De la guerre des mémoires. Entretien Hassan Arfaoui & Kmar Bendana

Cet entretien conduit par Hassan Arfaoui est paru dans le magazine Réalités n° 1411,  janvier 2013.

Le rapport à l’Histoire en Tunisie n’est pas un rapport apaisé car on a l’impression que l’on cherche à l’embrigader dans la propagande politique. En tant qu’historienne, comment appréciez-vous les querelles en cours qui portent sur des personnages, tel que Salah Ben Youssef, et des périodes historiques ? Sommes-nous en plein révisionnisme historique ?

Il est très clair que nous vivons une période de tension. Deux ans après janvier 2011, alors que jusqu’à présent la tension portait beaucoup plus sur les problèmes d’organisation de l’État ou du droit, nous en venons maintenant à une querelle sur le passé.

Que se passe-t-il aujourd’hui ? Pourquoi fait-on appel au passé ? Pour moi, cet appel au passé est une posture politique dangereuse. Car il s’agit d’un discours qui fait appel au passé d’une façon guerrière. Comment ? Eh bien, en posant les mauvaises questions du passé, en invoquant ses anciennes querelles.

Pour dire les choses plus simplement, je trouve qu’on invoque aujourd’hui l’Histoire pour faire de la politique de façon belliqueuse ; cela constitue une pente dangereuse vers laquelle nous ne devons pas glisser, car elle peut conduire à généraliser la violence. La mémoire est quelque chose de très affectif qui peut être porteur de beaucoup de choses négatives pour une société comme le désir de vengeance, le ressentiment, etc. Je trouve que non seulement ce n’est pas du tout sain mais qu’en plus, on n’est pas de bonne foi quand on évoque des choses qui font mal à la mémoire des gens.

Avant de vous laisser poursuivre, Quelle différence faites-vous entre passé, mémoire et histoire ?

Je trouve que l’Histoire, la mémoire et le passé relèvent de trois niveaux différents dont la liaison est à la fois complexe et variable. Nous sommes en train de vivre un usage politique, politicien même, du passé et de la mémoire. Dans quel but ? Eh bien parce que l’Histoire n’étant pas complètement écrite, pas complètement connue, parce qu’il y a des «trous» dans notre histoire, on utilise ces lacunes dans la connaissance de notre histoire pour essayer de faire un usage politique, voire revanchard, du passé et de la mémoire. Et c’est peut-être là que les historiens ont un rôle à jouer, parce que leur rôle se situe dans la durée, dans la réflexion et dans l’incitation à relire l’Histoire. Je ne dis pas «réécrire», je dis plutôt « relire » l’Histoire. Avec ce qui se passe actuellement de malsain envers la mémoire et le passé de la Tunisie, il faut que les historiens relisent l’Histoire du pays d’une manière beaucoup plus approfondie, beaucoup plus rationnelle et donc beaucoup plus pacificatrice pour la société.

Le parti Ennahdha, qui n’existait pas en tant que tel pendant la période de la colonisation ni au lendemain immédiat de l’indépendance, essaie apparemment, à travers la querelle à propos de Salah Ben Youssef, de se donner une place dans l’Histoire du mouvement national. S’agit-il d’une attitude normale ou a-t- on affaire à un révisionnisme dangereux qui vise la réécriture l’Histoire comme l’ont prôné toutes les dictatures ?

Je pense qu’il y a en effet une intention de vouloir utiliser cette histoire récente, contemporaine de la Tunisie. Le parti Ennahdha est un parti qui a trente ans. Il est né à la fin du règne de Bourguiba, sous la forme d’un petit mouvement étudiant tout d’abord, puis il s’est développé peu à peu sous la forme d’un parti politique. Si l’on cherche à lui trouver des origines avant cette existence, c’est purement par idéologie. Donc ceux qui l’ont créé et fait évoluer sont des hommes des années 1970. En tant qu’historien, on peut effectivement étudier l’organisation de ce parti, son évolution idéologique, les hommes qui en ont fait partie. Mais les acteurs, eux, ne peuvent pas faire d’histoire puisqu’ils sont enracinés dans l’Histoire ; c’est l’historien qui peut, lui, les regarder. Mais eux, en tant qu’acteurs positionnés dans le feu de l’action, quand ils veulent invoquer une antériorité ou des références, ils font un travail d’idéologues, ce qui n’a rien à voir avec l’Histoire. C’est totalitaire de vouloir réécrire l’Histoire, c’est inhérent au totalitarisme de croire qu’on peut la réécrire. En revanche, c’est une attitude saine de l’esprit de vouloir relire l’Histoire. Pourquoi ? Parce que tous les dix ou quinze ou vingt ans, on se renouvelle grâce à la découverte de nouveaux éléments qui modifient la lecture de l’Histoire. Aujourd’hui, je pense que l’on peut faire l’Histoire du parti Ennahdha, car il est maintenant suffisamment vieux, et je pense que des historiens se pencheront sur la question. Mais que les acteurs eux-mêmes écrivent l’Histoire est une confusion des rôles inadmissible et s’ils se lancent dans ce révisionnisme, comme vous dites, je pense que c’est grave.

Un autre élément caractéristique du rapport de ce parti à l’Histoire, c’est de taire, donc fabriquer de l’oubli, par exemple sur la responsabilité de ce mouvement dans la tentative de coup d’État ou les actions terroristes des années 1980 ou à Bab Souika en 1991. S’agit-il d’une sorte d’appropriation de l’Histoire ?

Tout parti politique en ascension essaie de s’approprier l’Histoire et fabrique du refoulement. On refoule ce dont on a honte, ce qui est inavouable. Ces actions terroristes de leurs débuts, aujourd’hui, sont inavouables. Ce sont des actes honteux sur le plan moral comme sur le pan politique. Ils sont donc sur la ligne ordinaire des partis politiques en ascension. Et puisqu’ils arrivent maintenant au pouvoir, ils veulent gommer ce qui fait honte à leur propre histoire. Là encore, je considère que c’est une tentation à laquelle nous ne devons pas céder en tant qu’historiens.

Regardez ce qu’a fait Bourguiba. Il a essayé de taire l’apport d’Abdelaziz Thâalbi avant lui, qui était quand même le père du nationalisme tunisien. Et finalement, maintenant, on commence à admettre l’importance de Thâalbi en tant que père fondateur du nationalisme tunisien. Bourguiba a également essayé de taire les actions de Ben Youssef ; mais l’Histoire revient toujours à la surface et l’Histoire de Salah Ben Youssef sera, de toutes les façons, faite elle aussi.

Bourguiba a aussi essayé de taire l’apport des communistes en Tunisie, ou encore l’apport des syndicalistes, en essayant de les récupérer. Tout cela, Bourguiba a essayé de le faire lui-même dans son ascension politique. Toutes ces choses-là, avec le temps, sont en train d’émerger, petit à petit, comme des forces qui ont contribué à l’indépendance de la Tunisie.

Ce que fait Ennahdha aujourd’hui, dans un esprit d’ascension et de conquête politique, c’est essayer de faire croire qu’ils sont un mouvement « pur », mais l’Histoire n’est pas dupe… L’Histoire, en tant que réflexion sur le passé et relation fidèle des faits, retiendra aussi les actes qui ont été commis aux débuts de l’ascension de ce mouvement.

Abordons maintenant la culture historique tunisienne. L’élite qui avait pour mission de construire l’État-nation aux lendemains de l’indépendance avait-elle un rapport clair, conscient à l’Histoire ?

Cette question est intéressante, car elle permet de comprendre le rôle de l’Histoire dans la société. Il me semble que la culture historique de la génération de l’indépendance était très nourrie de l’Histoire mondiale ou, en tout cas, de l’Histoire européenne. Mais elle avait une manière particulière de comprendre le monde arabe et musulman. Cette double appartenance de la première génération de l’indépendance, ce bilinguisme si vous voulez, cette biculturalité a nourri la culture historique ou historienne de cette élite et Bourguiba en est l’un des symboles les plus forts. Mais il n’y avait pas que lui : Bourguiba n’était pas exceptionnel, il était de sa génération et je pense que cette culture historique a été enracinée dans une connaissance à la fois de l’Europe, du monde occidental, mais également du monde oriental. Il est important pour la culture historique d’être « ouverte ».

En tant qu’enseignante et chercheuse, je plaide pour que la mémoire historique ne soit pas seulement nationale, ne soit pas refermée sur elle-même, mais soit ouverte sur le monde.

Il me semble que la culture politique se nourrit de la conscience historique.

Aujourd’hui, je crois qu’il y a une crise de la conscience historique, une crise de la culture politique même, parce qu’avec la mondialisation, il existe une tentation de se refermer sur soi-même et sur une sorte d’histoire immémoriale de la Tunisie. Et je pense que ce serait une erreur de croire qu’il n’existe que la Tunisie ou bien que la Tunisie est « fermée ». Aujourd’hui, il faudrait au contraire que les Tunisiens sachent que la Tunisie est un vieux pays, mais dans un monde vieux lui aussi. La richesse de notre pays vient de ce mélange à l’Histoire du monde.

La notion de patrie est étrangère à la « culture » des partis islamistes, puisque leur horizon est l’ensemble de la umma islamique…

Oui, mais cela, ce n’est pas de l’Histoire, c’est de l’idéologie. Vouloir se rattacher au monde islamique, c’est de l’idéologie pure ; personne n’a parlé de rupture avec le monde islamique ! Ce qu’il y a d’intéressant, c’est comment la Tunisie, arabe et islamique, a évolué avec le temps, parce que le monde arabe et islamique a évolué lui aussi. À tel point qu’il n’y a pas de monde arabe et musulman, c’est un fantasme, une utopie, un mythe… Pourquoi voulez-vous qu’un Malaisien ressemble à un Soudanais ? Et est-ce qu’un Pakistanais ressemble à un Marocain ? Ils se rejoignent, mais ils ne se ressemblent pas. Et c’est cela le travail d’un historien, de voir comment un Pakistanais est devenu Pakistanais ?

C’est une confusion qui est très dangereuse que de croire que le temps ne change pas les choses. Le monde islamique a changé depuis sa naissance, il s’est mélangé à beaucoup d’autres mondes. Tout d’abord au monde persan, puis au monde indien, puis au monde africain… puis maintenant, avec la mondialisation. L’Islam est mondialisé aujourd’hui, il n’est pas territorialement fixe et n’est pas historiquement figé non plus.

À propos de fantasme, les mouvements islamistes veulent faire revenir les sociétés dites musulmanes à l’âge « pur » du salaf du VIIème siècle…

C’est un carburant pour avoir des combattants tout d’abord et puis c’est un carburant pour obtenir des voix quand on souhaite passer par la voie des urnes. Mais encore une fois, c’est de la démagogie, cela n’a rien à voir avec le travail politique. Le travail politique, ce n’est pas de convaincre les gens qu’on va rejoindre le passé ; le vrai travail politique, c’est de convaincre les gens qu’avec ce passé, on peut construire l’avenir. Cette espèce de discours obscurantiste, qui consiste à croire que le passé nous unit, est suicidaire ; ce n’est pas du tout un discours de construction de l’avenir. Les politiques, à mon avis, doivent construire l’avenir avec des idées d’avenir et non avec des idées sur le passé, un passé fantasmé qui plus est. C’est même antipolitique de faire cela. D’après moi, cela s’apparente plutôt à du délire et à un délire qui n’a absolument rien à voir avec la connaissance du passé. D’où l’importance du travail des historiens qui permettra de nous aider à mieux connaître notre histoire ; et plus nous connaîtrons notre histoire, moins nous aurons de gens tentés de l’utiliser comme un fantasme ou comme un mythe.                                                                                                                

Indépendamment des historiens et des politiques, si l’on va dans la société, dans la culture historique diffuse au sein du corps social, on a l’impression qu’on n’a pas de mémoire historique commune. Il y a des gens qui veulent se rattacher à Carthage, d’autres au VIIème siècle de l’Islam, etc. Il existe une sorte de mémoire historique sous forme de «gruyère», avec des visions antagoniques qui peuvent aboutir, disons, à une espèce de guerre des mémoires. Qu’en pensez-vous ?

Je pense que le plus important est d’avoir une conception d’un avenir commun, ce qui n’empêche pas chacun de venir d’où il vient. Les antagonismes se construisent et je crois qu’il y a un réel danger à construire des antagonismes. Il faut savoir que la Tunisie a été construite sur plusieurs strates qui se sont ajoutées et enrichies les unes les autres ; il n’y a pas de raison pour qu’elles deviennent antagoniques.

Je trouve que les politiciens, qui utilisent le passé pour diviser les gens, utilisent un carburant qui est dangereux pour la société, mais aussi pour eux-mêmes. Car on est toujours inclus dans les combats et tout le monde aurait à y perdre. Je pense donc que c’est très dangereux de le faire, mais je pense aussi que si on le fait, c’est qu’on n’a pas autre chose à faire. C’est un signe à la fois de ressentiment, presque de haine, et puis d’impuissance à construire l’avenir. Quand on n’est pas impuissant, on ne ressasse pas les antagonismes, ni les difficultés et on n’éveille pas les « démons ». Le ressentiment est un moteur de l’Histoire, mais c’est un moteur de l’Histoire qu’il faut essayer d’apaiser.

Le marché identitaire est florissant en politique actuellement, puisque tous les partis s’obligent à parler de fidélité à l’identité arabo-musulmane… Mais il y a comme une espèce de honte à parler de l’identité tunisienne, y compris chez les partis qui se disent modernistes ou laïcs. Quel est le regard que porte l’historienne sur cette question de l’identité ?

Je trouve que l’expression de « marché identitaire » est bonne, c’est réellement un marché. Il y a des marchandages… je dirais même qu’on peut parler de surenchère en ce domaine. Je n’aime pas le mot « identité » parce qu’il est porteur de guerres, c’est un mot guerrier. Pour moi, c’est davantage un objet d’étude et je préfère dire comment chacun considère son identité. Je trouve que nous avons perdu du temps à parler de cela, nous n’aurions même pas dû en parler pendant tous ces mois écoulés, mais je pense que c’était volontaire. Il ne faut pas parler de son identité, on la vit !

Quel est le rôle de l’Histoire, en tant que science du passé, dans la fabrication du présent et de l’avenir d’une société et, en l’occurrence, de la société tunisienne ?

L’Histoire a plusieurs rôles. Elle a une portée civique. Les manuels historiques doivent être ouverts pour former des générations futures qui seront elles-mêmes ouvertes. Elle a aussi une portée politique, nous en avons parlé et une portée idéologique aussi. Mais je crois surtout que l’Histoire est une science, une science humaine et qu’elle doit donc être humaniste. C’est-à-dire qu’elle doit être ouverte sur le savoir, sur l’autre, sur le différent et c’est ce point de vue là que j’entends défendre. On ne peut pas empêcher ou nier les autres usages, mais je trouve que le plus dangereux est son usage idéologique au service d’une force au pouvoir. Je crois qu’il faut se méfier de l’Histoire que veut écrire un homme ou une organisation au pouvoir, car cela devient alors de l’Histoire officielle et, de ce point de vue-là, en tant qu’historienne, je m’en méfierai toujours, quelle que soit l’origine de ceux qui veulent fabriquer cette histoire officielle.

Entretien Hassan Arfaoui & Kmar Bendana

Paru dans REALITES n° 1411, 10-16 janvier 2013, pp. 13-15

https://www.facebook.com/photo?fbid=323881511061212&set=pcb.323881674394529

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.