Annie Pérusat Bardi (1932-2023) et IBLA : connexions et questionnements

Ce texte a été prononcé puis écrit à l’occasion de l’hommage rendu à Annie Bardi le 27 avril 2018 à l’Institut Supérieur des Langues de Tunis et organisé par l’Unité de recherche ATL, sous le thème “La rencontre”. Il a été publié en 2021 dans le volume de Mélanges offerts à Annie Bardi, dirigé par Amina Chenik, pp. 37-52.

Je suis heureuse de faire partie des amies d’Annie Bardi sollicitées pour cet hommage et je remercie les organisatrices de me faire une place parmi l’ensemble des témoignages. On m’a demandé de parler de l’Institut des Belles Lettres Arabes (IBLA) où, à l’occasion de manifestations, j’ai rencontré Annie parmi des visages divers et réguliers. Nous avons partagé des conversations frôlant les confidences intimes et évoquant des convictions personnelles. Son regard passionné sur les gens, souvent étayé de comparaisons littéraires est celui d’une personne impliquée avec ardeur dans son environnement. On sent mêlés en elle amour de la littérature, désir de comprendre et mystique de la rencontre. Je recevais ses jugements sculptés en fonction des éclairages et des moments comme des reflets des étapes d’une vie dont j’ignorais les détails mais l’acuité de ses réflexions m’amenait souvent à réfléchir autrement, m’ouvrant les yeux sur sa perspective.

Trois termes ont retenu mon attention dans les interventions qui m’ont précédée. Je voudrais célébrer la MODESTIE et la TENACITE qui caractérisent l’ENGAGEMENT d’Annie Bardi, qualités intellectuelles que j’ai trouvées également chez les Pères Blancs.

Cette jonction faite, je situerai l’IBLA dans l’histoire[1] et dans le présent de la Tunisie. En travaillant mon intervention, m’est apparue l’idée du double lien d’Annie avec l’institution : comme  universitaire et comme chrétienne. Attirée par sa sensibilité et son érudition, je n’ai pas perçu jusque là la facette religieuse, un peu par insouciance de ma part et un peu à cause de la personnalité d’Annie et de sa discrétion. A-t-elle intégré un habitus de « minoritaire » en pays d’Islam ? Il est difficile de répondre à cette question et les développements qui suivent sont animés par des souvenirs de discussions dans des atmosphères studieuses ou conviviales. La mise en forme écrite m’a menée vers des questionnements sur les années 1960 et suivantes.      

Ce témoignage réflexif, librement conduit, tresse des informations autour de l’IBLA avec la mémoire d’échanges ou d’impressions. Inspiré par la personnalité d’Annie Bardi, ce texte formule des pistes appelées à être poursuivies, vérifiées, étayées ou infirmées autour de l’évolution d’une partie du monde académique tunisien.  

1/ L’IBLA dans la vie universitaire tunisienne

2/ Entre religion et politique : le moment Dialogue islamo-chrétien

3/ Etudes sur l’Islam et sur le christianisme : un déséquilibre

1/ L’IBLA dans la vie universitaire tunisienne

L’acronyme IBLA désigne à la fois un lieu, une institution, une bibliothèque et une revue. La maison du 12 rue Jama’ El Houa, dans le faubourg sud de Tunis, est occupée depuis 1932 par une bibliothèque[2]. Là se prépare la revue née en 1937, dirigée aujourd’hui par un comité de rédaction tunisien. Avec 223 numéros[3], IBLA, la plus ancienne revue tunisienne vivante a une place particulière dans le paysage culturel local[4]. La veine de revue de sciences humaines et sociales s’est construite au fil du temps, tissée par l’intérêt des pères blancs pour la réalité tunisienne. La spécialisation s’est bâtie sur la base de lectures d’ouvrages et d’articles recensés, de recherches autour de l’arabe écrit et parlé[5], d’enquêtes ethnographiques (poésies, proverbes, mœurs, arts de faire…), d’études islamologiques[6]. Le dépouillement systématique et une politique documentaire suivie permettront de mettre en place une bibliothèque savante et spécialisée fréquentée jusqu’à ce jour[7]. Le couplage entre revue et bibliothèque explique probablement la pérennité de l’institution, le genre « revue » étant par nature éphémère[8].

L’IBLA est un lieu de travail, d’histoire et de culture, un lieu de transmission et de rencontre intégré au présent de la Tunisie tout en reposant sur un héritage de plusieurs générations[9]. La bibliothèque recèle plus de 30 000 ouvrages et plus de 600 périodiques ; elle rend des services aux étudiant.e.s, aux enseignant.e.s et aux chercheur.e.s travaillant dans le domaine des sciences humaines et sociales portant sur le monde arabe, les pays musulmans, le Maghreb et bien entendu la Tunisie. Dans les murs de la maison du fond de l‘impasse, derrière une belle mosquée hafside restaurée dans les années 1960[10], se prépare la revue du même nom, une publication semestrielle pilotée par douze membres d’un comité éditorial veillant à publier un contenu scientifique de qualité. Depuis près de quatre-vingts ans, ce lieu participe à nourrir les recherches multidisciplinaires de ceux et celles qui viennent y chercher un matériel documentaire bien classé et accessible sur la réalité tunisienne.   

Entre revue, cours d’arabe et constitution d’un riche fonds de sciences humaines et sociales focalisé sur la Tunisie, le Maghreb et le Machrek, l’IBLA est connu et fréquenté par des élèves du quartier, des journalistes, des étudiant.e.s et des chercheur.e.s tunisien.ne.s et étranger.e.s[11]. L’incendie survenu le 5 janvier 2010 a causé une fermeture de quatre ans, lourdement ressentie dans le voisinage, par la communauté scientifique tunisienne et par les chercheur.e.s du monde entier[12]. Après la restauration du bâtiment, la bibliothèque de l’IBLA rouvre ses portes au public en mai 2014[13]. La consultation est plus spécialisée et la gestion du fonds s’adapte aux caractéristiques du moment, Internet ayant en effet bouleversé le monde de l’information et de la communication. Le web a aussi traversé le monde savant en transformant les usages et les pratiques du travail bibliothéconomique.

Ainsi peut-on lire l’évolution des conditions d’exercice et de connaissance des sciences humaines et sociales dans l’histoire de la bibliothèque comme à travers celle de la revue. Les Pères Blancs fondateurs[14] puis leurs continuateurs[15] ont fréquenté et travaillé avec des intellectuels et des universitaires de la place, cheikhs de la Zitouna puis recrues de l’université nationale née en 1960[16]. Liens, croisements et méthodes de travail se développent avec l’extension de l’espace universitaire et de ses moyens. La « coopération scientifique et technique »[17] fait partie des dispositifs ayant participé à la construction de cet espace après l’indépendance. Dans ce cadre, Annie Bardi débarque en Tunisie en 1959, comme professeur de Lettres françaises au Lycée Carnot de 1959-1967 puis, à partir de la rentrée 1967, à la faculté des Lettres et Sciences Humaines du boulevard du 9 avril, à Tunis. Celle-ci accueille à la même période, le père blanc Jean Fontaine qui entreprend une licence d’arabe puis une thèse de 3ème cycle sur le thème La crise religieuse des écrivains libanais chrétiens au 19e siècle[18]

2/ Entre religion et politique : le moment Dialogue islamo-chrétien

En repensant à cette époque, je me suis demandé comment Annie Bardi a pu percevoir les situations politiques traversées au cours de sa vie tunisienne. Sans travail de recherche conséquent, j’ai égrené des fragments de faits autour de son cas. Quelques pistes de réflexion me sont apparues, qu’il sera nécessaire de creuser et de vérifier.

Annie Bardi vient enseigner la littérature française dans un pays nouvellement indépendant. Faut-il rappeler que ce type de choix témoigne souvent d’une volonté d’aider par l’instruction et participer ainsi au « développement » ? Or, la colonisation française était assimilée à la chrétienté. Comment s’est passée l’expérience d’une agrégée de lettres dans un contexte post- colonial ? Même désirée, cette mission idéaliste a dû se confronter avec le réel. Nos conversations n’ont jamais porté sur l’aspect politique des années 1960 mais pour moi, les noms de Georges Bernanos[19] et de Louis Massignon[20]-auquel elle était apparentée- lui sont liés. Avec le recul, je me dis que j’aurais dû « profiter » de sa culture catholique, parler avec elle des relations tumultueuses et paradoxales entre religion et politique dans l’histoire et en Tunisie, lui demander sa perception de la relation entre chrétiens et musulmans… J’étais trop jeune pour avoir conscience de ces questions et ne me sentais pas suffisamment armée face à sa culture, y compris sur le plan religieux.

Comment la jeune française épousant un Tunisien vivra-t-elle la bataille de Bizerte (été 1961), la fin de la Guerre d’Algérie (été 1962) ? A-t-elle su que l’église de Kairouan est abandonnée par son curé en 1960[21]? Qu’a-t-elle pensé des travaux du Concile Vatican II ? A-t-elle suivi la petite « révolution » tranquille dans le cercle de la pensée théologique catholique ?  Ce tournant majeur dans l’histoire de l’Eglise catholique s’étale sur trois ans : il s’ouvre le 11 octobre 1962 (sous le pontificat de Jean XXIII) et s’achève le 8 décembre 1965 (sous le pontificat de Paul VI)[22].

Retour à l’IBLA, lieu de rencontres : un des artisans du virage est le père André Demeerseman[23] ; il a renoncé au prosélytisme et s’est opposé à l’organisation du Congrès Eucharistique de Carthage (7-11 mai 1930)[24], orchestré par Alexis Lemaître, père blanc et archevêque de Carthage de 1922 à 1939. L’événement a en effet donné lieu à des processions et des cérémonies en costumes et croix. Les images ont choqué l’opinion tunisienne, divisé colonisateurs et colonisés : triomphe pour les uns, appel à l’évangélisation dans un pays à majorité musulmane pour les autres[25]. Les écrits d’André Demeerseman[26] et ses relations avec les nationalistes[27] attestent d’un soutien prudent et discret qui s’exprimera clairement en 1952 lors des massacres du Cap Bon[28].    

Le traitement des trois monothéismes dans la Tunisie colonisée révèle aujourd’hui son importance, même si on manque d’études globales pour comprendre les liens complexes entre religion et politique. On sait que le statut de la nationalité française[29] a imposé une différenciation entre les religions et que le nationalisme tunisien a mis l’Islam au centre du combat d’émancipation[30]. Ce rapport conflictuel a laissé des traces durables dans les mentalités et engendré des situations paradoxales. Dans cette perspective, il serait intéressant de relire les discours enflammés et identitaires de Bourguiba[31], alors que la République tunisienne est reconnue par le Vatican en 1958 et son président reçu en juillet 1959.

Les relations protocolaires et politiques entre christianisme et Islam se réorientent et les considérations doctrinaires prennent en compte la nouvelle situation. Pendant que la Constitution de 1959 érige l’Islam en religion officielle et unique, les catholiques « redimensionnent » leur présence[32] : les Pères Blancs abandonnent en 1961 le burnous, adoptent une tenue civile et poursuivent un travail éducatif et culturel[33]. En dehors des retombées dans l’enseignement et de la recherche, quelles sont les suites du 21ème Concile ? Comment l’ouverture du catholicisme en direction des autres religions et de l’islam en particulier a-t-elle impacté les milieux universitaires ?  

3/ Etudes sur l’Islam et sur le christianisme : le déséquilibre

Une recherche sur les conséquences du réajustement politico-diplomatique du Vatican sur les pays d’Islam et sur le Maghreb à partir des années 1960 serait éclairante. Parmi les textes élaborés avec la Tunisie[34], le Modus vivendi signé entre l’Etat tunisien et le Vatican en juillet 1964 constitue un cadre politique nouveau[35]. Préparé par le Dialogue Islamo-chrétien[36], lui même précédé par une accumulation intellectuelle dont l’IBLA est un des foyers, l’accord accompagne des prolongements de la rencontre Islam/Chrétienté dans le champ académique. L’ouverture favorise les études avec cependant une asymétrie entre Islam et christianisme. De Tunisie et du côté de l’Islam, une veine francophone d’islamologues se développe sans que la connaissance du christianisme suive le mouvement. Et l’IBLA sert de noyau autour duquel se forment des groupes de recherche et des publications qui vont accompagner la dynamique d’un champ de réflexion et d’étude sur l’Islam, religion et civilisation.

En même temps, l’IBLA transfère des activités et des archives à Rome. Le Pontifico Istituto di Studi Arabi et d’Islamitici (PISAÏ) naît en 1965 avec l’objectif de donner aux Pères blancs les moyens de travailler à une dimension que la mutation tunisienne ne permet pas de réaliser. Dans cet institut pontifical, des cours, des conférences et des séjours d’étude sur la religion musulmane et la langue arabe sont pensés pour un public international. Ils sont destinés à développer des liens avec des intellectuels européens intéressés par l’Islam. Le PISAÏ devient un des lieux de rapprochement entre les pays arabes et musulmans et l’Occident en éditant, en particulier, la revue Islamochristiana. Un père blanc de Tunis, Maurice Borrmans (1925-2017) fonde en 1974 et dirige jusqu’en 2004 cet organe de liaison inter-religieuse[37].

Mohamed Talbi (1921-2017)[38] et Abdelmajid Charfi (1942- )[39] font partie des universitaires tunisiens de l’époque qui émergent par des travaux qui renouvellent le patrimoine arabo-islamique. Ils se distinguent par une formation double et des approches nourries aux méthodes des sciences humaines et sociales modernes. En se spécialisant dans la pensée arabe et islamique, ils contribuent à enrichir l’islamologie tunisienne qui trouve, entre l’IBLA et le PISAÏ, un cadre de fonctionnement, des ressources bibliographiques, des activités de rencontre et des opportunités de publication. 

Mohamed Talbi puis Abdelmajid Charfi font partie du Groupe de recherche islamo-chrétien (GRIC) fondé en 1976[40]. Ce cercle permet des échanges approfondis concernant des questions théologiques communes et donnant lieu à plusieurs publications[41]. Quatre rencontres sont organisées avec le concours du Centre d’Etudes, de Recherches Economiques et Sociales (CERES) en 1974, 1978, 1982 et 1986 ; les actes ont été publiés[42].

Malgré ces relations personnelles et institutionnelles, peut-on parler d’une rencontre islamo-chrétienne réelle entre les chrétiens et les Tunisiens aujourd’hui? Le GRIC vit toujours et s’est structuré autour d’intellectuels et d’activités disséminés au Liban, en France et au Maroc. Le groupe de Tunis a agrégé de nouveaux noms comme Abderrazak Sayadi, professeur de lettres et Asma Nouira, juriste. Mais, vu de Tunisie, a-t-on avancé du côté de la connaissance du christianisme ? A-t-on créé des outils, des groupes de recherche, des ressources scientifiques ? Les historiens de l’Antiquité rappellent que le pays a donné trois papes à la chrétienté[43] ; on sait l’importance de la parenthèse carthaginoise dans la vie et la formation de Saint Augustin (354-430) ; le passage de Saint Louis par Tunis (août 1270) a fait légende ; un passé orthodoxe est attesté par des descendants grecs et trois églises à Tunis, Sfax et Djerba[44]. Malgré ces balises, l’héritage chrétien en Tunisie attire peu de travaux, souvent produits par des missionnaires ou des chercheurs étrangers. Alors que la présence et le rôle de l’Eglise ont marqué les différentes périodes, l’historiographie tunisienne sur le christianisme en Tunisie est peu développée. Si le catholicisme se renforce avec l’époque coloniale[45], on en ignore les aspects politique, économique, social et humain. La bibliographie sur le sujet est en pointillés.

Après les vagues de départ des chrétiens de Tunisie avec la décolonisation, des changements pointent depuis quelque temps. Les migrations subsahariennes[46], la mobilité religieuse actuelle[47], comme les tensions identitaires plaident pour étudier les flux, avec leurs causes et leurs conséquences et pour s’appesantir sur les formes de présence et de vie religieuses à travers la durée, christianisme compris.

Un master d’histoire des religions a vu le jour à l’Université de La Manouba[48] ; il laisse espérer un intérêt plus grand pour l’étude du fait religieux. Sur le plan de la recherche, la parution récente d’un ouvrage collectif sur la situation religieuse constitue un état des lieux intéressant[49]. On attend de ces percées de futures études d’histoire religieuse, le développement d’une sociologie des religions ouverte à toutes les croyances, une connaissance qui serve à comprendre la pluralité des religions qui coexistent. En étendant les grilles de compréhension et d’interprétation de la dimension religieuse, en sortant du seul périmètre de l’Islam, ces petits pas de la connaissance peuvent contribuer à pacifier l’espace de la foi.

Conclusion 

Cette contribution à l’hommage à Annie Bardi m’a ouvert les yeux sur des aspects que je n’avais pas perçus jusque là dans la vie intellectuelle et scientifique tunisienne. Arrivée en Tunisie au moment où la décolonisation réalise le « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes », la française chrétienne s’installe dans un pays où l’Islam est érigé en religion majoritaire, exclusive, conquérante, exacerbée par le traitement politique colonial. Je m’interroge sur les suites d’un parcours d’une enseignante en contexte post –colonial. Je me demande quels sont les sentiments et les raisonnements qui ont pu inspirer le travail de la pédagogue, influencer son écoute, animer ses discussions avec amis et collègues et nourrir ses choix intellectuels et personnels. Comment a-t-elle vécu cette période politiquement chargée par la domination coloniale et que signifient ses revendications insistantes de « réciprocité »?

Je remercie encore une fois les organisatrices de m’avoir donné l’occasion de revenir, sur des non dits, sur des aspects invisibles et impensés qui fabriquent notre histoire. Même si je me suis limitée à repérer un des périmètres d’étude dans le monde académique tunisien, mon témoignage se termine sur le seul souhait que peut émettre l’historienne devant un chantier entr’ouvert pour les sciences humaines et sociales : élargir les grilles d’observation et d’interprétation à ceux qui sont de « l’autre côté » de la religion musulmane. Sans cesser d’interroger l’Islam et d’approfondir la connaissance à son sujet, il serait utile de se tourner aussi vers les autres façons de croire. Désenclaver l’Islam peut aider à dédramatiser l’hégémonie coloniale en explorant l’ensemble de ses facettes religieuses comme à admettre et à étudier la co-présence de croyances multiples dans chaque temps social de l’histoire de la Tunisie.

Hammam-Lif, le 6 juin 2019.

[1] L’histoire commence en 1868 quand la Société des Missionnaires d’Afrique, fondée par le Cardinal Charles Lavigerie en Algérie se transporte à Carthage et à Thibar. Cf. François Renault, Le cardinal Lavigerie, 1825-1892, L’Église, l’Afrique et la France, Paris, Fayard, 1992.

[2] Gérard Demeerseman, André Demeerseman (1901-1993), Paris, Karthala, collection « Histoire des mondes chrétiens », 2014, chapitre V ; «  Les premiers temps de la rue Djamaa El Houa », pp. 71-84.

[3] A côté des collections papier de la revue, et en attendant la mise en ligne intégrale de la revue, des copies numérisées existent à l’IBLA, à la Bibliothèque Nationale de Tunisie et à l’Institut de Recherche sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM) d’Aix-en-Provence. 

[4] Cf. Tables analytiques de la revue Ibla 1937-1996, Tunis, Ibla, 1997, 256 p. ; Les sommaires de la revue Ibla 1937-1999, Tunis, Ibla, 2000, 186 p. Le dernier inventaire publié par Jean Fontaine pour le 60e anniversaire de la revue signale 1200 articles, 870 recensions, 450 auteurs dont 200 Tunisiens, 20 non Tunisiens et 230 auteurs occidentaux.

[5] Les Pères blancs éditent une collection Le Bled qui met en situation le vocabulaire pratique. Par la suite, Les sœurs blanches instituent un apprentissage de la langue arabe qui donne lieu récemment à un manuel. Madeleine Prim, Cours d’arabe tunisien. Niveaux  1 &2,  Tunis, Ed. IBLA, 2014-2016.

[6]Hend Gaha, « Vers une conception plus nuancée de la rencontre avec l’autre : le cas de la revue IBLA », Usages et représentations des cultures pendant la période coloniale, op. cit., p. 129-136.

[7] L’indexation par articles est une des richesses offertes par le fonds de la bibliothèque de l’IBLA.

[8] Kmar Bendana, « Ibla, la revue tunisienne des Pères Blancs, La Revue des revues, Paris IMEC/MSH, n° 12-13, mai 1992, pp. 73-83. Extraits parus dans Hommes et Migrations, Paris, n 1150, janvier 1992. Version remise à jour pour l’Annuaire de l’Afrique du Nord, Aix-en-Provence, 1999, IREMAM/CNRS, pp. 539-548.

[9] André Louis (1912-1978) ; Jean Gabriel  Magnin (1910-1977) ; Jean  Quémeneur, (1911-1970) ; Michel Callens (1918-1990) ; Michel Lelong (1925- ) ; Jean Fontaine (1936-  )

[10] Mohamed Masmoudi & Jamila Binous, Tunis, la ville et ses monuments, Tunis, Cérès Productions, 1980.

[11]Ajoutons la Bibliothèque diocésaine (1, rue Sidi Sabeur) née en 2001 et vouée à l’histoire des religions.

[12] Entretien Jean Fontaine & Cyril Isnart, in The Religious Heritage Complex : Conservation, Objects and Habitus (en anglais), Sous la direction de Cyril Isnart et Nathalie Cerezales, 2020, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02495800

[13] Kmar Bendana, « IBLA rouvre ses portes aux lecteurs », https://hctc.hypotheses.org/1109 

[14]Oissila Saaïdia, « Entre ethnologie et missiologie, André Demeerseman, Père Blanc », in Chantal Paisant (dir.), La mission en textes et images XVI-XXe siècles, Karthala, Paris, 2004, pp. 157-171 ; Kmar Kchir-Bendana, « André Demeerseman, prêtre, savant et intellectuel, 1901-1993 », Ibla, 58,176, 1995, pp. 207-222 ; Idem, « André Demeerseman, Essai de bibliographie chronologique », Les relations tuniso-françaises au miroir des élites, XIXème-XXème siècles, Faculté des Lettres de La Manouba, 1994, pp. 133-151.

[15] Quelques-uns des pères blancs ayant dirigé l’IBLA : Gérard Demerseeman, 1993-2000 ; Ramon  Etcheverria, 2001-2007 ; Jean Fontaine, 2008-2011 ; John Mac William, 2011-2015. Bonaventura Mwenda, depuis mai 2015.

[16] Kmar Bendana, « Aux origines de l’enseignement supérieur tunisien », https://hctc.hypotheses.org/232

[17] Le bilan intellectuel de l’ouvrage collectif Au temps de la coopération. Sciences sociales et décolonisation au Maghreb, Jean-Robert Henry & Jean-Claude Vatin (dir.), en collaboration avec Sébastien Denis et François Siino, Paris Karthala, 2012 (bibliographie pp. 24-26) est concentré sur l’Algérie et les sciences humaines et sociales.

[18] Jean Fontaine, « 56 ans en Tunisie. Ma vie à l’IBLA », http://peresblancs.org/jean_fontaine2.htm

[19] Georges Bernanos (1888-1948) a passé plus d’une année en Tunisie entre 1947 et 1948. Les actes du colloque « Exil, errance et marginalité dans l’œuvre de Bernanos » organisé à Tunis ont paru en 2004.

[20] 1883-1962. Titulaire de la chaire de sociologie et de sociographie musulmanes au Collège de France de 1922 à 1954 ; Henri Laoust lui succède en 1956. https://journals.openedition.org/annuaire-cdf/126

[21] Le père Louis Augros est contraint de céder son presbytère et l’église sans contrepartie. Les Sœurs blanches quittent aussi la ville de Kairouan, Gérard Demeerseman, op.cit. , pp. 309-313.

[22] Du point de vue de la forme et du fond, ce Concile fait suite, presque un siècle plus tard, à un concile interrompu en septembre 1870. Pie XI essaie de le relancer en 1922 et Pie XII en 1948… Sans succès.

[23] André Demeerseman, (Hazebrouck, 1901-Valence, 1993), père blanc, arabisant, penseur du rapprochement inter-religieux et artisan du dialogue islamo-chrétien. Cf. «André Demeerseman», Dictionnaire de l’orientalisme français, François Pouillon, ed., Paris, IISMM/ Karthala, pp.282-283.

[24] Jacques Alexandropoulos, « Entre archéologie, universalité et nationalismes : le 30e congrès eucharistique international de Carthage (1930) », Anabases n° 9, 2009, p. 51-68.

[25] Ali Mahjoubi, Origines du mouvement national, Publications de l’Université de Tunis, 1982, p. 466-479.

[26] « Trente ans avant le 2ème Concile du Vatican, il [le père Demeerseman] avait la conviction que chrétiens et musulmans devaient ‘s’efforcer sincèrement à la compréhension mutuelle… et à promouvoir ensemble, pour tous les hommes, la justice sociale, les valeurs morales, la paix et la liberté’ », Michel Lelong, La rencontre entre l’Eglise catholique et l’Islam en Tunisie de 1930 à 1968, Thèse de 3ème cycle ronéotypée, Aix-en-Provence, 1970. 

[27] Bourguiba en tête. Lui et son épouse Mathilde étaient voisins du ma’had des Pères blancs de 1938 à 1954.

[28] L’éditorial de la revue IBLA n° 56, daté 1951 et écrit en février 1952, en arabe et en français, fait écho aux massacres du Cap Bon, condamne la haine et en appelle à la justice.

[29] La loi facilitant l’accès à la nationalité française date du 20 décembre 1923. Daniel Goldstein, Libération ou annexion. Aux chemins croisés de l’histoire tunisienne, 1914-1922, Tunis, Maison tunisienne de l’édition, 1978.

[30] En 1933, Bourguiba attise les manifestations contre l’enterrement des naturalisés dans les cimetières musulmans. Cf. Bertrand Le Gendre, Bourguiba, Paris, Fayard, 2019, pp. 52-57.

[31] En 1964, Bourguiba rappelle que ce « congrès s’est mué en véritable croisade –la neuvième- sous la conduite de grands prélats », discours reproduit dans le journal La Presse de Tunisie du 3 octobre 1964.

[32]Mohamed Ridha Ben Hammed, L’Eglise catholique après l’indépendance, DES en science politique, 1975, 148 p.,  ronéo ; Gérard Demeerseman, op.cit., chap. XVII, « Un nouveau  statut pour l’Eglise », pp. 307-329.   

[33] Les Pères blancs font don, entre autres, du lycée d’El Omrane après l’avoir tenu de 1956 à 1969. 107 chapelles et églises et d’autres immeubles (dont le siège de l’Ecole Nationale d’Administration) sont cédés à l’Etat tunisien.

[34] 17 mai 1964 : Création du Secrétariat romain pour les non-chrétiens qui deviendra le Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux ; 21 novembre 1964 : Déclaration sur les relations de l’Eglise avec les religions non-chrétiennes.

[35] « L’église en Tunisie. Le modus vivendi du 9 juillet 1964 », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1964, pp. 63-71. http://aan.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/AAN-1964-03_18.pdf

[36] Orientations pour un dialogue entre chrétiens et musulmans, 1969. 

[37] Islamochristiana compte 45 numéros à ce jour et édite en arabe, en français et en anglais principalement.

[38] Deux publications de Mohamed Talbi témoignent en particulier de cette expérience : Islam en dialogue, Tunis, M. T.E., 1970 ; Islam et dialogue, réflexion sur un thème d’actualité, Tunis, M.T.E. 1972 & 1979.

[39] La thèse de Abdelmajid Charfi porte sur un aspect du dialogue Islam/Chrétienté : Al-Fikr al-islâmî fi-r-radd ‘ ala-n-nasârâ, [La pensée islamique dans la réfutation des chrétiens], Tunis-Alger, 1986 ; 2è éd. Beyrouth 2006.

[40] Michel Serain, « Le dialogue islamo-chrétien », Hommes et Migrations, 1992, pp. 13-20. Voir le site https://gric-international.org/

[41] Ces Écritures qui nous questionnent, la Bible et le Coran, Paris, Centurion, 1987. Voir également Vincent Feroldi, Chrétiens et musulmans en dialogue: les identités en devenir, Travaux du GRIC (1996-2003), Paris, 2003.

[42] Gérard Demeerseman, op. cit., pp 341-346.

[43] Victor 1er, 14ème pape, 189-199 ; Miltiade, 32ème  pape, 311-314 ; Gélase, 42ème  pape, 492-496.

[44] Habib Kazdaghli, « Communautés méditerranéennes de Tunisie. Les Grecs de Tunisie : du Millet-i-rum à l’assimilation française (XVIIe-XXe siècles) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 95-98 | avril 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 02 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/remmm/243

[45] Les travaux de Pierre Soumille y ont été consacrés. In memoriam Pierre Soumille (1926-2003)

Oissila Saaïdia, https://journals.openedition.org/chretienssocietes/3806. ; François Dornier, Les catholiques en Tunisie au fil des jours, Tunis, Imprimerie Finzi, 2000.

[46] Katia Boissevain, « Des conversions au christianisme à Tunis. Vers quel protestantisme ? »,  Histoire, monde et cultures religieuses 2013/4 (n° 28), pages 47 à 62, https://doi.org/10.3917/hmc.028.0047

[47] Katia Boissevain, « Migrer et réveiller les Églises : Diversification des cultes chrétiens en Tunisie », L’Année du Maghreb [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 02 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/2253 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2253

[48] Fondé par Abdelmajid Charfi, brièvement dirigé par Mohamed Haddad puis repris par Abderrazak Sayadi.

[49] Rapport sur la situation des religions en Tunisie, Nader Hammami & H’mida Ennaïfar (dir.), Tunis, Mou’minoun bila houdoud, 4 volumes, 1 418 pages.  

 



Citer ce billet
Kmar Bendana (2023, 14 août). Annie Pérusat Bardi (1932-2023) et IBLA : connexions et questionnements. HCTC. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pgnk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.