La presse (en) arabe publiée hors de l’aire arabophone : effets de contexte

Compte rendu : La presse (en) arabe publiée hors de l’aire arabophone : effets de contexte, Diana Cooper-Richet et Franck Mermier, avec la collaboration d’Asmaa Azizi, dir., Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée (REMMM), n°152, 2022/2, 232 p.

Sept articles, deux entretiens, une introduction, en français et en anglais traitent d’un sujet dont la pertinence réside dans le fait qu’il croise la question de la presse écrite avec la langue arabe en lien avec les migrations en direction de plusieurs lieux, depuis le XIXème siècle (l’Empire Ottoman était encore vivant) jusqu’à nos jours.

Langue arabe et transnationalisme

La langue arabe est le medium de pays qui, vivant sous des dictatures politiques, sont sources d’émigrations, notamment intellectuelles. Les cas étudiés dans ce volume déclinent plusieurs combinaisons, depuis la contestation politique directe, en passant par le rapprochement culturel de l’Islam et du christianisme et jusqu’à l’affirmation d’une « arabité ». Cette appartenance est forgée par des intellectuels du Machrek à partir du XIXème siècle sous l’effet d’une géo-politique qui a découpé les territoires, conclu des accords politiques et économiques avec les élites dirigeantes, depuis plus d’un siècle, dans la région.

Au cours du XIXème siècle, la presse périodique se développe partout. A l’intérieur des pays arabes comme en dehors, le phénomène contribue à faire évoluer le lexique, la syntaxe et les usages d’une langue, partagée au plan de l’écrit, mais cantonnée au registre savant, juridique et religieux. L’objectif nationaliste est le lien transversal d’élites émigrées qui combattaient les emprises impérialistes sur leurs pays d’origine par les idées et avec les moyens offerts en France, aux Etats Unis, au Brésil, en Angleterre, au Mexique et ailleurs. La langue arabe sert de vecteur unificateur à un panarabisme que cette presse arabophone émigrée entretient à travers des signatures régulières ou occasionnelles, formant des réseaux agissant loin des contraintes fuies par des intellectuels réfractaires à leurs régimes.

Le volume, dirigé par Franck Mermier (anthropologue), Diana Cooper-Richet (historienne) en collaboration avec Asmaa Azizi prolonge une rencontre tenue en décembre 2016 sur la presse arabophone. Il met en évidence l’importance des contextes d’apparition, de fonctionnement, de durée des titres choisis qui reflètent les situations arabes locales comme les conditions d’accueil et de travail offertes par les pays de résidence des équipes rédactionnelles. Le recueil illustre bien la rubrique « Monde contemporain » de la Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée (REMMM) dont il constitue le numéro 152 (2022, 2, 232p.) dans la mesure où il trace les événements (colonisation, conflit israélo-palestinien, guerre du Liban, émergence des monarchies pétrolières, guerre du Golfe, soulèvements arabes…) à l’origine de flux migratoires et qui ont donné naissance à des journaux ou revues (la distinction n’est pas toujours nette). Ces bouleversements ont participé à édifier une langue arabe contemporaine, qui a constitué le liant d’un espace médiatique de rattachement au pays et en même temps de résistance à l’autoritarisme. Cette culture transnationale revient à la surface aujourd’hui avec le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (chaînes satellitaires, Internet…) qui ont influencé les formes de lutte et de contestation politique et culturelle comme elles ont modifié les lieux d’action et de provenance des militants et des journalistes.

Paris, Mexique, Sénégal, Londres

Les exemples couvrent plusieurs types de périodiques dont la nature et la longévité dépendent des conditions socio-historiques. Le premier journal arabe à Paris, alors capitale culturelle et centre d’études orientalistes en Europe, est Birgis Baris [L’Aigle de Paris] qui paraît de 1859 à 1866. La publication bilingue (en arabe et en français) est conçue comme organe de rapprochement islamo-chrétien, sous la conduite d’un ecclésiastique français, l’abbé Bourgade et de deux intellectuels, Rochaïd El Dahdah (libanais) et Soliman El Haraïri (tunisien). L’égyptien James Sanua crée peu après trois périodiques à Paris entre 1878 et 1910 : Tawaddud [Sympathisons], El Munsif [L’Equitable] et L’Univers musulman. Ces titres répondant au genre satirique (encore rare) critiquent, en dialecte égyptien, l’impérialisme britannique, tout en appelant au rapprochement des pays et des cultures.

Au cours du XXème siècle, les cas traités montrent un déplacement géographique et l’apparition d’autres motivations qui sous-tendent les expériences journalistiques. Au Mexique, pendant les événements de Palestine de 1936, la presse diasporique arabe, issue d’une immigration de Syrie et du Liban du début du XIXème siècle est « connectée » et tournée vers ses préoccupations locales. Les débats des journaux posent, en espagnol, les questions concernant les possibilités de vie et d’insertion des minorités maronites face aux populations juives et musulmanes dont ils se distinguent.

L’exemple, éphémère, de la presse arabophone au Sénégal à partir de 1960 atteste d’une culture et de canaux anciens, dynamisés par une volonté de renforcer les liens du pays devenu indépendant avec son environnement arabo-islamique. Fortement influencée par le substrat religieux, et malgré une courte parenthèse (sous Abdou Diouf, 1980-2000), cette presse décline dans les dernières années, par manque de moyens et de volonté politique.

La question palestinienne devient, à partir des années 1970/80, la colonne vertébrale de la presse transnationale qui fleurit surtout à l’étranger, notamment à Paris. L’hebdomadaire El Yawm Essabi’ [Le septième jour] (1984-1991), illustre une période de grande activité qui s’arrête avant les accords d’Oslo. L’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) rassemble au sein de cette revue des plumes venant du Maghreb et du Machrek en réservant une grande part à l’information culturelle, à la création artistique et aux débats philosophiques dans la maquette journalistique.

Après la Guerre du Golfe, l’épicentre de la presse arabe se déplace à Londres, avec des moyens financiers qui proviennent de la péninsule arabique. L’analyse de contenu de trois quotidiens (Elarab [L’Arabe], Elqods Alarabi [Jérusalem arabe] et Acharq Alawsat [Le Moyen Orient]) permet de couvrir avec précision les conflits et les tensions qui traversent la région, avec des moyens journalistiques répondant aux normes professionnelles et ouvrant sur une audience internationale.

Itinéraires

Révolution syrienne et transformations numériques concordent après 2011 pour susciter une nouvelle forme de contestation de la part d’intellectuels opposés au régime syrien. La revue en ligne Al Jumhuriyya [La République], naît à partir de mars 2012, autour de Yasine Al Haj Saleh et publie un contenu diversifié : des reportages, des interviews, des textes de critique littéraire et des dossiers économiques. A partir des événements vécus et du paysage politique existant en Syrie et au sein des différentes « gauches » dans le monde arabe, ce collectif d’intellectuels élabore un courant de pensée qui s’impose de relier liberté politique et justice sociale et s’oblige à réfléchir au poids des enjeux internationaux sur les politiques intérieures, aujourd’hui prioritaires à leurs yeux.

Les deux entretiens adjoints aux articles du numéro montrent l’intérêt de creuser les points de passage ou de ralliement que constituent les expériences journalistiques diasporiques. Le premier échange est effectué avec Basheer El Bakr, un journaliste syrien en exil depuis 1981. Son parcours haché (Beyrouth, Tunis, Istanbul, Paris, Doha) montre les segments d’une vie diasporique soumise aux contextes et bouleversements politiques advenus en quarante ans. Avec Fatna Ziani, responsable des collections arabes de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC) ouverte à Paris, on découvre la teneur d’un fonds créé en 2011 à partir de publications crées ou consultées par les rédacteurs en exil. Avec plus de 460 périodiques, cet assemblage documentaire offre des opportunités de recherche et constitue un relais avec les centres arabes de documentation.

Susciter des vocations de journalistes, former des réseaux, ré-orienter la pensée politique, produire des archives : à travers ses contenus, ses objectifs et les trajectoires de ses acteurs, la presse arabophone internationale (même en situation minoritaire), s’inscrit dans la durée dans les configurations socio-historiques des territoires d’émission et des contextes de réception des journaux et revues. D’où l’intérêt de ce panorama -partiel- qui rappelle l’ancienneté des relations arabes transnationales à travers des passeurs hétérogènes et des moyens d’expression éparpillés dans l’espace et le temps.

Cette presse écrite qui a nourri un nationalisme arabe à distance tout en épousant l’évolution des modèles de l’information, affine l’histoire politique contemporaine des pays arabes, au-delà de leurs frontières géographiques. On aurait souhaité en savoir davantage sur les lectorats respectifs, leurs motivations et sur leur répartition dans les Etats de provenance et d’accueil. Entrer dans le thème des migrations par la presse arabophone est original mais, parmi les effets de contexte annoncés, on se serait attendu à être plus renseignés sur les dispositifs matériels et les moyens financiers sur lesquels s’appuient et vivent les entreprises éditoriales offshore évoquées dans les études.

Compte rendu paru dans IBLA n° 232, Tunis, 2023, pp.283-287.



Citer ce billet
Kmar Bendana (2024, 26 février). La presse (en) arabe publiée hors de l’aire arabophone : effets de contexte. HCTC. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwsg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.