Revenir à l’année 2011 en Tunisie

Compte rendu de deux ouvrages de Baduel (Pierre Robert)Un temps insurrectionnel pas comme les autres. La chute de Ben Ali et les printemps arabes. – Paris, Éditions Non lieu, 2018. 320 p., bibl : 285-300 ; – Quand la Tunisie ouvrait la voie… Combats et débats d’une année révolutionnaire. – Paris, Éditions Non lieu, 2020. 438 p., bibl : 427-438.

Les deux ouvrages de Pierre Robert Baduel ont quelque chose de salutaire car ils permettent de revenir de façon apaisée sur une séquence brûlante, décisive et constitutive d’aléas. Les débats se sont depuis longtemps refroidis autour de l’année 2011 qui a vu se déclencher une série d’événements insurrectionnels en Tunisie, en Égypte, au Yémen, au Bahreïn, en Libye et en Syrie. Pendant des mois, jours et nuits ont été intenses en pertes de vie, en conversions de destins, en départs de chefs d’État, en décisions politiques, en bouleversements institutionnels, en changements de caps ou en violences restauratrices d’ordre. La vitesse des faits a pris de court les populations en les enflammant contre les détenteurs des pouvoirs contestés ; les rassemblements d’une étendue et d’une progression inhabituelles, les slogans pacifiques diffusés à travers les réseaux sociaux forment le substrat de processus nouveaux. L’enchaînement des manifestations capte l’intérêt des médias internationaux tout en agissant sur les façons de fabriquer et de transmettre l’information dans les pays en proie aux émeutes. La recherche en sciences humaines et sociales s’est à son tour emparée de l’actualité mouvementée en suivant l’évolution accélérée des terrains ; la vitesse et l’accumulation des faits ont pu faire perdre de vue la complexité des commencements dont les détails et les significations ont été fondus dans des développements qui ont malaxé les différentes composantes en présence.

P. R. Baduel s’est attelé à revenir sur le déclenchement des insurrections et sur l’information produite au cours de l’année 2011, en se concentrant sur le premier des soulèvements. L’auteur a vécu en Tunisie pendant deux longues périodes : il a enseigné à Gabès dans les années 1970 puis a dirigé l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) entre 2003 et 2008. Sa familiarité avec la scène politique tunisienne est nourrie d’articles et du bain scientifique dans lequel ses différentes fonctions l’ont plongé. Il met en perspective le temps insurrectionnel tunisien qui inaugure les suivants (Un temps insurrectionnel…, première partie) du point de vue des acteurs et de la chronologie (une brève, p. 19, et une plus longue, pp. 213-215). L’auteur mobilise la matière documentaire quotidienne fournie par les réseaux sociaux (un millier d’articles numériques en langue française) afin de suivre l’actualité tunisienne à la lumière de travaux à portée théorique. La posture exige du temps et de résister à la tentation d’expliquer et d’interpréter trop rapidement les faits. L’appareillage théorique (Charles Tilly, Michel Dobry, Olivier Fillieule…) sert à opérer des allers-retours dans le temps et l’espace afin de dégager les schémas qui ont rendu possible l’issue révolutionnaire tunisienne.

Le « moment Bouazizi » (chapitre 2) naît de la cristallisation d’un ensemble de conditions qui ont transfiguré un fait divers anodin et répété (avant et après le 17 décembre 2010, les immolations se comptent par dizaines, en Tunisie et en Algérie) au point de créer une déchirure dans un temps qui aurait pu durer. Le geste de Mohamed (Tarek) Bouazizi et ses conséquences d’une ampleur inattendue ont provoqué un enchaînement de situations qui ont sculpté la réalité politique comme ils ont agi sur la lecture des faits. L’ouverture opérée par l’acte suicidaire de Mohamed (Tarek) Bouazizi agit sur les faits ultérieurs comme sur la lecture de ce qui a précédé le choc. L’auteur souligne le double effet produit sur la suite des événements et leur interprétation. Un mouvement social issu des régions agro-pastorales parvient à mobiliser en chaîne les groupes protestataires de la Tunisie rurale et rurbaine dont l’ampleur dépasse les formes et dimensions de la révolte du bassin minier de 2008 (chapitre 3). Les réseaux sociaux donnent épaisseur et efficacité aux mobilisations en brisant les verrous d’une censure dépassée par la vitesse des progrès technologiques et par la connexion de la blogosphère tunisienne au reste du monde. Sans aller jusqu’à parler d’une « révolution 2.0 », Internet a permis aux acteurs  d’intervenir plus vite et de façon plus efficace sur le terrain, notamment en ralliant la jeunesse des classes moyennes (chapitre 4). L’une des « marques » du scénario tunisien réside dans le positionnement d’une armée agissante face aux contestations du régime de Bourguiba (1978, 1980, 1984) mais réduite au silence. Des opérations douteuses s’apparentant à des liquidations sous Ben Ali (1991, 2002) et les attaques salafistes de Soliman (décembre 2006-janvier 2007) montrent une fragilité du renseignement et de la hiérarchie militaires (chapitre 5). Le déroulé de la chute de Ben Ali expose en arrière-fond l’échiquier des personnes composant le sommet de l’État, aux intérêts contradictoires, et la diplomatie étrangère, occupée, elle aussi, par les questions de succession et d’évolution du régime. Le chapitre 6 montre l’influence du contexte international qui va contribuer à faire de cette crise de régime une séquence révolutionnaire, un « temps constituant ».

La deuxième partie de l‘ouvrage inscrit la suite révolutionnaire tunisienne dans les mécanismes internationaux pour questionner l’ensemble des soulèvements arabes à l’aune du déficit démocratique attribué aux pays où ils se déploient. Le cas tunisien est un exemple de situation interne et régionale prouvant la capacité endogène à transformer l’ordre politique et à ouvrir la voie à des possibilités de changement.

 

Le second volume (Quand la Tunisie ouvrait la voie…), publiée en 2020, poursuit la démarche du premier en construisant et en enrichissant la documentation francophone en ligne sur la Tunisie, avec son lot de révélations parfois éphémères, ses contradictions et son potentiel de lutte immédiate. Les réseaux sociaux se développent en quantité et en qualité dans la Tunisie de 2011. Ils agissent sur les faits, influencent les décisions et participent à façonner une « opinion » active, menant notamment à suspendre l’ancien parti au pouvoir (le Rassemblement constitutionnel démocratique, RCD) ainsi que la Constitution de 1959 pour écrire un nouveau texte.

R. Baduel maintient son effort de recul et de comparaison pour analyser les combats et débats qui ont façonné le processus de l’année 2011. En croisant des notions de science politique (fluidité, répertoire d’actions…) et des faits historiques (la France de 1848 et celle de 1870), il essaie de déceler ce que les événements apportent comme lumière sur le passé tunisien. La bibliographie de ce deuxième volume (pp. 427-438) réagence celle du premier livre (pp. 285-300) en remontant dans le temps historique tunisien, en enrichissant les références comparatives et théoriques générales tout en tenant compte de la production récente des articles scientifiques sur le Maghreb, le monde arabe et les mondes musulmans (dont une bonne partie est numérique). Cet instrument de travail précieux permet de revenir aux différentes interprétations du moment 2011.

L’auteur introduit et commente la notion de « thawra » (« Révolution ») consacrée par la Constitution tunisienne de 2014 et détaille en deux parties les différents maillons qui illustrent ce qu’il désigne par la « singularité » ou la « distinction tunisienne ». Les trois premiers chapitres découpent les neuf mois qui ont suivi les quatre semaines insurrectionnelles en trois temps : « Tenir » (p. 31-67) ; « Maintenir » (p. 69-145) ; « Légitimité versus légalité » (p. 147-239). Comme dans un ralenti d’images cinématographiques, l’observation attentive des acteurs permet de comprendre les hésitations, tentatives et arrangements auxquels mènent l’absence de leadership révolutionnaire et la structure des trois cercles du pouvoir benalien qui se recomposent au cours des premiers gouvernements provisoires transitoires. Les circonstances du passage du « coup de force constitutionnel » à une « révolution de palais » (gouvernement de Béji Caïd Essebsi) se font à travers les instances transactionnelles créées avant le départ de Ben Ali qui assurent ainsi la continuité de l’État. Cette seconde séquence est, pour l’auteur, le premier temps constituant d’une expérience à laquelle se livrent juristes et classe politique tunisienne en gestation et qui sera déterminante pour la suite. Cet apprentissage des rapports de force mêlé à une stratégie de communication établit les règles du jeu électoral menant à choisir les membres de l’Assemblée nationale constituante (ANC) en octobre 2011.

La deuxième partie de l’ouvrage pose la question d’une bifurcation de la révolution tunisienne opérée au cours du dernier trimestre de l’année 2011, à l’issue des élections. Les aspirations multiples des électeurs en puissance vont composer une carte pléthorique des partis et une gestion des quotas de représentations des tendances et associations confinant à la marqueterie. Cette partie (chapitre 4) est riche de statistiques donnant une idée de la distribution régionale et des premières tendances de vote dans le pays. L’Instance supérieure indépendante des élections (ISIE) issue, en avril 2011, des délibérations de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la Révolution de la réforme politique et de la transition démocratique (HIRRORPTD) orchestre la première expérience « libre » des élections en Tunisie. Sur fond de troubles divers, l’éparpillement et l’inégalité du financement public participent, dans la précipitation, à construire les résultats des instances institutionnelles du nouveau régime. Le chapitre 5 s’attarde sur le paysage politique créé par les élections, la distribution des sièges, les tractations qui se font dans le cadre de l’ANC ainsi que sur la nouvelle organisation des pouvoirs qui y est concoctée. Le choix en interne du président de la République (Mohamed Moncef Marzouki est élu le 13 décembre 2011 par l’ANC) et la formation du gouvernement achèvent ce deuxième moment constituant en mettant en selle de nouveaux acteurs, en particulier les islamistes qui entrent en piste pour distribuer rôles et fonctions, pesant ainsi sur le cours des institutions gouvernantes, en y nommant leurs représentants.

Dix ans après cette première étape constitutionnelle, on assiste à l’effritement de cette application du tropisme constitutionnel tunisien mis à l’épreuve de plusieurs réalités, celle des partis en présence comme celle des institutions, de l’administration et des électeurs. L’un des mérites de ces deux ouvrages est de nous donner à relire, avec le recul du temps, les informations qui permettent d’examiner les étapes de la première cartographie politique ayant pu se mettre en place, à la suite des tractations et des négociations vécues au cours de l’année 2011. Bouclant le second volume à la fin de l’année 2019, P. R. Baduel voit dans l’élection de Kaïs Saïed les ferments d’un inachèvement qui prépare le terrain vers une autre trajectoire de la révolution tunisienne. À ses yeux, l’exemple de la Tunisie ouvre aussi la voie à une réflexion sur les multiples chemins que peut prendre la construction démocratique.

Compte rendu paru dans la Revue Française de Science Politique, vol 72, n°1-2, 2022, pp. 179-183.


Citer ce billet
Kmar Bendana (2022, 12 novembre). Revenir à l’année 2011 en Tunisie. HCTC. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pgne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.