Artistes, Institutions, Espaces en Tunisie, 1881-1981

Cent ans d’institutions et d’artistes en Tunisie valent bien un bilan historique, à l’adresse d’un lectorat plutôt habitué aux biographies des créateurs célèbres illustrées par leurs œuvres. En réalisant ce travail, Alia Nakhli enrichit les entrées dans l’histoire culturelle contemporaine de la Tunisie. Elle met à plat une documentation (articles de revues, catalogues, ouvrages), des photos et des reproductions (provenant d’archives privées et publiques) qui parlent aux lecteurs et lectrices désirant comprendre la genèse d’un secteur qui prend forme à partir de la fin du XIXème siècle. Elle rassemble des informations et des données qui tracent une vue d’ensemble sur l’évolution du contexte intellectuel et artistique tunisien tout au long d’un siècle riche en événements et en mutations.

Comment s’instituent les milieux, s’établissent et évoluent les vecteurs et les formes d’échanges dans le domaine artistique tunisien contemporain ? Telle est la charpente de cet ouvrage, divisé en deux parties, de part et d’autre de l’indépendance de la Tunisie (1881-1956 ; 1956-1981). L’étude commence avec l’établissement du protectorat sur la Régence de Tunis et s’arrête à un moment où les arts visuels (une appellation d’ordinaire plus large que le champ ciblé par cette étude) entament une bifurcation importante. L’étude montre que les années 1980 marquent la fin des institutions créées avec la colonisation. On peut ajouter qu’au cours de cette décennie, les modifications  des technologies de l’information et de la communication contribuent à transformer en profondeur la production et la diffusion des images, des médias et des biens culturels, partout dans le monde.

Un secteur s’installe à partir de la fin du XIXème siècle

L’essai revient sur les activités, les figures, les tendances et les parcours artistiques en Tunisie entre 1881 et 1981. L’auteure expose les phases par lesquelles se constituent des voies de circulation, s’élaborent des cadres d’apprentissage et naissent des lieux d’exposition. Les premiers créateurs, producteurs et médiateurs qui apparaissent participent d’une histoire parallèle à celle de la colonisation française, même si des traces attestent de l’existence antérieure de mosaïques, calligraphies, lithographies, gravures, broderies, peintures sous verre ou portraits de cour. Les branches principales des beaux-arts (peinture, dessin, sculpture) se développent in situ à la faveur de la pénétration de la culture française, tout en traçant une histoire particulière façonnée à partir des conditions locales (y compris politiques et économiques), investissant des techniques et des supports (céramique, tapis, miniature ou poterie) pour construire des expressions originales.

Dans un premier temps, le milieu tunisien adopte les codes coloniaux et reflète les modes académiques concernant les arts plastiques. Une de ses colonnes vertébrales sur la durée est le Salon tunisien (1894-1984), où s’érigent les pratiques de production et de diffusion. La dynamique s’appuie sur la population lettrée et économiquement aisée avec le soutien de l’administration, des compétences de l’enseignement et du journalisme, des affinités politiques, des possibilités matérielles. Des espaces (hôtels, sièges d’associations, galeries, cafés…) constituent, principalement à Tunis, des lieux de sociabilité. La catégorie des arts indigènes  qui émerge autour de 1914 cristallise des controverses en lien avec l’orientalisme alors spécifié comme nord africain. Les artistes du crû, ceux qui résident ou passent par la Régence utilisent différents langages, introduisent des nouveautés (caricatures), intègrent des techniques (céramique, tissage, broderie, verrerie…), adjoignent des influences (de France, d’Algérie…) faisant de Tunis un lieu attractif par son éclectisme.

Les journaux (francophones et italophones en particulier), revues, livrets et catalogues reproduisent les débats (autour du figuratif et de l’abstrait, de l’art colonial, de l’art social, de l’art musulman) ouvrant la voie à la nécessité de créer des sections, de multiplier lieux d’apprentissage et formes de groupement, sans toutefois faire advenir un musée.

Le paysage artistique tunisien est campé vers 1950. Il a ses réseaux, ses espaces, ses manifestations, ses supports, ses générations, sa sociabilité, ses moyens financiers avec des opportunités qui permettent d’accorder des bourses et de former les jeunes talents en Tunisie et à l’étranger. Il est largement masculin même si des femmes commencent à apparaître (Christine Choley, Leïla Menchari https://fr.wikipedia.org/wiki/Le%C3%AFla_Menchari et Safia Farhat). C’est le moment où s’affirme l’Ecole de Tunis autour de laquelle se structure la phase de la post-indépendance : dès 1956, Pierre Boucherle nomme Yahia Turki président du mouvement.

Le projet colonial de valorisation des arts indigènes persiste après l’indépendance tout en revendiquant de tourner le dos à l’exotisme d’antan. L’heure est à l’affirmation identitaire et nationale à laquelle fait écho une peinture qui se veut populaire et tunisienne.

L’affirmation d’un art tunisien

Se référant à la littérature politique et aux manières de postuler une spécificité tunisienne, Alia Nakhli montre comment le répertoire artistique constitué au cours des décennies précédentes alimente les besoins iconographiques de l’Etat national naissant. Billets de banque, pièces de monnaie, timbres-postes, affiches, armoiries, décors officiels servent de marqueurs, de porte-parole d’une histoire qui mêle les symboles des différentes époques. Conformément à la pédagogie bourguibienne, les scènes, les paysages, la faune, la flore, les monuments, les objets inscrivent la Tunisie dans une imagerie éternelle. Les artistes sont mobilisés pour les affiches des commémorations, pour les portraits du président Bourguiba, pour accompagner foires et divers événements, pour des publicités de sociétés nationales, pour illustrer des périodiques (Faïza, Majallat al idha’a, Afrique Action, Ash‘ab, al ‘Amal…), des ouvrages (Ommok Sannafa, sur la cuisine tunisienne ou El Aghani at-tounisiyya, les chansons tunisiennes). Les peintres participent à la production des cartes postales, réalisent décors et costumes de théâtre, fixant ainsi des types masculins et féminins, des images de métiers, des costumes et détails vestimentaires, des rôles sociaux. Cette iconographie travaille à inscrire sur la durée des représentations de la culture tunisienne, à travers une imagerie des traditions culinaires, des objets artisanaux, des instruments de musique, des accessoires de vie, des ornements. Les commandes publiques permettent aux artistes d’habiller des halls d’entreprises, des salles de réunion et des façades d’édifices par des tableaux, des fresques ou bas-reliefs. Cette vague de créativité iconographique coïncide avec le lancement par l’Etat tunisien de la politique touristique ; elle sert de terrain d’expression et de réalisation renforçant la modélisation d’une Tunisie intemporelle, colorée et vivante. Les artistes promeuvent et mettent en images un pays qui se donne à voir comme ancien et moderne, urbain et rural, accueillant et travailleur, se réappropriant l’héritage colonial pour en faire un patrimoine national qui s’expose désormais à l’international. La dimension nationale respire un autre souffle, qui rappelle et réinvestit les dualités colonial/indigène, figuratif/abstrait, traditionnel/moderne et sous-tend les querelles qui se déclarent au sein du groupe désigné par Ecole de Tunis. Au fil des crises traversées par le milieu artistique, la tunisianité court comme une propriété sans cesse ré-invoquée, jamais établie. En même temps, un processus de patrimonialisation prend appui sur l’accumulation visuelle construite par la production picturale et portée par les applications artisanales et industrielles des arts décoratifs.

Bifurcations

Les bifurcations de la Tunisie indépendante se manifestent dans l’enseignement universitaire et à travers les regroupements professionnels qui se multiplient, avec le nombre d’artistes, les effets de génération, la diversification des portraits et des itinéraires. La série des 206 notices biographiques publiée en fin de volume donne une idée de la variété des personnalités qui ont peuplé et fabriqué cette histoire tunisienne des arts plastiques. Les portraits gagnent à être développés et recoupés mais la galerie est, en l’état, parlante.

Dans l’enseignement national des beaux-arts, l’optique de renforcer les arts décoratifs prend le dessus, dans un but à la fois politique, économique et social. La tapisserie et la céramique (arts mineurs) sont appelées à enrichir la fabrication locale sollicitée par la demande touristique. La peinture et la sculpture (arts majeurs) donnent lieu à une réforme (1967) destinée à leur attribuer une réputation de sérieux et de culture. En 1973, l’Institut Technologique d’Art, d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis (ITAAUT) constitue une phase qui, eu égard aux besoins en architectes et urbanistes, aménage une place prépondérante au diplôme (1979). L’alignement sur l’enseignement supérieur contribue à séparer des camps (les amateurs et les professionnels) en plus des conflits qui se développent (opposition à l’Ecole de Tunis). L’Union Nationale des Arts Plastiques et Graphiques (UNAPG) symbolise une hégémonie de l’Etat qui, tout en exacerbant les rivalités, ne parvient pas à entretenir la vitalité du champ. Sur le plan de l’infrastructure, la politique culturelle permet un essaimage des expositions sans créer les conditions d’une décentralisation ou d’une démocratisation de l’accès à l’art. La compétition entre les artistes alimente des groupements plus ou moins éphémères (Groupe des Six, Groupe des Cinq, Groupe 70, Irtissem, Attaswir). Galeries privées et collectionneurs portent une dynamique articulée autour des choix esthétiques et générationnels qui n’empêche pas que les artistes se sentent marginalisés par les pouvoirs publics, le marché et la culture sociale. 

Alia Nakhli ouvre de multiples pistes de réflexion et de travail sur l’histoire contemporaine de la Tunisie. Son ouvrage pose des éléments pour des recherches sur les pratiques sociales autour de l’art et sur les aspects politiques et matériels de la culture artistique. Il invite à étudier l’éducation artistique scolaire et à explorer les voies professionnalisantes. Enfin, ces jalons pour une sociologie historique des milieux artistiques en Tunisie incitent à relier la situation avec les effets des mutations technologiques comme avec les implications des logiques du marché international de l’art sur le terrain tunisien.

C’est dire l’intérêt que peut procurer la lecture de ce panorama riche d’informations, de ressources documentaires et de suggestions.

Préface à l’ouvrage de Alia Nakhli, Arts Visuels en Tunisie. Artistes et institutions 1881-1981, Nirvana, 2023



Citer ce billet
Kmar Bendana (2023, 15 mai). Artistes, Institutions, Espaces en Tunisie, 1881-1981. HCTC. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pgnj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.