Se souvenir de 2011

Dès les premières alarmes tunisiennes face à la pandémie, le souvenir de 2011 est remonté. À observer la façon dont le Covid-19 se vit dans le contexte politique, économique, social et culturel tunisien, on note que cette crise globale et transversale, que peu de spécialistes (et encore moins de politiques) ont vu venir, a fait tache d’huile à une vitesse qui fait penser, une fois de plus, aux canaux de transmission de l’information et de l’émotion comparés à ceux de la propagation du virus. Les capacités humaines, économiques et technologiques qui commandent nos cadres de vie, de pensée et de pouvoir sont de nouveau mises à nu avec deux différences de taille entre les deux périodes : la Tunisie est fondue dans le reste du monde et le discours sur l’exceptionnalité, comme celui de l’ingérence étrangère, sont hors de propos.

Parallèles

Même si en 2011, la Tunisie vit le premier d’une série de soulèvements alors que la vague pandémique de 2020 l’inscrit dans une suite déjà longue de pays atteints par le virus, le déclic de mars 2020 rappelle l’interruption de la vie ordinaire entre fin décembre 2010 et janvier 2011 : une pause forcée progressive. Couvre-feu à l’appui, l’arrêt obligatoire du quotidien est renforcé par les injonctions à rester chez soi. En 2011, le pouvoir a sous-estimé le danger qui le menaçait, même si des signes ont été notés après coup. Face à l’épidémie, l’administration sanitaire a pu lancer des alertes et décider de mesures protectrices pendant que le pays se débattait dans les négociations du nouvel exécutif avec les partis en place.

On se souvient que 2011 – qui a vu passer trois gouvernements provisoires avant les élections d’octobre – a instauré une gestion par décrets. Le gouvernement de 2020 recourt au même procédé, ligoté cette fois par l’article 70 de la Constitution de 2014. L’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) accorde, le 4 avril, l’autorisation au chef du gouvernement de légiférer par ordonnance pendant deux mois.

Dans les deux situations, la peur, le doute, les incertitudes se répandent parmi une population qui s’avère mal identifiée par les services sociaux et échappe aux statistiques officielles. Le ministère des Affaires sociales est obligé de revenir sur des listes de familles nécessiteuses faussées et on s’aperçoit que la loi de l’identifiant unique votée depuis mars 2018 n’a pas été mise en application par crainte de la traçabilité.

En 2011 comme en 2020, du point de vue de la précarité et de l’action, face à la violence et dans les initiatives, les femmes sont au premier plan. Contre le fatalisme de la dictature, contre la maladie et la mort, elles sont dans l’espace public et le privé, dans la stratégie et la solidarité de proximité, dans la réponse aux besoins immédiats.

Poussées

Sur le moyen terme, on enregistre des avancées imprévues. Les écoles d’ingénieurs fabriquent des masques à visière et des sur-blouses pour le corps médical, des formules pour des produits de nettoyage et des appareils respiratoires. Les aides à acheminer d’urgence imposent une numérisation express bloquée depuis des années ; la langue des signes se développe pour transmettre les communiqués journaliers de santé. Le plan Ebola d’août 2014 est d’une grande utilité pour mettre en place les premières mesures. Grande nouveauté : une interview télévisée dévoile les dessous d’un marché des masques que le ministre du Commerce commandite à un député-chef d’entreprise textile. Le gouvernement crie à la perte de temps mais l’opinion impose le contrôle d’une commission qui dénonce l’irrégularité de la tractation et l’annule.

La critique des bévues de la gestion gouvernementale flageolante reprend bon train. La liberté de ton acquise depuis 2011 retrouve un mordant estompé avec le temps. L’urgence et la vitesse des faits fouettent l’action publique et aiguisent le regard citoyen, après des années d’une vie politique empêtrée dans des tractations partisanes, rouillée par des trafics d’influence et bloquée par des luttes de lobbies.

Face au coronavirus, les réseaux sociaux contiennent partiellement les médias. L’information, au départ mouvante, mimétique et peu assurée, se structure de jour en jour. L’épidémiologie contemporaine, internationale et mondialisée, parvient à infuser une veille scientifique transmise via des médecins. Les radiographies locales du virus parviennent parfois à contrecarrer les vagues de fake news qui contribuent à la panique et à alimenter un certain complotisme.

La précarité s’est aussi amplifiée et les différences régionales, dévoilées depuis 2011, mettent en exergue la vitalité des circuits du commerce parallèle. Médicaments, céréales, masques et même emploi font l’objet de trafics impliquant parfois des édiles régionaux. 

Tourisme et culture : les modèles en question

Le tourisme, qui peinait à reprendre depuis 2010, connaît un arrêt dont on se demande s’il va achever le modèle de tourisme de masse que le pays cultive depuis les années 1970. Frileux et apeurés, les hôteliers ne se bousculent pas pour aider à organiser la quarantaine des Tunisien-ne-s de retour de l’étranger. Le secteur culturel traverse, de son côté, une crise existentielle après l’explosion quantitative et qualitative post-2011. Les arts vivants sont menacés et le fonds institué par le ministère de la Culture ne peut pallier l’absence du statut d’artiste et de technicien. Les festivals s’adaptent en s’appuyant sur le numérique et en se concentrant sur l’impact local. Les grandes manifestations (Festival International de Carthage à l’été et Journées cinématographiques de Carthage à l’automne) annoncent des formules nationales et ramassées, pour économiser la devise et anticiper l’absence de participations étrangères. Le sport est, comme partout, mis en stand by, même si des dirigeants avisés tentent de se retrancher dans le numérique et les jeux vidéos, propulsés tout d’un coup comme une sinécure commerciale.

Le confinement impose un « ramadan pas comme les autres » (24 avril) convertissant la sociabilité habituelle des soirées (prière des trawih, fréquentation des cafés, visites et concerts) sans brimer la frénésie consumériste. La première phase du « dé-confinement ciblé » (4-24 mai) donne la priorité à l’administration et aux petits commerces, mais la perspective de l’aïd laisse prévoir un relâchement déjà sensible dans la circulation, les marchés et les plages. Les feuilletons de ramadan, avec des fins de tournage qui déchirent un milieu très concurrentiel, comme les meetings virtuels, pullulent sur les écrans. Les possibilités de débats et de création défiant les contraintes de circulation et du marché (ex : la sit-com « El khayata », « La couturière ») parviendront-ils à changer les pratiques de production et de consommation culturelle ? Les webinars sur les choix économiques, la souveraineté alimentaire ou les conceptions de la culture apporteront-ils des solutions ?

1 032 cas, 46 décès, 727 rétablis et 5 départements épargnés. Les médecins déclarent trois journées sans nouvelle atteinte. L’éclaircie sanitaire se dessine peut-être mais qu’en est-il des courbes économiques et sociales qui attendent un pays qui ne parvient pas, depuis dix ans, à pallier les insuffisances révélées par le soulèvement de 2011 ni à colmater les lézardes que dévoile le cours des événements ?

12 mai 2020

Photographie par Saïf Fradj

Texte publié dans Vivre au temps du Covid-19, Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie, Tunis, IRMC/Nirvana, 2020, pp. 85-94


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.