Commémoration et symboles nationaux entre griffes de la politique et riposte citoyenne

Drapeau tunisien

Drapeau tunisien

Dans le maëlstrom politiquement surchauffé de cette « transition », des mémoires sont maltraitées, subissent des violences. Je dis bien des « mémoires » dans leurs multiples facettes et non «l’histoire » car celle-ci est en train de s’écrire. A chaque type de mémoire, une forme d’agression. Les attaques contre les mausolées et marabouts (plus d’une centaine en quelques semaines) ciblent la mémoire religieuse à travers le culte des saints. Sur un autre plan, le fait de minorer les fêtes officielles est vécu comme une atteinte symbolique à la mémoire nationale. Dans les deux cas de figure, les Tunisiens ne sont pas passifs. Ils réagissent et réclament aux autorités de respecter et de faire respecter ces mémoires. L’objectif de ce papier est de s’arrêter sur un indice de changement dans le rapport entre gouvernants et gouvernés, à travers le langage de la commémoration et des symboles nationaux.

Célébration officielle et cycle mémoriel

Les dernières célébrations officielles du 20 mars (date de signature du protocole de l’indépendance en 1956 ), du 9 avril ( date de manifestations réclamant un Parlement tunisien en 1938 devenue fête des martyrs ) ou du 25 juillet (proclamation de la République en 1957) ont suscité des réactions protestant contre la froideur des commémorations. Cela peut étonner a priori sachant que la mémoire nationale est nourrie, entre autres, par l’histoire officielle des décades précédentes. Or, si le culte mémoriel entretenu par Bourguiba et par Ben Ali a marginalisé les mémoires d’autres participants à l’histoire contemporaine, il ne les a pas fait disparaître. Depuis le 14 janvier 2011, des voix étouffées sont remontées à la surface nourrissant une nouvelle vague de déclarations de militants, de témoignages de familles, de réclamations de droits. Des émissions à la télévision et à la radio autour d’événements-clés (ex : assassinat de Ferhat Hached, conflit Bourguiba/Ben Youssef, complot de 1962 …) rappellent les évictions et permettent de rétablir une partie des faits oubliés. Dans le domaine de l’écrit, des articles ont paru dans la presse (dont certains signés par des historiens en titre) et quelques ouvrages (surtout des mémoires politiques) ont apporté des éclairages, en attendant que ces salves de révélations évoluent vers l’étude approfondie, soient recoupées avec d’autres données historiques. Il faut beaucoup de temps et un travail de corrélations croisées pour que les informations entrent dans les livres d’histoire puis se répercutent dans les manuels, afin de faire parvenir aux jeunes générations une version plus affinée de l’histoire récente du pays.

Le cycle mémoire/histoire est long et sinueux. A travers ses boucles, il charrie des contenus contradictoires. Dans chaque méandre, plusieurs acteurs se partagent des scénarios difficiles à lire à chaud. Chaque étape de lecture agit sur la perspective d’ensemble et l’interprétation des faits évolue avec l’apparition de sources et de questions nouvelles. A observer le temps court de cette « transition », on relève un schéma qui rappelle les réflexes des gouvernants précédents : une volonté venant d’en haut essaie de donner le « la », espérant rectifier l’image du passé. Le démon de la domination se nourrit de fantasmes de puissance occulte, entre autres sur le passé. Alors que le présent les sollicite en priorité, nos politiciens se précipitent sur le passé pour contredire et/ou effacer les désirs bourguibiens et benaliens de puissance. Manque d’imagination ou naïveté ? Pour l’instant, ils se contentent de les reproduire, avec la différence que leurs prédécesseurs ont pris le temps et mis les formes pour écrire une histoire, par ailleurs aujourd’hui contestée.

Derrière les efforts cérémoniels et les besoins d’investir les symboles nationaux, on note des discours et un comportement qui tentent de réviser « l’écriture de l’histoire ». Les officiels s’en prennent à la matrice bourguibienne, Ben Ali n’ayant pas changé grand’ chose sur le fond et faisant somme toute l’unanimité contre lui. Dans les cafouillages, on note des oublis ou évitements, on soupçonne des directives pour que les célébrations publiques soient discrètes. Entre-temps, dans les rues et au cours des manifestations, sur les réseaux sociaux et dans le choix des slogans, dans l’écriture et la production des images, les Tunisiens ont remis au goût du jour étoile et croissant, se drapent de rouge et blanc, diffusent diverses versions de houmât el himâ, incrustent le portrait de Chokri Belaïd.

Accusés de tiédeur, les dirigeants se font brocarder comme portant atteinte à la mémoire nationale. Ont-ils remarqué l’apparition d’une nouvelle donne : l’attachement à une conscience patriotique réactivée par les événements ?

Une réappropriation contestataire

Sous Bourguiba, et hormis quelques voix timides et des défections politiques, un certain silence avait régné face à la monopolisation d’un récit national mené et raconté par un démiurge. Avec l’arrivée de Ben Ali, quelques livres et témoignages sont apparus, fustigeant ou corrigeant certains segments de la saga bourguibienne. Ces gestes isolés et sans écho ne pouvaient pas dépasser la timidité générale de la contestation. Un phénomène nouveau pointe aujourd’hui : l’opinion publique s’est emparée des symboles de l’histoire nationale (drapeau, hymne, commémoration) pour protester contre la « froideur » patriotique des pouvoirs publics. En cette phase transitoire, le drapeau tunisien, utilisé comme profil de facebook, vêtement ou fanion, devient objet de consommation de masse, se fait support d’affirmation et de protestation. Réapparu avec les semaines insurrectionnelles de décembre 2010 -janvier 2011, il est hissé contre l’apparition publique du drapeau noir puis se transforme en incitation et critique envers les autorités, soupçonnées de « vendre » le pays à des forces étrangères.

La revendication du drapeau, rallumée par les événements de l’université de La Manouba de mars 2012, est désormais une bataille d’opinion où le/la Tunisien/ne ordinaire devance la figure politique. L’étudiante Khaoula Rachdi est aujourd’hui une égérie nationale. Depuis peu, le regard et les moustaches de Chokri Belaïd prennent place dans l’imagerie. L’hymne national, entonné partout -on sait la notoriété extra-nationale prise par les vers de Chebbi- est objet de tiraillements et de surenchère, y compris au sein de l’hémicycle, où il n’a pas sa raison d’être.

Depuis un an environ, la chronologie des commémorations nationales illustre un phénomène de réappropriation patriotique et contestataire « par le bas ». La ferveur bicolore observée dans les festivités du 20 mars 2012 a été suivie par la répression musclée des manifestations du 9 avril. Par réaction et grâce à l’organisation syndicale, les marches du 1er mai ont pu se dérouler dans une certaine liesse et solidarité, sans heurts majeurs. La tiédeur protocolaire du 25 juillet a été largement recouverte par une soirée ramadanesque revendicative, mixte et bicolore, le 13 août dernier. Une commémoration qui restera … mémorable, renforçant le culte du Code du Statut Personnel (promulgué le 13 août 1956) devenu aujourd’hui un symbole politique de premier plan. Les Tunisiens sont en train d’écrire une histoire à travers une bataille commémorative et de symboles qui ne manquera pas d’attirer l’attention des futurs historiens.

Questions immédiates

Malgré un léger parfum de récupération protocolaire, le 20 mars 2013 a connu la même tiédeur. Les Tunisiens ont protesté, ce qui fait surgir des questions dans la tête du témoin. Sommes-nous devant un choix de doctrine commémorative ou bien nos gouvernants sont-ils juste dépassés par l’actualité immédiate ? Comment vont-ils se conduire face aux prochaines fêtes nationales ? Que va décider ce sixième gouvernement provisoire pour le 9 avril, le 25 juillet, le 13 août prochains ? Les raisons d’économie invoquées pour contrer cette demande citoyenne vont-elles cultiver la polémique ? Car le plus intéressant à observer dans l’immédiat est bien la conscience historique de l’équipe au pouvoir. Comment va-t-elle lire ces messages ? Va-t-elle continuer à se prendre pour l’acteur unique et omnipotent d’une histoire où l’on voit monter une opinion publique qui revendique, entre autres, de respecter la mémoire des grands faits nationaux ? Bien que passés par les histoires officielles, incomplètes et déformées de Bourguiba et de Ben Ali, les Tunisiens font preuve d’une certaine fierté envers leur passé.

Dans le feu de l’action et de la vie, il est difficile de saisir le fil global de l’histoire en train de se faire. Celle-ci ne s’arrête pas ni ne se reproduit. Tout juste peut-elle délivrer quelques enseignements, à condition qu’on les lise de façon adaptée à la situation. La « transition tunisienne«  donne l’occasion de lire certaines erreurs des passés bourguibien et benalien. Prescrire une histoire officielle n’a pas empêché Bourguiba et Ben Ali d’être contredits, ni dégommés. Une certaine mémoire leur a résisté, des voix parlent et d’autres s’exprimeront encore. Tourner le dos à l’opinion et forcer la mémoire ne fait pas durer le pouvoir et ne le renforce pas. Et si cela peut influencer l’écriture de l’histoire, c’est à faire consigner les faits et gestes des gouvernants comme des gouvernés, acteurs indissociables.

De la culture historique des dirigeants d’aujourd’hui découlera, en partie, la réponse à la vague de contestation civique qui réclame de reconnaître sa dignité au passé national des Tunisiens. Un nouveau jeu de la mémoire dont l’histoire devra rendre compte.

Hammam-Lif, le 30 mars 2013.
Publié sous le titre « Politique de la tiédeur patriotique » dans le magazine Réalités, Tunis, n° 1423 , du 4 au 10 avril 2013, pp. 18-20.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *