“Cinquante ans après”. Préface à la réédition des mémoires de Mohamed-Salah Mzali, Au fil de ma vie

Après une première édition en 1972, l’ouvrage Au fil de ma vie, mémoires de Mohamed-Salah Mzali, vient de paraître aux éditions Cérès, en coédition avec l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC, Tunis) et l’Académie des Lettres, des Sciences et des Arts Beït al-Hikma. Le texte ci-dessous en constitue la préface, “Cinquante ans après” la première édition, et présente le travail historique et critique effectué par Elyès Jouini.

Lire les mémoires de Mohamed-Salah Mzali rééditées cinquante ans après leur publication ouvre des perspectives pour comprendre l’histoire des élites tunisiennes contemporaines, en particulier celles qui sont rattachées au monde de l’administration.

Texte et contextes

Le noyau de la réédition est un ouvrage, fruit d’un projet longuement pesé par son auteur, un travail réfléchi, écrit au cours de l’année 1969, dans un contexte où Bourguiba règne sans conteste sur une Tunisie régie par une censure pointilleuse, notamment dans le domaine de l’édition et de la presse, vitrine officielle du pouvoir. Dans sa posture d’acteur politique au long cours, un notable du temps du Protectorat devenu un « perdant de l’indépendance » déroule un point de vue qui ramène à plein d’autres, comparables et nécessaires, pouvant mener à une perception plus complexe d’une histoire contemporaine de la Tunisie tissée de récits antagoniques, encore peu et mal reliés entre eux.

Le récit de ce Tunisien qui traverse le XXe siècle (1896-1984), en effectuant un parcours scolaire et universitaire hors des sentiers empruntés et possibles pour ses compatriotes, nous apprend beaucoup de choses sur un profil singulier, qui appartient à la minorité d’ « évolués » de la période coloniale ayant pu accéder à l’instruction, gravir les échelons de l’enseignement et entrer dans la sphère des décideurs. La rivalité avec des congénères tunisiens et français ne peut pas manquer d’égrener un tel parcours intellectuel, professionnel et politique : l’histoire des individus se nourrit des inimitiés autant que des solidarités et des congruences ; l’ouvrage illustre ces traits. Sans doute le caractère et les qualités du personnage sont-ils déterminants, en plus d’une histoire familiale (une lignée de notaires et de caïds) apparentée à celle d’un autre Monastirien de renom, Habib Bourguiba (1903-2000). La bulle d’appartenance qui les rapproche (sa grande tante Khadouja Mzali est la grand-mère de Bourguiba) est en même temps le cadre d’une concurrence qu’il serait vain de chercher dans des sources historiques. Né en 1896, quelques années avant celui qui va devenir Président de la République tunisienne en 1957, Mohamed-Salah Mzali évolue, comme ce dernier, sous un régime colonial dont la nature discriminatoire est un des ingrédients de l’esprit de compétition, qui peut animer les individus ou les familles autant qu’il peut constituer le ferment des amitiés et des attachements, ou nourrir des complicités contre le système. Avec les retournements de l’histoire, ceux et celles qui ont pu être les « chanceux » d’un moment peuvent susciter des actes de vengeance ou des règlements de compte, une fois que les choses changent. C’est au moins une des explications de la vindicte d’un Bourguiba, passé du bon côté du pouvoir après 1956 et portant atteinte, de diverses manières, à des personnalités redoutées, jalousées ou détestées. Tahar Sfar, Abdelaziz Thaâlbi, Tahar Ben Ammar, Salah Ben Youssef, Mohamed Attia, Mohamed Ben Salem, Sahbi Farhat, Mahmoud El Matri, Slaheddine Baccouche, Chedly Khalladi… sont autant de vies minorées, persécutées, ostracisées ou éliminées par un « gagnant » ombrageux, disposant du pouvoir de prendre une revanche concrète sur des rivaux ou adversaires.

Affichages lors du colloque “Mohamed-Salah Mzali : La Tunisie du makhzen à l’État national”. Panneau présentant les ministères confiés à Mohamed-Salah Mzali avant l’indépendance de la Tunisie.

Affichages lors du colloque “Mohamed-Salah Mzali : La Tunisie du makhzen à l’État national”. Panneau illustrant les relations entre Mohamed-Salah Mzali et Habib Bourguiba.

Contrepoints

Dépliant les épisodes d’une vie au temps du Protectorat et rédigé au soir d’une existence faite de réussites et de revers, le témoignage de Mohamed-Salah Mzali a aussi valeur de démonstration de « bonne foi » (comme il l’annonce dans le prologue) à une époque où  l’appareil administratif est en train de renouveler son personnel et son aura, les réservant à un cercle de méritants exigés et accrédités par le système naissant. Un autre makhzen est alors en gestation, fixé par un personnel de l’État national issu de l’indépendance, tissé avec la création d’institutions inspirées de l’ancien monde, traversé par des rivalités et réactivant des antagonismes. La genèse des élites n’est jamais un mouvement linéaire ; elle reflète les cheminements possibles des acteurs à chaque époque, épouse les rapports de force économiques, sociaux et politiques qui sculptent chaque configuration. Ancrés dans les héritages et fruits des accumulations antérieures, les processus de formation des élites peuvent être remis en question par les bouleversements successifs de l’histoire.

La lecture de l’autobiographie d’un représentant de l’élite tunisienne du temps colonial qui se penche, à la fin des années 1960, sur les souvenirs de sa vie, après avoir été condamné à l’indignité nationale en 1959, emprisonné quelques mois puis amnistié en 1966, peut être faite sous plusieurs angles. Un de ceux qui prédominent est que Mohamed-Salah Mzali illustre une mutation majeure de la société tunisienne au cours du XXe siècle : la lente éclipse de l’exclusivité du cursus zaytounien dans la formation des acteurs de l’administration politique. Diplômé du collège Sadiki en 1913 puis bachelier en 1914, Mohamed-Salah Mzali est nommé à la section d’État en 1916, pénétrant ainsi les arcanes d’un système de gestion en pleine transformation qui va former l’expérience du fonctionnaire et le préparer à plusieurs rôles. L’itinéraire de cet auteur de la première thèse d’économie politique sur la Tunisie (L’évolution économique de la Tunisie, 1921) est à rapprocher de celui d’un autre natif de Monastir, Salem Ech-Chadely (1896-1954), premier médecin psychiatre tunisien. On ne peut s’empêcher de rappeler également le cas de l’avocat originaire de Monastir, Ahmed Sakka, premier diplômé en droit qui s’est rapproché du groupe de Abdelaziz Thaâlbi dans l’effervescence anticoloniale qui a structuré la première génération formée par le système scolaire franco-arabe.

Une autre notation traverse le lecteur de ces mémoires : la plume de Mohamed-Salah Mzali n’évoque, en 1969, que le terme de Destour pour parler de la mouvance politique anti-française. Serait-ce un déni persistant de la rupture de 1934 qui a donné naissance au Néo-Destour ? Si on ajoute à l’obstruction de cette date, canonisée par le récit national officiel, la reconnaissance de la légitimité de Lamine Bey, le successeur de Moncef Bey détrôné le 25 juillet 1957, on comprend comment l’image de ce ministre loyal envers la cour beylicale alimente sa condition d’adversaire politique de Bourguiba. Les accords de 1954 qu’il contribue à rédiger dans une période de conflits armés servent de base à un procès pour « collaboration » avec le pouvoir colonial qui multipliait les formes de négociation en vue d’une « autonomie interne ».

Ce que l’actualité « fait » à l’histoire

Les mécanismes d’accusation de traîtrise et les procès en épuration accompagnent souvent les scénarios de changement de régime. Les reproches sont exacerbés autant par le trauma de la domination antérieure que par la puissance du ressentiment nourri d’allégations d’appartenance ou de reniement. Le fil de la narration de Mohamed-Salah Mzali a des accents d’un soliloque patriotique sur fond d’une atmosphère hostile (il adhère pour un temps à la franc-maçonnerie) qui l’empêche de récupérer ses biens confisqués.

L’actualité tunisienne récente, porteuse de bouleversements, suggère à Elyès Jouini, petit-neveu de Mohamed-Salah Mzali, de remettre en lumière ce texte peu connu, fruit d’une époque révolue. Il effectue un travail de contextualisation complet qui commente le manuscrit original, relève les passages modifiés ou supprimés, explicite la conjoncture. Plusieurs paramètres se croisent pour éclairer le contenu de l’ouvrage, les circonstances de son élaboration et les échos qu’il a semés au cours de sa brève vie éditoriale. L’édition annotée et enrichie du manuscrit restitue la complexité d’une existence qualifiée par l’auteur des mémoires comme celle d’un « entre deux » – il déclare vouloir se tenir « à égale distance des extrêmes » –  à la suite d’une carrière de 39 ans (fonctionnaire, enseignant, gouverneur, caïd, archiviste, ministre, président du Conseil) où il a pu, entre privilèges et devoirs, observer et gérer les tensions entre la population tunisienne et l’administration coloniale. Disposant des archives de fabrication de l’ouvrage édité en catimini en 1972 par Hassan Mzali, le fils de Mohamed-Salah, et rapidement interdit à la vente, l’éditeur enrichit la nouvelle version de passages, de documents d’archives, de notes, de jugements d’acteurs contemporains et de réflexions d’historiens tout en suggérant des rapprochements avec le moment en cours qui perturbe les dynamiques élitaires.

On attend de cette réédition agrémentée de compléments qu’elle enrichisse la bibliothèque historique sur la Tunisie qui a besoin de multiplier les témoignages, d’exhumer les sources pour affiner les recoupements pouvant reconstituer l’épaisseur et les contradictions qui forment les péripéties de l’histoire sociale, politique et économique du pays. Même si on s’en tient à la catégorie des élites administratives coloniales et post-coloniales, les recherches manquent.

Le profil de Mohamed-Salah Mzali, son style d’écriture, ses raisonnements comme ses références intellectuelles (on note ses citations et son penchant pour les « gallicismes ») invitent à le replacer dans son temps, sans le confondre avec les modèles qui l’inspirent. La façon dont il évoque les faits historiques, la richesse des détails et des liens généalogiques fournis dans la deuxième partie de l’ouvrage invitent à une lecture réflexive de la condition de fonctionnaire forgée par et pour la gestion et la décision d’un pays colonisé, une catégorie sociale et politique portant en elle ses paradoxes, impactée par les circonstances de la décolonisation comme par l’évolution des normes d’accès à la notabilité.

28 décembre 2022

 



Citer ce billet
Kmar Bendana (2024, 25 janvier). “Cinquante ans après”. Préface à la réédition des mémoires de Mohamed-Salah Mzali, Au fil de ma vie. HCTC. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vo6g

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.