Comprendre les Tunisiens et Tunisiennes

Postface à Romain Costa, Comprendre les Tunisiens, Guide de voyage interculturel, Paris, Riveneuve, 2021, 240p.

Ce petit livre sur la Tunisie d’aujourd’hui rédigé par un auteur qui a pu vivre et aimer le pays pendant plusieurs années se laisse lire agréablement. Romain Costa a le sens de l’observation et il adopte un ton qui parle à la curiosité du visiteur potentiel. Mieux qu’un guide ordinaire de voyage, l’ouvrage accompagne le lecteur francophone à travers les principales questions qu’on peut se poser sur les habitudes de vivre, les manières de faire, la cuisine, l’architecture, les structures familiales, les relations sociales ou les croyances en Tunisie.

Ce catalogue vivant des comportements courants déplie avec légèreté et commente avec précision les codes d’une société contemporaine chargée d’héritages multiples. L’observation intéressée de l’auteur qui a vécu dans le pays en y créant des attaches est doublée par un travail documenté qui inscrit les informations dans l’épaisseur du temps qui les a modelées. On devine en filigrane les jugements circulant à propos du pays et de sa population ; l’auteur semble les avoir rencontrés. Son expérience guide les réponses exposées, adossées à un savoir et agrémentées de références qui éclairent les termes consacrés par la langue locale et leurs équivalents.

Je ne discuterai pas des termes « culture tunisienne » « identité », « personnalité », « peuple » « tunisianité » inévitables dans le cadre de l’exercice éditorial, pour souligner le style de Romain Costa dont l’approche concilie une empathie pour la société tunisienne (y compris dans ses pesanteurs et paradoxes) avec une intelligence des différentes curiosités qu’elle pourrait susciter. Il  tire de cette posture une perception de cette société construite à partir de constats vécus ou de clins d’œil de l’actualité qui suggèrent l’importance de l’histoire dans la fixation des traces, l’évolution des usages, la permanence et la mobilité des représentations.

Le propos de l’ouvrage résonne avec les idées toutes faites qui circulent sur l’islam. L’auteur témoigne que la Tunisie offre un terrain qui invite à observer la complexité des gens, la diversité des milieux et le mélange des pratiques, dans la vie domestique, à travers les liens individuels comme dans les fonctionnements collectifs. Tout en affirmant le fond de l’air arabo-musulman qui imprègne le climat général, Romain Costa laisse entrevoir un pays où tout le monde n’est pas pratiquant, ni ostensiblement attaché à la religion, quoiqu’obéissant à des normes de conduite, apparentes ou souterraines, qui peuvent aller jusqu’à la pression.

Même si les portraits et les situations semblent parfois modéliser le Tunisien (la Tunisienne  décrite à travers ses différents rôles est dans le décor, dans une position encore inégalitaire, il est vrai), l’ouvrage invite à ne pas le résumer à une représentation globalisante et glacée.  Sa lecture réussit à communiquer une bouffée d’air d’une Tunisie en couleurs, en nuances et en mouvement. Il fait planer /dégage une lumière douce sur un pays dont on parle beaucoup et où l’actualité remuante prouve que la société se débat dans des nœuds et évolue avec ses ses contradictions. Romain Costa invite de façon évocatrice, avec une certaine sympathie et parfois avec humour, à visiter la Tunisie, dont la compréhension peut enrichir l’expérience de l’altérité et la connaissance de soi.

Ma postface arrive au bout de la chaîne de fabrique de l’ouvrage. Si j’avais voix au chapitre, je suggérerais de rallonger son titre : Comprendre les Tunisiens et les Tunisiennes. Autant que partout ailleurs, faire apparaître les femmes, apporterait des clés supplémentaires pour pénétrer et sentir la société tunisienne. Sans compter que les visiteurs peuvent être aussi des visiteuses.

 Hammam-Lif, le 29 septembre 2021

Présentation générale de l’ouvrage : https://www.riveneuve.com/catalogue/comprendre-les-tunisiens/ 

 

 

 



Citer ce billet
Kmar Bendana (2023, 3 avril). Comprendre les Tunisiens et Tunisiennes. HCTC. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pgni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.