L’historien, la mémoire et les médias

Affiche de la journée d'études "L’historien, la mémoire et les médias", 6 mars 2013, ISHMN

Affiche de la journée d’études « L’historien, la mémoire et les médias », 6 mars 2013, ISHMN

Consacrée aux relations entre l’historien, la mémoire et les médias, la journée d’étude organisée par l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National le 6 mars 2013 s’inscrit dans un cycle de réflexion entamé en décembre 2011 pour examiner l’état de santé du métier de chercheur en Tunisie. Les premières réunions du groupe ont commencé par faire le tour des questions à aborder pour planifier les étapes d’une réflexion qui espère contribuer au besoin de revivifier l’université tunisienne, après le 14 janvier 2011.

Après les débats préparatoires de l’année 2011/2012, le programme 2012/2013 a ouvert l’échange des chercheurs en direction des universitaires de tous bords, auteurs et utilisateurs du savoir historique. La  journée du 23 novembre 2012 a croisé les points de vue du syndicat, de l’administration et de disciplines scientifiques autres que l’histoire autour de l’exercice du métier de chercheur. L’atelier du 6 mars 2013 a recentré l’échange autour de la discipline historique à travers divers profils qui s’y intéressent. La connaissance du passé est une passion commune et partagée ; si le grand public ne définit pas avec précision la recherche scientifique dans cette science humaine et sociale, l’histoire est très présente dans la production culturelle en général. Quatre enseignants-chercheurs et un dramaturge dotés d’une expérience avec la communication et avec l’histoire ont apporté leur point de vue sur la place de l’information historique dans leur travail et ont évoqué la nature de la relation qui existe, à leurs yeux, entre l’historien, la mémoire et les médias.

Le compte rendu qui suit ne prétend pas recouvrir l’ensemble d’un débat appelé à se poursuivre dans le cadre de ce cycle de réflexion et ailleurs. Il vise à capter les pistes qui enrichissent le dialogue entre la recherche historique -vue comme une activité spécifique, soumise à des règles déontologiques et professionnelles- et les différents acteurs de la scène intellectuelle et universitaire qui s’intéressent au passé, à la mémoire et à l’histoire. La transition politique en cours a provoqué, entre autres, une fièvre mémorielle et déchaîné le recours à l’histoire. La prolifération de la parole et l’explosion des médias ont démultiplié les récits, propagé diverses expressions du passé et libéré des voix.

Que peut-on tirer de cette situation qui serve à mieux comprendre le métier de l’historien ? Le modérateur Habib Belaïd a introduit le débat en partant de la distinction, toujours d’actualité, entre histoire et mémoire pour inviter à la repenser en fonction du moment.

Moez Ben Messaoud (directeur du département Communication à l’Institut de Presse et des Sciences de l’Information et rédacteur en chef d’Akademia[1]) a mis l’accent sur l’évolution récente de l’information en rapport avec la transition politique en cours. Le journaliste consigne le présent, cette fonction reflétant à la fois une partie de la mémoire et la dynamique sociale. Evoquant les travaux de Herbert Schiller, Noam Chomsky et Mehdi Manjara, MBM souligne le développement des mécanismes d’action des moyens d’information sur les cerveaux et l’opinion publique. Le règne actuel de la société de l’information renforce la relation organique entre l’information et le pouvoir. Ceci impose aux professionnels de bâtir des lignes de conduite éditoriale, de respecter une certaine objectivité et de se doter d’une capacité prospective pour préserver leur indépendance.

Noura Borsali (enseignante de lettres et journaliste) a déconstruit la formule journalisme historien à travers ses travaux sur l’itinéraire et le rôle politique d’Ahmed Ben Salah[2], peu étudié par les historiens. Elle a situé son travail comme une tentative de transmettre aux chercheurs une parole brute, à charge pour ces derniers de la décrypter. En donnant un sens à une « histoire orale », elle est consciente qu’entrer en sympathie avec un témoin est une marque de subjectivité. La passion investie dans cet archivage de l’histoire et qu’elle hérite en partie de son père -Tahar Borsali, compagnon de Hached- lui permet de sentir qu’elle contribue à barrer la route à une « dépossession de la mémoire ».

Mohamed Dhifallah (enseignant à l’Institut Supérieur de Documentation) a une triple expérience avec les médias : il a écrit des articles dans les journaux, a collaboré aux activités de la FTERSI[3] (colloques, entretiens et édition d’actes) et fourni son expertise à des films télévisés (sur Farhat Hached, Moncef Bey, Salah Ben Youssef). Il note qu’une douzaine d’historiens environ sont présents dans les médias audio-visuels depuis janvier 2011 et plaide pour que l’historien quitte sa tour d’ivoire tout en préservant sa crédibilité dans les médias. L’historien comme tout citoyen est  concerné par la chose publique. La tension qui existe entre médias et historiens découle selon lui de l’usage de l’histoire comme propagande ; aussi défend-il l’idée que l’historien est un expert et un producteur de savoir.

Raja Farhat (homme de théâtre, auteur de la pièce Bourguiba, le dernier exil) introduit son exposé par un mot : la dramaturgie, réécriture en direction du public. Il ramène son rapport avec l’histoire à son père, Sahbi Farhat, syndicaliste et militant nationaliste emprisonné par Bourguiba à la suite du complot de 1962. Reprenant l’image des fantômes chère à Shakespeare, il raconte une enfance marquée par le silence autour de la mort paternelle et l’importance de l’expérience théâtrale au collège Sadiki, en Italie puis au sein de la troupe de Gafsa qui lui a permis d’incarner des personnages historiques (ex : Mohamed Ali El Hammi). Pour lui, le journaliste comme le dramaturge doivent se préoccuper de pédagogie. Le message est efficace quand il frappe la perception de celui à qui il s’adresse : Bourguiba a « convaincu » Eisenhower d’aider les Tunisiens en lui rappelant la famine de son enfance. RJ consacre du temps à la documentation pour soigner la précision des faits car il importe de ne pas occulter la vérité. Le rapport à l’histoire est important dans la représentation (Salah Ben Youssef est absent des obsèques de Farhat Hached) parce que celle-ci nourrit la mémoire. Le besoin de mémoire est vital comme la mémoire a besoin d’histoire.

Khaled Abid (chercheur à l’ISHMN et coordonnateur de la journée) a écrit des articles de presse depuis 1991 par besoin d’exercer une liberté et de toucher le plus grand nombre. Intéressé par des personnalités comme Habib Thameur, Youssef Rouissi, Mohieddine Klibi, Ali Maâoui…, il remarque que certains de ses textes ont été censurés et que le contrôle se poursuit après 2011. Pour lui, le film L’assassinat de Farhat Hached (produit par El Jazeera en 2009) reflète un usage politisé de l’histoire. L’historien a une responsabilité ; il doit défendre une position sage afin de ne pas tomber dans les mêmes erreurs. Il est important de résister à une politisation de l’histoire et de renoncer à revendiquer une contre-histoire à chaque étape. Plutôt que de diaboliser ou de criminaliser le passé, la lecture de ce dernier doit réconcilier les « frères ennemis » de l’histoire tunisienne. La voix de l’historien doit contribuer à apaiser les tensions politiques : sera-t-elle entendue ?

Le débat général a mis l’accent sur d’autres aspects de la relation complexe entre l’historien, la mémoire et les médias. L’assistance a suggéré une collaboration entre journalistes et chercheurs pour promouvoir la culture historique à travers des magazines comme Memoria (Algérie) ou Zamane (Maroc). Par ailleurs, penser la relation entre l’objectivité des faits et la subjectivité des chercheurs serait utile car historiens et médias restituent la mémoire, chacun dans sa temporalité et avec ses règles.

On empruntera à Dominique Wolton (qui a prononcé dernièrement deux conférences à Tunis[4]) la formule « informer n’est pas communiquer » pour conclure cette étape d’un dialogue autour de la pratique de la recherche au sein de l’ISHMN. En œuvrant à l’échange multidisciplinaire intra-universitaire et en travaillant à une communication plus large entre producteurs et usagers du savoir, l’ISHMN tente de reconstruire le lien nécessaire à améliorer la place de l’histoire dans une culture de la citoyenneté.

Hammam-Lif, le 11 mars 2013
Publié dans Akadémia, magazine de l’université de La Manouba, n° 17, mai 2013, pp. 8&9.


[1] Mensuel bilingue publié par l’Université de la Manouba depuis janvier 2012. 15 numéros parus.

[2] Livre d’entretiens avec Ahmed Ben Salah, Tunis, Ed Samad, Mip ? 2008, 180 p.

[3] Fondation Temimi pour la Recherche Scientifique et l’Information, appellation du CEROMDI, à partir de 1995.

[4] 28 février 2013 : «Diversité culturelle, identité et mondialisation» ; 1er mars 2013 : «La communication ? Paix et guerre au 21ème siècle».

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *