Cartographie historique de l’Islam médiéval

Compte rendu de l’Atlas des mondes musulmans médiévaux, Sylvie Denoix & Hélène Renel, (dir.), Paris, CNRS Editions, 2022, 382 p.

A un moment où la cartographie développe des possibilités d’expression et d’interprétation qui élargissent les modes d’édition des résultats de la recherche en sciences humaines et sociales, l’Atlas des mondes musulmans médiévaux vient enrichir la bibliothèque spécifique des chercheur.e.s sur l’Islam médiéval. Les éditions du CNRS ont produit un ouvrage d’une grande qualité scientifique dans une maquette élégante qui promet d’attirer l’intérêt de spécialistes comme l’attention de lectorats plus larges. De nombreux savoir-faire se superposent et se coordonnent pour composer un instrument de travail agréable à consulter qui fait le point à partir de multiples recherches sur l’histoire politique, sociale, économique, militaire, urbaine, religieuse, savante et culturelle des mondes musulmans. Le pluriel défendu et expliqué par les coordinatrices de l’ouvrage (Sylvie Denoix, Hélène Renel) se justifie d’autant plus que les 194 cartes couvrent trois continents (l’Afrique, l’Asie et l’Europe), la Méditerranée et l’Océan indien sur une durée de 8 siècles (du VIIème siècle au XVème siècle). Le corpus rassemblé représente des phénomènes aussi divers que les itinéraires de voyage, les frontières, les batailles, les traités diplomatiques, les circuits des langues et des traductions, la production littéraire, les plans de villes, le rôle des ports, les lieux d’enseignement et de résidences, les routes commerciales, la monnaie, les institutions de culte, les réseaux de savoir et de pouvoir.

L’histoire et la géographie, au centre de cet atlas, se croisent avec des techniques de représentation que l’on retrouve dans les ouvrages d’art : la maquette (chaque double page, comprend un titre -parfois un sous-titre-, un texte concis, des illustrations et une carte), les choix d’échelles, les couleurs, les polices de caractères, les photographies sélectionnées donnent à ce « manuel » une beauté plastique qui sert avec intelligence le but pédagogique manifestement poursuivi par les auteur.e.s.

Sept chapitres introduits par des textes de synthèse permettent de rentrer par plusieurs portes dans une configuration historique et géographique sans cesse remodelée par des transformations internes, par des événements extérieurs, par des luttes de pouvoir, par les épisodes d’unification et les guerres de division comme par le regard et l’intervention des voisins, partenaires, rivaux ou ennemis : Représentations de Soi et de l’Autre ; La dynamique des mondes musulmans ; Le phénomène urbain ; Lieux de dévotion, pèlerinages et transmission du savoir ; Activités commerciales et artisanales dans la ville et son arrière-pays ; Pôles économiques et réseaux d’échanges ; Enjeux géo-politiques, externes et internes.

Les annexes forment un complément conséquent qui appuie l’usage mobile et éclairant de cet outil de recherche. Le glossaire (pp. 326-331) fournit une orientation pour mettre à plat des termes techniques, expliquer des expressions consacrées ou définir des notions. La bibliographie mobilisée par les auteur.e.s (pp. 332-350) permet de récapituler l’essentiel des sources consultées et de prendre la mesure de l’évolution historiographique des recherches comme des publications récentes. L’index des toponymes (pp. 351-363) est une mine pour les historiens, les géographes, les urbanistes, les linguistes ou les archéologues d’autant qu’ils sont aidés par un système d’identification des lieux, bâtiments, matériaux, sites, monuments construit sur des images parlantes et respectant la translittération des noms anciens.   

Il aura fallu plusieurs années pour que ce travail collectif, mené essentiellement par les médiévistes du laboratoire Orient & Méditerranée, Unité Mixte de Recherche du CNRS (n° 8167), aboutisse à un outil riche de ressources, de synthèses et de questions de méthode permettant d’aborder de futures recherches comme d’approfondir des possibilités de mettre en relations des faits selon les espaces et en fonction des contextes.

La cartographie de l’équipe de recherche qui transparaît de la liste des 55 signatures et des 61 notices (pp.365-369) reflète un réseau scientifique français (Paris, Lyon, Marseille essentiellement) avec des ouvertures sur quelques universités européennes. Cela explique à la fois l’ampleur du projet qui a donné naissance à cet ouvrage et son potentiel structurant pour la recherche sur l’Islam médiéval en France. De nombreuses institutions universitaires du Sud de la Méditerranée avec lesquelles le CNRS est lié par des accords de coopération sont ouvertes à un effort de connexion pour une histoire des mondes musulmans médiévaux plus globale et multilingue. Ne boudons pas, pour l’heure, le plaisir de profiter de l’existence de cet ouvrage aux multiples attraits qui promet de servir à plusieurs générations de chercheur.e.s, de pédagogues et d’étudiant.e.s comme au public cultivé ou cherchant à consulter des connaissances précises et bien mises en  scène sur l’Islam du VIIème au XVème siècle. 

Compte rendu publié par Les Cahiers de Tunisie, Tome LXXIV, n° 230-231, 2024, pp. 167-169. 



Citer ce billet
Kmar Bendana (2024, 21 avril). Cartographie historique de l’Islam médiéval. HCTC. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w91v

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.