaddimat  par Mohamed Seghir Janjar. Les revues sont en effet souvent un point aveugle dans les études sur la vie intellectuelle, littéraire ou scientifique. Elles sont pourtant l’espace où s’élaborent les idées, où se préparent les œuvres, où les auteurs se frottent à la réception des lecteurs, où des poètes publient des textes épars, où l’on trouve des traductions des littératures étrangères, où certaines connaissances spécialisées sont vulgarisées… Les revues sont également un lieu d’engagement dans la mesure où le travail qui sous-tend leur existence fragile et éphémère est un travail de fourmi, obligatoirement collectif qui baigne dans l’anonymat et se dissout avec la disparition du titre. Raja Ben Slama, directrice de la BnT et organisatrice de l’hommage introduit la manifestation en soulignant cette particularité de l’effort « revuiste » et la persévérance des chevilles ouvrières veillant à la préparation de chaque livraison.

La tunisienne al Fikr, une longévité à l’ombre du pouvoir bourguibien

Béchir Ben Slama, fondateur et animateur de la revue Al Fikr (1955-1986), commence par relier la naissance de cette revue à l’antécédent An–Nadwa (fondée par Mohamed En-Nayfar en janvier 1953, 34 numéros) dont Mohamed M’zali (1925-2010, plusieurs fois ministre de Bourguiba) réalise le dernier numéro. Formé à la philosophie à l’université de La Sorbonne et enseignant, ce dernier adjoint au projet de fondation d’Al Fikr Béchir Ben Slama son collègue au lycée Alaoui de Tunis, qui en sera le rédacteur en chef tout au long de ses trente et un ans d’existence. L’un et l’autre signeront les éditoriaux de la revue et concevront une série de numéros spéciaux (dont un sur l’Islam en 1966) en s’appuyant sur un comité réuni tous les samedis après-midi dans un bureau attribué par l’Association des Anciens Elèves de Sadiki. Al Fikr publie plusieurs plumes débutantes comme Hichem Jaït, Ezzedine Madani… et des réflexions qui ont montré plus tard leur pertinence (le vide idéologique et la perspective du rôle de l’Islam).  A l’époque, la typographie et l’élaboration de chaque numéro nécessitait un long travail de vérification entre la rédaction et l’imprimerie. Bourguiba disait de la revue qu’elle le servait mieux qu’une ambassade. La revue cesse de paraître en 1986

En 2015 et pour les soixante ans de la revue – célébrés dans l’indifférence des autorités – Béchir Ben Slama rédige un manifeste. L’année suivante, il met au point un index par matières, un outil qui permet de voir l’importance des sujets traités et ne manquera pas de servir aux futurs chercheurs.

L’algérienne Naqd et les tumultes de l’histoire

Daho Djerbal inscrit Naqd (37 numéros parus depuis 1991) dans l’histoire contemporaine algérienne : le passage à l’indépendance, la décennie noire et l’arrivée d’Internet. Dans la transition brutale entre la colonisation et l’indépendance, l’Université d’Alger (née en 1909, considérée comme la deuxième université de France, notamment pour le droit et la médecine), a dû affronter les vides dans la production et la transmission du savoir comme elle devait revenir sur le regard et les bases épistémologiques de la connaissance sur la société algérienne. Vers la fin des années 1980, on sentait la « montée des périls » : progression des islamistes, développement des mouvements identitaires berbères, suppression des libertés… Douze intellectuels et universitaires algériens se rassemblent autour du besoin de réfléchir aux symptômes inquiétants. Le 1er numéro de Naqd (décembre 1991-février 1992) coïncide avec l’interruption du processus électoral par le coup d’Etat militaire et la 1ère Guerre du Golfe. De semestrielle, la revue devient annuelle avec l’arrivée du terrorisme. Deux professeurs de médecine (Boussebsi et Bekhanfir) sont assassinés, avant de produire des travaux de terrain sur les formes de violence observées (inceste, agressions liées aux facteurs religieux ou à la consommation de drogues…). La nécessité de la réflexion critique trouvait des résonances dans Perspectives, (GEAST, 1963-1975) Souffles (1966-1973) ou Soual (créée par Mohamed Harbi et Menaouer Merrouche en 1982), considérées comme références par les animateurs de Naqd, soucieux d’interroger les réticences de la société algérienne à creuser les raisons profondes de la dissolution du lien social et le rapport au savoir (la revue invente le terme « épistémophobie »). Indépendante du gouvernement (aucun abonnement officiel), Naqd vit sur ses ventes de librairie et a pu construire un vaste réseau d’auteurs du « Global South » avec une prédominance d’auteurs maghrébins (112 en 25 ans). Une convention signée avec la plate-forme européenne CAIRN permet aujourd’hui à 88 institutions publiques algériennes et 72 tunisiennes d’y accéder. Le pari de durer et de transmettre est gagné.

La marocaine Prologues/ Mouqaddimat, ancrage maghrébin et adaptation au web

L’aventure de Prologues (1993-2008) exprime une autre forme de résistance dans la durée puisqu’elle renaît en 2017, en format numérique et sous le titre Prologues. Le Maghreb des livres et idées. Mohamed Seghir Janjar remonte à la création de la Fondation du Roi Abdul-Aziz Al Saoud pour les Etudes Islamiques et les Sciences Humaines créée en juillet 1985 par Abdou Filali-Ansary. Une news letter sert à diffuser des informations, des lectures et des commentaires de la production scientifique, en rapport avec les transformations sociales. La revue Prologues naît au sein de la maison d’édition Horizons Méditerranéens avec des capitaux différents et profitant d’un contexte marocain plus ouvert aux Droits de l’Homme et à l’idée maghrébine, après plusieurs expériences sous autoritarisme (Mohamed El Aziz Lahbabi et Afaq Ittihad kuttab al maghrib des années 1960 ; Souffles et son inspiration tiers-mondiste ; Athaqafa al jadida et Mohamed Bennys, années 1980).

Prologues se propose d’analyser la société avec une sensibilité maghrébine sur le modèle de la London Review of Books (née en 1980) et la New York review of books (fondée en 1963), à partir d’ouvrages du monde entier.

Avec le constat que l’usage de la seule langue arabe appauvrissait l’esprit critique et tournait le dos à la production scientifique élaborée en français aux débuts de l’université marocaine, l’idée d’une revue bilingue s’impose afin de conserver le débat au sein des élites et pour créer une passerelle entre les générations d’universitaires et d’intellectuels marocains. Par ailleurs, le principe de comparaison et l’ancrage dans le terreau maghrébin étaient des choix éditoriaux centraux.

En 15 ans, 684 articles paraissent ; 36% des 657 auteurs sont étrangers. Les Tunisiens Yadh Ben Achour, Mohamed Talbi, H’mida Ennaïfar, Ali Mezghenni, Amel Grami, Moncef ben Abdejellil…, représentants d’une islamologie moderne nécessaire après la Révolution iranienne et l’expérience algérienne, sont publiés par des éditeurs marocains. Un état des lieux sur les études sur la femme depuis Allal Al Fassi et une série de numéros spéciaux ont paru ; s’ils ont pu servir, ils n’ont pas entretenu les ventes, en chute libre. Comme en Algérie et en Tunisie, les tirages passent de 3.000 à 2.000 puis à 1.000 en 2008, mal diffusés.

Prologues cesse de paraître en 2008. Elle reparaît après 10 ans et des transformations considérables : le paysage marocain se sature par les chaînes satellitaires et Internet sans que la société dispose d’une culture de l’écrit suffisamment forte pour favoriser le passage à l’écrit du web. Aussi la solution  préconisée pour la formule de relance de Prologues/Mouqaddimat est-elle de s’adapter au nouveau lecteur. Il s’agit d’occuper la toile, avec des textes de moins de 6.000 signes, en disant l’essentiel et par des approches comparatives, le but étant de déconstruire les évidences et d’instruire le débat public.

Etant donné que l’âge moyen des 300 revues marocaines est de 2 ans et demi, il faut souhaiter longue vie à Naqd et à Prologues/Mouqaddimat.

Outre qu’il a permis d’évoquer l’histoire, la force et la vulnérabilité de l’édition périodique au Maghreb, cet hommage aux trois revues a ouvert également les portes de l’avenir. Des collections complètes des revues Prologues, Naqd et Intersignes (directeur Fethi Ben Slama, Paris, 1990-2001) sont venues enrichir le fonds de la Bibliothèque Nationale de Tunis. La numérisation en cours et les échanges avec la Bibliothèque Abdelaziz Ibn Séoud de Rabat (numéros manquants de la revue al Fikr) promettent de mettre à la disposition d’un plus grand nombre d’usagers des mines d’information, de connaissance et de réflexion sur les sociétés maghrébines en mouvement.

Compte rendu publié dans Prologues/ Mouqaddimat, mai 2018.

https://prologues.medias24.com/Art-litterature/47-Le-Maghreb-des-revues-Al-Fikr-Naqd-et-Prologues-a-l-honneur.html

Et sur le site de la Bibliothèque Nationale de Tunisie

Trois revues maghrébines à l’honneur Al Fikr, Naqd, Prologues

 

 

Elections municipales en Tunisie. La citoyenneté à l’épreuve

Les premières élections municipales tunisiennes qui se déroulent après 2011 seront significatives par le taux de participation qu’elles auront enregistré le 6 mai 2018. Elles adviennent dans un climat brouillé, semé de perturbations et suscitent des débats nouveaux. La lecture de leurs résultats dépendra de la mobilisation citoyenne et des indices de diversification des listes qui sortiront du système électoral choisi.

Essais et erreurs

Reportées à quatre reprises (elles devaient se passer en 2015), ces élections ont attendu, entre autres, la proclamation de la loi de juin 2016 sur les élections et les référendums. En mai 2017, une grave crise au sein de l’Instance supérieure indépendante des élections (ISIE) entraîne la démission du deuxième président (et 3 membres) de l’ISIE, ayant succédé à Kamel Jendoubi, empêché de poursuivre sa tâche, après avoir mené les élections d’octobre 2011. Chafik Sarsar qui officie avec les élections présidentielles et législatives d’octobre-décembre 2014, laisse la place à Mohamed Tlili Mansri élu en novembre 2017, après plusieurs tours à l’Assemblée des représentants du peuple.

Ces secousses sont à l’image des difficultés économiques, de la persistance des remous sociaux et de l’impuissance du second gouvernement de Youssef Chahed (premier ministre depuis l’été 2016) à lutter efficacement contre le chômage et la corruption et à engager les réformes indispensables dans l’appareillage des lois. Elles traduisent surtout les lenteurs de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) qui, s’ajoutant à l’inertie de l’administration expliquent l’absence de textes définissant les fonctions municipales. Alors que la Constitution de 2014 introduit la nouveauté de la décentralisation régionale (chapitre VII), les outils enécessaires à la gouvernance locale n’ont pas été mis au point quatre ans après. L’exemple du code des collectivités locales est parlant : après avoir traîné dans les bureaux de l’ARP, il est voté dans la précipitation et de justesse le 27 avril 2018.

De nouvelles dispositions

Le nouveau découpage administratif a permis de créer 86 communes de plus dans les 24 gouvernorats du pays. Les 350 municipalités vont pouvoir remplacer les « délégations spéciales » mises en place en 2011 et constituées des autorités administratives locales. Le wali (préfet) et le mou‘tamad (délégué) de chaque région président depuis 2014 les formations provisoires gérant les affaires municipales.

La parité Hommes/Femmes renforcée depuis 2014 a hissé plusieurs femmes en tête de liste. Le principe est louable mais favoriser l’accès des femmes à la gestion des affaires locales alors que les mentalités, les lois et l’exemple du pouvoir central restent inchangés, est-ce bien réaliste ? On « envoie les femmes au charbon » et elles affrontent l’inconnu. Cependant, si cette disposition paritaire comporte une dose de marketing et d’hypocrisie, l’occasion est à exploiter par les futures élues pour renforcer l’acquis et changer pragmatiquement la représentation encore largement masculine et vieillissante du pouvoir central.

La jeunesse est nettement plus présente dans les 2.074 listes car, comme pour la parité et la présence des handicapés, les textes imposent dans chaque liste trois candidats au moins ayant entre 18 et 35 ans. Ils forment 32,65% des 5.369.892 inscrits. Voteront-ils davantage qu’en 2011 et 2014 ?

Face à la supériorité numérique de Nida Tounès et d’Ennahdha, on enregistre la présence d’indépendants de divers horizons et d’une coalition civile regroupant 11 partis pour plus d’une centaine de listes

Si ce premier scrutin municipal ne garantit pas la décentralisation, il constitue un mécanisme de fabrication de responsables locaux en mesure de diversifier l’éco -système  politique tunisien limité aux besoins des trois pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire.

Controverses publiques

L’encre électorale a constitué un des multiples suspens de ces élections. Utilisée en 2011 et 2014, sa suppression est annoncée début 2018. Elle est finalement reconduite et offerte par la Chine. Son usage pose la question de l’efficacité du contrôle de l’ISIE et de sa capacité à garantir l’intégrité du scrutin. Alors que les doigts bleus étaient fièrement brandis après les élections de 2011 et 2014, le procédé alimente les débats sur la nécessité de dépasser ce procédé fruste et indigne des contextes démocratiques.

Avant et après la campagne (14 avril – 4 mai 2018), les débats publics se diversifient. Le scrutin à la proportionnelle aux plus forts restes est discuté et donne lieu à des propositions. A propos des candidats (plus de 50.000), on pointe des repris de justice et des suspects de terrorisme et on note le retour -en rangs dispersés- des réseaux du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD, parti de Ben Ali), dissous en mars 2011.

Les interventions de la Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle (HAÏCA) ont permis de discuter des contours de la participation des médias, les difficultés de la gestion du pluralisme et de la neutralité de l’administration.

Les frictions sur le terrain entre les listes  mettent sur le tapis la morale des élections. On dénonce des prêches du parti islamiste dans les mosquées et la distribution de vivres et d’argent. Les promesses d’introduire le wi-fi dans les communes qui éliraient Ennahdha, indiquent la « modernisation » de la communication politique de ce parti en même temps qu’une baisse de l’offre de récompenses aux votants, variable essentielle mais incertaine.

Voter : une des voies de la citoyenneté

12% des 36.000 policiers et militaires inscrits votent pour la 1ère fois le 29 avril 2018. Ce taux traduit-il un manque de foi dans le vote propre aux forces de sécurité ? La faiblesse de la proportion fait craindre la froideur de la participation attendue le dimanche 6 mai.

Le classement respectif d’Ennahdha et Nida Tounès est un résultat attendu surtout par les partis et notamment au sein du duopole hégémonique. Il servira à réaménager, en fonction des régions, l’équilibre des deux formations qui se partagent le pouvoir depuis 2014 et ont besoin de compter leurs forces respectives pour les élections présidentielles de 2019. Au-delà des repositionnements qui se feront au sein de l’alliance Ennahdha/Nida Tounès et parce que celle-ci bloque le jeu démocratique, on attend justement de ces élections des signes du côté de la place que pourront avoir les listes indépendantes, les femmes et les jeunes. C’est en effet par ces brèches que le jeu électoral montrera les possibilités de s’ouvrir à de nouvelles couleurs politiques, d’introduire d’autres types de coalitions et de donner une place à des sensibilités et des pratiques, développées pour l’essentiel dans le bouillonnement de la société civile post-2011 et face à une situation politique paralysée par les tractations d’intérêts et la lourdeur des appareils.

Sachant que le changement ne peut advenir d’un coup ni par les seules élections, ce scrutin municipal illustre, une fois de plus la lenteur et les aléas d’un processus civique et politique qui prouve concrètement l’insuffisance des institutions centrales, la nécessité de passer par le débat public et la difficulté de construire la citoyenneté par les comportements sociaux. La genèse des conditions de base du fonctionnement démocratique est plus longue et plus laborieuse que la mise en place des dispositifs et procédures juridiques.

Hammam-Lif, le 4 mai 2018.

Publié dans Le Quotidien d’Oran, n° 7135, dimanche 6 mai 2018, page 6.

Une historienne dans la Révolution tunisienne

Mon ouvrage Parler en historienne après 2011, Tunis, Publications Universitaires de La Manouba, 2017,176 p. vient de paraître.

En voici l’introduction

Cinq années, treize textes et une chronologie

L’ouvrage que le lecteur a entre les mains est le fruit d’un travail réflexif et rétrospectif mené dans l’urgence d’une histoire en train d’advenir. Ce recueil comprend treize textes de facture différente. Ecrits entre 2012 et 2016, ils témoignent, sur la forme et comme sur le fond, d’une écriture qui réagit à une conjoncture volatile. Il faudrait lire ces traces indirectes des bouleversements vécus par les Tunisiens comme une suite d’instantanés autour de questions surgies du présent, traitées dans l’urgence, avec les moyens du bord, et d’après une perception à chaud. L’ensemble ne constitue pas un tout homogène, mais il faut espérer qu’il constitue pour le lecteur une fenêtre sur une période qui appelle, pour en rendre compte, une multitude de voix, de points de vue et de retours d’expériences.

 Formes et finalité

Mon expérience de chercheure en histoire contemporaine et diverses opportunités m’ont offert plusieurs possibilités d’écrire sur l’actualité tunisienne. Ce recueil est le résultat d’une activité entraînée dans des remous conjugués : celui du temps et de l’histoire influant nécessairement sur l’observation, sur la consignation des faits vécus, comme sur le questionnement autour de la profession d’historien.

J’ai choisi treize textes pour reconstituer cette « relation » d’historienne sur la Tunisie après 2011. Quatre d’entre eux sont publiés sous forme de blog ou carnet de recherche hébergé sur Hypothèses, une plate-forme gérée par le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)[1]. Ce blog ouvert en juin 2011, participe à l’explosion éditoriale généralisée ; les journaux et magazines s’ouvraient aux opinions et demandaient des éclairages sur une Tunisie sortie de ses gonds et de l’image habituellement reçue. Happée par le mouvement, j’ai doublé la publication sur papier par l’édition en ligne, dans le format et selon les règles fixées pour veiller à la visibilité du « carnet de recherche » et à sa sécurité. L’article « Ouvrir un blog » reproduit ici revient sur les circonstances de ce geste éditorial et explique comment j’ai investi la formule.

A côté de ces papiers d’un nouveau genre, les huit articles du recueil sont de facture plus « classique » : ils sont le fruit d’interventions à des colloques et séminaires dont le nombre a sensiblement augmenté à partir de 2011. A l’instar d’autres chercheurs, j’ai en effet senti et bénéficié d’un vent d’une curiosité accrue envers la Tunisie. Les communautés scientifiques se faisant demandeuses, j’ai vu se multiplier les occasions de participer à des manifestations culturelles ou académiques. Les sollicitations répétées stimulent la réflexion et j’ai été amenée à répondre à de nombreuses questions autour des liens entre le passé de la Tunisie et l’histoire en train de se dérouler. Le besoin de raccorder le passé au présent est un exercice tentant et risqué ; pour ma part, j’y suis entrée en dégageant la logique des questionnements plutôt que celle des faits proprement dits, en suivant la rampe historiographique.

Ecrits en français, certains de ces textes ont été traduits en arabe, d’autres en anglais et un en italien. J’ai ressenti le besoin de faire des ponts de façon plus pressante après 2011. Les conditions de production du savoir incitent à faire éclater les cloisons (notamment en allant vers d’autres publics) et à traverser les frontières (disciplinaires, linguistiques, géographiques…) afin de communiquer plus largement. J’ai voulu toucher des lectorats différents et faire circuler l’information demandée sur la Tunisie, avec les moyens dont je disposais. Fruit d’une expérimentation isolée et sauvage dans le milieu universitaire tunisien, ces articles tracent une cartographie personnelle et donnent des instantanés de mes réflexions et appréciations des événements, des controverses et des positionnements face à l’histoire et au traitement du passé. Reflets d’un usage de l’écrit et du savoir troublé par des mutations technologiques d’ampleur (et bien d’autres changements), ces essais renvoient à des questions et des perceptions de l’histoire et de la mémoire, ravivées ces dernières années. L’assemblage de ces textes vise à contribuer à alimenter le débat qui anime la société et plus particulièrement le champ politique et l’espace culturel tunisiens, à savoir : la montée de l’importance du passé.

Dans l’avalanche des secousses, la remontée en surface d’une demande d’histoire ne pouvait pas me laisser indifférente. La première impression inspirée par cette revendication à l’historienne que je suis est qu’elle se distingue de la demande de mémoire, conséquence de besoins de reconnaissance, également fouettés depuis 2011. Il en découle une tension entre mémoire et histoire qui, si elle peut paraitre normale, n’est pas pour autant spontanée. L’exigence mémorielle s’explique, en partie, par les déficits de l’historiographie établie, au sein de laquelle la version de l’histoire officielle et nationale est hypertrophiée. Il n’y a cependant pas que cet aspect dans le champ intellectuel, culturel et artistique tunisien. Depuis des décennies, des écrits et des témoignages pointent l’exagération de cette histoire orientée et relèvent ses manques, abordent des questions non traitées et suggèrent parfois des pistes.

 Une production historienne pas seulement officielle

Il est intéressant de se demander comment l’effervescence post-2011 s’est traduite dans le « corps » des historiens. Le mot « corps » est-il approprié ? La profession d’historien, au sens actuel du terme, est liée à l’histoire des institutions et du savoir. Pour la Tunisie contemporaine, on doit revenir à la genèse des champs éducatif et universitaire. Entrer par les chiffres, même si c’est artificiel, donne des indications et oblige à réfléchir sur l’usage du mot et le flou qui le caractérise. Combien la Tunisie compte-t-elle d’historiens ? La catégorie est difficile à placer dans des cadres établis. Les statistiques de l’université font état d’environ 250 enseignants-chercheurs en histoire, tous grades et toutes spécialités confondus. Mais on ne peut s’en tenir à cette définition restreinte. Il faut y ajouter les historiens « amateurs », ceux qui s’intéressent à l’histoire jusqu’à écrire des livres ou des articles dans les journaux et revues. Ce « commerce » de l’histoire est loin d’être négligeable dans le monde tunisien de la culture[2]. Il constitue un large réservoir où circulent les idées historiques, les interprétations du passé de la Tunisie. Par ailleurs, des poèmes, des pièces de théâtre, des films, des feuilletons et même des « conteurs » forment des vecteurs qui vulgarisent l’histoire de héros, popularisent des récits sur des régions, racontent des épisodes plus ou moins glorieux, autant qu’ils questionnent, parfois, l’histoire dite « officielle ».

Le doute autour de la production historique tunisienne, entretient les défiances face à la profession, comme il se nourrit des approximations ou ignorances qui persistent sur des pans entiers du passé. Dans les discours ordinaires, politiques ou intellectuels, on ne décèle pas d’autorité spécifique aux « historiens » tunisiens ; ils ne bénéficient pas d’un magistère particulier et leurs écrits ne font pas référence unique. Tenus dans une crédibilité toute relative, ils forment une communauté où se reflètent les problèmes de la place des humanités dans le régime du savoir. La libération de la parole a dévoilé d’autres carences : une faible connaissance de ce qui est étudié, une confusion des genres (depuis les travaux de recherche jusqu’aux manuels en passant par les essais), une absence de capitalisation de savoirs historiques éclatés non dénués, du reste, de points aveugles et de lacunes.

Aussi, si dans le foisonnement actuel des revendications, la réforme des programmes  et des manuels scolaires est un mot d’ordre largement partagé, elle ne suffirait pas cependant à renouveler tous les supports d’apprentissage, ni à transformer les façons d’approcher l’histoire de la Tunisie. Sans compter que la forme « manuel » est dépassée pour toutes les disciplines. Le monde de l’enseignement et l’univers de la connaissance sont en mutation partout et la Tunisie ne peut se mettre à l’abri des bouleversements actuels. Comme pour la géographie, les mathématiques, les sciences de la vie ou les langues, les programmes et manuels transportent une pédagogie dépassée et ne parlent plus aux générations montantes. Ils appellent à un remaniement profond des contenus et à la nécessité de ré-inventer les méthodes et les procédés de transmission.

La demande de mémoire réactivée en Tunisie après 2011 se greffe sur une réticence et un désintérêt anciens devant l’histoire « savante », preuve que l’histoire « officielle », malgré ses prétentions, n’a pas les moyens de l’hégémonie qu’elle recherche. Cette dernière a certes eu le temps de s’écrire et s’est donné les moyens de se formuler, entre la période de Bourguiba puis celle de Ben Ali qui a essayé d’atténuer l’image du précédent. Avec le départ du second, une chape a sauté, laissant libre cours au désir d’écrire « une autre histoire ». Le déplacement du balancier est classique et le besoin d’une histoire « plus vraie » est le lot de tout changement de régime politique. Qu’ont fait les historiens « professionnels »  en Tunisie ? Certains se sont lancés dans une « histoire immédiate » nourrie par l’émotion et encouragée par la vitesse de la communication. Dans les médias et la presse écrite, des voix et des plumes historiennes se sont fait connaître, sans attirer outre mesure l’attention du public, plutôt tourné vers les avis de juristes, ou encore intéressé par les chiffres des économistes, les lectures de politologues, plus en phase avec le rythme des événements.

Entre retour du passé, pression de l’immédiat et doutes sur l’avenir, les années post 2011 ont accouché de remises en cause de toutes sortes de professions, celle des historiens n’étant pas en reste. Quand on est dedans, quelle attitude avoir et que faire devant ces vents perturbateurs ? Et parmi les questions que je me pose : avant 2011, aurais-je souhaité laisser une telle trace de mon travail d’historienne dans la production de l’université ?

 Lire en reliant passé et présent

            Face à l’événement révolutionnaire, ma réaction a été de lire et relire en cherchant des liens entre le présent désordonné et le passé plus ou moins décrypté. Dans la précipitation, je n’ai pas trouvé le temps de réfléchir à la question de la forme, pourtant essentielle. Je suis restée dans le registre du « court », avec des formats moins longs que mes articles académiques habituels. J’ai commencé à publier des articles dans un quotidien, un hebdomadaire ou un mensuel avant de les « poster» dans le blog dont j’ai parlé ci-dessus. Je me suis expliquée à plusieurs reprises -dans le blog, des interviews ou des séminaires de méthode- sur mon entrée dans ce nouveau monde de la communication scientifique. Au cours des années post 2011, j’ai évolué dans ma manière d’écrire ; essayant au début d’être en phase avec les faits sélectionnés, je me suis orientée petit à petit vers l’actualité scientifique et/ou culturelle pour y chercher les vibrations du contexte nouveau et/ou ses échos indirects. Cette chronique subjective constitue aujourd’hui une « archive » qui m’aide à me retrouver dans un passé pas trop lointain dont la densité échappe déjà à mes réflexes et à ma mémoire.

Sollicitée pour des cours, des conférences et des séminaires, le plus souvent en France mais également en Belgique et en Italie, j’ai rencontré des publics attirés par la Tunisie et son histoire en train de se faire. Face à des audiences curieuses, composées souvent de personnes armées de connaissances comparées, parfois érudites, sur la politique, la sociologie ou l’économie tunisiennes, j’ai dû mettre en perspective le cours des péripéties en me penchant particulièrement sur l’histoire, proche et lointaine. La plupart des textes rassemblés ici sont le fruit de ces exposés, des versions remaniées deux ou trois fois -parfois davantage- intégrées à des projets collectifs, pour animer des séminaires de recherche, répondre à des associations citoyennes ou donner une conférence. Les textes ont été dits, écrits et recomposés à la lumière de ce que la Tunisie suscitait comme interrogations et débats. Les besoins de comprendre l’actualité tunisienne se nourrissaient des espoirs de voir surgir une histoire dont les enseignements résonnaient en dehors des frontières nationales. Cet intérêt scientifique persistant, d’une durée inhabituelle, hors du commun de ma profession et sortant des débats internes au pays, m’a servi de fil conducteur tout au long de ces années. La conjonction entre une attention soutenue et notre réalité embrumée par des épisodes difficiles à décrypter, m’a tenue sur la brèche et la tête hors de l’eau. J’ai poursuivi un travail de mise en ordre et en perspective qui m’aidait à voir plus clair, tout en répondant à la curiosité de mes auditoires.

Les (re)lectures de l’histoire tunisienne m’ont servi à trier dans les faits saillants pour trouver des résonances tantôt dans la période coloniale, tantôt dans celle de l’après-indépendance, parfois dans les périodes et écrits antérieurs. La veine historiographique que j’avais commencé à suivre avant 2011 trouvait là une issue et une application fécondes. De plus, cet effort d’interprétation et de communication s’est avéré être un exutoire apaisant devant le présent convulsif que nous étions en train de traverser.

Ce recueil reproduit l’essentiel des textes élaborés entre 2012 et 2016. Alternant avec et complétant la centaine de billets publiés à ce jour sur mon blog, ils constituent ce que mon regard d’historienne m’a permis de formuler à propos de l’histoire en cours, sachant qu’il est difficile de capter à chaud la pleine signification des faits. J’expérimente des grilles, je teste des hypothèses ou des analogies, je tente des rapprochements, j’avance des propositions, j’exprime des embarras… Toutes ces opérations m’ont permis d’accompagner ces années agitées pour la citoyenne, en examinant avec le crible de l’historienne les questions que la tournure du présent éveillait. Je ne prétends ni à une histoire du temps présent ni à une histoire immédiate. Ces textes sont le produit d’une activité d’historienne sollicitée par plusieurs cercles pour tamiser l’actualité tunisienne et explorer en quoi les événements présents et locaux peuvent se rattacher à des questions globales et anciens. J’ai parlé des années 2012 à 2016 avec les outils de la discipline (dont la chronologie publiée en annexe) espérant par cet exercice de mémoire ordonnée et comparée contribuer à un vaste travail, dépassant mes seules capacités. Je suis heureuse d’en avoir effectué la part que je pouvais faire, espérant préparer la voie à de possibles retours sur des années complexes et touffues qui attendent d’être racontées, analysées et expliquées.

Hammam-Lif, le 7 juin 2017

[1] Histoire et culture de la Tunisie contemporaine, http://hctc.hypotheses.org

[2] Une thèse récente de Mohamed Saâdaoui (Université de Sfax, avril 2017) intitulée « Les écrits d’amateurs non universitaires autour de la période coloniale en Tunisie 1881-1956. Etude critique d’un genre historiographique parallèle » (en arabe). Sans être exhaustive, la thèse a recensé une centaine d’ouvrages.

 

Les élites tunisiennes : épaisseur historique et voies de changement

Depuis 2011, on (re)parle beaucoup des élites en Tunisie. On pose la question de leur utilité, on se demande si elles sont en train de changer, on compare anciennes et nouvelles, on les incrimine dans le blocage de la « transition », on les accuse de trahison comme on se demande pourquoi elles sont si peu présentes dans la vie publique et politique. Ces réactions font partie des convulsions parolières, première marque d’un changement qui fait bouger les connexions sociales et leurs perceptions. Le débridement de l’opinion se traduit par un déchaînement accru envers des élites dont la définition est floue et la composition pour le moins perturbée. Chacun pense aux siennes car les cartes se sont brouillées. La concurrence entre élites est attisée par l’éruption d’autres besoins et pratiques et les profils qu’ils nécessitent.

Au-delà de leur idéalisation ou de leur diabolisation, les élites sont un indicateur des dispositifs de pouvoir(s)qui régissent la hiérarchisation d’une société et ses transformations. Leur remplacement signe les mutations induites par le passage du temps. La lecture qui suit esquisse quelques critères de leur évolution en Tunisie depuis le XXème siècle.

Elites et pouvoir(s)

            Avec l’instauration du protectorat, la Tunisie beylicale voit se croiser deux lignes de fabrication d’élites. Sous le parallélisme apparent, l’entrelacement de réseaux donne naissance à de nouveaux visages dans les groupes dominants. Les tactiques d’allégeance et les méthodes d’accès à la propriété bougent ; la situation coloniale conjugue des alliances matrimoniales et des conduites de carrière qui modifient les relations sociales, font virer les « notables » locaux ou régionaux, engendrent des lignées d’administrateurs de l’Etat et de fonctions… L’école franco-arabe introduit, à côté du système traditionnel zaytounien, un mode de reproduction qui attire progressivement des recrues tunisiennes. La minorité qui opte et parvient à faire des études avancées est enrôlée -au compte gouttes- dans une oligarchie de professions modernes (médecins, avocats, magistrats, enseignants…) qui complexifient les structurations familiales,agissent sur les échanges économiques, influencent les modes de vie et, par suite, les aspirations sociales et politiques. Le déclenchement de la lutte de libération nationale est l’une des conséquences de l’évolution de la conscience des élites tunisiennes de l’époque qui revendiquent le droit de participer au devenir du pays occupé. La compétition entre élites coloniales et nationales débouche -avec l’indépendance et le départ des premières- sur un appel d’air. Exaltation et nécessité stimulent la fabrique des forces vives : il faut remplacer les partants et assurer la suite. Entre héritage et renouvellement, des élites se constituent dans les domaines juridiques, scolaires, techniques, économiques, administratifs, culturels, sportifs… en lien avec une politique publique centralisatrice car les besoins du pays sont immenses. Alors que des élites sont favorisées, d’autres seront dégradées : dans l‘armée, dans le milieu zaytounien ou dans l’agriculture, on assiste à un ostracisme, une déchéance ou un déclin des meilleurs représentants, autant de formes de dé-légitimation d’élites.

L’avoir, une constante

Les mécanismes par lesquels se constituent et évoluent les élites s’adossent sur les patrimoines matériel, moral et symbolique qui font croître et changer les élites politiques, économiques, intellectuelles, sportives, syndicales, artistiques… Le soubassement économique inhérent à toute catégorie est en rapport avec son efficience et son poids politiques.

Au cours du XXème siècle tunisien, la production des richesses influe sur les voies de la propriété : l’entrée de la banque, l’introduction de normes changent la structuration de l’économie tunisienne ainsi que la place des élites artisanales, commerçantes et agricoles. L’urbanisation et la scolarisation, cibles des principales réformes sous le protectorat, commandent le tracé des ascensions sociales et du renouvellement des catégories dominantes.

Le dirigisme d’Etat qui prend les rênes à l’indépendance endosse l’infrastructure des transports, des villes et des équipements sociaux. L’université nationale accueille les pépinières issues de l’enseignement primaire et secondaire généralisés. Elites politico-administratives, d’affaires et universitaires sont principalement au service de l’Etat, premier pourvoyeur d’emploi ; en retour, elles influent sur l’Etat, sa marche et ses décisions.

            La phase de libéralisation des années 1970 modifie la composition et l’équilibre des ressources des élites tunisiennes. La privatisation jugule la main-d’oeuvre non absorbée par le secteur public. Les effets de la perte du monopole étatique se font sentir sur la configuration des élites, au niveau central et à l’échelle régionale. La concurrence qui s’installe entre secteurs public et privé n’empêche pas les dirigeants de partager les normes de rentabilité et de productivité, au détriment de paramètres sociaux régulateurs.

Depuis, l’ouverture aux marchés mondiaux est l’une des clés de la répartition et du fonctionnement des élites tunisiennes. Les accords, les ressources, les choix de la Tunisie sont liés à des agendas relayés, appliqués et défendus par une technocratie sommée de se mettre au diapason. Cela engendre des disparités nouvelles. A titre d’exemple, la marchandisation internationale du savoir génère un écosystème tunisien des diplômes qui augmente la part des élites « extraverties ». La dichotomie entre élites « de toutes parts » et celles issues de la massification scolaire, cantonnées à l’intérieur du pays, se fait visible et coûteuse. Un des aspects de la crise des élites réside dans les processus de reproduction interne qui favorisent les anciennes et compromettent l’accès des nouvelles.

Elites et représentation : lien problématique

            A côté de la question des inégalités produites au sein des élites, la représentation de celles-ci est l’un des noeuds à disséquer si l’on veut comprendre la séquence 2010/2011. « Révolution sans leaders » certes mais non sans élites, présentes et fondues dans le mouvement général, sans identité ni programme, mais remplies de frustrations. Depuis longtemps, les élites tunisiennes éprouvaient un déficit de représentation, ressentaient leur invisibilité et un manque de reconnaissance. Le pays n’a pas cessé d’en fabriquer et toutes sortes d’élites sont nées, en dehors du parti-Etat (PSD puis RCD) -de plus en plus hégémonique- dans le monde syndical comme dans des niches de l’économie, de la culture, de la science ou de l’art. La politique de cooptation des « compétences » par l’Etat, l’hyper-concentration des possibilités de promotion, l’absolutisme oppressant des réseaux des familles gouvernantes ont alimenté exclusions et renoncements. Les départs à l’étranger, par voie officielle (coopération) ou à travers des circuits personnels, se développent à la faveur de la mondialisation. Le centralisme n’empêche pas l’infiltration d’un fonctionnement informel dans tous les secteurs de la vie sociale et économique, accentuant l’écart entre élites nationale et transnationale. L’élite aujourd’hui « émergente » a poussé sur le terreau d’une circulation des biens et des ressources, à la fois transformée et pas/peu contrôlée. Internet a indéniablement contribué à multiplier les voies d’accès aux positions d’élite. Cet accès vaut-il insertion ?

La question qui se pose avec acuité aujourd’hui est celle de la responsabilité. « Représenter » et « rendre des comptes » constituent un impératif réciproque, indissociable du projet démocratique à l’épreuve. Les élites tunisiennes sont-elles capables d’assumer le passage ? Les réponses de certaines corporations des professions libérales (avocats, médecins, pharmaciens…) devant le devoir fiscal laissent planer des doutes, tout comme les attitudes timorées de magistrats face aux affaires de corruption ou d’assassinat politique.

Transitions en cours

Pour l’heure, une « société civile » en alerte continue à oeuvrer dans plusieurs directions. Il faut espérer que ces actions éparses aident à remembrer l’atomisation des élites et à construire des espaces d’autorité et de pression capables de contrebalancer un pouvoir affaibli… par manque de responsabilité de ses représentants.

Dans un climat de crise et controverses, les élites tunisiennes continuent de changer de composition et de chercher leur place. En plus de la jeunesse qui clame avec impatience son droit de fendre les cloisons de l’élite constituée, deux catégories incitent à trouver une définition plus fidèle au contexte tunisien actuel : les femmes et les artistes. On a longtemps analysé la participation des femmes à la construction des élites à travers les situations familiales et les alliances matrimoniales. Elles sont désormais actrices de plain-pied, dirigeantes et cadres, dans le monde de l’entrepreunariat, dans des compétences porteuses de changement (enseignement, santé, gestion, sport, magistrature…), comme dans la représentation politique et dans des positions de pensée, de réflexion ou de création.

Autre nouvel entrant dans le cercle indéfini des élites : les artistes eux aussi souvent oubliés dans l’analyse des catégories sociales influentes. Alors que la culture sert à construire l’hégémonie des élites, les artistes tunisiens sont plutôt reconnus après leur mort. Depuis 2011, ils deviennent plus visibles et plus assurés dans leurs revendications comme dans leurs projets. Ils promettent d’être décisifs dans la société tunisienne en devenir et parmi les élites en recomposition.

Enfin si polémiques et débats autour des « élites » augmentent n’est-ce pas parce que la sphère des médias, un des champs de l’élite, et qui s’en fait l’écho, se détermine par rapport à cette catégorie et s’en nourrit ? Même s’il est difficile de voir clair dans ces imbrications anciennes et nouvelles, continuons à questionner cet état de fait et à poser un regard critique sur les élites tunisiennes, passées et présentes.

Publié dans La Presse de Tunisie, Supplément spécial 20 mars “Elite (s) et pouvoir politique“,  mardi 20 mars 2018, page III.

Parlons politique

Les émeutes en Tunisie : une fièvre et des méthodes anciennes

La situation est chaude en Tunisie. L’histoire contemporaine du pays enregistre  une “tradition” des mois de janvier tumultueux (1952, 1978, 1980,1984, 2008, 2011) et le souvenir de 2011 attise la conviction qu’on peut faire des choses « révolutionnaires ». La surprise de 2011 suffit à échauder contre toute envie de prédire ou de faire des pronostics, les inconnues restent grandes face à ce méga-événement et à ses conséquences jusqu’à ce jour. Les gens et les médias s’emballent sans prendre le temps de passer par des analyses approfondies des conditions et de ce qui entretient la tension et la violence apparents. La situation est effectivement difficile à décrypter ; elle exige une attention soutenue dans le temps et des enquêtes fines. On commence à en produire en Tunisie depuis 2011 et il suffirait de revenir par exemple aux rapports réguliers du Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux (FTDES). Malheureusement, on vit trop dans l’immédiateté et la médiatisation en pointillés, souvent surprise par les pics, contribue à l’incompréhension des faits.

Une secousse de plus

Il s’agit, vraisemblablement d’une secousse de plus – et les secousses arrivent souvent en janvier depuis 2011- coûteuse et douloureuse pour un pays qui n’arrive pas à redresser la situation économique qui empire depuis des décennies suite à des choix inopérants. 2011 a emporté Ben Ali, lâché par ses acolytes qui n’ont pas disparu puisque ils agissent dans le cadre de réseaux plus ou moins constitués. Réseaux et intérêts ne peuvent pas se défaire d’un coup de baguette. Le pays était depuis longtemps sous la férule d’une mafia installée dans les arcanes de l’administration et du pouvoir qui excluait les énergies non affiliées au système. L’ensemble des habitants du pays ne bénéficiait pas de la croissance de l’économie d’alors, engagée dans des stratégies économiques, actionnées par des intermédiaires choisis et productrices de privilèges de plus en plus fléchés.

La Révolution de décembre 2010/janvier 2011 a donné un coup dans la fourmilière, elle a ouvert la porte à de nouveaux acteurs et brouillé des cartes pour les anciens joueurs. Après l’effet de surprise et quelques accommodements,  beaucoup de joueurs sont revenus à la surface (en personne, avec des alliances nouvelles ou à travers des opportunistes avisés). En quelques années et avec des arrangements, on a remis de l’ordre politiquement entre les anciens (du RCD de Ben Ali principalement) et les nouveaux (islamistes d’Ennahdha surtout) qui ont partagé le gâteau de la direction politique, autour d’une grammaire simple :  “tu me tiens, je te tiens… : arrangeons-nous pour durer ensemble”.

Au bout de 7 ans et quelques réalisations politiques (constitution 2014, élections 2011 et 2014…), on est toujours sans réformes de fond, sans politique publique innovante, sans investissement en faveur des plus défavorisés, sans choix économiques d’avenir (par exemple dans l’agriculture ou pour le transport public). On pense toujours paresseusement au retour du tourisme, à l’exportation de l’huile d’olive ou aux marchés de start up

Des signaux négatifs

Les manifestations actuelles ne sont pas les premières et hélas, pas les dernières. La loi des finances entrée en vigueur le 1er janvier 2018 est le déclencheur mais des facteurs profonds agissent sur la vie et le moral des Tunisiens et des Tunisiennes usés par la politique de l’endettement, la hausse des prix, l’inflation, le chômage, l’absence de solutions visibles et palpables. Avec la politique fiscale qui ne rétablit pas les déséquilibres anciens (les professions libérales restent épargnées), la corruption non stoppée malgré quelques arrestations remarquables (on soupçonne des signes de vengeance de la part de “caïds” menacés dans les violences actuelles), la classe politique aligne depuis longtemps des signaux négatifs. La date des élections municipales a été retardée à trois reprises ; l’Instance Supérieure Indépendante des élections (ISIE) en crise depuis mai 2017 a fini par faire élire un 3ème président sans inspirer confiance pour les prochaines échéances (les municipales en mai 2018 et les présidentielles en 2019). Les élections partielles d’Allemagne de décembre 2017 ont révélé une défiance envers cette instance qui a eu pourtant le mérite de faire démarrer en 2011 des élections crédibles. Le fils du président de la République veut faire joujou avec la politique avec le parti créé en 2012 par son père ; l’héritier du père nonagénaire et sûrement dépassé -malgré sa réputation de vieux loup- s’incruste dans les rouages de l’Etat quitte à faire fuir les forces constructives. Le chef du gouvernement Youssef Chahed peine à se faire une stature d’homme d’Etat et à maintenir une attitude directe contre les méfaits affairistes (peur? blocages ? manque de soutien ? il est vrai que sa nomination en août 2016 est le fruit d’une entente préalable après 7 premiers ministres tournants et des cohortes de ministres éphémères). L’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) est constituée de députés absentéistes, moutons de Panurge (surtout du côté islamiste), occupés à voter leurs avantages et des accords économiques proposés par l’exécutif (l’élection du président de l’ISIE a été un feuilleton cocasse). L’ Union Générale des Travailleurs de Tunisie (UGTT), qui possède une certaine force d’arbitrage, est en perte de vitesse et parfois même affaiblie par l’opportunisme et le corporatisme des militants et adhérents : dans cette organisation aussi, le renouveau tarde à arriver. Le pouvoir judiciaire est inchangé, conservateur et parfois franchement réactionnaire…Réfugiés dans l’opacité et sans législation de rechange, les juges participent à l’inertie générale contre la corruption de plus en plus apparente. Le pays se trouve sans direction ni morale politique minimum et la société est éreintée par le travail de division “identitaire” entretenu par les débats depuis 2011. La croissance ne suivant pas, la fragilité augmente avec les problèmes qui s’accumulent et les poches de frustrations qui se multiplient partout.

Manque d’imagination et impuissance

Classe politique, administration et médias sont en deçà d’une crise qui se manifeste régulièrement depuis 2011 parce qu’elle est réelle et globale. On parle des symptômes sans s’attaquer aux solutions, les déclarations se répètent ou se répondent, sans passer à des actes significatifs. Cette actualité fiévreuse entretient la matière médiatique, qui frise l’emballement, ici et ailleurs, comme si la Tunisie offrait un théâtre attendu pour une explosion. Certes les perturbations sont sérieuses ; elles alarment sur des difficultés croissantes et sur l’absence d’horizon, notamment au sein de la jeunesse désoeuvrée et sujette à plein de tentations (drogue, gains faciles dans l’informel, radicalisation, émigration légale et illégale…). Il faudrait prendre plus au sérieux ces “révoltes logiques” mais l’Etat est faible, manque d’ancrages concrets et locaux, d’outils d’action. Un exemple parmi d’autres, la police est dépassée par le mélange entre colère protestataire et infiltrations délinquantes : plus de 700 arrestations ont eu lieu ; les policiers se sentent en danger et ne s’habituent pas au nouveau regard de la population, moins terrorisée et moins déférente dans l’ensemble.

Les premières réactions des autorités ont été de s’en prendre aux députés du parti Front Populaire qui a appelé à des manifestations pacifiques. La réplique est maladroite et contre productive ; elle alimente des polémiques stériles (peut-on manifester la nuit ?). Ces réflexes impulsifs ne sortent pas de la facilité à se diaboliser les uns et les autres alors que nos politiciens doivent prendre des mesures, assumer en actes leur responsabilité. Nous avons besoin de gens qui se penchent sur le réel et non sur le commentaire à propos des communiqués réciproques. Cette fabrication sans fin de la rhétorique médiatico-politique est néfaste, elle recouvre une impuissance réelle dans les partis, dans le gouvernement et dans l’administration. Nos appareils d’Etat sont vieux, peu habitués à agir rapidement, dénués de moyens et de réflexes, ils ne disposent ni de lois nouvelles ni d’un sens de la responsabilité concrète…

Nous avons perdu du temps depuis 7 ans. Le choc de 2011 n’a pas engendré la construction des organes nécessaires à doter le pays d’un minimum d’institutions. Nous ne disposons pas à ce jour de la cour constitutionnelle prévue par la Constitution, ce qui laisse l’Assemblée des représentants du Peuple en roue libre et soumise aux consensus (souvent douteux) entre les deux grands partis (Nidaa Tounès et Ennahdha). Cela donne aussi au Président de la République une latitude très/trop grande (le fils en profite, on a des corps parallèles à la Présidence comme du temps de Ben Ali…) et bloque l’action du Premier Ministre (théoriquement choisi par la Présidence). La magistrature qui aurait pu avoir le temps d’opérer sa mue au cours de ces 7 ans se cantonne dans les anciens réflexes, et reste soumise aux manoeuvres des cercles malfaisants (les assassinats politiques ne sont pas élucidés, les scandales financiers se poursuivent, les marchés sont opaques…). Ce qui nous laisse à la merci de la magistrature militaire, seule à agir contre la corruption actuellement. Cette dépendance envers l’armée est moyennement rassurante pour la construction d’un Etat de droit.

La Tunisie patauge dans les affres d’une transition aux mains de responsables insuffisants et timorés alors que la situation appelle à plus d’imagination et de courage, à la clarté de l’action publique et davantage de fermeté de la part des institutions. La rouille de l’ancien est visible dans un pays qui n’en peut plus, entravé par les ententes affairistes et malsaines et dont l’opinion politique, en principe libre, n’est pas assez informée sur les possibilités qui existent ni sur les modes de décision des gouvernants.

Après 5 jours, la violence qui a commencé dans la nuit de dimanche 7 janvier semble se calmer depuis la dernière nuit (des casseurs sont arrêtés) mais nos politiques continuent de se consumer en palabres accusatrices, se renvoient la balle autour de questions stériles alors que les problèmes de fond qui rongent le quotidien et le moral des gens appellent à des solutions. Les manifestations prévues ce vendredi à Tunis par le collectif Fech nistanew [Qu’est-ce qu’on attend ?] donnent le sentiment qu’une dynamique protestataire s’organise face au chaos apparent et face à des méthodes politiques dépassées et à des médias à l’affût d’une matière intéressante à exploiter.

Hammam-Lif, le 12 janvier 2018

Paru sur Le Quotidien d’Oran, Samedi 13 janvier 2018

Pour une histoire de la revue Les Cahiers de Tunisie : Entretien avec Mohamed Talbi

Le texte qui suit est un entretien avec Mohamed Talbi (1921-2017) mené par Kmar Bendana[1] il y a déjà plusieurs années (avant 1997) dans le cadre d’un projet de publication par l’Institut de recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC, Tunis)[2] sur la vie intellectuelle à travers les revues tunisiennes. Une série d’entretiens a alors été menée avec plusieurs rédacteurs en chef de revues maghrébines, dont Mohamed Talbi qui a dirigé Les Cahiers de Tunisie entre 1969 et 1989 et en devient président d’honneur à partir de 1989.

Mohamed Talbi qui nous a quittés le 1er mai 2017 est connu surtout en tant qu’historien du Maghreb médiéval, auteur d’une thèse sur l’émirat Aghlabide (186-296/ 800-909) publiée à Paris (Maisonneuve) en 1966. Il est doyen de la faculté des Lettres et Sciences Humaines de Tunis de 1966 à 1970. Son rôle de penseur et d’islamologue a prévalu au cours des dernières décennies agitées par les débats intellectuels et politiques sur les sources de l’Islam et les controverses sur les liens entre islam et politique. En revanche, sa collaboration active à la vie de la revue Les Cahiers de Tunisie -par ses articles et comptes rendus dès 1956, puis comme directeur de la revue en 1969- est un aspect beaucoup moins mis en valeur par les divers hommages qui se sont exprimés depuis sa disparition.

            Rawafid a choisi de revenir sur la carrière scientifique de Mohamed Talbi en publiant ce témoignage sur un pan de l’histoire de l’université tunisienne où Mohamed Talbi a été un auteur significatif et un promoteur du passage entre la culture arabe et le savoir français, jugé nécessaire par les acteurs scientifiques de son époque. L’entretien nous renseigne sur l’homme, sur sa formation universitaire (agrégé d’arabe en 1952 et docteur es-lettres spécialité histoire de la Sorbonne en 1968) qui est à la base de son itinéraire intellectuel, et sur une revue qui accompagne l’émergence d’une université nationale dans le contexte de la décolonisation politique. Mohamed Talbi fut le témoin d’un moment de relais entre les hommes passés par des institutions anciennes (Revue tunisienne, Institut des Hautes Etudes de Tunis…) et les nouvelles recrues arrivées sur la place universitaire dans les années 1960. Selon le souvenir de l’interviewé, ce passage se passait sans heurts apparents mais non sans désaccords internes et conflits au sein du comité de rédaction.

Le lecteur est également renseigné sur les pratiques et les problèmes de fonctionnement d’une revue qui cherche sa voie, dans une configuration scientifique où le bilinguisme est de rigueur et où la discipline historique prétend à l’hégémonie. L’entretien apporte enfin des éclairages sur les débats menés par les principaux acteurs à propos de l’orientation éditoriale et des difficultés traversées par la revue dans une période d’édification de l’université tunisienne après l’indépendance du pays.

[1] Chercheure à l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine depuis 1982, Université de la Manouba et chercheure associée à l’IRMC depuis 1993.

[2] L’entretien a été publié dans La Lettre de l’IRMC  n°19, juin 2017, pp. 21-28.

Kmar Bendana

Votre nom apparaît pour la première fois dans Les Cahiers de Tunisie en 1956, en tant qu’auteur d’un article. Vous souvenez-vous des circonstances et des détails de ce début ?

Mohamed Talbi : 1956, année de l’indépendance, a été également pour moi l’année de mon retour en Tunisie. J’y avais enseigné auparavant, de manière discontinue, comme instituteur puis comme professeur du secondaire. En 1947, je suis parti en France, pour préparer une licence. Revenu à Tunis en 1949, pour des raisons financières, j’ai enseigné dans le secondaire. A la même époque, avec la création de l’Institut des Hautes Etudes, présidé par Jean Roche, et dirigé en fait par Pierre Marthelot, j’ai été amené à dispenser des cours dans cet Institut. J’ai ainsi fait connaissance avec Pierre Marthelot et, partant, avec Les Cahiers de Tunisie. Ce fut, en quelque sorte, mes débuts dans l’enseignement supérieur et dans la recherche. Auparavant j’avais écrit dans Arabica, revue publiée en France et dirigée par Lévy-Provencal, mon directeur de thèse.

J’étais entré en contact avec le Secrétaire Général des Cahiers de Tunisie, Jean Pignon, un homme de qualité, d’une très grande ouverture et qui aimait la Tunisie. Il était l’un des Français libéraux les plus engagés dans une voie de collaboration et d’amitié avec les Tunisiens. Chez lui comme chez Pierre Marthelot i1 n’y avait rien du colonisateur tel qu’on se le représente habituellement.

Alors que le marxisme était à l’apogée de son audience, Pierre Marthelot était de gauche mais non marxiste, caractéristique rare à l’époque. Ses convictions étaient celles d’un chrétien libéral. Une amitié est née entre nous. Nous étions liés également à un autre chrétien libéral, Hédi-Roger Idriss, français fidèle à ses origines tunisiennes, qui préparait sa thèse sur les Zirides. Le contact avec tous ces enseignants de l’Institut des Hautes Etudes et collaborateurs des Cahiers de Tunisie résume mes débuts dans cette revue tunisienne, dirigée à ce moment-là — c’était inévitable — par des Français. Le directeur en était Jean Roche et le rédacteur en chef, Jean Pignon. Avec Jean Roche, physicien, professeur au Collège de France, j’ai conservé des liens d’amitié bien longtemps après son départ de Tunisie.

Dans cette mouvance, un noyau de Français libéraux recherchaient des contacts avec les Tunisiens dans une perspective favorable à l’indépendance. Celle-ci, comparée à la situation qui a prévalu en Algérie, s’est déroulée dans de bonnes conditions, sans trop de casse ni d’animosité. Durant les années 1952-1956, les chocs, quelquefois violents, étaient amortis à l’échelle de l’Université, où les rapports restaient cordiaux…

K.B : Est-ce vous qui avez eu l’initiative de votre premier article ou vous l’a-t-on demandé ?

M.T. : Il m’a été suggéré à l’occasion d’un colloque sur l’armée, organisé par André Martel, auteur d’une thèse sur la Tunisie, et spécialiste d’histoire militaire. Dans le cadre de cette rencontre, j’ai traité de l’armée à partir de l’exploitation de certaines sources manuscrites disponibles à la bibliothèque Al Abdilliya, qui dépendait alors de la Mosquée de la Zitouna et était installée à proximité de celle-ci.

K.B. : Comment ont évolué vos rapports avec l’équipe qui animait Les Cahiers de Tunisie à leurs débuts ?

M.T. : J’ai dû quitter cette équipe pour repartir en France à la fin de l’année 1956. Je voulais consacrer davantage de temps à ma thèse et aux recherches de documentation, travailler sur des textes que je trouvais difficilement en Tunisie et qui étaient disponibles à la Bibliothèque Nationale à Paris.

K.B. : Vous avez cependant produit des notes de lecture pour les livraisons de 1958, 1959, 1960.

M.T. : En effet, je suis revenu en Tunisie en 1958, au moment de la création de l’Ecole Normale Supérieure de Tunis. Ahmed Abdessalem, le fondateur de l’Université de Tunis et de cette Ecole, était un ami de longue date. Il m’a demandé d’y enseigner, ce que j’ai fait tout en continuant à collaborer avec Les Cahiers de Tunisie. Mais, en 1962, je suis reparti à Paris où j’ai dirigé la Maison de Tunisie, tout en achevant et soutenant ma thèse. En 1966, j’étais de retour en Tunisie.

K.B. : Vous avez pris la direction des Cahiers de Tunisie en 1969. Avec vous s’est constitué un véritable comité de rédaction. Comment fonctionnait alors la revue avec son comité de redaction ?

M.T.: Si mes souvenirs sont exacts, j’ai collaboré avec la revue, dès 1966. Un poste était vacant du fait du départ de Pierre Marthelot en 1962. Ahmed Abdessalem lui a succédé comme directeur tandis qu’André Nouschi remplaçait Jean Pignon à la rédaction.

K.B. : Vous avez donc connu plusieurs rédacteurs en chef. Le premier fut Paul Sebag.

M.T. : Paul Sebag a joué un rôle primordial dans le sauvetage des Cahiers de Tunisie. Lorsque nous l’avons prise en main, elle était agonisante, pour de multiples raisons. L’équipe qui l’avait animée à ses débuts n’était plus là. En outre, il y avait alors pénurie d’articles. L’Université de Tunis venait juste d’être créée et les collaborateurs susceptibles de nourrir scientifiquement une revue étaient peu nombreux. Les Cahiers de Tunisie avaient déjà accueilli beaucoup d’articles d’enseignants étrangers. Dans le creux de la vague, il fallait quelqu’un pour dynamiser la revue. Ahmed Abdessalem a pris la relève de Pierre Marthelot en 1961 et André Nouschi a remplacé Jean Pignon en qualité de rédacteur en chef. Mais Ahmed Abdessalem était surchargé de travail ; investi de la responsabilité de créer une Université, il ne pouvait pas consacrer tout son temps à la revue. André Nouschi, également, était absorbé par les tâches d’enseignement. Or, faire vivre une revue requiert beaucoup de dynamisme : programmer des articles, solliciter des auteurs, sélectionner les textes dans le souci de maintenir un certain niveau. La revue ne paraissait plus que par intermittence. Pour assurer la continuité, on publiait des numéros doubles, triples ou quadruples, souvent peu volumineux. On a eu recours à des “réimpressions”. On essayait de faire l’impossible pour que la revue ne meure pas. Le résultat a été atteint, l’on a sauvé la revue.

K.B. : Comment avez-vous procédé ?

M.T. : Nous nous sommes livrés à un travail de redressement, pour lequel Paul Sebag a joué un rôle capital. Cet homme extraordinaire d’érudition, qui aspirait à la plus grande perfection, n’a malheureusement jamais publié sa thèse. Sociologue apprécié de ses nombreux amis tunisiens et français, -il a produit un grand nombre d’articles sur Tunis. Grâce à son dynamisme et à son dévouement -et à ceux de son épouse qui corrigeait toutes les épreuves et mettait au point les tables analytiques- nous sommes arrivés à faire renaître une revue de qualité, avec un minimum d’imperfections techniques. Progressivement, nous avons réussi à multiplier le nombre de nos collaborateurs et à recevoir de nombreux articles qui venaient de toute part. Sur l’initiative de Paul Sebag, on a également reproduit dans chaque numéro des Cahiers de Tunisie un article ancien, de très grande qualité, ou devenu introuvable.

K.B. : C’est la rubrique “Réimpressions”. Pourquoi a-t-elle été interrompue en 1980 ?

M.T. : On en a beaucoup parlé au sein du comité de rédaction. Elle a été suspendue parce qu’elle exigeait de trouver des articles qui s’imposaient ou que les érudits recherchaient. Cela nécessitait un travail de prospection et de recherche extrêmement long et difficile. Le dévouement des débuts a fait place à la lassitude. On a dû renoncer à cette activité qui relevait plus ou moins de la documentation que de la recherche.

K.B. : Puisque nous parlons des rubriques, expliquez-nous comment se préparait la chronique scientifique, qui a été très riche et très suivie.

M.T. : Dès le départ, sous l’impulsion de Paul Sebag, nous avons considéré que cette chronique scientifique était capitale. Nous en avons débattu au sein du comité qui était désigné par le comité scientifique de la Faculté. Nous avons pensé qu’une revue comme Les Cahiers de Tunisie, pour prétendre tenir sa place dans le monde scientifique, devait proposer non seulement des articles de fond mais également des comptes rendus d’ouvrages de qualité. Le public auquel nous nous adressions était légitimement désireux de se tenir informé sur les publications les plus importantes dans les domaines d’intérêt des Cahiers de Tunisie. Cela a nécessité un investissement dans la mesure où les services de presse étaient tributaires de l’image et de la réputation de la revue chez les maisons d’édition. Paul Sebag a fourni en ce domaine un travail considérable. Par ailleurs, nous avons mis en place des formules d’échange des Cahiers de Tunisie avec d’autres revues. Tout cela a fait l’objet de débats au sein du comité de rédaction.

K.B. : Comment se passaient les réunions du comité de rédaction ?

M.T. : On se réunissait souvent, parfois toutes les semaines, pour trouver les moyens de rendre à la revue sa place. Peu à peu, nous avons reçu en grand nombre, des ouvrages pour compte rendu. Certains numéros des Cahiers de Tunisie rendent compte de la place de plus en plus importante de cette rubrique. Les ouvrages recensés couvraient les sciences humaines (géographie, histoire, sociologie), vecteur choisi par Les Cahiers de Tunisie. Avec la multiplication des ouvrages devant faire l’objet de comptes rendus, s’est posé le problème de leur distribution. Certains livres étaient très demandés alors que d’autres ne trouvaient pas preneurs. Dans certains cas, nous choisissions nous-mêmes, au sein du comité, le collègue auquel nous confierions l’ouvrage.

K.B. : Même quand ce collègue ne faisait pas partie du comité de rédaction ?

M.T. : Oui. Les membres du comité rédigeaient des comptes rendus. Comme ils étaient les premiers à voir les ouvrages, ils pouvaient faire leur choix. Les difficultés survenaient avec les collègues extérieurs au comité. En coulisses, dans les salles des professeurs, nos critères de choix étaient critiqués. L’attribution des ouvrages entraînait des tensions entre collègues qui pouvaient aller jusqu’à l’altercation. Pour couper court aux critiques, nous avons distribué à tous les collègues une liste des ouvrages reçus ; ceux qui désiraient faire tel ou tel compte rendu devaient cocher la case correspondante. Cela n’a rien résolu. Pour certains ouvrages, nous recevions presque ou pas du tout de propositions, tandis que pour les plus chers, les plus beaux ou les plus intéressants, nous étions confrontés à de nombreuses demandes. Ainsi, avec un peu plus d’organisation et de démocratie, on se retrouvait devant la même difficulté. Le comité de suivi tranchait tantôt à l’unanimité, tantôt au prix de grandes tensions. On débattait très ouvertement et on parvenait toujours à une solution. On avait institué un registre de procès-verbaux des débats, à la demande de nombreux collègues.

K.B. : Peut-on prendre connaissance de ce registre ?

M.T. : A vrai dire, je crois qu’il ne s’agissait pas d’un registre mais plutôt de procès verbaux sur papier libre, distribués aux collègues. Je regrette de ne pas les conservés. Les séances de ce comité étaient très animées. Parfois des discussions  acides opposaient Paul Sebag et Béchir Tlili. Ce dernier, homme très dévoué décédé en 1986, était très vif dans ses réactions. Ce n’est pas un hasard s’il a succédé à Paul Sebag. Tous deux étaient tellement préoccupés de la revue qu’ils pouvaient en arriver jusqu’aux frictions.

K.B. : La chronique scientifique était donc une responsabilité consciemment remplie par tous les membres du comité. Et la rubrique “Réimpressions” ?

M.T. : C’était une initiative de Paul Sebag, de même que la rubrique “Etat des travaux et des recherches”, dont je déplore la disparition. Quelquefois, nous prenions des décisions bonnes dans l’absolu mais très difficiles à réaliser. En particulier pour cette rubrique,  nous nous heurtions à la difficulté d’alimenter régulièrement une information sur la vie scientifique. Paul Sebag s’est beaucoup donné à ce genre de tâches qui nécessitent érudition, méthode, esprit de suite… C’était essentiel mais cela dépassait nos moyens.

K.B. : Au cours des dix premières années, on remarque une tendance à concevoir des numéros autour de thèmes assez vastes : la numismatique, l’eau, etc… Petit à petit, la place des varia devient plus Importante. Puis on en vient à la publication de colloques.

M.T. : C’est vrai. Tout cela était le fruit des débats de l’ensemble de la rédaction. Nous avions eu l’ambition de réaliser des numéros sur des sujets déterminés afin de susciter des recherches, impulser celles-ci plutôt que de subir, en ordre dispersé, les propositions des uns et des autres. Mais cette ambition s’est avérée excessive par rapport aux moyens qui s’offraient.

K.B. : Les moyens du comité ou le paysage de la recherche ?

M.T. : Par rapport aux deux… Chaque thème exigeait de disposer de spécialistes en nombre suffisant et qui acceptent de produire pour la revue un article sur commande. Pour nourrir des numéros différents et pointus, il était aussi difficile de trouver les spécialistes,  de les persuader de participer. Nous y avons quelquefois réussi mais nous avons dû renoncer à une entreprise au-dessus de nos moyens. Notre université était trop petite à ses débuts, et nous avions vu trop grand pour ses débuts. Cette formule serait plus réalisable aujourd’hui. Nous avons maintenant plusieurs universités et disposons de spécialistes dans de nombreux domaines des sciences sociales. De plus, la revue s’est ouverte sur d’autres disciplines, comme, par exemple, la philosophie, qui n’étaient pas inscrites dans sa ligne directrice de lancement.

K.B. : Mais elle s’est fermée à la littérature qui, en revanche, figurait dans les premiers numéros.

M.T. : Oui. Aujourd’hui, les nouveaux responsables des Cahiers de Tunisie pourraient tenter de monter des livraisons thématiques… Mais les échos que j’en ai ne me permettent pas d’être optimiste. La revue ne dispose toujours pas d’une masse suffisante de propositions de bons articles. Les jeunes collègues sont absorbés par leurs thèses, d’autres sont sollicités à l’étranger parce qu’ils s’y sont fait connaître entretemps ; lorsqu’ils travaillent pour des colloques internationaux, leurs recherches vont ipso facto aux Actes de ces rencontres.

K.B. : Selon vous, la scène universitaire tunisienne serait partagée par des célébrités et des chercheurs qui achèvent leurs thèses ?

M.T. : Non. Mais l’université est quand même jeune. Le nombre d’universitaires occupés par la préparation de leur thèse est très élevé. Ceux qui ont soutenu la leur et ne sont pas trop sollicités par la recherche internationale ne sont pas nombreux. Or, ce sont ces chercheurs qui pourraient nourrir une revue d’une manière soutenue… Cependant, la revue continue et c’est là l’essentiel. Je dis toujours à mes collègues de ne pas se montrer trop exigeants, tout en évitant les publications qui n’apportent rien et porteraient tort à la revue. Il faut rechercher une ligne moyenne qui maintienne la réputation des Cahiers de Tunisie.

K.B. : Il y a eu, sous votre direction, des tentatives d’ouvrir Les Cahiers de Tunisie à l’Afrique.

M.T. : Nous avions essayé de nous ouvrir sur l’Afrique subsaharienne, le Sénégal par exemple. Nous avions l’ambition de promouvoir la recherche africaine et d’entretenir des échanges l’Afrique noire pour donner davantage de rayonnement aux Cahiers de Tunisie. Nous souhaitions leur ouvrir un nouveau marché, leur faire une place dans les différentes universités africaines qui trouveraient ainsi dans la revue une matière les concernant. Cela n’a pas été une réussite : nous avons bien publié quelques articles de collègues de pays d’Afrique subsaharienne, mais cela n’a jamais été probant. Dans l’ensemble, je pense qu’il y a trop peu d’articles émanant de collègues européens et étrangers.

K.B. : Dans une perspective chronologique longue, on passe d’une revue de sciences humaines (géographie, histoire, sociologie) qui touche à la littérature et à la philosophie à une revue qui les abandonne en cours de route en affermissant la place de la discipline historique. J’aimerais connaître votre sentiment à ce sujet, même a posteriori.

M.T. : Cette évolution est le fruit des débats au sein du comité de rédaction des Cahiers de Tunisie. Par souci de qualité et d’ouverture, nous cherchions à publier des textes scientifiquement valables à un niveau international, ce qui était une très grande ambition. Une revue scientifique de qualité à Oxford ou à Paris est possible, dans la mesure où vu le vaste champ culturel couvert est vaste. Mais dans un pays de tradition universitaire récente, ce n’est ni évident, ni facile. Nous ne pouvions donc pas publier tout ce qui nous était proposé. Au prix de très sérieux ennuis, nous avons refusé des articles, demandé des corrections, relu des textes au sein d’un comité en désaccord, soumis des articles à des spécialistes extérieurs au comité voire à des collègues étrangers. Tout cela rendait délicats les débats de la rédaction des Cahiers de Tunisie et nous a conduits à opérer des choix. Ainsi, par exemple, après la création d’une revue littéraire à la Faculté des Lettres, nous avons décidé de ne plus publier d’articles de littérature Nous avons agi de même, après le lancement d’une revue de géographie, qui parait toujours.

K.B. : Ces décisions de publier de nouvelles revues ne découleraient-elles pas précisément du fait que certains articles ne trouvaient pas leur place dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : C’est possible…

K.B. : Pourtant Les Cahiers de Tunisie se sont posés, dès le départ, comme une revue de sciences humaines.

M.T. : Avec Pierre Marthelot comme géographe et Jean Pignon comme historien, il y a eu en effet une conjonction entre ces deux disciplines. Pour prendre le relais de la Revue tunisienne, revue de sciences humaines et en particulier, Les Cahiers de Tunisie, se sont définis comme une revue de géographie, d’histoire et de sociologie. Ce créneau n’a pas été toujours tenu avec rigueur. Il y a eu des tentatives  vers la littérature qui touche aux sciences humaines. Cette discipline n’est pas seulement rhétorique ou style, elle recouvre également un contenu. Il y a donc eu des flottements. Tantôt on voulait mettre l’accent sur les sciences humaines au sens strict, tantôt on pensait à une ouverture vers la philosophie… En effet, pourquoi la sociologie et non la philosophie ? Aussi avons-nous demandé à des philosophes de siéger parmi nous.

K.B. : La sociologie avait eu sa place dans la Revue Tunisienne.

M.T. : On se disait alors que la sociologie avait sa revue et son institution avec le Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales (CERES). En tant qu’historiens, nous avions, certes, fait partie du CERES. J’avais même été chargé d’y diriger un département d’histoire. En introduisant cette discipline au CERES et en publiant les textes relatifs à l’histoire dans les collections de ce Centre, il y avait une certaine osmose.

K.B. : Quelles sont les disciplines les plus présentes dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Cette définition disciplinaire a été toujours été liée aux fluctuations de l’enseignement supérieur en Tunisie, par exemple, lorsqu’un département de psychologie et de pédagogie se crée, il y a là un nouvel espace de création d’articles pour la Revue. A l’inverse, lorsque celui-ci disparaît, cet espace se rétracte. Si un institut spécialisé de pédagogie se crée ailleurs a avec sa revue et ses moyens propres, nous sommes obligés de nous aligner sur cette évolution.

K.B. : Vous parlez là d’institutions créées en dehors de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Or, celle de Al Hawliyyat s’est faite au sein de cette même Faculté. Quels étaient les rapports entre Al Hawliyyat et les Cahiers de Tunisie, deux revues d’une même institution ?

M.T. : Il n’y a pas eu de problèmes. Al Hawliyyat publient en arabe tandis que Les Cahiers de Tunisie, pendant longtemps, n’ont accepté que des articles en français, très rarement en anglais, en italien ou en espagnol. Les Cahiers de Tunisie avaient plus de vingt ans d’âge quand le comité de rédaction a décidé de l’arabiser et cela, en rapport avec l’enseignement : pendant longtemps, l’Université de Tunis, à l’exception de la section d’arabe, a eu recours au français comme langue d’usage. Moi-même, j’ai enseigné l’histoire en français avant de dispenser mes cours en arabe. Le premier texte en arabe est paru dans la revue en 1978.

K.B. : Etes-vous le premier auteur tunisien à avoir publié dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Tant que la langue française était prédominante et que nos collègues français étaient les plus nombreux, il n’y avait presque pas de contributions tunisiennes. Les articles étaient signés André Nouschi, André Martel, Jean Ganiage, Jean Pignon. L’arabisation a été discutée au sein du comité et affichée sur la couverture des Cahiers de Tunisie en 1978. Ce souci d’ouverture à l’arabe peut apparaître aujourd’hui comme-très tardif. Il n’en a pas moins été un sujet de débat au sein du comité, divisé à ce sujet. Nous aspirions à devenir une revue internationale et nous avons estimé que la place d’une revue en arabe venait d’être prise par Al Hawliyyat.

K.B. : La nouvelle revue Al Hawliyyat publiait également des articles d’histoire…

M.T. : Oui. Dans une certaine mesure, on peut dire qu’il y a eu concurrence puisque Al Hawliyyat ne publiaient pas uniquement autour de la littérature. L’arabe leur était réservé pour ainsi direz  tandis Les Cahiers de Tunisie conservaient, maintenaient avec le français, un profil de revue “internationale”.

K.B. : La langue d’expression des articles a-t-il été le seul critère de distinction entre Al Hawliyyat et Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : En principe, Al Hawliyyat s’occupaient de littérature arabe avec un regard porté sur la “civilisation”. Or, on ne peut prétendre étudier et comprendre la civilisation sans avoir recours à l’histoire, sans aller au-delà de l’événementiel. En histoire, l’événementiel prime de moins en moins : pour l’Ecole des Annales, pour Fernand Braudel, le plus important réside dans les mouvements lents qui permettent de comprendre le passé. Al Hawliyyat et Les Cahiers de Tunisie avaient des points communs et des différences. Dans la première de ces revues, on ne peut pas trouver d’article sur les lainiers en Italie au XIVe siècle par exemple, tandis que la seconde ne publierait pas un article sur la philologie ou la linguistique.

K.B. : Il y a cependant eu des versions d’un même article dans les deux revues…

M.T. : Cela est arrivé parce que des collègues voulaient publier leurs textes dans les deux langues, alors que tout article se doit d’être inédit. Toutefois, cette exigence est parfois difficile à faire respecter dans les faits… La gestion au jour le jour avait ses difficultés. II fallait accepter des compromis et le résultat se reflétait quelquefois dans l’aspect et le niveau général de la revue.

K.B. : Dans ce comité où les débats tiennent une grande place, qui s’occupait des aspects pratiques ? Qui assumait la préparation technique de la revue ?

M.T. : La fabrication des Cahiers de Tunisie était une source quotidienne d’ennuis et de soucis de tous genres, qu’il s’agisse des problèmes budgétaires ou des rapports avec les imprimeurs et les éditeurs. C’est l’Imprimerie Officielle, avec sa bureaucratie, qui nous a donné le plus de mal. Une fois le manuscrit confié à l’imprimerie, on ne savait jamais quand la revue allait paraître. Nous passions toujours après les imprimés administratifs. Le secrétaire général de la revue puis le rédacteur en chef étaient littéralement “submergés”. Il leur fallait se battre tous les jours pour que la revue fût prête dans des délais acceptables. Elle ne paraissait jamais aux dates prévues ; des retards énormes survenaient toujours au cours de cette phase technique. Paul Sebag, Béchir Tlili, Mounira Chapoutot, autres rédacteurs en chef de la revue, ont beaucoup œuvré pour que la fabrication se déroule dans de bonnes conditions.

K.B. : Quand vous devenez le directeur de la revue en 1969, celle-ci change de couverture. Avez-vous gardé le souvenir de la préparation de cette couverture ?

M.T. : C’est Paul Sebag qui a suscité le changement de couverture car il estimait que «  le temps du chameau était terminé. Certes, la couverture était très belle, mais elle appartenait à une époque révolue. Pour en finir avec la vision folklorique de l’Arabe liée au chameau ou à un dessin berbère, il fallait remplacer l’ancienne couverture. Paul Sebag a contacté des dessinateurs qui nous ont proposé des maquettes puis nous avons procédé à un choix, en comité.

K.B. : Cette couverture demeurera jusqu’en 1992. A-t-il été question de la changer avant cette date?

M.T. : Seulement quand nous avons voulu paraître dans les deux langues. Nous avons alors discuté pour que la couverture fût bilingue. Le dernier changement de 1992 est venu à point. Une revue doit évoluer dans sa présentation-, sinon elle est menacée par la routine. Un effort considérable a été fourni depuis cette date pour la rénovation de l’ensemble et pour une parution sous une forme mieux adaptée au marché, aux idées actuelles etc… Il faut qu’une revue, de temps en temps, change de maquette.

K.B. : Comment jugez-vous, aujourd’hui, l’expérience des Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Je pense que la revue se livre à un effort continu d’adaptation. Il faut qu’une revue soit vivante, qu’elle s’adapte. Le nouveau comité prend les initiatives nécessaires en ce domaine. La revue a actuellement un aspect plus attrayant.

K.B. : Les Cahiers de Tunisie nous avaient habitués à une revue d’historiens. L’orientation récente ne tente-t-elle pas -de réserver une plus grande -place aux autres disciplines enseignées à la Faculté ?

M.T. : Ce choix avait été opéré lorsque je dirigeais la revue. Il n’y a pas eu de virage mais un équilibrage. Nous étions déjà ouverts à des textes de philosophie, par exemple.

K.B. : Mais vous conviendrez que la place relative de l’histoire était dominante.

En effet, aujourd’hui encore, le directeur de la revue est historien, et la revue continue à privilégier l’histoire, ce qui, à mes yeux, est normal. Mais tout en continuant à le faire, elle ne veut pas s’y cantonner parce que les sciences humaines englobent d’autres disciplines que l’histoire. Par fidélité à la vocation de la revue, il faut que l’histoire ait sa part. Toutefois, Les Cahiers de Tunisie n’ont jamais été exclusivement une revue d’histoire, comme les Annales par exemple jusqu’en 1994[1].

K.B. : A travers la structure du comité de rédaction et son contenu, on constate également une forte présence de la discipline historique au détriment d’autres : la psychologie, les littératures française et anglaise avaient été peu à peu réduites à la portion congrue dans les derniers numéros des Cahiers de Tunisie, avant le changement de 1992.

M.T. : Dès le départ, l’histoire a été une discipline dominante et elle l’est restée. Toutes les ouvertures ont cherché un équilibre en faveur d’une plus grande représentativité des autres sciences humaines, tout en gardant son importance à l’histoire

K.B. : Est-ce pour vous lié à une corporation dominante ou est-ce un problème strictement scientifique ? La Faculté ne serait-elle pas une institution où les historiens ont une place plus importante, plus voyante ?

M.T. : Il est très difficile de distinguer entre les deux aspects, l’un scientifique et l’autre corporatif. Il est évident que dans Les Cahiers de Tunisie, l’histoire a eu une part importante dès le départ, avec Jean Pignon. Ce n’est pas un hasard si le directeur des Cahiers de Tunisie a toujours été par la suite. un historien. On peut juger aujourd’hui que l’histoire reste envahissante dans Les Cahiers de Tunisie, mais c’était un choix. Je parle subjectivement : l’histoire, est, dans les sciences humaines, la discipline la plus importante. C’est mon point de vue d’historien. Un sociologue me contesterait peut-être, mais je ne peux m’empêcher de considérer que les sciences humaines sont très largement historiques, regardent vers le passé. Certes, les sciences d’actualité, comme la sociologie ou la pédagogie, ont leur importance, mais les sciences humaines prennent en charge tout le passé de l’humanité.

K.B. : Croyez-vous qu’il n’y a que les historiens qui puissent parler du passé ?

M.T. : Par définition, un historien fait de l’histoire ; il ne peut pas parler de l’actualité.

K.B. : Un philosophe aussi regarde le passé, tout comme un texte littéraire charrie une part d’histoire.

M.T. : Oui. Il y a une histoire de la philosophie mais elle n’en est qu’une petite partie. La philosophie est surtout une pensée vivante sur l’actuel. Si Michel Foucault est un grand historien, c’est parce qu’il n’est pas seulement un historien de la philosophie.

K.B. : Cela n’exclut pas que la philosophie soit représentée dans une revue comme Les Cahiers de Tunisie.

M.T. : Mais nous sommes ouverts à la philosophie ! Nous l’avons toujours considérée comme une science humaine extrêmement importante ! Elle est une réflexion vivante et actuelle sur les phénomènes humains dans leur sens le plus large. Les plus grands philosophes étaient des créateurs et non pas des historiens de la philosophie. L’histoire revendique pour elle tout ce qui s’inscrit dans le passé, y compris la philosophie. L’histoire des idées est une part extrêmement importante de l’histoire. Les historiens qui ont étudié l’histoire de la pensée font peut être concurrence aux philosophes lorsque ces derniers se font historiens : la pensée de Spinoza, par exemple, fait partie du passé. Elle tombe ipso facto dans le domaine de l’histoire et le philosophe qui étudie des idées du passé se fait malgré lui historien. De même, il y a des domaines communs entre l’histoire et la démographie, lorsqu’il s’agit de démographie historique. L’historien est toujours amené à chasser sur le territoire d’autres disciplines, c’est inévitable.

K.B. : Pensez-vous que Les Cahiers de Tunisie doivent refléter la recherche, en particulier dans les relations qui régissent les différentes disciplines entre elles, quitte à ce que certaines prennent plus de place que d’autres ?

M.T. : Si les collègues qui prennent actuellement en charge la revue me demandaient mon avis, je leur dirais que Les Cahiers de Tunisie ont un devoir, celui d’être dynamiquement fidèles à leurs origines : que la revue ne néglige jamais l’histoire et pas seulement l’histoire événementielle, mais également celle des idées et des institutions, de la civilisation et de la pensée humaine. A mon avis, mais ce n’est peut-être pas celui des dirigeants actuels, il faut “naviguer” avec cette revue, de telle sorte qu’elle puisse retrouver son impulsion première : celle d’une revue de sciences humaines où l’histoire occupe une place extrêmement importante, sinon prédominante.

[1] Fondée en 1929 par Marc Bloch et Lucien Febvre, la revue Les Annales, Histoire, Sciences Sociales (1929-1938), a changé plusieurs fois de titre qui comportait le mot Histoire, sauf celui publié entre 1946-1993sous le titre : Annales, Economies, Civilisations ou Annales ESC. Le dernier  (1994) paraît sous le titre : Annales, Histoire, Sciences Sociales ou Annales, HSS.

Publié dans Rawafid n° 21, ISHTC, Université de La Manouba, 2016, pp. 109-123 et sur la Lettre de lIRMC n° 18, pp. 21-28.

Les Arabisants et la France coloniale. Savants, conseillers et médiateurs (1780-1930)

 

Alain Messaoudi, Les Arabisants et la France coloniale. Savants, conseillers et médiateurs (1780-1930), Lyon, ENS Editions, 558 p.

L’ouvrage est issu d’une thèse soutenue en 2008. Savants, conseillers, médiateurs : les arabisants et la France coloniale (vers 1830 – vers 1930) dirigée par Daniel Rivet (Université Paris I -Panthéon Sorbonne, 3 vol., 1143 p.) a été saluée par le jury comme une belle mise au point des rapports entre vie savante et politique coloniale. Même délesté de sa galerie d’arabisants (une série de 353 notices couvrant la période 1880-1930, objet du 2ème volume de la thèse désormais en accès libre sur OpenEdition Book ; elles sont signalées par une astérisque dans l’index, pp. 535-554), ce travail solide et subtil est servi par une langue fine, expressive, « sans effets de robe » et une connaissance de l’histoire politique et intellectuelle françaises qui en font plus qu’une simple réponse à l’ouvrage d’Edward Said (Orientalism, New York, 1978, traduit et édité par le seuil en 1980 sous le titre : L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident). L’ouvrage permet de connecter un capital littéraire et scientifique accumulé sur plusieurs siècles et dans diverses institutions à la vie politique et à l’entreprise de colonisation qui départage, sans les séparer, les savants des conseillers et médiateurs.

L’Algérie est au centre de cet ouvrage sur l’édification de l’orientalisme arabisant français, ses assises sociales et professionnelles, ses conséquences politiques, ses corollaires culturels. La plage chronologique de l’ouvrage remonte jusque vers 1780, aux sources de la curiosité érudite et commerciale envers l’Orient. L’auteur focalise sur les compétences développées autour de l’apprentissage, l’enseignement et la culture de la langue arabe pour échapper au  prisme des idées et des textes. Le terme « arabisant » qui apparaît vers 1820 indique une inflexion importante ; il marque le début d’une politique linguistique en Algérie et débouche sur une période de grande spécialisation (un âge d’or ?) après la Première Guerre mondiale. Le statut de la langue arabe en France en sera durablement marqué.

Cette histoire sociale et culturelle des milieux arabisants sur plus d’un siècle permet de relier la production intellectuelle aux hommes qui la créent, de dessiner les idées qui ont sous-tendu les institutions et de suivre leurs applications tout au long d’un XIXème siècle qui perdure jusqu’à l’après guerre. Elle est construite autour d’un plan chronologique (Tradition érudite et premiers projets coloniaux : 1780-1840 ; Les études arabes à l’épreuve de l’occupation algérienne : science, guerre et colonisation 1830-1870 ; Les arabisants entre académisme et mission civilisatrice : 1870-1930) qui traduit les chevauchements entre le politique, le culturel et le scientifique que l’auteur a voulu faire ressortir. Cette découpe dans le temps fait apparaître des filiations, avec une part de continuités et de ruptures, des héritages familiaux ou corporatistes, des solidarités professionnelles ou sociales. C’est ainsi que les conflits d’intérêt, les rivalités scientifiques, les affaires administratives qui ont jalonné des errements politiques surgissent à travers des personnalités et des profils de « techniciens de la colonisation ». On voit naître de nouvelles figures : des érudits, des idéologues, des pédagogues se mêlent dans cette histoire multiple, introduisant une épaisseur sociale bénéfique au traitement de ce thème extrait à l’histoire des idées par une mise en perspective culturelle large. En entrant à un niveau infra-politique par une attention aux ressorts techniques qui structurent l’action administrative, on prend la mesure des représentations culturelles qui se bousculent dans la politique, des relations paradoxales et tortueuses entre politique et savoir.

Raccroché à une histoire des idées françaises, notamment celles du XIXème siècle, complétée par une analyse des institutions et des réseaux, ce travail dégage les racines de l’érudition orientaliste et la façon dont elle se relie à travers quelques hommes aux premiers programmes coloniaux. Cette histoire intellectuelle, politique et sociale approfondit les différentes formes d’articulation de l’orientalisme savant avec les courants intellectuels contemporains (humanisme, romantisme…) et avec l’idéologie colonialiste qui se forge parallèlement aux projets d’exploration et de conquête. Ce faisant, et dans le champ de l’histoire coloniale, les connexions idéologiques et intellectuelles face aux réalités de l’administration coloniale, en Algérie -avec quelques incursions en Tunisie et moins au Maroc- bénéficient d’un éclairage significatif.

Nous avons affaire à une histoire institutionnelle rafraîchissante, à plusieurs niveaux dont le plus remarquable réside dans l’art de l’auteur de raconter l’histoire d’institutions scientifiques comme l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), l’Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO), l’Ecole des lettres d’Alger (qui rivalise avec celle de Strasbourg au début du XXème siècle). Le dialogue des orientalistes français et allemands connaît une période faste après les années 1920… La restitution vivante de la complexité de l’action et de la décision dans une politique « coloniale », mouvante, tâtonnante et parfois même incohérente, donne à l’histoire coloniale un autre niveau de lecture, dévoile de nouvelles strates dans sa complexité, voire ses incohérences.

Les professeurs d’arabe (un point de vue innovant et systématiquement pisté) sont mis au centre d’une évolution politique et culturelle transnationale, dans le cadre de l’Empire français. 103 notices de professeurs de chaires supérieures, cours coloniaux…et celles de 87 professeurs de collèges et lycées en plus d’enseignants aux carrières moins reluisantes apportent à l’histoire de l’enseignement un regard en profondeur.  Le lecteur découvre les arcanes des filières, les mises au point des diplômes et les logiques des programmes qui accompagnent les différentes vogues, expliquent leur fragilité mais parfois aussi leur pérennité, au-delà du projet colonisateur (et jusqu’après les indépendances).

A côté des enseignants d’arabe, l’étude quantitative et qualitative des interprètes et traducteurs ouvre aussi de nouvelles pistes : en plus des notices consacrées à plusieurs lignées de drogmans, interprètes militaires et civils, administrateurs, l’étude est truffée de ces hommes de l’ombre qui bougent, vivent, conçoivent, transmettent et transcrivent une connaissance des milieux arabes coloniaux, interfaces immédiats et vecteurs pour la suite.

Ces générations d’intermédiaires introduisent à des milieux concrets qui s’interpénètrent parfois ou s’excluent ; les « européens » et les « indigènes » se côtoient, avec des différences. On aperçoit des nœuds, familiaux, amicaux, corporatistes, géographiques où se jouent les contacts, les transferts mais aussi les tensions. Sur le rôle de la parenté, le travail minutieux des notices éclaire les terreaux sociologiques, de même qu’avec les circuits de nomination, notamment entre Machrek et Maghreb, on parvient à visualiser la dynamique des « réseaux » formés par ces arabisants aux carrières multiples, dont les rôles fluctuants et les fonctions variables justifient le long travail d’enquête archivistique et les entretiens conduits par l’auteur (avec des témoins et/ou bénéficiaires de l’enseignement d’arabe et avec des descendants d’arabisants).

L’ouvrage permet de distinguer l’action proprement politique au service d’une mission civilisatrice, des trajectoires comme celles de Louis Machuel (1848-1921) ou de René Basset (1855-1924) dont la connaissance va rapprocher le monde arabe tout en opérant un passage entre orientalisme et sciences humaines, en premier lieu l’anthropologie, la linguistique et l’histoire des religions (p.454 : « Edmond Doutté, Maurice Gaudefroy-Demombynes et William Marçais : les noces de l’orientalisme et des sciences sociales »). René Basset crée un pôle savant à l’Ecole des Lettres d’Alger, organise un Congrès orientaliste retentissant en 1905, et dirige l’Encyclopédie de l’Islam. Le savoir orientaliste infiltré dans le monde savant et éditorial français (le Journal Asiatique existe depuis 1822, la librairie orientaliste Geuthner naît en 1901 comme spécialiste d’études syriaques) s’ouvre petit à petit au Maghreb dans des revues comme L’Année Sociologique (comptes rendus de Doutté) ou la Revue du monde musulman (qui apparaît en 1906). L’enseignement de la langue arabe en colonie (faible dans le primaire, plus développé dans le secondaire) entraîne et structure la recherche autour et sur le Maghreb qui s’appuie sur des élites locales médiatrices (directeurs des médersas algériennes, enseignants de l’école normale de Bouzaréa, cheikhs de la mosquée Zaytouna ou membres de l’association El Khaldouniyya…). La carrière de Mohamed Bencheneb (Algérie, 1869-1929) ou le projet linguistique autour des parlers arabes de Takrouna avec Abderrahmane Guiga (Tunisie, 1889-1960) font partie d’une histoire minorée par la distinction simplificatrice entre savants et informateurs ainsi que par les historiographies nationales des années 1960-1970.

Le terrain finement exploré par l’auteur sur un siècle et demi ouvre aux chercheurs la possibilité de se référer à une étude comparée -dans le temps et l’espace- dont les qualités d’enquête et d’écriture suggèrent les moyens de prolonger les chantiers ouverts, les hypothèses évoquées et les raccords effectués avec la bibliographie existante. Ce travail contribuera certainement à mieux connaître la longue histoire des relations culturelles et intellectuelles entre le Maghreb, le Machrek et la France où la langue arabe, loin d’être un objet oublié, a été au centre de besoins, de structures, de controverses, de conflits, de non dits dont les évolutions se déroulent jusqu’à nos jours et expliquent certaines résultantes sur le plan scientifique et politique, des deux côtés de la Méditerranée.

 

Compte rendu paru dans Revue d’Histoire des Sciences Humaines, “Faire science”, numéro 31, Editions de La Sorbonne, pp. 247-250