Le cinéma en situation coloniale : l’approche par le public

 

Couverture de l'ouvrage Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale

Couverture de l’ouvrage Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale

A propos de l’ouvrage dirigé par Morgan Corriou, Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale, Tunis, CERES/IRMC, 2012, 320 p.

L’histoire du cinéma, et en Tunisie en particulier, s’intéresse communément au contenu des films et à leur production. Quittant ce sillon, Morgan Corriou prend le parti d’étudier le cinéma du point de vue de ses usagers. Auteur d’une thèse intitulée Un nouveau loisir en situation coloniale : le cinéma dans la Tunisie du protectorat (1896-1956) – en cours de publication-, elle organise en mars 2008 à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC)  deux journées d’étude sur le thème Cinéma et nouvelles pratiques sociales en situation coloniale. Elle tire de cette rencontre un ouvrage collectif : Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale dans lequel sont ajoutés d’autres textes. L’ensemble se compose de dix articles ventilés en trois parties : Implantation du cinéma et publics autonomes ; De la salle de cinéma à la sphère publique ; Appropriations locales de l’image animée.

L’histoire coloniale autrement

Cette perspective permet de replacer la Tunisie sous Protectorat français -terrain de recherche de Morgan Corriou- dans le cadre des pays colonisés- comme elle installe le médium cinéma dans la culture globale. La perspective comparatiste cible les cas de situations coloniales : les cas de l’Afrique française du Nord, de l’Afrique Occidentale française, des colonies britannique et russe sont traités dans un croisement heureux entre histoire politique et histoire culturelle.
L’industrie cinématographique traverse le monde à une vitesse telle que, même si les rythmes sont différents, les circuits et des moyens mettent les pays en situation de contemporanéité. Outre les cas des cinématographies indienne et égyptienne, le spectacle cinématographique est une entrée intéressante pour étudier les transformations culturelles que connaissent les sociétés colonisées. On observe des décalages selon les différences d’infrastructure : les cinémas égyptien et indien mettent du temps à avoir une popularité locale ; de même que l’on constate que le public dépend de plusieurs critères selon qu’il vient d’une capitale ou d’autres villes, qu’il représente la bourgeoisie lettrée ou les classes populaires. La guerre (avec la propagande) et les migrations d’ouvriers vers l’Europe font partie des vecteurs qui propagent la culture de l’image. Par la suite, apparaît l’économie du spectacle, une presse spécialisée émerge et les différents publics s’approprient cet art. La population européenne accélère certainement l’acclimatation du nouveau loisir, au point que l’Algérie urbaine compte 188 salles de cinéma en 1939 (contre 120 en 1921, avec une surreprésentation d’Oran et d’Alger) alors que la Tunisie en a 47 et le Maroc 56, à la veille de la Seconde Guerre mondiale (Omar Carlier). L’Afrique Occidentale française s’équipe dans les villes moyennes et les banlieues entre 1920 et 1940. (Odile Goerg). L’« indigénisation » particulièrement agile des pratiques cinématographiques n’est pas toujours en rapport avec la production des films, comme le montre le cas de l’Egypte, cadre précoce d’une production cinématographique qui percera à l’étranger et notamment au Maghreb entre 1934 et 1936.

Le pouvoir du spectacle

Les pouvoirs politiques ont perçu les potentialités du cinéma et son impact sur les populations  : il est objet de propagande (les actualités notamment) et de surveillance. (Habib Belaïd). Mais au-delà de cette dimension politique à plusieurs facettes (pour convaincre, pour contester, pour surveiller), le cinéma joue un rôle de rapprochement entre les générations, les appartenances régionales, les catégories sociales, les niveaux d’instruction et les sexes. Il épouse les décalages pour opérer son entrée dans la vie culturelle, sociale et politique. Le passage du muet au parlant en Ouzbékistan (Cloé Drieu), les études de Habib Belaïd sur la propagande et la censure montrent les usages politiques de ce médium. Entré avec une grande rapidité dans la consommation culturelle, son action indirecte s’exerce aussi dans les contextes autoritaires. Pour le cas de la Tunisie en particulier, on sait que les premières projections ont lieu en 1898, deux ans seulement après l’invention de cet art qui va devenir majeur au cours du XXème siècle et que la salle Omnia Pathé à Tunis, (angle rues Hannon et Amilcar), est inaugurée en octobre 1908. Même si l’on a affaire à des pays faiblement urbanisés, où l’analphabétisme est très important, l’entrée de cette nouvelle forme de loisir transforme la culture de masse. Dans les pays colonisés, le cinéma, comme partout, touche d’abord les élites mais sa caractéristique est qu’il acquiert très vite un public plus large. En Inde, les films d’aventures contribuent à forger dans les années 1930 une conscience des spectateurs locaux qui réagissent à la manière dont ils sont représentés (Prem Chowdhry).

L’apport des archives
La question, primordiale, des sources est sensible dans les approches de cet ouvrage d’historiens : les auteurs tirent parti des archives administratives, statistiques, commerciales qui mènent à des phénomènes comme celui de la fréquentation des salles de cinéma, à leur construction ou à leur surveillance. L’approche commerciale de Renaud Chaplain dégage la hiérarchie des salles, des programmations et des publics à Lyon entre 1905 et 1940. La presse spécialisée et les revues, programmes et publicités ainsi que les témoignages d’acteurs peuvent être ajoutés aux souvenirs et écrits littéraires qui retracent les débuts de la découverte du cinéma et les plaisirs de l’image. La contribution de Nadia Mamelouk montre l’entrée du cinéma dans la culture des rédacteurs de la revue tunisienne Leïla. Tout en se voulant indépendante, la revue qui dure cinq ans environ (1936-1941), développe une conception nationale de la culture qui s’appuie sur des critiques d’œuvres littéraires, théâtrales, musicales ou cinématographiques locales ou venant d’ailleurs. La salle de cinéma est aussi un lieu où s’exprime l’opinion politique, comme le montre l’étude d’Elizabeth Thompson à propos du boycott du cinéma Boujelloud à Fès en 1948, après les événements en Palestine, pour protester contre l’impossibilité des Marocains de s’exprimer.

Un des mérites de cet ouvrage est de fournir une riche bibliographie (pp. 29-34) originale et peu connue, incluant de nombreuses revues, en français et en anglais, et des études s’intéressant au spectacle cinématographique en situation coloniale en Tunisie, Algérie, Maroc, Nigéria, Kenya, Zanzibar, France, Togo, Turkestan russe, Inde, Rhodésie, Egypte. Cette bibliographie générale s’ajoute à celles qui accompagnent les textes et ces sélections font de cet ouvrage un instrument de référence très précieux dans un domaine encore peu exploré.

Ce mode d’approche de la réception des moyens de la culture dépoussière l’histoire coloniale et l’histoire culturelle comme il ouvre des perspectives pour que l’histoire sociale des pays colonisés, se libère des problématiques sur l’impérialisme, intègre le paradigme de la domination et dépasse celui du retard. Répondant à la proposition de faire « une histoire nationale du cinéma mondial » (Fabrice Montebello), l’ouvrage introduit une histoire de l’économie et de l’infrastructure cinématographiques qui éloigne du prisme habituellement culturaliste des études coloniales. Ce faisant, il ouvre des horizons devant l’histoire contemporaine et permet de comparer les sociétés colonisées avec celles de leurs temps, côté spectacle et consommation cinématographiques.

SOMMAIRE
Implantation du cinéma et publics autonomes
Omar Carlier, Le cinéma en Algérie à l’entre deux guerres : de la percée en ville européenne à l’émergence d’un public « indigène »
Odile Goerg, Entre loisir et contestation : le cinéma en Afrique occidentale française
Morgan Corriou, Tunis et les « temps modernes » : les débuts du cinématographe dans la Régence (1896-1908)
Renaud Chaplain, Les cinémas des publics : la diversité de l’exploitation à Lyon (1905-1940)
De la salle de cinéma à la sphère publique
Prem Chowdhry, Définir un public indien : le film d’aventure occidental dans l’Inde coloniale
Elizabeth Thompson, Boycott d’un cinéma à Fès en 1948
Nadia Mamelouk, L’écriture d’une culture nationale dans les pages d’une revue féminine : le cinéma dans Leïla (1936-1941)
Appropriations locales de l’image animée
Cloé Drieu, De la pratique en situation coloniale aux usages totalitaires : le film et son environnement sonore et visuel en Asie Centrale (1908-1937)
Habib Belaïd, La « caravane cinématographique ». Propagande et diffusion en milieu rural tunisien (1942-1953)
Fabrice Montebello, Films égyptiens et ouvriers algériens dans la Lorraine industrielle. Analyse d’un cas de « diaspora des publics »

 

Recension parue dans Rawafid n°17, Revue de l’ISHMN/ Université de La Manouba, 2012, pp. 83-86.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.