Une transition par et pour les archives en Tunisie ?

Je voudrais relever trois aspects qui m’ont interpellée en tant qu’historienne et en tant que citoyenne au cours d’une rencontre qui s’est tenue hier mercredi 22 juin 2011 à Tunis sous le titre La construction d’une mémoire en Tunisie : le rôle des archives.

1/L’objectif de cette rencontre étant de contribuer à une action pour parvenir aux archives en vue d’accompagner le processus de transition démocratique, ce qui a attiré mon attention est le fait de reconnaître aux archivistes une place active dans cette phase transitoire alors qu’on est habitués à les traiter au mieux comme les experts d’une science du passé (ce qu’ils sont), une catégorie professionnelle aujourd’hui hautement technicisée et académique mais liée à une imagerie de la vie administrative et politique désuète. J’ai ainsi noté la participation de trois responsables des Archives Nationales de Tunisie et leur réponse aux questions que rencontrent actuellement les membres des deux commissions nommées en janvier 2011 (Commission nationale d’investigation sur les violations et les abus, Commission nationale d’établissement des faits sur les affaires de corruption et de malversation) et qui dénotent de la conception et de la pratique envers les archives.
Une législation des archives existe en Tunisie concentrée essentiellement autour de la loi du 2 août 1988 relative aux archives, qui a, par la même occasion, créé Les Archives Nationales de Tunisie. Cette législation qui fonctionne dans le cadre des Archives  Nationales de Tunisie, est à la fois ouverte sur les archives courantes et semi-courantes (et donc sur l’archivage administratif) et sur la recherche (puisqu’elle englobe l’ancienne direction des Archives Générales du Gouvernement tunisien) que les historiens connaissent bien depuis longtemps.

Les ANT bénéficient également depuis quelques années d’une meilleure formation d’archivistes et de documentalistes (l’Institut Supérieur de Documentation existe depuis 1981, il forme depuis 1988 à une maîtrise d’archivistique et a créé depuis 1997 deux DESS de mangement de bibliothèques et d’archives). Aussi la recherche, comme la conservation et le classement de la documentation administrative sont des opérations aujourd’hui soumises à des normes respectables et internationales (l’influence française est largement visible dans les textes et les pratiques).

2/Mais où les choses sont-elles obscures, bloquées aujourd’hui et notamment face aux demandes des commissions ? Une chambre noire semble se loger entre l’administration productrice des archives et celle qui est chargée de les conserver et de les communiquer au public des citoyens, des administrateurs ou des chercheurs. Les marges de manœuvres sont immenses et le travail de transition pour les archives une nécessité brûlante pour les commissions mais pas seulement. Ceci pour les archives de l’Etat pour lesquelles il faut bien se poser la question épineuse des archives de la police, de la défense (les questions de sécurité sont primordiales) mais également celles de l’économie, des syndicats, des banques, des accords internationaux ? Autant de domaines que l’on sait bien gardés et qui nécessitent qu’on se prépare à les percer.

Quelques mesures officielles sont en train de poindre. Un arrêté présidentiel daté du 26 mai 2011 (publié in JOT 31 mai 2011, n° 39, pp. 792-794), soumis à l’Instance nationale de réforme de l’information et de la communication (Le texte de loi de 1988 est évoqué dans les attendus) vient rappeler la nécessité de communiquer les archives, les données et toutes sortes d’éléments d’information sur la marche de l’administration. A l’ordre du jour également en ces temps de remise en cause de la fiabilité des chiffres et actions officielles : le recensement de la population est avancé à 2012…

3/Par ailleurs qu’en est-il des archives privées (chapitre 2, titre I de la loi 1988) que Simone Othmani, présidente de l’Association pour la fondation Ahmed Othmani crée en février 2008, a évoquées ? On sait qu’elles sont importantes en Tunisie, jalousement gardées, parfois vendues mais jamais offertes à l’enquête journalistique ou scientifique.
Autre question que l’on peut poser aujourd’hui dans le feu de cette transition : où sont les archives de la société civile ? Comment peut-on les récolter ?


2 réflexions au sujet de « Une transition par et pour les archives en Tunisie ? »

  1. Osman CHATER

    Madame BENDANA a besoin de soutiens musclés de la part de ses jeunes étudiants, qui doivent « finir le travail » commencé le 14/01/11, pour pouvoir arriver au bout des résistances séculaires, et ainsi, nous enrichir de ses constations et réflexions sur notre Tunisie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *