Abdelwahab Bouhdiba, عبد الوهاب بوحديبة

 

Le sociologue tunisien Abdelwahab Bouhdiba (Kairouan, 13 août 1932-Tunis, 17 décembre 2020) est mort depuis deux ans. Il est un des principaux acteurs de l’évolution des programmes de philosophie et de leur arabisation vers le milieu des années 1970[1].

Nous reproduisons ci-après quelques données bio-bibliographiques sur le parcours d’un intellectuel « organique » étroitement associé à l’histoire des sciences humaines et sociales en Tunisie, en lien avec l’évolution des études sur la religion et la civilisation islamiques.

Deux ouvrages récemment parus reviennent sur quelques pans de sa vie personnelle, scientifique et institutionnelle : Sofiane Bouhdiba, Abdelwahab Bouhdiba : l’enfant de Kairouan, Paris, L’Harmattan, 2022, 186 p. ; Collectif, Abdelwahab Bouhdiba (1932-2020), Carthage, Beït El Hikma, 2021.

Une traversée dans le système d’enseignement tunisien[2]

Formé dans le système d’éducation franco-arabe du protectorat, Abdelwahab Bouhdiba entreprend des études de philosophie après avoir obtenu le baccalauréat au collège Sadiki. Agrégé de philosophie de l’Université de la Sorbonne en 1959, il participe aux débuts de l’université nationale tunisienne (créée en mars 1960) en enseignant la philosophie et la sociologie. Il soutient en 1972 une thèse principale très remarquée à l’époque : La sexualité en Islam (qui sera publiée en 1975 et traduite en plusieurs langues) doublée d’une thèse secondaire sur Les contes tunisiens pour enfants qui nourrira un ouvrage sur L’imaginaire maghrébin à travers les contes pour enfants (Tunis, 1994).

Il assure la direction de plusieurs institutions tunisiennes d’enseignement supérieur (Institut de Presse et des Sciences de l’Information, IPSI) et de recherche en sciences humaines et sociales (Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et sociales, CERES, 1972-1992), l’Académie tunisienne des Sciences, des Lettres et des Arts (Bayt al Hikma, 1995-2010).

Abdelwahab Bouhdiba occupe plusieurs postes internationaux destinés à promouvoir la culture arabe et musulmane : il est directeur général adjoint de l’Organisation Internationale pour l’Education, la Culture et la Science (ALECSO, 1992-1995), membre du Conseil exécutif de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la science et la culture (UNESCO) et membre du Conseil islamique supérieur tunisien.

Plus d’une vingtaine d’ouvrages en français (plusieurs ont été traduits en arabe) témoignent d’incursions intéressantes et des enquêtes de terrain dans des secteurs importants pour la recherche en sciences humanes et sociales : la criminalité, la  justice, l’industrialisation, la ville…en plus d’une production autour de textes musulmans canoniques (ex : al ‘ajroumiyya), d’Ibn Khaldoun….

En tant que président de Bayt al Hikma, A Bouhdiba a dirigé des ouvrages collectifs sur des thèmes philosophiques et multidisciplinaires : la raison, la vie, la sagesse, l’économie, l’information, la psychiatrie…

Ses dernières préoccupations ont étendu ses objets d’étude vers des composantes essentielles de la culture islamique jusque là peu explorées (ex : le parfum, la couleur…) tirant le sociologue et le philosophe vers l’anthropologie historique.    

 

Souvenirs [3]

J’ai connu Abdelwahab Bouhdiba comme auteur et conférencier. J’étais intéressée par ses publications, notamment La sexualité en Islam (1975), un ouvrage à cheval entre anthropologie, islamologie et philosophie s’attaquant à un sujet peu fréquenté à l’époque. Deux études ont également attiré mon attention : l’une sur la criminalité (Criminalité et changements sociaux en Tunisie, 1965) et l’autre sur la justice (Public et justice : une étude pilote en Tunisie, 1971). Ces deux enquêtes étaient ancrées dans la réalité tunisienne et, elles restent, à mon avis, parlantes jusqu’à aujourd’hui.

Le conférencier Abdelwahab Bouhdiba avait, à mes yeux, une grande qualité. Il passait avec aisance  de l’arabe au français avec précision et sur tous les registres : depuis le dialectal jusqu’au littéraire, de la culture populaire à la littérature et jusqu’aux références savantes. Il avait une pensée fluide dans les deux langues, naviguant entre les niveaux d’expression et les référentiels de chacune.

La démarche scientifique de Bouhdiba construite autour de la démonstration et la rigueur n’était pas dépourvue d’accents universalistes, plus proche d’une histoire des idées que d’observation empirique.

Je me souviens de deux rencontres avec lui. La première a eu lieu en 1995. Il venait d’être nommé à la tête de Bayt al Hikma. J’ai eu avec lui un long entretien sur la manière dont il a dirigé la Revue tunisienne de sciences sociales (RTSS) pendant 18 ans (1972-1990). Je lui ai soumis le texte pour correction et il l’a repris dans le détail[4]. J’ai découvert quelqu’un de scrupuleux, attentif et soucieux des formulations. J’ai compris ce jour-là- il y a 25 ans- que l’homme savait que ses mots seraient jugés dans la durée et par la postérité.

La deuxième rencontre a eu lieu en avril 2018, dans le cadre du 6e symposium de l’Université de la Manouba sur le thème Normes et valeurs. L’université a décidé de lui attribuer avec Régis Debray le prix Savoirs partagés. Bouhdiba a prononcé, à cette occasion une conférence vivante sur les normes et valeurs en cours dans la réalité tunisienne : al halal الحلال, al haram الحرام, el wajib الواجب, al char’i الشّرعي Son propos a fait l’objet d’un débat avec le sociologue Imed Melliti, la juriste Salsabil Klibi, l’historien Lotfi Aïssa et l’homme de théâtre Taoufik Jbali[5]. L’échange était riche et Bouhdiba a montré une souplesse de pensée et une liberté de circuler entre la culture dite orientale et classique et les apports de la philosophie française et occidentale. Il est resté jusqu’au bout nourri par ces deux versants de la culture scientifique.

Bouhdiba a inscrit la culture arabe et musulmane dans une pensée contemporaine. Il n’est pas passéiste. Il a appelé à comparer les éléments de cette culture avec les outils et les notions, aujourd’hui en usage. Il a investi les outils philosophiques, les instruments d’analyse des sciences humaines et sociales. Bouhdiba a déployé jusqu’à la fin de sa vie un travail qui concilie deux pôles de la pensée contemporaine dans laquelle il baignait.  En faisant ressortir l’universalité de la religion musulmane et de la culture arabo-musulmane, il contribue à les extraire d’un passéisme dangereux. Son œuvre donne quelques moyens intellectuels et scientifiques de penser aujourd’hui l’Islam et la culture arabo-musulmane avec des cadres contemporains.

17 décembre 2022

[1] Bouhdiba, Abdelwahab. « L’arabisation de la philosophie », Rue Descartes, vol. 61, no. 3, 2008, pp. 78-81.

[2] Notice publiée par la Newsletter de l’Université de La Manouba, décembre 2021

[3] Texte publié dans le magazine Réalités, Tunis, n°1825, 24-30 décembre 2020, pp. 34-37, sous le titre de : « Bouhdiba, scrupuleux et attentif au poids des mots ».

[4] https://hctc.hypotheses.org/2408

[5] https://www.youtube.com/watch?v=aZtQzgK5Zd0 ;

https://www.youtube.com/watch?v=FtASKV_l5HM

https://www.youtube.com/watch?v=Rr6wrO5QcYE&feature=emb_logo

 

 

 

 



Citer ce billet
Kmar Bendana (2022, 17 décembre). Abdelwahab Bouhdiba, عبد الوهاب بوحديبة. HCTC. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pgng

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.