En lévitation

Depuis des années en Tunisie, on sent les difficultés s’accumuler sans solutions, on les voit éclater les unes après les autres, remontant à la surface avec des scandales, des pertes, des morts. Nous n’arrêtons pas de déballer nos problèmes, de dégueuler nos dysfonctionnements, de rejeter nos microbes. L’image qui exprime le mieux notre état : ça pète de partout. L’avalanche ne s’arrête pas, même s’il y a des niches où des choses se réalisent, se créent. J’ai beau me dire que nous devons en passer par ces émergences nauséabondes, il y a des moments où l’ampleur des problèmes envahit tout l’espace mental, coupe la vision, fait perdre de vue ce qui se fait silencieusement, en infra souvent et sans moyens autres que la volonté, l’honnêteté ou l’envie de faire bien… Il y a tellement à faire pour changer globalement le “système”, partout et à tous les niveaux, le plus compliqué étant d’arriver jusqu’aux comportements individuels. 

Un système extraverti

L’écrou qui a sauté en 2011 a exacerbé les déséquilibres internes (entre régions, classes, sexes, institutions…) tout en favorisant le tiraillement du pays entre plusieurs pôles d’intérêts internationaux. L’Arabie Saoudite et les pays du Golfe déploient argent clandestin et investissements mal pensés. L’Europe importe à bon compte une main d’œuvre ultra qualifiée pour combler ses manques et fournit des aides rapportant à ses entreprises et faisant travailler ses experts. Les Etats-Unis actionnent des fils comme pour un jeu vidéo (on est si loin et la position géo -stratégique de la Tunisie lui confère un rôle de pion de régulation). La Turquie se conduit comme un pays colonisateur. La Russie et la Chine sont en action à travers projets, entreprises et médiateurs.

Le pays se trouve entre les mains de responsables, bouffés par des habitudes anciennes, soumis à des réseaux prédateurs, souvent enclins à des calculs mesquins et sans effets favorables sur la vie des gens. Quelque soit le clan choisi (en soi cette donne politique complique tout), les décideurs sont convaincus d’une nécessité qu’ils croient vitale : s’insérer dans les marchés internationaux, contracter des accords (pour créer des emplois), sans bon sens ni souci de l’essentiel, du primordial et surtout du territoire… Les élites tunisiennes sont prisonnières de ces recettes et imprégnées de ces prismes de la réussite, alors que tout est tracé pour des bénéficiaires ailleurs. Elles constituent les relais consentants, ou pas, formatés ou contraints devant servir à appliquer les macro-orientations économiques. En tant qu’universitaire, je note depuis plus de vingt ans que les universités servent ces tendances et que les choix répondent à des besoins de « compétences » ressentis partout ailleurs qu’en Tunisie.

Croisements

La tendance est sensible dans l’enseignement supérieur depuis les années 2000 : le secteur ne cesse de dégringoler. La santé publique fait partie de la même conception « managériale » et obéit à une orientation alignée sur les “marchés” de l’emploi en Europe, créant et encourageant les filières pouvant satisfaire le manque de recrues qualifiées. Les défaillances du domaine se sont révélées au grand jour avec la crise sanitaire du Covid-19 qui a coûté plus de vingt mille morts. Le secteur médical est aussi malade que les autres et les professionnels sont bien obligés de manager leurs vies et carrières en fonction des possibilités offertes. Le manque de moyens et de recrutements décourage les bonnes volontés et on voit cette profession de “notables” se dégrader d’une façon insupportable aux yeux de ceux qui la choisissent. Désillusions et déboires renforcent les départs à l’étranger. La médecine privée et publique fonctionnent de manière antinomique, entre des considérations mercantiles et réglées sur les profits corporatistes (les médecins de libre pratique résistent aux impôts), sans coordination, ni logique d’intégrer l’intérêt de la population tunisienne. La crise du Covid-19 a dramatiquement mis en évidence déficits et décalage avec le réel. L’héroïsme des volontaires n’a pas suffi, il a fallu la solidarité mise en place entre juin et juillet pour stopper la pente de la mortalité.

Le clash du 25 juillet 2021 remet sur le tapis les choix politiques des dernières années : le régime parlementaire (dit “régime d’assemblée”) est honni car ses représentants ont donné une image détestable de la délibération, pourtant nécessaire pour sortir du règne du Parti-Etat et du régime du parti unique. Il a fallu dix ans et l’élection-sanction de Kaïs Saïed en octobre 2019 pour que l’expérience soit tranchée arbitrairement, à force de voir la dictature parlementaire prendre des formes violentes, au sein de la coupole du Bardo. Entre déni des règles délibératives et manœuvres irrégulières, l’assemblée des représentants du peuple (ARP) est devenue une scène humiliante et les députés des personnages peu respectés. L’impasse était perçue par la population et le ras-le-bol exacerbé par les problèmes économiques et sociaux s’est cristallisé sur cette assemblée caricaturale. On comprend dès lors les formes de soulagement manifestées le 25 juillet au soir à l’annonce du gel de l’ARP pour un mois et les marques de soutien à Kaïs Saïed qui font tâche d’huile depuis. 

Dans ces semaines de flottement, nous nous retrouvons dans un croisement épineux. La situation est délicate et coûteuse car on a soigneusement “évité” des réformes (notamment dans l’éducation, dans la fiscalité, dans l’agriculture, dans le transport….) saboté des processus (la digitalisation de l’administration est empêchée pour éviter le contrôle des circuits et des procédures) et bouleversé des formes d’équilibre (déjà très précaires) pendant ces dix années post-2011. 

Dans ce mois de quasi-lévitation, une inquiétude m’habite. Je souhaite d’abord que l’on évite effusion de sang et attentats. Si nous échappons à ce risque, nous aurons fait un pas vers une vie politique plus saine. Il faudrait que le Président de la République arrive à contenir -malgré sa popularité- la tentation de se présenter, puis de se conduire comme un sauveur. L’armée est sûrement derrière lui et ce positionnement est en soi un équilibre périlleux. Beaucoup parlent d’une « chute » des islamistes : ils ont effectivement perverti des procédures, kidnappé des moyens, profité d’une “image” internationale bisounours sur l’islam politique. Le parti Ennahdha a certes largement contribué à mettre le pays dans l’impasse, mais il n’est pas seul, ne serait-ce que parce qu’il n’est pas majoritaire : avec près de 500.000 voix, il représente moins de 10% des votants de 2019 (52 sièges sur 217 au Parlement). Les nahdhaouis ont réussi à remplacer les adeptes du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (parti de Ben Ali), en captant ses rouages et en se structurant plus rapidement (10 ans au lieu des 23 du système de ZABA) dans une prédation économique sans nuances. Ennahdha et ses alliés ont épousé et suivi l’opportunisme mafieux qui a ainsi trouvé l’occasion de développer des racines en déployant ses tentacules à l’intérieur comme à l’extérieur. Ces milieux opaques sont à craindre car ils ont les moyens de nuire, de façon ouverte ou masquée. Les Tunisiennes et Tunisiens ont appris à les repérer au cours de ces dix ans. L’armée semble (en partie) mobilisée contre les représailles possibles. Mais serait-ce suffisant ?

Etat provisoire ?  

Du côté de Kaïs Saïed, on nage dans le flou. Ses adeptes sont nombreux (les sondages du mois parlent de 87%), applaudissent à ses déclarations et apparitions. Il s’exprime à travers une communication fruste qui invoque l’Etat de droit, dénonce l’usurpation du peuple et défend les démunis : le pays a besoin d’entendre ce discours après les exactions subies. Mais on a aussi besoin de cadres d’action pour guérir les maux, changer les lois, appliquer les règles. L’homme ne s’appuie sur aucun parti et multiplie les attaques oratoires contre le règne de ces derniers. Il ne parvient pas à garder des collaborateurs (7 conseillers ont démissionné en un an et demi) et peuple cette parenthèse de visites impromptues pour encourager les forces de l’ordre, dénoncer la spéculation à travers les dépôts frigorifiques ou honorer les femmes potières de Hay H’lel, le 13 août. Le défilé des émissaires à la Présidence et les visites de terrain lui permettent de répondre à ses détracteurs, en les assurant du respect de la loi. Malgré cette posture rigide, on doit reconnaître que sa position est difficile : il se retrouve entre la pression de la “rue” (proclamée “peuple”), des attentes démesurées de la part de la population et des forces internationales déroutées par ce président atypique.

Or, le temps est court et très compté. Comment faire pour que la Tunisie se dote des institutions qui lui manquent, engage des réformes de base, arrête les mauvaises pratiques et le corporatisme qui minent les rouages de l’Etat ? En plus de la crise globale, on doit combler les problèmes structurels (à commencer par la finance publique) et stopper la corruption disséminée au sein de l’Etat. On ne peut pas se contenter des mesures provisoires prises jusque là : mise en résidence surveillée, interdiction de quitter le territoire, suspension d’exercice… Il s’agit surtout que la MAGISTRATURE fonctionne “normalement”, après des décennies de népotisme, de corruption et d’une poltronnerie augmentée par les tractations illicites et les complicités multipliées après 2011. Les magistrats -partis en vacances comme si de rien n’était- déclarent reprendre le 16 août. Vont-ils faire avancer les dossiers ? Nous attendons que les affaires instruites passent le cap… L’article 163 de la Constitution nous donne les moyens de poursuivre les partis et les députés qui ont bénéficié de financements étrangers. La Cour des comptes a déposé son rapport depuis septembre 2020 https://www.leaders.com.tn/uploads/FCK_files/Rapport%20annuel-CDC%20Web.pdf : les listes sont prêtes pour être soumises à enquête. Certaines affaires (comme celles de l’assassinat de Belaïd et Brahmi) sont explosives ; elles peuvent mener à des révélations qui touchent des responsables de premier plan… et susciter des représailles. Il est crucial de dénouer les liens entre le ministère de l’Intérieur et la magistrature. Or rien n’a été fait en cette direction depuis 2011. Allons-nous voir apparaître d’”honnêtes gens” ? Le courage de chaque individu doit être grand, immense. Pour le commun des citoyenNEs, comme pour les profiteurs du système, le suspense est dur à vivre. Il est peu probable que fin août, on ait du neuf.

Je ne regretterai pas ce Parlement (même si son “gel” est arbitraire) et peu m’importe que la Constitution (bavarde, paradoxale et piégée par endroits) https://blogs.mediapart.fr/edition/revolutions-dans-le-monde-arabe/article/300114/kmar-bendana-ouf soit modifiée. Si on doit avoir des élections anticipées, j’accepte toutes les propositions techniques pour modifier le système électoral. Nous avons assez de juristes pour cela. Je voudrais avant tout que cette nouvelle étape de la “transition” se passe sans violence.

Face à ces nouvelles incertitudes, et dans cette phase où la Tunisie titube, mon optimisme est à l’épreuve…sans être complètement mort.  

Hammam-Lif, le 15 août 2021

Publié dans Le Quotidien d’Oran, mercredi 18 août 2021, page 6.

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5304509


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.