Retour sur la situation tunisienne au cours d’une année tournant, 2019.

Compte rendu de Aziz Krichen, L’autre chemin, Tunis, Script Editions, 2019, 263 p

Dans la vague des écrits de l’après 2011, Aziz Krichen a contribué par deux volumes qui condensent ses réflexions sur la situation tunisienne. Après avoir quitté le poste de conseiller auprès du président Moncef Marzouki (janvier 2012-mai 2014), il a produit dans La promesse du printemps (Script Editions, 2016 & Editions de la Sorbonne, 2018) un bilan qui restitue la chronologie des principales étapes de la « révolution » tunisienne en replaçant le pays dans son environnement géo-stratégique. L’expérience révolutionnaire s’éclaire ainsi de nombreux facteurs explicatifs qui, sans rien enlever à la séquence enchantée, tracent les contours d’un contexte bouleversé,  instable mais non moins ouvert à des possibles.

Une posture nourrie de plusieurs rôles

Le deuxième ouvrage post 2011 rassemble huit textes écrits entre 2016 et 2018 donnés pour lecture à des proches, discutés et repris début 2019. L’ensemble porte la marque des résultats des élections municipales (mai 2018) qui voient émerger des listes indépendantes en tête des suffrages. La tendance des statistiques des votes corrobore, aux yeux de l’auteur, une lente transformation du paysage politique via le choix des électeurs (malgré une forte abstention) sur les représentants des autorités locales. Pour l’économiste et sociologue, ce phénomène d’opinion enjoint d’entreprendre un travail politique capable de changer le pays en profondeur en propageant des idées nouvelles et une autre façon de regarder l’évolution du pays, son système économique, les positions des groupes sociaux qui le composent, son intégration régionale et ses relations avec les principales forces mondiales en action. La plume militante est sensible, dans le façonnement des idées comme dans la manière de les exposer. Rappelons que A. Krichen a fait partie du mouvement Perspectives fondé à Paris en 1962 et tirant son nom de la brochure Perspectives tunisiennes pour une Tunisie meilleure. Le groupe d’étudiants animant cette association s’est plongé à l’époque dans une radiographie de la Tunisie en vue d’élaborer des propositions destinées à la développer autrement. Le ton de L’autre chemin fait penser à cette veine militante et critique des années 1960 constituée en parti d’opposition et qui s’est mobilisée pendant plusieurs années afin de produire une littérature d’analyse pour participer à une meilleure connaissance du pays. L’étudiant faisant partie de l’équipe rédactrice de ces rapports est devenu expert des questions économiques, une technicité qui l’a armé pour intégrer en 2012 le cabinet du président de la république afin d’observer et d’agir pendant plus de deux années, en témoin privilégié.

Si le tableau d’ensemble respire le désenchantement, il n’en contient pas moins des éléments d’analyse qui portent à la réflexion et articulent le régime économique et social tunisien aux différents paramètres permettant de dégager des actions concrètes et une vision pour l’avenir. La problématique de « l’ancien et du nouveau » en gestation traverse les huit chapitres de l’ouvrage dont la visée est de participer à reconstruire la Tunisie sur la base d’une appréciation avertie de ses structures, de ses pratiques, de ses ressources, tout en s’adressant à ses élites dirigeantes.

L’expert considère que l’économie est au centre de tout, car elle détermine le système de domination de la Tunisie, à l’extérieur comme à l’intérieur. La ventilation des huit textes illustre cette approche économiste structurante. Le premier et le plus long de ces articles (19-75) est écrit en octobre 2018, comme pour synthétiser le tableau en revenant sur les politiques économiques depuis 1956 et en proposant des solutions. Le chapitre inaugure l’enchaînement choisi en décortiquant l’évolution des composantes du régime économique tunisien, les groupes sociaux qui le travaillent et les dysfonctionnements qui le caractérisent, principalement le suremploi, les bas salaires et la corruption. Une série d’encadrés traduit en fiches synthétiques des questions pragmatiques : comment démanteler l’économie rentière et mafieuse ? Comment affranchir la paysannerie ? Comment libérer les entreprises ? Comment intégrer l’économie formelle ? Assurer l’égalité hommes/femmes ? Comment insérer la jeunesse ?… Ces mesures découlant des développements interprétatifs sont ainsi résumées et soumises au débat public. 

Dans la même lecture économiste, le troisième texte « Question paysanne et révolution démocratique » (101-116), articulé autour de l’affaire de l’oasis de Jemna https://themaghribpodcast.podbean.com/e/loasis-de-jemna-en-tunisie-entre-dissidence-et-negociation/ située dans le gouvernorat de Kébili, s’attarde sur la question de la terre et sur les statuts de la propriété qui déterminent les mauvaises conditions de vie et de travail des paysans. La palmeraie du sud-ouest tunisien illustre le rôle néfaste et bloquant de l’Etat qui, après la période coloniale, s’est emparé du tiers des terres cultivables, soumettant les « domaines de l’Etat » à une gestion bureaucratique qui exclue les intérêts de la population locale et empêche le secteur agricole de s’épanouir sainement.

Lectures géo-stratégiques

Le deuxième texte «  Monde arabe. La nouvelle donne stratégique » (77-100) insère la Tunisie dans le panorama géo-politique où  des soulèvements populaires font face depuis longtemps à des régimes autoritaires. Ces dynamiques complexes mélangent plusieurs formes de refus des populations face aux tentatives des principales puissances agissantes de maîtriser les équilibres du grand arc sud méditerranéen. Le moment 2011 est une brèche qui précipite la dégradation de l’hégémonie américaine sur la région « arabe » en introduisant une nouvelle compétition des forces stratégiques entre le Machrek et le Maghreb (Russie, Turquie, pétromonarchies du Golfe).

« La révolution tunisienne au regard de Gramsci » (117-129) résume l’axe principal de lecture et d’interprétation de l’auteur face à un pays qui s’apparente à l’Italie que Gramsci décrit dans les années 1920 : un pays « retardataire, à la périphérie du capitalisme central ». Le texte a été prononcé au cours d’une rencontre commémorant à Tunis en mars 2017 le 80ème anniversaire de la mort d’Antonio Gramsci, à  l’invitation de l’économiste, Baccar Gherib, auteur de Penser la transition avec Gramsci. Tunisie (2011-2014), Éditions Diwen, Tunis, 2017. A. Krichen déroule dans cette intervention les principaux emprunts qu’il a pu faire à la pensée politique de Gramsci, initiatrice des notions de bloc historique, d’hégémonie culturelle, de front de classes, de révolution active et passive que l’auteur a pu mobiliser pour décrypter la situation tunisienne.

Le cinquième texte « 1968 comme insurrection mondiale de la jeunesse » (131-174) revient, à l’occasion du cinquantenaire de cette année notoire (Soixante-huit en Tunisie. Le mythe et le patrimoine, Hichem Abdessamad, dir., Tunis, éditions Nachaz, 2019, 238 p./ فتحي باحاج يحيى&هشام عبد الصمد ،ربيع تونس الأول،2019، 140ص), sur la chronologie des différentes manifestations étudiantes dans le monde. Après un bref rappel de son propre vécu au sein du scénario tunisien, l’auteur résume l’essentiel des marques d’un soulèvement généralisé et quasi-contagieux des jeunesses universitaires de Pologne au Mexique et au Liban, en passant par Le Caire, Chicago, Alger, Tunis et Dakar tout en laissant une empreinte durable et visible en France. A.K. conclut à une balise datant une mutation importante dans la triade économico-idéologique installée depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale : « le capitalisme libéral de l’Ouest, le collectivisme communiste de l’Est et le développementalisme socialisant du sud » (139).

Les trois derniers textes : « Clivages identitaires et luttes de pouvoir » (149-174), « Quand les masques tombent » (175-198), « Décomposition et recomposition de la scène politique » (199-260) commentent de près la conjoncture interne entre 2015 et 2017 avec les circonvolutions de l’affrontement entre les deux grands partis en présence (Nida Tounès et Ennahdha) partageant les mêmes choix ultra-libéraux. L’auteur compare les résultats des élections de 2011, 2014 et 2018 (avec tableaux et encadrés à l’appui) pour éclairer le paysage politique en recomposition. Il constate une série de dérèglements et l’inadaptation de la classe dirigeante actuelle, malgré le dépassement de la bipolarisation « islamiste »/ »moderniste ». A.K. revient sur les initiatives  des partis entre 2005 et 2007 qui ont servi de base aux avancées enregistrées sur le plan des libertés publiques à travers la Constitution de 2014 et les textes de loi de 2017. Il juge cet acquis insuffisant face aux besoins de la société et aux problèmes du chômage, de l’informel et de la corruption qui la rongent. Il propose un scénario pour l’année 2019 (199-256) apte à dépasser les contradictions internes des partis et leurs affrontements stérilisants à la tête de l’Etat. Sa conclusion datée de septembre 2019 (à la veille des élections anticipées) revient sur les interférences externes, le caractère subordonné de l’économie tunisienne et la domination de l’oligarchie rentière et mafieuse qui sont les obstacles les plus déterminants.

L’auteur conclut avec les mêmes accents d’espérance de son précédent ouvrage et reprend l’idée d’un processus révolutionnaire au long cours, toujours inachevé : « Le mouvement mis en branle en décembre 2010 va se poursuivre, puisqu’il n’a pas achevé sa trajectoire » (260). Il espère en un remplacement des élites sur fond de décomposition du régime, une relève qui veillerait à défendre la Tunisie contre les appétits extérieurs, les plans des « parrains étrangers » et leurs agents locaux.

Témoin engagé et économiste à large vue, A. K. plaide pour une « troisième voie » tout en tablant sur une temporalité à venir : « l’ancien tarde à mourir, le nouveau tarde à s’affirmer » (211), l’image empruntée à Gramsci revient souvent pour qualifier les crises. Le temps est certes un facteur actif, dans la durée comme à travers les rythmes des phénomènes. Cependant, la scène tunisienne a montré l’importance des impondérables comme la mort prématurée du président de la République Béji Caïd Essebsi (25 juillet 2019) et l’élection au suffrage universel d’une personnalité inattendue : Kaïs Saïed est élu en octobre 2019, avec le score inhabituel de 72,71%. Ces bifurcations ont entraîné des dynamiques, sans atténuer les mouvements imprimant l’actualité tunisienne, montrant au moins par cette accélération, qu’il y a, comme le reconnaît l’auteur, un « avant » et un « après » 2011.

9 septembre 2020

Publié dans IBLA n°226, 2020, pp. 292-296


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.