De Thâalbi à Bourguiba

Thaâlbi, Bourguiba et Sfar en 1937

Thaâlbi, Bourguiba et Sfar en 1937

Parmi les phénomènes observés au cours de cette transition, le retour de l’image et de la mémoire de Bourguiba est un des plus frappants. J’ai pointé cette tendance dans un article paru sur La Presse de Tunisie du 12 avril 2011 : « Le retour de Bourguiba : Réveil du politique ou effet de mémoire ? ». Deux ans après, ce culte enfle sur la scène médiatique et politique tunisienne, mêlant effets de mémoire et enjeux politiciens.

Ben Ali a fait des funérailles de Bourguiba (mort le 6 avril 20o0) une corvée protocolaire, aux dimensions des seules caméras autorisées à reproduire des obsèques officielles, compassées et expéditives. Des millions de Tunisiens même accommodés du règne de Ben Ali n’ont pas digéré qu’on les empêche de donner libre cours à un deuil qui aurait pu être une première communion, après le coup d’état de novembre 1987, vécu passivement.

Treize ans après, cette manœuvre et la déception qu’elle a causée continuent à « façonner» la présence de Bourguiba dans le discours politique et médiatique. Et si les funérailles de Chokri Belaïd (assassiné le 6 février 2013) ont donné lieu à une grande émotion, l’atmosphère chargée a capté cette disparition comme un combustible de plus dans la flamme mémorielle. A un moment où le pays peine à trouver une direction, la confusion des sentiments  règne sur les esprits. L’élimination de cet opposant à Bourguiba et le deuil qu’il a suscité attisent les antagonismes sur fond de querelles de leadership.

L’article ci-dessous remonte à un moment de l’histoire de la Tunisie contemporaine, où la genèse du nationalisme a été le cadre d’un apprentissage de la politique. La bataille de leadership entre Thaâlbi et Bourguiba s’inscrit dans ce contexte.

Le texte a été publié il y a un an dans le mensuel Maghreb Magazine n°7 d’avril 2012 qui a consacré un dossier à Bourguiba.

Comment se fabrique un leader ?

L’itinéraire de Bourguiba offre un exemple de rencontre réussie -une conjonction par étapes en accord avec le style politique de l’homme- entre le désir de devenir un chef et les moyens de le réaliser, en fonction du contexte. La volonté de puissance ne suffit pas en politique, sinon le pouvoir serait insipide et sa conquête sans incidence sur l’histoire collective. La compétition, inhérente à l’exercice de la politique, est un moteur de l’histoire. Bourguiba devient un homme politique dans la Tunisie colonisée. Avant lui, Abdelaziz Thaâlbi ouvre la voie d’un horizon nouveau : le nationalisme. Bourguiba lui succède en creusant les usages créés dans le sillage du Destour. La colonisation de la Tunisie a été un laboratoire d’apprentissage de la politique, au sens contemporain du terme, sur la base d’une espérance rassembleuse, celle de libérer le pays du joug colonial. Il ne faut pas négliger la force de cette « religion » dans le processus d’émergence de la figure de Bourguiba, une croyance dont la résonance est un levier émotionnel propice à implanter de nouveaux préceptes en fédérant des groupes et donc en fabriquant des dirigeants. Le bain culturel du patriotisme construit des profils nouveaux, dessine des familles idéologiques, ce qui génère des batailles de leadership. Thaâlbi puis Bourguiba, incarnent la genèse d’une éducation politique en Tunisie au cours du XXème siècle, au prix d’une lutte de leadership qui fait partie intégrante de l’histoire de la conscience nationale comme terreau d’initiation à la politique.

Thaâlbi et le Destour : la naissance d’une culture de parti

Le parti du Destour a été un cadre d’apprentissage politicien en Tunisie. D’une conception de l’Etat beylical partageant théoriquement la souveraineté avec la Résidence Générale de France, le parti du Destour introduit un troisième prétendant à cette souveraineté, le peuple tunisien. L’écriture journalistique, pratique moderne que Thaâlbi adopte, est le support clé de cette culture nouvelle. Ce zaytounien se fera une notoriété en renonçant à un establishment pour entrer dans le champ, moins défini et encore aventureux de la politique. Des coups d’éclat forgent son charisme, autre levain de l’ascension politique. Condamné à la prison pour blasphème, suite au procès de 1904, Thaâlbi se donne les armes et les attributs d’un futur chef. Il mobilise des subsides, relie des cercles de sociabilité, intègre les compétences d’une génération de Tunisiens éduqués, en arabe et en français. Par ce rôle de chef d’orchestre, et non sans inimitiés, il contribue à construire méthodes et langage nouveaux de la vie publique, qui se répandent dans l’opinion à travers journaux et manifestes et dans le syndicalisme naissant. Les archives pullulent des traces de ces activités qui inquiètent d’autant plus les autorités coloniales qu’elles revêtent des formes familières et lisibles d’un exercice de la politique dirigé contre le système du Protectorat.

Le Destour instaure l’organisation en parti, fonde la conception de cellule, investit le journalisme, introduit les formes de protestation comme la grève, la pétition et le télégramme. Après la rédaction de La Tunisie martyre, pamphlet écrit en 1920 en français à l’adresse de la classe politique française, l’épisode d’avril 1922 représente un autre moment fort dans la construction d’un langage protestataire, parallèle à la montée en popularité de Thâalbi. Le Destour organise une offensive multiple pour protester contre la manipulation des déclarations de Naceur Bey par l’administration française : une campagne de journaux, tracts et télégrammes, un mot d’ordre de grève, vont rallier une partie de la Cour beylicale, en introduisant une scénographie inédite : celle de la marche vers le palais de la Marsa, le 5 avril 1922. Délesté des partis Réformiste et Indépendant, le tronc du Destour est consacré par l’événement qui soude la conscience nationaliste, en rendant plus visibles les formes de contestation anticoloniale en Tunisie. La répression qui s’abat sur le parti confirme l’impact de cette expérience et le départ de Thaâlbi en Orient en 1923, sa position comme leader. La journée du 5 avril 1922 sera commémorée par les nationalistes jusqu’en 1937.

Bourguiba développe une pratique d’appareil et de contact

L’itinéraire de ce devancier va guider le chemin de Bourguiba qui entre en politique dans le champ créé par le leader absent. Le sadikien et bachelier du lycée Carnot rentre de Paris comme avocat en 1927, fonde L’Action Tunisienne en 1932 et rejoint la Commission Exécutive du Destour en 1933. Il passe à la vitesse supérieure en animant la campagne contre l’enterrement des naturalisés. Blâmé par le Destour, il tient le Congrès de Ksar Hellal du 2 mars 1934, censé arbitrer le conflit. La scission avec la branche mère illustre la capacité de Bourguiba à fabriquer les munitions de l’action politique. En enclenchant le mouvement, l’artificier crée l’événement : la réplique du Congrès de Nahj Gharnouta (27 avril 1934) achève la scission des appareils qui se partagent longtemps l’appellation de Destour. La distinction Archéo/Néo introduite par les observateurs coloniaux finit par les dissocier.

La discorde règne jusqu’au retour de Thaâlbi en juillet 1937. En quatre ans, le Néo Destour se taille un nom, s’exprime dans des journaux propres et sympathisants et apporte d’autres méthodes. Il met sur pied un comité central et des comités locaux, multiplie les cellules dans le pays, notamment au Sahel, développe le patronage des associations culturelles, sportives, scouts comme il va à l’assaut de la cour beylicale en 1937. Trois tendances le composent : Bourguiba occupe l’aile la plus radicale avec Guigua et Ben Youssef ; Nouira, Ben Simane et Bougatfa, le centre ; Materi et Sfar sont les plus modérés. En quelques mois, tournées et réunions montrent le poids des adeptes du tribun Bourguiba contre un Thaâlbi affaibli et atone. Le schisme avec l’Archéo est consommé début 1938. Au sein du Néo, les militants du parti consultent Bourguiba jusque dans son lit en avril. Précédées par une campagne d’incitation à la désobéissance civile et réclamant un parlement tunisien, les manifestations des 8 et 9 avril se terminent par une fusillade qui fait une vingtaine de morts, une centaine de blessés et des centaines d’arrestations. Bourguiba, incarcéré avec dix huit membres du parti, ne sera pas jugé. Les dépositions de Mahmoud Materi, Bahri Guiga et Tahar Sfar à l’instruction contestent un Bourguiba convaincu de son leadership. Sa position avisée entre l’Axe et les Alliés consacre le Néo Destour comme interlocuteur de la France. Prisonnier jusqu’en 1943, Bourguiba n’est pas pour autant absent : c’est précisément dans ces années de silence imposé au parti que naît l’expression Combattant Suprême.

Alors que l’exil de 14 ans de Thaâlbi l’a coupé de la base, Bourguiba profite des assignations à résidence dans le sud, de son séjour à Borj le Bœuf (1934-1936), de la détention à Trets (1940-1943). Ces expériences l’imposent comme chef de file, même si ses compagnons ressentent les excès de cette quête éperdue. Par la suite, les séjours au Caire et à la Galite servent une ascension dans laquelle la journée du 9 avril 1938 tient une place inaugurale parce qu’elle instaure le leadership de Bourguiba contre celui de Thaâlbi, sans compter qu’elle éclipse aussi Materi, Sfar, Ali Belhaouane, Mongi Slim, Youssef Rouissi, Salah Ben Youssef, Slimane Ben Slimane…

La date est érigée en fête nationale des martyrs en 1962. Le domicile de la place aux Moutons rebaptisée Place du Leader, devient un musée. La série sur l’histoire du mouvement national commence par la publication de documents de ce « procès » : une réponse tardive, à des rivaux défaits depuis longtemps, sur la base d’archives sélectionnées. Geste de rancune ? Volonté d’effacer ? Après avoir créé l’événement et le schisme politiques qui l’ont fait leader, ce dernier est passé à un autre temps, celui de fructifier une victoire imaginaire et un autre besoin, celui de façonner le récit d’un héros unique.

Hammam-Lif, le 18 mars 2012

Publié dans Maghreb Magazine N° 7, Tunis, avril 2012, pp. 58-60.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *