Une dessinatrice politique engagée

La satire comme langage politique

Marta Luceno Moreno & Nadia Khiari, Conversation avec une dessinatrice politique engagée. Préface de  Marc Vanesse, Presses Universitaires de Liège, Petite collection MSH, « Quand les savoirs rencontrent la vie quotidienne », 2020, 95 p.

Marta Luceno Moreno et Nadia Khiari se rencontrent la première fois à l’Université de Liège, en septembre 2013. La dessinatrice de Willis from Tunis vient en récipiendaire du doctorat honoris causa attribué pour ses dessins de presse humoristiques commentant la vie politique tunisienne, tout d’un coup déverrouillée par décision de Zine El Abidine Ben Ali, le 13 janvier 2011. Le départ inattendu du président tunisien le lendemain installe une ère d’expression que le régime des réseaux sociaux a contribué à transformer. Ce nouveau moyen de communication donne à la caricaturiste l’occasion d’occuper et de participer à l’espace public grâce à la réception enjouée et curieuse de ses dessins impertinents.

Un chat satiriquement politique

Quand les deux femmes se revoient en 2019 à Tunis, Marta Luceno Moreno est installée comme post-doctorante à l’Institut de Recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC). Elle est familiarisée avec la vie politique et culturelle tunisienne et obtient d’engager une longue conversation avec la dessinatrice. Celle-ci, consacrée par des prix dans le monde des cartoonistes a continué à suivre les événements locaux à travers son félin emblématique qu’elle comptait garder jusqu’aux élections de 2011 et qui a duré plus de huit ans.

L’ouvrage, articulé autour de 7 chapitres, a la légèreté des entretiens dont il est issu tout en renseignant, avec doigté, exemples concrets et profondeur, sur de nombreuses facettes de la situation tunisienne post-2011 (la liberté d’expression en premier) et sur les multiples aspects de l’exercice du dessin satirique par une femme dans un pays où l’éducation artistique est limitée et le dessin politique sans support consacré.  

Le climat politique est bouleversé depuis 2011 mais il a perdu son euphorie créative des premiers mois, a connu des assassinats et une poussée de la violence terroriste. Nadia Khiari parle de ces années en citoyenne, en pédagogue, en artiste, en journaliste et en femme. Née au dessin de presse avec l’opportunité révolutionnaire, elle déclare avoir évolué avec les événements. Les angles d’attaque qu’elle donne à son chat égrènent la nature des difficultés que le pays traverse. Tout en mesurant le poids du contrôle des esprits et des dangers de la haine virtuelle qui circule sur Internet, la caricaturiste continue à répondre au besoin d’humour et de blagues qui peut contrebalancer la bêtise, le racisme et les préjugés sociaux.  

Malgré un passé de presse satirique, notamment au cours de la période coloniale, le paysage journalistique tunisien ne fait pas de place à ce genre de périodiques, contrairement à l’Algérie. Nadia Khiari dessine sur sa page facebook, participe à des publications étrangères, et édite pour son propre compte deux ouvrages (Willis from Tunis. Chroniques de la Révolution, 2011 ; Willis from Tunis 2, 2012). Ayant reçu une formation d’histoire de l’art à Aix-en Provence, elle déplore le manque d’initiation à cette discipline en Tunisie et prend du plaisir à animer des ateliers pour former les jeunes à décoder des images.

Une signature de femme

Commentant l’actualité nationale dans Siné Mensuel, Nadia Khiari introduit ainsi le regard d’une femme arabe et africaine dans un hebdomadaire européen et masculin. En Tunisie, elle féminise un territoire occupé principalement par des hommes (Lotfi Ben Sassi, Chédli Belkhamsa, Imed Ben Halima, Taoufik Omrane, Z …) tout en se soulevant contre l’idée de servir « d’idiote utile » ou de « femme arabe de service » (p. 56). Sa participation à un journal satirique exclusivement féminin, Siné Madame, la réjouit.

L’attentat de Charlie Hebdo de janvier 2015 remet à l’ordre du jour les risques du métier comme il questionne sur les limites de la caricature anti-religieuse. Nadia Khiari se dit favorable à un débat car le sujet concerne la société mais ne doit pas être un facteur de propagation de haine. L’artiste a eu maille à partir avec des salafistes (attaque de l’exposition d’art contemporain au palais d’El Abdellia de La Marsa en juin 2012) et prend position à de nombreuses occasions contre les attaques intégristes à l’université ou pour la défense d’intellectuels et artistes (doyen de la faculté des lettres de La Manouba, Jabeur Mejri, Weld el XV…). Comme dessinatrice politique, elle se trouve aux premières loges dans les moments les plus chauds.

Elle considère que la religion a servi surtout à détourner des problèmes réels de la société (la corruption, l’argent sale, la misère économique, l’incompétence politique…), le véritable verrou étant du côté du conservatisme social. Le sexisme de la société et des médias pèse aussi sur la profession : la caricaturiste est souvent interpellée sur sa situation familiale (alors que les hommes ne le sont pas généralement) et son féminisme est parfois mis en cause (quand elle obtient le prix « Couilles au cul » de 2015). Les stéréotypes sont de tous les bords et elle essaye de faire dire à ses dessins son refus d’instrumentaliser le voile, de représenter LA femme arabe ou de se faire assigner à une identité sexuelle.  

Agréable à lire, l’ouvrage reproduit neuf dessins (pages 21, 28, 30, 50, 60,74, 82, 91, 93) qui restituent l’espièglerie du chat défendant les libertés individuelles et dénonçant les discriminations raciales, sexuelles et économiques qui habitent les rapports sociaux. Les ateliers que Nadia Khiari organise à la prison de Mornaghia ou celle des femmes accentuent sa révolte contre l’inconstitutionnalité des textes de loi (52 sur la consommation de cannabis, 226 ou 230 pour homosexualité) qui pénalisent essentiellement la jeunesse.

Après les assassinats de civils et militaires qui ont secoué le pays, le danger terroriste préparé par la période Ben Ali est indirectement alimenté par les médias qui contribuent à propager la peur et entretenir la menace. En Europe, le racisme se banalise répandant une stigmatisation des étrangers.

En Tunisie, même si la loi contre les violences faites aux femmes de 2017http://www.legislation.tn/sites/default/files/news/tf2017581.pdf est promulguée, Nadia Khiari regrette que le rapport de la Commission des Libertés individuelles et de l’Egalité (COLIBEhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_des_libert%C3%A9s_individuelles_et_de_l’%C3%A9galit%C3%A9, nommée par Béji Caïd Essebsi) soit resté, depuis 2018, sans application pour l’héritage (inégal entre frères et sœurs) et sans positionnement contre la peine de mort.

La conversation se termine autour des libertés sexuelles et religieuses qui sont au centre des tabous actuels et qui donnent à Willis from Tunis des raisons de s’exprimer et de durer.

Juillet 2020

Paru dans  La Lettre de l’IRMC n°28, 2020, pp. 21-22


1 réflexion sur « La satire comme langage politique »

  1. Boudaya Olfa

    Original et très intéressant. C’est avec admiration que je découvre cette caricaturiste tunisienne engagée. D’ailleurs, la caricature, ses réalisateurs et utilisateurs, deviennent les témoins et les victimes d’assassinats et d’attentats commis contre la liberté d’expression. Le problème se trouve dans l’islam politique, mais pas seulement. Les mentalités archaïques refusent d’accepter les libertés, et surtout quand il s’agit de représentations satiriques des trois tabous majeurs : sexualité, politique et sacré. Je songe à Al Maarri, dans son Epître du pardon (Risâlat al-ghofrân), comédie divine par excellence, et à ce qu’il a enduré par ses contemporains. La satire par la parole était si intense que cet érudit éclairé a dû faire face à la réaction féroce des fanatiques incultes. Mais son œuvre nous parvient heureusement, malgré la censure et la frénésie irrationnelle. L’intellectuel est engagé ou pas. Chère Professeure, merci de nous régaler malgré l’amertume de notre actualité.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.