Mariage Habib et Wassila Bourguiba

Wassila Ben Ammar : Une Tunisienne en politique

Compte rendu  de Noureddine Dougui, Wassila Bourguiba, la main invisible, Tunis, Sud Editions, 2020, 346 p.

 

La lecture de l’ouvrage Wassila Bourguiba, la main invisible  de Noureddine Dougui est à la fois engageante et utile aux chercheurs, aux historiens et au-delà. Une qualité de l’ouvrage saute rapidement aux yeux, il est écrit dans une langue claire et fluide et peut atteindre un large public francophone.

Un nationalisme au féminin

Cette biographie d’une femme qui a joué un rôle politique déterminant dans la Tunisie contemporaine a le mérite d’échapper à la binarité des jugements sur Bourguiba qui stérilisent le champ de la recherche, malgré des ouvrages et articles ayant apporté du neuf en leur temps sans qu’on soit en mesure de restituer à ce personnage toutes ses dimensions. Le point de vue narratif est centré sur une Tunisienne de la moyenne bourgeoisie, peu instruite mais dotée d’une intuition qui va lui permettre de côtoyer des hommes, de traverser des situations, d’exercer une habileté à juger les gens, d’intervenir dans des conflits et de s’imposer comme une personnalité politique légitime et efficiente.

Dix-sept chapitres, un prologue et un épilogue déroulent un récit qui remonte à l’origine de la famille Ben Ammar au XVIIIème siècle et atterrit sur la personnalité du père M’hamed Ben Ammar (1885-1934), oukil (avocat devant les anciens tribunaux) doublé d’un petit propriétaire proche des Jeunes Tunisiens puis du Vieux Destour, principales forces politiques structurées dans les premières décennies du XXème siècle. Aînée d’une famille de trois enfants, Wassila (1912-1999) a une scolarité courte (en raison de la tuberculose) mais se montre capable d’agir en responsable de famille à la mort de son père. Elle se lance à partir de 1932 dans un militantisme nationaliste féminin avec réunions, campagnes de dons, manifestations. Tout en refusant de mettre le voile, elle se résigne à un mariage de raison avec Ali Ben Chédli en 1938.

La rencontre avec Bourguiba a lieu à Hammam-Lif en 1943. L’attachement amoureux du couple est mêlé d’une ferveur patriotique exaltée par le ralliement des zaytouniens, des syndicalistes, des communistes et de membres de la famille beylicale. Le départ de Bourguiba au Caire (1945-1949) pour internationaliser la question tunisienne n’affaiblit pas leur relation : elle le rejoint pour 3 semaines en novembre 1948. L’imbrication entre vie publique et privée est l’un des axes explicatifs de cette biographie féminine qui croise une émancipation personnelle (la relation hors mariage du couple est inhabituelle) avec le tracé d’un parcours politique semé de rivalités, de conflits et d’intérêts contradictoires recouverts par le projet anticolonialiste. Wassila soutient Habib Bourguiba contre ses rivaux (Salah Ben Youssef, Tahar Ben Ammar, Mongi Slim…), inaugure un rôle de représentation parallèle auprès de l’ONU à Paris en 1952, se mêle secrètement aux négociations dont Bourguiba est exclu en 1954. Elle se construit une expérience de renseignement et de médiation.

Une certaine façon de faire de la « politique de sérail »

Le mariage des deux amants est célébré le 12 avril 1962 (voir la photo de couverture), après 19 ans de liaison et un an après la guerre de Bizerte (19-23 juillet 1961) et l’assassinat de Salah Ben Youssef (12 août 1961). Sa « dot », les palais de Carthage et de Skanès sous la conduite de l’architecte Clément Cacoub, signe le début d’un train de vie et d’une façon d’exercer le pouvoir qui attisent l’opposition et achèvent le verrouillage des libertés d’expression et de réunion (le Parti communiste tunisien est interdit en 1963). Wassila se constitue un clan de fidèles (Tahar Belkhoja, Driss Guiga, Mohamed Masmoudi…), un carnet d’adresses international agrémenté de connexions avec des femmes influentes dans d’autres « cours » (Affet, dernière épouse de Fayçal d’Arabie, Lalla ‘Abla, mère de Hassan II, Jihane Sadate…). Elle soutient le magistère pluriel d’Ahmed Ben Salah, issu des rangs de l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens dont elle ménage le dirigeant Habib Achour et son poids régulateur dans l’équilibre politique, cherchant à se faire une place. La crise post -coopératives de 1969 laisse apparaître les opposants à ses intrigues : Ahmed Ben Salah, Bahi Ladgham, Mohamed Sayah et Ahmed Mestiri. Hédi Nouira nommé premier ministre en 1970, elle s’appuie sur Mohamed Masmoudi dont l’entregent international lui est précieux. L’épisode tumultueux de l’union avortée avec la Libye (janvier 1974) rapproche tactiquement ce dernier de l’UGTT mais les péripéties qui aboutissent au Jeudi Noir (26 janvier 1978) rétablissent l’autorité de Hédi Nouira contre l’épouse du président. Ce dernier étant sujet à des crises de santé et des absences répétées, la présidence à vie vient à point nommé en 1975 contrecarrer les incertitudes de son entourage et l’attaque de Gafsa de 1980 permet à Wassila Bourguiba de regagner un peu d’ascendant.  

Dans la diplomatie, Wassila Bourguiba déploie un savoir-faire qui pèse sur le tracé des frontières avec l’Algérie, les relations avec la Libye et surtout la protection de la cause palestinienne dont elle se fait le soutien fidèle et actif, entretenant des liens directs avec Yasser Arafet et Abou Yadh. L’hébergement de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) en Tunisie est son œuvre. Ses dernières nominations (Mohamed M’zali et Driss Guiga) ne lui évitent pas de voir son influence décliner à partir de 1982, alors qu’elle a participé à falsifier les élections de 1981. La situation tunisienne et internationale échappe à ses plans et sa capacité de vision ; les émeutes du pain de janvier 1984 sont un épisode lamentable de son interventionnisme contre-productif. Elle quitte le palais et le pays en 1986, pour rentrer en 1988 sans accepter de revoir Bourguiba.

Questions pour l’histoire

L’ouvrage paraît à un moment où la politique et le rôle des femmes dans l’histoire et la société tunisiennes font l’objet de débats, de recompositions, voire d’instrumentalisations. Tranchant avec les polémiques, il apporte du matériau pour l’histoire. Il dégage des pistes vers des sources à explorer : la correspondance intégrale de Wassila et Habib Bourguiba, la documentation juridique autour de l’affaire du Plateau Continental entre la Tunisie et la Libye, les traces des relations diplomatiques avec la Libye de Kadhafi, l’Algérie de Boumediène et de Chédli Benjedid, les archives du magazine Jeune Afrique dont on aimerait connaître les dessous et les préparatifs des reportages comme les auteurs des interviews. Noureddine Dougui regrette le silence des témoins qui n’ont pas voulu lui répondre. Il faut espérer que le temps délie le secret des acteurs d’un « harem politique » contemporain auquel ont accédé des journalistes étrangers, des ambassadeurs de régimes démocratiques, des hommes d’affaires et entrepreneurs de toutes provenances, une multitude d’observateurs et de bénéficiaires. D’autres archives peuvent éclairer cette psycho-histoire du pouvoir qui lève de nombreuses zones d’ombre et bat en brèche la légende du zaïm omniscient, éclairé et « libérateur de la femme tunisienne ». Ayant signifié à Wassila son divorce alors qu’elle était à l’étranger (août 1986), Bourguiba entache lui-même sa réputation de féministe, tout patriarche qu’il fut. Inspiratrice de la politique présidentielle, Wassila Bourguiba a contribué à faire de l’appareil judiciaire, des nominations, des décisions et des textes de loi les vecteurs concrets de l’autoritarisme du régime. Les personnels d’ambassade, la Conservation foncière, les fonctionnaires de police, de douane et autres agents de l’Etat ont construit autour et avec elle des pratiques de gestion des affaires publiques qui ont pu être perpétuées par les suivants. Une sociologie du personnel politique qui l’a côtoyée, souvent obéie et parfois combattue (quels noms ? quels moyens ? quels résultats ?) apporterait à cette percée dans les cercles du pouvoir une épaisseur supplémentaire.

Wassila Bourguiba est une femme de son temps, avec un bagage spécifique, une beauté et intelligence qui lui ont servi d’armes politiques. A cheval entre les séquences coloniale et post-coloniale, son itinéraire est enchâssé dans l’Etat qu’elle a contribué à sculpter. On peut reconnaître à l’ouvrage et à son auteur de donner à apprécier les intrications multiples entre le public et le privé qui caractérisent l’histoire contemporaine de la Tunisie à travers une femme ancrée dans son monde qui aura réussi à pousser les limites de sa condition.

23 septembre 2020

Publié dans IBLA 226, 2020, pp. 288-292 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.