Affiche de Pousses de printemps de Intissar Belaïd

Les traces, côté cinéma : que faire ? L’ERC DREAM à la Cinémathèque tunisienne, 27 février 2019

L’équipe de l’ERC DREAM réunie à Tunis du 25 février au 1er mars 2019 a visionné deux films à la Cinémathèque tunisienne. Ce lieu d’archivage du patrimoine filmique peut figurer parmi les sites à repérer dans le projet de cartographie des paysages documentaires.

Historique rapide

La Cinémathèque tunisienne est inaugurée le 21 mars 20181, dans le cadre de l’ouverture de la Cité de la Culture, un chantier entamé sous Ben Ali, abandonné en 2011 et repris en 2016. Le projet, plusieurs fois annoncé, profite de la décision politique et des moyens financiers et technologiques mobilisés, pour donner forme à une institution qui peine, depuis des décennies, à s’inscrire dans le panorama cinématographique tunisien. Une version tunisoise de la cinémathèque française d’Henri Langlois voit le jour en 1958 sous la conduite de Sophie El Goulli, amie de ce dernier2. Hébergée dans divers lieux (la salle des fêtes du lycée Carnot, le Studio 38 et la Maison de la Culture Ibn Rachiq), elle ne dispose pas de fonds comparables à ceux de la cinémathèque algérienne -née en 1965 et défiant la distribution internationale-, et fait son travail de diffusion grâce à des emprunts gracieux. L’institution devient suspecte après 1968, son succès l’assimilant à un lieu de subversion politique. Une salle d’art et d’essai (7è art) ouverte en 1970 ferme pour les mêmes soupçons en 1978, après le Jeudi Noir (26 janvier 1978). La petite salle hébergée par le Ministère d’Information disparaît en 1980, suite aux événements de Gafsa (janvier 1980) et se réfugie au Musée d’Arts vivants de la ville de Tunis (Belvédère). Là naît le souci de préserver et de restaurer les copies de films sur les peintres tunisiens et l’archéologie. En 1990, les archives du Bois d’Arcy découvrent et restaurent le premier film tunisien en arabe dialectal, le Fou de Kairouan (Jean-André Kreusy, 1937). En 1993, le Centre national du cinéma français (CNC) sauve les bobines de Zohra (1922) et Aïn El Ghezal (1924) du premier cinéaste tunisien Albert Samama Chikly (1872-1933). Le projet de cinémathèque revient en 1995 alors que les techniques de numérisation s’imposent comme solution pour mieux conserver le patrimoine cinématographique tunisien dispersé  et non inventorié.

L’actuelle cinémathèque, inscrite dans l’organigramme du Centre national du cinéma et de l’image (CNCI, 2012) est engagée dans une mission de conservation et de stockage des films[. Avec le concours de la Bibliothèque Nationale et des Archives Nationales de Tunisie (convention en cours) qui disposent d’équipements hygrométriques, de logiciels de traitement de données et de serveurs, le film tunisien accède à un nouveau régime de traitement.

Le film comme archive

Dans l’accélération qui a touché l’histoire tunisienne depuis décembre 2010, les documentaires, reportages et fictions qui ont réagi et accompagné les événements constituent, dans leur diversité, des traces qui méritent qu’on s’y intéresse. Les cinéastes étaient dans les rues, sillonnaient les meetings, accumulant de la pellicule et des inspirations.

Le geste de filmer dans la rue et partout, comme l’acte d’écrire ou de photographier signe une des formes de libération de la parole post-2011. Le mouvement est venu renforcer et alimenter une production cinématographique en hausse, notamment du côté documentaire, mais pas seulement. Le récent inventaire effectué par l’Association Doc House née en octobre 2018, présidée par la cinéaste Soumaya Bouallagui et vouée à valoriser le documentaire tunisien et maghrébin fait état de 178 films produits entre 2008 et 20173. Le livret intitulé Observer le réel, Raconter l’Histoire confirme le diagnostic du boom cinématographique enregistré depuis 2011.

En plus des films achevés et vus, on sait que des milliers de rushs ont été tournés dans les places occupées, parmi les foules rassemblées, dans les sit-in et réunions des mois « révolutionnaires ». Les événements marquants (chute du Rassemblement Constitutionnel Démocratique, élections, enterrements de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi…) ont été abondamment captés par des cinéastes. Ce matériel brut attend de voir le jour, sous une forme ou une autre. La réalisatrice Kalthoum Bornaz, tragiquement disparue en septembre 2016, a laissé une quantité de bobines non montées, qu’elle destinait à un long métrage, hélas interrompu par sa mort. Elle aura juste réussi à finaliser un portrait vidéo de Fadhel Moussa, candidat du parti El Massar à l’Assemblée Nationale Constituante (2014, 11 mn).

La famille de Kalthoum Bornaz a déposé à la Cinémathèque des archives de la réalisatrice (inventoriées) et de nombreux films, tournés depuis 2011, figurent dans le fonds général en voie de constitution.

Deux récits

Dans la limite des disponibilités, deux films ont été visionnés. Ils ont permis à l’équipe de poser des jalons en vue de réfléchir à l’attitude à adopter face à l’objet filmique, comme archive particulière de la Révolution tunisienne.

Affiche de 7 et ½ de Najib Belcadhi
  • 7 et ½ de Najib Belcadhi (2014, 82mn) assemble chronologiquement des rushs tournés au cours de l’année 2011 et jusqu‘aux élections de l’Assemblée nationale constituante du 23 octobre 2011. Le montage a été effectué par l’auteur dans l’ambiance de la campagne électorale de 2014 ; il restitue le travail des militants des partis4, croque quelques figures politiques et immortalise des cocasseries propagandistes. Malgré l’absence d’un fil directeur, ce journal capte des moments de l’atmosphère exaltée de cette première année de transition, rappelle des figures disparues depuis comme il pointe des caméras et des cinéastes qui consacrent et signent l’ouverture de l’espace public tunisien. Inscrit dans les annales d’une période somme toute extraordinaire, ce film-document garde une valeur informative voire -par moments- sociologique, fixe des instants et gestes de ferveur révolutionnaire et de prise de conscience, à côté des « analyses » léchées et des prémonitions de quelques intervenants.  
Affiche de Pousses de printemps de Intissar Belaïd (2014, 22 mn)
  • Pousses de printemps, de Intissar Belaïd (2014, 22 mn) reconstruit un récit de la Révolution à partir de la parole et de l’imagination d’enfants de la région du Kef. Avec leurs mots et une sensibilité télescopant des représentations de la réalité avec d’autres visions de l’actualité, des enfants racontent leurs souvenirs du 14 janvier 2011. Des personnages en argile incarnent les protagonistes, traduisant ainsi les récits en scènes animées. Les faits varient selon le bagage, l’assurance ou l’hésitation de chaque enfant, créant des images qui ouvrent sur d’autres liens historiques, rappellent d’autres faits. Prenant le contrepied de la répétition médiatique qui confine à la vulgate, le film illustre la fragilité de la mémoire comme sa puissance évocatrice. Il se déplace avec humour vers le point de vue des acteurs les moins consultés, alors qu’ils sont les principaux héritiers du tracé des événements.

Tout en ramenant à des lectures différentes, élaborées au cours des années 2014/2015, les deux films 7 et ½ et Pousses de printemps se rencontrent dans le fait d’évoquer, chacun à sa manière, les questions des sources de l’histoire de la Révolution tunisienne, de la chronologie et de l’interprétation des faits, toujours en travail.

Kmar Bendana
Mars 2019

Édition du billet : Delphine Cavallo

Billet publié initialement sur le carnet de l’ERC DREAM https://dream.hypotheses.org/921


  1. Hichem Ben Ammar & Mohamed Challouf, « Un rêve qui prend forme : la cinémathèque tunisienne », Journal of film presentation, n° 98, 04. 2018, International Federation of Film Archives (FIAF), pp. 11-16 []
  2. Des archives de Sophie El Goulli, ses films et une partie de sa bibliothèque ont été déposés à la Cinémathèque []
  3. Le guide des films tunisiens publié en 2017 recense 246 fictions et documentaires produits entre 1967 et 2017 []
  4. Sur le même thème, voir les films Bochra de Jilani Saâdi (2009) et Militantes, de Sonia Chamkhi (2012) []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.