Entrée actuelle de la Khaldounia

La Khaldounia, histoire et historiographie

Selon mon point de vue d’enseignante et de chercheure en histoire contemporaine de la Tunisie, cet ouvrage[1] conjugue deux qualités : il déroule d’une façon méthodique les études existant sur une institution qui a structuré la culture politique sur/de la Tunisie contemporaine. Il permet également de faire le point sur les premières étapes d’une évolution qui a fait passer la Khaldounia d’un foyer intellectuel vivant à une référence politique puis à une question historiographique.

Articulé sur trois parties (Récits /Régence /Réseaux), l’ouvrage inscrit la naissance de l’association -ressentie comme une nécessité par plusieurs intellectuels du « monde musulman » de la fin du XIXème siècle- dans une histoire tunisienne qui lui donne ses colorations, ses formes, ses acteurs comme ses contenus sur plus d’un siècle.

Antoine Hatzenberger est allé à la recherche des sources permettant de mieux connaître les conditions de lancement d’une institution à cheval entre l’académique et le culturel, devenue « naturellement » un lieu politique. Créé et soutenu par la Résidence Générale de Tunisie en 1896, un regroupement d’intellectuels tunisiens conscients du « retard » scientifique et politique de la région arabe, se structure autour d’activités à but culturel, éducatif et scientifique. La Khaldounia est voulue, pensée, animée et dirigée par des animateurs qui espèrent moderniser le système éducatif zaytounien et travaillent à le sortir des cadres usuels, sans porter atteinte à l’aspect religieux des cursus.

Les investigations de l’auteur à la Bibliothèque nationale de Tunisie ont donné lieu à un article publié dans la revue Ibla (n°225, 2020, pp. 5-43)[2] dont les apports se conjuguent avec ses recherches dans le Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (Fonds Bernard Roy, entre autres, accessible depuis 2018), dans le fonds des Archives Nationales de Tunisie et dans les séries du Ministère français des Affaires Etrangères de La Courneuve. Cette production archivistique dénote de l’intérêt des administrateurs pour un lieu observé et considéré car on y voit passer des personnalités tunisiennes dont les activités, les discours, les centres d’intérêt et les cercles de proximité constituent des sujets de curiosité.  Des échos parvenant du Machrek et du Maghreb appuient cette attention mi-savante mi-politique d’un désir de mieux connaître une intelligentsia[3] en quête d’ouverture autant que d’une expression d’elle-même.

La colonisation française croisée avec le développement des études orientalistes de l’époque pose les cadres d’une entrée nouvelle dans le monde de l’enseignement en Tunisie (qui a connu deux vagues de réformes), dans les échanges d’idées qui circulent vers la fin du XIXème siècle situant ainsi les formulations de positions politiques qui émergent au fil du temps, dans la tête de certains acteurs de l’élite locale.

Le suivi par l’administration coloniale alimentera les contenus des réformes éducatives du protectorat : introduction de l’histoire, de la géographie, des disciplines scientifiques, usage du “franco-arabe”, autant de choix qui vont sculpter les grandes lignes de formation des élites au cours du XXème siècle tunisien.

Tout en reconstituant le matériel documentaire, les témoignages et les récits qui expliquent la genèse de cette expérience intellectuelle et politique tunisienne, l’ouvrage éclaire le courant historiographique dont les analyses et les interprétations découlent des visions d’une intelligentsia qui a canalisé ses aspirations dans une pratique d’échanges et de controverses. Il pointe les connexions qui font passer la Régence de Tunis du XIXème siècle affiliée à l’Empire ottoman à un Etat-nation qui va se forger à l’épreuve d’une colonisation française, à la fois occupant, réservoir, vecteur et adversaire.

Lire cette étude aujourd’hui[4] ouvre sur une couche interprétative supplémentaire, avec  d’autres interrogations, notamment sur la teneur et les limites des pistes débouchant sur le programme d’émancipation nationale du XXème siècle, vécu, conçu et composé par une intelligentsia tunisienne en devenir.

Rappelons que la Khaldounia, fermée entre 1958 et 1992 et dont le local est sis 67, Souk El Attarine, dans la médina de Tunis est aujourd’hui gérée par la Bibliothèque nationale de Tunisie.

 

[1] Ce texte est la préface de l’ouvrage d’Antoine Hatzenberger, Aux origines de la Khaldounia. Le réformisme tunisien entre religion, science et politique, Tunis, BnT/ Arabesques, 2022.

[2] Abdelbasset Bentaher & Antoine Hatzenberger, « Inventaire complémentaire des archives du ‘Fonds Khaldounia’ », IBLA, n°225, 2020, pp. 5-43.

[3] Le terme intelligentsia apparaît à la même époque

[4] On peut citer la thèse de Mongi Sayadi, publiée sous le titre de Al-Jami’iyya al khaldounia (1896-1958). La première association moderne en Tunisie, Préface Jacques Berque, Tunis, MTE, 1974, 269 p. Mongi Sayadi est également l’auteur de la notice « Al-Khaldûniyya », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., Leyde/Paris, Brill/Maisonneuve et Larose, 1960-2005.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.