Publier un article : comment ça se passe dans l’université tunisienne ?

L’université tunisienne accumule difficultés et blocages en ce moment. On y note notamment des tendances managériales qui présentent, à mes yeux, des risques d’augmenter les difficultés, de tuer le service public (de qualité), sans garantir le progrès de l’enseignement et de la recherche ni calmer les hémorragies vers le privé et vers l’étranger (on sait aujourd’hui que la standardisation profite aux poseurs des outils et des méthodes).

Nous voulons ici attirer l’attention sur une pratique qui concentre en elle plusieurs paramètres dangereux et qui se généralise : payer pour être publié dans une revue étrangère indexée. On a vu cette pratique pointer depuis quelques années et elle semble accréditée aujourd’hui à travers les logiques de recrutement, jusqu’à atteindre les doctorantEs. Ainsi, on leur impose de passer par ce filtre discriminant, en plus des autres.

Il est vrai que publier dans des revues à comité de rédaction est, en Tunisie, un critère qui s’impose, dans le but de donner à la production scientifique poids et crédibilité. Or, dans les sciences humaines et sociales, on a vu des dossiers de recrutement aligner des articles de presse avec des rapports, à côté parfois d’articles dans les revues « scientifiques ». La catégorie « revue indexée » est devenue aujourd’hui un vrai sésame.

A partir des années 1980, le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique met en place des normes accompagnant les recrutements nationaux, de plus en plus nombreux dans toutes les disciplines. L’essor démographique de l’Université a commencé à prendre des proportions justifiant l’établissement de règles utilisées dans les universités européennes et américaines qui nous « inspirent » et nous entraînent dans leurs logiques.

Les logiques universitaires étrangères évoluent de leur côté (Processus de Bologne, 1999 et ses suites) et nous engrangeons, avec le décalage habituel tunisien, ce que nous finissons par considérer comme des modèles (des bonnes pratiques disent les ONG), en les voyant appliqués. Cette évolution n’est d’ailleurs pas propre à l’université tunisienne.

De ce point de vue, il est intéressant de constater qu’université publique et université privée obéissent à la même logique normative, au même type d’injonction. On sait que l’Université doit être plus productive, mais la tendance à la marchandisation prend des allures graves et des proportions qui invitent à mettre ces questions sur le tapis.

Le consentement des collègues s’aligne sur des critères de gestion des universités étrangères en compétition (pour attirer des inscriptions d’étudiantEs venant de tous les pays) et en font une sorte de credo pour juger et sélectionner notre production et nos diplômes.

Parmi ces « modèles », l’impact factor[1] (et son corollaire : le h-index du chercheur), le classement de Shangaï[2] et le « droit » à être publié dans une revue académique de renom et indexée.

Au sein de l’université tunisienne, on se retrouve à obéir à ces règles managériales, en les « adaptant » parfois, croyant ainsi introduire des critères de sélection et contribuer à améliorer notre production universitaire.

Entre choix des politiques publiques et aspiration à avoir une visibilité internationale (sentiment légitime), l’université publique tunisienne est en train de glisser progressivement vers une marchandisation pure et simple, notamment dans certaines disciplines.

De plus en plus de collègues sont convaincus qu’il faut s’enrôler dans ces pratiques “odieuses” (à mes yeux), notamment dans les disciplines “mondialisées” (médecine, bio-technologie, sport, économie…). Dans les sciences humaines et sociales, la littérature, la philosophie ou le droit, le phénomène est moins sensible car nos disciplines sont territorialisées et donc d’un apport spécifique, non intégrable aux objectifs généraux et non ré-utilisables pour le « développement » des disciplines plus technicisées et réputées plus utiles.

Il serait bon de décomposer la réflexion en plusieurs strates car il faut le temps de déballer la question, d’attirer l’attention des collègues et surtout de les inciter à réfléchir. 

On doit démultiplier les rencontres afin de trouver plusieurs chemins et composer des cadres pour aborder les différentes facettes de ces questions :

dans les cercles syndicaux

dans des rencontres sur la déontologie et l’éthique qui manquent terriblement à l’Université. Le savoir et la recherche ne peuvent pas être valides s’ils ne s’interrogent pas sur leurs conditions de production et l’Université doit instituer des lieux de réflexion critique sur son rôle, ses moyens et sa finalité.

au sein des conseils scientifiques afin d’atteindre et de sensibiliser les Commissions de recrutement

Les accords internationaux sont relayés, défendus et appliqués par nos responsables ministériels qui restent persuadés que nous devons répercuter ces critères de gestion. D’où la question :  comment engager avec eux le débat ? Car eux aussi, et surtout, sont les premiers médiateurs de ces méthodes managériales qui nous enchaînent à des fonctionnements néo-libéraux et sans apport véritable pour les étudiantEs, les chercheurEs ni les enseignantEs.

 Hammam-Lif, 31 juillet 2021

Publié dans la revue Al jami’i [L’universitaire], n° 20, 2023, page 14.


Archives sur l’histoire de trois revues tunisiennes en sciences humaines et sociales :

Entretien avec Mohamed Talbi autour des Cahiers de Tunisie

Entretien avec Mohamed Charfi autour de la Revue tunisienne de droit 

Entretien avec Abdelwahab Bouhdiba autour de la Revue tunisienne des sciences sociales


[1] Cf. Wikipedia Un facteur d’impact ou FI est un indicateur qui estime indirectement la visibilité d’une revue scientifique. Pour une année donnée, le FI d’une revue est égal à la moyenne des nombres de citations des articles de cette revue publiés durant les deux années précédentes.

[2] Cf. Wikipedia Le classement universitaire des universités mondiales par l’université Jiao Tong de Shanghai ou classement de Shanghai est un classement des principales universités mondiales, établi par des chercheurs de l’université Jiao-tong de Shanghai en Chine



Citer ce billet
Kmar Bendana (2023, 27 février). Publier un article : comment ça se passe dans l’université tunisienne ? HCTC. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pgnh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.