Connaissance bien ordonnée commence par soi-même

CR de la journée d’étude organisée par le mouvement Perspectives El Amel Et-tounsi à l’Université de La Manouba.

Affiche  de la journée d'étude du mouvement Perspectives El Amel Et-tounsi, Université de La Manouba.

Affiche de la journée d’étude du mouvement Perspectives El Amel Et-tounsi, Université de La Manouba.

L’année 2013 marque un cinquantenaire qui a donné lieu à une activité abondante, un des multiples bruissements de l’espace public tunisien. L’Association Perspectives Amel-Ettounsi Mémoire et Horizons active depuis 2011 est inscrite au Journal Officiel Tunisien du 23 avril 2013. Sous la houlette de son deuxième bureau directeur[1], cette association a préparé une commémoration studieuse[2] : rassembler les archives éparpillées chez les militants pour les confier à des institutions publiques (Bibliothèque Nationale, Archives Nationales de Tunisie, Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine), publier des travaux, susciter des rencontres en Tunisie et en France. L’entreprise s’avère utile à la communauté nationale et à la recherche. Exhumer la mémoire d’une organisation qui a attiré les premiers bacheliers de la Tunisie indépendante dans un moment de fermeture politique, aide à recadrer les phases suivantes de la dynamique historique. Cette frange générationnelle a laissé une empreinte dans la vie culturelle, syndicale et politique ultérieure du pays, aussi est-il bon de prêter attention à cette prise de parole longtemps muselée et harcelée.

Plusieurs manifestations ont jalonné cette année du cinquantenaire[3]. Le 8 janvier 2014, une journée d’étude organisée par l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine (Université de La Manouba) a creusé la relation du moment Perspectives avec l’histoire syndicale et estudiantine. Les voix qui se sont exprimées mélangent des points de vue et des faits, des analyses a posteriori et des émotions encore non jugulées, des chronologies qui se précisent et des souvenirs plus flottants. Un travail d’anamnèse est manifestement en cours enrichi, soutenu et consigné par des écrits qui sont appelés à compléter la littérature sporadique produite jusque-là. Un film de témoignages sur la torture, La mémoire noire, récemment réalisé par Hichem Ben Ammar a été projeté le 9 janvier à l’ISHTC. Cette expression multiple qui remonte progressivement à la surface souligne une prise de conscience devant la volatilité de l’action historique. Nourrie de la diversité des profils des militants mobilisés pour lutter contre la perte des traces d’un moment intellectuel et politique important, cette énergie collective est précieuse pour l’avenir.

Enjeux de mémoire et d’histoire se mêlent en cette phase de quête qui se double d’une opération d’ordonnancement des traces matérielles et des souvenirs. L’assemblage raisonné en cours appelle un effort de formulation des questions en vue de bâtir un savoir critique sur les conditions d’apparition du mouvement et pour reconstituer les logiques qui ont conduit à son manque de visibilité. Un travail de sociologie historique peut démarrer à partir de la base de données établie par l’association[4] pour que ce renouement avec une parole confisquée, combattue et heureusement pas éteinte, déblaye la voie vers une meilleure connaissance de l’histoire politique de la Tunisie à travers quelques-uns des intellectuels qui l’ont construite par leurs idées, leurs actes et leurs existences.


[1]Président : Brahim Razgallah, Vice-présidente : Zeïneb Ben Saïd-Charni, Secrétaire général : Noureddine H’mila.

[2] Le Groupe d’Etudes et d’Action sociale en Tunisie (GEAST) a déclaré son existence à Paris en décembre 1963 en publiant le premier numéro de la brochure  Perspectives Tunisiennes. La dénomination El ‘Amel Tounsi a suivi l’implantation du mouvement en Tunisie.

[3]En Tunisie : Atelier dans le cadre du Forum Social Mondial, 28 mars 2013 ; journée d’étude à Sousse, 23 avril 2013 ; stand à la Foire du Livre de Tunis, 25 octobre -2 novembre 2013 ; colloque Le cinquantenaire de Perspectives El ‘Amel Tounis : L’histoire et l’avenir à la Bibliothèque Nationale de Tunisie (18-20  décembre 2013).

[4] On parle de 400 noms enregistrés jusque là

Hammam-Lif, le 13 janvier 2014.

Texte paru dans Et-Tariq el Jadid, Tunis, n° 355, 18-24 janvier 2014, p.6 ; dans Réalités n° 1465, Tunis, 23-29 janvier 2014, dans Akademia, magazine de l’Université de La Manouba, n° 26, fév 2014, pp.5-6


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.