inscription ; moissonneur de Mactar. Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, MNC 953 - https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010275883 - https://collections.louvre.fr/CGU

Parmi les vestiges du patrimoine écrit

Ce texte est la traduction française, réalisée par Kmar Bendana, de la Conférence inaugurale prononcée par Raja Ben Slama, directrice de la Bibliothèque nationale de Tunisie, le 22 septembre 2022 dans le cadre du cycle de rencontres autour des Humanités Numériques du Forum INSANIYYAT Tunis 2022. Le texte original est paru sur le journal El Maghreb sous le titre في جمع شتات التّراث التّونسيّ المكتوب.


La notion de « patrimoine écrit » est apparue en France dans les années 1980. Elle était liée à l‘idée que la « patrimonialisation » des documents a un caractère constructif, dans la mesure où un texte ne naît pas comme un document patrimonial mais le devient par un processus plus ou moins conscient et délibéré. Ce processus ne se réduit pas aux seuls aspects historiques et juridiques. Un texte n’est pas considéré comme patrimonial par le seul fait de tomber dans le domaine public ou du fait que l’État active pour son acquisition le droit de préemption. La patrimonialisation est un processus de consécration en lien avec la vision que se fait un groupe sur son présent et son passé, à un moment de son histoire. Si on prend l’exemple des documents dits « éphémères » comme les textes publicitaires et les guides de voyage, ils deviennent « patrimoniaux » lorsque leur fonction première disparaît et qu’émerge la volonté de considérer leur portée symbolique et historique. C’est aussi le cas des cahiers de prières catholiques (dits « livres d’heures ») qui ont connu une grande diffusion avec les premiers développements de l’imprimerie. Tous ces documents ont acquis noblesse et dignité en vertu d’un processus qui a institué leur conservation à travers le temps.

Durant ces dernières années, la notion de patrimoine écrit s’est liée avec la numérisation, ses dispositifs, ses rapports avec la médiation culturelle d’un côté et la recherche scientifique de l’autre. Liée à la toile et à l’idée de l’accès libre aux documents, la numérisation permet à la fois une démocratisation des savoirs et une mise en perspective universelle des documents numérisés. Une chance pour les pays du Sud pour qu’ils rendent visibles leurs richesses culturelles, leur patrimoine écrit et leur production culturelle et scientifiques.  

En Tunisie, nous avons adopté la notion de « patrimoine écrit » pour désigner le projet sur lequel nous travaillons depuis deux ans. C’est une collaboration entre la Bibliothèque nationale, l’Académie tunisienne des Sciences, des Lettres et des arts (Bayt al Hikma), et plusieurs institutions patrimoniales. Nous avons d’abord hésité entre « musée numérique » et « musée virtuel », avant d’opter pour « musée du patrimoine écrit ». En nous lançant à la recherche des constituants du musée, nous ne nous sommes pas posé de questions théoriques ni cherché à définir ce concept. Nous n’étions pas face à des collections complètes qu’on décide de « patrimonialiser ». Si la notion de « patrimoine écrit » est liée, en France et en Europe, à l’idée de la consécration et de la construction de la patrimonialité, en Tunisie, elle est surtout attachée à la collecte de ce qui a été dispersé et à la recherche des vestiges des cultures passées. Il ne s’agit pas pour nous de « constituer » et d’instituer mais de « reconstituer » des œuvres et des collections.

Site du Musée du patrimoine écrit ( متحف التّراث المكتوب) : https://maktoob.tn/

Le projet consistait à sélectionner environ 500 (on passera à environ 800) œuvres scientifiques, intellectuelles, littéraires ou historiques à présenter en notices de 350 mots, avec trois citations, le tout traduit en trois langues. La sélection devait couvrir toutes les périodes historiques, de l’Antiquité à nos jours, avec la participation de plus de deux cents spécialistes. Le projet s’est rapidement concrétisé dans une plate-forme numérique participative. Après avoir demandé à chaque spécialiste de proposer les entrées jugées pertinentes, on a procédé comme pour tisser un tapis ou un burnous commun : chacunE en détient une partie par son propre compte sur la plateforme. ChacunE rédige ses notices et nous réfléchissons en commun à réviser, valider et à traduire afin de construire ensemble la dimension muséale et scénographique de l’encyclopédie, qui sera à la fois une plate-forme sur Internet et un lieu à visiter : la caserne du souk El Attarine, ancien siège de la Bibliothèque nationale.

L’image du tapis ou du burnous à tisser de manière collective, participative et ludique m’est venue à l’esprit pour sa charge positive qui comporte un envers négatif. C’est comme si nous étions devant un tragique iceberg dont la partie immergée est aussi réduite que la partie flottante à la surface. Sous la minuscule partie visible, le reste est perdu ou inconnu. Une grande partie de ce que nous voulons collecter, connaître et présenter est perdue. Pire encore, nous ne savons pas grand-chose de ce que nous voulons collecter et faire connaître. Comment ne pas penser alors à l’amant qui contemple les ruines de l’aimé disparu et pleure le temps disparu ?

L’idée de la perte des textes n’est pas étrangère à la pensée critique arabe et maghrébine. Le poète et critique Ibn Rashiq al-Qayrawani (m. 1064 après JC) l’a exprimée dans le livre Al-Umda : « On rapporte que la bonne prose prononcée par les Arabes dépasse en quantité leur bonne poésie. Il subsiste de la prose moins que le dixième ; il s’est perdu de la poésie moins que le dixième. » Ibn Rashiq voulait faire l’éloge de la poésie et montrer que rime et rythme sont un facteur de permanence et de préservation. Il me semble qu’il était trop optimiste. Sa propre poésie a été perdue, et son merveilleux ouvrage sur les poètes de son temps « Modèle de notre temps : Les poètes de Kairouan » a été perdu (et reconstitué par des érudits tunisiens), tout comme le diwan de son contemporain et rival Ibn Sharaf (m. 1067) dont 600 vers seulement nous sont parvenus. La plupart des ouvrages de Raqiq al Kayrawani (m. 1029) ont été perdus, y compris son histoire, louée par Ibn Khaldoun. Une partie a été retrouvée au Maroc, et deux ouvrages de lui sur le vin et la bière La Passion du vin et Le Livre du vin et du confort ont été égarés. Les ouvrages de cette époque qui ne nous sont pas parvenus sont innombrables, à tel point que nous avons inventé des notices « négatives » pour tenter de les répertorier. De plus, de l’ancienne Africa que l’on a appelée par la suite Ifriqiya, ne restaient que quelques œuvres écrites de la période païenne, dont des passages grecs de l’Encyclopédie de Magon et un récit grec du voyage d’Hanon. Les œuvres de la période chrétienne sont riches, mais non traduites en arabe et connues des seuls historiens.

Un dixième de la poésie et de la prose, peut-être moins, survit. Nous en savons peu sur ce qui reste ou est perdu. La question de ce qui se trouve sous la partie visible de la montagne enneigée est compliquée, comme nous le verrons.

Cette perte n’est pas une impression ou une inquiétude projetée sur la réalité. Elle n’est pas le produit des poncifs poétiques de la plainte amoureuse des arabes. C’est une donnée historique qui découle de plusieurs facteurs :

  • La fragilité du support-livre exposé à des parasites et à une biodégradation qui était souvent inévitable et sans remèdes. Les manuscrits mangés par les termites montrent la nocivité de ces corps invisibles aux effets destructeurs. Nos ancêtres ont créé un ange ou un génie protecteur des manuscrits, en l’appelant Kiktaj ou Kabikaj, de sorte que l’on retrouve la phrase “O Kiktaj, protège ce livre” soulignée dans de nombreux manuscrits anciens. Tragiquement, Kikataj lui-même n’est pas épargné par le terrien vorace, qui n’hésite à dévorer la feuille et son talisman.
Détail, Aḥmad ibn al-Ḥusayn Abū al-Ṭayyib al-Mutanabbī. Dīwān, أحمد بن الحسين أبو الطيّب المتنبّي. ديوان ,1268, Source : Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. Arabe 7232. BnF : https://gallica.bnf.fr. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10031248x/f6.item
  • Les bibliothèques sont la cible des guerres, car en les détruisant ou en s’emparant d’une partie de ce qu’elles contiennent, on détruit l’entité symbolique ennemie et ce qui lui appartient comme on abolit ou on s’approprie son pouvoir cognitif. De nombreux exemples, de la Bibliothèque d’Alexandrie à la Bibliothèque de Grenade et de Tombouctou le prouvent.
  • Les livres étaient conservés dans les grandes mosquées, les maisons privées et les ateliers de copistes. Il n’y avait pas dans le monde musulman, me semble-t-il, l’équivalent des institutions ecclésiastiques ni des monastères pour préserver et entretenir les livres.
  • La situation des écrivains et des savants était fragile : ils étaient souvent contraints de voyager à la recherche de rois ou dignitaires mécènes. Les biographies d’écrivains et d’érudits montrent que nombre d’entre eux ont été victimes de noyade en traversant la Méditerranée. Le bateau d’Al-Tifashi al-Qafsi (décédé en 1253 après JC), par exemple, a coulé en route vers l’Est, ses biens ont disparu, sa famille a péri et il a survécu seul. On peut imaginer que ses écrits sont partis dans la mer, y compris son commentaire du Diwan d’Ibn Hani, dont nous reste seulement le titre Al-Dibaj al-Khusruani fi Sharh Diwan Ibn Hani.

Ajoutons à ces facteurs la position de la Tunisie dans une région de transit et de conflits au cœur de la Méditerranée, entre l’Est et l’Ouest, le Nord et le Sud. Les Romains ont détruit Carthage et l’encyclopédie agricole de Magon est un symbole de la présence du patrimoine écrit au cœur des guerres, des batailles et des troubles. Cette encyclopédie était considérée comme un butin de guerre, Pline l’Ancien ayant déclaré que le Sénat romain avait ordonné sa traduction. Une commission dirigée par Decimus Silanus l’a fait parce qu’il parlait couramment la langue punique. L’invasion des Bani Hilal a conduit à détruire Kairouan et à disperser Ibn Rashiq, Ibn Sharaf, Al-Husri et beaucoup d’écrivains et d’érudits brillants. La guerre des documents se poursuit avec Charles Quint au XVIe siècle. Les chevaux espagnols ont écrasé les livres de la mosquée Zaytuna, détruisant de nombreux manuscrits arabes. Charles Quint emporta avec lui un ensemble de documents luxueux, dont le magnifique Coran pourpre écrit en argent et or, et un autre Coran somptueux portant le n° 438 en 8 volumes. Les deux Corans sont aujourd’hui conservés à la Bibliothèque nationale française. Ces documents sont étrangement attribués à leur pillard victorieux, Charles Quint.

La domination européenne a organisé le pillage du patrimoine écrit en temps de paix, à une période où, il est vrai, les processus de « patrimonialisation » des manuscrits et des objets archéologiques étaient quasi inexistante chez « les indigènes ». La perte est de deux sortes : celle, irrémédiable, des œuvres, et celle des manuscrits. En entamant la recherche bibliographique pour tracer les œuvres auxquelles nous identifions le musée, il est apparu qu’un grand nombre des originaux manuscrits se trouvent dans les capitales des pays européens. Deux exemples seront pris dans les écrits les plus originaux en langue arabe. Il ne reste que deux manuscrits de Qutb al-Surur fi al-Anbidhat wal khumur [Le Pivot de la joie ou Description des boissons et des vins] d’Ar-Raqiq al Qayrawani, à Paris et d’autres à Vienne, Berlin et à l’Escurial. Le manuscrit le plus complet se trouvant à Vienne et la Bibliothèque nationale de Tunisie ne dispose que de deux manuscrits d’une anthologie de cette œuvre. Quant à Nuzhat al-alBab fi Mala youjadou fi al-Kitab [Agréments des Esprits : ce qui ne se trouve dans aucun livre], un des premiers livres de sexologie arabe, il en existe deux manuscrits à la Bibliothèque nationale de France et à la Bibliothèque royale de Copenhague..

A regarder une partie du patrimoine écrit représenté dans les inscriptions, on découvre que beaucoup d’entre elles sont dans les musées européens et occidentaux, malgré leur importance actuelle. Je citerai deux exemples : une inscription mémorielle du mausolée du numide Attiban, bilingue et en deux alphabets (libyco-punique). La première moitié de l’inscription est retirée en 1842 sur ordre du consul britannique ; elle est maintenant conservée au British Museum. Le deuxième exemple est celui d’une inscription célèbre « Le moissonneur de Makthar » datant de 260-270 et portant un poème en latin découvert en 1882 à Makthar. L’intérêt de cette inscription est qu’elle porte une belle leçon de vie qui peut parler aujourd’hui à des jeunes désespérés, on a donc intérêt à la « patrimonialiser ». Dans ce document, le paysan de Makthar parle du labeur quotidien qui l’a fait passer de la pauvreté à la richesse, et d’un simple ouvrier agricole à un grand propriétaire puis sénateur. L’inscription est au Musée du Louvre, dans la section « Antiquités grecques, étrusques et romaines ». Le nom de la Tunisie n’est pas mentionné dans la présentation et on ne voit aucune localisation de Makthar. 

Que faire devant ces ruines, cette absence de documents perdus ou ravis, et cette « production d’oubli » des sources ?

J’ai montré dans des écrits antérieurs que le poncif des pleurs sur les campements désertés par la bien-aimée a été réinterprété à l’ère moderne dans le sens de la position mélancolique d’un sujet qui s’abandonne au chagrin sans être capable d’établir le deuil. L’amant des poèmes anciens pleurait et invitait parfois ses deux compagnons à pleurer avec lui, puis prononçait souvent la phrase “Laisse ça” dans une sorte d’annonce de la fin du deuil. Il quitte les pleurs pour passer sur le chemin et « heurter le sol ». Du pâtir à l’agir. De la perte à la création d’un nouvel objet.

Après ce constat de la perte d’une large part des œuvres produites dans le pays, la réponse réside, à notre avis, dans deux programmes. Le premier consiste à explorer courageusement la partie oubliée et cachée de nos nombreux patrimoines. Le deuxième programme est d’exiger la restitution des biens culturels spoliés. Cette position demande un courage d’un autre genre. Deux courages différents et complémentaires : le courage de s’affronter, et le courage d’exiger justice et équité des puissants.

Il y a un patrimoine écrit perdu ou volé comme il y a un patrimoine écrit refoulé. La perte est due à des facteurs externes et aussi à des facteurs internes.

Concevoir et construire le Musée du Patrimoine écrit a été l’occasion de découvrir une partie cachée de l’iceberg que représentent les textes hors filiation arabo-islamique. La situation coloniale qui nous a fait perdre de nombreux textes et inscriptions ne doit pas occulter l’hégémonie de la composante arabo-islamique qui nous a fait oublier la pluralité religieuse, doctrinale et linguistique de l’histoire tunisienne. Ce projet nous a permis de découvrir les lacunes dans notre formation dominée par l’idéologie du peuple unique, construite autour du mythe anthropomorphique d’une nation qui se relève après un état de décadence et de servitude. On connaît quelques généralités sur les époques préislamiques, qui, à elles seules, ont duré des milliers d’années, alors que la diffusion de l’islam a commencé au VIIIe siècle, soit il y a environ 1300 ans. Nous ne savons presque rien des courants islamiques qui se sont propagés dans le pays, comme le schisme fatimide ou l’ibadisme, car notre éducation met surtout en valeur le rite Malékite. Nous avons découvert avec étonnement l’existence d’une pierre tombale latine à Kairouan, datée par les calendriers chrétien et islamique 1007/397 A.H. Nous avons longtemps vécu sur le mythe de la diffusion définitive et écrasante de l’Islam, et nous découvrons avec le même étonnement l’existence d’une école talmudique à Kairouan, à la même époque. Ces connaissances circulaient entre les seuls spécialistes. Un historien, Hamida Toukabri, a présenté pour le musée un étonnant document que nous considérons comme une métaphore du patrimoine écrit refoulé : un contrat de donation que Louis Poinssot a trouvé, au début des années 1940, parmi de nombreuses pièces servant de reliure pour un Coran. Rédigé à Mahdia en hébreu, le contrat concerne le transfert de propriété d’une servante chrétienne, qui avait été jusqu’alors au service du donateur. Il témoigne surtout de l’effacement et de l’oubli de la pluralité culturelle et confessionnelle du pays.

Cette levée du refoulement est l’une des facettes de ce projet qui rassemble des chercheur.es et des textes autour du Burnous patrimonial à tisser.

Une autre facette consiste à réhabiliter des biens culturels exposés dans les musées et bibliothèques européens ou autres, en reconnaissant d’abord leur source, et en s’engageant dans le programme de restitution de ces biens à leur pays d’origine. La numérisation peut aussi devenir un moyen de circulation inconditionnelle des documents patrimoniaux. Cependant, le droit de récupérer les biens mobiliers du patrimoine doit devenir un droit culturel reconnu et faire l’objet d’un instrument juridique international explicite et efficient. Il est inadmissible qu’une inscription aussi porteuse de sens que le poème du Moissonneur de Makthar soit méconnue par la plupart des Tunisiens, et soit exposée aujourd’hui au Louvre sans explication sur sa provenance. Il est injuste qu’on doive en demander une copie en 2022, et que l’administration du Louvre demande à la Bibliothèque nationale de Tunisie de payer le prix de 1500 soit 1800 euros en échange de la fourniture de la copie sans compter les frais de son transfert.

 Raja Ben Slama, “Parmi les vestiges du patrimoine écrit”, Conférence inaugurale des Rencontres humanités numériques, Insaniyyat Tunis 2022, Cité de la Culture, jeudi 22 septembre 2022.
Traduction en français : Kmar Bendana
Édition : Delphine Cavallo



Citer ce billet
Kmar Bendana (2022, 8 octobre). Parmi les vestiges du patrimoine écrit. HCTC. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pgnd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.