Jean Fontaine

Jean Fontaine et la revue Ibla

Jean Fontaine (1936-2021) prend la direction de la revue Ibla quarante ans après sa création. La revue Ibla est une « idée » née en 1937 dans la tête d’André Demeerseman https://bazhum.muzhp.pl/media/files/Nurt_SVD/Nurt_SVD-r2016-t50-n1_(139)/Nurt_SVD-r2016-t50-n1_(139)-s332-337/Nurt_SVD-r2016-t50-n1_(139)-s332-337.pdf (1901-1993) [1]. L’idée dure jusqu’à nos jours, Ibla publiant en ce mois de juin 2021 son 227ème numéro consacré à la crise Covid-19.

La plus ancienne revue tunisienne vivante https://journals.openedition.org/remmm/6353 a été lancée grâce à la veine savante des Pères blancs https://www.cairn.info/revue-histoire-monde-et-cultures-religieuses1-2008-4-page-3.html#no5 (dits Missionnaires d’Afrique)http://www.peresblancs.org/ qui ont agrégé en cours de route des intellectuels tunisiens ouverts aux échanges et à la connaissance partagée de la société tunisienne. Les entrées et thèmes ont été nombreux : les langues de la vie quotidienne et culturelle  (arabe classique, darija, français et arabe médian), les contes, légendes et proverbes, le vocabulaire politique, les journaux et les revues, la littérature (poésie et prose), l’éducation, la famille, la jeunesse…

 Arrivé à Tunis en 1956, Jean Fontaine entre dans la revue Ibla, comme ses semblables, en tant qu’auteur d’articles, à travers un travail assidu autour de la bibliothèque et en référençant les ouvrages et périodiques se rapportant essentiellement à la Tunisie et au monde arabe et musulman. Les échanges de publications ont en effet afflué, de plus en plus nombreux et en plusieurs langues, grâce au travail de consignation et à l’effort d’analyse que la revue a tissés au fil des années avec les centres de recherche, les bibliothèques et les revues culturelles et scientifiques au Maghreb, au Machrek, en Europe et ailleurs.

En 1977, Jean Fontaine succède à Jean-Gabriel Magnin (1910-1977) à la tête de la revue. Titulaire d’un doctorat sur Tawfik al Hakim, il publie son premier ouvrage pour rendre compte de la littérature tunisienne parue entre 1956 et 1976[2]. Son principal terrain de travail consiste désormais à arpenter la production des écrivaines et des écrivains de Tunisie tout en s’intéressant à d’autres plumes (de Libye, d’Egypte, de Syrie et d’ailleurs). Cet examen patient et obstiné construit une vision analytique et globale d’une production peu considérée, en Tunisie comme dans le monde arabe, dans le temps long comme dans sa dimension comparée. L’attention persévérante de Jean Fontaine à la créativité littéraire tunisienne a généré un capital de connaissance digne aujourd’hui d’être poursuivi et exploité dans une perspective qui rattache la dynamique locale aux mouvements littéraires environnants.

Le deuxième apport de Jean Fontaine à la revue Ibla réside dans le lot de recensions et comptes-rendus publiés dans chaque livraison. Dans cette activité critique de la revue centrée sur la Tunisie à partir de 1968, il commence par suivre le mouvement des revues (1968-1972). Le point de vue bibliographique tunisien est systématisé à partir de 1969 et le résultat accumulé constitue une ressource documentaire précieuse pour les recherches en littérature et en sciences humaines et sociales.

Jean Fontaine a rédigé dans le cadre de ces rubriques documentaires plus de 4.000 fiches de description critique qu’il a léguées à la Bibliothèque nationale de Tunis. Ce geste indique la volonté de son auteur d’ancrer les traces de son travail dans une institution locale, publique et durable. Ce legs vient renforcer une posture prise par Jean Fontaine tout le long de son pilotage de la revue : on observe en effet une « tunisification » progressive du comité de lecture de la revue. De 1977 à 2007, il a pressenti, proposé, contacté les membres du comité qui se sont adjoints au noyau éditorial où la proportion des Pères blancs a baissé au fil des années. Malgré les réticences du Ministère de l’Intérieur à le remplacer comme directeur de rédaction d’Ibla, Jean Fontaine a accompagné, soutenu et aidé les responsables impliqués dans la direction de la revue[3]. A partir de 2000, Il s’éloigne physiquement de la fabrique des numéros à paraître, sans cesser d’écrire des notes de lecture et en restant mêlé aux finitions des tapuscrits avant l’imprimerie. 

Jean Fontaine rédige sa dernière recension pour Ibla en février 2021 sur un essai littéraire : Les insulés d’Antoine Hatzenberger (Riveneuve, 2020, 155 p). Dans ce court texte, il déclare vouloir rester « rationnel » pour une revue « sérieuse » et glisse un détail biographique : il était à l’île de Groix en Bretagne, en 1954, au moment où Bourguiba y était.

En introduisant les numéros commémorant les anniversaires de la revue qu’il a conçus et dirigés (Cinquante ans d’IBLA, La Tunisie scrute son histoire, n° 159, 1987 ; Le soixantième anniversaire, n° 179, 1997)[4] Jean Fontaine réaffirme la contribution d’IBLA à la conservation du patrimoine culturel tunisien. La revue lui doit beaucoup dans sa facture, sa qualité d’instrument de référence, sa réputation de sérieux comme dans sa longévité.     

Cette version reprend le texte lu au cours de la messe faite en hommage à Jean Fontaine (2 décembre 1936- 1er mai 2021) à la Cathédrale de Tunis (30 juin 2021).

Paru dans le numéro spécial de la revue IBLA n° 228, 2021/2, pp. 237-240. Une version en langue arabe du texte est dans le même numéro, pp. 39-42.

Photo prise par Ons Kammoun en avril 2021. 

[1] La phrase « IBLA est une idée en marche » est une citation d’André Demeerseman.

[2] Vingt ans de littérature tunisienne 1956-1976, Tunis, Maison Tunisienne d’Edition, 1977, 160 p.

[3] Citons, entre autres, Sadok Boubaker, Sami Bergaoui, Imed Melliti, Faouzi Bédoui, Myriam Achour…

[4] Il complète le travail d’André Louis (1973) par les Tables analytiques de la revue IBLA de 1937 à 1996, IBLA, 1997, 256 p.

Repères chronologiques  : Jean Fontaine & IBLA (Institut et revue)

1868 : Le Cardinal Lavigerie, évêque d’Alger fonde la Société des Missionnaires d’Afrique ou Pères blancs (car habillés d’une gandoura, d’un burnous et chéchia blancs)

1875 : Lavigerie obtient la garde de la chapelle Saint-Louis de Carthage. La première communauté de pères blancs s’y installe.

1922 : André Demeerseman (1901-1993) s’installe en Tunisie. Il a 21 ans. Après des études de philosophie en France, il décide de devenir père blanc en 1920, effectue son noviciat à Alger.

1926 : Une maison d’étude et de recherche est fondée par les Pères Blancs à Tunis. Elle est installée en 1928 rue des Glacières. On y dispense des cours d’arabe, d’islamologie et de linguistique pour la formation des pères blancs.

1928 : André Demeerseman est ordonné prêtre à Tunis, « pour l’étude de l’arabe et les réalités de l’islam ». Il commence par constituer une série Cahiers et documents Tunisiens, à partir d’enquêtes et études de terrain (dialecte, us et coutumes, contes et proverbes…). 

1930 : En mai, le Congrès Eucharistique de Carthage rassemble des milliers de catholiques. A. D. dénonce une manifestation qui glorifie l’Eglise catholique et la colonisation et provoque l’opinion musulmane.

1932 : La maison d’étude déménage rue Jama’ el Houa, Place du Leader (ex Place aux Moutons), dans le voisinage de la maison-musée de Habib Bourguiba (qui y a vécu).

1934 : A. D crée le Cercle des amitiés tunisiennes, regroupant des intellectuels tunisiens (Abdejellil Ben Ali, Béchir Fourti, Larbi Kabadi, Mohamed Nakhli…)autour decauseries et rencontres sur des thèmes divers.

1936 : Naissance de Jean Fontaine le 2 décembre, à Saint-André-Lez-Lille, dansle Nord de la France, au sein d’une famille nombreuse. 

1937 : A.Demeerseman fonde la revue IBLA. Elle atteindra vers les années 1950/1960 le tirage de 2000 exemplaires. A.D produira 125 articles, 14 éditoriaux et 95 recensions.

1952 : Les manifestations nationalistes de janvier au Cap Bon (Tazerka) sont brutalement réprimées. A. Demeerseman prend position contre la violence des « ratissage ». Il rédige à l’occasion un éditorial de la revue IBLA (n°56) en deux langues arabe/français

1953 : Jean Fontaine obtient un baccalauréat, section mathématiques

1955 : Jean Fontaine commence son noviciat de père blanc à Alger.

1956 : Jean Fontaine suit des cours de théologie à Thibar (Tunisie)

1958 : Jean Fontaine exerce comme instituteur à Alger

1959- 1964 : Jean Fontaine fait des études de théologie et d’arabe en Tunisie.

1962 : Jean Fontaine est ordonné prêtre à Comines (France)

1964 : Signature du Modus Vivendi entre Le Vatican et la Tunisie. La cathédrale Saint Louis de Carthage est remise à l’Etat tunisien. La statue du Cardinal Lavigerie est déplacée. Le séminaire de Thibar est transformé en collège agricole. 

1965 : Fondation de l’Institut pontifical d’études arabes et d’islamologie (PISAÏ) à Rome.

1968 : Jean Fontaine obtient une licence d’arabe à l’Université de Tunis et devient conservateur de la bibliothèque de l’IBLA

1977 : Il soutient son doctorat d’Etat (thèse sur Tewfik Al Hakim) à Aix-en-Provence.

1977 : Jean Fontaine prend la direction de la revue IBLA jusqu’à 1999. En plus des articles, il rédigera plus de 4000 recensions, compte rendus et de notes de lectures dont il déclare ‘en 2021) faire don à la Bibliothèque Nationale de Tunisie.

2010 : 5 janvier, un incendie ravage la bibliothèque et endommage une partie de ses collections : environ 35.000 ouvrages et plus de 600 périodiques. Jean Fontaine coordonne les opérations d’aide, de sauvetage et de réparation des locaux et des collections.

2014 : La bibliothèque rouvre ses portes aux lecteurs en mai 2014, après un long chantier de reconstruction du bâtiment et de restauration de ses fonds. 

2021 : Jean Fontaine décède le 1er mai. Il est enterré à Carthage le 5 mai. La revue IBLA, semestrielle et dont le comité de rédaction se composé de 10 universitaires tunisiens (5 femmes et 5 hommes) publie son numéro 227 en juin et consacre la livraison 228 (décembre 2021) à la mémoire de Jean Fontaine. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.